Version classiqueVersion mobile

La forge à la catalane dans les Pyrénées ariégeoises

 | 
Jean Cantelaube

Première partie. À la recherche de la forge à la Catalane

Chapitre III. La forge à la catalane, un objet historique

Texte intégral

  • 1 J.-F. Belhoste, « Martinetus et Fusina dans la sidérurgie alpine au XIIIe et XIVe siècle », Il ferr (...)
  • 2 J.-F. Belhoste, « The origins of direct reduction water-powered ironworks : reflections based on th (...)

1L’examen du vocabulaire technique est susceptible de fournir des éléments pour saisir la nouveauté1. Or cette démarche qui a fait ses preuves ne peut pas être appliquée au cas de la forge à la catalane2. En effet, pas un seul des métallurgistes et des savants, lorsqu’ils rédigent leurs traités sur la forge à la catalane dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, n’indique que cette usine est de création récente. Il n’existe donc pas de synchronisme entre la mise en place de la nouvelle technique sidérurgique et l’apparition dans les documents d’un nom nouveau. La référence constante, jamais démentie, aux forges du pays de Foix comme modèles de la forge à la catalane invite à travailler sur les archives de cette région. Une double démarche est mise en œuvre, une démarche régressive qui est reconnue valide par les historiens depuis Marc Bloch, partir de la description documentée de la forge à l’époque où elle est qualifiée de « à la catalane », pour remonter le temps à la recherche des premières descriptions, même partielles, de cette usine et de la première mention des appareils qui la caractérisent. Puis, ou plutôt dans le même temps, s’appuyer sur les connaissances acquises grâce aux travaux des historiens des périodes plus anciennes. Le Moyen Âge et le XVIe siècle constituent le point de départ d’une démarche progressive. Le point de rencontre de ces deux mouvements convergents devra être examiné avec beaucoup de soin.

A/ Héritière d’une longue histoire de la réduction directe

  • 3 S. Benoit, P. Peyre, « L’apport de la fouille archéologique à la connaissance d’un site industriel  (...)

2L’étude porte sur le comté de Foix. Des incursions dans les régions voisines du Languedoc, du Roussillon, de la Catalogne et de l’Andorre permettront d’élargir le champ de la recherche. Avant de nous plonger dans les archives, il est indispensable de considérer ce que l’archéologie peut nous apprendre ; son apport à l’histoire de la métallurgie n’est plus à démontrer3.

1/ Les données de l’archéologie

a/ Renseignements de terrain fournis par les auteurs du xviiie au xxe siècle

  • 4 Genssane, Histoire naturelle de la province de Languedoc, op. cit., t. IV, p. 220. Traité de la fon (...)
  • 5 M.-A. Daubrée, « Aperçu historique sur l’exploitation des métaux dans la Gaule », Revue Archéologiq (...)

3Les érudits du XIXe et du XXe siècle, comme les ingénieurs des Mines, s’intéressent aux vestiges laissés par la sidérurgie et mentionnent le moindre dépôt de scories avec la fâcheuse tendance à dater de l’époque gauloise ou, plus souvent, du temps des Romains, tous les travaux miniers anciens. Genssane, lors de sa visite du diocèse de Mirepoix, en 1777, affirme qu’il y a eu, autrefois « sur le haut des montagnes de Bélestat… une forge à bras, c’est-à-dire, à la romaine. Nous y sommes montés… Nous avons découvert… en creusant le terrain, les fondations d’un fourneau, tel que ceux dont se servaient les Romains »4. Il en a dressé un croquis publié dans son traité De la Fonte des mines. En 1868, M.-A. Daubrée signale des « accumulations de scories qui remontent à une époque très ancienne et peut-être jusqu’à l’époque romaine » à Vicdessos5.

- Jules François, auteur de la première histoire de la sidérurgie directe dans les Pyrénées

  • 6 M. Leroy, P. Merluzzo, « Les mécanismes de réduction des minerais de fer en réduction directe : l’e (...)
  • 7 J. François, « Précis historique sur le traitement direct dans l’Ariège, suivi de quelques détails (...)
  • 8 M. Chevalier, La vie humaine dans les Pyrénées ariégeoises, op. cit., p. 580.
  • 9 R. Uriarte, « La tecnologia del horno bajo en el Pirineo y en Pais Vasco », La farga catalana en el (...)

4Les écrits métallurgiques de l’ingénieur des Mines Jules François fourmillent de renseignements archéologiques. Les paléométallurgistes ont rendu hommage à ses recherches sur les principes physico-chimiques de base de la transformation des minéraux constituant les minerais de fer en fer-métal et en scories, à l’intérieur d’un bas fourneau de réduction directe. Ces scientifiques considèrent cet ingénieur comme l’un de leurs précurseurs6. Or, François a aussi tenté de rédiger une histoire de la réduction directe dans les Pyrénées7, il a donné « le seul essai d’histoire technologique de la métallurgie catalane de l’Ariège »8. Cette tentative précoce, prodromique, dès les années 1830-1840, est restée pendant très longtemps unique9.

Évolution du bas fourneau dans les Pyrénées ariégeoises selon Jules François (Recherches sur les gisements et le traitement direct, op. cit., atlas, planche XIII.)

  • 10 J. François, Recherches sur les gisements, op. cit., p. 317.
  • 11 Ibidem, Atlas, planche VI.

5L’ingénieur des Mines écrit : « Si l’on remonte les vallées des Pyrénées, surtout celles du Vicdessos, de l’Ariège et de la rivière Aston, après avoir laissé derrière soi les forges en roulement, on rencontre des restes assez récents d’anciennes forges à eau (mouli de fer). Plus loin, les traces disparaissent. Mais sur les versants des vallées, même vers la haute chaîne, loin des cours d’eau, on remarque des amas de scories qui y accusent la présence d’anciennes forges à bras… elles se rencontrent principalement sur les points voisins des mines de fer »10. Il présente, à l’aide de croquis cotés, les bas fourneaux (« creusets ») découverts, parfois de façon fortuite, dans les années 1830-1840, à Bielsa en haut Aragon, à Suc et Sentenac, à Alzen ou à Siguer. Il lie leur description à celle de restes de loupes de fer qui se trouvaient à proximité de ces structures de réduction, ce qui lui permet de préciser leur forme. En outre, ce célèbre spécialiste de la forge à la catalane publie une carte qui mérite à coup sûr d’être qualifiée d’archéologique. Elle cumule les « forges à bras », les « forges biscayennes », les « mouli de fer », c’est-à-dire les sites anciens de production du fer que l’ingénieur des Mines a repérés. Il y ajoutent les « forges à la catalane », les « martinets », « laminoirs », « fabriques d’acier », « fabriques de faux et de limes ». Bref, cette carte présente un panorama complet des sites sidérurgiques jusqu’au milieu du XIXe siècle11.

b/ Les données archéologiques récentes, depuis le milieu du xxe siècle

  • 12 J.-E. Guilbaut, « Vestiges de la fonderie gallo-romaine à Bernadès, commune de Rogalle (Ariège) », (...)
  • 13 C. Rico, Pyrénées romaines. Essai sur un pays frontière (IIIe siècle av. J.-C. - IVe siècle ap. J.- (...)
  • 14 C. Dubois, « Éléments sur l’origine de la production du fer en Ariège : le site de Lercoul », L’obt (...)
  • 15 C. Dubois, « Métallurgie du fer en Ariège de l’Antiquité au XVIIe siècle : le point sur les données (...)
  • 16 J. Bonhôte, J. Cantelaube, « Cartographie successive XIIIe-XIXe siècle. Étude de l’évolution de la (...)

6Les recherches archéologiques contemporaines sont peu nombreuses. Elles concernent essentiellement l’Antiquité12. Un état de la question des mines et de la métallurgie antiques dans l’ensemble de la chaîne des Pyrénées a été dressé13. Pour les Pyrénées ariégeoises, le site le plus spectaculaire se trouve en haute Ariège, à 1 330 m d’altitude, à proximité de la mine de Rancié, sur la commune de Lercoul, où trois bas fourneaux datés du IIIe siècle de notre ère ont été fouillés. Les estimations de la production permettent d’envisager une durée d’activité d’un siècle ou un siècle et demi. La production éventuelle est chiffrée à environ 150 tonnes de fer pour environ 400 tonnes de scories14. Les données archéologiques doivent être complétées par la mention du site de la forge d’El Galis, dans la vallée de l’Aston, que les sources historiques permettent de dater approximativement du XVe ou du XVIe siècle et qui a disparu avant 1669, où des fonds de fours ont été recueillis. Une « structure sidérurgique »15, enfin, a été fouillée sur le site de la mouline du Moulinas à Auzat ; fondée en 1578, elle ne figure pas sur les registres de la Réformation des Forêts de 166916. Ainsi, si l’archéologie nous apporte un certain nombre de connaissances, il faut bien reconnaître qu’elle est d’un faible secours dans la quête de l’apparition de la forge à la catalane.

2/ Les archives : les usines sidérurgiques du xiiie au xvie siècle

7Les documents d’archives, du Moyen Âge au XIXe siècle, éclairent un monde sidérurgique foisonnant, bien plus complexe sur la longue durée que ce que la réputation de la réduction directe laissait présager.

  • 17 C. Verna, Le Temps des moulines. Le fer et son exploitation du comté de Foix à la vicomté de Béarn (...)
  • 18 C. Verna, Le Temps des moulines. Fer, technique et société dans les Pyrénées centrales (XIIIe-XVIe (...)
  • 19 C. Verna, « Fer et pouvoir : la politique sidérurgique des comtes de Foix (XIIIe-XVe siècles) », (...)

8Les sources écrites des XIIe et XIIIe siècles révèlent l’existence de « fabricae »17. Il faut attendre les années 1300 pour que le comté de Foix et les Pyrénées centrales connaissent la révolution de l’énergie hydraulique, la mécanisation du travail du fer qui marque les débuts du « temps des moulines »18. Cette innovation majeure donne le départ de la longue cohabitation dans cette région montagneuse entre la réduction directe et l’énergie hydraulique. La mouline est une forge munie d’un ou plusieurs bas fourneaux. Elle utilise la force hydraulique pour le marteau et les soufflets19.

  • 20 J. Cantelaube, C. Verna, « Les forges à la génoise dans les Pyrénées ariégeoises au XVIe siècle : q (...)
  • 21 Arch. dép. Ariège, 46 J 242, n° 36, f° 132.
  • 22 J. Cantelaube, C. Verna, « Les forges à la génoise dans les Pyrénées ariégeoises au XVIe siècle : q (...)

9Le XVIe siècle connaît une offre élargie de procédés de réduction directe. La mouline reste conquérante20. Les nouvelles installations sont-elles vraiment semblables aux implantations médiévales ? Rien ne permet de répondre à cette question. Cependant, les redevances perçues en métal augmentent21. Cela traduit-il une amélioration des rendements de la réduction ? La mouline n’est pourtant plus la seule forge hydraulique présente dans les Pyrénées ariégeoises. De nouvelles moulines désignées dans les archives comme « à la biscayenne » ou « à la genevoyse » (à la génoise) lui font concurrence sur son propre territoire22. La réduction directe ne présente plus un unique type d’usine.

  • 23 J. Susplugas, « Les forges catalanes et la forêt vallespirienne », Bulletin de la Société Agricole, (...)
  • 24 V. Vasquez de Prada, « Las antiguas ferrerias de Viscaya (1450-1800) », op. cit., p. 665- 666 ; P. (...)
  • 25 M. Calegari, Il basso fuoco alla genovese, Quaderni del Centro di studio sulla storia della tecnica (...)

10L’appellation « à la genevoyse », traduction de l’italien « alla genovese », se rencontre pour la première fois dans les archives de la terre de Mirepoix en 1527. Elle se diffuse dans le comté de Foix et se maintient dans cette partie des Pyrénées durant un court laps de temps, cinquante et un ans, jusqu’en 1578. Même si aucune étude approfondie ne leur a été consacrée, il est intéressant de noter que, dans le pays catalan voisin, des Génois, le plus souvent des marchands, exploitent, dès les premières années du XVIe siècle et même un peu avant, des moulines en Vallespir et en Conflent23. À la même époque, des forges génoises se rencontrent aussi en Biscaye. Des « ferrerias a la genovesa » et des « martinete a la genovesa » y sont construits entre 1540 et 157024. Basques et Ariégeois ont su reconnaître des usines distinctes de celle dont ils avaient l’habitude, même s’il est possible que la différence ne soit pas technique25.

  • 26 Une étude comparative entre forge génoise et forge biscayenne au XVIe siècle se trouve dans J. Cant (...)
  • 27 Arch. dép. Ariège, 144 E suppl. 8 ; Bibl. mun. Toulouse, ms 638, f° 310 ; Arch. dép. Ariège, E 6, f (...)
  • 28 J. Susplugas, « Les forges catalanes et la forêt vallespirienne », op. cit., p. 141 ; V. Izard, Les (...)
  • 29 Arch. dép. Ariège, 102 S 255-256.
  • 30 Arch. nat., 436 AP 49, 1741, 1744, 1751, 1759.
  • 31 J. François, Recherches sur les gisements, op. cit., p. 320 et planche XIII, figure 5.

11Le comté de Foix s’ouvre, dans le même temps, à une autre expérience technique avec la mouline à la biscayenne26. Les liens politiques et personnels solidement tissés entre le comté de Foix, la vicomté de Béarn et la Navarre expliquent très vraisemblablement les influences basques sur la sidérurgie ariégeoise27. La présence basque est aussi notable dans le Roussillon28. Contrairement aux usines « à la genevoyse », il est possible de suivre la trace de la forge « à la biscayenne » dans les archives du comté de Foix. Lors de l’enquête commodo-incommodo de 1862 pour l’utilisation, par une scierie nouvellement construite, des droits d’eau de l’ancienne forge d’Urs dans la vallée de l’Ariège, il est fait un rapide historique pour justifier ces droits qui commence ainsi : « la forge fut construite à la biscayenne en 1287 »29. Une telle mention datant du XIXe siècle doit être, bien évidemment, maniée avec beaucoup de précautions. Cette formule se rencontre ensuite au XVIe siècle dans des copies du XVIIe. L’adjectif « biscayen » restera au XVIIe et au XVIIIe siècle mais attaché à de « vieilles choses » qui n’ont plus rien à voir avec le procédé utilisé et qui ont été laissées là, dans l’intérieur de la forge, pour un usage détourné. La forge de Barthalé à Montferrier dans le pays d’Olmes possède, au XVIIIe siècle : « de plus au milieu de la forge… une grande pièce de fer qui sert à redresser le fer qui se fabrique à la dite forge appelé mail viscain de longueur de cinq pieds et demi » ou, plus simplement, « un mail viscain en fer de founte »30 alors qu’elle possède un marteau hydraulique. Un siècle plus tard, Jules François présente dans son ouvrage un marteau biscayen tel qu’il l’a vu31.

  • 32 E. Fernandez de Pinedo, « From the Bloomery to the Blast-furnace : Technical Change in Spanish Iron (...)
  • 33 El Tratado de metalurgia de las Comisiones (Segundas) de la Real Sociedad Bascongada de Amigos del (...)
  • 34 Dietrich, Description des gîtes de minerai, op. cit., p. 450-453 et p. 262.
  • 35 Muthuon, Traité des forges dites catalanes, op.cit., texte p. 52-54 ; tableau, p. 71-95. La rustine (...)
  • 36 J. François, Recherches sur les gisements, op. cit., p. 317-318 et planche XIII figure 2.

12Les historiens basques nous apprennent que les ferrières de leur pays utilisent l’énergie hydraulique depuis le début du XIVe siècle32. Des descriptions, tardives par rapport au XVIe siècle, permettent, cependant, d’avoir une idée plus précise. La description la plus documentée se trouve dans le Tratado de metalurgia de las Comisiones (segundas) de la Real Sociedad Bascongada de Amigos del Pais (de 1765 à 1773)33. Puis celle de Dietrich, visitant le Pays basque français après avoir parcouru le comté de Foix et le Béarn34. Ensuite, Muthuon, venu en l’an VIII dans la vallée de Baïgorry construire une fonderie avec sa forge, dresse un tableau comparatif des bas fourneaux catalans, navarrais et biscayens, et d’une façon plus générale entre ces différents ateliers eux-mêmes35. Mais ces descriptions sont-elles valables pour le XVIe siècle ? Jules François décrira à son tour le feu biscayen. Il consiste en une petite cavité ovale, plus large en haut qu’en bas, présentant la forme d’un tronc de cône aplati et renversé. Le creuset est en maçonnerie revêtue de bandes de fer et fixée dans une cuve en cuivre qui la garantit de l’humidité. Il ajoute que ce creuset est employé dans la Navarre, dans le Guipuzcoa et sur la frontière française en 1716. Il dit s’appuyer sur Courtivron et Bouchu et sur des « renseignements fournis par Mr Casimir Vergniès »36. Ces forges disposent de soufflets.

13Il est pour le moins curieux de constater que les « forges à la génoise » ont été oubliées par les hommes du fer ariégeois, et n’ont pas été prises en compte par Jules François dans son histoire de la réduction directe dans les Pyrénées, alors que la forge biscayenne est restée bien présente dans la mémoire collective. Le point essentiel est d’insister sur les choix multiples proposés au XVIe siècle.

B/ Une forge née au xviie siècle dans l’est des Pyrénées

  • 37 A. Garrigou, Vallées ariégeoises avant l’invasion romaine, Foix, 1882, p. 36.

14En 1852, l’érudit Adolphe Garrigou, très lié au milieu des maîtres de forges, écrivait : « il n’y a pas encore deux cent ans que nos forges ariégeoises se désignaient par l’appellation de forges biscayennes »37. À ce stade du raisonnement, la fourchette chronologique de notre recherche se trouve réduite au XVIIe siècle. La question est simple : un changement technique se produit-il durant cette période ? Avec pour corollaire : comment mettre en évidence une éventuelle innovation ?

1/ Apparition de la forge à la catalane

  • 38 J. François, « Précis historique sur le traitement direct du fer dans l’Ariège, suivi de quelques d (...)

15Un retour à l’histoire de la réduction directe dans les Pyrénées rédigée par Jules François nous apprend que pour cet ingénieur des Mines la forge qui sera baptisée « à la catalane » apparaît au cours de ce siècle. Dans un premier temps, en 1837, il indique que le changement s’est étalé de 1616 à 1667 ; puis, quelques années plus tard, en 1843, il adopte la fin du XVIIesiècle38. Le recours à la méthode historique appliquée aux documents d’archives de l’époque nous permettra-t-il de confirmer cette datation ? Cette recherche aura, en outre, l’avantage de nous ancrer dans le XVIIe siècle, objet de notre attention.

a/ Le vocabulaire

  • 39 J. Du Puy, Recherche et découvertes des mines des montagnes Pyrénées faicte en l’An mil six cens pa (...)
  • 40 Arch. dép. Haute-Garonne, C 3458.
  • 41 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, B 1093.
  • 42 C. Barrière-Flavy, La baronnie de Miglos. Etude historique sur une seigneurie du haut Comté de Foix(...)
  • 43 Arch. dép. Tarn-et-Garonne, C 458, pièce 43.
  • 44 H. Marcailhou d’Aymeric, Notice historique sur les villages composant le canton d’Ax, Foix, 1909, p (...)
  • 45 Ibidem, p. 86.
  • 46 Arch. dép. Tarn-et-Garonne, C 527, f° 62-65.
  • 47 Arch. dép. Tarn-et-Garonne, C 505, pièce 108.

16Au début du siècle, Jean Du Puy, lorsqu’il décrit les recherches et découvertes des mines des Pyrénées faites par Jean de Malus, signale une « ferrière »39, terme déjà utilisé en 155340. En 1603, l’état des recettes et dépenses du comté de Foix mentionne encore des « moulines » lorsqu’il s’agit d’ateliers de réduction du minerai de fer41. Cependant, dès 1579, il est possible de relever des formules comme « forge ferrière » ou « moulin ferral » pour une même usine42. Dès le premier XVIIe siècle, les occurrences les plus nombreuses commencent déjà à être celles de « forge à fer ». Même si « mouline » et « moulin à fer » sont toujours présents jusqu’aux années 1640, époque à laquelle le basculement en faveur de « forge » devient définitif. L’expression « forge à fer » se rencontre à Ascou le 24 mai 1608, et « forge à faire fer » dans l’hommage rendu par Gaston de Foix en 161143. Mais le 29 février 1642, « moulin ferral » se trouve encore à Orgeix44. Par contre, à Savignac ou à Perles et Castelet, les « moulins à fer » du 29 avril 1602 sont transformés en « forges » le 10 décembre 167045. Des survivances de ces appellations anciennes, de plus en plus rares, se remarquent encore après cette date. Ainsi, en 1675, les forges d’Esclarans et de Sirbal dans la vallée de l’Aston sont désignées comme « moulines à fer »46 ; nous notons encore en 1699 un « moulin à fer » dans la vallée de Vicdessos47.

  • 48 Arch. dép. Ariège, 5 E 434, f° 61.
  • 49 Arch. dép. Ariège, E 663, f° 570.
  • 50 Arch. dép. Ariège, 5 E 514, f° 124 ; Arch. dép. Ariège, 5 E 464, f° 99.
  • 51 Arch. dép. Ariège, 5 E 641, f° 17 ; 5 E 1924, 24 juin 1615, La Cabirole ; 5 E 605, f° 62-65.
  • 52 Arch. dép. Ariège, 5 E 5642, f° 148-149.
  • 53 Arch. dép. Ariège, 5 E 494, f° 211.
  • 54 Arch. dép. Ariège, 5 E 1032, f° 29 et f° 68.
  • 55 Arch. dép. Ariège, E 282.
  • 56 Arch. dép. Ariège, 5 E 1924, f° 33-34 et f° 215-216.
  • 57 Arch.dép. Ariège, 2 B 31, f° 138.
  • 58 Arch. dép. Ariège, 1 Mi 2 R 32.

17Les registres des notaires de la grande région sidérurgique du haut comté de Foix sont-ils susceptibles de nous donner des réponses plus décisives ? À Tarascon, Saurat ou Vicdessos, le terme « forge » apparaît, d’une façon exceptionnelle, en 155748. En 1594, l’expression « moulin ferrier » est toujours utilisée49. Il faut attendre 1609 pour trouver une nouvelle mention de « forge à fer » à Arignac, même si le registre d’un autre notaire de Tarascon présente, toujours en 1609, la « mouline ferrière » d’Arignac50. En 1615, « mouline » ou « moulin ferral » reviennent au milieu des « forges » qui se multiplient51. En juillet 1618, la « mouline ferrale de Lispartens, appelée la forge de Lispartens », à Massat, est arrentée52. À partir de 1634, « forge » l’emporte définitivement même si l’on rencontre encore une « mouline ferrale » esseulée en 164353, ou encore à Ornac en avril 1659, une « moline à fer » qui est appelée « forge » d’Ornac par un autre notaire de la vallée de Vicdessos la même année54. À Foix, en 1604, on note la « forge ferrière », ou « forge ferral » d’Unac55. Mais, dans un registre de 1615, de nouveau « moulin ferral » réapparaît, avec un peu plus loin « mouline et forge » de Burges56. Les registres de la Réformation des forêts conduite par Louis de Froidour dans les années 1669-1670 dressent un état des lieux, ils ne connaissent que « forge »57. Le mémoire de l’intendant de Montauban Le Pelletier de la Houssaye sur sa généralité en 1698 offre aussi un bel exemple du triomphe de « forge »58.

  • 59 Arch. dép. Aude, 63 C 20, f° 1, 16 recto.
  • 60 Montgailhard, Arch. dép. Ariège, 1 C 164. Mijanès, Arch. dép. Ariège, 1 C 165. Généralité de Perpig (...)
  • 61 Arch. nat., K 1162.

18Certes, « mouline » se rencontre encore au XVIIIe siècle bien que de façon très épisodique. C’est le cas de la forge de Gesse dans l’Aude qui, dans un document de 1719, est parfois nommée « mouline », parfois « forge »59 ; il s’agit d’une des toutes dernières utilisations de cette appellation. Il n’est, cependant, pas nécessaire de multiplier les exemples pour ce XVIIIe siècle. Les simples « forges » ou « forges à fer » reviennent quasi exclusivement, à Montgailhard en 1745, à Mijanès en 1772, et dans les états statistiques de la province de Roussillon. À Oust en 1776, le comte de Chambors, étranger aux Pyrénées comme à la sidérurgie, se fait expliquer le fonctionnement (technique et économique) de la « forge » couserannaise de son épouse. Des périphrases sont aussi utilisées : à Bonnac, « forge propre à faire du fer » en 1749 et « forge propre à couler du fer » en 1762. Enfin, en 1732, le très rare « forge en trompe » qui montre aussi combien cet appareil de soufflerie est caractéristique de l’usine qui sera bientôt baptisée à la catalane60. En 1788, « grosses forges » rappellent le vocabulaire de l’Encyclopédie61.

19L’étude du vocabulaire conduite dans les registres des nombreux notaires du haut comté de Foix, dans les documents administratifs, n’est pas vraiment décisive, et ne permet pas de tirer des conclusions définitives pour la recherche du changement technique. Malgré tout, la tendance en faveur de « forge » est très fortement marquée et de plus en plus irrésistible au fur et à mesure que le XVIIe siècle s’écoule. Pourquoi ne pas y voir un premier indice, aussi ténu soit-il ? L’usine sidérurgique appelée « forge à fer » symboliserait ainsi le procédé de réduction directe moderne. Des transformations sont perceptibles au cours du XVIIe siècle sans pouvoir être décrites avec précision. Elles concernent le système hydraulique, le marteau, la soufflerie et d’abord le bas fourneau, élément distinctif d’un procédé sidérurgique.

b/ Le bas fourneau

  • 62 Chio : paroi avant du bas fourneau ; cave : paroi arrière du bas fourneau.
  • 63 Plie : large et épaisse barre de fer posée presque horizontalement au-dessus du chio.
  • 64 J. François, « Précis historique sur le traitement direct », Annales des Mines, op. cit., p. 582- 5 (...)
  • 65 J. François, Recherches sur les gisements, op. cit., p. 318, 320.

20Jules François est le seul à s’être attaché à décrire l’évolution du bas fourneau dans les Pyrénées ariégeoises. Selon lui, au commencement du XVIIe siècle, très précisément en 1616, les creusets seraient sensiblement rectangulaires ; chacune des faces est concave, mais parfaitement distincte, du moins dans la partie supérieure du feu. La région inférieure, située sous le vent, conserve la forme ovale. Puis, vers 1650, les faces de tuyère, de chio et le contrevent seraient sensiblement planes, seule la cave conserve une courbure. Le fond du creuset est laissé ovale, en forme de nid62. Dans tous les anciens foyers on voit toujours les faces de chio et de contrevent également élevées. On n’a pas encore songé à charger plus de minerai dans le feu en élevant les pièces du contrevent au-dessus de la plie63. Les anciens ne se seraient décidés que très lentement à toucher à la tuyère et à sa position par rapport au fond du fourneau. Pour Jules François, il est remarquable que les derniers changements portent toujours sur le saut et surtout l’inclinaison de la tuyère. Obtenant avec cette inclinaison du bon fer doux, ils craignent peut-être d’en altérer les qualités en la faisant varier. Dès 1667, apparaîtrait le feu de la « méthode à la petite catalane » dans laquelle on faisait de 80 à 85 kg de fer forgé par opération de 4 heures. Ce bas fourneau est encore utilisé dans le Vallespir (Pyrénées-Orientales) dans les années 1830-1840. Ce procédé donne un fer mal soudé, peu homogène. François ne doute pas qu’il sera très bientôt (il écrit en 1837) remplacé par la méthode à la catalane proprement dite64. À la fin du XVIIe et au commencement du XVIIIe siècle, le feu de la forge de Ferranès, dans le Séronais, présente d’après lui à peu près la forme que l’on retrouve dans le Vallespir65.

  • 66 Arch. dép. Ariège, 8 S 3.
  • 67 Marrot, « Mémoire sur le traitement des minerais de fer dans les forges catalanes du département de (...)
  • 68 J. François, Recherches sur les gisements, op. cit., p. 317, 318.

21Il est impossible de vérifier la validité de l’évolution du bas fourneau faite par l’ingénieur des Mines. Nous ne pouvons que décrire sa démarche. Il faut d’abord remarquer qu’il s’est appuyé sur ses connaissances professionnelles et sur son expérience personnelle, forte des sept années (de 1834 à 1841) qu’il a passées comme ingénieur en poste en Ariège66. Elles lui ont procuré la réputation de « meilleur constructeur [de forge] du pays »67. Il a dressé, ensuite, une bibliographie qui, parce que fruit d’une réflexion scientifique et historique, donne un état de la recherche à son époque et constitue en elle-même une source pour l’historien des techniques. Jules François indique, ensuite, qu’il a eu recours à la « tradition », à la « chronique écrite » et enfin à l’archéologie. La tradition, c’est-à-dire la mémoire collective de certaines familles de maîtres de forges de la vallée de Vicdessos, reste pour nous difficilement vérifiable. La chronique écrite, c’est-à-dire les sources d’archives, peut, en théorie, toujours être consultée même si un certain nombre de documents a disparu. Mais l’ingénieur ne donne aucune référence précise : « d’après d’anciens titres ». Les renseignements d’ordre archéologique sont nombreux, et utilisés dans une démarche comparative qui permet à François de dresser une chronologie du traitement direct dans les Pyrénées ariégeoises. Son ouvrage conserve ainsi des traces de vestiges et de structures sidérurgiques à jamais disparus (creuset, « des écailles du fond du feu et deux massés de fer qui paraissent être des massés bruts », des « restes de feux de massés »)68. La question essentielle que posent ces vestiges, données fragmentaires, incertaines et invérifiables, est celle de leur datation. Ce point est d’autant plus crucial que Jules François inclut chacun d’eux dans une chronologie raisonnée. Nous aimerions connaître en détails les arguments qui ont conduit l’ingénieur à proposer cette chronologie, hors de tout contexte de fouilles et avec les outils de datation de son époque. Or, nous l’ignorons comme nous ignorons ce que sont devenus ces vestiges.

  • 69 J. Percy, Traité complet de métallurgie, op. cit., tome deuxième, p. 436-437.

22Quelle que soit la valeur scientifique réelle de son travail, Jules François est le seul à avoir élaboré une série complète des formes qu’auraient successivement affecté jusqu’au XVIIe siècle les bas fourneaux dans les Pyrénées ariégeoises, passant graduellement d’une forme circulaire à une forme quadrangulaire, de la forge à bras à la forge à la catalane en passant par la forge biscayenne. Cette évolution et sa chronologie sont reprises en 1865 par le professeur de l’École des Mines de Londres, John Percy. Les traducteurs de son traité, E. Petitgand et A. Ronna, tous deux ingénieurs, signalent qu’ils ont découvert un foyer semblable au bas fourneau de Bielsa décrit par François dans la chaîne des Albères (Pyrénées-Orientales). L’ingénieur londonien ajoute : « M. François et d’autres observateurs » considèrent le creuset biscayen comme le passage graduel du fourneau catalan primitif à celui du XIXe siècle69.

  • 70 Arch. nat. 436 AP 366.
  • 71 Arch. nat., 436 AP 48.

23L’historien, malgré ses efforts, scrutant très attentivement les archives, est incapable de décrire le bas fourneau, qu’il s’agisse de sa forme, de ses dimensions. À plus forte raison d’apprécier son évolution ! Malgré l’indigence des sources dans ce domaine, il est possible de dire que l’apparition d’éléments métalliques dans les parois du fourneau, pièces qui sont mentionnées dans les relations de forge, marque la nouveauté. Les parois du foyer qui a immédiatement précédé le fourneau à la catalane ne comportaient pas de pièces métalliques, elles étaient bâties avec des matériaux réfractaires. Il faut attendre le 27 avril 1699 pour trouver quelques informations que l’on n’ose qualifier de détaillées : « au foc[de la forge à fer de Villeneuve d’Olmes] il y a cinc banquetes, une prie, une platine desous la dite prie, un latairol »70. Une relation de la forge de Barthalé, dans le pays d’Olmes, datée de 1705, offre encore moins de renseignements : « un latairol, trois banquettes, une prie »71, c’est-à-dire des noms de pièces métalliques qui entrent dans la construction du bas fourneau à la catalane. Voilà qui est bien peu !

  • 72 C. Cucini Tizzoni, « Miniere e metallurgia in alta Val Brembana-Bergamo (secoli XII-XVI) », Bergomu (...)

24Costanza Cucini Tizzoni insiste : « le bas foyer, comme on le sait, est une installation… avec des structures extrêmement précaires et modestes, même dans son type le plus complexe et évolué, le fourneau à la catalane »72. Si la structure à la catalane est la plus « complexe et évoluée », c’est parce qu’elle apparaît plus tardivement que d’autres formes de bas fourneaux. Elle est au bout de la chaîne de l’évolution des structures de réduction directe dans les Pyrénées. La recherche historique sur la formation du bas fourneau à la catalane, élément caractéristique d’un procédé sidérurgique, n’a guère été fructueuse. Rare point positif, la confirmation que quelque chose bouge durant le XVIIe siècle.

c/ Les appareils de soufflerie

25Si l’historien s’est trouvé fort démuni pour décrire le bas fourneau et son évolution, étrangement désarmé, incapable de fournir une histoire aussi détaillée que la tentative de Jules François malgré ses fortes incertitudes, il en ira peut-être différemment pour l’étude de la soufflerie, grâce à des archives se révélant plus prolixes.

- Les soufflets

  • 73 Arch. dép. Ariège, 5 E 517, f° 79-80.
  • 74 Arch. dép. Ariège, 5 E 633, f°26, 18 janvier 1651 et 5 E 503, f°101, 23 mai 1652.
  • 75 Arch. dép. Ariège, 2 B 31, f° 138.
  • 76 Arch. dép. Ariège, 2 B 31, f° 134.
  • 77 Arch. dép. Haute-Garonne, 3 E 15 476, f° 123 v°-124.
  • 78 Arch. dép. Ariège, 5 E 734, f° 49-50.
  • 79 Arch. dép. Ariège, 5 E 748, f° 6-7.
  • 80 Arch. dép. Ariège, 144 E suppl. 8.

26Vers 1612, la forge de Sigueilles, dans la vallée de l’Aston, dispose de soufflets73. Les registres notariaux du haut comté de Foix attestent la présence de « manchiers » et de « maîtres manchiers » en 1651 à Albiès dans la région de Tarascon. Toujours des soufflets en 1652 à la forge d’Urs74. La tuyère, « tuere » ou « tuelle » est présente depuis longtemps dans les textes. Les registres de la Réformation des forêts de 1669 ne comportent aucune ambiguïté : « toutes les dites forges travaillaient les unes plus et les autres moins à proportion qu’il y a de l’eau pour faire aller le marteau et les soufflets »75. L’auteur de cette affirmation est Jean Pierre Alexis, l’expert consulté par Louis de Froidour qui veut comprendre comment fonctionnent ces forges pyrénéennes qui ne lui sont pas familières. Qui est Jean Pierre Alexis ? Il s’agit d’un marchand demeurant à Foix, qui a été présenté à de Froidour comme « estre le plus intelligent, et le plus expérimenté dans la conduite des forges pour nous informer de tout ce qui concernait le détails des forges »76. Quelle valeur pouvons-nous accorder à cet expert ? Les marchands rencontrés dans la documentation sont rarement des spécialistes des questions techniques. Quelque temps plus tard, au début des années 1680, Arnaud Sans, marchand de Tarascon, fermier de la forge de Rabat s’aperçoit que son usine « a besoin d’estre mise en manches ou soufflets a esté convenu que le dit fermier faira faire ledit changement aux despens dudit seigneur »77. Comment comprendre ce désir d’équiper la forge de soufflets ? Notre perplexité est renforcée par l’utilisation du terme « changement » pour qualifier cette opération ; c’est donc qu’un autre type de soufflerie fonctionne. Quoi qu’il en soit, les soufflets sont installés, « dans la susdite forge de Rabat il y a des soufflets que ledit Durand y a fait mettre » (4 août 1689)78. Le 13 janvier 1703, lors de l’afferme de la forge ferrale de Surba au sieur Sens, marchand de Limoux, les témoins constatent que « ladite forge est entièrement ruinée sans qu’en aucune manière on en puisse faire du fer ». Sens devra fournir la somme de trois cents livres, c’est-à-dire une somme égale à la valeur d’une année d’afferme « pour acheter le postam [les planches] chevilles qu’est pour les soufflets de la forge, tous les ferremens nécessaires… et tout le nécessaire pour rendre la forge forjante ». Jean Surre, habitant de Saurat, et François Sensier dit Barière, maître charpentier de Tarascon, feront les réparations. Ce bail de location contient une information technique de premier ordre, il mentionne « la rode des manches » (la roue des soufflets)79. Le bail d’afferme de la forge des Esquéranes à Saurat, daté du 31 juillet 1685, précise que les soufflets « ne sont point compris »80 alors que d’ordinaire, à cause de leur prix élevé, leur état est très soigneusement évalué. Cette absence indique-t-elle qu’un choix est possible, que le fermier peut installer un autre appareil de soufflerie ? Période d’hésitation pendant laquelle l’ancien résiste encore à la nouveauté qui n’est pas encore parvenue à imposer sa supériorité ou ses avantages.

- La trompe

27Quel serait ce nouvel appareil de soufflerie qui concurrencerait les soufflets traditionnels ? Avant d’ouvrir le dossier des recherches actuelles, revenons un instant à Jules François qui date l’adoption de la trompe dans les Pyrénées de la fin du XVIIe siècle. Ce nouvel appareil de soufflerie a entraîné, selon lui, l’obligation de donner une forme moins évasée à la tuyère qui est plus avancée au feu. Consultons maintenant les archives. Curieusement si l’on songe au grand nombre de forges des Pyrénées ariégeoises, la première trace de l’utilisation d’une trompe dans le centre et l’est des Pyrénées se rencontre dans un document andorran. L’importance de ce document, oblige à le citer tel qu’il a été publié :

  • 81 J. Riera i Simon, Santa Maria de Meritxell, Centre Agricola i Ramader, Andorra, 1988, p. 90. Olivie (...)

28« Le 27 jour du mois de mai. Année 1643, dans le lieu de Canillo. Juan Borrell et Pere Borrell son fils et Ramon Grau du lieu de Muglos, Royaume de France, nous engageons à faire une forge pour Miquel Adallach, … sur la terre de rive de Canillo, … où se fera la forge et le patus de la dite forge a huit canes à tout les côtés etc. sans l’atelier etc. et ceux-ci ont dit faire la paichère de huit canes de long et de six de large, le paicherou comme on en aura besoin. Mais de faire la dite forge avec des trompes etc. et de faire cela pour le prix de quatre cents soixante-dix francs de vingt… et promettent de la rendre achevée pour la saint Michel de septembre prochain du dit jour et année…»81.

  • 82 Arch. dép. Ariège, E 87, f° 22.
  • 83 M. Chevalier, La vie humaine dans les Pyrénées ariégeoises, op. cit., p. 337, 349, 627, 642 ; C. Pa (...)
  • 84 Arch. dép. Ariège, 64 E suppl. CC1, f° 31 v° ; Arch. dép. Ariège, 64 E suppl. GG1, état civil ancie (...)

29Les trois constructeurs de cette « fargua de fer dita fargua ab trompes » viennent de Miglos, baronnie de la vallée de Vicdessos. La vallée de Miglos a une longue tradition sidérurgique. En 1579, « la forge ferrière ou mouline ferral » travaille encore82. Le seigneur de Miglos possède à Junac une forge jusque dans les années 1780. Les liens entre Miglos d’une part, Ordino et Canillo de l’autre, sont très anciens et fort solides. D’abord, bien sûr, grâce à la proximité géographique, mais aussi et peut-être surtout grâce aux relations qui se sont tissées au cours des siècles. La paroisse de Canillo qui partage les pâturages d’été avec la communauté de Miglos verse une redevance en fromages et en jambon au seigneur de Miglos en vertu d’un traité de « lies et passeries » depuis au moins le XIVe siècle. Il s’agit d’un accord entre vallées qui garantit le commerce, le pacage et la sécurité des personnes, même en temps de guerre entre l’Espagne et la France. Les délégués du Conseil général des vallées d’Andorre viennent prêter serment à la Saint-Jean, la grande date de la transhumance. Ce serment s’accompagne toujours de l’hommage au roi. Les franchises de Miglos, en 1462, mentionnent les droits de passage acquittés par les Andorrans qui traversent la baronnie pour transporter en France des marchandises83. Borrell et Grau, ces patronymes n’ont pas été retrouvés dans les registres paroissiaux de la baronnie dont seulement un tout petit nombre nous est parvenu. Un siècle plus tard, vers 1750, des fragments du terrier et de l’état civil ancien mentionnent une famille Gran84. Quoi qu’il en soit, l’engagement des hommes de Miglos pour construire une « farga ab trompes » démontre incontestablement la reconnaissance de leur savoir-faire. Ce qui tend à prouver que, en premier lieu, cet appareil de soufflerie est suffisamment remarquable pour, aux yeux des contemporains, caractériser un type de forge qui peut être qualifié de nouveau sans trop solliciter les sources. La présence de la conjonction « més » renforce l’impression de nouveauté : il s’agit bien de construire une forge, mais pas du modèle habituel, celle-ci doit avoir des trompes. Nous pouvons, ensuite, affirmer que la trompe était indubitablement déjà connue en 1643 dans le comté de Foix et son utilisation maîtrisée. Cet acte n’offre guère de renseignements techniques, « la pexera » (la « paichère », la chaussée) aura 20 canes de long et 6 de large, « lo pexero » (le « paicherou », le bassin de la trompe), sans précision, « lo que aurà menester », de la taille qui conviendra, autre signe de la nouveauté puisque l’on ne connaît pas ses dimensions.

  • 85 Arch. nat., 436 AP 48.
  • 86 Arch. nat., 436 AP 366, n° 2.
  • 87 Arch. nat., 436 AP 48.
  • 88 Arch. dép. Ariège, 1 B 51, document 230.

30Les premières descriptions détaillées d’une trompe datent de la fin du XVIIe et du début du XVIIIe siècle. La relation de la forge de Laprade à Villeneuve d’Olmes, rédigée en 1693, constate qu’« il faut refaire de neuf le devant de la trompe, le borec avec son canon en bon estat »85. En 1699, à la forge de Villeneuve d’Olmes, les experts constatent : « une cloison de planches tout alantour de la trompe. la trompe le 1/3 usée, le canon de la trompe demy usé le bourec bon, le canon du bourec demy bon…. les trompils en bon estat »86. En 1704, lors de la visite de la forge de Barthalé, « la trompe en bon état pouvant avoir diminué d’un cart…, les canons de la trompe demy usés… le paicherou de la trompe »87. En 1706, à la forge de Lirbat : « les trompes le devant d’icelles est fait à neuf et le restant diminué par moitié, les arbres des trompes, paycherou et trompils, les arbres et trompils mis a neuf et la moitié du paycherou aussy mis a neuf le restant en fort bon estat, de plus ont vérifié le canalat qui porte l’eau aux trompes »88.

  • 89 J. François, Recherches sur les gisements, op. cit., p. 320.
  • 90 J.-H. Hassenfratz, La Sidérotechnie, op. cit., tome 2, p. 6
  • 91 M. Urteaga, El Tratado de Metalurgia, op. cit., p. 91-92.

31Dans le cas de la forge à la catalane, l’innovation ne résulte pas de l’invention d’un appareil nouveau, mais de l’adoption d’une machine soufflante venue d’ailleurs. Jules François indique dans une note : d’après Grignon (Karsten, tome II) et de Swedemborg, De ferro, la trompe aurait été inventée et appliquée au travail du fer de 1640 à 1682 en Italie89. En réalité, les traités français du XVIIIe siècle, en particulier celui de Grignon, font état d’une invention toscane des années 1630-1640. Hassenfratz, après avoir fait l’histoire de la découverte des soufflets de bois, se penche sur la trompe. Il cite lui aussi Grignon et ajoute que la première description qui fut faite en français se trouve dans le Journal des Savants du 5 avril 1666. Ce numéro fait connaître les trompes employées à Tivoli, près de Rome. Il note qu’Agricola qui a décrit toutes les machines soufflantes qui existaient en 1553, époque de l’impression de son ouvrage, n’avait aucune connaissance de ces sortes de machines qui furent, selon lui, créées depuis. De l’Italie, les trompes se répandirent dans les Alpes, puis dans les Pyrénées. Hassenfratz livre le constat suivant : il lui paraît singulier dans un premier instant que ces sortes de machines semblent, en quelque sorte, « reléguées dans ces deux chaînes de montagnes », bien qu’elles aient été décrites et publiées avec éloge dans un grand nombre d’ouvrages. Cela est cependant très naturel, ajoute-t-il, puisque les trompes nécessitent une chute d’eau assez considérable90. Comment, par quels vecteurs, les trompes ont-elles été connues dans les Pyrénées ariégeoises ? La seule indication dont nous disposons est rapportée par Don Maria De Munibe en 1770 : « nous ne dirons rien de l’inventeur de cette machine qui n’est pas très ancienne et que les gens du Pays [de Foix] attribuent à un capucin »91.

  • 92 M. Tizzoni, Il comprensorio minerario e metallurgico delle valli Brembana, Torta e Averara dal XV a (...)
  • 93 M. Calegari, E. Baraldi, « La forge à la génoise comme facteur de l’écosystème des Apennins en Médi (...)
  • 94 Les articles de référence sur la trompe sont : J.-F. Belhoste, « La trompe hydraulique. Naissance e (...)
  • 95 M. Laborde, « Ferrones », Euskaldunak, op. cit., p. 317 ; E. Fernandez de Pinedo, « From the Bloome (...)

32En réalité, cette machine soufflante a, certes, été inventée en Italie, mais, au XVIe siècle. Marco Tizzoni remarque : « comme système de ventilation, les fourneaux utilisaient des soufflets actionnés par des roues, jusqu’à la moitié du XVIe siècle quand fut introduite la trompe hydraulique. Cette innovation technologique serait apparue au contraire dans la région de Brescia seulement un siècle plus tard, ce qui témoigne du fort conservatisme de la tradition sidérurgique lombarde. À l’appui d’une utilisation précoce de la trompe… le fait que les maîtres qui travaillaient au haut fourneau… dans la deuxième moitié du XVIIe étaient parfaitement à l’aise avec ce type d’installation de soufflerie, s’ils ne l’avaient pas connu auparavant, ils auraient certainement refusé de l’utiliser »92. Pour Enzo Baraldi et Manlio Calegari, la première mention d’une trompe se rencontre en 1589. Les trompes hydro-éoliennes équipant les « feucas focinas » de la région de Rome apparaîssent dès 1589 dans la Magiae Naturalis Libri Vingiti de Giovanni-Battista Della Porta93. Dans la zone d’influence génoise, les premières sources décrivant l’utilisation de la trompe remontent aux années 1620. Dans un inventaire de 1627, rédigé à l’occasion de la modernisation d’une forge, il est dit expressément, « les trombes qui fonctionnent à la place des soufflets ». Dans tous les cas, dans l’aire d’influence de Gênes, l’utilisation de la trompe est liée à la réduction directe. Sa diffusion en Corse (1629), dans les Alpes, en Dauphiné (à Allevard en 1645), est rapide94. Les liens étroits au XVIe siècle entre les Pyrénées et la sidérurgie italienne peuvent expliquer la rapidité avec laquelle la trompe a été connue dans ces montagnes, surtout si l’on retient la fin du XVIe pour son apparition. Dès 1633, des maîtres de forges biscayens dont les usines fonctionnent également en réduction directe, essaient ce nouvel appareil95. Pour Jean-François Belhoste, ces tentatives d’introduction de la soufflerie par trompe dans les forges basques sont également réalisées par l’intermédiaire des Génois. Le comté de Foix qui entretient des liens étroits avec la Biscaye adopte cette innovation italienne moins de dix années plus tard. Influence génoise directe ou détour par le Pays Basque ? La récapitulation des données concernant la soufflerie met, immédiatement, en lumière un chevauchement chronologique : la construction de soufflets est encore projetée en 1703 alors que la trompe est connue dans les Pyrénées ariégeoises depuis au moins 1643. Soufflets et trompes ont, par conséquent, coexisté jusque dans les années 1680-1690, date à laquelle la trompe triomphe définitivement pour devenir l’unique appareil de soufflerie des forges à la catalane dès la première décennie du XVIIIe siècle.

  • 96 Tardy et Thibaud, « Expériences faites sur les trompes (machines soufflantes) des forges de Vicdess (...)
  • 97 T. Richard, Études sur l’art d’extraire immédiatement le fer, op. cit., p. 221.

33Il est temps de donner une définition de la trompe à eau : appareil de soufflerie dont l’originalité est de ne mettre en jeu que des phénomènes hydrodynamiques, sans qu’il soit besoin d’un mécanisme et d’une partie mobile comme pour les soufflets. Le vent injecté dans le bas fourneau est produit par la chute de l’eau qui entraîne l’air aspiré dans un tuyau vertical. La simplicité de fonctionnement ne signifie pas simplicité du principe. Mariotte, dans son Traité du mouvement des eaux publié en 1685, consacre quelques pages au principe de fonctionnement des trompes. Bélidor décrit cet appareil dans le deuxième volume de son Architecture hydraulique. Bernouilli, Venturi étudieront à leur tour cet appareil de soufflerie qui intrigue les savants. Plus tard, en 1823, Tardy et Thibaud et, en 1828, d’Aubuisson réalisent des expériences sur les trompes. Ils s’appuient sur l’observation des machines soufflantes installées dans les forges de Vicdessos et à la mine de Rancié où l’exploitation profonde nécessite un apport d’air96. Richard constate que « ce que l’on sait sur les trompes est encore assez vague ; et il n’est pas étonnant que la théorie de ces machines reste encore à faire. J’ai, pour ma part, fait d’inutiles efforts pour la créer ; peu confiant dans mes propres forces, je me suis décidé à soumettre d’assez nombreuses observations qui m’étaient propres à un homme bien haut placé dans la science ». La réponse a été décevante : « on ne pourrait quant à présent, ramener les effets de cette singulière machine à dépendre d’une théorie satisfaisante, et son établissement devait être fondé seulement sur les observations »97. Malgré l’uniformité du principe, il existe des différences importantes entre la trompe des Pyrénées et celles des Alpes, de Corse, d’Italie. La trompe est d’une construction relativement simple. Son exigence principale est la disponibilité d’une chute et d’un grand débit d’eau. Son rendement n’est du reste pas excellent, ce qui est en quelque sorte la rançon de sa simplicité. Mais lorsque l’eau est abondante, son usage est recommandé. Le choix laissé aux constructeurs de forge dans les Pyrénées ariégeoises invite à comparer les avantages et les inconvénients respectifs de ces deux appareils de soufflerie.

- La comparaison soufflets-trompes

  • 98 Arch. dép. Hérault, C 2736, f° 320. 28 juillet 1732.
  • 99 Arch. dép. Hérault, C 2736, f° 320, 30 septembre 1732.
  • 100 Arch. dép. Hérault, C 2736, f° 321, 6 octobre 1732.
  • 101 Arch. dép. Hérault, C 2736, f° 321.
  • 102 Arch. dép. Ariège, 1 J 57, 3 octobre 1732.

34Les archives languedociennes permettent de connaître d’une façon directe ce que les hommes du fer du XVIIIe siècle pensent de l’une et l’autre de ces machines soufflantes, indépendamment des traités techniques. Le Conseil du roi, pour lutter contre les interruptions de fabrication entraînées par le manque d’eau, envoie aux intendants la description d’une « machine mue par deux chevaux pour remplacer le rouage ordinaire à l’eau employé dans les fonderies » pour qu’ils la fassent connaître aux métallurgistes de leurs provinces98. Plusieurs des réponses faites par les maîtres de forges pyrénéens à ces informations sont disponibles. Ainsi, Simorre, subdélégué à Mirepoix, synthétise les opinions des maîtres de forges avec lesquels il s’est entretenu, dans une lettre à l’intendant à Perpignan datée du 30 septembre 1732. Ces derniers ne pourraient faire usage du procédé parce que « dans toutes les forges de [son] département on apure la mine sans se servir d’aucun soufflet, au lieu duquel on se sert d’une machine plus simple et plus curieuse qu’on appelle trompe ». Il ajoute : « je ne vois pas trop qu’en ce païs ou l’eau ne manque pas qu’on quitte cet uzage dont l’on se sert avec succès, pour avoir recours au rouage à cheval qui est plus composé, plus aisé à se détraquer et plus difficile et plus couteux à entretenir »99. Peyre, subdélégué à Limoux, s’est adressé aux fermiers des forges qui lui ont affirmé que « la fabrique du fer de ce pays est toute différente à celle de Bourgogne et que la machine avec laquelle l’ouvrier veut faire donner du vent, au moyen des soufflets et des chevaux, à la place de celui que l’eau donne, serait inutile dans ce pays ». De toute façon, « la construction d’une forge couterait moins que cette machine »100. Parfois, l’avis des sidérurgistes nous parvient sans intermédiaire : « les soussignés commis a la forge de Mijannes dizent que les forges qu’ils ont en main sont construites avec trompe… Les forges de Richatel et autres voisines… doivent estre surement à notre connaissance… des forges à manche sur l’eau autrement dit à soufflet… Le rouage à cheval serait très difficile à establir dans ce pays primo en ce qu’il en couterait beaucoup au particulier des forges suivant toute apparence que de faire bastir une forge en trompe comme elles sont dans tous les pays circumvoisins »101. Pour les maîtres de forges de la subdélégation du Pays de Foix, cette machine n’a pas d’intérêt, « parce que la dépense des soufflets qui sont une appartenance de cette machine sont d’une trop grande dépense, dont on a fait l’expérience autrefois en ce Pays et qu’on a été obligé d’abandonner à cause de cela, se servant aujourd’hui d’une trompe où l’eau est nécessaire pour donner du vent au fourneau »102.

  • 103 Arch. dép. Hérault, C 2736.

35Il est indispensable d’écouter la libre parole des techniciens lorsque nous le pouvons. Elle permet d’éclairer le choix des maîtres de forges des Pyrénées ariégeoises et d’expliquer le triomphe de la trompe. Premier avantage de la trompe : son faible coût de construction. Un lien direct est relevé entre le prix de construction et l’abandon des soufflets. Le choix s’est alors porté naturellement sur la trompe de construction facile et peu onéreuse, un simple charpentier suffit. Elle ne comporte pas de pièces mobiles, contrairement aux soufflets qui ont roue et système à cames ou des bielles-manivelles. Il existe donc peu de risques d’incidents, de pannes. Les soufflets sont un système « qui est plus composé, plus aisé à se détraquer et plus difficile et plus couteux à entretenir ». L’entretien de la trompe se fait donc à peu de frais. L’essentiel consiste à maintenir l’étanchéité de la caisse à vent. Enfin, toujours en 1732, il est remarqué qu’« autrefois on se servoit dans les forges de soufflets… mais depuis qu’on a trouvé cette machine de trompe il se fait beaucoup plus de fer et en moins de temps »103.

  • 104 El Tratado de Metalurgia, op. cit., p. 229-234.
  • 105 M. Urteaga, « Novedades en el diseno de los soplantes : Haizearkas y barquinas de tabla », El Trata (...)
  • 106 Extractos de las juntas generales celebrados par la RSBAP, Vitoria, 1767, p. 117 ; V. Vasquez de Pr (...)
  • 107 Extractos, op. cit., 1773, p. 51-53.
  • 108 J.-H. Hassenfratz, La Sidérotechnie, op. cit., tome 2, p. 63.
  • 109 Ibidem, La Sidérotechnie, op. cit., tome 2, p. 134.
  • 110 Tardy et Thibaud, « Expériences faites sur les trompes », op. cit., p. 595-628.
  • 111 P. Fluzin, « Notions élémentaires de sidérurgie », Métallurgies Africaines. Nouvelles contributions (...)
  • 112 D’Aubuisson, « Expériences faites sur la trompe du ventilateur des mines de Rancié », op. cit., p.  (...)

36Des années plus tard, à partir de la décennie 1760, la Real Sociedad Bascongada de Amigos del Pais se préoccupe de la mauvaise situation de la sidérurgie biscayenne. En 1766, elle ouvre un concours pour déterminer quel est le meilleur procédé de soufflerie (soufflets en cuir, en bois ou trompe) pour les ferrerias. En 1770, Grignon envoie à la société académique un Mémoire sur les soufflets. Il obtient le premier prix. Don Joseph Manuel de Goyri, constructeur de forge biscayen, obtient l’accessit. Cette même année, Don Ramon Maria Munibe donne une description très détaillée de la trompe du Languedoc et du pays de Foix, à la fois par le texte et grâce à quatre planches104. En juin 1771, la Real Sociedad confronte les observations de Munibe, les remarques de Grignon sur les soufflets, les opinions des maîtres de forges biscayens dans les noticias que sobre las trompas o aicearcas presenta la Comision de Cienca y Artes Utiles de Guipuzcoa a la Junta Semanaria del 15 de Junio 1771105. Ces comparaisons, cependant, ne conduisent à aucun résultat décisif, la commission estime que l’un et l’autre procédé sont valables, selon les circonstances106. En effet, « le vent de la trompe [la aicearca] n’a pas de conséquence préjudiciable sur la bonne qualité du fer, il n’entraîne pas non plus une plus grande consommation de charbon ; les avantages par rapport aux soufflets de cuir ou de bois, son coût d’entretien, font que l’on doit préférer la trompe là où la situation et la quantité d’eau le permettent »107. Hassenfratz, en 1812, résume en une phrase son opinion sur les trompes : « ces machines soufflantes si simples, si extraordinaires et si ingénieuses »108. Cet enthousiasme ne doit pas faire illusion, l’illustre professeur de l’École des Mines, après s’être livré à l’examen des avantages et des inconvénients de chaque machine soufflante, conclut : « aussi, les trompes sont-elles, sous le rapport de la dépense du charbon, de très mauvaises machines soufflantes, que l’on devrait détruire partout où elles existent, pour les remplacer par des machines qui produiraient de l’air sec »109. Déjà, en 1732, les commis de la forge de Mijanès avaient constaté que, dans une forge à soufflets, « le vent en doit estre trop sensiblement plus sec que celui qui vient d’une trompe ». Ils y voyaient un avantage supplémentaire de la trompe. Tardy et Thibaud, en 1823, sont persuadés du contraire110. La trompe assurerait un souffle continu avec un débit plus important, plus en tout cas que celui obtenu par le jeu alternatif des soufflets hydrauliques111. D’Aubuisson affirme, en 1828, la supériorité de la trompe sur les autres machines soufflantes parce « qu’elle est la plus simple et la plus facile à construire parmi toutes ces machines, qu’elle exige le moins de frais d’entretien et de soins ; celle dont l’action se modère et se régularise le plus aisément ; elle est susceptible de donner autant de vent et un vent aussi fort que peuvent l’exiger les divers feux des usines métallurgiques alimentées avec du charbon de bois »112.

  • 113 Dietrich, Description des gîtes de minerai, op. cit., p. 384-386, 391-393, 450-453, 461-465.
  • 114 Muthuon, Traité des forges dites catalanes, op. cit., p. 46-47.
  • 115 E. Pujolle et P. Machot, « Asson et Nogarot : deux forges à la catalane en Béarn au XIXe siècle », (...)

37Les Pyrénées centrales et orientales ont adopté la machine soufflante innovante. La greffe, en revanche, n’a pas pris en Biscaye. Or, ces deux régions montagneuses possèdent des forges de réduction directe, avec un système hydraulique comparable. Les dénivellations du Pays basque étaient-elles insuffisantes ? Les forges fuxéennes ne disposent pas toujours d’une chute importante. C’est le cas de la forge de la Vexanelle à Vicdessos. La solution choisie par les sidérurgistes consiste alors à ajouter un troisième arbre à la trompe. Les conditions topographiques, climatiques et hydrauliques n’apportent pas de réponses convaincantes. Faut-il se tourner vers la technique ? La trompe du milieu du XVIIe siècle était à l’évidence, pour Jean-François Belhoste, beaucoup plus rudimentaire, exigeant un volume d’eau plus important. C’est peut-être là la raison du refus de la nouveauté par les sidérurgistes basques. Mais le peu de temps qui s’écoule entre la tentative biscayenne avortée des années 1630 et la lente adoption de cette machine soufflante dans les Pyrénées ariégeoises à partir des années 1640 peut-elle s’expliquer seulement par les améliorations qui auraient été apportées à la trompe primitive ? Certes, l’hypothèse est séduisante, elle justifierait, aussi, le choix irrémédiable tardif de l’est des Pyrénées : les maîtres de forges, unanimes, se seraient ralliés définitivement, au début du XVIIIe siècle, à un appareil plus élaboré et plus efficace. Faut-il y voir une transition vers la machine que l’Encyclopédie nommera « trompes du Pays de Foix », par comparaison avec les « trompes du Dauphiné » avant qu’elle devienne la « trompe des Pyrénées » au XIXe siècle ? Dans les Pyrénées occidentales françaises, dans le Béarn, la trompe est mentionnée vers 1663 ou un peu avant. À la fin du XVIIIe siècle, Dietrich dresse un tableau édifiant, seules les forges où le traitement « à la manière du Comté de Foix » est mis en œuvre par des ouvriers ariégeois disposent d’une trompe. Dans le Pays basque, la forge de Larrau où « le travail Biscayen était en usage » avait « d’assez mauvais soufflets de cuir », ils viennent d’être remplacés par une trompe à trois arbres juste avant son passage113. En l’an VIII, Muthuon construit une forge sur le modèle ariégeois à Banca. Or, il recrute des forgeurs navarrais dont le savoir-faire est mal adapté au vent continu de la trompe, « les ouvriers qui sont accoutumés à travailler avec des soufflets ne réussissent pas et ne réussiront pas d’abord également bien avec des trompes »114. La résistance des ouvriers basques impose le retour aux soufflets après le départ de l’ingénieur des Mines en 1801115. Dans les Pyrénées occidentales, la coexistence des soufflets et de la trompe dure jusqu’à la disparition de la forge à la catalane dans la seconde moitié du XIXe siècle. Les forges du Pays basque restent fidèles aux soufflets.

  • 116 C. Mas, Historia de la farga catalana, op. cit., p. 73.
  • 117 J. Mascarella i J. Rovira, La Farga, op. cit., p. 49.
  • 118 C. Mas, Historia de la farga catalana, op. cit., p. 75. Ces deux termes sont aussi utilisés dans le (...)
  • 119 Ibidem, p. 77.
  • 120 V. Yzard, Les montagnes du fer, op. cit., tome I, p. 309, 333 et suivantes.
  • 121 O. Codina, J. M. Bosch, A. Vila, Le dernier bas fourneau. L’obtention du fer par le système direct (...)

38Une chronologie quasiment synchrone et un processus quasiment identique à ceux des Pyrénées ariégeoises sont relevés dans la Catalogne voisine. Dans les inventaires que Carlos Mas a étudiés, les soufflets (« barquines ») sont encore utilisés en 1640 à la forge de Roques Blanques par exemple. Les premières mentions de trompes datent de 1707 à la forge de Talltorta et de la seconde moitié du XVIIIe siècle à Alins, Ainet et à Llavorsi116. Cet historien catalan conteste l’affirmation selon laquelle l’inventaire de la forge de Planoles, daté de 1624, montrerait que la trompe est déjà présente parce qu’elle dispose de « botàs y botasset »117. Or, l’existence d’un grand bassin (boutas) et d’un petit bassin (boutasset) ne signifie pas la présence obligatoire de la trompe. Ces deux éléments d’un système hydraulique se justifient tout autant lorsque des soufflets dont les roues nécessitent aussi des réservoirs sont utilisés118. Carlos Mas continue sa démonstration : « ainsi, la première référence documentée que nous avons aujourd’hui est le projet de construction de la forge de Canillo en Andorre en 1643, réalisée par un maître français. La farga de Talltorta (en Cerdagne) qui est construite au début de l’année 1670, selon Galceran et dont nous avons conservé l’inventaire de 1707 où sont mentionnées les trompes. Encore ne pouvons-nous conclure totalement à ce sujet, pourtant il semble qu’entre 1640 et 1670 la trompe soit présente dans les Pyrénées catalanes, coexistant avec le système des soufflets »119. L’importance du document andorran se trouve renforcée par l’étude conduite par Carlos Mas. L’historien catalan ne conclut pas à la précocité de la Catalogne dans l’utilisation de la trompe. Bien au contraire, d’après lui, ce seraient bien les constructeurs ariégeois qui auraient introduit cet appareil de soufflerie en Catalogne. Pour le Roussillon, les sources permettent de fixer l’apparition de la trompe dans les années 1659-1670. En 1659, l’inventaire de la forge de Baillestavy mentionne « las canals de las trompas y lo botasset y las trompas »120. En Andorre, les soufflets de la forge de Puntal sont achetés dans le comté de Foix. La première forge à trompes est construite en 1643. La sidérurgie andorrane ne parvint pas à survivre à la sévère crise économique que connurent la principauté et les régions catalanes dans les années 1650-1655. Toute activité métallurgique disparut jusqu’à la fin du siècle. La reprise est marquée par la généralisation de la trompe121.

  • 122 C. Raynaud, « Moulins à fer et forges catalanes : mise en place d’une proto-industrie dans les Pyré (...)
  • 123 M.-C. Marty Ferriol, « Les forges à la Catalane dans l’Aude, XVIIe et XIXe siècles », Mémoires de l (...)

39Dans l’Aude, où travaillent les forgeurs ariégeois, les premiers documents qui la mentionnent datent de 1715. Parmi les frais de réparation de la forge de Roquefort-de-Sault, on note : « 30 livres à Jean Cabanes charpentier de Luzenac pour la troumpe fette de neuf », le constructeur, ici aussi, vient de la vallée de l’Ariège, du comté de Foix. Dans le même temps, le réservoir (boutas) pour un coût estimé à 9 livres est modifié, ce qui suggère une adaptation du système hydraulique à la nouvelle machine soufflante. Cette chronologie est précisée par une remarque de 1747 à propos de Gincla : « le sieur Dutard âgé de 58 ans a entendu dire à feu son père qu’il y avoit anciennement une forge de fer à soufflet qu’on mit après en trompe »122. Cette forge aurait été ruinée en 1673 ou au début du XVIIIe siècle123.

  • 124 J. François, « Précis historique », Annales des Mines, op. cit., p. 586.

40Dans les forges des Pyrénées centrales et orientales donc, le remplacement des soufflets par la trompe est progressif, à l’image de l’évolution par étapes de la forme et des dimensions du bas fourneau. Ce changement d’appareil de soufflerie, plus commodément perceptible dans les archives que les modifications du fourneau, sert de marqueur du passage d’un procédé sidérurgique à un autre. Les hommes du XVIIe siècle l’ont bien compris lorsqu’ils ont créé l’expression « forge avec trompe » pour marquer l’arrivée d’un nouveau procédé sidérurgique. Sa présence a frappé les contemporains puisqu’ils l’utilisent pour définir l’usine nouvelle. La trompe est certes une des caractéristiques essentielles de la forge à la catalane, mais elle ne suffit pas à déterminer cet atelier sidérurgique. D’autres forges de réduction directe, dans les Alpes ou en Italie, en Corse, l’utilisent aussi. Des hauts fourneaux, dans les Alpes et en Italie, font de même. Dans des mines, enfin, dans des martinets à cuivre ou à fer, elle peut être présente. L’adoption de cette soufflerie hydraulique symbolise cependant la fin de la période d’élaboration du procédé à la catalane124.

d/ Le procédé sidérurgique

  • 125 GSAF/SAGEA, Technique des fouilles. Minerai, scories, fer, op. cit., p. 79.
  • 126 Arch. dép. Hérault, C 2736, f° 320-321 ; Arch. dép. Ariège, 1 J 57.
  • 127 B. Gille, Les forges françaises en 1772, op. cit., p. 139-140.

41En 1732, les réponses à la proposition des autorités d’utiliser une machine mise au point en Bourgogne montrent que les sidérurgistes pyrénéens ont délibérément choisi de rester fidèles à la réduction directe, qu’ils n’ont pas agi par ignorance du procédé indirect. Les deux méthodes de réduction sont opposées terme à terme : « dans toutes les forges [du] département on apure la mine sans la rendre liquide ou coulante ». L’emploi du terme : « gueuse », lingot en forme de barre en fonte moulée à la sortie du haut fourneau125, le confirme. Dans le même temps, les praticiens décrivent précisément de ce qui sera appelé ultérieurement forge et méthode à la catalane. Dans ces forges, « se servant… d’une trompe où l’eau est nécessaire pour donner du vent au fourneau… parce qu’il faut toujours indispensablement de l’eau pour faire aller le grand marteau de la forge qui bat et étire et met la gueuse en barres de fer… qui se travaille icy et qu’on y fait les ouvrages en fer à la même chaufée sans le laisser reffroidir »126. Les observations portées à l’occasion de l’enquête de 1772 donnent une définition du procédé utilisé dans les forges de la généralité de Perpignan : « il n’y a point de fer de fonte… Tous les fers sont malléables et tirés sous les marteaux en barres de différentes longueurs, grosseurs et calibres »127.

  • 128 Arch.dép. Ariège, 2 B 31, f° 139.
  • 129 O. Codina, De fer et de laine. Économie et société des vallées andorranes de 1575 à 1875, op. cit., (...)
  • 130 J. François, Recherches sur les gisements, op. cit., p. 321.
  • 131 Courtivron et Bouchu, Art des forges et fourneaux de fer, 1761-1762, p. 32.

42La Réformation des Forêts donne en 1669 les premiers chiffres caractéristiques d’un procédé sidérurgique qui soient exploitables pour un historien : « une forge qui a l’eau et le charbon à suffisance rend 10 quintaux de fer de 24 heures en 24 heures. Que pour produire 1 quintal de fer, il faut 3 quintaux de mine de sorte que pendant les 24 heures il faut 30 quintaux de mine. Que pour cuire et façonner une charge de fer qui est de 3 quintaux de mine il faut 8 charges de charbon. La charge est composée de 2 sacs »128. C’est-à-dire que la forge qui travaille au milieu du XVIIe siècle dans les Pyrénées ariégeoises produit un peu plus de 400 kg de métal en 24 heures avec 1200 kg de minerai. « Pour produire 1 quintal de fer », une quarantaine de kilogrammes de fer, 120 kg de minerai environ sont nécessaires. Nous ne connaissons malheureusement pas la durée d’une réduction. Toutefois, en Andorre, de 1619 à 1630, elle est de 4 heures, soit 6 massés en 24 heures, à la forge de Puntal ; le poids du massé, difficile à calculer, semble varier de 46 à 80,9 kg selon Olivier Codina qui, à partir des données comptables des années 1620 à 1627, trouve un poids moyen de 58 kg ; un autre mode de calcul donne 65,2 kg. Seul un quart des productions hebdomadaires atteint les chiffres donnés par de Froidour129. Jules François écrit que, dès 1667, on ne faisait en 24 heures que 5 massés donnant chacun de 80 à 85 kg de fer forgé130. Réaumur remarque, en 1716, que dans les fourneaux de Foix, on fond en cinq heures environ cinq quintaux de mine dont on retire une masse de fer pesant depuis deux jusqu’à trois quintaux selon la richesse de la mine131. Si, donc, nous retenons 5 massés en 24 heures, les chiffres présentés par Alexis permettent de calculer le poids moyen du massé, soit 80 kg environ. Nous devons envisager l’hypothèse qu’Alexis, l’expert de de Froidour, décrive l’ancien procédé. Il est marchand, non pas technicien. Les chiffres qu’il avance concerneraient alors le procédé pratiqué précédemment. Cette constatation est renforcée par le fait qu’il parle uniquement de « soufflets ». Les précieuses archives andorranes confirment cette interprétation. Nous disposerions ainsi d’une nette indication du passage de l’ancienne méthode au procédé à la catalane.

  • 132 Arch. dép. Hérault, C 2736, f° 321. Le mot « gueuse » signifie ici massé.
  • 133 Picot de Lapeyrouse, Traité sur les mines de fer, op. cit., p. 226.
  • 134 J. M. Bosch, O. Codina, A. Vila, « Hipotesis i reflexions sobre la produccio de ferro als Pirineus (...)

43Par contre, les chiffres recueillis en 1732 ne posent pas ce problème. À cette date, nous avons la certitude qu’ils concernent réellement le procédé à la catalane. Les commis de la forge de Mijanès « sont dans l’usage de donner aux forgeurs pour chaque gueze scavoir 5 charges charbon pesant environ 2 quintaux 30 livres et 12 quintaux de mine le tout poids de table… ce qui produit ordinairement ou feu de 300 à 350 livres reste de net ouvré de 250 à 280 livres lequel ouvrage se fait et se pratique dans six heures de temps »132. En 6 heures de travail, les forgeurs obtiennent une loupe de 120 à 140 kg avec 460 kg de charbon de bois et 480 kg de minerai de fer environ. Le poids du massé est conforme à celui donné par Jules François pour la même période (1744). Picot de Lapeyrouse le confirme en 1785, « il n’y a pas quarante ans, on croyait avoir obtenu un produit extraordinaire lorsqu’on avait retiré 300 livres de fer par massé »133. Ce résultat est un peu supérieur aux massés obtenus dans les forges andorranes où travaillent des forgeurs ariégeois. Entre la fin du XVIIe et le milieu du XVIIIe siècle, avec l’introduction de la trompe, le poids moyen des massés est de 116,5 kg, soit une augmentation de 29 % du poids moyen d’une loupe par rapport à celle (83 kg) des forges à soufflets du début du XVIIe siècle134. Cette production du XVIIe siècle est cohérente avec ce que nous avions calculé pour 1669 (80 kg environ), il n’est donc pas aventuré de conclure que l’expert de la Réformation présente en réalité une étape intermédiaire sur le chemin de l’élaboration du procédé à la catalane.

e/ La qualité du métal

  • 135 Dietrich, Description des gîtes de minerai, op. cit., p. 44 ; Picot de Lapeyrouse, Traité sur les m (...)
  • 136 C. Verna, Le temps des Moulines. Fer, technique et société dans les Pyrénées centrales (XIIIe-XVIe (...)

44La qualité du métal semble être, dans l’esprit des contemporains, directement liée à la présence du nouvel appareil de soufflerie. La tradition rapporte, en effet, que lorsqu’on se servait encore de soufflets dans le pays de Foix, on ne faisait guère que du « fer doux » de bonne qualité, homogène et bien soudé135. Attirer l’attention sur le fait que dans une forge à soufflets on ne produisait guère que du « fer doux », c’est dire, de façon antinomique, que depuis, dans une forge à trompe, on obtient un autre type de fer : le « fer fort » ou acier naturel. Non pas apparition d’une nouvelle qualité de métal, mais présence en plus grande quantité de « fer fort », déjà repéré dans la production de la mouline médiévale136. L’obtention de cet acier naturel, tant recherché par les forgeurs et tant vanté par les partisans de la forge à la catalane, s’observe alors que se manifeste la conjonction d’un nouveau bas fourneau avec un nouvel appareil de soufflerie, la trompe, c’est-à-dire alors qu’apparaît une usine nouvelle où est mis en œuvre un procédé nouveau.

f/ Les forgeurs

  • 137 R. Barbé, Recueil des titres… établissant la propriété des mines de fer de Rancié en faveur des hui (...)
  • 138 J. François, « Précis historique », Annales des Mines, op. cit., p. 581.
  • 139 Duclos, Histoire des Ariégeois, reprint Milan, 1988, tome 5, p. 532.

45En 1865, un notable, très engagé dans la défense des privilèges de Vicdessos sur la mine de Rancié, écrivait : « dès le commencement du XVIIe siècle, le procédé biscayen, constamment suivi dans le comté de Foix, s’efface et fait place à la méthode catalane »137. La tradition affirme que les ouvriers qui travaillaient dans le comté de Foix venaient de Biscaye. Les alliances entre les comtes de Foix et les maisons de Navarre et d’Albret ont favorisé la venue des spécialistes basques dans les Pyrénées ariégeoises. Elle ajoute que les forgeurs cessèrent de venir de Navarre et de Biscaye à la fin du XVIe siècle138. L’abbé Duclos donne une date très précise, 1615. Ils auraient été alors remplacés par des ouvriers catalans qui se seraient installés dans les vallées de Rabat, de Vicdessos et des environs. Cet érudit n’apporte pas la moindre justification et ne fait aucune référence à un document139. Jules François, plus circonspect, ne donne pas de précision sur les hommes. Il reste fidèle à la démonstration technique. L’ensemble des données concernant les forgeurs, vecteurs hypothétiques de l’innovation, apparaît trop peu important pour être l’objet d’une étude dont, de toute façon, les résultats seraient condamnés à un statut scientifique faible. Il n’est guère possible de confirmer ou d’infirmer ces affirmations en l’absence de documents d’archives. La sagesse consiste à se contenter d’une simple mention.

  • 140 P. Vilar, La Catalogne dans l’Espagne moderne, op. cit., tome II, p. 112-113 ; J. Nadal, E. Giralt, (...)
  • 141 H. Marcailhou d’Aymeric, Notice historique, op. cit., p. 108.
  • 142 O. Codina, La metallùrgia a Andorra : mines, carboneres, fargues i tragi (segle XVII). La farga del (...)
  • 143 C. Mas, Historia de la Farga catalana, op. cit., p. 115-116.
  • 144 Ibidem, p. 360.

46Quelques remarques peuvent, cependant, être faites. La première est la certitude de l’existence de forgeurs ariégeois au Moyen Âge et au XVIe siècle. L’offre biscayenne ne constitue que l’une des possibilités proposées aux sidérurgistes pyrénéens au XVIe siècle. Du XVe siècle aux années 1640, la Catalogne connaît un déficit démographique sur lequel nous sommes parfaitement renseignés grâce aux travaux de Nadal et Giralt qui décrivent l’énorme masse de Français qui se déverse sur les pays catalans140. Par contre, en 1661, Roger de Villeneuve, seigneur de Beaufort et autres lieux, donne en afferme la forge de L’Hospitalet, dans le bailliage de Mérens, à Raymond Ollivier, habitant de Planollas dans la vallée de Ribas en Catalogne141. Dans la première moitié du XVIIe siècle, les forgeurs des forges du Serrat et del Puntal, en Andorre, viennent de la haute vallée de l’Ariège et du Vicdessos142. De même, « l’origine française des forgeurs qui travaillent dans la vall Ferrera et Llavorsi est une constante durant les quasi deux cents ans de fonctionnement. Les localités d’où ils viennent sont dans la zone des forges du pays de Foix, essentiellement : Château-Verdun (où est la forge de Gudanes) ; les Cabanes, etc. »143. Les sources historiques montrent que la qualité du savoir-faire des forgeurs ariégeois est largement reconnue et que les propriétaires de forges du versant sud n’hésitent pas à faire appel à eux. En Catalogne, la forge à la catalane « a connu un cycle de vie de 1640 à la fin du XIXe siècle. Les installations les plus anciennes datent du XVIIe siècle dans le Ripollès »144. Il est clair que la chronologie indiquée par Carlos Mas est parfaitement conforme à celle des Pyrénées ariégeoises, il est difficile d’y découvrir une quelconque antériorité. D’autre part, le sens des migrations des forgeurs dessine bien un courant qui part du comté de Foix et se dirige vers le sud, reconnaissance des compétences des ouvriers fuxéens.

47Ainsi, de nombreuses interrogations restent posées. Il n’a guère été possible de dresser une sorte d’état des lieux des connaissances techniques des hommes du XVIIe siècle, nous ne savons pas en quoi et comment la forge à la catalane a profité éventuellement des expériences techniques du XVIe dans les domaines de l’hydraulique, de la soufflerie, du martelage, de l’économie du combustible. Mais poser ces questions montre que la succession de l’un à l’autre des procédés n’est pas obligatoirement linéaire depuis la mouline médiévale, que des tâtonnements, des essais, des emprunts génois, biscayens ou autres, des adaptations enfin, jalonnent la route de l’innovation. Qu’elle peut aussi être le résultat progressif de plusieurs changements dans différents domaines. Certains concernent le bas fourneau, d’autres la soufflerie par exemple. Ils ne se réalisent pas forcément en même temps. Nous pouvons seulement dire que la méthode à la catalane se dessine et se met en place au cours du XVIIe siècle, autour des années 1640. Constatons, plus simplement, avec Paul-Louis Pelet que l’on ne peut jamais dater qu’approximativement l’évolution des techniques. C’est le moment où le procédé et son emploi se généralisent qui compte. Même si cette forge et ce procédé sidérurgique se sont mis en place progressivement au XVIIe siècle, il y a là indiscutablement une innovation technique qui constitue ce que l’on qualifiera à la fin du XVIIIe siècle de méthode et de forge à la catalane stricto sensu.

2/ Dans quel contexte ?

48Comment expliquer l’innovation au XVIIe siècle ? Le choix de la nouveauté se fait en restant fidèle à la méthode directe. Il n’y a pas vraiment de paradoxe, la réponse doit seulement être nuancée. L’innovation ne se limite pas au face à face sidérurgie directe-sidérurgie indirecte, la première illustrant l’archaïsme alors que la seconde serait le symbole même de la modernité. Chacune des deux branches de la métallurgie du fer est capable, à cette époque, de proposer des solutions progressistes.

  • 145 J. Cantelaube, C. Verna, « Les forges à la génoise dans les Pyrénées ariégeoises au XVIe siècle : q (...)
  • 146 C. Pailhès, Histoire de Foix et de la haute Ariège, op. cit., p. 150.
  • 147 Arch. dép. Ariège, 2 B 31, f° 134 ; J. Bonhôte, J. Cantelaube, « Cartographie successive XIIIe-XIXe(...)

49Les recherches consacrées au rapport entre innovation et conjoncture ont montré que le choix de la nouveauté correspond souvent à une sollicitation du milieu, même momentanée. Il est plus difficile de déterminer l’élément majeur ou le faisceau d’éléments qui a conduit à la mise en place de l’innovation, à son irruption145. La croissance démographique du XVIe siècle se poursuit au XVIIe, malgré la stagnation et le recul de la population à la fin du siècle146. Le XVIe siècle qui marque la fin de la crise des années 1450 s’est caractérisé par un essor économique. Enrichis par leur activité, marchands, hommes de loi et officiers des villes achètent des terres, des moulins et des forges, souvent après en avoir été fermiers, et en bâtissent d’autres ; par leurs investissements, ils participent ainsi à l’essor industriel et sont même, souvent, à sa source. L’élan exceptionnel que cette bourgeoisie a connu au cours du siècle se poursuit au XVIIe. La société rurale se réapproprie les terroirs abandonnés dont elle repousse les limites au détriment des forêts. Face à la pression démographique, on assiste à de nouvelles prises de terres au XVIIe siècle. Les forêts sont soumises à d’importants défrichements, ainsi qu’à une pression usagère et pastorale croissante auxquels vient s’ajouter la pression métallurgique. Avec la mouline, une période de surexploitation avait commencé, mais, au même moment, les communautés montagnardes et les seigneurs avaient protégé certains peuplements précieux pour le bois d’œuvre : ce sont les forêts en défends où vont subsister le sapin et des futaies de feuillus, alors que partout la forêt prend la forme d’un taillis de plus en plus dégradé. La pression sur la forêt va encore s’accroître au XVIIe siècle, avec l’augmentation de la population et de ses besoins. En 1669, le commissaire de la Réformation constate que « les dits bois étaient ruinés à l’excès»147. La conjoncture du XVIIe siècle faite d’accroissement démographique, de pauvreté, de recherche systématique d’appropriation de la rente foncière, pousse les habitants des Pyrénées à défricher toujours plus, anarchiquement, tant il est vrai que les populations considèrent la ressource en bois illimitée et de peu de valeur. Certaines forêts épuisées disparaissent, le grignotage par les artigues se poursuit, les bois pâturés s’éclaircissent. Ajoutons que la France et l’Espagne sont en guerre durant presque tout le XVIIe siècle. Le comté de Foix subit une véritable invasion de soldats allant en Roussillon, surtout de 1644 à 1655.

50Il est nécessaire d’améliorer le rendement du fourneau : plus d’hommes, moins de bois disponible du fait de cette concurrence accrue, d’où un conflit d’intérêts majeur puisqu’il y a obligation d’une plus grande offre de pluriactivité que seule la sidérurgie peut combler. Nous avons là des « impératifs catégoriques » qui doivent être respectés dans un compromis pour que la vie en montagne soit supportable, et peut-être même possible. La forge n’est pas isolée, mais elle est installée au cœur d’un écosystème. Pourquoi, alors, choisir un nouveau procédé tout en restant fidèle à la filière directe ? La sidérurgie directe a été capable, une fois encore, de prendre une forme inédite, preuve supplémentaire de sa capacité à se renouveler et de son dynamisme. La méthode à la catalane s’insère, disons mieux se coule, dans ce milieu culturel depuis longtemps investi par le procédé direct. Une forge hydraulique de réduction directe, peu onéreuse à construire dans un pays qui dispose de faibles moyens financiers, dont la production par unité est nettement plus importante que celle des moulines et forges qui l’ont précédée, et dont la consommation en charbon de bois est réduite, affirme sa suprématie. Elle convient parfaitement au contexte dans lequel la forge à la catalane émerge. Effectivement, un atelier capable de produire plus de fer, dont une qualité prisée par le marché, tout en consommant moins de charbon de bois, apparaît comme une réponse particulièrement bien adaptée à l’évolution de l’écosystème pyrénéen.

  • 148 O. Codina, J. M. Bosch, A. Vila i Mur, « La production du fer en Andorre au Moyen Âge. Du mythe à l (...)
  • 149 Pierre Vilar cité par O. Codina, J. M. Bosch, A. Vila, Le dernier bas fourneau, op. cit., Servei de (...)
  • 150 2 200 quintaux en 1644, 1779 en 1648, 526 en 1650 et 26 en 1653 ; G. Larguier, Le drap et la laine (...)
  • 151 O. Codina, De fer et de laine. Économie et société des vallées andorranes de 1575 à 1875, op. cit., (...)

51Le développement de la sidérurgie andorrane au cours des décennies 1600-1650 permet de mieux comprendre le contexte fuxéen148. Les rapports commerciaux entre les forges d’Ordino et les Pyrénées ariégeoises sont différents de ceux qui existent dans les autres régions consommatrices du fer andorran. Il ne s’agit pas des rapports classiques entre une aire productrice et une aire consommatrice, mais ce commerce met en présence deux zones productrices de métal. Mieux, la production andorrane se retrouve dans le magasin des forges ariégeoises, alors que sur le marché catalan, les clients sont uniquement des forgerons. L’obligation d’un recours à un fer « étranger » prouve l’insuffisance de la production ariégeoise incapable de répondre à la demande du marché malgré son important potentiel. Ce déficit est probablement le facteur qui entraîne le développement de la sidérurgie dans la haute vallée d’Ordino qui bénéficie de la présence de minerai, de sa proximité avec le Vicdessos et de la facilité des relations avec le comté par les ports de Siguer et du Rat. De plus, les tensions sur le charbon de bois de la fin du XVIe et du début du XVIIe siècle dans le comté de Foix expliquent aussi le développement des forges andorranes. L’un des meilleurs clients de la forge de Puntal est Marfaing de Siguer, propriétaire d’une forge et un des principaux promoteurs de la demande d’élargissement des zones de charbonnage de la vallée de Siguer. Le soutien apporté par l’Andorre à la sidérurgie fuxéenne est d’autant plus efficace que les forges andorranes bénéficient des acquis techniques ariégeois. Les constructeurs de la forge de Puntal, la seule dont nous ayons conservé la comptabilité, viennent du comté de Foix qui fournit aussi les deux soufflets de la forge (contrat du 10 octobre 1619). Tous les forgeurs sont originaires des Pyrénées ariégeoises, ainsi que la plupart des charbonniers et des mineurs. Ainsi, le cas de la sidérurgie andorrane est une belle illustration du contexte dans lequel apparaît la forge à la catalane : un manque de métal de la sidérurgie fuxéenne, malgré un dynamisme certain, avec des difficultés d’approvisionnement en charbon de bois. Puis, en 1650-1655, une sévère crise économique touche l’Andorre et la Catalogne149. Ce n’est d’ailleurs probablement pas un phénomène qui affecte seulement le versant sud des Pyrénées comme le montre l’évolution des exportations de fer du port de Narbonne150. Cette crise met fin à l’activité sidérurgique de la principauté, ses quatre forges arrêtent leur production entre 1650 et 1660. L’Andorre, ne produisant plus, devient importatrice et achète du fer brut dans le comté de Foix151. C’est dire que les Pyrénées ariégeoises sont, à ce moment précis, devenues capables de répondre à une demande croissante, … grâce à la nouvelle forge ?

  • 152 I. Carrion, La siderurgia Guipuzcoana en el siglo XVIII, op. cit., p. 120.
  • 153 J.-F. Belhoste et al., La Métallurgie normande, XIIe-XVIIe siècles. La révolution du haut fourneau, (...)
  • 154 J.-F. Belhoste, Fonte, Fer et Acier. Rhône-Alpes, Images du Patrimoine, Lyon, 1992, p. 30-36.

52La recherche de l’apparition de la forge à la catalane a eu pour conséquence essentielle de mettre en valeur et de confirmer la diversité et la complexité de la réduction directe dans les Pyrénées. Cette complexité démontre dans le même temps que les Pyrénéens, tout en restant fidèles à la réduction directe, ne refusent pas l’innovation. La sidérurgie directe au bois n’est pas encore parvenue au bout de ses possibilités ; le système n’est pas bloqué : il n’a pas encore atteint ses limites techniques et, par conséquent, est capable de progresser. La forge à la catalane, parmi d’autres usines de réduction directe, offre une alternative raisonnable au haut fourneau. Elle est alors un des visages du modernisme, une réponse adéquate aux besoins en fer grandissants dans un écosystème montagnard. La sidérurgie basque, « l’archaïsante sidérurgie basque », connaît, elle aussi, des changements, à cause de son manque de compétitivité : « dans la seconde moitié du XVIIe et au début du XVIIIe des mesures sont prises pour adapter les ferrerias aux nouveaux besoins, dont le résultat fut des ferrerias de plus petites dimensions qui produisent des barres de haute qualité avec une meilleure productivité du travail et une économie de combustible. C’est dire, qu’en renonçant à l’installation du haut fourneau et en ayant abandonné, dans un moment de graves problèmes, le projet de produire de grandes et grossières barres, la sidérurgie basque s’est orientée vers la production de barres de plus petites dimensions bien forgées »152. Au moment où « la révolution du haut fourneau » se déroule en France153, les Pyrénées confirment leur fidélité à la réduction directe. Mais elles sont de plus en plus isolées. Ainsi, la région d’Allevard choisit au XVIIe siècle la sidérurgie indirecte selon la méthode bergamasque qui, moins gourmande en charbon de bois que la méthode wallone, a, de plus, l’avantage de pouvoir interrompre son travail sans dommage, c’est-à-dire qu’elle présente des caractéristiques proches de celles de la forge de réduction directe154. Le choix du procédé direct n’est pas néanmoins une spécificité des Pyrénées. Elles le partagent avec le monde méditerranéen, de la Ligurie à la Corse, avec l’Espagne du nord-ouest ; mais aussi avec des régions plus lointaines d’Italie, de Suisse, de Styrie ou de Carinthie, du monde scandinave (Norvège et Suède en particulier).

  • 155 V. Izard, Les montagnes du fer, op. cit., tome I, p. 340.

53Le lieu de naissance de la forge à la catalane, malgré des efforts soutenus, n’a pu être découvert avec précision. Pyrénées catalanes ou Pyrénées ariégeoises ? Au fond peu importe ; indiquer l’est des Pyrénées est relativement satisfaisant, compte tenu des documents d’archives dont nous disposons. Il faut se garder absolument de trop solliciter les sources et d’écrire : « au terme de cette analyse il est possible de croire que la trompe est à l’origine du premier déplacement de la forge de la Catalogne vers l’Ariège, laissant très certainement à ce moment là [au XVIIe siècle] le nom (sur le terrain) de forge à la catalane »155. Est-il bien nécessaire de rappeler l’absence de toute mention de l’appellation « forge à la catalane » dans les archives ariégeoises - comme du reste de toute autre région - avant la fin du XVIIIe siècle ? Aucune antériorité du Roussillon n’a été mise à jour dans l’utilisation de la trompe. De plus, nous ne voyons pas très bien quel pourrait être le deuxième « déplacement de la forge de la Catalogne vers l’Ariège ». Maintenant qu’il est établi que cette forge baptisée à la catalane est née au cours du XVIIe siècle très vraisemblablement dans l’est des Pyrénées et dans le comté de Foix, nous devons nous attacher à en donner une description historiquement et techniquement documentée.

Notes

1 J.-F. Belhoste, « Martinetus et Fusina dans la sidérurgie alpine au XIIIe et XIVe siècle », Il ferro nelle Alpi, op. cit., p. 146.

2 J.-F. Belhoste, « The origins of direct reduction water-powered ironworks : reflections based on the evolution of terminology », La farga catalana en el marc de l’arqueologia siderurgica, op. cit., p. 385-398.

3 S. Benoit, P. Peyre, « L’apport de la fouille archéologique à la connaissance d’un site industriel : l’exemple des forges de Buffon (Côte d’Or) », L’Archéologie Industrielle en France, C.I.L.A.C., n° 9, mai 1984, p. 5-18 ; V. Serneels, « La chaîne opératoire de la sidérurgie ancienne », Recherches sur l’économie du fer en Méditerranée nord-occidentale, op. cit., p. 7-44.

4 Genssane, Histoire naturelle de la province de Languedoc, op. cit., t. IV, p. 220. Traité de la fonte des mines par le feu du charbon de terre, ou traité de la construction et usage des fourneaux propres à la fonte des métaux, Paris, 1770-1776, LXIII-326 et 322 p.

5 M.-A. Daubrée, « Aperçu historique sur l’exploitation des métaux dans la Gaule », Revue Archéologique, Nlle série, 17e vol., 1868, p. 309.

6 M. Leroy, P. Merluzzo, « Les mécanismes de réduction des minerais de fer en réduction directe : l’exemple des minerais sédimentaires oolithiques de Lorraine-France », Il ferro nelle Alpi, op. cit., p. 58.

7 J. François, « Précis historique sur le traitement direct dans l’Ariège, suivi de quelques détails statistiques sur l’industrie du fer dans ce département », Annales des Mines, 31e série, tome XII, 1837, p. 580-590 ; J. François, Précis historique du traitement direct du fer dans l’Ariège, Société des maîtres de forges de l’Ariège, Foix, 1837, 21 p. ; J. François, Recherches sur les gisements, op. cit., en particulier le chapitre 1 de la IVe partie, p. 315-324, et planche XIII de l’atlas.

8 M. Chevalier, La vie humaine dans les Pyrénées ariégeoises, op. cit., p. 580.

9 R. Uriarte, « La tecnologia del horno bajo en el Pirineo y en Pais Vasco », La farga catalana en el marc de l’arqueologia siderurgica, op. cit., p. 277-287.

10 J. François, Recherches sur les gisements, op. cit., p. 317.

11 Ibidem, Atlas, planche VI.

12 J.-E. Guilbaut, « Vestiges de la fonderie gallo-romaine à Bernadès, commune de Rogalle (Ariège) », Bull. de la Soc. Ariégeoise de Sciences, Lettres et Arts, 1982, p. 7-18 ; C. Dubois, « La métallurgie du fer en Ariège de l’Antiquité au XVIIe siècle : le point sur les données archéologiques », Paléométallurgie du fer, op. cit., p. 385-396 ; C. Dubois, J.-E. Guilbaut et F. Tollon, « Les anciennes métallurgies du front montagnard ariégeois (fer et non ferreux), Ier siècle avant notre ère à XIIIe siècle », Archéologie en Languedoc, Actes du colloque ‘Mines et métallurgie de la préhistoire au Moyen Âge en Languedoc-Roussillon et régions périphériques’, Cabrières (Hérault), 16-19 mai 1997, Revue de la Fédération Archéologique de l’Hérault, n° 21, 1997, p. 203-215 ; J.-M. Escudé-Quillet, C. Maissant, Carte Archéologique de la Gaule, L’Ariège 09, Paris, 1997, 210 p., la plus complète.

13 C. Rico, Pyrénées romaines. Essai sur un pays frontière (IIIe siècle av. J.-C. - IVe siècle ap. J.-C.), Bibliothèque de la Casa Vélasquez, 14, 1997, p. 251-265.

14 C. Dubois, « Éléments sur l’origine de la production du fer en Ariège : le site de Lercoul », L’obtencio del ferro pel procediment directe entre els segles IV i XIX, op. cit., p. 176-188.

15 C. Dubois, « Métallurgie du fer en Ariège de l’Antiquité au XVIIe siècle : le point sur les données archéologiques », Paléométallurgie du fer, op. cit., p. 394-395.

16 J. Bonhôte, J. Cantelaube, « Cartographie successive XIIIe-XIXe siècle. Étude de l’évolution de la métallurgie ariégeoise sur la longue durée pour une analyse interdisciplinaire », La forêt charbonnée, Histoire des forêts et impact de la métallurgie dans les Pyrénées ariégeoises au cours des deux derniers millénaires, PIREN, Rapport final, février 1991, p. 19- 20, carte p. 29.

17 C. Verna, Le Temps des moulines. Le fer et son exploitation du comté de Foix à la vicomté de Béarn (fin du XIIe-fin du XVe siècle), op. cit., vol. I, p. 18-41 et 80-81.

18 C. Verna, Le Temps des moulines. Fer, technique et société dans les Pyrénées centrales (XIIIe-XVIe siècles), op. cit., p. 69-87, 88-97.

19 C. Verna, « Fer et pouvoir : la politique sidérurgique des comtes de Foix (XIIIe-XVe siècles) », Mélanges C. Domergue, Pallas, 1997, p. 51-59 ; C. Verna, Le temps des Moulines, op. cit., vol. I, p. 169-257, 262-390, 467-486.

20 J. Cantelaube, C. Verna, « Les forges à la génoise dans les Pyrénées ariégeoises au XVIe siècle : quel transfert d’innovation ? », Il ferro nelle Alpi, op. cit., p. 154-155.

21 Arch. dép. Ariège, 46 J 242, n° 36, f° 132.

22 J. Cantelaube, C. Verna, « Les forges à la génoise dans les Pyrénées ariégeoises au XVIe siècle : quel transfert d’innovation ? », Il ferro nelle Alpi, op. cit., p. 152-163.

23 J. Susplugas, « Les forges catalanes et la forêt vallespirienne », Bulletin de la Société Agricole, Scientifique et Littéraire des Pyrénées-Orientales, 1936, p. 141, 146-147 ; V. Izard, L e s montagnes du fer, op. cit., tome I, p. 279-293 ; E. Baraldi, « Des sidérurgistes habiles et expérimentés : des “professionnels” sans frontière à la solde des princes et des entrepreneurs dans l’Europe du XVe au XVIIe siècle », Savoirs et savoir-faire industriels en Méditerranée occidentale XVIe-XXe siècle, Colloque international, 30 juin-1er et 2 juillet 2000, Musée de la Corse, Corte, sous presse.

24 V. Vasquez de Prada, « Las antiguas ferrerias de Viscaya (1450-1800) », op. cit., p. 665- 666 ; P. Arroyo Valiente, M. Corbera Millan, Ferrerias en Cantabria, op. cit., p. 17 ; E. Fernandez de Pinedo, « From the Bloomery to the Blast-furnace : Technical Change in Spanish Iron-making (1650-1822) », The Journal of European Economic History, op. cit., p. 7-31.

25 M. Calegari, Il basso fuoco alla genovese, Quaderni del Centro di studio sulla storia della tecnica del Consiglio Nazionale delle Ricerche, Genova, 1977 ; E. Baraldi, Lessico delle ferriere « catalano-liguri ». Fonti e glossario, Quaderni del Centro di studio sulla storia della tecnica del Consiglio Nazionale delle Ricerche, Genova, avril 1979 ; M. Calegari, E. Baraldi, « La forge à la génoise comme facteur de l’écosystème des Apennins en Méditerranée septentrionale (XV-XVIII siècle) », La farga catalana en el marc de l’arqueologia siderurgica, op. cit., p. 483-489 ; E. Baraldi, « Des sidérurgistes habiles et expérimentés : des “professionnels” sans frontière à la solde des princes et des entrepreneurs dans l’Europe du XVe au XVIIe siècle », op. cit.

26 Une étude comparative entre forge génoise et forge biscayenne au XVIe siècle se trouve dans J. Cantelaube, C. Verna, « Les forges à la génoise dans les Pyrénées ariégeoises au XVIe siècle : quel transfert d’innovation ? », Il ferro nelle Alpi, op. cit., p. 154, 156-158.

27 Arch. dép. Ariège, 144 E suppl. 8 ; Bibl. mun. Toulouse, ms 638, f° 310 ; Arch. dép. Ariège, E 6, f° 454 à 523 ; E 8, f° 310.

28 J. Susplugas, « Les forges catalanes et la forêt vallespirienne », op. cit., p. 141 ; V. Izard, Les montagnes du fer, op. cit., tome I, p. 281-282.

29 Arch. dép. Ariège, 102 S 255-256.

30 Arch. nat., 436 AP 49, 1741, 1744, 1751, 1759.

31 J. François, Recherches sur les gisements, op. cit., p. 320 et planche XIII, figure 5.

32 E. Fernandez de Pinedo, « From the Bloomery to the Blast-furnace : Technical Change in Spanish Iron-making (1650-1822) », The Journal of European Economic History, op. cit., p. 7-31 ; M. de Laborde, « Ferrones », dans Euskaldunak : La etnia vasca San Sebastian, 1976, p. 297-360 ; I. Arbide i altres, Ferrerias en Legazpi, Ediciones de la Caja de Ahorros Provincial de Guipuzcoa, 1980 ; I. Carrion, La Siderurgia Guipuzcoana en el siglo XVIII, op. cit., p. 147-196 ; M. Urteaga, « The bergamazo in the hydraulic ironworks of Gipuzkoa, Basque Country », Il Ferro nelle Alpi, op. cit., p. 138 ; M. Urteaga, « Arqueologia de la produccion del hierro : las ferrerias hidraulicas », L’obtencio del ferro pel procediment directe entre els segles IV i XIX, op. cit., p. 230-256 ; C. Verna, Le Temps des Moulines. Fer, technique et société dans les Pyrénées centrales (XIIIe-XVIe siècle), op. cit., p. 81 ; P. Molera i Solà et C. Barrueco i Jaoul, Llibre de la Farga, op. cit., p. 85-88 ; R. Uriarte, « La siderurgia preindustrial en el pais vasco : organizacion del trabajo y evolucion tecnologica », L’obtencio del ferro pel procediment directe entre els segles IV i XIX, op. cit., p. 111-134.

33 El Tratado de metalurgia de las Comisiones (Segundas) de la Real Sociedad Bascongada de Amigos del Pais, 1765-1773, op. cit., p. 246-267.

34 Dietrich, Description des gîtes de minerai, op. cit., p. 450-453 et p. 262.

35 Muthuon, Traité des forges dites catalanes, op.cit., texte p. 52-54 ; tableau, p. 71-95. La rustine est le côté de derrière ou cave, le contrevent est celui opposé à la tuyère.

36 J. François, Recherches sur les gisements, op. cit., p. 317-318 et planche XIII figure 2.

37 A. Garrigou, Vallées ariégeoises avant l’invasion romaine, Foix, 1882, p. 36.

38 J. François, « Précis historique sur le traitement direct du fer dans l’Ariège, suivi de quelques détails statistiques sur l’industrie du fer dans ce département », Annales des Mines, 3ème série, 1837, p. 587 ; J. François, Recherches sur les gisements, op. cit., p. 319, 321.

39 J. Du Puy, Recherche et découvertes des mines des montagnes Pyrénées faicte en l’An mil six cens par Jean de Malus, Bordeaux, 1601, reprint Milan, 1990, p. 41.

40 Arch. dép. Haute-Garonne, C 3458.

41 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, B 1093.

42 C. Barrière-Flavy, La baronnie de Miglos. Etude historique sur une seigneurie du haut Comté de Foix, Toulouse, 1894, p. 79.

43 Arch. dép. Tarn-et-Garonne, C 458, pièce 43.

44 H. Marcailhou d’Aymeric, Notice historique sur les villages composant le canton d’Ax, Foix, 1909, p. 33-34.

45 Ibidem, p. 86.

46 Arch. dép. Tarn-et-Garonne, C 527, f° 62-65.

47 Arch. dép. Tarn-et-Garonne, C 505, pièce 108.

48 Arch. dép. Ariège, 5 E 434, f° 61.

49 Arch. dép. Ariège, E 663, f° 570.

50 Arch. dép. Ariège, 5 E 514, f° 124 ; Arch. dép. Ariège, 5 E 464, f° 99.

51 Arch. dép. Ariège, 5 E 641, f° 17 ; 5 E 1924, 24 juin 1615, La Cabirole ; 5 E 605, f° 62-65.

52 Arch. dép. Ariège, 5 E 5642, f° 148-149.

53 Arch. dép. Ariège, 5 E 494, f° 211.

54 Arch. dép. Ariège, 5 E 1032, f° 29 et f° 68.

55 Arch. dép. Ariège, E 282.

56 Arch. dép. Ariège, 5 E 1924, f° 33-34 et f° 215-216.

57 Arch.dép. Ariège, 2 B 31, f° 138.

58 Arch. dép. Ariège, 1 Mi 2 R 32.

59 Arch. dép. Aude, 63 C 20, f° 1, 16 recto.

60 Montgailhard, Arch. dép. Ariège, 1 C 164. Mijanès, Arch. dép. Ariège, 1 C 165. Généralité de Perpignan, Arch. dép. Ariège, 1 C 165. Oust, Arch. dép. Ariège, 1 Mi 10, R 1. Bonnac, Arch. dép. Ariège, 2 B 24, f° 5-6, et Arch. dép. Ariège, 1 C 164. 1732, Arch. dép. Hérault, C 2736.

61 Arch. nat., K 1162.

62 Chio : paroi avant du bas fourneau ; cave : paroi arrière du bas fourneau.

63 Plie : large et épaisse barre de fer posée presque horizontalement au-dessus du chio.

64 J. François, « Précis historique sur le traitement direct », Annales des Mines, op. cit., p. 582- 587.

65 J. François, Recherches sur les gisements, op. cit., p. 318, 320.

66 Arch. dép. Ariège, 8 S 3.

67 Marrot, « Mémoire sur le traitement des minerais de fer dans les forges catalanes du département de l’Ariège », Annales des Mines, tome VIII, 1835, p. 462.

68 J. François, Recherches sur les gisements, op. cit., p. 317, 318.

69 J. Percy, Traité complet de métallurgie, op. cit., tome deuxième, p. 436-437.

70 Arch. nat. 436 AP 366.

71 Arch. nat., 436 AP 48.

72 C. Cucini Tizzoni, « Miniere e metallurgia in alta Val Brembana-Bergamo (secoli XII-XVI) », Bergomum, n° 2, anno 1994, p. 85-86.

73 Arch. dép. Ariège, 5 E 517, f° 79-80.

74 Arch. dép. Ariège, 5 E 633, f°26, 18 janvier 1651 et 5 E 503, f°101, 23 mai 1652.

75 Arch. dép. Ariège, 2 B 31, f° 138.

76 Arch. dép. Ariège, 2 B 31, f° 134.

77 Arch. dép. Haute-Garonne, 3 E 15 476, f° 123 v°-124.

78 Arch. dép. Ariège, 5 E 734, f° 49-50.

79 Arch. dép. Ariège, 5 E 748, f° 6-7.

80 Arch. dép. Ariège, 144 E suppl. 8.

81 J. Riera i Simon, Santa Maria de Meritxell, Centre Agricola i Ramader, Andorra, 1988, p. 90. Olivier Codina s’est livré à une critique interne de cette transcription, De fer et de laine. Économie et société des vallées andorranes de 1575 à 1875, op. cit., vol. II, p. 475-476.

82 Arch. dép. Ariège, E 87, f° 22.

83 M. Chevalier, La vie humaine dans les Pyrénées ariégeoises, op. cit., p. 337, 349, 627, 642 ; C. Pailhès, Histoire de Foix et de la haute Ariège, Toulouse, 1996, p. 149-150.

84 Arch. dép. Ariège, 64 E suppl. CC1, f° 31 v° ; Arch. dép. Ariège, 64 E suppl. GG1, état civil ancien de Miglos, 1750-1790.

85 Arch. nat., 436 AP 48.

86 Arch. nat., 436 AP 366, n° 2.

87 Arch. nat., 436 AP 48.

88 Arch. dép. Ariège, 1 B 51, document 230.

89 J. François, Recherches sur les gisements, op. cit., p. 320.

90 J.-H. Hassenfratz, La Sidérotechnie, op. cit., tome 2, p. 6

91 M. Urteaga, El Tratado de Metalurgia, op. cit., p. 91-92.

92 M. Tizzoni, Il comprensorio minerario e metallurgico delle valli Brembana, Torta e Averara dal XV al XVII secolo, Bergamo, 1997, p. 45-46.

93 M. Calegari, E. Baraldi, « La forge à la génoise comme facteur de l’écosystème des Apennins en Méditerranée septentrionale (XVe-XVIIIe siècle) », op. cit., p. 484-485, note 4.

94 Les articles de référence sur la trompe sont : J.-F. Belhoste, « La trompe hydraulique. Naissance et diffusion d’un nouveau procédé de soufflerie au XVIIe siècle », Le fer dans les Alpes du Moyen Âge au XIXe siècle, op. cit., p. 147 ; J.-F. Belhoste, « Une machine soufflante pour les forges de montagne, la trompe à eau », L’obtencio del ferro pel procediment directe entre els segles IV i XIX, op. cit., p. 100-110 ; E. Baraldi, « Réduction du minerai de fer et système de ventilation dans les zones alpines », Le fer dans les Alpes du Moyen Âge au XIXe siècle, op. cit., p. 139 ; E. Baraldi, « Mantici idraulici, trombe, forni e fucine, fabbriche e ferriere in Italia dal XIII al XVIII secolo », Ricerche Storiche, à paraître.

95 M. Laborde, « Ferrones », Euskaldunak, op. cit., p. 317 ; E. Fernandez de Pinedo, « From the Bloomery to the Blast-furnace : Technical Change in Spanish Iron-making (1650-1822) », The Journal of European Economic History, op. cit., p. 11.

96 Tardy et Thibaud, « Expériences faites sur les trompes (machines soufflantes) des forges de Vicdessos (Ariège) », Annales des Mines, tome VIII, 1823, p. 595-628 ; D’Aubuisson, « Expériences sur la résistance que l’air éprouve dans les tuyaux de conduite, faites aux mines de Rancié », Annales des Mines, tome III, 1828, p. 367-486 ; D’Aubuisson, « Expériences faites sur la trompe du ventilateur des mines de Rancié, suivies de quelques observations sur les trompes en général », Annales des Mines, tome IV, 1828, p. 211-244.

97 T. Richard, Études sur l’art d’extraire immédiatement le fer, op. cit., p. 221.

98 Arch. dép. Hérault, C 2736, f° 320. 28 juillet 1732.

99 Arch. dép. Hérault, C 2736, f° 320, 30 septembre 1732.

100 Arch. dép. Hérault, C 2736, f° 321, 6 octobre 1732.

101 Arch. dép. Hérault, C 2736, f° 321.

102 Arch. dép. Ariège, 1 J 57, 3 octobre 1732.

103 Arch. dép. Hérault, C 2736.

104 El Tratado de Metalurgia, op. cit., p. 229-234.

105 M. Urteaga, « Novedades en el diseno de los soplantes : Haizearkas y barquinas de tabla », El Tratado de Metalurgia, op. cit., p. 285-290 et 112-117.

106 Extractos de las juntas generales celebrados par la RSBAP, Vitoria, 1767, p. 117 ; V. Vasquez de Prada, « Las antiguas ferrerias de Vizcaya (1450-1800) », op. cit., p. 665.

107 Extractos, op. cit., 1773, p. 51-53.

108 J.-H. Hassenfratz, La Sidérotechnie, op. cit., tome 2, p. 63.

109 Ibidem, La Sidérotechnie, op. cit., tome 2, p. 134.

110 Tardy et Thibaud, « Expériences faites sur les trompes », op. cit., p. 595-628.

111 P. Fluzin, « Notions élémentaires de sidérurgie », Métallurgies Africaines. Nouvelles contributions. Mémoires de la Société des Africanistes, 9, 1983, p. 22.

112 D’Aubuisson, « Expériences faites sur la trompe du ventilateur des mines de Rancié », op. cit., p. 237.

113 Dietrich, Description des gîtes de minerai, op. cit., p. 384-386, 391-393, 450-453, 461-465.

114 Muthuon, Traité des forges dites catalanes, op. cit., p. 46-47.

115 E. Pujolle et P. Machot, « Asson et Nogarot : deux forges à la catalane en Béarn au XIXe siècle », L’obtencio del ferro pel procediment directe entre els segles IV i XIX, op. cit., p. 139.

116 C. Mas, Historia de la farga catalana, op. cit., p. 73.

117 J. Mascarella i J. Rovira, La Farga, op. cit., p. 49.

118 C. Mas, Historia de la farga catalana, op. cit., p. 75. Ces deux termes sont aussi utilisés dans les Pyrénées ariégeoises. Raymond Lin Capdeville parle du grand et petit magasin d’eau appelés boutas et boutasset. En 1705, une relation de la forge de Barthalé présente « le grand boutas » et le « paichèrou de la trompe », Arch. nat., 436 AP 48.

119 Ibidem, p. 77.

120 V. Yzard, Les montagnes du fer, op. cit., tome I, p. 309, 333 et suivantes.

121 O. Codina, J. M. Bosch, A. Vila, Le dernier bas fourneau. L’obtention du fer par le système direct à la fin du XIXe siècle, Servei de Recerca Historica del Patrimoni Cultural d’Andorra.

122 C. Raynaud, « Moulins à fer et forges catalanes : mise en place d’une proto-industrie dans les Pyrénées audoises (XIIIe-XVIIIe siècles) », Bulletin de la Société d’Études Scientifiques de l’Aude, op. cit., p. 135.

123 M.-C. Marty Ferriol, « Les forges à la Catalane dans l’Aude, XVIIe et XIXe siècles », Mémoires de l’Académie des Arts et des Sciences de Carcassonne, années 1997-1998, op. cit., p. 265.

124 J. François, « Précis historique », Annales des Mines, op. cit., p. 586.

125 GSAF/SAGEA, Technique des fouilles. Minerai, scories, fer, op. cit., p. 79.

126 Arch. dép. Hérault, C 2736, f° 320-321 ; Arch. dép. Ariège, 1 J 57.

127 B. Gille, Les forges françaises en 1772, op. cit., p. 139-140.

128 Arch.dép. Ariège, 2 B 31, f° 139.

129 O. Codina, De fer et de laine. Économie et société des vallées andorranes de 1575 à 1875, op. cit., vol. II, p. 305-306.

130 J. François, Recherches sur les gisements, op. cit., p. 321.

131 Courtivron et Bouchu, Art des forges et fourneaux de fer, 1761-1762, p. 32.

132 Arch. dép. Hérault, C 2736, f° 321. Le mot « gueuse » signifie ici massé.

133 Picot de Lapeyrouse, Traité sur les mines de fer, op. cit., p. 226.

134 J. M. Bosch, O. Codina, A. Vila, « Hipotesis i reflexions sobre la produccio de ferro als Pirineus (segles XVII-XIX). De la farga del Puntal (1619-1636 ?) a la farga Rossell (1842-1876) », op. cit.

135 Dietrich, Description des gîtes de minerai, op. cit., p. 44 ; Picot de Lapeyrouse, Traité sur les mines de fer, op. cit., p. 108 ; J. François, « Précis historique », Annales des Mines, op. cit., p. 585, 587.

136 C. Verna, Le temps des Moulines. Fer, technique et société dans les Pyrénées centrales (XIIIe-XVIe siècles), op. cit., p. 104-110.

137 R. Barbé, Recueil des titres… établissant la propriété des mines de fer de Rancié en faveur des huit communes de l’ancienne vallée de Vicdessos, Toulouse, 1865, p. 144.

138 J. François, « Précis historique », Annales des Mines, op. cit., p. 581.

139 Duclos, Histoire des Ariégeois, reprint Milan, 1988, tome 5, p. 532.

140 P. Vilar, La Catalogne dans l’Espagne moderne, op. cit., tome II, p. 112-113 ; J. Nadal, E. Giralt, La population catalane de 1553 à 1717, op. cit., p. 148-149.

141 H. Marcailhou d’Aymeric, Notice historique, op. cit., p. 108.

142 O. Codina, La metallùrgia a Andorra : mines, carboneres, fargues i tragi (segle XVII). La farga del Puntal i la farga del Serrat, Servei de Recerca Historica del Patrimoni Cultural d’Andorra, 1997, p. 35-38.

143 C. Mas, Historia de la Farga catalana, op. cit., p. 115-116.

144 Ibidem, p. 360.

145 J. Cantelaube, C. Verna, « Les forges à la génoise dans les Pyrénées ariégeoises au XVIe siècle : quel transfert d’innovation ? », Il ferro nelle Alpi, op. cit., p. 152, 163.

146 C. Pailhès, Histoire de Foix et de la haute Ariège, op. cit., p. 150.

147 Arch. dép. Ariège, 2 B 31, f° 134 ; J. Bonhôte, J. Cantelaube, « Cartographie successive XIIIe-XIXe siècle… », dans La forêt charbonnée, op. cit., p. 21.

148 O. Codina, J. M. Bosch, A. Vila i Mur, « La production du fer en Andorre au Moyen Âge. Du mythe à l’histoire », Études Roussillonnaises, t. XX, 2003, p. 53-60.

149 Pierre Vilar cité par O. Codina, J. M. Bosch, A. Vila, Le dernier bas fourneau, op. cit., Servei de Recerca Historica del Patrimoni Cultural d’Andorra.

150 2 200 quintaux en 1644, 1779 en 1648, 526 en 1650 et 26 en 1653 ; G. Larguier, Le drap et la laine en Languedoc, Narbonne et Narbonnais (1300-1789), Perpignan, 1996, t. III, Annexe 15, p. 1326.

151 O. Codina, De fer et de laine. Économie et société des vallées andorranes de 1575 à 1875, op. cit., vol. II, p. 298-308, 321-21.

152 I. Carrion, La siderurgia Guipuzcoana en el siglo XVIII, op. cit., p. 120.

153 J.-F. Belhoste et al., La Métallurgie normande, XIIe-XVIIe siècles. La révolution du haut fourneau, Cahiers de l’Inventaire, n° 14, Caen, 1991, 322 p.

154 J.-F. Belhoste, Fonte, Fer et Acier. Rhône-Alpes, Images du Patrimoine, Lyon, 1992, p. 30-36.

155 V. Izard, Les montagnes du fer, op. cit., tome I, p. 340.

Table des illustrations

Légende Évolution du bas fourneau dans les Pyrénées ariégeoises selon Jules François (Recherches sur les gisements et le traitement direct, op. cit., atlas, planche XIII.)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/37976/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search