Version classiqueVersion mobile

L’acier en Europe avant Bessemer

 | 
Philippe Dillmann
, 
Liliane Hilaire-Pérez
, 
Catherine Verna

L’acier dans l’Europe moderne, modèle et diversité

La production d’acier à Brescia : entre procédés traditionnels et tentatives d’innovation (fin xviiie-début xixe siècle)

Sergio Onger

Résumé

À l’époque moderne, dans la province de Brescia, l’acier était produit à partir de l’affinage de la fonte, en faibles quantités et au moyen de procédés dépassés. Toutefois, ce niveau de production était lié à une situation d’équilibre difficilement surmontable dans l’exploitation des ressources. L’époque napoléonienne provoqua une nouvelle accélération de la demande de fer et d’acier à des fins militaires, utilisant de manière considérable les appareils productifs locaux et sollicitant des tentatives expérimentales de production sidérurgique à grande échelle. Cette contribution présente, en particulier, l’histoire du métallurgiste Michele Scala et de ses expérimentations concernant la production à grande échelle de l’acier de cémentation. Les vicissitudes de Michele Scala sont exemplaires des efforts parfois contradictoires des autorités pour favoriser l’amélioration des techniques de production, de leur faible efficacité ainsi que des difficultés que l’action innovatrice rencontrait pour s’imposer et pour être sérieusement testée.

Texte intégral

1À l’époque moderne, dans la province de Brescia, l’acier était produit à partir de l’affinage de la fonte, en faibles quantités et au moyen de procédés dépassés. Toutefois, ce niveau de production était lié à une situation d’équilibre difficilement surmontable en regard de l’exploitation des ressources. La forte augmentation de la demande d’acier à des fins militaires à l’époque de Napoléon donna lieu à des tentatives d’introduction de techniques de production déjà utilisées en Europe qui n’aboutirent pas à des résultats significatifs. En effet, la production de l’acier dans la région de Brescia s’inscrivait dans le système productif original et intégré des vallées de la Lombardie orientale, fondé sur des pratiques anciennes qui, remontant au Moyen Âge, étaient alourdies par le poids de la tradition, mais étaient pourtant encore susceptibles de rendre efficaces des techniques dépassées ailleurs.

La production d’acier à Brescia à l’Époque moderne

  • 1 U. Tucci, « L’industria del ferro nel Settecento. La Val Trompia », dans L. De Rosa éd., Ricerche s (...)
  • 2 Tour en pierres carrées liées par du mortier, située à l’intérieur du four où le minerai de fer éta (...)
  • 3 C. Simoni, « Forni da ferro nelle valli bresciane. Fonti, testimonianze materiali, ricerche », dans (...)
  • 4 E. Baraldi et M. Calegari, « “Fornaderi” bresciani (xv-xvii sec.) », dans N. Cuomo di Caprio et C. (...)

2À l’époque moderne, dans la province de Brescia, l’acier naturel était produit par le procédé de réduction indirecte, la fonte étant affinée avec du charbon de bois. Les fours de première fusion des vallées étaient tous de section carrée et, du point de vue technologique, ils restaient essentiellement inchangés depuis le xvie siècle quand s’était diffusée une innovation décisive, l’introduction des soufflets de grandes dimensions actionnés par la force hydraulique. Il fut alors possible « d’abandonner l’exploitation des minerais argileux et au faible rendement pour se tourner vers une qualité plus dure, mais bien plus riche, auparavant négligée du fait de la faiblesse des feux alimentant les fours, incapables de l’attaquer1 ». La structure des fours ne fut pas modifiée par la suite, à l’exception d’une légère élévation du « cannecchio2 » justifiée par l’accroissement de la capacité productive3, ce qui fut possible, à partir du xviie siècle, grâce à l’introduction des trompes hydro-éoliennes pour la ventilation4. Ce type de trompe, grâce au passage forcé de l’eau dans un réservoir, pouvait insuffler une plus grande quantité de vent pour la combustion du charbon de bois par rapport aux soufflets traditionnels, actionnés par une roue hydraulique.

  • 5 G. B. Brocchi, Trattato mineralogico e chimico sulle miniere di ferro del Dipartimento del Mella co (...)
  • 6 Ibid., p. 81.
  • 7 F. Giordano, Industria del ferro in Italia. Relazione, Turin, 1864, p. 189.
  • 8 C. Simoni, Forni da ferro nelle valli bresciane…, op. cit., p. 116.

3La fonte produite par les hauts fourneaux de la région de Brescia était essentiellement de deux qualités, toutes deux adaptées à la production d’acier. L’une « de couleur grise plus ou moins intense, de structure tout à fait granuleuse, […] extérieurement couverte d’une légère incrustation » d’oxyde de manganèse ; l’autre, « d’un argenté brillant, de structure lamellaire […] à la surface normalement lisse5 ». La première s’obtenait au moyen d’une consommation plus importante de combustible, ce qui permettait au minerai de « mieux dégager son oxygène6 ». On pouvait également produire de l’acier en mélangeant deux types de fonte ; en fonction du dosage utilisé, on obtenait de l’acier d’une « qualité déterminée7 ». Dans la seconde moitié du xixe siècle, au fourneau de Pisogne, dans la Vallée Camonica, on utilisait encore ces techniques traditionnelles et l’on produisait une fonte qui, par sa nature, était très demandée en France pour la production d’acier de qualité8.

  • 9 E. Baraldi, « Un secolo dopo la Pirotechnia. Il modo di fare l’acciaio nelle osservazioni di Mario (...)
  • 10 Ibid., p. 306.

4L’acier naturel était produit dans les hautes vallées Camonica et Sabbia au moyen d’un procédé particulier. Pour ce faire, on employait des charbons provenant des bois résineux qui abondaient dans ces vallées et qui étaient traditionnellement considérés comme les meilleurs pour ce genre de travail. Selon la description que le Bolonais Mario Sampieri fit en 1676, à Bagolino, l’acier était obtenu dans un petit creuset de la capacité d’une dizaine de litres dans lequel la fonte en morceaux était fondue par l’action d’un feu riche en oxygène. Le processus de scorification prenait quatre heures, au terme desquelles on sortait du creuset une masse qui était entre l’état liquide et pâteux et que l’on pouvait considérer comme de l’acier. Refroidie rapidement, cette masse devenait cassante et était réduite en morceaux. Ces derniers étaient à leur tour soumis à l’action du feu et du vent (oxydation et décarburation) et ensuite plongés de manière répétée dans un bain de fonte semblable au précédent (carburation et homogénéisation du grain). L’immersion était suivie d’un battage léger à l’aide de masses (carburation et principe de forge). Ces morceaux étaient refroidis rapidement par immersion dans un bain d’eau froide (première trempe) qui permettait de les séparer au maillet. Puis, ils étaient de nouveau chauffés à haute température pour être forgés et en faire des barres qui étaient ensuite replongées dans l’eau pour une nouvelle trempe. À Bagolino, au xviie siècle, ce procédé ne comportait l’utilisation que d’un seul feu. Au cours d’une journée, la production s’élevait à quelque 50 kilogrammes de barres d’acier9. Comme l’a souligné Enzo Baraldi, il s’agissait d’un procédé de production de l’acier en tout point semblable à celui que Biringuccio détaillait en 1540 dans De la pyrotechnie, quand il observait les maîtres de Brescia travaillant à Boccheggiano, dans le sud de la Toscane. La seule variante résidait dans le fait que, dans cette zone, on utilisait du minerai provenant de l’île d’Elbe, riche en soufre, phosphore et silicium10.

  • 11 Ibid., p. 307-308. Sur la présence de maîtres de Brescia en Toscane, consulter : E. Baraldi et M. C (...)
  • 12 G. Curioni, Sulla industria del ferro in Lombardia : cenni, Milan, 1860, p. 103-104. Consulter égal (...)

5Il s’agissait d’une méthode de production de l’acier décrite, avec de petites variantes et dans le cadre d’une légère augmentation de productivité, par Giulio Curioni en 1860 comme le témoignage d’une pratique ancienne utilisée par un groupe de maîtres de forges de Brescia. Ces sidérurgistes étaient en mesure d’adapter leur technique en fonction du minerai utilisé, tout en gardant substantiellement identique dans le temps l’essence même de leur procédé de production11. Selon Curioni, qui évoque un procédé utilisé à Gromo et Ardesio dans la vallée Seriana, à Edolo dans la vallée Camonica et à Bagolino dans la vallée Sabbia, mais dont la date d’introduction demeure inconnue, les forges pour la production d’acier disposaient de deux feux : celui d’affinage pour réaliser les blocs et celui de ré-ébullition pour transformer les blocs en barres. Après avoir fondu lentement la fonte, avec des charges de 125 kilogrammes chacune, en gardant le tuyau de l’air presqu’à l’horizontale pour éviter un contact direct avec la fonte en fusion, on laissait le bain reposer à l’abri du vent, pour qu’il se mélange à nouveau aux recoupes de fer et aux scories de la forge et qu’il soit réduit à l’état pâteux. Les petits blocs (nommés « taglioli ») qui en résultaient étaient battus à l’aide d’un maillet pour leur donner forme. Ensuite, ils étaient plongés dans le bain de fonte de la charge suivante, de manière à restituer le carbone au métal et pouvoir être réduits en barres. Ces taglioli étaient d’abord jetés brûlants dans l’eau pour être trempés, ce qui en améliorait sensiblement la dureté ; ils étaient fragmentés, puis réunis en paquets, mis à bouillir de nouveau et souder les uns aux autres ; finalement, ils étaient travaillés au maillet en barres marchandes. La méthode employée ne permettait pas de produire plus de 80 kilogrammes de barres d’acier en 24 heures, avec une diminution de 35 % par rapport à la fonte utilisée. En outre, ce procédé se caractérisait par une consommation très élevée en charbon de bois : plus de 500 kilogrammes de charbon par 100 kilogrammes d’acier produit12.

  • 13 R. Predali, « Miniere, forni e fucine. L’industria del ferro nelle valli bresciane », dans Atlante (...)
  • 14 À propos du commerce de l’acier brescianais et, en particulier, de celui de la vallée Camonica à la (...)
  • 15 A. Tagliaferri, « Fioritura e decadenza dell’arte metallurgica bresciana », Economia e storia, 2, 1 (...)
  • 16 Il s’agit du cadastre rédigé par Giovanni da Lezze, Il catastico bresciano di Giovanni Da Lezze (16 (...)
  • 17 L. Mocarelli, Le « industrie » bresciane nel Settecento, Milan, 1995, p. 90.

6Dans la haute vallée Camonica, l’acier était produit dans les grosses forges de Vezza, Corteno, Saviore et Ceto13. Si entre le bas Moyen Âge et les débuts de l’époque moderne, la production provenant de la vallée Camonica présentait surtout des produits semi-ouvrés et des barres d’acier pour l’exportation14, se spécialisant en particulier dans les tôles d’acier pour armures15, avec la disparition de cette branche de l’armurerie, l’activité s’était orientée vers la production d’acier pour armes tranchantes. Le « Catastico » de 1609 permet de distinguer les forges où l’acier était produit (Mù, Sonico, Grevo et Braone) de celles où il était travaillé16. Il s’agissait d’une production très limitée : en 1783, dans la vallée furent produits 353 quintaux d’acier contre 6 744 quintaux de fer17.

  • 18 L. Trezzi, « Attività minerarie e metallurgiche in Valcamonica durante il Regno d’Italia », dans G. (...)

7Pendant l’époque napoléonienne (1796-1814), dans les vallées moyennes, la production d’acier se concentrait aux alentours des hauts fourneaux de Paisco et Loveno, alimentés par leurs mines respectives, et dans la grosse forge de Berzo Demo ; dans la haute vallée, se tenaient les forges d’affinage de Ponte di Legno et les mines de Corteno18.

  • 19 M. Bonardi, Il ferro bresciano. Note storiche e statistiche, Brescia, 1889, p. 33.
  • 20 À la fin de l’année 1472, les statuts de la commune de Bagolino protégeaient la production de l’aci (...)
  • 21 Il catastico bresciano…, op. cit., vol. 3, p. 320.
  • 22 L. Dionisi, L’incendio di Bagolino, Brescia, 1981, p. 81.
  • 23 A. Sabatti, Quadro statistico del dipartimento del Mella, Brescia, 1807, p. 151.

8La vallée Sabbia n’était pas riche en minerai de fer ; on l’achetait en grande partie dans la vallée Trompia. Au contraire, le combustible y abondait grâce à l’étendue des bois de ses montagnes ; on pouvait, en outre, s’approvisionner facilement en charbon de bois dans le Trentin limitrophe19. Deux fours de première fusion et une grande partie des forges d’affinage étaient concentrés dans la commune de Bagolino, située dans la petite vallée de la rivière Caffaro, à côté des vallées Giudicarie, très boisées, en Trentin20. Au cours des premières années du xviie siècle, quatorze forges d’affinage étaient dénombrées à Bagolino et toutes produisaient et travaillaient l’acier21 ; leur nombre s’élevait à vingt en octobre 1779, quand le territoire de la commune fut sérieusement endommagé par un grave incendie qui, pourtant, épargna toutes les usines sidérurgiques, y compris les deux fours de première fusion22. L’abondance de combustible rendait avantageux le transport du minerai ferreux grillé, provenant des mines de Collio dans la vallée Trompia, le long de chemins abrupts, jusqu’au mont Maniva, du sommet duquel on le redescendait par traîneaux jusqu’aux alentours de Bagolino23.

  • 24 « L’acier nécessaire pour être [fabriqué] était extrait à Bagolino dans la vallée Sabbia et un peu (...)
  • 25 M. Gioia, « Statistica del dipartimento del Mella », 1814, c. 54r, dans Biblioteca Apostolica Vatic (...)
  • 26 G. B. Brocchi, Trattato mineralogico…, op. cit., vol. 1, p. 94.
  • 27 Ibid., p. 94-95, les caractères italiques figurent dans le texte.

9À l’époque de Napoléon, avec la nouvelle répartition administrative qui prévoyait le rattachement de la vallée Camonica à la province de Bergame (nommée département du Serio), Bagolino resta la seule localité de la province de Brescia (nommée département du Mella) où l’on produisait de l’acier naturel, qui était ensuite vendu à Gardone, Lumezzane et dans d’autres centres où l’on fabriquait des ciseaux, des couteaux, des faux et des haches24. Dans ses grosses forges – où, selon Melchiorre Gioia, étaient employés 160 ouvriers25 – une partie des 7 000 quintaux de fonte produits chaque année par le seul haut fourneau de première fusion resté en activité, était fondue « deux fois dans le poussier de charbon, à l’abri du contact immédiat du vent, puis réduite sous le maillet en barres éteintes encore incandescentes dans l’eau26 ». Dans ces usines, il était possible d’obtenir également un acier de qualité supérieure. Dans ce cas, comme l’écrit Giovanni Battista Brocchi, professeur d’histoire naturelle au lycée de Brescia, on réunissait « plusieurs de ces barres de la meilleure qualité, que comme d’habitude on fait bouillir dans les charbons, et la masse qui en résulte est repartie en petites barres plus minces que les premières. L’acier qui résulte de cette dernière opération présente bien souvent, à l’endroit de la fracture, une sorte d’étoile ou de rose de couleur brune qui, pour cette raison, est appelé dalla rosetta27 ».

  • 28 Ibid., p. 95.
  • 29 L. Mocarelli, Le « industrie » bresciane…, op. cit., p. 28.
  • 30 G. B. Brocchi, Trattato mineralogico…, op. cit., vol. 1, p. 95.

10À Bagolino, en plus de l’acier naturel, était produit l’acier de « cémentation » qui, comme l’écrit encore Brocchi, était obtenu en introduisant « le charbon, par des méthodes différentes, dans du fer plus propre et forgé28 ». Dans la seconde moitié du xviiie siècle, cette production était en mesure de créer un flux d’exportations vers l’État de Milan et les duchés de la plaine du Pô29. Pourtant, dans l’ensemble, nulle part dans le département il n’était possible de produire de grandes quantités de ce type d’acier30.

  • 31 Consulter A. Moioli, « Aspetti manifatturieri nella Lombardia politicamente divisa della seconda me (...)

11L’époque napoléonienne provoqua une nouvelle accélération de la demande de fer et d’acier à des fins militaires, utilisant de manière considérable les appareils productifs locaux et sollicitant des tentatives expérimentales de production à grande échelle. Au cours de la période précédente, les acteurs économiques des pôles productifs de Bergame et de Brescia, appartenant à la République de Venise, n’avaient pas été intéressés par le mouvement de renouveau dans les domaines minier et métallurgique. Par contre, dans la zone milanaise (aux alentours de Lecco, Valsassina et dans la zone de Porlezza) avaient été introduits des fours de fusion à section circulaire et de nouvelles forges à la styrienne31. En outre, des mesures gouvernementales avaient soutenu financièrement les opérateurs locaux et garanti une assistance technique aux métallurgistes travaillant le fer. Au cours de l’automne 1797, dans la République cisalpine, on assista donc à une cohabitation de pôles sidérurgiques présentant des situations et des problèmes bien différents.

  • 32 « Rapporto dell’amministrazione del Dipartimento del Mella al ministro dell’Interno datato 18 febbr (...)
  • 33 A. Sabatti, Quadro statistico…, op. cit., p. 157.
  • 34 A. Frumento, « Una relazione inedita sulla siderurgia della Val Trompia nel 1801 », Commentari dell (...)
  • 35 A. Frumento, « La metallurgia bresciana nel 1802 in un manoscritto di G.B. Brocchi e nel rapporto p (...)
  • 36 G. Marchesi, Armandi e la metallurgia bresciana…, op. cit., p. 83-87.

12Dès le début, le nouveau régime montra une attention particulière à la métallurgie du département du Mella, en faisant mener des enquêtes qui mirent en évidence l’absence d’une production d’acier de haute qualité dans les vallées Trompia et Sabbia car les acteurs locaux n’avaient pas su « développer leurs idées au-delà de l’habituel et qu’ils sont souvent écrasés par les étrangers, au point que, comme tout le monde le sait, les Suédois écoulent, on pourrait dire, une grande partie de leur production chez nous, avec le plus grand dommage et à la grande honte de nos fabricants32 ». Ce jugement était repris quelques années plus tard par Antonio Sabatti : « L’art de former un bon acier apte à toutes sortes de travail de précision manque de la perfection qu’on pourrait atteindre33. » Les enquêtes se poursuivirent avec plus de vigueur après la fin de l’occupation austro-russe (1799-1800). En 1801, Giuseppe Franzini remit aux bureaux départementaux un rapport sur l’état de la sidérurgie dans la vallée Trompia34. L’année suivante, le préfet du département du Mella, Carlo Verri, confia à Brocchi la charge de rédiger un mémoire sur l’état du secteur minier et métallurgique du département35. En 1803, l’entrepreneur métallurgiste Ludovico Capoferri publia la Memoria sulla Valcamonica, première description topographique et statistique de la vallée. Par la suite, les requêtes urgentes de caractère militaire poussèrent le ministère de la guerre à commander directement aux membres de l’armée des enquêtes informatives comme celle qui fut rédigée en 1807 par le directeur de l’arsenal de Brescia, le capitaine Pier Damiano Armandi36.

Le métallurgiste Michele Scala et l’acier de cémentation

13Les vicissitudes de Michele Scala sont exemplaires des efforts parfois contradictoires des autorités pour favoriser l’amélioration des techniques de production, de leur faible efficacité ainsi que des difficultés que l’action innovatrice rencontrait pour s’imposer et pour être sérieusement testée. Des aspirations d’entrepreneur plutôt douteuses se conjuguent à un manque de capitaux et à l’absence de conditions productives favorables, dans un contexte de désaccord entre scientifiques qui, pour leur part, auraient dû essayer de résoudre cette situation critique grâce aux aides publiques destinées à l’innovation.

  • 37 Domicilié à Brescia, Scala – selon sa propre déclaration – avait déjà obtenu du gouvernement véniti (...)
  • 38 Ibid., p. 84.
  • 39 Ibid., p. 112.
  • 40 A. Cova, « Tradizione e innovazione nel mutato contesto politico e territoriale dell’età francese » (...)
  • 41 L’hypothèse d’une collaboration entre Scala et Franzini est étayée par la polémique survenue entre (...)

14Quelques jours avant d’entrer dans la République cisalpine, le gouvernement provisoire de Brescia, par le décret du 30 octobre 1797, avait décidé de l’attribution d’un chèque journalier de 7 lires au métallurgiste Michele Scala37 « pour le temps qu’il emploiera à concrétiser ses connaissances, à petite et à grande échelles », afin « d’améliorer l’art de préparer le minerai et le fer de nos mines38 ». Son premier projet, remontant à janvier 1799, prévoyait la création d’un établissement à Gardone Val Trompia pour réduire le fer forgé en fin acier, aussi bien en barres pour la production de canons de fusils, qu’« en limes de type allemand39 ». Scala envisageait de produire 75 tonnes de limes pour une valeur de 114 000 lires et 96 tonnes d’acier en barres pour une valeur de 110 000 lires. Le coût du nouvel établissement était estimé à 186 000 lires, avec un gain prévu de 15 000 lires, correspondant à 8,25 %40. La nouvelle installation ne fut jamais réalisée, peut-être aussi parce qu’elle aurait dû être construite en collaboration avec Ludovico Franzini, le plus grand fabricant d’armes de Gardone, lequel mourut l’année suivante41.

  • 42 Archives d’État de Brescia (ensuite ASBs), Archivio Storico dell’Ateneo di Brescia (ensuite ASABs), (...)
  • 43 À propos de ce chercheur éclectique en sciences naturelles, on renvoie aux travaux de V. Giacomini (...)

15Le 16 septembre 1802, Michele Scala présenta au préfet du département du Mella, Carlo Verri, un projet de four de fusion pour produire de l’acier de cémentation, accompagné de la liste des frais prévus pour sa fabrication42. La documentation fut directement envoyée au plus grand expert du département, Giovanni Battista Brocchi43, mais son commentaire ne fut rendu qu’à l’occasion de la participation de Scala à l’Exposition des Arts et Métiers de Milan de 1806. Brocchi, à cette occasion, écrivit :

  • 44 ASBs, ASABs, b. 19, lettre de g.b. Brocchi à la commission, Brescia, le 7 août 1806.

Il n’est pas possible de se former une idée précise de la structure du four de Monsieur Scala à partir du dessin qu’il a présenté à cause de l’absence et de vision en coupe et de mesures proportionnelles. On en déduit toutefois qu’il se compose de trois sections : la première, la plus proche du sol, est le « cinerario », dans la deuxième on allume le feu, dans la troisième se trouve la caisse des produits destinés à la cémentation : la flamme peut passer de la deuxième à la troisième section, afin qu’autour de la caisse mentionnée ci-dessus on puisse atteindre la chaleur nécessaire. Si ce four devait être réalisé, il conviendrait d’en examiner plus attentivement les différentes parties et surtout la structure de la cheminée, partie décidément essentielle pour les fours de cémentation44.

  • 45 R. F. Tylecote, A History of Metallurgy, Londres, 1976, p. 91.
  • 46 A. Frumento, Le repubbliche Cisalpina e Italiana…, op. cit., p. 360.

16L’intérêt du gouvernement pour la proposition de Scala résidait dans la possibilité annoncée de fabriquer en grandes quantités l’acier de cémentation ; à l’époque, en effet, on ne parvenait à le produire qu’en faibles quantités journalières. Cette méthode de production s’était répandue en Europe au cours des premières années du xviie siècle, après avoir été brevetée en Angleterre en 161445. Elle consistait à mettre en contact soit des barres de fer avec de la fonte fondue dans un bain, soit des couches alternées de petits morceaux de fer et de braises dans des creusets exposés longuement à la chaleur46.

  • 47 G. Marchesi, Quei laboriosi valligiani. Economia e società nella montagna bresciana tra il tardo Se (...)
  • 48 A. Frumento, Le repubbliche Cisalpina e Italiana…, op. cit., p. 358-359.
  • 49 A. Frumento, Il Regno d’Italia napoleonico. Siderurgia, combustibili, armamenti ed economia 1805- 1 (...)

17La Commission d’instruction publique de Brescia signala à la municipalité de Bagolino le projet de Scala. L’étude du métallurgiste fut présentée aux responsables administratifs de ce centre très actif, le seul pôle productif du département du Mella où l’on produisait l’acier, y compris l’acier de cémentation. Après avoir garanti que la méthode mise au point par Scala avait été examinée par les professeurs d’histoire naturelle et de chimie du lycée de la ville, la Commission préconisa la réalisation des essais nécessaires. On organisa donc une rencontre entre Scala et quelques opérateurs sidérurgistes de Bagolino pour un essai démonstratif47. Dans ce cas, non plus, on ne sait si le projet a été mené à bien. Le 3 septembre 1803, Scala, en échange de sa disponibilité à entreprendre des expériences à Bagolino, demandait au ministre de l’Intérieur un emploi public ou bien la concession pour vingt ans d’un local avec le droit de fabrication nationale et l’exclusivité sur les fours de sa construction pour tout le territoire de la République48. Ce n’est que l’année suivante que Scala obtint un emploi public en tant qu’écrivain et commis de la sous-direction de l’artillerie, faisant fonction de chef ouvrier dans le laboratoire de précision de l’Arsenal de Brescia, avec une honorable rétribution annuelle de 840 lires49. Néanmoins, il semble qu’aucune expérience ne fut réalisée à Bagolino, pas plus que la mise en production de la méthode de Scala dans les forges locales.

  • 50 Jugement rendu par la Commission de l’Institut national chargée de remettre les prix : « Bien que l (...)
  • 51 Consulter A. Frumento, Il Regno d’Italia napoleonico…, op. cit., p. 329. La cémentation est le proc (...)
  • 52 A. Frumento, Il Regno d’Italia napoleonico…, op. cit., p. 329.

18On sait, par contre, que des essais furent effectués par Scala auprès du laboratoire de précision de Brescia. En effet, à l’Exposition annuelle des Arts et Métiers de Milan de 1808, il obtint la médaille d’argent grâce à un mémoire portant « Sur la conversion du fer en acier au moyen de la cémentation », accompagné de quelques échantillons produits dans ce laboratoire50. Des procès-verbaux, il apparaît que la commission de Brescia avait exprimé un avis peu flatteur, malgré la présence au sein de la commission de Giovanni Battista Brocchi, le plus éminent expert en la matière et partisan de la conversion du fer en acier au moyen de la cémentation51 du fer spathique (fer combiné à de l’acide carbonique, typique des mines de la vallée Trompia)52. Brocchi fit parvenir un avis écrit favorable où il affirmait :

  • 53 ASBs, ASABs, b. 19, lettre de G. B. Brocchi au président de la Commission des prix, s.l., s.d.

M’ayant été transmise par […] le Préfet, la Pétition de Monsieur Scala, candidat au Prix, avec une lame d’épée, deux lames de sabre, une lime, un rasoir, un morceau de barre d’acier, en tant qu’objets à prendre en examen par cette Commission, […] je me suis empressé de prendre les informations opportunes pour vérifier s’ils ont été véritablement fabriqués avec l’acier que Monsieur Scala a réussi à former au moyen de la cémentation. En conclusion des enquêtes que j’ai menées, je peux attester la vérité du fait ; de même, je crois que tous ces produits sont dignes d’être présentés à la Commission des prix résidant à Milan, et que Monsieur Scala mérite d’être primé, étant le seul dans le Royaume d’Italie, qui ait réussi à produire à grande échelle l’acier de cémentation, qui a toujours été rapporté d’Angleterre, alors que nous nous servons d’acier naturel qui, pour de nombreux travaux, est de loin inférieur au premier53.

  • 54 ASBs, ASABs, b. 19, minute du procès-verbal de la Commission, Brescia, le 2 août 1808. Le travail m (...)

19La Commission de Brescia, à la différence de Brocchi, ne releva « aucune découverte ou invention, puisque les opérations de cémentation pour produire l’acier artificiel peuvent être lues dans plusieurs opuscules d’outremonts [français], et tout particulièrement dans la traduction de Monsieur Maironi du livre ayant pour titre : Sulla fabbricazione dell’acciajo […]. Toutefois on pourrait dire en vérité, qu’il a perfectionné cette invention dans le sens qu’il a réalisé, à grande échelle, la fabrication de l’acier de cémentation, alors que dans ce département celle-ci n’était connue que pour de petites manufactures54 ». La Commission, à l’exception du seul Brocchi, ne sut pas comprendre l’importance du « simple » transfert de technologie effectué par Scala, oubliant que l’action gouvernementale tendait justement à encourager, de toutes les manières possibles, l’émancipation de l’économie nationale de la dépendance de la production étrangère.

  • 55 ASBs, ASABs, b. 19, copie du procès-verbal de la Commission, Brescia, le 8 août 1809.

20En 1809, Scala demanda de nouveau le droit de participer à l’Exposition milanaise avec son acier de cémentation. La Commission, qui ne comptait plus Brocchi parmi ses membres, n’autorisa pas l’envoi des produits manufacturés et, malgré le prix remporté l’année précédente, insista sur l’absence de « toute découverte, invention ou introduction, puisque les opérations de cémentation pour former l’acier artificiel ne sont pas inconnues dans le Royaume » ; elle souligna également le coût non compétitif de ce produit : « Car l’acier artificiel de Monsieur Scala fabriqué au moyen de la cémentation coûte, tout compte fait, bien plus que l’acier naturel de Bagolino et de Gromo, outre le fait d’être moins bon pour la fabrication de n’importe quel objet55. »

  • 56 ASBs, ASABs, b. 19, copie du procès-verbal de la Commission, Brescia, le 26 juillet 1810.
  • 57 Processo verbale della distribuzione de’ premj con rapporto della commissione centrale ed analogo d (...)
  • 58 A. Frumento, Il Regno d’Italia napoleonico…, op. cit., p. 435.

21À la différence de l’année précédente, en 1810, la Commission autorisa Scala à participer à l’Exposition de Milan avec un « échantillon d’acier de cémentation de très bonne qualité56 ». À cette occasion, il obtint seulement la mention honorable ; cependant son acier aurait été considéré par la Commission milanaise digne d’une récompense plus importante si « sa manufacture » avait été « suffisamment vaste pour en assurer la production pour le commerce ». Dans cette perspective, la Commission sollicite le soutien financier du ministre de l’Intérieur pour que l’inventeur puisse « mettre davantage au profit du public son industrie et ses connaissances57 », en vertu d’une politique économique qui entendait privilégier la production pouvant satisfaire la demande publique d’armement. Plus particulièrement, c’est le juré Innocenzo Isimbardi, directeur général de l’Hôtel de la Monnaie de Milan, aussi bien qu’expert en métallurgie, qui proposa Scala pour l’attribution du premier prix, la médaille d’or. En effet, Isimbardi était persuadé que l’acier de Scala pouvait bien soutenir la comparaison avec le meilleur acier de fusion de la vallée Seriana (département du Serio) et coûtait, selon l’inventeur, 20 % de moins58.

  • 59 Cité dans L. Trezzi, Attività minerarie e metallurgiche in Valcamonica…, op. cit., p. 360, n. 22.

22L’impossibilité de mettre en application son procédé dans le département du Mella incita Scala à présenter le 25 mars 1813 au vice-préfet de Breno (vallée Camonica) une pétition par laquelle il proposait un plan d’intervention pour « améliorer la qualité du fer et le convertir en acier de qualité59 ». Ce fut en vain.

  • 60 Cité dans A. Frumento, Le repubbliche Cisalpina e Italiana…, op. cit., p. 359.

23Au cours de la période napoléonienne, si le travail de Scala rencontra les jugements favorables d’experts en métallurgie tels que Brocchi et Isimbardi, il faut relever l’avis plus mitigé de Carlo Ermenegildo Pini, inspecteur général de l’Instruction publique et délégué scientifique aux mines qui, le 15 novembre 1802, signala au ministre de l’Intérieur que, pour les canons de fusils, Scala utilisait une méthode dont le métallurgiste français Gabriel Jars avait déjà fait état. Encore plus sévère fut le constat exprimé par le ministre de la Guerre, Pietro Teulié, le 8 décembre de la même année ; il invitait son collègue de l’Intérieur à congédier l’inventeur, celui-ci « s’étant révélé inutile et velléitaire dans son travail de métallurgiste60 ».

  • 61 G. Zorzi, Analisi dell’abate Giambattista Zorzi delle riflessioni pubblicate dal signor Francesco T (...)

24D’après les sources disponibles, il n’est pas possible de donner une évaluation correcte du procédé de cémentation de Scala, car celui-ci a toujours soigneusement gardé le secret sur la combinaison des minerais introduits dans le creuset ainsi que sur la forme de son four duquel il ne présenta jamais aucun dessin en coupe transversale. De même, à l’exception du témoignage de Brocchi, il n’est pas aisé de savoir si la production à grande échelle, exaltée sans cesse par l’inventeur, était vraiment possible. Selon les affirmations de l’abbé Giambattista Zorzi, la production à grande échelle n’aurait pas réussi à Scala : « En ce qui concerne l’acier de cémentation, le métallurgiste, Monsieur Scala, a réalisé des expérimentations en faibles quantités, mais dans le département il n’en existe aucune usine61. » Il est vrai que le manque chronique d’argent des institutions publiques, ainsi que la faible propension au renouvellement technique de la part des entrepreneurs sidérurgiques locaux, n’offraient pas le cadre le plus indiqué pour l’essor de l’industrialisation du procédé.

  • 62 Archives de l’Istituto Lombardo de Milan (ensuite AILMi), VI.05.05, lettre de Michele Scala à l’Ins (...)
  • 63 AILMi, VI.05.05, lettre de Michele Scala à l’Institut de sciences, lettres et arts, Milan, le 6 déc (...)
  • 64 AILMi, VI.05.05, lettre de Michele Scala à l’Institut de sciences, lettres et arts, Milan, le 28 no (...)
  • 65 Sur Morosi, voir A. Moioli, « Tra intervento pubblico e iniziativa privata : il contributo di Giuse (...)
  • 66 AILMi, VI.05.05, [Giovanni Battista] Brocchi e [Giuseppe] Morosi, « Sull’acciajo presentato dal Sig (...)
  • 67 Collezione degli atti delle solenni distribuzioni de’ premj d’industria fatte in Milano ed in Venez (...)

25Après la chute du Royaume d’Italie, Scala, retraité de l’armée et désormais âgé, s’installa à Milan et, étant « toujours soucieux du bien public, déclara son intention d’entreprendre la production d’acier de cémentation62 ». En réalité, sa situation économique, malgré l’aide de quelques amis, ne lui permettait la réalisation d’aucune activité industrielle. « Désengagé de tout service public et pouvant compter sur un très faible revenu63 » – le nouveau gouvernement lui avait en fait réduit sa pension de 75 %64 – Scala essaya encore une fois d’obtenir une distinction à l’Exposition de Milan de 1815, il envoya donc quelques échantillons de son acier. Les essais réalisés par deux experts en métallurgie, Giovanni Battista Brocchi et Giuseppe Morosi65, donnèrent des résultats ambigus : en effet, si une petite barre d’acier était « résistante de toutes parts », il n’en était pas de même de deux burins et d’un tranchoir. Les deux membres de l’Institut des sciences, des lettres et des arts, « n’ayant donc trouvé aucune particularité à cet acier, mais sachant par ailleurs qu’il provenait des expériences de Scala sur la méthode de cémentation, méthode qu’il propose d’établir à Milan, dans l’espoir de pouvoir écouler l’acier qui en résulterait à un prix plus intéressant par rapport à celui que l’on trouve sur le marché et, connaissant l’importance de ce prix du fait du coût élevé du charbon et de la main d’œuvre, proposent que Scala puisse obtenir tout de même, l’honneur d’une mention, sans plus, pour sa tentative66 ». Avec la mention honorable à l’Exposition de Milan de 1815 s’achevait la longue carrière du métallurgiste Scala, sans qu’il fût possible de dissiper les doutes quant à son acier de cémentation et à sa capacité de le produire à grande échelle67.

La persistance de la tradition métallurgique

  • 68 Sur les productions des forges des vallées de la province de Brescia pendant la première moitié du (...)

26Au cours de la période française, malgré l’existence de problèmes d’ordre technique et d’organisation, les installations du secteur minier et sidérurgique des vallées du département de Brescia furent en mesure de satisfaire la demande publique en matériel de guerre. Il s’agit d’un résultat remarquable si l’on tient compte de l’absence de toutes modifications fondamentales dans le domaine de l’aménagement technique comme dans l’organisation d’un secteur désormais pluri-séculaire. En effet, à la fin de cette période, le pôle sidérurgique de Brescia se trouvait dans les mêmes conditions que celles laissées par l’administration vénitienne. Dans les années qui suivirent, sous la domination autrichienne, bien peu de changements furent enregistrés et, en tout cas, pas avant les années quarante. La plus grande résistance face à l’innovation provenait des acteurs économiques locaux qui rejetaient l’introduction de toute nouveauté en la matière : même dans les forges des vallées plus dynamiques (par exemple celles de la vallée Gobbia), on investissait seulement dans la « diversification » des produits finis68.

  • 69 Consulter les données dans G. Marchesi, Quei laboriosi valligiani…, op. cit., p. 315 et 328.

27Le poids de la tradition, freinant la modernisation des installations, se fit sentir, à de rares exceptions près, durant toute la première moitié du xixe siècle, favorisé aussi par la baisse de la demande de produits sidérurgiques pendant la Restauration. Les données disponibles sur la production de fonte entre 1806 et 1858 témoignent de ce profond immobilisme69.

  • 70 S. Onger, L’economia come paesaggio. Il Bresciano nell’opera di Pietro Rebuschini e negli studi del (...)
  • 71 Il s’agit du fer ayant un pourcentage de carbone compris entre 1,50 et 2 % : il est malléable comme (...)
  • 72 F. Giordano, Industria del ferro in Italia…, op. cit., p. 178.
  • 73 G. Zanardelli, Sulla esposizione bresciana. Lettere, Milan, 1859, p. 86.
  • 74 F. Giordano, Industria del ferro in Italia…, op. cit., p. 177.

28Le centre sidérurgique de Bagolino continua à produire de l’acier naturel. En 1836, huit grosses forges étaient en fonction avec une production de 521 quintaux par an70. Mais là aussi, à côté d’une production limitée d’acier jouissant d’une bonne réputation, d’un large marché et de prix élevés, la fabrication de presque 6 000 quintaux de « ferro acciaioso71 » en barres était utilisée pour la production d’outils ruraux, d’instruments tranchants et pour les ressorts des voitures à chevaux72. Seulement une partie de ce « fer d’acier », « dans lequel la carburation réussit le mieux73 », était transformée en acier. Dans la haute vallée Camonica également perdurait l’ancienne méthode de production de l’acier à partir de la fonte : en 1861, trente-six forges étaient en fonction avec une production de 530 quintaux d’acier par an74.

  • 75 C. Simoni, Forni da ferro nelle valli bresciane…, op. cit., p. 92.
  • 76 G. Rosa, « L’industria del ferro nella Lombardia », Il Politecnico, Milan, mai 1862, p. 239.

29Bien qu’en présence de quelques signes d’innovation, la technologie sidérurgique de la province de Brescia, jusqu’aux premières décennies du xixe siècle, se caractérisa par la prédominance de la continuité et de la tradition75. L’absence de modifications fondamentales sur une période aussi longue témoigne de la stabilité du système atteinte dans le territoire de Brescia, un système fait de « nombreux petits fours de première fusion, de nombreuses petites forges et de feux de moindre importance alimentés par le charbon de bois76 », contrôlés par des entrepreneurs ayant peu de capitaux disponibles.

Notes

1 U. Tucci, « L’industria del ferro nel Settecento. La Val Trompia », dans L. De Rosa éd., Ricerche storiche ed economiche in memoria di Corrado Barbagallo, Naples, 1970, p. 419. À propos des fourneaux, demeurés substantiellement inchangés entre le xvie siècle et les premières décennies du xixe siècle, consulter M. Calegari, « Forni “alla bresciana” nell’Italia del xvi secolo », Quaderni storici, 1, 1989, p. 77-99 ; E. Baraldi et M. Galegari, « Pratica e diffusione della siderurgia “indiretta” in area italiana (secc. xiii-xvi) », dans Ph. Braunstein éd., La sidérurgie alpine en Italie (xiie-xviie siècle), Rome, 2001, p. 146-153.

2 Tour en pierres carrées liées par du mortier, située à l’intérieur du four où le minerai de fer était réduit, brûlant le charbon. E. Baraldi, « Ordigni e parole dei maestri da ferro bresciani e bergamaschi : lessico della siderurgia indiretta in Italia fra xii e xvii secolo », dans Ph. Braunstein éd., La sidérurgie alpine en Italie…, op. cit., p. 163-213, p. 175. Consulter également M. Cima, « Il cannecchio bresciano tra forno a manica e altoforno », dans N. Cuomo di Caprio et C. Simoni éd., Dal basso fuoco all’altoforno. Atti del 1° Simposio Valle Camonica 1988 « La siderurgia nell’antichità », Brescia, 1991, p. 278-284.

3 C. Simoni, « Forni da ferro nelle valli bresciane. Fonti, testimonianze materiali, ricerche », dans M. Calegari et C. Simoni éd., Boschi, miniere, forni. Culture del lavoro nelle valli bergamasche e bresciane, Brescia, 1994, p. 91.

4 E. Baraldi et M. Calegari, « “Fornaderi” bresciani (xv-xvii sec.) », dans N. Cuomo di Caprio et C. Simoni éd., Dal basso fuoco all’altoforno, op. cit., p. 127-151, p. 133. Des études récentes font remonter aux premières années du xvie siècle l’utilisation de cet ingénieux système : G. Marchesi, « Cosa stupenda et degna d’essere veduta ». La tromba idroeolica in Valle Sabbia agli inizi del Seicento, Brescia, 2004.

5 G. B. Brocchi, Trattato mineralogico e chimico sulle miniere di ferro del Dipartimento del Mella con l’esposizione della costituzione fisica delle montagne metallifere della Val Trompia, vol. 1, Brescia, 1808, p. 80.

6 Ibid., p. 81.

7 F. Giordano, Industria del ferro in Italia. Relazione, Turin, 1864, p. 189.

8 C. Simoni, Forni da ferro nelle valli bresciane…, op. cit., p. 116.

9 E. Baraldi, « Un secolo dopo la Pirotechnia. Il modo di fare l’acciaio nelle osservazioni di Mario Sampieri », dans Atti dell’Istituto veneto di scienze, lettere ed arti, CLIV (1995-1996), classe de sciences physiques, mathématiques, et naturelles, p. 299-328, p. 304.

10 Ibid., p. 306.

11 Ibid., p. 307-308. Sur la présence de maîtres de Brescia en Toscane, consulter : E. Baraldi et M. Calegari, « Pratica e diffusione della siderurgia “indiretta” in area italiana », op. cit., p. 93 et ss. ; R. Morelli, « La perizia del calcolo. Maestri bergamaschi e bresciani al servizio degli Este (sec. xvi-xvii) », dans Ph. Braunstein éd., La sidérurgie alpine en Italie…, op. cit., p. 393-414.

12 G. Curioni, Sulla industria del ferro in Lombardia : cenni, Milan, 1860, p. 103-104. Consulter également, F. Giordano, Industria del ferro in Italia…, op. cit., p. 189-190 ; V. Zoppetti, Stato attuale dell’industria del ferro in Lombardia e cenno sul possibile sviluppo della siderurgia in Italia, Milan, 1873, p. 158-160.

13 R. Predali, « Miniere, forni e fucine. L’industria del ferro nelle valli bresciane », dans Atlante valsabbino. Uomini, vicende e paesi, Brescia, 1980, p. 135.

14 À propos du commerce de l’acier brescianais et, en particulier, de celui de la vallée Camonica à la fin du Trecento, consulter Ph. Braunstein, « L’acier de Brescia à la fin du xive siècle : l’apport d’une correspondance d’affaires », dans La sidérurgie alpine en Italie…, op. cit., p. 455-479 ; S. Storto, « Marchi e qualità dell’acciaio bresciano e dei suoi prodotti fra Trecento e Quattrocento », Civilità bresciana, 2000, n. 4, p. 3-27 ; Eadem, « L’acciaio ed il ferro bresciano nelle carte Datini », Civilità bresciana, 2001, n. 5, p. 19-38.

15 A. Tagliaferri, « Fioritura e decadenza dell’arte metallurgica bresciana », Economia e storia, 2, 1969, p. 233.

16 Il s’agit du cadastre rédigé par Giovanni da Lezze, Il catastico bresciano di Giovanni Da Lezze (1609-1610) nell’esemplare queriniano H.V.1-2, Brescia, 1973.

17 L. Mocarelli, Le « industrie » bresciane nel Settecento, Milan, 1995, p. 90.

18 L. Trezzi, « Attività minerarie e metallurgiche in Valcamonica durante il Regno d’Italia », dans G. L. Fontana et A. Lazzarini éd., Veneto e Lombardia tra rivoluzione giacobina ed età napoleonica. Economia, territorio, istituzioni, Milan, 1992, p. 350. Consulter également, G. Maironi Da Ponte, Osservazioni sul dipartimento del Serio presentate all’ottimo vice-presidente della Repubblica italiana F. Melzi D’Eril, Bergame, 1803, p. 261-262 ; G. Maculotti, I signori del ferro. Attività protoindustriali nella Valcamonica dell’Ottocento, Breno, 1988, p. 62.

19 M. Bonardi, Il ferro bresciano. Note storiche e statistiche, Brescia, 1889, p. 33.

20 À la fin de l’année 1472, les statuts de la commune de Bagolino protégeaient la production de l’acier, interdisant l’exportation de bois résineux et empêchant d’exercer l’art de la « ferrarezza » (ferronerie) avec les étrangers, Statuti della comunità di Bagolino divisi in quattro parti nuovamente ristampati a spese della comunità sudetta con l’aggiunta di una tavola alfabetica per maggior comodo e brevità, Brescia, 1796, p. 129, chap. LXXXIV. Consulter également, U. Vaglia, L’arte del ferro in Valle Sabbia e la famiglia Glisenti, Brescia, 1959, p. 17.

21 Il catastico bresciano…, op. cit., vol. 3, p. 320.

22 L. Dionisi, L’incendio di Bagolino, Brescia, 1981, p. 81.

23 A. Sabatti, Quadro statistico del dipartimento del Mella, Brescia, 1807, p. 151.

24 « L’acier nécessaire pour être [fabriqué] était extrait à Bagolino dans la vallée Sabbia et un peu dans la vallée Camonica », Archives d’État de Milan, Commercio, p.m., b. 8, Rapport de la chambre de commerce à la préfecture départementale, Brescia, 28 nov. 1804. Sur le même ton, quelques années après, voir le rapport du préfet Giuseppe Tornielli, « Rapporto sulla visita del Dipartimento eseguita dal Prefetto in esecuzione del Regio, Decreto 16 febbraio 1807 », dans Archives de l’État de Novara, Archivio Tornielli di Vergano, b. 173-m. Pour une réflexion d’ensemble, nous renvoyons à A. Frumento, Le repubbliche Cisalpina e Italiana con particolare riguardo a siderurgia, armamenti, economia ed agli antichi luoghi lombardi del ferro 1796-1805, Milan, 1985, p. 474.

25 M. Gioia, « Statistica del dipartimento del Mella », 1814, c. 54r, dans Biblioteca Apostolica Vaticana, Rome, mss. Ferrajoli 447.

26 G. B. Brocchi, Trattato mineralogico…, op. cit., vol. 1, p. 94.

27 Ibid., p. 94-95, les caractères italiques figurent dans le texte.

28 Ibid., p. 95.

29 L. Mocarelli, Le « industrie » bresciane…, op. cit., p. 28.

30 G. B. Brocchi, Trattato mineralogico…, op. cit., vol. 1, p. 95.

31 Consulter A. Moioli, « Aspetti manifatturieri nella Lombardia politicamente divisa della seconda metà del Settecento », dans S. Zaninelli éd., Storia dell’industria lombarda, I, Un sistema manifatturiero aperto al mercato, Milan, 1988, p. 100.

32 « Rapporto dell’amministrazione del Dipartimento del Mella al ministro dell’Interno datato 18 febbraio 1798 », cité dans G. Marchesi, « Armandi e la metallurgia bresciana dell’età napoleonica », Civiltà bresciana, Brescia, 2001, n. 4, p. 75.

33 A. Sabatti, Quadro statistico…, op. cit., p. 157.

34 A. Frumento, « Una relazione inedita sulla siderurgia della Val Trompia nel 1801 », Commentari dell’Ateneo di Brescia, 1972, p. 63-74.

35 A. Frumento, « La metallurgia bresciana nel 1802 in un manoscritto di G.B. Brocchi e nel rapporto per una scuola nazionale di metallurgia », Commentari dell’Ateneo di Brescia, 1971, p. 196.

36 G. Marchesi, Armandi e la metallurgia bresciana…, op. cit., p. 83-87.

37 Domicilié à Brescia, Scala – selon sa propre déclaration – avait déjà obtenu du gouvernement vénitien un chèque pour une méthode relative à la préparation d’acier indiqué pour la production de fusils et de limes. En outre, il aurait reçu du roi de Sardaigne un diplôme pour son acier de cémentation après les essais réalisés dans le laboratoire de chimie de l’Arsenal de Turin. A. Frumento, Le repubbliche Cisalpina e Italiana…, op. cit., p. 112 n. 1.

38 Ibid., p. 84.

39 Ibid., p. 112.

40 A. Cova, « Tradizione e innovazione nel mutato contesto politico e territoriale dell’età francese », dans S. Zaninelli éd, Storia dell’industria lombarda, I, Un sistema manifatturiero aperto al mercato, op. cit., p. 151.

41 L’hypothèse d’une collaboration entre Scala et Franzini est étayée par la polémique survenue entre les héritiers. Consulter A. Frumento, Le repubbliche Cisalpina e Italiana…, op. cit., p. 159.

42 Archives d’État de Brescia (ensuite ASBs), Archivio Storico dell’Ateneo di Brescia (ensuite ASABs), b. 19, lettre de Michele Scala au préfet, Brescia, le 16 septembre 1802. Parmi cette documentation, a été perdu le dessin du fourneau et a été conservée la note indiquant les dépenses effectuées pour sa réalisation. Des 1175 lires italiennes prévues, 750 lires servirent à l’acquisition et à la mise en œuvre de « deux robustes soufflets », 150 lires pour les « briques, l’argile, le sable, le calcaire et autres », 140 lires pour la provision en « quincaillerie et main d’œuvre », enfin, 135 lires pour l’approvisionnement en charbon de bois.

43 À propos de ce chercheur éclectique en sciences naturelles, on renvoie aux travaux de V. Giacomini dans Dizionario biografico degli italiani, vol. 14, Rome, 1972, p. 396-399.

44 ASBs, ASABs, b. 19, lettre de g.b. Brocchi à la commission, Brescia, le 7 août 1806.

45 R. F. Tylecote, A History of Metallurgy, Londres, 1976, p. 91.

46 A. Frumento, Le repubbliche Cisalpina e Italiana…, op. cit., p. 360.

47 G. Marchesi, Quei laboriosi valligiani. Economia e società nella montagna bresciana tra il tardo Settecento e gli anni postunitari, Brescia, 2003, p. 130.

48 A. Frumento, Le repubbliche Cisalpina e Italiana…, op. cit., p. 358-359.

49 A. Frumento, Il Regno d’Italia napoleonico. Siderurgia, combustibili, armamenti ed economia 1805- 1814, Milan, 1991, p. 435.

50 Jugement rendu par la Commission de l’Institut national chargée de remettre les prix : « Bien que les échantillons d’acier cémenté présentés par Scala n’aient pas tous été portés au niveau de perfection que l’on peut espérer rejoindre en multipliant les expérimentations ; et bien que, pour le moment, cet acier ne soit pas adapté à la réalisation de limes, rasoirs et autres objets qui nécessitent un acier de grande dureté ; la Commission est pourtant persuadée que Scala a fait un pas assez important, ainsi que le montrent les sabres présentés, ayant été fabriqués avec cet acier de cémentation, justement parce qu’ils ne requièrent pas tant de dureté de la matière utilisée, et, de ce fait, ils ont été considérés comme louables, et comme tels reconnus suite aux essais auxquels on soumet d’habitude ce type d’armes », Processo verbale della distribuzione de’ premj con rapporto della commissione centrale ed analogo discorso di S.E. il ministro dell’Interno, Milan, 1808, p. 20.

51 Consulter A. Frumento, Il Regno d’Italia napoleonico…, op. cit., p. 329. La cémentation est le processus visant à chauffer les barres de fer à l’aide de charbon de bois dans un four fermé de sorte que la surface du fer puisse acquérir une teneur élevée en carbone.

52 A. Frumento, Il Regno d’Italia napoleonico…, op. cit., p. 329.

53 ASBs, ASABs, b. 19, lettre de G. B. Brocchi au président de la Commission des prix, s.l., s.d.

54 ASBs, ASABs, b. 19, minute du procès-verbal de la Commission, Brescia, le 2 août 1808. Le travail mentionné est celui de Giovanni Maironi da Ponte, Sulla fabbricazione dell’acciaio operette tradotte dal francese con note ad uso de’ fabbri e fucinieri, Bergame, 1807.

55 ASBs, ASABs, b. 19, copie du procès-verbal de la Commission, Brescia, le 8 août 1809.

56 ASBs, ASABs, b. 19, copie du procès-verbal de la Commission, Brescia, le 26 juillet 1810.

57 Processo verbale della distribuzione de’ premj con rapporto della commissione centrale ed analogo discorso di S.E. il ministro dell’Interno, Milan, 1810, p. XXII.

58 A. Frumento, Il Regno d’Italia napoleonico…, op. cit., p. 435.

59 Cité dans L. Trezzi, Attività minerarie e metallurgiche in Valcamonica…, op. cit., p. 360, n. 22.

60 Cité dans A. Frumento, Le repubbliche Cisalpina e Italiana…, op. cit., p. 359.

61 G. Zorzi, Analisi dell’abate Giambattista Zorzi delle riflessioni pubblicate dal signor Francesco Torriceni sull’appendice al Quadro statistico del dipartimento del Mella, Breno, 1812, p. 78.

62 Archives de l’Istituto Lombardo de Milan (ensuite AILMi), VI.05.05, lettre de Michele Scala à l’Institut de sciences, lettres et arts, Milan, le 10 septembre 1815.

63 AILMi, VI.05.05, lettre de Michele Scala à l’Institut de sciences, lettres et arts, Milan, le 6 décembre 1815.

64 AILMi, VI.05.05, lettre de Michele Scala à l’Institut de sciences, lettres et arts, Milan, le 28 novembre 1815.

65 Sur Morosi, voir A. Moioli, « Tra intervento pubblico e iniziativa privata : il contributo di Giuseppe Morosi al progresso tecnico della manifattura lombarda in età francese », dans A. Carera, M. Taccolini et R. Canetta éd., Temi e questioni di storia economica e sociale in età moderna e contemporanea. Studi in onore di Sergio Zaninelli, Milan, 1999, p. 153-203.

66 AILMi, VI.05.05, [Giovanni Battista] Brocchi e [Giuseppe] Morosi, « Sull’acciajo presentato dal Signor Scala », s.d.

67 Collezione degli atti delle solenni distribuzioni de’ premj d’industria fatte in Milano ed in Venezia dall’anno 1806 in avanti, vol. 2, Milan, 1824, p. 10.

68 Sur les productions des forges des vallées de la province de Brescia pendant la première moitié du xixe siècle, voir P. Tedeschi, « Aspetti dell’economia delle valli bresciane nell’età della Restaurazione », dans A. Leonardi éd., Aree forti e deboli nello sviluppo della montagna alpina, Trente, 2001, p. 205-212, 216-217. Sur le cas spécifique de la vallée Gobbia, consulter aussi C. M. Belfanti, « Due secoli di storia del distretto industriale di Lumezzane », dans G. Rumi, G. Mezzanotte et A. Cova éd., Brescia e il suo territorio, Milan, 1996, p. 503-513.

69 Consulter les données dans G. Marchesi, Quei laboriosi valligiani…, op. cit., p. 315 et 328.

70 S. Onger, L’economia come paesaggio. Il Bresciano nell’opera di Pietro Rebuschini e negli studi del primo Ottocento, Brescia, 1995, p. 166-167.

71 Il s’agit du fer ayant un pourcentage de carbone compris entre 1,50 et 2 % : il est malléable comme le fer ordinaire, mais sa qualité est proche de celle de l’acier. Pour les produits plus petits, la décarburation est limitée à la surface ; par conséquent, on obtient un produit mixte : acier à l’extérieur et fer au centre.

72 F. Giordano, Industria del ferro in Italia…, op. cit., p. 178.

73 G. Zanardelli, Sulla esposizione bresciana. Lettere, Milan, 1859, p. 86.

74 F. Giordano, Industria del ferro in Italia…, op. cit., p. 177.

75 C. Simoni, Forni da ferro nelle valli bresciane…, op. cit., p. 92.

76 G. Rosa, « L’industria del ferro nella Lombardia », Il Politecnico, Milan, mai 1862, p. 239.

© Presses universitaires du Midi, 2011

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search