Version classiqueVersion mobile

Sources sérielles et prix au Moyen-Âge

 | 
Claude Denjean

Des actes à la reconstitution fidèle de la vie passée : lire les séries documentaires

Les documents sériels témoins de l’évolution du peuplement méridional portugais (xiie-xvie siècle) : apports et limites d’une quantification sommaire et indirecte

Stéphane Boissellier

Texte intégral

  • 1 Je pense bien sûr à sa monumentale thèse mais aussi, parmi bien d’autres, à son article fo (...)
  • 2 Ainsi, le recensement de la population de quelques localités de Beira intérieure en 1496 ( (...)

1Loin de toute « religion du chiffre », Maurice Berhe a été un pionnier de l’usage de la quantification dans l’approche sociale des structures de la population et des échanges au Moyen Âge, principalement sur la base de sources financières1. On sait que les médiévistes ont tenté d’abord d’utiliser les données chiffrées de leurs sources dans deux domaines principaux, la démographie (au sens d’évolution du nombre des hommes dans un espace donné) et l’évolution des prix (des biens et du travail). Les documents que je vais présenter relèvent plutôt du premier domaine, par le traitement qu’ils sont susceptibles de recevoir et surtout par l’objectif poursuivi ; mais, dans l’incapacité où nous sommes, pour ma zone d’étude (le Portugal méridional), d’obtenir avant le xvie siècle des chiffres de population locale autres que ponctuels2, je vais tenter de réfléchir sur l’utilisation de certaines données directement chiffrées ou quantifiables par l’historien, ou même seulement « sériables », comme indices de centralité dans la répartition du peuplement, bref de me livrer au « détournement de sources » qui est une des méthodes habituelles du médiéviste. La disparité de ces textes interdit de poursuivre ce qui est l’objectif essentiel des utilisateurs du chiffre : cerner des évolutions dans le temps.

  • 3 La plupart des données utilisées dans l’étude que j’ai consacrée à la centralité des habi (...)

2La réflexion se doublera donc d’une interrogation plus vaste : un usage, principalement synchronique, des rares documents contenant des données chiffrées systématiques est-il seulement possible pour une région où l’essentiel de la quantification potentielle de la population est indirecte (constitution de « méta-sources », mise en série de données contenues dans des documents ponctuels conservés en grand nombre ou simple comptage des documents eux-mêmes3) ? Les lignes qui suivent ne sont pas autre chose qu’une sorte d’introduction sur la valeur informative et les limites de l’analyse des documents systématiques que nous pouvons utiliser dans l’analyse du peuplement. Il ne s’agit donc pas pour l’instant d’en exploiter exhaustivement les données mais plutôt d’examiner si l’ensemble de ces documents constitue une série utilisable pour éclairer l’évolution de la centralité des habitats au sein du réseau de peuplement ; l’examen de chaque source importe donc moins que leur mise en relation, notamment pour déterminer s’il existe une centralité spécifiquement urbaine, autre manière d’envisager le vieux problème de « définition » des villes.

  • 4 Voir Luís Felipe Lindley Cintra, « Les anciens textes portugais non littéraires. Classeme (...)
  • 5 Voir Iria Gonçalves, Pedidos e empréstimos públicos em Portugal durante a Idade Média, Li (...)
  • 6 Cf. la présentation de l’édition du plus ancien de ces registres (Stéphane Boissellier, « (...)
  • 7 Il s’agit en particulier d’une liste de toutes les églises des deux tiers septentrionaux (...)

3Malgré sa relative richesse en actes de la pratique foncière (bien qu’elle soit marquée par une grande inégalité selon les régions, principalement à cause des variations chronologiques de leur intégration dans le royaume, entre ixe et xiiie siècle), l’univers documentaire médiéval portugais présente une faible variété typologique4. La force incontestable de l’encadrement administratif des hommes et de leurs richesses par les évêques et surtout par les monarques, dans le Portugal médiéval, à partir du xiie siècle, se fonde largement sur la participation des communautés à leur propre contrôle social, ce qui explique que ces sociétés précisément étatiques et centralisées n’aient pas produit ni surtout conservé de grandes masses de sources administratives ; les sources directement fiscales, en particulier – comptes de levées, « estimes » – qu’elles soient produites directement par les officiers royaux ou par les communautés locales, sont peu nombreuses5. Pourtant, hormis les très nombreux inventaires fonciers du type censiers et terriers, qui sont de droit privé, même les documents systématiques produits par l’autorité publique – des listes, pas forcément chiffrées – ne font pas totalement défaut dans l’univers documentaire portugais médiéval : pour prendre l’exemple le plus remarquable, les grandes enquêtes royales couvrant de vastes régions dans le tiers septentrional du royaume constituent de véritables inventaires des lieux de résidence et d’activité – de même que les registres de la présentation patronale des prêtres par les monarques, moins connus6, servent non seulement de recensement des juridictions mais fondent aussi de véritables cadastres des églises paroissiales du royaume7.

  • 8 Ces chartes sont éditées (avec quelques rares lacunes) jusqu’en 1279 dans Portugaliae mo (...)
  • 9 Significatif dans la mesure où c’est un facteur (essentiel, qui plus est) de centralité. (...)
  • 10 Il faut y ajouter Porches et Quarteira, sur le littoral d’Algarve, et Tolosa (au nord de (...)
  • 11 Certes, la représentation sur une seule carte de phénomènes diachroniques est critiquable (...)

4Pour avoir une certaine ampleur chronologique, les données préalables à notre réflexion (voir carte 1) doivent être prises dans une « méta-source », la liste des lieux pourvus d’une charte de franchises municipale jusqu’en 1320, date à partir de laquelle les chefs-lieux ne sont plus institués par cet instrument8 ; c’est à peu près la seule méta-source constituable qui à la fois soit relativement exhaustive, à l’échelle régionale, et inclue un indice de centralité significatif9. Malgré le poids d’un arbitraire seigneurial que nous pouvons aussi considérer comme un pur volontarisme politique, il faut partir de cette liste, récapitulative et non pas synchronique ; en effet, dans une analyse évolutive de la répartition du peuplement, on ne peut écarter la possession d’un foral comme indice de centralité, car le plus ancien réseau d’habitats entretient des rapports étroits avec l’action seigneuriale, principalement celle des monarques et des Ordres militaires, dans la région. Du point de vue méthodologique, la représentation cartographique est plus parlante en introduisant ces données sur un « fond » de carte représentant la répartition, en 1320, des habitats possédant une église décimale, plus nombreux que les chefs-lieux municipaux10 ; ceci introduit utilement la notion, indispensable à la réflexion sur les réseaux, de hiérarchie des centres11.

  • 12 À l’opposé, on a aussi, en prenant le même critère, quelques échecs spectaculaires (stagn (...)
  • 13 La multiplicité des chefs-lieux entre Évora et Beja est liée à l’inhabituelle multiplicit (...)

5Le statut de chef-lieu est un élément contribuant à perpétuer les habitats eux-mêmes et leur rôle dans l’articulation du peuplement : 46 des 57 centres pourvus d’un foral en Alentejo ont plus de 100 foyers en 1532 (sur un total de 72 habitats dans cette catégorie), ce qui signifie que 80 % des centres privilégiés ont connu à plus ou moins long terme un succès démographique et que ces centres constituent à peu près les 2/3 (63 %) du réseau majeur à la fin du Moyen Âge12. Malgré des différences de densité sensibles, qui ne reflètent pas toujours strictement la situation démographique13, la répartition géographique des chefs-lieux politiques est assez harmonieuse : aucun ne se trouve à moins de 40 km d’un autre (avec un mode de 20- 30 km) et il n’existe pas d’autres trous que ceux liés au degré de dispersion de la population. Cette densité est faible par rapport à d’autres régions du royaume comme l’Estremadura, mais cela s’explique autant par l’uniformité juridictionnelle de ces grandes « principautés territoriales » aux mains de seigneurs peu nombreux, principalement le roi et deux Ordres militaires, que par un éventuel sous-peuplement. Il est évident que, dans le cadre de grandes seigneuries, les érections en chef-lieu prennent en compte ce qui est déjà en place et, étalées sur un siècle et demi, à partir de 1166, aboutissent à une « couverture » assez régulière.

  • 14 Ce travail est facile à faire à partir des registres des chancelleries de Pierre I et Edo (...)
  • 15 Malgré l’abréviation des actes obéissant à un formulaire (notamment les confirmations des (...)

6Il est assez facile de suivre l’évolution de la couverture administrative du territoire par des chefs-lieux grâce à d’autres « méta-sources », les grandes confirmations systématiques d’institutions par les monarques à partir du règne d’Alphonse IV (1325-57), dont le degré de systématicité est acceptable14. Toutefois, l’image donnée (carte 2) n’est pas exhaustive, car la confirmation royale obligatoire des entités administratives, précédée par la reconduction systématique des contrats agraires royaux, obéit à des règles qui nous échappent – sur pétition des intéressés ? – , mais elle donne une idée correcte du rythme d’acquisition d’une centralité politique par les habitats15.

  • 16 C’est le cas des Ordres militaires et religieux (quand ils sont cités en tant qu’institut (...)

7En outre, le point de vue est institutionnel et non pas administratif dans sa dimension territoriale et toutes ces entités n’ont pas forcément une emprise territoriale précise16 ; on obtient donc un semis de points et non pas un maillage qui exprimerait une couverture exhaustive et continue de l’espace. Même pour les institutions correspondant à un territoire (les vilas et lugares), ces « confirmations et octrois » s’adressent à la communauté des habitants, désignée comme « concelho e homens bons », ce qui montre que le concept juridique a priori reste la communauté politique dans sa globalité, sans distinction des différents habitats qu’il peut occuper – même si ceux-ci s’imposent de plus en plus dans les procédures concrètes. Par ailleurs, s’il est assez facile de reconnaître les institutions constituant un habitat collectif, il reste quelques cas douteux : quand une institution ecclésiastique exerce une juridiction sur un village, c’est celle-là et non pas celui-ci qui est citée. Nous trouvons par exemple les monastères Santa Marie d’Alcobaça et Santos de Lisbonne, mais pas leurs villages de Beringel et Coina. Aussi ne peut-on savoir directement si les habitats ainsi occultés constituent à cette époque des entités juridiques.

  • 17 Voir une présentation détaillée des conditions de production et de la structure textuelle (...)
  • 18 0n ne s’attardera pas ici sur les limites proprement diplomatiques ni sur les biais qu’op (...)

8Avec les recensements fiscaux ecclésiastiques de 1320 et 1371, nous entrons dans les sources « quantitatives » par elles-mêmes, puisque l’énumération des lieux se double de la mention des revenus17. Les cartes (1 et 3) élaborées sur cette base sont utiles pour un repérage des habitats dont le lieu de culte abrite un ou plusieurs bénéfices18 ; on peut considérer qu’il s’agit d’habitats constituant l’armature du réseau ecclésiastique, particulièrement dans la liste de 1371, qui enregistre le paiement de la procuratio à l’évêque, et où la mention des lieux définit donc leur nature même de chef-lieu paroissial.

  • 19 0n peut trouver une analyse de cette source du point de vue ecclésiologique chez Hermínia (...)

9Cette fonction religieuse est un élément notable de la centralité plus globale des lieux : ces cartes, assez identiques dans le détail, fournissent donc une image du réseau majeur des habitats, à un niveau de centralité d’ailleurs inférieur à celui des chefs-lieux politiques. Pour une analyse relative des habitats à fonctions centrales, le nombre des églises de chaque habitat dans la liste de 1320 nous offre une discrimination plus fine et plus aisément modulable qu’un critère purement alternatif comme l’est le statut de chef-lieu politique ; malheureusement, il reste un indicateur grossier, définissant seulement des catégories d’habitats, car le nombre de lieux de culte dépend de facteurs – force de dévotions spécifiques au sein d’une communauté, diversité des origines des colons, nucléarisation du tissu d’habitat, concurrence financière entre fondateurs – qui expriment bien le dynamisme d’une communauté à un moment donné mais qui sont très rapidement obsolètes dans la centralité politique et économique des communautés locales19.

  • 20 0n peut identifier sans trop d’arbitraire, dans les montants financiers de 1371, 6 « tran (...)
  • 21 Pour les deux villes sièges d’évêché (Silves et Évora), la plus grande partie des revenus (...)
  • 22 Les revenus des monastères n’ont pas été pris en compte car l’essentiel provient d’un tem (...)
  • 23 Les modalités mêmes du prélèvement occultent les revenus des églises sous patronage de l’ (...)
  • 24 En outre, la déclaration d’importants revenus (par exemple à Setúbal) dans le cadre de c (...)

10Les montants financiers du livre de décime de 1320 (carte 4) – ceux de 1371 sont inutilisables à cause du caractère forfaitaire de la procuration épiscopale (collecta/colheita)20 – devraient nous fournir un critère de la centralité des habitats plus fin et plus fiable que la possession d’une charte de franchises ou la simple mention dans une liste de lieux évidemment centraux, puisqu’on a là des grandeurs importantes, plus susceptibles de calculs statistiques que la centaine de chefs-lieux ou sièges paroissiaux énumérés. Malheureusement, dans notre objectif de discrimination des types de centralité et de hiérarchisation des lieux centraux, ce critère fiscal reste d’usage difficile. Le principal problème – sans même prendre en compte la classique méfiance que doit éprouver l’historien envers les documents fiscaux – est celui de la représentativité des chiffres de revenus pour chaque lieu21 : nous partirons du principe que la plus grande partie des revenus est constituée par la dîme, qui est à peu près uniformément proportionnelle à la richesse globale de la population ; même en acceptant cette grosse simplification, ce qui nous apparaît est donc plus un dynamisme économique qu’une situation démographique22. Mais cette capacité financière, qui est probablement un critère important sinon un facteur essentiel, doit être interprétée prudemment. En effet, les églises constituent des instruments commodes pour organiser des finances et sont en elles-mêmes des sources de revenus importantes au sein des budgets seigneuriaux grâce au tiers des revenus ecclésiastiques attribué aux patrons. De fait, de nombreuses manipulations budgétaires interdisent de lire directement la carte23. Ainsi, les Ordres militaires fondent le budget de leurs commanderies sur les revenus ecclésiastiques24. Plus généralement, le bénéfice ecclésiastique est largement fictif et ne reflète pas totalement les revenus canoniques réels des églises qui, en outre, selon les termes mêmes de la bulle de décime, ne sont pas clairement définis. Malgré tous ces biais, on peut constater une concordance, grossière au cas par cas mais assez générale, entre nos diverses cartes, ce qui confère une certaine valeur à ces données.

  • 25 J’utilise, pour la « province d’entre Tage et Guadiana », les éditions de deux exemplaire (...)
  • 26 C’est le deuxième aspect qui a évidemment retenu l’attention des historiens et géographes (...)

11Notre principale source est évidemment le recensement de 153225 (carte 5). Son intérêt, dans notre perspective, est triple. D’une part, il constitue avec le répertoire des églises de 1320 la liste systématique la plus complète des lieux ayant une centralité. D’autre part – et c’est évidemment le plus important – il est le premier document à donner directement des chiffres de population qui ne sont pas seulement des indices permettant de reconstituer acrobatiquement la réalité démographique. Enfin il est aussi le premier à indiquer systématiquement les limites des territoires de type municipal par des données quantifiées26.

  • 27 D’ailleurs les enquêteurs n’emploient pas l’expression « casais apartados » que l’on trou (...)
  • 28 0n peut déduire le nombre élevé de ces hameaux des chiffres de la population non agglomér (...)
  • 29 Ce chiffre nous est fourni par la vaste tournée pastorale effectuée dans l’archidiocèse d (...)

12En unités d’habitat, le recensement de notre région, en excluant l’Algarve, est loin de l’exhaustivité : ±201 habitats contre 94 cités en 1480-3, sur une aire restreinte au seul diocèse d’Évora, et 116, en ne comptant pas les faubourgs comme unités distinctes, dans le rôle de décime de 1320. Ceci contraste avec la province (comarca) d’Estremadura où les lieux habités sont enregistrés jusqu’à l’exploitation isolée. Dans les nombreuses juridictions royales, les enquêteurs se contentent de discriminer la population agglomérée au chef-lieu et un « reste » global (la population du termo), sans détailler aucun des habitats autres que le chef-lieu, les « villages » administrativement dépendants. Les données relatives aux zones sous juridiction du duc de Bragance sont encore plus grossières ; comme il ne peut s’agir toujours d’une population totalement dispersée, dont il serait impossible d’énumérer toutes les résidences individuelles27, la raison de ce silence est une simplification administrative. Ce sont alors des dizaines de hameaux qui nous échappent, sur des territoires aussi vastes et/ou peuplés qu’Évora, Montemor, Beja, Alcácer, Portel, Vila Viçosa…28, y compris des villages de taille notable, comme, par exemple, Gafanhoeira (160 foyers en 1534, sur les 760 du termo municipal d’Arraiolos)29.

  • 30 Mais les territoires de cet Ordre sont très réduits au sud du Tage ; le cas de l’Ordre d’ (...)
  • 31 Ainsi, Barrancos (73 habitants) est-il une simple aldeia de la vila de Noudar (6 habitant (...)

13La discrimination des habitats non chefs-lieux (aldeias) est effectuée plus fréquemment dans les juridictions des Ordres militaires de Santiago et de l’Hôpital30, et l’exemple du bas Alentejo nous montre ce que nous perdons en informations dans les zones où l’enquête est plus sommaire ; mais même dans les juridictions de ces Ordres, à l’ouest et au sud de Beja et en très haut Alentejo, le détail des habitats n’est pas poussé en-deçà d’une certaine centralité. L’exemple du territoire d’Odemira est révélateur ; à côté du chef-lieu (191 foyers), deux villages sont identifiés (Pé da Serra avec 22 foyers et l’actuel Pereiras avec 12 foyers), mais les 241 autres habitants sont dénombrés sous la rubrique globale de « casais apartados » ; malgré l’importante dispersion de l’habitat dans cette région, il est fort probable qu’une partie de ces exploitations séparées (apartadas) soient en fait regroupées dans des habitats qui n’ont pas ou n’ont plus de fonctions centrales mais qui peuvent cependant être autant voire plus peuplés que ceux qui sont cités nommément à cause de leur identité administrative, tel le village de Sabóia, dont on a des mentions au xiiie siècle. L’image que nous donne le recensement est donc, dans le meilleur des cas, celle d’un réseau seulement administratif, en partie « historique » donc obsolète, plutôt que de la réalité matérielle du peuplement. C’est donc la polarisation de l’espace qui nous échappe et une représentation graphique inspirée directement des données démographiques du document risque donc d’être trompeuse à cet égard : comme on le verra, il existe de fortes distorsions entre le statut administratif des habitats et leur centralité réelle, car le réseau administratif peut être conservateur jusqu’à l’absurde31.

  • 32 Cette donnée démographique confirme l’hypothèse que j’avais formulée (sur d’autres bases, (...)

14Quels que soient leur nombre et leur nature, la répartition des habitants entre chef-lieu et autres habitats est un indice fiable de la centralité administrative et démographique. Les chefs-lieux les plus anciens, érigés en tant que tels (selon un processus dans la tradition de la Reconquête) par l’octroi d’une charte propre, jusqu’au début du xive siècle, concentrent assez fortement en leur sein la population du territoire qu’ils dirigent, quelle que soit l’importance de cette population ; on peut inclure dans cette catégorie les chefs-lieux qui se sont constitués postérieurement par leur dynamique propre, essentiellement économique, après l’abandon ou la transformation en instruments de ponction seigneuriale des chartes municipales, tels que Setúbal, Sines, Messejana et les principaux satellites lisboètes du Ribatejo. Quelques exceptions ponctuelles sont notables (Almada, Montemor, Coruche et Avis) ; elles ont en commun leur localisation aux marges de la partie transtagane très peu peuplée du Ribatejo (hors l’aire d’influence de Lisbonne), qui est parfaitement identifiée également par la dispersion du peuplement, avec les vilas de Canha et Cabrela qui sont des territoires plus que des lieux centraux. Mais on remarquera surtout qu’une sous-région cohérente, le bas Alentejo à l’ouest et au sud de Beja, échappe à la règle de concentration par les chefs-lieux (Ferreira, Aljustrel, Odemira, Almodôvar, Ourique, Mértola ; Beja et surtout Serpa sont à la limite de cette catégorie) et l’Algarve peut certainement être inclus dans cette « exception »32.

  • 33 Les calculs de densité présentés par J. Galego, S. Daveau, O numeramento…, prennent pour (...)
  • 34 Pour cette zone, toutefois, il faut prendre en compte l’effet de centralité qui a accompa (...)

15Si les rapports spatiaux purement géométriques, même en y intégrant la polarisation, sont des éléments de longue durée – puisque le réseau d’habitats directeurs est rapidement créé et l’organisation administrative est conservatrice – la répartition globale par sous-régions du nombre des hommes en 1532 peut être le fruit d’évolutions récentes et il convient de l’examiner avec prudence33. En outre, l’inventaire par territoire ne présente guère d’intérêt puisque les bases d’une comparaison démographique nous font défaut pour les périodes antérieures. La relative vacuité de la partie occidentale de la région, depuis la rivière Sorraia jusqu’aux montagnes d’Algarve, en exceptant l’Arrábida et l’embouchure du Sado, est un phénomène ancien, datant au moins de la phase guerrière de la Reconquête. Une autre zone démographiquement déprimée est l’outre-Guadiana34. La densité humaine est la plus forte au nord de la ligne Raia-Sorraia ; le bas Alentejo, depuis Portel et Alcácer au nord, en excluant l’outre-Guadiana et le désert littoral, présente une densité faible (6-7 habitants/km2) tandis que l’Alentejo central, autour d’Évora, constitue une zone de transition, dans laquelle l’accumulation des hommes provoquée par la centralité d’Évora occulte un certain retard par rapport au haut Alentejo.

  • 35 Voir Matrícula de ordens da diocese de Évora (1480-1483). Qual dos dois Vascos da Gama fo (...)
  • 36 Et on sait que, en 1475-6, les 1110 personnes détentrices de privilèges statutaires perso (...)

16Pour finir, j’évoquerai un dernier document, le matricule des ordinations qui enregistre la tonsure et la promotion aux différents grades cléricaux réalisées dans le diocèse d’Évora en 1480-3 et qui est une liste, donc à nouveau une « méta-source » dénombrable35. Pour illustrer les potentialités « statistiques » de ce type de documents, nous nous attarderons un peu plus sur lui (cartes 6, 7 et 8) ; en effet, contrairement aux précédentes, qui listent des « lieux centraux » forcément peu nombreux, certes accompagnés de chiffres de revenus ou de population mais dont l’arrangement quantitatif est peu idoine, cette source se prête à une approche quantitative un peu plus sûre puisqu’elle enregistre des effectifs en hommes nettement plus copieux. Elle nous fournit une image du réseau hiérarchisé des lieux de notre zone d’étude, puisque les ordinations ne sont effectuées que dans certaines agglomérations, le réseau principal, où affluent les candidats, manifestant un phénomène de centralité, peut-être fondé principalement, dans ce cas, sur la desserte routière. Naturellement, ce document ne pourrait être utilisé comme un échantillon représentatif de l’ensemble de la population sur le plan démographique : la cléricature, quand même il s’agissait d’une simple agrégation provisoire à l’Ordre ecclésiastique comme la tonsure, est un acte socialement marqué. Dans ces effectifs sont sur-représentés les habitants des principales villes, où il existe des élites nombreuses, marchands, artisans et officiers, bien sûr, mais aussi propriétaires fonciers, dont la tendance à la résidence urbaine va croissant au xve siècle36.

  • 37 Il s’agit d’une initiative administrative heureuse pour l’historien, car le mode ordinair (...)
  • 38 Le plus ancien « livre de notes » conservé d’un notaire portugais, concernant la ville de (...)
  • 39 Les dates d’arrivée et de départ de l’évêque dans chaque localité étant indiquées, on peu (...)

17Grâce à la tournée effectuée en 1480 puis à quelques déplacements en 1483, ce sont 54 lieux qui ont été le théâtre des ordinations37 ; ils constituent un itinéraire assez révélateur (carte 9), puisque, sauf quelques arrêts imposés par le rythme du voyage dans des lieux peu significatifs (Colos) et l’évitement de deux lieux administrativement importants (Castro Verde et Vila Viçosa), les évêques ont certainement recherché les lieux géométriquement optimaux (chefs-lieux municipaux et/ou bourgades bien situées dans le réseau viaire), permettant de concentrer commodément les ordinands. Mais, faute de pouvoir multiplier les indices de centralité réellement importants, en l’absence de sources telles que les registres notariaux38 ou les recensements fiscaux à grande échelle, il reste difficile de déterminer si ce sont les contraintes logistiques du déplacement qui déterminent décisivement une centralité apparente ou si c’est le circuit qui se conforme à une centralité réelle, engendrée par des phénomènes lourds, notamment la concentration des facteurs économiques moteurs39.

  • 40 Bien sûr, il y a des cas de déplacements aberrants, par exemple des gens d’Estremoz et El (...)

18À cet égard, le tableau élaboré à partir de ces données peut être lu directement pour évaluer la polarité et la centralité des lieux. L’ordre des colonnes respecte en effet l’itinéraire de l’évêque, qui a une rationnalité topographique évidente. La répartition le long des lignes des cellules, se référant à chaque lieu fournisseur d’ordinands, exprime donc ses relations avec les pôles : si les cellules sont fortement groupées, comme par exemple à Aljustrel, le lieu entretient des relations surtout locales. Le nombre de cellules remplies par ligne exprime l’introversion, éventuellement signe d’isolement topographique, bien que l’itinéraire de l’évêque soit calculé pour couvrir la région, et le degré de dépendance par rapport aux centres supérieurs, dans les cas d’Alvalade et Arronches. La lecture en colonne ne doit prendre en compte que le nombre de cellules remplies et non pas leur ordre, car on a été obligé de choisir un ordre arbitraire, l’ordre alphabétique, à cause de la multiplicité des relations ; dans ce cas, la carte est indispensable pour affiner la lecture40.

  • 41 Il arrive fréquemment que l’église chef-lieu de paroisse se trouve dans l’agglomération p (...)
  • 42 Locus est employé, comme très souvent, dans son sens générique mais désigne implicitement (...)

19En tenant compte de la multiplicité des paroisses dans les centres urbains, les lieux fournissant des candidats sont au nombre de 112 (en fait 123 dont on a retiré 11 mentions « tout court » de villes dont les paroisses sont nommées pour elles-mêmes par ailleurs) ; en termes morphologiques d’habitats groupés – c’est-à-dire sans tenir compte des paroisses – on a 94 agglomérations. Mais c’est le 1er chiffre qui est le plus significatif, car ces 112 « lieux » cités par le nom de l’habitat principal sont évidemment, pour les plus peuplés d’entre eux, des territoires au sein desquels il n’y a pas forcément un seul habitat41, malgré la formule présentant les candidats comme « filium X et Y habitantium [ou comorantium] in Z [ou in dicto loco de Z] »42 ; les surnoms (alcunha) de certains individus ont d’ailleurs permis de repérer dans notre source même quelques rares lieux-dits, mais le recensement de 1532 et surtout les mentions incidentes des actes nous montrent de toute façon que de nombreux autres hameaux ne sont pas nommés. En dehors de ces lieux-dits et de quelques villages désignés explicitement comme locus (dans son sens morphologique), tous les lieux nommément cités présentent par eux-mêmes une certaine centralité ; c’est donc l’armature d’un réseau plus vaste et plus diffus qui nous apparaît. On a en fait une hiérarchie à 3 niveaux : les lieux d’ordination, les chefs-lieux des territoires fournissant des ordinands et les lieux (hameaux, fermes isolées) n’étant pas nommés parce que dans la dépendance des précédents ; cette dernière catégorie est évidemment la plus problématique car des villages ayant une certaine importance démographique et fonctionnelle peuvent être tus aussi parce qu’ils n’ont pas de candidats. Autrement dit, les relations entre lieux ne sont perceptibles qu’à 2 niveaux – celles du chef-lieu avec les habitats inclus dans sa juridiction n’étant pas observables – ; c’est donc sur l’importance propre de chaque territoire nommé par son chef-lieu et sur les rapports entre eux que nous devons concentrer l’analyse.

  • 43 Notons que le rapport numérique apparent de 1 à 2 est trompeur, car chaque lieu d’ordinat (...)

20Quel que soit le chiffre des unités fournissant des candidats, 94 ou 112, on remarquera que l’évêque a dû s’arrêter dans 54 sites43 ; du point de vue « kilométrique », la centralité de chaque lieu d’ordinations est donc assez faible, particulièrement en bas Alentejo, ce qui est logique pour une région où les distances entre habitats notables sont assez importantes pour décourager les candidats à l’ordination. Plus précisément, dans une région où les habitats principaux sont assez peu nombreux par rapport à la taille du diocèse, les distances à parcourir sont suffisamment importantes pour que la centralité s’exprime surtout au niveau local, par rapport à l’environnement proche, qui est composé de villages et hameaux administrativement dépendants du chef-lieu. Il faut donc prendre en compte, outre les nécessités techniques de l’itinérance épiscopale, une notable « introversion » des chefs-lieux, particulièrement en haut Alentejo et en bas Alentejo au sud de Beja, en relation, dans ce dernier cas, avec la forte capacité polarisatrice des rares villes, observée ci-dessus ; il est vrai que ce caractère est atténué par une forte propension au déplacement dans un cadre sous-régional.

  • 44 Toutefois, les effectifs des années 1481 et 1482 (qui n’ont pas été cartographiés car san (...)

21La nature ecclésiastique de l’acte à l’origine de cette géographie administrative explique en partie la sur-représentation d’Évora (plus d’un quart des ordinations) ; en tant que siège de l’évêché, sa centralité dans l’administration religieuse est extrême – tous les ordinands sont prêts à faire le voyage –, et les évêques peuvent donc se permettre pendant 2 ans de ne pas bouger de chez eux44. Mais la centralité d’Évora est plus globale et les occasions de s’y rendre, parfois depuis fort loin, sont nombreuses ; les parents des ordinands peuvent donc combiner la présentation de leur fils avec d’autres opérations. Il n’y a rien d’étonnant que les flux les plus massifs émanent des principales villes périphériques de la région, au sens géométrique et non fonctionnel : Alter do Chão, Elvas, Moura, Alcácer ; mais les sites de la couronne proche, Portel, Arraiolos, Alcáçovas, Estremoz et surtout Montemor-o-Novo, fournissent également des flux comparables, certes inférieurs en chiffres absolus mais comparables proportionnellement à leur taille, et c’est donc l’effet de proximité qui joue pour eux : ainsi, les habitants de Montemor ont trop d’occasions de se rendre à Évora pour attendre les visites épiscopales, malgré leur relative fréquence.

22Beja est en situation intermédiaire : contrairement à tous les autres sites évoqués, sa centralité reste très locale. En effet, elle reçoit des flux notables des villes périphériques importantes comme Serpa, Moura et Monsaraz, mais elle envoie de nombreux ordinands à Évora, constituant un des flux les plus massifs vers la capitale diocésaine. Les flux depuis les principales villes de sa couronne proche, Vidigueira, Aljustrel, Messejana, Cuba, sont faibles, son attractivité sur sa périphérie lointaine vers le Sud et l’Ouest, notamment sur le très bas Alentejo, est quasiment nulle, dépassée y compris par Serpa. De même son attraction sur les villes du bas Guadiana est victorieusement concurrencée par Évora, en « épaisseur » des flux, sauf dans le cas de Serpa pour lequel joue le plus nettement l’« effet distance » ; les deux principaux centres à peu près à mi-chemin entre Évora et Beja, Portel et Alcácer, sont totalement dans l’orbite de la première.

23Peut-on mettre les réflexions qui précèdent en série chronologique, c’est-à-dire inférer une évolution avec une approche diachronique ? Oui, mais en restant à un niveau très général, qui utilise le concept de centralité.

  • 45 0n admettra seulement, comme « effet de système », que des lieux peuvent devenir centraux (...)

24Malgré l’hétérogénéité des données qui fondent la série de cartes synchroniques sur lesquelles nous pouvons nous appuyer, la répartition régionale des plus importants habitats est très stable une fois terminée la phase de colonisation, à partir des années 1280-1320. À cette échelle, il est quasiment impossible de dégager par l’observation géographique quelques grands critères explicatifs de la distribution et il faut se contenter de développements descriptifs – sauf à tomber dans un déterminisme45. Ce que nous distinguons à ce niveau, seulement les plus gros habitats et les lieux centraux, n’est que le squelette du peuplement et ne préjuge en rien des « tissus » d’habitats dispersés qui sont autour et couvrent l’essentiel de la superficie humanisée, quoique sans englober forcément une population très fournie. La répartition observable dépend de la fonction, du lieu et non pas directement de la démographique, sauf dans quelques zones du recensement de 1532 où sont discriminés les centres administratifs et des habitats dépendants (aldeias). Ainsi, la faiblesse démographique persistante de certaines zones assez étendues de notre région comme l’outre-Guadiana, le littoral atlantique au sud d’Alcácer, le Ribatejo méridional, la serra d’Algarve, est significative au niveau du royaume par rapport aux régions où tout l’espace est occupé, et elle constitue, dans l’optique agonistique du peuplement, une « défaite » démographique ; mais comme elle voisine avec des zones d’assez forte densité, elle peut être considérée, à l’échelle intra-régionale, comme une gestion efficace de l’espace. En outre, sur une base documentaire focalisée sur les habitats groupés, il faut nuancer l’impression de vacuité donnée par ces zones : la population y est très diffuse donc faible mais elle n’est pas absente.

25Faute de sources adéquates, en particulier fiscales, à l’échelle supralocale, on mesure bien les limites du modeste essai de réflexion ci-dessus, qui tente d’être systématique et critique mais qui ne peut mettre en œuvre de méthodes véritablement statistiques ; s’il ne vaut que par sa rigueur méthodologique, on s’estimera déjà bien payé. Dans ces conditions, il faut étudier un grand nombre de cas, à partir d’une documentation beaucoup moins sérielle, pour recouper les propositions de classement et de discrimination que l’on vient d’avancer ; peut-être même est-il plus prudent de considérer que les tendances dégagées de ces documents de type « listes » constituent la confirmation éventuelle et non la base de départ d’une telle étude.

Notes

1 Je pense bien sûr à sa monumentale thèse mais aussi, parmi bien d’autres, à son article fondamental sur le marché de la terre (Maurice Berthe, « Marché de la terre et hiérarchie paysanne dans le Lauragais toulousain vers 1270-vers 1320 », dans Elisabeth Mornet (éd.), Campagnes médiévales : l’homme et son espace. Etudes offertes à Robert Fossier, Paris, 1995, pp. 297 – 311).

2 Ainsi, le recensement de la population de quelques localités de Beira intérieure en 1496 (éd. João José Dias, « A Beira Interior em 1496 (sociedade, administração e demografia) », Arquipélago. Revista da Universidade dos Açores (Série Ciências humanas), IV (1982), pp. 95 – 193) ou celui du concelho d’Alenquer en 1497 (éd. dans João Pedro Ferro, Alenquer medieval (séculos xii-xv). Subsídios para o seu estudo (Estudos), Cascais, 1996, pp. 227 – 245).

3 La plupart des données utilisées dans l’étude que j’ai consacrée à la centralité des habitats médiévaux portugais méridionaux (Stéphane Boissellier, Le peuplement médiéval dans le Sud du Portugal. Constitution et fonctionnement d’un réseau d’habitats et de territoires xiie-xve siècles, Paris, 2003) – dont le présent article constitue un des chapitres restés inédits – nous sont fournies au coup par coup par des diplômes relatifs à tel ou tel lieu ; mais comme la centralité est une notion relative, il convient de tester la validité des indices en examinant les documents qui les enregistrent systématiquement à un moment donné.

4 Voir Luís Felipe Lindley Cintra, « Les anciens textes portugais non littéraires. Classement et bibliographie », Revue de linguistique romane, 27 (1963), pp. 40 – 58 et A.H. de Oliveira Marques, Guia do estudante de história medieval portuguesa (Imprensa universitária, 15), Lisbonne, 1988 (3e éd.), actualisés par les panoramas documentaires brossés indirectement dans Maria Helena Coelho, « A diplomática em Portugal. Caminhos mais antigos e mais recentes », dans Maria Helena Coelho e.a., Estudos de diplomática portuguesa (Estudos, 37), Lisbonne, 2001, pp. 13 – 40 et Luís Miguel Duarte « Sociedade e economia medievais : fraquezas e forças da historiografia portuguesa », Bullettino dell’Istituto Storico Italiano per il Medio Evo, 106/2 (2004), pp. 273 –98 ; un bref aperçu, en français, dans Daniel Baloup, Stéphane Boissellier, Claude Denjean, La péninsule ibérique au Moyen-Âge. Documents traduits et présentés (Didact histoire), Rennes, 2003, pp. 29 – 32.

5 Voir Iria Gonçalves, Pedidos e empréstimos públicos em Portugal durante a Idade Média, Lisbonne, 1964. On peut voir l’usage de ces rares documents fiscaux, dans la perspective de la stratification sociale (cadastre d’Arruda de 1369) ou du point de vue anthroponymique (cadastre de localités de l’almoxarifado d’Évora en 1475-6), dans les travaux de A.H. de Oliveira Marques, « Estratificação económico-social de uma vila portuguesa da Idade Média », dans Id., Ensaios de história medieval portuguesa (Documenta historica, 5), Lisbonne, 1980 (2e éd.), pp. 121 – 34 ou de Iria Gonçalves, « Amostra de antroponimia alentejana do século xv », dans Idem, Imagens do mundo medieval (Horizonte histórico, 16), Lisbonne, 1988, pp. 69 – 104 ; malheureusement, peu d’entre eux sont édités (un des plus anciens est une enquête épiscopale sur les revenus des paroissiens de S. Maria do Castelo de Torres Vedras en 1309, éd. Harold B. Johnson, « Para a história social de Torres Vedras. Um documento eclesiástico do ano de 1309 », Boletim cultural. Junta distrital de Lisboa, 73-74 (1971), pp. 53 – 175). Paradoxalement, les comptabilités (du type listes de recettes et/ou de dépenses) sont un peu plus nombreuses à nous être parvenues.

6 Cf. la présentation de l’édition du plus ancien de ces registres (Stéphane Boissellier, « Le plus ancien registre de la gestion patronale royale portugaise (Afonso III, 1258) (édition et présentation des Gavetas n° XIX, maço 14, doc. 2 et maço 15, doc. 46) », Media Aetas, 3 (2a serie) (2007).

7 Il s’agit en particulier d’une liste de toutes les églises des deux tiers septentrionaux du royaume, datant probablement de 1229 (longuement présentée dans Stéphane Boissellier, Registres fiscaux et administratifs de bénéfices ecclésiastiques du royaume portugais xiiie-xive siècles (édition et présentation). Contribution à l’étude du phénomène administratif, Toulouse, 2007 [à paraître])

8 Ces chartes sont éditées (avec quelques rares lacunes) jusqu’en 1279 dans Portugaliae monumenta historica. Leges et consuetudines I, éd. de Alexandre Herculano, Lisbonne, 1856 (rééd. Nendeln, 1967) ; celles, assez nombreuses, qui ont été concédées sous le règne du roi Dinis (1279-1325) sont éditées ponctuellement ou inédites, mais nous avons effectué des dépouillements assez systématiques de fonds manuscrits pour qu’il y ait peu de lacunes.

9 Significatif dans la mesure où c’est un facteur (essentiel, qui plus est) de centralité. On pourrait aussi recenser, depuis peu, avec exhaustivité (grâce au récent Bernardo Vasconcelos e Sousa (dir.), Ordens religiosas em Portugal : das origens a Trento – Guia histórico, Lisbonne, 2006) l’implantation progressive de monastères dans les localités méridionales, selon la célèbre méthode proposée par Jacques Le Goff pour définir la degré d’urbanité des villes ; mais c’est un indice de centralité d’utilisation difficile.

10 Il faut y ajouter Porches et Quarteira, sur le littoral d’Algarve, et Tolosa (au nord de Crato), Beringel (à côté de Beja) et Redondo en Alentejo, qui n’ont pas contribué en 1320, et qui sont des cas d’échec de la centralité politique (puisque leur église locale dépend d’une « église mère » plus importante centralisant les dîmes) ; cela peut s’expliquer par les conditions de l’octroi de leur charte municipale (qui est une charte de peuplement à Tolosa ou d’émancipation – par rapport au chef-lieu royal Beja – à Béringel).

11 Certes, la représentation sur une seule carte de phénomènes diachroniques est critiquable ; en outre, le rapport entre la situation paroissiale de 1320 (synchronique) et la centralité politique des habitats jusqu’en 1320 (situation diachronique) ne peut être établi au seul vu de la carte.

12 À l’opposé, on a aussi, en prenant le même critère, quelques échecs spectaculaires (stagnation et plus probablement régression par rapport au contingent ayant reçu le privilège) comme Tolosa (42 foyers), Aguiar (31), Montoito (35) et Noudar (6), sans parler de la disparition de Marachique.

13 La multiplicité des chefs-lieux entre Évora et Beja est liée à l’inhabituelle multiplicité des seigneurs ; à l’est, la proximité Monsaraz-Mourão, Campo Maior-Ouguela et C. de Vide-Marvão est due à un renforcement tardif de la frontière par un octroi de privilèges municipaux à des nouveaux sites.

14 Ce travail est facile à faire à partir des registres des chancelleries de Pierre I et Edouard, qui sont édités entièrement, cf. Chancelarias portuguesas. D. Pedro I (1357-67), éd. de A.H. de Oliveira Marques, Lisbonne, 1984 et Chancelarias portuguesas. D. Duarte (1433-38), éd. de João José Alves Dias, Lisbonne, 1998-2002 (4 vol.).

15 Malgré l’abréviation des actes obéissant à un formulaire (notamment les confirmations des institutions) sous forme de simples titres et ceci à une époque assez postérieure (à partir de 1459, lors de la copie des livres de chancellerie originaux), le vocabulaire administratif semble employé avec une certaine rigueur. Ainsi, la distinction entre les deux tournures proches « dans le territoire (termo)

16 C’est le cas des Ordres militaires et religieux (quand ils sont cités en tant qu’institutions), des « communes » juives et maures (qui ne correspondent pas totalement à un espace dans une ville ou un territoire), de groupes sociaux privilégiés (orpailleurs d’Almada, arbalétriers) ou d’institutions religieuses comme la léproserie de Santarém (dont l’emprise territoriale est négligeable et nullement essentielle à leur existence).

17 Voir une présentation détaillée des conditions de production et de la structure textuelle de ces documents dans Stéphane Boissellier, « Sur quelques manuscrits concernant la fiscalité pontificale au Portugal », Archivum historiae pontificiae, 43 (2005), pp. 13 – 45.

18 0n ne s’attardera pas ici sur les limites proprement diplomatiques ni sur les biais qu’oppose la technique administrative à l’observation des réalités ; des remarques plus détaillées à ce sujet peuvent être trouvées dans la présentation de ces documents par S. Boissellier, Registres fiscaux et administratifs

19 0n peut trouver une analyse de cette source du point de vue ecclésiologique chez Hermínia Vasconcelos Vilar, As dimensões de um poder. A diocese de Évora na Iade Média (Histórias de Portugal, 44), Lisbonne, 1999 et Idem, « Réseau paroissial et droit de patronage dans le diocèse d’Évora (xiiie-xive siècles) », dans Monique Bourin, Stéphane Boissellier (éd.), L’espace rural au Moyen Âge. Portugal, Espagne, France (xiiie-xive siècle). Mélanges en l’honneur de Robert Durand, Rennes, 2002, pp. 125 – 40 ; depuis que nous avons rédigé le présent texte sont parues la présentation globale de ce document par Ana Maria S. A. Rodrigues, « A formação da rede paroquial no Portugal medievo », dans Manuel González-Jiménez (éd.), La Península Ibérica entre el Mediterráneo y el Atlántico. Siglos xiii-xv. Cádiz, 1-4 de abril de 2003, Séville-Cádiz, 2006, pp. 685 – 694 et surtout son exploitation pour notre région d’étude par Hermínia Vasconcelos Vilar, « Ordens militares e rendimentos paroquiais no Sul de Portugal, nos séculos xiii e xiv. Algumas linhas de reflexão », dans Isabel Cristina Ferreira Fernandes (coord.), As Ordens militares e as Ordens de cavalaria na construção do mundo ocidental. Actas do IV encontro sobre Ordens militares, 30 de janeiro a 2 de fevereiro de 2002 (Actas e colóquios, 37), Lisbonne, 2005, pp. 279 – 294.

20 0n peut identifier sans trop d’arbitraire, dans les montants financiers de 1371, 6 « tranches » cohérentes (à l’exception de Santarém), en regroupant les chiffres obtenus (par addition des contributions de chaque église) pour chaque localité ; les taxes payées par lieu de culte sont d’une relative uniformité (avec des contributions forfaitaires, en livres, de 1, 2, 2.5, 4.5, 5, 6, 7.5, 8, 9, 10, 12, 15 et 30 dans le diocèse d’Évora, 10, 12, 15, 24.5, 27.5, 30, 33, 40 et 60 dans la partie du diocèse de Lisbonne, 3, 5, 8, 10, 15, et 16 dans le sud du diocèse d’Idanha), ce qui nous donne, après addition (quand il y a plusieurs églises sur le même site), une gamme de 31 montants de taxe par habitat.

21 Pour les deux villes sièges d’évêché (Silves et Évora), la plus grande partie des revenus provient de la juridiction ecclésiastique épiscopale, qui s’applique à tout le diocèse et ne reflète donc pas la réalité démographique locale ; à Silves, comme la cathédrale est la seule église de la ville, nous avons renoncé à estimer les revenus locaux ; en revanche, à Évora, la multiplicité des églises autres que la cathédrale induisait la possibilité d’un calcul significatif et nous avons donc affecté arbitrairement à la cathédrale les revenus de la plus grosse collégiale de la région, S. Marie da Alcáçova de Santarém.

22 Les revenus des monastères n’ont pas été pris en compte car l’essentiel provient d’un temporel qui n’est pas proportionnel à la population ; le problème est heureusement secondaire dans notre zone d’étude car les couvents y sont peu nombreux et de faible surface financière. L’immense majorité des entités supportant le prélèvement sont des églises, c’est-à-dire des organes simples ne percevant que des revenus proprement ecclésiastiques ; il est vrai que les nombreuses églises collégiales jouent un peu le même rôle patrimonial que les institutions des réguliers.

23 Les modalités mêmes du prélèvement occultent les revenus des églises sous patronage de l’Ordre de l’Hôpital ; quoique celles-ci soient heureusement peu nombreuses, l’exemption des Hospitaliers suffit à rendre inintelligible la situation d’un centre aussi important et spécifique que Portalegre (où ils sont très présents).

24 En outre, la déclaration d’importants revenus (par exemple à Setúbal) dans le cadre de commanderies pose le problème de la validité des calculs effectués par lieu.

25 J’utilise, pour la « province d’entre Tage et Guadiana », les éditions de deux exemplaires du recensement : la première (« Povoação de Entre Tejo e Guadiana no xvi século », éd. de Anselmo Braamcamp Freire, Arquivo histórico portuguez, IV (1906), pp. 93 – 105, 330 – 363) transcrit une copie du xvie siècle conservée à l’ANTT de Lisbonne tandis que la seconde (« Cadastro da população do Reino (1527). Actas das comarcas dAmtre Tejo e Odiana e da Beira », éd. de J.T. de Magalhães Collaço, Revista da Faculdade de direito da Universidade de Lisboa, II (1934), pp. 28 – 243) transcrit un ms. de la BGUC qui est la copie, assez médiocre et réalisée au xixe siècle, d’un exemplaire (peut-être l’original) conservé au British Museum de Londres. Pour la petite partie des provinces limitrophes qui est riveraine du Tage, j’utilise les données fournies par Júlia Galego, Suzanne Daveau, O numeramento de 1527-1532. Tratamento cartográfico (Memórias do Centro de estudos geográficos, 9), Lisbonne, 1986. La principale étude exposant la structure du document est João José Alves Dias, Gentes e espaços em torno da população portuguesa na primeira metade do século xvi. vol. 1 (Textos universitários de ciências sociais e humanas), Lisbonne, 1996.

26 C’est le deuxième aspect qui a évidemment retenu l’attention des historiens et géographes ; les principales études existantes (J. Galego, S. Daveau, O numeramento… et J. J. Alves Dias, Gentes e espaços…) ont donc une perspective démographique et leur point de vue est plutôt le départ de la population d’Ancien Régime que l’aboutissement de la situation médiévale (donc une étude progressive intégrant les recensements postérieurs).

27 D’ailleurs les enquêteurs n’emploient pas l’expression « casais apartados » que l’on trouve ailleurs.

28 0n peut déduire le nombre élevé de ces hameaux des chiffres de la population non agglomérée au chef-lieu en se référant aux zones où il y a une discrimination plus fine.

29 Ce chiffre nous est fourni par la vaste tournée pastorale effectuée dans l’archidiocèse d’Évora à une date (1534) presque contemporaine du recensement (cité par Henrique da Silva Louro, Freguesias e capelas curadas da arquidiocese de Évora (séculos xii a xx), Évora, 1974, p. 46).

30 Mais les territoires de cet Ordre sont très réduits au sud du Tage ; le cas de l’Ordre d’Avis est plus ambigu puisqu’il ne détaille les villages au sein d’une unité administrative que pour le territoire d’Avis (mais il est peu probable que tous les autres territoires de cet Ordre opposent un chef-lieu et un habitat totalement dispersé) ; il est clair, en revanche que l’Ordre du Temple-Christ ne réalise, lui, aucune discrimination.

31 Ainsi, Barrancos (73 habitants) est-il une simple aldeia de la vila de Noudar (6 habitants) alors que s’y concentrent toutes les activités économiques.

32 Cette donnée démographique confirme l’hypothèse que j’avais formulée (sur d’autres bases, en observant le prélèvement vénal) du changement de signification de l’octroi des chartes (et donc de la nature des chefs-lieux) à partir des années 1250 et surtout 1270-80 : tout en continuant à utiliser la vieille pratique diplomatique de la charte de franchises, l’érection d’un site en chef-lieu permet au seigneur de le prendre en main plus étroitement, en le soustrayant de la juridiction d’une autre agglomération (Stéphane Boissellier, « Des franchises aux coutumes : la formation et l’évolution du prélèvement seigneurial (l’exemple d’Évora 1165-1280) », dans Monique Bourin, Pascual Martínez Sopena (éd.), Pour une anthropologie du prélèvement seigneurial dans les campagnes médiévales (xie-xive siècles). Réalités et représentations paysannes. Colloque tenu à Medina del Campo du 31 mai au 3 juin 2000 (Histoire ancienne et médiévale, 68), Paris, 2004, pp. 443 – 496).

33 Les calculs de densité présentés par J. Galego, S. Daveau, O numeramento…, prennent pour cadre les actuels « districts » administratifs, qui sont très vastes ; l’échelle, pertinente pour une comparaison dans le cadre du royaume, n’est pas appropriée à une analyse plus fine.

34 Pour cette zone, toutefois, il faut prendre en compte l’effet de centralité qui a accompagné le déplacement de la frontière d’ouest en est lors du traité luso-castillan d’Alcañices (1297) ; les principaux centres frontaliers du côté portugais se localisaient sur la frontière même (sur le Guadiana) avant le déplacement de la frontière, et ils ont conservé leur centralité après, mais de nombreux petits habitats (comme Sto Aleixo) ont été peuplés sur la « nouvelle » frontière après les années 1270-80, et ne sont pas cités car inclus dans la juridiction des grands chefs-lieux.

35 Voir Matrícula de ordens da diocese de Évora (1480-1483). Qual dos dois Vascos da Gama foi à India em 1497 ?, éd. de Isaias da Rosa Pereira (Subsídios para a história portuguesa, 21), Lisbonne, 1990 ; on trouvera des considérations diplomatiques utiles à la critique des informations contenues dans ce type de documents dans Saul António Gomes, « As “matrículas de ordens” : de elemento diplomático a acontecimento histórico. Subsídio para o estudo do clero português no final dos tempos medievos », Lusitania Sacra, 13-14 (2e série) (« A historiografia religiosa medieval hoje : temas e problemas ») (2001-2), pp. 229 – 66.

36 Et on sait que, en 1475-6, les 1110 personnes détentrices de privilèges statutaires personnels se concentrent, au sein de l’almoxarifado d’Évora, dans seulement 6 villes principales (I. Gonçalves, « Amostra de antroponimia… », p  69).

37 Il s’agit d’une initiative administrative heureuse pour l’historien, car le mode ordinaire des ordinations, au siège même du diocèse, même s’il avait laissé des registres, serait moins significatif de la centralité des lieux secondaires (i.e. tous les lieux autres qu’Évora n’apparaîtraient que comme lieux d’origine des candidats, dans un rapport unique avec le centre épiscopal).

38 Le plus ancien « livre de notes » conservé d’un notaire portugais, concernant la ville de Lamego, pour la période août 1473-août 1474 (IAN/TT, Sé de Lamego, livro 169, 143 fol.), encore inédit, constitue un cas isolé.

39 Les dates d’arrivée et de départ de l’évêque dans chaque localité étant indiquées, on peut se demander s’il est possible de déduire les chemins parcourus à partir des temps de trajet ; cela semble difficile car la durée du cheminement réel, forcément entrecoupé d’arrêts, est incalculable.

40 Bien sûr, il y a des cas de déplacements aberrants, par exemple des gens d’Estremoz et Elvas, sur la frontière castillane, qui vont faire ordonner leurs enfants à Odemira, sur le littoral atlantique ; peut-être se trouvent-ils sur place pour une raison autre ou ont-ils besoin d’une ordination immédiate ou même font-ils partie de la suite de l’évêque ?

41 Il arrive fréquemment que l’église chef-lieu de paroisse se trouve dans l’agglomération principale en desservant à la fois un quartier urbain et les habitats périphériques d’une partie du districtus municipal.

42 Locus est employé, comme très souvent, dans son sens générique mais désigne implicitement non pas seulement le chef-lieu mais l’unité administrative (= chef-lieu + territoire, celui-ci incluant des habitats secondaires).

43 Notons que le rapport numérique apparent de 1 à 2 est trompeur, car chaque lieu d’ordination concentre des ordinands, dont la majorité vient certes de la paroisse elle-même mais dont une minorité vient de l’extérieur, constituant ainsi tout un réseau de déplacements.

44 Toutefois, les effectifs des années 1481 et 1482 (qui n’ont pas été cartographiés car sans intérêt pour l’étude de la centralité) sont beaucoup plus faibles, ce qui montre que la tournée de 1480 a « épuisé » largement le vivier, d’autant plus que les gens, au vu de ce précédent de 1480, espèrent peut-être, pendant les quelques années qui suivent, un nouveau passage de l’évêque et diffèrent l’envoi de leurs candidats à Évora.

45 0n admettra seulement, comme « effet de système », que des lieux peuvent devenir centraux à cause de la seule nécessité d’un maillage régulier de l’espace dans les sociétés complexes et ayant une conception agonistique de la maîtrise de la nature.

© Presses universitaires du Midi, 2009

Licence OpenEdition Books

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search