Version classiqueVersion mobile

Vêture & Pouvoir

 | 
Christine Aribaud
, 
Sylvie Mouysset

Corps de ville, corps visible

Législation symbolique ou contrainte efficace ? Les lois vestimentaires dans les villes allemandes au XVIe siècle

Thomas Lüttenberg

Texte intégral

  • 1 Montesquieu, De l’Esprit des lois (1748), livre 19, chap. 14, dans Œuvres complètes, prése (...)

1Les relations entre pouvoir et vêture posent inévitablement beaucoup de problèmes à l’historien quand il cherche à les analyser et à les replacer dans leur contexte propre. Bien qu’elle soit illustrée ici par un exemple tiré du XVIe siècle, notre façon d’aborder la problématique de l’application des lois vestimentaires est probablement transposable à n’importe quelle époque. En fait avec cette problématique, il s’agit de se demander comment changent les habitudes des hommes et même plus précisément si elles peuvent être changées par des normes législatives. Face à cette question, Montesquieu était resté sceptique. Dans son œuvre majeure, il est d’ailleurs très clair sur ce sujet : « Lorsque l’on veut changer les mœurs et les manières », constate-t-il, « il ne faut pas les changer par les lois ; (...) c’est une très mauvaise politique, de changer par les lois ce qui doit être changé par les manières1 ».

2Au cours de l’histoire des pouvoirs publics en Europe, de nombreux efforts législatifs furents faits en vue de modifier les manières par la loi, notamment dans le domaine du vêtement. Les lois vestimentaires, faisant partie des normes édictées contre la dilapidation (lois somptuaires), ont une longue histoire, culminant au XVIe siècle. Mais quel succès peut-on imputer à ce genre de réglementation ? D’ailleurs, ces normes furent-elles vraiment appliquées ? Ont-elles eu un impact sur le comportement des gens ? En outre, à côté de ces questions, il nous semble que dans l’application des lois vestimentaires, le problème de la relation entre vêtement et pouvoir se pose d’une manière inattendue puisqu’il convient de se demander également si les pouvoirs furent assez forts pour changer réellement l’usage social – la manière, dirait Montesquieu – du vêtement.

3Afin d’apporter des éléments de réponse à ces questions, il est utile de fournir d’abord quelques informations sur les lois vestimentaires des municipalités allemandes à l’époque moderne, en les situant dans le contexte de l’Empire et de quelques autres pays européens. Ensuite, il faudra replacer le problème de l’application de ces lois dans le cadre plus large de la fonction des normes législatives à l’époque moderne. En troisième lieu, un exemple bien documenté de l’année 1582 illustrera l’approche théorique. Il conviendra enfin d’utiliser les résultats de cette analyse concrète pour répondre à la question des relations entre vêtement et pouvoir.

Les lois vestimentaires des villes allemandes dans le contexte européen

  • 2 Père G. Boulais, Manuel du Code Chinois, Chang-Hai, 1923 (rééd. 1966) ; E. Crawley, Dress, (...)
  • 3 Introductions générales : P. van Peteghem, « Les Édits somptuaires à travers l’histoire : (...)

4La législation vestimentaire est un phénomène universel. Nous trouvons des lois vestimentaires dans toutes les sociétés ayant atteint un certain niveau d’aisance et de différenciation sociale. La propagation des interdits du luxe s’étend, en effet, à toutes les cultures. Il en est ainsi de la Chine, où la hiérarchie sociale était préservée principalement à l’aide des couleurs des vêtements, comme de l’Amérique, où les fameuses Blue Laws codifiaient le comportement des Pilgrim Fathers, ou encore dans tous les pays de l’Europe2. Parmi ceux-ci, citons l’Italie où l’on trouve les débuts de cette législation et où les villes sont nombreuses à avoir promulgué d’une manière régulière des normes vestimentaires, en l’absence d’un pouvoir central. Pensons également à l’Angleterre, où la législation somptuaire s’arrêta sous James Ier en 1604. Enfin, en France, la législation fut d’abord, à la fin du Moyen Âge, essentiellement municipale avant que le pouvoir royal ne prenne le relais au XVIe siècle, déterminant dès lors presque exclusivement l’usage du luxe par un nombre impressionnant de textes3.

  • 4 Étude exemplaire : M.-L. de Gallatin, Les Ordonnances somptuaires à Genève au XVIe siècle, (...)
  • 5 Cf. N. Bulst, « Les Ordonnances somptuaires en Allemagne : expression de l’ordre social ur (...)
  • 6 N. Bulst, « Les Ordonnances somptuaires en Allemagne », op. cit., p. 772.
  • 7 Exemple fameux du domaine germanophone : Hans Weigel, Habitus praecipuorum populorum [...] (...)
  • 8 O. Blanc, op. cit., p. 258s.

5La situation à l’intérieur du Saint-Empire différait de celle de la France, non seulement par le fait qu’un certain nombre de villes et territoires subissait l’influence – ô combien forte en matière de luxe vestimentaire – de la Réforme4, mais encore par la relative réserve du pouvoir central – en réalité l’Empereur – à propos des règlements de police, notamment les règlements vestimentaires5. Bien sûr, au XVIe siècle la Diète promulgua les Reichspolizeiordnungen de 1530, 1548 et 1577 lesquelles contenaient également des articles vestimentaires, mais ces matières-là restèrent, essentiellement et pour longtemps, un domaine souverainement réglementé par les villes, qu’elles fussent ou non sous l’autorité immédiate de l’Empire (reichsunmittelbar). Cette situation particulière est bien mise en évidence par le nombre d’ordonnances publiées par les autorités municipales. On considère, en effet, qu’il y eut probablement plus de 1100 ordonnances émises par ces autorités, ce qui est sans équivalent dans les autres pays de l’Europe de l’Ouest6. Que presque chaque municipalité ait voulu légiférer dans ce domaine n’est sans doute pas étonnant car chaque ville, fière de ses prérogatives législatives ainsi que de ses spécificités culturelles, représente un microcosme indépendant, possédant sa propre structure politique et sociale. Ce sont notamment les particularités dans le domaine vestimentaire qui ont assuré au XVIe siècle le succès international des recueils de costumes (Trachtenbücher), dépeignant les villes selon les vêtements ressentis comme « typiques » de leurs habitants7. Il serait d’ailleurs intéressant de mettre en relation la question des normes vestimentaires et ces recueils de costumes. On sait, en effet, qu’à leur manière, ils sont également normatifs8.

Une question importante : l’application des lois à l’époque moderne

  • 9 Florilège de citations dans C. Kovesi Killerby, « Practical Problems in the Enforcement of (...)

6Dès le début de la recherche historiographique sur la législation vestimentaire, une question a dominé les débats : ces lois furent-elles vraiment appliquées ? La grande majorité des chercheurs considéra que les lois vestimentaires restèrent lettre morte dès leur promulgation. Ceux-ci nièrent même la volonté des législateurs de les mettre en œuvre9. Deux éléments peuvent appuyer leurs jugements. Il y a d’abord la question, certes complexe, des difficultés pratiques de l’application de ces lois. Catherine Kovesi-Killerby a proposé une belle synthèse de ce problème à propos d’exemples italiens du Moyen Âge tardif, mais ces difficultés sont au fond restées les mêmes à l’époque moderne. Dans la longue liste des problèmes pratiques liés à l’application des lois vestimentaires et qui auraient empêché, ou au moins largement diminué l’impact des normes sur la réalité quotidienne, on peut relever la difficulté de s’assurer que toute la population a pris connaissance de ces interdictions ; on mentionnera également le manque d’effectifs parmi le personnel administratif ou les difficultés dans l’identification exacte des objets interdits : quel sergent ou tout autre membre du personnel chargé de surveiller l’application des normes vestimentaires aurait été capable de faire tout de suite la « bonne différence » parmi la multitude d’étoffes et de garnitures portées à l’époque ?

  • 10 Une critique étoffée de cette interprétation des répétitions est donnée, sources à l’appui (...)
  • 11 Deutsche Reichstagsakten. Jüngere Reihe, Deutsche Reichstagsakten unter Karl V., tome 2, H (...)
  • 12 G. Jaritz, « “Seiden Päntel an den Knien” oder : Die Hoffart liegt im Detail », dans Ut po (...)

7Le second élément servant à prouver l’inefficacité des lois vestimentaires est le fait que maintes lois ont été promulguées et repromulguées pendant des décennies, sans que le texte ait apparemment changé. Faute de succès, les autorités auraient tout simplement répété le même texte. Cette interprétation, trop restreinte et trop univoque selon nous, a au moins l’avantage d’attirer l’attention sur un point important, situé au cœur de l’acte législatif : la volonté des gouvernants de façonner, par ces lois, la réalité sociale10. Cela dit, nombre de chercheurs allèrent un peu vite en besogne quand ils prétendirent que la répétition des lois prouvait leur faiblesse et donc la vanité de tout effort d’application. L’explication de ces chercheurs à propos du manque de moyens administratifs et de personnel d’exécution qui aurait, faute de mieux, mené les autorités à ne faire que ce qu’elles savaient faire, c’est-à-dire promulguer des lois, est surtout le signe d’une vision trop simpliste des mécanismes sociaux des sociétés de l’époque moderne. De plus, il n’est même pas assuré que les textes en question aient été vraiment répétés. En les regardant de plus près, nous pouvons souvent constater des changements dans les détails des sujets proscrits, par exemple la valeur ou la qualité des étoffes et des décorations permises, la coupe des vêtements – le pantalon bouffant et tailladé, la fameuse Pluderhose, est un exemple allemand très typique – ou encore dans le montant des amendes prévues en cas d’infraction. La futilité de la mode était une idée bien présente dans la conscience des hommes du XVIe siècle. Ainsi, lors des débats de la Diète de 1521, les députés se plaignirent du fait que le vêtement des hommes et des femmes « se renouvelle et change presque chaque année11 ». Il est peut-être difficile de comprendre ou au moins de reconnaître l’importance de ces changements quelquefois minuscules, mais à l’époque moderne – et même aujourd’hui d’ailleurs – l’ostentation résidait dans le détail12. Étant donné que les variations dans le vêtement comme les variations législatives vont de pair, on doit en conclure qu’il ne s’agit pas de bégaiement législatif, mais d’une réaction aux changements les plus infimes de la mode. Même quand il s’agit de répétitions littérales, il reste toujours à déterminer si celles-ci se contentent de refléter la faiblesse des législateurs, ou s’il n’y a pas eu d’autres mobiles les ayant poussés à cette réitération.

  • 13 Un résumé du débat se trouve chez H. R. Schmidt, « Emden est partout. Vers un modèle inter (...)
  • 14 H. Schlosser, « Gesetzgebung und Rechtswirklichkeit im Territorialstaat der frühen Neuzeit (...)
  • 15 Bulst, « Les Ordonnances somptuaires en Allemagne », op. cit., p. 783.

8À partir de cette question, mais dans un cadre théorique plus général, s’est développée en Allemagne une discussion concernant l’application des normes législatives à l’époque moderne. Sans vouloir entrer dans les détails de la genèse de cette discussion – on devrait parler de la théorie de la Sozialdisziplinierung, de l’établissement d’une discipline sociale par les autorités étatiques et de la confessionalisation (Konfessionalisierung)13 – nous pouvons discerner deux hypothèses d’interprétation. La première affirme que parmi l’ensemble des normes, les réglementations visant l’économie et les mœurs furent mieux appliquées que les autres14. Il est vrai qu’il existe de nombreux cas pour lesquels on possède non seulement une loi vestimentaire, mais également des sources documentant son application : par exemple des registres d’amendes, des délibérations de conseils de ville sur la rémission de peines par voie de grâce, etc. Neithard Bulst souligne que le travail de mise en œuvre de la législation somptuaire se serait particulièrement développé à partir des années 1540-155015.

  • 16 J. Schlumbohm, « Gesetze die nicht durchgesetzt werden - ein Strukturmerkmal des frühneuze (...)
  • 17 J. Schlumbohm, op. cit., p. 659 et 661, faisant référence à la notion d’« État-théâtre » d (...)

9Cependant en 1997, Jürgen Schlumbohm publia un article provocateur contre cette thèse. Il y prétendait que la non-application des lois à l’époque moderne n’était pas l’exception mais bien la règle, considérant même qu’il s’agissait là d’un trait typique de l’État moderne. Selon lui, l’importance des lois, notamment des normes intervenant dans la vie quotidienne, aurait moins résidé dans une quelconque volonté de changer la réalité que dans la volonté des autorités de paraître bons législateurs et par conséquent bons gouvernants16. La promulgation et la publication des textes auraient constitué en soi le sens principal de la législation de l’État moderne17. Celle-ci mettait donc l’accent sur le caractère symbolique de la norme, sur la repraesentatio auctoritatis, plus que sur l’amélioration efficace des conditions de vie à l’intérieur de la ville. Elle n’aurait pas eu pour but d’exercer une contrainte dure par laquelle on aurait pu forger une société disciplinée.

  • 18 A. Hunt, op. cit., p. 354.

10Pour trancher cette question – législation symbolique ou contrainte efficace ? – une recherche attentive sur l’application de cette législation me semble la voie de recherche à privilégier parce qu’elle est la seule capable de nous livrer des informations sur le sérieux, si l’on peut dire, de ce type de législation. Hunt déclare peut-être trop rapidement que « the available empirical resources are inadequate to make any final judgements about the enforcement » ; à vrai dire, on ne trouve bien que ce que l’on cherche avec application18. Des sources sur l’application des lois vestimentaires, il n’y en a peut-être pas en Angleterre, mais cela ne veut pas dire que ces lois ne furent appliquées nulle part en Europe. De ce point de vue, il serait intéressant d’étudier de plus près une législation européenne particulière comme la loi promue par le conseil de la ville d’Augsbourg, le 11 décembre 1582. Les raisons de ce choix résident d’abord dans l’importance de cette ville comme centre économique et politique de l’Allemagne du Sud. Sa dynamique fut à l’origine d’une mobilité et d’une différenciation sociale considérables qui rendirent nécessaires des mesures assurant la stabilité de la hiérarchie sociale, dont des lois vestimentaires. En second lieu, le choix du cas d’Augsbourg en 1582 se justifie par le simple fait que, tant la genèse que l’application de la loi sur le vêtement édictée à cette date, sont bien documentées aux archives municipales d’Augsbourg et à la bibliothèque de la ville.

Un cas exemplaire : Augsbourg en 1582

  • 19 Cf. W. Zorn et L. Hillenbrand, Sechshundert Jahre Schwäbische Wirtschaft. Beiträge zur Ges (...)

11Augsbourg était au XVIe siècle une ville importante possédant déjà une longue histoire. Fondée en 45 ap. J.C. comme capitale d’une province romaine sous le nom d’Augusta Vindelicum et munie d’un droit municipal propre vers 1276, la ville connaît un essor économique sans pareil au XVe siècle qui atteindra d’ailleurs son apogée au début du XVIe siècle. Ce furent essentiellement le commerce à longue distance avec l’Italie, notamment avec les villes de Milan et de Venise, la production de draps de basse et moyenne gamme ainsi que l’orfèvrerie qui rendirent célèbre le nom d’Augsbourg dans le monde entier19. Par ailleurs, le renom de la ville est également fortement lié au réseau commercial des familles Fugger et Welser. En effet, leurs activités faisaient d’Augsbourg un des premiers marchés pour les transactions financières internationales, aux côtés d’Anvers et de Lisbonne.

  • 20 P.e. J.-J. Boissard, Habitus variarum orbis gentium. Habitz de nations estranges. Trachten (...)
  • 21 Ains Erbern Rats der Stat Augspurg Zucht und Pollicey Ordnung (1537), Stadtarchiv Augsburg (...)
  • 22 Eines Ersamen Raths der Statt Augspurg der Gezierd und Kleydungen halben auffgerichte Poli (...)
  • 23 Cf. J. Rogge, Für den gemeinen Nutzen. Politisches Handeln und Politikverständnis von Rat (...)
  • 24 Cf. P. Dirr, « Kaufleutezunft und Kaufleutestube in Augsburg zur Zeit des Zunftregiments ( (...)

12Une ville riche et fameuse alors, voilà comment nous nous représentons Augsbourg au XVIe siècle et les recueils de costumes allemands manquent rarement de compter parmi leurs figurines une demoiselle d’Augsbourg20. L’essor économique de la ville entraîna une dynamique sociale et une différenciation hiérarchique forte à l’intérieur de la société urbaine qui rendirent nécessaire, en 1537, une réglementation sur les vêtements. En outre, depuis 1534, Augsbourg était sous l’influence de la Réforme. On comprend dès lors pourquoi un parfum de rigidité et de modestie forcée planait sur la ville. Ainsi, dans l’ordonnance de police de 1537, le conseil de la ville admonesta les habitants à la manière d’un pater familias afin de limiter l’ostentation vestimentaire en général ; il convenait en particulier de rester dans les limites de son état21. Bien que l’idée d’une représentation des différences sociales par la hiérarchie vestimentaire semble affirmée dans ce texte, il y manque tous les détails concernant les vêtements d’une part, et les groupes (Stände) visés par l’ordonnance d’autre part. Cette lacune fut comblée par l’ordonnance de 158222. Cette fois, parce qu’il était notamment devenu impossible de faire la différence entre les différents groupes des habitants (« das es dahin geraten, das schier kein Standt von dem anderen zu erkennen gewesen »), les membres du conseil de ville prescrirent une division de l’ensemble des citadins en quatre groupes : en premier lieu les patriciens de la ville, c’est-à-dire les hommes et les femmes constitués en la Herrenstube (chambre des seigneurs), association de l’élite urbaine vieille de presque deux cent ans23. Les marchands, leurs femmes et leurs enfants suivent. Ils sont rassemblés dans la Kaufleutestube (chambre des marchands), association correspondant à la Herrenstube des patriciens24. En troisième position, nous trouvons les artisans et leurs familles. Enfin, le dernier des quatre groupes est constitué par les domestiques, valets et servantes.

13Les différences entre les quatre groupes furent marquées par un ensemble d’éléments vestimentaires beaucoup trop important pour pouvoir être décrit ici. Cet ensemble concerne, en effet, aussi bien l’utilisation de l’or et de l’argent que celle de la soie, du damas, du velours, ou encore de la broderie. Nous allons examiner en détail un point parmi les plus significatifs. Si l’on veut bien se rappeler qu’à Augsbourg comme dans de nombreuses autres villes, ce furent souvent les détails qui firent la différence, on comprendra que le cas de la fourrure, utilisée pour les chapeaux, les manteaux et autres survêtements est un exemple très intéressant.

Tableau 1 : Hiérarchie sociale des fourrures selon la loi vestimentaire d’Augsbourg de 1582

hommes femmes
patriciens (Herrenstube) dos de martre dos de martre
marchands (Kaufleutestube) gorge de martre gorge de martre
artisans loup ou renard loup ou renard
domestiques - petit-gris, pas de martre ni de renard

source : StaatsB Augsb., 2o Aug. 324 Statuta, tome 1, n° 3.

  • 25 R. Delort, Le Commerce des fourrures à la fin du Moyen Âge (vers 1300 - vers 1450), 2 tome (...)
  • 26 Policeyordnung de 1582, fol. 2r et 3r.
  • 27 Policeyordnung de 1582, fol. 5v.

14Ainsi les deux premiers groupes sociaux avaient-ils le droit de porter la fourrure de martre comme doublure de leurs manteaux, une fourrure comptant depuis le Moyen Âge parmi les plus chères et les plus recherchées25. Cependant, le groupe des patriciens se distinguait des marchands par le privilège de porter la fourrure du dos de martre, plus foncée et plus dense que celle de la gorge et du ventre, réservée aux marchands26. La martre est complètement défendue aux deux autres groupes (artisans et domestiques). Les artisans avaient tout au plus le droit de porter une doublure de fourrure de loup ou de renard. Ce type de fourrure est défendu aux servantes qui se voient également interdire expressis verbis les chapeaux doublés de martre (die Ertzine oder ander Hauben mit Mader außgefüttert)27.

15Dans son ensemble, l’ordonnance impose une multitude de règles, non seulement sur les matériaux mais encore sur la coupe et la qualité, voire le coût du travail du tailleur. La valeur des chemises à façon, par exemple, est limitée à 5 fl. (Gulden), prix du matériau et de la production confondus. Face à cet énorme appareil normatif, on se pose inévitablement deux types de questions. Premièrement, pourquoi et comment le conseil de ville imposa-t-il une loi vestimentaire aussi exhaustive justement à ce moment-là ? Était-ce une réaction à quelque conflit ou s’agissait-il plutôt de la codification de règles en vigueur socialement depuis de nombreuses années ? En second lieu, il faut se demander si l’appareil exécutif de la ville était capable d’appliquer une norme aussi complexe. En corollaire, quelles mesures a-t-il prises en ce sens ? Ces deux séries de questions visent donc la genèse et l’application de la nouvelle norme vestimentaire.

Genèse de la loi

  • 28 À cause de ce manque d’antécédents, on ne peut pas parler à propos de cette loi d’« une de (...)
  • 29 Vergleichung zwischen den Herren der Bürgerstuben und den E. von der Kauffleitstuben, wie (...)

16Le texte de la loi promulguée en 1582 est une véritable nouveauté par rapport à l’ordonnance de police en vigueur depuis 153728. Cependant, ce nouveau texte possède quand même des antécédents, bien que ceux-ci soient situés en dehors du champ législatif proprement dit. De fait, le texte mentionne un contrat à l’amiable entre le premier et le second groupe social concernant le droit de porter une doublure de martre, plus précisément la fourrure du dos de martre, privilège traditionnel du patriciat. Cette Vergleichung datée du 11 février de l’année précédente (1581) constatait que, malgré l’exclusivité socialement marquée du droit du patriciat à porter la fourrure du dos de martre, un certain nombre de marchands avait pris l’habitude de faire de même, contrairement à une ordonnance d’Empire de 1530. Le texte concède ensuite ce droit à une soixantaine de marchands nommément mentionnés, à titre personnel et en tant qu’exception à la règle29.

17De quoi s’agit-il ? Nous avons affaire, semble-t-il, à l’entérinement d’un contrat que l’on qualifierait de nos jours de privé par une autorité étatique. Bien sûr, l’ordonnance contient de nombreuses règles qui ne font pas partie du texte de la précédente Vergleichung, mais l’accord entre les notables concernant le port de la fourrure de martre montre clairement que l’on n’a pas affaire à un acte du pouvoir étatique qui aurait décidé d’introduire et d’appliquer une norme, afin de modifier une réalité sociale ressentie comme défaillante. En fait, les mêmes personnes de l’Obrigkeit ont plutôt agi deux fois dans des contextes différents, une fois en tant que membres de la Herren- et de la Kaufleutestube, une autre fois en tant que membres du conseil de la ville d’Augsbourg.

  • 30 N. Bulst, « Zum Problem… », p. 41 (le conseil de Bâle consulte celui de Nuremberg sur une (...)
  • 31 M. Stolleis, « Was bedeutet “Normdurchsetzung” bei Policeyordnungen der frühen Neuzeit ? » (...)
  • 32 StadtA Augsb., Archivalien des Historischen Vereins für Schwaben, H.P. 196, fol. 42r-53v ((...)

18Cette observation attire notre attention sur la genèse des lois vestimentaires municipales en général. En effet, à Augsbourg mais également dans d’autres villes, on observe que le législateur prépare la promulgation des textes, soit en demandant leur avis sur le problème à d’autres villes, soit en réagissant à la demande de la communauté municipale30. En outre, il n’est pas rare non plus qu’une loi soit soumise à l’approbation des habitants juste après sa promulgation, voire que la population pose des questions en exigeant une clarification, lorsque l’un ou l’autre paragraphe de la nouvelle norme est resté obscur. On constate donc à propos de la législation vestimentaire ce qu’on a déjà dit de la législation de l’époque moderne en général : elle n’est pas un acte répressif de l’État contre une société cherchant la liberté, mais un processus de consultation et de négociation entre différents pouvoirs sociaux, menant à une interaction parfois bien complexe31. Ceci est aussi vrai pour la loi augsbourgeoise de 1582, dont l’application fut reportée d’un an justement à cause de quelques clarifications que le conseil de ville dut apporter au cours de l’année 1583, donnant suite de cette manière à des demandes de renseignements et d’éclaircissements déposées par des habitants de la ville32. Le 11 décembre 1583, exactement un an après la première promulgation, le conseil de ville adopta à nouveau la loi vestimentaire en question. Son application débuta un lundi du mois de janvier 1584 par un coup de théâtre.

Application de la loi

  • 33 StadtA Augsb., Strafamt 192 (i.e. Zuchtbuch pour les annés 1582-1584), p. 191-196. La date (...)
  • 34 Ibid., Strafamt 192, p. 198s.
  • 35 Ibid., Strafamt 192, p. 254, 256, 260, 263, 265-268, 272-274, 276-280 ; Strafamt 193 (i.e. (...)
  • 36 Ibid., Strafamt 193, p. 65-68, 77, 92.

19Selon le registre d’amendes des officiers municipaux chargés de l’exécution de la loi (Straf- und Zuchtherren), en la seule journée du 23 janvier 1584, pas moins de 52 personnes furent arrêtées pour avoir enfreint la nouvelle norme vestimentaire33. Deux jours après, le mercredi suivant, les Straf- und Zuchtherren arrêtèrent à nouveau 13 personnes34. À toutes ces personnes, une même amende de 2 fl. (Gulden) fut infligée, pour la simple raison que toutes appartenaient au même groupe social. Elles – car il s’agissait sans exception de femmes – étaient toutes servantes et avaient pour la plupart porté des chapeaux de fourrure (erzenin belzhauben). L’exécution de l’ordonnance vestimentaire se poursuivit d’une manière plus constante de la fin du mois de mai jusqu’à la mi-août de cette même année (notons que les raisons à même d’expliquer la carence constatée entre février et mai ne nous sont pas connues). Durant cette période de trois mois, 63 personnes se sont vu attribuer des amendes pour infraction à la loi vestimentaire35. Une dernière vague de répression du luxe vestimentaire commença en janvier de l’année suivante et se poursuivit, avec beaucoup moins de vigueur cependant, jusqu’en mai 1585. Durant ces cinq mois, seulement 10 personnes seront interpellées36. Après le mois de mai 1585, la loi vestimentaire n’a laissé aucune trace dans les registres d’amendes.

20Quand on examine de plus près ces trois phases d’application répressive de la loi, on remarque des changements notables. Il faut d’abord constater que l’élan des Strafherren s’essouffle avec le temps. Si la durée des campagnes répressives a tendance à se prolonger, le chiffre de délinquants tend en revanche à diminuer à chaque nouvelle campagne. Après avoir arrêté dans la première phase, 66 personnes en deux jours, les officiers municipaux n’atteignent le même chiffre (précisément 62 personnes) qu’en à peu près trois mois, lors de la deuxième phase. Durant la troisième campagne, ils n’arrêtent plus que dix personnes et ce, en cinq mois. Le deuxième point à relever est une diversification à la fois des gens interpellés et des délits constatés. Tandis que dans la première phase, seules des servantes sont arrêtées, presque exclusivement pour le port de chapeaux de fourrure, dans la deuxième phase l’origine sociale des personnes arrêtées se révèle plus variée.

Tableau 2 : Poursuites d’infractions à la loi vestimentaire d’Augsbourg de 1582, période de janvier 1584 à mai 1585

hiver 1584 (2 jours) été 1584 (3 mois) hiver/printemps 1585 (5 mois)
patriciens (Herrenstube) - - -
marchands (Kaufleutestube) - - -
artisans - 32 4
filles et femmes d’artisans - 15 4
servantes et domestiques 65 14 2
artisans pour avoir produit des vêtements défendus 1 1 -
total 66 62 10

source : StadtA Augsb., Strafamt 192 et 193.

  • 37 StadtA Augsb., Strafamt 192, p. 279 (18 juillet 1583) : « Caspar Angerer von Ausgpurg [und (...)
  • 38 Cf. P. e. K. Stolleis, « Die Kleider der Maria Jacobäa Fugger », dans Documenta Textilia. (...)

21Nous trouvons seulement 14 servantes pour 15 filles et femmes d’artisans et 32 artisans eux-mêmes, les uns et les autres arrêtés pour des délits variés : couleurs de jupons non conformes, nombre de bordures en velours trop élevé, col en velours interdit, etc. Le fameux portraitiste Abraham del Hel (1534-1598) se trouve même parmi les contrevenants. Il dut payer 4 fl. (Gulden) pour avoir porté « un manteau à col en velours orné contre l’interdiction par bordures37 ». Cette diversification dans le rang social des personnes arrêtées s’explique probablement par un surcroît d’aptitude à la reconnaissance des matières et des étoffes de la part des Strafherren. En effet, ces derniers n’intégraient la loi que très lentement, au fur et à mesure de leur expérience. Cette lenteur devait faire partie des difficultés d’application déjà mentionnées. Un troisième constat doit être fait. On remarque que les poursuites ne s’étendent pas à tous les groupes sociaux. Que les officiers arrêtent d’abord des membres des groupes sociaux situés au bas de l’échelle ne surprend peut-être pas, mais qu’ils n’arrêtent jamais un membre, homme ou femme, du patriciat ou du groupe des marchands donne à penser. Compte tenu des conflits à propos du droit de porter la fourrure du dos de martre antérieurs à 1581, l’hypothèse qu’aucun patricien ni aucun marchand n’ait contrevenu à la loi vestimentaire est invraisemblable. Cela dit, on peut se demander si un Fugger ou un Welser par exemple aurait accepté l’idée que la loi vestimentaire était la même pour tous. Dans le train de vie de ces familles, et donc aussi dans le choix de leurs vêtements, se lisait une certaine aspiration à la noblesse38.

22La loi vestimentaire de 1582 fut certes une loi de courte durée mais elle fut effectivement appliquée. Ce qui la rend intéressante pour la question des relations entre pouvoir et vêture, c’est son application sélective. Bien qu’intégrés dans une hiérarchie sociale cristallisée par une norme, les groupes sociaux au pouvoir (patriciens et marchands) ne furent pas touchés par les interdits vestimentaires censés représenter cette hiérarchie. Tandis que le texte de la loi visait les habitants dans leur ensemble et parachevait une représentation vestimentaire de la hiérarchie sociale, incarnant par là une idée d’ordre idéal, l’application de la loi montrait en revanche que la coercition ne visait que les habitants du bas de l’échelle sociale, c’est-à-dire finalement ceux soumis au pouvoir des gouvernants. Autrement dit, ceux qui avaient le pouvoir de régir le vêtement détenaient aussi celui d’enfreindre impunément les règles de la représentation. L’analyse contrastée des lois vestimentaires d’une part, et de leur application d’autre part, revèle que la question des relations entre pouvoir et vêture se joue tout d’abord dans un pouvoir d’interprétation : ce qui n’a qu’une valeur symbolique pour les uns peut bien représenter une contrainte pour les autres.

Notes

1 Montesquieu, De l’Esprit des lois (1748), livre 19, chap. 14, dans Œuvres complètes, présentation par R. Caillois, Paris, 1949-1951, 2 tomes, tome 2, p. 564 et s.

2 Père G. Boulais, Manuel du Code Chinois, Chang-Hai, 1923 (rééd. 1966) ; E. Crawley, Dress, Drinks, and Drums, Th. Besterman (éd.), Londres, 1931.

3 Introductions générales : P. van Peteghem, « Les Édits somptuaires à travers l’histoire : réalités et fictions », dans Langage et droit à travers l’histoire, réalités et fictions, G. van Dievoet et al. (éd.), Louvain/Paris, 1989, p. 227-248 ; et A. Hunt, Governance of the Consuming Passions. A History of Sumptuary Law, Basingstoke, 1996. Pour les différents pays, nous proposons quelques titres récents contenant des bibliographies. Angleterre : A. Hunt, chap. 12 (Mapping a Sumptuary Tradition : The English Experience, p. 295-324). Italie : M.-G. Muzzarelli, Gli Inganni delle apparenze. Disciplina di vesti e ornamenti alla fine del medioevo, Turin, 1996. Pour la France, l’ouvrage récent de J.-B. Moyer, Sumptuary Law in Ancien Régime France (1229-1806), thèse d’Histoire, Syracuse University, 1996 se base sur un corpus bien superficiellement établi, tandis que l’article de M. Fogel, « Modèle de l’État et modèle social de dépense : les lois somptuaires en France de 1485 à 1660 », dans Genèse de l’État moderne. Prélèvement et redistribution, J.-Ph. Genet et M. Le Mené (éd.), Paris, 1987, p. 227-235, défend une hypothèse toujours intéressante ; cf. bientôt N. Bulst (éd.), Les Lois somptuaires en France I : ordonnances royales (XIIIe-XVIIIe siècle), édition critique, Stuttgart, à paraître.

4 Étude exemplaire : M.-L. de Gallatin, Les Ordonnances somptuaires à Genève au XVIe siècle, Genève, 1938, Mémoires et documents publiés par la Société d’histoire et d’archéologie de Genève, 36.

5 Cf. N. Bulst, « Les Ordonnances somptuaires en Allemagne : expression de l’ordre social urbain (XIVe-XVIe siècle) », Comptes rendus de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 1993, p. 771-783, et id., « Zum Problem städtischer und territorialer Kleider-, Aufwands- und Luxusgesetzgebung in Deutschland (13. bis Mitte 16. Jahrhundert) », dans Renaissance du pouvoir législatif et genèse de l’État, A. Gouron et A. Rigaudière (éd.), Montpellier, 1988, p. 29-57.

6 N. Bulst, « Les Ordonnances somptuaires en Allemagne », op. cit., p. 772.

7 Exemple fameux du domaine germanophone : Hans Weigel, Habitus praecipuorum populorum [...], Trachtenbuch : darin fast allerley und der fürnembsten Nationen die heutigs tags bekandt sein Kleidungen […], Nuremberg, 1577. S. Gattineau-Sterr, Die Trachtenbücher des 16. und 17. Jahrhunderts. Eine Untersuchung zu ihrer Entstehung, Entwicklung und Bedeutung im kunsthistorischen Zusammenhang, 2 tomes, thèse d’histoire de l’art, Université de Munich, 1996, dresse le catalogue des Trachtenbücher ; cf. également O. Blanc, « Images du monde et portraits d’habits. Les recueils de costumes à la Renaissance », Bulletin du Bibliophile, 1995, n° 2, p. 221- 261.

8 O. Blanc, op. cit., p. 258s.

9 Florilège de citations dans C. Kovesi Killerby, « Practical Problems in the Enforcement of Italian Sumptuary Law (1200-1500) », dans Crime, Society and the Law in Renaissance Italy, T. Dean et K.J.P. Lowe (éd.), Cambridge, 1994, p. 99-120, ici p. 100, note 1 ; cf. également Peteghem, p. 238, 242, A. Hunt, p. 325 et s., et, pour le Wurttemberg des XVIe et XVIIe siècles, M. Dinges, « Normsetzung als Praxis ? Oder : Warum werden die Normen zur Sachkultur und zum Verhalten so häufig wiederholt und was bedeutet dies für den Prozeß der Sozialdisziplinierung ? », dans Norm und Praxis im Alltag des Mittelalters und der Frühen Neuzeit, G. Jaritz (éd.), Vienne, 1997, op. cit., p. 39-53.

10 Une critique étoffée de cette interprétation des répétitions est donnée, sources à l’appui, par Dinges, op. cit., p. 43s. et 52, et par N. Bulst, « Zum Problem… », p. 53.

11 Deutsche Reichstagsakten. Jüngere Reihe, Deutsche Reichstagsakten unter Karl V., tome 2, Historische Kommission bei der Bayerischen Akademie der Wissenschaften (éd.), Gotha, 1896, p. 337, cité dans N. Bulst, « Zum Problem… », op. cit., p. 53.

12 G. Jaritz, « “Seiden Päntel an den Knien” oder : Die Hoffart liegt im Detail », dans Ut populus ad historiam trahatur, Mélanges Herwig Ebner, G.-M. Dienes et al. (éd.), Graz, 1988, p. 63-74.

13 Un résumé du débat se trouve chez H. R. Schmidt, « Emden est partout. Vers un modèle interactif de confessionalisation », Francia, 1999, tome 26, p. 23-45.

14 H. Schlosser, « Gesetzgebung und Rechtswirklichkeit im Territorialstaat der frühen Neuzeit », dans Diritto e potere nella storia Europea, Mélanges Bruno Paradisi, tome 1, Florence, 1982, p. 525-542, ici p. 536 et s. ; l’hypothèse opposée chez A. Hunt, p. 325 : « it is nevertheless true that sumptuary law was significantly less enforced than many other bodies of law ».

15 Bulst, « Les Ordonnances somptuaires en Allemagne », op. cit., p. 783.

16 J. Schlumbohm, « Gesetze die nicht durchgesetzt werden - ein Strukturmerkmal des frühneuzeitlichen Staates ? », Geschichte und Gesellschaft, 1997, tome 23, p. 647-663, notamment p. 660 et s. Moins clair, mais dans la même veine, Dinges, op. cit., p. 52 et s. En ce qui concerne la constatation de la non-application comme cas normal, cf. déjà M. Foucault, Surveiller et punir, Paris, Gallimard, 1975.

17 J. Schlumbohm, op. cit., p. 659 et 661, faisant référence à la notion d’« État-théâtre » de Clifford Geertz.

18 A. Hunt, op. cit., p. 354.

19 Cf. W. Zorn et L. Hillenbrand, Sechshundert Jahre Schwäbische Wirtschaft. Beiträge zur Geschichte der Wirtschaft im bayerischen Regierungsbezirk Schwaben, Augsbourg, 1969, p. 1-37. Pour l’histoire des maisons commerciales (dont les plus connues sont les Fugger et les Welser), cf. Augsburger Handelshäuser im Wandel des historischen Urteils, J. Burkhardt (éd.), Berlin, 1996.

20 P.e. J.-J. Boissard, Habitus variarum orbis gentium. Habitz de nations estranges. Trachten mancherley Völcker des Erdskreysz […], Malines, 1581, pl. 21 (demoiselles de Bavière, d’Augsbourg et de Souabe).

21 Ains Erbern Rats der Stat Augspurg Zucht und Pollicey Ordnung (1537), Stadtarchiv Augsburg (StadtA Augsb.), Ordnungen und Statuten 14, n° 8, p. 22 et s.

22 Eines Ersamen Raths der Statt Augspurg der Gezierd und Kleydungen halben auffgerichte Policeyordnung, Anno MDLXXXII (11 décembre 1582) ; Staats- und Stadtbibliothek Augsburg (StaatsB Augsb.) 2° Aug. 324 Statuta, tome 1, n° 3, p. 441-452.

23 Cf. J. Rogge, Für den gemeinen Nutzen. Politisches Handeln und Politikverständnis von Rat und Bürgerschaft in Augsburg im Spätmittelalter, Tübingen, 1996, p. 184-209.

24 Cf. P. Dirr, « Kaufleutezunft und Kaufleutestube in Augsburg zur Zeit des Zunftregiments (1368- 1548) », Zeitschrift des Historischen Vereins für Schwaben und Neuburg 1909, tome 35, p. 133- 151.

25 R. Delort, Le Commerce des fourrures à la fin du Moyen Âge (vers 1300 - vers 1450), 2 tomes, Rome, 1978, p. 531-537 (hiérarchie sociale des fourrures) et p. 1268 et s. (exemples de prix de fourrures de martre).

26 Policeyordnung de 1582, fol. 2r et 3r.

27 Policeyordnung de 1582, fol. 5v.

28 À cause de ce manque d’antécédents, on ne peut pas parler à propos de cette loi d’« une des révisions régulières » de la législation somptuaire d’Augsbourg, cf. N. Bulst, « Les Ordonnances somptuaires en Allemagne », op. cit., p. 780.

29 Vergleichung zwischen den Herren der Bürgerstuben und den E. von der Kauffleitstuben, wie es forthin mit Gezierten, Claydungen, auch dem Vor und Nachgang under inen gehalten werden soll […] (11 février 1581), StaatsB Augsb., 2° Cod Aug 28, p. 1131-1147. À propos de ce contrat, cf. P. von Stette, Geschichte der Heil. Röm. Reichs Freyen Stadt Augspurg t. 1, Francfort et Leipzig, 1743, p. 635 et s., et B. Roeck, Eine Stadt in Krieg und Frieden. Studien zur Geschichte der Reichsstadt Augsburg zwischen Kalenderstreit und Parität, 2 tomes, Göttingen, 1989 (Schriftenreihe der Historischen Kommission bei der Bayerischen Akademie der Wissenschaften, 37), ici t. 1, p. 341 et s, néanmoins sans mention de la relation de ce texte avec l’ordonnance vestimentaire de 1582. Ratification du texte de 1581 par le conseil de ville le 18 février 1581, cf. StadtA Augsb., Reichsstadt Ratsbücher 42, fol. 14v. Il s’agit de 62 personnes.

30 N. Bulst, « Zum Problem… », p. 41 (le conseil de Bâle consulte celui de Nuremberg sur une loi somptuaire en 1462).

31 M. Stolleis, « Was bedeutet “Normdurchsetzung” bei Policeyordnungen der frühen Neuzeit ? », dans Grundlagen des Rechts. Mélanges Peter Landau, R.-H. Helmholtz et al. (éd.), Paderborn, 2000, p. 739-757, ici p. 755.

32 StadtA Augsb., Archivalien des Historischen Vereins für Schwaben, H.P. 196, fol. 42r-53v (Von unzimlicher Costlichheit der Klaidung Mahlzeiten und Württhschaften, 11 décembre 1583).

33 StadtA Augsb., Strafamt 192 (i.e. Zuchtbuch pour les annés 1582-1584), p. 191-196. La date du début de l’exécution s’explique par l’ordonnance elle-même, qui prévoyait une mise en vigueur le dimanche précédent.

34 Ibid., Strafamt 192, p. 198s.

35 Ibid., Strafamt 192, p. 254, 256, 260, 263, 265-268, 272-274, 276-280 ; Strafamt 193 (i.e. Zuchtbuch pour les années 1584-1588), p. 1, 3, 4-6, 8, 10-13, 15-17.

36 Ibid., Strafamt 193, p. 65-68, 77, 92.

37 StadtA Augsb., Strafamt 192, p. 279 (18 juillet 1583) : « Caspar Angerer von Ausgpurg [und] Abrahamb Delhell Conterfacter sind dz sy Mänthel [?] mit samatin kragen darob wider verbott bertlin gewesen getragen gestrafft […] ». Del Hel paya son amende en deux tranches à 2 fl. chacune, les 8 et 17 septembre de la même année, ibid.

38 Cf. P. e. K. Stolleis, « Die Kleider der Maria Jacobäa Fugger », dans Documenta Textilia. Mélanges Sigrid Müller-Christensen, M. Flury-Lemberg et K. Stolleis (éd.), Munich, 1981, p. 357- 370 ; id., « Die Kleidung des Octavian Secundus Fugger (1549-1600) aus dem Nachlaßinventar von 1600/01 », Waffen- und Kostümkunde 1981, tome 23, p. 113-131.

Auteur

Chargé de recherche, Université de Bielefeld.

© Presses universitaires du Midi, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search