Version classiqueVersion mobile

Vêture & Pouvoir

 | 
Christine Aribaud
, 
Sylvie Mouysset

Vêtement, scénographie et pouvoirs

Le costume rutilant : les chevaliers des jeux militaires urbains au XVIIIe siècle en Bourgogne

Christine Lamarre

Texte intégral

  • 1 E.-L. Lory, Les chevaliers de l’Arquebuse de Dijon, Paris, A. Chaix, 1868, p. 7, cite la l (...)

1Les anciennes compagnies de l’arc, de l’arbalète et de l’arquebuse font partie des organismes militaires nés des libertés urbaines du Moyen Âge. À côté des guets, milices et autres gardes, elles forment les troupes d’élite composées de volontaires cooptés qui s’exercent au maniement des armes et montrent leurs capacités lors d’un tir à l’oiseau, officiellement organisé tous les ans et dont la récompense est souvent une exemption fiscale. Ce rôle militaire a disparu progressivement et s’est complètement effacé après 1650 dans les villes qui n’étaient pas frontalières. Pour la Bourgogne, les chevaliers de Dijon rapportent avec fierté que le roi a fait encore appel à eux pour le siège de Besançon en 16741. Avec la réunion de la Franche-Comté en 1678, la Bourgogne rentre définitivement dans le lot commun ; ses compagnies ne font plus qu’un exercice sans finalité militaire.

  • 2 F. Carton dit Dancourt, Le prix de l’Arquebuse, Paris, 1717, voir F. Carton-Dancourt, Comé (...)
  • 3 C. Lamarre, « Les jeux militaires au XVIIIe siècle : une forme de sociabilité urbaine négl (...)

2Les compagnies n’ont pas été dissoutes pour autant. Elles font partie des lieux de la sociabilité des notables des villes, au même titre que les confréries ou les sociétés de pensée, franc-maçonnerie notamment. Elles sont demeurées les parentes pauvres des études de sociabilité contemporaines, peut-être parce qu’elles ont généralement disparu au cours du XVIe siècle dans la France méridionale, peut-être aussi parce qu’elles sont l’objet de moqueries au cours du siècle des Lumières, dans la suite de la pièce satirique de Dancourt, récemment rééditée, qui se moque du grand prix de Meaux de 17172, et parce que les intendants (et cela est très net en Bourgogne) leur ont été très hostiles, s’opposant à toutes les dépenses municipales en leur faveur et critiquant surtout le privilège fiscal3.

  • 4 Respectivement Relation du prix de 1715, Dijon, Defay, 1715, Etrennes gymnastiques pour l’ (...)
  • 5 Archives municipales de Dijon (désormais AMD) H 49 ter, Archives départementales de la Côt (...)

3Dans ce contexte difficile, certaines compagnies meurent, mais d’autres résistent en s’appuyant notamment sur l’autorité du gouverneur, en accentuant donc leur côté militaire. Elles obtiennent également l’autorisation de faire de grandes rencontres provinciales voire inter-provinciales, dotées de prix importants et dont les fastes sont soutenus par la présence et les subventions des mairies. Dans cette stratégie de défense des compagnies, le costume tient un rôle considérable : il faut montrer que l’on est une compagnie militaire, que l’on sert la sûreté de la ville et la fidélité au roi et que l’on y est entre gens honnêtes. Les prescriptions vestimentaires sont donc très nombreuses et les descriptions se rapportant aux vêtements sont précises dans les registres de délibérations des compagnies. Dans le cadre de cet article, j’ai utilisé les relations imprimées des trois grands prix offerts en Bourgogne au XVIIIe siècle, ceux de Dijon (1718), de Tournus (1753) et de Beaune (1778), occasions de particulière ostentation, qui jalonnent opportunément le siècle4. En outre, pour comprendre les choix des costumes mis au point pour ces occasions extraordinaires et l’effet d’entraînement de ces véritables parades, j’ai examiné toutes les décisions relatives aux vêtements dans les registres de délibérations des chevaliers de l’arquebuse de Dijon pendant l’ensemble du XVIIIe siècle5. Ajoutons que même dans le cadre de cette enquête réduite, je ne serai pas exhaustive : les chevaliers ont parfois plusieurs tenues et seule la plus prestigieuse sera étudiée ; en outre ils ne sont pas seuls à porter l’uniforme ; leurs musiciens en ont souvent un aussi, beaucoup plus simple, qu’il conviendrait d’étudier également, notamment dans ses différences et sachant qu’il est une sorte de tenue minimum et obligatoirement modeste.

L’adoption de l’uniforme

  • 6 C. Terana, « Les uniformes de la cavalerie de la Maison du Roi vers 1691 », Histoire, Écon (...)

4L’époque de l’adoption de l’uniforme dans l’armée est toujours discutée par les spécialistes ; elle fut de toute façon progressive. En France, l’uniforme a été introduit dans la maison du roi autour de 1655-1660, puis il a été progressivement étendu à tous les régiments sous le règne de Louis XIV ; la cavalerie est tenue de le porter en 16906.

  • 7 Relation du grand prix de 1778, op. cit. note 4. Le plus souvent les marques sont des écha (...)
  • 8 AMD, H 21 quater, f° 160, délibération n° 284, 29 juin 1786. Sur proposition de Chouard, r (...)
  • 9 C’est encore ainsi qu’en 1712 les chevaliers de l’Arquebuse de Dijon accueillent Monseigne (...)

5Il en va de même avec les compagnies des jeux militaires. Toutes n’ont pas imposé cette dépense simultanément à leurs membres. Les arquebusiers, plus actifs, ont été les premiers à le faire, parfois de beaucoup. Au grand prix de Beaune, les chevaliers de l’Arc de la ville n’ont pas d’uniforme et se contentent d’une « marque de chevalerie », un ruban7. C’est en 1787 seulement que les mêmes chevaliers de l’Arc essaient de se doter, à Dijon, d’un uniforme8. C’est dire que pendant longtemps, les chevaliers de ce jeu se sont contentés d’une marque de reconnaissance qui fut à Dijon un chapeau à plumes et une cocarde blanches9.

  • 10 Salins « habillés de différentes couleurs mais tous très propres », Autun « la plupart hab (...)

6Par contre les arquebusiers bourguignons ont été très précoces. Ils songèrent à l’uniforme dès que, la paix venue après les années si difficiles de la fin du règne de Louis XIV, on put reprendre les grandes rencontres de prestige, dispendieuses et festives. Au grand prix de 1715, dix-neuf compagnies d’arquebusiers s’affrontent ; cinq seulement ne sont pas encore en uniforme10, la chose est totalement acquise en 1753 et 1778.

  • 11 La transformation du mot uniforme d’adjectif en substantif, son application au vêtement mi (...)
  • 12 AMD, H 49 ter, f° 52, 13 janvier 1715. Le mot leste, selon le Dictionnaire universel… d’An (...)
  • 13 ADCO E 3698, f° 8, 29 mai 1777, lors du passage de Monsieur, les chevaliers n’ont pas réus (...)

7Les circonstances, les rencontres inter-provinciales, ont donc été déterminantes pour l’adoption de « l’uniforme de l’habillement » très peu de temps après qu’il ait été introduit dans l’armée11. À vrai dire, au début du XVIIIe siècle, il semble avoir été apprécié surtout pour ses qualités esthétiques. Selon les propres termes des délibérations dijonnaises de 1715, on le prend « Pour l’honneur de l’exercice » car « il paraissait que la compagnie devait songer à se mettre dans un équipage leste que l’uniforme de l’habillement ferait briller12 ». Puis l’usage de l’uniforme s’est rapidement étendu à d’autres occasions. À Dijon, il est utilisé dans les entrées princières, dans les visites entre compagnies voisines. Les grands prix de 1753 et 1778 permettent de renouveler les gardes robes, car les uniformes se démodent, et ils permettent également de renforcer leur rôle en multipliant les occasions de les porter. À la fin du siècle, les uniformes sont régulièrement endossés pour les tirs annuels à l’oiseau, pour la fête patronale de la Sainte Barbe, lors des obsèques des chevaliers, dans diverses fêtes civiques comme l’ouverture des sessions des États. Il devient impensable et impossible pour les chevaliers de figurer dans les cérémonies officielles comme les entrées princières sans un uniforme complet13.

  • 14 Par exemple lors du départ pour la rencontre avec les chevaliers de Nuits le 19 août 1722  (...)
  • 15 La nature du recrutement des chevaliers de l’Arc de Dijon pourrait renforcer cette hypothè (...)

8L’usage de l’uniforme s’est donc imposé au cours du siècle, ce qui a pu créer des embarras à certains chevaliers. Ce costume, que l’on appelle ouvertement militaire, devait, en effet, en certaines circonstances, orner les épaules d’hommes habitués à d’autres vêtements, ceux de l’autorité judiciaire notamment. Visiblement, au début du siècle, les magistrats chevaliers de l’Arquebuse hésitent à se montrer « en équipage militaire » et préfèrent ne pas défiler en ville, se contentant de rejoindre les cortèges aux portes du jeu, hors les murs14. On sait que la composition sociale du jeu de l’Arquebuse a changé au cours du siècle à Dijon, qu’elle s’est embourgeoisée. Ne peut-on penser que ce genre de considération a poussé les officiers de robe à quitter la compagnie alors que l’uniforme gagne en présence et qu’il est de plus en plus réglementé15 ?

Les caractéristiques des uniformes

  • 16 L.-R. de Belleval, Souvenirs d’un chevau-léger de la garde du roi… publié par René de Bell (...)
  • 17 Encyclopédie méthodique ou par ordre de matières par une société de gens de lettres, Paris (...)

9Les hommes du XVIIIe siècle ont eu la passion des uniformes, les changements ont été très fréquents, surtout dans la seconde moitié du XVIIIe siècle avec trois grandes séries de textes réglementaires pris autour de 1767 à l’initiative de Choiseul, puis vers 1776 sous l’impulsion du comte de Saint Germain et enfin dans les grandes ordonnances de 1786. Dans ses souvenirs, le marquis de Belleval qui servait dans les chevau-légers le soulignait avec fierté : « c’est aujourd’hui le plus brillant uniforme de toutes les compagnies rouges et le plus riche. […] À l’époque où j’entrai dans la compagnie, c’était encore l’ancien uniforme qui tenait à celui des gendarmes de la garde et à celui de la gendarmerie. […] Comme j’ai porté celui là et que je porte l’autre à présent, je dois dire qu’il est mille fois supérieur à l’ancien ». Constat favorable qui ne l’empêche pas de se plaindre des nouveautés : « une nouvelle ordonnance apporte encore du changement aux uniformes de l’armée, infanterie et cavalerie, dans les couleurs des parements et revers, ainsi que des collets que l’on met de plusieurs couleurs autres que celles de parements et revers. Où cela s’arrêtera-t-il ? Tout cela est une grande dépense et M. le Comte de Saint-Germain qui prétend faire de l’économie ! Le mécontentement est plus grand contre lui qu’il a jamais été contre aucun ministre16 ». On retrouve ce même souci de l’habillement dans un ouvrage de synthèse et de réflexion comme l’Encyclopédie méthodique où les volumes consacrés à l’art militaire contiennent de très nombreuses notes exprimant à la fois l’attention portée au costume et le rejet des conceptions trop fastueuses de l’uniforme17. L’abondance des rubriques, la présence d’un index particulier pour le costume traduit bien une vraie fascination pour le sujet.

10Ce goût pour le costume a été partagé par les compagnies militaires qui ont fait faire des costumes différents pour les compagnies au cours du siècle. Ils ont été décrits avec soin dans les relations imprimées ce qui permet de mesurer l’ampleur des évolutions et les effets de mode. Pour plus de clarté les principaux éléments de description ont été réunis en trois tableaux présentant la quinzaine de compagnies rivales telles qu’elles apparaissent dans les grands prix bourguignons. Toutes les données ne sont pas d’égale importance, je n’en retiendrai que deux, la couleur et l’enrichissement progressif des tenues.

11Le premier élément fondamental est la couleur, souvent elle est seule indiquée précisément dans les énumérations des uniformes des corps de troupes et, à elle seule, elle peut servir à désigner certaines unités comme les mousquetaires. Nous savons tous que la couleur est l’élément visuel dominant, et que, bien souvent, elle devait faire l’unité des corps de troupes plus que les coupes des vêtements simples et rarement décrites dans les textes normatifs. Les trois tableaux montrent qu’il n’y a pas à cet égard de stabilité dans les choix des compagnies. L’identité des chevaliers, par comparaison aux troupes royales, se construit donc au XVIIIe siècle.

  • 18 Dans l’Encyclopédie méthodique, op. cit., note 17, on rappelle que le blanc est la meilleu (...)

12Dans le premier prix, celui de 1715, le gris domine avec différentes nuances (d’épine, perle, ardoise, souris), et vêt onze compagnies sur quatorze ; en 1753 il n’en reste plus que cinq (dans de nouvelles nuances lin, gris blanc, ventre de biche) sur treize et en 1778 il n’y en a plus. Blanc et gris sont les teintes les plus anciennes qui ont été adoptées pour les armées de Louis XIV vers 1666, et cela probablement pour des raisons d’économie car, à l’origine, on a utilisé des tissus non traités, plus proches du bis ou grège que du blanc ou du gris évoqués18. Ces couleurs s’accompagnent, en contrepoint, de l’argent pour les galons et broderies.

13Mais les uniformes d’une partie de l’armée échappent à cette candeur ou évoluent. Le blanc et le gris se raréfient et deviennent la couleur de l’infanterie, alors que des corps plus prestigieux, comme ceux de la Maison du Roi ou de la cavalerie, sont en couleurs vives : rouge, bleu ou vert. Dans les compagnies des jeux aussi, le gris est remplacé par l’écarlate qui progressivement devient dominant : cinq compagnies en sont vêtues en 1753 et neuf en 1778). Le bleu, céleste ou de roi, est choisi trois fois en 1753, deux compagnies seulement arborent encore le bleu de roi en 1778. Le vert de Saxe ou de pomme apparaît seulement en 1778, sur les épaules des chevaliers de trois compagnies. Les nouvelles couleurs jouent, cette fois, avec l’or des galons brandebourgs et autres ornements. Les costumes sont devenus colorés et éclatants.

14Les compagnies qui échappent à ces tendances sont peu nombreuses ; elles sont deux à être vêtues en cannelle et noisette en 1715, une en « cassé clair » en 1753 et une en « aurore » en 1778. Le modèle militaire le plus facilement identifiable reste de loin dominant à travers les trois couleurs dérivées de celles des régiments royaux, le rouge, le bleu des gardes françaises et le vert des dragons, c’est lui qui conduit aussi à adopter des tenues vives, rutilantes et très riches.

  • 19 Voir P. Charrié, « La cocarde », Carnets de la sabretache, n° 78, 1985, p. 61-63. Les coca (...)

15Le choix des cocardes traduit le même désir de placer les compagnies sous le patronage royal. Alors qu’en 1715 elles sont de toutes couleurs, en 1753 elles sont uniformément blanches, couleur royale par excellence et en 1778, elles le restent, sauf deux qui sont noires19. Cette évolution rappelle celle de la cocarde militaire, qui a été parfois de coalition, aux couleurs mêlées, parfois nationale aux couleurs de la monarchie française noire, puis généralement blanche. Dans ce détail hautement symbolique de la tenue, les chevaliers suivent de très près l’évolution du costume militaire.

  • 20 AMD, H 49 ter, f° 52-56, du 13 janvier au 10 février 1715, les chevaliers font le choix su (...)
  • 21 AMD H 50 f° 129, les échantillons sont toujours collés sur les registres. Les vêtements so (...)

16Comme les couleurs s’étaient enrichies, les tenues deviennent plus complètes et plus soignées. Les premiers habillements, ceux de 1715, ont fait l’objet, à Dijon, d’une fabrication commune sous la surveillance de la compagnie ; les chevaliers ont été seulement invités à régler le prix de l’habit assez simple qui est fixé à 20 livres20. Le reste de la tenue est évoqué en quelques mots rapides : « une plume blanche sur le chapeau qui ne sera point bordé », « culottes et bas assortis ». Les procédures changent ensuite ; en 1753, les chevaliers de l’Arquebuse choisissent le tissu d’un habit écarlate, en font découper et coller des échantillons sur les registres de délibérations ; tous se feront faire l’habit à leur convenance, mais avec des règles précises : « des surtouts en forme d’habits à manches ouvertes, boutonnières d’or à lame jusqu’à la poche d’un côté, quatre sur chaque manche, quatre sur chaque poche et huit sur les deux derrières de l’habit avec bouton d’or trait. Ledit habit de camelot conforme à l’échantillon ci contre doublé de toile de coton de la même couleur, la veste d’un cannelle de soye bleue aussy suivant l’échantillon ci contre avec boutonnières d’or à lames des deux côtés jusqu’à l’aproché et bouton d’or à trait garni d’un galon d’or dentelé d’un pouce en largeur au plus, doublé d’un voile blanc refoulé, culotte de la même étoffe que l’habit avec des boutons assortis. Bas de soye blanc, chapeau à bord d’or dentelé et perruques à bourse. Les dites boutonnières, boutons, galons et bords suivant le choix qui en sera fait à la prochaine assemblée21 » (fig. 18). En 1778 enfin, la description est aussi minutieuse mais on ne dépose plus d’échantillons ; le témoin n’était plus nécessaire, l’habitude de l’uniforme étant acquise.

  • 22 L’harmonie générale des costumes des chevaliers de Mâcon est fondée sur une alliance du gr (...)

17L’attention, il faut le constater, s’est déplacée progressivement sur les accessoires des costumes. En 1715 les habits ne sont pas très ornés, tout au plus note-t-on qu’ils sont bordés ou, moins souvent encore, galonnés. Les vingt quatre Seurrois font figure d’exception avec leurs bordures en point d’Espagne argent, tous comme les trente chevaliers de Mâcon, dotés de bourses de perruques, d’épées d’argent uniformes, de dragonnes d’argent et d’aiguillettes ferrées d’argent22, objets liés aux uniformes des militaires. En 1753 les tissus deviennent plus précieux ; outre le cannelé dijonnais qui n’apparaît pas dans la description imprimée, on retient les vestes en soie de quatre compagnies et l’annonce de toile glacée d’argent à Tournus, de tissus brodés d’or sur fond blanc à Nuits et Chalon-sur-Saône. Parmi les détails des costumes, on retrouve une compagnie où les épaules s’ornent d’aiguillettes d’argent à franges d’or, mais surtout des nouveautés apparaissent : les boutonnières retiennent pour la première fois l’attention et se distinguent d’une autre innovation les brandebourgs. Ces ornements en broderie ou galons, apportés par les régiments brandebourgeois en 1674, remportent un beau succès puisqu’on les retrouve dans les costumes de cinq compagnies.

  • 23 L’épaulette est une bande de galons portée sur l’épaule, la contre-épaulette est l’attache (...)
  • 24 Torsades de fils d’or dont la taille et le nombre permettent de reconnaître le grade de ce (...)

18Un des ornements les plus en vogue des uniformes de 1778 apparaît une seule fois ce sont les parements des chevaliers de Louhans ; il est vrai que les revers n’ont été adoptés en nombre qu’après 1762 et sont parmi les premiers grands changements dans les uniformes des officiers du roi, avec l’étroitesse de carrure. À Beaune toutes les compagnies (sauf deux) ont des collets, parements et revers de couleurs différentes de celles des habits enrichissant le costume. Ainsi, les chevaliers de Nolay sont-ils vêtus d’habits aurore avec revers de soie bleue, ceux de Chagny en vert pomme revers de soie rose. Les ornements d’origine militaire ont gagné du terrain, les brandebourgs sont adoptés par quatre compagnies. Mais d’autres nouveautés s’imposent plus évocatrices encore des uniformes des troupes royales. Les épaulettes et contre-épaulettes23, surnommées « les guenilles à Choiseul », sont utilisées par la quasi totalité des délégations, quatorze sur les quinze présentes. L’emprunt n’est pas anodin : les épaulettes sont réservées aux officiers, les porter c’est s’assimiler à eux et, avec d’autant plus de résolution que les matériaux, les graines d’épinard, sont directement empruntés aux ornements propres aux officiers24.

  • 25 ADCO E 3698, f°8 et 22. L’orfèvre, chevalier, fut Liégeard.

19Les boutons offrent matière à discussion, car ils sont historiés et permettent d’afficher convictions, certitudes ou aspirations. Les relations des grands prix sont souvent silencieuses. Tout au plus sait-on que les boutons sont d’argent, d’or ou surdorés, c’est-à-dire dorés deux fois, et qu’en 1778, les chevaliers de Mâcon portaient des boutons en argent aux armes de Monsieur et que ceux de Pont-de-Vaux sont décorés de deux arquebuses en sautoir entrelacées d’un croissant avec trois fleurs de lys et une couronne de lauriers au dessus. Mais les registres de Dijon permettent de savoir que la question du décor des boutons est importante, qu’elle a été débattue à plusieurs reprises, on souhaite faire apparaître, outre les deux arquebuses en sautoir, les fleurs de lys et la couronne royale, mais aussi le chiffre un affirmant la primauté des chevaliers dijonnais, fiers d’appartenir à la compagnie « colonelle » de la province. Le modèle finalement acquis (on renonça au « 1 »), et dûment enregistré dans les registres, fut fabriqué par un orfèvre dijonnais, mais le moule en fut réalisé à Paris25 (fig. 19). Faut-il voir dans cette course à l’ornement un simple désir d’ostentation ? Il est probable que non. Les chevaliers avaient choisi avec attention leurs uniformes, ils savaient que leur poids symbolique serait important. Dans une situation difficile avaient-ils fait le choix de se rapprocher des militaires et, à travers leurs titres de chevaliers, de grand maître, d’une histoire ancienne et glorieuse qui leur donnait légitimité ? Mais l’ambition, si claire, des compagnies militaires de ressembler à l’armée du roi ne peut aboutir complètement sous le règne de Louis XVI du double fait des parrainages ; rien de ce qui est militaire ne peut, en Bourgogne, échapper aux Condé et du fait tout simplement de la volonté royale, cherchant à protéger l’armée.

Un uniforme non militaire en l’honneur du Prince de Condé

  • 26 En 1715 on notait déjà que les cocardes de Seurre (bleue et isabelle) étaient aux couleurs (...)

20Les péripéties dans le choix des uniformes dijonnais pour le prix de Beaune de 1778 sont révélatrices et permettent d’éclairer un aspect fondamental de la situation, celui du contrôle grandissant du gouverneur sur les compagnies militaires. Le costume est un enjeu fondamental car il rend le lien visible à chacun26. Déjà, en 1742, lors de la reprise en main de la province par Saint-Florentin, Secrétaire d’État à la maison du Roi, durant la minorité du dernier Prince de Condé gouverneur de Bourgogne, on avait interdit aux chevaliers de faire des processions dans la ville. En 1778, le Prince bien établi, peut protéger la compagnie, lui rendre sa visibilité et lui imposer un uniforme conforme à ses vœux, c’est à dire partiellement à ses couleurs.

  • 27 ADCO E 3698, f°8, 29 mai 1777, requête pour obtenir un uniforme pour le passage de Monsieu (...)
  • 28 ADCO E 3698, f°18, 19, 22. La demande est à nouveau présentée le 20 juillet 1777, le secré (...)
  • 29 La couleur initiale des Condé était le jaune, elle est devenue au XVIIIe siècle le chamois (...)
  • 30 Op. cit. note 4, relation de 1778.

21Le costume initialement proposé par les chevaliers à l’approbation princière, le 20 juillet 1777, comportait un habit bleu doublé de rouge écarlate, avec veste et culotte de même couleur, chapeau uni et cocarde blanche27. La proposition est restée sans réponse, ce qui était un refus, signifiant en outre que l’initiative était incongrue. Les avis du Prince furent donc sollicités ; ainsi c’est lui qui accordait l’habillement comme une faveur28. L’habit fut rouge doublé de noir, la veste et la culotte furent chamois, aux couleurs de Condé29. Cet exemple n’est pas isolé, les chevaliers de Mâcon sont, en 1778, « en uniforme aux couleurs de Monsieur… en tant que Volontaires de Monsieur30 ».

  • 31 ADCO, E 3698, f°135 v°, 30 décembre 1786.

22On a expliqué plus haut les réticences qui se font jour à l’égard des compagnies militaires au dernier siècle de l’Ancien Régime. L’armée, au contraire, bénéficie d’un regain d’attention après le traité de Paris, et notamment sous le règne de Louis XVI à l’époque du ministère du comte de Saint-Germain. Un des éléments de cette politique fut une abondante production de textes sur les uniformes. Les premières innovations prises par le comte de Saint Germain en 1776 avaient été abrogées en 1779, mais des dispositions d’ensemble furent reprises, définitivement cette fois, dans le Règlement d’habillement du 1er octobre 1786. Forte de tous ces soins, l’armée royale pouvait difficilement se laisser imiter. Apparemment il dut exister plusieurs arrêts du conseil antérieurs, visant à interdire certains éléments de costume ; ils restèrent lettre morte jusqu’en 1786. À cette date, une ordonnance du roi interdit expressément aux compagnies de tir « de porter en tout ou en partie des uniformes semblables à ceux désignés dans la dite ordonnance, de décorer les uniformes dont ils sont en possession ou qui pourraient leur être accordés par la suite d’aucune espèce d’épaulette et de porter des dragonnes. Ces distinctions étant uniquement et exclusivement réservées aux officiers ayant commission ou brevet de Sa Majesté… défense de porter à leur chapeau des cocardes blanches ou noires sous peine d’être immédiatement emprisonnés31. » Le Prince de Condé, appelé au secours, ne put qu’atténuer le coup. La compagnie a gardé le droit de tirer en uniforme, mais ce dernier fut dépouillé de ses épaulettes (remplacées par des trèfles), dragonnes et cocardes. Les compagnies se résignèrent à perdre cette ressemblance, mais on ne trouve plus de trace de délibérations sur les costumes après 1778. Est-ce que le goût s’est perdu avec cette interdiction drastique ? Ou bien faut-il évoquer l’absence d’occasion, car il n’y a plus de grand prix provincial après 1778 ?

23Il n’en reste pas moins que le vêtement a aussi servi d’enseigne, si on permet cette correspondance hasardeuse, à une mise sous contrôle efficace, qui, elle, n’est pas remise en cause. En effet, la compagnie dijonnaise avait retrouvé vie grâce au choix de Condé qui nomme, pour capitaine, le Trésorier des États de Bourgogne, Chartraire de Montigny, qui lui est très lié. Ce dernier dépense beaucoup pour elle, lui permet de participer aux grands cycles festifs si nombreux sous le règne de Louis XVI, saluant la victoire en Amérique, les naissances des enfants du roi. Il crée ainsi un réseau solide, comme il peut le faire dans les cercles maçonniques et, à travers le costume, un réseau visible, sinon voyant et certainement utile puisque Chartraire sera élu triomphalement premier maire de la ville en 1790.

24On ne peut enfin qu’être frappé par la montée en puissance de l’uniforme, qui apparaît explicitement comme une marque de chevalerie, c’est à dire à la fois d’appartenance à un groupe et, au delà, à un monde idéologiquement proche de la noblesse militaire ; cette évolution se fait au détriment des liens de proximité avec les villes qui ne sont jamais évoquées dans la symbolique de ces costumes de prestige qui mettent les chevaliers sous l’autorité exclusive du roi et de son représentant, le gouverneur.

25Ainsi, dans ce domaine où on ne l’attendait peut-être pas clairement, le vêtement apparaît bien, non seulement comme une traduction de la sociabilité urbaine acceptée dans le cadre monarchique, mais surtout comme un moyen d’affiliation dans un système complexe, et sans doute efficace, de relations de pouvoir au sein d’une province.

Les uniformes des arquebusiers au grand prix de 1715 (14 des 19 compagnies présentes)

Les uniformes des arquebusiers au grand prix de 1715 (14 des 19 compagnies présentes)

Uniformes des arquebusiers au grand prix de Tournus 1753

Uniformes des arquebusiers au grand prix de Tournus 1753

Uniformes des arquebusiers au grand prix de Beaune (1778)

Uniformes des arquebusiers au grand prix de Beaune (1778)

Notes

1 E.-L. Lory, Les chevaliers de l’Arquebuse de Dijon, Paris, A. Chaix, 1868, p. 7, cite la lettre du Prince de Condé à l’intendant Bouchu qui, sur un ton plaisant, doute des capacités militaires des chevaliers : « Ces propositions leur feront peur, mais rassurez les en leur disant que ce n’est pas eux que l’on demande mais seulement leurs arquebuses, lesquelles je vous prie de persuader qu’ils vous confient […] S’il y a quelques nobles chevaliers qui veuillent se distinguer, ils pourront venir, mais je vous demande seulement leurs armes ». En fait plusieurs chevaliers rejoignirent le siège et s’y illustrèrent.

2 F. Carton dit Dancourt, Le prix de l’Arquebuse, Paris, 1717, voir F. Carton-Dancourt, Comédies, t. 2, texte établi, présenté et annoté par André Blanc, Paris, Beauchesne, 1989.

3 C. Lamarre, « Les jeux militaires au XVIIIe siècle : une forme de sociabilité urbaine négligée », Histoire urbaine, n° 5, 2002, p. 85-103.

4 Respectivement Relation du prix de 1715, Dijon, Defay, 1715, Etrennes gymnastiques pour l’année 1754 où l’on trouve une relation exacte de ce qui s’est passé à l’occasion du Grand Prix de Tournus au mois d’août 1753 à l’usage de Messieurs les Chevaliers de l’Arquebuse dédié au Grand Maître…, Dijon, Desaint, 1754, 72 p. ; Abbé C. Courtépée, Description de ce qui s’est passé à Beaune à l’occasion du prix de l’Arquebuse rendu par Messieurs les Chevaliers de Beaune le 27 août 1778… par Chevignard de la Pallue, Amsterdam, Michel Rey, 1779.

5 Archives municipales de Dijon (désormais AMD) H 49 ter, Archives départementales de la Côte d’Or (désormais ADCO) E 3698.

6 C. Terana, « Les uniformes de la cavalerie de la Maison du Roi vers 1691 », Histoire, Économie et Société, 1996, n° 1, n° spécial Louvois, p. 141-147, voir aussi les études classiques du général Susane, Histoire de l’ancienne Infanterie française, Histoire de la Cavalerie, Histoire de l’artillerie, ou l’ouvrage plus récent et rapide de A. et P. Cart-Tanneur, Les Uniformes des régiments de France, Paris, La bibliothèque des Arts, 1983. On peut noter que les milices parisiennes en ont été dotées presque en même temps, voir M. Baudouin, « De l’archer du guet au garde républicain, 1667-1994 », Carnets de la sabretache, n° 122, 4e trimestre 1994. Malheureusement la bibliographie sur le sujet est éparse et souvent simplement descriptive. L’histoire des uniformes reste à construire.

7 Relation du grand prix de 1778, op. cit. note 4. Le plus souvent les marques sont des écharpes, puis des plumes ; le ruban évoque la cocarde faite d’un ruban plissé.

8 AMD, H 21 quater, f° 160, délibération n° 284, 29 juin 1786. Sur proposition de Chouard, roi et empereur du jeu on envoie une lettre au Prince de Condé pour avoir son agrément sur un habit vert dragon, revers, collet, parement, culotte et veste chamois, épaulette d’argent et aiguillette, boutons blancs sur lesquels seront imprimés un arc et un trait en sautoir surmonté d’une couronne, chapeau noir bordé d’un velours ganse noire et bouton blanc. Les chevaliers nouvellement reçus seraient obligés de s’en revêtir, les anciens pourraient ne pas le faire. La réponse de Condé le 3 septembre 1786 (f° 161 r°, délibération 285) est peu favorable, elle laisse sous-entendre que c’est au prince et non aux chevaliers de faire des propositions et leur impose des changements. Du coup ils préfèrent s’en remettre à lui, le registre ne comporte plus d’indications. L’uniforme, dans la logique princière, est octroyé et non sollicité. C’est une marque d’allégeance.

9 C’est encore ainsi qu’en 1712 les chevaliers de l’Arquebuse de Dijon accueillent Monseigneur le Duc, AMD H 49 ter, f° 39, 40, 41, 24 et 27 novembre 1712.

10 Salins « habillés de différentes couleurs mais tous très propres », Autun « la plupart habillés de gris », Saint Jean de Losne « habillés de différentes couleurs mais d’une très grande propreté », Semur-en-Auxois « habillés de différentes couleurs mais magnifiquement », Nolay « habillés de diverses manières mais très lestement », op. cit. note 1, relation de 1715.

11 La transformation du mot uniforme d’adjectif en substantif, son application au vêtement militaire dans un sens absolu sont un indice du moment où l’habitude se prend de le porter dans l’armée. Selon le Trésor de la langue française (Paris, CNRS Gallimard, t. 16, 1994, p. 807), la première occurrence remonterait à 1726 et le mot est présent dans le dictionnaire de l’Académie en 1740.

12 AMD, H 49 ter, f° 52, 13 janvier 1715. Le mot leste, selon le Dictionnaire universel… d’Antoine Furetière (La Haye Rotterdam, Arnout et Reinier Leers, 1690) signifie « qui est brave, en bon état et en bon équipage pour paraître », les exemples sont tous tirés de la vie militaire, des parades et des fêtes. Le choix du terme n’est donc pas fortuit et montre une volonté d’imitation de l’armée.

13 ADCO E 3698, f° 8, 29 mai 1777, lors du passage de Monsieur, les chevaliers n’ont pas réussi à faire accepter par le Prince de Condé leur nouvel uniforme. Comme ils ne voulaient pas paraître dans un uniforme « désuet », ils ne participent pas aux cérémonies à leur grande désolation.

14 Par exemple lors du départ pour la rencontre avec les chevaliers de Nuits le 19 août 1722 la troupe « estant sortie par la Porte Guillaume où elle fut considérablement grossie et augmentée par les chevaliers officiers de robe qui n’avaient pas jugé à propos de paraître sur le pavé en équipage militaire », AMD, H 49 ter, f° 128 r°, 19 août 1722.

15 La nature du recrutement des chevaliers de l’Arc de Dijon pourrait renforcer cette hypothèse. Il y a parmi eux 40 % de gens de justice, dont un nombre élevé d’officiers. Voir V. Berthaut, « Sport et société : le manuscrit du jeu de l’Arc de Dijon », Mémoires de l’Académie des Sciences, Arts et Belles Lettres de Dijon, t. 134, 1993-1994, p. 187-199.

16 L.-R. de Belleval, Souvenirs d’un chevau-léger de la garde du roi… publié par René de Belleval, son arrière petit-fils, Paris, 1866, cité par A. de Maurepas et F. Brayard, Les Français vus par eux mêmes. Le XVIIIe siècle, Paris, R. Laffont, 1998, p. 748, 751 et 752. D’autres exemples sont donnés par J. Chagniot dans « Réflexions sur l’uniforme militaire » dans Carnets de la Sabretache, 1990 et 1991 n° 109 et 110.

17 Encyclopédie méthodique ou par ordre de matières par une société de gens de lettres, Paris, Panckoucke. L’Art militaire, 1784-1797, 4 vol., offre une ample matière dotée d’un index thématique spécifique, les articles « Habillement », t. III, p. 8-20 et « Luxe », t. III, p. 218-223 sont particulièrement développés, ils s’appuient sur les ouvrages du Maréchal de Saxe, du Comte de Saint-Germain, de Servan, d’un anonyme B.D.B., et les Nouvelles Constitutions militaires.

18 Dans l’Encyclopédie méthodique, op. cit., note 17, on rappelle que le blanc est la meilleure couleur pour vêtir des troupes car elle est plus solide n’ayant pas supporté de mordant pour faire prendre une couleur, elle est aussi plus stable et les reprises s’y voient moins et elle renvoie mieux la lumière, épargnant aux soldats de souffrir du soleil.

19 Voir P. Charrié, « La cocarde », Carnets de la sabretache, n° 78, 1985, p. 61-63. Les cocardes sont entrées en usage pendant la guerre de Succession d’Espagne ; on portait alors des « cocardes de coalition » aux couleurs mêlées des alliés. Les cocardes nationales françaises ont d’abord été noires puis souvent blanches après 1735-1740. Les deux couleurs seront considérées comme exclusivement réservées aux militaires après 1782. Sur l’usage des cocardes sous la Révolution voir N. Pellegrin, Les vêtements de la liberté. Abécédaire des pratiques vestimentaires, Paris, Alinéa, 1989, p. 48. L’auteur note l’usage principalement militaire de cet ornement qui ne fut pas tout de suite utilisé par les femmes.

20 AMD, H 49 ter, f° 52-56, du 13 janvier au 10 février 1715, les chevaliers font le choix sur échantillons d’un drap gris d’épine pour faire un habit « garni tout du long d’un bouton d’or filé ». La somme n’est pas très élevée, un document trouvé par Monsieur Guillaume Vautravers, que je remercie, fait état des indemnisations pour des effets perdus par le régiment de Berwick en mars 1756. Les habits d’uniformes y sont estimés à cent livres les deux pour les officiers généraux, 30 livres pour le chirurgien major et souvent 30 livres pour les capitaines pour des vêtements neufs ou peu usés. Service historique de l’Armée de Terre, Ya 388, pochette Berwick.

21 AMD H 50 f° 129, les échantillons sont toujours collés sur les registres. Les vêtements sont en cannelé et présentent une « surface ornée de reliefs semi-cylindriques continus » ; voir E. Hardouin-Fugier, B. Berthod, M. Chavent-Busaro, Les étoffes. Dictionnaire historique, Paris, Ed. de l’Amateur, 1994. Ce travail se fait sur des soies (gros de Naples ou de Tours), il rend le vêtement plus coûteux car le tissu ne peut être utilisé que dans un seul sens.

22 L’harmonie générale des costumes des chevaliers de Mâcon est fondée sur une alliance du gris souris, de l’argent, du violet et du rouge des bas. L’aiguillette est un ornement porté à l’épaule qui, selon la légende, aurait été introduit par une menace du duc d’Albe. Ses troupes ayant partiellement déserté, il aurait ordonné que les manquements soient punis de la pendaison. Les soldats répondirent qu’ils porteraient une corde et un clou autour du cou pour faciliter l’exécution de la menace. Les troupes se distinguèrent si bien que corde et clou devinrent des marques de distinction. La dragonne est un cordon ou galon d’épée.

23 L’épaulette est une bande de galons portée sur l’épaule, la contre-épaulette est l’attache d’un baudrier ou d’un ceinturon.

24 Torsades de fils d’or dont la taille et le nombre permettent de reconnaître le grade de celui qui les porte.

25 ADCO E 3698, f°8 et 22. L’orfèvre, chevalier, fut Liégeard.

26 En 1715 on notait déjà que les cocardes de Seurre (bleue et isabelle) étaient aux couleurs de la livrée de Son Altesse Sérénissime le Prince de Condé à qui la ville avait l’honneur d’appartenir.

27 ADCO E 3698, f°8, 29 mai 1777, requête pour obtenir un uniforme pour le passage de Monsieur.

28 ADCO E 3698, f°18, 19, 22. La demande est à nouveau présentée le 20 juillet 1777, le secrétaire des commandements de Son Altesse Sérénissime, Raullin, inspire un projet qui est accepté une semaine plus tard. Il sera réalisé avec quelques modifications dont certaines sont assez pratiques, ainsi demande-t-on de changer la doublure blanche par une autre moins salissante « couleur de prince » qui jouera mieux avec la couleur de l’habit. Les boutons subissent aussi des modifications et les chevaliers souhaitent ajouter sur les revers des cœurs de velours noir avec des arquebuses brodées en jaune partout où l’habit se retrousse.

29 La couleur initiale des Condé était le jaune, elle est devenue au XVIIIe siècle le chamois, ainsi sont vêtus les dragons et les légionnaires de Condé en 1763 ; le régiment de cavalerie de Bourgogne est en bleu et chamois avec veste et culotte de cette dernière couleur. Voir A. et P. Cart-Tanneur, Uniformes des régiments de France, Paris, La bibliothèque des Arts, 1983.

30 Op. cit. note 4, relation de 1778.

31 ADCO, E 3698, f°135 v°, 30 décembre 1786.

© Presses universitaires du Midi, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search