Version classiqueVersion mobile

Vêture & Pouvoir

 | 
Christine Aribaud
, 
Sylvie Mouysset

Vêture & Pouvoir : trames de recherche

Du colloque aux actes

Christine Aribaud et Sylvie Mouysset

Texte intégral

1La trame d’une étoffe correspond au fil horizontal, le plus actif car il fait le décor. On dit joliment des trames qu’elles sont lancées, liserées ou brochées. Continues ou interrompues, elles se travaillent à la navette, à la canette, ponctuellement parfois, le temps de former un motif. Le fil de chaîne, lui, d’emblée monté sur le métier, est stable.

2Ici, la métaphore prend tout son sens : vêture et pouvoir seraient la chaîne et notre colloque l’une des trames possibles de recherche. D’une telle confrontation une œuvre abondante a déjà vu le jour, comme en témoigne la bibliographie de fin de volume en forme d’appel à poursuivre ce beau fil rouge.

3Avec le colloque albigeois, chacun a pris la liberté de décliner son propre motif, sa variation particulière d’un thème taillé dans une forme assez ample afin que tous puissent le revêtir et se l’approprier sans difficulté. Ainsi, les trames travaillées ont-elles emprunté différents chemins, plus ou moins buissonniers : on pourrait les lire comme une simple succession de monographies vestimentaires, telles que les robes consulaires, l’écharpe blanche, la casquette, le manteau, l’uniforme des chevaliers, le costume de scène ou la chasuble. Mais plus qu’une simple garde-robe ou même que le seul vêtement d’un pouvoir, c’est le pouvoir du vêtement que le colloque cristallisa. La vêture, comme prise d’habit, s’inscrit dans l’analyse des normes et des pratiques, des rites de passage, des temps et des lieux où elle est portée – de la loge à la sacristie – comme signe ostensible et distinctif de pouvoir. De même, grâce à l’attention accordée aux acteurs, à leurs gestes, à leur attachement à la fois esthétique et politique à la robe, en bref au discours sur la vêture, toutes ces pistes ont montré l’évident intérêt du croisement des sources – orales comme écrites – et des regards. Croisement des écritures aussi, de la plus érudite à la plus poétique qui, loin de s’entrechoquer, se sont fait écho par une sorte de petit miracle que l’on a à peine provoqué, au moment du choix concerté des intervenants parmi les amis historiens, historiens de l’art et anthropologues. Et la contribution des spécialistes a permis aux textes de livrer un peu plus que des mots, aux appellations de suggérer de la texture, aux drapés et plissés d’animer les étoffes, ajoutant ainsi la matière à la forme et à la couleur. De fait, certaines lignes de force sont apparues de la diversité des voix, comme par exemple, l’intérêt de l’étude du détail vestimentaire – du bouton à la ceinture –, ou encore de l’histoire comparée des textes normatifs et de leurs difficiles ou impossibles applications pratiques. Du choix d’un détail à la diversité de la mise en scène du pouvoir, la vêture se retrouve alors toujours au cœur d’enjeux politiques fort complexes.

4Si certains traits particuliers du sujet ont été particulièrement bien soulignés, on pourra faire aussi bien l’inventaire de tout ce qui n’a pas été dit… À commencer par la quasi impossibilité à réserver une part équitable à chaque période historique : oui, hélas, nous sommes toutes deux modernistes ! Mais deux jours de colloque et une poignée d’intervenants, même dynamiques et enthousiastes, pouvaient-ils venir à bout d’un tel programme et en dessiner le point d’orgue ou plutôt faire un gros nœud afin de terminer l’ouvrage ?

5Laissons à Nicole Pellegrin le soin de pointer les questions demeurées sans réponse et considérons seulement et avec modestie que le décor est désormais planté : notre désir le plus cher est que ce thème, choisi au carrefour de nos deux recherches, devienne la trame de questions nouvelles, à la mesure du champ d’étude colossal que constitue le vêtement, comme l’ont déjà si bien montré Daniel Roche et Nicole Pellegrin, qui ont tous deux honoré le colloque de leur présence.

6La nouveauté naîtra de la diversité des approches, voilà, en quelques mots, ce que nous avons expérimenté à Albi. En guise d’invitation à la lecture, nous souhaitons vivement que ces premiers fils noués seront repris et prolongés par d’autres belles occasions de rencontre. On pourrait déjà ici énoncer quelques projets, nombreux et tout aussi colorés que le premier, mais nous nous en abstiendrons, accordant la place qu’elle mérite au lecteur et à son imagination.

© Presses universitaires du Midi, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search