Version classiqueVersion mobile

Vêture & Pouvoir

 | 
Christine Aribaud
, 
Sylvie Mouysset

Le mot du Président

Rémy Pech

Texte intégral

1Monsieur le Maire, Mesdames et Messieurs, chers collègues et amis,

2Laissez-moi vous dire tout le plaisir que j’éprouve à être parmi vous aujourd’hui, pour cette belle manifestation scientifique, une des premières de l’année avec le colloque « orfèvres et forgerons » organisé par nos amis archéologues en ce moment même.

3Dans ce colloque, situé un mois à peine après l’explosion de l’AZF qui ravagea notre site principal, je vois le signe de notre continuité et, même si cette manifestation était préparée de longue date, un signe de renouveau : notre université meurtrie est capable de penser, d’organiser, de réunir autour d’elle des chercheurs renommés, parfois venus de très loin, bref sa vitalité scientifique et humaine n’est en rien atteinte.

4De plus, alors que la lente genèse de l’Université du Nord-Est qui portera dans un premier temps le nom de Centre Universitaire Jean-François Champollion, entre dans une nouvelle phase, il me plaît que le Centre d’Albi ait non seulement hébergé, mais conçu et organisé ce beau colloque. Avec nos amis scientifiques et juristes, avec l’aide constante des collectivités tarnaises, voici dix ans que nous avons lancé ce centre et vous savez que ma participation à cette action a été précoce, tenace et durable puisque j’ai assumé des cours et des TD de DEUG jusqu’à l’année 2000- 2001.

5Enfin, et c’est un troisième motif de satisfaction, je peux ici saluer mon cher Daniel Roche, lui qui fit de moi un historien, voici presque quarante ans, lui qui m’apprit tant et tant de savoirs faire, et surtout à travailler sérieusement sans trop se prendre soi-même au sérieux. L’approche très large de l’histoire, le souci de bien communiquer son savoir, c’est toi, avec Jean-Louis Biget ici présent, qui les avez inoculés à tous ces jeunes normaliens de Saint-Cloud, ces “cloutiers” dont j’étais. Ensuite, ces liens de travail se sont renforcés de liens d’amitié, manifestés à des moments décisifs de ma carrière. Et c’est une chance pour nous tous d’avoir au milieu de nous ce grand chercheur, ce grand enseignant, parce qu’il sait enseigner ce qu’il est, et de surcroît faire donner aux autres le meilleur d’eux mêmes.

6Et maintenant, si vous me le permettez, je voudrais apporter une petite pierre à ce colloque, avec quelques réflexions sur son contenu et une petite anecdote touchant mon Languedoc viticole chéri.

7L’intérêt du sujet n’est pas douteux. Son actualité est éclatante puisque des enjeux de pouvoir sont à l’ordre du jour, dont la question de la vêture n’est pas absente. N’a-t-il pas fallu, tout récemment, que le Premier ministre se justifie de quelque négligence vestimentaire par le surcroît de travail occasionné par la crise internationale, redoublé ensuite par la charge de “notre” catastrophe ?

8Mais le sujet que vous avez choisi n’est pas un sujet facile.

9Dans sa définition : un de mes anciens professeurs, tarnais de naissance et de cœur, William Seston, m’avait enseigné la distinction, chez les Romains, entre la “potestas”, pouvoir bien délimité exercé au nom du peuple, “l’imperium”, autorité absolue conférée en cas d’urgence, et l’“auctoritas”, autorité morale, charismatique, pouvoir d’inspiration ou d’influence assez mal défini mais bien réel. À chacun des deux premiers pouvoirs répondait un vêtement : la toge blanche et le manteau rouge du général, le paludamentum ; et l’on peut évoquer le proverbe encore en vigueur : les armes doivent céder le pas à la toge.

10L’auctoritas ne correspond à aucune vêture, et c’est peut être pour souligner son caractère impalpable.

11Mais il ne suffit pas d’identifier les oripeaux du pouvoir, encore faut-il ensuite les interpréter, analyser les symboles qu’ils portent, les évolutions qu’ils peuvent connaître, les processus d’identification, de soumission ou de rejet qu’ils peuvent susciter. Ceci n’a rien de facile et je voudrais prendre deux exemples.

12L’écharpe tricolore, conférée aux maires dès 1790, pourrait paraître un symbole national caractéristique d’une époque où la nation est à l’ordre du jour. Mais elle est aussi, et surtout, un enjeu local très important, dont la transmission donna lieu, surtout dans les communes rurales, à de multiples incidents qui en soulignent la forte charge symbolique.

13Je vais maintenant vous parler quelques instants de Marcellin Albert. Ce grand homme du Midi viticole, leader et presque incarnation de la Révolte des Gueux de 1907, portait dans les manifestations, et bien sûr le jour de sa fatale entrevue du 23 juin avec Clemenceau – qui lui arborait volontiers un melon petit bourgeois –, le gibus, la chemise à col cassé et l’habit noir. On est loin de José Bové, de son anorak et de sa bouffarde. Bien sûr, il devait mettre habit bas, de retour sur ses terres d’Argelliers, mais cette mise recherchée et quelque peu désuète, raillée par quelque journaliste parisien hanté par les ethnotypes du paysan et du méridional, ne devait rien à la vanité ni à la mégalomanie. Comment être pris au sérieux, en tant que porte-parole d’une revendication politique (celle du vin naturel, celle du Midi souffrant), en demeurant en tenue de paysan ? Comment prononcer des mots justes en s’ajustant mal ?

14Tout cela participe des jeux compliqués de l’être et du paraître : le masque qui dissimule, en fait, révèle l’apparence fait surgir la profondeur. Saint-Simon a écrit de belles pages sur la comédie du pouvoir à la cour de Versailles et les révolutionnaires costumés à l’antique voulaient signifier leurs rêves d’avenir. Le malheureux Marcellin voulait à la fois surprendre et rassurer : par ce gibus, il endossait la toge d’un pouvoir populaire limité et éphémère, mais le choix de cet emblème incongru ne faisait que valider sa profonde authenticité au-delà des apparences.

© Presses universitaires du Midi, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search