Version classiqueVersion mobile

Circulation des marchandises et réseaux commerciaux dans les Pyrénées (XIIe - XIXe siècle)

 | 
Jean-Michel Minovez
, 
Patrice Poujade

Introduction

Jean-Michel Minovez et Patrice Poujade

Texte intégral

  • 1 Voir La circulation des marchandises dans la France de l’Ancien Régime, journée d’études t (...)
  • 2 La circulation des hommes a fait l’objet d’études désormais classiques, en particulier cel (...)
  • 3 Sur ce point, voir, par exemple, P. Poujade, Une vallée dans le Grand Siècle. Le Val d’Ara (...)

1La circulation est, pour les marchandises, un processus fondamental de leur valorisation qui, placé entre production et consommation, suscite un certain nombre de questions propres à intéresser l’historien1. Les Pyrénées offrent, grâce à leur situation géographique et politique, un cadre d’étude privilégié. Obstacle en apparence à la circulation des hommes2 et des marchandises, la chaîne n’a pas été pour autant infranchissable comme en témoigne la vigueur des échanges sur chacun des deux versants et entre le nord et le sud de la chaîne. Toujours à la recherche de ressources complémentaires à l’activité agro-pastorale dominante ou pratiquant la pluriactivité, les populations pyrénéennes commercent chaque fois que les besoins s’en font sentir : en été comme en hiver, en temps de paix comme durant les guerres, légalement ou pratiquant la contrebande, même si nous ne devons pas ignorer les ralentissements provoqués par les variations climatiques ou les aléas de la conjoncture politique3. La saisonnalité de la circulation est un élément important qui n’est pas uniquement fonction des conditions météorologiques. En effet, le bon moment pour échanger, vendre ou acheter, doit tenir compte du calendrier de la transhumance – d’où l’importance des foires de printemps et d’automne –, de celui de certains travaux, peut-être des disponibilités financières, en plus des rythmes propres imposés par l’état de chemins plus ou moins praticables. La question de l’état des routes, de leur entretien et de leur amélioration, même si le colloque ne les a pas abordées directement, ne peut pas être négligée lorsque l’on parle de circulation des marchandises, quoique les Pyrénées, par l’usage du transport par bât (« la civilisation du bât »), voire le colportage, à défaut du roulage, offrent une certaine fléxilibité.

  • 4 A. Radeff, Du café dans le chaudron. Economie globale d’Ancien Régime. Suisse occidentale, (...)
  • 5 A. M. Azcona Guerra, Comercio y comerciantes en la Navarra del siglo XVIII, Pampelune, Gob (...)

2Nombreux, portant sur des produits variés, les échanges ont durablement marqué les relations humaines de part et d’autre de la frontière. Les sources font largement état d’échanges sur chacun des versants du fait de la nécessité d’approvisionner les hautes vallées en produits alimentaires et de la fourniture au piémont de produits de l’économie montagnarde. Elles permettent de mettre aussi en évidence un commerce intra et inter pyrénéen de produits de première nécessité entre les habitants des deux versants et d’un négoce transpyrénéen intéressant des marchés plus larges où la montagne et ses hommes ne participent qu’au transit des produits. Les Pyrénées, à l’instar d’autres montagnes que l’on a cru longtemps isolées, apparaissent alors bien comme partie prenante de cette « économie globale » qu’a mis en évidence Anne Radeff4. Irriguée par de nombreuses routes, la montagne, en partie à cause de son caractère frontalier, n’est pas restée étrangère à la circulation – et sans doute la consommation – de produits extérieurs. La Navarre du XVIIIe siècle, étudiée par Ana Mercedes Azcona Guerra est, de ce point de vue, un cas intéressant qui voit passer, par ses frontières terrestres, des denrées coloniales telles que le sucre ou le cacao qui vont alimenter le marché ibérique5. Pour ce qui concerne les routes, il convient de mettre en lumière les plus importantes et de se demander s’il existe, à tel moment, une spécialisation des passages, susceptible de se modifier dans le temps. Ainsi, le commerce de la laine ou celui du sel, ou encore des mules, intéresse-t-il, de la même façon, toutes les Pyrénées ? Des réponses à ce type de questions, il en découlera d’autres afin d’éclairer, s’il y a lieu, les raisons de telle ou telle spécialisation.

3Toutefois, si une première approche des sources permet d’entrevoir globalement la nature du trafic, elle pose aussi un certain nombre de questions quant à sa nature précise et à l’influence réelle et réciproque des marchés de part et d’autre des Pyrénées, tant il est vrai, au moins avant le XIXe siècle, qu’il apparaît très difficile de faire la part des choses entre le commerce de transit et les relations entre les deux versants portant surtout sur les productions locales : produits agricoles, matières premières, fabrications issues de l’artisanat et des petites industries qui pullulent dans les Pyrénées et surtout dans leur piémont. Force est de constater, ensuite, que si les sources jusqu’alors explorées ont permis d’entrevoir cette circulation et de connaître assez bien la nature des flux de ce commerce, elles ont presque toujours abouti à des résultats essentiellement qualitatifs, les volumes restant bien difficile à approcher.

  • 6 C’est le cas du péage de Torla étudié par D. J. Buesa Conde, « El peaje de Torla del año 1 (...)
  • 7 Voir J.-C. Perrot, L’âge d’or de la statistique régionale française (An IV-1804), Paris, S (...)

4Lorsqu’ils existent, les registres de douane apportent une information précieuse, mais, d’une part de tels registres sont assez rares ou localisés dans une partie de la chaîne, ou bien ne permettent pas d’établir des séries, tant il est vrai que pour un passage donné une seule année peut être conservée6. D’autre part, c’est sur la qualité de l’enregistrement des marchandises que doit aussi porter la réflexion, en pensant que, de toute façon, une part du trafic – dont on ne connaît pas la proportion – doit nous échapper, ne serait-ce que du fait de la contrebande. Dans ce domaine, les archives judiciaires, puis celles des douanes, ouvrent des perspectives. Il n’en reste pas moins que les registres de péages en douane sont la source la plus complète pour saisir globalement les produits et leur volume, et les chemins qu’ils empruntent. La période révolutionnaire et l’Empire, en France, ont vu fleurir statistiques, mémoires de préfets et enquêtes qui abordent largement la question du commerce7.

  • 8 O. Codina, De fer et de laine. Economie et société des vallées andorranes de 1575 à 1875, (...)

5L’étude des sources qualitatives est toujours nécessaire pour approfondir notre compréhension globale des phénomènes – sans se priver de tous les niveaux d’échelles et sachant jouer autant qu’il est nécessaire sur chacun d’eux –, mais il apparaît aussi indispensable de développer une démarche inductive en partant du “ras du sol”. L’étude prosopographique des acteurs du commerce pyrénéen offre une possibilité intéressante d’entrer dans le sujet. Par l’étude d’archives connues et répertoriées (documentation notariale, archives judiciaires, état civil…) auxquelles doivent venir se joindre un recours plus important à l’exploitation des fonds privés, toujours plus nombreux à la disposition des chercheurs. On pense notamment à la richesse potentielle des fonds privées – déposés ou non – des maisons, en particulier à ceux des cases d’Andorre ou du Val d’Aran – qui, lorsqu’elles sont insérées dans le négoce, tiennent une place clef dans le commerce de transit car occupant une place d’intermédiaire du fait de leurs privilèges fiscaux – permettant d’étudier par leurs papiers et leurs livres de comptes, à la fois la nature et les volumes du commerce ainsi que les liens entre acheteurs, vendeurs et toutes sortes d’intermédiaires, mettant en évidence des réseaux commerciaux à différentes échelles. Une belle illustration de tout l’intérêt qu’il y a à étudier de telles sources vient d’en être faite, pour l’Andorre, par la thèse récente d’Olivier Codina8. Ce chercheur eut recours au fonds de la famille Areny, qui joua un rôle prépondérant dans l’économie et la société andorrane moderne. Des considérations précédentes découlent quelques questions qui méritaient d’être posées par le colloque, comme, par exemple : quelle est la place des marchands, leur rôle, leur importance numérique, leur hiérarchie ? Comment sont-ils organisés ? Comment les réseaux de marchands sont-ils constitués et contrôlés ? Quelles sont les alliances des marchands entre eux et avec les autres catégories, de part et d’autre de la frontière ?

  • 9 A. Molho et D. Ramada Curto, « Les réseaux marchands à l’époque moderne », Annales. Histoi (...)

6Le deuxième thème du colloque, contenu dans son titre même, était celui des marchands et de leurs réseaux. Nous touchons là à certains des acteurs de la circulation, les donneurs d’ordres plus que les acteurs directs du mouvement des marchandises que sont la pléiade de facteurs, muletiers, transporteurs en tout genre, sur lesquels des études restent aussi à mener. La connaissance des marchands bute, tout d’abord, sur un problème de sources, en grande partie résolu lorsqu’on dispose d’archives privées. Dans la plupart des cas, l’archive notariale, au prix d’un long dépouillement, devient une ressource inestimable, nécessaire à une micro-analyse. D’autre part, il était intéressant, à travers des études de cas, de confronter les données pyrénéennes aux acquis récents de l’historiographie concernant les réseaux marchands, par exemple ceux présentés en 2003 par Anthony Molho et Diogo Ramada Curto dans un numéro des Annales. Histoire, sciences sociales9.

  • 10 La question de la frontière sur la longue durée a fait l’objet du livre de Christian Bourr (...)
  • 11 Le thème des lies et passeries et des relations de proximité a été plus particulièrement a (...)

7Pour ce qui est de la chronologie retenue, le temps long (XIIIe-XIXe siècle) s’est imposé, en premier lieu afin de replacer nos interrogations dans la durée et de tenir compte de l’évolution du concept de frontière, laquelle se construit peu à peu, modifiant la nature des relations économiques (fermeture de la frontière, hausse des droits) et sociales (remise en cause des solidarités anciennes)10. La volonté des Etats de mieux contrôler leur territoire, la représentation qu’ils ont de l’espace politique et les aménagements qui en découlent, conduisent à la restriction du commerce traditionnel ; se développe alors ce commerce interlope qu’est la contrebande. Quoique son étude, par définition, soit rendue difficile, elle ne doit pas pour étant être oubliée parce qu’elle participe des échanges commerciaux mais aussi pour ce qu’elle nous apprend sur les relations transfrontalières. Ce recul des relations doit être replacé dans le contexte de ce qui avait pu auparavant les favoriser, en particulier les traités de lies et passeries, sur lesquels il aurait été souhaitable de poursuivre la réflexion. Si l’on connaît mieux leur contenu et le rôle qu’ils jouent dans la continuité du commerce, il semble qu’un important chantier reste ouvert dans le domaine des approches juridiques et anthropologiques, replaçant les lies et passeries dans le cadre des contrats et des pactes à l’époque moderne, et en réfléchissant notamment sur leur “vocation” de réducteur des violences montagnardes, sans quoi des relations économiques durables ne peuvent avoir lieu11.

8Suscitée par des chercheurs venus des deux cotés des Pyrénées, la rencontre d’Andorre s’est donc voulue résolument méthodologique et ouverte à différentes approches du sujet sous l’angle de l’histoire économique et sociale, bien sûr, mais aussi culturelle, anthropologique et juridique.

9Cette publication suit les grandes articulations que nous avions retenues pour le colloque dont elle est issue. La première partie fait la part belle à des textes présentant les produits du commerce, suivie des communications tournant autour des conditions du commerce et de la contrebande. Une troisième partie est consacrée aux réseaux commerciaux et marchands puis, un ensemble d’études de cas qui concernent toute la chaîne de la Navarre jusqu’à la Catalogne.

Notes

1 Voir La circulation des marchandises dans la France de l’Ancien Régime, journée d’études tenue à Bercy le 12/12/1997, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1998, avec une introduction de D. Woronoff, des communications de D. Margairaz, J. Hoock, J. Boissière, G. Le Bouëdec, A. Ferrer, J. Clinquart, A. Conchon, des interventions d’A.-M. Cocula-Vaillières, P. Jeannin, A. Lespagnol, D. Roche et une conclusion de J.-C. Perrot.

2 La circulation des hommes a fait l’objet d’études désormais classiques, en particulier celle de Jordi Nadal et Emili Giralt, La population catalane de 1553 à 1717. L’émigration française et les autres facteurs de son développement, Paris, SEVPEN, 1960, dont une édition catalane a été publiée en 2000 (Immigració i redreç demogràfic. Els francesos a la Catalunya dels segles XVI i XVII, Vic, Eumo, 2000).

3 Sur ce point, voir, par exemple, P. Poujade, Une vallée dans le Grand Siècle. Le Val d’Aran entre deux monarchies, Aspet, Pyrégraph, 1998.

4 A. Radeff, Du café dans le chaudron. Economie globale d’Ancien Régime. Suisse occidentale, Franche-Comté et Savoie, Lausanne, Société d’histoire de la Suisse romande, 1996.

5 A. M. Azcona Guerra, Comercio y comerciantes en la Navarra del siglo XVIII, Pampelune, Gobierno de Navarra-Departamento de Educación y Cultura, 1996.

6 C’est le cas du péage de Torla étudié par D. J. Buesa Conde, « El peaje de Torla del año 1642. Aportación al estudio de la economía aragonesa del siglo XVII », Argensola, n° 79, 1975, pp. 33- 66, puis par A. Brives-Hollander dans « Les relations commerciales entre une vallée française et une vallée espagnole des Pyrénées au XVIIe siècle : le cahier de péage de Torla (1642), Annales du Midi, 1984, pp. 253-272 ou de celui de Sallent de Gállego étudié aussi par A. Brives dans « Le cahier de péage de Sallent de Gállego en 1636 », Lavedan et Pays toy, Société d’études des Sept Vallées, n° 33, 2002, pp. 65-72. En revanche, il semble que la Navarre, à partir du début du XVIIe siècle, offre des séries assez complètes de registres de douane qui pourraient faire l’objet de traitements statistiques ; F. Brumont en a analysé quelques-uns dans « Des relations sans frontières : le commerce franco-navarrais au début du XVIIe siècle », Frontières, Paris, Editions du CTHS, 2002, pp. 219-242.

7 Voir J.-C. Perrot, L’âge d’or de la statistique régionale française (An IV-1804), Paris, Société des Etudes robespierristes, 1977 ; M.-N. Bourguet, Déchiffrer la France. La statistique départementale à l’époque napoléonienne, Paris, Edition des Archives contemporaines, 1988.

8 O. Codina, De fer et de laine. Economie et société des vallées andorranes de 1575 à 1875, Thèse pour le doctorat d’histoire, université de Perpignan, septembre 2003.

9 A. Molho et D. Ramada Curto, « Les réseaux marchands à l’époque moderne », Annales. Histoire, sciences sociales, mai-juin 2003, pp. 569-579 ; il s’agit de l’introduction à un dossier de quatre articles qui occupe les pages 569-672 de ce numéro.

10 La question de la frontière sur la longue durée a fait l’objet du livre de Christian Bourret, Les Pyrénées centrales du IXe au XIXe siècle. La formation progressive d’une frontière, Aspet, Pyrégraph, 1995.

11 Le thème des lies et passeries et des relations de proximité a été plus particulièrement abordé par A. Brives, Pyrénées sans frontière. La vallée de Barèges et l’Espagne du XVIIIe siècle à nos jours, Argelès-Gazost, Société d’étude des Sept Vallées, 1984 ; Collectif, Lies et passeries dans les Pyrénes. Facerías en los Pirineos, Tarbes, BCP, 1986 ; P. Poujade, op. cit. et Identité et solidarités dans les Pyrénées. Essai sur les relations humaines (XVIe-XIXe siècle), Aspet, Pyrégraph, 2000.

© Presses universitaires du Midi, 2005

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search