Version classiqueVersion mobile

Entre histoire et épopée. Les Guillaume d’Orange (IXe-XIIIe siècles)

 | 
Laurent Macé

Une figure accomplie de la conscience de soi nobiliaire

L’héritage symbolique de Guillaume dans l’aristocratie méridionale des XIe-XIIIesiècles : tradition familiale ou fascination épique ?1

Florian Mazel

Texte intégral

  • 1 Je remercie chaleureusement Philip Bennett et Alice Colby-Hall pour leurs remarques et leurs sugges (...)

En hommage à Claudie Amado

« Et puisque l’esprit humain est toujours plus avide d’entendre et de récolter du neuf, il sera nécessaire de transformer les faits les plus anciens en nouveautés ». Gervais de Tilbury, Otia imperalia, III, introduction (trad. A. Duchesne).

  • 2 Joseph de La Pise, Tableau de l’Histoire des princes et principauté d’Orange, La Haye, 1638.

1En 1638, Joseph de La Pise, citoyen d’Orange et protestant réformé, offre à son maître, le stathouder Frédéric-Henri de Nassau, le premier ouvrage d’histoire consacré à la principauté : le Tableau de l’Histoire des princes et principautés d’Orange. Joseph de La Pise divise l’histoire de la principauté « en quatre parties selon les quatre races qui y ont régné souverainement » (les Orange, les Baux, les Chalon et finalement les Nassau) et désigne clairement « Guillaume au Cornet premier prince d’Orange » comme le fondateur de la principauté « en l’an 793 »2. Cet ouvrage fonde ainsi curieusement le pouvoir du chef du parti protestant dans la petite principauté d’Orange sur le souvenir du héros épique médiéval, pourfendeur de Sarrasins et défenseur de la papauté. Dans le détail, le texte de Joseph de La Pise sait accommoder l’histoire aux nécessités politiques et religieuses du présent. Mais le plus remarquable est qu’il témoigne de la vigueur de l’héritage symbolique de Guillaume jusqu’en plein Grand siècle – à moins qu’il ne faille n’y voir qu’un vestige littéraire, une simple « curiosité ».

  • 3 Claudie Amado, Genèse des lignages méridionaux, t. I, Toulouse, 2001, p. 19-23 ; ead., « Le miles c (...)

2Cependant, si cette tradition semble s’être facilement transmise depuis le tournant des XIIe-XIIIe siècles, véritable moment fondateur de la principauté, la question de son origine et des modalités de sa transmission pour la période antérieure se révèle beaucoup plus ardue. En l’absence de source narrative explicite, les quelques hypothèses que l’on peut esquisser ne peuvent se fonder que sur de laborieuses enquêtes anthroponymiques, patrimoniales et symboliques. En outre, la démarche ne peut qu’être régressive, car il paraît plus sûr de se fonder sur la première appropriation établie de la figure de Guillaume à la fin du XIIe siècle, par Guilhem de Baux (1173-†1218), fondateur de la principauté d’Orange, pour la comprendre et tenter d’en préciser les origines, plutôt que de se lancer en quête d’une vaine exhaustivité. C’est donc à partir de cette piste que nous entreprendrons de remonter plus haut dans le temps, jusqu’à ces descendants des Guillelmides historiques que Claudie Amado a identifié dans la seconde moitié du Xe siècle dans les environs des abbayes d’Aniane et de Gellone et dont elle a clairement mis en lumière l’anthroponymie épique3.

3Deux questions doivent nous guider tout au long de cette enquête. En premier lieu, celle de l’identité du Guillaume dont il est fait mémoire, c’est-à-dire la question du sens et donc de la fonction attribués à cette mémoire. Que faut-il précisément entendre derrière l’expression vague d’« héritage symbolique » ? En second lieu, la question de la transmission de cette ou de ces mémoire(s). Les vecteurs familiaux sont-ils premiers et sont-ils les plus importants ? Quelle est leur articulation avec le rayonnement croissant du modèle épique, qui doit sa fortune à bien d’autres facteurs sociaux et culturels ?

Une appropriation explicite : Guilhem de Baux (1173-†1218), premier prince d’orange

Par les armes et par le nom

  • 4 Florian Mazel, « Mémoire héritée, mémoire inventée. Guilhem de Baux, prince d’Orange, et la légende (...)
  • 5 L’attestation la plus ancienne, pour laquelle nous disposons d’une description précise des armoirie (...)

4Comme nous l’avons montré précisément ailleurs, Guilhem de Baux, premier membre de la famille de Baux à contrôler la seigneurie d’Orange et artisan de sa transformation en véritable principauté à partir de 1199 au moins, soutient son projet politique par une véritable entreprise idéologique : la captation symbolique de la figure épique de Guillaume d’Orange, que Guilhem semble revendiquer à la fois pour ancêtre mythique et comme modèle héroïque et dont il fait, d’une certaine manière, le fondateur présumé de sa principauté4. Cette captation repose sur l’adoption du cornet comme figure héraldique à partir de 11845 (fig. 1) et sur la reprise du nom Guilhem – et secondairement de Tiburgis – comme Leitname dans la famille princière de Baux d’Orange aux XIIIe et XIVe siècles.

fig. 1 : Le sceau de Guilhem de Baux, prince d’Orange (juin 1193) – AD 13, B 294 (d’après L. Barthélemy, « Sigillographie des diverses branches de la maison de Baux », dans Inventaire chronologique et analytique des chartes de la maison de Baux, Marseille, 1882).

  • 6 Comme Philipp Bennett l’argumente contre Alice Colby-Hall, la graphie « cor nier » (traduite par «  (...)

5Le cornet ou olifant est un attribut du pouvoir aristocratique : il sert à la chasse au gros gibier et à la guerre. Il a surtout une indéniable résonance épique. On connaît l’épisode fameux du chant du cor dans la Chanson de Roland. Ici, l’objet renvoie directement à Guillaume, surnommé « al cort nes » dans la tradition épique à partir du Couronnement de Louis (chanson composée vers 1136) et bien connu sous ce nom dans l’aristocratie méridionale, comme l’atteste l’évocation de « Guillelmet al cort nes » dans la Chanson de la croisade albigeoise, composée en langue d’oc vers 1213 (vers 4105)6. Par homophonie, dans le cadre de ce que l’héraldique appelle des « armes parlantes », l’image du cornet renvoie ainsi au « court nez » de la tradition épique, établissant le parallèle entre Guilhem de Baux et le héros des chansons. Le choix héraldique de Guilhem apparaît d’autant plus significatif qu’il le distingue au sein de son lignage : les Baux, dont les armes sont connues à partir du début du XIIIe siècle, adoptent l’étoile à seize rais, et cela aussi bien dans la branche aînée, qui tient le castrum des Baux et les seigneuries d’Arles et Marseille, que dans la branche cadette, possessionnée autour de Berre et d’Aix-en-Provence.

  • 7 Sur tout cela, voir note 3. On trouvera une généalogie des princes d’Orange de la maison de Baux da (...)

6Le système anthroponymique de la branche fondée par Guilhem se distingue de la même manière de celui des deux branches aînées des Baux, en substituant Guilhem à Uc pour les fils aînés et en favorisant la diffusion de Tiburgis chez les filles7. Guilhem lui-même nomme deux de ses enfants Guilhem et Tiburgis (fig. 2). Il s’agit là d’un choix renvoyant certainement à la memoria de ses ancêtres maternels, Tiburgis I et Guilhem d’Omelaz (aujourd’hui Aumelas), dont il a hérité son pouvoir à Orange, mais il faut aussi y voir l’influence de la tradition épique. Tiburgis (Tiborc en oc) est en effet l’équivalent de Guibourg (Guiborc)/Guiburgis, le nom chrétien adopté par la princesse sarrasine d’Orange, Orable, après sa conversion et son union avec Guillaume.

7Cependant, pour que l’appropriation symbolique tentée par Guilhem de Baux fonctionne et soit reçue dans le milieu aristocratique méridional, il fallait que la figure de Guillaume soit étroitement associée à Orange, capitale de la petite principauté en cours de constitution. Or à l’origine, le personnage épique, assez proche de son modèle historique, est associé à Barcelone et à Narbonne.

Un indispensable préalable : la provençalisation de la géographie légendaire

  • 8 La dénomination apparaît ensuite, sous une forme disjonctive ou sous une forme à deux éléments, dan (...)
  • 9 Gallia christiana novissima, J.-H. Albanès et U. Chevalier (éd.), Montbéliard-Valence, 1899-1920 [d (...)
  • 10 Voir Pierre Chastang, « La fabrication d’un saint. La place de la Vita Guillelmi dans la production (...)
  • 11 Le guide du pèlerin de Saint-Jacques de Compostelle, Paris, 1997 (1ère éd. 1938), p. 49 : « C’est l (...)
  • 12 Pierre Bec, Anthologie des troubadours, Paris, 1979, p. 160-165, Azalaïs de Porcairagues, « Ar em a (...)

8Les causes de cette provençalisation restent en grande partie mystérieuses, mais celle-ci est précoce et définitive. Elle se manifeste par une focalisation épique sur Orange, visible dans la tradition épique en langue d’oïl à partir du Charroi de Nîmes, dont le texte date des environs de 1140, et de la première partie de la Chanson de Guillaume, composée vers 1150 ; le héros ne porte toutefois le nom de Guillaume d’Orange (« Guillelmes d’Orenge ») qu’à partir de version longue du Moniage Guillaume, rédigée vers 1160-11708. Dans le Midi, cette focalisation sur Orange semble connue auparavant, comme l’attestent plusieurs autres textes, ce qui laisse envisager l’existence dans cette région d’une tradition légendaire au moins orale antérieure aux textes d’oïl. Une bulle du pape Pascal II adressée à l’évêque et aux habitants d’Orange évoque en effet dès 1112 la célébrité acquise par la cité grâce aux « chants en langue vulgaire »9. La Vita Willelmi, rédigée par les moines de l’abbaye Gellone vers 1125-1129, cite la prise de Nîmes et surtout d’Orange, tenue par le roi sarrasin Thibaut, et fait allusion à une défaite qui renvoie plus à la défaite épique de Larchamp qu’à celle, historique, des rives de l’Orbieu10. Le Guide du pèlerin de Saint-Jacques, rédigé vers 1139, reprend probablement à la Vita les allusions aux sièges de Nîmes et d’Orange : son auteur, le poitevin Amaury Picaud, a visité les sanctuaires de Saint-Gilles et de Gellone peu de temps avant la rédaction de son texte11. Plus tard, une strophe apocryphe de l’unique poème attribué à la trobairiz Azalaïs de Porcairagues, probablement composée peu après la mort du troubadour Raimbaud d’Orange en 1173, semble lui être dédiée et fait référence à la géographie épique de la cité12. Bien avant la fin du XIIe siècle, le lien entre Orange et l’épopée semble donc parfaitement connu et reconnu au sein de l’aristocratie méridionale.

  • 13 André Moisan, « Les sépultures des Français morts à Roncevaux », Cahiers de civilisation médiévale, (...)
  • 14 GCNN, t. III, diocèse d’Arles, n° 773 ; Gervais de Tilbury, Le livre des merveilles (Otia imperalia(...)

9Cette focalisation s’élargit d’ailleurs rapidement à Arles et aux Alyscamps, la célèbre nécropole tardo-antique de la cité, identifiée au champ de bataille épique de Larchamp. Cette fois, ce sont d’abord des textes septentrionaux qui en rendent compte : la chronique du pseudo-Turpin (composée à Saint-Denis vers 1140 mais peut-être interpolée sur ce point vers 1170) évoque les héros des armées de Charlemagne inhumés aux Alyscamps13 et la chanson Aliscans, composée en langue d’oïl vers 1180-1200, établit le transfert de la défaite épique vers les environs d’Arles et d’Orange. À la fin du XIIe siècle, cette géographie est aussi bien connue localement : l’acte de reconsécration du cimetière des Alyscamps par l’archevêque d’Arles Michel de Mourèse, vers 1202-1217, évoque « le cimetière au sein duquel reposent les corps en nombre infini de ceux qui, sous le bienheureux Charles et le bienheureux Guillaume et son neveu Vivien, après une mort triomphale, ont remporté la victoire par leur sang ». Un lien est alors tissé entre les premiers chrétiens, premiers martyrs, dont les corps reposent aussi aux Alyscamps, et les héros historico-épiques, nouveaux martyrs de la geste chrétienne. Cette légende arlésienne est aussi attestée dans un exemplum provençal rapporté par Gervais de Tilbury (qui réside à Arles à partir de la fin du XIIe siècle) dans ses Otia imperalia, dont la rédaction définitive date de 1209-121414.

Quelle mémoire est en jeu ?

  • 15 Thomas N. Bisson, « Unheroed pasts : history and commemoration in south Frankland before the Albige (...)

10Poser cette question revient à poser le problème de la nature de la figure de Guillaume et du sens que son appropriation revêt pour Guilhem de Baux et ses successeurs. À ce stade de la réflexion, deux remarques peuvent être faites. En premier lieu, l’appropriation opérée par Guilhem valorise le héros, ses exploits, le couple qu’il forme avec Guibourg, allégorie de la conquête de la cité d’Orange qui devient « son honneur » . Il est fait référence à la figure épique et non à la figure historique. Il ne s’agit donc pas d’une démarche généalogique. À ce titre, l’entreprise de Guilhem de Baux se différencie des appropriations que recèle souvent la littérature généalogique élaborée dans les entourages aristocratiques depuis le milieu du XIe siècle et dont les Gesta comitum Barcinonensis, composées à partir des années 1150, constituent le seul exemple méridional15.

  • 16 Sur ce point, voir F. Mazel, « Le prince, le saint… ». La liste des fidèles admis dans la confrater (...)

11En second lieu, l’appropriation effectuée par Guilhem ne s’accompagne d’aucune dévotion particulière au sanctuaire du saint – le monastère de Gellone – alors même que depuis le début du XIIe siècle les moines s’activent pour diffuser le culte de leur fondateur, que ce culte est bien connu dans la région rhodanienne et que certains grands provençaux, parfois très proches de Guilhem de Baux comme les Amic-Sabran (auxquels il offre en mariage sa fille nommée Tiburgis), ont des relations avec l’abbaye et lui font des dons16. Ce n’est donc pas non plus la figure monastique du saint fondateur, prototype du miles conversus, que Guilhem arbore et honore.

L’initiative de Guilhem de Baux : démarche singulière ou tradition familiale ?

  • 17 F. Mazel, « Mémoire héritée… ».

12Le pouvoir que Guilhem de Baux exerce sur Orange et les seigneuries de la nouvelle principauté lui vient de sa mère, Tiburgis II d’Orange, et de son oncle maternel, le troubadour Raimbaud d’Orange, et au-delà, de ses aïeux maternels, Tiburgis I d’Orange et son second époux Guilhem d’Omelaz, cadet de la maison de Montpellier. Entre 1184 et 1214/1215, Guilhem de Baux est parvenu à évincer d’Orange les descendants du premier mariage de Tiburgis I, grâce en particulier à l’appui de l’empereur17. À Orange, Guilhem de Baux est ainsi l’héritier d’une alliance entre la maison d’Orange et la maison de Montpellier (fig. 2). C’est donc dans ces deux directions qu’il faut mener l’enquête pour y rechercher la trace éventuelle d’une mémoire de Guillaume.

L’enquête vers la maison de Montpellier

  • 18 Jacques de Font-Réaulx, « Le testament de Tiburge d’Orange et la cristallisation de la principauté  (...)
  • 19 William T. Pattison, The life and works of the troubadour Raimbaut d’Orange, Minneapolis, 1952, p.  (...)
  • 20 Edwin Smyrl, « La famille des Baux, Xe-XIIIe s. », Cahiers du CESM, n° 2, 1968, p. 5-108.

13Le lien entre la maison d’Orange et la maison de Montpellier repose sur l’union de Tiburgis I et Guilhem d’Omelaz vers 1126-1130. Cette alliance est la première outre-Rhône pour les Montpellier. À l’arrière-plan, figure certainement une commune hostilité aux Raimondins. En 1150, par son testament, Tiburgis I institue Raimbaud II, fils de Guilhem d’Omelaz, comme héritier de son patrimoine provençal à égalité avec le fils de son premier lit. Elle confie alors la garde de Raimbaud à Bertran de Baux, beau-frère de l’enfant18. Il est possible qu’à cette date Tiburgis I ait été en conflit avec son époux, qui n’est pas mentionné dans le testament ; en 1155, Guilhem d’Omelaz confie d’ailleurs la garde de Raimbaud II à son neveu, Guilhem VII de Montpellier, ignorant les premières résolutions de son épouse. Raimbaud a bien été élevé à Montpellier, où sa présence est attestée de 1157 à 1171. Il décide cependant de s’installer à Orange et à Courthézon, sur les terres héritées de sa mère, se défait de nombreux biens languedociens et adopte même le cognomen d’Orange, attesté pour la première fois en 1171. Il meurt à Courthézon en 1173, transmettant l’ensemble de ses biens provençaux à sa sœur aînée, Tiburgis 1119. Comme nous venons de le voir, en 1150, Tiburgis I cherche à établir un lien privilégié entre son fils Raimbaud et son gendre Bertran de Baux, second époux de sa fille aînée Tiburgis II. Raimbaud d’Orange a apparemment lui-même entretenu des relations privilégiées avec ses sœurs et ses beaux-frères, en particulier Bertran, comme en témoignent ses dernières volontés en 1173. Le début des années 1160 a cependant dû être difficile : Raimbaud est alors auprès de son cousin, Guilhem de Montpellier, qui en 1162 prend part au siège du château des Baux, alliés des Raimondins, par le comte de Provence. À partir du renversement d’alliance opéré par les Baux vers 1162-1165, la situation s’apaise et les Montpellier et les Baux apparaissent ensemble parmi les lignages hostiles aux Raimondins et partisans des Catalans. En 1166, d’après le témoignage des Gesta comitum, Bertran de Baux sauve même le jeune Alphonse II d’une attaque surprise du comte Raimon V de Toulouse20.

  • 21 Cl. Duhamel-Amado, « Aux origines des Guilhems de Montpellier (Xe-XIe s.). Questions généalogiques (...)
  • 22 Cl. Amado, Genèse des lignages…, p. 19-30.
  • 23 P. Chastang, « La fabrication d’un saint… », p. 437-438. Voir aussi V. Saxer, « Le culte et la lége (...)

14Par l’intermédiaire des Orange, les Baux sont donc liés aux Montpellier et ces alliances ont sans doute joué un rôle déterminant dans le basculement des Baux de l’amitié à l’hostilité envers les Raimondins au milieu des années 1160. Or il existe une mémoire guillelmide dans la maison de Montpellier. Cette mémoire repose sur l’articulation entre l’enracinement territorial du lignage dans les vieilles terres fiscales jadis entre les mains du comte Guillaume et une anthroponymie guillelmide très caractéristique dès le Xe siècle. Elle prend tout son sens lorsque l’on prend conscience, grâce aux recherches de Claudie Amado, du rattachement probable des seigneurs de Montpellier à la souche guillelmide par l’intermédiaire des vicomtes de Lodève21. La tradition anthroponymique guillelmide est en réalité partagée par plusieurs groupes aristocratiques du Languedoc central, tels les Montpeyroux, les Deux-Vierges, les Gignac, les Popian, les Pouget, les Sauvian… qui gravitent autour des Guilhems de Montpellier22. Elle combine les Leitnam en historiques du clan guillelmide (Guillaume, Gaucelm, Bernard, Thierry, Teudoin, Garnier, Berta, Alda) à des noms épiques (Augier, Bertran – nom du neveu de Guillaume dès le Fragment de La Haye, première attestation hypothétique de la légende vers 1065-1075 –, Gui – nom porté par les tous premiers Montpellier –, Bérard), une combinaison qui témoigne déjà du processus de fusion légendaire en cours. Tous ces lignages partagent dès le début du XIe siècle une dévotion privilégiée envers les monastères d’Aniane et de Gellone, étroitement associés au souvenir de Guillaume et dont la compétition à partir du milieu du XIe siècle avive le souvenir du comte carolingien. Les Montpeyroux, dont l’un des membres devient abbé de Gellone à l’extrême fin du Xe siècle, pourraient même être directement liés à la vigoureuse promotion du culte de Guillaume dans les décennies suivantes23. Les Montpellier demeurent plus liés à Aniane et le sont encore au XIIe siècle, comme en témoigne l’élection de sépulture de Guilhem d’Omelaz en 1155. Par ailleurs, dans les années 1170, comme semble l’attester la strophe apocryphe du poème d’Azalaïs de Porcaraigues, on connaît les chansons de Guillaume dans l’entourage des Montpellier et l’on a aussi intégré le glissement de la géographie épique vers la région rhodanienne.

fig. 2 : Les ancêtres de Guilhem de Baux (1173-†1218), premier prince d’Orange

L’enquête vers la maison d’Orange et la première maison comtale de Provence

  • 24 L’hypothèse traditionnelle, formulée par Emmanuel Caïs de Pierlas, voit en Raimbaud (de Nice), le p (...)
  • 25 GCNN, t. VI, diocèse d’Orange, n° 64 (la date de 1103 est à remplacer par 1113 qui figure dans le m (...)
  • 26 G. de Manteyer, La Provence…, p. 294-296, p. 310-311 ; GCNN, t. VI, diocèse d’Orange, n° 64 (1113).
  • 27 Guillaume de Tyr, Historia rerum in partibus transmarinis gestarum, livre II, chapitre 17, éd. PL, (...)
  • 28 Eliana Magnani Soares, « Douaire, dot, héritage : la femme aristocratique et le patrimoine familial (...)
  • 29 E. Malbois, « Union et séparation des évêchés d’Orange et de Saint-Paul-Trois-Châteaux », Bulletin (...)
  • 30 Sur la qualité et la fiabilité de Guillaume de Tyr, voir Peter W. Edbury et John G. Rowe, William o (...)
  • 31 F. Mazel, La noblesse…, p. 298-301 (et note 672).

15La maison d’Orange est une branche de la famille de Nice qui tiendrait ses droits à Orange de la première maison comtale de Provence et plus précisément de l’alliance entre la comtesse Azalaïs et Bertran Raimbaud (de Nice)24 [fig. 2 et 3]. Azalaïs se dit elle-même comitissa dans l’acte pour cause de mort qu’elle fait dresser en 1113 et elle est appelée comitissa Aurasicensis par Innocent II en 1137, longtemps après son décès25. Depuis Georges de Manteyer, elle est identifiée à la veuve du comte Guilhem Bertran, décédé peu après 1065 et dont elle aurait conservé le titre. Au sein de l’indivision comtale provençale, Guilhem Bertran était plus particulièrement comte à Avignon et il avait certainement reçu la portion du fisc comtal liée à Venasque. Au début du XIIe siècle, Azalaïs est en possession de biens comtaux à Orange et alentour et entretient une relation privilégiée avec l’ancienne abbaye épiscopale Saint-Florent d’Orange, où elle demande à être inhumée26. Sa petite-fille Tiburgis I demandera aussi à y être inhumée, signe du rôle politique de l’abbaye, étroitement associée à l’episcopatus et au comitatus d’Orange. Tous ces éléments incitent à voir en Azalaïs celle qui serait à l’origine de l’implantation des Nice à Orange. Une telle hypothèse suppose cependant qu’Azalaïs aurait transmis à ses enfants, en l’occurrence à son fils Raimbaud I, un douaire comtal. Si l’on en croit Guillaume de Tyr, qui le mentionne à plusieurs reprises dans ses récits de croisade, Raimbaud I aurait d’ailleurs porté le titre de comte d’Orange27. En Provence, depuis la fin du Xe siècle, le douaire n’est toutefois détenu par l’épouse qu’à titre d’usufruit et l’on s’explique mal comment un douaire constitué par Guilhem Bertan aurait pu être conservé par Azalaïs et transmis à son fils d’un second lit28. Il reste que le contexte dynastique provençal de la fin du XIe et du début du XIIe siècle est extrêmement troublé : la mort de Bertran II, la dispersion des droits comtaux entre plusieurs filles, les prétentions à l’héritage comtal de Gerbert de Gévaudan et Bertran de Saint-Gilles, puis de Raimon Bérenger de Barcelone et Alfonse Jourdain, les guerres qui les opposent jusqu’en 1125, ont pu permettre à Azalaïs, bien installée à Orange, de conserver son douaire, tout comme sa fille Azalaïs II, épouse du comte Ermengol d’Urgell, est parvenue à transmettre des droits comtaux à Avignon et Forcalquier à son fils Guilhem, souche des futurs comtes de Forcalquier. Le pouvoir comtal d’Azalaïs I expliquerait en tout cas l’engagement de son époux Bertran Raimbaud puis de leurs successeurs en faveur de la recréation de l’antique siège épiscopal d’Orange, dont le territoire, jusqu’aux années 1060, avait été rattaché au diocèse de Saint-Paul-Trois-Châteaux29 : la possession d’un ep iscopatus était nécessaire pour une cité comtale, même si cette recréation allait impliquer, dans le contexte de réforme de l’Église, la rétrocession au nouvel évêque de biens entre-temps passés sous la domination laïque (à commencer par le palais épiscopal et l’abbaye Saint-Florent). S’expliquerait aussi le port par leur fils Raimbaud I du titre de comte d’Orange, attesté à plusieurs reprises par Guillaume de Tyr, généralement fiable sur ces questions30. S’expliquerait enfin le conflit qui, à partir des années 1120, oppose la maison d’Orange au comte de Toulouse : dans le cadre du partage de l’héritage provençal avec son rival catalan en 1125, celui-ci reçoit l’ensemble du Venaissin et empêche Tiburgis I de perpétuer le pouvoir comtal de sa grand-mère et de son père31. Que les droits des Nice-Orange puissent être issus de la première maison comtale de Provence par l’intermédiaire d’Azalaïs ouvre de nouvelles perspectives, car la première maison comtale de Provence semble liée de près à la figure de Guillaume.

fig. 3 : La première maison comtale de Provence (Xe-XIIe siècles)

  • 32 Rita Lejeune, « La naissance du couple littéraire Guillaume d’Orange et Rainouard au tinel », March (...)
  • 33 F. Mazel, « Noms propres, dévolution du nom et dévolution du pouvoir dans l’aristocratie provençale (...)
  • 34 Sur ce Fragment, voir dernièrement Rosa Guerreiro, « Un vrai ou un faux passionnaire dans le manusc (...)

16Tout d’abord, il est probable que la figure et la mémoire du comte de Provence Guilhem II se soient superposées et mêlées à celle de Guillaume de Gellone, comme l’ont déjà mis en valeur les travaux de certains romanistes, en particulier Rita Lejeune et Jeanne Wathelet-Wilhem32. En raison de sa lutte victorieuse contre les Sarrasins du Freinet en 972 et de la délivrance de l’abbé de Cluny Maïeul, le comte Guilhem, qui adopte alors le titre de marquis, semble avoir bénéficié d’un important prestige dans les régions méridionales. Dans les années 1030-1040, dans une charte de donation de deux grands provençaux en faveur de Cluny, il se voit attribué l’antique titre de pater patriae. Au sein de la famille comtale provençale, son nom, associé au nouveau titre de marquis, devient dès le début du XIe siècle le nouveau Leitname des comtes, aux dépens des anciens noms du Xe siècle33. Ces conditions ont pu favorisé la fusion des deux figures historiques, septimanienne et provençale, carolingienne et post-carolingienne, dans le héros épique « féodal » . Cette hypothèse se verrait confirmer par deux éléments troublants. En premier lieu, l’existence du nom Bertran dans la famille comtale provençale, dont il constitue un Leitname, et dans la famille épique de Guillaume dès le Fragment de La Haye daté des années 1065-107534. En second lieu, l’attribution au Guillaume épique, dès le Couronnement de Louis, du titre de marquis, qui n’est jamais attribué au Guillaume carolingien, même dans les documents d’Aniane ou de Gellone interpolés au XIe siècle. Ce titre peut toutefois aussi provenir de la tradition guillelmide aquitaine et en particulier du duc et marquis Guillaume le Pieux († 918), arrière-petit-fils de Guillaume de Gellone et fondateur de Cluny.

  • 35 F. Mazel, « Noms propres … » ; Cl. Amado, Genèse des lignages…, p. 23, 35-37, 367-379.

17Par ailleurs, il est possible que cette première maison comtale provençale soit elle-même partiellement issue de la souche guillelmide. La tradition anthroponymique des premières générations et les alliances matrimoniales et politiques du milieu Xe siècle la placent d’abord dans l’ombre des Bosonides, anciens maîtres de la Provence au tournant des IXe et Xe siècles. Mais le nom Guilhem y est aussi d’emblée attesté et plusieurs indices anthroponymiques et patrimoniaux les associent aux vicomtes de Béziers, eux-mêmes de souche guillelmide35. Si tel était le cas, la mémoire guillelmide de la maison comtale provençale serait donc double : l’une, la plus ancienne, partagée avec de nombreux lignages languedociens dont les Montpellier, renverrait au comte carolingien Guillaume ; l’autre, plus récente, au comte Guilhem, vainqueur du Freinet et nouveau héros provençal.

18Quoiqu’il en soit, il est manifeste que la famille de Nice-Orange voit son système anthroponymique évoluer dans un sens nettement épique à partir de l’alliance avec Azalaïs (fig. 2). Le système traditionnel de la maison de Nice, perpétué par la branche établie à Orange à partir de Bertran Raimbaud, repose sur le Leitname Raimbaud : Bertran Raimbaud l’attribue à son fils à la fin du XIe siècle, Tiburgis I l’attribue à son tour au sien dans les années 1130 et le dernier représentant de la maison, au tournant des XIIe et XIIIe siècles, le porte encore. Cependant, une évolution se dessine dans la première moitié du XIIe siècle : Tiburgis I, fille de Raimbaud I, est la première à porter ce nom dans la famille, or l’on a vu que Tiburgis était l’équivalent de Guitburgis alias Guibourg, nom épique de l’épouse de Guillaume après sa conversion au christianisme ; le fils que Tiburgis I a de Giraud Adhémar, son premier époux, reçoit le nom de Guilhem, jusque-là absent du patrimoine onomastique des Nice comme des Adhémar ; de manière plus générale, la descendance du couple formé par Tiburgis I et Giraud-Adhémar a une anthroponymie épique très nette (Guilhem, Tiburgis), alors qu’aucun nom n’est repris aux Adhémar. Si l’alliance de Tiburgis I avec Guilhem d’Omelaz et la maison de Montpellier a certainement renforcé cette mémoire épique, elle n’en est donc pas à l’origine.

Mémoire guillelmide et hostilité aux Raimondins

19Il est remarquable de constater que chez les Montpellier-Omelaz et leurs satellites, dans la maison d’Orange et même chez les Baux, mémoire guillelmide et hostilité à l’égard des Raimondins semblent aller de pair. Les Montpellier sont bien connus pour leur engagement aux côtés des comtes de Barcelone dès le milieu du XIe siècle.

  • 36 GCNN, t. VI, diocèse d’Orange, n° 76.
  • 37 GCNN, t. VI, diocèse d’Orange, n° 81.

20Pour les Nice-Orange, le moment clé se situe dans les années 1120. Orange semble en effet avoir été un enjeu important du conflit que se livrent alors les prétendants au pouvoir comtal provençal : en 1122, Alfonse Jourdain y est assiégé et n’en est délivré que grâce au secours d’une armée toulousaine. Une lettre de l’archevêque d’Arles Aton, partisan du comte Raimon Bérenger de Barcelone, adressée à Giraud Adhémar, s’inscrit probablement dans ce contexte : le ton déférent employé à l’égard de Giraud, alors même qu’il lui est reproché d’avoir laissé ses troupes saccager des sanctuaires et des biens d’Église, tout comme l’allusion à une victoire de Giraud, laissent supposer qu’il était un allié du Catalan et un adversaire d’Alfonse Jourdain36. La lettre doit dater des années 1122-1125, puisqu’en 1125 a lieu le partage de la Provence, qui attribue tout le pays au nord de la Durance (dont Orange) au comte de Toulouse. En 1126, celui-ci établit fermement son pouvoir sur la ville en plaçant l’église épiscopale sous sa protection (sub nostre protectionis defensione) et en procédant en présence de Tiburgis I – désormais seule et donc certainement veuve de Giraud – à la restitution de nombreux biens à l’évêque37. Mais Tiburgis I trouve rapidement le moyen de faire pièce au comte de Toulouse, désormais marquis de Provence : par son remariage avec Guilhem d’Omelaz, peu avant 1130, elle obtient le secours d’un ferme adversaire des Raimondins. Son testament de 1150, nous l’avons vu, laisse voir son hostilité envers le comte de Toulouse : sans doute par volonté d’imiter les Montpellier, qui ont placé leur seigneurie sous l’autorité directe du pape en 1132, Tiburgis I soumet Orange et ses domaines à la papauté contre le paiement d’un cens annuel et demande à ses héritiers de prêter serment de ne jamais placer Orange sous la domination d’un comte.

  • 38 Daniel Le Blévec et Alain Venturini, Cartulaire du prieuré de Saint-Gilles de l’Hôpital de Saint-Je (...)
  • 39 Alexandre Teulet, Layettes du trésor des chartes, t. I, Paris, 1863, n° 931. Le titre de prince d’O (...)

21Les Baux eux-mêmes, alliés des Raimondins depuis les années 1120, glissent dans le camp adverse à partir de 1162-1165. La captation de la seigneurie d’Orange, suite au mariage de Bertran de Baux avec Tiburgis II et au décès du troubadour Raimbaud, ne pouvait que renforcer ce renversement d’alliance, puisque la transformation de la seigneurie en principauté indépendante devait se faire aux dépens du comte de Toulouse. Lorsque Guilhem de Baux affiche le titre de « prince d’Orange par la grâce de Dieu » en 1199, il manifeste sa volonté de faire accéder sa seigneurie à la souveraineté et donc de l’extraire du Comtat Venaissin38. Cette politique est d’ailleurs couronnée de succès puisque les comtes de Toulouse doivent bien accepter l’indépendance acquise par Guilhem, comme l’atteste indirectement le traité de paix conclu à Saint-Gilles entre Guilhem et Raimon VI, dans un contexte il est vrai difficile pour le comte, le 14 juillet 121039. À partir de 1211, l’œuvre politique de Guilhem est en outre confortée par son engagement aux côtés des croisés français et provençaux.

22Sans nécessairement supposer le souvenir des vieilles luttes du IXe siècle entre Guillelmides et Raimondins, la mémoire de Guillaume semble donc, au XIIe siècle, réunir les groupes nobiliaires hostiles à l’hégémonie raimondine dans le Midi méditerranéen.

Continuité et discontinuité de la mémoire

23Cependant, en dépit de tous les indices laissant deviner l’existence d’une mémoire guillelmide au sein de certains groupes aristocratiques, Guilhem de Baux reste le premier à s’être explicitement approprié la figure du héros épique. Il est à ce titre remarquable que la seule autre référence à Guillaume dans l’héraldique aristocratique méridionale se rencontre chez le dernier descendant de la maison d’Orange, Raimbaud III, au début du XIIIe siècle, et que ce dernier semble alors imiter son rival plutôt que puiser de manière autonome aux mêmes sources idéologiques (fig. 4). Se dessine ainsi une sorte de hiatus entre le souvenir du Guillaume historique et plus largement sans doute du clan guillelmide, au sein de plusieurs familles méridionales aux Xe-XIe siècles, et l’entreprise de Guilhem de Baux, plus vaste, plus complexe, au tournant des XIIe et XIIIe siècles. Entre ces deux moments se produit la provençalisation de la légende épique, indispensable au projet de Guilhem. Ce processus demeure en grande partie énigmatique, mais il tient sans doute beaucoup à l’aventure et au prestige du comte Guilhem de Provence et à l’importance de la cité d’Orange pour le pouvoir comtal.

fig. 4 : Le sceau de Raimbaud III d’Orange (août 1215) – AD 13, 56 H, Gap, Lardiers, 1 (d’après L. Blancard, Iconographie des sceaux et des bulles des documents déposés aux archives départementales des Bouches-du-Rhône, Marseille, 1864)

Sédimentation et transformation de la mémoire

24Au terme de ce bref parcours, plusieurs mémoires de Guillaume se dégagent donc, chacune semblant correspondre à une forme et à un moment différents en termes de structures idéologiques du pouvoir.

Du Xe siècle au milieu du XIe siècle : la memoria du pouvoir guillelmide

  • 40 F. Mazel, « Noms propres… ».

25Cette memoria aristocratique, que l’on rencontre chez les principaux lignages du Languedoc central, à commencer par les vicomtes de Béziers et les Guilhems de Montpellier, ainsi peut-être que dans la maison comtale de Provence, repose vraisemblablement sur la conviction d’une appartenance (effective ou supposée) à la descendance de Guillaume. Elle renvoie donc à Guillaume, mais plus largement au pouvoir guillelmide. Elle s’inscrit dans la continuité des comportements aristocratiques de l’époque carolingienne, à l’image, par exemple, de la mémoire bosonide conservée au Xe siècle dans la première maison comtale de Provence40. Son support privilégié est le nom, qui rappelle un lien de sang et établit aux yeux de tous la légitimité de celui qui le porte à exercer le pouvoir, la nouveauté des Xe-XIe siècles étant certainement d’articuler cette légitimité à un enracinement territorial croissant.

Du milieu du XIe siècle au milieu du XIIe siècle : l’influence de la légende épique en formation

  • 41 Sur les autres figures et traditions, notamment aquitaine et tourangelle, voir l’article de Philipp (...)

26Au regard de ce que l’ensemble des sources littéraires et historiques nous apprennent de Guillaume dans la première moitié du XIIe siècle, il apparaît que le processus légendaire a assimilé à la figure première du comte carolingien, souche de nombreuses familles aristocratiques méridionales, plusieurs autres figures et traditions, parmi lesquelles celle du comte provençal conquérant du Freinet41. Cette assimilation aurait nourri l’élaboration d’une nouvelle géographie provençale des exploits de Guillaume, qui aurait à son tour favorisé son appropriation par des familles plus éloignées de la vieille souche guillelmide, voire qui n’ont pas ou plus conscience de cette lointaine origine. Dans ce contexte, la vieille memoria guillelmide se dissout peu à peu dans la nouvelle mémoire épique. Les deux mémoires se superposent sans doute chez certains anciens lignages guillelmides tels les Guilhems de Montpellier, mais c’est la mémoire épique qui semble surtout revendiquée par la maison de Nice-Orange, en étroite relation avec l’établissement de son pouvoir à Orange même, un pouvoir qui se veut d’abord comtal puis simplement seigneurial, mais résolument indépendant (quitte à reconnaître l’autorité lointaine du pape).

Au tournant des XIIe-XIIIe siècles : mémoire héritée et mémoire inventée

27Guilhem de Baux est sans doute l’héritier de traditions familiales au sujet de Guillaume, issues aussi bien des Orange que des Montpellier. Cependant, le Guillaume qu’il s’approprie est avant tout le Guillaume épique des chansons du XIIe siècle, Guillaume au court nez, Guillaume au cornet. La mémoire de Guilhem est donc à la fois mémoire héritée et mémoire inventée. Mais la fascination épique a joué un rôle décisif. En premier lieu, parce que seule la figure épique renvoyait à l’association étroite d’un pouvoir historiquement ramené aux temps mythiques carolingiens et géographiquement enraciné à Orange, la seigneurie de Guilhem : c’est l’association entre des lieux réels et un imaginaire épique qui a fourni à Guilhem le fondement de sa démarche. En second lieu, parce que cette démarche participe pleinement au contexte légendaire des XIe-XIIe siècles, qui articule, dans tout le Midi languedocien et provençal, passé carolingien, lutte contre les Sarrasins et identité des communautés, qu’elles soient ecclésiastiques ou laïques.

  • 42 Amy G. Remensnyder, Remembering kings past. Monastic foundation legends in medieval southern France(...)
  • 43 Georges Duby, «Remarques sur la littérature généalogique en France aux XIe et XIIe siècles» , Compt (...)
  • 44 Martin Aurell, L’Empire des Plantagenêt, 1154-1224, Paris, 2003, p. 156-157.
  • 45 Voir les généalogies fournies par Thierry Stasser, « La maison vicomtale de Narbonne aux Xe et XIe (...)
  • 46 Roberto Bizzocchi, Genealogie incredibili. Scritti di storia nell’Europa moderna, Bologne, 1995.

28Guilhem de Baux dispose en effet de modèles illustres. Un modèle monastique d’abord : Amy Remensnyder a bien montré l’importance décisive de la strate carolingienne dans les légendes de fondation monastiques du sud du royaume de France ; les récits des Xe et XIe siècles y font déjà référence, mais c’est surtout la diffusion des légendes épiques qui contamine et transforme les légendes de fondation monastique à partir du début du XIIe siècle, comme à Saint-Yrieix, Saint-Jean de Sordes, plus tardivement Lagrasse et bien sûr Gellone42. Un modèle aristocratique ensuite : le phénomène de « légendarisation » des textes généalogiques du nord de la France à partir du milieu du XIIe siècle a bien été mis en lumière par Georges Duby et Gabrielle Spiegel et l’on peut évoquer, par exemple, le cas bien connu du Retour de Bourgogne, texte composé vers 1137-1156 à l’abbaye de Marmoutier, qui tisse la légende de l’origine des comtes d’Anjou43. On connaît par ailleurs le rôle des Plantagenêt dans le développement, au sujet de leurs ancêtres présumés, de légendes et de chansons liées à Roland et à l’entourage de Charlemagne, telles les chansons d’Aspremont et de Gaydon44. On peut enfin mentionner le cas plus obscur, mais plus proche dans l’espace, des Aimeri de Narbonne, dont l’anthroponymie épique, depuis la fin du XIe siècle, renvoie certainement à un processus comparable45. Les « généalogies incroyables » chères à Roberto Bizzocchi commencent bien à fleurir au XIIe siècle46.

Notes

1 Je remercie chaleureusement Philip Bennett et Alice Colby-Hall pour leurs remarques et leurs suggestions.

2 Joseph de La Pise, Tableau de l’Histoire des princes et principauté d’Orange, La Haye, 1638.

3 Claudie Amado, Genèse des lignages méridionaux, t. I, Toulouse, 2001, p. 19-23 ; ead., « Le miles conversus et fundator : de Guillaume de Gellone à Pons de Léras », dans Guerriers et moines. Conversion et sainteté aristocratique dans l’Occident médiéval, Antibes, 2002, p. 419-427.

4 Florian Mazel, « Mémoire héritée, mémoire inventée. Guilhem de Baux, prince d’Orange, et la légende de Guillaume d’Orange (XIIe-XIIIe s.) », dans Faire mémoire. Souvenir et commémoration au Moyen Age, Aix-en-Provence, 1999, p. 193-227 ; id., « Le prince, le saint et le héros : Guilhem de Baux (1173-1218) et Guillaume de Gellone, alias Guillaume d’Orange », dans Guerriers et moines …, p. 449-465. On y trouvera une argumentation détaillée et l’ensemble des références concernant l’entreprise de Guilhem de Baux.

5 L’attestation la plus ancienne, pour laquelle nous disposons d’une description précise des armoiries, remonte à 1184 (Mémoires de J. de La Pise, AC Orange, série II, n° 15, fol. 16), même si le sceau encore conservé le plus ancien ne date que de 1193.

6 Comme Philipp Bennett l’argumente contre Alice Colby-Hall, la graphie « cor nier » (traduite par « au cœur noir ») que l’on rencontre parfois dans le Midi (dans le manuscrit de la Chanson comme dans le Roman d’Arles, épopée de la fin du XIIIe s. ou du début du XIVe s.) est en fait certainement issue d’une mauvaise lecture occitane d’un manuscrit anglo-normand : l’expression « cor nes » et la traduction en « court nez » restent les plus probables. Ce nez court est en fait un nez raccourci, car tranché par le géant sarrasin Corsolt : il est le signe édifiant de la bravoure du héros comme celui-ci le déclare lui-même dans plusieurs vers du Couronnement de Louis (v. 1157-1164).

7 Sur tout cela, voir note 3. On trouvera une généalogie des princes d’Orange de la maison de Baux dans F. Mazel, La noblesse et l’Église en Provence (fin Xe-début XIVe siècle), Paris, 2002, p. 635.

8 La dénomination apparaît ensuite, sous une forme disjonctive ou sous une forme à deux éléments, dans Aliscans, le Moniage Rainouard et la Bataille Loquifer. La seule dénomination par référence topographique antérieure associe Guillaume à Narbonne et figure dans le Couronnement de Louis (vers 1570, 2516-2517, 2529-2530).

9 Gallia christiana novissima, J.-H. Albanès et U. Chevalier (éd.), Montbéliard-Valence, 1899-1920 [désormais abrégé GCNN], t. VI, diocèse d’Orange, n° 72.

10 Voir Pierre Chastang, « La fabrication d’un saint. La place de la Vita Guillelmi dans la production textuelle de l’abbaye de Gellone au début du XIIe siècle », dans Guerriers et moines…, p. 429-447, ici p. 444-445.

11 Le guide du pèlerin de Saint-Jacques de Compostelle, Paris, 1997 (1ère éd. 1938), p. 49 : « C’est lui qui par son courage et sa vaillance soumit, dit-on, les villes de Nîmes et d’Orange… ».

12 Pierre Bec, Anthologie des troubadours, Paris, 1979, p. 160-165, Azalaïs de Porcairagues, « Ar em al freg temps vengut », strophe VI (traduction personnelle) :
Je confie à Dieu Beauregard
Et aussi la cité d’Orange
Et Gloriette le château [le château de l’épopée]
Et le seigneur de Provence [Raimbaud]
Et tous ceux qui là-bas veulent mon bien
Et l’arc où sont sculptés les exploits.
J’ai perdu celui qui était ma vie,
Et j’en serai pour toujours marrie.

13 André Moisan, « Les sépultures des Français morts à Roncevaux », Cahiers de civilisation médiévale, t. 24, 1981, p. 129-145.

14 GCNN, t. III, diocèse d’Arles, n° 773 ; Gervais de Tilbury, Le livre des merveilles (Otia imperalia, 3e partie), trad. A. Duchesne, Paris, 1992, p. 100-101.

15 Thomas N. Bisson, « Unheroed pasts : history and commemoration in south Frankland before the Albigensian Crusades », Speculum, t. 65, 1990, p. 281-308, ici p. 299-300.

16 Sur ce point, voir F. Mazel, « Le prince, le saint… ». La liste des fidèles admis dans la confraternité de Gellone, recopiée au XIIe siècle dans un sacramentaire de l’abbaye, comme le nécrologe composé vers 1228-1248 confirment cette conclusion fondée sur l’étude des actes de donation copiés dans le cartulaire. Ces documents nécrologiques laissent deviner un rayonnement qui ne dépasse pas (hormis pour quelques pèlerins allemands) les lignages de la vallée de l’Hérault, du Lodévois et du pays d’Anduze. Cf. Le Livre du chapitre de Saint-Guilhem-le-Désert, J.-L. Lemaître et D. Le Blévec (éd.), Paris, 2004, p. 148-180 (nécrologe) et p. 187-191 (liste du XIIe s.).

17 F. Mazel, « Mémoire héritée… ».

18 Jacques de Font-Réaulx, « Le testament de Tiburge d’Orange et la cristallisation de la principauté », Provence historique, t. 6, 1956, p. 41-58.

19 William T. Pattison, The life and works of the troubadour Raimbaut d’Orange, Minneapolis, 1952, p. 10-27 ; Cl. Amado, Genèse des lignages…, p. 291-292 et 319-320.

20 Edwin Smyrl, « La famille des Baux, Xe-XIIIe s. », Cahiers du CESM, n° 2, 1968, p. 5-108.

21 Cl. Duhamel-Amado, « Aux origines des Guilhems de Montpellier (Xe-XIe s.). Questions généalogiques et retour à l’historiographie », Études sur l’Hérault, n. s. n° 7-8, 1991-1992, p. 89- 108.

22 Cl. Amado, Genèse des lignages…, p. 19-30.

23 P. Chastang, « La fabrication d’un saint… », p. 437-438. Voir aussi V. Saxer, « Le culte et la légende hagiographique de saint Guillaume de Gellone », dans La chanson de geste et le mythe carolingien. Mélanges René Louis, Saint-Père-sous-Vézelay, 1982, p. 565-589.

24 L’hypothèse traditionnelle, formulée par Emmanuel Caïs de Pierlas, voit en Raimbaud (de Nice), le premier membre de la famille de Nice en possession de biens en Venaissin (Le XIe s. dans les Alpes Maritimes, Turin, 1889, p. 45-55). Cette affirmation repose sur une charte de l’abbaye de Saint-Pons où un Raimbaudus Autdeperus et sa femme Accelena font une donation à Courthézon en faveur de l’abbaye Saint-Pons de Nice (E. Caïs de Pierlas, Chartrier de Sain-Pons de Nice, Monaco, 1903, n° 8). Caïs de Pierlas identifie ce Raimbaud à Raimbaud de Nice, fils de Odila (de Nice) et de Lambert (de Vence). Pour lui, Autdeperus serait une mauvaise transcription du cartulariste pour Aurasicensis et les biens du comté d’Orange en possession des Nice au début du XIIe siècle proviendraient donc de la dot ou de l’héritage de cette mystérieuse Accelena. Comme mes prédécesseurs (E. Malbois, J.-P. Poly), j’ai longtemps suivi cette voie et identifié Raimbaud (de Nice) comme le premier membre de sa famille à avoir porté le cognomen d’Orange. La reprise du dossier m’incite aujourd’hui à revenir sur la question. L’erreur de transcription et la reconstitution proposées par Caïs de Pierlas demeurent très hypothétiques, d’autant plus que l’on ne connaît aucune autre apparition de Raimbaud dans la région. C’est en revanche son fils, Bertran Raimbaud, que l’on rencontre le premier à Orange même, à la fin des années 1060, où il œuvre pour la restauration du siège épiscopal (GCNN, t. VI, diocèse d’Orange, n° 51). Par ailleurs, à ce jour, on n’a pu avancer aucune identification ni information au sujet d’Accelena. Il me semble par conséquent plus sûr de suivre l’hypothèse de Georges de Manteyer (précédé par Ripert-Monclar), selon laquelle les droits de la famille de Nice à Orange seraient en fait issus de la première maison comtale de Provence, par l’intermédiaire d’Azalaïs (G. de Manteyer, La Provence du Ier au XIIe siècle, Paris, 1908, p. 310-311).

25 GCNN, t. VI, diocèse d’Orange, n° 64 (la date de 1103 est à remplacer par 1113 qui figure dans le manuscrit du XIIe siècle de la bibliothèque de Carpentras) et n° 87.

26 G. de Manteyer, La Provence…, p. 294-296, p. 310-311 ; GCNN, t. VI, diocèse d’Orange, n° 64 (1113).

27 Guillaume de Tyr, Historia rerum in partibus transmarinis gestarum, livre II, chapitre 17, éd. PL, t. 201, c. 266.

28 Eliana Magnani Soares, « Douaire, dot, héritage : la femme aristocratique et le patrimoine familial en Provence (fin Xe-début du XIIe s.) », Provence historique, t. 46, 1996, p. 193-209 ; ead., « Alliances matrimoniales et circulation des biens à travers les chartes provençales (Xe-début du XIIe s.) », dans Dots et douaires dans le Haut Moyen Age, Rome, 2002, p. 131-152.

29 E. Malbois, « Union et séparation des évêchés d’Orange et de Saint-Paul-Trois-Châteaux », Bulletin de la société départementale d’archéologie et d’histoire de la Drôme, 2e série, t. 8, 1925, p. 307- 317.

30 Sur la qualité et la fiabilité de Guillaume de Tyr, voir Peter W. Edbury et John G. Rowe, William of Tyre : historian of the Latin East, Cambridge, 1988.

31 F. Mazel, La noblesse…, p. 298-301 (et note 672).

32 Rita Lejeune, « La naissance du couple littéraire Guillaume d’Orange et Rainouard au tinel », Marche romane, t. 20, 1970, p. 39-60 ; Jeanne Wathelet-Willem, Recherches sur la Chanson de Guillaume, Paris, 1975, p. 509-523, p. 614-616. Mais il faut corriger en de nombreux points les développements généalogiques souvent erronés que ces deux auteurs empruntent à R. Poupardin et G. de Manteyer.

33 F. Mazel, « Noms propres, dévolution du nom et dévolution du pouvoir dans l’aristocratie provençale (milieu Xe-fin XIIe s.) », Provence historique, t. 53, 2003, p. 131-173.

34 Sur ce Fragment, voir dernièrement Rosa Guerreiro, « Un vrai ou un faux passionnaire dans le manuscrit 39 de la Real Academia de la Historia de Madrid ? », Revue Mabillon, n. s., t. 1 (=62), 1990, p. 37-56.

35 F. Mazel, « Noms propres … » ; Cl. Amado, Genèse des lignages…, p. 23, 35-37, 367-379.

36 GCNN, t. VI, diocèse d’Orange, n° 76.

37 GCNN, t. VI, diocèse d’Orange, n° 81.

38 Daniel Le Blévec et Alain Venturini, Cartulaire du prieuré de Saint-Gilles de l’Hôpital de Saint-Jean de Jérusalem (1129-1210), Paris-Turnhout, 1997, n° 312. Pour conforter son choix et se prémunir contre le comte de Toulouse, Guilhem fait par ailleurs appel à l’empereur. Dès 1184, Guilhem et ses frères avaient obtenu de Frédéric Ier le droit de battre monnaie, droit régalien par excellence que seuls exercent au nord de la Durance le comte de Toulouse et le comte de Forcalquier. En 1214, ce privilège est confirmé par Frédéric II. C’est sans doute dans ces années qu’est fabriqué le faux privilège attribuant à Guilhem le titre de vicaire impérial dans le royaume d’Arles et de Vienne, un titre qu’à en croire certains de ses détracteurs parmi les troubadours provençaux, Guilhem n’aurait pas hésité à revendiquer (voir note 3).

39 Alexandre Teulet, Layettes du trésor des chartes, t. I, Paris, 1863, n° 931. Le titre de prince d’Orange est aussi reconnu par Raimon VII en 1239, au bénéfice de Raimon de Baux (GCNN, t. VI, diocèse d’Orange, n° 169).

40 F. Mazel, « Noms propres… ».

41 Sur les autres figures et traditions, notamment aquitaine et tourangelle, voir l’article de Philipp Bennett dans le présent volume.

42 Amy G. Remensnyder, Remembering kings past. Monastic foundation legends in medieval southern France, Ithaca-Londres, 1995. Pour Gellone, voir aussi P. Chastang, « Mémoire des moines et mémoire des chanoines. Réforme, production textuelle et référence au passé carolingien en Bas-Languedoc (XIe-XIIe s.) », dans J.-M. Sansterre (dir.), L’autorité du passé dans les sociétés médiévales, Rome, 2004, p. 177-202.

43 Georges Duby, «Remarques sur la littérature généalogique en France aux XIe et XIIe siècles» , Comptes-rendus de l’Académie des inscriptions et belles lettres, année 1967, p. 335-345 (repris dans La société chevaleresque, Paris, 1988, p. 167-180) ; Gabrielle M. Spiegel, «Genealogy : form and function in medieval historical narrative», History and Theory, n° 22, 1983, p. 43-53 ; Sharon Farmer, Communities of Saint-Martin. Legend and ritual in medieval Tours, Ithaca-Londres, 1991, p. 79-88.

44 Martin Aurell, L’Empire des Plantagenêt, 1154-1224, Paris, 2003, p. 156-157.

45 Voir les généalogies fournies par Thierry Stasser, « La maison vicomtale de Narbonne aux Xe et XIe siècles », Annales du Midi, n° 204, 1993, p. 489-507 ; et Jacqueline Caille, « Les seigneurs de Narbonne dans le conflit Toulouse-Barcelone au XIIe siècle », Annales du Midi, n° 171, 1985, p. 227-244.

46 Roberto Bizzocchi, Genealogie incredibili. Scritti di storia nell’Europa moderna, Bologne, 1995.

Table des illustrations

Légende fig. 1 : Le sceau de Guilhem de Baux, prince d’Orange (juin 1193) – AD 13, B 294 (d’après L. Barthélemy, « Sigillographie des diverses branches de la maison de Baux », dans Inventaire chronologique et analytique des chartes de la maison de Baux, Marseille, 1882).
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/36268/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende fig. 2 : Les ancêtres de Guilhem de Baux (1173-†1218), premier prince d’Orange
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/36268/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende fig. 3 : La première maison comtale de Provence (Xe-XIIe siècles)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/36268/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende fig. 4 : Le sceau de Raimbaud III d’Orange (août 1215) – AD 13, 56 H, Gap, Lardiers, 1 (d’après L. Blancard, Iconographie des sceaux et des bulles des documents déposés aux archives départementales des Bouches-du-Rhône, Marseille, 1864)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/36268/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 49k

© Presses universitaires du Midi, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search