Version classiqueVersion mobile

Demeures toulousaines du XVIIe siècle

 | 
Michèle Éclache

Annexes

Les statuts des maçons de 1524

Texte intégral

  • 1 Ces statuts, avec l’exposé des cironstances de leur publication, se trouvent dans 1E 1193, (...)
  • 2 1E 1193, 211 ro.
  • 3 AMT, HH 77. Il n’existe pas de registre semblable pour les années 1511-1523. Celui-ci est (...)
  • 4 A. du Bourg, « Coup d’œil historique sur les diverses corporations de Toulouse », Mém. Soc (...)

1On ne sait rien des plus anciens statuts du métier sinon qu’ils sont perdus avant 1495. À cette date, en effet, à la requête, nous dit-on, des maîtres maçons, les capitouls promulguent de nouveaux statuts1 attendu que ipsum officium massonerie et peyrerie, uti cetera officia seu ministeria mecanica Thle jurata, fuerit priscis temporibus certis statutis municipalibus regulatum cumque statuta aliquo casu fuerunt deperdita2. On ignore si les nouvelles règles reproduisent les précédentes ou apportent des innovations ; il ne semble pas en tout cas qu’elles soient alors scrupuleusement observées, particulièrement en ce qui concerne le contrôle du métier par les édiles municipaux, car le Liber officiorum mecanicorum in urbe et suburbio Tholose de la période 1494- 15103, où sont notés année après année les noms des bailes et des nouveaux maîtres de chacun des métiers régis par le pouvoir municipal, ne mentionne aucun baile ni maître de celui-ci. On peut supposer que c’est cette indifférence à l’égard de leur autorité qui incite les capitouls à reformuler ces statuts en 15244.

  • 5 Item statueren et ordeneren mesd. senhors de capitol que totas et quantas vegadas que alcu (...)
  • 6 Item per so que cascun jorn se endevenen grans debatz a causa de las meyansarias estans en (...)

2Ceux-ci reprennent à peu près mot pour mot les articles de 1495 qui concernent l’organisation de la confrérie (articles 1 à 8) et celle du métier (article 10, 12, 15, 27, 29), les problèmes de mitoyenneté (18, 20), la qualité des matériaux (article 22, 24 à 26), le pouvoir des capitouls sur le métier (30, 31). Trois des précédents articles sont abandonnés : deux relatifs aux conditions dans lesquelles maîtres et compagnons étrangers à la ville pouvaient y travailler5, l’autre à certains conflits de mitoyenneté6. Sont nouveaux les articles permettant aux maîtres de s’entr’aider en cas de défaillance financière de la confrérie (9), instituant des jurés pour apprécier leur travail et en rendre compte aux capitouls (11), obligeant les candidats à la maîtrise, en plus d’un examen de leur compétence par les bailes et jurés, à un serment devant les capitouls assorti du paiement d’un droit à la ville (13, 14, 32), interdisant les surenchères pour l’achat de pierre (16) et les ententes entre maîtres pour faire monter les prix en cas de travaux mis aux enchères (28), élargissant encore les contraintes constructives (17, 18 in fine, 19, 21, 23).

  • 7 Selon la version officielle, ce sont les maçons eux-mêmes qui ont élaboré ces statuts comm (...)
  • 8 AMT, HH 69, 179 vo-180 ro.
  • 9 Sébastien Bouguereau, Jean Faure, Pierre Boillo, Guillaume de Lanta, Guillaume Guely, Léo (...)
  • 10 Gabriel Pons, Jean I Mespoul, Jean de Saint-Paul, Jean Mercadier, Nicolas Rouy, Jean Angla (...)
  • 11 François Bonefont, Guillaume Moles, Guillaume Régis, Jean Armilhac : AMT, HH 82, 72 vo.
  • 12 Vital Meyrand, François Fenié, Élie Gaussie, Jean Teule : AMT, HH 84, non paginé.
  • 13 Blaise Gilais, Jean Amouroux, Jean Maury, Bertrand Dassieu : AMT, HH 84, non paginé.
  • 14 AMT, HH 78, 12 vo, 37 ro, HH 81, 234 ro.
  • 15 3E 12440.
  • 16 AMT, HH 67, HH 100.
  • 17 G. Bertrand, Les corps de métiers à Toulouse depuis le début du XVIIIe siècle jusqu’à la R (...)

3Ce qui en ressort est un contrôle accru des capitouls sur les gens du métier et l’on peut se demander dans quelle mesure ce sont vraiment ces derniers qui l’ont demandé7. En effet, en parcourant les registres municipaux concernant l’administration des métiers à partir de 1524, on constate que très vite les maçons cessent d’y figurer : des cinquante qui, en 1524, se disaient prêts à observer rigoureusement les nouveaux statuts8, douze sont bailes, surintendants ou jurés en 1525, 1527, 15379, et il n’y a plus mention de bailes qu’en 159110, 160111, 162612, 163213; dans la même période seulement trois maîtrises sont enregistrées en 1525, 1526 et 159114. Lors d’une assemblée des maîtres tenue le 24 août 1601, ils sont 53 contre 7 (dont les bailes) à se déclarer prêts à respecter leurs statuts sauf les articles 11, 12, 13 14 et 32, et à refuser de prêter serment aux capitouls et leur payer des droits15; il semble bien qu’ils ne font là que réaffirmer une hostilité ancienne au contrôle des édiles qui va perdurer : une enquête faite en 1674 par les capitouls établit que, si ces statuts de 1524 sont toujours en vigueur, le métier n’est pas une jurande16. Au XVIIIe siècle, ce métier, comme tous ceux du bâtiment, sera libre17.

AMT, HH 69, 170 vo-178 vo18

  • 18 Ces statuts sont insérés dans un acte notarié (168 ro-170 vo, 178 vo-182 ro) qui relate le (...)

4A l’honneur de Dieu eternel nostre souverain seigneur et redempteur Jesu Crist, de sa admirable Assension, de la tres digne et glorieuse Vierge Marie sa maire et de toute la court celestielle de paradis.

  • 19 Cinquante sont nommément désignés : voir plus haut, note 8.

5S’ensuyvent les ordonnances et estatutz sur le faict et mestier des massoniers et peyriers de la present cité de Thle passez, auctorisez et approuvez par nobles seigneurs messeigneurs de capitoul dud. Thle pour le bien public, l’an mil cinq cens vingt quatre et le cinquiesme jour du moys d’octobre, et appres corrigez et approuvez par lesd. seigneurs comme ayans l’auctorité, cure, pouvoir et cognoissance sur les offices ministrals et mecaniqz dud. Thle par auctorité du roy nostre sire et toute anxienne coustumme. Et ce a la supplication et requeste des maistres peiriers et massonniers dud. Thle, lesquelz estatutz sont esté publiez presens les procureur du roy en la ville et viguerie, sindic et peiriers et massonniers dud. Thle desoubz nommés19.

(1) Premierement ont estatué et ordonné, estatuarent et ordonnarent messeigneurs de capitoul, a la requeste et supplication desd. sindic et massonniers et peyriers, que a l’honneur, reverance et memoire de Dieu, de la glorieuse Vierge Marie, de tous les sainctz et sainctes de paradis et mesmement a l’honneur, gloire et louange de l’Ascension de Jesu Crist, au couvent des freres augustins de Thle sera faict et erigé ung autiel, auquel sera peinte et mise l’instoire de lad. Asscension de Nostre Seigneur Jesu Crhist.

  • 20 C’est pour cette confrérie que Claude Pacot et Pierre Vidal, en 1639, font orner une banni (...)
  • 21 A omis.

(2) Item estatuarent et ordonnarent mesd. seigneurs de capitoul que, aud. autiel et chapele de la confrairie desd. massons et peiriers20, chacun an advenant la feste et solempnité de l’Ascension Jesu Christ sera dicte et celebree une messe aulte avec diacre et soubdiacre, et a icelle esglise seront tenuz tous et chacuns lesd. massons et peyriers, tant maistres, serviteurs que apprentiz, venir a lad. messe et a icelle offrir en la forme et tel cas acoustumé par ordre les maistres premiers et les serviteurs apres, et ce sur la peine aulx maistres qui seront deffaillans d’une livre de cire et a chacun desd. varletz gaignant argent de demye livre de cire [a]21 applicquer a lad. chapelle, cessant legitime excusation. Et lad. messe celebree et finie sera dict pour les trespassez Libera me domine ou aultre anthifonie des mortz, avec collecte pour les confraires tant maistres que varletz de lad. confrairie trespassez.

(3) Item estatuarent et ordonnarent que les bailles que seront chacun an seront tenuz de fere celebrer en lad. chapelle durant leur annee deux messes, assavoir est le dimanche une messe de l’Ascension Jhesu Christ et le lundi une messe De mortuis, et payeront pour chacune d’icelles messes deux doubles de monoye courrant. Et oultre ce seront tenuz lesd. bailles tenir lad. chapelle fournie, selon la poussibilité et prinse de lad. confrairie, de lumyere, de cire, huylle et aultres chouses condecens au divin office.

(4) Item estatuerent et ordonnarent lesd. messeigneurs de capitoul que, pour soubvenir et entretenir led. divin office, chacun desd. maistres peyriers et massons seront tenuz payer et payeront pour l’antree de lad. confrairie cinq soulz tournoys, et apres lad. entree payeront lesd. maistres chacun sabmedi de l’an deux diniers tournoys a la brustie de lad. confrairie pour estre applicquee comme dessus.

(5) Item ont estatué et ordonné que chacun des compaignons varletz dud. mestier gaignant argent sera tenu payer, pour l’antree de lad. confrairie, deux soulz six deniers tournoys, apres que aura besoigné en Thle le temps et space d’ung moys gaignant argent. Et oultre ce despuys lad. entree sera tenu tel varlet gaignant argent paier a la brustie ung denier tournoys chacun sabmedi. Et sera tenu le maistre a qui tel compaignont varlet servira de garder riere soy l’argent de tel compaignon qui sera a sa charge jusques a la somme que sera deue a lad. confrairie et a icelle le paier sur peine de s’en prendre sur le maistre qui viendra au contraire.

  • 22 Lire porveu.
  • 23 Cette restriction n’existait pas auparavant : 1E 1193, 216 ro.

(6) Item estatuerent et ordonnarent que, advenant le cas que ung maistre dud. office sera trespassé, les bailles qui par lors seront seront tenuz de fere mander le mestier et maistres d’icelluy, si requiz en sont par les parens du deffunct, proveu22 toutesfois que tel maistre ne soit decedé de peste ou aultre maladie contagieuse23, auquel mandement seront tenuz de venir tous et chacuns les maistres et compaignons serviteurs dud. mestier et estre aulx honneurs et acompaigner le corps de tel trespassé jusques a ce que soit ensepveli et enterré, lequel corps sera honnestement pourté a l’esglise par les maistres ou serviteurs dud. mestier, et ce sur peine de deux doubles de monoye courrant payable par chacun desd. deffaillans aplicable a fere dire messes des mortz pour l’ame de tel trespassé, cessant toutesfois legitime excusation. Et seront tant maistres que serviteurs tenuz payer a la mort et decés de chacun desd. maistres et serviteurs troys deniers tournoys chacun pour fere dire messes pour tel trespacé, sans differance de maistre a serviteur.

(7) Item estatuerent lesd. messeigneurs de capitoul que, advenant le cas que ung maistre dud. mestier par contaigie de maladie ou aultre desfortune n’eust de quoy vivre ou soy alimenter, pourveu que par sa colpe ne soit constitué en telle neccessité, seront tenuz en tel cas les bailles qui par lors seront pourveoir, secourir et alimenter tel constitué en pouvreté, juxte la possibilité et ainsi que les jurez et aultres maistres dud. office ordonneront et adviseront, aulx despens de lad. brustie et confrairie, avec ce que, incontinent apres la reconvalescence et prosperité d’iceluy a qui aura esté secoru, sera tenu rembourcer tout l’argent que presté luy aura esté par lad. confrairie et sercher party et moyen par soy alimenter, desquelles despences et fornitures au simple serement de ceulx qui administrez les auront sera foy adjoustee.

(8) Item ordonnarent et estatuerent semblablement lesd. seigneurs que, quant aulcung des compaignons fournissans à lad. brustie et confrairie viendroict en maladie et n’eust de quoy se alimenter, faicte prelablement inquisition saummaire par les bailles de lad. confrairie qui par lors seront de la vie et façon de vivre de tel indigent estant malade, appellez les jurez et deux aultres maistres de la ville, seront tenuz, jouxte la qualité du pacient et advis desd. bailles, jurez et maistres, fournir aud. indigent et malade, et apres la reconvalescence et prosperité de tel compaignon seront lesd. fournitures recouvertes et sera foy adjoustee en la forme contenue en l’article precedant.

(9) Item statuerent et ordonnarent lesd. messeigneurs de capitoul que, quant adviendroit le cas que esd. brustie et confrairie n’eust argent pour nourrir et secourir aux neccessitez de tels maistres ou serviteurs ainsi constituez en neccessité, lesd. bailles, jurez et maistres anxiens en nombre competent pourront cotiser et cohequer chacun desd. maistres et serviteurs gaignant argent en la somme que par eulx sera advisee selon la qualité et neccessité du pacient, et ce que chacun desd. maistres sera cotisé payera et sera tenu payer a la requisition simple du baille ou bayles qui pour ce seront depputez, et ce sur peine de dix soulz tournoys a applicquer a la reparation de la ville et confrairie par moytié et sans estre quicte de lad. cotisation.

(10) Item pour entretenir les chouses dessusd. estatuerent et ordonnarent lesd. seigneurs que chacun an, advenant le jour de l’Ascension Nostre Seigneur, par lesd. maistres dud. office seront esleuz quatre bailles qui seront expressement chargez entretenir et fere entretenir les presens estatutz tant concernant le divin office que aultres, desquels quatre bailles finy l’an de leur regnne demeureront deux des plus anxiens pour surintendens avec les quatre nouvellement esleuz, lesquelz tous six ensemble seront tenuz prester serement, incontinent appres lad. election faicte, entre les mains de messeigneurs de capitoul, en concistoire, d’estre bons et loyaulx au roy nostre sire, ausd. seigneurs de capitoul et a la chouse publicque et de bien servir la confrairie, observer et garder et a leur endroict fere entretenir les presens estatutz, et ce sur peine de cinq livres tournoys a applicquer comme dessus a celluy ou ceulx qui seroient reffusans prester led. serement.

  • 24 Lire aussi .
  • 25 Lire aussi .

(11) Item pour juger la subffisance et insouffisance des ouvraiges de peyrerie et massonnerie estatuerent et ordonnarent que, oultre lesd. bayles, seront esleuz quatre maistres expertz, scavens et bien entenduz aud. office, qui seront appellez jurez, desquelz quatre les deux ne seront poinct changez par an ains demeureront jusques a ce que cause soubffisante soit cogneue pour en y mectre d’aultres, et en tel cas que lesd. bailles, surintendans et maistres dud. office nommeront le plus expert et ydoyne pour estre mys au lieu et place de tel deffaillant ou trespacé, qui sera receu par lesd. seigneurs de capitoul, presté par luy serement en tel cas requiz. Et tant que touche des aultres deux jurez, seront prins et esleuz deux des quatre bailles de l’annee immediatement precedente, lesquelz seront aussi surintendens avec les quatre bailles noveaulx, lesquelz estant ainsi surintendens parfairont le nombre desd. quatre jurez qui auront charge et auctorité, durant leur administration, sur tous les maistres et ouvriers subgectz ausd. estatuz pour juger la souffisance ou insouffisance des ouvraiges qui seront faictz en Thle ou gardiaige d’icelle, concernans les presens estatutz et en suyvant la teneur d’iceulx, tous faveurs, dons, priere, hayne ou promesse cessans. Et aultre maistre quelconque dud. mestier ne pourra visiter ou jucger tels ouvraiges sinon en cas que lesd. jurez ou aulcung d’eulx fussent suspectz ou en neccessité constituez, car lors par les partides interessees sera esleu ou esleuz maistre ou maistres soubfisans au lieu de tel deffaillant ou deffaillans. Et oussi24 pourront estre au jugement et visite de tels ouvraiges tous aultres maistres quant par les parties, oultre lesd. quatre jurez, y seront appellez et oussi25 quant par justice aultrement appoincté sera. Et appres seront tenuz iceulx jurez et expertz venir fere leur relation et jucgement du differant et visite qu’ilz auront faicte au notaire et greffier du consistoire, et ce sur la peine de cinq livres tournoises, a applicquer comme dessus, a chacun des maistres qui entreprendra juger ou visiter ouvraige oultre et contre la forme au present article contenue pour chacune foys.

(12) Item a icelle fin que la chouse publicque tant que concerne led. office de massonnerie et peyrerie soit bien et seurement servye estatuerent et ordonnarent que nul peyrier et masson ne prendra a fere aulcung ouvraige dud. mestier sinon qu’il soit maistre juré en la present cité de Thle, et ce pour eviter les ruynes, desfortunitez et scandalles que proviennent et pelvent journelement provenir a cause de l’insoubfisance et affaulte de industrie et experience desd. massons.

(13) Item a celle fin que les bons ouvriers ne soient reffusez ou reculez statuerent et ordonnarent lesd. seigneurs que doresenavant chacun voulant estre maistre dud. office aud. Thle se presentera et sera tenu soy presenter ausd. bailles, lesquels bailles le plus tost que fere se pourra seront tenuz appeller les quatre maistres jurez, ensemble d’aultres maistres dud. office ydoines et soubfisans en nombre competant, lesquels tous ensemble, au jour et lieu que assigné sera a tel presenté, seront tenuz le examiner sur la soubfisance et experience dud. office pour puys apres, si trouvé est souffisant, estre presenté ausd. seigneurs de capitoul en consistoire, devant et entre les mains desquels sera tenu tel presenté prester serement en tel cas requis et acoustumé, qui despuys led. serement pourra entreprendre besoigne et icelle ouvrer, payez toutesfois les droictz de la ville et confrairie aultrement non, et ce sur peine de cinq livres tournoys pour chacune fois qui seroient trouvez faisant le contraire, et oultre ce de ne parfaire led. ouvraige ainsi par eulx entreprins sinon que fust par main de maistre.

(14) Item ont estatué et ordonné que tel presenté et receu en maistre sera tenu paier une foys tant sceullement quatre livres tournoys a diviser a lad. ville et confrairie par moytié, sinon que tel presenté examiné et receu fust filz de maistre car en tel cas ne sera tenu paier aulcung droict ne a la ville ne a la confrairie sinon tant sceullement estre exhaminé.

  • 26 Auparavant, un maître ne pouvait avoir qu’un seul apprenti à la fois, pour une durée de de (...)

(15) Item estatuerent et ordonnarent lesd. seigneurs que, quant ung maistre dud. office prendra ung ou plus apprehentis26, payera et sera tenu paier une fois tant sceulement a lad. confrairie deux soulz et six deniers tournoys tel apprehentis, lequel sera tenu bien loyaulment et deuement servir sond. maistre. Et ne sera permis a aulcun aultre maistre le soubstraire ou prendre a son service jusques a ce que led. apprehentis aye parachevé son terme, et ce sur peine a tel maistre qui soubstraira apprehentis de dix livres tournoys et aud. apprentis de cinq livres tournoys a applicquer comme dessus et pour chacune foys que seront trouvez faisant le contraire.

(16) Item et cas souvent advenu que, appres que aulcun desd. maistre a achepté certaine quantité de pierre au port pour icelles mectre en euvre, survient aulcung aultre maistre pour icelle mesmes pierre achepter la encharissant a l’interest de la chouse publicque et dommaige du premier achepteur, ont estatué et ordonné que, despuys que certaine quantité de pierre sera signee, marquee et du prix accordé avec le maistre de lad. pierre, ne sera permis a aulcun aultre maistre icelle achepter ou merchander, et ce sur peine de cinq livres tournoys pour chacune foys que sera trouvé contrefaisant a applicquer a la reparation de lad. ville et confrairie par moytié.

(17) Item estatuerent lesd. seigneurs que, si aulcung habitant veult fere aguiere pres d’aulcune mejanserie pour gecter les eaues pluviales de sa maison qu’il tient, sera tenu fere lad. ayguiere ou canal soubfisante de pierre, plomb, mortier franc, fuste ou aultrement que ne porte dommaige a lad. mejancerie. Et en cas de debat sera reiglé le tout au dire desd. jurez non suspectz. Et ne pourra aulcung masson fere le contraire, pousé encores que ainsi luy fust mandé par le maistre de la maison, ains sera tenu appeller partie interessee, le tout sur peine aud. masson de cinq livres tournoys a applicquer comme dessus.

(18) Item estatuerent et ordonnarent lesd. seigneurs de capitoul que, quant adviendroit le cas que une de deux parties vueille fere retraict, neccessaire ou cloaque, sive cisterne, de eaues en lad. mejancerie de sa part, sera tenu tel qui fera lad. mejanserie fere une murraille de troys paulms d’especeur de bone teulle et mortier franc montant sur terre de haulteur une cane ou plus, apres sera tenu led. masson de comprendre les canons, de les amortir contre lad. mejancerie comune avec aultre voisin jusques a une violete si la mejancerie est de murraille, et si n’est de murraille et est tortis sera tenu, affin que led. tortis ne se pourrisse, de mectre une teulle de long contre led. tortis, et si la murraille n’est que de terre et led. que faict la neccessaire ne preigne que parmy tortis sera tenu de mectre la demye teule contre comme si estoit tortis. Et en faisant led. bastiment sera notiffié au voysin joignant et icelle continuera tant hault que vouldra avec une teulle de long comme dessus, sur peine au masson que sera trouvé faisant le contraire de cinq livres tournoys a applicquer comme dessus.

(19) Item ont ordonné lesd. seigneurs de capitoul que doresenavant aulcung masson n’aye a fere aulcune cheminee sur fusterie en la present cité de Thle que elle n’aye bonne et souffisante caysse de parfont et soit garny dedans de cendres et soit large lad. caysse en hors de troys paulms, sans ce que aulcune fuste, tratel ne sole ou aultre chouse se mecte ne tumbe dans lad. caysse ne cheminee et aussi qu’il n’y aye aulcune sole ny fusterie endroict de lad. caysse devers le tortis ou murraille de lad cheminee ou le feu se puisse prendre, et que ne se fera aulcune cheminee contre le tortis que ne soit d’espesseur d’une teulle ou plus, que monte hault sur la biscle de la maison ou sera joignante lad. cheminée de quatre paulms, sinon que fust en maison couverte a peignon et lors montera sur la couverture de la maison a haulteur soubfisante pour eviter le dangier du feu que en pourroit advenir, et ce sur la peine de dix livres tournoys au masson qui fera led. ouvraige a applicquer la moytié a la ville et l’autre moytié a la confrairie.

(20) Item quant se adviendroit le cas que fauldroit fere une mejanserie au fondement de murraille, tortis ou veue entre aulcuns habitans veysins commun et faisant division, statuerent et ordonnarent mesd. seigneurs de capitol que tel masson ny aultre n’aye a ouvrir tel fondement ou mejanserie ne demollir sans appeller les parties d’ung cousté et d’aultre, et en cas de question ou debat de parties les maistres jurez expertz aud. commencement, et quant se viendra a commencer lad. murraille, fondement ou mejancerie ou veue, aussi aye a appeller lesd. parties que se accordent sur led. bastiment, et ce sur la peine de six livres tournoys a applicquer a la ville et confrairie par moytié et estera aulx parties de leurs interestz et doumaiges.

(21) Item ont estatué et ordonné lesd. seigneurs que ung fondement pour porter tortis soubz terre sera d’une teulle de poincte de large et dessus terre aussi bien de une teule de poincte. Et au cas que aulcun voysin vueille bastir plus large fondement que d’une teule de poincte contre le voulloir de l’aultre voisin, led. voysin contredisant sera tenu tant sceullement payer par moytié teule, et led. que vouldra bastir led. avantaige sera tenu de mectre led. avantaige de son quartier ce que montera plus que lad. demye teule, payer la reste a ses despens. Mais ne pourra tel ne voulant bastir que a demye teule soy ayder de sad. murraille que par demye teule sinon que lesd. parties s’en accordent ou y auroit instrument ou transhaction.

(22) Item quant se viendra a fere fondement ou mejanserie ou ouvraiges aulcuns de mur de teule ou murraille touchant led. mestier de massonnerie pour la chouse comune de la present ville de Thle, estatuerent et ordonnarent lesd. seigneurs de capitoul que le masson que aura prins led. ouvraige ne commencera a lad. euvre que les maistres jurez n’ayent veu et ouy la façon du bailh et visité la teule et mortier que se mectra et verront aussi le fondement, appellé et present le sindic ou aultre qui a ce sera depputé, et le tout facent lesd. maistres jurez, ausquelz lesd. jurez feront leur relation pour et affin que soit cause perpetuelle, proffict et utillité de la chouse publicque. Et au cas que face le contraire paiera tel masson, pour peine, a la reparation de la ville dix livres tournoys et a la brustie de la confrairie dud. mestier deux livres tournoys, et sera a tout l’interest oultre lad. peine.

(23) Item estatuerent et ordonnarent lesd. seigneurs de capitol que aulcun masson ne aultre facent fondement ou murraille sur rue publicque dud. Thle qu’il ne occupe ne bastice sur lad. rue en l’occupant contre la maniere antique ou interest de la chouse publicque. Et si led. bastiment se veult funder de noveau sera tenu d’appeller lesd. maistres jurez pour veoir la differance et murraille ou mejanserie premier que ne se demollira, et par raison qu’est besoing mectre et retourner a chacun son droict ou aultrement l’on feroit tourt ou a l’ung ou a l’autre, et aussi appelleront lesd. maistres jurez a visiter les fondemens pour rendre et bailler a chacun son droict, et aussi que le fondement sera tres bien fondé a perfection, sur la peine de l’amende de vingt cinq livres tournoys a applicquer comme dessus.

(24) Item aussi pour ce que plusieurs fois beaucoup de fondemens de murs et murrailles que se font chacun jour de maulvaise teule mal cuite et que les teuliers ne font lad. teule du molle de la ville, au grand doumaige tant en comun que en particulier, statuerent et ordonnarent lesd. seigneurs de capitoul que lesd. maistres jurez visiteront et verront une foys le mois ou plus souvent, le jour que bon leur semblera, les teules estans au gardiaige et viguarie de Thle et molles ouvrens de teule plaine, violete, teule cane, pasiment et tout aultre. Et la et quant treuveront de petiz molles ou faulx, que les ayent prendre et pourter a la maison comune et le denuncier a mesd. seigneurs de capitol en consistoire. Et toutes et quantes fois que teulier se trouvera deffaillant aux molles ou trop mal cuyt, payera d’emende ainsi que sera cogneu par lesd. seigneurs de capitoul a applicquer a la reparation de la ville, de laquelle emende sera applicqué la quarte partie ausd. maistres jurez pour leur peine. Et lesd. jurez seront tenuz, a peine de leur serement et privation de leurs droictz et privez de lad. charge, d’en fere chacune fois leur relation ausd. seigneurs au consistoire contre chacun des deffaillans en ce que dessus et visiter une foys chacun moys pour le moins.

(25) Item aussi pour ce que beaucoup de causenes et terres a massonner se vendent en Thle chacun jour maulvais et oultre ce pourtent de caulx, lesquels ne sont entiers ne vrayes et maulvaises charges reffachees, la ou sont abusez plusieurs, statuerent et ordonnarent lesd. messeigneurs de capitoul que doresenavant nul n’aye a vendre ny fere vendre en Thle aulcune terre ne caulx sinon que soit bonne et souffisante. Et toute pipe de caulx que se acheptera et vendra par pipe tiendra et sera tenue de tenir huyt scemals de caulx et chacune charge troys scemalx, lesquelles scemales seront saumatieres, et seront lesd. semalx combles et comoles et seront signees lesd. scemalx du seing de la ville et nul n’aye a vendre ne achepter sinon a la mesure ou a l’equipollent tant pour le plus que pour le moins, sur la peine au venditeur de vingt soulz tournoys d’amende a applicquer a la reparation de la ville et a lad. confrairie et de confiscation de lad. caulx, et chacun pourra tenir mesure, prendre et bailler en lad. mesure signee du seing de la ville.

  • 27 Le passage « pour paver… pierre sive calhau » est ajouté au bas de la page.

(26) Item estatuerent et ordonnarent lesd. seigneurs de capitoul que ung chacun tomberelaire tennant tumbarel en Thle pour pourter et mener vendre arene, terre, sable ou pierre pour paver, aura ou sera tenu de pourter led. tombarelaire en son tombarel six semals saumatieres comoles de arene, terra ou sable ou pierre sive calhau27, et tiel tumbarelaire que menera pour vendre ce que dessus, si y a aulcung tumbarel non tenant lesd. six semals, payera pour emende cinq soulz tournoys pour chacune foys que deffalira a applicquer la moytié a la reparation de la ville et l’autre moytié a la brustie de lad. confrairie, et a chacun deux soulz six deniers tournoys quant seront trouvez deffaillans aulx maistres jurez qui le visiteront, lesquels maistres tous les moys les pourront visiter, quant bon leur semblera, et les faire arrester et mener ou faire admener a lad. maison commune.

(27) Item estatuerent et ordonnarent lesd. seigneurs de capitoul que, quant se adviendra le cas que ung maistre masson ou peyrier aura prins prisfaict de peyrerie ou massonerie dans la ville ou gardiaige de Thle, ung aultre maistre ne acomplira ne mectra la main au prisfaict pour l’acomplir sinon que le premier que l’aura prins se consente ou ne face lad. besoigne. Et quant seroit le cas que led. maistre auroit faict tres mal la besoigne et sera cogneu par les maistres jures expertz que n’aye bien faict, lad. besoigne luy sera ostee et le seigneur la baillera a sa discretion a ung aultre bon maistre pour l’amender et parachever ainsi qu’est de raison, ou sinon en cas de mort, mais si les hoirs dud. mort veulent faire acomplir bien et deuement led. ouvraige a dict de maistres, que le puyssent fere en celluy cas. Et les massons qui feront le contraire et viendront contre la teneur des presens estatuz payeront d’amende quatre livres tournoys la moytié a la reparation de la ville et l’autre moytié a lad. confrairie, s’il ne scait point que ung aultre l’aye prinse et faict merché et en sera interrougé en serement et aultrement enquiz en sera et lad. euvre demeurera au premier.

(28) Item statuerent et ordonnarent lesd. seigneurs que, quant aulcung ouvraige ou prisfaict public comun ou particulier ou aultre quel que soit se baille a la hucque et chandelle ou en particulier, que lesd. maistres et jurez n’ayent a fere aulcune intelligence, entreprinse, convention, promesse ne donnation entre eulx, occultement ne aultrement commectre aulcune espece de manipoille affin que led. ouvraige ou prisfaict demeure et se baille a plus hault et chair pris, et ce sur la peine de cinquante livres tournoys et ne user plus dud. office et aultre emende plus grande a l’arbitre desd. seigneurs et selon l’exigence du cas.

  • 28 Lire aud .
  • 29 En 1495, les réunions des maîtres du métier n’étaient soumises ni à l’autorisation ni au c (...)

(29) Item estatuerent et ordonnarent lesd. seigneurs de capitoul que, toutes et quantes fois adviendra que les maistres jurez ou bayles dud. mestier auront aulcung affaire touchant led. mestier ou doubte sur la entretenue des presens estatuz ou des affaires de lad. confrairie et office et vouldront avoir conseil avec les maistres dud. office pour les affaires et balhs neccessaires oud.28 office et bien public, que puyssent et a eulx soit permis de demander et se adjouster en aulcun lieu honneste tous les maistres dud. mestier, auquel mandement lesd. maistres ainsi assignez seront tenuz de se rendre et trouver et tracter leurs affaires pacifficquement sans soy oultraiger sur la peine de cinq soulz tournoys, demandee toutesfois licence ausd. seigneurs en consistoire, que y pourront depputer aulcun pour assister a lad. assemblee pour obvier aux manipolles et pernicieuses entreprinses que a lad. assemblee pourroient estre faictz29. Et, quant se trouveront reffusans de se trouver aud. lieu assigné, seront tenuz de paier cinq soulz tournoys pour chacune fois que seront a ce deffaillans a applicquer la moytié a la reparation de la ville et l’autre moytié a la brustie de lad. confrairie, sinon que eussent legitime excusation.

(30) Item estatuerent et ordonnarent mesd. seigneurs de capitol que, toutes et quantes fois que surviendra aulcun differant ou difficulté touchant les presens estatuz ou aulcun debat par poynes encorues ou aultrement, que les maistres jurez ou aultres seront tenuz de venir par devant messeigneurs de capitoul qui sont de present et seront au temps advenir pour et affin que par eulx en soit ordonné ainsi que sera de raison, et ce sur la peine de deux livres tournoys la moytié a la reparation de la ville et l’autre moytié a lad. confrairie a applicquer contre chacun que aura recours en aultre part en la premiere instance.

(31) Item estatuerent et ordonnarent lesd. seigneurs de capitol que lesd. seigneurs de capitoul qui sont a present et qui au temps advenir seront auront pouvoir corriger les presens estatuz quant ilz auront aulcun differant ainsi que par raison se devra fere et neantmoins tous autres debatz et doubtes deppendens d’iceulx.

(32) Item est faicte inhibition et deffence a toutes gens de quelque stat ou condition que soient que n’ayent a besoigner ou prendre besoigne pour soy en la present cité ne en tout le gardiaige dud. mestier sinon que ceulx la soient maistres examinez et passez et aye prins serement de la ville et demeurast payer les droiz susd., et ce sur la peine de vingt cinq livres tournoys a applicquer comme dessus la moytié a lad. ville et l’aultre moytié a lad. confrairie, pour eviter le bruyt et debat que journellement en vient.

Notes

1 Ces statuts, avec l’exposé des cironstances de leur publication, se trouvent dans 1E 1193, 211 ro-218 vo. P. Salies, Les Augustins, pp. 143-144, en donne une rapide analyse.

2 1E 1193, 211 ro.

3 AMT, HH 77. Il n’existe pas de registre semblable pour les années 1511-1523. Celui-ci est tenu par Mathurin Forestier, notaire substitut du greffier du consistoire, celui-là même qui rédige les statuts de 1495 (1E 1193, 218 vo).

4 A. du Bourg, « Coup d’œil historique sur les diverses corporations de Toulouse », Mém. Soc. archéol. Midi France, t. 14, 1886-1889, p. 66, donne une très courte analyse de ces statuts de 1524. H. Graillot, Nicolas Ba chelier imagier et maçon de Toulouse au XVIe siècle, p. 46, s’est visiblement contenté de ces brèves indications.

5 Item statueren et ordeneren mesd. senhors de capitol que totas et quantas vegadas que alcun mestre estrangier vendra en la present ciutat de Thla per besonhar de peyraria et massonaria, sera tengut de venir se presentar a l’un dels bayles, lo qual sera tengut incontinent de lo menar devant messenhors de capitol per prestar a els sagrament de besonhar en la present ciutat ben et degudament et de servar et gardar los presens estatutz, et quant aura ainsi prestat lo sagrament pagara a lad. confreyria cinq solz tornes una vegada tant solament en sa vida et ung tholsa tos los dissaptes a la brustia tant que demorara en la present cieutat, et am aquo luy sera permes de besonhar per tot la ont bon luy semblera. Item estatueren et ordeneren a la requesta que dessus que totz vayletz estrangiers peyries ou massonies que vendran en la present cieutat de Thla per besonhar, que puescan besonhar ung mes franquament la ont bon lor semblara am los mestres deld. offici et ses res pagar, et passat lod. mes si volen plus besonhar en Thla, pagaran tres doblas a la confreyria una vegada tant solament et ung dinier totz los dissaptes a lad. confreyria, et am aquo lor sera permes que puescan besonhar per tout la ont bon lor semblara coma companhos : 1E 1193, 213 vo-214 ro.

6 Item per so que cascun jorn se endevenen grans debatz a causa de las meyansarias estans entre dos vesis, statueren et ordeneren messenhors de capitol que aquel que voldra bastir de son cartier no aya a desfar ny permectre que lad. meyansaria se desfasse si non am voler et consentyment deld. autre vesin concordan am lod. bastiment, et en cas que fassa lo contrari tal paguera d’amende a la partida de la denunciacio una livra de tornes et autra livra de tornes a la reparacion, tal que aura donat lo damnatge en estara a la ordenansa de mestres juratz deld. mestier als quals lod. tal colpable sera tengut de pagar per lor pena et trebelh a cascun V s. tornes : 1E 1193, 214 ro.

7 Selon la version officielle, ce sont les maçons eux-mêmes qui ont élaboré ces statuts comme l’indique leur requête : « A vous nobles seigneurs messieurs de capitoul de Thle. Supplient humblement maistres Aymeric Boydoultre, Pierre Charlot, Guilhaume de Landa, massoniers, joinct avecques eulx les aultres massonniers de la present ville de Thle, que despuis deux moys en ça ilz ont baillez certains estatuz par devers vous pour eviter aulx inconveniens et abuz que se font journellement ou peulvent fere aud. mestier de massonnerie, que concernent la chouse publicque, et, pour ce que lesd. supplians vouldroient garder le proffict et utillité du bien public, a occasion de ce ont faict fere lesd. estatuz ainsi que pouvez veoir par iceulx. Ce concideré, attendu que lesd. estatuz sont pour conserver la chouse publicque, que aud. mestier de massonnerie se font et peulvent fere plusieurs abuz, il vous plaise de voz graces fere entretenir ce qu’est contenu esd. statuz et iceulx fere jurer aulx massons suffisans dud. Thle. Et vous ferez bien » (AMT, HH 69, 169 vo).

8 AMT, HH 69, 179 vo-180 ro.

9 Sébastien Bouguereau, Jean Faure, Pierre Boillo, Guillaume de Lanta, Guillaume Guely, Léo Colin, Pons Flanel, Jean Berbier, Guillaume Saux en 1525, François Veny, Durand Sobrier, Guillaume de Lescalle en 1527, Louis Privat et Michel Colin en 1537 : AMT, HH 78, 3 vo, 48 vo, 285 ro.

10 Gabriel Pons, Jean I Mespoul, Jean de Saint-Paul, Jean Mercadier, Nicolas Rouy, Jean Anglade et Jacques Fabre, ce dernier nommé le jour même de son accession à la maîtrise : AMT, HH 81, 223 vo, 225 ro, 234 ro.

11 François Bonefont, Guillaume Moles, Guillaume Régis, Jean Armilhac : AMT, HH 82, 72 vo.

12 Vital Meyrand, François Fenié, Élie Gaussie, Jean Teule : AMT, HH 84, non paginé.

13 Blaise Gilais, Jean Amouroux, Jean Maury, Bertrand Dassieu : AMT, HH 84, non paginé.

14 AMT, HH 78, 12 vo, 37 ro, HH 81, 234 ro.

15 3E 12440.

16 AMT, HH 67, HH 100.

17 G. Bertrand, Les corps de métiers à Toulouse depuis le début du XVIIIe siècle jusqu’à la Révolution, p. 5, note 4.

18 Ces statuts sont insérés dans un acte notarié (168 ro-170 vo, 178 vo-182 ro) qui relate les tractations qui, du 25 avril au 5 octobre, en ont précédé la promulgation.

19 Cinquante sont nommément désignés : voir plus haut, note 8.

20 C’est pour cette confrérie que Claude Pacot et Pierre Vidal, en 1639, font orner une bannière de broderies représentant l’Ascencion du Christ : C. Bourdieu-Weiss, « Un architecte toulousain du XVIIe siècle : Claude Pacot », Ann. Midi, t. 113, no 234, 2001, pp. 159-160.

21 A omis.

22 Lire porveu.

23 Cette restriction n’existait pas auparavant : 1E 1193, 216 ro.

24 Lire aussi .

25 Lire aussi .

26 Auparavant, un maître ne pouvait avoir qu’un seul apprenti à la fois, pour une durée de deux ans au moins : 1E 1193, 213 vo.

27 Le passage « pour paver… pierre sive calhau » est ajouté au bas de la page.

28 Lire aud .

29 En 1495, les réunions des maîtres du métier n’étaient soumises ni à l’autorisation ni au contrôle des capitouls : 1E 1193, 215 vo-216 ro.

© Presses universitaires du Midi, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search