Version classiqueVersion mobile

Demeures toulousaines du XVIIe siècle

 | 
Michèle Éclache

Documents

La Maison Darguelh

Texte intégral

  • 1 AMT, CC 50, 25 ro : la parcelle occupe près de 490 m2. Voir fig. 22.
  • 2 J. Chalande, Histoire des rues de Toulouse, t. 2, pp. 95, 96.
  • 3 A.-L. Napoléone, « La maison du no 12 rue Baronie », Mém. Soc. archéol. Midi France, t. 56, 1996, p (...)
  • 4 Une disposition semblable — un couloir voûté derrière une façade en pan de bois — existait aussi à (...)

1Cette maison, qui correspond à la partie nord du no 12 de la rue Baronie1, était jusqu’à présent estimée du milieu du XVIe siècle2. En réalité sa façade est reconstruite en 1623 pour Raymond Darguelh, magistrat présidial en la sénéchaussée, pour remplacer la précédente qui était en pan de bois. L’existence en arrière de pièces voûtées d’ogive, en brique, qui sont datées du XVe siècle3, donne à penser que ce pan de bois détruit en 1623 n’était qu’un mur-rideau, postérieur et sans liaison avec ces structures en brique4.

69 
22 avril 1623 
Bail à besogne passé par Raymond Darguelh avec Guillaume Marches

3E 2, 1ère partie, 120 ro-122 ro

  • 5 Voisin du côté sud : AMT, CC 50, 25 ro. Ces deux maisons sont réunies en 1777 entre les mains de Be (...)
  • 6 Le passage « sans que… desmolissement » est ajouté au bas de la page.
  • 7 Cela n’a pas été réalisé mais laisse penser que Darguelh voulait poursuivre le voûtement du rez-de- (...)
  • 8 Faubourg au nord de la ville.
  • 9 Quartier de la rive gauche.
  • 10 Dans le faubourg Saint-Michel, au sud de la ville.
  • 11 Vraisemblablement Jean Calhau, qui est présent lorsque est fixé l’alignement de la façade (70), mai (...)
  • 12 Le couvent des religieux de Saint-Orens se trouvait à l’emplacement de l’actuel n° 35 de la rue de (...)

2L’an mil six cens vingt trois et le vingt deuxiesme jour du moys d’avril, après midy, en Thle, dans la maison de monsieur me Raymond Darguelh, conseiller et magistrat présidial en la séneschaucée de Thle, régnant Louys très chrestien roy de France et de Navarre, devant moy notaire royal et tesmoingz bas nommés, constitué en sa personne led. sieur Darguelh, lequel de son gré et franche vollonté a balhé et balhe par ses présantes à Guillaume Marches, me masson dud. Thle illec présant, stipullant et acceptant, à faire la muralhe au devant la maison dud. sieur et recoing quy confronte avec le sieur Azenières5, marchant, scituée à la rue du Puy Clos, où led. sieur faict son habitation, en la forme et manière que s’ensuit. Premièrement est pacte convenu et accordé entre parties que led. Marches sera tenu de desmolir tout le devant de lad. maison de longueur de dix canes ou environ, à ce comprins led. recoing qu’est du cousté de la bouticque dudict Azenières, et d’autheur tant que contient lad. maison qu’est jusques au toid, aux propres coustz et despans dud. entrepreneur, sans que led. sieur soit tenu tramper en rien pour raison dud. desmolissement6. Plus sera tenu icelluy Marches estançonner led. devant de maison, tant dedans que dehors, avec pièges suffisantes et capables pour porter lad. maison. Et au cas led. devant d’icelle viendroit à tumber par le deffault dud. entrepreneur pour ne l’avoir bien piégé, aud. cas icelluy entrepreneur sera tenu indempnizer led. sieur Darguelh de tous despans, domaiges, inthérestz que pour raison de ce il pourroict souffrir. Et estant lad. desmolition et piègement faictz, led. Marches sera tenu de construire et faire à nœuf une muralhe de la susd. longueur et autheur, d’espesseur scavoir les fondementz de deux tuilles de poincte jusques à fleur de pavé, et dud. pavé jusques au premier estage de tuille et demye, et le restant, que sont deux estages, de deux demy tuilles. Laquelle muralhe despuis le fondement jusques à son entière haulteur qu’est de présant sera bastie à chaux et sable. Plus sera tenu faire au fondement de lad. muralhe, oultre et par dessus l’espesseur d’icelluy, l’advancement et croissant de la voulte que led. sieur Darguelh préthend faire soubz la bouticque que y est à présant, ensemble laisser la veue du cousté dud. sieur Azenières pour donner jour à ladicte cave, et de plus faire les piliers, et entre autres celluy quy faict le coing de lad. muralhe, de telle espesseur qu’ilz soint capables et suffizantz pour y pouvoir jetter et bastir une voulte pour faire bouticques lors que bon semblera aud. sieur7. Plus sera tenu led. Marches fornir toute la tuille, laquelle il choisira de la melheure qu’il luy sera possible et de celle quy ce cuict aux tuilleries d’Arnaud Bernard8, comme estant l’ouvrage d’icelles melheur que celluy quy se faict aux tuilleries de Sainct Ciprien9 ou Petite Observance10, ensemble la chaux et sable, joincter lad. muralhe de joinct couppé par le dehors et enduire par le dedans de hault en bas suyvant l’art de massonerie. Plus led. entrepreneur sera tenu faire les crusementz et fondementz de lad. muralhe jusques à la terre ferme, et ne pourra led. Marches, lesd. fondementz faictz, jetter iceulx que préalablement n’ayent esté vizittés par led. sieur ou autres qu’il pourra comettre à sa place pour les vériffier, à peyne de respondre de tous despans, domaiges, inthérestz, jetter toutes les terres quy sortiront tant desd. fondementz que migenceries quy font l’entier devant de lad. maison à ses coustz et despans, laisser les fenestres et veues nécessaires et placer icelles à l’endroit de la muralhe que sera jugé estre le plus propre, lesquelles fenestres led. Marches sera tenu faire de mesme haulteur et largeur que celles quy sont pour le présant affin que les placardz de bois que y sont puissent servir, et où ilz ne pourroint servir sera loisible aud. sieur Darguelh d’en faire faire de nœufz aux despans dud. Marches. Et en considération de tout ce dessus est pacte convenu et accordé entre parties que led. sieur Darguelh payera aud. Marches la somme de nœuf livres pour chasque cane carrée de lad. muralhe, à prandre du fondement d’icelle jusques au sommet, tant plain que vuide. Comme aussy toute la despoulhe du bois et tuille que se treuvera dans le fondement dud. devant de maison sera et appartiendra aud. Marches, sauf et réservé tout le fer des rajatz, gons, relhes, chevilhes, verroulz et brief toute sorte de fer quy ce pourra treuver, ensemble les vitres et placardz de bois quy sont en icelles fenestres et demy croisées, toutes lesquelles choses led. sieur Darguelh se réserve à soy. Pacte qu’icelluy sieur sera tenu fornir toute la pierre nécessaire tant du portal que croisées et demy croisées, icelle fere tailher comme bon luy semblera, comme aussy sera tenu de fornir tous les gons, relhes, rajatz et toute autre sorte de fer quy sera nécessaire tant pour led. pourtal que fenestraiges, ensemble sera tenu faire faire le bois dud. pourtal et de telle façon et qualitté que bon luy semblera, à ses despans. Plus sera tenu led. entrepreneur laisser du bois de lad. despoulhe tout aultant qu’en sera nécessaire pour fere les tabliés de paltoucat et pourtanelz de la bouticque où est à présant le cordier, lequel bois sera choisy par le me charpentier que led. sieur y commettra, et après avoir esté choisy led. sieur Darguelh le fera trevalher et mettre en œuvre à ses despans par le susdict charpentier11 comme bon luy semblera. Plus sera tenu led. Marches de talher led. portal ensemble les croisées et demy croisées quy soinct semblables à celles que monsieur Carrière, bourgeois de la présant ville, a en sa maison et au corps de devant rue proche du couvent des pères de Saint Orens12, ensemble fere la corniche du long de lad. muralhe semblable à celle dud. sieur de Carrière. Plus led. entrepreneur sera tenu faire toutes les voultes qu’il conviendra fere aux bouticques quy sont à présant, ensemble celle du pourtal du courroir, et ce à chaux et sable et de l’espesseur susd., scavoir de tuille de poincte et demy tuille, ensemble la couppe desd. voultes quy soinct correspondantes à celles du pourtal et fenestraiges, et lesd. voultes estantz faictes sera tenu de fermer de tuille et demy et de terre rousse celles quy seront faictes à la bouticque quy est joignant led. Azenières, et laisser les fenestres qu’il conviendra pour donner jour à ladicte bouticque et à l’endroit où il sera advizé. Finallement sera aussy tenu led. entrepreneur parachever et randre parfaicte en ce que conserne l’art de massonerie tout led. devant de muralhe et recoing par tout le mois de juillet prochain venant, à peyne de respondre aud. sieur de tous despans, domaiges, inthérestz. Comme aussy promet, cy après la construction de ladicte muralhe aulcune corruption ce faisoit en icelle de laquelle l’on peult juger la cheuste et ruyne de lad. muralhe, aud. cas luy demeurer un an après lad. construction et icelle muralhe reffere et remettre à ses coustz et despans. Et par advance et commancement de paye led. Marches a confessé avoir receu dud. sieur la somme de trois cens livres, en quinze doubles pistolles Ytallie et le reste monnoye faisant lad. somme, de laquelle s’en contante, promettant la tenir en compte. Et pour l’observation de ce dessus lesd. parties, chascune en ce que conscerne, ont obligé leurs biens, led. entrepreneur sa personne, que soubzmettent aux rigueurs de justice du présant royaume, ainsin l’ont juré. Présans Jean Ramond, marchant aud. Thle, et Jean Dufaur, praticien, soubzsignés avec les parties et moy.

Fig. 22. Cadastre de 1680. Capitoulat La Pierre, moulon 5. Parcelle 48 :
maison Darguelh. © Archi. Mun. de Toulouse, CC 119.

(Signé :) Darguelh. Dufaur, pnt. G. Marches. J. Ramond, pnt. Abrial, note royal.

  • 13 Les 600 l. dont le paiement à Guillaume Marches est attesté correspondent à plus de 66 cannes carré (...)

(En marge :) 21 juin 1623, quittance de 300 l.13.

70 
10 mai 1623 
Procès-verbal d’alignement de la façade

AMT, DD 259

  • 14 Voisins du côté nord : AMT, CC 50, 24vo.
  • 15 Maison située dans l’îlot de l’autre côté de la rue : AMT, CC 50, 4 vo.

3L’an mil six cens vingt troys et le dixiesme jour du moys de may, nous Anthoine Ambelot, docteur, advocat en la cour et scindic de la ville de Thle, sur les réquisitions quy nous auroient esté verballement faictes par monsieur me Ramond Dargueilh, conseiller et magistract présidial en la sénéchaussée de Thle, tendant à ce que, désirant de bastir de brique le devant de sa maison, assize dans le cappitoulat de La Pierre, à la rue du Puys Claux, faisant angle et advancement sur lad. rue, joignant la maison de Bernard Dasinières, marchand, qu’il fust par nous procédé à la vériffication de l’estat dud. angle et advancement et largeur de lad. rue pour remetre le tout à mesme estat, ce que nous aurions offert de fere. Et à l’instant, à l’assistance de Michel Salère, substitud du greffier et contrerolleur de la maison de ville, nous serions transportés sur le lieu où, en la présence dudict sieur Dargueilh, dud. Dazinières, de Guillaume Marches, me masson, et de Jean Calhau, me charpentier, aurions vériffié le devant de lad. maison sur lad. rue, basty de boys, scavoir le hault de crosilhat porté par bas sur de piliers de boys pour la comodité de la bouticque, joignant du costé de midy la maison dud. Dasinières et de septentrion la maison des héretiers de feu noble Jean Massonier, bourgeois14, et par devant lad. rue et vis à vis la maison de sieur Jean Perrin, marchand15, ayant cy devant apartenu aux héretiers de feu noble Anthoine Mosse, bourgeois. Et comme lad. maison dud. sieur Dargueilh faict angle et advancement sur lad. rue, laquelle rue à l’endroict dud. angle droict à la maison dud. Perrin et portanel de la bouticque d’icelle, auquel a esté planté ung clou, à droicte ligne avons treuvé contenir troys canes de large. Par le moyen duquel mesurement et de ce que le pilier de boys quy sépare lad. maison et bouticque dudict Dasinières d’avec celle dud. Dargueilh ne se remeue poinct ains demeure en l’estat qu’il est, la largeur de lad. rue demeure deuement vériffiée et recogneue. De quoy et après avoir enjoinct aud. Marches, entrepreneur du bastiment de lad. maison, de remetre le devant d’icelle au mesme estat qu’il est de présent, avec deffences d’advancer led. angle dans lad. rue, avons à la réquisition dud. sieur Dargueilh dressé le présent verbal et nous sommes soubzsignés.

(Signé :) Ambelot, sindic. Salère pour Lestrade.

Notes

1 AMT, CC 50, 25 ro : la parcelle occupe près de 490 m2. Voir fig. 22.

2 J. Chalande, Histoire des rues de Toulouse, t. 2, pp. 95, 96.

3 A.-L. Napoléone, « La maison du no 12 rue Baronie », Mém. Soc. archéol. Midi France, t. 56, 1996, p. 329-331.

4 Une disposition semblable — un couloir voûté derrière une façade en pan de bois — existait aussi à l’hôtel de Chalvet avant que n’en soit reconstruit le corps sur la rue (voir 44).

5 Voisin du côté sud : AMT, CC 50, 25 ro. Ces deux maisons sont réunies en 1777 entre les mains de Bernard Henri Marie de Sapte, clerc tonsuré, l’une par héritage et l’autre par achat ; il fait aussitôt remplacer la vieille construction en pan de bois de Dazinières par la nouvelle entrée de son hôtel : AMT, DD 259, DD 263 ; P. Mesplé, « L’œuvre d’un architecte amateur du XVIIIe siècle, l’hôte l de Sapte, rue Baronie », L’Auta, no 248, 1955, pp. 67-71.

6 Le passage « sans que… desmolissement » est ajouté au bas de la page.

7 Cela n’a pas été réalisé mais laisse penser que Darguelh voulait poursuivre le voûtement du rez-de-chaussée.

8 Faubourg au nord de la ville.

9 Quartier de la rive gauche.

10 Dans le faubourg Saint-Michel, au sud de la ville.

11 Vraisemblablement Jean Calhau, qui est présent lorsque est fixé l’alignement de la façade (70), mais il n’existe aucune trace d’un contrat entre lui et Darguelh.

12 Le couvent des religieux de Saint-Orens se trouvait à l’emplacement de l’actuel n° 35 de la rue de Rémusat (M. Éclache, « Topographie de Toulouse au XVIIe siècle : du plan Tavernier au cadastre de 1680 dans le quartier de Saint-Sernin », Ann. Midi, t. 92, n° 148, 1980, p. 352 et fig. 1) et la maison de Pierre Carrière dans le même îlot (no 27) : il n’en reste rien et les archives notariales ne conservent pas trace des travaux que celui-ci dut y faire exécuter à partir de 1619, date de sa prise de possession de la parcelle (AMT, CC 56, 72 vo).

13 Les 600 l. dont le paiement à Guillaume Marches est attesté correspondent à plus de 66 cannes carrées de muraille, ce qui ne doit pas être loin de la totalité de la construction prévue, qui a donc été réalisée, même si ce contrat n’a pas été cancellé.

14 Voisins du côté nord : AMT, CC 50, 24vo.

15 Maison située dans l’îlot de l’autre côté de la rue : AMT, CC 50, 4 vo.

Table des illustrations

Légende Fig. 22. Cadastre de 1680. Capitoulat La Pierre, moulon 5. Parcelle 48 :maison Darguelh. © Archi. Mun. de Toulouse, CC 119.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/35913/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 118k

© Presses universitaires du Midi, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search