Version classiqueVersion mobile

Demeures toulousaines du XVIIe siècle

 | 
Michèle Éclache

Documents

L’Hôtel Comère

Texte intégral

  • 1 3E 4745, 1ère partie, 8 vo-13 ro; AMT, CC 49-1, 104 vo : la surface totale est proche de 1 150 m2 ( (...)
  • 2 Actuellement no 7 rue Tripières. Les travaux sont exécutés par Laurent Goudal et Bernard Reilhac, m (...)
  • 3 3E 5617, 1ère partie, 1 ro-2 ro, 259 vo-261 ro. Voir 62.
  • 4 3E 5573, 2e partie, 120 vo.
  • 5 3E 5617, 2e partie, 196 ro-197 ro.
  • 6 G. Costa, « Pierre Levesville, l’œuvre d’un architecte orléanais dans le Midi de la France pendant (...)
  • 7 3E 5618, 1ère partie, 110 ro-111 ro.
  • 8 3E 5618, 1ère partie, 145 ro-147 ro: les deux locataires envisagent dès lors de renoncer à louer le (...)
  • 9 Il a travaillé au chantier de l’arsenal de l’hôtel de ville ; plus tard il exécute en l’église Sain (...)
  • 10 Voir plus bas, p. 243.
  • 11 Une galerie construite sur les plans de Levesville par le maçonJean de Saint-Paul dans l’hôtel de P (...)
  • 12 J. Chalande, « Les deux hôtels des Comère, capitouls à Toulouse », Bull. Soc. archéol. Midi France, (...)
  • 13 La longueur des bâtiments reconstruits est exactement celle de la façade actuelle : voir 65.
  • 14 Lorsqu’il rédige son testament, le 2 novembre, il se dit en bonne santé, mais le lendemain se sait (...)
  • 15 3E 41, 2e partie, 273 vo-308 vo.
  • 16 Lespetites maisons contiguës dela rueTripières n’en seront séparées qu‘à la fin du XVIIIe siècle : (...)
  • 17 Cette division, dont la date reste imprécise, est attestée par le cadastre de 1680 : AMT, CC 81 et (...)

1En janvier 1616, Pierre Comère achète plusieurs vieilles maisons contiguës occupant un vaste terrain à l’angle des rues des Bancs Majous ou de la Halle Vieille (aujourd’hui Saint-Rome) et Tripières1, en plein cœur du quartier commerçant. Dès l’année suivante il fait construire à l’extrémité sud-ouest de son terrain, dans la rue Tripières, deux petites maisons, aujourd’hui détruites2, louées a des tondeurs de draps qui acquittent leur loyer en « acoutraige de merchandise de draperye »3. Mais il a déjà d’autres projets car on doit laisser à ces constructions « les liazons pour continuer les autres bastimentz que le susd. sieur Comère prétand fere oultre les susd. maisons»4. En 1622, est louée à deux marchands épiciers « la maison que led. sieur Comère a en la présant ville et rue dite de la Halle Vieilhe, joignant la sienne grande et en laquelle lesd. en compagnie font de présant leur habitation » (c’est-à-dire la partie nord de la parcelle sur la grand-rue), à la condition de faire bâtir très rapidement pour ces locataires « ung petit corps de logis dernier lad. maison et tant que contient le petit jardin quy y est de présant, concistant en trois estages l’ung au dessus de l’autre»5. C’est ainsi que commence la construction de la demeure de Pierre Comère, dans l’angle nord-est de la grande cour, avec au rez-de-chaussée des arcades imitant celles de la cour d’entrée de l’arsenal de l’hôtel de ville, qui vient d’être construit sur des plans de Pierre Levesville6. Ce corps bâti, Comère le réserve pour lui-même7, « ocasion du bastiment qu’il est constraint de fere au grand corps de sa maison »8, c’est-à-dire continuer la façade est sur la grande cour. Suit la construction des galeries bordant cette cour au sud et à l’ouest. En 1624 on passe aux anciens bâtiments sur la rue Saint-Rome, unifiés derrière une seule façade, même si on conserve la structure intérieure en deux logis. Tout au long des travaux, le maître d’œuvre est Pierre Levesville, nommément désigné dès la première campagne, où son rôle ne se réduit certainement pas à donner les plans d’une vis d’escalier en bois, et présent ensuite soit à pied d’œuvre soit comme témoin à la signature de contrats. L’importance des sommes versées à Pierre Vidal, pour la taille et pose de pierre, donne à penser qu’en plus des baies sur la cour, il est le principal exécutant de cette partie du programme : familier de Levesville9, il n’est pas étonnant qu’il paraisse sur un chantier de celui-ci. La touche finale du décor sur la rue passante est apportée en 1626 par Claude Pacot, autre tailleur de pierre qui est en train de prouver ses talents à l’hôtel de Lamotte10 mais n’est ici qu’un exécutant. La chronologie est ainsi établie de ce chantier prestigieux, le seul, ici, dans le domaine de l’architecture privée auquel s’associe le nom de Pierre Levesville11, qui a parfaitement assimilé le goût local pour le décor « brique et pierre » dont il livre ainsi la réalisation la plus maîtrisée. Il est également assuré que la façade sur la rue Saint-Rome n’a pas été élevée en deux étapes, comme on l’avançait jusqu’ici12, mais d’un seul jet13. Après la mort de Comère pendant la peste, en novembre 162814, ses volontés testamentaires15 divisent la demeure en deux lots, d’une part l’hôtel à porte cochère sur la rue Tripières16, d’autre part la maison de marchand sur la rue Saint-Rome, sans doute la plus spectaculaire de la ville par l’ampleur de sa façade ; celle-ci ne tardera pas à être encore divisée en deux propriétés correspondant aux deux logis primitifs17. Telle qu’elle était auparavant dans sa globalité, voulue et financée par Pierre Comère, marchand drapier et capitoul, elle était exactement la demeure au double visage d’un bourgeois gentilhomme.

Fig. 21. Cadastre de 1680. Capitoulat Daurade, moulon 19. Parcelles 3-4-5 :
hôtel Comère. © Archi. Mun. de Toulouse, CC 116.

59 
22 juillet 1622 
Bail à besogne passé par Pierre Comère avec Laurent Goudal et Guillaume Régis

3E 5617, 1ère partie, 249 vo-252 ro

  • 18 Pierre Soulier et François Duconseil, marchands épiciers : 3E 5617, 2e partie, 196 vo.
  • 19 La chapelle de la maison professe des jésuites, construite en 1621 sur le côté nord de l’actuelle r (...)
  • 20 Aulx murailhes neufves qu’ilz feront ajouté à la fin.
  • 21 La maison achetée par Pierre de Fraxino, docteur et avocat au parlement, en 1616 (AMT, CC 52, 63 ro(...)
  • 22 Tenus omis.
  • 23 Tenus omis.

2L’an mil six cens vingt deux et le vingt deuxiesme jour de juillet, en Thle, après midy, régnant Louys par la grâce de Dieu roy de France et de Navarre, par devant moy nore royal et tesmoingz, dans la maison du sieur Pierre de Comère, merchant bourgeois de Thle, constitués en leurs personnes Laurens Goudal et Guilhaume Régis, maistres massons de la présent ville, lesquels tous deulx ensemble, l’ung pour l’aultre et ung chascung d’eux en seul pour le tout sans division ny discussion aulcune à quoy ont expressément renoncé, ont promis et prometent aud. sieur de Comère, illec présent et aceptant, luy faire ung petit corps de maison dans la basse court de la grand maison que led. sieur Comère a scize en la présent ville, rue des Changes, et au dernier d’aultre maison qu’il tyent arrentée à messieurs Soulier et Conseilh18, merchans de Thle, où souloit avoir jardin, contenant cinq cannes ou environ de longueur et deulx cannes et demy ou environ de largeur. Lequel bastiment sera fait comme s’ensuit. Premièrement lesd. entrepreneurs ferons les fondemens sur la bonne, ferme et solide terre, de deulx tuilles de pointe jusques à fleur de terre avec mortier franc, et de fleur de terre feront led. bastiment jusques au premier estaige d’une tuille et demye, et du premier estaige au second de deulx demy tuilles, et du second au troysiesme d’une tuille de pointe. Seront tenus faire deulx arceaux pourtés sur troys pilliers au premier estaige dud. bastiment du cousté du reste de lad. basse court, avec leurs pillastres semblables à ceulx quy sont dans le petit patu de l’entrée de l’arssenac de la maison de ville de Thle, fassonés de tuille tailhée, tant les bassies, cuyssinetz que clefz comme ceulx quy sont de pierre ausd. arceaux et piliers dud. arsenac, au lieu et place de lad. pierre, le courdon quy s’y fera sera fait tout le long desd. arceaux de quatre ou cinq fillades semblable à celluy quy est au bastiment de messieurs les jésuistes à Sainct Louys19. Laisseront les veues pour faire les portes et fenestres nécessaires aulx murailhes neufves qu’ilz feront20, lesd. fenestres faites avec pillastres aulx lieux et endroitz que par led. sieur Comère sera advizé. Seront de plus tenus faire au soumet desd. bastimens dessoubz le toyt une corniche de sept fillades de tuille tailhée semblable à celle quy est à la maison de monsieur de Fraxino, conseiller en la cour21. Et pour faire lad. besoigne led. sieur Comère sera tenu, comme promet, fournir tous mathériaux requis et nécessaires comme chaux, sable, tuille, terres et aultres choses, et lesd. entrepreneurs faire les mourtiers, jointures, enlusimens au dehors, rebattre au dedans et toutes aultres choses nécessaires pour rendre led. bastiment fait et parfait, suyvant que l’ard de massonerye le requiert, par tout le moys de septembre prochain venant, moyennant que led. sieur Comère accorde et promet donner ausd. entrepreneurs pour chasqune canne carrée dud. bastiment quarante soulz tant plain que vuyde. Seront de plus lesd. entrepreneurs [tenus]22 employer aud. bastiment les riblons que led. sieur Comère a dans lad. basse court, ensemble de jetter les terres desd. fondemens à ung cartier de lad. basse court, et led. sieur Comère les faire jetter dehors sy bon luy semble. Et au cas led. sieur Comère voudroit enrichir davantaige lad. besoigne, il sera tenu payer ausd. entrepreneurs ce qu’ilz y feront de plus. Et où il n’en y feroit faire tant comme est contenu cy dessus, ilz seront tenus luy desfalquer le moingz sans que led. sieur Comère soyt tenu fournir aulcunge manuvre que tant seullement les matériaux, chaffaudaiges et sindres pour les arceaux. Seront de plus lesd. entrepreneurs [tenus]23 faire une petite murailhe au milieu dud. bastiment faisant séparation d’icelluy, fondé sur la terre ferme ou sur ung arc doubleau comme led. sieur Comère treuvera bon, jusques au premier estaige, le fondement de deulx demy tuilles jusques à fleur de terre, et de fleur de terre aud. premier estaige d’une tuille de pointe ou tout aultrement comme led. sieur Comère advisera, voire mesmes de paltouquat ou tourchis sy bon luy semble. Lequel bastiment led. sieur Comère leur payera à lad. raison de quarante souls la canne carrée. Et sur et tant moingz de ce que lesd. bastimens se monteront led. sieur Comère a présentement payé et advancé ausd. entrepreneurs la some de vingt livres en cartz d’escu, qu’ilz ont receue et promis en tenir bon compte, et le surplus leur payera à mesure que lad. besoigne se fera. Et pour tout ce dessus observer les partyes obligent leurs biens présens et advenir, que soubzmetent à toutes rigueurs de justice, ainsin l’ont juré. Présens Charles Vidal, merchant, et Anthoine Martin, praticien de Thle, soubzsignés avec led. sieur Comère, lesd. Goudal et Régis se sont merqués, et moy.

(Signé :) P. de Comère. Marque de Goudal. Marque de Régis. C. Vidal. J. Massoulié, note.

  • 24 14 mars 1625, autre quittance de 1 607 l. 5 s. pour sommes perçues entre le 19 janvier 1624 et le 9 (...)

(En marge :) Du 27 novembre 1622 au 19 janvier 1624, quittances pour un total de 1 711 l. 13 s., pour besogne faite et à faire24.

60 
14 septembre 1622 
Bail à besogne passé par Pierre Comère avec Guillaume Monens

3E 5617, 1ère partie, 308 vo-310 ro

  • 25 Le passage « ainsin qu’apert… ces jours passés » est ajouté à la fin.
  • 26 Le passage « m esmes à l’ouverture… en loaige » est ajouté à la fin.
  • 27 Lire meunière.

3L’an mil six cens vingt deux et le quatorsième jour du moys de septembre, en Thle, après midy, reignant Louys etc., par devant moy notaire royal et tesmoings, constitué en personne, dans la maison du sieur Pierre de Comère, merchant de Thle, Guilyaume Monnens, maistre charpentier de Thle, lequel de gré a promys et promest audict sieur Comère, illec présent et acceptant, luy fere la besoingne que s’ensuict au bastiment qu’il faict fere dans la basse court de la maison où il habitte, quy est au lieu où soulloict c y devant avoir jardrin, que Guilyaume Régis, maistre masson de Thle, faict, ainsin qu’apert du bailh d’icelluy retenu par moy notaire ces jours passés25. Premièrement sera tenu, comme promest, fere deux planchers l’ung au dessus de l’autre, les pitrons d’iceulx seront picquatz et raboutatz et pozés au gré dudict sieur Comère, ensemble les travatelz picquatz et raboutatz et posés à ung pam et demy l’ung de l’autre ou plus ou moings comme ledict sieur Comère advizera, les aix desdictz planchers seront picquées et rabottées et le tout fouilhonné et clauzonné. Plus sera tenu fere le couvert dudict bastiment à ung eau avec des pitrons et chevrons aussy picquatz et raboutatz et fouilhonnatz ensemble les aix. Et y aura à chacung des chevrons un cart de colonne par son dehors. Fera de plus les portes d’aix picquades et raboutades aulx lieux nécessaires, mesmes à l’ouverture que ledict sieur Comère fera fere à la murailhe quy est au dernier la maison que messieurs Souilher et Conseilh tienent de luy en loaige26. Semblablement sera tenu fere ung eschelle manière27 avec son paravent au dessus sur deux filles, avec des locques servant de degré, laquelle eschelle servira pour aller jusques au premier plancher du corps de la grant maison respondant sur la rue, ledict paravent garny de listels. Plus sera tenu fere une fermure de postes de cinq canes de longeur à la grant salle du corps de dernier de ladicte maison auquel ledict sieur Comère habite, lesdictes postes seront joinctées et sur les joinctures mis de listels puys le bas jusques au hault, et à ladicte fermure fere une porte pour le service de ladicte salle et descharge d’icelle ensemble les fenestres et veues nécessaires, le tout en bon père de familhe, suivant l’art de charpanterie. Laquelle besoigne ledict Monens promet avoir faicte et parfaicte entre cy et la prochaine feste de Toussaintz. Pour à quoy satisfere ledict sieur Comère sera tenu, comme promest, fournir tout se quy sera requys et nécessaire comme pitrons, chevrons, aix, chevilhes, cloux et touttes aultres choses nécessaires, sans que ledict Monens soit tenu rien fournir que tant sullement sa manifacture, travaulx et conduitte desdictz bastimentz. Pour lesquelz travaulx, manifacture et conduitte ledict sieur Comère luy accorde et promest donner la somme de cinquante deux livres, scavoir quarante livres pour la besoigne qu’il doibt fere audict bastiment neuf quy se construict et doutze livres tant pour ladicte eschelle et fermure de postes que pour la desmolition qu’il a faicte ses jours passés d’ung meschant degré et galleries vieulx quy estoict pour le service du corps vieulx du devant la grand rue de ladicte maison. En déduction de ladicte somme de cinquante deux livres ledict sieur Comère a présentement payé et advancé audict Monens la somme de doutze livres, en quinze cartz d’escus, de laquelle icelluy Monens c’est comptanté et promys en tenir bon compte, et les quarante livres restans ledict sieur Comère les luy payera, comme promet, à mezure qu’il travailhera. Et pour tout ce dessus observer les parties obligent leurs biens présens et advenir, que soubzmettent à touttes rigurs de justice, et ainsin l’ont promys et juré. Présens Anthoine Jougla, merchant de Thle, et Pierre Beaufis, habitant de ladicte ville, soubzsignés avec ledict sieur Comère, ledict Monens c’est marqué, et moy.

(Signé :) P. de Comère. Marque de Monens. Jougla. Beaufis. J. Massoulié, note.

61 
11 janvier 1623 
Bail à besogne passé par Pierre Comère avec Guillaume Monens

3E 5618, 2e partie, 22 ro-24 ro

  • 28 Le passage « en desduction… qu’il luy donne » est ajouté à la fin.
  • 29 Pierre de Clusel, avocat au parlement : 3E 4745, 1ère partie, 9 ro.
  • 30 En réalité le 14 : voir 60.
  • 31 C’est-à-dire P ierre Levesville.
  • 32 Où Pierre Comère posséde une métairie : voir 65 et 67.
  • 33 Le passage « et en oultre fere toutes les portes… led. degré » est ajouté à la fin.

4L’an mil six cens vingt troys et le unziesme jour de janvier, en Thle, après midy, régnant Louys etc., devant moy note royal et tesmoingz, dans la maison du sieur Pierre de Comère, merchant de Thle, constitué en personne Guilhaume Monens, me charpentier de Thle, lequel de gré confesse avoir receu dud. sieur de Comère, illec présent et aceptant, la some de vingt livres tournois en cartz d’escu et autre monoye, en desduction de soixante livres qu’il luy donne28 pour avoyr fait la besoigne que s’ensuit en la maison que led. sieur de Comère a aquise de monsieur Clusel29. Premièrement pour avoir fait ung planchier au bastiment que led. sieur de Comère fait fere dans la basse court de lad. maison par dessus les deulx qu’il estoit obligé fere par autre contrat rettenu par moy note le doutziesme30 de septembre dernier. Plus cinq planchiers aulx cinq cabinetz qu’il a faitz fere aud. bastiment à ce comprins le couvert d’iceulx. Pour avoir posé et poly l’arbre du degré dud. bastiment et pour fere, comme led. Monens sera tenu et promet, le degré, où led. arbre est posé, pour aller jusques au somet dud. bastiment, de la fasson et modelle que par mre Pierre l’architecteur31 en sera baillé, et en oultre fere au dessus dud. degré ung planchier et ung petit degré dessus pour aller au dessus dud. planchier, et au dessus d’icelluy fere le couvert à quatre eaux doutze pams par dessus led. planchier. Lequel degré et couvert led. Monens promet avoir fait en bon père de familhe, suyvant que l’ard de charpente le requiert, par tout le présent moys, permettant led. sieur Comère aud. Monens de fere servir les marches et marchons qui estoit au degré vieulx qu’il fist desfaire, et tout l’autre boys quy sera requis et nécessaire à fere lad. besoigne led. sieur Comère sera tenu la fournir, sans que led. Monens soit tenu rien fournir que sa manyfacteure. Et pour le regard des quarante livres restans, led. sieur Comère les payera, comme promet, aud. Monens en Thle lors qu’il aura parachevé lad. besoigne. Et a led. Monens en oultre confessé avoyr receu dud. sieur Comère la somme de cinquante deulx livres contenue aud. contrat du doutziesme septembre dernier, quoy que la besoigne y contenue ne soyt parachevée, déclairant aussy led. Monens estre payé, content et satisfait dud. sieur Comère de toutz piègementz qu’il a faitz ausd. bastimens jusques aujourd’huy, ensemble des voyatges par luy faitz à Canalz32 et de toutz achaptz de boys faitz en Thle. Promettant davantaige fere tous piègemens pour le soustien des planchiers du grand corps, aulx fins de desmolir la murailhe quy y est de présent, respondant à lad. basse court, despuis fleur de terre jusques au toit, et jetter le boys dans lad. basse court, et cyer les pièces de boys que besoing sera afin de fere la fassiade dud. corps de muralhe à neuf de bas en hault. Et les trépoirs dud. degré seront faitz à double junt et les marches seront raboutades. Et en oultre fere toutes les portes et fenestres nécessaires aud. bastiment, de boys de sapin, et mettre ung autre petit arbre au dessus de celluy quy y est pour parachever led. degré33. Et pour l’observation de ce dessus les partyes obligent leurs biens présens et advenir, que soubzmetent à toutes rigueurs de justice, ainsin l’ont juré. Présens sire Jean Peyret, merchant, et Jacques Bergos, praticien de Thle, soubzsignés avec led. sieur Comère, led. Monens c’est merqué, et moy.

(Signé :) P. de Comère. J. Peyret, pent. Marque de Monens. Bergos, pnt. J. Massoulié, note.

62 
13 octobre 1623 
Bail à besogne passé par Pierre Comère avec Guillaume Monens

3E 5618, 2e partie, 537 ro-540 ro

  • 34 Par omis.
  • 35 Les frères Arnaud et Louis Laffont sont locataires d’une des petites maisons que Comère a fait bâti (...)
  • 36 Le passage « seront composées lesd. galleries… alléguées » est ajouté à la fin.
  • 37 Desd. cabinetz et chambres ajouté à la fin.
  • 38 Le passage « en déduction de lacquelle… contant », ajouté à la fin sans signe de renvoi dans le tex (...)
  • 39 Lire pro rata .
  • 40 Pour ce travail de massonnerie, qui inclut les « arvoutz » ou « arceaux » faits à neuf mentionnés p (...)

5L’an mil six cens vingt trois et le treitziesme jour du mois d’octobre, à Thle, apprès midy, régnant Louis etc., par devant moy notaire royal et tesmoingz soubz només, dans la maison du sieur Pierre de Commère, merchant de Thle, constitué en personne Guilhaume Monens, mre charpentier de la présant ville, lequel de gré a promis et promet audict sieur Commère, y présant et acceptant, luy faire la besoigne que s’ensuit en la maison qu’il a, scize à la grand rue des Changes. Premièrement resfera le plancher de la petite cuisine du corps neufz quy confronte le degré et y metra cinq solliveaux oultre ceulx quy y sont. Plus faira toutes les galleries sur les arceaux quy sont faitz à neufz, lesd. galleries composées de deux planchers quy seront garnis de travatelz à trois cartz de pam l’ung de l’autre avec les ays nécessaires, et le tout listelé cy besoing est et au chois dudict sieur Commère. Comme aussy sera teneu faire le couvert de la dernière et plus haulte gallerye à deux eaux et y metre les chevrons requis, avec ung cart de colonne au dehors, piqués, raboutés, foulhonatz et de mesme largeur de ceulx quy sont à la couverte du corps neuf, piquer, raboter et jointer celles des couvertes desd. galleries et metre les listelz à toutes les joinctures desd. ays desd. couvertes. De plus led. entrepreneur metra les tirans et autres pièces fortes pour l’assurance et embelissemant desd. galleryes, comme dit est piquat, raboutat et simentat. Plus sera teneu led. entrepreneur faire ung cabinet au desoubz les deux arvoutz que sont à la basse court, de la longur d’icelle qu’est de trois cannes ung pam et doutze pams et demi de largeur, l’entrée duquel cabinet sera par le magasin, scive rière boutique, du corps de devant la grand rue, et dudict cabinet en faire deux par le moien d’une miegenserye que l’entrepreneur y fera de chassilat ; le plancher dudict cabinet sera faict de pal toucat et au dessus garny d’ays à double joinct pour servir de marchepied ; et des quatre coustés de la murailhe quy est neufve ou arceaux led. entrepreneur sera teneu de garnir le devant desd. deux cabinetz composés [par]34 la fermure desd. deux arceaux, iceulx seront fermés tout de pal touquat à double joinct de boys de coural, ensemble le dernier desd. arceaux et murailhe joignant, le tout picat et raboutat et simentat ; à chacun desd. cabinetz, quy serviront de contoirs, y laissera la place d’une fenestre qu’il sera tenu faire de la grandeur et au choix dud. sieur Commère. Les susd. galleries concistent la première puis la murailhe du corps de devant la grand rue qu’est à la petite basse court jusques au bastimant neufz que Laffontz mes thondeurs tiennent de présant en louage, apartennant audict sieur Commère35, tirant en tout treitze cannes ou environ de longur et doutze pams et demy de largeur, à ce comprins les trois cannes ung pam du cabinet sus mentionné. Les secondes galleries seront faites puis les susd. jusques au grand vieulx corps de maison où led. sieur Commère habite de présant, quy auront six cannes ou environ de longur et sept pams et demy de largeur plus ou moingz. Seront composées lesd. galleries scavoir les premières de deux planchers sans comprandre le couvert, de mesmes seront faictes les autres secondes galleries, dans la longur desquelles secondes galleries, quy confrontent lesd. maisons teneues par lesd. Laffontz, après quatre cannes ou environ de lad. longur seront faitz les cabinetz ou chambres dont mention sera faitte au présant, lesquelles continueront à chesque estaige, la couverte desquelles sera à deux eaux, le tout fait à charpenterye comme les autres seubz alléguées36. La fermure desquelles galleries sera faitte jusques à la première estaige de courondat ou chassilhat, de mesmes les autres estaiges. Et au dernier de lad. fermure fera les marches du degré à repos ou à victz quy ce doibt faire aud. grand corps de logis. La couverte de lad. seconde gallerie sera faite à un eau, icelle joinctée avec la couverte de lad. maison teneue par lesd. Laffontz s’il cy peult rencontrer, et ne cy rencontrant pas led. entrepreneur sera teneu la faire au chois dudict sieur Commère pour la proportionner avec les autres, à laquelle il metra les tirans et autres pièces nécessaires pour l’ambellissement et assurance d’icelle, le tout garny de bois de charpenterye comme les susd. Sera aussy teneu faire la porte et ce qu’il faudra à la cave quy est au dessoubz lesd. cabinetz de la façon que led. sieur Comère voudra. Pareilhemant sera teneu led. entrepreneur de faire les planchiers des cabinetz et chambres, séparations d’icelles et fermures. Au dernier de lad. fermure seront mis les degrés du degré à repos ou à viz quy ce fera aud. grand corps vieux ainsin que sera advisé par led. sieur Commère. Et faira de plus la couverte desd. cabinetz et chambres37 à deux eaux, ensemble deux petites galleries pour aller desd. chambres aux privés à chacune des estaiges quy y conviendra faire. Fera aussy les couvertes et scièges desd. privés. Et lesd. petites galleryes seront faites comme les autres susd., picades, raboutades et listelades. Et de mesmes fera touttes portes et fenestres et séparations en tous les endroitz desd. bastimans que besoing sera et comme par led. sieur Comère sera advisé. Toute lacquelle susd. besoigne led. entrepreneur promet avoir faitte et parfaitte et randu à perfection suivant que l’art le requiert entre cy et la prochaine feste de Noël. Pour lacquelle faire ledict sieur Commère sera tenu fournir tout ce que y sera requis et nécessaire, sans que led. entrepreneur soit teneu rien fournir que la maniffacteure et conduitte. Et pour icelle maniffacteure et conduitte icelluy sieur Commère promet donner et paier aud. entrepreneur la somme de cent livres à mesure qu’il fera lad. besoigne, en déduction de lacquelle led. sieur Commère luy a présantement advancé la somme de trante livres, en cartz d’escus, autre monoye jusques au parfaict d’icelle, de lacquelle led. Monens est contant38, avec pacte qu’en cas led. sieur Commère augmenteret ou diminuroit led. bastimant audict cas l’augmentation sera payée au pro rota39 de ce dessus entrepris et du prix de lad. somme, et ainsin en sera faict de la diminution. Estant comprins au présant prix faict les advantages et préthantions que led. entrepreneur avoict de restes sur les deux maisons qu’il a cy devant basties à neufz, quy sont à présant tenues en louage par lesd. Laffontz et Bonnet mes thondeurs, demurant comptant, payé et satisfaict de touttes fermures, piègemans et autres choses qu’il pourroit avoir faittes pour led. sieur Comère jusques au jour présant. Le tout sans préjudice audict sieur Commère des bastimans que led. entrepreneur est teneu luy faire par les contratz sur ce entre eulx passés. Prometant de plus led. entrepreneur faire tous piègemans et démolitions nécessaires pour la construction desd. galleries, ensemble l’assurance dudict degré, affin que les massons puissent continuer le bastimant de massonnerye40, le tout à ses despans, et que la murailhe encomancée se puisse parachever jusques au toid et perfection d’icelle. Et ainsin l’ont lesd. parties convenu et accordé, lesquelles pour l’observation de tout ce dessus obligent, chacun pour leur regard, leurs biens présans et advenir, que soubzmetent à touttes rigurs de justice, ainsin l’ont promis et juré. Présans sire Jean Peiret, merchant, Pierre Amavly et Jacques Bergos, praticiens de Thle, soubzsignés avec led. sieur Commère, led. Monens a dit ne scavoir, et moy.

(Signé :) P. de Comère. Pe. Amalvy, pnt. Bergos, pnt. J. Massoulié, note.

63 
21 juin 1624 
Procès-verbal d’alignement de la façade sur la rue Tripières

AMT, DD 263

  • 41 La maison de feu Guillaume Cardon, alors aux mains de Guillaume Raymond, marchand, et Pierre Airal, (...)

6L’an mil six cens vingt quatre et le vingt uniesme jour du moys de juing, nous me Simon de Gerye, docteur et advocat au parlement, refférendaire en la chancellerie, cappitoul de Thle, commissaire en ceste partie depputé, sur les réquisitions de noble Pierre de Comère, bourgeois, cappitoul aussy de lad. ville, tendant à ce qu’il soict procédé à la vériffication de l’alignement et mesures des distances de l’emboucheure de la rue de Tripières respondant à la grand rue des Bancz Majours, ausquelles rues sa maison faict carré, cappitoulat de la Daurade, laquelle maison, durant la longueur en partie de lad. rue de Tripières, il veult fere réparer et fere le devant d’icelle de muralhe, continuant le bastiment qu’il y a desjà commencé, ce qu’il n’a volleu entreprendre sans estre procédé à lad. vériffication suyvant les reiglementz de ladicte ville, nous serions transportés à lad. rue avec led. sieur de Comère, à l’assistance de me Anthoine Ambelot, advocat audict parlement, scindic de lad. ville, et de Michel Salère, substitud de me Ramond Lestrade, greffier et contrerolleur du domaine de la mesme ville, pour, en verteu de la délibération de conseil d’icelle de ce jord’huy portant nostre commission, retenue par Monal nostre greffier et secrétaire, procéder à lad. vériffication. Où estans, en présence de Guillaume Régis, me masson, et de Bertrand Dassieu, tailleur de pierre, entrepreneurs dud. bastiment, aurions commandé à Pierre Levesville, me architecte, de tendre les cordeaux pour aligner le fondement antien de lad. maison despuis lad. emboucheure de lad. rue de Tripières prenant à ung pilier de boys de coural quy faict le carré dud. cousté de lad. maison droict à ung coude de la muralhe neufve le plus proche du grand portal de brique de l’entrée de lad. maison du cousté de lad. rue et, par mesme moyen, jetter le plomp despuis ung bout de solle de boys de courail de la première estaige droict au cordeau. Et ce faict avons trouvé par le moyen dudict plom que à l’endroict dud. bout de solle ladicte maison faict ung petit coude et advancement dans lad. rue, à l’endroict duquel lad. rue a de largeur, despuys icelluy jusques à la muralhe de la maison des héretiers de feu [blanc] Cardon, marchand41, proche du pilier de la porte de lad. maison respondant sur lad. rue de Tripières du cousté de lad. rue des Bancz Majours, deux canes ung pam ung quart sans avoir hosté le rebatement du mortier qu’est en lad. muralhe. Et despuis led. coude jusques à l’autre coude cy devant mentionné qu’est à lad. muralhe neufve avons trouvé y avoir de longueur troys canes troys pams ung quart, et l’emboucheure de lad. rue de Trypières du cousté de lad. rue des Bancz Majours avoir de large deux canes deux pams ung quart, à prendre puys led. pilier de boys faisant le carré de lad. maison jusques à autre pilier aussy de boys de lad. maison desd. héretiers dud. Cardon à droicte ligne. Et, après avoir enjoinct audictz Régis et autres entrepreneurs dud. bastiment de suivre et garder lesd. mesures et distances suivant lesd. alignementz, scavoir despuis ledict pilier faisant led. carré jusques audict coude, où la distance et largeur de ladicte rue a esté prinse à droicte ligne, et dud. coude jusques à l’autre coude qu’est à ladicte muralhe neufve plus proche dud. portal neuf de lad. entrée de lad. maison aussy à droicte ligne, et faict inhibitions et deffences de n’altérer ny excéder lesd. alignementz et mesures desd. distances à peyne de cinq cens livres à leur propre et privé nom et autre arbitraire, nous sommes retirés et avons dressé et signé le présent verbal.

(Signé :) De Gerie, capitoul. Ambelot, sindic.

64 
19 juillet 1624 
Procès-verbal d’alignement de la façade sur la rue Saint-Rome

AMT, DD 263

  • 42 Maison disparue, à l’angle sud des rues Saint-Rome et du Puits-Vert : AMT, CC 50, 6vo.

7L’an mil six cens vingt quatre et le dix neufviesme juilliet, nous Simon de Gerye, advocat au parlement, refférendaire en la chancellerie, capitoul de Thle et de la partie de la Dalbade, sur les réquisitions de noble Pierre de Comère, bourgeois, aussy cappitoul de la partie de la Daurade, et en verteu de la délibération du vingt uniesme juing dernier portant nostre commission, à l’assistance de me Anthoine d’Ambelot, aussy advocat aud. parlement, scindic de lad. ville, et de Michel Salère, substitud de me Ramond Lestrade, contrerolleur de la maison commune de lad. ville, nous serions transportés à la maison dud. sieur de Comère, scize aud. cappitoulat de la Daurade, où led. sieur se seroit aussy treuvé. Lequel nous ayant représenté comme, en verteu de lad. délibération, nous aurions le mesme jour d’icelle procédé à la vériffication, mesurement, canage et alignement de partie des muralhes de sad. maison respondant sur la rue dicte de Tripières et des distances et largeurs d’icelle au coude des muralhes antiennes de lad. maison le plus proche de l’emboucheure de lad. rue du costé de la grand rue des Bancz Majours qu’il désiroit construire à neuf, il auroit faict fere lad. construction, nous requérant volloir procéder à la vériffication d’icelle et par mesme moyen volloir procéder à la vériffication de la distance et largeur de lad. rue des Bancz Majours despuis le carré de sad. maison jusques à la maison des héretiers de feu Ramond Fons, marchand quand vivoit42, ce que nous aurions offert de fere. Et, pour cest effect, avons commandé à Pierre Levesville, me architecte, Guillaume Régis, me maçon, et Guillaume Monens, me charpentier, quy se seroinct aussy treuvés sur led. lieu, de mesurer la largeur de lad. rue de Tripières à l’endroict dud. coude et la longueur de la muralhe despuys icelluy jusques à ung autre coude qu’est à lad. muralhe et treuvé le tout conforme au contenu du verbal par nous dressé led. jour vingt uniesme juing dernier, dans lequel verbal est aussy contenue la largeur de l’emboucheure de lad. rue de Tripières du costé de lad. grand rue des Bancz Majours à prendre au pilier quy faict le carré aud. endroict que nous avons treuvé au mesme estat. Despuys lequel et droict au pilier aussy de boys presque du mitan de lad. maison des héretiers de Ramond Fons, assize de l’autre cousté de lad. grand rue des Bancz Majours, avons faict tendre ung cordeau et fisselle et trouvé la largeur aud. endroict de lad. grand rue estre de cinq canes moingz ung quart de pam. Et, après avoir enjoinct ausd. Levesville, Régis et Monens, conducteur et entrepreneurs de lad. construction, de n’excéder les largeurs et distances tant de lad. rue des Bancz Majours que de lad. emboucheure de lad. rue de Tripières suyvant nostre précédent verbal ains après avoir levé led. pilier de boys quy faict le carré de lad. maison remetre en mesme endroict le pilier de brique ou pierre que led. sieur de Comère désire fere construire aud. angle au lieu de celluy de boys quy est de présent, à peyne de cinq cens livres et d’en respondre à leur propre et privé nom, avons dressé et signé le présent verbal.

(Signé :) De Gerie, capitoul. Ambelot, sindic.

65 
19 août 1624 
Bail à besogne passé par Pierre Comère avec Guillaume Monens

3E 37, 1ère partie, 254 ro-259 ro

  • 43 Jean Laurens, marchand, voisin du côté nord (AMT, CC 49-1, 104 ro), qui a fait construire sa maison (...)
  • 44 Ce travail de fermeture des boutiques est ensuite confié par Monens à Pierre Courrière, charpentier (...)

8L’an mil six cens vingt quatre et le dix neufviesme jour du mois d’aoust, en Thle, avant midy, régnant Louys etc., par devant moy note royal et dans la maison de noble Pierre de Comère, bourgeois et cappitoul de lad. ville, constitué en personne led. sieur Comère, lequel de gré a bailhé et bailhe à Guilhaume Monnens dict Lafumat, mre charpentier dud. Thle, y présent et acceptant, scavoir à fere la besoigne nécessaire aux bastimens de lad. maison dud. sieur Comère, soubz les conditions contenues aulx articles suivans. Premièrement led. Monnens entrepreneur sera tenu d’apuyer le devant des deux bastimens vers la rue pour fere fouler les fondemens des deux susd. devantz au couvert et, les fondemens estans faictz, led. entrepreneur fera descouvrir les deux corps de logis et fere dessendre la tuile canal pour la mettre en lieu qu’elle ne se rompe, abatre tout le boix et tourchis desd. deux corps de logis, planchers et couvert de ce qui conciste de la charpenterie, mettre les matériaux séparément afin de choisir ce qui se treuvera bon pour les mettre en œuvre au choix dud. sieur Comère. Et le tout estant abatu led. entrepreneur sera tenu fere trois planchers de la contenence desd. deux corps de logis, de longueur de huict cannes et de sept cannes deux pams de largeur ou environ, à prandre despuis le devant de lad. maison vers la grand rue jusques au devant qui est dans la petite basse court et despuis le devant de la petite rue jusques à la murailhe moyturière qui est entre la maison dud. sieur Comère et la maison de monsieur Laurens43, prest la grand rue, et largeur des deux maisons. Et le susd. entrepreneur fera les premiers planchiers, scavoir celluy des deux boutiques et rière boutique, qui sera composé de sept saumiers, sive pitrons, qui est cinq au plancher du grand corps de logis et deux à l’autre petit logis, bien rabouté et moulé de quelque ordonnance d’architecteure, et au dessus desd. saumiers mettre les corniches accompaignées de molleure, mettre au dessus desd. corniches les travetes esloignées l’une de l’autre de trois quartz de pam pour poster au loung et le tout bien piqué, rabouté, clausonné, chevilhé et cloué ainsin que l’œuvre le requiert. Plus led. entrepreneur fera le planchier de la seconde estage, où seront les deux salles, chambres et antichambres, de la mesme fasson et ordonnance que celluy des deux boutiques et rière boutiques sans en rien diminuer bien augmenter pour les deux salles que led. entrepreneur est tenu lui fere rencontrades. Et sera tenu aussy fere toutes mégenseries nécessaires pour les séparations de la boutique et rière boutique d’avec le courroir de l’entrée de lad. maison que aussy des courroirs qu’il conviendra fere pour aller desd. estages desd. maisons aulx salles, chambres, cabinetz et garderobes, qui seront faictes lesd. mégenseries de corondat ou jassilhat au choix dud. sieur Comère. À mesme temps, led. entrepreneur fera le troisième planchier, qui sera composé de sept saumiers, cinq au grand corps de logis et deux au petit logis, qui seront posés à droicte ligne au dessus des autres qu’on posera aulx deux premiers planchiers, et y mettre quelque ordonnance de molleure et une corniche au dessus des susd. saumiers, et poser les travetes à ung pam et demy loing l’ung de l’autre ou à cinq quartz de pam au dessus des saumiers pour poster de travers, et le tout bien piqué, rabouté, clausonné, foulhonné, chevilhé et cloué, et fere dans lad. dernière estage toutes les cloisons nécessaires pour despartir les salles d’avec les chambres, entichambres, garderobes et cabinetz, que seront faictz de corondat ou jassilhat au choix dud. sieur Comère. Davantaige led. entrepreneur sera tenu fere abatre les petits chambretes qui sont au dernier de la maison que led. sieur Comère bailhoict à loage et les rebastir aussy à neuf, scavoir fere le devant des petites chambres vers la basse court de corondat ou crosilhat de boix de chesne, que retirera ou fera retiré de devant du vieil bastiment qu’il fault abatre, et fere la mégenserie desd. chambres d’avec la salle qui est proche de la vis de corondat ou jassilhat au choix dud. sieur Comère, despuis le plus hault de lad. maison jusques au plus bas d’icelle, fere une autre mégenserie pour aller de lad. vis dans le maguesin de la grande maison et au lieu comun, qui prendra despuis la première estaige jusques au galetas, et raccomodera ce qui se treuvera de mal agencé et rompeu à la vis et la montée jusques à l’haulteur du galletas de lad. maison, comme aussy d’accomoder tout ce que pourroict manquer soict de listelz ou autres choses pour la fermeure et sarrure des lieux comuns, sive privés, dud. logis, et le tout bien et deument fere et randre parfaict ainsin que l’œuvre le requiert. En suitte de ce l’entrepreneur sera tenu fere le couvert des deux corps de logis à trois eaux, scavoir ung pendant du cousté de la grand rue l’autre pendant du cousté de la petite rue et l’autre du cousté des deux basses cours, et led. couvert sera composé de trois arbalestriers portés sur de pitrons, et les arbalestriers de pial bastard, les aigulhies de chesne avec leurs soubarbes de boix de sapin, au dessus des pitrons mettre des garroniers sur le devant des murailhes, et sur chacun coing de maison mettre ung arrestier, qui sera de pial bastard, de longueur de cinq cannes, et au desoubz des coinx mettre ung pitron avec ung arbalestrier pour supporter les susd. arrestiers, et au dessus des arrestiers et arbalestriers mettre les ventrières et biscle nécessaire pour supporter les chevrons, qui seront de files de Barousse esloignée l’une de l’autre de deux pams chacune pour en mettre quatre à la canne, et lesd. files seront blanchies et moulées par le devant tant que contient les forejectz, et au dessus desd. chevrons poser la latte, qui sera de postam bien rabouté de la longueur et largeur que contient tout le foreject qui seront de quatre ou cinq pams de sortye en hors, et le reste du couvert sera de postam piqué, rabouté et foulhonné et joincté l’ung avec l’autre, et au dessus dud. postam poser la tuille canal, et le tout bien piqué, mortaisé, chevilhé, cloué, et encadener led. couvert de mortier à chaux et sable, et le tout bien fere selon que l’œuvre le requiert. Et sera tenu fere les migenseries nécessaires aux galletas desd. maisons pour la séparation des greniers et courroirs, qui sera de postam piqué, rabouté et clausonné, avec leur sole et testière. D’abondant led. Monens entrepreneur fera le couvert de la petite chambre et passages pour aller au maguesin et le fere couvrir de tuille canal, piqué, rabouté et cloué come le grand couvert, blanchy et foulhonné, fere toutes les portes et fenestres nécessaires dud. bastiment, qui seront de boix de sapin au choix dud. sieur de Comère, fere les tampes des arcades et embancz et tauliers de pal touquat avec les ais au dessus44, fere les drapiers garnys d’ais et les marchepiedz de la grande boutique et rière boutique, sive planchiers, et lesd. drapiers seront garnis d’ais par derrier contre les murailhes et migenseries, couverture au dessus et planchier pour tenir les draps, fere le petit degré pour monter du maguesin au contoir, fere aussy les barres nécessaires qu’il fault mettre au dernier des tampes pour asseurer les boutiques. Finallement l’entrepreneur sera teneu fere la migenserie, qui sépare l’escalier d’avec la galerie et petite chambre qui est entre la grande basse court et petite court des escuyeries, de la longueur de trois cannes et de la haulteur de tout le bastiment à prandre despuis le plain pied de lad. basse court jusques au plus hault dud. escalier, et sera faict de boix de chesne en corondat ou crosilhat, pour le bastir de violete en massecanat, et mettre les cartons le long de la grande et petite gallerie pour servir à estendre les draps tant par dehors que par dedans suivant l’ordonnance que luy sera bailhée. Come aussy sera tenu de fere les fermeures, sive migenseries, des deux chambres qui prenent jour du cousté du petit peyrier des escuyeries de chassilhat ou autrement au choix dud. sieur Comère, et fere les couvert dud. escalier et achèvement des galleries attandant de fere autres couvertz à la volonté dud. sieur Comère, lequel couvert dud. escalier sera faict pour la conduicte des eaux pour empêcher qu’elles ne puissent gaster rien aux bastimens dud. sieur Comère, et fere couvrir de tuille canal led. couvert et du couvert qui sera gasté à l’entour dud. escalier. Aussy sera tenu de resfere le planchier à neuf du cabinet de la rière boutique à cause qu’il estoict trop court, resserrer le degré qu’il a faict à neuf pour s’estre eslargy et retreté. Encore de plus sera tenu et promect led. Monnens conduire pour led. sieur Comère la vis qu’il veult fere fere au bastiment de sa metterie de Canalz, à la charge que led. sieur Comère luy fera la despence de bouche et lui bailhera ung cheval pour aller et revenir, et aussy promect de plus led. entrepreneur luy donner huict journées pour travailher de son art dans la ville de ce que led. sieur Comère vouldra fere, et allant aulx champs led. sieur Comère luy fera aussy la despence. Toutz piègemens et desmolitions faictz et à fere sont comprins dans le présent bail. Et pour fere toute lad. besoigne cy dessus expéciffiée led. sieur Comère sera tenu fornir toute sorte de matériaux à pied d’œuvre, sans que led. entrepreneur soict tenu à rien fornir que ses otilz tant seullement, engins et cordages nécessaires pour monter les saumiers et autres boix. Laquelle besoigne led. Monnens promect et sera tenu fere et parfere, et à ces fins tenir les ouvriers nécessaires à fere lad. besoigne, dans six mois prochains à conter de ce jourd’huy, et commencer d’y travailher dès demain et sans discontinuer lad. œuvre qu’elle ne soict entièrement parfaicte. Le tout moyenant le prix et some de quatre cens cinquante livres tournois, en déduction de laquelle led. sieur Comère a illec payé et advancé aud. Monens entrepreneur cinquante livres, en six pistolles d’Ytalie, quartz d’escus et autre monoye jusques au parfaict desd. cinquante livres, en ma présence et tesmoingz nombrées et retirées par led. Monens, qui s’en contente, en quitte led. sieur Comère, lequel promect luy payer les quatre cens livres restans dud. prix à mesure qu’il luy fera et advancera lad. besoigne, fin d’icelle fin de paye. Et pour ce dessus observer et n’y contrevenir, à peyne de toutz despens, domages et intérestz, lesd. sieur Comère et Monens respectivement, chacung en ce que luy concerne, obligent leurs biens présentz et advenir quelconques, mesmes led. Monens sa personne, que soubzmetent aulx rigueurs de la séneschaucée de Thle et autres de ce royaume, et sans préjudice des précédens bailz de besoignes qui ont esté faictz par led. sieur Comère aud. Monens et autres payemens que led. Monens a receus dud. sieur Comère sur le prix desd. besoignes, lesquelles led. Monens sera tenu et promect parfere de jour en jour au plus tost que fere se pourra suivant qu’il est obligé par les contractz desd. bailz, et viendront lesd. parties à compte desd. payemens et se feront la contente l’ung l’autre, ainsi l’ont jeuré avec les renonciations nécessaires. Èz présences des sieurs Pierre Levesville, architecte en Thle, Louys David, merchant, et Annet Maistre, praticien, dud. Thle habitans, soubzsignés avec led. sieur Comère, led. Monens entrepreneur a dit ne scavoir signer bien a faict sa marque, et moi note royal soubzsigné.

(Signé :) P. de Comère. Marque de Monens. P. Levesville, présent. Moy présant, David. Maistre, pnt. Adenet, note.

(En marge :) Du 11 octobre 1624 au 29 mars 1625, quittances pour un total de 300 livres, Monens promettant d’achever la besogne à Pâques [30 mars 1625].

66 
11 mai 1625 
Bail à besogne passé par Pierre Comère avec Guillaume Monens

3E 38, 1ère partie, 150 vo-151 vo

  • 45 Le passage « joignant… sa demeure » est ajouté à la fin.
  • 46 Suivent deux lignes et demie annulées par des ratures.
  • 47 Bon, merchant et de recepte ajouté à la fin.
  • 48 Soit le 24 juin, mais ce délai n’est pas respecté : 3E 38, 1ère partie, 237 ro-vo.

9L’an mil six cens vingt cinq et le unziesme jour du mois de may, en Thle, après midy, régnant très chrestien prince Louys etc., par devant moy note royal et dans la maison de Pierre Levesville, mre architecte aud. Thle, constitué en personne noble Pierre de Comère, bourgeois dud. Thle, lequel a bailhé et bailhe à fere à Guilhaume Monens, mre charpentier dud. Thle, y présant et acceptant, scavoir est une vis entière faicte à neuf puis le plain pied de la petite basse court de la maison que led. sieur de Comère a scize aud Thle, rue des Bancz Majous, qui confronte d’un cousté avec maison de monsieur Laurens, merchant grossier, joignant la grand maison dud. sieur Comère où il faict sa demeure45, jusques à l’haulteur du couvert du galetas, et lad. vis sera composée de quatre montées, et y mettre ausd. montées les marches et marchons et soubzpentes nécessaires faictes de boix de sapin de gros postam scié exprès d’ung pitron party en quatre parties, et fere46 du cousté du privé une clouaison qui sera de la largeur de lad. vis, qui prandra despuis le premier saumier d’en bas jusques à l’haulteur du galetas, et icelle vis et clouaison et arbre de lad. vis seront le tout de boix de sapin, et lad. clouaison sera faicte en corondat. Plus led. entrepreneur sera tenu fere ung plancher au hault du galetas, qui sera composé de trois saumiers, sive razals, et au dessus desd. saulmiers mettre les travetes esloignées à ung pam et quart l’une de l’autre pour poster à travers come les autres planchiers de lad. maison et come celluy qui est au dessoubz du susd. À l’effaict de laquelle besoigne led. Monens sera tenu fornir toutz matériaux come saumiers, files, postam, pitrons pour fere les marches et soubzpentes, arbre de la vis, le tout boix de Garonne bon, merchant et de recepte47, chevilhes, cloux, fouilhons, et le tout bien fere et parfere ainsin que l’œuvre le requiert à parfaiction, entre cy et la feste Sainct Jean Baptiste prochain48, moyenant la some de cent soixante livres tournois, en déduction de laquelle led. Monens a reçu présantement cent livres dud. sieur Comère, en quartz d’escus et autre monoye jusques au parfaict desd. cent livres en ma présance et tesmoingz nombrées et retirées par led. Monens, à ce toutesfois comprins trante quatre livres dix sous qu’il receust le neufviesme du courant dud. sieur pour achapter trois pitrons et trois pialz bastardz pour lad. besoigne, desquelles cent livres led. Monens se contente et en quitte led. sieur Comère, auquel promect les tenir en compte sur lesd. cent soixante livres, le restant desquelles, qu’est soixante livres, led. sieur Comère promect payer aud. Monens à mesure qu’il fera et advancera lad. besoigne, fin d’icelle fin de paye. Et pour l’observation de ce dessus sans y contrevenir, à peyne de tots despens, domages et intérestz, lesd. parties respectivement, chacune en ce que luy concerne, obligent leurs biens présantz et advenir, mesmes et par exprès led. Monens sa personne, que soubzmetent aulx rigueurs de la séneschaucée de Thle et autres de ce royaume, sans préjudice ausd. parties d’autres bailz de besoigne que led. sieur de Comère a bailhé à fere aud. Monens par divers contractz ausquelz n’est en rien desrogé ains icelles parties y satisfairont de poinct en poinct selon leur forme et teneur en ce que reste, et particullièrement led. Monens promect de continuer et fere au plus tost lesd. besoignes en la forme qu’il est obligé par lesd. contractz, ainsin l’ont jeuré avec les renonciations nécessaires. Èz présances de susd. Pierre Levesville, Jean Pagès, marchant, Claude Coignet, organiste, et Annet Maistre, praticien dud. Thle, soubzsignés avec led. sieur de Comère, led. Monens a dit ne scavoir signer bien a faict sa marque, et moy.

  • 49 Il s’agit du passage supprimé signalé note 46.
  • 50 Pour tous ces travaux, Pierre Comère fait, de juillet 1622 à mars 1625, de nombreux achats de terre (...)

(Signé :) P. de Comère, appreuvant les raseures de deux lignes et demi49. P.Levesville. Marque de Monens. C. Coignet. J. Pagès, pnt. Adenet, note50.

67 
22 octobre 1625 
Règlement de compte entre Pierre Comère et Pierre Vidal

3E 5620, 1ère partie, 411 ro-413 ro

  • 51 3E 5620, 1ère partie, 293 vo-294 vo: les experts qui tranchent le litige sont Didier Sansonnet et J (...)
  • 52 Lire Cluzel.
  • 53 Deniers omis.
  • 54 Deniers omis.
  • 55 Deniers omis.
  • 56 Le travail fait par Vidal pour Pierre Comère n’ayant apparemment pas fait l’objet d’un acte notarié (...)

10L’an mil six cens vingt cinq et le vingt deuxiesme jour du moys d’octobre, en Thle, après midy, régnant Louis etc., devant moy nore royal et tesmoingz, dans la maison de noble Pierre de Comère, bourgeois de Thle, constitués en leurs personnes led. sieur de Comère, d’une part, et Pierre Vidal, maistre tailheur de pierre dud. Thle, d’autre, quy ont dit qu’en conséquence du contrat d’arbitraige passé entre eulx le treitziesme juillet dernier, retteneu par moy nore51, les expertz y només, après avoyr procédé aulx canaiges des pierres dont est question, fournyes par led. Vidal aulx bastimens que led. sieur Comère a fait fere en sa grand maison des Changes ayant apartenu à monsieur de Crusel52 secrétaire, ont truvé que toutes lesd. pierres fournyes, comme dit est, par led. Vidal se montoit la somme de unze cens soixante livres huit soulz dix deniers, et pour raison de ce en ont dressé leur rellation en dacte du sixiesme septembre dernier, à laquelle sentence toutes partyes auroyt aquiessé. Et de tant que led. Vidal avoyt fait et fourny autres pierres et ouvraiges pour led. sieur Comère ausd. bastimens quy n’estoit comprins dans lad. sentence arbitralle et de quoy led. sieur Comère et icelluy Vidal estoit d’acort, icelluy sieur Comère et led. Vidal ont dit avoyr ce jourd’huy fait compte de toutes les sommes que led. Vidal a receues dud. sieur Comère et de ce qu’estoit deub à icelluy Vidal pour toutes choses par luy faites et fournyes ausd. bastimens jusques au jour présent, tellement qu’il estoit truvé avoyr receu dud. sieur Comère, tant en argent comptant que pierres, la somme de treitze cens quarante six livres quinse soulz et cinq deniers, scavoir en deniers comptans neuf cens quarante neuf livres troys soulz et troys cens nonante sept livres doutze soulz et cinq [deniers]53 pour payement de pierre. Et quand à ce quy peult estre deub aud. Vidal, il c’est truvé par led. arresté de compte luy estre deub premièrement la susd. somme de unze cens soixante livres huit soulz et dix [deniers]54 contenue en lad. sentence arbitralle, plus la somme de cent cinquante troys livres pour neuf croisières à double corniche faites ausd. bastimens et autour des galeryes vers la basse court, plus cent quarante quatre livres pour doutze fenestres bastardes faites et posées ausd. galeryes vers lad. basse court, et huit livres pour dix gaffonières pierre que led. sieur Comère envoya à sa meterye de Canalz, revenant lesd. partyes deues aud. Vidal à la somme de quatorze cens soixante cinq livres huit soulz et dix [deniers]55. Partant est deub aud. Vidal, pour parfere lad. somme à luy deue, la somme de cent dix huit livres treitze soulz et cinq deniers, laquelle somme de cent dix huit livres treitze soulz et cinq deniers led. sieur Comère luy a illec réallement payée, en pistolles, cartz d’escu et autre monoye, de laquelle est content. Et moyennant ce led. sieur Comère et led. Vidal demeureront quites les ungz envers les autres de toutes choses qu’ilz ont heu affere ensemble cy devant jusques au jour présent56, ayant chacung d’eulx payé le droit et taxe de la susd. sentence arbitralle, quy montoit pour chacung vingt une livres. Et pour l’observation de ceste quitance lesd. partyes obligent leurs biens présens et advenir, que soubzmetent à justice. Présens sieur Charles Vidal, merchant, et Jean Pagès, aussy merchant dud. Thle, et Géraud Grenyer, praticien de Thle, soubzsignés avec les partyes et moy.

(Signé :) P. de Comère. P. Vidal. J. Pagès, pnt . Granier, pnt . C. Vidal, pnt . J.Massoulié, note.

68 
17 février 1626 
Bail à besogne passé par Pierre Comère avec Claude Pacot

3E 5621, 3e partie, 74 ro-75 vo

Indiqué : C. Bourdieu-Weiss, « Un architecte toulousain du XVIIe siècle : Claude Pacot », Ann. Midi, t. 113, no 234, 2001, p. 161.

  • 57 Il est vraisemblable que ce dessin est de Levesville puisque, lorsque Pacot intervient, les piédroi (...)
  • 58 Le passage « quy sont les bastardes… six livres » est ajouté à la fin.
  • 59 Le passage « s’obligeant led. Pacot… sans autres matéryaux » est ajouté à la fin.

11Aujourd’huy dix septiesme de febvrier mil six cens vingt six, en Thle, après midy, régnant Louys etc., devant moy nore et tesmoingz, dans la maison de noble Pierre de Commère, bourgeoys de Thle, constitué en personne Claude Pacot, tailheur de pierre en Thle, lequel de gré promet et s’oblige par ses présantes audict sieur Commère, acceptant, luy fere et parachever la besoigne consernant le dessain mis sur une feulhe papier57, lequel a esté paraffé par moy nore par les mots ne varietteur et retiré par led. sieur Commère, lequel dessain est pour fere les croisières, bastardes, demy croisières et cartz de croisières, sans y comprandre aulcuns pieds droitz atandu qu’ilz sont desjà faitz par autre mre. Laquelle besoignie entière ledict Pacot promet avoir faite et parfaite conformément au susd. dessain entre cy et le premier jour du moys de may prochain. Ausquelles fins fournira toute la pierre nécessaire qu’il y conviendra pour la facteure, laquelle doibt estre faitte toutte de pierre de tailhe. Les codières, montans et croisilhons et autres scizes de pierre seront d’especeur de troys cartz de pam et longueur des croisières et ouvertures jà faites des pieds droitz et brique tant sullement. Pour laquelled. besoignie et forniteure de pierre led. sieur Commère promet et accorde donner aud. Pacot la somme de trant six livres pour chasque croisière, et pour le surplus ne consernant lesd. croisières, quy sont les bastardes, icelles bastardes sera payés à raison chascune de trant livres et pour chasque demy croisée dix huit livres et chasque cart six livres58. Le montant du prix de laquelle besoigne led. sieur Commère le payera aud. Pacot à mesure que lad. besoigne se fera, fin de besoigne fin de paye. Prometant led. Pacot prandre toute la pierre que led. sieur Commère a au devant lad. maison à laquelle la susd. besoigne sera faitte, et ce à prix d’achept conformément come led. sieur Commère en a payé, le prix de laquelle tiendra lieu de payement sur le montant de la susd. besoignie. S’obligeant led. Pacot fere en considération de la présant besoigne une masque ou autre ornement, suivant la volonté du conducteur de l’euvre, à la clefz de la petite porte de pierre de tailhe respondant vers la grand rue, de quoi ne pourra icelluy Pacot rien préthendre. Sy promet fere aussy la coudière et couverture de la petite fenestre qu’est au desoubz du balet de la susd. maison servant de passage pour entrer dans les portes, ensemble une coudière à la demy croizée qu’est auprès de lad. fenestre, et metre troys pierres aux troys veues des caves du cousté de la grand rue, et fournira la pierre que y conviendra et led. sieur Commère tout le boys, chaux et sable que faudra aussy pour la susd. entière besoignie sans autres matéryaux59. Et ainsin convenu et accordé par partyes, lesquelles, chascun pour leur reguar, obligent tous et chascuns leurs biens présans et advenir, que soubzmetent à justice. Présans à ce Jacques Bergos, praticien de Thle, et Jean Gantes, marchant dud. Thle, soubzsignés avec partyes et moy.

  • 60 Plusieurs mots sont raturés dans le texte, notamment les quatorze que remplace le renvoi signalé no (...)

(Signé :) P. de Comère, apreuvant les susditz guidons et raseures de pro rata60. C. Pacot, apreuvant lesdis gidons. Bergos. J. Gantes. J. Massoulié, note.

(En marge :) 12 juillet 1628, cancellation.

Notes

1 3E 4745, 1ère partie, 8 vo-13 ro; AMT, CC 49-1, 104 vo : la surface totale est proche de 1 150 m2 (voir fig. 21). La demeure, aujourd’hui divisée entre plusieurs propriétaires, occupe les nos 9 rue Tripières, 3 et 3 bis rue Saint-Rome.

2 Actuellement no 7 rue Tripières. Les travaux sont exécutés par Laurent Goudal et Bernard Reilhac, maîtres maçons, et Guillaume Monens, maître charpentier : 3E 5573, 1ère partie, 192 vo- 194 ro, 2e partie, 119 vo-124 vo, 127 ro-vo. Achat de bois d’œuvre pour ce chantier : 3E 5614, 2e partie, 24 vo-25 vo.

3 3E 5617, 1ère partie, 1 ro-2 ro, 259 vo-261 ro. Voir 62.

4 3E 5573, 2e partie, 120 vo.

5 3E 5617, 2e partie, 196 ro-197 ro.

6 G. Costa, « Pierre Levesville, l’œuvre d’un architecte orléanais dans le Midi de la France pendant le premiers tiers du XVIIe siècle », 96e Congrès national Soc. sav., Toulouse 1971, Archéologie et Histoire de l’Art, t. 2, pp.348-350 : l’arsenal est agrandi en 1620.

7 3E 5618, 1ère partie, 110 ro-111 ro.

8 3E 5618, 1ère partie, 145 ro-147 ro: les deux locataires envisagent dès lors de renoncer à louer le bâtiment sur la grand-rue, ce qui va en laisser la libre disposition à C omère.

9 Il a travaillé au chantier de l’arsenal de l’hôtel de ville ; plus tard il exécute en l’église Saint-Sernin des travaux recommandés par Levesville, et se voit finalement chargé par celui-ci, à l’article de la mort, de mener à bien son dernier chan tier : G. Costa, Ibidem, p. 349, note 94, pp. 355 et 366.

10 Voir plus bas, p. 243.

11 Une galerie construite sur les plans de Levesville par le maçonJean de Saint-Paul dans l’hôtel de Pierre Simon de Buet (5 rue de la Pomme) n’a pas laissé de traces : 3E 2703 1ère partie, 214 ro-215 ro, 3E 5777, 1ère partie, 825 ro, 3E 3332, 346 vo-347 ro, G. Costa, Ibidem, p. 333.

12 J. Chalande, « Les deux hôtels des Comère, capitouls à Toulouse », Bull. Soc. archéol. Midi France, no 41, 1911-1912, p. 286, et Histoire des rues de Toulouse, t. 2, p. 277, G. Ahlsell de Toulza, L. Peyrusse, B. Tollon, Hôtels et demeures de Toulouse et du Midi toulousain, p. 87.

13 La longueur des bâtiments reconstruits est exactement celle de la façade actuelle : voir 65.

14 Lorsqu’il rédige son testament, le 2 novembre, il se dit en bonne santé, mais le lendemain se sait atteint de la maladie, dont il meurt avant le 15 : 3E 41, 2e partie, 266 ro, 273 vo, 276 ro.

15 3E 41, 2e partie, 273 vo-308 vo.

16 Lespetites maisons contiguës dela rueTripières n’en seront séparées qu‘à la fin du XVIIIe siècle : AMT, 1G 5, p. 90.

17 Cette division, dont la date reste imprécise, est attestée par le cadastre de 1680 : AMT, CC 81 et CC 116, moulon 19, parcelles 3 et 4.

18 Pierre Soulier et François Duconseil, marchands épiciers : 3E 5617, 2e partie, 196 vo.

19 La chapelle de la maison professe des jésuites, construite en 1621 sur le côté nord de l’actuelle rue des Marchands, est alors sous le vocable de Saint-Louis : J. Chalande, Histoire des rues…, t. 1, p. 449.

20 Aulx murailhes neufves qu’ilz feront ajouté à la fin.

21 La maison achetée par Pierre de Fraxino, docteur et avocat au parlement, en 1616 (AMT, CC 52, 63 ro), se trouve rue Mage, no 13 ; elle ne conserve apparemment rien des importants travaux qu’y exécutent, en1616-1617, Blaise Gilais, Georges Alègre et Didier Sansonnet : 3E 5572, 1ère partie, 232 ro-234 ro, 267 ro-268 ro, 276 vo-278 ro, 305 vo-308 ro, 3E 5573, 1ère partie, 250 vo- 252 ro, 2e partie, 4vo-5 ro, 86 ro-vo, 88vo-92 ro, 3E 3333, 810 ro-811 vo, 911 ro-912 ro, 3E 3334, 27 ro- 28 ro.

22 Tenus omis.

23 Tenus omis.

24 14 mars 1625, autre quittance de 1 607 l. 5 s. pour sommes perçues entre le 19 janvier 1624 et le 9 mars 1625 (3E 5620, 1ère partie, 115 ro-116 ro) ; 3 juin 1625, autre quittance de 276 l. 17 s. 9 d. d’une part et de 36 l. d’autre part pour des travaux supplémentaires (3E 5620, 2e partie, 229 vo- 230 vo). Il n’y a pas trace de cancellation de ce contrat.

25 Le passage « ainsin qu’apert… ces jours passés » est ajouté à la fin.

26 Le passage « m esmes à l’ouverture… en loaige » est ajouté à la fin.

27 Lire meunière.

28 Le passage « en desduction… qu’il luy donne » est ajouté à la fin.

29 Pierre de Clusel, avocat au parlement : 3E 4745, 1ère partie, 9 ro.

30 En réalité le 14 : voir 60.

31 C’est-à-dire P ierre Levesville.

32 Où Pierre Comère posséde une métairie : voir 65 et 67.

33 Le passage « et en oultre fere toutes les portes… led. degré » est ajouté à la fin.

34 Par omis.

35 Les frères Arnaud et Louis Laffont sont locataires d’une des petites maisons que Comère a fait bâtir dans la rue Tripières : 3E 5617, 1ère partie 135 ro-vo.

36 Le passage « seront composées lesd. galleries… alléguées » est ajouté à la fin.

37 Desd. cabinetz et chambres ajouté à la fin.

38 Le passage « en déduction de lacquelle… contant », ajouté à la fin sans signe de renvoi dans le texte, a été rétabli à l’endroit qui a paru convenable.

39 Lire pro rata .

40 Pour ce travail de massonnerie, qui inclut les « arvoutz » ou « arceaux » faits à neuf mentionnés par ce texte, le contrat, s’il a exis té, manque.

41 La maison de feu Guillaume Cardon, alors aux mains de Guillaume Raymond, marchand, et Pierre Airal, bourgeois, a disparu, à l’angle sud des rues Saint-Rome et Tripières : AMT, CC 49-1, 106 ro.

42 Maison disparue, à l’angle sud des rues Saint-Rome et du Puits-Vert : AMT, CC 50, 6vo.

43 Jean Laurens, marchand, voisin du côté nord (AMT, CC 49-1, 104 ro), qui a fait construire sa maison en 1613 (voir annexe 1, p. 277).

44 Ce travail de fermeture des boutiques est ensuite confié par Monens à Pierre Courrière, charpentier, qui reçoit 24 l. de Comère (3E 5620, 2e partie, 419 ro-vo). Les deux boutiques ont alors trois ouvertures ; celle donnant sur la rue Tripières a été murée depuis.

45 Le passage « joignant… sa demeure » est ajouté à la fin.

46 Suivent deux lignes et demie annulées par des ratures.

47 Bon, merchant et de recepte ajouté à la fin.

48 Soit le 24 juin, mais ce délai n’est pas respecté : 3E 38, 1ère partie, 237 ro-vo.

49 Il s’agit du passage supprimé signalé note 46.

50 Pour tous ces travaux, Pierre Comère fait, de juillet 1622 à mars 1625, de nombreux achats de terre et sable, brique et bois (3E 5617, 1ère partie, 254 ro-vo, 3E 5618, 1ère partie, 418 ro-vo, 451 ro-452 ro, 576 ro-577 ro, 3E 5619, 1ère partie, 114 ro-115 ro, 211 ro-212 vo, 2e partie, 42 ro, 50 ro, 3E 37, 2e partie, 302 vo-303 vo, 3E 5620, 1ère partie, 101 ro-vo), pour un montant supérieur à 1 535 l. car les prix ne sont pas toujours indiqués ; pour la pierre, voir 67 et 68. Des travaux secondaires sont ensuite demandés à d’autre maçons (Jean et Pierre Boutiq, père et fils : 3E 5620, 2e partie, 279 ro-281 vo, 284 ro-vo; Pierre Calhau et Antoine Soulan : 3E 40, 1ère partie, 147 ro, 2e partie, 157 vo-159 ro) et charpentiers (François Valles, Antoine Capéran et Achille de Léros : 3E 5620, 2e partie, 428vo-433 vo, 3E 39, 2e partie, 371vo-372 ro), mais il n’est pas sûr que tous soient réalisés. Par ailleurs, Archambaud Cahuzes fournit toute la menuiserie des baies pour au moins 300 l. (3E 5619, 1ère partie, 221 vo-223 vo, 3E 5620, 2e partie, 304 vo-306 vo), François Caubet toute les ferrures et serrures pour 277 l. 11 s. (3E 37, 1ère partie, 233 ro-234 ro, 3E 38, 2e partie, 297 vo-299 vo), Firmin Delo les vitres pour 40 l. 10 s. (3E 5623, 2e partie, 5 ro-vo).

51 3E 5620, 1ère partie, 293 vo-294 vo: les experts qui tranchent le litige sont Didier Sansonnet et Jean Mercier, puis Dominique Capmartin.

52 Lire Cluzel.

53 Deniers omis.

54 Deniers omis.

55 Deniers omis.

56 Le travail fait par Vidal pour Pierre Comère n’ayant apparemment pas fait l’objet d’un acte notarié, on peut seulement déduire de son coût son importance certaine.

57 Il est vraisemblable que ce dessin est de Levesville puisque, lorsque Pacot intervient, les piédroits des fenêtres sont déjà dressés.

58 Le passage « quy sont les bastardes… six livres » est ajouté à la fin.

59 Le passage « s’obligeant led. Pacot… sans autres matéryaux » est ajouté à la fin.

60 Plusieurs mots sont raturés dans le texte, notamment les quatorze que remplace le renvoi signalé note 58.

Table des illustrations

Légende Fig. 21. Cadastre de 1680. Capitoulat Daurade, moulon 19. Parcelles 3-4-5 :hôtel Comère. © Archi. Mun. de Toulouse, CC 116.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/35908/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 100k

© Presses universitaires du Midi, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search