Version classiqueVersion mobile

Demeures toulousaines du XVIIe siècle

 | 
Michèle Éclache

Documents

L’Hôtel Le Masuyer

Texte intégral

  • 1 AMT, CC 48, 81 vo-82 ro: les trois terrains réunis constituent une parcelle de plus de 1 900 m2 (vo (...)
  • 2 J.-P. Babelon, Demeures parisiennes sous Henri IV et Louis XIII, p. 120.
  • 3 M. Manière, « L’hôtel Le Masuyer », L’Auta, no 318, 1986, p. 196. Les parents et la première femme (...)
  • 4 Contrat de mariage du 5 septembre 1615 (3E 6236, 495 ro et suiv.). La future doit avoir au plus dix (...)
  • 5 Elle est au-dessus du grand escalier et desservie par l’aumônier dont Le Masuyer s’est attaché les (...)
  • 6 3E 969, 385 ro-386 vo, 387 vo-388 vo.
  • 7 On ignore sur quel document se fonde A. de Beauregard, Parlement de Toulouse : la société parlement (...)

1L’hôtel construit de 1621 à 1623 pour Gilles Le Masuyer, premier président au parlement (5 rue de la Dalbade) conserve encore une grande part de son mystère. Son emplacement au fond de ruelles inaccessibles, avec pour limite à l’arrière l’ancienne Garonnette, l’isole à la fois de la circulation et de la vue1. Cette disposition sur une parcelle « en poêle à frire », caractéristique de l’hôtel parisien à cette époque2, s’explique sans doute par l’origine du commanditaire, qui a été formé et a commencé sa carrière dans la capitale3, avant de succéder en sa charge à François de Clary, dont il devient le gendre4. C’est aussi sans doute à l’imitation de ces demeures qu’il y fait aménager une chapelle5, la seule chapelle domestique connue à Toulouse pour l’époque. Autant que du paysage urbain, la demeure est à peu près absente des documents : ceux-ci nous apprennent que les travaux y commencent aussitôt après l’achat des terrains nécessaires, en juillet 16216, mais ne livrent rien sur le maître d’œuvre7. En revanche, un document précieux, un plan signé de Pierre Souffron, agissant à titre d’expert, donne l’état d’origine des lieux : totalement clos sur lui-même, cet hôtel apparaît, dans l’environnement toulousain, comme une réalisation exceptionnelle, à la mesure de son site si, comme le laisse entendre Le Masuyer, un rien mégalomane, celui-ci n’est autre que l’emplacement de l’ancienne résidence des comtes de Toulouse…

Fig. 17. Cadastre de 1680. Capitoulat Dalbade, moulon 11. Parcelle 19 :
hôtel Le Masuyer. © Archi. Mun. de Toulouse, CC 114.

55 
30 septembre 1621 
Bail à besogne passé par Gilles Le Masuyer avec Raymond Bermont

3E 290, no 40

  • 8 D’après 3E 278 : voir note 21.

Indiqué : A. de Beauregard, Parlement de Toulouse…, p. 307 et note 8518.

  • 9 Dès juillet 1621, achat de 100 milliers de tuiles planes, pour 1 750 l. (3E 28864, 618 ro-619 ro), (...)
  • 10 Jeanne de Comminges, veuve de Jean de Saint-Pierre, écuyer : AMT, CC 48, 82 ro. Achat du 24 juillet (...)
  • 11 Marie Anne de Salluste, conseiller du roi, maître des requêtes de la maison du roi et couronne de N (...)
  • 12 Louis Jacquemet, procureur au parlement, a fait construire sa maison en 1603, à l’emplacement du no(...)
  • 13 Lire entresolle.
  • 14 Aujourd’hui rue de la Fonderie, no 31.
  • 15 La demeure de feu Vital de Confort, avocat au parlement, occupe un emplacement à l’arrière du no 3  (...)
  • 16 Cela induit que la maison de Louis Dalbays, procureur au parlement, partie nord du no 3 actuel (AMT (...)
  • 17 Cette grange, usurpant l’espace public de la ruelle, ne sera pas construite : elle ne figure pas su (...)
  • 18 Lire relever.
  • 19 Aumônier de Gilles Le Masuyer : 3E 278, 515 vo, 3E 6251, 431 ro.

2L’an mil six cens vingt un et le dernier jour de septembre, dans Tholouze, avant midy, régnant très chrestien prince Louis par la grâce de Dieu roy de France et de Navarre, par devant moy nore royal et tesmoingz bas nommés, dans la maison d’habitation de messire Gilles Le Masuyer, vicomte d’Ambriers, seigneur de Fouilleuse, Assy et aultres lieux, chevalier, conseiller du roy en son consel d’estat et premier président en sa cour de parlement de Thle, personnellement estably led. seigneur Le Masuyer, premier président, d’une part, et Raymond Bermont, me charpentier de Thle, d’aultre, lesquelz ont faict les marchés entre eux qui s’ensuivent. Scavoir est led. me Bermont avoir entreprins de faire aud. seigneur Le Masuyer tous les bastimens qui desjà sont commencés9 et qui seront à estre faictz, selon les projectz advisés entre eulx, en deux maisons scises dernier le temple, par led. seigneur Le Masuyer acquises de la damoiselle de Saint Pierre10 et du sieur de Salustre11, entrejoignantz. Sera tenu led. Bermond de continuer d’abattre toutz et chacuns les bastimens vielz qui ont esté et restent encore sur pied èsd. maisons, faire de neuf toutz lesd. bastimens en ce qui est de son art de charpenterie. Et commencera par le corps du logis antien de Saint Pierre, qui a sept canes ou environ de long, à trois planchers et le comble de la haulteur qu’il est à présent eslevé, les salles de vingt un pan de hault, les chambres de dessus de dix neuf pans, celles du troyziesme estage de seize pans, et les greniers dessus de dix à unze pans, sur laquelle haulteur sera posé le comble. Plus faire pareilz trois planchers l’un sur l’aultre et le comble sur tout le surplus des vielz bastimentz qui sont à abbattre sur lad. faciade, tant sur le restant de lad. maison de Saint Pierre que sur la maison de Salustre, jusques contre les murs du temple, et ce sur la largeur des murs qui se commencent à bastir à l’alignement dud. viel corps de logis de Saint Pierre, sur la longueur de vingt canes ou environ ; mettra les pitrons à distance compétante l’un de l’aultre, les armer toutz et pousser les moulures et les files tailler et rabouter, le tout bien chevillé, remanier les planchers de dessoubz les salles où il n’y a point de voultes et y mettre les pièces de charpenterie que besoing sera pour le soustènement des saumiers, ensemble alonger les planchers qui y sont jà faictz jusques à la nouvelle muraille qui se construict mesmes soubz la cuisine où il s’y feront des caves et escueries. Plus faire pareillement trois planchers l’un sur l’aultre et le comble du corps de logis qui est despuis la maison de Jaquemet12, qui viendra joindre le susd. corps de logis sur la longueur de quatorze canes ou environ et un faux plancher s’il y eschet en forme d’entreselle13. Comme aussy à un aultre petit corps de logis sur pareille haulteur, qui s’establira de trois canes et demie de large ou environ, pour la séparation du couvent des religieuses de Sainte Claire14 et de la maison dud. seigneur premier président, de trois haulteurs de planchers et le comble de pareille haulteur, oultre y faire les planchers des caves de dessoubz. Comme aussy les planchers qu’il conviendra faire en un petit corps de logis qui sera composé d’arcades dessoubz, despuis le coing du pavillon des héritiers de me [blanc] Confort, vivant docteur et advocat15, le long de la maison de Dalbays16 et de la maison dud. Jaquemet, qui aura quatorze pans de large sur pareille haulteur de planchers et comble. Sera tenu led. Bermont faire trois escaliers à repos ausd. logis, scavoir un contre l’arcade qui est faicte près la maison de Jaquemet, un aultre au lieu où est à présant l’antichambre, qui a dix huict pans de large, qui sera le principal escalier, et le troiziesme aud. corps de logis qui sera faict près du couvent desd. religieuses, lesd. escaliers à repos, marches macisses et poussées de moulures qui soient honnestes, le tout de fondz en comble c’est à dire despuis les caves, où besoing sera, jusques aux greniers. Plus sera tenu led. Bermont entrepreneur faire une grange, de quatre à six canes de long, au derrière dud. corps de logis qui joint celuy de Jaquemet, scavoir est à l’espace d’entre iceluy et la cour du temple, au lieu qui servoit cy devant de rue pour aller à lad. maison de Saint Pierre et en faire le comble17. Sera tenu led. entrepreneur faire toutes les mesgenseries que désirera led. seigneur estre faictes au total desd. bastimentz, scavoir est aux trois estages dud. viel corps de logis de Saint Pierre et aux estages de dessus la grande salle qui sera, et semblablement à toutz les aultres corps de logis où il n’y aura point de mur de séparation, mesmes pour la gallerie haulte que désire faire led. seigneur au dessus du troiziesme plancher, pollir toutes les fustes et les faire avec du corondage ou ais au choix dud. seigneur, poser en oultre, le long des murs où il n’y a point de pitrons, quelques postes contre les murailles et entre les pitrons, de l’espoisseur d’iceulx, et au dessoubz de cartons pour porter les tapisseries, comme aussy le long des murs des planchers par bas une fuste autour d’iceluy. Sy led. seigneur désire faire faire quelques planchers de bois de sapin pour un cabinet bien joincté, sera tenu led. Bermont de le faire, et généralement tous ouvrages de l’art de charpenterie pour mettre à perfection tous les susd. corps de logis de fondz en comble. À l’effect de toutz lesquelz ouvrages il sera tenu d’employer tout le bois viel des démolitions faictes et à faire pour le mettre aux lieux moingz recommandables et la relaver18 s’il est de besoing avec le rabot, et tout le surplus desd. ouvrages les faire bien et deuement, au dire de gens à ce cognoissantz, de bois neuf, poser aultant de pitrons qu’il sera nécessaire, et les soliveaux poser à trois quartz de pan, piqués et rabotés, et toutz les susd. pitrons de tous les corps de logis aussy bien picqués et rabotés, garnis de leurs simaises, poussés chacun de leur moulure. Sera tenu led. entrepreneur de poser le postan par dessus les soliveaux desd. trois planchers de chacun desd. corps de logis bien picqués et rabotés, cloués et chevillés, et le tout posé au long à la françoise. Seront toutz les chevrons des couvertz et combles desd. logis posés à deux pans et demy de distance l’un de l’aultre, garnis des garronières, ventrières, biscles et arbalestriers nécessaires pour porter le couvert des corps de logis, lequel couvert sera latté par dessus les chevrons tout touquat et tout couvert de postan. Pour toutz lesquelz ouvrages, tant commencés à faire que ceux qui sont à continuer ou commencer jusques à la perfection d’iceux, tant à desmolir que à bastir de neuf, led. seigneur fournira tout le bois, tant viel que neuf, et tous clous et chevilles nécessaires à ses frais et despens et oultre, moyenant le prix et somme de douze cens livres, que led. seigneur sera tenu payer aud. Bermont pour le total prix desd. ouvrages et peine dud. entrepreneur et de ses ouvriers, dont jusques à présent a led. Bermont receu, comme il a confessé, à diverses fois, la somme de trois cens vingt cinq livres, et les huict cens septante cinq livres restans sera payé au fur que la besoigne s’advancera. Moyenant lesquelz payemens qui ainsy seront faictz, a led. Bermond obligé à l’exécution de ce que dessus toutz et chacuns ses biens présentz et advenir, mesmes sa personne propre à tenir prison, car ainsy le tout a esté accordé et convenu entre lesd. parties, qu’a soubzmis à toutes rigueurs de justice. Présens à ce me Jacques Gatinel, bachellier en théologie19, et me Estienne de Camps, secrettaire dud. seigneur premier président, tesmoingz appellés, signés avec led. seigneur premier président, led. Bermont a dit ne scavoir, et moy.

  • 20 Achat, par Le Masuyer, de terre et de bois à bâtir (3E 969, 451 ro, 3E 6250, 523 vo, 3E 6251, 430 v(...)

(Signé :) Le Masuyer. Gastinel. De Camps, prét. A. Arnauld, note20.

  • 21 La copie de ce contrat se trouve en effet dans 3E 278, 546 ro-vo (registre de minutes d’Antoine Arn (...)

(En marge :) Est incéré sur le registre21.

56 
22 septembre 1622 
Procès-verbal de Pierre de Chastenet, commis par la chambre des requêtes du parlement

  • 22 Cahier de 6 pages abîmé à la pliure et au coin inférieur droit, ce qui a fait disparaître quelques (...)

73J 2, nos 30-3122

  • 23 Cette requête se trouve dans 73J 2, no 32.

3L’an mil six cens vingt deux et le judy vingt deuxiesme septembre, par devant nous Pierre de Chastanet sieur de La Coupette, conseiller du roy en sa cour de parlement de Thoulouze et commissere des requestes du palais et députté en ceste partye, à l’issue de la barre de la court est comparu me [blanc] Rochier, procureur en lad. cour et de messire Gilles Le Masuyer, vicomte d’Ambrières, conseiller du roy en son consel d’estat, premier président en sa cour de parlement de Thoulouze, d’une part, et [blanc] Castetz, procureur de monsieur de La Hillère, commandeur et trézorier de l’ordre de Saint Jean de Hiérusalem, et de monsieur Julles de Montmorancy, commandeur de Guaridech, d’aultre part. Par led. de Rocher aud. nom a esté dict que, en vertu de la requeste présantée par led. seigneur premier président le dix neufiesme de ce mois23 et sur laquelle nous aurions esté commis, il auroit faict assigner par devant nous lesd. sieurs de La Hillière et de Montmorancy pour estre procédé à la visitation, veue et figure de certain espace de logement sitz entre les maisons dud. seigneur premier président et dud. sieur de Montmorancy, dicte le temple, scises en ceste ville de Thoulouze, rue de la Dalbade, requérant qu’il nous pleust assigner heure aux parties à nostre comodité pour y vacquer et aux aultres fins de lad. requeste de laquelle il faisoit apparoir ensemble desd. exploictz. Et par led. de Castetz ausd. noms a esté dict consentir la descente sur les lieux, procès verbal, estre faict veue et figure à telles fins que de raison et sans préjudice du droit de ses parties. Sur quoy nous commissere susd., lecture faicte de lad. requeste respondue et d’exploictz d’assignation, avons donné acte aux parties de leur comparition et dires et ordonné que nous acheminerions sur les lieux ce jourd’huy, heure de quatre à cinq après midy, à laquelle heure les parties se rendroient sur le lieu, ou leursd. procureurs, pour estre procédé à l’exécution de lad. requeste.

4Et led. jour, cinq heures après midy, nous nous sommes acheminés au logis dud. sieur Le Masuyer premier président au lieu dict le canton de Pibrac, auquel lieu auroient comparu led. sieur premier président, assisté dud. Rochier son procureur, d’une part, et led. sieur de La Hillère, comandeur et trézorier de l’ordre Saint Jean, et monsieur de Rigail, aussy commandeur de Malte, et me [blanc] Simon, domestique dud. sieur commandeur de Montmorancy, assistés de Castetz aussy leur procureur, d’autre part.

5Par led. sieur premier président nous auroit esté dict que, ayant faict construire un grand corps de logis qui a trente canes de face d’un costé sur vingt d’aultre, aboutissant contre la maison du temple, despendant de la commanderie de Guaridech, apartenant aud. sieur de Montmorancy, il se trouvoit à l’encogniere dud. logis une grande difformité par dehors et une grande incomodité par dedans en ce que l’angle dud. grand corps de logis se trouvoit occuppé par led. sieur de Montmorancy, par le moyen d’une enclave qui faict un angle couppé de la sallie de sa maison du temple hors œuvre dans celle dud. sieur Le Masuyer, sur la largeur de deux canes en un coing revenant de long en pointe à quatre canes dans œuvre, place qui n’avoit esté cy devant mise à aulcun usaige saulf que despuis un à deux ans led. sieur commandeur y a faict quelques planchers, petite montée de bois, et pour y donner clarté y a faict perser la muraille à cest effect, et d’aultant que, oultre que la face dud. garderobbe qui est en triangle et bouge joignant, qui est fort désagréable et de peu de commodité aud. sieur de Montmorancy, il semble que ce lieu n’ayct esté cy devant des apartenances de lad. commanderie ains un passage du temps jadis qui estoit au public pour couler par led. canton de [Pibrac] à la rivière de Garonne, où il se trouve encores au pied u[n] vestige d’un viel portique qui a esté néanlmoingz inusité et bouché despuis, selon que lad. ville de Thoulouze, tout le long de lad. rue, a esté rehaussée à diverses fois d’une cane à douze piedz de hault. Il requéreroit volontiers suivant sa requeste que monsieur le grand maistre de Malte et messieurs de la vénérable langue de Provence l’acomodacent de tout led. recoing soit par forme d’inféodation ou de vente ou aultre acomodement de récompense telle qu’elle seroit arbitrée, requérant qu’il soit faict descente sur le lieu et que de la face d’icelle et consistance il en soit faict description, plan et figure si besoing est, et ce par tel que lesd. sieurs de La Hillère, de Montmorancy et de Rigail vouldroient prendre.

6Par lesquelz sieurs de La Hillère et de Rigail, assistés dud. Castetz leur procureur, nous a esté dict que la décision de cest affaire despendoit entièrement dud. seigneur grand maistre de Malte et de la vénérable langue de Provence, auquel effect consentoient que veue, figure, description et procès verbal feust faict et que le tout leur feust envoyé, se remetans à nous de nommer d’office tel expert que nous verrions propre à cest effect.

7Sur quoy nous commissere susd. avons donné acte ausd. parties de leurs dires et déclarations, et de leur consentement avons prins et nommé d’office pour expert me Pierre Souffron, me architecte du roy, directeur de la structure du pont de Thle, lequel ayant esté agréé par les parties et de luy prins le serment en tel cas requis et acoustumé, avons ordonné que présentement nous irions visiter lesd. lieux et que par led. Souffron en seroit dressé le plain et figure au vray et procès verbal pour servir ausd. parties ainsy que de raison.

  • 24 Cet ancien mur d’enceinte se trouvait dans le prolongement de celui qui subsiste dans les parties b (...)

8Ce faict serions entrés dans led. grand corps de logis dud. sieur Le Masuyer, qui a six canes de large ou environ, et nous a led. sieur Le Masuyer faict voir du costé d’occident et d’aquilon, dans l’encoigneure d’iceluy, aux offices de desoubz terre, un mur à angles obtus par dedans son logis, qui joinct de toutes partz la maison du temple, contre lequel, au dessus du retz de chaussée, est adossée une cheminée et à l’estage de dessus une autre cheminée, qui estoient de ses vielz logemens, lesquelles à présant sont presque abbatues à cause du grand bastiment neuf que led. sieur président faict faire, et nous a faict remarquer que led. mur n’est aulcunement lié dans lesd. murs de lad. maison du temple, mesmes que dans lad. seconde cheminée il paroissoit, à la chambre d’en hault, y avoir encores l’amboucheure fermée d’un four qui aultresfois avoit remply la concavité qui est derrière icelluy mur, c’est à dire en l’espasse qui va joindre lad. maison du temple. Puis nous serions acheminés dans la descente du jardin dud. sieur premier président qui nous a faict voir un quarré qui est en sallie d’iceluy d’un petit logement, lequel est fort bas et comme enfoncé dans terre, estant de douze pams sur seize de l’aultre face, lequel est grandement enfoncé dans les terres et descombres qu’on y a jetté de vielles ruynes. Et s’est trouvé en iceluy, à la faciade d’envers la rivière, qui est du costé d’occident, qui paroist encores descouvert, le hault d’un grand portail, lequel est bouché de brique, tout le bas duquel est bouché de ruynes. Par led. sieur premier président a esté dict que vraysemblablement c’estoit un viel portail par lequel ceux de la ville et du voisinage alloient à la rivière, d’aultant que antienement tous les murs de sa maison, qui a dix pans d’espois, estoit l’antiene closture de lad. ville de Thoulouze24 et du costé de lad. rivière et maison des comtes dud. Thle, et vraysemblablement la poterne par laquelle on aloit abruver les chevaulx desd. comptes, et que lesd. murs de sa maison suivent l’estendue dud. espace de mesme ordre, mesme manière et mesme antiquité, et les murs qui suivent apprès, qui est la maison du temple, sont d’un aultre ordre, aultre ma[nière] et basty plus de cent ou deux cens ans après.

9Duquel lieu, en présance que dessus, nousd. conseiller et commissere nous sommes acheminés en lad. maison du temple dans un corps de logis auquel loge led. sieur de Montmorancy dans deux chambres qui sont au rez de chaussée, et duquel lieu sommes entrés dans un petit garderobbe qui est en triangle longuet ; à l’entrée y a une trape pour descendre par une eschelle à l’estage qui est soubz terre, lequel avons veu composé d’environ deux canes de large sur quatre canes de long en triangle venant en poincte ; dans iceluy il y a un chauffoir qui est dans l’espoisseur du mur du costé d’occident, faict à l’enticque, et qu’on y a faict une montée de bois pour gaigner un estage au dessus ; et à costé d’iceluy un petit bouge qui a environ douze pams de large sur quatorze à quinse pams de long, faict de neuf, partie de tuille partie de torchis et corrondage, avec une petite cheminée, au dessus, dans la couverture duquel, on a faict une lucarne qui va donner jour dans led. garderobbe ; dans lequel garderobbe y avons trouvé une montée de bois faicte de neuf, et avons trouvé sur icelle un petit logement semblable à celuy d’embas, où n’y a point de jour sinon que de deux trous faictz en quarré qu’on a percé la muraille, qui ne sont enduictz ny acomodés en fenestres, lesquelz lesd. parties nous ont dict estre faictz et lad. petite montée despuis deux ans en ça, ny ayant eu rien auparavant ; et ne sont lesd. planchers sinon que de bois blanc sans estre couvertz de paviment selon l’usage ordinaire du pais.

  • 25 AMT, CC 48, 81 ro: la maison d’Isabelle de Cabreyrolles, veuve de Guillaume Duvergier, avocat au pa (...)
  • 26 Le débouché de cette ruelle dans la rue de la Dalbade (qui devait être entre les nos actuels 15 et  (...)

10Duquel lieu par la court de lad. maison du temple sommes descendus au jardin dud. sieur commandeur par une descente de bois à jour que lesd. parties nous ont dict estre faicte despuis trois mois en ça, où estant nous ont lesd. parties faict voir une descente antiene qui estoit pour aller aud. jardin à venir par lad. trape mais d’aultant qu’elle estoit très incomode que led. sieur de Montmorancy avoit faict fere tout exprès celle par laquelle nous estions descendus, mesmes nous ont faict voir dans la grange auprès de l’escuerie dud. sieur de Montmorancy, du costé de la maison de la damoiselle Duvergier qui est vers septentrion25, une muraille en laquelle y a le ceintre qui paroist d’une antiene porte qui servoit pour aller antienement vers la rivière par une ruelle qui paroist encores entre deulx murs bastis de terre, qui font séparations des jardins de lad. damoiselle Duvergier et de celuy dud. sieur de Montmorancy comandeur, lad. ruelle entre deulx qui a dix ou douze piedz de large jusques près la cheute de la rivière et par où les chevaulx desd. sieurs commandeurs souloient aller abruver à lad. rivière, où descent lad. petite ruelle26 entre lesd. maisons.

11Sur quoy nous conseiller et commissere susd., après que toutes lesd. parties en personne, assistées de leurs procureurs, sont demeurés d’accord de tout ce que dessus, en présance dud. Souffron, avons ordonné que nostre procès verbal en demeureroit chargé et que led. Souffron en dresseroit un plain et figure qu’il remetroit entre nos mains et délivreroit ausd. parties pour leur servir ainsy que de raison, et que le tout seroit envoyé ausd. sieurs grand maistre de l’ordre Sainct Jean de Hiérusalem et de la vénérable langue de Provence.

12Ce faict aurions ouy d’office Pierre Muguet et Jean Marcillac, maneuvres, lesquelz, après le serment par eulx presté en tel cas requis et acous[tumé] et sur ce enquis, nous ont dict avoir travaillé avec plusieurs aultres manœuvres, despuis huict à neuf mois, à faire les fouilles de lad. maison dud. sieur premier président, et qu’ilz ont trouvé jusques à deux rangs de pavé dans terre comme lad. ville ayant esté rehaussée, iceulx estant de huict à dix pams au dessoubz du rez de chaussée du pavé qui est à présant aud. lieu, et lequel ilz nous ont faict voir estre assemblé dans lad. cave, au pied du mur de la maison dud. sieur premier président en deux grosses pilles de caillou, lesquelz ont dict ne scavoir signer.

13Et plus par nousd. conseiller et commissere susd. n’a esté procédé aud. faict.

(Signé :) P. de Chastanet, commissere.

(Plus bas :) Escripvant soubz led. sieur commissere, Bofat.

57 
26 septembre 1622 
Procès-verbal d’expertise de Pierre Souffron

  • 27 Ce cahier de 4 pages est abîmé à la pliure et dans le coin inférieur droit, ce qui a fait disparaît (...)

73J 2, nos 28-2927

14Relation que met par devant vous, monsieur me Pierre de Chastanet, sieur de La Copette, conseiller du roy en sa court de parlement, comissere aux requestes du palais, Pierre Souffron, architecte du roy et directeur des œuvres du pount de Thle, pour satisfaire à vostre ordonnance du vingt deusième septambre par laquelle vous nous auries nommé d’office pour visiter et dresser veue et figure des lieux cy après spécifiés et de tout vous en faire raport et en dresser procès verbal.

  • 28 Voir fig. 18-19.
  • 29 Ce dessin malheureusement manque.
  • 30 Tant omis.

15En exécution de quoy et en suitte du serment que nous avons presté par devant vous mondict seignieur, et après avouer eu communication de la requeste présentée par monseignieur le premier président et de vostre procès verbal contenant soun dire et les parties y dénommées, je me suis transporté ès maisouns et plasses de messire Gilles Le Masuyer, viconte d’Ambrières, conseiller du roy en soun consel d’estat et premier président en sa court de parlement de Thle, et de monsieur Julles de Montmorancy, comandeur de Garidech, dicte la maisoun du temple, scise en ceste ville de Thle, rue de la Dalbade, cottée lettre A en la figure ou dessein qu’en avouns faict28 et au coing dict le canton de Pibrac, cotté B, et ay prins les mesures tant des loungueurs, largeurs, espesseurs que des hauteurs d’auquns murs desdictes maisons et sur lesdictes mesures ay dressé un plan le plus justement qu’il m’a esté possible, raportant les alliniemens suivant leurs angles drouetz, obtus ou egus, avec l’eslévation du costé de couchant qui représente la fasse des bastimens des susdicts seignieurs tant que contient l’un et l’autre estendue des bastimens du costé de couchant29, et ce pour fere vouer, tant par le plan que par l’eslévation [tant]30 à ceux quy aurount veu les places qu’à ceux quy ne les arount veuees, la conjountion d’une petitte plasse scise entre lesdictes deux maisouns, laquelle est ocupée par ledict sieur de Montmorancy à cauze de la susdicte maisoun du temple.

16Premièrement le bastiment qui faict fasse du costé du couchant devers la rivière de Garonne apartenant à monsieur le président Le Masuyer, cotté lettre C, a trente canes de loung sur cinq canes six pans de large au res de chaussée, le tout dans œuvre, icelle loungueur apliquée à comencer du costé des religieuses de Sainte Claire du Salin, qu’est vers le midy, à une chambre qu[i a s]ix canes de loung puis une salle de neuf canes de loung et [à] suitte, en tirant du costé de septantrion, ung degré à repos d’une cane de marche dans œuvre et deux chambres à suitte l’une de l’autre de cinq canes six pans de tout quarré, dans la dernière desquelles chambres, cottée D, qui jouent ladicte maison du temple, y a une enclave d’un trapèse aprochant de l’angle escalène, lequel n’est pouent lié aux murailhes de ladicte maisoun du temple ains seullement joint le bastiment du temple, et dudict costé d’icelluy ledict trapèse a de loungueur quattre canes, qu’est le costé de septantrion, cotté E, et du costé du couchant, cotté F, il a deux canes, et du costé d’orient il a ung pam et demy de large seullement, le tout dans œuvre. Lequel trapèse ocupé par ledict sieur de Mounmorancy est apliqué par dessous terre à ung estage très bas, cotté H, n’ayant que sept pans de hauteur, qui ne sert que pour aller à ung siège de nécessaire ; le segound estage, quy est au res de chaussée, cotté I, est de la hauteur de deux canes deux pans et demy, et cest estage est ung petit garderobe, et dans ycelluy y a ung degré de boues blanq, cotté K, qui parouet estre faict depuis peu et sert à mounter au trouezième estage, qui est une chambrette qu’est au dessus dudict degré et garderobe dudict trapèse, estant de la loungueur du costé du temple de quattre canes et du costé de couchant de deux canes et du costé d’orient d’un pan et demy, coume ce peut vouer par le dessein à l’endret marqué de jaune aux troues estages, auquelz estages deuzième et trouesième les planchés ne sount que de boues blanc faictz depuis peu sans estre couvers de careau ou pavé dessus coume l’oun a acoustumé fere en Thle. Au premier desquelz, quy est sous terre, y a une porte pour aller à ung siège de privé quy sert de porte et de veue desrobée, cottée L, venant d’autre veue. Au segount estage y a autre veue qui vient par une lucane qu’est sur le couvert, cotté M, qu’est le touet d’un petit lieu qu’est au devant dud. trapèse, duquel sera parlé cy après. Le trouesième estage dudict trapèse, quy est ladicte chambre en laquelle est ung petit chauffe pance, cotté N, de six pans dans œuvre, qui est dans l’espesseur du mur, et depuis deux ans ou environ on a faict deux petites ouvert[ures], cottées O, aux costés de ladicte chaufe pance pour donner [jour] à icelle chambre car il ne parouet que sy devant il y aye [eu] auqune ouverture pour donner lumière, ce quy justiffie qu’on ne s’en servoit pouent en auquns usages suivant les indisses qu’on y vouet, à cause que de la maison de monseignieur le premier président Le Masuyer se treuve en la murailhe du trapèse, contre lequel et dans l’espesseur ledict seignieur président y a de soun costé deux cheminées, cottées P, et à celle d’en hault, quy est de pareilhe hauteur qu’est le trouesième estage dudict trapèse, y avouet autres foues ung four, cotté Q, entrant dans la chambre dudict trapèse et l’emboucheure dudict four estouet à la segounde chemnée apartenant à monsieur Le Masuyer, ce quy est encore visible tant d’une part que d’autre où la gorge du four y est encorre, ce quy faict crouere que le trapèse a esté faict pour la comodité de ladicte maison dudict seignieur président et noun pour la maisoun du temple, coume il est probable par la gorge dudict four, quy donne à counouestre que le four estouet grant car la gorge du four

  • 31 Indisse sous-entendu.
  • 32 Lire demounstrent.

qu’est à ladicte cheminée est aussy grande qu’elle peut estre pour servir au plus grant four quy souet dans Thle ; l’autre31: pour entrer de la maisoun du temple dans ledict trapèse y a deux portes seullement, l’une pour entrer de la maizon dudict temple et l’autre pour passer dudict trapèse à une dessante qu’est sous terre pour aller ou au jardin ou à la rivière, et ycelles portes sount esté faictes loungtemps après que la murailhe quy faict séparation aux susdictes maizons a esté faicte, n’y ayant auqun indisse de porte sy ce n’est des ouvertures faictes loungtemps après à coups de marteaux et encorre bien grossièrement, l’une d’icelles portes, cottée R, est pour passer à ung passage pour aller au jardin et l’autre, qu’est dessus, pour entrer du passage des chambres dans la maizon du temple et ledict trapèse, cotté S. De plus est que les trente canes de murailhe du bastiment de monsieur le premier président Le Masuyer, du costé de la rivière, et la murailhe moytoyenne ensemble ledict enclave faisant le trapèse, cotté de T, est d’une mesme extructure et sount fort différantes à celles des murailhes de la maison du temple du mesme costé, cottée V V. En outtre il ce conouet viziblement que le bastiment de ladicte maison du temple a esté faicte loungtemps après, ainsin que l’extructure et matières le demounstret32, quy sount fort différantes et d’un ordre d’architecture plus moderne.

Fig. 18. Hôtel Le Masuyer. Plan au rez-de-chaussée et, dans l’angle nord-ouest, au 3e niveau du « trapèse », 26 septembre 1622, signé Souffron, encre et lavis sur papier, 328mm x 299 mm. © Conseil général de la Haute-Garonne, Archives départementales, 73J 2, nos 24-25. « C’est la figure des maisons qui apartienent à messire Gilles Le Masuyer, conseiller du roy en son consel d’estat, premier p[résid]ent en sa cour de parlement de Thoulouze, scise au canton de Pibrac, et la maison du temple a[par]tenant à monsieur Jules de Montmorancy, commandeur de Guaridech, scise rue de la Dalbade, contig[uës] et enclavés l’une dans l’autre, faicte par nous, Pierre Souffron, me architect[e] du roy, directeur des œuvres du pont de Thle, selon le contenu en nostre procès verbal et table d[e]s lieux du XXVIe jour de septembre 1622, en vertu de l’ordonance de monsieur me Pierre de Ch[as]tenet, sieur de La Coupette, conseiller du roy en sa cour de parlement et commissere aux requestes d[u] palais, et par […] pour approbation. Faict à Thle led. jour XXVIe septembre MVICXXII ». (Signé : ) Souffron.

Fig. 19. Hôtel Le Masuyer. Plan du « trapèse » aux 1er et 2e niveaux, retombes du plan précédent. © Conseil général de la Haute-Garonne, Archives départementales, 73J 2, nos 24 et 26.

« Table des lieux marqués et spéciffiés tant au procès verbal que à la veue et figure faicte par nous Pierr Souffron, achitecte du roy, des maisons de monsieur le premier président scise au cantoun de Pibrac et la maisoun du temple scises à la rue de la Dalbade

Rue de la Dalbade :

A

Cantoun de Pibrac :

B

Corps de logis de monsieur le premier président du costé de la rivière :

T

La dernière des chambres qui jouent la maison du temple où y a l’anclave d’un trapèse :

D

Loungueur du trapèze de quattre canes du costé de septentrion :

E

Du costé de couchant deux canes :

F

Du costé d’orient ung pam dans œuvre :

G

Estage du trapèze soubz terre :

H

Segount estage dudict trapèse au res de chaussée :

I

Degré de boues blanc quy est dans ycelluy :

K

Petite veue du premier estage qui est sous terre qui sert de veue et de porte pour aller au siège du nécessaire :

L

Au segount estage autre veue qui vient par une lucane qu’est sur le touet :

M

Chaufe pance qu’est dans le trouezième estage :

N

Deux petites veues faictes au trouesième estage :

O

Deux cheminées de monsieur le premier président aux deux estages de la murailhe du trapèse [à] la murailhe du trapèse :

P

Marque du four qui estouet autres foues dans la cheminée du trouezième estage de monsieur le premier président dans le logement qu’est entre le mur dans le trapèse qui jouent la maisoun du temple :

Q

Passage sous terre pour dessandre dans le jardin du temple :

R

Passage des chambres de la maisoun du temple pour aller au trapèse :

S

La murailhe du bastiment dudict seignieur premier président du costé de la rivière qui a trente canes de loung et la murailhe du trapèse enclavé cotté par lettres :

T

Murailhe du temple du costé de la rivière :

V

Petit bastiment de devant l’anclave tirant vers la rivière cotté lettre :

X

Faulce porte pour aller à la rivière estant audict petit bastiment me[r]qué de la lettre :

Y

Dessante faicte de nouveau pour aller au jardin :

Z

Ancienne dessante pour aller abrever les chevaux du temple à la rivierre :

&

(Signé :) Souffron » (73J 2, no 27).

  • 33 À omis.
  • 34 Lire rendent .
  • 35 Lire randent.

17J’ay ausy visitté ung autre petit bastiment quy est au devant, vers ladicte rivière, cotté X, au devant de ladicte enclave, qui consiste en ung petit lieu irégulier fort enfouncé dans terre et dount la fasse extérieure est en partie couverte de ruynes, estant ledict lieu composé de deux angles obtus et deux egus, lequel a de loungueur deux canes cinq pans et de largeur treze pans, le tout hors heuvre, le tout eslevé de deux estages, le premier basty de brique à chaux et sable, antien ouvrage fort enfouncé en terre quy ne sert que d’un clouaque et sans autre jour qu’un petit jour desrobé, et sur ycelle despuis le moues de mars dernier il a esté eslevé ledict segount estage basty des deux costés de brique d’une demy tuille d’espois et partie de tourchis et une petitte cheminée quy y a esté faicte dedans, et auparavant le tout estouet de meschant tourchis. Lequel estage premier quy est presque sous terre estouet cy devant ung petit lieu et fauce porte, cottée Y, pour aller et venir de la ville passant par la rue de la Dalbade et passant par le cantoun de Pibrac pour aller à la rivière, et quy donne à le cognouestre est que ladicte rue qu’on nomme le cantoun de Pibrac est aboutissante audict petit lieu et [à]33 ladicte grand porte qu’est audict petit lieu, quy ce vouet encorres en partie, le bas jusques à la foundation estant couvert partie avec descoumbre et ruines des maisons qu’on y a jetté contre de temps à aultre, lequel petit lieu sert à présent de nécessaires au bas estage et le segount de dessus, qu’on a faict depuis ledict moues de mars dernier, de hauteur de douse pans, apliqué à une petitte cuisine. Lesquelz susdict trapèse et ledict lieu rendet34 fort incomode le couen du bastiment dudict seignieur premier président tant à l’escueriee dessous terre que en la chambre quy est au dessus, outre la difformité que ledict trapèse porte dans les chambres, scavouer à celle qu’est au res de chaussée de toute la hauteur et à l’autre de dessus de hauteur de quattre à cinq pans, et randet35 le dedans œuvre desdictes chambres fort irégullières, coume ce peut vouer par le dessein que j’en ay dressé, auquel tout le bastiment quy apartient aud. sieur premier président est lavé de rouge, et celluy du temple est lavé de gris, et ledict trapèse et petit lieu qui est en sallie est lavé de jaune, afin de distinguer l’une partie d’avec l’autre, n’ayant issy cotté en ce présent procès verbal les autres menbres des logemens et cours et apartenances desdictes deux maisouns et autres circonvouesines à plain spessiffiées à nostre figure pour ne servir de rien au dessein d’entre les parties, qu’il nous ont dict conssister au conteneu dudict trapèse [et] dudict petit lieu dessandent vers la rivière, et lesquelz néanlmouens ensemble les lieux circonvouesins nous avouns descrit et espessiffiés en nostre figure, et lequel pour aprobation nous avouns signé double, ce que nous affermouns et en concience contenir véritté et l’avouer faict cellon nostre art et science que nous avouns au faict d’architecture et bastimens. En foy de quoy nous avouns signé ce présent procès verbal de nostre relation, à Thle, le vingt sixième jour de septambre mil six cens vingt deux.

  • 36 Apparemment la chambre des requêtes ne règle pas la question de la propriété du « trapèse », qui re (...)

(Signé :) Souffron36.

Notes

1 AMT, CC 48, 81 vo-82 ro: les trois terrains réunis constituent une parcelle de plus de 1 900 m2 (voir fig. 17). L’achat de deux autres parcelles voisines (AMT, CC 48,81 vo, 82 vo) est sans sans rapport avec l’hôtel.

2 J.-P. Babelon, Demeures parisiennes sous Henri IV et Louis XIII, p. 120.

3 M. Manière, « L’hôtel Le Masuyer », L’Auta, no 318, 1986, p. 196. Les parents et la première femme de Le Masuyer sont enterrés à Paris, en l’église Saint-Séverin : 3E 6267, 1ère partie, 390 vo-391 vo.

4 Contrat de mariage du 5 septembre 1615 (3E 6236, 495 ro et suiv.). La future doit avoir au plus dix sept ans, ses parents s’étant mariés en novembre 1597 (M. Éclache, « Projets pour l’hôtel de pierre au début du XVIIe siècle », Ann. Midi, t. 94, n° 159, 1982, p. 441, note 2), Le Masuyer près de quarante huit puisque, en juin 1630, il se dira âgé de soixante trois ans moins quatre mois (3E 6267, 1ère partie, 364 ro, 398 vo).

5 Elle est au-dessus du grand escalier et desservie par l’aumônier dont Le Masuyer s’est attaché les services : 3E 6267, 398 ro, 401 vo.

6 3E 969, 385 ro-386 vo, 387 vo-388 vo.

7 On ignore sur quel document se fonde A. de Beauregard, Parlement de Toulouse : la société parlementaire au grand siècle, les expressions profanes de la commande privée (de 1610 à 1680 principalement), pp. 306-307, pour attribuer cet hôtel à Pierre Souffron. En février 1631, celui-ci déclare avoir naguère fait livrer des marbres des Pyrénées « pour monsieur le premier présidant » — qui est encore Gilles Le Masuyer — mais sans préciser leur destination ni son rôle en cette affaire : 3E 288, 128 vo.

8 D’après 3E 278 : voir note 21.

9 Dès juillet 1621, achat de 100 milliers de tuiles planes, pour 1 750 l. (3E 28864, 618 ro-619 ro), ce qui précise l’ampleur du chantier ; le 16 septembre suivant, quittance de 500 l. de Jean Mercier, maître maçon et tailleur de pierre, pour lui et feu Barthélemy Subreville, maître maçon, pour la besogne faite et à faire en cet hôtel, sans détail sur la nature du travail (3E 278, 515 ro-516 ro).

10 Jeanne de Comminges, veuve de Jean de Saint-Pierre, écuyer : AMT, CC 48, 82 ro. Achat du 24 juillet 1621 : 3E 969, 385 ro-386 vo.

11 Marie Anne de Salluste, conseiller du roi, maître des requêtes de la maison du roi et couronne de Navarre : AMT, CC 48, 81 ro. Achat du 29 juillet 1621 : 3E 969, 387 vo-388 vo.

12 Louis Jacquemet, procureur au parlement, a fait construire sa maison en 1603, à l’emplacement du no 7 actuel (voir annexe 1, p. 260).

13 Lire entresolle.

14 Aujourd’hui rue de la Fonderie, no 31.

15 La demeure de feu Vital de Confort, avocat au parlement, occupe un emplacement à l’arrière du no 3 actuel : AMT, CC 48, 83 ro.

16 Cela induit que la maison de Louis Dalbays, procureur au parlement, partie nord du no 3 actuel (AMT, CC 48, 82vo), se prolonge alors au-dessus de la ruelle d’accès à l’hôtel.

17 Cette grange, usurpant l’espace public de la ruelle, ne sera pas construite : elle ne figure pas sur le plan des lieux dressé en septembre 1622 (voir fig. 18).

18 Lire relever.

19 Aumônier de Gilles Le Masuyer : 3E 278, 515 vo, 3E 6251, 431 ro.

20 Achat, par Le Masuyer, de terre et de bois à bâtir (3E 969, 451 ro, 3E 6250, 523 vo, 3E 6251, 430 vo-431 vo), de pierre de Roquefort pour les marches d’un escalier (3E 6251, 82 ro-vo), ce qui implique que Bermond est déchargé de la construction de celui-ci, sans doute le principal.

21 La copie de ce contrat se trouve en effet dans 3E 278, 546 ro-vo (registre de minutes d’Antoine Arnauld), suivie de l’indication : « signé à l’original estant en liasse dont le présent a esté tiré et mis dans le présent livre par moyd. nore soubzsigné pour y recourir où led. original s’esguareroit ». C’est le seul exemple, pour ce qui nous intéresse, d’une semblable précaution.

22 Cahier de 6 pages abîmé à la pliure et au coin inférieur droit, ce qui a fait disparaître quelques lettres ou mots restitués entre crochets.

23 Cette requête se trouve dans 73J 2, no 32.

24 Cet ancien mur d’enceinte se trouvait dans le prolongement de celui qui subsiste dans les parties basses de la façade ouest du couvent voisin des clarisses (aujourd’hui Institut catholique, 31 rue de la Fonderie) : M. Labro usse, Toulouse antique des origines à l’établissement des Wisigoths, pp. 276-281. Au dire de G. de Catel, en bâtissant l’hôtel Le Masuyer, on trouva en creusant les fondations plusieurs fragments d’une inscription romaine : Mémoires de l’Histoire du Languedoc, p. 195.

25 AMT, CC 48, 81 ro: la maison d’Isabelle de Cabreyrolles, veuve de Guillaume Duvergier, avocat au parlement, correspond au no 19 de la rue de la Dalbade.

26 Le débouché de cette ruelle dans la rue de la Dalbade (qui devait être entre les nos actuels 15 et 17) n’existait déjà plus en 1571 puisque le cadastre ne le mentionne pas.

27 Ce cahier de 4 pages est abîmé à la pliure et dans le coin inférieur droit, ce qui a fait disparaître quelques lettres ou mots restitués entre crochets.

28 Voir fig. 18-19.

29 Ce dessin malheureusement manque.

30 Tant omis.

31 Indisse sous-entendu.

32 Lire demounstrent.

33 À omis.

34 Lire rendent .

35 Lire randent.

36 Apparemment la chambre des requêtes ne règle pas la question de la propriété du « trapèse », qui reste en l’état, comme le montre le procès-verbal de la commission municipale qui le visite en janvier 1623 (AMT, DD 247). Finalement un accord le laissant à Le Masuyer, établi le 6 février 1623 par le notaire François Poisson (acte non conservé), est accepté par la langue de Provence et le grand maître de Malte le 23 août 1624 (73J 2, [no 45], 3E 6256, 33 ro).

Table des illustrations

Légende Fig. 17. Cadastre de 1680. Capitoulat Dalbade, moulon 11. Parcelle 19 :hôtel Le Masuyer. © Archi. Mun. de Toulouse, CC 114.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/35898/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Légende Fig. 18. Hôtel Le Masuyer. Plan au rez-de-chaussée et, dans l’angle nord-ouest, au 3e niveau du « trapèse », 26 septembre 1622, signé Souffron, encre et lavis sur papier, 328mm x 299 mm. © Conseil général de la Haute-Garonne, Archives départementales, 73J 2, nos 24-25. « C’est la figure des maisons qui apartienent à messire Gilles Le Masuyer, conseiller du roy en son consel d’estat, premier p[résid]ent en sa cour de parlement de Thoulouze, scise au canton de Pibrac, et la maison du temple a[par]tenant à monsieur Jules de Montmorancy, commandeur de Guaridech, scise rue de la Dalbade, contig[uës] et enclavés l’une dans l’autre, faicte par nous, Pierre Souffron, me architect[e] du roy, directeur des œuvres du pont de Thle, selon le contenu en nostre procès verbal et table d[e]s lieux du XXVIe jour de septembre 1622, en vertu de l’ordonance de monsieur me Pierre de Ch[as]tenet, sieur de La Coupette, conseiller du roy en sa cour de parlement et commissere aux requestes d[u] palais, et par […] pour approbation. Faict à Thle led. jour XXVIe septembre MVICXXII ». (Signé : ) Souffron.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/35898/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 19. Hôtel Le Masuyer. Plan du « trapèse » aux 1er et 2e niveaux, retombes du plan précédent. © Conseil général de la Haute-Garonne, Archives départementales, 73J 2, nos 24 et 26.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/35898/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 32k

© Presses universitaires du Midi, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search