Version classiqueVersion mobile

Demeures toulousaines du XVIIe siècle

 | 
Michèle Éclache

Documents

L’Hôtel de Corneilhan

Texte intégral

  • 1 J. Chalande, Histoire des rues de Toulouse, t. 1, pp. 118-119.
  • 2 On ignore à quelle date Corneilhan entre en possession des lieux, qui occupent près de 450m2; ce n’ (...)
  • 3 AMT, DD 258.
  • 4 Voir plus bas annexe 1, p. 278.

1De cette demeure (2 rue des Paradoux), les façades sur la cour étaient jusqu’à présent datées de la seconde moitié du XVIIe siècle et ainsi données comme celles de l’hôtel de Mondran, Jacques François de Mondran puis son fils étant propriétaires des lieux après 16581. Les documents ci-dessous permettent de les dater de 1617 et les identifier comme celles de l’hôtel d’Antoine de Corneilhan, avocat au parlement2; malheureusement le corps sur la rue, reconstruit pour celui-ci en 1619, a disparu à la fin du XVIIIe siècle, englobé dans une plus vaste façade3. Le chantier de la cour montre que Didier Sansonnet, employé par les communautés religieuses plutôt comme entrepreneur de maçonnerie4, a aussi des talents de sculpteur.

50 
25 avril 1617 
Bail à besogne passé par Antoine de Corneilhan avec Barthélemy Subreville et Hugues Darbieu

3E 3464, 228 vo -230 vo

  • 5 Lire architraves .
  • 6 Tous sont les voisins du côté sud : AMT, CC 48, 17vo-18 ro.
  • 7 Sous omis.

2L’an mil six cens dix sept et le vingt cinquiesme jour du mois d’avril, en Thle et dans la maison de monsieur me Anthoine de Cornellian, docteur èz droitz et advocat en la cour, avant midy, régnant très chrestien prince Louys par la grâce de Dieu roy de France et de Navarre, par devant moy note royal soubzsigné et présens les tesmoing bas nommés, constitué en personne led. sieur de Cornellian, lequel de son bon gred a baillé et baille à Barthélemy Subreville et Huguet Darbieu, mes massons de Thle, toutz deux ensemble assocyés, le bastiment et réparation de brique que led. sieur de Cornellian a à faire en sad. maison conformément aux articles suivans. Premièrement lesd. Subreville et Darbieu feront desfaire la murailhe et les arcades de la gallerie du corpz du dernier de lad. maison jusques au planché et remectront lad. murailhe d’une tuille de pointe, avec une croisière et deux demy crosières taillées en cart de colomne pour servir aux chambres qui seront à la susd. estaige, de mesme largeur et haulteur que celles qui sont à l’estaige du milieu, et faisant desfaire lad. murailhe lesd. Subreville et Darbieu feront bien conserver la tuille et mortier pour l’employer à la nouvelle construction. Lad. murailhe se fera d’une tuille de poincte, de haulteur de vingt pams, pour servir tant à lad. estaige que au grenier qui sera sur icelle. Feront à lad. muraille une corniche à consolles bien travaillée, lesd. consolles tant plain que vuide. Comme aussy lesd. entrepreneurs hausseront les autres trois cartiers dud. corpz de logis de la haulteur qui sera nécessaire et de la mesme espesseur des murailles entiennes. Plus feront les galleries d’ung et d’autre costé de la basse cour, l’estaige basse desquelles sera fait à arcades portées sur pillés de la largeur et espesseur qu’il sera trouvé nécessaire, et seront lesd. pilliers jusques aux cuissinetz bien travaillés et taillés, et les arcades seront aussy bien travaillées avec docines ou architrades5 de jolie façon, et sur lesd. arcades feront ung cordon qui régnera tout du long desd. galleries. Feront sur chasque arcade une fenestre croisière à molures aux costés bien travaillés, et à la seconde estaige desd. galleries feront les fenestraiges qui seront nécessaires de la mesme façon. Feront le tour de la vit de muraille de trectze pams dans œuvre, d’espesseur au fondement d’une tuille et demie et à la première estaige de deux demy tuilles et à la seconde et dernière de une tuille de pointe, avec les portes et fenestres nécessaires taillées à l’esgal des susd. croisières. Davantaige feront lesd. mes entrepreneurs les murailles qu’il conviendra faire entre la maison dud. sieur de Cornellian et les maisons de Martin Bourgade, sellier, et de Ramond Torrenc, bolanger, et des héretiers de feu me Jaques Pommiers, note royal de Thle6, lesquelles murailles se feront au fondement, durant l’estendue de la maison dud. Pommiers, d’une tuille et demie et par dessus jusques à la première estaige de deux demy tuilles et de telle largeur qu’il sera nécessaire. Seront tenus lesd. mes entrepreneurs de faire les fondemens de toutes les susd. murailles jusques à terre ferme, et seront tenus aussy d’employer ausd. fondemens toute la brique qui sortira des murailles qu’il faudra desmolir. Feront lesd. massons enfermer dans la basse cour la terre et sable qu’il sera nécessaire pour faire le mortier, et forniront à leurs despens toute autre sorte de manœuvre, rendront lad. maison parfaicte et acomplie de la muraille du masson, les murailles bien rejoinctes par le dehors, bien rebattues et enluyes par le dedans, sans qu’ilz soint tenus de fornir autre choze que la main et manœuvres. Pour laquelle fasson et construction led. sieur de Cornellian donne ausd. mes entrepreneurs à raison de trente cinq [sous]7 la cane carrée tant plain que vuide, à mesurer lesd. galleries suivant la profondeur et largeur des pilliers et le vuide qui sera sur la terre, comme aussy à mesme prix ilz feront les autres murailles plaines tant fort que foible, taillé et non taillé, ce qu’ilz ont promis de faire fidellement et suivant les termes de leur art et avec toute la dilligence qui leur sera possible. Et pour tout ce dessus tenir, garder et observer et garder lesd. parties ont obligé toutz et chascuns leurs biens, scavoir led. sieur Cornellian pour leur paier à proportion qu’ilz travailleront à lad. besoigne et lesd. Subreville et Darbieu de s’en fidellement aquitter. Èz présences de me Didier Sansonnet, me tailleur de pierre, et Guillaume Bès, me charpentier de Thle, et Jean Montaubric, praticien, soubzsignés avec led. sieur de Cornellian, et lesd. entrepreneurs se sont marqués, et de moy.

Fig. 16. Cadastre de 1680. Capitoulat Dalbade, moulon 2. Parcelle 23 :
hôtel de Corneilhan. © Archi. Mun. de Toulouse, CC 114.

  • 8 Le 1er mars 1618, Subreville et Darbieu donnent à Dominique Auzet et Louis Cournié, aussi maîtres m (...)

(Signé :) A. de Cornellian. Marque de Darbieu. Marque de Subreville. Didier Sansonnet. G. Bès. Montaubric. Dumas, note royal8.

51 
25 avril 1617 
Bail à besogne passé par Antoine de Corneilhan avec Didier Sansonnet

3E 3464, 230 vo -231 vo

  • 9 Pierres ajouté à la fin du texte.

3Led. jour et an que dessus, estably en leurs personnes led. sieur de Cornellian et Didier Sansonnet, me tailheur de pierre de Thle, lesquelz ont convenu et acordé que led. Sansonnet fera les croisières de pierre de tailhe bien blanche et bonne qui seront requises au bastiment cy dessus mentionné, scavoir la croisière et demy croisière de la dernière estaige du corpz de dernier, et les autres croisières qu’il fera aux galleries seront avec personnaiges et autrement bien travaillées, garnies de pierres9, montans et corniches nécessaires. Pour chascune desquelles croisières led. sieur de Corneillan paiera aud. Sansonnet la somme de douze livres et, parce qu’il y a de demy croisières, les deux demy croisières vaudront une croisière. Et pour toute autre pierre que led. me tailleur employera aud. bastiment, soit ausd. croisières, arcades et pilliers ou autres fenestraiges, led. sieur de Corneillan les luy paiera à raison de huit soulz le pam carré, le tout estant bien travaillé suivant le modelle qui en a esté tiré, et sera tenu led. Sansonnet de fere une figure ou masque pour servir de clefz à chasque arcade. Et pour les fenestres carrées qui seront au degré elles seront paiées chasque huit pièces de coudières, testières ou corniche à raison d’une croisière, lesquelles croisières led. Sansonnet a promis fere de huit pièces entières sans estre adjoutées ny mastiquées et fere le tout fidellement, et led. sieur de Corneillan a promis de le bien paier tant au commancement de la besoigne que à la fin d’icelle. Et pour tout ce dessus tenir, garder et observer lesd. parties ont obligé toutz et chascuns leurs biens présens et advenir, que ont soubzmis aux rigueurs de justice. Présens Guillaume Bès, me charpentier, et Jean Montaubric, soubzsignés avec lesd. parties, et de moy.

(Signé :) Montaubric. G. Bès. A. de Cornellian. Didier Sansonnet. Dumas, note royal.

52 
25 avril 1617 
Bail à besogne passé par Antoine de Corneilhan avec Guillaume Bès

3E 3464, 232 ro-233 vo

  • 10 Le passage « et le corondatz dud. retranchement » est ajouté à la fin du texte sans signe de renvoi (...)

4Ce jourd’huy vingt cinquiesme jour du mois d’avril MCICXVII, en Thle, avant midy, régnant etc., par devant moy note royal de Thle, présens les tesmoingz bas nommés, constitués en leurs personnes monsieur me Anthoine de Cornellan, docteur et advocat en la cour, et Guillaume Bès, me charpentier de Thle, lesquelz de leur bon gred on fait les pactes suivans sur la réparation qu’il convient fere en la maison dud. sieur de Cornellian pour la charpenterie. Premièrement que led. me charpentier descouvrira et ostera le plancher de la dernière estaige du corpz de dernier de lad. maison pour employer derechefz le bois tant au couvert que à lad. traveson, et remettra les soliveaux à ung pam deux tiers de largeur l’ung de l’autre, et postera au travers avec fouillons led. plancher, et mettra les chevrons du toit à deux pams l’ung de l’autre bien taillés à ung cart de colonne, et le forejet bien blanchy et travaillé, et les saumiers de lad. estaige bien molurés et simaisés. Fera aussy trois planchers à la gallerie qui sera du costé du degré, bien blanchis et rabouttés, scavoir le debas sans aulcunes molures et les soliveaux à deux petitz pams, celluy du milieu avec les saumiers molurés et simaysés et les soliveaux de lad. estaige tant plain que vuide, et le troysiesme estaige sera pareilh à celluy de debas. Sera tenu d’acomoder le vieux degré, le remuer comme il sera besoing afin qu’il puisse servir jusques à ce que le corpz de devant soit basty. Sera tenu de coupper l’advancée du vieux bastiment qui est aud. corpz de logis et le corondatz dud. retranchement10 à l’esgal de la muraille de la salle basse, mettra les saumiers et filles qui seront nécessaires à la cave qui est soubz le courroir pour bien asseurer le tout, ensemble la migenserie qui est au terroir despuis la porte du milieu jusques à la basse cour. Sera tenu de fere les planchers de la gallerie qui sera de l’autre cousté de basse cour, scavoir le plancher de bas à l’esgal de l’autre gallerie et le second plancher aussy à l’esgal du second, y mettra les couvertz aussy comme ceux du corpz du logis, et lors qu’il conviendra appuyer et estayer les bastimens dans la réparation dud. sieur de Corneillan, led. Bès sera tenu aussy de fere toutz appuyages qui seront nécessaires pour la part dud. sieur de Cornellian. Laquelle besoigne led. Bès a promis de fere aud. sieur moyenant la somme de cent quarante livres, sans rien fornir que la main, laquelle somme de cent quarante livres led. sieur de Corneilhan a promis de luy paier à mesure qu’il fera la besoigne. Et pour tout ce dessus tenir, garder lesd. parties ont obligé leurs biens que ont soubzmis aux forces et rigueurs de justice, et ainsin l’ont promis et juré. Présens Didier Sansonnet, me tailheur de pierre, et Barthélemy Subreville et Jean Montaubric, soubzsignés lesd. parties ensemble lesd. Sansonnet et Montaubric, et led. Subreville c’est marqué, et moy.

(Signé :) A. de Cornellian. Marque de Subreville. G. Bès. Didier Sansonnet. Montaubric. Dumas, note royal.

53 
20 janvier 1619 
Bail à besogne passé par Antoine de Corneilhan avec Barthélemy Subreville

3E 276, 36 ro -37 ro

5L’an mil six cens dix neuf et le vingtiesme jour de janvier, dans Thle et maison de monsieur me Anthoine de Corneilhan, docteur et advocat en la cour, après midy, régnant Louys etc., par devant moy nore etc., en sa personne Barthélemy Subreville, me masson de lad. ville, lequel de gré a prins à édifier et construire le corps du lotgis de devant de la maison dud. sieur de Corneilhan et ce aux mesmes pactes et conditions que led. Subreville et Hugues Darbieu, aussy me masson dud. Thle, ont basty cy devant les galleries et haussé le corps du dernier de lad. maison, quy est à raison de quarante soulz pour canne carrée de la main des murailhes qu’il ly conviendra fere tant fort que foible, plain que vuide, tailhé et non tailhé, lesquelles murailhes led. Subreville sera tenu de rendre entières, parfaictes, rejoinctes et enluyes, le tout en bon estat. Sy fera led. Subreville desmolir toutes les vielhes murailhes quy se trouveront dans led. corps de lotgis pour y fere les nouveaux fondemens là où il sera nécessaire et jusques à la baulme ou terre ferme. Et fera led. Subreville bien conserver les despoulhes tant de tuille que terre pour employer le tout au nouveau bastiment. Est pacte que led. Subreville sera tenu de fere la faciato du corps de logis du costé de la basse court semblable à celle du corps de dernier et de mesmes haulteur et fenestrages, et la faciato de devant, du costé de la rue, sera semblable à celle des galleries, et fera led. Subreville les portalz de l’entrée de lad. maison suivant le modelle qu’en sera entre eulx convenu et accordé. Et sera led. Subreville tenu de fere fere lad. massonnerie bien et deuement par personnes entendues, et il sera tenu d’y accister pour la conduitte d’icelle sans intermission ne qu’il puisse quitter lad. massonnerie pour prendre autre besoigne, affin que lad. besoignie ne vienne à chaumer. Est convenu que led. de Corneilhan payera led. Subreville de sepmaine en sepmaine ainsin qu’one a accostumé de fere, que pour ce dessus observer et en rien ne contrevenir lesd. parties, chacung en ce que leur conserne, ont obligés et hyppothéqués tous et chacung leurs biens meubles, immeubles, présens et advenir, qu’ont soubzmis à toutes cours et scelz royaulx du présent royaulme de France, avec toute renonciation à ce nécessaire, et ainsin l’ont juré. Èz présences de me Jean Montaubric, praticien, et Jean Arnauld, me cellier dud. Thle, tesmoingz appelés, signés avec lesd. parties ou marqués, et moy.

(Signé :) A. de Cornellian. Marque de Subreville. Montaubric. A. Arnauld, note.

54 
3 avril 1619 
Bail à besogne passé par Antoine de Corneilhan avec Guillaume Bès

3E 359, 1ère partie, 93 vo-94 vo

  • 11 Lire un .

6Le troisiesme jour du moys de apvril mil six cens dix neuf, en Thle et maison de me Anthoine de Corneilhan, docteur et advocat en la court, après midy, régnant Louys etc., en ma présance et des tesmoingz bas nommés, estably en sa personne led. sieur de Corneilhan, lequel a bailhé à Guilhem Bès, me charpantier de la présant ville, présant et acceptant, à construire le corps du devant de la maison que led. sieur de Corneilhan a, assize en la rue des Paradoux. Et premièrement icelluy Bès sera tenu de desmolir tout le bastiment vieux, et prandra garde en la desmolition de conserver le boys pour employer tout celluy là qui sera bon et qui pourra servir au nouveau bastiment. Fera led. Bès ung plancher à quatorze pans de terre, de la longueur entière dud. bastiment, auquel il employera tout le boys qui pourra servir, et mettra les pitrons neufs bien piqués et blanchis sans aulcune molure, avec les soliveaux à ung pam et demi de distance l’ung de l’autre, et le boysera au travers avec les foulhons et clauzons nécessaires, le tout en bon estat, sauf que pour le plancher du courroir et entrée de lad. maizon sera faict de boys neuf, avec de petitz pualz bien garnis de molure et corniche et les soliveaux à troys cartz de pans l’ung de l’autre et sera boysé au long et bien blanchy et rabotté. Plus fera led. Bès le plancher de la salle basse et des chambres ou chambre joynante de haulteur de vingt pans plus ou moingz, avec deux pitrons du long de lad. salle et chambre bien travailhés de molure et corniche, et mettra ung carton ou des ais pour fere corniche pour tandre une tapisserie tout autour de la salle et chambre, et mettra les solliveaux à troys cartz de pam de distance et les postamera au long avec les clauzons nécessaires, le tout bien blanchy et bien acomodé. Et s’il est besoing de fere aulcune migensserye de corondat au bas dud. corps de logis ny à lad. salle pour desrober aulcune poincte qui se pourroict rancontrer, led. Bès sera tenu fere le corondatge. Comme aussy fera led. Bès par dessus lad. salle basse et11 autre plancher à la salle et chambres de mesmes conditions que celluy de la salle basse, sauf qu’il ni aura poinct de carton au bas de lad. salle et chambres. Fera led. Bès le couvert de lad. maison, auquel employera du boys vieux tout ce que pourra servir tant pour biscles, ventrières que chevrons, sauf que led. Bès sera tenu de blanchir tout le foratget et fere ung cart de colomne au bout de chasque chevron comme il est aud. couvert de dedans. Fera led. Bès davantaige le degré à tour de vis pour servir aux deux corps de lotgis de lad. maison, bien poisé et bien travailhé, et mettra les marches de l’autheur requize et le mieux à propos qu’il sera poisible pour se rancontrer aux entrés des salles desd. corps de lotgis, lequel degré led. Bès randra parfaict jusques au hault de lad. maison pour entrer aux graniers, ausquelz graniers led. Bès fera les portes nécessaires, ensemble celles qu’il fauldra ausd. estaiges basses, et randra le tout en bon estat. Pour toute laquelle charpanterie led. sieur de Corneilhan sera tenu de payer aud. Bès la somme de troys cens vingt cinq livres, sans qu’il soict tenu de rien fournir que la main, laquelle somme lui sera payé de sepmaine en sepmaine comme il travailhera, prometant led. Bès de prandre garde à lad. besoigne et de randre le tout parfaict et acompli en bon estat moyenant led. payement susd. Et pour l’observation de tout ce dessus lesd. partyes respectivement en ont obligés et ypothéqués tous et chascungs leurs biens meubles, imeubles, présans et advenir, qu’ont soubzmis à toutes forces et rigueurs de justice de ce royaulme de France, et ainsin l’ont promis et juré. En présance de Didier Sanssonet, me tailheur de pierre dud. Thle, et Jean Montaubry et Jean Besse, praticiens dud. Thle, signés avec lesd. partyes et moy.

  • 12 À l’automne suivant, Louis Grimaud, Gabriel Maury et Jean Lozes, charpentiers, réalisent « deux pla (...)

(Signé :) A. de Cornellian. G. Bès. Didier Sansonnet. Montaubric. P.Arnauld12.

Notes

1 J. Chalande, Histoire des rues de Toulouse, t. 1, pp. 118-119.

2 On ignore à quelle date Corneilhan entre en possession des lieux, qui occupent près de 450m2; ce n’est qu’après le 1er octobre 1619 qu’il s’en déclare propriétaire : AMT, CC 48, 18 vo. Voir fig. 16.

3 AMT, DD 258.

4 Voir plus bas annexe 1, p. 278.

5 Lire architraves .

6 Tous sont les voisins du côté sud : AMT, CC 48, 17vo-18 ro.

7 Sous omis.

8 Le 1er mars 1618, Subreville et Darbieu donnent à Dominique Auzet et Louis Cournié, aussi maîtres maçons, « à junta et enluzir la gallerie et pazimenter icelle de la maizon de me Anthoine Corneilhan, advocat, ensemble junta les pilliers de l’autre gallerie » : 3E 358, 1ère partie, 156 ro- 157 ro.

9 Pierres ajouté à la fin du texte.

10 Le passage « et le corondatz dud. retranchement » est ajouté à la fin du texte sans signe de renvoi : on l’a rétabli à l’endroit qui a paru logique.

11 Lire un .

12 À l’automne suivant, Louis Grimaud, Gabriel Maury et Jean Lozes, charpentiers, réalisent « deux planchiers que led. Bès a entreprins faire au corps de devant de la maison de me Cornilhan, docteur et advocat en la cour », pour 60 l., les matériaux leur étant fournis : 3E 4122, 875 ro-877 ro.

Table des illustrations

Légende Fig. 16. Cadastre de 1680. Capitoulat Dalbade, moulon 2. Parcelle 23 :hôtel de Corneilhan. © Archi. Mun. de Toulouse, CC 114.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/35893/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 104k

© Presses universitaires du Midi, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search