Version classiqueVersion mobile

Demeures toulousaines du XVIIe siècle

 | 
Michèle Éclache

Documents

La Maison Martin

Texte intégral

  • 1 Issu d’une famille de Gaillac et fondateur d’une dynastie que le capitoulat anoblira, divisée en tr (...)
  • 2 Ce qui semble l’opinion de J. Chalande, Histoire des rues de Toulouse, t. 1, pp. 288-289.

1Il est difficile d’apprécier les travaux que fait exécuter le marchand Antoine Martin1 dans sa maison (7 rue Cujas) car le contrat passé avec les entrepreneurs ne livre aucun détail des cinquante quatre articles qui les énumèrent ; seul, leur montant de 2 000 livres en révèle l’importance. Il est certain qu’ils sont exécutés puisque l’acte mentionne des paiements élevés, et la façade porte encore la date de 1612, inscription qui ne correspond pas à un simple changement de propriétaire2 mais à la reconstruction des corps de logis sur rue et sur cour.

41 
9 mai 1612 
Bail à besogne passé par Antoine Martin avec Barthélemy Latour et Jacques Crousy

3E 2274, 2e partie, 140 vo-141 vo

  • 3 AMT, CC 49-1, 71 vo (voir fig. 13) : cette maison, acquise par Martin le 15 février 1612 (3E 2418, (...)
  • 4 Et aujourd’hui perdus.

2Le neufviesme jour du mois de may mil six cens doutze, après midi, en Thle, dans la maison du sieur Estienne Dutilh, merchant de Thle, régnant Louis etc., personnellement estably le sieur Anthoine Martin vieulx, merchant de Thle, lequel de gré a baillé à Barthélemy Latour, me masson de Thle, et Jacques Cruzy, me charpantier de ladicte ville, scavoir est à faire les corps de devant et du millieu de la maison que led. sieur Martin a en Thle, rue de Bourguet3, chescung suivant son art et suivant et conformément aulx articles, pactions et conditions sur ce par eulx dressés, duquel ung chescung d’eulx en a retiré une coppie, signés par led. sieur Martin et Cruzy et marqués par led. Latour. Laquelle bezoigne mentionnée èsd. articles lesd. entrepreneurs seront tenus, tous deux ensemble et ung en seul principal et pour le tout sans division ny discussion aulcune au béneffice de quoy expressément renoncent, rendre bien et duement parfaicte, chescung sellon leur art, par tout le mois d’octobre prochain, à peyne de tous despans, domaiges, inthérestz, moyenant le pris et somme de deux mil livres, tant pour ladicte manifacture que pour tous matériaulx qui seront requis et nécessaires pour faire ladicte bezoigne comme bois, tuilhe, pierre, chaulx, sable, cloux, chevilles, tuille canal et autres chozes comme est contenu èsd. articles, en nombre de cinquante quatre articles escriptz en treitze feulhetz papier par moy aussy signés et parrafés4. Payable ladicte somme de deux mil livres scavoir présentement la somme de quatre cens livres, en cartz d’escu jusques au parfaict d’icelle, par lesd. Latour et Cruzy comptée et receue, s’en comptentent, et le restant leur sera payé à mesure qu’ilz trevailheront et advenceront lad. bezoigne, à laquelle ilz prometent commancer de trevailler le unze du présant mois. Et pour ce faire et tenir lesd. parties obligent tous et chescuns leurs biens présens et advenir, lesd. Latour et Cruzy tous deux ensemble et ung en seul principal et pour le tout sans division ny discussion aulcune au béneffice de quoy expressément ont comme dit renoncé et renoncent, et oultre leurs biens obligent leurs personnes, que ont soubzmis à toutte rigueur de France, fors et exepté à la rigueur du petit seel de Montpellier soubz laquelle lesd. parties ont dictz ne se volloir soubzmettre. Présans led. sieur Dutilh, Jean Damoyseau, merchant de Thle, Estienne Ortalla, habitant de Thle, soubzsignés avec lesd. parties, saulf led. Latour qui a faicte sa marque, et moy.

Fig. 13. Cadastre de 1680. Capitoulat Daurade, moulon 14. Parcelle 4,
partie sud : maison Martin. © Archi. Mun. de Toulouse, CC 116.

(Signé :) A. Martin. Crouzy. Marque de Latour. Dutilh. Ortala, présant. Damoyseau, tesmoin. Cassaignade.

  • 5 L’échelonnement des quittances indique que le chantier se déroule selon le calendrier prévu, tout c (...)

(En marge :) Du 7 juin au 7 septembre 1612, quittances pour un total de 1 250 l., en plus des 400 l. reçues au contrat5.

Notes

1 Issu d’une famille de Gaillac et fondateur d’une dynastie que le capitoulat anoblira, divisée en trois branches pourvues des seigneuries d’Escalquens, Lacroix-Falgarde et Ayguesvives : J.Villain, La France moderne III (Haute-Garonne et Ariège), pp. 231-232.

2 Ce qui semble l’opinion de J. Chalande, Histoire des rues de Toulouse, t. 1, pp. 288-289.

3 AMT, CC 49-1, 71 vo (voir fig. 13) : cette maison, acquise par Martin le 15 février 1612 (3E 2418, 70 ro-71 vo), occupe une des branches d’une parcelle en T de près 680 m2, dont les autres issues sont sur les actuelles rues du Prieuré et Peyrolières ; cette parcelle sera démembrée au XVIIIe siècle (AMT, CC 80, 132 ro).

4 Et aujourd’hui perdus.

5 L’échelonnement des quittances indique que le chantier se déroule selon le calendrier prévu, tout comme la promesse, en juillet, d’un couvreur de démonter et remonter la toiture de la maison dans les deux mois (3E 2274, 2e partie, 227 vo-228 ro). Le 9 novembre 1612, Martin engage Guillaume Capmartin, maître tailleur de pierre, pour paver en pierre la cour et tailler les pierres des « veues » (3E 2274, 2e partie, 326 ro-vo), ce qui suppose que le gros œuvre est terminé.

Table des illustrations

Légende Fig. 13. Cadastre de 1680. Capitoulat Daurade, moulon 14. Parcelle 4,partie sud : maison Martin. © Archi. Mun. de Toulouse, CC 116.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/35878/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 102k

© Presses universitaires du Midi, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search