Version classiqueVersion mobile

Demeures toulousaines du XVIIe siècle

 | 
Michèle Éclache

Documents

L’Hôtel Courtois

Texte intégral

  • 1 AMT, CC 53, 202 ro : voir fig. 10. Lorsque Courtois l’achète à Jean de Juery, écuyer, le 13 janvier (...)

1La demeure (3 place Saintes-Scarbes1) dont Jean Louis Courtois, avocat au parlement, contrôleur des finances royales en Languedoc et banquier, fait reconstruire le corps de logis sur la rue, en 1610-1611, est restée ignorée jusqu’à présent. Pourtant sa façade est à peu près intacte bien que les croisées aient perdu leur traverses de pierre — mais pas les fenêtres bâtardes du dernier niveau — tandis qu’un lourd balcon de fonte surplombe les portes repercées sans doute au xixe siècle.

35 
25 mars 1610 
Bail à besogne passé par Jean Louis Courtois avec Guillaume Marches

3E 11985

  • 2 A omis.

2Articles de la besognie de massonerie que veult faire monsieur me Jean Loys Courtois, advocat en la cour et banquier de Thle, en la maison qu’il [a]2 acquise de monsieur Jouery, assize à la place Sainctes Carbes, bailhés à faire à Guilhaume Marches, me masson, à raison de sept livres pour cane carrée de la muralhe que sera mesurée après estre faicte tant plain que vuide, et sera tenu led. me masson faire les muralhes que s’ensuivent en la forme et qualité cy après transcripte.

3Premièremant sera tenu de desmolir la muralhe quy faict la façiade sur la rue ensamble les fondemans d’icelle. Après laquelle desmolition sera tenu la fonder sur terre ferme et solide d’espesseur en son fondemant de deux tuilles de poincte à chaux et sable jusques à quatre pams sur terre, en faisant lequel laissera la reprinse de la voulte de la cave, et le résidu de la muralhe de terre rouse, et continuera le premier estage de tuille et demye et le second de deux demy tuilles et après d’une tuille de poincte suivant la haulteur des estaiges, y laysant les ouvertures des portes, fenestres et veues quy seront nécessaires à la vollonté dudict sieur Courtois bien et propremant tailhées.

Fig. 10. Cadastre de 1680. Capitoulat Saint-Étienne, moulon 28. Parcelle 6 :
hôtel Courtois. © Archi. Mun. de Toulouse, CC 126.

4Plus sera tenu l’entreprenur de desmolir la muralhe quy faict la division de la salle basse et cuysine tant que contient et après la fondera comme la précédante de mesmes espesseure, qualité et matière, estaige pour estaige. Et en faisant icelle laira au fondemant les reprinses et couches de la voulte et une porte au milieu pour aller de l’une à l’autre cave, avec les veues, portes et fenestres nécessaires.

5Plus faire ledict entreprenur une muralhe du cousté de la basse court fondée comme dessus et bastie de mesme matière, avec ung cabinet au boult du courroir quy respondra dans la chambre, fondé sur de bouquetz de pierre.

6Plus sera tenu de faire deux caves vouttées à chaux et sable, l’une sur la rue et l’autre sur la basse court, avec leurs veues, portes, trompes et buttées nécessaire comme sera advisé le plus expédiant, le tout à la cane à raison que dessus.

7Aussy sera tenu de faire une muralhe de long du courroir du cousté de la salle basse, à prandre de la voulte de la cave jusques à deux pams sur le pavé du courroir, de chaux et sable, et de là en hault d’une tuille de poincte jusques au premier estaige, pour le suport de laquelle faira deux arcdz doubleaux dans la cave sy besoing est.

8Sy sera tenu aussy en faisant lesd. muralhes de y faire les cheminées telles que led. sieur vouldra. Lesquelles estant faictes de brique conviendront du pris et valleur d’icelles, ayant esgard aulx despoulhes de troys cheminées en mantel de boys que ledict entreprenur c’est réservé, et où ne s’en pourroict accorder entre eulx en demureront au dire de Dominicque Capmartin, me des réparations royalles de la séneschaucée de Thle, et tel autre que led. sieur Courtois nommera.

  • 3 Antoine de Lalaurete, avocat au parlement, voisin du côté sud : AMT, CC 53, 202 ro.
  • 4 Ce omis.

9Sy sera tenu de desmolir la migencerie du courondaige quy est entre la maison dud. sieur Courtois et celle de monsieur de Lalaurete3, en [ce]4 que conserne la part dud. sieur Courtois seullement, et y faire la muralhe de deux demy tuilles sur le fondemant encien s’il est truvé et jugé suffisant, et du premier estaige jusques au second d’une tuille de poincte. De laquelle migancerie et tout ce que en proviendra de la despoulhe d’icelle apartiendra entièremant aud. entreprenur. Lequel sera tenu de faire toutes cavalhes et jectemans de terres et de fornir tout le boys nécessaire à enarter et sindrer.

  • 5 Le passage « pacte aussy convenu… de bon mortier franc » est ajouté à la fin.
  • 6 Lire proportion.

10Pacte que tous les matériaulx et despoulhes quy proviendront desd. muralhes et fondemant d’icelles apartiendront entièremant aud. Marches pour icelles employer à la nouvelle construction, non toutesfois la tuille des pasimantz ny la pierre vielhe quy apartiendra ensamble tout le boys audict sieur Courtois pour en faire à ses plaisirs et vollontés. Et sera tenu led. entreprenur de faire les piègemans nécessaires pour lesquelz led. sieur Courtois fornira le boys nécessaire. Pacte accordé que led. sieur fornira et faira tailher toute la pierre qu’il vouldra estre employée aud. bastimant et de faire desmolir à ses despans toute la charpanterie et icelluy entreprenur toute la massonerie. Pacte aussy convenu et accordé entre parties respectivemant que led. entreprenur sera tenu joindre à joincte coupée toutes lesd. muralhes par le dehors et icelles induire par le dedans de bon mortier franc5. Et pour subvenir à l’achapt des matériaulx quy seront requis et nécesseres pour comanser à travalher led. sieur Courtois luy a baillé et deslivré présantemant la somme de deux cens livres et le surplus à mesure et porportion6 qu’il travalhera à lad. besognie, et icelluy entreprenur avoir faicte et parfaicte ladicte besognie et réparation suivant et conformémant aulx présans articles dans quatre moys prochains venans, sur peyne de respondre aud. sieur Courtois de tout ce qu’il en pourroict souffrir pour raison de ce. Et pour l’observation de tout le contenu aulx susd. articles lesdictes parties respectivemant ont promis tenir, garder et observer sans y contrevenir, soubz obligation de leurs biens meubles et inmubles, présans et advenir, qu’ilz ont soubzmis à toutes rigueurs de justice, par lesquelles veullent estre contrainctz, mesmes et par exprès led. entreprenur par arrestation de sa personne, et ainsin l’ont promis et juré. Fait et récitté à Thle ce vingt cinquiesme du moys de mars mil six cens dix, après midy, dans ma boutique, en la présance de moy notaire et tesmoingz, èz présances de mes Anthoine Brieudet et Loys Saulière, praticienz de Thle, soubzsignés avec les parties et moy.

  • 7 La signature du notaire manque. Au verso, cachet moderne : « De Ortis notaire ».

(Signé :) Courtois. G. Marches. Saulière7.

36 
27 avril 1610 
Bail à besogne passé par Jean Louis Courtois avec Jean Bruguière
8

  • 8 Dont le nom est ici francisé en « Bruyères ».

3E 3173, 2e partie, 119 vo-120 vo

  • 9 Maison disparue, qui a déjà servi de modèle pour la maison Comère, 27 rue des Changes : voir plus h (...)
  • 10 Il s’agit de la demeure de Catherine de Mansencal (AMT, CC 53, 162 ro), appellée de Miremont dans u (...)

11Ce jourd’huy vingt septiesme du mois d’avril mil six cens dix, à Thle, dans ma boutique, avant midy, en la présence de moy note et tesmoingz, estably en sa personne monsieur me Jean Loys Courtois, conseiller du roy et contrerolleur des finances en Languedoc, lequel de sa franche et libre volonté a bailhé à prix faict à Jean Bruyères, tailheur de pierre de Thle, présent et aceptant, à fere la besoigne à la maison apartenant aud. sieur Courtois, à la rue de Sainctes Carbes, par ly acquise de monsieur Jouery, come s’ensuyt. Premièrement que led. Bruyères sera tenu, come promet, de fere toutes les fenestres que led. sieur Courtois vouldra à lad. maison, de pierre de tailhe bonne et merchande, avec les façons cy après dites, à raison scavoir pour chascune croisière de dix pams de haulteur et sept pams de largeur dans œuvre led. sieur Courtois luy payera la some de seize livres dix solz, à ce comprins la double corniche à chascune desd. crosières, pour chascune bastarde à deux jours avec le montant au milieu la some de unze livres, aussy avec double corniche, pour chasque fenestre carrée à ung jour quatre livres cinq solz avec double corniche. Sy est aussy convenu que led. Bruyères garnira les piédroictz de toutes lesd. fenestres de pierre tailhée de mesme que celle de la maison de monsieur Duclos, conseiller et secrétaire du roy, à la rue de la Croix Baraignon9, laquelle pierre led. sieur Courtois payera aud. Bruyères, ensemble les gaffonières et autres pièces qu’il aura besoing, à raison de sept solz le pam. Pacte accordé que les montans desd. fenestres, tant croisières que bastardes, seront tailhées à figures come celles que mademoiselle de Miremont a faictes fere à sa maison sur la place Sainct Estienne10 et les traversiers, apellés crozilhons, tout ainsin que ceux de lad. damoiselle. Plus est convenu que led. Bruyères fera ung petit ouvrage dans toutes les codières, tant desd. crozières, bastardes que petites fenestres, de mesme que celles dud. sieur Duclos respondant sur la rue. Et sera tennu icelluy Bruyères fornir toute la pierre nécessaire pour lesd. fenestres, au prix susd., et icelles pozer et mettre en euvre à mesure que le masson aura randu la besoigne preste pour les pozer. Et pour comencement de paye led. sieur Courtois a bailhé présentement aud. Bruyères la some de quarante cinq livres, en pistoles, escus sol et monoye faisant lad. some, bien contée et nombrée, en la présence de moy note et tesmoingz, et par led. Bruyères receue et retirée, de laquelle c’est contantée et en a quité et quite led. sieur Courtois, et le surplus led. sieur Courtois ly payera à mesure qu’il travaillera à lad. besoigne, et le tout fera bien et deument come dit est dessus, sur peine de tous despans, domages et intérestz. Et pour ce fere lesd. parties ont obligés tous et chascuns leurs biens meubles et imeubles, présens et advenir, qu’ilz soubzmettent à toutes rigueurs de justice de ce royaume, par lesquelles veullent estre constraintz, et ainsin l’ont promis et juré. Èz présences de me Anthoine Brieudet et François Barthe, praticiens de Thle, signés à la cède, et led. Bruyères a dit ne scavoir escripre, et de moy.

  • 11 Le 2 mai 1610, Bruguière s’associe Pierre Bonte, tailleur de pierre, pour l’exécution de ce contrat (...)

(Signé :) Brieudet. Courtois. Barthe. De Ortis11.

(En marge :) 5 mars 1612, cancellation.

37 
23 juillet 1610 
Bail à besogne passé par Jean Louis Courtois avec Géraud Ginestal et François Valles

3E 3173, 2e partie, 222 ro-224 ro

  • 12 Dans le corps de logis en fond de cour, aujourd’hui détruit.
  • 13 Ce omis.
  • 14 Que omis.
  • 15 Lire proportion.

12Ce jourd’huy vingt troysiesme du moys de julhet mil six cens dix, à Thle, avant midy, régnant Louys etc., dans ma boutique, par devant moy notaire royal et tesmoingz bas nommés, a esté présant en personne monsieur me Jean Louys Courtoys, conseiller du roy et son contrerolleur général des finances en Thle et banquier de lad. ville, lecquel a bailhé charge à pris faict à Géraud Genestal et François Valles, mes charpantiers de la présant ville, illec présans et acceptans, tous deulx ensamble l’ung pour l’autre et ung seul et pour le tout sans faire division ny discussion à quoy renoncent, à faire la besognie et réparation de la maison que led. sieur Courtois a en la présant ville et rue Sainctes Carbes, suivant et conformémant au contenu des articles desquelz la teneur s’ensuit. Premièremant seront tenus lesd. entreprenurs de faire les desmolitions nécessaires, se garder de gaster rien ny rompre le boys. Plus seront tenus de faire à neuf le plancher de la cuysine, où ilz mectront ung saumier et les travatelz nécessaires. Davantage acomoderont le plancher de la reyre cuisine et sy besoing est y faire quelque chose. Plus feront à neuf les planchiers de la salle et chambre sur lad. cuysine et ryeyre cuisine, avec deux saumiers à chacune avec moleures et cornises, les travatelz bien picquetz et raboutés à troys cartz de pam l’ung de l’autre et postatz au long. Comme aussy feront deux autres planchiers à l’estaige quy sera sur lad. salle et chambre, avec deulx saumiers à chacune comme dessus, cornises et molures, et les travatelz bien picquetz et clausonnés ainsin que dict est. Plus seront tenus de faire la couverte de tout le corps de lad. maison à deulx eaulx et lever par dessus la dernier estaige de neuf ou dix pams, laquelle couverte sera picquée d’aultheur, excepté les forogetz que seront esblanchis avec ung cart de colonne à chacung tant du cousté de la rue que de la basse court, et pour le soubztient dud. couvert sera tenu d’y poser les saumiers, pialz, biscles et ventrières, balestiers et soubarbes nécessaires, les filles picquées d’aulteur à deux pams et demy l’une de l’autre, tout postat et feulhonnat comme le corps du dernier. Plus seront tenus de faire les deux migenceries pour aller du degré, quy sera faict à neuf, aulx salles de devant la rue, et ce de sasilhat ou courondat à la vollonté dud. sieur Courtoys. Plus seront tenus de faire les planchiers nécessaires au cabinet, quy sera sur la fin du courroir de la basse court, bien picquetz et raboutetz avec les foregetz comme dessus. En oultre seront tenus de faire le degré en vis, de la grandeur que sera advisé, près la porte de la cuisine, et le monter jusques à l’estaige plus haulte, garny de barreaux faictz au tour, que led. sieur Courtois fornira, avec de soubzpentes et manilhes molurées et avec cornises, et feront le couvert dud. degré et les planchers avec les foregetz façonnés comme dessus. Plus fairont deulx galleries pour aller d’ung corps à l’autre, ausquelles ilz mectront les saumiers, pieddroictz, planchiers et coudières, le tout bien moluré et cornissé et clausonné, picqué et rabouté, et y posseront les bareaux faictz au tour, à demy pam l’ung de l’autre, que led. Courtois fornira. Sy feront aussy lesd. entreprenurs tant les couvertz de la gallerie que cabinet, pour y estre mis crouchet, ardoyse ou tuille canal à la vollonté dud. Courtois, et seront tenus de fourer de postam bien raboutat le susd. degré du cousté des galleries, et seront aussy tenus de fere servir du boys vieulx s’il en est truvé de bon à la vollonté dud. sieur Courtois. Plus seront tenus de faire deulx degrés à loque pour dessandre aulx caves, l’ung sur la rue et l’autre sur la basse court. Plus seront tenus d’accomoder le degré vieulx quy est dans la tour12, afin que la porte de ladicte tour quy vize et regarde la cuisine neufve puisse estre de la haulteur qu’est à présant la porte grande de ladicte tour, et d’y faire servir les marches quy y sont à présant sy faire ce peult. Davantaige seront tenus de mectre deulx pièces de coural enchâssées dans la murailhe au dessoubz des saumiers pour les porter, afin que les fenestres de la salle basse ce puissent ouvrir et hausser jusques ausd. saumiers. Et feront aussy les portes de sapin nécessaires et des contrefenestres sy led. sieur Courtois en veult à [ce]13 corps neuf, du cousté de la basse court. Toulte laquelle susd. besognie, en la forme que dict est, lesd. entreprenurs seront tenus, solideremant commed. est, bien et duemant faire suivant [que]14 l’art de charpanterie le requiert, et icelle avoir faicte et parfaicte dans quatre moys prochains venans à conter de ce jourd’huy, sur peyne de tous despans, domaiges et interrestz, sans pouvoir discontinuer ladicte besognie ains à icelle vacquer jusques à l’avoir entièremant parfaicte. Et ce moyenant la somme de troys cens livres pour lad. besognie et manifacture d’icelle, sans toutesfois que lesd. entreprenurs soinct tenus de rien fornir que la main d’icelle, commed. est cy dessus. De laquelled. somme de troys cens livres et en déduction sur et tant moingz d’icelle led. sieur Courtois en a payé présantemant et de contant la somme de quarante livres en cartz d’escu et autre monoye faisant lad. somme et par lesd. entreprenurs receue et retirée, présant moyd. notaire et tesmoingz, quy s’en sont contantés et en ont quicté et quictent icelluy sieur Courtois. Et le pris restant, qu’est deux cens soixante livres, led. sieur Courtois sera tenu, comme promect, payer ausd. entreprenurs à mesure et porportion15 qu’ilz travalheront à lad. besognie, à peyne du payemant retardé. Et moyenant ce dessus iceulx entreprenurs promectent avoir faicte lad. besognie en la forme susd. audict terme, sur peyne commed. est. Et pour l’observation du contenu au présant contract lesd. parties respectivemant ont obligé leurs biens présans et advenir, qu’ilz soubzmectent à toutes rigueurs de justice, et lesd. entreprenurs par arrestation de leurs personnes, ainsin l’ont promis et juré. Èz présances de mes François Barthe, Anthoine Brieudet et Louys Saulière, praticiens dud. Thle, soubzsignés avec les parties et moy.

  • 16 Par deux contrats de novembre 1610 et avril 1611, Hugues Escudié, maître menuisier, promet de faire (...)

(Signé :) Courtois. Marque de Ginestal. Marque de Valles. Saulière. Brieudet. Barthe, pnt . De Ortis16.

Notes

1 AMT, CC 53, 202 ro : voir fig. 10. Lorsque Courtois l’achète à Jean de Juery, écuyer, le 13 janvier 1610, la demeure, qui occupe près de 800 m2, comprend « ung corps sur la rue, basse court, autre corps de maison au millieu, ung jardin et une grange et escurye quy a yssue au coing des Fours » (3E 6043, 1ère partie, 14 vo-16 vo).

2 A omis.

3 Antoine de Lalaurete, avocat au parlement, voisin du côté sud : AMT, CC 53, 202 ro.

4 Ce omis.

5 Le passage « pacte aussy convenu… de bon mortier franc » est ajouté à la fin.

6 Lire proportion.

7 La signature du notaire manque. Au verso, cachet moderne : « De Ortis notaire ».

8 Dont le nom est ici francisé en « Bruyères ».

9 Maison disparue, qui a déjà servi de modèle pour la maison Comère, 27 rue des Changes : voir plus haut, p. 79, note 15.

10 Il s’agit de la demeure de Catherine de Mansencal (AMT, CC 53, 162 ro), appellée de Miremont dans une indication de confronts (3E 1916, 1ère partie, 68 ro), qui y fait alors faire des travaux (3E 3323, 1187 ro-1190 vo, 3E 6043, 2e partie, 328 vo). Elle a été reconstruite en 1756 pour le conseiller au parlement d’Anceau de Mauran (AMT, DD 261) ; c’est aujourd’hui le no 12, place Saint-Étienne.

11 Le 2 mai 1610, Bruguière s’associe Pierre Bonte, tailleur de pierre, pour l’exécution de ce contrat (3E 3327, 423 ro-424 ro) ; six mois plus tard ils arrêtent leurs comptes (3E 3327, 1056 ro).

12 Dans le corps de logis en fond de cour, aujourd’hui détruit.

13 Ce omis.

14 Que omis.

15 Lire proportion.

16 Par deux contrats de novembre 1610 et avril 1611, Hugues Escudié, maître menuisier, promet de faire tout le travail de menuiserie, pour lequel il reçoit d’avance 160 l. 13 s. 4 d. (3E 3173, 1ère partie, 327 vo-329 ro, 3E 11985). En août 1611, Georges Méliguié, maître tailleur de pierre, s’engage à poser deux croisé es de pierre dans la cour, pour 28 l. (3E 11985).

Table des illustrations

Légende Fig. 10. Cadastre de 1680. Capitoulat Saint-Étienne, moulon 28. Parcelle 6 :hôtel Courtois. © Archi. Mun. de Toulouse, CC 126.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/35863/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 76k

© Presses universitaires du Midi, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search