Version classiqueVersion mobile

Demeures toulousaines du XVIIe siècle

 | 
Michèle Éclache

Documents

L’Hôtel de Clary

Texte intégral

  • 1 La plus grande partie de l’hôtel est achetée en 1601 par Nicolas Guerr ier (AMT, CC 48, 80 ro; 3E 2 (...)
  • 2 Malheureusement, les contrats qui établissent le travail des uns et des autres ne sont à peu près j (...)

1L’ancien hôtel de Bagis (25 rue de la Dalbade), un des fleurons de la Renaissance toulousaine, passe au début du XVIIe siècle aux mains de Gabrielle Guerrier et de son mari François de Clary1, premier président au parlement de 1611 à 1615, qui le font transformer, de 1609 à 1616. Sur ce chantier prestigieux, que les documents attribuent explicitement à Pierre Souffron, se succèdent les praticiens les plus en vue du moment, Pierre Bouc et Thomas Heurtematte, dont on ignore pourquoi ils abandonnent cette besogne, puis Pierre Monge2. Il est évident que l’ambitieux Clary veut ici faire l’étalage, que permet la fortune conjugale, de ses goûts d’amateur d’art, qui doivent se montrer partout, au dehors et au dedans, sur la rue et dans la cour. Pour la façade, il faut noter que, entre le contrat de juin 1609 et le commencement des travaux au début de 1611, Souffron en modifie sensiblement l’organisation : de sept travées elle passe à huit, dont le portail, élargi, occupe les deux du centre, avec deux portes dont le décor sculpté encense le couple de ses commanditaires. À l’intérieur, le beau morceau est la galerie de l’aile sud et l’escalier d’apparat y menant, tandis que le reste du corps de devant abrite des pièces d’habitation — on y place des cheminées — mais sans luxe ostentatoire — on y exclut marbres et figures. Cependant le programme décoratif extérieur, réduit dès 1611, n’est pas mené à bien, sans doute interrompu par la mort de Clary en 1616 : les fausses niches de la cour sont toujours vides de statues et la façade ne sera achevée qu’au XIXe siècle.

Fig. 7. Cadastre de 1680. Capitoulat Dalbade, moulon 11. Parcelle 12 :
hôtel de Clary. © Archi. Mun. de Toulouse, CC 114.

  • 3 J. Chalande, Histoire des rues…, t. 3, p. 25.
  • 4 3E 3336, 831 ro.

2On ignore quel modèle a inspiré à Souffron cette œuvre fastueuse et unique ici, où elle n’a pas fait école : seul Bernard Esquirol, docteur et avocat au parlement, dans la demeure qu’il se fait bâtir, place des Pénitents-Blancs3, aujourd’hui détruite, demande, en 1619, à Vital Meyrand de lui faire une croisée « de la façon d’une de celles de la maison de feu monsieur le présidant de Clary»4.

20 
19 juin 1608 
Bail à besogne passé par Gabrielle Guerrier avec Jean Bordes

3E 2411, 198 ro-199 vo

Édition : G. Costa, « L’hôtel de pierre à Toulouse », Bull. Soc. Hist. Art fr., 1981, p. 45 ; M. Éclache, « Projets pour l’hôtel de pierre au début du XVIIe siècle », Ann. Midi, t. 94, n° 159, 1982, pp. 444-446.

3Le dix neufviesme du mois de jung mil six cens huict, en Thle, après midy, par devant moy note en présance des bas nommés, régnant Henry etc., establye en persone dame Gabrielle de Guerrier, femne de messire François de Clary, conseiller du roy en ses conseilhz d’estat et privé et me des requestes ordinaire de son hostel, laquelle de son gré a baillé à Jehan Bordes, me masson de Thle, illec présant et acceptant, à fere une muraille et tour en la maison que lad. dame a en Thle, rue de la Dalbade, en laquelle led. sieur et dame font leur habitation, en la forme cy après expéciffiée. Premièrement a promis et sera tenu led. Bordes de fere lad. muralhe, respondant sur le jardin de monsieur Boyer, conseiller, et sur le jardin de lad. maison, de la longueur et espoyseur qu’est la muralhe que y est de présant et, à cesd. fins, la joindre et unir avec icelle, que sera de deux tuilles et demye d’espoyseur jusques à la première estaige et de là jusques à la seconde estaige de deux tuilles de poincte et jusques à la troysiesme estaige de une tuille et demye et après jusques à la couverte de deux demy tuilles. Plus sera tenu led. Bordes fere une tour carrée sur le carré de lad. muralhe dans le jardin de lad. dame, laquelle tour sera tenu fonder sur la terre ferme et solide, de l’espoyseur de deux tuilles de poincte, de longueur de une canne et de cinq ou six pams de sortie dans led. jardin oultre la ligne de la muralhe de lad. maison jusques à la première estaige quy estoit cy devant la cuysine, et sera continuée lad. tour jusques à la seconde estaige de une tuille et demye et de la seconde estaige jusques à la troysiesme de deux demy tuilles et sera continuée jusques à une canne par dessus la couverte de lad. maison de une tuille de poincte, avec les portes et fenestres nécessaires ; et dessoubz la couverte de lad. tour sera tenu fere une cornisse tout autour d’icelle, de six ou sept fillades, et sera tenu led. Bordes de fere caver les fondemens de lad. tour et tirer les terre de hors led. jardin à ses despens. Pour laquelle muralhe et tour fere lad. dame sera tenue de fornir toutz matériaux nécessaires sans que led. Bordes soit tenu de rien fornir que seullement les enartz et chaufaudages. Plus sera tenu led. Bordes, après que lad. muralhe et tour seront faictes, de les junter et rabatre où besoing sera par dehors seullement. Et pour fere ladite muralhe et tour lad. dame promet payer aud. Bordes à raison de quarante cinq soulz pour canne carrée tant plain que vuide, payable à messure qu’il travalhera et avancera icelles, que promet avoir faicte et parachavée par tout le mois de julhet prochain venant, à peyne de toutz despens, dommaiges et intérestz. Et en déduction de ce que montera lad. muralhe et tour lad. dame a payé présantement la some de cinquante livres tournois, en six pistolletz, une pistolle d’Espaigne et le reste en pièce de setze soulz et autre monoye, par led. Bordes comptée et receue en présance de moyd. note et tesmoings, s’en tient comptant. Et moyennant ce promet led. Bordes de bien fere lad. muralhe de l’espoysseur et hauteur qu’est celle que y est et lad. tour en la form susd. suyvant l’art de massonerye. Et pour ce fere a obligé ses biens meubles, inmeubles, présantz et advenir, et lad. dame a obligé ses biens présantz et advenir pour le payement du pris restant de lad. besoign, que ont respectivement soubzmis aux rigueurs des cours de la séneschaucée et ville, viguerie de Thle et autre du présant royaulme de France, et ainsin l’ont promis et juré. Èz présances de Pierre Sirvent, me d’hostel dud. sieur de Clary, et Jacques Rivière, merchant de Thle, soubzsignés avec lesd. parties et moy.

  • 5 Les travaux de ce contrat, notamment la tour du côté du jardin, ne sont finalement pas réalisés.

(Signé :) G. de Guerrier. J. Bordes. P. Servain. Ja. Rivière, pt. Castanet, note5.

21 
2 juillet 1608 
Bail à besogne passé par Gabrielle Guerrier avec Pierre Bouc et Pierre Peraudeau

3E 252, 390 vo

  • 6 Exepté la tuille ajouté à la fin.

4L’an mil six cens huict et le segond jour du moys de julhet, en Thle et maison de monsieur de Clary, conseiller du roy et me des requestes de sa magesté, après midi, en ma présence et des tesmoingz bas nommés, constitué en sa personne dame Guabrielle de Guerrié, feme dud. sieur de Clary, laquelle a bailhé et bailhe à Pierre Bouc et Pierre Peyrodeau, mes tailhieurs de pierre de Thle, présens, toutes les fenestraiges crozières nécessaires et que convient fere à la maison dud. sieur, tant sur la rue, basse court et jardrin, de la mesmes faysson que les autres faictes jà faictes à lad. maison suyvant chascune fassade et estaige dud. bastiment, et fornir la pierre et tout ce que sera requis exepté la tuille6, les rendre pouzées à leur despens. Et pour chesque crozière lad. dame sera tenue leur payer trente livres, sur quoy lad. dame sera tenue leur avancer cent livres lhors que commanseront de travailher, et le reste à mesure que travailheront, ce que promectent avoir le tout pouzé par tout le moys de septembre prochain venent. Et pour tout ce dessus observer toutes parties obligent leurs biens, qu’ont soubzmis à toutes rigueurs de justice de ce royaume, et ainsin l’ont juré. Èz présences de Pierre Sirvent, me d’hostel desd. sieur et dame, et Pierre Cabane, praticien de Thle, signés avec les parties.

  • 7 Dès le 4 juillet Bouc achète à un marchand de Roquefort pour 131 l. 3 s. de pierre pour ce chantier (...)

(Signé :) G. de Guerrier. P. Bouc. Peraudeau. Cabanes. P. Servain. Arnauld, note7.

22 
25 avril 1609 
Bail à besogne passé par Gabrielle Guerrier avec Jean Bordes

3E 6224, 248 vo -250 vo

Édition : G. Costa, Ibidem, p. 46 ; M. Éclache, Ibidem, pp. 447-448.

  • 8 Dame Gabrielle de Guerrier, femme à ajouté au bas de la page.
  • 9 Le passage « et à gaigner… ausd. bastimentz » est ajouté au bas de la page.
  • 10 Ces maçons sont Pierre Crabefosse et Antoine Castillon (3E 3325, 662 vo-664 ro). Le différend entre (...)

5Comme ainsin soit que par instrument des an et jour en icelluy conteneus, retteneu par mre Jehan Castanet note royal de la présant ville, dame Gabrielle de Guerrier, femme à8 messire François de Clary, conseiller du roi nostre sire en ses conseilz d’estat et privé, mestre des requestes de son hostel, eust baillé à Jehan Bordes, maistre masson de la présant ville, à bastir et construire ung corps et muralhe de sa maison qu’elle a aud. Thle, parroisse de la Dalbade, respondant sur la rivière de Garonne, et que, par santance de monsieur le séneschal de la présant ville icelluy Bordes aye esté condampné, à la poursuitte dud. seigneur de Clary, de desmolir et rebâtir à ses despens led. corps pour n’avoir esté fait loyallement et en bon estat, et qu’aiant lad. dame de Clary dessaigne faire d’autres bastimens en sad. maison, led. Bordes l’auroit supliée luy bailler la manifacture d’iceus par préférance et à gaigner se que ung autre gaigneroit avec elle ausd. bastimentz9 aulx fins qu’il eust moien de refaire l’autre muraille, ce que lad. dame luy auroit volontiers accordé, dont ne reste que de passer instrument. Pour ce est il que le sabmedy vint cinquiesme jour du mois d’apvril mil six cens et neuf, avant midy, à Thle, régnant Henry etc., par devant moy notaire roial et tesmoings bas nommés, dans la maison de lad. dame, personnellement constitués icelle dame de Clary d’hune part et led. Bordes d’autre, lesquelz ont sur ce dessus conveneu ce que s’ensuit. Scavoir qu’icelluy Bordes a promis et promet, en suivant et conformément à lad. santance et aquiessant à icelle, à ses propres coustz et despens desmolir entièrement et refaire et rebastir led. premier bastiment par luy fait et basti et ce au plutost, et l’avoir parfait à la première réquisition de lad. dame de Clary, sur peyne de tous despens, domaiges et intérestz à faulte de ce faire, le tout sans aud. Bordes préjudice de son recours contre autres massons ausquelz il dit avoir baillé led. bastiment à faire, pour raison de quoy y a instance entre eulx devant led. sieur séneschal10 ; et néanlmoins par ce mesme instrument lad. dame de Guerrier a baillé et par les présantes baille aud. Bordes, acceptant, à desmolir et metre entièrement à terre tant le corps de devant la rue de sad. maison que les autres bastimentz qu’elle a dessaigne de desmolir, ausqueles fins quand aus murailles icelluy Bordes remetra et rangera le thuille et terre et autres matériaus qui en proviendront aus fins que le tout se conserve et puisse retourner servir, et à ses fins y travaillera avec nombre de massons suffisant et maneuvres dès le premier jour et continuer sans chaumer. Et ce fait icelluy Bordes promet et sera teneu de rebastir, faire et construire tout à neuf icelluy devant de maison, galleries et autres habitations, comme et suivant les plans et dessains qu’icelle dame vouldra, et à ces fins icelluy Bordes sera teneu de faire toutes les cavailles et fondemens ensemble tailler et copper tout thuille à l’effait des arcades, fenestres, veues, corniches, arvoutz, portes et autres enbelissemens qu’il plaira à lad. dame et qui seront requis et nécessaires. De l’espesseur les fondementz et murailles qui seront sur terre ou en mégenserie qu’il plaira à lad. dame, avec les piliers que seront requis aus galeries et arcades qui s’y fairont, lesqueles murailles et bastimentz neufz et tout ce qui en deppendra icelluy Bordes sera teneu de jointer par dehors à jointe coppée et enluire et ablanchir tous les dedans. Sy sera icelluy Bordes teneu de poser toutes pierres taillées que lad. dame luy baillera aus portes, fenestres et alheurs où requis sera. Toutes lesqueles murailles et bastiment icelluy Bordes sera teneu de faire bien et duement, en bon metre, homme de bien, suivant et comme l’art de massonerie le requiert, sans qu’il soit teneu rien fornir que la seulle main, laquelle dame fornira toutes matières à ce requises et nécessaires, rendues à pied de besonhe. Et pour la manifacture de tout ce dessus lad. dame a promis et sera tenue de paier aud. Bordes, à mesure qu’il travaillera et advansera lad. besonhe, pour chacune canne carrée tant plain qu’il vuide de toutes lesd. murailles, tant unes que autres, de quelle espesseur qu’elles soint tant pour les fondementz que murailles et mégenseries, la somme de quarante huit sous tournois chacune ditte canne carrée. Pacte accourdé que, à l’effait de haster lad. besonhe et bastiment, icelluy Bordes assistera en personne à la desmolition et construction et y travailler continuellement dès lundy prochain, avec nombre suffisant de bons compaignons expertz et entendeus aud. art, sur peyne de tous despens, domaiges et intérestz à faulte de ce faire, et que aus despens dud. Bordes sera permis à lad. dame de Clary metre à lad. besonhe de compaignons dud. art. Toutes lesqueles desmolitions et constructions icelluy Bordes sera teneu d’avoir fait et parfait à peyne de respondre de la chaume, scavoir le corps de devant la rue dans quatre mois prochains venans et le surplus à l’instant, y travaillant continuellement jusques à perfection, sans chaume, délaiement ny retardement quelconque sur lesd. peynes. Et pour tout ce dessus ainsin conveneu tenir et nullement y contravenir lad. dame de Guerrier a obligés ses biens et led. Bordes les siens et personne, soubzmis à toutes rigueurs des courtz tant de ceste ville que autre de ce royaulme de France, ainsin l’ont promis et juré. En présance de monsieur me Guillaume Dales, advocat en la court, me Simon Chabauld, praticien aud. Thle, et Jaques Rivière, merchant de la présant ville, tesmoins à ce apelés et soubzsignés avec lad. dame de Guerrier et Bordes et moy note requis.

(Signé :) G. de Guerrier. J. Bordes. Guillaume Dalles, pnt . Chabaud, pnt . Ja. Rivière, pnt . De Poisson, note.

23 
16 juin 1609 
Bail à besogne passé par Gabrielle Guerrier avec Pierre Bouc

3E 2412, 183 vo -186 ro

Édition : G. Costa, Ibidem, pp. 46-47 ; M. Éclache, Ibidem, pp. 448-451.

  • 11 Voir 21.
  • 12 La métairie des Sablons, appartenant à Gabrielle Guerrier, se trouvait à côté de Portet (3E 6255, 2 (...)
  • 13 C’est-à-dire du côté sud, Bertrand de Boyer ayant épousé Catherine de La Cassaigne, veuve de Guilla (...)
  • 14 Beau-frère de Clary, qui a résigné en sa faveur sa charge de juge mage : 3E 2410, 117 ro, 250 vo-25 (...)

6Le sectziesme jour du moys de jung mil six cens neufz, en Thle, après midy, par devant moy note en présence des tesmoingz bas nommés, régnant Henry etc., establie en personne dame Gabrielle de Guerrier, femme de messire François de Clary, conseiller du roy en ses consel d’estat et privé, maistre des requestes ordinaire de son hostel, laquelle de son gré a baillé à Pierre Bouc, me tailheur de pierre de la présent ville illec présent, estipullant et acceptant, à faire la besoigne sy après expéciffiée en la maison que lad. dame a, scituée en Thle, rue de la Dalbade, où elle faict à présent son habitation, en ce que concerne la pierre de tailhe du devant de toute lad. maison, aux pactes et conditions sy après expéciffiés, et ce oultre le contract faict avec Jean Bordes, me masson, pour le bastimant de bricque, et sans préjudice de deux autres contractz faictz avec led. Bouc pour certains fenestraiges de lad. maison11 et fontaines de Sablons12, que demeureront en leur force. Premièremant led. Bouc sera tenu poser à ses despans toute la pierre de tailhe requize au devant de lad. maison, soict pilastres, portes, fenestres, corniches et autres ornemans. Sera aussy tenu led. Bouc entrepreneur avoir avec luy de bons ouvriers qui sachent bien et minhardement tailher tout ce qui sera de l’ornemant dud. bastimant, et trasser le fondemant durant la longueur de lad. maison du long de lad. rue et à iceulx despartir les entrées, portes et pilastres, et y observer les sallies requizes et nécessaires pour lesd. pilastres, bases et soubbases d’iceulx. Led. fondemant estant faict et monté jusques à demy pam du niveau du pavé de lad. rue, sera tenu led. Bouc sur icelluy commancer à ériger les soubasemans des pilastres et des portes, le tout suivant les mesures et proportions de la haulteur et largeur comme est figuré et escript aux desseingz qui en ont esté faictz par monsieur Soufron, que lesd. parties ont signé de leur main. Plus, après avoir posé les soubasemans tant à l‘endroict des pilastres que l’entre deux d’iceulx, sera tenu poser les bases desd. pilastres et portes des deux boutz comme aussy les pieddestrailz de la porte de l’entrée de lad. maison, sur lesquelz pieddestralz sera tenu faire, tailher et poser les bases, colomnes et chapiteaux ionicque, avec l’arquitrave, frise et corniche ; et pour les bases desd. pilastres seront de l’ordre de Corinte. Sur lesd. bases sera tenu tailher et poser les pilastres toutz de pierre jusques aux chapiteaulx. Lesquelz pilastres sera tenu faire en bonne liaison dans la murailhe et, pour la fassiade, lesd. liaisons à plomb l’une de l’autre pour les arpes hors du corps desd. pilastres. Lesquelz pilastres sera tenu bien mesurer pour la hauteur affin de leur bailler la largeur et sallie à proportion. Ensemble sera tenu caneller lesd. huict pilastres par le devant et une caneleure de chescung costé sur la sallie, savoir un tiers par dessus lad. base canellé en baston rond et les deux tiers par dessus en demi rond vuide. En bastissant les susd. huict pilastres et entre les distances d’iceulx sera tenu tailer et poser deux portes, comme est figuré aud. desseing, ensemble celle du mitan, qu’est la principalle entrée, suivant l’ordre ionicque, comme a esté dict, ensenble six fenestres bastardes et quatorze crozières. Tous les piedz droictz des portes et fenestres sera tenu orner de mouleures convenables pour accompaigner led. ordre, ensemble les couverttes et corniches d’icelles, oultre les acoudières, avec les tables de attante. Et oultre ce, au dessoubz desd. quatre fenestres bastardes sera tenu y faire soubz chescune d’icelles un quarré de grandeur desd. fenestres orné et enrichy de mouleure rellevée et au mitan une table de attante ou un compartimant, à la volonté dud. sieur de Clary, et faire lesd. fenestres de la faisson, enrichissemant et ornemant convenable à la beauté et structure dud. bastimant. Sur les susd. huict pilastres sera tenu tailher et poser huict chapiteaux Corinthe de grandeur à proportion desd. pilastres, garnis à trois estaches de fueilles d’arcante refandues ou de feulhe d’olivié ou autre faisson, à la volonté dud. sieur de Clary, mary de lad. dame, avec leur vollupte et tailhoir, et par dessus iceulx sera tenu faire l’architrave et frise et corniche, laquelle frise et corniche sera tenu orner et enrichir de feulhage, animaux ou autres ornemans, desquelz led. sieur de Clary sera tenu luy bailler portraict, pour enrichir, tailher et rellever en bosse lad. frise. Plus, après avoir tailhé et posé lad. frise sera tenu led. entrepreneur faire, tailher et poser la corniche de hauteur requize et sallie à proportion, le tout sellon les desseingz dud. sieur Souffron. Laquelle corniche sera tenu orner et enrichir des ornemans portés par led. ordre de Corinthe, comme sont mufles de lion, modelons ou consolles, ornés de feulhages, parquetaiges et roses au platphons dans led. parquetaige. Et que les pilastres finissent soubz le premier carré, lequel on reffend en carneaulx ordinairement, coronnés lesd. pilastres du talon et fylet qu’est dessoubz led. carré retourné à l’entour dud. pilastre. Sera tenu led. entrepreneur faire la susd. besoigne le tout suivant l’ordre Corinthe et y observer les mesures, proportion et ornemans. Et à la voûte de la porte de l’entrée de lad. maison sera tenu faire les armoiries dud. sieur et dame et à l’endroict d’icelles coupper la corniche pour les faire de grandeur suffisante, le tout bien tailhé et rellevé en bosse. Après avoir achevé de poser toute la pierre dud. devant de maison, en dessendant, sera tenu nettoyer, reblanchir et joincter, dresser les mouleures des portes, fenestres et bien dresser les caneleures desd. pilastres, le tout rendre en bon et deub estat et perfection comme l’œuvre le requiert, et observer les desseings et messures faictz par led. sieur Souffron. Avec pacte accordé que lad. dame sera tenue de fornir la pierre et autres matériaux nécessaires, sans que led. entrepreneur soit tenu de rien fornir que la main et mainœuvres pour faire la susd. besoigne, fasson, talhe, ouvraige et tout ce que dépent de la main des mes et bons ouvriers, sans que lad. dame soit tenue de fornir rien que les matériaux comme dit est. Davantaige sera tenu led. Bouc entrepreneur de bastir, pour monter au corps du lougis du devant de lad. maison, ung degré à repos de pierre de talhe de la fasson, talhe et structure qu’est le degré à repos du corps de dernier de lad. maison, avec sept portes nécessaires pour monter aud. corps et estaiges d’icelluy, venant la première porte de la galerie basse et ouverte que ladite dame désire faire dans lad. maison, du cousté où est lougé maintenant monsieur Boyé, conseiller en la cour13, et sera lad. première porte ornée de pilastres ou colomnes come par lad. dame sera advisé, et les autres portes, pour monter aux autres estaiges, entrer dans la galerie haulte, salles et chambres, seront faictes comme les portes du degré du corps de dernier pour entrer à la salle basse et à la salle haulte. Sera tenu aussy faire les reposoirs ou trépoirs, platebandes pour les porter, de pierre de talhe comme led. degré du corps de dernier, bien joindre et polir lad. pierre partout, tant dessus que desoubz les marches dud. degré, auquel sera tenu faire à chesque trépoir deux niches de pierre de talhe, de cinq ou six pams dans œuvre chescune, sauf que dud. degré nouveau les marches seront plus longues, comme il sera avisé par lad. dame, et la porte que sera pour entrer à la galerie haulte sera à deux fasiades, et le tout conforme aud. degré du corps de dernier, et mettre les armoyries desd. sieur et dame en deux endroitz, et fornir la main, travailh et ouvriers et rendre le tout à sa perfection sans que lad. dame soit tenue de rien fornir que la pierre et matériaux nécessaire comm dict est. Et ce moyennant le pris et somm de deux mile livre que lad. dame promet luy payer pour faire la susd. besoigne, payable scavoir deux cens livres dans trois jours prochains et le restant dud. pris à messure que led. Bouc travalhera et avancera lad. besoigne, laquelle il promet avoir faicte et parachavée, en la forme susd., dans ung an prochain venant. Et pour l’observation de ce dessus et ne y contravenir lesd. parties l’une envers l’autre, chescun en ce que leur consern, ont obligés leurs biens meubles, immeubles, présentz et advenir et led. Bouc sa persone propre, que ont soubzmis aux rigueurs des cours de la séneschaucée et ville, viguerie de Thle et autres du présent royaulm de France, et ainsin l’ont promis et juré. Èz présences de monsieur me Jean de Gineste, juge maige en la sénéchaucée de Thle14, noble Gaspard de Fay, bourgeois, et me Guilhaume Dales, docteur et advocat en la cour, soubzsignés avec lesd. parties et moy.

(Signé :) G. de Guerrier. F. de Clary. P. Bouc. Gineste. De Fay, présent. Guillaume Dalles, pt. Castanet, note.

24 
8 octobre 1609 
Bail à besogne passé par Jacques Rivière, au nom de Gabrielle Guerrier, avec Jacques Malet

3E 2412, 304 vo -305 vo

Édition : G. Costa, Ibidem, p. 48.

7Le huictiesme du mois d’octobre mil six cens neuf, en Thle, dans la bouticque de moy note, avant midy, en présance des bas nommés, estably en persone Jacques Rivière, merchant de Thle, lequel, pour et au nom de dame Gabrielle de Guerrier, femne de messire François de Clary, conseiller du roy en ses conselh d’estat et privé, me des requestes ordinaire de son hostel, de son gré aud. nom a baillé à Jacques Malet, me charpentier de Thle, ilec présant et acceptant, à fere la besoigne cy après expéciffiée en la maison que lad. dame et led. sieur de Clary font leur habitation, assize en Thle, rue de la Dalbade. Premièrement led. Mallet sera tenu de mettre deux saumiers au corps de dernier de lad. maison respondant sur la rivière, scavoir l’ung où l’arvoult que y est se desmolira et l’autre du cousté de la rivière servant de paredal ; et par dessus la travesson où lesd. saumiers seront possés sera tenu led. entrepreneur de desmolir les deux travesons que y sont et mettre le boys provenant d’icelles dans la galerie ou corps de maison aquise de monsieur Boyer, aux fins que led. boys ne se esgare. Plus sera tenu de remettre lesd. deux travesons qu’il aura desmolies toutes deux à neuf, et à chacune d’icelles mettre ung saumier pasat de mollure et simaissat chacung. Davantaige sera tenu led. entrepreneur de fere la couverte tant que contient la travesson et muralhe neufve jusques à la muralhe de monsieur Boyer, conseiller, et icelle fere recouvrir de tuille canal. Plus sera tenu de despasimenter toutes lesd. deux travesons et jetter les terres dans le jardin et mettre le passiment au lieu plus commode, et le tout fere bien et deuement suyvant l’art de charpenterie, moyennant le pris et somm de cent cinquante six livres tournois, que led. Rivière, au nom de lad. dame, promet luy payer à mesure qu’il travalhera et avancera icelle, sans que led. Mallet soit tenu de rien fornir que la main et mainouvres de lad. charpenterie. Laquelle besoigne promet avoir faicte et parachavée dans deux mois prochains venans à compter du jour présant, à peyne de toutz despens, dommaiges et intérestz. Et pour l’observation de ce dessus et ne y contravenir led. Mallet a obligé ses biens meubles, immeubles, présantz et advenir, et persone propre, et led. Rivière a obligé les biens de lad. dame présantz et advenir, que ont soubzmis aux rigueurs des cours de la séneschaucée et ville, viguerie de Thle et autres du présant royaulm de France, et ainsin l’ont promis et juré. Èz présances de Mathieu Nautuc, me paveur de Thle, et François Terrisse, praticien de Thle, soubzsignés avec lesd. parties et moy.

  • 15 En juillet 1611, quelques semaines avant de mourir, Malet déclare que le président de Clary lui doi (...)

(Signé :) Marque de Malet. Ja. Rivière. Nautuc. Terrisse, pnt. Castanet, note15.

25 
16 janvier 1610 
Contrat d’association entre Pierre Bouc et Thomas Heurtematte

3E 2413, 23 vo-24 vo

  • 16 De omis.
  • 17 De cette association Bouc-Heurtematte, de 1610 à 1615, il n’a été trouvé aucun autre exemple.

8Le setziesme du mois de janvier mil six cens dix, en Thle, dans la bouticque de moy note, après midy, en présance des bas nommés, estably en personn Pierre Bouc, me talheur de pierre de Thle, lequel de son gré a assossié et mis en part pour une moityé Thomas Urtamate, esculteur de la présant ville, illec présant et acceptant, en la besoigne de pierre de talhe que led. Bouc a entreprins fere pour dame Gabrielle de Guerrier, feme de messire François de Clary, conseiller du roy en ses conselh d’estat et privé, me des requestes ordinaire de son hostel, en sa maison qu’elle a assize en Thle, rue de la Dalbade, pour le pris et some de deux mile livres, suyvant l’instrument par moy note rettenu le setziesme de jung dernier mil six cens neuf, duquel led. Urtamate a entendeu la lecture. Et oultre lad. besoigne led. Bouc a assossié et mis en part led. Urtamate en toutes autres besoignes et pris faictz de pierre de talhe qu’il entreprendra fere doresnavant tant en la présant ville que aux champs. Comme aussy led. Urtamate assossie et met en part pour une moityé, soy réservant l’autre, en toutz les pris faictz et besoigne de pierre [de]16 talhe qu’il entreprendra aussy fere tant en la présant ville que aux champs, soit de boys, marbre ou tuille, led. Bouc. Et seront tenus de donner advis l’ung à l’autre des besoignes et pris faictz qu’ilz prendront. Et lad. association et companie ont faicte pour le temps et espace de cinq ans completz et révolus commançans ce jourd’huy, pendent lequel temps lesd. Urtamate et Bouc prometent de travalher et s’ayder l’ung à l’autre aux pris faictz et besoignes qu’ilz entreprendront à fere, à la charge que les compaignons qu’ilz tiendront, soit à gaiges ou à la journée, se payeront mégèrement, et les utins nécessaires pour travalher seront achaptés et fornis par moityé, et tout le proffit que se fera ausd. besoignes et pris faictz, soit de pierre ou marbre, boys et autres besoignes qu’ilz entreprendront à fere se partira mégèrement, et ne pourront lesd. Urtamate et Bouc fere aulcune besoigne et pris faict de quelque sorte et qualité que soict en leur particulier et seul proffit que ne soit au proffit comun de lad. companie et sossietté. Et pour l’observation de ce dessus et n’y contravenir lesd. parties respectivement l’ung envers l’autre ont obligés leurs biens meubles, inmeubles, présantz et advenir, que ont soubzmis aux rigueurs des cours de la séneschaucée et ville, viguerie de Thle et autres du présant royaulm de France, et ainsin l’ont promis et juré17. Èz présances de Guilhaume Baretge et David Lalbarède, praticiens de Thle, soubzsignés avec lesd. parties et moy.

  • 18 Font aussi partie de l’équipe de Bouc sur ce chantier, en 1611, les tailleurs de pierre Raymond Sag (...)

(Signé :) P. Bouc. T. Heurtematte. Baretges, pt. Lalbarède, pnt . Castanet, note18.

26 
29 janvier 1610 
Bail à besogne passé par Gabrielle Guerrier avec Jean Cambart

3E 6226, 53 ro-55 ro

  • 19 Jean Bordes est ainsi évincé de cette entreprise, probablement pour n’avoir pas exécuté son co ntra (...)
  • 20 Ce omis.

9Scaichent tous que le vint neufviesme jour du mois de janvier mil six cens et dix, avant midy, à Thoulose, maison de dame Gabrielle de Guerrier, femme à messire François de Clary, conseiller du roy nostre sire en ses conselz d’estat et privé et metre des requestes ordinaire de son hostel, régnant Henry etc., par devant moy notaire et tesmoins bas només, personnellement constitué Jehan Cambart, me masson de la présant ville, lequel a promis et promet à lad. dame de Guerrier présante et acceptante de, en sa maison rue de la Dalbade, lui faire et parfaire la besonhe suivante19. Premièrement l’entrepreneur a promis et promet de faire toutes les desmolitions des murailhes, portes, fenestres, chaminées et voultes que seront besoing desmolir soit pour faire chaminées, portes ou toute sorte de fenestres que seront besoing de faire, soit il hault ou bas, soit il hors terre ou dans terre, metant la tuille en ranc et la terre à part pour les faire servir et remetre en œuvre tant le thuille que la terre comme bon père de familhe et bon mesnager a accoustumé de faire. Aussy led. entrepreneur sera teneu de faire toutes muralhes qui seront nécessaires et cruser les terres des fondementz, soit il dedans ou dehors la basse court, soit il sur terre ou dans terre, soit voultes ou murailhes droites, suivant et conformément à la volonté de lad. dame et ce qui luy sera ordonné, le tout bien lié et uni ensemble, eslevant les muralhes bien droites et en ligne perpendiculaire, ne penchant ni sà ny là hors de leur plom. Davantaige led. entrepreneur sera teneu faire toutes portes qui se treuveront nécessaires aus séparations des offices, chambres, garderobes ou galeries, pour entrer et sourtir d’ung lieu à autre. Ensemble sera teneu faire les chaminées de la bolangerie et cuisine et aussy de toutes les chambres et garderobes, le tout de thuile bien taillé et poulie, posée suivant l’art de massonerie, dont les chaminées des chambres et garderobes seront hornées de colompne, pilhastres ou termes, avec l’architrave, frize, corniche tant hault que bas, dont l’ordre des chaminées sera monstré le dessaing ou modelle pour voir s’il sera agréable à lad. dame ou elle luy baillera ou faira bailler les dessains ; à chascune des chaminées de la cuisine et bolangerie faira ung fourn, et néanlmoins deus petitz armoires à lad. chaminée de la cuisine, à l’endroit que sera dessaigné par icelle dame. Et moienant que led. entrepreneur s’aquitte bien et duement de son debvoir de rendre les murailles, voultes, portes, fenestres, chaminées enduit et joint à joint couppé, les muralhes par le dehors, les chaminées, portes et fenestres aussy jointés, et les tuieaux des chaminées et dedans des murailhes enduit, et razé les sablières du couvert, aussy enrazé les trous des saumiers et soliveaux avec les trous des barriés, soit dedans ou dehors œuvre, blanchies et enduies les muralhes par dedans, lad. dame moienant [ce]20 a promis et promet bailler et paier aud. Cambard pour chascune canne de murailhe la somme de cinquante quatre sous, tant des voultes que murailhes droittes et tant de l’espesse que de l’estroite, ensemble les pentes et pentelhons des chaminées, mesurant tant plain que vuide suivant et conformément les uz et coustumes de Thle, sans que lad. dame luy soit tenue faire faire aulcung service sy ce n’est luy faire deslivrer toutes les matières nécessaires. Et la besonhe bien et duement faitte et parfaitte sera veue, vizittée et vérifiée par gens à ce expertz et cognoissantz, et où il s’y treuveroit quelque deffault led. entrepreneur sera teneu le remander et remetre en bon estat à ses coustz et despens, et l’œuvre treuvée et remise en bon estat led. Cambart sera achapvé de paier de tout ce que luy sera deu de restes et le présant contrat cancellé. Et cependant lad. dame paiera et baillera argent aud. Cambart en déduction de lad. besonhe à mesure que led. Cambard travaillera et advansera icelle, laquelle icelluy Cambard commancera à la première réquisition de lad. dame, la continuant sans chaume ny délaiement quelconque jusques à perfection, avec nombre compétant d’ouvriers eu esgard à la grandeur d’icelle, sur peyne de tous despens, domaiges et inthérestz à faulte de ce faire. Et pour tout ce dessus ainsin conveneu faire, tenir, accomplir et nullement y contravenir tant lad. dame de Guerrier que led. Cambard, chascung comme les concerne, ont obligés tous leurs biens présans et advenir, qu’ilz ont soubzmis à toutes rigueurs des courtz tant de ceste ville que autres de ce présant roiaulm de France, l’hune pour l’autre ne cessant, ainsin l’ont promis et juré et requis instrument octroyé. Fait en présance de monsieur me Guillaume Dalles, docteur et advocat en la court, mre Pierre Souffron, conseiller esleu en Armaignac, Pierre Bouc, tailleur de pierre de ceste ville, et Jaques Rivière, merchant de Thle, soubzsignés avec lad. dame, led. Cambart fait sa marque, et moy note requis.

(Signé :) G. de Guerrier. Marque de Cambart. Guillaume Dalles, pnt . Ja. Rivière, pnt. Souffron. P. Bouc. De Poisson, note.

27 
12 février 1611 
Procès-verbal d’alignement de la façade

  • 21 L’original ici publié est accompagné d’un brouillon surchargé d’additions et de corrections insérée (...)

AMT, DD 25421

Édition : M. Éclache, Ibidem, pp. 451-453.

  • 22 Avec le plan de la nouvelle façade de l’hôtel : voir fig. 8.
  • 23 Voisins du côté sud : AMT, CC 48, 80 vo.
  • 24 Héritiers de Pierre Barravy, voisins du côté nord : AMT, CC 48, 80 ro.

10L’an mil six cens unze et le doutziesme jour du moys de febvrier, nous Mariane de Saluste, docteur, advocat en la cour, et François d’Aldéguier, bourgeois, cappitoulz de la ville de Thle, commissaires depputés sur la requeste présentée22 par messire François de Clary, conseiller du roy en ses conseilz d’estat et privé et maistre de requestes de son hostel, et dame Gabrielle de Guerrier, mariés, tendant à ce que, ayant résoleu et commencé à rebastir la maison qu’ilz ont à la grand rue de la Dalbade aultant pour l’ornement de lad. ville que pour leur commodité, n’estant les muralhes antiennes du devant de lad. maison bien droictes et alignées, advansant en plusieurs endroictz dans lad. rue, désirant les rendre plus droictes, il soict procédé à la vériffication de ce dessus affin qu’il apparoisse que ce qu’ilz font est pour l’ornement de lad. ville, commodité du passaige, sans aulcung domaige du public et tout autrement qu’est contenu en lad. requeste, suivant laquelle, et en verteu de l’appoinctement respondeu au pied d’icelle dud. jour portant nostre commission, nous serions transportés en la maison desdits sieurs mariés, à l’assistance de me Anthoine d’Ambelot, docteur, avocat en la court et scindic de lad. ville. Où estans, nous aurions commandé à Pierre Lebouc, me talheur de pierre, et Jean Cambart, me masson, après avoir presté le serement en tel cas requis et accostumé, de procéder au canage et mesurement de la murailhe antienne du devant de lad. maison respondant sur lad. grand rue, ce qu’ilz auroinct faict, tant ès présences dud. sieur de Clary, nostre, que dud. scindic, et trouvé que lad. muralhe antienne, puis la maison des héretiers de feu monsieur Bajuly23 jusques à celle des héretiers à feu monsieur Barravy, conseiller en lad. cour24, avoict de longueur par devant lad. rue dix sept canes six pams, le millieu de laquelle muralhe, durant la contenance de dix canes et demye à droicte ligne, s’advançoit plus que les deux boutz d’icelle, quy sont joignant les maisons desdits héretiers de Bajully et Barravy, de trois pams ou environ, et que, despuis l’ung des boutz dud. advancement en reculant jusques à rencontrer les lignes de la muralhe du devant de la maison desdits héretiers de Bajuly, il y avoict trois cannes, et de l’aultre bout en reculant de mesmes jusques au rencontré des lignes de la muralhe du devant de la maison desd. héretiers de Barravy il y avoit quatre canes deux pans, lesquelles trois distances font entièrement la susd. longueur de muralhe de dix sept canes six pans. Lequel mesurement et canage a esté faict par le moyen d’ung plom courant posé au plus hault de lad. maison et à l’endroict de la couverte d’icelle où finissoit à plom lad. muralhe antienne. Davantaige avons vériffié que, au lieu de lad. muralhe antienne du devant de lad. maison en la forme susd., ont esté faictz et posés les fondementz d’une aultre muralhe neufve faicte à pilastres, icelle muralhe neufve dressée à droicte ligne durant lad. longueur de dix sept canes six pans puis lad. maison desd. héretiers de Bajuly jusques à celle desd. héretiers de Barravy et, quoy que partie de l’ornement des soubz basses des pilastres quy sont aulx boutz de lad. muralhe neufve d’ung et d’aultre desd. coustés s’advancent dans lad. rue plus que les muralhes desd. maisons de Bajully et Barravy de deux pams ou environ, toutesfois le corps de lad. muralhe neufve aud. endroict est à droicte ligne de celle desd. héretiers de chasque cousté. Comme aussy a esté par nous vériffié que le corps de lad. muralhe faicte de nouveau, sur le millieu d’icelle durant led. advancement de lad. longueur de dix canes et demye, est recullé du lieu de l’antienne muralhe de trois pams, le corps desd. pilastres de deux pams et les soubz basses desd. pilastres d’ung pam et ung setziesme, de sorte que par le moyen dud. recullement du corps de lad. muralhe lad. rue s’eslargist de trois pams sur le millieu d’icelle durant lad. contenance, dans laquelle distance de trois pams se treuvent lesd. pilastres et ornementz d’iceulx, oultre lesquelz encore lad. rue s’eslargist durant la contenance dud. advancement quy rendoict antiennement lad. rue d’aultant plus estroicte et difforme desd. pam et setziesme par tout led. devant ormis que à l’endroict desd. deux pilastres quy sont aulx deux boutz de lad. muralhe joignant les maisons de chasque cousté desd. héretiers de Barravy et Bajuly commed. est cy dessus, fors aussi à l’endroict des grandz portalz de lad. maison posés au millieu de lad. muralhe, les soubz basses des collonnes desquelz s’advancent sur lad. rue oultre le corps de l’antienne muralhe d’ung tiers de pam de la largeur desd. soubz basses, auquel endroict estoict l’antien pourtal de lad. maison les basses des collonnes duquel s’advançoinct sur lad. rue oultre le corps de l’antienne muralhe d’ung pam et, partant, plus advancés sur lad. rue de deux tiers de pam plus que les basses des collonnes des pourtalz neufz. Et le tout bien veu et vériffié par nous, nous a semblé que les advancementz faictz sur lad. rue par le moyen des soubz basses desd. collonnes dud. portal ou de celles desd. pilastres quy sont èsd. deux boutz, angles ou extrémités de lad. muralhe, sont de fort peu d’importance, soict à cause de leur peu de contenance ou bien de ce que lad. ville reçoit beaucoup plus de commodité et advantaige du recullement du surplus, par le moyen de quoy lad. rue s’eslargist. D’aultant plus oultre que les ornementz des portalz ou devant des maisons publiques et particulières sont jectés et advancés d’ordinaire sur les rues comme estant pour la plus grande décoration d’icelles et de lad. ville, ainsin qu’on peult remarquer en plusieurs desd. maisons quy sont dans lad. ville. Pour l’ornement de laquelle seroict requis que les muralhes du devant desd. maisons feussent dressées à droicte ligne ainsin que lesd. sieurs mariés ont faict, sans aulcung domaige ny inthérest du public, du moingz qu’il nous ayt appareu. De quoy avons dressé le présent verbal pour servir ainsin qu’il apartiendra.

Fig. 8. Hôtel de Clary. Plan de la nouvelle façade, en retrait de celle de
l’ancien hôtel de Bagis, [1611], non signé, encre sur papier, 270 mm x
398 mm. © Archi. Mun. de Toulouse, DD 254.

(Signé :) M. Salluste, capitoul. F. d’Aldéguier, capitoul. Ambelot, sindic.

28 
19 juin 1611 
Bail à besogne passé par Gabrielle Guerrier avec Raymond Broche et Élie Tabeau

3E 2416, 246 vo -248 ro

  • 25 Lire froment.

11Le dix neufviesme du moys de juin mil six cens unze, en Thle, après midy, par devant moy note, en présance des bas nommés, establye en personne dame Gabrielle de Guerrier, femme de mesire François de Clary, conseiller du roy en ses consels d’estat et privé, me des requestes ordinaire de son hostel, laquelle de son gré a baillé à Ramond Broche et Hélie Tabeau, trevailleurs habitantz des faulx bourgz de la présant ville, illec présans et acceptant, à faire la besoigne sy après espéciffiée dans la maison que lad. dame habite à la rue de la Dalbade. Premièrement seront tenus lesd. entrepreneurs d’apporter à la rivière, au fondz du jardin de lad. maison, toute la terre qu’est dans le jardin jusques à plain pied de l’escuerie vieilhe, plus toute la terre qu’est dans l’escuerie neufve, et mettre le cailhou que s’y treuvera à part pour servir à paver lad. escuerie, plus toute la terre qu’est à la descente de l’escuerie neufve despuis la cave qui respond à la rue jusques à lad. escuerie, et le reblon mettre dans lad. cave, et rendre lad. descente à plain pied de lad. escuerie. Plus seront tenus apporter toute la terre que sortira des fondemens de la murailhe que fauldra faire du cousté de monsieur Boyer à la rivière, tout le long des paroistz dud. jardin, comme les autres c y dessus mentionnées. Plus seront tenus de cruser et caver et rendre à plain pied de la cuysine neufve toute la terre despuis la première veue de la descente jusques à la porte de lad. cuysine et tant que contiendra la longueur de la voulte que s’y fera, et icelles terres apporter dans lad. rivière aud. endroict. Plus seront tenus apporter à lad. rivière toute la terre que sortira de la cave ou la nouvelle voulte que y convient faire pour faire ung privé, plus aussy apporter à lad. rivière toute la terre qu’est sortie et sortira des voultes qu’on a desmoly et desmolira pour faire la descente à la cuysine, et le reblon mettre dans lad. cave avec l’autre reblon. Pour laquelle susd. besoigne faire en la forme susd. lad. dame promect payer ausd. entrepreneurs la somme de cent livres et deux cestiers de blé forment25, payable lad. somme et bled à mesure qu’ilz travailleront et advanceront lad. besoigne, à laquelle ilz comenceront de travailler dès demain et continuer jusques avoir parachevé, et à ces fins tenir tel numbre de gens que seront requis et nécessaires, et promettent d’avoir parachevé la susd. besoigne dans six sepmaines prochains, à peyne de tous despens, domages et inthérestz. Et pour ce faire lesd. Broche et Tabeau ont obligés leurs biens meubles, imeubles et personnes propres, l’ung pour l’autre et ung en seul pour le tout sans division ny discussion entre eulx à quoy ont par exprès renoncé, et lad. dame a obligé ses biens, que ont soubzmis aux rigueurs des courtz de la séneschaucée et ville, viguerie de Thle et autres du présant royaume de France, et ainsin l’ont promis et juré. Èz présances de sire Gaspard Brusaud et Jacques Rivière, merchant de Thle, et Guillaume Beyri, praticien en Thle, soubzsignés avec lad. dame, et lesd. entrepreneurs ont dict ne scavoir, et moy.

(Signé :) G. de Guerrier. Gaspart Brusauld, pnt. Ja. Rivière. Beyrie, pnt. Castanet, note.

29 
27 juillet 1611 
Bail à besogne passé par Gabrielle Guerrier avec Jean Fabre et Guy Dubarry

3E 2416, 296 vo -298 vo

Édition : G. Costa, Ibidem, pp. 48-49.

  • 26 Voisine du côté sud : voir note 13 supra.
  • 27 Seule allusion au projet de peindre le plafond de cet étage, décor tout à fait dans le goût du mome (...)

12Le vingt septiesme du mois de julhet mil six cens unze, à Thle, après midy, par devant moy note, en présance des bas nommés, régnant Loys etc., establye en personne dame Gabrielle de Guerrier, femme de messire François de Clary, conseiller du roy en ses conseilz d’estat et privé et premier président en la cour de parlement de Thle, laquelle de son gré a baillé à Jean Fabres, me charpentier de Thle, faisant tant pour luy que pour Guynot Dubarry, aussy me charpentier, absent, pour lequel led. Fabres se faict fort, l’ung pour l’autre et ung en seul pour le tout sans divission ni discution entre eulx, à fere la besoigne de charpenterie à la galerie de la maison de lad. dame cy après expéciffiée. Premièrement seront tenus lesd. entrepreneurs de fere trois planchers que sont besoing fere à lad. galerie ensemble trois séparations du cousté de midy, lesquelz planchers seront de la longueur de la basse cour de lad. maison. Plus lesd. entrepreneurs seront tenus fere deux séparations pour servir de fermure aux garderobbes quy sont aux chambres du cousté du degré de reppoz que faict de présant à lad. maison, et l’une d’icelles fermures sera faicte de tables à cause que lad. fermure n’est que par provision, et l’autre sera faicte de cartons et latte feulhe pour y aplicquer du plastre au dessus. Et davantaige seront tenus fere autre fermure et séparation, du cousté de madamoyselle de Boyer26, de cartons et de latte feulhe pour jauger et esgaller lad. galerie et fere qu’elle ne paroisse plus large d’ung bout que d’autre. Plus le premier plancher lesd. entrepreneurs seront tenus fere de filles, sans saumiers, picqués avec l’arminete seullement, estant possés à ung pam et demy l’une de l’autre, et au dessus seront mises de tables attachées, bien joinctes et foulhonées par dessoubz afin que la terre ne passe au travers, que seroit cause que le pavé ne pourroit tenir. Plus le second planché sera senblable à ce qu’est commancé sauf qu’il faudra couper les mollures que sont soubz les quatre saumiers que sont possés à présant afin de pouvoir paindre led. planché27 et y pouvoir mettre de la moresque à chesque bout et au milhieu de chascung saumier et l’autre pour représanter l’autheur plus haulte, lequel planché sera besoing mettre huict saumiers oultre les quatre que y sont de présant, quy feront doutze, lesquelz saumiers seront picqués, talhés et possés de mesme espoyseur et haulteur que ceulx que y sont de présant, avec leur corniche ou simayse par dessus, le tout possé et poly au rabot ; plus au dessus desd. saumiers seront pousés de filles de mesme grosseur et espoyseur et espace que sont celles que y sont à présant possées sur lesd. quatre saumiers dud. planché, bien et duement picquées, raboutées, attachées et chevillées ensenble mettre les tables au dessus et au loung desd. filles bien liées par dessoubz et arrestées et clouées comm la chose le requiert. Plus seront tenus lesd. entrepreneurs fere autre planché pour la troysiesme estaige, senblable à celluy quy est commancé et tout contre le couvert, garny de saumiers comme celluy de dessoubz et filles servant de souliers et les tables au dessus, le tout bien chevillé et cloué suyvant l’art de charpenterie. Plus lesd. entrepreneurs seront tenus fere, talher et posser la couverture de lad. galerie tout au loung d’icelle, et fere à l’ung et à l’autre bout ung grué pour recepvoir les eaux pluviaux tant de ce corps de logis que de lad. galerie, à cause que lad. galerie ne se peult couvrir que à une eaue ; laquelle couverture sera bien et deuement garnye de sablières, tirans et ventrières ou garonières et latte à mettre la tuille, le tout suyvant l’art de charpenterie. Plus seront tenus lesd. entrepreneurs de mettre deux pièges à chesque saumier du cousté de la basse court ensemble aux autres saumiers des autres planchers. Et pour satisfaire à la susd. besoigne lad. dame sera tenue bailler ausd. entrepreneurs le boys, chevilles et cloux à ce nécessaires, sans qu’ilz soient tenus de rien fornir que la main et manœuvres pour fere lad. charpenterie. Pour laquelle susd. besoigne fere en la forme susd. lad. dame promet leur payer la somm de deux cens livres à messure qu’ilz travalheront et avanceront icelle, laquelle ilz seront tenus avoir faicte et parachavée dans deux mois prochains venans à compter du jour présant à peyne de toutz despens, dommaiges et intérestz. Et pour l’observation de ce dessus et ne y contravenir lesd. parties ont obligés, scavoir led. Fabres ses biens meubles, immeubles, présantz et advenir et persone propre, ensemble les biens et personn dud. Dubarry pour lequel se faict fort, l’ung pour l’autre et ung en seul pour le tout sans divission ny discution comme dessus, et lad. dame a obligé ses biens aussy présantz et advenir, que ont soubzmis aux rigueurs des cours de la séneschaucée et ville, viguerie de Thle et autres du présant royaulm de France, et ainsin l’ont promis et juré. Èz présances de Jacques Rivière, merchant, et Guilhaum Beyrie, praticien dud. Thle, soubzsignés avec lad. dame, et led. Fabres a dit ne scavoir signer, et moy.

(Signé :) G. de Guerrier. Ja. Rivière. Beyrie, pnt. Castanet, note.

  • 28 Ca ncellation de ce contrat le 17 août 1620 : 3E 5495, 433 ro-vo.

(En marge :) 11 septembre 1611 et 3 septembre 1613, après avoir accepté ce contrat, Dubarry y renonce et Fabre reste seul exécutant28.

30 
31 octobre 1611 
Bail à besogne passé par Gabrielle Guerrier avec Guillaume Bauduer et Pierre Monge

3E 2416, 418 vo -421 ro

Édition : G. Costa, Ibidem, pp. 49-50.

  • 29 Soit le 24 juin, c’est-à-dire huit mois plus tard.

13Le dernier jour du moys d’octobre mil six cens unze, en Thle, après midy, par devant moy notaire, en présance des tesmoingz bas nommés, régnant Louys etc., establye en personne dame Gabrielle de Guerrier, femme de messire Françoys de Clary, conseiller du roy en ses conselz d’estat et privé et premier présidant en la cour de parlement de Thle, laquelle de son gré a baillé à Guilhaume Bauduer, me masson d’Auch, et Pierre Monge, me esculteur, illec présantz, stipulans et acceptans l’ung pour l’autre et ung d’eulx en seul pour le tout sans division ny discussion à quoy ont par esprès renoncé, scavoir est de continuer le bastiment jà commencé à la maison de lad. dame en la forme cy après espéciffiée. Premièrement seront tenus lesd. entrepreneurs tailler et poser toute la pierre de taille que sera nécessaire de mettre en œuvre pour parachever la face dud. bastiment jà commencé à lad. maison sur la rue de la Dalbade, ensemble parachever le degré à repos qu’est à la teste de lad. face jà commencée, soict pour parachever les pilastres grandz ou petitz que aussy pour les pilastres dud. degré, avec leurs chapiteaux, architraves, frizes, corniches, frontons, armoiries, bazes, croyzées, marches du degré à repos, impostes et arceaux nécessaires tant aux montées que au reppos, ensemble les portalz et portes, lesquelz portalz et portes lesd. entrepreneurs seront tenus faire et parachever, soict il l’architecture, ornemens ou esculture ; et toute la pierre que sera mise en œuvre sera bien et deuement taillée en ses paremens, lictz et joinctz, asortie de toutz endroictz avec bonnes et asseurées liasons, et pour ce faire fairont de canne en canne sur la haulteur ung reng de pierre que fera face dedans et dehors de la muraille affin de lier la tuille avec la pierre. Aussi seront tenus mettre à chesque pied droict de croysée cinq pièces de pierre que fassent teste à lad. muraille dedans et dehors dont l’une d’icelles sera pour faire l’eslection de la croysée et l’autre finira estant celle où se posera la couverture de la croysée et les troys restantes seront posées à esgalles portions desparties entre la première et la dernière. Ensemble fairont faire lyason à toutes les assiettes de pierre qu’ilz poseront des pilastres avec les pied droictz des croysées, faisant que les pied droictz entrent en lyason dans les pilastres et les pilastres dans les pied droictz des croysées, pour retenir le tout en deub estat bien lyé et uny ensemble sans se pouvoir séparer l’ung de l’autre. Et faisant tailler la pierre comme dict est cy dessus lesd. entrepreneurs seront tenus de faire tailler toute l’architecteure qu’il conviendra faire, soict à lad. face, au degré, soict aux portalz et aux portes, fenestres, pilastres grandz ou petitz, tailloirs de chapiteaux, architraves, frises, corniches, frontons, armoiries, devizes, vazes, soleilz, aigles, et rendre le tout parachevé. Aussy lesd. entrepreneurs seront tenus faire et parachever les cinq chapiteaux des petitz pilastres des portalz suyvant qu’ilz sont commencés, ensemble tailler l’architrave, frize et corniche et la rendre du tout achevée soict il l’architecteure ou ornemens des fuilhiages, devizes ou esculture qu’il y convient faire, et rendre toutz les quatre menbres parachevés comme aussy les portalz, lesquelz portalz sur chascung d’iceux y aura les armes et devizes de mond. seigneur présidant et de lad. dame, avec deux victoires ou figures de triomphe à chascune d’icelles et au lieu où sont à présant sur le deseing deux aigles et de festons soubz les piedz desd. aigles. Davantaige lesd. entrepreneurs seront tenus faire toutz les esbaulchemens des grandz chapiteaux, à coups de marteaux et de cizeaux, et parachever les fuilles quy seront dans les costés ensemble les deux aigles quy seront sur les coings et toute l’architecteure des tailloirs, tant aux costés desd. chapiteaux que au devant des susd. chapiteaux. Plus lesd. entrepreneurs seront tenus faire toute l’architecteure de l’architrave, frize et corniche des grandz pilastres, ensemble les frontispisses, armoyries et devizes, et faire toutz les ornemens qu’il convient faire, tant ceulx quy se peuvent veoir sur le deseing que ceux quy sont dans les platfons, lesquelz ne se peuvent veoir, que seront d’esculpture des rozes, devises, gouttes, métopes, caducées de Mercure ou fouldres de Jupiter. Encores lesd. entrepreneurs seront tenus tailler et poser les pilastres du tremeau dud. degré à reppos, ensemble les pilastres qui seront à la teste de la gallerie, faisant séparation de lad. gallerie et du degré, et iceux porteront quatre arceaux, lesquelz arceaux serviront les deux pour porter la séparation dud. degré et de la segonde galerie et des salles et chambres que se fairont au dessus, et iceux pilastres dud. degré seront par leur devant toutz de pierre de taille ornés de leurs bazes, chapiteaux, architraves, frizes et corniches, et icelluy pilastre sera du cousté de la basse court continué jusques à l’appuy des croysées du second estaige de pierre de taille ayant comme dict est cy dessus, et dans l’angle de la muraille qui se fera sur led. pillier sera mis la pierre au second et troysiesme estaige pour faire deux figures, une à chascune estaige, et au plus hault de la muraille fairont une corniche pour coronnement d’icelle muralle. Aussy lesd. entrepreneurs seront tenus faire monter de pierre de taille ledict degré, jusques au demy de la troysiesme estaige, de marches de pierre tant aux montées que aux reppos et faire par le dessoubz desd. marches et reppos une enseincte de pierre pour ayder à porter les marches et reppos, servant d’imposte, y ayant une architrave pour luy servir d’ornement, laquelle sera continuée despuis le commencement du degré jusques au plus hault. Et toute la susd. pierre soict de la face ou du degré sera bien joincte et le tout bien poly et passé au fer carré affin d’enporter les coups de marteaux ou de cizeaux de telle façon qu’ils ne puyssent paroistre, le tout bien et deuement faict suyvant l’art d’architecteure. Finallement lesd. entrepreneurs, pour plus facillement entendre ce faict, ilz entendront d’estre tenus faire et de rendre toute lad. face ou devant de lad. maison ensemble tout le degré faict et parachevé, soict toute l’architecteure, ornemens et esculpture que y pourra estre soict aux pilastres, portalz, portes, fenestres bastardes, croysées, frontons et tout ce quy se treuvera à faire dans lad. face ou degré, sauf de caneller les grandz ny petitz pilastres des portalz, ny faire les cinq colompnes ny leurs bazes ny chapiteaux, ny les festons des grandz pilastres, ny faire l’esculture ou ornemens des tables d’attentes quy sont sur le devant des parpeins des croysés et fenestres bastardes, ny les cadres quy sont entre les grandz pilastres, ny aussy ne seront tenus faire les quatre figures quy sont représentés sur la corniche des portalz, comme aussy ne fairont les deux quy seront sur le pilier que fera coing aud. degré et angle à la gallerie. Pour laquelle susd. besoigne faire lad. dame promet payer ausd. entrepreneurs la somm de quatre mile quatre cens livres, moyennant laquelle ilz prometent faire icelled. besoigne en la form susd., payable à messure qu’ilz travalheront et avanceront icelle, laquelle ilz prometent avoir faicte et parachavée entre cy et ung an prochain venant à compter du jour présant, à peyne de toutz despens, dommaiges et intérestz, à la charge par lad. dame de fornir toutz matériaux nécessaires rendus sur le lieu, sans que lesd. entrepreneurs soient tenus de rien fornir que la main et mainœuvres pour talher et posser la pierre tant seullement, lesquelz matériaux lad. dame promet leur bailler pour le plus loung entre icy et la feste Sainct Jean Baptiste prochaine29 aux fins qu’ilz les pussent mettre en œuvre entre icy et led. terme, et pouront lesd. entrepreneurs se servir de la pierre jà talhée. Néanmoingz promet lad. dame leur bailler lieu comode pour travalher au couvert dans lad. maison ensenble le bois nécessaire pour faire le chaffaudaige. Et pour l’observation de ce dessus lesd. parties ont obligés leurs biens présantz et advenir, et lesd. entrepreneurs leurs personnes propres sans divission ny discution comm dessus, que ont soubzmis aux rigueurs de justice du présant royaulm. Èz présances de Pierre Souffron, François Segonsac, merchant de Marceilhe, et Jacques Rivière, merchant de Thle, soubzsignés avec les parties et moy.

(Signé :) G. de Guerrier. Bauduert. P. Monge. Segonsac. Souffron. Ja. Rivière. Castanet, note.

(En marge :) 3 novembre 1611, quittance de 500 l.

31 
16 juillet 1614 
Bail à besogne passé par Gabrielle Guerrier avec Pierre Souffron

3E 271, 189 ro-191 ro

14L’an mil six cens quatorze et le setziesme jour du mois de julhet, très chrestien prince Louys par la grâce de Dieu roy de France et de Navarre régnant, en Thle et maison de monseigneur messire François de Clary, conseiller du roy en ses conseilhs d’estat et privé, premier présidant en la court souveraine de parlement dudict Thle, après midi, en la présance de moy notaire royal soubzsigné et présans les tesmoingz bas nommés, constitués en leurs personnes dame Gabrielle de Guerrier, femne audict sieur de Clary premier présidant, d’une part, et me Pierre Souffron, architecque, lesquelz de franche volunté ont accordés les pactes et conditions que s’ensuyvent.

  • 30 Seule mention de ces marbres encastrés sur les façades de la cour, dont on ne sait à qui attribuer (...)

15Premièrement led. sieur Soffron promect fere la face du bastiment du cousté de la basse court de la maison de ladicte dame, assize à la parroisse de la Dalbade, de mesme estoffe et matière et semblable en extructure à la face qu’est dans ladicte basse court à la teste du degré, laquelle sert par dessoubz, au ras de chaussée de lad. basse court, de galerie, et icelledicte face y aura cinq arcades, dix croizées, avec quatorze enquastremens à maistre des marbres comme est à présant à lad. galerie30.

16Plus sera tenu led. Soffron de fere les quatre murailhes qui sont besoing fere entre la murailhe de devant la rue et de la basse court, assavoir les troys pour la séparation des portalz, l’une desquelles faut aller truver la terre ferme pour fere le fondement affin de porter quatre cheminées, les troys restans serviront de séparation seullement, lesquelles ne seront fondées que sur la voûte des caves aussi ne sont elles besoing les eslever que l’auteur d’une estache seullement ayant demy tuille d’especeur.

17Plus ledict Souffron sera tenu fere les voultes qui seront entre les arcades et la murailhe qui fera séparation des chambres basses et de la galerie, semblables à celles qui sont desjà faictes à la galerie, que aussi le couvert des deux portalz.

18Plus ledict Souffron sera tenu fere les quatre cheminées, savoir une pour une salle et troys pour les troys chambres, qui seront l’une à la teste de la salle et les deux autres au dessus de la salle et chambres, lesquelles cheminées seront de tuille et plâtre seullement, sans figures ny marbre.

19Plus sera tenu ledict Souffron de réparer le premier planchier dudict corps de lougis au lieu où il en sera besoing, et les deux restans qui sont au dessus y sera adjousté, au lieu de troys filles servant de solliveaux y en mectre quatre affin de mectre les tables au long.

20Davantaige ledict Souffron sera tenu fere réparer le couvert et mettre ung canal de plom du cousté de la basse court, semblable à celluy qui est à présant sur le bastiment neuf, avec deux tuyeaux pour conduire l’eaue en bas, le tout de plom.

  • 31 Sur ces matériaux tirés de la Garonne, voir H. Molet, « Autour du Bazacle : la Garonne et les vesti (...)

21Plus ledict Souffron fera paver la salle de tuille tailhée et les chambres de tuille comune tant les hautes que les basses. Et pour fere led. bastiment en la forme que dessus ladicte dame a promis et promect donner et payer audict Souffron la somme de quatre mille livres tournois payables la moitié et sera payée ladicte somme de deux mille livres à la fin de ce moys de julhet et les autres deux mille livres dans troys mois après, et sera tenu led. Souffron, come a promis, avoir achavé fidellement ladicte besoinhe en la forme et qualité comme dessus est dict dans quatre mois prochains, à peyne de tous despens, domatges et intérestz. Et est pacte exprès que led. Souffron se pourra servir de toutes les pierre tailhées et à tailher que sont à présant dans la basse court ou dehors la mayson, ensemble de toutes les despoulhes comme de tuille et pierre qu’est dans le bastiment, ensemble en fere tirer de celle qui est dans la rivière au dessus la payssière du Bazagle31. Et pour tout ce dessus observer et acomplir et led. Souffron avoir parfaict dans led. temps led. bastiment et lad. dame le payer ausdictz termes, toutes parties en ont obligés leurs biens présans et advenir, qu’ont soubzmis à toutes forces et rigueurs de toutes courtz et scelz royaulx de France, exepté à la rigueur du petit scel royal de Montpellier, et ainsin l’ont promis. Èz présances de Pierre Agua, merchant de Villemeur, et Jacques Rivière, merchant de Thle, signés avec les parties, et de moy Jehan Arnauld note royal du nombre réduict en Thle, requis y soubzsigner.

  • 32 C’est en partie pour cette campagne que les maîtres maçons Jean Burgade et Raymond Étienne reçoiven (...)

(Signé :) G. de Guerrier. Souffron. P. Aga. Ja. Rivière, pnt. Arnauld, note32.

(En marge :) Expédié le 3e apvril 1631 aud. Soffron.

32 
29 juillet 1614 
Bail à besogne passé par Pierre Souffron avec Jean Fabre

3E 5482, 288 vo -289 ro

  • 33 Le passage « et ce suyvant le contrat… Arnault note de Thle » est ajouté à la fin.

22L’an mil six cens quatorze et le vingt neufiesme de julhet, après midy, en Thle, dans la loge du près du pont quy ce bastit sur la rivière de Garonne du cousté de la ville, régnant très chrestien prince Louys par la grâce de Dieu roy de France et de Navarre, a esté présent me Pierre de Soffron, archittette habitant de Thle, lequel de gré a baillé à Jean Fabre, me charpentier dud. Thle, y présent, à fere le bastiment et besoigne suyvante en la maison de messire François de Clary, conseiller du roy en ses conselz d’estat et privé et premier président en la cour de parlement de Thle, et ce suyvant le contrat que led. sieur de Soffron en a passé avec led. sieur premier président et la dame sa femme, rettenu par Arnault note de Thle33. Premièrement promet et sera tenu led. Fabre de resfaire le premier, second et troysiesme plancher du corps de devant la rue de lad. maison, despuis l’une murralhe à l’autre en sa largeur et la longueur tant que contient pour le second estage la salle et la chambre quy sera au bout de la salle, tant bas que haut, à ce comprins le toit qu’il repparera s’il le desfaict. Sera tenu aussy led. Fabry fere tous les piègements nécessaires aud. corps de lougis et fera de mesme led. Fabry tous les chaffaudages qu’il conviendra pour fere la murralhe du cousté de la basse court, lesquelz chaffaudages il laissera jusques à ce que lad. murrailhe et ornementz soict faitz et parachevés. Lequel premier plancher fera led. Fabre come est à présent, les tables au travers, et pour le second et troysiesme plancher mettra les tables au long, les soliveaux ayant de distance l’ung de l’autre troys cartz de pam ; ausquelz planchers remettra six pittrons, iceux piquer, raboter ensemble toutes lesd. tables, le tout bien clouer, chevilher et clausonner. Et à tout ce dessus fere fornira tout le boys, aix, chevilhes, clous et autre chose nécessaire à fere lad. besogne, sauf qu’il luy sera permis fere servir le boix et aix quy sera bon aud. bastiment quy est de présent, et toute la despoulhe que y restera, ensemble tout le boys des chaffaudages, apertiendra entièrement aud. Fabre. Pour les peynes, vacations et serviteurs dud. Fabre led. sieur Soffron promet luy donner quatre cens cinquante neuf livres, en tant moings de laquelle luy en a illec payé soixante livres, en huit pistolles simples d’Espagne faisant lad. some, réallement nombrée présent moy note et tesmoings et par led. Fabre reçue, dont s’en contente, et les troys cens nonante neuf livres restans promet led. sieur Soffron luy payer à proportion qu’il fera lad. besogne, et fin de paye lors qu’elle sera entièrement parachevée, ce qu’il promet avoir entièrement fait dans troys moys prochains, à peyne de tous despens. Et pour l’observation de ce dessus lesd. parties, chescung pour son regart, ont obligés leurs biens et par exprès led. Fabre sa perssone, que ont soubzmis à toutes rigueurs du présent royaulme, et ainsy l’ont juré. Présens Bertrand Bonabé, me charpentier, et Dominique Prat, praticien de Thle, soubzsignés avec les parties ou marqué.

(Signé :) Souffron. Marque de Fabre. B. Bonabé. Deprat, pt. Daustric, note.

  • 34 Pour ce contrat et celui du 27 juillet 1611, Fabre reçoit en tout 922 l. 10 s. payés par Souffron, (...)

(En marge :) Le présent contrat demeure pour cancellé du consentement desd. sr de Soffron et Fabry, parties y présentz, comme contantz et satisfetz l’ung de l’autre de tout le contenu en icelluy, à Thle le vingtiesme de may mil six cens quinze (…). Et oultre ce led. Fabry confesse avoir receu dud. sr de Soffron la some de trente troys livres sectze sous pour avoir fait le boys de la voulte, mantelz et jambes des cheminées de la galerie et avoir forny six files tout servant à lad. besogne34.

Notes

1 La plus grande partie de l’hôtel est achetée en 1601 par Nicolas Guerr ier (AMT, CC 48, 80 ro; 3E 2197, 375 vo-384 ro), qui y fait aussitôt exécuter des travaux d’entretien, principalement la réfection du carrelage de différentes pièces et celle du perron de l’entrée de l’aile ouest dans la cour (3E 2264, 397 ro-vo, 3E 2404, 440 ro) : on ne saurait voir là l’amorce de la réalisation de la porte aux atlantes, comme le propose A. de Beauregard, Parlement de Toulouse : la société parlementaire au grand siècle, les expressions profanes de la commande privée (de 1610 à 1680 principalement), p. 278. Dès 1602 les Clary occupent cette demeure (3E 5004, 3e partie, 265 ro), dont Gabrielle hérite en 1606 (3E 2409, 317 vo-331 vo) ; en juillet 1608 elle achète à Bertrand de Boyer, conseiller au parlement, le reste de la propriété (3E 2411, 239 ro-240 vo), reconstituant l’intégralité primitive d’une parcelle de près de 1 700 m2. Voir fig. 7.

2 Malheureusement, les contrats qui établissent le travail des uns et des autres ne sont à peu près jamais accompagnés de quittances ou de notes marginales révélant ce que chacun a effectivement réalisé. Ainsi, la présence sur ce chantier du sculpteur Arthur Legoust, hypothèse transmise par la tradition locale (J. M. Cayla et C. Paul, Toulouse monumentale et pittoresque, pp.11-12, J. de Lahondès, « L’hôt el de pierre », Bull. Soc. archéol. Midi France, no 18, 1896, p. 108, J. Chalande, Histoire des rues de Toulouse, t. 1, p. 79) et confortée par l’analyse stylistique du décor de la façade (L’âge d’or de la sculpture. Artistes toulousains du XVIIe siècle, pp. 49-53), n’est prouvée par aucune pièce d’archives.

3 J. Chalande, Histoire des rues…, t. 3, p. 25.

4 3E 3336, 831 ro.

5 Les travaux de ce contrat, notamment la tour du côté du jardin, ne sont finalement pas réalisés.

6 Exepté la tuille ajouté à la fin.

7 Dès le 4 juillet Bouc achète à un marchand de Roquefort pour 131 l. 3 s. de pierre pour ce chantier (3E 7424, 554 vo-555 ro) ; peu après Peraudeau, associé à Bouc depuis dix à douze ans, affaibli par la maladie, cesse de travailler (3E 4861, 675 ro-vo, 3E 1601 33 ro-37 vo).

8 Dame Gabrielle de Guerrier, femme à ajouté au bas de la page.

9 Le passage « et à gaigner… ausd. bastimentz » est ajouté au bas de la page.

10 Ces maçons sont Pierre Crabefosse et Antoine Castillon (3E 3325, 662 vo-664 ro). Le différend entre eux et Bordes n’est réglé qu’en 1612 (3E 28510, 2e partie, 286 ro-287 ro).

11 Voir 21.

12 La métairie des Sablons, appartenant à Gabrielle Guerrier, se trouvait à côté de Portet (3E 6255, 236 ro). Le contrat relatif à ses fontaines n’a pas été retrouvé.

13 C’est-à-dire du côté sud, Bertrand de Boyer ayant épousé Catherine de La Cassaigne, veuve de Guillaume de Bajully, avec laquelle Gabrielle Guerrier a réglé certain problème de mitoyenneté (3E 2411, 278 vo-280 vo).

14 Beau-frère de Clary, qui a résigné en sa faveur sa charge de juge mage : 3E 2410, 117 ro, 250 vo-251 ro.

15 En juillet 1611, quelques semaines avant de mourir, Malet déclare que le président de Clary lui doit encore, pour ses travaux, environ 120 l. (3E 3328, 607 vo).

16 De omis.

17 De cette association Bouc-Heurtematte, de 1610 à 1615, il n’a été trouvé aucun autre exemple.

18 Font aussi partie de l’équipe de Bouc sur ce chantier, en 1611, les tailleurs de pierre Raymond Sagazan, Pierre Rouquou, Jean Prévost, Nicolas Monin, Jean Grilhot, Jean Peraudeau (frère de Pierre : 3E 4861, 675 ro, 3E 1601, 36 vo), Mathieu Boyneau, Sébastien Serebezolles, Pierre Sarraute, Antoine Drulhet : 3E 268, non paginé.

19 Jean Bordes est ainsi évincé de cette entreprise, probablement pour n’avoir pas exécuté son co ntrat d’avril 1609.

20 Ce omis.

21 L’original ici publié est accompagné d’un brouillon surchargé d’additions et de corrections insérées dans la version mise au net.

22 Avec le plan de la nouvelle façade de l’hôtel : voir fig. 8.

23 Voisins du côté sud : AMT, CC 48, 80 vo.

24 Héritiers de Pierre Barravy, voisins du côté nord : AMT, CC 48, 80 ro.

25 Lire froment.

26 Voisine du côté sud : voir note 13 supra.

27 Seule allusion au projet de peindre le plafond de cet étage, décor tout à fait dans le goût du moment.

28 Ca ncellation de ce contrat le 17 août 1620 : 3E 5495, 433 ro-vo.

29 Soit le 24 juin, c’est-à-dire huit mois plus tard.

30 Seule mention de ces marbres encastrés sur les façades de la cour, dont on ne sait à qui attribuer le décor au maniérisme recherché des cadres de pierre qui les enserrent : aucun des contrats connus ne le dit. Quant à l’origine de ces marbres, selon G. de Catel, Mémoires de l’Histoire du Languedoc, pp. 123-124, il s’agirait de débris antiques sortis de la Garonne, mais Souffron déclare, en 1631, avoir naguère fait porter des marbres des Pyrénées chez différents commanditaires, dont le défunt président de Clary, sans préciser leur destination (3E 288, 128 ro-vo).

31 Sur ces matériaux tirés de la Garonne, voir H. Molet, « Autour du Bazacle : la Garonne et les vestiges antiques », Mém. Soc. archéol. Midi France, t. 61, 2001, pp. 15-34.

32 C’est en partie pour cette campagne que les maîtres maçons Jean Burgade et Raymond Étienne reçoivent de Souffron 1 657 l. 17 s. 8 d., dont ils lui donnent quitta nce en 1622, s’agissant du « travailh faict (…) à la maison de feu monseigneur de Clary (…) despuis l’an mil six cens tretze (…) jusques à l’an six cens setze » : 3E 279, 687 vo-688 ro.

33 Le passage « et ce suyvant le contrat… Arnault note de Thle » est ajouté à la fin.

34 Pour ce contrat et celui du 27 juillet 1611, Fabre reçoit en tout 922 l. 10 s. payés par Souffron, sauf 30 l. versées par Gabrielle Guerrier (3E 5495, 433 ro-vo), ce qui est bien plus que les sommes prévues. En août 1614, Arnaud Fontan, maître menuisier, s’engage à fournir les menuiseries des croisées des deux ailes neuves (3E 258, 1ère partie, 465 vo-466 vo).

Table des illustrations

Légende Fig. 7. Cadastre de 1680. Capitoulat Dalbade, moulon 11. Parcelle 12 :hôtel de Clary. © Archi. Mun. de Toulouse, CC 114.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/35853/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Légende Fig. 8. Hôtel de Clary. Plan de la nouvelle façade, en retrait de celle del’ancien hôtel de Bagis, [1611], non signé, encre sur papier, 270 mm x398 mm. © Archi. Mun. de Toulouse, DD 254.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/35853/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 45k

© Presses universitaires du Midi, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search