Version classiqueVersion mobile

Demeures toulousaines du XVIIe siècle

 | 
Michèle Éclache

Documents

L’Hôtel Duranti puis de Caulet

Texte intégral

  • 1 Il est enterré au couvent des cordeliers où sa veuve, Rose de Caulet, fait ériger un tombeau en mar (...)
  • 2 J. Chalande, Histoire des rues de Toulouse, t. 3, p. 60.
  • 3 G. Ahlsell de Toulza, L. Peyrusse, B. Tollon, Hôtels et demeures de Toulouse et du Midi toulousain, (...)

1La tradition locale veut que Jean Étienne de Durand, dit Duranti, premier président au parlement de Toulouse, tué par les ligueurs en 15891, n’ait pas fait construire cet hôtel (3, rue du Lieutenant-colonel Pélissier), dont il est devenu propriétaire vers 1584, et ne l’ait même jamais habité2; l’édifice aurait été bâti vers 1630 pour Jean Georges de Caulet, président et trésorier général de France3. Les documents révèlent une autre histoire.

  • 4 Et non en 1589comme l’indique J. Chalande, Ibidem, p. 61.
  • 5 3E 2195, 320 vo-322 vo: la maison se trouve « rue du Pred Montardy, confrontant de mydi avec lad. r (...)
  • 6 3E 2195, 323 ro-vo : les 2 000 écus sont entièrement remboursés en jui n 1605.
  • 7 Il y réside en 1609 (3E 14502) mais de 1617 à 1627 elle est louée à Guillaume de Saint-Germain (3E  (...)
  • 8 L’existence dans la tour ouest de portes palières bâties dans l’angle (É. Vuillez, L’hôtel de Caule (...)
  • 9 Ce n’est pas dans cet hôtel que Claude Pacot intervient en 1637 (C. Bourdieu-Weiss, « Un architecte (...)
  • 10 P. Mesplé, « Bagatelles pour un massacre », L’Auta, no 294, 1960, p. 115. Une photographie de la fa (...)
  • 11 Sur ces éléments architecturaux, voir J.-M. Pérouse de Montclos, L’architecture à la française, XVI(...)

2Lorsque, le 9 octobre 16004, Simon de Garaud, seigneur de Donneville, conseiller au parlement, et sa femme, Marie de Durand, fille unique du défunt président, vendent à Jean Georges de Caulet, frère de la veuve de Duranti, « une maison bastie de brique non encore parachevée édiffier, jardin, escuerie, fenière et autre maisonette estant au bout dud. jardin, le tout joignant, apartenant ausd. mariés venditeurs et aquis par feu messire Jehan Estienne de Durand (…) pour la somme de huict mil livres tournois », ils précisent qu’il a été « faict despuis de réparations et méliourations en icelle tant par led. feu seigneur premier président que par lesd. sieur et damoiselle venditeurs pour quatre mil livres tournois, revenant tant led. pris d’achat que réparations et mélieurations tout ensemble à la somme de quatre mil escus faisant doutze mil livres tournois, laquelle maison néantmoingz encore est deffecteuze d’ung pavilhon du cousté de la maison et jeu de palme de noble François de Gargas, escuier»5. La moitié du prix d’achat (soit 6000 livres) est prêtée par la veuve à son frère, à la condition qu’elle jouisse « tant que bon luy semblera sa vie durand de partie de lad. maison et partie des deppendances d’icelle pour son habitation et service »6. Il semble que Jean Georges de Caulet habite peu cette demeure7, mais dix mois après son achat il entreprend de la faire achever. L’aile ouest (le « pavillon ») qu’il fait bâtir était prévue dans le programme initial mais on ne sait si les tours dans les angles de la cour l’étaient aussi ou si elles sont une adjonction née d’une idée nouvelle. La présence de Pierre Souffron auprès de Caulet comme témoin aux contrats concernant ces tours montre qu’il est maître d’œuvre au moins de cette campagne de 16038 qui donne à l’hôtel son aspect final9. Par la suite les croisées seront transformées en grandes fenêtres, les couvertures d’ardoise, qui individualisaient logis et pavillons, remplacées par un toit à croupes couvert en tuile canal. De l’ensemble, il ne subsiste plus que les façades sur la cour et la rue10. Cet hôtel, commencé pour Duranti et achevé pour Caulet, avec ses formules « régnicoles » importées (les pavillons, les lucarnes, l’ardoise)11, marque fortement son originalité dans la ville où il est sans équivalent.

Fig. 1. Cadastre de 1680. Capitoulat Saint-Étienne, moulon 6. Parcelle 2 :
hôtel Duranti puis de Caulet. © Archi. Mun. de Toulouse, CC 126.


6 août 1601 
Bail à besogne passé par François de Caulet, au nom de son frère Jean Georges, avec Antoine Planiol

3E 2198, 137 ro-138 ro

  • 12 Le même jour, quelques instants plus tôt, achat par François de Caulet, pour son frère, de bois d’œ (...)
  • 13 Le 7 avril 1602.
  • 14 En bordure de Garonne, dans le faubourg Saint-Michel.

3L’an mil six cens ung et le sixiesme jour du mois de aoust12, avant mydi, régnant très chrestien prince Henry etc., à Thle, à la présance de moy note et tesmoingz bas nommés, dans la maison de monsieur me François de Caulet, segneur de Cadars, grand me des Eaues et Forests de France, estably en personne led. sieur de Cadars, au nom et comme ayant charge de messire Jean George de Caulet, son frère, conseiller du roy, président et trésorier général de France estably à Thle, duquel se fait fort, d’une part, et Anthoine Plaignhol, me charpentier dud. Thle, d’autre part, lesquelz de leur gré ont convenu et accordé que led. Plaignol a entreprins et entreprend faire le pavilhon que reste à faire en la maison par led. sieur président aquise des héretiers de feu monsieur me de Durand, quant vivoit premier président, assize en Thle, rue de Sainct Anthoine du Pred Montardy, tout semblable à l’autre pavilhon que est faict à l’autre cousté, tant pour les travesons, renpoutremens, couvert dud. pavilhon en fasson de France, le tout bien et duement faict suivant l’art de charpenterie. Et ne pourra led. entrepreneur faire travalher à lad. besoigne aprentifz que tant seulement ung, ains y fera travalher de personnes bien expérimentées au fait de l’art de charpenterie. Et laquelle besogne promet comancer aussi tost que le bois soict rendu sur le lieu, et continuera après journellement sans chaumer, et sera tenu avoir achavé pour le plus long entre cy et la prochaine feste de Pasques13, estant tenu led. sieur président fornir toutes matières. Pour toute laquelle besogne de charpenterie, pour la main seulement, est acordé et promis aud. Plaignol la somme de deux cens vingt escus sol, en déduction desquelz lui a esté présentement payé la somme de six escus, receus par led. Plaignol qui les a comptés et l’en a quicté, et le surplus dud. pris luy sera payé par led. sieur de Cadars, aud. nom de son frère, à mesure qu’il fera lad. besogne, fin d’icelle fin de paye. Et ainsin ont promis les parties comme dessus tenir et non autrement, à peyne de tous despens, domages et intérestz, soubz obligation et ypothèque de tous et chacuns les biens dud. sieur président de Caulet, et led. Plaignol les siens présans et advenir et sa personne, aux rigueurs des courtz et scelz mage, royal, de la séneschaucée, ville, viguerie de Thle et autre, renoncé, juré. Présans Pierre Lynas, merchant de bois au port Garauld de Thle14, et Pierre Castanie, praticien de Thle, signés à la cède avec les parties, et de moy.

(Signé :) Caulet. A. Planiol. Castaigne. Canac, note.

(En marge :) 15 septembre 1601, Antoine Planiol s’associe pour ce travail Guillaume Menville, maître charpentier ; 4 juillet 1602, cancellation du contrat passé entre François de Caulet et Antoine Planiol.


2 février 1602 
Bail à besogne passé par François de Caulet, au nom de son frère Jean Georges, avec Jean Fenié et Gabriel Pons

3E 2200, 132 vo -134 ro

  • 15 Le passage « de ce qu’ilz bastiront à neuf… desd. muralhes neufves » est ajouté à la fin. Il donne (...)
  • 16 Le passage « semblables à celles de l’autre pavilhon » est ajouté à la fin.

4Le second jour du mois de febvrier mil six cens deux, après mydi, régnant très chrestien prince Henry etc., à Thle, à la maison de monsieur me François de Caulet, sieur de Cadars, grand me d’Eaues et Forestz èz provinces de Languedoc, Provence et Daufiné, à la présance de moy note, estably en persone led. sieur de Cadars lequel de son gré et au nom de messire Jehan George de Caulet, chevallier, président et trésorier général de France en la généralité de Languedoc establie à Thle, duquel se fait fort, a balhé et balhe à Jehan Fenié et Gabriel Pons, mes massons dud. Thle, présans et aceptans, scavoir est à parachever, pour l’art de massonerie, le pavilhon que reste à parachever à la maison par led. sieur président aquise des héretiers de feu monsieur Duranty, quant vivoit premier président en la court de parlement de Thle, assize en Thle, rue de Sainct Anthoine du Pred Montardy, scavoir lever les muralhes de l’auteur requize à l’esgal de l’autre pavilhon, avec la corniche à l’entour où il a partout de veue et en trois coustés, ung de cousté de la basse cour, ung de cousté de la rue et ung de cousté de jardin, et ce de tuilhe et demy, suyvant et conformément à l’autre pavilhon. Plus feront toutes portes et fenestraiges nécessaires aud. pavilhon, icelluy pavilhon, en ce que reste à faire et que est faict, enluzir, blanchir par dedans et junter par dehors, tant la muralhe qu’ilz feront de leur main que ce que est à enluzir, blanchir et junter de celle que est jà faicte. Et ce pour et moienant la some de ung escu cinq souz checune cane tant plain que vuide de ce qu’ilz bastiront à neuf lad. muralhe, sans payer rien de celles que sont jà faictes car led. enlussement, blanchissement et juntar d’icelles est inclus aud. pris desd. muralhes neufves15, pour leur main seulement car led. sieur président de Caulet debt fornir toutes matières. Et oultre ce est acordé que, pour la façon de lucane et y mettre de trois semblables à celles de l’autre pavilhon16, il leur sera payé pour leur fasson et main de la tuille seulement, sans à ce comprendre la pierre, la some de six escus pièce. Et le tout prometent bien et duement faire dans le mois de jung prochain venant, promettant led. sieur de Cadars aux mes de son propre leur paier led. pris à mesure qu’ils feront lad. besoigne, fin d’icelle fin de paye, et leur a balhé pour comancement de paye la some de doutze escus, qu’est six escus à chescung, qu’ilz ont présantement reçue, s’en contentent et promettent la tenir en compte. Et lesquelz Fenié et Pons s’obligent, tous deux ensemble et l’ung pour l’autre et chescung seul pour le tout, renunçans à division et discussion, à faire et parfaire bien et deuement lad. besoigne dans le terme susd. Et pour ce dessus tenir, garder et observer, à peyne de tous despens, domages et intérestz, soubz obligation et ypotèque led. sieur de Cadars des biens dud. sieur président son frère et siens propres et lesd. Fenié et Pons leurs biens présans et advenir et personnes, l’ung pour l’autre et chescung seul pour le tout, renunçant à division et discussion, que ont soubzmis aux rigueurs des courtz et selz mage, royal, de la séneschaucée, ville, viguerie de Thle et autre, renuncé, juré. Présans Guillaume Menville, me charpentier, et Jehan Luchau, me teulier de Thle, signés ou marqués à la cède avec lesd. parties, et de moy.

(Signé :) Caulet. Marque de Fenié. Marque de Pons. Marque de Luchau. G.Menbilo. Canac, note.

(En marge :) 21 novembre 1602, cancellation.


23 février 1602 
Bail à besogne passé par François de Caulet, au nom de son frère Jean Georges, avec Jean et Dominique Noble

3E 2199, 224 ro-225 vo

  • 17 D’ omis.
  • 18 25 février.
  • 19 Le passage « à peyne de… intérestz » est ajouté à la fin.

5L’an mil six cens deux et le vingt et troysiesme jour du moys de février, avant mydi, régnant Henry etc., à Thle, à la présance de moy note, dans la maison de monsieur me François de Caulet, seigneur de Cadars, grand me d’Eaues et Forestz èz provinces de Languedoc, Provence et Daufiné, estably en personne led. sieur de Cadars, faisant pour et au nom de messire Jehan George de Caulet, son frère, chevallier, président et trésorier général de France estably aud. Thle, d’une part, Jehan Noble et Dominique Noble, frères, mes plombeurs et recouvreurs dud. Thle, d’autre part, lesquelles parties de leur bon gré ont convenu et acordé que lesd. Nobles, tous deux ensemble et l’ung pour l’autre et checung seul pour le tout, renonçant à division et discussion, ont entreprins et entreprenent recouvrer d’ardoise et plom le pavilhon quy reste à faire à la maison dud. sieur président, située en Thle, rue de Sainct Anthoine du Pred Montardy, en la mesme forme et manière que l’autre pavilhon de la mesme maison et couvert, et ce moienant la some de six deniers pour checune livre de plom que lesd. entrepreneurs seront tenus de fondre, estaigner et pozer à leurs despens, et vingt quatre soulz pour checune cane carrée de l’ardoise, à la charge que led. sieur de Cadars, aud. nom, sera tenu de fornir et balher tous matériaulx nécessaires comme plom, estaing, ardoize, cloux et autres matières nécessaires, rendues en lad. maison, sans que lesd. entrepreneurs soient tenus de rien fornir que leurs main et maneuvres, et faire porter le plom que metront en œuvre dans leur boutique puis [d’]17 icelle boutique jusques à la maison dud. sieur président, dans laquelle seront tenus blanchir et estaigner led. plom. À laquelle besoigne comanceront de trevailher lundi prochain18 et continueront sans discontinuer jusques à avoir parachevé bien et deument, en la forme que apartient, tout de mesmes come l’autre pavilhon. Et pour comancement de paye et pour arres led. sieur de Cadars leur a présantement balhé la somme de six escus sol, en réaulx et doutzains, présantement receue par lesd. Nobles et s’en sont contentés et ont promitz de la tenir en compte sur lad. besoigne, et le surplus dud. pris leur sera payé à mesure qu’ilz trevalheront. Et oultre ce dessus a esté convenu entre les parties que lesd. Nobles seront tenus, come ont promis et prometent tous deux ensemble l’ung pour l’autre et checung pour le tout, renunçant à division et discussion, de tenir par si après recouvert tant le grand corps dud. lotgis que les deux pavilhons y joignans, tant d’ardoize que de plom, que leur seront balhés par led. sieur président, moienant la pention annuelle de trois escus vingt soulz que leur seront payé scavoir la moytié chesque comancement d’année, que sera le premier de mars prochain, et l’autre moytié à la fin de l’année et à mesme temps prendront le comancement de l’autre, et ce pour leur main et maneuvres seulement, promectant fidellement y faire leur debvoir, et présantement led. sieur de Cadars leur a payé ung escu deux tiers pour le premier pac de lad. pention en doutzains receus et nombrés par lesd. Nobles, s’en sont contentés, en ont quicté et quictent led. sieur de Cadars et aussi led. sieur président. Et ainsin ont promis ce dessus respectivement tenir à peyne de tous despens, dommages et intérestz19, soubz obligation de leurs biens présans et advenir et personne desd. Nobles entrepreneurs et led. sieur de Cadars les biens dud. sieur président, son frère, aux rigueurs des courtz et selz mage, royal, de la séneschaucée, ville et viguerie de Thle et autre, renoncé, juré. Présans me Guilhaume Jaussiond, greffier des finances estably à Thle, et Jehan Focques, praticien de Thle, signés à la cède ou marqués avec lesd. parties, et de moy.

(Signé :) Caulet. Jausiond. Jehan Noble. Foucque. Noble. Canac, note.


15 avril 1603 
Bail à besogne passé par Jean Georges de Caulet avec Pierre Capmartin

3E 2203, 380 vo -381 vo

  • 20 Œuvre probable de Pierre Souffron, comme le « desseng » concernant les baies des tours mentionné pl (...)
  • 21 Lire voyent.

6L’an mil six cens trois et le quinziesme jour du mois de apvril, avant mydi, régnant très chrestien prince Henry etc., à Thle, à la présance de moy note royal et tesmoingz bas nommés, establies en personnes messire Jehan George de Caulet, chevallier, président et trésorier général de France au bureau des finances estably à Thle, lequel de son gré a balhé et balhe à Pierre Campmartin, me talheur de pierre habitant de Thle, présant et aceptant, à faire pour led. sieur la besoigne si après expéciffiée en la maison dud. sieur président assize en Thle, à la rue de Sainct Anthoine du Pred Montardy. Premièrement talher trois jambajes de cheminées suyvant les desseins20 qu’on luy a monstré, l’architecture seullement, tant pour apliquer le mabre que tous autres mabres de moulure qui se voyet21 au dessein, pour la somme de six vingtz quinze livres, dont led. Campmartin n’est tenu de fornir que la main de l’ouvrier pour talher et pozer lesd. jambajes, claveaux et corniches. De mesmes a promis fere deux portes au pé des tours que l’on faict dans lad. maison, de mesme celles qui sont aux pavilhons pour entrer l’une à la cuizine et l’autre à une chambre basse. Aussi talher les autres portes qui seront nécessaires et les fenestres ainsin qu’elles sont sur le desseing et suivant l’ordre des autres qui sont jà faictes à lad. maison, tant aux pavilhons que au corps de lougis, moienant la somme de dix livres tournois tant pour porte que fenestre. Plus a promis talher tout le courdon et gaffonières qui seront besoing ausd. deux tours pour la somme de quarante soulz la canne y comprins les ovalles, pour le cordon sera canne courante et pour les ovalles et gaffonnières seront à cinq soulz le pam. Plus sera tenu talher et pozer les marches de la montée des tours faict en limasson comme aussi celles que manquent au degré à repos et celles que sont besoing pour fere le plain pied à la chambre que sera sur le degré regardant sur le jardin, au pris de quarante soulz checune tant l’une que l’autre desd. marches. À laquelle besoigne sera tenu trevalher continuellement à mesure que led. sieur luy fera balher les matières, ne fornissant led. Campmartin que la main. Lequel pris de lad. besoigne led. sieur luy promet payer à mesure que trevalhera, et fin d’icelle fin de paye, et présantement luy a led. sieur advancé la some de soixante livres, en pièces de setze soulz et monnoye, à ma présence receue par led. Campmartin, s’en est contenté, l’en a quicté. Et ce dessus parties prometent respectivement tenir et n’y contravenir à peyne de tous despens, domaiges et intérestz, soubz obligation de leurs biens présans et advenir, et aussi led. Campmartin sa personne, aux rigueurs des courts et selz mage, royal, de la séneschaucée, ville, viguerie de Thle, autre, renoncé, juré. Fait et récité dans lad. maison dud. sieur, présans monsieur me François de Michaellis, conseiller du roy et recepveur général de ses finances, noble Jaques Puget, bourgeois de Thle, et Pierre Soufrond, me architecte d’Aux, signés à la cède avec les parties et moy.

(Signé :) Caulet. P. Capmartin. De Puget. Michaellis. Souffron. Canac, note.


15 avril 1603 
Bail à besogne passé par Jean Georges de Caulet avec Jean Fenié

3E 2203, 381 vo -382 vo

  • 22 C’est maintenant encore le nombre de ces « fenestres ou ovalles ».
  • 23 Le passage « et aussi led. Fenyé sa personne » est ajouté à la fin.

7L’an mil six cens trois et le quinziesme jour du mois de apvril, après mydi, régnant très chrestien prince Henry etc., à Thle, à la présance de moy note et tesmoingz bas nommés, estably en personne messire Jehan George de Caulet, chevallier, président et trésorier général de France estably à Thle, lequel de son gré a balhé, balhe à Jehan Fenyé, maistre masson de Thle, présent et aceptant, à faire la besoigne si après expéciffiée en la maison que led. sieur a en Thle, à la rue de Sainct Anthoine du Pred Montardy. Premièrement faire deux tours carrées dans la basse court de lad. maison, d’une canne dans œuvre, dont les fondemens seront d’une tuille et demye d’espes, avec ung arq pour porter le noyeau des marches. De mesmes sera tenu de monter chesque tour tant l’une que l’autre de l’espesseur de deux demy tuilles jusques au premier estaige et le reste d’une tuille, lesquelles tours monteront au dessus des pavilhons doutze pams de haulteur, dont led. me Fenier sera tenu bien et duement massonner tant les fondemens que le dessus terre, avec les portes, fenestres, ovalles, corniche pour le coronement desd. tours, le tout talhé et pozé ainsin qu’est représenté par le desseng, en suyvant toutesfois l’ordre tant des pavelhons que du corps de logis, pour les fondemens jusques à six pams au dessus terre sera de chaux et sable et le reste de terre et sable. Dont en toutes lesd. deux tours y aura setze portes, vingt quatre fenestres ou ovalles22, lesquelles fenestres et ovalles et dix portes seront moytié pierre et moytié brique, laquelle pierre luy sera balhée talhée et luy la pozera, et quant à la tuile led. Fenyé la talhera et pozera tant que en y aura besoing. Toute laquelle besongne led. Fenyé promet fere et parachever entre cy et le mois d’octobre prochain et y travalher continuellement sans s’en distraire, pourveu que on le tiene pourveu des matières. Pour toute laquelle besogne, pour la main, led. sieur luy donne et promet paier la somme de trois cens huitante livres tournois, payable de jour en jour come fera lad. besoigne et fin d’icelle fin de paye, et présantement led. sieur luy a advancé la somme de soixante livres tournois en quartz d’escus et monnoye, en ma présance receus, et led. Fenyé s’en est contenté, en a quité, quite led. sieur. Et ainsi ont promis ce dessus tenir et non contravenir, à peyne de tous despens, domages et intérestz, soubz obligation et yppothèque de tous et chescuns leurs biens meubles et immeubles, présans et advenir, et aussi led. Fenyé sa personne23, aux rigueurs des courtz et selz mage, royal, de la séneschaucée, ville, viguerie de Thle, autre, renoncé, juré etc. Présans monsieur me François de Michaellis, recepveur général de ses finances à Thle, me Pierre Soufrond, architete habitant d’Aux, signés à la cède avec lesd. parties et moy.

(Signé :) Caulet. Marque de Fenié. Michaellis. De Puget. Souffron. Canac, note.

Notes

1 Il est enterré au couvent des cordeliers où sa veuve, Rose de Caulet, fait ériger un tombeau en marbre commandé à un sculpteur gênois, qui est transporté en caisses par mer de Gênes à Narbonne puis voituré jusqu’à Toulouse en 1606 : 3E 6928, 173 ro-vo, 3E 5466, 366 ro-vo. De ce mausolée admiré par G. de Lafaille (Annales de la ville de Toulouse depuis la réunion de la comté à la couronne, t. 2, p. 427) rien ne subsiste.

2 J. Chalande, Histoire des rues de Toulouse, t. 3, p. 60.

3 G. Ahlsell de Toulza, L. Peyrusse, B. Tollon, Hôtels et demeures de Toulouse et du Midi toulousain, p. 89.

4 Et non en 1589comme l’indique J. Chalande, Ibidem, p. 61.

5 3E 2195, 320 vo-322 vo: la maison se trouve « rue du Pred Montardy, confrontant de mydi avec lad. rue de Pred Montardy, par dernier avec la rue du lougis des Trois Pigeons tirant vers le Poix de l’Huille, de cousté de couschant avec ung coing traversant de lad. rue du Pred Montardy au Puies de l’Huille et avec le susd. jeu de palme et maison apartenant aud. de Gargas », indications conformes à celles du cadastre (AMT, CC 53, 21 ro-vo), qui n’indique pas les dates d’achat de Duranti et Caulet. La parcelle occupe près de 2 500 m2. Voir fig. 1.

6 3E 2195, 323 ro-vo : les 2 000 écus sont entièrement remboursés en jui n 1605.

7 Il y réside en 1609 (3E 14502) mais de 1617 à 1627 elle est louée à Guillaume de Saint-Germain (3E 7552, 1ère partie, 154 ro-vo), lui aussi trésorier général et beau-frère de Caulet, leurs épouses étant sœurs (J. Villain, La France moderne III (Haute-Garonne et Ariège, p. 1343), et en 1628, pour plusieurs mois, au prince de Condé (3E 982, 1ère partie, 250 vo-251 ro).

8 L’existence dans la tour ouest de portes palières bâties dans l’angle (É. Vuillez, L’hôtel de Caulet, essai de datation, p. 35 et fig. 32), prouesse architecturale qu’on ne peut manquer de rapprocher des baies sur l’angle de la tour de l’hôtel de Maussac (voir plus bas, p. 49), conforte l’attribution de ces tours à Souffron. De la proximité entre Caulet et lui témoignent le prêt de 3000 livres que le premier consent au second en 1608 (3E 14502), la présence de ce dernier, en 1624, lors d’un achat de pierre, dont on ne sait à quel emploi l’autre la destine (3E 974, 204 vo- 205 vo : c’est en se fondant sur cet unique document qu’A. de Beauregard, Parlement de Toulouse : la société parlementaire au grand siècle, les expressions profanes de la commande privée (de 1610 à 1680 principalement), pp. 311-312, date l’hôtel de 1624 et l’attribue en totalité à Souffron), et encore en 1631, à l’occ asion d’un contrat pour des travaux aux bâtiments de dépendance de cette demeure (3E 986, 1ère partie, 35 vo-37 ro).

9 Ce n’est pas dans cet hôtel que Claude Pacot intervient en 1637 (C. Bourdieu-Weiss, « Un architecte toulousain du XVIIe siècle : Claude Pacot », Ann. Midi, t. 113, n° 234, 2001, p. 164) mais, comme les noms des propriétaires voisins l’indiquent (3E 2872, 1ère partie, 155 ro, 156 ro, 260 ro), dans celui de François Étienne de Garaud, aujourd’hui détruit (8 rue Tolosane), dont Dominique Capm artin a reconstruit le corps sur la rue en 1614 (3E 11985).

10 P. Mesplé, « Bagatelles pour un massacre », L’Auta, no 294, 1960, p. 115. Une photographie de la façade sur le jardin, prise avant sa démolition, est publiée par J. Rocacher, « Qu’est-ce que l’h ôtel Duranti ? », L’Auta, no 45, 2003, p. 231.

11 Sur ces éléments architecturaux, voir J.-M. Pérouse de Montclos, L’architecture à la française, XVIe, XVIIe, XVIIIe siècles, pp. 44, 48, 50.

12 Le même jour, quelques instants plus tôt, achat par François de Caulet, pour son frère, de bois d’œuvre qui doit être livré « au devant la maison dud. sieur président, à la rue de Sainct Anthoine du Pred Montardy (…) et lors qu’il sera besoing à la couverte du pavilhon » : 3E 2198, 135 vo-136 vo.

13 Le 7 avril 1602.

14 En bordure de Garonne, dans le faubourg Saint-Michel.

15 Le passage « de ce qu’ilz bastiront à neuf… desd. muralhes neufves » est ajouté à la fin. Il donne à penser que ce qui est déjà construit de ce pavillon l’a été par les mêmes Fenié et Pons, selon un précédent accord ou contrat, puisqu’ils ne doivent pas recevoir de paiement supplémentaire pour l’enduire, blanchir et jointoyer.

16 Le passage « semblables à celles de l’autre pavilhon » est ajouté à la fin.

17 D’ omis.

18 25 février.

19 Le passage « à peyne de… intérestz » est ajouté à la fin.

20 Œuvre probable de Pierre Souffron, comme le « desseng » concernant les baies des tours mentionné plus bas.

21 Lire voyent.

22 C’est maintenant encore le nombre de ces « fenestres ou ovalles ».

23 Le passage « et aussi led. Fenyé sa personne » est ajouté à la fin.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Cadastre de 1680. Capitoulat Saint-Étienne, moulon 6. Parcelle 2 :hôtel Duranti puis de Caulet. © Archi. Mun. de Toulouse, CC 126.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/35828/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 87k

© Presses universitaires du Midi, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search