Version classiqueVersion mobile

Demeures toulousaines du XVIIe siècle

 | 
Michèle Éclache

Introduction

Texte intégral

  • 1 J. Chalande, Histoire des rues de Toulouse, J. de Lahondès, Les monuments de Toulouse, P.M (...)
  • 2 C. Douais, « L’art à Toulouse. Matériaux pour servir à son histoire du quinzième au dix-hu (...)

1L’architecture privée toulousaine du xviie siècle n’avait guère fait jusqu’ici l’objet de recherches. Les ouvrages qui abordaient le sujet, anciens ou plus récents1, se contentaient d’évaluations esthétiques et les publications de pièces d’archives étaient rarissimes et, pour la plupart, vieilles d’un siècle2, cet exercice ayant apparemment perdu son attrait. Il a donc paru utile de s’atteler à ce genre de travail, stimulé par la perspective de découvertes à peu près assurées, étant donné ce vide documentaire.

2Puisqu’il faut bien commencer par le commencement, c’est le début de ce siècle qui a retenu l’attention, attendu que la peste qui ravagea la ville de 1628 à 1632 dut être un frein puissant à toute entreprise, marquant la fin d’une époque. De la quantité de documents sur la construction ainsi rassemblés, on n’a retenu, ici, que ceux qui concernent des édifices encore existants, en totalité ou en partie, ou suffisamment connus par des dessins ou des photographies. Ce sont vingt demeures, qualifiées de maisons ou d’hôtels en fonction de leur apparence telle qu’elle existe encore ou qu’elle peut être reconstituée grâce à ces informations.

  • 3 Voir L’âge d’or de la sculpture. Artistes toulousains du xviie siècle, et J. Penent, Le te (...)
  • 4 G. Costa, « L’œuvre de Pierre Souffron au Pont Neuf de Toulouse », Mém. Soc. archéol. Midi (...)
  • 5 G. Costa, « Pierre Levesville. L’œuvre d’un architecte orléanais dans le Midi de la France (...)
  • 6 L’âge d’or de la sculpture…, pp. 23-24.
  • 7 C. Bourdieu-Weiss, « Un architecte toulousain du xviie siècle : Claude Pacot », Ann. Midi, (...)
  • 8 La thèse récente et inédite d’A. de Beauregard, Parlement de Toulouse : la société parleme (...)

3Dans les trois décennies de cette période, la ville fut un foyer actif dans bien des domaines de la création artistique3 et attira des bâtisseurs de qualité, pour des chantiers publics ou religieux, que quelques articles récents commencent à faire connaître, tels Pierre Souffron4, Pierre Levesville5, Pierre Monge6 ou Claude Pacot7, mais on savait peu de chose jusqu’ici sur leur rôle face à la commande privée8, et l’on ignorait à peu près tout de l’existence et de l’activité de leurs concurrents locaux.

Les sources

— Archives départementales

  • 9 Par exemple, pour Paris, par J.-P. Babelon, Demeures parisiennes sous Henri IV et Louis XI (...)
  • 10 Quatre registres n’ont pu être consultés, en raison de leur trop mauvais état (3E 246, 3E (...)

4En bonne logique, toutes les interrogations devaient trouver réponse dans les archives notariales dont l’utilité pour notre sujet est bien connue et a été largement démontrée ailleurs9. On a pris ici le parti de l’exhaustivité, en s’en tenant à une tranche chronologique suffisamment large pour que l’enquête ait des chances d’être fructueuse, suffisamment modeste pour que la tâche soit réalisable dans des délais raisonnables. Tous les documents conservés dans le fonds départemental pour les années 1600-1630 ont donc été dépouillés, soit 1 466 cotes10. Quelques pièces postérieures, heureusement trouvées, ont complété certains dossiers.

  • 11 Par exemple 1 à 5, 36, p. 253, note 18, et aussi 3E 759, 24 ro, 26 ro, 3E 1723, 3 ro, 3E 1 (...)
  • 12 C’est le cas des documents 13, 14, 35, 73, 74. Certains notaires rassemblent leurs actes o (...)
  • 13 Voir p. 49, note 4, p. 77, note 7, p. 119, note 4, p. 145, note 4, p. 199, note 36, p. 253 (...)
  • 14 55. L’original a en principe plus de force probatoire, comme l’indique la note mise en mar (...)

5Cet ensemble prête à quelques constatations. Dans les registres que sont les minutes notariales, les références sont extrêmement fréquentes aux originaux — les « cèdes » — restés « à la liasse»11. Cela conduit à penser que chaque notaire est à la tête de deux séries de documents, d’une part les originaux conservés séparément, d’autre part les registres où sont consignés leurs brouillons ou copies, chaque acte devant, idéalement, se retrouver dans chaque série. Or c’est loin d’être le cas. Les hasards de la conservation font que la plupart du temps les originaux, feuillets volants facilement égarés ou détruits, sont perdus mais leur copie demeure ; quelquefois, au contraire, eux seuls existent12; parfois, hélas, ils ont disparu sans avoir été enregistrés et la perte est irrémédiable13. Exceptionnellement, on possède un original et sa copie dans le registre de l’année « pour y recourir où led. original s’esguareroit»14.

  • 15 3E 4443.
  • 16 3E 4404 et suiv.
  • 17 3E 4401.
  • 18 3E 3277, 1 ro: « C’est le premier registre des cèdes et protecolles de moy Jean Dinet, com (...)
  • 19 3E 6039, 587 vo, 3E 5774, 1ère partie, 494 ro.
  • 20 3E 760, 1ère partie, 60 vo-63 ro.
  • 21 Par exemple Pierre Valette, qui vend son office en février 1608 (3E 3142, 26 ro), Guillaum (...)

6Par ailleurs, des notaires sont en activité dans la période considérée dont les archives ne sont pas conservées. Un cas fournit un exemple précis. En prenant possession de sa charge, Henri Guizot rédige un petit mémoire à ce sujet : il a acquis cet office le 26 juin 1623 de Jean Dinet qui le tenait, par son contrat de mariage du 14 juin 1621, d’Antoine Portal qui le tenait, par acte du 19 décembre 1615, des héritiers de Jacques Royet, ce dernier l’ayant acquis le 6 juin 1610 des héritiers de François Guilhamon, reçu notaire le 16 décembre 159915. Si les actes de Guizot sont conservés16, de ses prédécesseurs ne nous sont parvenus qu’un seul registre de Guilhamon pour l’année 160417 et l’unique registre de Dinet18, ce qui veut dire qu’une vingtaine de registres et sans doute autant de liasses ont disparu. De même, Jean Barthélemy, actif au moins dès 160619 et vendeur de son office en 162520, aurait dû laisser à peu près la même quantité de documents, mais il n’en est rien du tout. Pour d’autres dont aucun acte n’est conservé21, si leur exercice semble avoir été plus bref, ces manques ne sont pas moins regrettables. Il est vrai que, sur le sujet qui nous intéresse, nous n’avons trouvé aucune référence explicite à des actes passés chez ces tabellions à présent muets, mais ce constat n’est guère probant.

  • 22 3E 14502 : ce document a été utilisé par C. Tournier, Toulouse dans le rayonnement de Fran (...)

7Enfin, à côté de leurs registres courants, les notaires peuvent tenir des « registres particuliers » réservés chacun exclusivement aux affaires d’un de leur clients. Rien ne permet de savoir quelle proportion du nombre originel représentent les rares volumes subsistants, dont la valeur est inégale : le plus intéressant est celui que François de Ortis consacre au trésorier général Jean Georges de Caulet22.

  • 23 Série 73J.

8Outre la base documentaire essentielle, en dépit de ses lacunes, que constitue le fonds notarial, les Archives départementales offrent aussi les documents privés que des particuliers y déposent : c’est ainsi qu’y sont entrées, il y a quelques années, des archives de descendants de Gilles Le Masuyer renfermant de rares et précieuses pièces sur son hôtel23.

— Archives municipales

  • 24 AMT, CC 48 et suivants.
  • 25 N’y sont pas mentionnés Jeanne Almeras et Augier de Lamotte (voir p lus bas, p. 201, note (...)
  • 26 Les dates de prise de possession manquent pour Étienne Duranti et Jean Georges de Caulet ( (...)
  • 27 AMT, CC 76 et suiv. (matrices), CC 114 et suiv. (plans).

9Aux Archives municipales de Toulouse, le cadastre de 157124 est l’outil indispensable permettant de situer exactement dans leur environnement les demeures en cause : pour chaque parcelle est indiquée la succession des propriétaires avec les dates de leur prise de possession, du moins en théorie car les rubriques sont souvent incomplètes, qu’il y manque des noms de propriétaires25 ou des dates de mutation26. Comme ce cadastre est dépourvu de plans, il faut situer chaque parcelle sur celui de 1680 qui, lui, possède ces documents graphiques27, et sur le cadastre actuel qui fournit l’adresse corrrespondante.

  • 28 AMT, DD 250, 1 ro-vo. Cette ordonnance est publiée par J. A. Soulatges, Coutumes de la vil (...)
  • 29 Sur cet édit, voir L. Hautecœur, Histoire de l’architect ure classique en France, t. 13, p (...)
  • 30 G. Ahlsell de Toulza, L. Peyrusse, B. Tollon, Hôtels et demeures…, p. 74.
  • 31 Voir 27.
  • 32 Voir 19.
  • 33 AMT, DD 252, DD 253, DD 258, DD 259, DD 261, DD 262 : toutes ces demandes concernent des a (...)

10On a consulté aussi avec profit la série des autorisations de voirie relatives aux alignements de façades, soumises à l’accord des édiles. L’autorité des capitouls en matière d’urbanisme et de voirie fait traditionnellement partie de leurs prérogatives : leur ordonnance d’avril 1742 rappelle, en préambule, qu’ils sont « dans une possession constante d’exercer dans la ville et gardiage la police et voirie », qu’ils ont « toujours exercé ce droit fondé sur de titres anciens notament par des lettres pattentes de Charles IV et de François premier »28. Seules les lacunes des archives de leur administration limitent les preuves de leur action en ce domaine : constitués de feuilles volantes ou de minces cahiers plus ou moins bien cousus, conservés en liasses et par là particulièrement fragilisés, ces documents ont subi des pertes incalculables dont il faut bien faire son deuil ; relativement nombreuses au xviiie siècle, ces pièces se raréfient pour les périodes antérieures, mais il en subsiste quelques-unes du xviie — six pour les vingt demeures présentées ici — et une de la fin du xvie siècle. Il est ainsi inexact de voir dans ces autorisations « l’application précoce du fameux édit royal de 1607»29 et d’affirmer que « la plus ancienne concerne (…) la fameuse façade de l’hôtel de pierre»30, puisque celle-ci est de 161131alors que celle qui concerne la maison Reynaud date de 160832 et qu’on en connaît encore douze qui sont antérieures à cet édit d’Henri IV33.

  • 34 AMT, HH 69, 168 ro-182 ro : statuts connus d’A. du Bourg, « Coup d’œil historique sur les (...)

11Enfin les capitouls ayant aussi le gouvernement de tous les métiers mécaniques, l’intérêt porté à la construction a conduit à rechercher dans leurs archives des informations sur le métier de maçon, notamment ses statuts de 1524, à peu près ignorés jusqu’ici34, et sur celui de charpentier qui n’est guère mieux connu.

— Documents graphiques

  • 35 Voir fig. 4, 8, 18, 19.
  • 36 AMT, DD 254.
  • 37 73J 2, nos 24-25.
  • 38 3E 11986.
  • 39 Voir 4, 5, 10, 11, 18, 23, 30, 45, 58, 68, 73, 76.

12Ces sources concernant l’architecture sont dépourvues de tout document graphique, à trois exceptions près35: le plan des façades successives de l’hôtel de Clary36, que l’on croirait volontiers de la main de Pierre Souffron, auteur de la reconstruction, le plan de l’hôtel Le Masuyer37, signé du même Souffron, commis à titre d’expert, et l’élévation du petit corps de bâtiment ajouté à l’hôtel de Maussac38, signée par ses auteurs Étienne Brellé et Guillaume Le Roy. Les autres plans ou relevés qui accompagnaient des contrats39 sont demeurés aux mains des parties — propriétaires ou entrepreneurs — et maintenant disparus. C’est donc une documentation plutôt aride qui est conservée, nécessitant beaucoup d’attention pour livrer tout ce qu’elle contient.

  • 40 B. Barbiche et M. Chatenet, L’édition des textes anciens, xvie-xviiie siècle, pp. 15-21. O (...)
  • 41 Tables de comparaison entre les mesures anciennes et cel les qui les remplacent dans le no (...)

13Est proposée au lecteur l’édition intégrale des principaux documents concernant la construction. On a suivi pour cette publication les normes convenues40, en respectant la disposition des originaux (notamment l’absence fréquente d’alinéa) et en conservant leurs abréviations les plus courantes : me ou mre pour maistre, note ou nore pour notaire, pt, pnt ou pent pour présent, Thle pour Thoulouse, et les articles, adjectifs, pronoms, prépositions ou conjonctions augmentés du suffixe dict(e)(s), tels led., sond., icelled., commed., èsd., etc. Pour interpréter les indications de mesures, on a utilisé les Tables de comparaison… de l’an X : 1 toise (1,94904 m) équivaut à 6 pieds, 1 pied (0,3248 m) à 12 pouces, 1 pouce (0,0271 m) à 12 lignes ; 1 canne (1,7961 m) équivaut à 8 pans, 1 pan (0,2245 m) à 8 pouces, 1 pouce (0,0281 m) à 8 lignes41.

Aperçus sur la construction

— Commanditaires et bâtisseurs

  • 42 69 : l’une des deux boutiques est occupée par un cordier, l’autre provisoirement transform (...)
  • 43 44. Ces boutiques — et leurs grandes baies en arc —, si elles ont été réalisées, n’existen (...)

14Au début du xviie siècle, Toulouse est le lieu de nombreux chantiers — de construction, de restauration ou d’agrandissement — concernant des édifices publics ou religieux : pont neuf, bourse des marchands, hôtel de ville, couvents des chartreux, des carmélites, des jacobins, des minimes, des ursulines, établissements des jésuites, églises des pénitents bleus, gris, noirs… En ce qui concerne l’habitat, aucune catastrophe au cours des décennies précédentes, aucun projet urbanistique ne remodèle le tissu de la ville. Le renouvellement du bâti procède d’initiatives privées liées à la fortune propre de chaque commanditaire. Toute entreprise en cette matière suppose une certaine aisance, qui se rencontre surtout chez les marchands, les officiers et parlementaires. Les premiers recherchent l’utilité en réunissant sous le même toit lieu de travail — boutique et arrière-boutique — et logis, ce qui représente un type architectural aisément reconnaissable ; les derniers se font construire des hôtels plus ou moins richement aménagés, dont l’entrée « carrossière » est le signe d’un certain style de vie. Mais entre ces deux formules s’insèrent toutes sortes de partis intermédiaires : la maison de Raymond Darguelh, magistrat présidial, abrite deux boutiques42 ; François de Chalvet envisage d’en faire aménager dans une partie du corps sur la rue de son hôtel43. Le cas extrême du mélange des genres est l’hôtel Comère, qui montre d’un côté la façade soigneusement close aux regards de l’hôtel du bourgeois anobli par le capitoulat, de l’autre la devanture opulente du boutiquier enrichi par le commerce des draps. Du reste, la distinction entre habitat roturier et aristocratique, comme entre quartiers marchands et résidentiels, n’est pas nettement tranchée. L’hôtel d’un président au parlement voisine avec la maison de la veuve d’un marchand ferratier, qui souhaite en toute simplicité que leurs demeures se ressemblent, celui d’un conseiller au parlement avec celle d’un potier d’étain, l’hôtel Duranti-de Caulet s’élève à deux pas du quartier populaire des Clottes.

  • 44 Voir p. 33, note 7.
  • 45 Quand il achète la maison qu’il va faire rebâtir, 47 rue Pharaon, il est déjà propriétaire (...)

15En règle générale, ces demeures sont destinées au logement du commanditaire, de sa famille et son personnel domestique, mais il peut arriver qu’il cède temporairement les lieux à un autre occupant, tel Jean Georges de Caulet qui, après y avoir logé sa sœur, loue son hôtel à un beau-frère puis au prince de Condé44, ou, comme Antoine d’Aldéguier, qu’il destine la maison qu’on lui construit à la location, habitant ailleurs lui-même45.

  • 46 Voir annexe 2, p. 283.
  • 47 Nommément cités lors d’une assemblée des maîtres, tenue en 1601, dont la très grande major (...)
  • 48 Elle est sous la protection de saint Joseph et son siège est la chape lle Sainte-Radegonde (...)
  • 49 C’est ce que montre une enquête réalisée en 1674 : AMT, HH 100. Ils n’apparaissent pas non (...)

16La construction est alors régie par les statuts des maçons et tailleurs de pierre promulgués par les capitouls en 152446, dont sont rapidement devenus lettre morte les articles — 11, 12, 13, 14 et 3247 — soumettant ces artisans au contrôle municipal. Les statuts des charpentiers de 1600, réglementant seulement l’organisation de leur confrérie48, ne donnent aucune indication sur la pratique du métier ; on sait seulement qu’eux aussi échappent au contrôle des édiles49. Ainsi, le silence des archives de la ville, comme de celles des corps de métiers, nous prive de repères pour situer la carrière de chacun.

  • 50 Voir 4-5, 11 et 23.
  • 51 Voir 61.
  • 52 Voir 73.
  • 53 Exception faite pour Pierre Souffron à l’hôtel de Clary (31) et Claude Pacot à celui de La (...)

17Les statuts établissent la hiérarchie habituelle entre apprentis, compagnons et maîtres, mais ignorent la notion de maître d’œuvre. Si le nom de celui-ci apparaît au hasard de contrats passés avec les maçons ou les charpentiers, par exemple Pierre Souffron pour les hôtels de Caulet, de Maussac et de Clary50 , ou Pierre Levesville pour l’hôtel Comère51, il arrive aussi que ce nom soit systématiquement tu, ainsi pour l’hôtel de Lamotte où le bail à besogne avec le maçon fait constamment référence au « conducteur de l’ouvrage » sans le nommer jamais52. De fait nous sommes dans l’ignorance totale des relations établies entre maîtres d’œuvre et d’ouvrage : il n’existe pas un seul document, aucun devis, aucune quittance53 permettant d’apprécier les liens noués entre eux, ce qui occulte tout un pan de l’histoire de la construction.

  • 54 Sur Souffron, voir L. Hautecœur, Histoire de l’architecture classique…, t. 13, pp. 70-71, (...)
  • 55 Pour Souffron, voir pp. 33, 49, 93, pour Levesville, voir p. 211 : ce sont les propriétair (...)

18Le titre d’architecte, qui confère prestige et notoriété, désigne alors des hommes de l’art à la carrière ample et diverse, comme Pierre Souffron et Pierre Levesville, dont la réputation et l’œuvre débordent largement le cadre toulousain54. Ce même qualificatif, ignoré par les statuts du métier, est aussi celui que s’attribuent certains maîtres, soucieux de valoriser leur savoir-faire, tels Antoine Bachelier, Pierre Bouc, Pierre Monge, Claude Pacot ou Pierre Vidal, mais aucun des textes ci-dessous ne les désigne expressément comme maîtres d’œuvre des chantiers où ils interviennent ; rien n’indique non plus qu’ils occupent une position supérieure à celle des autres maîtres. Pour ceux-ci d’ailleurs, en l’absence de tout acte prouvant et datant l’accès à la maîtrise, on ne doit pas trop se fier au vocabulaire des contrats notariés, où le même individu est tantôt traité de maître tantôt non. Au total, les architectes — ceux que nous reconnaissons comme tels — sont peu sollicités par les propriétaires désireux de faire bâtir55, qui traitent de préférence directement avec les gens du métier.

  • 56 14, 44, 47, 69. À Paris, ce délai de garantie est alors de dix ans : J.-P. Ba belon, Demeu (...)

19Par le contrat qui le lie au commanditaire, l’entrepreneur s’engage toujours à exécuter sa tâche selon les règles de son art et dans les délais fixés, mais sa responsabilité, quant à la solidité du bâtiment, n’est engagée que pour l’année qui suit la réception des travaux56.

— Matériaux et mise en œuvre

  • 57 44, 58, 64 et 3E 5619, 1ère partie, 211 ro-212 vo.
  • 58 10, 47, 65, 74 et 3E 36, 2e partie, 298 vo, 3E 4864, 484 ro-485 ro, 3E 5482, 91 vo, 3E 625 (...)
  • 59 58 et 3E 36, 298 vo.
  • 60 10, 44, 47, 66, 74 et 3E 6240, 141 vo.
  • 61 44, 47. Sur ce bois du Salat, de qualité inférieure, voir P. Lebrun, Les us et coutumes de (...)
  • 62 Une ordonnance capitulaire de 1613 rappelle les dimensions réglementaires, à la vente, des (...)
  • 63 6, 9, 10, 44, 55, 74.
  • 64 Escalier (6, 9, 43, 44, 66), cloisons (9, 58), portes (6, 9, 37, 58, 61), menuiserie de fe (...)
  • 65 16, 58, 74.
  • 66 6, 9, 13, 44 et 3E 6230, 506 ro.
  • 67 6, 9, 13, 44, 47 et 3E 258, 1ère partie, 465 vo, 3E 5619, 1ère partie, 221 vo-223 vo, 3E 5 (...)
  • 68 6, 9, 44, 47, 58 et 3E 3173, 1ère partie, 327 vo, 3E 5619, 1ère partie, 221 vo-223 vo, 3E  (...)
  • 69 44, 58.
  • 70 56, 57 (petits planchers).
  • 71 Parmi les commanditaires, on trouve Michel Astorg, marchand (1601, au-devant de l’église d (...)
  • 72 Ainsi les maisons de Pierre Terrieux, marchand, 23 rue de la Trinité (1607 : 3E 4352, 269  (...)
  • 73 Ne sont pas exclues des reconstructions ultérieures, car on bâtit encore en pan de bois au (...)
  • 74 43, 44, 58, 65.

20Le bois d’œuvre vient des vallées pyrénéennes d’Aure57, de Barousse58, du Larboust59 et de la Garonne60, dont les productions sont préférées à celle du Salat61. Il est habituellement précisé qu’il doit être bien sec et « assaisonné », c’est-à-dire abattu et traité à la saison convenable, variable selon les essences. Tout un vocabulaire désigne les différentes pièces selon leurs dimensions ou leur mise en œuvre : aiguille, arbre, file, peal, pitron, razal, saumier, sole, travatel, etc.62. La principale essence utilisée est le sapin, qui fournit les plus grosses pièces de charpente63 mais se prête aussi bien à tous les autres usages64. Le chêne est employé pour des escaliers65, des portes intérieures ou extérieures66 et surtout les menuiseries des fenêtres67. Le noyer donne les plus belles portes, notamment les portes d’entrée68. Avec le hêtre, on tourne des barreaux pour rampes d’escalier69. Le bois blanc ne sert que très ponctuellement70. Les constructions en pan de bois ne sont pas rares et ne sont pas réservées aux classes populaires71 mais la plupart n’existent plus. Pour certaines, le doute demeure sur leur âge véritable car les documents sont trop imprécis pour qu’on y reconnaisse l’état actuel72; au moins sait-on qu’elles ne sont pas antérieures à cette époque73. On emploie aussi le pan de bois pour des façades sur cour74.

  • 75 44 et 3E 280, 406 vo-407 vo, 3E 644, 494 ro-495 ro, 3E 954, 526 ro-vo, 3E 974, 205 vo, 3E  (...)
  • 76 M. Labrousse, Toulouse antique des origines à l’établissement des Wisigoths, p. 259.
  • 77 9, 13, 18, 23, 30, 35, 51.
  • 78 5, 9, 13, 14, 33, 44, 47, 48, 58, 68, 73.
  • 79 4, 9, 11, 47, 48, 49, 72.
  • 80 7, 8, 14, 33, 58.
  • 81 14, 73.
  • 82 9, 14.
  • 83 35, 47.
  • 84 9, 13, 44, 74.
  • 85 4, 7, 8, 9, 38, 44, 47, 58, 73.
  • 86 44.
  • 87 44, 58.
  • 88 47.

21La pierre provient des environs de Roquefort et Mazères75, c’est-à-dire des proches petites Pyrénées dont les carrières, depuis l’Antiquité76, fournissent à la ville un calcaire aisément reconnaissable. Ce matériau coûteux est principalement réservé au décor des façades, employé seul77 ou, bien plus souvent, associé à la brique78 en des compositions caractéristiques. La pierre constitue aussi les plus beaux escaliers79. Elle fournit encore des éléments structurels indispensables : piliers soutenant les arcs des ouvertures de boutique80, consoles supportant cheminées81, galeries82 ou petites pièces en surplomb83, seuils de porte84, dés de fixation des gonds et verrous85, chasse-roues86, clés de voûte des fosses d’aisances87 qu’un anneau de fer permet de soulever « pour y entrer et les vuider»88.

  • 89 69.
  • 90 Voir plus bas, annexe 2, p. 291.
  • 91 H. Gra illot, Nicolas Bachelier imagier et maçon de Toulouse au xvie siècle, p. 277.
  • 92 3E 5537, no 258 : « la largeur de cinq paums ou environ qu’est deux thuilles et demye ».
  • 93 Hôtels de Caulet, 1601 (É. Vuillez, L’hôtel de Caulet, essai de datation, p. 44), de Chalv (...)
  • 94 P. Lebrun, Les us et coutumes…, pp. 50-51.
  • 95 P. Lebrun, Ibidem, p. 16.
  • 96 P. Lebrun, Ibidem, p. 51.
  • 97 Ce qui pourrait fausser le résultat de datations techniquement exactes, par analyse du car (...)

22Le matériau de construction est, par excellence, la brique. Sous toutes ses formes, aux murs, aux sols, aux toitures, elle est partout présente. Elle provient des tuileries établies dans les faubourgs, au nord, au sud et sur la rive gauche, les premières ayant apparemment meilleure réputation89. Les statuts des maçons interdisent aux tuiliers de livrer de la tuile mal cuite ou qui ne soit faite au moule de la ville, la qualité de leur production devant être vérifiée chaque mois par des maîtres maçons spécialement désignés90. Ils ne disent malheureusement rien de ce modèle auquel il faut se conformer mais il apparaît que les dimensions de celui-ci ont été modifiées dans la seconde moitié du xvie siècle puisqu’un document de 1548 donne à la brique une longueur de 1,5 pan (33,5 cm)91, un autre de 1606 celle d’environ 2 pans (45 cm)92; sur place on a pu constater la présence de briques de 39 cm de long et 4,5 cm d’épaisseur93, mesures si proches de celles qu’indique l’ingénieur Lebrun au milieu du xviiie siècle (42,15 cm x 27,74 cm x 4,91 cm94) qu’on peut à bon droit penser que toutes renvoient au même objet. D’ailleurs les largeurs de mur décroissantes notées par Lebrun95 sont exactement les mêmes que celles indiquées par nos documents : trente pouces de canne (84,30 cm) pour deux tuiles de pointe, tuile de pointe et demie, deux demi-tuiles, tuile de pointe, demi-tuile. Ses calculs afin de déterminer le nombre de briques nécessaires pour bâtir une canne carrée de muraille selon l’épaisseur de celle-ci96 permettent aussi de comprendre comment la brique est mise en œuvre : la demi-tuile est une brique entière posée en carreau, la tuile de pointe la même posée en boutisse, etc. La cohérence de ce système repose sur le rapport de la largeur à la longueur de la brique, très proche de 2 sur 3, seule proportion qui, dans le montage des murs, permet un rétrécissement régulier. Utiliser la brique comme unité de mesure dans les contrats ne signifie pas cependant que tous les murs sont intégralement bâtis de brique neuve et intacte car, tous les contrats le précisent, les vieux matériaux sont toujours remis en œuvre s’ils sont en état de servir, qu’il s’agisse de pierre, de brique ou de bois97.

  • 98 Dans tous les chantiers toulousains, la chaux employée alors vient de Cologne (9 et 3E 562 (...)
  • 99 Sorti du lit de la Garonne : 3E 5778, 1ère partie, 220 vo-221 ro, 3E 6259, 152 vo.
  • 100 Sur ce sujet, voir P. Lebrun, Ibidem, pp. 44-46, et G. Costa, « Briques apparentes et endu (...)
  • 101 3 pans : 38, 42 ; 5 pans : 44, 71 ; 6 pans : 5, 13.
  • 102 9, 10, 35, 47, 73.
  • 103 58.
  • 104 69.
  • 105 44.
  • 106 9.
  • 107 13.
  • 108 G. Costa, « Briques apparentes et enduits… », p. 117.
  • 109 Passage d’entrée (9), cage d’escalier (10), hotte et manteau de cheminée (47).
  • 110 44, 58.
  • 111 9.
  • 112 73.

23Dans les maçonneries, les assises sont liées au mortier « franc », fait de chaux98 et de sable99, ou au mortier « de terre rousse », mélange de terre et de sable100. Le premier sert pour les parties basses, les fondations et une certaine hauteur sur terre — de trois à six pans101, en général quatre102 —, voire le rez-de-chaussée103 et même toute l’élévation104 ou encore les encadrements des baies105; l’autre, moins coûteux, pour le surplus des murs. Le parement extérieur, principalement en façade sur la rue, est habituellement nu, les briques soigneusement jointoyées de mortier franc106. Ces joints sont quelquefois « pleins »107, c’est-à-dire affleurant le nu des briques, mais le plus souvent « coupés » : il s’agit alors de joints de lit creux chanfreinés qui dégagent l’arête horizontale inférieure de chaque brique. Ce dernier usage qui semble propre à la région et à l’époque108 traduit peut-être une préocupation esthétique — animer de jeux d’ombres les façades exposées au soleil — mais ce n’est pas certain, car on prévoit aussi ce type de joint pour des parements intérieurs109, et cela peut ne relever que d’un souci d’économie. Assez souvent le bas de ces murs est couvert d’un enduit de mortier franc sur une hauteur variable, de cinq pans à une canne110, afin de le protéger de l’humidité. Pour la même raison, les élévations soumises au mauvais temps sont entièrement enduites de même façon111. L’hôtel de Lamotte offre un cas particulier : sa façade sur la rue est entièrement enduite, ce qui ne se justifie guère puisqu’elle est refaite à neuf, alors que pour les parties anciennes conservées les joints doivent être refaits et la brique frottée « pour la faire devenir rouge»112.

  • 113 31, 35, 44 et 47, 58, 71.
  • 114 31, 44 et 47.
  • 115 47, 50, 51, 73.
  • 116 13.
  • 117 9, 39, 42, 44, 58, 65, 74.
  • 118 9.
  • 119 16, 43, 44.
  • 120 9, 44, 65.
  • 121 16.
  • 122 37, 58, 65, 74. « Le postam qui y sera employé sera junctat et reboutat et bien cloué, sur (...)
  • 123 34, 50, 59, 69.
  • 124 7, 10, 35, 39, 71.
  • 125 9, 22, 26, 42, 73.
  • 126 14, 44.
  • 127 58.

24Les murs intérieurs sont bâtis comme les murs extérieurs, mais d’une largeur moindre et diminuée aussi de bas en haut113. Ils ont en général pour fonction de supporter les cheminées qu’on y adosse114 ou de servir de murs de cage pour des escaliers en bois ou en pierre115. Les cloisons sont bâties plus légèrement, soit en « tuile debout»116, soit en pan de bois hourdé de brique — le massecanat117 —, de terre118 ou de torchis119, soit simplement en bois120,qui peut être mis en œuvre, semble-t-il, en pièces jointives, — le pal touquat121, ou renforcées par des couvre-joints — le chassilhat122. Les murs intérieurs sont généralement couverts d’un enduit123, habituellement un mortier de chaux et sable124, et parfois ensuite blanchis à la chaux125, à laquelle on peut ajouter de la colle126 « afin que les accoustrementz ne se gastent » comme nous l’apprend Jeanne Almeras qui, en maîtresse de maison économe et avisée, fait ainsi traiter toutes ses pièces à hauteur d’homme127.

  • 128 Le premier plancher de l’aile sud de l’hôtel de Clary doit être fait « de filles, sans sau (...)
  • 129 9, 10, 16, 29, 37, 43, 44, 52, 54, 55, 58, 65, 74.
  • 130 On peut aussi supprimer cet espace, les solives étant jointives (74), ce qui fera un planc (...)
  • 131 55.
  • 132 29.

25Tous les planchers sont à solives apparentes, posées, sauf exception128, sur de fortes poutres que, dans les belles pièces, un corps de moulures surmonte en adoucissement129. L’espace entre les solives130 — de trois quarts de pan, soit « tant plain que vuide », c’est-à-dire égal à la largeur des solives, jusqu’à deux pans — détermine la manière dont sera clouée dessus l’aire de planches : « au travers », perpendiculairement aux solives, quand cet espace est d’un pan ou davantage, « au long », parallèlement à celles-ci, quand il est tant plein que vide, ce qui est la manière « à la françoise»131. Au-dessus, une couche de terre permettra de poser un carrelage132.

  • 133 56.
  • 134 La cuisine de l’hôtel de Chalvet reçoit, en 1636, un pavé « double l’ung sur l’aultre, le (...)
  • 135 9, 14, 39, 44, 58, 73.
  • 136 14.
  • 137 44, 47, 58.
  • 138 44, 58 et 3E 5562, 1ère partie, 267 vo.

26Les pièces, en effet, sont toutes carrelées, ce qui est « l’usage ordinaire du pais »133, y compris les cuisines134 et les galetas135. Pour les principales, on utilise « la bonne tuille tailhée » qui peut être posée « à bâtons rompus»136 ou « à rang de faugère »137, c’est-à-dire en chevrons. Le passage d’entrée ou le couloir sont, eux, pavés de caillou138.

  • 139 6, 9, 13, 60.
  • 140 29, 74.
  • 141 P. Lebrun, Les us et coutumes…, pp. 9-10.
  • 142 6, 9, 13, 16, 74.
  • 143 16 : « n’y mettre de piedz droictz et par ce moyen le gallata sera libre ».
  • 144 6, 16, 58.
  • 145 9, 37, 44, 65, 74.
  • 146 6, 9, 13, 16, 37, 44, 52, 54, 58, 65, 74.
  • 147 10, 37, 44, 52, 54, 58, 65.
  • 148 1. Ce toit n’existe plus.
  • 149 Quatre sont signalés par nos documents (9, 10, 74) mais aucun n’existe : deux ont été démo (...)
  • 150 3E 41, 2e registre, 292 ro.
  • 151 3E 6267, 1ère partie, 401 vo.
  • 152 Plan de la ville de Tholose gravé par Melchior Tavernier en 1631, autre plan anonyme datab (...)
  • 153 3 , 9, 10, 74. En l’a bsence de contrats d’achat, on peut penser que cette ardoise provien (...)
  • 154 10.
  • 155 10.
  • 156 16, 58.
  • 157 9, 10, 31, 44, 47.

27Les charpentes sont en général d’une grande simplicité. Les corps de bâtiment sont couverts de toits à deux versants. Les toits en appentis sont employés quand le corps n’est pas très profond139 ou par souci du voisinage140, l’égout des eaux d’un fonds sur le voisin étant réglementé et immuable141. L’usage des fermes n’est pas de rigueur dans les constructions qui ne sont pas très larges142, sablières, pannes et faîtages reposant alors sur les murs latéraux, ce qui libère l’espace du comble143. Ce volume sous le toit gagne encore en hauteur par la pratique courante du comble à surcroît, que l’on trouve aussi bien dans des maisons144 que dans des hôtels145. Toutes les toitures sont largement débordantes, avec les lattis des avant-toits particulièrement soignés146 et les chevrons terminés en quart-de-rond147. Dans quelques hôtels, certaines parties ont des couvertures plus savantes, suivant une mode importée : toit en pavillon « en fasson de France»148 ou dôme149. Ce dernier et la tour qu’il abrite sont un symbole de noblesse auquel n’est pas insensible Pierre Comère qui, par testament, autorise le fils auquel il lègue la partie noble de son hôtel à faire bâtir sur l’escalier du logis « ung dôme ou tour et de la hauteur que voudra»150; à l’hôtel Le Masuyer, le grand escalier est dans une tour151 couverte d’un dôme aisément reconnaissable sur les vues cavalières du xviie siècle152. Ces signes extérieurs de qualité se démarquent par leur matériau de couverture, l’ardoise153, qui signale un « couvert faict à la françoize»154. Mais ce même matériau peut couvrir les structures bassement utiles que sont la tour des « privés » à l’hôtel de Maussac155 ou, ailleurs, les galeries menant à ces mêmes lieux de nécessité156. À ces exceptions près, quelle que soit la qualité architecturale des lieux, le matériau de couverture est la tuile canal157.

— Distribution et décor

  • 158 6, 58.
  • 159 39, 42, 73.
  • 160 47, 65.
  • 161 2, 4, 9, 10, 20, 28, 56, 71.

28Sauf la plus petite, celle du potier d’étain Reynaud, toute les demeures disposent d’espaces libres. C’est, au minimum, une petite cour disposée à l’arrière158 ; sur une parcelle un peu plus vaste, elle se trouve entre les deux corps de logis159. Dans une organisation plus élaborée, on trouve deux cours successives, la seconde étant nettement une cour de service160 , alors même que le terme « basse cour » désigne toujours la cour principale. Quelques hôtels établis sur les plus grandes parcelles ont un jardin à l’arrière161, où se trouvent éventuellement des bâtiments de dépendance ; seul l’hôtel Duranti-de Caulet est un véritable hôtel entre cour et jardin. C’est habituellement dans la cour ou le jardin qu’est creusé le puits qui assure l’alimentation domestique en eau : il ne reste plus que celui de la maison d’Aldéguier.

  • 162 10, 37, 62.
  • 163 40, 42, 44.
  • 164 10, 14, 73.
  • 165 14.
  • 166 44 (corps à l’arrière détruit).
  • 167 Signalée par J. Chalande, Histoire des rues…, t. 2, p. 102.

29Dans les cours, les galeries de circulation sont en bois162, en pan de bois163 ou en maçonnerie164. Un petit toit en appentis les protègent en général et parfois, pour les mettre tout à fait à l’abri, on les ferme de menuiserie165 ou d’un mur en pan de bois percé de croisées166, ce qui en fait un véritable petit corps d’habitation en encorbellement. Toutes ont disparu, sauf celles de la maison d’Aldéguier, mais il en existe une autre, non datée jusqu’ici, dans une arrière-cour du no 7 de la rue des Arts167, élégante maçonnerie de brique portée par des arcs sur consoles de pierre, qui permet de se représenter à peu près la cour de la maison Comère ou de l’hôtel de Lamotte autrefois.

  • 168 58. Dans la « petite maison » qui constitue la moitié sud du corps sur la rue de l’hôtel d (...)
  • 169 54.
  • 170 44 : il s’agit du vieil escalier placé dans l’angle sud-ouest de la première cour, dont la (...)
  • 171 40, 43.
  • 172 G. Ahlsell de Toulza, L. Peyrusse, B. Tollon, Hôtels et demeures…, pp. 92-93.
  • 173 23, 30, 47, 48, 49, 55, note 20, 71, 72.
  • 174 4, 5 (en plus de ces tours d’escaliers, le corps de logis possède un degré à repos), 11 (c (...)
  • 175 55.
  • 176 58.
  • 177 37, 74.
  • 178 Dans cet hôtel un autre escalier de service, extérieur, dessert, du côté du jardin, tous l (...)

30La typologie de l’escalier se définit par son matériau, sa forme et son emplacement. Les demeures les plus simples ont un escalier en bois, en vis, au fond du couloir d’entrée168; pour distribuer deux ailes, il se trouve à l’angle de celles-ci, à l’intérieur169 ou à l’extérieur170 ; si la maison est à deux corps parallèles, il est placé dans la cour et des galeries en surplomb relient les étages des deux bâtiments171: ce système connaît son aboutissement logique à la maison d’Aldéguier où l’escalier est à l’abri dans le corps de derrière, de robustes galeries de bois faisant la liaison avec le corps de devant172. L’escalier à repos, en pierre, ne se trouve que dans les hôtels les plus riches173, où ce matériau autorise une profusion ornementale que ne se refuse pas le président de Clary ; il est dommage que son escalier ait disparu… La tour scaligère, enfin, conserve son prestige dans certains hôtels174. Dans toutes ces demeures, de la plus modeste à la plus somptueuse, l’escalier principal dessert tous les niveaux, jusqu’à l’étage de comble éventuellement, mais les caves, sauf exception175, ont d’autres accès, très rustiques176, simples « degrés à loque»177 qui s’apparentent aux échelles de meunier. Le grand escalier est éventuellement doublé d’un escalier de service, par exemple à l’hôtel de Maussac où les circulations sont clairement établies : du côté sud de la cour, les maîtres disposent du grand escalier qui mène d’une part au corps de logis d’autre part à la galerie à garde-corps en fer forgé conduisant à la grande galerie, pièce d’apparat à l’étage du corps sur la rue, du côté nord, les serviteurs ont le vieil escalier et les galeries de bois distribuant logis et galerie178.

  • 179 10.
  • 180 65.

31Dans quelques hôtels, les toitures sont équipées des chéneaux et tuyaux de descente nécessaires à l’évacuation des eaux de pluie ; à l’hôtel de Maussac, aux extrémités de la façade sur la rue, l’eau doit être rejetée par deux gargouilles « à façon de muffles»179. Dans les autres demeures, la forte saillie des avant-toits — de quatre à cinq pans180 — préserve des ruissellements les maçonneries… sinon les passants.

  • 181 9, 58 et 3E 5562, 1ère partie, 267 vo.
  • 182 3E 2274, 2e partie, 326 ro-vo, 3E 6205, 403 vo, 3E 7204, 125 ro-vo.
  • 183 9, 10 et 3E 5562, 1ère partie, 267 vo, 3E 2274, 2e partie, 326 ro-vo.
  • 184 9, 44, 58 et 3E 5562, 1ère partie, 267 vo.

32Dans les cours, pavées de caillou181 ou de pierre182, on ménage si possible une pente légère qui facilite l’écoulement des eaux du côté de la rue183 dans laquelle un caniveau les déverse184.

  • 185 28, 44, 58, 73.
  • 186 9, 14, 47.
  • 187 13, 44, 73, 74.
  • 188 14, 39, 43, 58, 62.
  • 189 10.
  • 190 47 : le cabinet sur trompe que l’on voit encore dans l’angle de la cour de cet hôtel était (...)
  • 191 44.

33Toutes les demeures sont équipées de lieux d’aisances pour lesquels sont creusées des fosses voûtées sous les bâtiments185 ou au dehors186. Les lieux même sont aménagés dans un coin du logis187 ou placés à l’extérieur et reliés à l’habitation par de petites galeries188, ou encore logés dans une tour189 ou dans un réduit construit en surplomb190, voire un petit corps enjambant une ruelle191.

  • 192 47, 58.
  • 193 6, 9, 37, 55.
  • 194 6, 9 (corps de logis et corps de la cuisine), 14, 44 (corps sur la rue), 47 (aile sud), 58(...)
  • 195 9, 14, 39, 44, 58, 73.
  • 196 44 (corps sur la rue), 73 (corps de derrière).
  • 197 Jeanne Almeras y fait aménager un bûcher : 58.

34Partout, les logis reposent sur des caves, voûtées en général, dont la fonction semble être le stockage du vin192. À l’opposé, la plupart disposent de greniers, galettas ou garlandatz occupant le comble. L’utilité de ces espaces élevés n’est pas clairement précisée : ils sont habitables — les murs goutterreaux y ont neuf pans de haut ou davantage193 et sont percés de baies194, leurs sols sont carrelés195 et, si l’on n’y mentionne jamais de cheminée, on y trouve, dans certains hôtels, des lieux d’aisances196. Il faut donc les considérer comme des lieux servant à emmagasiner des produits nécessaires à la vie domestique197 et, parfois, à loger des serviteurs.

  • 198 6, 16, 58, 65, 69.
  • 199 Deux porte sont prévues à la boutique de Jean Guérin (6) dont la baie est exceptionnelleme (...)
  • 200 6, 65.
  • 201 6. Cette traverse (« singlon pour tenir les tampes » : 3E 1522, 162 ro) existe encore à l’ (...)
  • 202 6, 16, 58, 65.
  • 203 7, 8.
  • 204 16, 58.
  • 205 65.
  • 206 3E 6350, 2e partie, 198 ro-vo, 3E 7333, 3e partie, 163 ro.

35La boutique se signale par la grande baie couverte d’un arc qui est son unique ouverture sur la rue. La partie basse de celle-ci est fermée par les étaux198 entre lesquels s’ouvrent une ou deux petites portes selon la largeur de la baie199. Au-dessus des étaux, des panneaux amovibles, maintenus à l’arrière par une ou des barres200, obturent l’espace jusqu’à la traverse d’imposte201 qui assure la rigidité de l’ensemble, la partie haute de l’arcade restant libre ou non. À l’extérieur, un auvent202, porté sur des consoles, garantit la baie des intempéries. Tout ce système de fermeture et de protection est en bois, sauf les étaux qui peuvent être en maçonnerie203. Ces pièces sont dépourvues de cheminée. Le plafond y est constitué de pièces simplement équarries204, ou, à l’inverse, richement fait à la française205. Le souci du décor peut même aller jusqu’à faire peindre toute la pièce206.

  • 207 9.
  • 208 35, 47.
  • 209 14, 44, 58.
  • 210 7, 14, 58. Les deux oculi de pierre que l’on voit à la façade de la maison d’Aldéguier dev (...)
  • 211 44, 58.
  • 212 58.
  • 213 47.

36Dans l’architecture noble, le cabinet est une petite pièce annexe de la chambre, conçue avec un soin particulier, éclairée par plusieurs baies, isolée dans une tour207 ou un petit corps en surplomb208. Dans les maisons plus modestes, c’est un espace délimité par des cloisons dans l’angle d’une salle ou chambre209, éclairé en façade par un « fenestron », « veue » ou « auvale»210. Les pupitres et les rayonnages que l’on y installe parfois211 destinent cet endroit au rangement de papiers et de livres, que l’on peut tenir sous clef212. Ce peut même devenir un véritable coffre-fort avec ses fenêtres grillées et sa porte de fer213.

  • 214 3E 6267, 1ère partie, 401 vo.
  • 215 Cette chapelle reste cependant en bon état et, en 1696, le fils de Gilles Le Masuyer obtie (...)

37Seul l’hôtel Le Masuyer est pourvu d’une chapelle domestique « quy est sur le grand escalier », à l’un des étages supérieurs de la tour214. Son usage, pour lequel ce premier président au parlement a obtenu autorisation de l’Église, cesse après sa mort en 1631215.

  • 216 10, 23, 31, 50, 55.
  • 217 9.
  • 218 10 , 23 , 29 , 30 . À l’hôtel Comère, les galeries ont une autre utilité puisque l’on doit (...)
  • 219 9, 58 et 3E 11985.
  • 220 3E 945, 3e partie, 101 vo.

38Réservées aux plus riches demeures, les galeries sont, en rez-de-chaussée, des espaces ouverts le long de la cour216 ou du jardin217, servant de promenoir à couvert. Au bel étage des hôtels de Maussac et de Clary218, ce sont de grandes pièces qu’il faut supposer d’apparat, selon les canons de la mode, mais sur lesquelles les informations font cruellement défaut. Enfin, au dernier niveau, dans la maison comme dans l’hôtel, la galerie est une pièce étroite et longue, en façade sur la rue ou la cour219, dont l’usage n’est pas clairement indiqué : en certain cas, on peut y étendre le linge220.

  • 221 À l’hôtel de Chalvet, celles du grenier le sont aussi, avec du vieux verre récupéré des dé (...)
  • 222 9, 10, 13, 44, 47, 58.
  • 223 Il vient du verre à vitre de Lorraine (3E 28520, 555 ro) ainsi que de Lyon et, en 1614, un (...)
  • 224 3E 5317, 477 vo, 3E 5469, 147 ro.
  • 225 3E 2928 bis, no 119.

39Même si le fait n’est pas systématiquement mentionné, les fenêtres, au moins celles des étages d’habitation221, sont garnies de vitres222. Il s’agit sans doute de verre blanc de plus ou moins bonne qualité, dont l’origine n’est jamais donnée223; parfois le peintre vitrier y ajoute des « images»224, par exemple des figures de saints225.

  • 226 10.
  • 227 Qui n’est pas décrit quand il figure sur le dessin (perdu) joint au bail à besogne (4, 73)
  • 228 Certaines y sont équipées d’un four et de petits placards ménagés dans les piédroits : 26, (...)
  • 229 26.
  • 230 Sauf à l’hôtel de Maussac où l’on remploie dans la salle une cheminée en pierre : 9.
  • 231 13, 32 note marginale.
  • 232 13, 31, 47, 73.
  • 233 4, 47 et 3E 980, 74 ro-vo.
  • 234 9, 14, 26, 39, 42, 44, 58.
  • 235 14, 46.
  • 236 47.
  • 237 46.
  • 238 Leur attribution à Pierre Monge pour la première et à Arthur Legoust pour la seconde (L’âg (...)

40On peut s’étonner que le contrat pour la construction de la galerie de l’hôtel de Maussac n’y prévoit pas de cheminée226, car celles-ci constituent en général un élément important non seulement de confort mais aussi de décor227. On les trouve dans toutes les pièces, les cuisines228, les salles, les chambres, les antichambres et même les garde-robes229. Toutes sont en brique230, avec éventuellement des revêtements de bois231, de plâtre232 ou de marbre233 pour les plus riches. Le décor se développe sur le manteau : il comprend pilastres, colonnes ou termes pour les piédroits, frise et corniche pour le couvrement234. Parfois la hotte est aussi chargée d’ornements235 et d’un cadre destiné à un tableau236. L’une des plus belles sans doute est celle qui est placée dans la « principalle salle » du corps sur la rue de l’hôtel de Chalvet, qui est « de dix pams dans œuvre et de la haulteur de l’ung à aultre des deux planchers de la maison (…), la tailhe de laquelle chaminée sera en pilhastre, avec la basse dourique, chapiteau, architrave, corniche, avec ung terme de chacun cousté, ung chapiteau iouanique et une ovale au milieu de la pente revestie d’ung cadre et quatre branches une par le dessoubz de chacung cousté et l’aultre dessus de chacung cousté, avec une corniche de cinq filades dessoubz la travaison»237. Seules subsistent une cheminée, à statues de stuc, de l’hôtel de Maleprade, et, dans la demeure remaniée de 1609 à 1616 pour François de Clary et son épouse, celle de la salle, dont la hotte est chargée d’un décor que l’on date de cette campagne, toutes deux œuvres qu’aucun document ne permet d’attribuer en toute certitude238. L’évolution des goûts et des modes qui a fait disparaître ces éléments décoratifs n’a pas épargné peintures et tapisseries.

  • 239 29.
  • 240 Il n’en subsiste rien, apparemment, cette pièce ayant été divisée et recloisonnée. Le plaf (...)
  • 241 Jean Vergès exécute, en 1610, pour Guillaume Jullia, docteur et avocat au parlement, rue d (...)

41Il est très vraisemblable que, comme prévu239, le plafond de la galerie de l’hôtel de Clary est alors peint240, car ce genre de travail est assez répandu, comme le montrent plusieurs mentions qui concernent des maisons disparues. Le décor peint peut aussi s’étendre aux menuiseries des portes et fenêtres, à la cheminée ou même à tous les murs de la pièce241. Dans ce dernier cas on peut penser qu’il s’agit de réaliser un ensemble d’un prix abordable en lieu et place de tapisseries qui ne sont pas à la portée de toutes les bourses.

  • 242 J. Lestrade, « Vente de tapisseries à F. de Chalvet », Rev. hist. Toulouse, t. 8, 1921, p. (...)
  • 243 3E 2818, 259 vo-260 vo. Le contrat d’achat passé le 28 décembre 1621 chez le notaire Franç (...)
  • 244 G. Bernet, « Les comptes de François de Clary et les tapisseries de son hôtel », L’Auta, n(...)
  • 245 Autres acquéreurs de tapisseries : Pierre Papus, conseiller au parlement (3E 4539, 1ère pa (...)
  • 246 3E 6070, 1ère partie, 210 ro-vo.
  • 247 3E 4357, 336 ro-vo, 3E 1511, 164 vo-165 ro, 3E 1641, 428 ro-vo.
  • 248 3E 7611, 3e partie, 167 ro-168 ro, 3E 967, 388 ro-vo.
  • 249 3E 6932, 483 vo-484 ro. Les neuf pièces de tapisserie qu’achète le marchand Pierre Fondeyr (...)
  • 250 On trouve ainsi Philippe Mercier (3E 4729, 2e partie, 229 ro, 3E 3294, 305 ro), son fils J (...)
  • 251 « Puys les saumiers du planchier fins au carreau » (3E 4124, 850 ro). Les plafonds sont éq (...)
  • 252 Histoire de David (3E 2440, 34 ro-35 vo), de Salomon (3E 7425, 676 vo-677 vo), de Joseph ( (...)
  • 253 Enlèvement d’Hélène et Destruction de Troie (3E 6249, 357 ro), Jugement de Pâris (3E 2467, (...)
  • 254 Chasse des éléphants, du renard (3E 6047, 2e partie, 24 vo-25 ro), du canard, du lion (3E  (...)
  • 255 3E 6348, 2e partie, 385 ro.
  • 256 3E 6598, 117 vo-118 ro.
  • 257 3E 3294, 304 vo-306 ro, 3E 25, 1ère partie, 12 vo.
  • 258 3E 6932, 483 vo-484 ro, 3E 7611, 3e partie, 167 ro.
  • 259 Celles de Pierre Ariste (3E 357, 1ère partie, 447 ro) et Pierre Dalas (3E 5490, 261 vo, 3E (...)
  • 260 3E 4733, 237 ro, 3E 282, 142 ro, 3E 287, 229 ro.

42Ces luxueuses tentures ne peuvent séduire que des amateurs fortunés et, apparemment, seul le milieu parlementaire a les moyens de se les offrir : les hôtels de Chalvet242, Le Masuyer243 et de Clary244, par exemple, en sont décorés, le premier pour 900 livres, le dernier pour 1 680 livres245. Des prix aussi élevés justifient qu’on se transmette ces pièces de génération en génération246, qu’on prenne soin de les faire réparer247, ou qu’on se contente d’en acheter d’occasion248. Les neuves s’acquièrent auprès d’un marchand qui en fait commerce comme de n’importe quel autre produit249, mais surtout auprès des spécialistes qui dominent ici ce marché et sont des marchands et tapissiers marchois250. Les vastes « tentes » qu’ils fournissent, destinées à recouvrir de haut en bas251 tous les murs d’une pièce, en général la salle principale, représentent des scènes bibliques252 ou mythologiques253, des Chasses254, des Bergeries255 ou les Signes du Zodiaque256, et sont parfois personnalisées par l’adjonction des armoiries du commanditaire257. Quelques-uns préfèrent les tapisseries des Flandres, achetées à des intermédiaires258, ou s’en tiennent à des créations toulousaines259. Les cuirs dorés, utilisés aux mêmes fins, sont une autre production locale, dont le goût vient d’Espagne et qui connaît alors une certaine vogue260.

— Une architecture de maçons

43Si les documents nous renseignent plus ou moins précisément sur la structure des édifices, ils ne livrent pas autant de détails sur leur apparence extérieure qu’une enquête de visu.

  • 261 On peut supposer que Mausssac pensait acquérir le terrain contigu pour y faire élever une (...)
  • 262 50.

44Il convient de mettre à part l’hôtel de Clary dont la façade, par son matériau — qui lui a valu son surnom d’« hôtel de pierre » —, sa composition rigoureusement symétrique, scandée de pilastres colossaux d’ordre corinthien, l’abondance de son décor sculpté, constitue un manifeste du classicisme français unique ici. Celle de l’hôtel de Maussac, obéit, dans un registre beaucoup plus sobre, aux mêmes principes, du moins dans sa conception primitive car l’adjonction d’une aile gauche en 1638 en a rompu la symétrie261. Partout ailleurs ce qui prédomine est une économe simplicité : dans la composition des façades, indifférente à l’ordonnance et à la symétrie, où aucun relief n’anime la surface ni ne marque niveaux et travées ; dans le décor, qui se concentre dans les baies, où il se réduit, en la plupart des cas, en l’alternance de brique et de pierre aux encadrements, seulement moulurés ou taillés en pointe de diamant, ce qui fait de l’effet à moindre coût. Les seuls éléments sculptés sont les meneaux et croisillons — disparus presque partout — et les consoles supportant les entablements ou les frontons des portes et portails. La corniche qui couronne toutes les façades, sauf les plus modestes, est constituée de plusieurs assises de briques sans supports ou à denticules, cette dernière définie comme « une corniche à consolles bien travaillée, lesd. consolles tant plain que vuide »262. Cette simplification des programmes peut s’expliquer par le fait qu’il s’agit, pour l’essentiel, d’œuvres de maçons, rompus aux technique du métier mais peu soucieux — et les commanditaires avec eux — ni capables de recherches et d’inventions formelles.

  • 263 À Paris, elle n’est plus au goût du jour : J.-P. Babelon, Demeures parisiennes…, p. 78.
  • 264 P. Mesplé, « Les mirandes toulousaines », L’Auta, no 354, 1968, pp. 38-42.
  • 265 3E 3170, 2e partie, 214 ro: « ung gallerie, sive mirande, ouverte de tous les quatre coust (...)
  • 266 9.
  • 267 14.
  • 268 En 1647, la façade est de la maison Dupont (16 place du Salin) est reconstruite avec sous (...)

45En même temps qu’un conservatisme bien provincial s’attache à des formules maintenant vieillies, telles justement que la croisée en pierre, partout présente263, ou la tour d’escalier, l’époque cependant engendre une nouveauté, la série de petites baies en arc plein cintre qui, dans les maisons comme dans les hôtels, éclaire, au dernier niveau, le grenier ou la galerie haute. L’usage est d’en percer le plus possible dans la largeur de la façade, sans souci de la disposition des fenêtres des étages inférieurs. Les documents les nomment, d’après leur forme, « arvoutz » ou « arquades » et ne précisent pas s’il s’agit de baies libres ou non ni quelle est leur utilité. On les appelle aujourd’hui mirandes264 par glissement de sens, car ce terme désigne, au début du xviie siècle, au sommet d’un escalier, une petite pièce éclairée de tous côtés265, telle qu’on peut l’observer encore à la tour de l’hôtel de Maussac. Sans s’attarder à ce problème sémantique, on constate que la mode de ce type d’ouverture est connue dès les premières années du siècle — Jacques de Maussac opte pour ces petits « arvoutz » en 1606266 mais les frères Comère, à la même date, leur préfèrent des fenêtres bâtardes267 — et s’installe vite : on les voit aux maisons d’Aldéguier, Cheminée, Martin et Béduer, de 1609 à 1612, à la maison Almeras et à l’hôtel Comère en 1623 et 1624 ; leur vogue va se poursuivre au moins jusque vers le milieu du siècle268, ensuite les exemples précisément datés manquent.

46Encadrements de baies en pierre et brique, mirandes et corniches à denticules sont caractéristiques des constructions de cette époque. Les documents ici rassemblés fournissent, outre des précisions utiles sur l’histoire propre de chacune de ces demeures, des repères chronologiques sûrs pour ces topiques de l’architecture toulousaine du xviie siècle.

Notes

1 J. Chalande, Histoire des rues de Toulouse, J. de Lahondès, Les monuments de Toulouse, P.Mesplé, Vieux hôtels de Toulouse, R. Mesuret, Évocation du vieux Toulouse, G. Ahlsell de Toulza, L. Peyrusse, B. Tollon, Hôtels et demeures de Toulouse et du Midi toulousain.

2 C. Douais, « L’art à Toulouse. Matériaux pour servir à son histoire du quinzième au dix-huitième siècle », Rev. Pyrénées, t. 12, 1900, pp. 329-349, 465-485, t. 13, 1901, pp. 68-80, 584-612, t. 14, 1902, pp. 261-283, 631-649, t. 15, 1903, pp. 176-188, 428-446, 529-547, publie des actes intéressant quelques demeures du xvie siècle mais un seul, de 1610, relatif à une façade de la rue Vélane (no 3 : J. Chalande, Histoire des rues…, t. 2, p. 158 ; voir plus bas, p. 269) qui a été reconstruite au xixe siècle. J. Lestrade, « Histoire de l’art à Toulouse : nouvelle série de baux à besogne », Bull. Soc. archéol. Midi France, no 36, 1905-1906, pp. 526-542, no 37, 1906-1907, pp. 19- 29, ne concerne auc une maison de la ville. Quelques documents concernant l’hôtel de Clary ont été publiés il y a plus de vingt ans : voir 20, 22, 23, 24, 27, 29, 30.

3 Voir L’âge d’or de la sculpture. Artistes toulousains du xviie siècle, et J. Penent, Le temps du caravagisme. La peinture de Toulouse et du Languedoc de 1590 à 1650.

4 G. Costa, « L’œuvre de Pierre Souffron au Pont Neuf de Toulouse », Mém. Soc. archéol. Midi France, t. 60, 2000, pp. 155-176.

5 G. Costa, « Pierre Levesville. L’œuvre d’un architecte orléanais dans le Midi de la France pendant le premier tiers du xviie siècle », 96e Congrès nat. Soc. sav., Toulouse 1971, Archéologie et Histoire de l’Art, t. 2, pp. 313-377.

6 L’âge d’or de la sculpture…, pp. 23-24.

7 C. Bourdieu-Weiss, « Un architecte toulousain du xviie siècle : Claude Pacot », Ann. Midi, t. 113, no 234, 2001, pp. 157-170.

8 La thèse récente et inédite d’A. de Beauregard, Parlement de Toulouse : la société parlementaire au grand siècle, les expressions profanes de la commande privée (de 1610 à 1680 principalement), fait état de nombreux dépouillements dans le fonds notarial toulousain ; concernant l’architecture, est publié parmi les pièces justificatives, pp. 706-707, le contrat de construction d’un corps de bâtiment, par Dominique Capmartin, pour l’hôtel de Jean de Mansencal, conseiller au parlement (3 rue Pierre-de-Fermat), de 1624.

9 Par exemple, pour Paris, par J.-P. Babelon, Demeures parisiennes sous Henri IV et Louis XIII, et M. Le Moël, L’architecture privée à Paris au Grand Siècle, ou, pour Montpellier, par B. Sournia et J.-L. Vayssettes, Montpellier : la demeure classique. Cependant tous les marchés de construction ne se passent pas devant notaire : certains prennent la forme d’actes sous seing privé (voir p. 137, note 1), d’autres de simples ententes verbales (3E 38, 2e partie, 339 ro, 3E 3327, 862 vo), procédés qui nous privent d’une bonne part d’informations (voir p. 89, p. 218, note 40, p. 227, note 56, p. 241, note 10). C’est le cas, par exemple, de la demeure de François de Ricardy (18 rue de la Bourse et 2 rue Temponières : AMT, CC 49-1, 116 vo), dont ne subsiste qu’un bel escalier portant la date « 1609 » : les bâtiments qu’elle remplace sont détruits en 1607 (3E 6932, 301 vo-302 ro), elle sert ensuite de modèle, pour d’autres maisons aujourd’hui disparues, en 1608 (3E 2907, 1ère partie, 79 ro-vo, 3E 5564, 1ère partie, 256 vo), 1613 (3E 3330, 39 vo-40 ro) et 1616 (3E 2276, 43 vo- 44 ro), mais on ne possède à son sujet qu’un bail à besogne de mai 1607 concernant une façade sur cour et des aménagements intérieurs (3E 6932, 312 ro-314 vo). Rien ne permet de savoir si les contrats pour sa construction sont perdus ou n’ont jamais existé.

10 Quatre registres n’ont pu être consultés, en raison de leur trop mauvais état (3E 246, 3E 3212, 3E 4126) ou de leur disparition (3E 2219 bis).

11 Par exemple 1 à 5, 36, p. 253, note 18, et aussi 3E 759, 24 ro, 26 ro, 3E 1723, 3 ro, 3E 1917, 1ère partie, 72 vo, 3E 2445, 2e partie, 42 ro, 59 ro, 229 vo, 3E 3057, 577 ro, 3E 3141, 282 vo, 295 ro, 375 vo, 417 ro, 522 vo, 3E 3142, 348 ro, 498 ro, 643 vo, 3E 3147, 1ère partie, 503 ro, 3E 3151, 1ère partie, 30 vo, 35 vo, 41 vo, 210 vo, 372 vo, 3E 3152, 1ère partie, 359 ro, 3E 3171, 1ère partie, 203 vo, 3E 3293, 234 vo, 3E 3322, 653 ro, 3E 3326, 107 vo, 257 ro, 3E 3327, 265 ro, 3E 3334, 83 vo, 3E 3476, 364 vo, 3E 3534, 1ère partie, 4 ro, 3E 4354, 36 ro, 57 vo, 72 vo, 3E 4537, 2e partie, 248 ro, 3E 4588, 216 vo, 3E 4593, 261 vo, 3E 4736, 572 ro, 3E 4737, 31 ro, 144 ro, 251 vo, 3E 4739, 150 ro, 3E 4763, 1ère partie, 12 ro, 3E 5309, 127 ro, 540 ro, 3E 5310, 31 vo, 32 vo, 33 ro, 535 vo, 581 ro, 3E 5323, 38 ro, 3E 5696, 1ère partie, 24 ro, 3E 5704, 2e partie, 29 ro, 56 ro, 3E 5770, 431 vo, 497 vo, 651 vo, 720 ro, 3E 5771, 1ère partie, 444 ro, 3E 5772, 553 ro, 3E 5773, 122 vo, 210 ro, 255 vo, 3E 6033, 539 vo, 820 vo, 3E 6040, 136 vo, 162 ro, 3E 6042, 1ère partie, 288 vo, 2e partie, 379 ro, 3E 6048, 1ère partie, 133 ro, 3E 6512, 192 ro, 3E 6599, 2 ro, 3E 6600, 10 ro, 23 ro, 3E 6603, 251 vo, 321 ro, 3E 6604, 230 ro, 3E 6799, 197 ro, 3E 6800, 215 ro, 350 ro, 738 vo, 3E 6935, 518 vo, 3E 7203, 90 ro, 117 vo, 3E 7390, 264 ro, 3E 7550, 2e partie, 33 ro, 3E 7552, 2e partie, 127 ro, 3E 7557, 1ère partie, 340 vo, 3E 7674, 64 vo, 3E 7678, 434 vo, 3E 7679, 95 ro, 224 vo, 3E 7680, 22 ro, 192 ro, 201 ro, 3E 11101, 134 ro, 3E 28504, 2e partie, 198 ro, 3E 28527, 117 vo, etc. Les liasses signalées par ces références n’existent plus.

12 C’est le cas des documents 13, 14, 35, 73, 74. Certains notaires rassemblent leurs actes originaux en recueils factices, par exemple 3E 7432, dont la couverture porte l’indication « Toron originaux 1605/et 1607 », ou 3E 28536, intitulé « Registre des liasses de me Aymeric Deyrat des années 1628/1629/1630/et 1631 ».

13 Voir p. 49, note 4, p. 77, note 7, p. 119, note 4, p. 145, note 4, p. 199, note 36, p. 253, n. 18.

14 55. L’original a en principe plus de force probatoire, comme l’indique la note mise en marge d’un acte annulé par les croix qui en barrent chaque page : « cest acte (…) ne sert de rien parce que le vray original est à la liasse » (3E 2444, 1ère partie, 277 vo), liasse et « vray original » étant en l’occurrence aujourd’hui perdus.

15 3E 4443.

16 3E 4404 et suiv.

17 3E 4401.

18 3E 3277, 1 ro: « C’est le premier registre des cèdes et protecolles de moy Jean Dinet, commencé au nom de Jésus et de sa saincte mère le cinquiesme jour du mois de juin mil six cens vingt et un ». Le dernier acte de ce registre, inachevé et non signé, est du 15 janvier 1623 : Dinet est sans doute mort peu après.

19 3E 6039, 587 vo, 3E 5774, 1ère partie, 494 ro.

20 3E 760, 1ère partie, 60 vo-63 ro.

21 Par exemple Pierre Valette, qui vend son office en février 1608 (3E 3142, 26 ro), Guillaume Trinquier, qui fait de même en juin 1610 (3E 3478, 1ère partie, 346 vo-348 ro), ou Pierre Pons, qui exerce sa charge depuis novembre 1620 au moins (3E 4910, 421 ro-vo) et meurt avant le 3 février 1623 (3E 5574, 1ère partie, 57 vo-60 vo), et Alexandre Ucay, qui officie à partir de mars 1627 et décède avant le 14 mars 1629 (3E 4764, 515 vo-517 ro). Cette liste n’est pas exhaustive.

22 3E 14502 : ce document a été utilisé par C. Tournier, Toulouse dans le rayonnement de François Étienne de Caulet évêque de Pamiers, pp. 12-15.

23 Série 73J.

24 AMT, CC 48 et suivants.

25 N’y sont pas mentionnés Jeanne Almeras et Augier de Lamotte (voir p lus bas, p. 201, note 3, p. 243, note 1).

26 Les dates de prise de possession manquent pour Étienne Duranti et Jean Georges de Caulet (voir p. 31, note 5), Antoine de Corneilhan (voir p. 177, note 2), Jean de Maleprade (voir p. 237, note 1).

27 AMT, CC 76 et suiv. (matrices), CC 114 et suiv. (plans).

28 AMT, DD 250, 1 ro-vo. Cette ordonnance est publiée par J. A. Soulatges, Coutumes de la ville, gardiage et viguerie de Toulouse, 2e partie, pp. 182-184.

29 Sur cet édit, voir L. Hautecœur, Histoire de l’architect ure classique en France, t. 13, p. 20, et J.-P. Babelon, Demeures parisiennes…, pp. 51-52.

30 G. Ahlsell de Toulza, L. Peyrusse, B. Tollon, Hôtels et demeures…, p. 74.

31 Voir 27.

32 Voir 19.

33 AMT, DD 252, DD 253, DD 258, DD 259, DD 261, DD 262 : toutes ces demandes concernent des alignements, de 1593 à 1607 ; une autre, plus ancienne, est à propos de la reconstruction d’un mur mitoyen, en 1575 (DD 263).

34 AMT, HH 69, 168 ro-182 ro : statuts connus d’A. du Bourg, « Coup d’œil historique sur les diverses corporations de Toulouse », Mém. Soc. archéol. Midi France, t. 14, 1886-1889, p. 66, mais non de G. Costa, « Briques apparentes et enduits dans l’architecture traditionnelle de la région toulousaine », Rev. Art, no 58-59, 1983, pp. 115-116, ou B. Tollon, « L’em ploi de la brique : l’originalité toulousaine », Les chantiers de la Renaissance, p. 90, qui ne mentionnent que ceux de 1495.

35 Voir fig. 4, 8, 18, 19.

36 AMT, DD 254.

37 73J 2, nos 24-25.

38 3E 11986.

39 Voir 4, 5, 10, 11, 18, 23, 30, 45, 58, 68, 73, 76.

40 B. Barbiche et M. Chatenet, L’édition des textes anciens, xvie-xviiie siècle, pp. 15-21. On n’a pas précisé le lieu dans la date des actes, tous étant donnés à Toulouse ; la localisation des documents cités ou transcrits n’est pas indiquée pour ceux (la plus grande partie) qui se trouvent aux Archives départementales de la Haute-Garonne, mais, afin d’éviter toute confusion, l’est pour ceux qui sont aux Archives municipales de Toulouse (en abrégé AMT).

41 Tables de comparaison entre les mesures anciennes et cel les qui les remplacent dans le nouveau système métrique avec leur explication et leur usage pour le département de la Haute Garonne, chap. 1, pp. 2 et 6.

42 69 : l’une des deux boutiques est occupée par un cordier, l’autre provisoirement transformée en pièce d’habitation puisque ses arcades doivent être murées et repercées de fenêtres (elles sont aujourd’hui dégagées).

43 44. Ces boutiques — et leurs grandes baies en arc —, si elles ont été réalisées, n’existent plus. Cette manière de livrer une partie d’un hôtel à des activités marchandes — ce qui rentabilise par ailleurs cet espace — imite ce qui se fait alors dans la capitale (J.-P. Babelon, Demeures parisiennes…, p. 90) ; ici même, dans la demeure que se fait construire, à partir de 1666, la veuve d’un conseiller au parlement (6 rue des Couteliers), tout le rez-de-chaussée, entresolé du côté de la rue, est constitué de boutiques indépendantes vouées à la location : M. Éclache, « Une maison toulousaine du xviie siècle », L’Auta, no 497, 1984, p. 184.

44 Voir p. 33, note 7.

45 Quand il achète la maison qu’il va faire rebâtir, 47 rue Pharaon, il est déjà propriétaire d’une autre maison dans la même rue, correspondant au no 27 (AMT, CC 48, 34 ro), mais pas encore de l’ancien hôtel de Massas, sis rue de la Dalbade (aujourd’hui no 29) : celui-ci, en 1610, est encore aux mains de Jeanne de Mauléon, veuve de Géraud de Massas (3E 23, 1ère partie, 177 vo) ; c’est aux héritiers de celui-ci qu’Antoine d’Aldéguier l’achète, à une date non indiquée (AMT, CC 48, 79 vo) puis, en 1616 et 1617, il y fait faire des travaux, dont l’importance n’est pas précisée (3E 6205, 523 ro-524 ro, AMT, DD 254). Il est donc certain qu’il ne l’a pas fait reconstruire en 1603 comme l’affirme J. Chalande, Histoire des rues…, t. 1, p. 82.

46 Voir annexe 2, p. 283.

47 Nommément cités lors d’une assemblée des maîtres, tenue en 1601, dont la très grande majorité est d’avis d’en maintenir la nullité : 3E 12440. Voir pp. 287-289, 293.

48 Elle est sous la protection de saint Joseph et son siège est la chape lle Sainte-Radegonde, au cloître de la cathédrale ; naturellement « neul me ny compaignion dud. art forain ne pourra travailher en la présent ville de Thle qu’il ne soict catholicque et donnera scavoir le me cinq soulz et le serviteur deux soulz six deniers » à la confrérie : AMT, HH 68, 45 vo-47 vo. Un autre exemplaire de ces statuts se trouve dans 1E 1267.

49 C’est ce que montre une enquête réalisée en 1674 : AMT, HH 100. Ils n’apparaissent pas non plus dans les registres de maîtrises de la période (AMT, HH 82 à 84).

50 Voir 4-5, 11 et 23.

51 Voir 61.

52 Voir 73.

53 Exception faite pour Pierre Souffron à l’hôtel de Clary (31) et Claude Pacot à celui de Lamotte (75, 76) mais ils apparaissent dans ces contrats comme simples entrepreneurs d’une partie des chantier s.

54 Sur Souffron, voir L. Hautecœur, Histoire de l’architecture classique…, t. 13, pp. 70-71, G. Costa, « L’œuvre de Pierre Souffron… », p. 157 ; sur Levesville, G. Costa, « Pierre Levesville… », pp. 313-375, B. Sournia et J.-L. Vayssettes, Montpellier…, pp. 43-45.

55 Pour Souffron, voir pp. 33, 49, 93, pour Levesville, voir p. 211 : ce sont les propriétaires les plus en vue par leurs titres ou leur fortune qui font appel à eux.

56 14, 44, 47, 69. À Paris, ce délai de garantie est alors de dix ans : J.-P. Ba belon, Demeures parisiennes…, p. 46.

57 44, 58, 64 et 3E 5619, 1ère partie, 211 ro-212 vo.

58 10, 47, 65, 74 et 3E 36, 2e partie, 298 vo, 3E 4864, 484 ro-485 ro, 3E 5482, 91 vo, 3E 6251, 430 vo, 3E 6257, 117 ro, 3E 6252, 417 ro.

59 58 et 3E 36, 298 vo.

60 10, 44, 47, 66, 74 et 3E 6240, 141 vo.

61 44, 47. Sur ce bois du Salat, de qualité inférieure, voir P. Lebrun, Les us et coutumes de la ville de Toulouse, avec des instructions pour connoître les matériaux, et généralement tout ce qui concerne la bâtisse, pp. 71-72.

62 Une ordonnance capitulaire de 1613 rappelle les dimensions réglementaires, à la vente, des différentes pièces de bois à bâtir (AMT, BB 149) ; au milieu du xviiie siècle, ces dimensions sont inférieures (P. Lebrun, Les us et coutumes…, pp. 75-78).

63 6, 9, 10, 44, 55, 74.

64 Escalier (6, 9, 43, 44, 66), cloisons (9, 58), portes (6, 9, 37, 58, 61), menuiserie de fenêtres (6, 9, 44, 61).

65 16, 58, 74.

66 6, 9, 13, 44 et 3E 6230, 506 ro.

67 6, 9, 13, 44, 47 et 3E 258, 1ère partie, 465 vo, 3E 5619, 1ère partie, 221 vo-223 vo, 3E 5620, 2e partie, 304 vo-306 ro, 3E 5562, 2e partie, 259 vo-260 vo, 3E 6230, 506 ro.

68 6, 9, 44, 47, 58 et 3E 3173, 1ère partie, 327 vo, 3E 5619, 1ère partie, 221 vo-223 vo, 3E 5620, 2e partie, 304 vo-306 ro, 3E 5562, 2e partie, 259 vo-260 ro, 3E 6230, 506 ro.

69 44, 58.

70 56, 57 (petits planchers).

71 Parmi les commanditaires, on trouve Michel Astorg, marchand (1601, au-devant de l’église des augustins : 3E 6962, 673 ro-681 ro), Pierre Lafaurie, maître chandelier (1606, angle des rues Perchepinte et Vélane : 3E 5467, 153 vo, 156 vo), Roland Rey, bourgeois et capitoul (1618, coin de Monget, près de la rue Vinaigre : 3E 7206, 505 vo), Pierre de Tailhasson, docteur et avocat au parlement (1618, rue Fourbastard : 3E 28861, 725 vo-727 ro), Arthur Legoust, maître sculpteur, qui dessine lui-même le modèle de sa maison (1619, rue Cantegril : 3E 3336, 710 vo-712 vo), Jean Sicard, praticien au palais (1628, rue des Fleurs : 3E 4918, 187 vo), etc.

72 Ainsi les maisons de Pierre Terrieux, marchand, 23 rue de la Trinité (1607 : 3E 4352, 269 ro-vo, 3E 5472, 86 vo-87 ro), Jean Jarriges, marchand apothicaire, 3 rue Peyras (1614 : 3E 5570, 2e partie, 42 ro, 46 ro), Michel Mondran, marchand, 29 rue des Filatiers (1626 : 3E 1643, 41 vo). Les deux dernières étaient datées du début du xvie siècle par J. Chalande, Histoire des rues…, t. 1, p. 221, t. 2, p. 83.

73 Ne sont pas exclues des reconstructions ultérieures, car on bâtit encore en pan de bois au xviiie siècle, selon le témoignage de P. Lebrun, Les us et coutumes…, pp. 29-30, l’ordonnance de voirie de 1769 (AMT, DD 236, art. 2 et 3) ou l’exemple de la maison élevée en 1774 et toujours debout au no 4 de la rue des Blanchers (voir L’Auta, no 635, 1998, pp. 121-122).

74 43, 44, 58, 65.

75 44 et 3E 280, 406 vo-407 vo, 3E 644, 494 ro-495 ro, 3E 954, 526 ro-vo, 3E 974, 205 vo, 3E 2413, 230 vo-231 ro, 3E 2446, 2e partie, 147 ro, 3E 3204, 122 vo, 140 ro-vo, 3E 4102, 152 ro-153 ro, 3E 5482, 256 ro-vo, 3E 6047, 2e partie, 503 vo, 3E 6249, 44 vo-45 ro, 3E 6250, 310 vo, 3E 7420, 54 ro-55 ro, 3E 7423, 210 ro-vo, 212 ro-vo, 3E 7424, 554 vo, 3E 28509, 1ère partie, 190 vo-191 ro. Il ne subsiste aucune trace d’achat de pierre pour la façade de l’hôtel de Clary, mais P. Lebrun, Les us et coutumes…, p. 58, précise qu’elle est en pierre de Mazères. À cette même époque, la pierre du pont neuf provient aussi de Roquefort et Belbèze : G. Costa, « L’œuvre de Pierre Souffron… », p. 167.

76 M. Labrousse, Toulouse antique des origines à l’établissement des Wisigoths, p. 259.

77 9, 13, 18, 23, 30, 35, 51.

78 5, 9, 13, 14, 33, 44, 47, 48, 58, 68, 73.

79 4, 9, 11, 47, 48, 49, 72.

80 7, 8, 14, 33, 58.

81 14, 73.

82 9, 14.

83 35, 47.

84 9, 13, 44, 74.

85 4, 7, 8, 9, 38, 44, 47, 58, 73.

86 44.

87 44, 58.

88 47.

89 69.

90 Voir plus bas, annexe 2, p. 291.

91 H. Gra illot, Nicolas Bachelier imagier et maçon de Toulouse au xvie siècle, p. 277.

92 3E 5537, no 258 : « la largeur de cinq paums ou environ qu’est deux thuilles et demye ».

93 Hôtels de Caulet, 1601 (É. Vuillez, L’hôtel de Caulet, essai de datation, p. 44), de Chalvet, 1617.

94 P. Lebrun, Les us et coutumes…, pp. 50-51.

95 P. Lebrun, Ibidem, p. 16.

96 P. Lebrun, Ibidem, p. 51.

97 Ce qui pourrait fausser le résultat de datations techniquement exactes, par analyse du carbone 14 ou par dendrochronologie.

98 Dans tous les chantiers toulousains, la chaux employée alors vient de Cologne (9 et 3E 5623, 2e partie, 44 ro, 3E 5482, 133 ro, 3E 6033, 870 vo-871 vo) ou de Cérizols (3E 258, 1ère partie, 413 ro, 3E 280, 190 ro, 3E 2450, 1ère partie, 81 vo, 3E 4130, 165 vo, 3E 6959, 2e partie, 512 ro-vo, 3E 7333, 2e partie, 32 vo-33 ro, 3E 28504, 2e partie, 218 ro-219 ro, 3E 28508, 377 ro, 3E 28511, 2e partie, 111 ro, 3E 28518, 1ère partie, 105 vo-106 ro, 529 vo-530 vo, 3E 28519, 223 vo-224 ro), Belbèze (3E 961, 123 ro, 3E 2450, 1ère partie, 795 ro-vo, 3E 2455, 1ère partie, 142 ro-vo, 3E 3056, 1ère partie, 379 ro-380 ro, 3E 3141, 128 vo, 3E 3297, 1ère partie, 18 vo, 3E 5770, 28 ro, 3E 6574, 333 ro-vo, 3E 6576, 25 ro-vo, 3E 28506, 25 vo, 3E 28507, 54 vo, 3E 28519, 238 vo, 576 ro, 666 ro) et Ausseing (3E 170, 556 ro, 3E 2450, 1ère partie, 724 vo-725 ro, 3E 4855, 139 vo-140 vo, 154 ro-155 ro). Une seule mention de chaux de Montaïn (3E 28507, 323 vo-324 ro).

99 Sorti du lit de la Garonne : 3E 5778, 1ère partie, 220 vo-221 ro, 3E 6259, 152 vo.

100 Sur ce sujet, voir P. Lebrun, Ibidem, pp. 44-46, et G. Costa, « Briques apparentes et enduits… », p. 115. Au xviie siècle, le mortier de chaux de Cologne est plutôt maigre, sa composition étant d’une pipe de chaux pour sept tombereaux de sable (3E 3328, 144 vo), soit 1 volume de l’une pour 5,25 de l’autre (sur la contenance de la pipe et du tombereau, voir annexe 2, pp. 291-292).

101 3 pans : 38, 42 ; 5 pans : 44, 71 ; 6 pans : 5, 13.

102 9, 10, 35, 47, 73.

103 58.

104 69.

105 44.

106 9.

107 13.

108 G. Costa, « Briques apparentes et enduits… », p. 117.

109 Passage d’entrée (9), cage d’escalier (10), hotte et manteau de cheminée (47).

110 44, 58.

111 9.

112 73.

113 31, 35, 44 et 47, 58, 71.

114 31, 44 et 47.

115 47, 50, 51, 73.

116 13.

117 9, 39, 42, 44, 58, 65, 74.

118 9.

119 16, 43, 44.

120 9, 44, 65.

121 16.

122 37, 58, 65, 74. « Le postam qui y sera employé sera junctat et reboutat et bien cloué, sur chesque juncture y sera posé par le dehors de bons listelz de sapin, de quatre travers de doibt largeur, bien cloués en forme de chassilhat » : 3E 6962, 675 ro.

123 34, 50, 59, 69.

124 7, 10, 35, 39, 71.

125 9, 22, 26, 42, 73.

126 14, 44.

127 58.

128 Le premier plancher de l’aile sud de l’hôtel de Clary doit être fait « de filles, sans saumiers » : 29. Le plancher sans poutres inventé par Pierre Le Muet pour l’ hôtel Tubeuf à Paris (J.-M. Pérouse de Montclos, L’architecture à la française, xvie, xviie, xviiie siècles, p. 75), que l’on date de 1650 (J.-P. Babelon, Demeures parisiennes…, p. 252), a donc connu des précédents ; il est vrai qu’ici les entrevous sont deux fois plus larges que les solives et non égaux à celles-ci.

129 9, 10, 16, 29, 37, 43, 44, 52, 54, 55, 58, 65, 74.

130 On peut aussi supprimer cet espace, les solives étant jointives (74), ce qui fera un plancher robuste mais coûteux.

131 55.

132 29.

133 56.

134 La cuisine de l’hôtel de Chalvet reçoit, en 1636, un pavé « double l’ung sur l’aultre, le dernier de thuille bien cuit et jointé sans tailher », posé « en penchant pour randre les eaux à la seconde basse cour » (47). Cela suppose des écoulements importants causés, peut-on penser, par les lessives, qui sèchent ensuite dans la plus haute des galeries bordant cette cour, équipée en 1617 « de bouquetz et cartons rabouttés pour estandre le linge » (44). Cette seconde cour est une cour de service où se trouve le dornier proche de la cuisine, le puits, une volière et des gelinières.

135 9, 14, 39, 44, 58, 73.

136 14.

137 44, 47, 58.

138 44, 58 et 3E 5562, 1ère partie, 267 vo.

139 6, 9, 13, 60.

140 29, 74.

141 P. Lebrun, Les us et coutumes…, pp. 9-10.

142 6, 9, 13, 16, 74.

143 16 : « n’y mettre de piedz droictz et par ce moyen le gallata sera libre ».

144 6, 16, 58.

145 9, 37, 44, 65, 74.

146 6, 9, 13, 16, 37, 44, 52, 54, 58, 65, 74.

147 10, 37, 44, 52, 54, 58, 65.

148 1. Ce toit n’existe plus.

149 Quatre sont signalés par nos documents (9, 10, 74) mais aucun n’existe : deux ont été démolis et, à l’hôtel de Maussac, la tour d’escalier et sa tourelle, qui n’ont pas été réalisées selon le programme initial, ont des toitures l’une polygonale et l’autre conique.

150 3E 41, 2e registre, 292 ro.

151 3E 6267, 1ère partie, 401 vo.

152 Plan de la ville de Tholose gravé par Melchior Tavernier en 1631, autre plan anonyme datable de 1639 environ, édités par C. Rivals, R. Camboulives et G. Angély, Toulouse d’après les plans anciens, pp. 33 et 35.

153 3 , 9, 10, 74. En l’a bsence de contrats d’achat, on peut penser que cette ardoise provient des Pyrénées, comme celle des pavillons du pont neuf achetée en 1634 à des marchands d’Escots et de Bourg d’Oueil : 3E 1660, 150 vo.

154 10.

155 10.

156 16, 58.

157 9, 10, 31, 44, 47.

158 6, 58.

159 39, 42, 73.

160 47, 65.

161 2, 4, 9, 10, 20, 28, 56, 71.

162 10, 37, 62.

163 40, 42, 44.

164 10, 14, 73.

165 14.

166 44 (corps à l’arrière détruit).

167 Signalée par J. Chalande, Histoire des rues…, t. 2, p. 102.

168 58. Dans la « petite maison » qui constitue la moitié sud du corps sur la rue de l’hôtel de Chalvet, cet escalier est à repos : 44.

169 54.

170 44 : il s’agit du vieil escalier placé dans l’angle sud-ouest de la première cour, dont la cage est refaite en maçonnerie en 1617 et qui disparaît lors de la reconstruction de l’aile sud en 1636 (47).

171 40, 43.

172 G. Ahlsell de Toulza, L. Peyrusse, B. Tollon, Hôtels et demeures…, pp. 92-93.

173 23, 30, 47, 48, 49, 55, note 20, 71, 72.

174 4, 5 (en plus de ces tours d’escaliers, le corps de logis possède un degré à repos), 11 (cette tour remplace le grand degré à repos qui était prévu), 73, 74.

175 55.

176 58.

177 37, 74.

178 Dans cet hôtel un autre escalier de service, extérieur, dessert, du côté du jardin, tous les étages du bâtiment de la cuisine : 9, 10.

179 10.

180 65.

181 9, 58 et 3E 5562, 1ère partie, 267 vo.

182 3E 2274, 2e partie, 326 ro-vo, 3E 6205, 403 vo, 3E 7204, 125 ro-vo.

183 9, 10 et 3E 5562, 1ère partie, 267 vo, 3E 2274, 2e partie, 326 ro-vo.

184 9, 44, 58 et 3E 5562, 1ère partie, 267 vo.

185 28, 44, 58, 73.

186 9, 14, 47.

187 13, 44, 73, 74.

188 14, 39, 43, 58, 62.

189 10.

190 47 : le cabinet sur trompe que l’on voit encore dans l’angle de la cour de cet hôtel était donc à l’origine, « ung privé (…), pourté sur bouquetz pierre ou arceau avec toute l’assurance et grâce qu’il se pourra ».

191 44.

192 47, 58.

193 6, 9, 37, 55.

194 6, 9 (corps de logis et corps de la cuisine), 14, 44 (corps sur la rue), 47 (aile sud), 58, 73 (corps de derrière).

195 9, 14, 39, 44, 58, 73.

196 44 (corps sur la rue), 73 (corps de derrière).

197 Jeanne Almeras y fait aménager un bûcher : 58.

198 6, 16, 58, 65, 69.

199 Deux porte sont prévues à la boutique de Jean Guérin (6) dont la baie est exceptionnellement large.

200 6, 65.

201 6. Cette traverse (« singlon pour tenir les tampes » : 3E 1522, 162 ro) existe encore à l’une des boutiques de la maison Martin ; c’est là qu’est sculpté le petit cartouche portant la date « 1612 ».

202 6, 16, 58, 65.

203 7, 8.

204 16, 58.

205 65.

206 3E 6350, 2e partie, 198 ro-vo, 3E 7333, 3e partie, 163 ro.

207 9.

208 35, 47.

209 14, 44, 58.

210 7, 14, 58. Les deux oculi de pierre que l’on voit à la façade de la maison d’Aldéguier devaient éclairer de telles petites pièces.

211 44, 58.

212 58.

213 47.

214 3E 6267, 1ère partie, 401 vo.

215 Cette chapelle reste cependant en bon état et, en 1696, le fils de Gilles Le Masuyer obtient permission de la remettre en service : A. de Beauregard, Parlement de Toulouse…, p. 777.

216 10, 23, 31, 50, 55.

217 9.

218 10 , 23 , 29 , 30 . À l’hôtel Comère, les galeries ont une autre utilité puisque l’on doit « mettre les cartons le long de la grande et petite gallerie pour servir à estendre les draps tant par dehors que par dedans » (65). En outre, les arcades de la grande galerie, dans l’angle sud-est de la cour, sont fermées par des parois de bois repercées de fenêtres et aménagées pour compléter la boutique et l’arrière-boutique contiguë (62). Ici, le marchand l’emporte sur l’amateur de belle architecture.

219 9, 58 et 3E 11985.

220 3E 945, 3e partie, 101 vo.

221 À l’hôtel de Chalvet, celles du grenier le sont aussi, avec du vieux verre récupéré des démolitions : 47.

222 9, 10, 13, 44, 47, 58.

223 Il vient du verre à vitre de Lorraine (3E 28520, 555 ro) ainsi que de Lyon et, en 1614, un gentilhomme lorrain, qui a établi une verrerie près de Monclar-de-Quercy, en fournit à des marchands toulousains : 3E 6515, 1ère partie, 1746 vo-1748 ro.

224 3E 5317, 477 vo, 3E 5469, 147 ro.

225 3E 2928 bis, no 119.

226 10.

227 Qui n’est pas décrit quand il figure sur le dessin (perdu) joint au bail à besogne (4, 73).

228 Certaines y sont équipées d’un four et de petits placards ménagés dans les piédroits : 26, 47.

229 26.

230 Sauf à l’hôtel de Maussac où l’on remploie dans la salle une cheminée en pierre : 9.

231 13, 32 note marginale.

232 13, 31, 47, 73.

233 4, 47 et 3E 980, 74 ro-vo.

234 9, 14, 26, 39, 42, 44, 58.

235 14, 46.

236 47.

237 46.

238 Leur attribution à Pierre Monge pour la première et à Arthur Legoust pour la seconde (L’âge d’or de la sculpture…, pp. 23 et 52-53), reste hypothétique.

239 29.

240 Il n’en subsiste rien, apparemment, cette pièce ayant été divisée et recloisonnée. Le plafond peint de la salle où se trouve la cheminée est, lui, selon toute apparence, une œuvre, très modeste, du xixe siècle.

241 Jean Vergès exécute, en 1610, pour Guillaume Jullia, docteur et avocat au parlement, rue d’Astorg, trois plafonds, pour 52 l. (3E 5774, 1ère partie, 582 ro-583 ro) ; Jean Lavergne et Raymond Dubernet, en 1613, pour Catherine de Mansencal, qui a fait rénover sa demeure de la place Saint-Étienne — voir 36 note 10 —, deux plafonds et deux cheminées, pour 48 l. : « lad. painture sera de semblables couleurs à celles de la gallerie de monsieur de Catel qui respond sur la rue des Augustins (…), plus sur les costés des poutres et au dessous d’iceulx sera mys de semblables feulhaiges qui sont à la salle basse de monsieur de Bertier (…), davantaige sera mis des ovalles ou de tableaux carrés (…), et pour les deux cheminées (…), seront paintes de mesme que celle qui est à la salle basse de la mayson de feu monsieur d’Assézat aulx Placetes » (3E 3330, 125 ro-126 vo) » ; Charles Chapelet, en 1618, pour Nicolas de Rabaudy, conseiller au parlement, 16 rue de Languedoc, quatre plafonds, pour 60 l., « tout de la mesme fasson quy est peinte la salle haulte et antichambre joignant de la maison de monsieur de Calvière, advocat général en la cour de parlement de Thle, scize au canton appellé de Sépet » (3E 4938, 418 ro-419 ro, 3E 577, 2e partie, 364 ro) ; Barthélemy Vigouroux, en 1619, pour Georges Delafont, conseiller au parlement, 34 rue des Marchands, un plafond et des menuiseries, pour 6 l. 10 s. (3E 1648, liasse non numérotée) ; Jean Jusans, en 1621, pour Étienne Grange, marchand épicier, 4 rue Cujas, trois plafonds et trois cheminées, pour 33 l. (3E 3488, 3e partie, 213 vo-214 vo) ; Raymond Lafaurie, en 1623, pour Guillaume Lalbye, notaire, rue de la Monnaie, une pièce, pour 25 l. y compris les vitraux historiés mentionnés plus haut, note 224 (3E 5317, 477 ro-vo) ; Jacques Tenaris, en 1624, pour Guillaume Bely, marchand, au faubourg Matabiau, cinq plafonds, toutes les portes et trois pièces, pour 60 l. (3E 28867, 213 vo) ; Antoine Lombrigo t, en 1626, pour la femme d’Henri Dufaur de Tarabel, 46 rue de Languedoc, deux pièces, coût inconnu (3E 5, 301 ro-302 vo) ; le même Chapelet, en 1627, pour Jean François d’Hautpoul, conseiller au parlement, 25 rue Malaret, trois plafonds, pour 100 l., « et sera le tout semé de boucquetz de fleurs de diverses coulleurs bien et duement travailhés et labourés au vray naturel (…), mettra en oultre des compartimens ramplis de peysaiges façon de marbre en poincte de diaman et de camayeus » (3E 3334, 166 ro-167 vo) ; le même, en 1628, pour Jean Jougla, marchand, 24 rue des Changes, trois cabinets, outre la boutique et arrière-boutique, le tout pour 14 l. (3E 7333, 3e partie, 162 vo-163 ro) ; le même, en 1629, pour Jacques Malles, marchand, 11 rue de la Trinité, un plafond et une cheminée, pour 14 l., travail achevé par Jacques Tenaris (3E 6349, 2e partie, 267 ro-vo) ; Isaac Marchant, en 1630, pour Pierre Bertrand, marchand pelletier, 4 place Rouaix, les plafonds et les portes de deux pièces, ainsi que la boutique et arrière-boutique, pour 100 l. (3E 6350, 2e partie, 198 ro-vo). Hormis Dubernet (R. Mesuret, « Les peintres-doreurs toulousains du xviie s. », L’Auta, no 234, 1953, p. 127), Lombrigot (R. Mesuret, « Les peintres-décorateurs toulousains du xviie s. », L’Auta, no 238, 1954, p. 41) et Marchant (J. Penent, Le temps du caravagisme…, pp. 38, 114, 141), tous ces peintres sont inconnus.

242 J. Lestrade, « Vente de tapisseries à F. de Chalvet », Rev. hist. Toulouse, t. 8, 1921, p. 290.

243 3E 2818, 259 vo-260 vo. Le contrat d’achat passé le 28 décembre 1621 chez le notaire François Poisson est perdu, ce qui nous prive du sujet de cette tapisserie et de son prix.

244 G. Bernet, « Les comptes de François de Clary et les tapisseries de son hôtel », L’Auta, no 401, 1974, pp. 25-26.

245 Autres acquéreurs de tapisseries : Pierre Papus, conseiller au parlement (3E 4539, 1ère partie, 191 ro), Jean Gaubert de Caminade, procureur général au parlement (3E 2266, 353 ro-vo), Pierre d’Assézat, conseiller au parlement et commissaire aux requêtes (3E 7611, 3e partie, 167 ro- 168 ro), Laurent de Filère, conseiller au parlement (3E 2440, 34 ro-35 vo), Jean Daffis, évêque de Lombez (3E 6932, 483 vo-484 ro), Pierre de Prohenques, docteur et avocat (3E 3325, 913 ro-vo), François de Bertrand, sieur de Quatorze (3E 3294, 304 vo-306 ro), Jean d’Espie, docteur et avocat au parlement (3E 6598, 117 vo-118 ro), Jeanne de Foix, femme d’Adrien de Montluc (3E 7425, 676 vo-677 vo), Jacques de Buisson d’Aussonne, président en la chambre des requêtes (3E 25, 1ère partie, 12 ro-13 vo), Louis de Paulo, sieur de Grandval (3E 6047, 2e partie, 24 vo-25 ro), Guillaume Davizard, receveur des tailles en la jugerie de Rivière-Verdun (3E 3007, 19 vo-20 vo), Clément du Long, conseiller au parlement (3E 5309, 3e partie, 126 vo-127 ro), Jean d’Ambes, conseiller au parlement (3E 4354 bis, 353 vo-354 vo), Michel de Noël, conseiller au parlement (3E 5490, 261 vo- 262 ro), Jacques de Blandinières, docteur et avocat au parlement (3E 1513, 296 ro-297 vo), Jean de Trebos, docteur et avocat au parlement (3E 4124, 850 ro-vo), Jean Baptiste de Ciron, avocat général au parlement (3E 968, 520 vo-521 ro), M. de Castera (3E 7335, 155 ro-vo), François d’Ouvrier, maître des ports et passages en Languedoc (3E 4942, 1ère partie, 239 vo-240 vo), Pierre Molinier, conseiller au parlement (3E 3186, 2e partie, 169 vo-170 ro), Jean Dupin, conseiller au parlement (3E 6255, 52 vo-53 ro), Pierre Rech de Pennautier, conseiller au parlement (3E 6346, 1ère partie, 236 vo, note marginale), Jean Gayrard, do cteur et avocat au parlement (3E 6347, 2e partie, 109 ro-110 vo), François de Caulet, grand maître réformateur des Eaux et forêts en Languedoc, Provence et Dauphiné (3E 6347, 1ère partie, 472 vo-473 vo), Bernard de Fieubet, secrétaire des états de Languedoc (3E 6348, 2e partie, 385 ro-386 ro), Pierre de Pelut, magistrat présidial en la sénéchaussée (3E 3191, 3e partie, 76 vo-77 ro), Jean du Boysset, bourgeois (3E 2467, 1ère partie, 106 vo-107 vo), Gabriel du Boysset, conseiller au parlement (3E 984, 187 ro), Jeanne de Drulhe, veuve de Pierre Robineau, secrétaire du roi, maison et couronne de France (3E 1524, 465 ro-466 ro). Le prix de ces « tentes » varie de 345 à 1 680 l.

246 3E 6070, 1ère partie, 210 ro-vo.

247 3E 4357, 336 ro-vo, 3E 1511, 164 vo-165 ro, 3E 1641, 428 ro-vo.

248 3E 7611, 3e partie, 167 ro-168 ro, 3E 967, 388 ro-vo.

249 3E 6932, 483 vo-484 ro. Les neuf pièces de tapisserie qu’achète le marchand Pierre Fondeyre (3E 4729, 2e partie, 229 ro-230 ro) sont probablement destinées à ses affaires plutôt qu’à son intérieur.

250 On trouve ainsi Philippe Mercier (3E 4729, 2e partie, 229 ro, 3E 3294, 305 ro), son fils Jean (3E 25, 1ère partie, 12 ro, 3E 3325, 913 ro), Étienne Jalasson et Jean Foures (3E 2266, 353 ro), Jean de Michel et Jean Tissier (3E 2440, 34 vo), Étienne Meissonier (3E 3325, 913 ro, 3E 3294, 305 ro), Léonard Lombard (3E 6598, 117 vo), Jacques Pineton et Pierre Teyssier (3E 7425, 676 vo), Antoine Peyrot (3E 6047, 2e partie, 25 ro), Gilbert Bossinet (3E 4354 bis, 354 ro, 3E 5309, 3e partie, 126 vo), François Dumont (3E 4124, 850 ro, 3E 7335, 155 ro), Michel de Clarasvaulx et Jacques de Chazaulx (3E 2818, 260 ro, 3E 6249, 357 ro), Léonard Dumont (3E 6255, 52 vo, 3E 2467, 1ère partie, 106 vo), Léonard Delamazure et Joseph Laroche (3E 6346, 1ère partie, 237 ro, 3E 6347, 1ère partie, 473 ro), d’Aubusson, et François Baraigne et Bernard Domerc (3E 3007, 19 vo), François Paricout (3E 4942, 1ère partie, 239 vo, 3E 6348, 2e partie, 385 ro), Annet Barjon (3E 6347, 2e partie, 109 vo, 3E 3191, 3e partie, 76 vo, 3E 984, 187 ro), Léonard Lamazière (3E 1524, 465 vo), de Felletin.

251 « Puys les saumiers du planchier fins au carreau » (3E 4124, 850 ro). Les plafonds sont équipés d’un système permettant d’accrocher les tapisseries : 9, 54, 55.

252 Histoire de David (3E 2440, 34 ro-35 vo), de Salomon (3E 7425, 676 vo-677 vo), de Joseph (3E 25, 1ère partie, 12 ro-13 vo), d’Esther (3E 4942, 1ère partie, 239 vo-240 vo), de Suzanne (3E 6255, 52 vo- 53 ro), de Jacob (3E 6347, 2e partie, 109 ro-120 vo).

253 Enlèvement d’Hélène et Destruction de Troie (3E 6249, 357 ro), Jugement de Pâris (3E 2467, 1ère partie, 106 ro-107 vo).

254 Chasse des éléphants, du renard (3E 6047, 2e partie, 24 vo-25 ro), du canard, du lion (3E 5309, 3e partie, 126 vo-127 ro), du léopard (3E 3007, 19 vo-20 vo).

255 3E 6348, 2e partie, 385 ro.

256 3E 6598, 117 vo-118 ro.

257 3E 3294, 304 vo-306 ro, 3E 25, 1ère partie, 12 vo.

258 3E 6932, 483 vo-484 ro, 3E 7611, 3e partie, 167 ro.

259 Celles de Pierre Ariste (3E 357, 1ère partie, 447 ro) et Pierre Dalas (3E 5490, 261 vo, 3E 6950, 1ère partie, 295 ro), Pierre Langlois, Antoine Matheron et Pierre Dusolier (3E 968, 520 vo), ces deux derniers venus d’Aubusson où Matheron exerçait déjà le métier (3E 2818, 260 ro, 3E 581, 2e partie, 250 vo).

260 3E 4733, 237 ro, 3E 282, 142 ro, 3E 287, 229 ro.

261 On peut supposer que Mausssac pensait acquérir le terrain contigu pour y faire élever une aile droite symétrique de l’autre, mais ce projet n’a pas eu d’exécution.

262 50.

263 À Paris, elle n’est plus au goût du jour : J.-P. Babelon, Demeures parisiennes…, p. 78.

264 P. Mesplé, « Les mirandes toulousaines », L’Auta, no 354, 1968, pp. 38-42.

265 3E 3170, 2e partie, 214 ro: « ung gallerie, sive mirande, ouverte de tous les quatre coustés, avec ung petit degré pour y monter, et oultre ce fera, par dessus, le toit quy sera nécessere ».

266 9.

267 14.

268 En 1647, la façade est de la maison Dupont (16 place du Salin) est reconstruite avec sous la corniche des baies en arc plein cintre (3E 6284, 1ère partie, 79 ro) identiques à celles de la maison contiguë bâtie en 1622-1623 pour Jeanne Almeras.

© Presses universitaires du Midi, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search