Version classiqueVersion mobile

D’une frontière à l’autre

 | 
Jean-François Berdah
, 
Anny Bloch-Raymond
, 
Colette Zytnicki

III. De l’autre côté de la frontière : re/construire ?

De l’autre côté de la frontière : re/construire ?

Texte intégral

1Reste enfin à s’interroger dans une troisième étape sur les effets de la traversée des frontières ou de leurs bouleversements. Les mobilités engendrent des brassages, parfois vécus comme des chocs entre les religions et les cultures. Mais de ces rencontres, de ces entrelacs, peut aussi naître le métissage entre les hommes et les mondes qu’ils portent en eux. Souvent nié, rejeté même par les pouvoirs en place, il a néanmoins existé. Les sociétés chrétiennes méditerranéennes du XVIIe siècle, comme les Baléares – où cohabitaient chrétiens et musulmans convertis de gré ou de force – étudiées par Natividad Planas, en sont un témoignage. Face à l’intransigeance des autorités (l’Inquisition, en la matière) qui cherchent à contrôler les nouveaux venus, en leur assignant une identité fixe, répond le jeu des transgresseurs de frontières qui jouent sur leur appartenance multiple, défiant l’ordre d’un monde qui exclut tout mélange. Et c’est à ces stratégies subtiles développées par les acteurs au moment de leur installation au-delà des frontières que nous avons réservé cette partie.

2Azouz Begag dessine, par exemple, la figure des « Dérouilleurs », ces jeunes gens issus des quartiers sensibles qui refusent de continuer à « rouiller » (à attendre) au pied de leur immeuble pour franchir le périph’, frontière moderne qui sépare la ville en deux mondes bien étanches. Quitter le quartier, la cité, devient alors un véritable voyage qui permet la découverte d’un monde jusque là simplement réfracté par le miroir illusoire des médias ; cela peut être aussi le prélude à des lointaines aventures pour des pionniers modernes. Encore faut-il qu’ils trouvent réellement leur place au-delà du périph’.

3Au terme du voyage vient l’heure des bilans pour le voyageur. Fallait-il partir, a-t-il gagné à s’exiler, quelle place s’est-il faite dans le nouveau monde se demande-t-il ? Quels liens établit-il entre le monde ancien et celui qu’il découvre ? Quelles traces de l’ancien monde choisit-il de transmettre aux générations futures ? L’installation est le résultat de négociations subtiles qui tentent de ménager les valeurs et les attentes des nouveaux venus et celles de la société d’accueil. La littérature autobiographique (comme celle des migrants juifs installés dans la région du Mississippi au XIXe siècle étudiée par Anny Bloch-Raymond) permet de saisir au plus près de l’individu ces processus de négociations entre l’ancien et le nouveau et de recomposition identitaire.

4Enfin, du jeu de reconstruction de l’après-guerre européen ont surgi des frontières singulières, celle qui tracent les limites de cette entité nouvelle, l’Union européenne, entité toujours en mouvement depuis 1956. L’élasticité des obstacles qu’elle érige, leur perpétuelle remise en cause, conduit à se demander si, au fond, nous ne sommes pas en train d’assister à la fin des frontièrestraditionnelles (Jean-Louis Coll).

© Presses universitaires du Midi, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search