Version classiqueVersion mobile

Augustin en Espagne

 | 
Marina Mestre Zaragozá
, 
Jesús Pérez Magallón
, 
Philippe Rabaté

II. Augustin et la pensée du monde

La biologie moderne et la querelle autour des « raisons séminales » de saint Augustin : le cas des Desengaños filosóficos (1737) de Juan de Nájera

Frédéric Prot

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Il est bien difficile au philosophe de s’exercer à la philosophie biologique sans risquer de compromettre les biologistes qu’il utilise ou qu’il cite. Une biologie utilisée par un philosophe n’est-ce pas déjà une biologie philosophique donc fantaisiste ? Mais serait-il possible, sans la rendre suspecte, de demander à la biologie l’occasion, sinon la permission, de repenser ou de rectifier des concepts philosophiques fondamentaux, tels que celui de vie ?1

Aussi Georges Canguilhem juge-t-il bon et juste de « comprendre » conjointement la matière dans la vie et la science de la matière dans l’activité du vivant.

L’embryogenèse, à la faveur de laquelle la matière nue devient vivante, est un sujet d’étude d’une rare complexité parce qu’elle envisage en soi le monde des causes et des fins de la vie. Dans l’Europe médiévale et classique, l’explication de la procréation est ainsi à la croisée de plusieurs discours concurrents, d’ordre non pas seulement physiologique mais aussi philosophique, ...

© Presses universitaires du Midi, 2015

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search