Version classiqueVersion mobile

D’une frontière à l’autre

 | 
Jean-François Berdah
, 
Anny Bloch-Raymond
, 
Colette Zytnicki

II. Expériences des frontières ou l’ambivalence du passage

Expériences des frontières ou l’ambivalence du passage

Texte intégral

1La volonté de comprendre ce que les hommes « font » des frontières constitue la deuxième thématique. Le dépassement des frontières, même ardemment désiré, parce qu’il est transgression de l’ordre établi, qu’il soit social politique ou symbolique, a un coût. Dans l’arrachement douloureux et fécond que suppose la transgression des limites se lit toute l’ambivalence de l’acte. Le passeur de frontière ne peut s’empêcher d’éprouver une certaine nostalgie et un sentiment mal refoulé de culpabilité à l’encontre de ce qu’il a quitté. Le boursier décrit par Patrick Cabanel, le passeur des frontières sociales et culturelles, est à la fois émerveillé par sa réussite qui l’agrège au monde fascinant de la bourgeoisie cultivée et douloureusement conscient du fossé qui l’éloigne peu à peu du monde qui l’a vu naître. Le passeur de frontière est-il un renégat ?

2L’ambivalence existe aussi dans la vision qu’ont les autres des passeurs de frontières. La situation des Républicains espagnols, poussés à l’exil par la défaite de 1939 et parqués dans des camps, révèle l’extrême ambiguïté de la France à leur égard. Tolérés mais humiliés, accueillis et méprisés, ils portent sur eux autant de stigmatesinfamants : ceux de l’étranger, de l’exilé et du vaincu. Dans le cas d’un autre exode, celui des jeunes Chinois partis aux Etats-Unis après les manifestations de la Place Tien Anmen de 1989, les obstacles au mouvement s’élèvent de toute part : aux Etats-Unis, soucieux de contrôler les flux migratoires, mais aussi en Chine où le retour des immigrants est considéré comme un aveu d’échec. Les exilés ont manqué à la promesse de réussite inscrite dans l’acte de transgression des frontières. Le passeur de frontière comme perdant…

3Loin d’être des sociétés d’accueil au sens premier du terme, face à ce qu’ils interprètent comme une menace, les Etats se défendent. Les zones de transit réservées aux étrangers en situation irrégulière (Brigitte Fichet) sont en fait des frontières d’un nouveau type, créant des espaces flous, aux contours pourtant strictement délimités (dans les aéroports, par exemple) où transitent ceux à qui on ne reconnaît pas le droit de franchir les frontières avant de leur intimer l’ordre de les repasser. Au cœur même des démocraties, les migrations engendrent des peurs collectives, des manifestations de rejet. En Australie, étudiée par Stephanie Larson, la question de la défense des frontières a occupé une place centrale lors des élections de 2001. Enfin, qu’arrive-t-il lorsque ce sont les frontières qui bougent, délimitant de nouveaux espaces politiques, comme ce fut le cas dans la Macédoine ou de l’Albanie du XXe siècle (Michel Roux) ? Sans même avoir à bouger, les habitants changent alors de nationalité, de langue et de lois. Rester et devenir étranger sur sa propre terre, passer la frontière pour demeurer fidèle à son identité, tel peut être le dilemme qui se pose aux populations concernées. Dans ce dernier cas, la migration a pour finalité non pas de devenir autre, de se fondre ou se mêler parmi les autres mais bien de rester le même.

4Enfin, il arrive que la transgression des frontières soit synonyme de paix. Pendant la Première Guerre mondiale, des trêves fragiles et provisoires ont permis de transformer pour quelques heures le front en lieu de rencontre (Rémy Cazals). De part et d’autre des tranchées, des liens qui transcendaient les lignes d’affrontement ont pu se nouer, fragiles et dérisoires face aux massacres perpétrés mais qui attestent à leur manière de la volonté têtue des hommes, même en situation extrême, de dépasser les limites qu’on leur assigne.

© Presses universitaires du Midi, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search