Version classiqueVersion mobile

D’une frontière à l’autre

 | 
Jean-François Berdah
, 
Anny Bloch-Raymond
, 
Colette Zytnicki

I. Représentations de la frontière

Représentations de la frontière

Texte intégral

1Afin de comprendre ce qui a incité les hommes à transgresser les limites qui les enserrent s’est imposée la nécessité d’interroger les diverses représentations de la frontière. Ecrivains et intellectuels mais aussi hommes ordinaires, comme les marchands qui parcouraient l’Europe orientale aux débuts des Temps modernes (Luda Klusáková) ont ainsi élaboré au cours des âges un éventail d’images de la frontière. Des romanciers actuels comme J.M. Coetze, Salman Rushdie et Derek Walcott (étudiés par Ashton Nichols), ont fait de celle-ci non seulement un thème récurrent de leur littérature mais la métaphore même de la condition de l’homme d’aujourd’hui, englobé dans un monde post-colonial travaillé par les brassages humains et culturels. Le « Crosserborder » comme figure de l’expérience moderne est aussi au cœur de l’interrogation, plus ancienne, de Walter Benjamin décrite par Marion Picker. L’ambition de se situer « à la frontière » n’est-elle pas la marque même de l’intellectuel appelé à repousser tout enfermement et à « camper » sur les limites, les seuils, dans une position à la fois dangereuse et créatrice ? De cette volonté d’affranchissement sont nées l’image et la figure du « rôdeur de frontières » (Freddy Raphaël) ou de « dépasseur de frontière » (ces intellectuels juifs ou non de l’ancien Empire austro-hongrois qui, tels Kafka ou Masaryk, refusaient de se laisser enfermer dans une identité culturelle figée, décrits par Laurent Mercier) qui occupent une place centrale dans notre recherche. En d’autres lieux, refusant l’entre-soi et prenant acte des échanges – volontaires ou forcés – entre les peuples, on est même allé plus loin dans la volonté de transcender les limites entre les peuples et les races. C’est ainsi qu’est née au tournant du XXe siècle au Mexique la théorie du métissage, la raza cósmica qui fonde le projet politique mexicain (Michel Bertrand).

2A ces images positives du franchissement de la frontière, considérée comme une position à la fois douloureuse mais féconde s’oppose la construction politique de la notion d’étranger. En France, au XIXe siècle, la frontière se politise, s’enracine au cœur même du projet national de la Troisième République, dessinant l’image de plus en plus angoissante d’un étranger redouté devant lequel on ne cesse d’élever des barrières physiques et juridiques (Laurent Dornel).

© Presses universitaires du Midi, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search