Version classiqueVersion mobile

Hommage à Francis Cerdan / Homenaje a Francis Cerdan

 | 
Françoise Cazal

Un discours de la méthode pour bien conduire un sermon et prêcher la vérité en chaire : le prologue de Minas celestiales de Fray Augustín Núñez Delgadillo

Claude Chauchadis

Texte intégral

1Théologien carme d’origine andalouse (1570-1631), Augustín Núñez Delgadillo étudia à Grenade, Séville et Osuna. Il fut ensuite professeur de théologie à l’Université de Saragosse, et enseigna dans différents couvents de son ordre en Andalousie (Grenade, Osuna, Séville, Cordoue). Il exerça également des fonctions de prédicateur dans les différents lieux de son professorat. L’enseignement de la théologie, plus spécialement scolastique, et la prédication sont les deux titres de gloire qu’il revendique dans un livre de sermons intitulé Minas celestiales descubiertas en los Euangelios de Quaresma distribuidas en sermones : primera parte, qu’il publie à Madrid en 1629. Il s’y présente comme un prédicateur qui a derrière lui plus de trente ans de pratique de la chaire et, fort de cette expérience, il n’hésite pas à faire la leçon aux jeunes prédicateurs qui veulent faire carrière dans l’éloquence sacrée. Le message qu’il délivre à deux ans de sa mort prend l’aspect d’un testament spirituel à double titre : d’une part en raison de l’importance qu’il accorde au rôle du prédicateur dans le salut des âmes et d’autre part dans sa volonté de donner l’exemple d’une forme d’éloquence sacrée qui vise plus à l’efficacité spirituelle qu’à la satisfaction des goûts de son auditoire.

  • 1 Bibliographie complète : Sermón de la Gloriosa Sancta Teresa de Jesús.../ predicado... por (...)

2Lorsque Fray Augustín Núñez Delgadillo publie ses Minas celestiales, il n’en est pas à sa première publication en matière d’éloquence sacrée1. Sa bibliographie dans ce domaine est néanmoins assez courte. On relève un Sermón de la Gloriosa Sancta Teresa de Jesús publié à Grenade en 1617, et un commentaire au psaume 17 intitulé De la victoria de los iustos, celebrada por David en el psalmo 17, publié dans cette même ville l’année suivante. Ce dernier ouvrage ne se présente pas d’ailleurs comme un livre de sermons, mais plutôt comme une source d’inspiration pour les prédicateurs, puisque le commentaire au psaume est sous-titré « varios discursos espirituales y predicables » et que seules quelques pages sont consacrées à un « epytome de sermones para todo el año », c’est-à-dire à des résumés thématiques destinés à inspirer les homélies de quelques fêtes liturgiques. C’est dans les préliminaires de ce même ouvrage que l’on trouve une sorte d’appel aux libraires et imprimeurs, où le frère carmélite se plaint de la difficulté qu’il a à publier ses œuvres, faisant une liste d’une vingtaine de tomes en souffrance :

Tengo por imposible sacar a luz mis obras sino se encarga de ellas algún mercader de libros o impresor que las quiera sacar a su costa, porque yo soy fraile pobre (ruego a Dios lo sea cada día más); el que de cualquier reino que sea quisiere sacarlas, escríbame a Granada, que la Religión le hará la comodidad posible.

3Un tel appel fut suivi de peu d’effet, puisqu’il fallut attendre onze ans pour que soit imprimé le premier tome des sermons recueillis dans Minas celestiales. On comprend donc que l’on puisse percevoir dans ce dernier ouvrage une certaine rancœur exprimée par un prédicateur qui semble avoir eu quelque difficulté à obtenir la reconnaissance de son implication oratoire. C’est peut-être dans ce sentiment qu’il faut rechercher les raisons de l’insistance avec laquelle il souligne la qualité de son expérience et ses certitudes sur la validité de sa méthode.

  • 2 Ce prologue n’étant pas folioté, les citations qui en sont extraites sont données sans réf (...)

4Le lieu où se concentrent les conseils donnés aux prédicateurs est, dans le paratexte de l’ouvrage, un prologue de plus de quatre pages2. Le père carme s’y montre plus professeur que prédicateur dans un discours de la méthode sur les quatre critères fondamentaux en matière d’éloquence sacrée : vérité, autorité, clarté et discours. En même temps il personnalise à l’extrême son cours en se donnant comme l’exemple même de ce qu’il convient de faire.

  • 3 Le lien qu’établit Fray Augustin entre vérité et simplicité du style est repris et soulign (...)

5Dès l’exposé du premier point, notre prédicateur souligne que la vérité n’est pas compatible avec ce qui est à la mode dans les sermons de son temps : l’originalité de la pointe, l’exagération de l’hyperbole, autant de procédés que l’on appelle « picantes » et qui sont destinés à séduire l’auditoire3. Pour lui ces abus de rhétorique sont condamnables parce qu’ils conduisent au discrédit les professionnels de la chaire :

He trabajado en que las ponderaciones que doy a la escritura sean en todo rigor verdaderas, porque picantes (así los llama la agudeza de nuestro siglo) no son verdaderos, sino hipérboles falsos, ofenden nuestra fe y desacreditan la autoridad del púlpito.

6On sent pointer derrière cette affirmation une querelle des anciens et des modernes. Les prédicateurs modernes assurent leur succès par le trait d’esprit et l’ornementation baroque. Ils sacrifient le fond à la forme, tout ceci pour répondre au goût du public : « dicen o escriben algunos encarecimientos ajenos de toda verdad, y hácelos atrevidos el auditorio (que ay de todo en los oyentes) que lo menos verdadero es más aplaudido ». Le tort qu’ils font ainsi à la religion est considérable, car non seulement ils vont à l’encontre de la vérité, mais encore ils favorisent l’hérésie qui tire profit de leurs exagérations. Les hérétiques en prennent en effet argument pour perdre tout respect à l’égard des prédicateurs, y compris de saints fondateurs de l’éloquence sacrée, tels que saint Augustin, saint Jean Chrysostome ou saint Jérôme :

  • 4 Le rejet que fait le prédicateur carme des procédés rhétoriques de ses confrères ne se lim (...)

Es tan grande el daño que hace a la autoridad del púlpito este modo de picantes, no verdaderos, que han dado licencia a los herejes a responder a las autoridades de los Santos, diciendo que hablan como predicadores, y así no guardan rigor de verdad sus sentencias4.

7Après avoir insisté à nouveau sur son investissement personnel au service de la vérité : « éste ha sido el fin de mis estudios escolásticos en 30 años de lección continua de teología y estos mismos de púlpito », notre prologuiste passe au deuxième point, l’autorité, qu’il illustre également par son témoignage personnel : « He deseado lo segundo la autoridad, huyendo en esto de extremos a mi corto juicio viciosos ». Ce qui, selon lui, donne de l’autorité au prédicateur, c’est la façon dont il assimile les textes sacrés qu’il doit commenter. Pour expliquer son point de vue, il s’inspire d’une image fournie par le prophète Ezéchiel qui rapporte que Dieu lui demanda de manger un livre dont le goût lui fut plus suave que le miel. Fray Agustín fait de cette image une parabole pour distinguer trois catégories de prédicateurs. Ceux qui ne mangent pas le livre, et dont il n’y a rien à attendre, sont ceux qui ne tiennent pas compte des écrits des pères de l’Église, ou des commentateurs reconnus des écritures sacrées (« expositores graves de la Sagrada Escritura »). Ils se contentent alors de s’inspirer de sermonnaires où tout leur travail est déjà fait : « libros predicables de romance o latín, donde todo está dispuesto y trabajado ». A l’extrémité opposée, il y a ceux qui mangent trop ou trop vite, et vomissent aussitôt la nourriture ingérée. Même s’ils trouvent leur inspiration dans les Pères de l’Église, leur ingestion est trop rapide pour qu’ils puissent asseoir leur autorité. Pour montrer qu’il connaît bien les procédés de certains de ses confrères, le prédicateur carme donne l’exemple concret de celui qui fait un sermon pour une messe des défunts en partant de l’index qui renvoie aux thèmes développés par Saint Augustin dans ses écrits :

Tengo de predicar mañana de difuntos, voyme a San Agustín, y en el Índice leo la palabra hombre, vida, muerte: hallo seis autoridades buenas en sus obras, tómolas de memoria a la noche y a la mañana dígolas, y no más: esto es comer y lanzar la comida.

8Entre les deux extrêmes se situe celui qui mange et qui digère, dont évidemment l’auteur de Minas celestiales est l’exemple. Il prend un passage de l’Écriture, regarde ce que disent saint Augustin et saint Jérôme, lit en outre quatre commentateurs sérieux sur le sujet, et en tire un discours qui tout en étant conforme à la doctrine des saints consultés n’en est pas la répétition formelle. Une telle façon de procéder est ancienne puisqu’elle remonte aux Pères de l’Église, Saint Bernard, Saint Augustin, Saint Jean Chrysostome, saint Grégoire qui n’agissaient pas autrement, se nourrissant de leurs prédécesseurs sans avoir besoin de les citer textuellement. Sur ce point Fray Augustín avoue un péché de jeunesse. Il y a trente deux ans qu’il pratique la chaire, mais pendant vingt ans il a été parmi les premiers à citer des colonnes entières tirées des textes originaux des Pères de l’Église. Il a depuis pris une autre voie, se moquant alors du peu de hardiesse des esprits espagnols (« la cobardía de los ingenios españoles »), qui s’évertuent à trouver une autorité garante de la moindre de leur affirmation, y compris de lieux communs tels que dire que l’avarice est un vice. De telles habitudes conduisent à une nouvelle exagération formelle dont s’enorgueuillissent certains prédicateurs, celle de rechercher des garants peu connus, ou de leur trouver des noms insolites :

[…] quise probar otra vereda, que es cosa de risa ver, que si uno dice la avaricia es vicio, la ha de probar con autoridad de Santo, y si éste es poco conocido, más ufano va el predicador. Y conocí yo sujeto, que cuando no tenía autores extraordinarios que citar, usaba de los sobrenombres de los Padres para hacer ruido con apariencia de autor no conocido. Si había de citar a San Jerónimo, decía el Estridonense, si a San Agustín decía el Hiponense, con esto parecía que traía Autores recién desembarcados de las Indias, y quedaba contento, todo bien de poca sustancia.

9Il est donc clair pour ce prédicateur expérimenté que l’autorité du prédicateur ne réside pas dans une simple reproduction des citations de prédécesseurs illustres ou pas, mais dans un véritable travail d’assimilation personnelle dont une fois encore il a été l’exemple. Ceux qui se contentent d’aligner des citations dissimulent leur incapacité à prouver personnellement ce qu’ils avancent :

[…] y creo que la razón que obliga a los predicadores a llenar de latines de santos los sermones y discursos, es porque las proposiciones de suyo no tienen certeza sin prueba. Al fin yo he de trabajar de manera, que he de lograr mi discurso sin ser continuo relator, que parecen algunos en el púlpito relatores que refieren lo que otros hicieron o dijeron, y nada suyo.

10Ainsi, sur ce second point, qui est celui de l’autorité du prédicateur, l’auteur des Minas celestiales, s’affirme respectueux d’une tradition des anciens qu’il fait remonter aux pères de l’Église, alors qu’il ironise sur ces modernes — c’est d’ailleurs l’épithète moderno qu’il applique à un auteur mozo de poco estudio dont il ne veut pas citer le nom — qui pensent cacher leur indigence spirituelle par des procédés destinés à impressionner leur auditoire. On aura noté au passage le paradoxe dans lequel se trouve notre auteur. C’est dans un livre de sermons qu’il reproche à ses confrères de trouver leur inspiration dans les sermonnaires. Par ailleurs, il pointe comme un défaut la méthode qui consiste à chercher l’inspiration dans les index thématiques, alors que son livre se clôt lui-même sur un index de ce type. De telles contradictions sont probablement l’expression de la rancœur d’un prédicateur qui a eu tellement de mal à publier ses propres sermons.

11Le troisième critère qui doit conditionner un bon sermon est la clarté. Une qualité qui a guidé Fray Augustín autant dans sa chaire de professeur (« la cátedra ») que dans celle de prédicateur (« el púlpito »). Sur ce point aussi, la rancœur du prologuiste contre les sermons à la mode est perceptible. Pour les prédicateurs de son temps, ce n’est point la clarté qui fait un bon sermon, mais au contraire l’obscurité. Lorsqu’ils publient leurs sermons, ils sont sujets à des interprétations diverses et ils s’expriment dans un langage si culte et recherché, en termes si étudiés et élégants qu’ils estiment que leur sermon est mauvais si tout le monde les comprend :

[…] que se usen predicadores que impresos sus discursos andan los muy presumidos varios en interpretar las frases; y que ser culto es ya requisito de un predicador que es maestro, que enseña no a estudiantes, sino a mujeres y hombres que no han profesado escuelas, y cuando todos lo entienden es falta en el predicador.

12Fray Augustín, qui reconnaît que l’éloquence n’est pas son fort, se situe à l’opposé de cette mode recherchant la clarté avant toute chose.

[…] con términos no estudiados, nada bárbaros, nada elegantes declaro mi concepto, y de esta manera he predicado siempre, y siempre me ha favorecido el auditorio más que merezco, y creo es provechoso el estilo claro para hablar del alma y hablar de veras.

13Cette modestie dans la recherche des effets est même le justificatif du titre de son livre. Il offre non des produits finis, mais des mines qu’il met à la disposition de ses frères en éloquence : « Aquí ofrezco escritura, ponderaciones propias, erudición de Padres, todo por labrar ; lábrenlo los predicadores, a quien Dios ha dado el don de la elocuencia ».

14Le dernier point de méthode qu’a recherché Fray Agustín dans ses sermons est le discours (« discurso »). Le terme est aujourd’hui assez vague pour que l’on cherche à en saisir le sens dans son contexte. Il semble proche de la définition qu’en donnait quelques années auparavant Sebastián de Covarrubias dans son Tesoro de la lengua : « el modo de proceder en tratar algún punto y materia por diversos propósitos y varios conceptos ». Il s’agit d’organiser les différents éléments mis en œuvre pour traiter un sujet donné. Le discours est nécessaire à l’art de persuader. Là encore l’auteur des Minas celestiales prône la rigueur de la méthode pour structurer efficacement la démonstration. Il commence par fournir quelques contre-exemples tirés de ses confrères. Certains alignent des considérations décousues, un peu à la façon des clauses testamentaires : « item mando, item mando, que una cláusula no tiene conexión con otra ». D’autres multiplient questions et réponses sans connexion entre elles. Alors que lui-même met tout son soin à structurer son exposé, en annonçant les parties qu’il va traiter et en en limitant le nombre, de façon à mieux frapper et persuader son auditoire : « Trato de la obediencia. Digo que trataré seis puntos de ella, su perfección, su utilidad, su necesidad, sus efectos, sus fines, su favor, etc.[…] y la memoria es más fácil, la persuasión más eficaz, y se habla con orden ».

  • 5 Voir F.Cerdan, « La emergencia del estilo culto en la oratoria sagrada del siglo XVII », C (...)
  • 6 On pense en particulier à l’ouvrage polémique, édité par F.Cerdan et J.E. Laplana Gil, de (...)

15Le prologue de Minas celestiales est donc intéressant sous plusieurs aspects. Il est révélateur des frustrations personnelles d’un prédicateur qui semble avoir eu du mal à passer de l’oral de la chaire à l’écrit de l’imprimerie. Il témoigne aussi des inquiétudes d’un ancien devant les nouveautés qui s’instaurent en matière de prédication. Il exprime ainsi une vision critique des prédicateurs à la mode : ils sont préoccupés par le trait d’esprit et la complexité ornementale qui séduisent leur auditoire. Ils alignent les citations, multiplient les références à des auteurs plus ou moins connus, accumulent les lieux communs recueillis dans les index thématiques, puisent sans intelligence dans les nombreux sermonnaires mis à leur disposition, posent des questions oiseuses qui manquent de pertinence, enchaînent sans les structurer les résultats de leur collecte. Ils font sans doute, comme on dirait aujourd’hui, de l’audience, mais au détriment de l’efficacité et de la persuasion. Pour Fray Augustin la modernité est synonyme d’obscurité et de superficialité. La critique développée par le théologien carme s’inscrit dans le débat sur l’émergence du style culte dans les sermons du début du XVIIe siècle5. Elle n’est sans doute pas d’une originalité extrême à une époque où plusieurs orateurs sacrés, parmi lesquels Fray Hortensio Paravicino, s’exposaient aux sarcasmes en raison d’une rhétorique que certains censeurs qualifiaient d’obscure. C’est néanmoins une pièce à verser dans le dossier complexe des controverses sur la nouvelle éloquence sacrée qui alimentèrent à plusieurs reprises les presses des imprimeurs espagnols6.

Notes

1 Bibliographie complète : Sermón de la Gloriosa Sancta Teresa de Jesús.../ predicado... por el Padre maestro Fray Augustin Nuñez Delgadillo, carmelita. En Granada : por Iuan Muñoz, 1617 ; De la victoria de los iustos, celebrada por David en el psalmo 17 : varios discursos espirituales y predicables/ por el P. M. Fr. Augustin Nuñez Delgadillo, de la Orden de Nuestra Señora del Carmen... ; con epytome de sermones para todo el año... En Granada : por Martin Fernández Zambrano, 1618 ; Minas celestiales descubiertas en los Euangelios de Quaresma distribuidas en sermones : Primera Parte.../ por el padre... fray Agustin Nuñez Delgadillo de la Orden de nuestra Señora del Carmen de la Obseruancia... En Madrid : por la viuda de Luis Sánchez... : a costa de Alonso Pérez..., 1629 ; Puerta de la luz para conocer y tener presentes en todas acciones, palabras y pensamientos a Dios Nuestro Señor.../ por... Agustin Nuñez Delgadillo... En Zaragoça : por Pedro Verges : a costa de Iusepe Ginobart, 1630.

2 Ce prologue n’étant pas folioté, les citations qui en sont extraites sont données sans référence. La graphie en a été modernisée. L’ouvrage est consultable dans quelques bibliothèques espagnoles, mais souvent détérioré. Cette étude a été faite à partir de l’exemplaire numérisé par la Bibliothèque Inter-universitaire de Toulouse.

3 Le lien qu’établit Fray Augustin entre vérité et simplicité du style est repris et souligné par le Fray Diego de Benávides dans son approbation à l’ouvrage. Il fait son éloge comme quelqu’un « que determina cuál es verdad en si, cuál solos hipérboles y energía de arficioso y culto lenguaje, en lo cual es singular y raro entre lo lucido de estos tiempos ; pues no se contenta con conceptuar sobre lo fácil de lo místico de la Escritura (si bien deleitoso y provechoso) ; sino que pasa a conceptuar en lo riguroso y escondido de lo literalísimo de ella, haciendo con su ingenio delgado poderosos reparos de lo que los más superficiales conceptuadores pasaron de largo […]. Escribe en estilo y lenguaje común acordado a todo oyente, cuidando más del grano, que de la paja, del fruto que de la hoja, del vigor del espíritu que de la hojarasca del afectado y gallardo lenguaje (empleo del orador elocuente, o rumboso Poeta)[…] Y excusándose de los relieves reales y afeites del afectado culto, en que algunos hablan y escriben […]. Estos escritos sí que huelen a hombres, stylo hominis y hombre hecho y consumado en todo.

4 Le rejet que fait le prédicateur carme des procédés rhétoriques de ses confrères ne se limite pas aux propos méthodologiques de son prologue. On le retrouve dans un des sermons de Minas celestiales, où il revient longuement sur l’incompatibilité de la vérité avec les fantaisies à la mode. Il reproche à ses collègues une attitude qui flatte leur auditoire au lieu de lui dire des vérités dérangeantes.
[…] es gran bien que venga un predicador celoso que inquiete y alborote, volviendo por la honra de Dios. O si estos predicadores hubiera en Madrid muchos, y que en lugar de picantes, picaran las conciencias, y aun atravesaran corazones, pues por esso se llaman las palabras de Dios saetas agudas y encendidas. (fol. 81 v°). extrait du sermón séptimo, discurso I, intitulé : « Importa muchas veces un predicador que alborote la República, diciendo verdades ».

5 Voir F.Cerdan, « La emergencia del estilo culto en la oratoria sagrada del siglo XVII », Criticón, 58, 1993, p. 61-72

6 On pense en particulier à l’ouvrage polémique, édité par F.Cerdan et J.E. Laplana Gil, de Valentín de Céspedes (alias Juan de la Encina), Trece por docena, Toulouse, PUM, Anejos de Criticón, n° 11, 1998.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search