Version classiqueVersion mobile

La construction et les métiers de la construction à Gérone au XVe siècle

 | 
Sandrine Victor

Conclusion

Texte intégral

1Le XVe siècle est pour la Catalogne, et de ce fait pour Gérone, une époque de profondes blessures politiques, économiques et sociales.

2La crise économique, les épidémies et famines du siècle précédent provoquent une ouverture profonde des plaies sociales durant tout le XVe siècle. En effet, la perturbation des flux de main d’œuvre, causée par les séismes démographiques du XIVe siècle, alliée à un dérèglement de la production, du commerce et des échanges, remodèlent les bases mêmes de la population. Les plus humbles sont jetées dans la misère, grossissant les files d’indigents devant les institutions charitables. Les artisans, qui ont d’abord vu leurs salaires augmenter, subissent rapidement une stagnation du pouvoir d’achat, qui accélèrent leur tendance déjà ancienne à se regrouper. Les bouleversements politiques finissent de déboussoler une société dont les repères économiques et professionnels étaient déjà troublés. La guerre fratricide qui marque la fin du XVe siècle divise encore la Catalogne, entre rivaux politiques, entre seigneurs, monarques, bourgeois et peuple, et entre campagne remença et villes assiégées. Cependant, la population sait faire entendre sa voix, et contribue, par exemple, au changement de mode de recrutement des représentants politiques, par le biais de l’insaculacio. Évoluant dans cette société catalane perturbée, le monde de la construction à Gérone au XVe siècle a montré qu’il était représentatif de son époque, tout en conservant des traits originaux.

3C’est tout d’abord un groupe hétérogène. Situé à la charnière entre les classes aisées et les plus humbles, il regroupe en son sein des manœuvres, qui affrontent régulièrement les affres de la pauvreté, des maîtres, aux revenus plus confortables, constituant une classe moyenne, et des grands artisans (orfèvres, peintres ou riches détaillants) qui, eux, peuvent prétendre à une vie de bourgeois. Cette hiérarchie, dans un groupe de plus de 2 000 artisans recensés pour le XVe siècle, suit des schémas économiques, visibles à travers les impositions, mais également les schémas professionnels. Les confréries de Métiers, organisées au long du siècle, institutionnalisent et figent ces inégalités. L’appartenance à un Métier est désormais la clef qui ouvre non seulement les portes du monde du travail, mais encore celles de la ville et de la citoyenneté. Passage obligé, les Métiers garantissent une formation, sanctionnée par la maîtrise d’œuvre, censée permettre à tous l’obtention du titre de maître. Rapidement, cet examen se transforme en une barrière qui interdit l’accès aux hautes sphères du Métier aux plus humbles et qui stimule la création d’une oligarchie héréditaire de maîtres. L’artisan du bâtiment doit de plus faire sa place dans une société qui rejette les arts mécaniques. En conséquence, l’individu doit se positionner à l’intérieur même de son groupe, à un niveau économique, à l’intérieur de sa structure professionnelle, où ses capacités ne sont pas toujours reconnues, et dans la société, où le groupe lui-même peut se trouver dévalorisé. Tout espoir de promotion sociale est lié à une promotion au sein du métier, qui donnerait à son bénéficiaire une aisance économique, un certain prestige et donc une forme de pouvoir. Mais la fermeture progressive des confréries professionnelles fige l’individu et son groupe dans une grille hiérarchique très fermée, qui les maintient hors des sphères de décision, autant au niveau professionnel, économique que politique et social.

4Pourtant, la construction à Gérone se porte plutôt bien. Les grands travaux sont nombreux : édification et entretien des murailles, reconstruction et embellissement de la ville, achèvement de l’église Sant Feliu, modification du monastère Sant Daniel..., et évidemment construction de la cathédrale gothique. Les fabriques font preuve de leur maturité de décisions et de fonctionnement. Le conseil de 1416 prouve que les autorités peuvent prendre des options ambitieuses de créations architecturales, payantes dans le cas de Gérone. Ces décisions s’appuient sur le savoir-faire, l’expérience et la technique des architectes de l’époque, purs fruits du mouvement gothique européen, dont la Catalogne bénéficie largement des courants d’influence. De plus, tout chantier de cette ampleur demande une assise financière stable. Le chapitre met donc à disposition de sa structure de gestion du chantier, la fabrique, de nombreuses ressources, et la dote de la personnalité civile. Puisant ses ressources financières autant des clercs que des fidèles, par le biais d’impositions, de taxes ou par la stimulation de dons et de legs, la fabrique s’appuye autant sur la ville que sur sa campagne environnante. Cependant, la réussite financière de cette entreprise est surtout liée, dans le cas de Gérone, aux revenus tirés des campagnes, soit par voie directe (dîme, …), soit indirecte (prébendes des clercs…). Les ressources financières provenant de la ville ne concernent majoritairement que les paroissiens de la seu, et non de l’ensemble des habitants de Gérone, qui ne voient pas dans la cathédrale le siège de leur épiscopat, mais une église paroissiale classique. Ils réservent donc leurs dons à leur propre paroisse. C’est donc en s’appuyant majoritairement sur des revenus issus des campagnes environnantes que la fabrique de la cathédrale, mieux connue grâce aux très riches sources archivistiques, réussit à garantir un flux financier relativement constant au chantier, même si l’effort se concentre surtout sur la première moitié du siècle. En effet, les ouvriers du bâtiment sont soumis à de régulières périodes d’inactivité. Les rythmes de travail se calquent sur l’avancée des travaux et les besoins en main d’œuvre, sur la disposition financière, et sur le calendrier liturgique, chômant une petite centaine de jours par an. Ces rythmes sont très irréguliers et se calquent davantage sur la volonté de la fabrique de faire avancer plus ou moins rapidement les travaux que sur de réelles préoccupations climatologiques. Ainsi, l’opposition des rythmes d’activité entre été et hiver n’est pas observée à Gérone. De plus, ces rythmes hebdomadaires, mensuels, saisonniers irréguliers poussent les artisans à travailler sur plusieurs chantiers s’ils veulent une certaine stabilité dans leurs ressources. La main d’œuvre qualifiée ne souffre cependant pas de période d’inactivité prolongée. La mobilité professionnelle est surtout caractéristique des manœuvres ou des artisans peu qualifiés, qui ne jouissent pas de stabilité, et qui peuvent par conséquent être amenés à chercher du travail dans un autre secteur que celui du bâtiment. Le régime salarial est, en définitive, le miroir des disparités sociales et professionnelles. Les rémunérations sont complexes, prenant autant en compte les caractéristiques physiques de l’ouvrier, son expérience, sa place dans la hiérarchie du Métier, que la tâche qu’il aura à accomplir sur le chantier et les risques qu’elle lui fera courir. Sur le siècle, l’évolution de ces salaires annonce une situation qui sera confirmée par l’étude du niveau de vie : les maîtres voient leurs salaires se maintenir à un niveau raisonnable, mais stagner, alors que les manœuvres et les simples tailleurs de pierre bénéficient d’une hausse, cependant modeste, de leurs rémunérations.

5En dehors du monde du travail, c’est dans leur vie quotidienne que nous avons voulu appréhender ces professions liées au bâtiment. Représentant environ 10 % de la population urbaine, les métiers de la construction se répartissent en ville dans les quartiers périphériques, sauf les illustres représentants de l’orfèvrerie, de la peinture, et les riches maîtres d’œuvres qui vivent dans la cité. Hormis à Pedret, au nord, qui est clairement un quartier de tailleurs de pierre, de chaufourniers et de carriers, ces artisans du bâtiment se mélangent largement à la population, sans réels regroupements. C’est d’ailleurs cette diffusion dans la population, et les comportements sociaux de ce groupe qui a largement attiré notre attention. Les politiques matrimoniales montrent d’abord que ces ouvriers ont tendance à s’unir dans leur groupe social, sans forcément pratiquer l’endogamie professionnelle. Le célibat étant rarissime, ils se marient et fondent une famille ayant en moyenne trois enfants. Les filles ne cherchent pas spécialement à se marier avec un artisan du Métier de leur père. En revanche, au moins un des fils suit la destinée professionnelle paternelle, calquant ce comportement social sur le système testamentaire catalan de l’hereu. Dans leurs rapports aux autres, il s’avère que la famille est le noyau dur des relations sociales. Des liens forts se tissent également avec le monde ecclésiastique, puis avec les membres du quartier, et seulement enfin avec ceux du Métier. Le quartier est donc l’unité de mesure de l’univers social de l’artisan du bâtiment : il y retrouve généralement des personnes de sa condition, avec lesquelles il peut prétendre à des unions matrimoniales égalitaires et à des rapports sociaux de confiance. L’appartenance à un Métier n’est pas fédératrice, ce qui pourrait déjà souligner le malaise dont souffre cette structure. Le comportement social de ces ouvriers passe également par leur présence dans la vie de la ville. Politiquement parlant, ils sont largement exclus des représentations citoyennes. Là encore, la hiérarchie des Métiers empêche l’accès de la masse salariale au pouvoir et à la gestion de la ville. Seuls, les maîtres de certains métiers, au pouvoir économique fort ou au prestige établi, auront accès au gouvernement municipal. Même si l’insaculacio vise à changer les choses, la situation reste frustrante pour les artisans de condition moyenne et plus humble. Dans le domaine religieux, il apparaît que les ouvriers et leurs femmes privilégient une Rédemption acquise grâce aux célébrations de messes et de prières, au détriment des dons aux confréries et aux Métiers. Ils sont, de plus, enclins à se tourner vers les ordres mendiants. Les fabriques, quant à elles, n’attirent que très peu les legs. Les dons aux institutions pieuses et charitables reflètent leurs angoisses terrestres : ils favorisent les œuvres luttant contre la pauvreté et la maladie, laissant de côté les causes, plus féminines, comme la libération des captifs chrétiens. Car enfin, la lutte contre les affres de la pauvreté est quotidienne chez ce groupe. Les maîtres pouvant subvenir aux besoins de leur famille, et constituer un patrimoine immobilier ou mobilier transmissible représentent un faible pourcentage de la population étudiée. Pour la majorité, la subsistance est problématique lorsque l’on a constitué une famille. L’artisan est soumis aux secousses économiques, aux hausses des prix du grain et des denrées de base, et aux périodes d’inactivité. Il ne possède qu’une faible marge de manœuvre pour assurer un toit aux siens, les nourrir et les vêtir. Ne grossissons cependant pas le trait : la majorité des familles d’artisans s’en sortent et peuvent assurer la transmission d’un patrimoine à leurs enfants mâles et la dotation de leurs filles. Une frange inférieure, par contre, ne dispose pas de ces ressources d’avance. Les artisans du bâtiment dans leur majorité sont à l’abri des coups durs de nature économique. Mais leurs racines et leurs origines les ancrent parmi les couches les plus modestes de la société urbaine, même si leurs aspirations vont vers la bourgeoisie dirigeante. Le groupe des ouvriers du bâtiment est très représentatif de la société dans laquelle il évolue. Ses membres sont à la fois d’humbles artisans se débattant dans une survie au quotidien et des riches artistes aspirant à faire partie d’une élite urbaine prestigieuse et puissante. Indispensables à la ville et à son développement, la plus grande partie de ces artisans est paradoxalement exclue des représentations politiques et des enjeux économiques, n’engendrant pas ou peu de richesses elle-même. Comme la majorité de la population, ces hommes se débattent dans des hiérarchies croisées : hiérarchies économiques, professionnelles, morales, sociales.

6Leur étude a montré la complexité de les saisir dans leur globalité. Leur importante population recensée, la diversité des vécus socioprofessionnels et la multiplicité des thèmes abordés soulignent cependant les perspectives à venir. Les sources encore à dispositions à Gérone (les actes notariés n’ont été que sondés) peuvent laisser espérer compléter et enrichir cette étude interdisciplinaire. Car la majorité de cette main d’œuvre, celle des sans grades, qui représente à nos yeux la partie la plus intéressante, nous échappe et se laisse deviner uniquement en creux, par manque de traces documentaires. Néanmoins, nous sommes persuadés que les études à venir sauront compléter les axes de recherches ouverts par ce travail, et confirmer nos conclusions. Même si les réalités d’une partie de ce groupe ne nous sont encore que partiellement étudiées, leur trace dans les constructions urbaines majeures perdure jusqu’à nos jours et témoigne de leur présence autant comme groupe que comme individu.

© Presses universitaires du Midi, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search