Version classiqueVersion mobile

La construction et les métiers de la construction à Gérone au XVe siècle

 | 
Sandrine Victor

Troisième partie. Les conditions de vie des ouvriers du bâtiment à Gérone au XVe siècle

Chapitre 4. Comportements : les présences artisanales en ville

Texte intégral

1Les salariés de la construction ont donc une réelle présence en ville. Leu poids économique dans la vie de la cité n’est pas négligeable. Ils forment une structure socioprofessionnelle cohérente, avec une identité propre.

2La présence des artisans du bâtiment peut également se faire ressentir en ville à travers leurs comportements religieux et politiques. Quelles étaient leurs pratiques religieuses et tranchaient-elles sur celles de la majorité de la population ? Quel était leur poids politique, et leur investissement dans la vie de la cité ? Correspondait-il à leur présence économique ?

1. Ouvriers du bâtiment, vie politique et exclusion sociale1

  • 1 La bibliographie est très riche au niveau européen sur ce thème. Citons surtout les travaux de J.Le (...)
  • 2 M. Tinto I Sala, Els gremis a la Barcelona medieval, op. cit., p. 10.
  • 3 G. Lefranc, Histoire du travail..., op. cit., p. 131.
  • 4 Ibid., p. 131.
  • 5 D. Menjot, « Les métiers en Castille au bas Moyen Âge : approche des “vécus socio-économiques” », L (...)
  • 6 P. Bonnassie, La organizacion del trabajo en Barcelona..., op. cit., p. 40.
  • 7 J. Heers, Le travail au Moyen Âge, op. cit., p. 106.
  • 8 A. Rigaudière, « Hiérarchie socio-professionnelle et gestion municipale dans les villes du midi fra (...)

3Il y a deux façons pour l’artisan de la construction d’intervenir dans la vie politique de sa ville : soit individuellement, soit en groupe, dans le cadre de son Métier. En effet, les villes ont un intérêt particulier pour les confréries de métiers2. La levée d’impôt est plus facile quand il s’agit d’une structure réglée. Dans le royaume de France3, les autorités locales ont vite compris le parti financier qu’elles pouvaient tirer les confréries de Métiers, contrairement à l’Allemagne, où le pouvoir local leur est encore hostile tout au long du XIIIesiècle. De plus, les Métiers représentent une exigence de qualité pour l’artisanat local, puisqu’ils maintiennent un niveau de rigueur technique et une cohérence, qui sont à l’origine d’une sorte de « marque de fabrique ». Enfin, les Métiers sont directement investis dans la défense de la ville, puisqu’ils ont la charge de la défense d’une partie des remparts. Pour la royauté4, la confirmation des privilèges d’un Métier lui confère un pouvoir sur ces structures, et l’intègre dans le système. En outre, une partie des amendes payées par les contrevenants aux dits privilèges et règlements de Métiers est partagée avec le trésor royal. C’est enfin pour lui un moyen sûr de contrôler les individualités. Les autorités politiques et les confréries de Métiers vivent dans un entrelacs d’interdépendances complexes. Ainsi, en Castille5, au XVe siècle, à la tête des Métiers étaient nommés des magistrats jurados ou veedores, choisis par les autorités urbaines. Même si dans certaines villes, comme Murcie, les Métiers se libèrent un peu en élisant eux-mêmes ses propres magistrats, leur prise de pouvoir était toujours soumise à l’accord du municipe. Les Métiers vont peu à peu acquérir pouvoir et indépendance vis-à-vis des autorités locales. Parodiant la structure politique civile, certains Métiers appellent leur assemblée de confrères le « Consell general »6. Ils jouissent d’une liberté de réunion, acquise au fils des années. En effet, la présence d’un viguier ou d’un fonctionnaire royal était d’abord requise pour l’élection des prohoms. Les confréries de Métiers exerçaient de plus un pouvoir de justice et d’arbitrage, et elles ne recouraient à la justice publique qu’en cas de réelle impossibilité de jugement. Bref, les Métiers se targuaient de véritables privilèges sociaux et politiques7. Les organisations professionnelles et les autorités politiques, locales ou nationales sont donc largement interdépendantes. Les Métiers fédèrent et représentent la masse des artisans, base sociale des villes. Leur poids politique devait donc être important. Jusque dans les années 1330, dans le sud de la France par exemple8, les corps de métiers essayent d’intégrer le gouvernement municipal, et ce, au détriment du patriciat. Cependant, cet essor se fait toujours en faveur des Métiers dit « majeurs ». Après 1330, des revendications se font entendre, émanant des métiers « mineurs », qui sont souvent proches de la misère, et plus sensibles aux aléas de la conjoncture. Plus que le pouvoir, ces Métiers dits « mineurs » cherchent à contrôler et orienter l’action de ceux qui détiennent déjà les commandes. Si des mutations interviennent jusqu’à la fin du XVe siècle, ce n’est cependant qu’au profit des élites, financières ou de Métier. Le XIVe siècle met au pouvoir une élite bourgeoise, secondée par les marchands, les drapiers, au détriment des représentants des « petits » métiers. La seconde moitié du siècle est davantage marquée par les contestations venues de la base, mais dont profitent uniquement les professionnels du droit, car les nouvelles structures de gestion municipale ont besoin de la culture des lettrés pour inscrire leurs réformes dans un cadre juridique. Le XVe siècle redonne la parole aux plus nombreux : cela se fait grâce à des réformes institutionnelles, mais ne débouche pas réellement sur l’accès aux postes dirigeants. Si les Métiers sont représentés, c’est encore une fois de plus par leurs élites.

  • 9 B. Geremek, « Travail, économie et exclusion sociale : les métiers maudits », Gerarchie economiche. (...)
  • 10 Henryk Samsonowicz, « Hiérarchie économique et hiérarchie sociale dans les villes », Gerarchie econ (...)
  • 11 Anne Marie Piuz, « Intégrés et exclus dans les hiérarchies économiques des sociétés traditionnelles (...)

4Là, se pose le problème de l’exclusion politique et des hiérarchies de Métiers. L’accès à la vie et à l’exercice politiques ne peut se faire pour la majorité des salariés, et en particulier ceux du bâtiment, car à la base, ils souffrent d’un dénigrement social très fort. La société médiévale est divisée en mains (majeure, moyenne et mineure), elles-mêmes sous-divisées en états. Ces estaments, en catalan, forment une hiérarchie non pas fondée sur la fortune ou le rôle dans la production de richesse, mais bien sur l’estime, la dignité ou l’honneur que la société lie à certaines fonctions, et en particulier celles de gouvernement. Tous les groupes sociaux de la ville s’ordonnent donc autour d’une classe dirigeante, définie par sa fonction sociale et/ou son style de vie. Selon la qualité des services qu’ils lui rendent, ils sont plus ou moins éloignés, en terme de hiérarchie sociale, de ce groupe dominant. Le groupe des artisans est largement marqué dans les sociétés médiévales. Le travail, et surtout le travail manuel, n’est pas valorisé dans l’idéologie de l’époque9. Le travail physique est méprisé. Cependant, l’émigration vers la ville a pour moteur la possible promotion sociale, inexistante à la campagne10. Cette promotion sociale, et l’intégration dans la vie urbaine passent par le travail11. Dans une société profondément structurée par la religion, la bible même sème le trouble dans les esprits : le travail est partie intégrante de la condition humaine, et est en cela obligatoire et sain, mais il est également la punition infligée aux hommes pour laver le péché originel, et souffre donc d’une condamnation morale.

  • 12 A. M. Piuz, « Intégrés et exclus... », op. cit., p. 733.
  • 13 A. M. Piuz, « Intégrés et exclus... », op. cit., p. 732.
  • 14 B. Geremek, « Travail, économie et exclusion sociale... », op. cit., p. 798.
  • 15 Ibid., p. 804.
  • 16 Rolf Sprandel, « Corporation et luttes sociales au temps préindustriel », Studi Medievali, XXIII, I (...)

5Avec la mise en place des Métiers, certains artisans ont pu se distinguer et sortir de la masse des ouvriers marqués du sceau du travail manuel. Mais leur appartenance à ces confréries les emprisonnait également dans une autre hiérarchie, professionnelle cette fois. Alors qu’au sein d’un métier, les maîtres doivent être égaux car ayant chacun passé avec succès l’examen de la maîtrise, ceux qui possèdent un atelier avec des salariés à leurs ordres sont considérés comme supérieurs à ceux qui travaillent simplement comme salariés sur un chantier. Comme l’appartenance au Métier tend à devenir obligatoire, cette structure regroupe en son sein des niveaux très différents d’artisans : le niveau inférieur du métier comprend les ouvriers proches du seuil de pauvreté, le niveau supérieur les artisans « bourgeois»12. L’homme « artisan » est donc soumis à la stratification de la société, de son Métier, et même de son Métier vis-à-vis des autres Métiers, car certaines confréries professionnelles cherchaient avant tout à asseoir leur domination sur les autres. La hiérarchie des Métiers est d’abord fondée sur le temps que l’on passe à s’y former, puis sur le risque encouru par les artisans, sur l’habilité dont il faut faire preuve pour l’exercer et enfin, sur la confiance que ce métier requiert13. Et pour s’assurer une supériorité sur les autres, ces Métiers ont développé leur action en direction de l’accès aux dignités urbaines, mais aussi sur la place qu’ils occupaient dans les processions religieuses ou des ordres de préséances. À Londres, par exemple, 18 grands Métiers sur 50 jouissaient du droit d’avoir des armoiries14. Si une organisation professionnelle ne bénéficie pas d’une situation matérielle forte, d’une place de choix sur le marché du travail et d’une participation à la vie politique, celle-ci ne peut qu’être mise à l’écart. C’est ainsi que de nombreux métiers sont considérés comme « vils » : les activités liées à l’usure et à la débauche, évidemment, mais également les artistes errants, les métiers salissants (bouchers, mégissiers, ...), les métiers immoraux (taverniers, ...). Les orfèvres de Cologne15 interdisent l’accès à leur Métier aux fils mal nés, et aux fils de barbiers, d’artistes errants et de tisserands de lin. les Métiers, en créant ainsi, sur les bases d’une conscience sociale forte, des exclus, renforcent leur identité de groupe, car l’exclusion est le moteur de cohésion de la communauté. L’accession par certains Métiers, et au-delà, par certains membres de ces Métiers aux charges les plus hautes de la vie municipale ne fait qu’exacerber les frustrations des artisans les plus modestes, déjà soumis à des pressions sociales fortes. Les confréries de Métiers ont évolué vers un rôle politique au détriment de leur fonction économique et protectrice16. Ce n’est pas réellement la confrérie qui s’oriente vers les charges politiques, mais les plus libres et les plus riches des maîtres. Ceux-ci, d’ailleurs, continuent à s’enrichir puisqu’ils savent tirer un profit maximum de leurs charges, ce qui ne fait qu’accentuer les inégalités au sein d’un même Métier. Les niveaux supérieurs ont pouvoir politique et richesse, les niveaux inférieurs ni l’un ni l’autre. Pouvoir politique, pouvoir dirigeant et poids économique sont donc intimement liés. Quand les couches inférieures des Métiers ne peuvent réellement plus se reconnaître dans leurs représentants, elles essayent de quitter ces structures qui ne leur correspondent plus pour former d’autres confréries. C’est par exemple le cas à Florence avec la révolte des Ciompi. L’exclusion politique mène donc à la révolte des artisans.

  • 17 Josep Maria Torras I Ribe, Els municipis catalans de l’antic regim, 1453-1808, Barcelona, 1983, p.  (...)
  • 18 C. Guilleré, « Les élites urbaines catalanes à la fin du Moyen Âge : l’exemple géronais », Les élit (...)
  • 19 Ibid.
  • 20 J. M. Torras I Ribe, Els municipis..., op. cit., p. 62.
  • 21 Cité par J. M. Torras I Ribe, Els municipis..., op. cit., p. 64.
  • 22 Cité par J. M. Torras I Ribe, Els municipis..., op. cit., p. 64. « Mieux vaudrait y mettre des bouc (...)

6Ce schéma global est-il valable à Gérone ? L’évolution des gouvernements locaux en Catalogne au long des XIVe et XVe siècles suit largement les mouvements européens. D’ailleurs, le régime municipal catalan a plus de points communs avec le modèle européen et surtout Italien, qu’avec le système castillan17. C’est l’organisation du municipe consulaire méditerranéen qui influence l’organisation catalane. La société catalane est divisée en trois mains, constituées par le privilège de 1284, acte fondateur du consulat et de la vie politique géronaise18. La ma major regroupe les citoyens et bourgeois honrats, mais « sens exercir art mechanica ». La ma mitjana est celle des marchands et juristes, la ma menor celle des artisans. Ces mains se regroupent dans une universitat, ainsi appelée car elle est sensée représenter toute la communauté urbaine. Cette université s’organise avec trois instances représentatives : le grand conseil ou Consell general, autrement nommé Consell dels Cents à Barcelone, la Commission permanente (Trentenari ou Consell secret), et les charges exécutives, trois à cinq par an, nommées jurats, consols, consellers selon les régions de Catalogne. Six probi homines gouvernent la cité, deux par main. Ils détiennent l’exécutif urbain et sont nommés jurats pour la première fois en 1310, les prohoms devenant les conseillers qui sont nommés avec eux19. L’élection se fait d’abord par cooptation, puis, adopte un système mixte de tirage au sort et de cooptation à partir de 1374, puis le seul tirage au sort en 1457. Cette organisation est très ambiguë. En effet, elle est démocratique car elle représente toute la population, mais cette représentation est disproportionnée. La main majeure correspond à moins de 5 % de la population, la main moyenne de 10 à 15 % et la main mineure plus de 80 %20. Cette distorsion de la réalité représentative est d’autant plus faussée que les deux premières mains ont tendance à s’allier entre elles. De plus, cette disproportion s’accentue quand on monte dans les charges, puisqu’avant 1452, le Consell secret était la réduction exacte au quart du Consell general. Mais ensuite, on se rend vite compte que 3 consellers sur 5 appartiennent à la main majeure. Les artisans des métiers de la construction sont-ils représentés, et dans proportions ? La question est de savoir qui détient les rênes de la vie politique à Gérone. Le système est sensé représenter la totalité de la population. La première faille apparaît ici : Tomas Mieres21 précise en 1439 que « oficiales sunt eligendi divites et non pauperes ». Donc, même si les artisans sont représentés, ils le seront par les grands dirigeants des Métiers et non par les plus pauvres d’entre les salariés. La barrière financière existe, complétée par cette barrière mentale qui refuse l’accès du peuple au pouvoir. La réaction du notaire Safont, rédacteur du Dietari de la Diputacio, en 1453, lorsque pour la première fois un artisan de la busca est élu conseiller de Barcelone est révélatrice : « Tant se valdria metre-hi bocs com homens de vil condicio »22.

  • 23 Voir le cas des Samsó et des Margarit, dans S. Sobreques I Vidal, Societat i estructura politica de (...)
  • 24 H. Pirenne, Les villes et les institutions urbaines, Paris, 1939, p. 226.
  • 25 J. M. Torras I Ribe, Els municipis..., op. cit., p. 44.

7Le gouvernement de Gérone correspond exactement aux traits déjà vus plus haut : il s’agit d’un gouvernement quasi privé tenu par une oligarchie bourgeoise, qui pour maintenir ces privilèges, n’hésite pas à aller jusqu’à la fraude électorale, la corruption et l’achat de votes. Chaque année, les élections sont sources de rivalités exacerbées entre les différentes factions dirigeantes, conduisant à des rixes, voire à des meurtres23. Les crises se multiplient et provoquent les mécontentements du petit peuple qui, lassé d’être écarté du pouvoir dont il ne peut que constater la corruption, se soulève. C’est le « soulèvement des communs»24. Gérone répond donc à un schéma déjà vécu dans les autres pays d’Europe. Là où la Catalogne avait montré des signes d’ouverture, en acceptant dans la vie politique les artisans, contrairement à la Castille où la majeure partie des artes mechanice est considérée comme vile25, on retrouve les comportements déjà observés. Les artistes, marchands, notaires, orfèvres et autres représentants des arts libéraux, n’ont que mépris pour les artisans de base qui essayent de se hisser dans la vie représentative. Pour calmer les révoltes, la Catalogne adopte un système original : l’insaculació.

  • 26 S. Sobreques I Vidal, Societat i estructura politica..., op. cit., p. 77 sq.
  • 27 Cette milice, appelée sagramental, a été instituée en 1430. C’était une force antinobiliaire crée p (...)
  • 28 Pour les vissicitudes du sagramental et du paiement des indemnités, voir S. Sobreques I Vidal, « Re (...)
  • 29 Ibid., p. 199.

8Il n’est pas dans notre propos de faire une histoire institutionnelle de Gérone, mais il convient de s’arrêter sur cette réponse politique aux exigences du peuple. L’insaculació est un système électoral fondé sur le hasard26. Comme nous l’avons déjà vu, le facteur hasard était déjà utilisé depuis 1370 dans un système mixte de cooptation-tirage au sort. En effet, le premier système mis en place par Pere III en 1344, constituait un conseil de 80 membres, dont émanaient les 6 jurats, désignés par les magistrats sortants. Devant les dérives oligarchiques évidentes du système, la reine Maria franchit un premier pas en 1437 en ajoutant un peu plus de hasard que dans le système de 1370. Dorénavant, les jurés sortant rédigent un cens pour chacune des mains. Il doit y avoir 54 noms sur les recensements des deux premières mains, et 52 pour la main mineure. Le premier janvier, un enfant tire au sort 26 noms pour la main majeure, et 27 pour les deux autres. Puis, chaque main choisit 5 personnes, et de ce groupe de 15 personnes, on tire au sort 6 électeurs (2 par mains). Chacun choisit 6 personnes, constituant ainsi un groupe de 36 candidats, dont 6 seront tirés au sort pour être jurats. La reine voit dans ce système une plus grande place à la démocratie. Elle sous-estimait la malice des hommes. Les listes doivent avoir 54 noms au maximum, mais il n’est pas précisé de minimum. Les représentants de la main majeure ne présentent donc que des listes d’une trentaine de personnes, s’assurant ainsi le renouvellement aux charges. Les artisans ne sont pas dupes. À la suite d’un incident entre les Samsó et la milice armée27 en 1453, et surtout d’une tentative de meurtre d’un des capitaines de la milice par un envoyé des Samsó, le sagremental, suivi par le peuple, est dans la rue. Contrairement aux apparences, la population ne prend pas spécialement la défense de la milice, mais profite plutôt de l’occasion pour évacuer sa haine des puissants et de leurs méthodes, qui les éloignent de la représentation politique. Quoiqu’il en soit, le peuple va détruire le palais des Samsó, qui vont demander des indemnités. C’est du règlement de ces indemnités que découlera, en partie, l’insaculació. En effet, les artisans impliqués dans la destruction du palais, une centaine de personnes, se voient condamnés à payer 30 000 sous aux Samsó. Devant l’impossibilité financière de la majorité, la municipalité est priée de régler la note, puisque, après tout, la milice, à l’origine des destructions, était un organe municipal. Les artisans reçoivent le droit de se réunir pour trouver une forme de règlement au conflit (la municipalité refuse d’endosser le paiement qui la mettrait au bord de la ruine, à moins de lever des tailles extraordinaires, qui, elles, risqueraient d’entraîner un grave conflit social). De ces réunions émanent des pétitions pour une plus grande participation des classes inférieures au gouvernement local. À Barcelone, pour affaiblir le parti de la biga au profit de celui de la busca, favorable aux estaments moyen et inférieur, la royauté met en place une politique qui présente une réelle avancée « démocratique»28. Le lieutenant du roi Joan promulgue donc en mars 1457 l’insaculació à Gérone. Le conseil est composé de 80 membres dont 6 jurats et 74 conseillers, répartis en trois mains de 25, 25 et 24 représentants, tous tirés au sort. Les listes de noms préliminaires que devaient constituer les mains moyenne et majeure disparaissent. En revanche, on tire désormais au sort parmi 100 noms de la main mineure, et non 36 comme auparavant. La mesure est populaire et le cens de 100 noms est plus représentatif de la réalité sociale et professionnelle. Désormais, tous les chefs de famille majeurs et vivant à Gérone pouvaient se faire recenser pour être tirés au sort. Il va sans dire que la nouvelle mesure est impopulaire parmi le patriciat qui boude le système29. Néanmoins, ce mode d’élection restera en place jusqu’à la Nova Planta, au XVIIIe siècle. L’avancée représentative faite par les artisans est donc bienvenue, d’autant que plus rien ne bougera pendant trois siècles.

9Concrètement, quelles sont les conséquences de cette réforme pour les métiers de la construction ? La première constatation est qu’ils n’apparaissent que très peu dans la représentation politique. Tous les métiers sont loin de figurer parmi les représentants de la main mineure. On trouve d’abord et surtout les métiers de la décoration. Deux membres de la famille des orfèvres Artau, Francesc en 1406 et Guillem en 1421 sont jurats pour la main mineure. Le peintre Francesc Borrassà est lui aussi jurat de la main mineure en 1411. En 1446, on rencontre le peintre Antigo parmi la liste des membres du conseil. Ensuite, ce sont les artisans les plus riches qui figurent parmi les représentants de la main mineure. Le tuilier Montserrat Guinau est jurat en 1444, et membre du conseil en 1446. Le riche maréchal-ferrant Francesc Bofill fait partie du conseil la même année. La richesse est souvent accompagnée du prestige, et c’est pourquoi nous trouvons ensuite les maîtres d’œuvre des grands chantiers, comprenons de la cathédrale. Pere Cipres, charpentier, siège au conseil en 1444 et 1446, Berenguer Cervia en 1466 et 1472. Tailleurs de pierre et charpentiers profitent de la réforme pour siéger dans l’exécutif urbain : le charpentier Bartholomeu Ventello siège au conseil en 1472, et le maître et riche tailleur de pierre Boet, d’abord conseiller en 1494, devient jurat en 1497. Le maître tailleur de pierre Bernat Vicenç siège aussi au conseil en 1472. Les artisans du bâtiment présentent les mêmes caractéristiques dans la représentation politique de la majorité des artisans catalans et européens. Ils sont globalement sous-représentés, même si leur nombre augmente après 1457, et qu’en 1472 ils soient trois sur 24 représentants de la main mineure au conseil, ce qui correspond à 12,5 % des effectifs, équivalent à leur représentation démographique. Seuls les élites des Métiers ont accès à une charge politique aussi prestigieuse que celle de jurat. On ne trouve que des métiers de prestige (peintre, orfèvre), les élites de la confrérie des Quatre Saints Martyrs : les maîtres d’œuvre de la seu et les charpentiers, ou les riches fournisseurs (tuiliers, maréchaux-ferrants). Avec l’insaculació, apparaissent tout de même les tailleurs de pierres, en la personne de Francesc Boet, dont on a étudié le patrimoine, et Bernat Vicenç pour lequel nous ne disposons malheureusement pas d’estimation de patrimoine. Quand bien même, il serait le seul représentant sur tout le siècle de la classe moyenne des artisans du bâtiment. Les métiers de la construction présentent bien deux groupes distincts : d’une part, une qui élite dirige le Métier, contrôle le marché (les représentants au conseil de la ville sont tous les fournisseurs de la municipalité), financièrement déconnectée de la base et aspirant à se hisser au rang des grands bourgeois de la main moyenne. Cette catégorie représente un point de rupture net entre le groupe dirigeant, dont elle est la frange inférieure, et les plus humbles, qui n’ont pas accès à la représentation, même si l’insaculació tend à changer les choses en ce sens. D’autre part, un second groupe est composé d’artisans plus proches de la misère que du confort de vie. Sous-représentés autant dans leur Métier où ils n’ont pas accès aux charges, que dans la vie politique, ils forment une masse d’artisans, économiquement, professionnellement et politiquement assujettie au groupe dominant.

2. Le comportement religieux au travers des testaments30

  • 30 Les sommes annoncées sont en sous, arrondies. Par conséquent, les calculs de moyennes ont été ramen (...)
  • 31 Cf. infra : « organisations professionnelles ».
  • 32 AHMG, Manuals d’acords, n° 45, 1419, fol. 39 v. Voir également Ll. Batlle I Prats, « Piadosas manif (...)
  • 33 Ll. Batlle I Prats, « Piadosas manifestaciones de devocion gerundense..., op. cit., p. 176. Extrait (...)
  • 34 Voir les travaux de J. M. Pons Guri, « El testamento parroquial gerundense en el siglo XIV », Annal (...)

10Cerner les croyances et comportements d’ordre spirituel est un exercice difficile. Néanmoins, la documentation nous donne accès, grâce aux testaments, à la manifestation concrète des dévotions à travers la répartition des legs pieux. Au-delà des testaments, nous avons déjà vu le rôle religieux des confréries et leur poids dans la structuration de la société artisanale31. Le comportement religieux se manifeste d’abord au niveau du groupe. L’individu est soumis au rythme de travail imposé par l’Église (fêtes religieuses chômées) et par la confrérie de Métier (saints patrons). La vie professionnelle se fait sous couvert religieux, puisque par exemple les réunions du Métier n’ont lieu qu’après avoir écouté l’office. Le poids des saints patrons du Métier des tailleurs de pierre et des charpentiers dépassent d’ailleurs le strict cadre de leur profession. En effet, les Quatre Saints Martyrs jouissent d’une dévotion populaire, qui d’ailleurs a été officiellement instaurée par la municipalité32. La ville de Gérone accorde donc une place de choix au culte des Quatre Saints Martyrs, fêtés le 31 mai. Pour justifier cette dévotion, la municipalité fait des quatre tailleurs de pierre des enfants du pays : ils seraient nés à Girona, Viladesens, Sarria et Sant Julia de Ramis. Quoiqu’il en soit, ce culte au niveau municipal, qui durera jusqu’au XVIIIe siècle33, donne un poids supplémentaire à la confrérie de Métier des Quatre Saints Martyrs, dont la pratique religieuse de groupe se voit fusionner avec une pratique au niveau local. La façon la plus sûre d’appréhender les pratiques religieuses au niveau individuelle est donc d’utiliser les testaments34.

  • 35 Nous n’avons utilisé pour cette étude que les premiers testaments, mettant de côté les testaments p (...)

11Nous disposons d’un corpus de 123 testaments35, dont 56 de femmes d’artisans. En effet, il peut être intéressant de distinguer les artisans de leur femme dans les pratiques religieuses. D’un point de vue global, les sommes léguées en clauses pieuses dans ces 123 testaments sont de 18 737 sous, dont 69,45 % (13 012 sous) sont données par les hommes, contre 30,54 % (5 724 sous) par leurs épouses. Il faut néanmoins noter que nous n’avons pris en considération que les legs monétaires, les legs en nature ou ceux laissés à la discrétion des exécuteurs testamentaires étant impossibles à estimer. Nous pouvons résumer les données globales du corpus comme suit :

  • 36 Toutes les sommes sont arrondies à l’unité inférieure si la décimale est inférieure à 6 deniers, à (...)

Nombre de testaments

123

Hommes
Femmes

67
56

 

TOTAL DES LEGS

18 737 s.

Hommes
Femmes

13 012 s.
5 724 s.

69.45 %
30.54 %

Somme moyenne léguée36

152 s.

Hommes
Femmes

194 s.
102 s.

 

Somme minimale léguée

Homme

4 s.

Femme

5 s.

Somme maximale léguée

Homme

5 350 s.

Femme

1 051 s.

Nombre de testaments avec clauses en nature ou clauses non chiffrées

47

38.21 %

 

 

Tableau 29 : Synthèse du corpus testamentaire : les legs.

12La somme léguée en moyenne est de 152 sous, soit environ 50 jours de travail d’un compagnon tailleur de pierre, c’est-à-dire un salarié du milieu de l’échelle socioprofessionnelle. Les legs les plus importants sont faits, évidemment, par des maîtres ou des femmes de riches fournisseurs. Ainsi, c’est le maître de la seu Francesc Gomis qui lègue en 1494 la somme énorme de 5350 sous pour des institutions religieuses, et c’est la femme du maréchal ferrant Llobet qui consacre 1 051 sous en legs pieux.

  • 37 M. J. Arnall I Juan, « Testaments de fons monacals... », op. cit., p. 60.

13La première disposition prise par le testateur est le choix du lieu de sa sépulture. Le poids des croyances d’une vie de l’âme dans l’au-delà joue un rôle de première importance dans le choix d’une terre sacrée pour le dernier repos du corps37. C’est un acte de libre élection. Le testateur choisit souvent le cimetière de l’église la plus proche, ou le cimetière où repose une partie de sa famille. C’est ainsi que 42 sépultures sur 123 renferment déjà une parentèle : la majeure partie du temps, il s’agit de l’époux ou de l’épouse, puis des enfants, des parents, ou encore d’un frère. Si le testateur peut choisir sa paroisse de sépulture, il peut également faire le choix d’être enterré dans le cloître ou le cimetière de la dite paroisse. Dans 91,86 % des cas, c’est le cimetière qui est choisi, et seuls 5 hommes et 2 femmes choisissent le cloître (5,69 %), où une tombe familiale est déjà entretenue. Si les églises sont souvent le lieu choisi pour être enseveli, les monastères et couvents ont également séduit certains testateurs. Néanmoins, dans la concurrence entre les églises et des ordres religieux pour les sépultures, le testateur voit souvent sa conscience taraudée s’il choisit une tombe dans un couvent au détriment du cimetière de sa paroisse. C’est pourquoi, dès le XIVe siècle et au XVe siècle, apparaît l’habitude de léguer une somme à l’église, iure sepulture, dont on est paroissien, si l’on se fait enterrer ailleurs. C’est le cas par exemple du charpentier Palau, qui, en 1424, choisit une sépulture à Sant Feliu, mais qui donne 5 sous à la seu pour la dite sépulture, tout comme cet autre charpentier, Plan, qui en 1428, se fait ensevelir dans le cloître des frères Prêcheurs, mais lègue 5 sous à sa paroisse de Sant Marti ça Costa. La répartition du choix des sépultures par les actifs du bâtiment ou leurs épouses au XVe siècle est la suivante :

Lieu de sépulture

Hommes

femmes

Total

% des sépultures

Seu

52.38 %

47.61 %

21

17.07 %

Sant Feliu

51.92 %

48.07 %

52

42.27 %

Sant Pere de Gallicans

54.54 %

45.45 %

11

8.94 %

Santa Suzana del Mercadal

66.66 %

44.44 %

12

9.75 %

Sant Marti ça Costa

50 %

50 %

8

6.5 %

Frères Mineurs

80 %

20 %

5

4.06 %

Frères Prêcheurs

50 %

50 %

8

6.50 %

Mercè

100 %

0 %

2

1.62 %

Autres

100 %

0 %

1

0.81 %

Non précisé

44.44 %

66.66 %

3

2.43 %

Tableau 30 : Choix du lieu de sépulture.

  • 38 AHPG, not. 2, n° 251, fol. 151 r., testament de Berenguer Conques, maréchal-ferrant.
  • 39 AHPG, not. 2, n° 255, fol. 5 r.
  • 40 AHPG, not. 2, n° 272, fol. 197 r.
  • 41 AHPG, not. 2, n° 255, fol. 103 r.

14Il apparaît que la majorité des ouvriers ou de leurs épouses préfère se faire enterrer à Sant Feliu, église hors les murs, qui conserve les reliques du Saint patron de la ville : Sant Narcis. La cathédrale n’est que seconde dans le choix des sépultures. Sans souffrir néanmoins d’un désintérêt, le siège épiscopal ne possède peut-être pas les attraits souhaités. Siège de la confrérie des tailleurs de pierre et des charpentiers, elle ne cristallise cependant pas leur choix. Les autres lieux d’enterrement sont répartis sur toute la ville, mais représentent moins de 10 % des choix chacun. Cependant, si l’on cumule les sépultures dans les monastères et couvents, on arrive à 21,12 % des choix, après Sant Feliu et devant la seu. Le poids des ordres mendiants est donc fort, même si aucun ne renvoit des préférences des testateurs. Pour ces sépultures, il est coutume de laisser une somme d’argent en droits. Nous avons déjà vu qu’une seconde somme peut être donnée à la paroisse pour se faire « pardonner » de ne pas y être enterré. Le montants des droits de sépulture est fixe : il est de 4 ou 5 sous. Souvent d’ailleurs, ces droits ne sont pas chiffrés, et il est stipulé que : « : Eligo autem sepulturam meam in cimiterio ecclesie sedis Gerunde et dimitto ibidem iure mee sepulture totum id quod per meos consimiles est assuetum dimitti… : »38. Hormis ce casuel, certains choisissent de donner une somme supérieure, en détaillant leurs dernières volontés. Il s’agit souvent de la célébration de messes le jour de la sépulture. Ils demandent parfois à ce qu’une nouvelle pierre tombale soit réalisée. D’autres vont plus loin dans l’organisation de leurs funérailles. Voici les dernières volontés de Francesc Bofill autour de sa sépulture39 : il souhaite une messe canoniale sous l’invocation de Marie, et avec des orgues. Il veut aussi que soient chantés 7psaumes pénitentiaires. Il prend à sa charge le prix des torches et des cierges qui brûleront ce jour-là, et demande en plus à ce que les cloches sonnent. Enfin, son corps devra être porté autour de la ville par deux confrères de la confrérie de Saint Éloi, et par deux autres de la confrérie de Saint François. Notons au passage que ce maréchal-ferrant fait partie de deux confréries : celle de son métier (Saint Éloi), et l’autre, de nature purement religieuse (Saint François). Le choix des messes le jour de l’enterrement est laissé aux religieux, mais de nombreux testateurs précisent tout de même la teneur des oraisons. Le maréchal-ferrant Llobet40 veut une missa de officio Beate Marie, plus des psalmi penitenciales cum letania, et enfin des misses, absoluciones et capites. Le charpentier Ventello41 veut en plus des messes chantées.

15Ce même Ventello ordonne en outre qu’au jour de son enterrement, une nouvelle pierre tombale soit faite: «:Volens, ordinens et mandens quod lausa lapidea que iam ibidem est perficiatur et quod in uno capite fiat unam axiam et in alio capite unum flabellium sive ventall:». Les signes distinctifs choisis font autant appel à sa culture professionnelle (axiam- la hache) que son identité propre (l’éventail est étymologiquement l’origine de sa famille : ventall-Ventello).

16En général donc, les dons faits pour le jour de l’enterrement dépassent la somme des droits de sépulture stricts.

 

Total

Moyenne

Hommes

634

9.44

Femmes

557

9.94

TOTAL

1191

9.67

  • 42 M. J. Arnall I Juan, « Testaments de fons monacals... », op. cit., p. 65.
  • 43 AHPG, not. 4, n° 205.
  • 44 Le neveu de Francesc Gomis lui récitera un trentain à Sant Marti ça Costa (AHPG, not. 1, n° 559).
  • 45 Testament de Pla, charpentier, 1428 (AHPG, not. 4, n° 61).

17Les femmes accordent une somme légèrement plus importante que leur mari à leur enterrement. La moyenne générale est toutefois modeste. En dehors du jour de leur enterrement, la majorité des testateurs recommande leur âme à Dieu en faisant dire des séries de messes dans les diverses églises, couvents et monastères de la ville. Certains fondent même des anniversaires. Dans la course à la rédemption des péchés, c’est en effet d’abord par la prière que le défunt pense pouvoir atteindre le paradis. Là encore, les messes sont nombreuses et dites dans presque tous les lieux saints de la ville, ce qui tend à prouver une certaine standardisation dans les actes et formules testamentaires. On demande aux ecclésiastiques de prier pour son âme, mais aussi pour celle des défunts de la famille. Encore une fois, les messes sont détaillées : elles doivent être chantées (canende) ou suivie d’une absolution (absoluciones), elles peuvent être des requiems complets. Le XVe siècle voit l’apparition des « trentains » pour l’âme des défunts42. Une série de trente messes coûte 33sous. Les testateurs peuvent en demander plusieurs séries, dites dans la même église, ou dans des églises différentes. La femme du charpentier Vila43 demande un trentain au Mercadal où elle veut se faire enterrer, puis un autre trentain réparti entre les frères Mineurs, le Carmel et la Mercè, qui reçoivent alors chacun 11 sous. En plus des lieux des célébrations des messes, le testateur exprime son souhait que ces oraisons soient dites par un ecclésiastique particulier. C’est généralement le confesseur, mais il arrive également que ce soit un proche entré dans les ordres44. En plus de sommes en espèces versées pour ces messes, on peut également trouver des legs en nature, par exemple des draps et des chemises pour les officiants45.

  • 46 AHPG, not. 2, n° 272.
  • 47 AHPG, not. 1, n° 561.

18Il existe une autre façon de s’assurer pour l’éternité : la fondation d’anniversaires. Le coût de ces anniversaires va de 5 à 120 livres, selon la périodicité souhaitée, et le type de messe. La femme de Llobet paye 25 livres en 1470 pour des litanies46. Francesc Boet, tailleur de pierre et jurat, lègue en 149447 90 livres pour la fondation d’un anniversaire de sepmanas perpetuas dites à l’autel des Quatre Saints Martyrs de la seu, et 30 autres livres pour un anniversaire de sepmanas perpetuas à la Mercè. Les sommes consacrées à ce repos de l’âme sont importantes.

 

Total

Moyenne

Hommes

10 585 s.

157.98

Femmes

4 267 s.

76.19

TOTAL

14 852 s.

120.74

19Ainsi une moyenne de 40 jours de salaire d’un simple tailleur de pierre est consacrée aux messes. Les sommes sont supérieures pour les hommes, peut-être car les épouses savent que leur mari, financièrement autonomes, feront dire des messes pour elles, et qu’elles n’ont par conséquent pas à coucher sur leur testament tous ces offices.

20Après ces clauses que l’on pourrait qualifier de « passage obligatoire », le testament s’oriente vers les legs pieux, qui reflètent mieux les orientations de chacun, puisqu’ils émanent de leur volonté propre et de leur libre arbitre. La première catégorie de legs se dirige vers les églises et ordres religieux de la ville.

 

Nombre de legs

%

Montant des legs (en sous)

%

Églises

 

 

 

 

Seu

3

10.71

125

61.27

Sant Feliu

7

25

41

20.09

Santa Suzana del Mercadal

9

32.14

22

10.78

Sant Nicolau

2

7.14

2

0.98

Sant Marti ça Costa

1

3.57

1

0.49

Autres

6

21.42

13

6.37

Total églises

28

 

204 s.

 

Ordres religieux

 

 

 

 

Frères Prêcheurs

17

17

53

15.27

Frères Mineurs

17

17

71

20.46

Carmel

17

17

58

16.71

Mercè

16

16

45

12.96

Sta Clara

26

26

97

27.95

Monastère Sant Pere de Gallicans

3

3

15

4.32

Autres

4

4

8

2.30

Total ordres religieux

100

 

347

 

Total

128

 

551

 

Tableau 31 : Répartition des legs pieux.

  • 48 M. J. Arnall I Juan, « Testaments de fons monacals... », op. cit., p. 65. Egalement, C. Guilleré, G (...)

21Tout comme pour les sépultures, les dons à institutions religieuses se partagent entre les réguliers et les séculiers. 28 dons vont au profit des églises de la ville. C’est Santa Suzana du Mercadal qui en bénéficie le plus, suivi de Sant Feliu et seulement ensuite de la seu. Il y a un décalage entre le choix du lieu de sépulture et les legs. On cherche une terre « fortement sacrée », c’est-à-dire bien protégée par des reliques ou entourée de fervents prieurs, pour enterrer sa dépouille. En revanche, les legs ensuite vont davantage à la paroisse. Si l’on considère les sommes versées, la seu totalise le plus gros montant, avec près de 61,27 % des dons, puis Sant Feliu, et seulement ensuite le Mercadal, avec 10,78 % de la somme totale. La situation est donc la suivante : les petites gens, regroupées dans les quartiers populaires, donnent souvent à leur paroisse du Mercadal, mais peu et de façon rituelle (12 deniers, 2 sous…). Les paroissiens de la seu forment une élite privilégiée. Leur nombre est restreint, d’où la faiblesse du nombre de dons, mais leur pouvoir économique fort, ce qui explique le caractère élevé des sommes versées. Sant Feliu représente une catégorie de la population moyenne, autant dans la fréquentation que dans les sommes léguées. En moyenne, les testateurs consacrent un peu plus de 7 sous à ces églises. Avec l’arrivée au XIIIe siècle des ordres mendiants à Gérone, ces églises rencontrent de sérieux « concurrents»48. Les franciscains, ou frères mineurs, s’installent en 1232 sur une terre donnée par le chanoine Bernat Esteve, au Mercadal. Les Géronais ont un faible pour cet ordre, car Saint François aurait fait une halte dans la ville lors d’un de ces voyages. Fondé en 1218 par Pierre Nolasque et Ramon de Peñafort à Barcelone pour racheter les captifs chrétiens, l’ordre de la Mercé ne fut religieux qu’en 1317, et s’installa définitivement dans ses murs à Gérone qu’en 1330. Les frères prêcheurs, les dominicains, arrivent à Gérone en 1253, mais leur couvent, Sant Domenec ne fut achevé qu’au début du XIVe siècle. Les Carmélites arrivent plus tardivement en 1293. De plus, Gérone compte un couvent à Santa Clara pour les jeunes filles de la bourgeoisie, et un autre à Sant Daniel, bénédictin, pour la noblesse. La majeure partie des couvents et monastères se trouve donc au sud et à l’ouest de la cité, dans les quartiers où le peuple des artisans vit et travaille. Ceci explique que les legs versés à ces ordres s’élèvent à une centaine. Le plus populaire est le couvent de Santa Clara, très local, qui recueille 27,95 % des sommes léguées. Puis, ce sont les frères Mineurs, qui comme nous l’avons vu, ont un écho particulier à Gérone. Ils reçoivent plus de 20 % des dons. Viennent ensuite les Carmélites et les Dominicains. Ces ordres mendiants sont, au XVe siècle, bien installés en ville, et le fait que Prêcheurs, Mineurs et Carmélites reçoivent exactement le même nombre de dons, montre qu’il s’est installé un certain équilibre des distributions. Les testateurs répartissent leurs legs équitablement entre les principaux ordres.

  • 49 Voir sur l’assistance et la charité à Gérone, les travaux de C. Fouchard, Assistance et pauvreté à (...)

22Toujours dans l’espoir de racheter ses fautes, le testateur donne ensuite à des œuvres pieuses et charitables49.

 

Nombre de dons

%

Sommes léguées (en sous)

%

Pauvres du Christ

10

12.34

200

22.79

Aumônes des pauvres

7

8.64

60

6.83

Pauvres honteux de Sant Feliu

3

3.70

11

1.25

Pauvres de l’Hôpital neuf

4

4.93

40

4.55

Pauvres à vêtir

2

2.46

6

0.68

Total des dons faits aux pauvres

26

32.09

317

36.12

Aumône du pain de la Seu

4

4.93

23

2.62

Aumône en pains

3

3.70

50

5.69

Total des dons faits pour les distributions de pain

7

8.64

73

8.31

Hôpital neuf

27

33.33

177

20.17

Léproseries

6

7.40

23

2.62

Total dons faits aux hôpitaux

33

40.74

200

22.79

Captifs de la Mercè

6

7.40

116

13.21

Tronc des captifs

1

1.23

10

1.13

Total des dons faits pour les rachats de captifs

7

8.64

126

27.57

Divers

8

9.87

162

18.40

Total

81

 

878

 

Tableau 32 : Répartition des legs aux œuvres charitables.

  • 50 C. Fouchard, Assistance..., op. cit. p. 48.
  • 51 AHPG, not. 4, n° 61, testament de Plan, 1428.

23Les institutions charitables sont nombreuses, mais peuvent être regroupées en quatre grandes familles : les aides aux pauvres, qui regroupent les aides financières et les distributions de nourriture et de vêtements, les hôpitaux et les rachats de captifs chrétiens. Les pauvres cristallisent la majeure partie des legs, avec 40,73 % des legs. Les Pauvres du Christ sont les plus populaires, avec 200 s. de dons. Les hommes, peut-être plus concernés directement par les questions économiques et les risques que la perte d’emploi leur fait encourir, sont plus prompts à donner. Ils sont les donateurs de 78,2 % des sommes destinées aux pauvres, dans leur secours et dans les distributions qui leur sont faites. Les institutions charitables se chargent du sort des plus démunis sont nombreuses, et les testateurs parlent souvent globalement de sommes à verser « aux pauvres », laissant aux exécuteurs testamentaires le soin de faire le choix, ou de distribuer équitablement dans les troncs des différentes églises. Citons cependant deux institutions plus emblématiques que d’autres. La Pia Almoina, d’abord, se charge de la distribution du pain aux pauvres. Fondée en 1116, mais dotée d’un système administratif complet qu’en 1275, elle a permis aux plus pauvres de survivre pendant les grandes crises économiques et les épidémies50. Elle récolte beaucoup de dons en nature, sous la forme de migeres de froment. Autre institution de distribution de biens aux pauvres, l’Almoina del vestuari dels pobres. Deux fois par an, à Pâques et à Toussaint, cette pieuse institution, fondée par le chanoine Bernat de Vilafreser en 1245, donne aux plus démunis des chemises, braies et tuniques. Les testateurs lui dirigent des sommes d’argent, mais aussi de vieux vêtements51.

  • 52 Narcis Castells, Narcis Puigdevall, Francesc Reixach, L’hospital de Santa Caterina, Gérone, 1989.

24La maladie et la mort sont très présentes dans les préoccupations des artisans du bâtiment. Même si l’hôpital neuf et les léproseries ne bénéficient que de 22,79 % de la somme totale des legs, cela représente 40,74 % des dons. L’hôpital neuf, par opposition à l’hôpital vieux de la seu, est aussi nommé de Santa Caterina52. Il a été fondé en 1211. Les léproseries regroupent plusieurs dénominations. On trouve dans les testaments des legs pour la léproserie de Pedret, sous l’invocation de Saint Lazare, et fondée en 1188, d’autres pour l’hôpital dels macells, ou encore pour la léproserie de Sant Jaume. Les dons n’apparaissent qu’à partir de 1461. Là encore, les hommes sont plus directement concernés par la maladie : ils testent en faveur des hôpitaux à 68,5 % du montant total. Enfin, les mercédaires, dont nous avons déjà vu la popularité, sensibilisent de nombreux testateurs, et surtout de nombreuses testatrices. En effet, les femmes d’artisans du bâtiment sont plus touchées que leur époux par ce thème : elles testent à 71,42 % en leur faveur, pour un total de 92 % des sommes versées. Les testaments dirigent en moyenne 11 sous à ces institutions charitables. Cette moyenne varie selon les structures : les pauperes christi, reçoivent 20 sous de moyenne, les captifs de la Mercè, 27 sous, les aumônes du pain 17 sous, mais les pauvres honteux de Sant Feliu ne reçoivent que 4 sous de moyenne, l’Almoina del vestuari 3 sous et l’hospital nou 6 sous 6 deniers.

25D’autres institutions que nous pouvons considérer comme religieuses sont les confréries. Seuls 12 testateurs sur 123 font un legs en leur direction. Ce sont majoritairement des hommes (10 sur 12). Les deux femmes testent toutes les deux en faveur de la confrérie de la Vierge Marie de la seu (3 et 20 sous). Les autres legs sont assez dispersés. Deux sont faits en faveur de la confrérie des Quatre Saints Martyrs (2 et 1 sous), deux autres pour la confrérie de Sant Joan de Juyano (20 et 2 sous). Une seule personne teste pour la confrérie Sant Narcis (1 sou), une autre pour celle de Sant Bernat (1 sou), une autre pour celle de Sant Éloy (25 sous) et enfin un dernier testateur couche la confrérie de Sant Jaume sur son testament (50 sous). Cette dernière représente 35,71 % des 140 sous distribués, mais en un seul don. Bref, les confréries n’attirent pas énormément les fidèles à l’heure de tester. La structure semble être perçue davantage comme un regroupement à visée professionnelle et aurait donc perdu dans l’esprit de ses membres son but premier d’assistance religieuse.

26Les legs peuvent également être dirigés vers les fabriques de chantiers, dans une optique pieuse. C’est un don essentiellement masculin (92,67 % des sommes proviennent des hommes). Les épouses testent donc pour les fabriques, mais sous la forme de petites sommes. Les hommes donnent beaucoup plus. C’est une des destination des legs avec la plus haute moyenne de don : un peu plus de 18 sous.

 

Nombre de dons

%

Sommes données (en sous)

%

Seu

10

25

146

20.16

Sant Feliu

16

40

223

30.80

Pont Nou

5

12.5

11

1.51

Mercadal

2

5

3

0.41

Divers

7

17.5

341

47.09

Total

40

 

724

 

Tableau 33 : Répartition des legs aux fabriques.

  • 53 Cf. supra : « financement des chantiers ».
  • 54 AHPG, not. 1, n° 561.

27Sant Feliu remporte encore une fois un franc succès dans la collecte des legs. Même à la grande époque du chantier, la seu ne concentre que 20,16 % des dons, ce que nous avions déjà remarqué dans l’étude des postes de recettes de la fabrique53. 47 % des sommes sont destinées aux fabriques de la ville : Santa Clara, Mercadal, Sant Marti ça Costa, etc. On retrouve ici un comportement paroissien. Notons cependant le don « laïc » fait par Boet, tailleur de pierre, de 10 livres en 1494 pour la construction du dôme du conseil de la ville54. Cette importante somme est justifiée par le fait que le dit Boet a été jurat.

28Enfin, dans un dernier point, le testateur laisse une somme pour solder ses préjudices moraux. Il demande donc à ses exécuteurs testamentaires d’en prévoir une, qu’il fixe parfois lui-même, pour ces injuris, debitis, oblitis. La destination donnée à cette somme est parfois spécifiée. Dans le cas contraire, on peut penser qu’elle est destinée à des causes pieuses, et qu’elle est laissée à la discrétion des exécuteurs testamentaires. Quand la destination est spécifiée, on retrouve les grands postes déjà abordés : messes, fabriques pieuses, pauvres, hôpitaux. En moyenne, les 50 testateurs qui ont pris ces dispositions lèguent en moyenne un peu moins de 8 sous. Il faut noter qu’il y a encore 14testaments où le règlement des dettes morales est laissé aux bons soins des manumissores, qui doivent dès lors réserver une petite somme afin que ces dons soient réellement accomplis.

29D’un point de vue général, les sommes consacrées aux legs pieux se dirigent dans leur immense majorité au salut de l’âme. Ce salut passe, pour les artisans de l’époque, par des messes, célébrées aux quatre coins de la ville. Le jour de la sépulture est un moment particulier, pour lequel une somme de choix est réservée. Le passage dans l’au-delà doit se faire impérativement bien accompagné. Ce salut n’est effectif que si, de plus, on s’est acquitté des dettes morales qui pouvaient peser sur la conscience. La rédemption peut également passer par la compassion envers le prochain, matérialisée par les legs faits aux institutions caritatives. En tant qu’artisans du bâtiment, il est normal qu’ensuite ce soient les fabriques qui retiennent l’attention, bien avant les dons faits aux églises ou aux ordres religieux. Ces institutions, au but religieux assez vague dans l’optique d’une salvation, tout comme les confréries, dont le rôle de fédération de métiers semble primer dans les esprits sur celui de structure caritative et d’assistance, n’attirent donc pas les dons. Le passage de la vie à la mort se fait accompagné par des oraisons plus que par les structures traditionnelles religieuses, dont font partie les confréries, et dont le rôle premier est visiblement érodé. Le comportement des artisans du bâtiment, même si une étude des comportements des autres secteurs d’activités reste à faire pour confirmer ces premiers constats, semble tout orienté vers la rédemption, et non vers la vie menée sur terre. C’est un comportement somme toute assez classique dans ce Moyen Âge tout empreint de religion.

Notes

1 La bibliographie est très riche au niveau européen sur ce thème. Citons surtout les travaux de J.Le Goff, « Travail, techniques et artisans dans les systèmes de valeur du Haut Moyen Âge (Ve-Xe siècle) », Artigianato e tecnicoa nella società dell’Alto Medievo occidentale, settimane di studio del Centro Italiano di Studi sull’Alto Medievo, XVIII, t. 1, Spoleto 1971, p. 239-266 ; Ch. M. De La Roncière, « Corporations et mouvements sociaux en Italie du nord et du centre au XIVe siècle », Forme ed evoluzione del lavoro in Europa (XIII-XVIII), Atti della tredicesima settimana i studio, 2-7 V 1981, série II, n° 13, Prato, 1991, p. 397-415 ; E. Fernandez De Pinedo, « Structure économique et conflits sociaux : corporation et marchands dans la monarchie espagnole (XIIIe-XVIIIe siècles) », Forme ed evoluzione..., op. cit., p. 449-466 ; B. Chevalier, « Corporations, conflits politiques et paix sociale en France (à l’exclusion de la Flandre) aux XIVe et XVe siècles », Forme ed evoluzione..., op. cit., p. 417- 447 ; Benjamín Gonzalez Alonso, « Sociedad urbana y gobierno municipal en Castilla (1450-1600) », Gerarchie economiche e gerarchie sociali secoli XII-XVIII, Atti delle sattimane di studi e altri convegni, serie II, n° 12, Parto, 1990, p. 275-296 ; Geneviève Xhayet, « Le rôle politique des métiers liégeois à la fin du Moyen Âge », Les métiers au Moyen Âge : aspects économiques et sociaux, actes du colloque de Louvain-la-Neuve, 7-9 X 1993, Louvain-la-Neuve, 1994, p. 361-378.

2 M. Tinto I Sala, Els gremis a la Barcelona medieval, op. cit., p. 10.

3 G. Lefranc, Histoire du travail..., op. cit., p. 131.

4 Ibid., p. 131.

5 D. Menjot, « Les métiers en Castille au bas Moyen Âge : approche des “vécus socio-économiques” », Les métiers au Moyen Âge, op. cit., p. 212.

6 P. Bonnassie, La organizacion del trabajo en Barcelona..., op. cit., p. 40.

7 J. Heers, Le travail au Moyen Âge, op. cit., p. 106.

8 A. Rigaudière, « Hiérarchie socio-professionnelle et gestion municipale dans les villes du midi français au bas Moyen Âge », Gerarchie economiche e gerarchie sociali..., op. cit., p. 739.

9 B. Geremek, « Travail, économie et exclusion sociale : les métiers maudits », Gerarchie economiche..., op. cit., p. 797.

10 Henryk Samsonowicz, « Hiérarchie économique et hiérarchie sociale dans les villes », Gerarchie economiche..., op. cit., p. 163.

11 Anne Marie Piuz, « Intégrés et exclus dans les hiérarchies économiques des sociétés traditionnelles », Gerarchie economiche..., op. cit., p. 731.

12 A. M. Piuz, « Intégrés et exclus... », op. cit., p. 733.

13 A. M. Piuz, « Intégrés et exclus... », op. cit., p. 732.

14 B. Geremek, « Travail, économie et exclusion sociale... », op. cit., p. 798.

15 Ibid., p. 804.

16 Rolf Sprandel, « Corporation et luttes sociales au temps préindustriel », Studi Medievali, XXIII, I, 1982.

17 Josep Maria Torras I Ribe, Els municipis catalans de l’antic regim, 1453-1808, Barcelona, 1983, p. 59.

18 C. Guilleré, « Les élites urbaines catalanes à la fin du Moyen Âge : l’exemple géronais », Les élites urbaines au Moyen Âge, XXVII congrès de la société des médiévistes de l’enseignement supérieur public, Rome, mai 1996, Rome-Paris, 1997, p. 271 ; et, plus généralement, Id., Girona al segle XIV…, op. cit., t. II.

19 Ibid.

20 J. M. Torras I Ribe, Els municipis..., op. cit., p. 62.

21 Cité par J. M. Torras I Ribe, Els municipis..., op. cit., p. 64.

22 Cité par J. M. Torras I Ribe, Els municipis..., op. cit., p. 64. « Mieux vaudrait y mettre des boucs que des hommes de vile condition ».

23 Voir le cas des Samsó et des Margarit, dans S. Sobreques I Vidal, Societat i estructura politica de la Girona medieval, Barcelona, 1975, et également dans S. Sobreques I Vidal, « Regimen municipal gerundense en la baja edad media : la insaculacio », Annals de l’Institut d’Estudis Gironins, X, 1955, p. 228-234.

24 H. Pirenne, Les villes et les institutions urbaines, Paris, 1939, p. 226.

25 J. M. Torras I Ribe, Els municipis..., op. cit., p. 44.

26 S. Sobreques I Vidal, Societat i estructura politica..., op. cit., p. 77 sq.

27 Cette milice, appelée sagramental, a été instituée en 1430. C’était une force antinobiliaire crée par la monarchie, sous les ordres d’un viguier et de ses lieutenant, mais dont deux capitaines étaient désignés par la municipalité, parmi les membres de la main moyenne. Les jurats pouvaient mobiliser cette force armée (S. Sobreques I Vidal, « Regimen municipal... », op. cit., p. 179).

28 Pour les vissicitudes du sagramental et du paiement des indemnités, voir S. Sobreques I Vidal, « Regimen municipal... », op. cit., p. 180 sq.

29 Ibid., p. 199.

30 Les sommes annoncées sont en sous, arrondies. Par conséquent, les calculs de moyennes ont été ramenés en base 10 et non en base 12 du système monétaire d’alors. Nous avons gardé ces chiffres par simplification, les écarts entre les moyennes en deniers et les moyennes en sous « décimales » n’étant que très faibles.

31 Cf. infra : « organisations professionnelles ».

32 AHMG, Manuals d’acords, n° 45, 1419, fol. 39 v. Voir également Ll. Batlle I Prats, « Piadosas manifestaciones de devocion gerundense en el siglo XV », Analecta Sacra Tarraconensia, XXVIII, p. 175-181.

33 Ll. Batlle I Prats, « Piadosas manifestaciones de devocion gerundense..., op. cit., p. 176. Extraits du Libre de nou redreç (1708, fol. 47) : « Dia dels Sancts quatre Martirs. Lo dilluns inmediadament del diumenge de la Santisima Trinitat, los Jurats ab llur Prohom de cada Estament partexende la casa de la Ciutat y van en la Seu, y ouhen lo ofici y sermo. Y ha ofertori. Y acabat lo ofici, despres de exits los oficiants del presbiteri, dits Jurats ab lo acompanyament van a pasar en lo Sepulcra ahont esta la lossa dels Sants quatre Martirs y despres sen tornan en Casa la Ciutat ».

34 Voir les travaux de J. M. Pons Guri, « El testamento parroquial gerundense en el siglo XIV », Annals de l’Institut d’Estudis Gironins, XVI, 1963, p. 185-199, ainsi que Anne Marie Hayez, « Clauses pieuses des testaments avignonnais au XIVe siècle », Actes du 99e Congrès National des Sociétés Savantes, Besançon, 1994, t. 1, Paris, 1977, p. 129-159 ; Maria Josefa Arnall I Juan, « Testaments de fons monacals gironins existents a l’ACA (segles XI-XV) », De scriptis notarium (s. XI-XV), Barcelone, 1989, p. 39-159 ; C. Guilleré, « La peste noire à Gérone (1348) », Annals de l’Institut d’Estudis Gironins, XXVII, 1984, p. 87-161 ; et surtout Jean Chiffoleau, La comptabilité de l’Au-delà, Paris-Rome, 1980.

35 Nous n’avons utilisé pour cette étude que les premiers testaments, mettant de côté les testaments plus tardifs ou des codicilles, si ces derniers n’apportaient rien aux les clauses pieuses.

36 Toutes les sommes sont arrondies à l’unité inférieure si la décimale est inférieure à 6 deniers, à la moitié supérieure si la décimale est supérieure à 6 deniers.

37 M. J. Arnall I Juan, « Testaments de fons monacals... », op. cit., p. 60.

38 AHPG, not. 2, n° 251, fol. 151 r., testament de Berenguer Conques, maréchal-ferrant.

39 AHPG, not. 2, n° 255, fol. 5 r.

40 AHPG, not. 2, n° 272, fol. 197 r.

41 AHPG, not. 2, n° 255, fol. 103 r.

42 M. J. Arnall I Juan, « Testaments de fons monacals... », op. cit., p. 65.

43 AHPG, not. 4, n° 205.

44 Le neveu de Francesc Gomis lui récitera un trentain à Sant Marti ça Costa (AHPG, not. 1, n° 559).

45 Testament de Pla, charpentier, 1428 (AHPG, not. 4, n° 61).

46 AHPG, not. 2, n° 272.

47 AHPG, not. 1, n° 561.

48 M. J. Arnall I Juan, « Testaments de fons monacals... », op. cit., p. 65. Egalement, C. Guilleré, Girona medieval, l’etapa d’apogeu, 1285-1360, Quaderns d’historia de Girona, Gérone, 1991, p. 86-87, et C. Guilleré, Girona al segle XIV..., op. cit., passim.

49 Voir sur l’assistance et la charité à Gérone, les travaux de C. Fouchard, Assistance et pauvreté à Gérone..., op. cit., p. 38-70, et surtout C. Guilleré, « Une institution charitable face aux malheurs du temps : la Pia Almoina de Gérone (1347-1376) », La pobreza y la asistencia a los pobres en la Cataluña medieval, (vol. miscelaneo de estudios y documentos, CSIC, dir. M. Riu I Riu), t. 2, Barcelone, 1981- 1982, p. 313-345 ; et « Assistance et charité à Gérone au début du XIVe siècle », La pobreza y la asistencia a los pobres…, op. cit., t. 1, 1980, p. 191-204.

50 C. Fouchard, Assistance..., op. cit. p. 48.

51 AHPG, not. 4, n° 61, testament de Plan, 1428.

52 Narcis Castells, Narcis Puigdevall, Francesc Reixach, L’hospital de Santa Caterina, Gérone, 1989.

53 Cf. supra : « financement des chantiers ».

54 AHPG, not. 1, n° 561.

© Presses universitaires du Midi, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search