Version classiqueVersion mobile

La construction et les métiers de la construction à Gérone au XVe siècle

 | 
Sandrine Victor

Troisième partie. Les conditions de vie des ouvriers du bâtiment à Gérone au XVe siècle

Chapitre 3. Niveau et conditions de vie

Texte intégral

1Après avoir appréhendé l’univers social des artisans de la construction, il convient de dresser le portrait de leur comportement économique. Une étude des salaires a montré que des disparités très fortes existaient entre les métiers et à l’intérieur même de ceux-ci. Nous nous attacherons à voir ce que représentent concrètement ces salaires en terme de patrimoine et de conditions de vie.

1. Le patrimoine : « les propriétaires utiles et les autres »

2Dans la société actuelle, dite de consommation, une vie dédiée au travail a pour but l’acquisition d’un certain confort de vie, passant dans les sociétés occidentales par l’acquisition de biens. Au XVe siècle, le travail sert surtout à procurer à la majorité des gens le minimum pour subvenir : deux ou trois repas par jour, un toit, quelques vêtements, et un mobilier fonctionnel. Estimer l’étendue des biens acquis par les artisans du bâtiment durant leur vie n’est pas chose aisée. La documentation est hétéroclite et éparse. Néanmoins, grâce aux testaments, aux actes de ventes ou de locations, et aux rares inventaires, il est possible d’approcher cette réalité.

Les biens immobiliers

  • 1 CH. M. De La Roncière, Prix et salaires à Florence au XIVe siècle, 1280-1380, Rome, 1982, p. 390.
  • 2 C. Guilleré, Girona al segle XIV..., op. cit., t. 1, passim. Également, J. Fernandez I Trabal, Una (...)
  • 3 Pierre Garrigou-Grandchamps, Demeures médiévales, cœur de la cité, Paris, 1992, p. 36. Également, J (...)
  • 4 P. Garrigou-Grandchamps, Demeures médiévales..., op. cit., p. 36.
  • 5 Ibid., p. 80.
  • 6 Ibid., p. 97.

3L’acquisition de son logement est un but pour de nombreux ouvriers de la construction. Dans la pratique, seuls quelques uns deviennent propriétaires utiles1. La masse des simples salariés doit se contenter d’un étage en location dans une maison collective, ou d’une chambrée pour les moins chanceux. Nous sommes loin du pouvoir d’achat immobilier du patriciat, et de leur influence sur le bâti urbain2. Les maisons des plus humbles sont moins connues que celles des groupes sociaux aisés : construites en matériaux périssables ou de moindre qualité, elles n’étaient de toute façon que bien peu entretenues3. Les revenus modestes sont souvent condamnés à l’entassement et aux arrières cours. Les manœuvres, et en général les groupes sociaux les plus humbles, ont le choix entre trois types de logements. Ils doivent souvent se contenter de galetas, de cabanes, voire de campements dans les ruines d’anciennes maisons ou aux abords des villes. Si leur salaire augmente, ils peuvent avoir accès à des chambres de location, dans les étages supérieurs des boutiquiers ou des ateliers d’artisans4. Ce type de maison polyvalente reste majoritaire, même si les résidences pures commencent au XVe siècle à se développer, à l’image de l’hôtel de Cluny à Paris. Enfin, ils peuvent loger dans une maison collective, où ils occupent un étage avec leur famille. Les logis à étages sont les modèles dominants en ville : la rareté du terrain en est la cause5. La possession d’une maison est souvent impossible pour les salariés communs. Seuls les maîtres peuvent y prétendre. Cependant, ces salariés bénéficient d’un avantage : leur activité professionnelle leur permet de dissocier leur lieu de travail de leur logis. Ils se dispensent ainsi d’investir dans l’achat ou la location d’un atelier ou d’une boutique. Si dans la majorité des activités artisanales, la maison familiale abrite également un centre de production, les artisans du bâtiment n’ont que rarement besoin de ces installations fixes. Le chaufournier aura au pire besoin d’installer son four à l’arrière de la maison, le tuilier devra acquérir des hangars de séchage et un terrain pour y creuser une fosse. Les verriers et forgerons utilisent directement le rez-de-chaussé de la maison, tel quel, sans ouvrir obligatoirement boutique6.

  • 7 « Sala del foc », pièce centrale où se situe l’âtre.
  • 8 Ibid., p. 78.
  • 9 AHPG, not. 1, n° 450.
  • 10 AHPG, not. 1, n° 473, fol. 1 r.-9 r.

4Du point de vue de l’agencement intérieur, il est presque impossible de dresser avec assurance un plan de ces maisons. Il est sûr cependant que le XVe siècle voit se répandre dans tous les groupes sociaux des rudiments de confort (cheminée et latrines). La maison est repensée, la « pièce du feu»7 est redistribuée. Pour les familles qui bénéficient d’un logement de plus d’une pièce, la salle de vie et la chambre sont les données de base8. La salle est un espace chauffé, lien entre la vie privée, cantonnée dans la chambre où seuls les intimes peuvent se rendre, et la vie sociale du dehors. On y fait la cuisine, et on y mange. La chambre peut se compléter de latrines, ou d’une annexe servant de garde robe. Certains inventaires peuvent nous ouvrir les portes de l’agencement des logis. Par exemple, en 1458, Pere Llorenç, fils du défunt Pere, chaufournier, loue la maison de son père avec tous les biens la composant9. L’inventaire de ces biens est dressé, pièce par pièce. On apprend ainsi que la maison, sise à Pedret, comporte « une salle à manger, une cuisine, un cellier ». La maison est spacieuse. La preuve en est que les locataires sont au nombre de trois, qui cohabitent avec le fils mineur de Pere Llorenç. La maison est aussi équipée d’un four situé à l’arrière, sûrement dans un patio, puisque les trois hommes doivent faire des travaux dans le porche. Il est très possible que d’autres fours composent les biens, puisque le notaire signale « les forns », et parle du « forn major ». Le chaufournier n’a pas d’autre option que d’acquérir son unité de production, le four, complété par une maison aux pièces plus nombreuses que la majorité des autres ouvriers, pour stocker sa production. Un autre exemple de description de maison est donné par l’inventaire post mortem effectué par le frère et unique parent d’Antoni Alomar, charretier10, en 1472. La maison se trouve au Mercadal. Le défunt n’en était pas propriétaire utile, mais la louait au drapier Joan Cerda. On pénètre dans la maison par une entrée, pièce assez spacieuse pour y stocker du matériel divers, et typique des maisons catalanes, donnant sur la rue. Au-delà se trouve la salle à manger, qui peut se trouver en étage. Enfin, une chambre constitue la dernière pièce. L’homme était célibataire et sans enfant, il jouissait donc de cet espace pour lui seul.

  • 11 106 registres couvrant toutes les années du siècle, hors registres testamentaires, ont été traités (...)

5Qui était propriétaire, et qui était locataire ? En d’autres termes, qui pouvait, par son salaire, acquérir un bien immobilier ? Passer devant un notaire pour signer un bail pour la location d’un étage ou d’une chambrée ne semble pas être une tradition, puisque lors des sondages effectués dans les registres notariés de Gérone11, aucun acte de ce type n’a pu être trouvé, pour le monde de l’artisanat de la construction, comme pour toute autre branche d’activité. Il faudra donc faire un portrait en creux, en supposant que ceux qui louent ne sont pas ceux qui achètent. Car, a contrario, il existe des actes de ventes. Sur 32 actes, 14 concernent des maisons, 12 des terrains, et 4 d’autres structures (moulins, patios, carrières). Même si certains actes ont pour objet une location, ils ont été pris en compte du fait que le propriétaire utile est un artisan du bâtiment. Les maisons sont vendues ou louées seules, ou dotée d’un patio ou d’un jardin. Le droit de passage est inclus dans le contrat. Les terrains peuvent être vendus nus, avec des arbres, fruitiers ou non, ou des vignes. Enfin, certaines structures comme les moulins peuvent être vendues avec tous les biens mobiliers les composant, comme le moulin de Cervia en 1489, vendu à Sebastia Cros, tailleur de pierre.

  • 12 Toutes les transactions ont été prises en compte, c’est-à-dire que la vente d’un bien par un artisa (...)
  • 13 Valeur de la transaction par an.

Métier

Nombre d’actes les concernant

Masse totale des transactions12 en deniers

Valeur moyenne des transactions en deniers

 

 

Vente

Location13

Vente

Location

Manœuvres

6

6708

2040

2236

680

Charretiers

3

10560

936

5280

936

Chaufourniers

6

9120

660

2280

330

Maréchaux ferrant

1

2400

0

2400

0

Tailleurs de pierre

10

13680

1356

2736

339

Maîtres de maison

6

20712

0

3452

0

Charpentiers

1

1752

0

1752

0

Peintres

4

22200

244

7400

244

Orfèvres

3

62400

0

20800

0

Tableau 20 : Récapitulatif des transactions immobilières, par métier

6Les propriétaires sont majoritairement des maîtres : les tailleurs de pierre, les maîtres de maison, les chaufourniers, les peintres. Cependant, il faut souligner que les manœuvres ont également accès au marché de l’immobilier : ils sont propriétaires utiles dans 5 des 6 actes les concernant. La hiérarchie des grands possédants, c’est-à-dire ceux dont le patrimoine est le plus valorisé, suit évidemment les hiérarchies professionnelles. Les riches propriétaires sont les orfèvres, puis les peintres, viennent ensuite les charretiers, les mestres de cases, et les moins fortunés, les tailleurs de pierre, les maréchaux-ferrant, les chaufourniers et les manœuvres. Les charpentiers, qui pourtant sont les mieux payés sur les chantiers, sont en dernière position. Il ne faut cependant pas en tirer de conclusions hâtives, puisque nous ne disposons pour eux que d’un seul acte.

7Si toutes les branches d’activité peuvent donc prétendre accéder à la propriété, le patrimoine foncier ainsi constitué n’a pas la même valeur. Les hiérarchies professionnelles se retrouvent dans l’acquisition des biens.

8En ce qui concerne les actes de location, il faut distinguer les artisans bailleurs des locataires.

Métier

Propriétaires du bien en location

Locataires du bien en location

Manœuvres

2

1

Charretiers

1

 

Chaufourniers

1

 

Tailleurs de pierre

2

2

Peintres

 

1

Tableau 21 : Propriétaires et locataires.

  • 14 Deux actes concernent les manœuvres en tant que propriétaires percevant un loyer : 20 s. / an et 36 (...)
  • 15 Calculé sur une base d’une salaire de 3 s. 6, et concernant deux actes où ils apparaissent en tant (...)

940 % des actes passés par les artisans le sont en tant que locataires. Les revenus tirés de leur patrimoine par les bailleurs sont modestes. Par exemple, la moyenne des locations perçues par les manœuvres propriétaires est de 300 deniers par an14, soit un gain équivalent à une dizaine de jours de salaire. Le tableau est encore plus sombre pour les tailleurs de pierre : le gain qu’ils arrivent à dégager ne dépasse pas l’équivalent de 6 jours et demi de salaire15. C’est la manifestation de la modestie des biens possédés, qui n’engendrent qu’un bénéfice modeste. En comparaison, des métiers aux revenus plus confortables, comme peuvent être ceux des chaufourniers et des charretiers, permettent d’acquérir des biens de valeur plus élevée. Ainsi, les charretiers peuvent tirer 936 deniers de leurs possessions par an, et les chaufourniers 420 deniers, contre 270 d. pour les tailleurs de pierre et 300 deniers pour les manœuvres. L’exploitation du patrimoine ne peut donc pas être considéré comme une activité permettant aux métiers les plus modestes de connaître un mieux-être. Ces biens, dont l’origine nous est inconnue, mais dont on peut imaginer la transmission familiale, permettent tout au plus aux propriétaires une amélioration de leur situation.

10Les propriétaires utiles et bailleurs sont donc une infime minorité de la population des artisans de la construction. Le petit nombre d’actes les concernant fait apparaître en creux une foule de locataires, qui ne passent pas devant le notaire. Vu la modestie des loyers perçus, il semble clair que la majorité des ouvriers devait accéder au logement par la location. Une maison à Pedret vaut 35 sous par an, soit 14 jours de travail d’un manœuvre, 10 jours d’un compagnon tailleur de pierre, et seulement un peu plus de 6 jours pour un charpentier. L’achat de cette même maison à Pedret demanderait à un manœuvre 104 jours de salaire, une véritable fortune.

Les biens mobiliers

  • 16 B. Geremek, Le salariat..., op. cit., p. 98.

11Si la majorité des ouvriers assure donc un toit à sa famille grâce à la location, elle est malgré tout propriétaire de ses biens les plus courants. La chambre louée aux apprentis ou aux célibataires, située souvent sous les toits, possède quelquefois le mobilier minimum16. Cependant, la majeure partie du temps, il faut acquérir ce qui permet le fonctionnement la maison. Le mobilier est sommaire. Au travers des inventaires, ou par le biais des legs testamentaires, il est possible d’étudier la composition de l’aménagement d’un foyer. Voyons quelques exemples :

Narcis Boter, maréchal ferrant, le 22 août 1430 (AHPG, not. 2, n° 251)

Pour sa femme

Dot

Un coffre de bois blanc avec sa clef, un panier, une serviette, des draps.

Des vêtements, des bijoux.

10 florins d’or, un lit, un matelas, un traversin, un oreiller, 2 paires de draps, une couverture.

Une cruche pleine, 6 migeras de froment

Francesc Bofill, maréchal-ferrant, le 22 mars 1462 (AHPG, not. 2, n° 255)

Pour sa femme :

100 lb. et 90 s. de sa dot

Ses vêtements, bijoux, et accessoires.

Son lit, 2 barils de bois, 2 matelas, un traversin, 2 paires de draps, 4 toiles, des rideaux, un panier, une couverture en laine, une couverture en lin, une paire de coussins, une table en bois, 2 quenouilles en bois, 1 paire de serviettes, une autre paire de serviettes, 6 assiettes et 6 écuelles d’étain, un pichet d’étain, une bassine, une petite bassine, un cruche en terre pour le vin, une cruche pour la farine, une petite pierre à huile, un grand chaudron, un autre de chacun des ustensile de cuisine dont elle peu avoir besoin chez elle.

Usufruit de la maison

Un autre lit, un matelas, 2 paires de draps, 2 couvertures, qui proviennent de cette petite chambre chez moi, à côté de la cuisine, où dormait la domestique.

Simó Burgues, cordier, le 26 août 1466 (AHPG, not. 2, n° 255)

Pour son frère :

3 migeras de froment, une chambre dans une de mes maisons.

Pour sa femme :

50 lb. de sa dot, l’usufruit des biens, un matelas, 4 paires de mes meilleurs rideaux, un de mes plus beaux paniers, 2 couvertures, 4 serviettes de table, 12 serviettes, 3 marmites, 2 bassines, 1 autre bassine, 2 chaudrons, 2 cruches, 6 botas de vin, une pièce dans cette maison située au portail dit d’Albadiners, ses vêtements, ses bijoux.

Ramon Sola, peintre, le 23 juillet 1469 (AHPG, not. 8, n° 75)

Pour sa femme :

Dot

1 lit, 1 matelas, 1 traversin bordé de bleu, 2 paires de draps, 1 panier en bois, 1 rideau qui était au mur de la chambre, un coffre-banc, un autre coffre-banc qui était devant la fenêtre de la cuisine, un coffre peint de taille moyenne.

Un coffre peint.

Des vêtements et bijoux, un cœur d’argent.

Une paire de nappes.

Une marmite en cuivre, 2 plats en étain, 2 écuelles en étain, une broche en fer, une petite poêle avec couvercle.

Un chandelier, une lampe en fer, un [...] en étain, 6 canes de drap de lin, 2 escabeaux, une table, 2 bancs, un étui en toile pour 2 tasses, une écuelle d’argent, une mesure d’argent, une tasse en argent, avec un pied, avec laquelle elle a l’habitude de boire, une cuillère d’argent, avec un gland à l’extrémité, une bassine moyenne, un trépied pour le feu, une muserolle, un verrou.

Francesc Boet, tailleur de pierre, le 19 septembre 1499 (Not. 1, n° 559)

Pour son petit fils :

Deux paniers (un de chantier, et un pour les poissons), 2 cuillères en argent, un châle, un grand tonneau à vin, un baril de 4 botes, un autre baril qui est dans mon cellier. Un lit avec un matelas.

Pour sa femme :

Une écuelle en argent, 2 cuillères en argent, une bassine en laiton ronde, une cruche à huile, une cruche, une corbeille pleine d’étoupe, un panier.

Ses biens propres :

Un chauffage, une bassine, une poêle avec un manche en fer, une casserole de cuivre, une petite casserole, une autre petite casserole, trois marmites de cuivre, une paire de draps, 2 draps d’étoupe, une nappe neuve de 10 palms, une nappe ancienne, une autre nappe, 2 paires de serviettes, un vieux drap, une tête de drap en lin bleu, un panier de coton, 2 coussins, 2 coussins en coton avec des rayures blanches, un drap, une grande couverture de lit, une couverture cardée grise, un grand matelas de laine, un matelas pour le grand lit bleu et blanc, un traversin en laine, une toile bleue et blanche de 14 palms de large, un matelas en toile, un traversin, un sac neuf de 4 migeras, un petit coffre avec serrure et clef, un autre petit coffre, une petite cruche, 2 verres, 2 escabeaux de bois, une petite caissette, une lampe, une poêle.

 

  • 17 Testament de Narcis Boet, tailleur de pierre (AHPG, Not. 1, n° 559).

12Les éléments communs à tous ces legs semblent constituer le mobilier de base d’une maison. On retrouve d’ailleurs à grands traits ces éléments dans l’inventaire post mortem d’Antoni Alomar ou la location de la maison de Pere Llorenç. La chambre est aménagée avec un lit (ou plusieurs, selon la composition familiale), un matelas, un traversin. Les draps vont par paire, les couvertures aussi. Des coffres servent d’armoires pour conserver la garde-robe. Certains coffres servent aussi de bancs, d’autres ont des tiroirs pour les bijoux ou les foulards. Les rideaux se mettent au mur pour décorer la pièce (« un rideau qui est sur le mur de la dite chambre»17). La salle à manger-cuisine est meublée tout aussi spartiatement. Des coffres servent de bancs, mais on trouve également des chaises, pliantes ou non, et des bancs classiques. Une table sert aux repas. Elle peut être dressée sur des tréteaux. On y trouve les lampes et chandeliers, et les ustensiles utiles à l’entretien du feu, cœur de la pièce : tisons, chenets, et trépieds pour les marmites. Cette pièce est évidemment équipée de tout le nécessaire pour cuisiner et manger : chaudrons et marmites, poêles, broches, écuelles, coupes et verres, plats, couteaux, cuillères, bassines. Les plus riches peuvent jouir de vaisselle en étain. La table est parée de nappes et de serviettes. Des pièces de tissus sont aussi recensées.

  • 18 Ibid.

13La maison, si elle possède un cellier, une annexe, ou une entrée, est de plus jonchée de tonneaux, paniers, caisses, cruches qui permettent de conserver les aliments. Ces biens mobiliers semblent être partagés par toutes les couches sociales. Maîtres comme manœuvres sont meublés de la même façon. Comme nous l’avons cependant vu, certains signes de richesse peuvent transparaître : la femme de Narcis Boet a l’habitude de boire dans une coupe en étain18. Certains draps sont parfois brodés, les couvertures plus ou moins cardées, mais le mobilier de base ne change pas ou peu.

14L’acquisition de ces biens semble se faire une fois pour toute. Ils arrivent dans la maison par dot, ou par legs. Ils ne sont guère changés ensuite, ce qui montre le peu de cas qu’on leur porte. Ceci transparaît dans les descriptions des inventaires. Les notaires découvrent dans les maisons :

«Deux poêles de fer dont une trouée »
«de mauvais pics à feu »
« deux bancs cassés »
« une autre caisse en mauvais état »
« un vieux chandelier »
« une vilaine faux »
« un matelas très usagé »
« un coffre-banc avec deux tiroirs sansclefs et des pieds en mauvais état », etc.

15Même les objets cassés et inutilisables sont conservés. Sont-ils conservés par souci d’économie ?

  • 19 AHPG, Comptes de la Pia Almoina, AHPG, Actes notariales, AHPG, fons testaments, AHMG, Comptes del M (...)

16Il est possible de faire une estimation, même très globale, du contenu d’une maison. Les prix utilisés, glanés çà et là19, peuvent nous donner une idée générale, et nous renseigner sur l’effort financier à fournir pour équiper une maison. Le logis pourra donc être aménagé de la façon suivante :

Prix unitaire en deniers

Total

Un matelas

162 (360 en laine)

 

Une paire de draps

360 (660 en lin)

 

Une couverture

72 (petite)

 

Un coffre

72

 

Un coffre-banc

180

 

Une table

120 (estimation)

 

Un banc

72

 

Plat d’étain

216

 

Une poêle

54

 

Un chandelier

36

 

1 verre et une tasse

12

 

Couteaux (jeu de)

144

1500 d. (125 s.)

Tableau 22 : Prix du mobilier de base.

  • 20 En fonction de l’inventaire d’Antoni Alomar, où 51 objets sont recensés.

17Il manque, faute de données chiffrées, une grande partie du mobilier : lit, chaises, marmites, etc. Nous pouvons, en fonction des inventaires retrouvés, estimer le budget mobilier à 25 % du total20. Avec les précautions d’usage, nous pouvons estimer le budget final à 25 livres, somme qui correspond au montant de nombreuses dots étudiées. Les meubles, le trousseau et la batterie de cuisine ne constituent pas à eux seuls les uniques biens en possession des artisans. Ils jouissent évidemment de leurs effets personnels. Le contenu de leur garde-robe, la liste de leurs bijoux nous sont inconnus. Nous ne pouvons que signaler leur présence dans les biens.

18Certains métiers nécessitent de plus du matériel spécifique. Les outils peuvent être propriétés ou non des ouvriers, comme nous l’avons déjà vu. Avec un peu de chance, le salarié en aura hérité à la fin de son apprentissage ou par transmission paternelle. Sinon, il lui faut les acquérir s’il veut travailler sur un chantier. Dans les années 1410, il lui en coûte 7 livres pour une pioche, 3 sous pour une masse en bois, 5 sous 9 deniers pour une hache, 6 deniers pour une pelle de bois, chaque coins en fer vaut 3 sous 7 deniers, un couteau 1 sou 6 deniers, etc. Soit pour ce modeste équipage 1852 deniers, ou plus de 154sous. L’artisan de la construction investit au sens propre du terme dans son outillage, qui peut être considéré comme un patrimoine à part entière. Certains artisans doivent de plus acquérir des biens particuliers à leur activité. Nous avons vu que le chaufournier doit posséder son four. De même, le charretier doit avoir des bêtes, des mules ou des roncins en général. Une mule de 5 ans vaut plus de 14 livres, une de 10 ans, 12 livres. On en trouve parfois à 5 livres, les plus vieilles bêtes valant moins de 4 livres.

  • 21 AHPG, not. 1, n° 438.
  • 22 AHPG, not. 1, n° 443.

19Dernier bien dont il faut parler : l’esclave. Considérés comme bien mobilier, les esclaves font l’objet de contrats de vente. Nous disposons de trois exemples concernant les métiers de la construction, tous situés dans les années 1450. En 1451, Antoni Castells, huilier de Castelló d’Empúries vend un esclave « barbaresque » de 46 ans. Il s’appelle Joan et devient la propriété de Pere Llorenç, que nous avons déjà rencontré dans les actes21. Il paye pour cette acquisition 19 livres 10 sous mais il semble que le chaufournier ait besoin d’une main d’œuvre abondante, chez lui ou dans son exploitation : en effet, quelques mois plus tard, il achète un autre esclave, de 20 ans cette fois, vendu par un maître de maisons, Jaume Cervia. Le jeune homme se nomme Valenti et il est « blanc ». Il coûte à Llorenç 37 livres 4 sous 3 deniers, qui aura dépensé cette année là plus de 55 livres en achat d’esclaves. La somme totale représente plus d’un an et trois mois de salaire d’un manœuvre. Autre cas en 1453, Bernat Ros, chevalier, vend une esclave nommée Catherine, d’origine russe, de 28 ans à Jacob Romaguera, manœuvre, qui paye 55 livres22. On ne sait malheureusement pas comment le manœuvre paye cette somme énorme. Tout porte à croire que l’homme a des revenus qui nous échappent.

  • 23 Testament de Ramon Solà, AHPG, not. 8, n° 75. « Dimitto Stefano filio meo L florinos (...) et casu (...)

20Le patrimoine des ouvriers du secteur de la construction est donc relativement restreint. Ils ne sont que rarement propriétaires utiles de leur foyer, même si l’acquisition peut en être faite par toutes les catégories d’artisans. On pourrait résumer en disant qu’ils ne possèdent réellement que ce qu’ils portent sur le dos, les outils qui leur servent à travailler, la cuillère qu’ils utilisent pour manger, et le lit où ils dorment. La hiérarchie des métiers se répercute évidemment clairement sur la constitution des patrimoines : les métiers de la décoration, les maîtres tailleurs de pierre sont propriétaires de biens mobiliers et immobiliers de valeur ; les peintres et orfèvres font des transactions immobilières fructueuses, et la famille du tailleur de pierre Boet mange dans de l’étain et dort dans du lin. Néanmoins, tous ont à cœur de transmettre ce patrimoine, si modeste soit-il. L’acquisition des biens de base demande un effort financier constant. À la veille de sa mort, l’artisan voudra donc transmettre ce patrimoine amassé durant toute sa vie à ceux qu’il a de plus chers. La transmission se fait par trois voies : les dons du vivant de l’artisan, les legs testamentaires, et le choix de l’héritier universel. Les dons faits du vivant concernent majoritairement la constitution des dots des filles, que nous avons déjà évoquée. Le père de famille leur assure grâce à cette donation en liquide ou en nature un départ dans leur mariage, ainsi qu’une « assurance-vie ». Les filles ayant bénéficié de ces dots, elles n’héritent en général que de sommes minimes par testament. Seules les filles mineures et non encore dotées reçoivent une somme leur permettant de s’assurer un mariage décent. Les autres se contentent de legs symboliques. Les garçons reçoivent des sommes légèrement supérieures, ou les outils de leur père : « je laisse à Stefano mon fils 50 florins (…) et comme je fus peintre, les outils et modèles de mon métier de peintre »23.

  • 24 Testament de Bartholomeu Sotera, maréchal-ferrant, AHPG, not. 8, n° 75.

21Les autres bénéficiaires des legs testamentaires sont majoritairement la femme du défunt et sa famille proche. La femme recouvre le montant de sa dot et l’augment, plus parfois les biens mobiliers du ménage, comme on a pu le voir dans les exemples cités plus haut. Les parents, les frères et sœurs, cousins, neveux et nièces, petits-enfants peuvent également prétendre à toucher un petit pécule. Les sommes restent cependant modestes, et les bénéficiaires ne sont pas toujours identifiables. Ainsi, est-il coutume de léguer « à ses enfants et petits enfants nés ou à naître » sans en préciser le nombre : « Dimitto aliis filiis et filiabus meis X s. »24. Ces légataires ne sont pas les bénéficiaires de la transmission directe du patrimoine. C’est l’héritier universel qui est le détenteur de ce patrimoine, en tant qu’unité non divisée. Il hérite de la majorité des biens.

  • 25 C. Guilleré, « La peste noire à Gérone (1348) », Annals de l’Institut d’Estudis Gironins, XXVII, 19 (...)
  • 26 Ibid., passim.
  • 27 Testament de Margarita Cases, AHPG, not. 4, n° 201.

22Qui est cet héritier universel ? Le plus naturel est le fils ou la fille du testateur. Dans 59,09 % des cas, ce sont les enfants qui héritent de la majorité du patrimoine. Quand il y a un fils dans la descendance, c’est lui qui est généralement ce privilégié, au détriment de ses sœurs, avec un système de substitution clairement établi25. Ensuite, c’est l’époux ou l’épouse du défunt. Il conserve l’usufruit de la maison, sauf en cas de remariage. Il passe après les enfants. Ce type de substitution ne concerne que 14,39 % des actes recensés. 14,39 % des héritiers appartiennent à la famille proche. Les jeunes filles lèguent à leur père et les femmes déjà veuves à leur frère ou à leurs petits enfants. Les collatéraux sont souvent cités, ainsi que leur descendance. Seuls 3,78 % des héritiers universels sont des institutions religieuses ou des ecclésiastiques. Certains testaments instituent comme héritier universel une église, qui aura alors pour mission de fonder des messes et des anniversaires pour l’âme du défunt avec les bénéfices de la vente des biens. C’est un comportement presque exclusivement féminin26. Enfin, notons l’exemple de cette ancienne esclave affranchie, pourtant mariée, qui lègue tous ses biens à la famille de son ancien maître27. Le souci principal semble donc être une transmission directe du patrimoine à la descendance. Quand un couple a eu des enfants, il est presque certain que ce sont eux, et les fils en priorité, qui héritent du patrimoine familial. La filiation des biens est certaine, et le recours au conjoint ou aux parents et collatéraux n’est que conjoncturelle.

23Le patrimoine amassé doit donc servir à marier les filles, éventuellement apprendre un métier aux fils, et en tout cas assurer un patrimoine de départ à un des enfants, l’hereu, souvent le fils aîné.

24L’acquisition de richesses et de biens doit composer avec les devoirs des citadins : à côté de la résidence, la citoyenneté s’acquiert par la participation à la défense et le paiement de la taille. C’est d’ailleurs par les tailles que nous pouvons prendre conscience du poids du fardeau fiscal qui pèse sur les familles des artisans, et en creux approcher le poids économique des familles des gens de la construction dans les finances publiques.

2. Fiscalité et franchises

La fiscalité directe

25Le citoyen est d’abord soumis à la taille, et c’est à travers elle que nous pourrons situer l’artisan du bâtiment dans l’échelle sociale de la cité. Quatre tailles méritent une étude particulière. Celle de 1403 offre un panorama détaillé d’un quartier populaire : le Mercadal. La levée faite sur le Bras Mineur, à la fin des années 1400 et au début des années 1410, permet de mesurer la place des artisans du bâtiment dans l’ensemble de la population de cette catégorie. La taille de 1462 plante le décor avant la guerre civile, et celle de 1497, la plus complète permet de clore le siècle.

26Les 1042 feux concernés par la taille levée sur le bras mineur permettent à la ville de récolter 725 livres 14 sous 11 deniers. Les ouvriers du bâtiment ont participé à hauteur de 119 livres 5 sous 6 deniers, soit 16,43 % du total. C’est le plus fort taux du siècle, correspondant aussi à une des plus fortes proportions d’artisans de la construction dans la population totale. Le tableau des artisans du bâtiment émergeant de cette taille est celui d’une classe moyenne typique. La moyenne des quote-parts est moitié moindre que les quote-parts maximales de la population totale. En revanche, la fiscalité minimale prélevée sur les artisans du bâtiment est du double de celle perçue sur l’ensemble de la population. Loin, d’être les plus riches, ils ne font pas cependant partie des plus pauvres. Cette première constatation est à nuancer évidemment en fonction des quartiers. Les plus petits prélèvements effectués au Portal den Banyoles sont 10,5 fois plus élevés que ceux réalisés à Santa Clara. Mais les habitants qui cotisent le moins dans la zone de l’auberge de Roquin payent 40 fois plus qu’eux. Le profil inférieur du corps des métiers du bâtiment présente donc une géométrie assez floue. Dans le cas de la zone de l’auberge de Roquin, les sommes maximales perçues sur l’ensemble de la population ne sont que le double de la somme minimale payée par l’ensemble des artisans du bâtiment. Ce taux monte à 6 fois dans l’exemple du Portal den Banyoles. Cas extrême, l’artisan de Santa Clara paye 100 fois moins que l’homme le plus taxé de son quartier. L’artisan du bâtiment aisé cherche donc à s’intégrer dans un quartier à la population correspondant plus ou moins à son statut, alors que la pauvreté ne semble pas être un élément « fédérateur ». Néanmoins, dans 9 cas sur 35, le minima des prélèvements des salariés du bâtiment correspondent au minima prélevé dans le quartier. Seuls 4 cas sur 35 correspondent à cette situation pour les maxima. Les artisans du bâtiment constituent dès lors un groupe d’extraction modeste, qui se hisse ou essaye de se hisser dans l’échelle hiérarchique urbaine. Une traîne de laissés-pourcompte qui flirtent encore avec les affres de la pauvreté leur rappelle leurs origines, mais dans l’ensemble, ils arrivent à faire partie d’un groupe moyen d’artisans. Preuve en est que la moyenne de leurs impositions, 175 deniers/feu, est supérieure à la moyenne de la population globale, qui se situe à 167 deniers/feu. Ils forment un corps de métiers majoritairement plus homogène que la structure de la population globale, ne faisant pas partie de l’élite, mais n’étant pas cependant parmi les plus pauvres. Fuyant les extrêmes, leur population a une présence fiscale plus homogène. Ils participent donc largement au niveau personnel à l’effort financier de la ville.

  • 28 Cf. supra l’étude sur l’équivalent or des salaires monétaires.

27Cette situation évolue durant la période. Nous avons vu que les salariés et les artisans du bâtiment ont souffert durant le siècle d’une perte, ou au mieux, d’une stagnation de pouvoir d’achat28, surtout pour les artisans les plus élevés dans la hiérarchie. Cette récession transparaît dans les impositions. S’ils se sont approchés des sommets de la société, les artisans de la construction semblent sombrer doucement dans les classes inférieures, ou, tout au moins, se cantonner à la frange moyenne-inférieure de l’ensemble des artisans. En 1462, aucun artisan ne cotise au niveau des maxima de la population totale. Ils sont en moyenne 43 % en dessous de ce type de prélèvements. Dans la zone de la place de Les Colls, l’écart entre les prélèvements les plus élevés de la population et ceux des salariés du bâtiment peut aller jusqu’à 81 %. Dans deux cas sur trois, les artisans ne cotisent au maximum qu’un quart en-dessous des autres. Mais, dans chaque quartier, un ou plusieurs de leurs membres font partie de l’imposition minimale. Les quote-parts les plus basses des artisans correspondent complètement à celles de la population totale. Leur participation financière totale ne correspond plus qu’à 6,25 % des 53 livres 18 sous 6 deniers levés. Leur imposition moyenne est de presque 30 % inférieure à celle de la population totale. Ce tableau correspond aux années les plus sombres pour les actifs du secteur du bâtiment.

28La situation semble se redresser vers la fin du siècle. En 1497, la moyenne de leurs impositions n’est plus inférieure que de 17 % par rapport au reste de la population. Participant à 9,92 % des 281 livres 9 sous 6 deniers du total des prélèvements, ils semblent retrouver la situation qui était la leur au début du siècle. On retrouve les grands traits du groupe social. Dans 4 cas sur 6, leur minima correspondent aux minima de la population. Dans un cas, celui du Mercadal haut, leur maxima correspond au maxima imposé. Les écarts entre leurs cotisations maximales et celles de la population totale sont plus disparates : seuls 20 % séparent les plus imposés des artisans aux plus taxés des habitants dans le quartier de la porte Santa Maria, alors que cet écart peut monter à 80 % au Mercadal bas. En moyenne, leur imposition maximale est moitié moindre que celle de la population, mais leur cotisation minimale est deux fois supérieure. Le groupe se resserre donc, mais retrouve un schéma plus classique de groupe moyen : une aisance financière relative, qui permet à la frange supérieure de ce groupe socioprofessionnel de se frotter aux riches bourgeois, mais qui présente une frange inférieure très proche de la limite de pauvreté.

29Dans un dernier temps, il est intéressant d’étudier le comportement fiscal non pas sur la ville entière, par définition hétérogène, mais sur un quartier, dont l’unité géographique transparaît dans la structure de sa population. Le Mercadal nous offre ainsi pour 1403 une photographie de la contribution fiscale de ses habitants. Comme nous l’avons vu, c’est un quartier où les salariés du bâtiment représentent un peu moins de 12 % de la population. Cette proportion correspond à la somme qui leur est prélevée sur le quartier : 12,71 % des 1112 livres 14 sous 4 deniers. Le Mercadal est un quartier artisanal, regroupant une population relativement aisée. La taille la plus élevée est de 3879 deniers, soit 5 fois plus que la moyenne des impositions maximales des salariés du bâtiment. On ne peut donc pas considérer les artisans de la construction comme faisant partie intégrante du groupe social le plus aisé de ce quartier. Cependant, les artisans cotisent une fois et demie plus que les feux les moins imposés du quartier. Ils ne font pas partie de l’élite du quartier, ils ne sont pas non plus parmi les plus pauvres, mais ils restent néanmoins assez proches de la limite inférieure du groupe social moyen. Ils payent en moyenne 1.31 fois moins d’impôts que le reste de la population du quartier. Les artisans de la partie ouest de la ville ne forment cependant pas un corps très homogène, comme on a pu le remarquer pour d’autres quartiers. La plus faible cotisation est 18.5 fois inférieure à la plus forte. Il s’agit donc d’une population hétéroclite, qui ne trouve pas réellement sa place dans ce quartier. Il semblerait que ce quartier ne la représente pas. D’un point de vue des métiers, la répartition de l’impôt souligne la hiérarchie professionnelle. Les tailleurs de pierre payent dans les années 1407-1410 en majorité de 1 à 15 sous de taille. Seuls 25 % d’entre eux payent plus, avec un maxima de 30 sous. La baisse de leur niveau économique se retrouve dans les autres tailles. En 1462, ils font partie de la plus petite catégorie imposable : 1 sou 6 deniers par feu. En 1497, on les retrouve parmi des quote-parts moyennes inférieures, c’est-à-dire entre 3 et 12 sous. Si en 1410, 15,6 % d’entre eux pouvaient payer plus de 15 jours de salaires de fiscalité directe, les plus fortunés de 1497 ne payent que l’équivalent de 6 jours de salaire. En revanche, on retrouve toujours des tailleurs ne payant que de 1 à 5 sous d’impôts, c’est-à-dire la catégorie juste supérieure aux nihil habentes. Ils sont cependant légèrement supérieurs à leurs collègues du bâtiment, qui, en 1410, payent en majorité moins de 10 sous d’impôts. Ils font partie de l’immense majorité (94 %) de 1462 qui payent 1 sou 6 deniers de taille. Ils font enfin partie des 55 % d’artisans de la construction qui payent plus de 3 sous d’impôts en 1497. Le charpentier confirme par l’impôt sa place dans la hiérarchie professionnelle. Plus de 67 % d’entre eux payent une somme supérieure à 10 sous en 1410, somme pouvant aller jusqu’à 40 sous. Ils payent leurs impôts dans des catégories où dominent les métiers de luxe : peintres, orfèvres ou les métiers à investissement dans l’unité de production important : chaufourniers, maréchaux-ferrants ou charretiers. Nous avons donc affaire à des métiers dont le patrimoine est important. Cette situation se retrouve en 1497, où la majorité des charpentiers payent plus de 3 sous de taille, mais ils semblent distancés par certains maîtres de maison, verriers ou orfèvres qui peuvent cotiser jusqu’à 30 sous ; alors que les charpentiers de cette époque ne dépassent pas les 18 sous. Ceci confirme donc la stagnation de leur situation professionnelle. Les manœuvres sont, sans surprise, les plus faibles contribuables de leur catégorie. 79,25 % d’entre eux payent moins de 10 sous d’impôts en 1407-1410, alors que 97 % ne dépassent pas les 3 sous en 1497. Ils ne peuvent donc pas fournir plus de 6 jours de salaires en impôts. Certains cependant arrivent à payer de 15 à 30 sous. Il peut s’agir de manœuvres salariés, avec une situation financière stable, leur ayant permis l’acquisition de biens, ou de tailleurs de pierre ou charpentiers, n’ayant pas franchi le cap de la maîtrise d’œuvre. Quant aux autres métiers, on peut évoquer tout particulièrement les maréchaux-ferrants. Du fait qu’ils sont payés à la pièce, nous avions vu qu’il était difficile de suivre l’évolution de leur salaire monétaire. Les impositions nous offrent donc ici une occasion de pallier cette lacune documentaire. On aperçoit alors que le maréchal-ferrant est un artisan aisé, voire fortuné. En 1407-1410, on voit que 65,8 % d’entre eux payent plus de 10 sous de taille, et 28,9 % plus de 20 sous, 13 % payent même plus de 2livres, ce qui représente la catégorie maximale. Dans la levée de 1462, où la majorité des hommes payent 1 sou 6 deniers d’impôt, les deux exceptions notables sont le maître de la seu, et un maréchal-ferrant, qui payent tous deux 6 sous. La situation est plus contrastée en 1497, où la moitié des maréchaux-ferrants ont une modeste contribution de 1 à 3 sous, et l’autre moitié de 5 à 12 sous. Dans le cas du Mercadal, les maréchaux sont les seuls représentants de métiers à avoir 3 artisans dans la catégorie de plus de 4 livres. Si ce corps de métier semble donc constituer l’élite du bâtiment, il n’est cependant pas homogène. En effet, le champs d’imposition couvre souvent tous les prélèvements possibles, d’1 sou à plus de 2 livres pour le bras mineur, d’1 sou 6 deniers à 6 sous pour la taille de 1462, d’1 sou à 12 sous en 1497, et de 6 sous à plus de 4 livres pour la taille du Mercadal. Ceci souligne une hiérarchie au sein même du Métier, qui regroupe autant les propriétaires de forges et d’ateliers que les simples salariés de ces ateliers. Enfin, il est intéressant de noter la situation ambiguë des peintres. Métier de l’élite de la décoration, le peintre reçoit souvent, d’après la documentation, les salaires les plus élevés. La réalité socioprofessionnelle semble légèrement plus nuancée. Il ressort qu’un large éventail de prélèvements fiscaux existe, ce qui souligne une différence de conditions au sein de ce métier. Directement soumis aux goûts des commanditaires, aux effets de « mode » et à leur génie créatif, les peintres les plus renommés tirent largement leur épingle du jeu. Cependant, ceux qui sont les moins en vogue doivent se contenter de travaux de second ordre, qui ne leur assure pas l’aisance de leurs collègues, ou bien se louent comme secondes mains dans les ateliers des peintres les plus illustres. D’où les disparités d’impositions. On trouve ainsi dans la taille de 1403 au Mercadal 55,5 % des peintres imposés à moins d’une livre, 38,8 % d’une à 2 livres, et seulement 5,55 % à plus de 2 livres. De même, 90,90 % des peintres imposés dans le bras mineur, au début du XVe siècle, payent moins de 10 sous d’impôt, contre un seul représentant à plus de 2 livres. Les deux exemples de 1497 ne cotisent qu’entre 3 et 8 sous. Il s’agit donc d’un corps de métier très disparate, directement lié à la dextérité et au génie créatif de ses membres.

30Les hiérarchies socioprofessionnelles transparaissent donc directement dans la fiscalité. Cependant, ces taxes semblent souligner davantage les disparités réelles dans la conditions des artisans, car elles mettent en relief les écarts entre les possédants et les autres. La stabilité de l’emploi, la place dans la hiérarchie du métier, les incidents de la vie (bon ou mauvais mariage, héritage, ...) apparaissent ici immédiatement, aggravant ou réduisant les différences entre les membres d’un même métier. Au niveau global, les artisans du bâtiment font partie de la classe moyenne, qui reste cependant à la merci d’une conjoncture économique globale qui peut fragiliser rapidement des situations qui semblaient acquises. Leur assise sociale reste donc vulnérable.

Les franchises fiscales

  • 29 C. Guilleré, Girona..., op. cit., t. II, p. 174.
  • 30 J. Rossiaud, «Le citadin », J. Le Goff, op. cit., p. 161.
  • 31 J. M. Font Rius, Cartas de poblacion y franquicias de Cataluña, CSIC, Barcelone, 1969, p. XI : « Lo (...)
  • 32 C. Guilleré, Girona..., op. cit., t. 1, p. 178.
  • 33 J. Rossiaud, «Le citadin», op. cit., p. 162.
  • 34 Exemple 1393. AHMG, Demografia, VIII.5, llig. 2. Fol. 72 r. : Guillem Cal, charretier : «:Guillermu (...)

31Faisons cas à part des nouveaux arrivants. En effet, d’un point de vue fiscal, ils peuvent bénéficier d’un statut particulier : les franchises fiscales. La ville attire des artisans venus du dehors, car c’est un espace de liberté face aux pressions politiques, sociales et fiscales des seigneurs sur les populations rurales29. En vivant plus d’un an et un jour en ville, ils acquièrent le statut de citoyen qui leur confère cette liberté personnelle tant convoitée. En échange, leur devoir est de contribuer aux tailles et à la défense de la ville. La ville leur offre donc une liberté personnelle, en leur permettant d’échapper à l’arbitraire seigneurial. Elle leur offre en outre une liberté politique, et une liberté de commerce, car tout citoyen bénéficie des libertés accordées à la ville par les privilèges royaux, notamment à partir des années 1315. Un adage allemand dit d’ailleurs que « l’air de la ville rend libre»30. Cette liberté est l’accumulation progressive de droits et d’usages. L’immigration vers la ville revêt alors un caractère intéressé, puisque le nouvel arrivant peut bénéficier de certaines exemptions : impositions, franchises commerciales. Ces privilèges royaux peuvent être définis comme suit31: « les instruments accordés par le souverain ou le titulaire d’une seigneurerie juridictionnelle et encore en pouvoir, avec objectif de souder la population d’un lieu ou la permanence de son noyau d’habitants, par la fixation des conditions basiques de propriété du sol et de la résidence sur celui-ci et dans ce cas, des normes élémentaires pour aiguiller la vie de la nouvelle communauté vécinale ». Les franchises sont à la fois des exemptions, des privilèges ou des garanties, conférant à la ville qui en bénéficie, et par la même aux citoyens et nouveaux arrivants, des droits et avantages. Pour bénéficier de cette solidarité collective, il faut disposer de la citoyenneté, qui s’acquiert parfois difficilement. Elle implique une admission au sein de la communauté des hommes, un parrainage éventuel, un temps de résidence de plus d’un an, l’appartenance à un Métier, ou l’achat d’un bien immeuble. En échange de ces efforts, l’immigré se voit relativement assuré d’un travail et de l’espoir d’une ascension sociale, il est protégé par les murailles, il a moins de chance de mourir de faim que dans une campagne où un mas ne peut pas faire vivre plus de deux couples32, et plus encore, il bénéficie de structures d’assistance et de charité33. La ville a également intérêt à favoriser l’immigration. Nous avons vu que Gérone emploie largement le système des franchises pour attirer des candidats à l’immigration, afin de combler le vide démographique et de pallier le manque de main d’œuvre de la fin du siècle. Pour le XVe siècle, nous disposons de 55 franchises accordées à des nouveaux arrivants artisans du bâtiment34. Deux types de franchises étaient accordés à Gérone. Jusqu’à la guerre civile (1462-1472), la cité accorde des exemptions de taille. Un premier type est en moyenne pour 7 ans. En 1422, le charpentier Jacob Guerau bénéficie de cette exemption pour 8 ans. En effet, si l’artisan est un réel atout pour la ville, celle-ci peut augmenter les avantages proposés pour s’assurer ses services plus longtemps. Ainsi, en 1499, le maître de maison Antoni Guadre bénéficie d’une exemption de toutes les impositions levées en ville. En pleine phase de reconstruction de la ville, s’assurer la présence d’un maître de maison pour 8 ans est un avantage pour la municipalité. Après 1470, du fait des changements de fiscalité, les exemptions portent sur les impositions qui appartiennent à la fiscalité indirecte. Ce second type de franchise exempte uniquement des taxes levées sur la farine et le vin, et ce pour une durée moyenne de 4 ans. La quantité de farine et de vin exemptée de taxes dépend du nombre de personnes composant le feu.

Nombre d’hommes

Nombre de femmes

Nombre d’enfants

TOTAL FEU

Quarteras de farine exemptées

Botas de vin exemptées

2

1

1

4

24

12

1

1

4

6

24

15

1

1

2

4

24

2

1

1

4

6

24

14

2

1

0

3

18

9

1

1

0

2

8

4

2

1

5

8

36

18

1

1

3

5

30

15

1

0

0

1

8

4

Tableau 23 : Exemptions de farine et de vin en fonction de la composition des feux.

  • 35 Nous aurons l’occasion d’approfondir ce point plus loin.

32Les quantités accordées suivent un barème qu’il est difficile de définir. Il semble qu’un homme seul ou qu’un couple se voit accorder la même exemption par an : 8 quarteres de farine et 4 botes de vin. Ensuite, cette quantité varie en fonction du nombre d’enfants, de l’âge des enfants, et du nombre d’adultes que l’artisan fait venir avec lui. Ainsi, trois enfants ajoutent 22 quarteres de farine et 9 botes de vin au barème initial, 5 enfants et un apprenti, 28 quarteres de farine et 14 botes de vin. En revanche, on rencontre des cas où 4enfants n’apportent que 16 quarteres de farine et 10 botes de vin à la famille. Cette situation doit dépendre de l’âge des enfants. Ce sont néanmoins des indicateurs précieux de la consommation minimale de ces deux aliments de base que sont le pain et le vin35. Dans le contexte de crise suivant le conflit, les franchises sur les biens de consommation de base sont très attractives pour les populations rurales, et permettent à la municipalité de conserver la manne financière des tailles.

33Les franchises accordées dépendent à la fois de la structure familiale du nouvel arrivant et de sa profession, en tant que valeur ajoutée à la structure professionnelle de la ville d’accueil. Elles permettent aux immigrés d’avoir quelques années devant eux pour se stabiliser dans leur nouvelle vie.

3. Pouvoir d’achat

34L’étude des salaires et de leur équivalent en or a déjà montré que les artisans étaient soumis aux aléas de la conjoncture économique. Comment ces variations de salaires se traduisent-elles en terme de pouvoir d’achat ?

  • 36 Denis Menjot, « Les métiers en Castille au bas Moyen Âge. Approche de “vécus socio-économiques” », (...)

35Pour estimer le pouvoir d’achat des ouvriers du bâtiment, il faut convertir leurs salaires en produits de consommation courante. La denrée la plus sensible aux variations de la conjoncture est le grain, et surtout le froment36.

  • 37 Un trait rouge a été ajouté à certains graphiques pour matérialiser le vide documentaire des années (...)

36Les grains subissent de nombreuses variations de prix durant le siècle37.

Graphique 15 : Prix de la migera d’orge.

37Le prix de la migera d’ordi, d’orge, subit une chute lente entre 1404 et 1439, avec quelques signes de reprise en 1406 et 1430. Après 1439, les cours de l’orge reprennent doucement avant de s’accélérer avec un pic record en 1458 (grave pénurie), immédiatement suivi d’un effondrement en 1459. Les prix d’après-guerre retrouvent leurs valeurs moyennes d’avant le conflit, et ils se stabilisent à la baisse à l’extrême fin de siècle. La relative stabilité du prix de l’orge semble tenir au fait qu’on en consomme moins (la distribution de pain d’orge est beaucoup plus rare au XVe siècle qu’au début du XIVe siècle).

Graphique 16 : Prix de la migera de méteil.

38Le prix du méteil subit plus de variations que celui de l’orge. Après des variations en dents de scie pendant tout le premier tiers du siècle, qui marquent autant de mauvaises récoltes (1404, 1408, 1413,…), il se stabilise pour entamer une chute, puis une stagnation jusqu’à l’avant-guerre civile. Après le conflit, le méteil accuse son second cours le plus bas du siècle, mais se redresse rapidement et les prix flambent jusqu’en 1485, où, après un an de stabilité, ils s’écroulent pour retrouver une valeur normale pendant deux ans. Dans la dernière décennie du siècle, les prix augmentent à nouveau, avant de retrouver un cours normal.

Graphique 17 : Prix de la migera de froment.

39Le grain qui nous intéresse le plus est le froment, qui, nous l’avons dit, résiste moins facilement aux fluctuations de la conjoncture économique globale. Le prix du froment subit une lente diminution durant le premier tiers du siècle, avec une courte phase de reprise dans les années 1412-1414. Après avoir atteint un des minima du siècle, le cours se redresse jusque vers 1437, avant de redescendre à nouveau jusqu’en 1449. À partir de là, le prix de la migera de froment augmente de façon presque continue jusqu’à extrême veille du conflit, qui verra le cours s’effondrer. Après-guerre, la migera de froment a recouvré une valeur moyenne, et elle finit le siècle en augmentant subitement vers 1485, et en s’effondrant immédiatement après, pour se redresser en 1499.

40Nous pouvons ajouter à cet ensemble de prix des grains deux autres séries de prix de biens de consommation courante : la bota de vin et la copa d’huile, qui permettent de vérifier les mouvements généraux des prix du froment, de l’orge et du blé sur les autres produits, encore que les fluctuations du prix du vin soient beaucoup plus marquées que celles de l’huile ; le vin devenant alors un produit de consommation courante pour l’ensemble de la population urbaine.

Graphique 18 : Prix de la copa d’huile.

41Le prix d’une copa d’huile est relativement stable durant tout le siècle. Il accuse cependant une forte hausse vers 1414, puis, après avoir retrouvé un cours normal, une autre hausse vers 1429. Les prix se stabilisent ensuite, mais chutent pendant le conflit, pour se redresser immédiatement après.

Graphique 19 : Prix de la bota de vin.

42Le prix de la bota de vin accuse des variations en dents de scie durant toute la période. Les prix plongent en 1407, pour flamber immédiatement après et ce jusqu’en 1414. De là, le cours s’effondre et chute en 1423. En 1431, les prix remontent pour mieux rechuter jusqu’en 1436. Une stabilité relative s’installe alors, mais la guerre civile marque un effondrement du cours. Le prix de la bota de vin se redresse et augmente à nouveau à la fin du siècle, à cause de la pression démographique et de la reconstruction qui marque la période d’après-guerre.

  • 38 D. Menjot, « Les Métiers en Castille... », op. cit., p. 226.

43D’une manière générale, nous pouvons dire que les prix de ces cinq produits de consommation courante ont des comportements communs, émaillés de fluctuations propres à chacun, et surtout pour le vin : une diminution vers 1410, une autre vers 1415, suivie d’une hausse dans les années 1430, et d’une lente chute jusqu’au conflit. Tous se redressent ensuite. Ce schéma se retrouve surtout avec le grain qui nous intéresse le plus : le froment ; mais une confirmation est aussi apportée par l’évolution des prix du vin et de l’huile. Pour se rendre compte du pouvoir d’achat réel des ouvriers du bâtiment, nous utiliserons l’ensemble des données chiffrées sur les prix de denrées courantes. Nous privilégierons le froment, indicateur fidèle des fluctuations économiques, et de consommation courante au XVe siècle, à tel point que les distributions de pain aux pauvres par la Pia Almoina qui se faisaient en orge au XIVe siècle, ne le sont plus qu’en froment au XVe siècle. Une première question se pose : les artisans du bâtiment font-ils partie d’un groupe socioprofessionnel aux revenus moyens, et sont-ils par la même à l’abri de la pauvreté ? Le seuil critique de pauvreté peut être atteint lorsque que le prix du quintal de froment est supérieur à 100 heures de salaire38. En partant d’une journée de salaire de 10 h 30, et d’une migera de froment à 57 kg, nous avons bâti les hypothèses suivantes :

Date

Migera de froment en denier

Quintal de froment en deniers

Salaire horaire moyen x 100

Tailleur de pierre

Compagnon tailleur de pierre

Manœuvre

1404

161

280.75

314.29

 

266.67

1405

151.66

265.41

342.86

 

 

1406

141

246.75

 

 

 

1409

134.66

235.66

 

 

 

1412

152

266

361.43

 

323.81

1414

150

262.5

 

 

419.05

1423

116.8

204.4

428.57

361.9

238.1

1429

90

157.5

457.14

428.57

266.67

1430

115.3

201.78

471.43

400

304.76

1431

123

218.75

471.43

428.57

257.14

1436

119.5

209.13

 

 

 

1437

126

220.5

457.14

419.05

304.76

1439

121.66

212.91

 

 

 

1440

116

203

 

 

 

1444

106.5

186.38

457.14

433.33

257.14

1445

114

199.5

457.14

419.05

285.71

1449

95.33

166.83

457.14

371.43

323.81

1450

110

192.5

457.14

390.48

266.67

1451

108.8

190.4

457.14

390.48

266.67

1452

108

189

457.14

390.48

285.71

1458

126.46

219.56

400

 

287.71

1459

128

224

428.57

342.86

314.29

1460

130.5

228.38

400

342.86

314.29

1461

88.33

154.58

 

 

266.67

1483

108

189

 

 

291.24

1484

108

189

 

 

285.71

1485

144

252

457.14

 

285.71

1488

94.5

165.38

 

 

 

1498

105

183.75

457.14

419.05

304.76

Tableau 24 : Estimation du seuil de pauvreté en fonction du prix du quintal de blé.

44Les tailleurs de pierre et les compagnons tailleurs sont largement au-dessus du seuil des 100 heures de salaire pour un quintal de grain. Ils semblent épargnés par la pauvreté. Quant aux manœuvres, ils s’en sortent globalement mieux à la fin du siècle qu’au début. En effet, le salaire horaire moyen des manœuvres en 1404 est en dessous de ce seuil de 100 heures pour un quintal de froment. Ils ne pouvaient donc pas subvenir à leurs besoins essentiels. Ensuite, la situation s’améliore nettement, même si par période, ils sont au juste au dessus du taux fatidique : En 1423, ils ne sont qu’à 238 deniers pour 100 heures de salaire contre 204 deniers le quintal de froment, et en 1431, à 257 contre 218. Néanmoins, ils ne descendent pas en dessous du seuil de pauvreté. Ce rapide calcul confirme donc l’état des lieux réalisé grâce à l’étude sur les impositions : le monde des artisans du bâtiment fait bel et bien partie d’un groupe socioprofessionnel occupant le milieu de la hiérarchie artisanale, mais ses racines sont parmi les plus humbles, et certains manœuvres ou apprentis voient leur situation souvent remise en cause et sujette à déséquilibre à la moindre aggravation de la situation économique. Ceci est d’autant plus vrai que les chiffres proposés sont idéalement stables : on parle de salaires moyens d’un artisan travaillant régulièrement toute l’année. Pour un manœuvre soumis au chômage périodique, à des frais imprévus (maladie, réparation d’outils, ...) ou à des événements indépendants de sa volonté (guerres, tremblements de terre, comme en 1427,...), le seuil le séparant de l’indigence est vite franchi. Les artisans du bâtiment sont donc globalement sortis de la pauvreté, mais quel est leur pouvoir d’achat ? Nous avons calculé l’équivalent en migera de froment de leur salaire journalier. Les variations de pouvoir d’achat sont assez importantes entre minima et maxima. Ainsi, les tailleurs de pierre peuvent gagner 62 % de pouvoir d’achat dans les trente premières années du siècle et en reperdre 37 % dans les trente suivantes. De même, les simples tailleurs de pierre gagnent 44 % de pouvoir d’achat en moins de 10 ans, mais en perdent 34 % dans les trente années suivantes. Enfin les manœuvres mettent près d’un demi siècle pour gagner 52,7 % de pouvoir d’achat, et encore près de 50 ans pour en reperdre 41,66 %. Les maîtres tailleurs de pierre souffrent d’amplitudes très fortes de leur pouvoir acquisitif (62 %), suivis par les manœuvres (52,7 %) et les simples tailleurs (44 %). Comme nous l’avions vu pour les variations de salaires et de leur équivalent-or, ce sont les salariés du milieu de l’échelle professionnelle qui s’en sortent le mieux, grâce à un pouvoir d’achat contenu dans une fourchette relativement réduite. D’un point de vue général, les tailleurs de pierre et les compagnons tailleurs de pierre voient leur pouvoir d’achat évoluer de la même manière. Dans le premier quart du siècle, il augmente très rapidement, pour ensuite diminuer jusqu’au milieu des années trente, et augmenter à nouveau jusqu’à la fin des années quarante. Puis, c’est une perte progressive jusqu’à la veille de la guerre civile, avec cependant une relative stabilité durant trois ans entre 1450 et 1452. En 1462, le pouvoir d’achat des maîtres tailleurs de pierre et des simples compagnons atteint un plancher. Après le conflit, même si les taux sont au même niveau qu’avant-guerre, une nette progression se fait sentir et redonne à ces artisans le confort du second tiers du siècle. Le niveau de vie des manœuvres est globalement suje à des variations identiques, même si l’on peut cependant noter des micro-variations plus nombreuses. Bénéficiant également d’une hausse dans le premier quart du siècle, les manœuvres avaient cependant vu leur pouvoir d’achat s’effondrer au début des années 1420. Les cours avaient pourtant repris, pour diminuer immédiatement passé 1425 et ce jusqu’en 1431. De là, le pouvoir d’achat avait augmenté jusqu’en 1449, sans connaître la légère récession de 1437. En revanche, la chute qui suit 1449 est plus rude pour ces manœuvres que pour leurs confrères tailleurs de pierre. Il se redresse pourtant, et augmente légèrement jusqu’en 1452, alors que les tailleurs de pierre connaissent à cette époque une stagnation. Il enregistre ensuite une perte légère comparée à celle des salaires des maîtres tailleurs de pierre, et se stabilise et remonte même à la veille du conflit. Il diminue ensuite lentement, s’effondre au milieu des années quatre-vingts, pour se redresser rapidement et atteindre la limite supérieure des taux enregistrés sur tout le siècle, avec la reprise économique et démographique.

45Ces schémas se retrouvent quasiment à l’identique dans les variations du pouvoir d’achat de ces trois corps de métier calculés en migera de méteil. Les variations enregistrées du pouvoir d’achat des maîtres, des compagnons tailleurs de pierre et des manœuvres suivent les variations des prix étudiés. Les maîtres perdent beaucoup, surtout dans la deuxième moitié du siècle, alors que les manœuvres enregistrent une progression, discrète, mais relativement suivie. Si leur pouvoir d’achat est tout de même soumis à des fluctuations, les compagnons tailleurs de pierre réussissent cependant à maintenir une certaine stabilité.

46Cette étude du pouvoir d’achat ne se fonde que sur les grains. Elle permet de donner une idée des mouvements généraux, qui confirment les fluctuations déjà observées avec les salaires, leur équivalent or, et avec d’autres prix, comme ceux du vin, de l’huile, mais aussi des outils et matériaux.

47Pour se faire une idée réelle des conditions de vie des ouvriers, il faudrait cependant aller plus loin, et tenter de dresser un budget type, qui pourrait permettre d’embrasser la totalité des aspects déjà étudiés : recettes (salaires, patrimoine, ...), dépenses (nourriture, logement, habillement, incidents de la vie, ...) et structure familiale (mariage, composition familiale, etc.).

Élaboration d’un budget-type

48C’est par l’élaboration d’un budget-type qu’il est possible de se faire une idée, même imparfaite, des conditions de vie des artisans du bâtiment. Cet exercice n’a, évidemment, qu’une valeur intellectuelle, mais il pourrait nous donner si ce n’est un tableau de la réalité, au moins des pistes de reflexions. Pour cela, il faut prendre en considération les besoins fondamentaux théoriques du citadin : nourriture, logement, habillement, auxquels on pourra ajouter certains frais liés aux incidents quotidiens : maladie, décès, ...

  • 39 « Le riche mange quand il veut, le pauvre quand il peut, et le moine quand on lui donne ».
  • 40 Antoni Riera I Melis, « Estructura social y sistemas alimentarios en la Cataluña bajomedieval », Ac (...)
  • 41 Ibid., p. 196-200.
  • 42 Ibid., p. 202.
  • 43 Pour Gérone, voir le travail de C. Fouchard, Assistance et pauvreté..., op. cit, ainsi que ceux de (...)
  • 44 Louis Stouff, Ravitaillement et alimentation en Provence aux XIVe et XVe siècles, Paris, 1970, p. 2 (...)
  • 45 J. Fabrega, « Alimentation de cuina a Girona. Miscel.lània d’aculturacions i intercanvis », Annals (...)
  • 46 Ibid., p. 46, ainsi que J. Fabrega, La cuina medieval. A taula amb Francesc Eiximenis, Gérone, 2000
  • 47 A. Riera I Melis, « Estructura social y sistemas alimentarios... », op. cit., p. 205.
  • 48 Maria Teresa Vinyoles I Vidal, « El menjar a la Barcelona gòtica : necessitat primaria i ritu socia (...)
  • 49 Ch. M. De La Roncière, Prix et salaire à Florence au XIVe siècle, 1280-1380, Rome, 1982, passim.
  • 50 E. Thibaut I Comalada, « La taula dels catalans al segle XIV », Girona a l’abast, VI, Gérone, 1996, (...)
  • 51 Ibid., p. 382.
  • 52 M. T. Vinyoles I Vidal, « El menjar a la Barcelona gòtica... », op. cit., p. 21.
  • 53 Ibid., p. 22.
  • 54 AHPG, not. 1, n° 333.
  • 55 J. Fabrega, « Alimentation de cuina a Girona... », op. cit., p. 47-49.
  • 56 A. Riera I Melis, « Estructura social y sistemas alimentarios... », op. cit., p. 207.
  • 57 M. T. Vinyoles I Vidal, « El menjar a la Barcelona... », op. cit., p. 23.
  • 58 E. Thibaud I Comalada, « La taula dels catalans... », op. cit., p. 113.
  • 59 L. Stouff, « Ravitaillement et alimentation... », op. cit., p. 248.
  • 60 Ibid., p. 249.

49Commençons par les dépenses. Un proverbe catalan dit que : « el ric menja quan vol, el pobre quan pot i el monjo quan li toca »39. Cerner les habitudes alimentaires relève des comportements sociaux. La documentation nous renseigne assez bien sur les pratiques de consommation de la noblesse, des maisons royales40. Les intendants tenaient en effet des comptes détaillés des achats de nourriture. On sait ainsi que les riches mangeaient beaucoup de viande, autant du gibier que des bêtes d’élevage, du pain blanc, du vin blanc, rouge, des vins cuits, et également des œufs et fromages, moins souvent du poisson, des fruits frais et secs41. C’est également grâce aux documents comptables qu’il nous est possible de connaître les coutumes alimentaires des les milieux ecclésiastiques. La différence est nette entre le haut et le bas clergé, et également entre les préceptes et la pratique. La haute bourgeoisie, quant à elle, apporte à sa table les mêmes principes qu’elle applique à la vie : austérité et prévoyance. Les rations sont importantes, mais la diversité n’est pas toujours au rendez-vous42. La majorité des tables nous est fermée. La population des artisans, des salariés, des pauvres ou des paysans ne tient pas de livres de raison, en tout cas qui nous soient parvenus. La base des repas des plus pauvres peut être cernée par les comptes des Aumôneries ecclésiastiques et des institutions charitables43. Ce manque de sources conduit à des difficultés d’appréciation44. En effet, comment interpréter l’absence d’achat de fruits ou de légumes dans les maigres documents dont nous disposons ? Est-ce le signe qu’ils n’en consommaient pas, ou plutôt la preuve qu’ils possédaient presque tous un verger et un potager ? Même si les détails des menus quotidiens de cette population formant la « troisième main » nous échappent, il est certain que leur base alimentaire est formée par la trilogie méditerranéenne : blé, olive et vin45. Les classes moyennes et défavorisées étaient caractérisées par une monotonie alimentaire, puisqu’elles ne disposaient la majeure partie du temps que de ces trois éléments. Cette pauvreté de moyens les conduisait, pour les plus fragiles socialement, à connaître la faim plus qu’à leur tour. Francesc Eiximenis résumait ainsi les repas des classes populaires au XIVe siècle46 : « Pain ordinaire, et manger des oignons et des aulx, et parfois un peu de lard ». Les Catalans ont toujours gardé l’habitude de manger des produits typiquement méditerranéens : l’huile d’olive, pain, et vin sont les denrées de base. Le pain est majoritairement le pain de farine de froment47. Lors des fréquentes crises économiques, les autorités municipales répercutaient les difficultés en approvisionnement non pas sur le prix du pain, mais sur sa composition. Le pain peut alors être fait d’orge, d’un mélange de plusieurs céréales, ou même de légumes secs (lupin). Mais la préférence du public allait au froment, dont la pénurie équivalait souvent à la famine48. Ce goût immodéré pour le pain blanc conduisait même certaines familles de Florence à restreindre leur consommation plutôt qu’à acheter du pain mixte49. Le pain est donc essentiel, en tant que nourriture mais également comme ustensile incontournable de la table : il sert à poser les morceaux pris dans le plat, et à éviter de se tacher avec des sauces en portant les aliments à la bouche. Il est à la fois assiette, cuillère et serviette50. Le vin, ordinaire, permet d’enrichir une alimentation pauvre en hydroxydes de carbone, lipides et protéines. Le vin est excessivement important à table : on ne saurait s’en passer. Si l’ouvrier a un surplus de salaire, il achètera plus facilement une portion plus grande de vin que de la viande51. Même les enfants en consomment. Se priver de vin est impensable, d’autant que l’on boit peu d’eau à table. La prison ne condamne-t-elle pas au pain sec et à l’eau?52 Il n’est pas rare d’ailleurs que les artisans possèdent une vigne dans les environs des villes, afin de produire une partie de leur consommation53. C’est le cas par exemple du manœuvre Guillem Güell54. Ajoutons à cette base la viande salée, les légumes secs (lentilles, haricots blancs), les fruits secs (figues, pignons, raisins), dont ils font volontiers un plat unique, bouilli et consommé en soupe55. La viande se résume au porc, au veau, à l’agneau et aux abats, accompagnés de légumes verts (oignons, poireaux, carottes, brocolis, asperges, blettes, courgettes, concombres, laitues). La majeure partie du temps, la consommation de légumes se concentre sur des produits à faible valeur alimentaire : oignons, aulx, choux56, qui composent le companatge, c’est-à-dire ce qui accompagne le pain. Les soupes et potages sont courants. La main mineure mange beaucoup de bullit57, c’est-à-dire des légumes frais ou secs, accompagnés éventuellement de riz, avec de la viande salée ou du lard, du bouillon de viande et du fromage. Les jours de jeûne, ils remplacent la viande par des raisins secs et des pignons. En effet, il faut respecter de nombreux jours d’abstinence alimentaire58. C’est le calendrier ecclésiastique qui impose encore une fois son rythme. On compte environ 70 jours de jeûne par an. On n’avale qu’un repas par jour une douzaine de jours veilles de fêtes, et chaque dimanche de l’avant. De plus, la période de Carême, c’est-à-dire 46 jours, en plus d’interdire plus d’un repas par jour, banni toute consommation de viande, lait, fromage, graisse, œufs. Ces jours là, on remplace ces aliments par du poisson. Pour résumer, il semble de les menus servis au studium d’Aix-en-Provence synthétisent assez bien l’alimentation de la classe moyenne59. En plus de généreuses quantités de pain et de vin, on mange des potages de choux et de lard, des soupes de fèves et de lentilles, du bouillon de viande. En été, on y ajoute des légumes. On sert de la viande, du porc salé principalement, les dimanches, peut-être une fois par semaine et, à Pâques, à Noël et à l’occasion de certaines fêtes. Il arrive de manger du fromage, du lait, des fruits. Il faut aussi mentionner le poisson salé, abondant dans les zones de pêches proches. Enfin, la majorité de la population n’a pas accès à une telle diversité d’ingrédients. Le repas quotidien se résume souvent à une tranche de pain noir, des oignons, de l’ail, du lard (éventuellement) et du vin. Plus on descend dans l’échelle sociale, plus apparaissent des carences en protéines animales, et plus la part des glucides augmente60. La composition des menus est donc plus ou moins celle-là. Il reste à savoir à combien montaient les rations par personne et par jour.

  • 61 Ibid., p. 230.
  • 62 A. Riera I Melis, « Estructura social y sistemas alimentarios... », op. cit., p. 205.
  • 63 E. Thibaut I Comalada, « La taule dels Catalans... », op. cit., p. 113.
  • 64 Antonio Eiras Roel, « La historia cuantitativa del consumo alimentario : estado actual de las inves (...)
  • 65 Ibid., p. 145-147.
  • 66 Signalons toutefois les écrits d’Arnau de Vilanova, qui vers 1300 fut le premier à écrire un traité (...)
  • 67 Nous avons utilisé les chiffres de la thèse de Ch. M. De La Roncière, Prix et salaires à Florence.. (...)

50La quantité de nourriture consommée est évidemment intimement liée au niveau de vie de l’artisan. En Provence, au XVe siècle61, le jardinier du monastère de Saint-Victor à Marseille consommait 385 litres de froment par an, 315 litres de vin et 430 litres de piquette. La pension de la veuve de Jean Quinson à Barjols s’élevait à 480 litres de froment et 360 litres de vin par an, alors que celle de Pierre Martin à Bouc était de 489 litres de froment et seulement 60 litres de vin par an. La ration annuelle de grain en Provence oscille entre 400 et 600 litres, c’est-à-dire entre 1.1 et 1.65 litres par jour. La ration quotidienne de vin varie de 1 à 2 litres. À Barcelone, la ration de pain quotidien peut varier en fonction de la personne et du prix de 400 à 700 g.62. À Collioure, au XIVe siècle, le charpentier Joan Paulet donne à sa femme par an63 2 mines de froment, 4 somadas de vin, 1 carcasse de viande salée. À Palerme en 145064, on consomme 60 g. de viande par jour, à Carpentras, 70 g. La moyenne établie entre le XVe et le XVIIIe siècle sur le pourtour méditerranéen se situe autour de 450 g. par jour pour la ration de pain, de 144 g. pour celle de viande, et de 0.4 l. pour celle de vin65. Les chiffres sont assez disparates donc. La meilleure manière de calculer au plus juste la consommation alimentaire est d’estimer les besoins en calories. Même si l’homme du Moyen Âge n’avait aucune notion de nutrition66, il savait d’instinct les quantités et les éléments dont il avait besoin pour survivre. La ration quotidienne souhaitable pourrait donc être la suivante67: pour un adulte ayant une activité physique normale mais soutenue, comme un tailleur de pierre, il faudrait 3.000 calories par jour, soit 525 g. de glucides, 70 g. de lipides et 80 g. de protides. Les besoins d’une famille de quatre personnes, avec des enfants en bas âge seront donc de 3000 calories pour le père, 4000 calories pour la mère si celle-ci allaite (réparties en 720 g. de glucides, 80 g. de lipides et 100 g. de protides) ou 2400 calories en temps normal, et 1000 calories pour un enfant de 2-3 ans (150 g. de glucides, 33g. de lipides et 40 g. de protides), 1300 calories (225 g. de glucides, 30 g. de lipides, 38 g. de protides) pour un enfant de 4-6 ans, ou encore 1800 calories pour un enfant de 6-10 ans (325 g. glucides, 35 g. lipides, 50 g. protides).

  • 68 Ce poid total, os et déchets inclus, ne représente de 56 g. réellement consommés, mais on gardera e (...)
  • 69 Ch. M. de la Roncière estime la consommation totale par mois à 6.4 kg. de fèves, 75 kg. de froment, (...)

51Ces besoins traduits en terme d’aliments représentent des rations raisonnables. 100 g. de farine de froment correspondent à 345 calories (70 g. glucides, 2 g. lipides, 12 g. protides). La consommation de viande prête à débat. Nous avons vu qu’à Carpentras en 1470, on en consomme 26 kg par an, soit 89 g. par jour, une fois décomptés les 70 jours annuels de jeûne. À Florence, cette ration atteint à 120 g. par jour. Nous considérerons donc que 105 g. est une moyenne acceptable dans le cas catalan68. Les glucides sont apportés par les légumes, fèves et le froment, à hauteur de 600 g. par jour. Les protides nécessaires sont également présents dans ces aliments. Quant aux lipides, on les retrouve dans le froment, la viande, et on ajoutera 35 g. d’huile d’olive pour faire bonne mesure. Les légumes et fruits apportent des minéraux et des vitamines essentiels. La consommation d’un litre et demi de vin par jour semble une bonne moyenne pour des travailleurs manuels comme les artisans du bâtiment. Il est possible de synthétiser tout cela pour une famille composée d’un père, d’une mère et de deux enfants de 4 à 10 ans, par jour69 :

280 g. de fèves
2.5 kg. de froment
250 g. de viande
2 œufs (enfants)
Fromage
100g. huile
2 litres de vin.

52Ces aliments permettent de composer les repas que nous avons précisés plus haut : les bullits de viande, céréales et légumes secs, du pain, du fromage et du vin. Il faudra considérer ces données comme des maxima, car nous ne savons pas si la famille dispose en plus d’un jardin ou d’un verger qui peuvent leur fournir en légumes verts et fruits, et donc leur garantir un apport calorique supplémentaire. Nous partirons donc du principe qu’ils n’ont pas à acheter ces denrées. L’alimentation ne représente pas le seul poste de dépense de la maisonnée.

  • 70 Voir en annexe.

53Nous avons vu que l’accès à la propriété n’est pas courant dans les milieux artisanaux étudiés. Il faudra donc louer une maison ou un étage, les prix variant fortement selon le quartier concerné. Voyons les prix à la location à Gérone au XVe siècle70.

54Les loyers sont variables. Pour une maison, il faut compter 420 deniers par an à Pedret, avec un patio. Dans Carrer nou, au sud de la ville, les loyers peuvent aller de 48 à 120 deniers par an, soit une moyenne de 76.8 deniers. La zone la plus chère est la rue Argenteria, centre artistique où vivent orfèvres et peintres. Les loyers vont de 156 à 528 deniers par an, soit en moyenne 364 deniers annuels. La zone Ballesteries présente des loyers raisonnables à 33 deniers en moyenne. Avec 60 deniers par an, on peut louer une maison dans le quartier de Geronella (à l’est). L’offre permet donc à toutes les bourses, ou presque, de choisir un quartier où il sera possible de payer un loyer. L’intérêt de certains contrats de location est que la profession des locataires est précisée. Il est ainsi possible de voir avec plus de justesse les types et la géographie des locations.

Date

Métier

Lieu

Loyer en deniers

1409

Charpentier

Argenteria

408

1496

Charpentier

?

240

1444

Charpentier

Carrer nou

96

1478

Charpentier

Argenteria

528

1405

Charretier

Carrer nou

48

1423

Charretier

?

72

1430

Manœuvre

Carrer nou

12

1414

Manœuvre

Carrer nou

48

1498

Manœuvre

Carrer nou

60

1430

Manœuvre

?

48

1439

Manœuvre

Carrer nou

60

1444

Manœuvre

Carrer nou

24

1472

Orfèvre

Argenteria

420

1478

Orfèvre

Argenteria

420

1405

Orfèvre

Argenteria

156

1409

Orfèvre

Argenteria

312

1409

Peintre

Ballesteries

34

1472

Peintre

Argenteria

360

1409

Tailleur de pierre

Carrer Nou

72

1478

Tailleur de pierre

Ballesteries

32

1444

Tailleur de pierre

Call

120

1405

Tailleur de pierre

Carrer nou

48

Tableau 25 : Loyers selon les quartiers.

  • 71 Salaire sur le chantier de la seu, 1405 : charrier avec une bête : 4 s. ; 1423, charrier avec une b (...)
  • 72 Salaire sur le chantier de la seu, 1444 : 4 s. 7 ; 1478 : 4 s.
  • 73 Salaire sur le chantier de la seu : 1430 : 2 s. 8 ; 1439, 2 s. 8 maximum, 2 s. 6 minimum.
  • 74 Salaire sur le chantier de la seu : 1478 : 4 s. ; 1444 : 4 s.

55Les charretiers peuvent consacrer de 48 à 72 deniers par an à leur loyer, soit l’équivalent de 1 à 1.5 jours de salaire71. Les charpentiers ont une échelle de loyers plus vaste, qui peut aller de 96 à 528 sous. Le loyer minimum représente 1.75 jours de salaire, alors que le plus élevé est l’équivalent de 11 jours72. Le fait que certains charpentiers puissent payer un loyer de cette valeur dans un quartier où vivent une majorité de ciutadans honrats prouve, s’il en était besoin, qu’ils forment l’élite des artisans du bâtiment, bien devant les tailleurs de pierre. Les manœuvres se limitent à des loyers allant de 12 à 60 deniers par an, soit de 0.37 à 1.87 jours de salaire73. Quant aux tailleurs de pierre, les loyers rencontrés dans leur cas oscillent entre de 32 et 120 deniers par an, soit de 0.66 à 2.5 jours de travail74. On retrouve dans ces variations de loyer du simple au plus du triple les différents échelons des Métiers. D’ailleurs, on peut remarquer que les tailleurs de pierre vivent dans les mêmes quartiers que les manœuvres, et en particulier Carrer nou, et peuvent payer la même catégorie de loyer (48 sous par an). Quant aux peintres et aux orfèvres, leur salaires étant à la tâche, il est impossible d’estimer l’équivalent loyer-jours de salaire. On remarque néanmoins que ces métiers se regroupent dans un quartier considéré comme riche à la lumière des cotisations de la taille : l’Argenteria. On remarque également que tous les peintres ne sont pas aisés, comme nous l’avions déjà vu dans les échelles d’impositions : certains se contentent d’une maison à 34 deniers par an, dans une rue voisine de l’Argenteria. Si la majorité des artisans, même les plus aisés comme les peintres ou les orfèvres, choisissent de louer leur logement, certains en font cependant l’acquisition.

  • 75 Salaires sur le chantier de la seu, de l’année concernée ou de l’année la plus proche dans les comp (...)

Date

Lieu

Prix

Équivalent jours de salaire d’un tailleur de pierre75

Équivalent jours de salaire d’un manœuvre

1451

Pedret

3120

65

97.5

1455

Mercadal

1200

25

40

1483

Mercadal

6000

142.85

187.5

1453

Pedret

3120

65

104

1484

Albadiners

8160

194.28

255

1415

Ballesteries

24000

444.44

800

1448

Cort Real

19200

400

640

1420

Mercadal

2400

44.44

66.66

1415

Mercè

6000

111.11

200

Tableau 26 : Prix des maisons à l’achat en équivalent salaire.

56Dans les quartiers de Pedret ou du Mercadal, l’acquisition d’une maison est possible pour un maître tailleur de pierre, et envisageable, mais difficile, pour un manœuvre. Cependant, les quartiers du centre ville sont clairement prohibitifs pour les deux corps de métiers. En comparant les prix à l’achat et ceux à la location, il est nettement plus rentable de louer. Par exemple, on peut trouver une maison à la location à partir de 32 sous par an dans le quartier des Ballesteries. Pour s’acheter l’équivalent dans le même quartier, il faudrait à un tailleur de pierre 750 loyers annuels. En ce qui concerne le mobilier, nous avons vu qu’il se résumait à peu de choses. Pour l’élaboration de ce budget type, nous partirons du principe qu’il est acquis, soit par dot, soit par achat, et qu’il n’entraîne plus de frais annuels.

  • 76 Ch. M. De La Roncière, Prix et salaires..., op. cit., p. 393.

57L’autre poste de dépense des ménages qu’il faut prendre en considération est l’habillement. Il est très difficile, par manque de sources, d’estimer les dépenses annuelles consacrées aux vêtements. Dans les comptes de la Pia Almoina, les apprentis reçoivent une paire de chaussures tous les deux mois environ. Ce rythme ne correspond peut-être pas à l’usure réelle, mais à un avantage en nature du salaire. Il n’est même peut-être pas sûr que les apprentis reçoivent cette paire de chaussures : ils peuvent toucher l’équivalent en argent. À Florence76, on estime le rythme d’usure à deux paires par an. La paire de chaussures coûte environ 2 sous 8 deniers pour les hommes, et 2 sous pour les femmes. Peu d’autres prix nous sont parvenus en ce qui concerne les garde-robes : une paire de chausses coûte 4 sous 6 deniers, une chemise 1 sou 3 deniers, un foulard pour la coiffe des femmes environ 5 sous, un manteau à capuche, 1 livre. Les achats de chausses et de foulards sont fréquents (3 fois par an en moyenne), ceux de manteaux rarissimes (1 fois). Nous utiliserons donc pour notre budget type le rythme de renouvellement de garde-robe suivant : 2 paires de chaussures par an, une paire de chausses et une chemise par an pour les hommes, vue la dureté du travail, 1 paire de chausses et une chemise tous les 2 ans pour les femmes, et 1 foulard par an.

58Évidemment, bien d’autres dépenses émaillent la vie quotidienne des ménages, mais rares sont celles que l’on peut chiffrer. À titre plus anecdotique qu’à visée comptable, nous avons cherché à estimer les frais engagés par un artisan dans deux grands moments de sa vie, dont on est certain qu’ils ont eu lieu : la maladie et la mort.

  • 77 C. Guilleré, «Santé, médecine et assistance au Moyen Âge », Actes du 110e congrès national des soci (...)
  • 78 AHPG, Comptes de la Pia Almoina, 1400-1500. «Item, per una onz de scorsa de potisent ab sucre per l (...)
  • 79 E. Thibaut I Comalada, «La taule dels Catalans...», op. cit., p. 115-117.

59Tomber malade signifie souvent le chômage temporaire, même si l’on a déjà vu qu’il arrivait à certains ouvriers de travailler malgré tout. Face à la maladie, de quoi disposaient les artisans du XVe siècle pour se soigner ? Le corps médical compte à Gérone à la fin du XIVe siècle 36 représentants, soit environ 1 pour 615 habitants77. En cas de maladie, le patient fait appel à un médecin. Les comptes de la Pia Almoina78 font référence à une dépense d’une livre pour la visite et les soins prodigués pendant 25 jours par un médecin à un des membres malade. L’achat de sucre au même moment semble être destiné au patient. Les remèdes utilisés se résument à peu de choses79, comme on peut le voir dans les comptes envoyés par Bernat Des Llor, maître de médecine, et Francesc Reixach, apothicaire à la famille de Pere Andreu Cassa.

  • 80 AHPG, not. 1, n° 454. «Primo per hun testament fet per la dita dona set sols.
    Item, per hun altre de (...)

60Même s’il est malaisé de reconnaître tous les ingrédients employés sans être spécialiste, on peut néanmoins isoler l’écorce de quintefeuille (scorsa de potisent), le sucre, le miel, une préparation au citron (diaciminum), l’herbe-à-l’esquinancie (gerapiga), des fleurs, du sagou (saguet), des amandes, des « herbes », de l’ambroisine (arago). Ces ingrédients sont réduits en poudre (polvores), macérés et utilisés comme huiles essentielles (olis), concassés (concassement), concentrés dans des onguents (onguents), utilisés en tisanes (ayguas). Ce patient souffre du ventre (vantrell), ce pour quoi il est soigné à coup de potions et « d’épongements » (sponyament). C’est tout le savoir faire médical qui est décrit là. Malheureusement, le pauvre Pere Andreu ne survivra pas à son mal, et l’apothicaire inclura dans ses frais les soins apportés à la dépouille après son décès. Le cas de ce jeune homme nous intéresse pour notre budget dans le sens où un artisan peut très bien avoir à soigner sa femme, un des ses enfants, ou un parent à charge. Les soins prodigués à Pere Andreu ont coûté 89 sous 6 deniers à sa famille, entre les frais de médecins et d’apothicaire. C’est l’équivalent de presque 36 jours de salaire d’un manœuvre. D’où la question de savoir si les plus pauvres ont accès à la médecine ou non. Les comptes de la Pia Almoina nous donnent comme seul remède employé le sucre : c’est peut-être le seul médicament des pauvres. Si comme le patient que l’on vient de voir, l’artisan voit la maladie l’entraîner, lui ou les siens, irrémédiablement vers la mort, il ne manquera pas de faire appel à un notaire pour rédiger ses ultimes volontés. Encore une fois, ceci a un coût. En 1459, Nicolau Roca dressait ainsi ses honoraires80. En tout, il en coûtera 64 sous 6 deniers. Les fils de Joan Antigo, peintre, doivent ainsi régler plus de 95 sous de frais de notaire. Même si ces montants sont payés sur l’héritage du défunt, cela représente une somme non négligeable sur laquelle les héritiers devront faire une croix. Voilà donc dans les grands traits les postes de dépenses auxquels sont soumis la majorité des foyers d’artisans du bâtiment. Il ne reste qu’à estimer ces frais pour voir si, en définitive, ces ouvriers pouvaient faire face et maintenir leur famille grâce à leur seul travail.

61Plusieurs types de budgets peuvent être dressés : celui d’un célibataire, vivant dans un logement en location, et celui d’une famille installée, avec deux enfants. L’étude portera sur une année, afin de pouvoir intégrer toutes les dépenses, et pour quatre activités : un maître tailleur de pierre, un compagnon tailleur de pierre, un manœuvre et un charpentier. Nous ferons d’abord une estimation au sens strict, c’est-à-dire en prenant en considération uniquement les salaires comme poste de recette, et l’alimentation, le logement et l’habillement comme postes de dépenses. Puis, une autre au sens large, en intégrant d’éventuelles possessions, et des frais divers. Nous devons évidemment partir du postulat que les artisans étudiés jouissaient d’une situation de plein emploi, c’est-à-dire travaillaient en moyenne 274 jours par an.

  • 81 Prix du loyer de la maison de maître Ca Plana, tailleur de pierre, en 1423.
  • 82 Prix du loyer de la maison de Joan, charpentier, rue Ballesteries, en 1423.
  • 83 Prix du loyer de Rayners, tailleur de pierre, en 1414.
  • 84 Prix du loyer de la maison d’Artibaulan, manœuvre, en 1414.
  • 85 Prix calculé pour de la viande de porc. Sachant qu’en 1469, la livre de porc « beau et gras » est à (...)
  • 86 Arrondis à 13 l., équivalent d’une copa.
  • 87 Prix du loyer de la maison de maître Ca Plana, tailleur de pierre, en 1423.
  • 88 Prix du loyer de la maison de Joan, charpentier, rue Ballesteries, en 1423.
  • 89 Prix du loyer de Rayners, tailleur de pierre, en 1414.
  • 90 Prix du loyer de la maison d’Artibaulan, manœuvre, en 1414.
  • 91 Calcul à partir de 2 œufs par jours pour les enfants, surestimation pour prendre en compte les acha (...)
  • 92 La paire annuelle du père, plus celle de la mère, en prenant en compte que cette dépense ne se fait (...)
  • 93 Nous n’avons pas utilisé le loyer de la rue Ballesteries, car les comptes mentionnent des maisons e (...)
  • 94 Prix 1483.
  • 95 Prix 1469.
  • 96 Prix 1458.
  • 97 Prix 1479.
  • 98 Prix 1462.
  • 99 Prix 1486.
  • 100 Prix 1486.
  • 101 Nous n’avons pas utilisé le loyer de la rue Ballesteries, car les comptes mentionnent des maisons e (...)

Tableau 27 : Budgets81-82-83-84-85-86-87-88-89-90-91-92-93-94-95-96-97-98-99-100-101.

62Dans les quatre études de cas, les salaires du chef de famille suffisent à maintenir le foyer. Cependant, il faut objecter que ces budgets sont calculés sur une base du minimum nutritionnel indispensable. Il n’y figure ni les fruits ni légumes, par exemple. On peut raisonnablement penser que les maîtres et les tailleurs de pierre peuvent posséder un jardin, ou un verger. De même, on ne comptabilise pas les achats de fruits secs, pourtant largement consommés, ou d’épices et de sel. Ces données sont donc à prendre comme des minima. De même, les salaires annuels sont calculés pour 274 jours de travail, ce qui représente une très heureuse stabilité. Les manœuvres, tout comme les maîtres, doivent connaître des périodes d’inactivité, ou d’instabilité plus ou moins longue. Cependant, nous avons considéré que seul le chef de famille apporte un salaire au foyer, alors qu’il y a de fortes chances pour que sa femme travaille également, en tant que domestique, à des travaux des champs ou comme couturière. Néanmoins, même si ces estimations restent idéalement bâties, elles nous renseignent sur l’évolution du pouvoir d’achat. En 1420, après les dépenses incompressibles, il reste au charpentier plus de 79 % de son salaire, au maître tailleur de pierre 74,5 %, au simple maçon 71,07 % et au manœuvre 62,03 %. La vie de célibataire-artisan du bâtiment est donc aisée. Elle permet d’améliorer largement le quotidien, d’acquérir les biens suffisants à un départ dans la vie : outils du métier, meubles, et pourquoi pas biens immobiliers : maison, carrière, vignes, ... Cette aisance se retrouve après la guerre civile. Les manœuvres, simples tailleurs de pierre et maîtres tailleurs de pierre améliorent même leur ordinaire, en enregistrant une hausse respective de 2,03 %, 2,95 % et 3,22 % de leur pouvoir d’achat. Ce gain résulte d’une baisse globale des prix plus que d’une augmentation de salaires. En revanche, le charpentier voit son pouvoir d’achat diminuer de 2,46 %, perte surtout provoquée par une forte baisse de son salaire (20 %). Malgré cela, il reste encore près des trois quarts du salaire à la majorité d’entre eux.

63En revanche, la situation des couples avec deux enfants est plus contrastée. En 1420, seul le charpentier reste en possession après règlement des frais structurels de plus de 50 % de son salaire. Il ne reste au tailleur de pierre « que » 42,70 %, au compagnon 34,70 %, et au manœuvre 14,30 %. Les deux maîtres peuvent donc s’en tirer, la situation est plus difficile pour le tailleur de pierre salarié. Avec deux tiers de son salaire évanouis après dépenses de base, le moindre imprévu, ou une petite période d’inactivité, une confoncture économique défavorable, peuvent le mettre dans une situation critique. Quant au manœuvre, il lui reste moins de 15 % du salaire. Autant dire que la ligne le séparant de l’indigence est proche. Lui et sa famille sont réellement à la merci d’une perte d’emploi, ou d’une mauvaise conjoncture économique. Au lendemain de la guerre, la situation s’avère encore plus tendue pour les familles de manœuvres qui perdent encore 2,15 % de leur pouvoir d’achat. La chute la plus spectaculaire est celle des charpentiers, qui accusent un repli de 9,50 % de leur pouvoir d’achat. Ce sont les grands perdants du siècle. En revanche, les maîtres tailleurs de pierre maintiennent tant bien que mal leur niveau de vie avec 2 % de hausse du pouvoir d’achat. Ce sont les simples compagnons tailleurs de pierre qui bénéficient d’une amélioration notable de 2 % entre les deux périodes.

64Dans l’ensemble, si la vie de célibataire ne pose pas de problème, et permet même d’investir, celle de chef de famille est plus difficile. L’amélioration du quotidien passe par l’obligation faite à l’épouse de recourir à de petits métiers. Pour mieux se rendre compte de la marge de manœuvre dont disposent ces quatre corps de métier, il est intéressant d’essayer de chiffrer quelques frais annexes, auxquels ils ont toutes les chances d’être confrontés à un moment ou à un autre de leur vie. Ces perspectives seront utilisées uniquement dans le cadre des familles. L’accumulation des incidents possibles condamnent ces pauvres gens à une « annus horribilis ». Soulignons de nouveau le fait qu’il s’agit d’un exercice purement théorique.

  • 102 Selon la taille de 1417, en utilisant les impositions des moyennes supérieures pour les maîtres, le (...)
  • 103 Exemple d’un panel d’outils : une pioche de carrier, une masse, une hache, une pelle, 6 coins en fe (...)
  • 104 Exemple : une pioche, une masse, une hache, un couteau.
  • 105 Exemple : une pioche et une masse.
  • 106 Selon les comptes de Francesc Reixach, apothicaire (AHPG, not. 1, n° 444).
  • 107 Montant de la dot de le fille de Guillem Bofill, maître tailleur de pierre (AHPG, not. 1, n° 358).
  • 108 D’après la dot apportée à Miquel Geroni, charpentier, par sa femme (AHPG, not. 1, n° 465).
  • 109 D’après la dot payée pour sa fille par Pere Cervia, maître de maison (AHPG, not. 1, n° 437).
  • 110 D’après la dot constituée par Joan Comes, manœuvre, pour sa fille Caterina de 17 ans (AHPG, not. 1, (...)
  • 111 D’après les comptes de Nicolau Roca, notaire (AHPG, not. 1, n° 454).

Tableau 28 : Budget en situation extrême102-103-104-105-106-107-108-109-110-111.

65Il est clair que les ouvriers ne sont pas confrontés à tous ces frais la même année. En tout cas, la constitution de la dot de la fille doit se prépare et se prévoir suffisamment tôt, et de plus, doit être payée en plusieurs fois. Une fois ce douloureux problème de dot écartée (nous pouvons partir du principe que les gains des années précédentes lui ont été consacrés, ou que le couple a deux fils), la majorité des artisans s’en sort, malgré tous les imprévus. En 1420, le charpentier s’en tire même avec une confortable facilité financière, qu’il pourra investir en biens immobiliers, tout comme le maître tailleur de pierre. Le simple maçon peut faire face aux dépenses, et économiser encore près de 25 % sur ces bénéfices. En revanche, le manœuvre n’a aucun droit à l’erreur : la moindre période d’inactivité ou la crise frumentaire entraîne irrémédiablement sa famille dans la misère. Si en 1420 il a encore malgré tout un solde positif (très relatif, puisque d’à peine 5 sous), il ne pourra faire face aux imprévus en 1472. Son salaire lui permet de faire vivre sa famille, mais ne peut lui éviter de sombrer en cas d’imprévu. Si les tailleurs de pierre, maîtres comme compagnons, arrivent à s’en sortir en 1472, affichant même une progression de pouvoir d’achat, le grand perdant est encore une fois le charpentier, qui perd 53,49 % de ses possibilités financières. Même s’il a encore un niveau de vie confortable, il doit renoncer à tout ce qui améliorent le quotidien.

66Les artisans du bâtiment forment donc bien un groupe moyen dans la hiérarchie socioprofessionnelle. Cependant, leurs racines sociales sont humbles, et ils restent à la merci des secousses économiques et des aléas de la vie. Les maîtres, tailleurs de pierre comme charpentiers, conservent une marge confortable pour faire face à leurs dépenses. Cependant, ce sont ces salaires élevés qui accusent la perte de pouvoir d’achat la plus importante. Les simples tailleurs de pierre et les manœuvres maintiennent relativement bien leur pouvoir d’achat, même si dans le cas de ces derniers, le moindre imprévu d’ordre économique, personnel ou professionnel peut les plonger dans une profonde indigence. Les résultats sont à nuancer. En effet, le budget étudié consacre une part minime à l’alimentation. Les manœuvres doivent se contenter de cette monotonie alimentaire, mais les autres groupes pouvaient y ajouter des laitages, des poissons et des viandes diverses. Leurs dépenses en augmentent d’autant. Cependant, même si leurs marges diminuent, elles leur permettent encore de vivre, d’investir et de faire face à de grosses dépenses.

67Pour conclure sur le patrimoine et le niveau de vie, il semble intéressant d’étudier des cas particuliers grâce à une documentation qui nous permet de retracer avec le plus de justesse possible, la vie de certains artisans du bâtiment. Ainsi, nous nous proposons de faire le portrait des Llorenç, chaufourniers de père en fils à Pedret, de Pere Cipres, maître charpentier, qui fut maître d’œuvre de la cathédrale, du maréchal-ferrant Francesc Bofill, du manœuvre Joan Prat et du tailleur de pierre Antoni Llop. À travers ces destins individuels croisés, nous espérons pouvoir synthétiser les grands comportements économiques, sociaux et professionnels d’une grande partie des membres de leurs métiers.

4. En guise de conclusion : études de cas

68L’objectif n’est pas de dresser un inventaire comptable de la vie de ses hommes. Tous apparaissant dans des comptes, il est en effet facile de suivre leur parcours professionnel grâce à leurs salaires. Seulement, ces données chiffrées ne nous permettent pas de nous faire une idée de leur réalité quotidienne. Même si prétendre approcher même de loin le quotidien des artisans du bâtiment relève de l’utopie, l’exercice vaut néanmoins la peine. Nous avons pour cela choisi un représentant de chaque métier, pour lequel l’on dispose de la documentation la plus large possible.

Joan Prat, manœuvre

69La première constatation à faire lorsqu’on s’enfonce dans les profondeurs de la hiérarchie professionnelle et sociale, est que les hommes laissent de moins en moins de traces documentaires.

  • 112 AHMG, Obres publiques, XIII.1, llig. 1.
  • 113 ACG, Obra de la Seu, n° 44, 1460.
  • 114 AHMG, Manuals d’acords, 1462-1464, fol. 131-143.
  • 115 AHPG, not. 8, n° 75.
  • 116 AHPG, not. 1, n° 437.
  • 117 ACG, Obra de la Seu, n° 31, 1418-1422.

70Joan Prat n’échappe pas à cette loi, et est en cela très représentatif de son groupe socioprofessionnel. Il apparaît en 1447 sur le chantier des murs du Mercadal112, puis en 1459 sur celui de la seu113. Dans les deux cas, il touche 2 sous 6 deniers de salaire. Il doit souffrir d’instabilité professionnelle : il ne travaille par exemple qu’une seule journée sur le chantier de la cathédrale en 1459. Il doit donc cumuler des emplois sur différents chantiers, ou se louer pour des travaux agricoles. Il n’apparaît pas dans les tailles de 1462, mais est comptabilisé dans la levée d’hommes en vue de la guerre civile114. On apprend alors qu’il habite au Mercadal, dans la rue située entre le pont des Framenors et la porte de Figuerola. Le fait qu’il n’apparaisse pas dans les tailles peut signifier qu’il fait partie des plus pauvres de la cité. En 1463, quand il rédige son testament115, il ne laisse pas grand-chose à ses proches. Il fait d’Anna, sa femme, son héritière universelle. Il demande à être enterré au cimetière du Mercadal, il consacre 8 sous aux legs pieux, et laisse à une certaine Francina, fille de Barthomeu Dalmau de Flaça, et selon toute vraisemblance sa petite fille, un lopin de terre, et 22 livres pour sa dot. Ce sont les seules traces de son passage à Gérone. Il n’apparaît pas dans la taille de 1471, ce qui laisse à penser qu’il a disparu durant la guerre civile. Aucune trace de famille, hormis sa femme, et cette éventuelle petite fille. Néanmoins, une procuration faite en 1450116, par un certain Pere Prat, manœuvre, fils de Francesc Prat, également manœuvre, ayant travaillé en 1421 sur le chantier de la seu117, pourrait constituer une piste quant à une éventuelle parenté. Les trois hommes exercent le même métier, à des époques suffisamment échelonnées pour imaginer une filiation entre un père et ses deux fils, par exemple.

71Les groupes sociaux les plus humbles ne nous sont pas accessibles par manque de données. L’exemple de Joan Prat nous montre la difficulté de cerner leur réalité, et le travail qui reste à effectuer pour mener à bien une étude prosopographique complète.

Antoni Llop, tailleur de pierre

  • 118 ACG, Obra de la Seu, n° 26.
  • 119 AHMG, Comptes del Clavari, 1.3.3.1.2, llig. 4.
  • 120 AHPG, not. 1, n° 385.
  • 121 AHMG, Manuals d’acords, n° 43.
  • 122 ACG, Obra de la Seu, n° 31, fol. 32 v. « Solvi Antoni Llop per I maynell que pica a casa a les vesp (...)
  • 123 ACG, Obra de la Seu, n° 31, fol. 102 v. « Solvi Antoni Llop X solidos qui debebat sibi solvi XXIII (...)
  • 124 AHMG, Demografia, talles, VIII.1.1, 1423, fol. 30 r. « L’alberch del dit Antoni Llop que te dreta s (...)

72En se hissant dans la hiérarchie, on commence à entr’apercevoir plus nettement la vie des artisans. Antoni Llop apparaît dans les comptes de la seu en 1412118. Il travaille également au Mercadal119. Sur les deux chantiers, il touche 4 s., ce qui fait de lui un maître tailleur de pierre. Il est d’ailleurs nommé picapedrer et non pedrer. Son vrai nom est Antoni Amoros120, mais il n’est jamais désigné sous ce nom-là dans les comptes. Il jouit d’une franchise accordée par la ville en 1414, qui l’exonère de taille pendant 7 ans121. Malgré cela, il est taxé 10 s. trois ans plus tard, lors de la taille de 1417, levée pour financer les cloches de l’horloge. Il vit dans le quartier des Ballesteries, près de la porte du même nom. C’est une zone où relativement peu de tailleurs de pierre vivent, mais où cohabitent des groupes socioprofessionnels moyens bien installés. En payant 10 s. pour cette taille, il fait partie des plus gros contribuables. Sa maison doit posséder un atelier contiguë, ou du moins un rez-de-chaussée aménagé pour son activité. En effet, en 1418, il travaille les matins sur le chantier et les après-midi chez lui, pour sculpter des colonnettes122: « J’ai payé à Antoni Llop pour une colonnette qu’il a taillée chez lui les soirées XX sous, comme il a été estimé par Canet et Bofill et qu’il vaut mieux qu’ils taillent à la maison les colonnettes ». Il est le seul dans ce cas, ce qui souligne la confiance que les deux maîtres d’œuvre ont mise en lui. D’ailleurs, il n’est pas un maître tailleur de pierre comme les autres. Il a un statut à part sur le chantier, car il touche une pension, fait unique dans tout le XVe siècle. Il est en effet le seul maître, non maître d’œuvre, à jouir d’un tel privilège. Deux explications sont possibles : soit il est plus qu’un tailleur sur le chantier et remplit le rôle du « parlier » allemand, trait d’union entre les architectes et la main d’œuvre ; soit il est suppléant de Canet, le maître d’œuvre de Barcelone, dont l’absentéisme a déjà été souligné. Il touche donc 30 sous par an de pension, en plus des 4 sous journaliers de salaire123. Il touche cette pension jusqu’en 1424. Cependant, même ensuite, son statut reste important au sein du chantier de la cathédrale. En 1430, il travaille par exemple 223.5 jours sur 48 semaines. Cette stabilité lui procure un certain confort matériel, dont il est cependant difficile d’estimer le contenu, son testament ne nous étant pas parvenu. On sait qu’il vit dans une maison d’une valeur de 90 livres, pour laquelle il paie l’équivalent de deux poules pour loyer124: « La maison du dit Antoni Llop sur laquelle l’évêque a droit de seigneurie, et pour laquelle il paye un cens d’une paire de poules, la propriété vaut 90 livres ». Il disparaît des comptes en 1434.

Francesc Llorenç, chaufournier

  • 125 ACG, Pabordia de Decembre, 8, a, 10, llibre 1.
  • 126 ADG, St Felix, Confreries, 5.4.4, St Narcis. 1400.
  • 127 ACG, Obra de la Seu, n° 24.
  • 128 AHMG, Obres publiques, XIII.1, llig. 1.

73Plus que la vie d’un seul homme, c’est l’histoire de toute une famille que la documentation nous permet d’étudier. En tant que chaufourniers, les Llorenç sont possédants : ils devraient être les propriétaires de leur unité de production. C’est surtout au travers de la gestion de leur patrimoine qu’il est possible de suivre cette dynastie de calciners. Ils apparaissent à Pedret à la fin du XIVe siècle, au travers de l’inventaire de la Pabordia de Decembre125. Leurs propriétés sont réparties en trois pôles. À l’extrême nord de la rue, vers le portail de Na Dalmava, Francesc Llorenç senior possède une première maison, avec un atelier de l’autre côté de la rue, et un honor le long de la montagne. Un peu plus loin, son fils, Francesc, possède une maison, avec un patio à côté du Ter. Enfin, à l’autre extrémité de la rue, au sud, Francesc senior possède deux fours, une maison, deux terrains et un atelier. En 1400, la femme de Francesc senior, Francesca, ainsi que sa bru, femme de Francesc fils, font partie de la confrérie Sant Narcis126. On y retrouve également Francesca, femme de Jaume Llorenç, charretier, mais aucun lien de parenté ne peut alors être établi. Le rôle de la famille Llorenç doit être important au sein de cette confrérie. En effet, en 1415, Francesc Llorenç (père ou fils ?) est élu prud’homme. Dès lors, l’homonymie entre père et fils nous joue des tours, car lorsqu’ils apparaissent dans les comptes, comment les différencier ? Un Francesc Llorenç travaille pour la seu dès 1405127. On retrouve le chaufournier sur le chantier du Mercadal en 1412128. Les Llorenç sont donc fournisseurs des deux plus gros chantiers du début du XVe siècle : celui de l’évêque, et celui de la ville. Il a (ou ils ont) le monopole à la s e u, mais doivent partager le marché de la municipalité avec un autre chaufournier, Julia. Pour les travaux du mur du Mercadal et de celui de Sant Pere et Sant Feliu, la famille Llorenç fournit 48,91 % des commandes, pour une somme moyenne par commande de 1026 deniers. En tout, ils auront fourni en un an 3 826 quarteres de chaux. Cependant, pour le mur de Sant Pere et Sant Feliu, ils ont le quasi monopole, avec 75 % des commandes. Père et fils semblent travailler ensemble, et exploiter le patrimoine familial en totale collaboration. Ils apparaissent d’ailleurs dans les tailles du bras mineur, et de 1414 sous une seule et même rubrique, payant le montant de leur imposition en commun :

  • 129 AHMG, Recomptes de poblacio, talles, VIII.1.1, llig. 4, Bras menor.
  • 130 AHMG, Recomptes de poblacio, talles, VIII.1.1, llig. 5, 1414.

« Rue de Pedret

 

(...) Francesc Llorenç et son fils, chaufournier

55 s. »129

« Rue de Pedret

 

(...) Francesc Llorenç chaufournier, et son fils

1 l. 2 s. 6 d. »130

  • 131 AHMG, Recomptes de poblacio, talles, VIII.1.1, llig. 5, 1417.
  • 132 AHMG, Demografia, VIII.5.2, fol. 43 v.
  • 133 Aucun acte ne confirme sans ambiguïté cette filiation. Néanmoins, Antoni et Pere Llorenç sont chauf (...)
  • 134 ACG, Obra de la Seu, n° 35.
  • 135 AHPG, not. 1, n° 442.
  • 136 AHPG, not. 1, n° 442.
  • 137 Ibid.
  • 138 AHPG, not. 1, n° 438.
  • 139 AHPG, not. 1, n° 437.
  • 140 AHPG, not. 1, n° 447.
  • 141 Ibid. On pourrait également citer la vente conclue entre Pere Llorenç et Joan Balaguer, charretier, (...)
  • 142 AHPG, not. 1, n° 438, 16 février 1451.
  • 143 AHPG, not. 1, n° 438, 4 juin 1451.
  • 144 AHPG, not. 1, n° 447.
  • 145 AHPG, not. 1, n° 435.
  • 146 AHPG, not. 1, n° 450.

74Dans la taille de 1417, un seul Francesc Llorenç apparaît, sans mention de « fils ». Il paye une grosse somme (2 livres)131. Tout porte à croire que le père est mort, laissant au fils l’intégralité des biens dont il disposait à Pedret. Vu le niveau d’imposition, il fait partie des riches artisans. En 1425, Francesc jouit d’une franchise pour 7 ans132. Ce serait-il installé au centre ville ? Si c’est le cas, il conserve néanmoins les unités de production à Pedret. En effet, Francesc a deux fils, Antoni et Pere133. Antoni reprend le marché de la seu en janvier 1431134. Mais on perd rapidement sa trace. C’est par son frère que nous connaissons mieux la destinée du patrimoine des Llorenç. En effet, Pere Llorenç apparaît davantage dans les actes en tant que gestionnaire immobilier que comme chaufournier. Il achète, il vend, il loue : bref, il fait vivre son patrimoine. En 1446, Pere est pris d’une fièvre immobilière, qui pourrait correspondre à la mort de son père, et au démantèlement du patrimoine d’habitation de Pedret. Ceci pourrait confirmer le fait que Francesc junior soit venu vivre au centre ville, tout en conservant des biens immobiliers dans son quartier d’origine. Pere vend en effet un patio à Pedret à Francesc Boet, tailleur de pierre, pour 100 sous plus la constitution d’une messe anniversaire à la seu tous les Noël (à raison de 2 sous 8 par an)135. Toujours à Francesc Boet, il vend une maison et un patio pour 13 livres136. Il vend de plus un jardin et un terrain pour 140 s. à Vicenç Moner137. Curieusement, dans cette frénésie de vente, il achète à Ramon Cellera, une maison à Pedret avec un patio pour 13 livres et une messe anniversaire à la seu138. Il s’emploie peut-être à ce que l’on pourrait appeler un remembrement. En 1450, il vend à Joan Abademus, manœuvre, un roncin de 7 ans139. En 1455, c’est un âne noir qu’il vend pour 9 l. 18 s. au verrier Antoni Negre140, et en 1456, une mule noire pour une valeur de 99 s. est cédée à Antoni Caxa141. En plus de leurs fours, les Llorenç possèdent donc les bêtes nécessaires au transport de la chaux. Ils contrôlent la chaîne de production et de distribution. Enfin, il achète à deux reprises des esclaves : un premier de 46 ans pour lequel il paye 19 livres 10 sous142, et un autre quatre mois plus tard, jeune garçon de 20 ans, pour lequel il débourse 37 livres 4 sous 3 deniers143. Pere Llorenç ne se contente pas de vendre. Il loue également beaucoup. En 1454, il cède en location pour 6 ans à Esteve Pomer, paysan de Sant Daniel, une parcelle de terre au lieu dit de Les ortes pour 20 sous par an144. Mais lui-même prend des biens en location. C’est le cas en 1448, où il s’engage face au manœuvre Pere Carrera de louer pour 7 ans à raison de 20 sous par an une terre à Fontajau145. Ces nombreux actes nous donnent une idée du patrimoine amassé par trois générations de chaufourniers, dont le niveau de vie devait être aisé. Un investissement immobilier important, d’abord lié directement à leur activité, puis géré comme biens autonomes, souligne l’aisance sociale de la famille. Pere laisse un jeune fils encore mineur à sa mort en 1458. Pour subvenir à ses besoins, ses tuteurs louent la maison et la structure de production familiale, située à Pedret, et laissent le soin aux trois nouveaux locataires de loger, nourrir et habiller les enfants de Pere Llorenç. En effet, il est possible qu’il y ait plusieurs jeunes enfants, puisqu’il est dit que146 :

« (…)
Accords faits entre le tuteur des pupilles de Pere Lorens défunt d’une part et Narcis Marti de Palol et Johan Vilar alias Roig et Johan Vilalonga de Vilastria d’autre part pour la location des forns et de la maison des dits pupilles. »

  • 147 «Item, haian e tengut la cambra a on dormir ab los lits ço es colgats ab paylla ab aquella roba que (...)

75La maison est louée en l’état, avec les biens meubles, ce qui nous donne la chance d’entr’apercevoir le contenu d’une maison d’artisan aisé147.

  • 148 AHPG, not. 1, n° 454.

76Comme nous l’avions déjà fait remarquer, même les classes aisées, qui disposent pourtant de moyens, n’investissent pas dans l’aménagement de leur maison. Les meubles sont simples, en plus ou moins bon état, sans signe extérieur de richesse. Le jeune Pere Llorenç loue la même année une autre maison à Pedret pour 35 sous par an à Gispert Resclosa, tailleur de pierre148. La dernière apparition de l’héritier Llorenç date de 1462, où il est recensé pour porter les armes face aux troupes qui menacent la ville. Il est devenu lui aussi chaufournier. Il est dans la même dizaine qu’un certain Pere Antoni Llorenç, maréchal-ferrant. Est-ce le second fils de Pere Llorenç ?

77Le parcours de la famille Llorenç nous donne un aperçu de ce qu’a pu être la vie d’artisans relativement aisés. Ayant des responsabilités au sein de leur confrérie, possédant un patrimoine important, ils apparaissent comme la famille dominante du quartier de Pedret.

Francesc Bofill, maréchal-ferrant

78Il s’agit autant d’une lignée que d’un artisan en la personne de Francesc Bofill. Son cas est intéressant car on bénéficie sur lui d’une documentation importante et variée, embrassant de nombreux aspects de sa vie. Les testaments de ses femmes, ainsi que le sien, ont permis de dresser son arbre généalogique :

  • 149 AHMG, Recomptes de poblacio, talles, VIII.1.1, llig. 4.
  • 150 AHMG, Franquicias, VIII.5.2, fol. 63 r.
  • 151 AHMG, Recomptes de poblacio, talles, VIII.1.1, llig. 5.
  • 152 Ibid.
  • 153 Testament de sa femme, 25.11.1434, AHPG, not. 2, n° 251.
  • 154 AHPG, not. 2, n° 251, fol. 122 v.
  • 155 AHPG, not. 1, n° 443.
  • 156 AHMG, Manuals d’acords, n° 56.
  • 157 AHPG, not. 4, n° 169.1443.

79Francesc Bofill apparaît dans la taille du bras mineur vers 1405-1410149. Fils d’un certain Narcis Bofill, ferrer, qui a reçu l’exemption de taille en 1398150, et donc immigrant, il habite dans le quartier des Ferreteries velles, et paye 16 s. de taille. Il faut noter que dans cette même rue, habitent et travaillent Ramon Bofill et son fils, tous deux maréchaux-ferrants. Ils payent ensemble 33 s. de taille. Seraient-ils respectivement oncle et cousin, ou est-ce un hasard d’homonymie ? C’est difficile à dire, mais on pourrait avoir affaire avec Francesc non pas à une seule lignée, mais à deux. Dans la taille de 1414151, on retrouve Ramon Bofill, maréchal-ferrant, qui cotise séparément de son fils, Ramon, toujours installé aux Ferreteries velles. Francesc, lui, a déménagé vers le Portall Sant Feliu, et participe plus modestement à cette taille. Il ne paye que 2 s. En revanche, on voit apparaître un Nicolau Bofill, maréchal ferrant, fils de Francesc, qui vit Portal del Call, et paye 14 s. de taille. Francesc apparaît dans la taille de 1417152, à nouveau aux Ferreteries velles. Plus qu’un nouveau déménagement, il doit s’agir d’un regroupement réalisé par les administrateurs de la taille. Autant en 1414, les comptes sont détaillés par rue, autant la configuration de la taille de 1417 se contente de regrouper les habitants par quartier. Nicolau vit dorénavant dans une rue proche des Tavernaries, où il paie 25 sous de taille. On retrouve encore Ramon aux Ferreteries velles, mais plus son père. Francesc, malgré sa paternité, doit être jeune en 1417, car on le retrouve dans des actes jusqu’en 1462, alors que son fils est déjà mort en 1434153. Francesc se marie deux fois. Deux enfants naissent d’un premier mariage : Nicolau, dont nous avons déjà parlé, et Andreu. Antonia, sa première épouse, meurt en 1432154. Elle choisit de se faire enterrer au cimetière de la seu, dont elle devait être paroissienne, et où habite sa famille. Elle laisse 99 sous et une migera de froment à diverses institutions charitables et ecclésiastiques, ainsi que 100 sous à son mari, et 5 sous à son père. Elle devait être relativement jeune à sa mort, puisqu’elle teste en faveur de ses parents. Ses héritiers universels sont ses deux fils, et son père par substitution en cas de décès de la descendance. Avec plus de 200 sous de legs affichés, ce testament émane d’une famille avec déjà un niveau de ressources confortable. De sa seconde femme, Leonarda, naissent trois filles. En 1453, il doit d’ailleurs doter une d’entre elle, Leonarda. Elle épouse Francesc Coll, cirier, fils d’un chausseur. La dot est assez élevée, 180 livres, en plus des vêtements et des bijoux. Cette dot est constituée par donation directe de Francesc et de sa seconde femme Leonarda155. Francesc Bofill devait être reconnu dans sa profession, et avoir un rôle dirigeant dans l’organisation du Métier. En 1446, il fait partie de la main mineure156. Il déménage au milieu du siècle pour s’installer dans le quartier des Ballesteries. Il loue sa maison pour 10 livres par an, somme élevée, à Bernadina, femme de Guillem Montanya, barbier157. Il paye en 1462 une taille de 6 s. Quand il rédige son testament la même année, il prend deux voisins pour témoins : Ventallo, le charpentier, et Massanet, le tailleur. N’ayant visiblement plus de fils en vie, il choisit 3 ecclésiastiques sur 4 exécuteurs testamentaires, et encore 4 autres pour témoins.

  • 158 AHPG, not. 4, n° 201, fol. 209 v.
  • 159 AHPG, not. 2, n° 255, fol. 5 r.
  • 160 AHPG, not. 2, n° 272, fol. 73 v.
  • 161 AHPG, not. 2, n° 255, fol. 4 r.
  • 162 AHPG, not. 2, vol. 255, fol. 86 v. et vol. 272, fol. 108 v.

80Les testaments de Francesc Bofill sont des documents très riches pour connaître cet homme et sa famille. Nous disposons de nombreux actes : un premier testament date de 1435158, puis un autre est rédigé en 1462159, suivi d’un codicille en 1464, où il se déclare pour la première fois malade160. Un second codicille date de 1465, dans lequel il semble avoir recouvré sa santé et se présente comme corporis sanus161. Simple rémission cependant, car lorsque sa femme Léonarda teste en juin 1466, il est déjà mort162. L’ensemble de ces testaments est très intéressant car il englobe deux parties de la vie de Francesc Bofill. Le premier acte, rédigé en 1435, nous permet de voir le patrimoine d’un homme en pleine force de l’âge, veuf depuis peu. Les autres, dressés à partie de 1462, permettent de faire le bilan des biens accumulés pendant une vie. En 1435, Francesc Bofill est en bonne santé. Il a un frère, Lluis, qui est fabricant de bourses. Il demande à être enterré au cimetière de la seu, comme sa première femme. Il laisse une somme importante en legs pieux : 164 sous en tout, répartis équitablement entre de nombreuses institutions pieuses : l’aumône du pain, le couvent des prêcheurs, celui des mineurs, la seu, le couvent des Carmes, de Santa Clara, l’hôpital, ... Il donne de plus 10 sous à la fabrique de la cathédrale. Par les legs familiaux, on confirme qu’il jouit, non pas d’une fortune, mais tout au moins de revenus confortables : ses fils héritent des 1800 sous de la dot de sa défunte femme, son fils Andreu, de 22 ans, reçoit 55 livres, Nicolau, 100 sous, en plus de 10 livres chacun. Nicolau est l’héritier universel. Le patrimoine total distribué s’élève à presque 180 livres. À la fin de sa vie, trente ans plus tard, que reste-t-il de cette situation financièrement confortable ? L’entourage du testateur a changé. Son fils aîné, issu du premier mariage est mort. Ses trois filles, fruits de secondes noces avec Léonarda, sont en vie. Ce sont donc ses gendres et des autorités ecclésiastiques qui lui servent d’exécuteurs testamentaires. La pratique religieuse semble très importante à ces yeux. Il dresse la liste exhaustive des dispositions à prendre pour son enterrement. Il souhaite toujours être enseveli au cimetière de la seu, dans la tombe de ses parents. Il souhaite que soit célébrée une messe avec les orgues, que l’on récite 7 psaumes, que l’on fasse brûler des cierges, que l’on sonne les cloches, et que son corps soit porté à travers la ville par deux confrères de la confrérie de Saint Éloi, 2 confrères de celle de Sant François, dont il est membre, et par huit écoliers. Sa sépulture coûte 11 sous 10 deniers, auxquels il faut ajouter plus de 232 sous de legs pieux. Les dons vont à toutes les institutions caritatives de Gérone : l’aumône du pain, les pauvres de la Mercè, les captifs, l’hôpital neuf, ainsi qu’aux couvents et églises de la ville, et à ceux de Medinya, probablement paroisse d’origine de son père. Il fait des legs à la fabrique de la seu et à celle de Sant Feliu, pratique relativement rare, comme nous l’avons déjà vu. Les legs familiaux sont tout aussi importants. Sa femme en est la principale destinataire. L’inventaire des biens légués nous renseigne encore une fois sur le niveau de vie :

« 100 livres et 90 sous de sa dot
Vêtements, bijoux, et accessoires.
Un lit, 2 barils de bois, 2 matelas, un traversin, 2 paires de draps, 4 toiles, des rideaux, un panier, une couverture en laine, une couverture en lin, une paire de coussins, une table en bois, 2 quenouilles en bois, 1 paire de serviettes, une autre paire de serviettes, 6 assiettes et 6 écuelles d’étain, un pichet d’étain, une bassine, une petite bassine, un cruche en terre pour le vin, une cruche pour la farine, une petite pierre à huile, un grand chaudron, un autre de chacun des ustensile de cuisine dont elle peu avoir besoin chez elle.
Usufruit de la maison
Un autre lit, un matelas, 2 paires de drap, 2 couvertures, qui proviennent de cette petite chambre chez moi, à côté de la cuisine, où dormait la domestique. »

L’aménagement est celui d’une maison bourgeoise : la vaisselle est d’étain, les meubles et les draps sont de bonne facture. Il employait de plus une domestique à l’année, qui vivait sous son toit. Il lègue à son fils 70 livres et une pension de 10 sous, à ses trois filles, 90 livres chacune. Il laisse de plus 5 sous à Nicolau Bofill, son petit fils, fils de Nicolau. À la fin de sa vie, Francesc Bofill a donc accumulé un patrimoine très important, et possède une richesse évidente, qu’il distribue autant à sa famille qu’aux institutions religieuses et causes pieuses auxquelles il semble très attaché.

  • 163 AHMG, Franquicias, VIII.5.2, fol. 68 v.
  • 164 AHMG, Recomptes de poblacio, talles, llig. 5, 1423.
  • 165 La filiation n’est pas confirmée dans son testament, mais on voit apparaître dans les années 1450 u (...)
  • 166 Reconnaissance de dettes de clients : AHPG, not. 1, n° 442 (actes de mai 1452).

81Cette richesse et cette assise sociale profitent-elles aux autres membres de la famille ? Le fils aîné, Nicolau, a reçu des franchises municipales en 1417163. En 1423164, le livre des boutiques nous signale une propriété sur laquelle il paye 80 sous de cens à Joan Prat, bénéficiaire de la Sant Marti Sacosta et dont la valeur totale est estimée à 60 livres. Nous avons déjà vu que les tailles le plaçaient parmi les impositions les plus élevées. Dans le testament de sa femme, rédigé en 1434, où il apparaît qu’il est déjà mort, le montant des legs pieux s’élève à 382 sous 6 deniers, et celui des legs familiaux à 291 sous. On peut donc dire qu’il émane d’une veuve aux revenus confortables. Elle a deux fils d’un premier mariage, dont elle fait ses héritiers, et avec Nicolau, elle a un fils, Nicolau165. Il travaille à son tour comme maréchal-ferrant166. Les Bofill ont donc constitué une lignée de maréchaux-ferrants, où quatre générations ont exercé au long du XVe siècle. Fils de nouvel arrivant, Francesc est devenu un personnage respecté et confortablement installé dans l’échelle sociale.

Pere Cipres, charpentier et maître d’œuvre

82Pour finir, il fallait étudier une figure emblématique de la première moitié du XVe siècle géronais en la personne de Pere Cipres. Maître d’œuvre du chantier de la cathédrale de 1430 à 1434, il exerça ses talents en de nombreuses autres occasions.

  • 167 ADG, Sant Felix, confreries, 5.4.4, St Narcis. 1400.
  • 168 ACG, Obra de la Seu, n° 30.
  • 169 ACG, Obra de la Seu, n° 34, juin 1425, fol. 22 v.
  • 170 Cf. supra, « Les contrats de travail ».
  • 171 AHPG, not. 1, n° 433.
  • 172 AHMG, Manuals d’acords, n° 59.
  • 173 AHPG, not. 1, n° 433.
  • 174 AHPG, not. 1, n° 438.

83Il apparaît dès 1390 pour une commande faite par la confrérie de Sant Narcis pour deux tables167. Grâce aux tailles de 1414 et 1417, on apprend qu’il vit dans le bourg Sant Pere, près du portail d’en Navet. Il paie 13 puis 25 sous d’impôt. Il atteint déjà un certain niveau d’imposition. La levée d’hommes de 1462 nous indique de plus qu’il habite assez près d’un certain Berenguer Cervia, lui-même maître d’œuvre de la seu après lui. Sa première apparition dans les comptes de la fabrique de la cathédrale date d’octobre 1417168. Il est payé 5 sous par jour, ce qui est de loin le plus gros salaire de tout le chantier. Seul Antoni Canet touchera quelques années plus tard 5 sous 6 deniers. Même son apprenti, Joan Miquel, perçoit plus que certains maîtres tailleurs de pierre : 4 sous par jour. Cependant, si son salaire est élevé, il reste invariablement le même. Lorsqu’il devient maître d’œuvre, il reste à 5 sous. En 1425, il est payé pour réaliser la clef de la chapelle de Sant Domenec et de Sant Julia169. Après les fonctions de maître d’œuvre de la cathédrale, il ne s’arrête pas d’exercer. En 1443, nous avons déjà vu qu’il est engagé par Francesca, l’abbesse de l’abbaye de Sant Daniel, pour réaliser le nouveau dortoir170. Il doit ensuite exercer ses talents dans des chantiers privés, comme par exemple celui mené dans la maison de la veuve Cervia, en 1447171. Son statut d’ancien maître d’œuvre de la seu, et son appartenance à l’organisation du Métier de charpentier, le mènent à faire partie des représentants de la main mineure au conseil de la ville en 1446172. La même année, sa femme Francesca décède, le faisant héritier universel. Il reçoit ainsi 60 livres de sa dot, 3 censals : un de 7 livres, un de 15 livres et un dernier de 10 livres. Il touche de plus 57 livres 6 sous173. Un héritage donc qui nous prouve que l’on a affaire à un couple aisé. Il meurt en 1450, puisqu’en janvier 1451, sa sœur Sibilia, hérite de 30 livres174, probablement sans enfant.

84Ces hommes aux destins divers se sont croisés à un moment où à un autre sur les chantiers de Gérone. Cependant, leurs conditions et niveaux de vie étaient très différents. Loin des sèches données comptables, l’accumulation de documents nous permet d’avoir une vision plus globale de leurs vies. C’est surtout intéressant pour des hommes comme les Llorenç ou les Bofill, qui, travaillant à la tâche, percevaient des rentrées d’argent difficiles à cerner.

Notes

1 CH. M. De La Roncière, Prix et salaires à Florence au XIVe siècle, 1280-1380, Rome, 1982, p. 390.

2 C. Guilleré, Girona al segle XIV..., op. cit., t. 1, passim. Également, J. Fernandez I Trabal, Una familia catalana medieval. Els Bell-lloc de Girona, 1267-1533, Barcelone, 1995.

3 Pierre Garrigou-Grandchamps, Demeures médiévales, cœur de la cité, Paris, 1992, p. 36. Également, J. Chapelot, R. Fossier, Le village et la maison au Moyen Âge, Paris, 1980, passim.

4 P. Garrigou-Grandchamps, Demeures médiévales..., op. cit., p. 36.

5 Ibid., p. 80.

6 Ibid., p. 97.

7 « Sala del foc », pièce centrale où se situe l’âtre.

8 Ibid., p. 78.

9 AHPG, not. 1, n° 450.

10 AHPG, not. 1, n° 473, fol. 1 r.-9 r.

11 106 registres couvrant toutes les années du siècle, hors registres testamentaires, ont été traités in extenso.

12 Toutes les transactions ont été prises en compte, c’est-à-dire que la vente d’un bien par un artisan à un autre artisan du même métier aura été comptée deux fois.

13 Valeur de la transaction par an.

14 Deux actes concernent les manœuvres en tant que propriétaires percevant un loyer : 20 s. / an et 360 d. / an, soit une moyenne de 300 d.

15 Calculé sur une base d’une salaire de 3 s. 6, et concernant deux actes où ils apparaissent en tant que propriétaires : un acte d’une valeur de 3 florins par an, un autre de 12 s.

16 B. Geremek, Le salariat..., op. cit., p. 98.

17 Testament de Narcis Boet, tailleur de pierre (AHPG, Not. 1, n° 559).

18 Ibid.

19 AHPG, Comptes de la Pia Almoina, AHPG, Actes notariales, AHPG, fons testaments, AHMG, Comptes del Mostassaf.

20 En fonction de l’inventaire d’Antoni Alomar, où 51 objets sont recensés.

21 AHPG, not. 1, n° 438.

22 AHPG, not. 1, n° 443.

23 Testament de Ramon Solà, AHPG, not. 8, n° 75. « Dimitto Stefano filio meo L florinos (...) et casu quo sit pictor (...) eines et mostres officii mei pictoris ».

24 Testament de Bartholomeu Sotera, maréchal-ferrant, AHPG, not. 8, n° 75.

25 C. Guilleré, « La peste noire à Gérone (1348) », Annals de l’Institut d’Estudis Gironins, XXVII, 1984, p. 87-161.

26 Ibid., passim.

27 Testament de Margarita Cases, AHPG, not. 4, n° 201.

28 Cf. supra l’étude sur l’équivalent or des salaires monétaires.

29 C. Guilleré, Girona..., op. cit., t. II, p. 174.

30 J. Rossiaud, «Le citadin », J. Le Goff, op. cit., p. 161.

31 J. M. Font Rius, Cartas de poblacion y franquicias de Cataluña, CSIC, Barcelone, 1969, p. XI : « Los instrumentos atorgados por el soberano o titular de un señorio jurisdiccional, y aún dominical, con objeto de fomentar la población de un lugar o la permanencia de su núcleo morador, mediante la fijación de las condiciones bàsicas de tenencia de su suelo y residencia en aquél y en su caso, de las normas elementales para encauzar la vida de la nueva comunidad vecinal ».

32 C. Guilleré, Girona..., op. cit., t. 1, p. 178.

33 J. Rossiaud, «Le citadin», op. cit., p. 162.

34 Exemple 1393. AHMG, Demografia, VIII.5, llig. 2. Fol. 72 r. : Guillem Cal, charretier : «:Guillermus Cal, alias Briquet, traginerius Gerunde confiteor et recognosco vobis venerabilibus iuratis civitatis Gerunde quod tradidistis michi instrumentum franquitatis quod utuntur cives et habitatores dicte civitatis renunciando ex dicti instrumenti non habiti et non recepti;: promittens vobis dictis venerabilibus iuratis et successoribus vestris in officio iuradeschi quod dicto instrumento franquitatis in eo contenta utar fideliter et legaliter et quod non dicam vel faciam aliquos merces, res fore franchas nisi sint mee vel aliorum civium Gerunde. Et quod solvam et contribuam in omnibus contribucionibus in quibus solvere debent habitatores dicte civitatis, prout alii cives et habitatores ipsius civitatis. Et si dictam civitatem exivero vel alibi meum domicilium transtulero ego restituam vobis vel successoribus vestris in dicto officio iuradeschi omnia bona mea habita et habenda ubique iurans, etc. sponte per Deum et eius Sancta Quatuor Evangelia corporaliter a me tacta predictam premissionem et omnia alia et singula supradicta rata, grata et firma semper habere tenere et servare eaque attendere et complere et nullatenus contra facere vel venire aliqua ratione, iure, modo vel causa».

35 Nous aurons l’occasion d’approfondir ce point plus loin.

36 Denis Menjot, « Les métiers en Castille au bas Moyen Âge. Approche de “vécus socio-économiques” », Les métiers au Moyen Âge, aspects économiques et sociaux, actes du colloque de Louvain-La-Neuve, 7-9 octobre 1993, Louvain-la-Neuve, 1994, p. 225.

37 Un trait rouge a été ajouté à certains graphiques pour matérialiser le vide documentaire des années de guerre civile.

38 D. Menjot, « Les Métiers en Castille... », op. cit., p. 226.

39 « Le riche mange quand il veut, le pauvre quand il peut, et le moine quand on lui donne ».

40 Antoni Riera I Melis, « Estructura social y sistemas alimentarios en la Cataluña bajomedieval », Acta historica et archaeologica medioevalia, n° 14-15, Barcelone, 1993-1994, p. 195 sq.

41 Ibid., p. 196-200.

42 Ibid., p. 202.

43 Pour Gérone, voir le travail de C. Fouchard, Assistance et pauvreté..., op. cit, ainsi que ceux de C.Guilleré, Girona..., op. cit., et « Une institution charitable face aux malheurs du temps : la Pia Almoina de Gérone (1347-1380) », La pobreza y la asistencia a los pobres en la Cataluña medieval, vol. miszcelàneo de estudios y documentos, 2, CSIC, Barcelone, 1981-1983, p. 313-345.

44 Louis Stouff, Ravitaillement et alimentation en Provence aux XIVe et XVe siècles, Paris, 1970, p. 200.

45 J. Fabrega, « Alimentation de cuina a Girona. Miscel.lània d’aculturacions i intercanvis », Annals de l’Institut d’Estudis Gironins, vol. XLII, Gérone, 2001, p. 45.

46 Ibid., p. 46, ainsi que J. Fabrega, La cuina medieval. A taula amb Francesc Eiximenis, Gérone, 2000.

47 A. Riera I Melis, « Estructura social y sistemas alimentarios... », op. cit., p. 205.

48 Maria Teresa Vinyoles I Vidal, « El menjar a la Barcelona gòtica : necessitat primaria i ritu social », Del rebost a la taula. Cuina i menjar a la Barcelona gotica, Barcelone, 1994, p. 19.

49 Ch. M. De La Roncière, Prix et salaire à Florence au XIVe siècle, 1280-1380, Rome, 1982, passim.

50 E. Thibaut I Comalada, « La taula dels catalans al segle XIV », Girona a l’abast, VI, Gérone, 1996, p. 129.

51 Ibid., p. 382.

52 M. T. Vinyoles I Vidal, « El menjar a la Barcelona gòtica... », op. cit., p. 21.

53 Ibid., p. 22.

54 AHPG, not. 1, n° 333.

55 J. Fabrega, « Alimentation de cuina a Girona... », op. cit., p. 47-49.

56 A. Riera I Melis, « Estructura social y sistemas alimentarios... », op. cit., p. 207.

57 M. T. Vinyoles I Vidal, « El menjar a la Barcelona... », op. cit., p. 23.

58 E. Thibaud I Comalada, « La taula dels catalans... », op. cit., p. 113.

59 L. Stouff, « Ravitaillement et alimentation... », op. cit., p. 248.

60 Ibid., p. 249.

61 Ibid., p. 230.

62 A. Riera I Melis, « Estructura social y sistemas alimentarios... », op. cit., p. 205.

63 E. Thibaut I Comalada, « La taule dels Catalans... », op. cit., p. 113.

64 Antonio Eiras Roel, « La historia cuantitativa del consumo alimentario : estado actual de las investigaciones », Hispania, n° 126, 1974, p. 118.

65 Ibid., p. 145-147.

66 Signalons toutefois les écrits d’Arnau de Vilanova, qui vers 1300 fut le premier à écrire un traité de nutrition dans son ouvrage médical, traité qui établit des règles de comportement alimentaire encore observables au XIXe siècle (cité par E. Thibaut I Comalada, « La taule dels Catalans... », op. cit., p. 115).

67 Nous avons utilisé les chiffres de la thèse de Ch. M. De La Roncière, Prix et salaires à Florence..., op. cit., p. 382-389.

68 Ce poid total, os et déchets inclus, ne représente de 56 g. réellement consommés, mais on gardera en tête ce chiffre pour prendre en compte le poisson, les volailles et abats consommés, et qui ont la même teneur calorique.

69 Ch. M. de la Roncière estime la consommation totale par mois à 6.4 kg. de fèves, 75 kg. de froment, 7.5 kg. de viande, 60 l. d’huile, 60 œufs (op. cit., p. 394).

70 Voir en annexe.

71 Salaire sur le chantier de la seu, 1405 : charrier avec une bête : 4 s. ; 1423, charrier avec une bête : 4 s.

72 Salaire sur le chantier de la seu, 1444 : 4 s. 7 ; 1478 : 4 s.

73 Salaire sur le chantier de la seu : 1430 : 2 s. 8 ; 1439, 2 s. 8 maximum, 2 s. 6 minimum.

74 Salaire sur le chantier de la seu : 1478 : 4 s. ; 1444 : 4 s.

75 Salaires sur le chantier de la seu, de l’année concernée ou de l’année la plus proche dans les comptes. Le salaire des tailleurs de pierre est celui des maîtres, ou à défaut, des tailleurs de pierre les mieux payés. Le salaire des manœuvres est celui le plus élevé.

76 Ch. M. De La Roncière, Prix et salaires..., op. cit., p. 393.

77 C. Guilleré, «Santé, médecine et assistance au Moyen Âge », Actes du 110e congrès national des sociétés savantes, Montpellier, 1985, Paris, 1987, p. 265-266.

78 AHPG, Comptes de la Pia Almoina, 1400-1500. «Item, per una onz de scorsa de potisent ab sucre per lo dit Cassa VIII d. Item, per une onz de sucre rosat que preferen lo dit Cassa VI d. Item, per polvores de confort e restrenyer e olis per lo dit Cassa VII d. Item, a XXXI de maig per una onz de diaciminum e dos diners de batafalira VIII d. Item, lo dia mateix per altre cristiri semblant per ordinasio de mestre Bernat per lo dit Cassa III s. Item, altre onz de sucre rosat per lo dit Cassa e I onz de gerapiga per lo dit Cassa I s. I. Item, per mige onz de carn de codony ab sucre per lo dit Cassa a XXIIII a abril de XXXXVII III d. Item, a XXVIIII de abril per I concessament de diverses flos e saments e altres materials que ordonna mestre Bernat dez Lor per lo dit Cassa per fer un sponyament per lo vantrell I s. VI. Item, per altre concassement per un saguet per lo vantrell que ordonna lo dit metge per lo dit Cassa I s. II. Item, per un restaurament cordial daurat en que entraren viverses polvores cordials e conserves e molts altres materials lo qual fou per lo dit Cassa que ordonna mestre Bernat dez LorVIIII s. IIII. Item, per III onz de sucra de VI onz de amelles per lo dit Cassa I s. VI. Item,per onguent contra spafina per lo dit Cassa que ordona mestre Bernat dez Lor II s. VI. Item, per aygua de plantatge e mel rosat colat per lo dit cassa II d. Item, per una onz de gerapiga per fer un cristiri per lo dit CassaVIII d. Item, per un concassement que ordona lo dit mestra Bernat per lo dit Cassa I s. III. Item, per matridat e aygues que ordona mestre Bernat per lo dit Cassa VI d. Item, mige onz de girapiga e per erbes per lo dit Cassa VI d. Item, per una onz de aragon e merciatori que mesclaren ab l’altre onguent que havia ordonnat mestre Bernat per lo dit Cassa VIII d. Item, per dues onz de girapiga que preferen entre dues vegades per lo dit Cassa I s. IIII. Item, per VI diners de matridat per lo dit Cassa que ordona mestre Bernat VI d. Item, per paell de acoig e altres materials que preferen per una fer una aygua per lo dit CassaVI d. Item, a III de maig per un concassement de diverses saments e altres materials per fer un saguet per lo dit Cassa que ordona mestre Bernat dez Lor I s. III. Item, a IIII de maig per altre restaurant semblant del altre de la ordinacio de mestra Bernat per lo dit Cassa VIII s. Item, per altre onz de onguent marsiatori e aragon per lo dit Cassa VIII d. Item, per dues onz de gerapiga que preferen per lo dit Cassa per fer un cristiri I s. IIII»

79 E. Thibaut I Comalada, «La taule dels Catalans...», op. cit., p. 115-117.

80 AHPG, not. 1, n° 454. «Primo per hun testament fet per la dita dona set sols.
Item, per hun altre derrer testament fet per la dita dona defunta liurat en forma vint e cinch sols.
Item, per hun codecil fer per la dita dona sis sols.
Item, per tres stades meses en pendre los dits testaments e codicil cinch sols.
Item, per l’original del inventari fet per los dits manumissors quatre sols.
Item, per l’original del encant deu sols.
Item, per dues studes meses en pendre los dits inventari e encant cinch sols.
Item, per lo translat del inventari son deu fulles tres sols e quatre diners.
Item, per lo translat del encant hun sol dos diners.»

81 Prix du loyer de la maison de maître Ca Plana, tailleur de pierre, en 1423.

82 Prix du loyer de la maison de Joan, charpentier, rue Ballesteries, en 1423.

83 Prix du loyer de Rayners, tailleur de pierre, en 1414.

84 Prix du loyer de la maison d’Artibaulan, manœuvre, en 1414.

85 Prix calculé pour de la viande de porc. Sachant qu’en 1469, la livre de porc « beau et gras » est à 13 d., et qu’en 1462 un « petit » porc coute 312 d., on en déduit qu’un petit porc pèse environ 24 livres. En 1423, un porc coute 600 d. pour environ 23 kg., ce qui équivaut à 26 deniers le kilo.

86 Arrondis à 13 l., équivalent d’une copa.

87 Prix du loyer de la maison de maître Ca Plana, tailleur de pierre, en 1423.

88 Prix du loyer de la maison de Joan, charpentier, rue Ballesteries, en 1423.

89 Prix du loyer de Rayners, tailleur de pierre, en 1414.

90 Prix du loyer de la maison d’Artibaulan, manœuvre, en 1414.

91 Calcul à partir de 2 œufs par jours pour les enfants, surestimation pour prendre en compte les achats de fromage ou de lait, non comptabilisés.

92 La paire annuelle du père, plus celle de la mère, en prenant en compte que cette dépense ne se fait qu’un an sur deux, et « 1/2 paire » pour les enfants (ne disposant pas du prix des chausses pour enfants, nous partons du principe qu’elles valent moitié moins que celles des adultes).

93 Nous n’avons pas utilisé le loyer de la rue Ballesteries, car les comptes mentionnent des maisons en ruine, qui ne coûtent que 32 d. par an.

94 Prix 1483.

95 Prix 1469.

96 Prix 1458.

97 Prix 1479.

98 Prix 1462.

99 Prix 1486.

100 Prix 1486.

101 Nous n’avons pas utilisé le loyer de la rue Ballesteries, car les comptes mentionnent des maisons en ruine, qui ne coûtent que 32 d. par an.

102 Selon la taille de 1417, en utilisant les impositions des moyennes supérieures pour les maîtres, les impositions moyennes pour les ouvriers.

103 Exemple d’un panel d’outils : une pioche de carrier, une masse, une hache, une pelle, 6 coins en fer, un couteau.

104 Exemple : une pioche, une masse, une hache, un couteau.

105 Exemple : une pioche et une masse.

106 Selon les comptes de Francesc Reixach, apothicaire (AHPG, not. 1, n° 444).

107 Montant de la dot de le fille de Guillem Bofill, maître tailleur de pierre (AHPG, not. 1, n° 358).

108 D’après la dot apportée à Miquel Geroni, charpentier, par sa femme (AHPG, not. 1, n° 465).

109 D’après la dot payée pour sa fille par Pere Cervia, maître de maison (AHPG, not. 1, n° 437).

110 D’après la dot constituée par Joan Comes, manœuvre, pour sa fille Caterina de 17 ans (AHPG, not. 1, n° 456).

111 D’après les comptes de Nicolau Roca, notaire (AHPG, not. 1, n° 454).

112 AHMG, Obres publiques, XIII.1, llig. 1.

113 ACG, Obra de la Seu, n° 44, 1460.

114 AHMG, Manuals d’acords, 1462-1464, fol. 131-143.

115 AHPG, not. 8, n° 75.

116 AHPG, not. 1, n° 437.

117 ACG, Obra de la Seu, n° 31, 1418-1422.

118 ACG, Obra de la Seu, n° 26.

119 AHMG, Comptes del Clavari, 1.3.3.1.2, llig. 4.

120 AHPG, not. 1, n° 385.

121 AHMG, Manuals d’acords, n° 43.

122 ACG, Obra de la Seu, n° 31, fol. 32 v. « Solvi Antoni Llop per I maynell que pica a casa a les vesprades XX s. que axi foren extimatz per en Canet e Bofill e que mes valie picassen a casa les maynells (...) ».

123 ACG, Obra de la Seu, n° 31, fol. 102 v. « Solvi Antoni Llop X solidos qui debebat sibi solvi XXIII novembris proxime lapsi ex illis XXX solidis quos recepit de pensione singulis annis ultra logerium per se fuit concordatum per Canet ».

124 AHMG, Demografia, talles, VIII.1.1, 1423, fol. 30 r. « L’alberch del dit Antoni Llop que te dreta senyoria per lo dit abat, e fali de sens hun parell de galines val la proprietat 90 lliures ».

125 ACG, Pabordia de Decembre, 8, a, 10, llibre 1.

126 ADG, St Felix, Confreries, 5.4.4, St Narcis. 1400.

127 ACG, Obra de la Seu, n° 24.

128 AHMG, Obres publiques, XIII.1, llig. 1.

129 AHMG, Recomptes de poblacio, talles, VIII.1.1, llig. 4, Bras menor.

130 AHMG, Recomptes de poblacio, talles, VIII.1.1, llig. 5, 1414.

131 AHMG, Recomptes de poblacio, talles, VIII.1.1, llig. 5, 1417.

132 AHMG, Demografia, VIII.5.2, fol. 43 v.

133 Aucun acte ne confirme sans ambiguïté cette filiation. Néanmoins, Antoni et Pere Llorenç sont chaufourniers, et possèdent des biens immobiliers à Pedret dont la description, comme nous verrons plus loin, correspond à celle de la Pabordia de decembre.

134 ACG, Obra de la Seu, n° 35.

135 AHPG, not. 1, n° 442.

136 AHPG, not. 1, n° 442.

137 Ibid.

138 AHPG, not. 1, n° 438.

139 AHPG, not. 1, n° 437.

140 AHPG, not. 1, n° 447.

141 Ibid. On pourrait également citer la vente conclue entre Pere Llorenç et Joan Balaguer, charretier, pour une mule d’une valeur de 92 s.

142 AHPG, not. 1, n° 438, 16 février 1451.

143 AHPG, not. 1, n° 438, 4 juin 1451.

144 AHPG, not. 1, n° 447.

145 AHPG, not. 1, n° 435.

146 AHPG, not. 1, n° 450.

147 «Item, haian e tengut la cambra a on dormir ab los lits ço es colgats ab paylla ab aquella roba que hi es aquella pretient ab inventari. Item, lo empreu del meniador e cuyna e celler e ab aquella roba qui hi es aquella present ab inventari. Item, tengut en Jordi lo ratin (?:) hun any per mostrar li lo offici e calsar e vestir es gonella e I perell de calses e sabates prou e camisa e bragues. (...)Item, que haien a contesar la vinya a tots ops e los fruyis d’aquella sian lurs durant lo dit temps.Item, durant lo dit temps en Johan Roig tenga lo mul de pel roig ab lo bony al costat et aço per fer lo conreu del laurar.Item, es convengut entre lo dit tutor e los dits tot tres dessus nomenats que prengut a lur carrech lo mul de pel negre ambestat en preu de XX florins moneda corrent lo qual sia ahian a pagar en la fi del dit temps al dit tutor e a lo fi de dit temps lo dit tutor haia a recoltar lo dit mul o a lesua mular que haqueste baratada en aquell preu o scuna que valra en satisfacio de aquelles XX florins. Aquestes son les robes que pretien ab inventari los dita tres damunt nomenats ço es:: Primo XXX covens sguerda cruha. Item, una fornada ço es entorn mil cinchenta rajoles menudes crues. Item, D rajols mijans crues. Item, entorn CCC cayrons crues. Item, XXV somades de lenya menuda. Item, dos days de tellar lenya. Item, quatre martells stardadors. Item, dos martells grans. Item, hun mollo de ferre per fer teules comunues. Item, altre mollo de ferre de forma maior. Item, dues destralls perteyar lenya grossa. [...] Item, lo celler ab tot aquells fusta qui es en lo inventari. Item, les eynes de cuyna una pastreno en lo pastreny. Item, quatre cedaços [...] Item, dues alferanies la una bons lalatra trocada. Item, tres lexiners dues paelles e una giradora [...] so es de ferro la una foradada. Item, un foreye una giradora de foc hun tellador gran. Item, hun peroll petit trocat. Item, una perolla gran apedaciada tenent mige boca o mes. Item, uns ferros de foc bons. Item, altres ferros de foc dolents. Item, hun stany ab deu scudeles de terro. Item, VII telladors de fust ço es dos grans e los altres petits. Item, IIII luminers. Item, dos ortes de pedra ab [...] Item, dos asts de ferro. Item, un citrel de vidra. Item, en lo menjador una taula ab dos banchs. Item, dues cadires, una gran altre plegadissa. Item, un paner per tenir gra. Item, dues sedayes. Item, hun parvell pedrer dolent. Item, un civel de parbollar civada. Item, hun pol[...] per menerar calç. Item, una quortera de fust. Item, dues axades agudes. Item, un masall. Item, un axal ampla. Item, hun cor de filar lana. Item, dos debanvells [...] Item, dos bancs trocades hun sta de ferro. Item, hun pals de ferro. Item, hun rasor de coure. Item, un raiolador. [...] Item, VI a[...] les de vidre petites. Item, barroli ab coberta petits. Item, un tacer. Item, sis forchs d’ays. Item, una massa de ferro per trencar pedres. Item, una stoda. Item, una axada petita. Item, uns cadirets de dona petits plegadissas. Item, huns panes. Item, una caxa dolenta sens trencadura. Item, una altra caxa dolenta. Item, un archibanc sens serradura. Item, una colga de pells. Item, hun matalas ab cuberta blava. Item, huna flaçada blava ab listes blaves vell. Item, hun perell de llançols de III telles mige.. Item, una vanona tota squinsada. Item, altra colge plena de pells. Item, un matala ab listes blaves. Item, una flassada burella ab listes blaves val XVIII s. Item, un traversser plen de ploma. Item, hun perell de llansols de III telles miges llansols. Item, altra colga plena de palla. Item, hun matallasser ab cuberta negra. Item, un traverser ple de ploma. Item, un perell de llensols la hun de III telles lalatra de II telles mige. Item, una falçada filata cardada preu stada de XXV sols.Item, XXIII lliures emige de carn salada a raho de XII d. la lliura.Item, III lliures de sagi. Item, mige copa d’oli qui es en les pilles. Item, VII galliners. (...)».

148 AHPG, not. 1, n° 454.

149 AHMG, Recomptes de poblacio, talles, VIII.1.1, llig. 4.

150 AHMG, Franquicias, VIII.5.2, fol. 63 r.

151 AHMG, Recomptes de poblacio, talles, VIII.1.1, llig. 5.

152 Ibid.

153 Testament de sa femme, 25.11.1434, AHPG, not. 2, n° 251.

154 AHPG, not. 2, n° 251, fol. 122 v.

155 AHPG, not. 1, n° 443.

156 AHMG, Manuals d’acords, n° 56.

157 AHPG, not. 4, n° 169.1443.

158 AHPG, not. 4, n° 201, fol. 209 v.

159 AHPG, not. 2, n° 255, fol. 5 r.

160 AHPG, not. 2, n° 272, fol. 73 v.

161 AHPG, not. 2, n° 255, fol. 4 r.

162 AHPG, not. 2, vol. 255, fol. 86 v. et vol. 272, fol. 108 v.

163 AHMG, Franquicias, VIII.5.2, fol. 68 v.

164 AHMG, Recomptes de poblacio, talles, llig. 5, 1423.

165 La filiation n’est pas confirmée dans son testament, mais on voit apparaître dans les années 1450 un Nicolau Bofill, maréchal-ferrant, dont tout laisse à croire qu’il est le fils de ce mariage, puisque couché sur le testament de son grand père.

166 Reconnaissance de dettes de clients : AHPG, not. 1, n° 442 (actes de mai 1452).

167 ADG, Sant Felix, confreries, 5.4.4, St Narcis. 1400.

168 ACG, Obra de la Seu, n° 30.

169 ACG, Obra de la Seu, n° 34, juin 1425, fol. 22 v.

170 Cf. supra, « Les contrats de travail ».

171 AHPG, not. 1, n° 433.

172 AHMG, Manuals d’acords, n° 59.

173 AHPG, not. 1, n° 433.

174 AHPG, not. 1, n° 438.

Table des illustrations

Légende Graphique 15 : Prix de la migera d’orge.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/35138/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Graphique 16 : Prix de la migera de méteil.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/35138/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Légende Graphique 17 : Prix de la migera de froment.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/35138/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Graphique 18 : Prix de la copa d’huile.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/35138/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Légende Graphique 19 : Prix de la bota de vin.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/35138/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/35138/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/35138/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/35138/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Légende Tableau 27 : Budgets81-82-83-84-85-86-87-88-89-90-91-92-93-94-95-96-97-98-99-100-101.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/35138/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Légende Tableau 28 : Budget en situation extrême102-103-104-105-106-107-108-109-110-111.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/35138/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/35138/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 20k

© Presses universitaires du Midi, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search