Version classiqueVersion mobile

La construction et les métiers de la construction à Gérone au XVe siècle

 | 
Sandrine Victor

Troisième partie. Les conditions de vie des ouvriers du bâtiment à Gérone au XVe siècle

Chapitre 2. Structure familiale et liens sociaux

Texte intégral

1. La famille

Composition

  • 1 P. Bernardi, « Relations familiales et rapports professionnels chez les artisans du bâtiment en Pro (...)

1Il est possible de cerner la composition des familles des artisans du bâtiment essentiellement grâce aux informations issues des testaments. Les enfants, qu’ils soient encore mineurs ou déjà mariés, apparaissent généralement en bonne place dans la liste des légataires. Cependant, hormis ce type de fonds, les sources sont rares, et la vie familiale est très peu présente dans les sources1.

  • 2 R. Alberch I Fugueras, N. Castells I Calzada, La població de Girona, op. cit., p. 63-65.
  • 3 Joaquim Nadal, La población española (siglos XVI a XX), Barcelone, 1976, p. 26.
  • 4 En prenant en compte les enfants de moins de 14 ans, et ceux entre 25 et 30 ans.

2L’importance des naissances peut être, selon certains auteurs, liée au prix des grains2. Cette constatation a pu être faite au XVIe siècle, grâce à la confrontation de l’enregistrement des baptèmes dans les registres paroissiaux et des cours du blé3. Nous ne disposons hélas pas pour le XVe siècle de registres baptismaux qui permettraient de dresser un tableau aussi complet de la situation. Néanmoins, nous avons malgré tout essayé de trouver un moyen de confirmer au XVe siècle les constatations faites pour le XVIe siècle. Dans un premier temps, nous avons consigné le nombre moyen d’enfants couchés sur les testaments des actifs dans la construction. L’âge des enfants nous est inconnu. Mais on sait qu’ils doivent être en âge de tester pour être légataires, donc avoir plus de 14 ans. Certains cependant sont encore sous tutelle, alors que d’autres sont déjà mariés. Ils ont parfois leur propre descendance, mais qui a rarement déjà l’âge d’hériter, d’où une estimation d’âge des les parents autour 25 à 30 ans. En bref, une moyenne d’une vingtaine d’années semble pouvoir être correctement admise4. Partant de ce postulat, il a été possible de confronter le nombre moyen d’enfants par testament au prix du blé pratiqué vingt ans plus tôt, c’est-à-dire plus ou moins au moment de leur conception. Même si les données sont lacunaires, et le procédé difficile à mettre en œuvre, certaines constatations corroborent l’état des faits du XVIe siècle.

Graphique 14 : Coefficient familial par rapport à la conjoncture économique et démographique (pestes).

  • 5 Les flèches correspondent aux pestes ayant frappées Gérone 20 ans (moyenne d’âge retenue pour les h (...)

3Parallèlement, on a signalé les grandes pestes qui ont frappé Gérone au cours du XVe siècle5. Il est possible de constater qu’en effet les variations du prix du blé semblent influer sur le taux de natalité. Plus la conjoncture économique est difficile, plus les ménages semblent veiller à restreindre les naissances, et inversement. À ce contrôle « économique » de la natalité, il faut ajouter les accidents démographiques représentés par les pestes, pandémies et guerres. Les pestes déciment des générations entières, ce qui peut expliquer le phénomène de classes creuses qui nuisent à la croissance démographique. Avec toutes les précautions d’usage à appliquer à cette démonstration pour le XVe siècle, il semble cependant que deux grands traits, confirmés au XVIe siècle, se dégagent : une incidence directe de la conjoncture économique sur la descendance, et une mortalité infantile augmentée lors des épidémies qui frappent en priorité les plus fragiles : ainsi les classes creuses ont des origines autant économiques que conjoncturelles.

  • 6 C. Guilleré, Girona al segle XIV, op. cit., vol. II, p. 39.
  • 7 Jacques Rossiaud, « Le citadin », J. Le Goff (dir.), L’homme médieval, Paris, 1989, p. 167.
  • 8 Ibid., p. 168.

4Le nombre d’enfants apparaissant dans les testaments contraste souvent avec le nombre d’enfants qu’il est possible de recenser par d’autres sources. Pour le XIVe siècle6, on compte 1,92 enfants par couple selon les testaments, et seulement 0,79 selon les estimes. L’acte notarié semble plus proche de la vérité, et sera donc privilégié dans notre étude. À la lecture des actes, il apparaît donc que la cellule familiale est restreinte. La composition de la famille urbaine est plus réduite que celle de la famille rurale7. Plus de 62 % des couples dont le mari est artisan du bâtiment ont trois enfants ou moins, la moyenne étant à 2,58 enfants par couple sur le siècle. La relève générationnelle est donc, sur le long terme, assurée. Les familles nombreuses (5 enfants ou plus) sont rares (6,36 % du total), et sont souvent le fruit de familles recomposées. En effet, la durée moyenne d’union est courte. À Venise, entre 1350 et 1400, elle est de 12 ans, car l’homme se marie en moyenne plus tard que le femme8. À Tours et Dijon, les mariés ont 25 ans, en Toscane, 30. Le nombre d’enfants par couple est par conséquent freiné par le veuvage assez rapide de l’un des parents.

  • 9 P. Freixas, L’art gotic a Girona, op. cit., p. 333-335.

5Du point de vue socioprofessionnel, l’activité exercée par le père de famille semble également être un facteur de régulation des naissances. Les métiers les plus modestes, en particulier les manœuvres, ont peu d’enfants. 52,92 % d’entre eux ont un seul enfant, et les familles n’excèdent jamais les 3enfants. Les tailleurs de pierre, malgré leur position sociale légèrement supérieure, ont deux enfants pour 50 % d’entre eux, et trois enfants au maximum pour 85,71 %. Seuls 13 % des maréchaux-ferrants ont plus de 4enfants, mais 40 % d’entre eux en ont trois, ce qui est légèrement supérieur à la moyenne globale. Les charpentiers, dont on a vu qu’ils formaient le groupe professionnel dont la situation sociae est la plus favorisée, ont quatre enfants ou plus pour plus de la moitié d’entre eux (52,63 %). C’est la catégorie de métiers la plus prolifique. En revanche, les peintres et les orfèvres, aux revenus pourtant confortables, n’ont pas pour autant de grandes familles. Ils ont entre 2 et 4 enfants en moyenne. Ces deux métiers sont souvent à l’origine de dynasties professionnelles. Les grands peintres et orfèvres font partie de lignées, où chaque génération a un ou deux représentants dans le métier, voire plus. Il suffit d’étudier la généalogie des grandes familles, comme les Artau ou les Borrassà, qui peuvent « produire » jusqu’à trois peintres par génération9. Les chefs de famille doivent donc veiller à engendrer suffisamment de fils pour reprendre et perpétuer le savoir-faire de l’atelier familial.

  • 10 C. Guilleré, Girona al segle XIV, op. cit., t. II, p. 40 et 133.
  • 11 R. Alberch I Fugueras, N. Castells I Calzada, La població..., op. cit., p. 66.

6Le nombre de testaments où il n’est pas fait mention d’enfants est de 27 %. Même si cela ne signifie pas que ces testateurs n’aient pas de descendance, le chiffre des couples sans enfants est tout de même en légère hausse par rapport au XIVe siècle, où il était en moyenne de 20 %10. Une conjoncture économique et épidémiologique globale plus difficile, l’âge de tester plus précoce ou une conjoncture politique plus tendue peuvent en être l’explication. Le comportement des couples d’immigrés face à la natalité n’est pas très éloigné de celui des citoyens installés. Sur 290 nouveaux arrivants à Gérone entre 1473 et 149811, 24 % étaient sans enfant, 32,5 % en avait un seul, 16,5 %, 2 et 15 %, 3. Les familles de quatre enfants ou plus ne composaient que 12 % des nouveaux arrivants. On retrouve là les comportements des artisans modestes, qui contrôlent leur natalité en fonction de leur assise économique. Cependant, ces chiffres s’entendent à l’arrivée en ville, et les comportements peuvent changer ensuite. La majorité des immigrants arrive avec une famille mononucléaire réduite, soit un couple et son enfant.

7Le cœfficient familial des artisans du bâtiment est en définitive de 4.03 personnes par foyer, selon les testaments enregistrés au XVe siècle. Les familles sont donc assez resserrées, typiques d’une structure artisanale citadine. Les données économiques (ascension sociale et conjoncture générale) ont un rôle prépondérant dans le choix de la composition familiale.

Mariage, dots, et politique matrimoniale

  • 12 Ibid., p. 67.
  • 13 C. Fouchard, Assistance et pauvreté..., op. cit., p. 79.
  • 14 Ibid.
  • 15 R. Alberch I Fugueras, N. Castells I Calzada, La població..., op. cit., p. 66.
  • 16 C. Guilleré, Girona al segle XIV, op. cit., vol. II, p. 127.
  • 17 Ibid.

8Les pratiques matrimoniales influent directement sur la composition des familles. Le mot d’ordre est dynamisme et mobilité dans ce domaine. Le mariage est le seul état social concevable pour la majorité des adultes, religieux mis à part évidemment12. C’est par le mariage que l’individu acquiert une dimension sociale, ce qui explique les nombreuses démarches visant à favoriser les unions : dons et legs par testaments ou du vivant, dotations, création d’institutions charitables comme celle de la cité qui met à disposition des censals pour les artisans qui ont une fille à marier13, etc. Le phénomène est profond, puisque par exemple, entre 1410 et 1414, presque 5 % de la part totale des legs testamentaires, tous métiers confondus, visent à doter des jeunes filles14. Le célibat est rare15: il représente moins de 10 % de la population globale, avec une écrasante majorité d’hommes (plus de 70 %)16. Les individus sont profondément marqués par la nécessité de perpétuer l’espèce, mais, ils ont également conscience des avantages financiers que peut apporter une dot, en particulier pour s’installer en tant qu’artisans. Le remariage est une pratique acceptée et largement répandue, surtout quand la veuve ou le veuf est bénéficiaire d’une part de l’héritage de son conjoint défunt. La différence d’âge entre les époux s’accentue alors. Le cas de Guillem Vengut à la fin du XIVe siècle qui lors de ses secondes noces avait plus de trente ans de différence avec sa femme, n’est pas exceptionnel17.

  • 18 Georges Comet, « Quelques remarques sur la dot et les droits de l’épouse dans la région d’Arles aux (...)

9Le système matrimonial passe par une pratique fondamentale : la dot. Le mot dos en latin peut avoir trois acceptions18. C’est l’apport financier que la femme fait au mari, c’est également le droit que la femme obtient sur les biens de l’époux, aussi appelé ius dotis ou « douaire », et c’est enfin tout bien propre de la femme. La dot a un caractère inaliénable. C’est un bien dont la famille de la femme concède l’usufruit aux futurs époux, mais dont la propriété revient, en principe, aux descendants du jeune couple, ou aux parents de la mariée si elle n’a pas d’héritiers. Cependant, dans la pratique, il est possible d’aliéner une dot si les deux époux en sont d’accord.

  • 19 J. Rossiaud, « Le citadin », J. Le Goff, L’homme..., op. cit., p. 167.
  • 20 C. Guilleré, Girona al segle XIV..., op. cit.¸ t. II, p. 125.
  • 21 G. Comet, « Quelques remarques sur la dot... », op. cit., p. 1031.
  • 22 C. Guilleré, Girona al segle XIV..., op. cit., t. II, p. 438.
  • 23 AHPG, Not. 1, n° 456, et not. 1, n° 443.
  • 24 Jean Pierre Cuvillier, « La population catalane au XIVe siècle : comportements sociaux et niveaux d (...)
  • 25 P. Bernardi, « Relations familiales... », op. cit., p. 58.
  • 26 C. Guilleré, Girona al segle XIV..., op. cit., vol. II, p. 129.
  • 27 Voir récapitulatif en annexe.

10Rares sont les pères qui peuvent financièrement assumer la dot de leur fille dès l’âge de la puberté, c’est-à-dire vers 12-15 ans19. La moyenne de l’âge au mariage des filles est de 16-18 ans à Florence ou à Sienne vers 1450, voire 20-21 ans à Dijon à la même époque. Au milieu du XVe siècle, à Rodez, sur 265 feux, 60 filles de plus de 20 ans sont encore célibataires par pauvreté. À la mort des parents, seuls 25 % des filles sont déjà mariés, contre 10 % des garçons20. À partir du XIIIe siècle, la dot tend à devenir une avance sur l’héritage à venir, c’est-à-dire que les filles dotées sont exclues des légataires21. Au XIVe siècle, la moyenne des dots à Gérone, patriciat exclu, est de 995 sous22. Avant 1360, un patricien dotait près de 8 fois plus sa fille qu’un simple artisan, contre près de 10 fois plus après 1360. Au XVe siècle, les artisans du bâtiment dotent en moyenne leur fille avec plus de 1000 sous, hors trousseau. Il s’agit d’un niveau de dot moyen, qui peut faire prétendre à des mariages dignes. Cependant, il existe des extrêmes. En 1459, le manœuvre Joan Comes ne donne que 30 lb. à sa fille de 17 ans, alors que quelques années plus tôt, le maréchal-ferrant Francesc Bofill dote sa fille Leonarda de 180 lb., lors de son mariage avec le cirier Francesc Coll23. Il est possible d’appréhender le niveau et la composition des dots au travers de deux types d’actes : les contrats de mariage, et les quittances de paiement de dot. Dans le monde de l’artisanat en général, et celui du bâtiment en particulier, les actes sont peu nombreux et concis. Tous les contrats répondent cependant à la même structure24. On précise d’abord l’origine de la dot, si elle est venue d’un héritage ou d’un don. La donation préalable faite par les parents à la future épouse leur garantit l’intégrité du patrimoine, puisque les biens propres de la mariée sont inaliénables. Viennent ensuite les clauses descriptives de la dot. La dot peut être en argent ou en biens mobiliers et immobiliers. Certains biens ne sont pas exploitables en tant que tels, mais possèdent une valeur intrinsèque. C’est le cas de ce carrier qui, en 1511, dote sa fille de la moitié de sa carrière25. Les clauses restrictives viennent ensuite. Si l’épouse meurt la première sans descendance, la moitié de la dot revient à sa famille, et l’autre moitié au mari, qui, à sa mort, sauf un dépôt de garantie, devra léguer cette somme à la famille de sa femme ou à qui bon lui semble. Le système matrimonial prévoit la constitution par le futur époux d’un augment. À sa mort, ou en cas de séparation, le mari doit rendre à sa femme sa dot, plus une plus-value : « l’augment ». L’absence ou l’insuffisance d’augment enlève au mari, dont l’union a été stérile, tout droit sur l’apport de sa femme. Après 1348 cependant, il n’est pas rare de constater la disparition de cet augment, remplacé par une clause de non transfert des biens. L’augment permet d’assurer une caractéristique du mariage catalan : une union économiquement et socialement équitable. La mort de l’un des époux est largement prévue du fait de la différence d’âge au mariage. Gérone au XIVe siècle compte 22 % de veufs, dont les 4/5èmes sont des femmes26. Ce décalage provient d’une pratique testamentaire courante : pour bénéficier de l’usufruit des biens de son mari, la femme doit rester chaste. Il lui est donc impossible de se remarier. Les secondes noces sont en général pour les hommes l’occasion d’une ascension sociale, les femmes par contre ont plutôt tendance à épouser des artisans. 16,5 % des testaments qui nous sont parvenus pour les métiers de la construction décrivent des familles recomposées. Ces familles ont souvent un coefficient familial supérieur à la moyenne : 4.88 contre 4.03 pour l’ensemble de la population étudiée. Le nombre d’enfants moyen par couple est en effet légèrement supérieur à la moyenne : 2.88 contre 2.58 pour les premiers mariages. Un seul cas de remariage sur 17 recensés n’a pas d’enfant. Les actes, contrats de mariage ou quittances de dot, concernant les artisans du bâtiment au XVe siècle sont peu nombreux et concis27. La dot est majoritairement en argent. La femme arrive souvent dans le ménage avec ses biens propres, constitués de ses bijoux et vêtements, de certains biens mobiliers et immobiliers. En 1446 et 1447, deux mariages se différencient des autres : Francina, pupille de Guinau, tuilier, et Francina, pupille du marchand Vilar, amènent en dot à leurs maris respectifs des maisons, des terres, des cens, et même des livres. La pupille de Guinau, tuilier, fait un grand mariage, avec une famille réputée de la ville, les Borrassà, qui sont peintres. La dot est donc équivalente à la stature sociale du futur époux. Notons cependant que l’augment n’est que de 25 livres.

  • 28 AHPG, Not. 1, n° 462.

11Il est intéressant, au-delà des grands traits communs à tous les contrats, d’étudier avec attention un d’entre eux, afin de voir dans le détail les clauses mises en avant. Le contrat que nous avons retenu date de 146528, et est différent des autres, d’abord parce qu’il est rédigé en catalan. Narcissa, fille de Narcis Citjar, veuf, tisserand de drap, épouse Christofol Riera, manœuvre. Narcissa reçoit à la dot de sa défunte mère, plus l’augment, dont elle bénéficie par don. Elle touche 50 livres. En tant que fille unique, et héritière universelle, elle est de plus assurée de recevoir l’intégralité des biens de son père. Si Narcissa meurt sans avoir d’enfants ou avec des enfants mineurs (moins de 14 ans), ce don est annulé et revient à son père (ou descendant), sauf 15 livres pour son testament, et 5 livres qui sont laissées à son époux comme augment, comprenons ici comme indemnité. Le mari accepte l’usufruit, conjointement à sa femme, de la dite donation. Il concède de plus l’usufruit de ses biens à sa future femme, qui pourra s’en servir pour éventuellement se remarier. La famille de la mariée, en cas de décès de Narcissa, se verra restituer ses biens propres, dont les vêtement et bijoux qu’elle a pu acquérir entre temps, à l’exception de la robe de mariée et des bijoux en or, argent et corail. Le contrat de mariage à proprement parler se termine là. D’autres clauses suivent pourtant, car dans l’exemple qui nous concerne, les jeunes époux vont vivre dans un premier temps chez le père de la mariée. Ils règlent donc les détails de la future vie commune devant le notaire. Les mariés s’engagent à verser à Narcis Citjar l’intégralité de leurs revenus, en échange de quoi ce dernier les nourrira, vêtira et soignera. Christofol, le gendre, doit de plus apporter 50 livres. En cas de décès de l’un ou de l’autre des époux, ou de départ de cette maison, par volonté des mariés ou de celle du beau-père, ce dernier doit rembourser à Christofol ou aux siens 40 livres. De plus, durant cette période de cohabitation, le nouveau mari ne peut prétendre toucher la dot de sa femme. En cas de départ, cette dot sera payée pour 25 livres en biens meubles et autant en immeubles. Ce contrat est très représentatif des pratiques matrimoniales. La somme engagée en dot par la belle-famille est dans la moyenne généralement constatée, et les clauses restrictives reprennent les grands thèmes caractéristiques d’un parcours de vie : mort, séparation, descendance, cohabitation entre générations.

Stratégies matrimoniales

12Les stratégies matrimoniales et les politiques d’alliances sont généralement réservées aux seules élites. Cependant, nous avons essayé de voir si les artisans du bâtiment avaient également des comportements matrimoniaux réfléchis.

Métier

A épousé

Dont une fille a épousé

Même métier

Métiers du bâtiment

Autres métiers

Maréchal ferrant

x

 

 

 

1

Maréchal ferrant

 

x

 

2

7

Tailleur de pierre

x

 

1

1

1

Tailleur de pierre

 

x

 

1

3

Manœuvre

 

x

 

1

4

Peintre

 

x

1

 

4

Cordier

x

 

1

 

1

Briquier

 

x

 

1

 

Charpentier

x

 

 

3

 

Charpentier

 

x

1

 

2

Maître de maison ou maître d'œuvre

 

x

 

 

4

Maître de maison ou maître d'œuvre

x

 

1

1

 

Charretier

x

 

1

1

 

Orfèvre

 

x

1

1

2

Tableau 18 : Politiques matrimoniales.

13Dans 61,70 % des cas, les mariages ne présentent pas d’endogamie professionnelle, autant pour l’intéressé que pour sa descendance. 23,40 % des mariages conclus le sont entre personnes provenant de familles dont l’activité principale est la construction. Enfin, moins de 15 % des cas consacrent un mariage entre gens de métiers et issus de familles exerçant le même métier. Le comportement face au mariage semble différent entre les hommes et les femmes. En effet, les hommes paraissent davantage rechercher une alliance avec une famille proche de leur sphère d’activité : 36 % des testateurs ont eux-mêmes épousé des filles dont le père ou le frère exerçaient leur métier, 36 % ont recherché des compagnes issues du monde du bâtiment, et seulement 28 % ont épousé des filles dont le père n’appartenait pas aux métiers de la construction. En revanche, les pères, artisans dans le bâtiment, ne semblent pas rechercher à tout prix le mariage de leur filles avec un autre ouvrier de la construction : 74,28 % d’entre elles épousent des hommes d’autres branches d’activités, 17,14 % du monde du bâtiment, et seuls 8,57 % épousent un homme dont le métier est identique à celui de leur père. La transmission du patrimoine professionnel se fait donc par le fils, qui hérite de l’atelier et du savoir-faire du père. Une alliance par l’intermédiaire d’une fille ne semble pas être intéressante, sauf si le père n’a pas d’héritier mâle. De nombreux artisans sont salariés, et n’ont donc rien à transmettre à la génération suivante : les mariages conclus ne prennent donc pas en compte les aspects professionnels. Cependant, les métiers où un atelier, un outillage spécifique et/ou une infrastructure sont nécessaires, comme les charpentiers, les mestres de cases, les charretiers et les orfèvres, sont plus enclin à réfléchir une politique matrimoniale. Certains cas prouvent cependant que certaines familles visent à perpétuer le savoir-faire, en créant de véritables dynasties. Nous avons déjà mentionné le cas des Borrassà. On peut également citer le cas de la famille Julia, dont le fils Julia Julia, maître majeur de la seu, épouse la fille du maître majeur précédent, Joan Agusti, Raphaela.

14C’est également le cas de la famille Boet, dont le père et les trois fils sont tailleurs de pierre. L’un des fils épouse une fille de charretier, c’est une union utile. Un des petit-fils choisit d’être charpentier.

15C’est enfin aussi l’exemple de la famille Casellas, dont le père Joan, charpentier, épouse en premières noces Clara la fille d’un charretier, Llop, puis, en secondes, Margarita qui donne le jour à deux fils, Joan et Bartomeu, qui deviendront tous deux mestres de cases.

  • 29 AHMG, Recomptes de població, Talles, VIII.1.1, llig. 5, 1417.

16Il ressort cependant que dans toutes ces familles, la transmission se fait davantage par héritage que par mariage. Le choix du conjoint de la fille se fait plus dans une catégorie sociale donnée - celle des artisans -, que dans un métier précis. Dans la majeure partie des cas, en effet, l’époux et l’épouse proviennent de milieux sociaux identiques. Les peintres, les charpentiers et certains tailleurs de pierre peuvent prétendre s’allier à des familles d’écrivains, de chirurgiens ou d’orfèvres. Les autres catégories cherchent plus leur pendant dans d’autres groupes sociaux : les manœuvres avec les artisans du textile, les maîtres de maison avec des boutiquiers, ... La constitution de la dot dresse un véritable tarif des mariages, qui ôte toute illusion d’ascension sociale aux plus humbles. Le choix des alliances se fait peut-être davantage par connaissance, à travers la vie de quartier par exemple, que par stratégie professionnelle. L’exemple de la famille Climent semble le prouver. Francesc, le père, maréchal ferrant de son état, a pour gendre Bernat Escuder, tailleur de pierre. Le mariage dont la fille Climent a bénéficié peut apparaître comme une alliance entre familles du même secteur. Cependant, le dit Bernat Escuder vit dans la rue des Climent, et son père avant lui29. Le voisinage peut dans ce cas avoir joué un rôle prépondérant.

17Les familles d’artisans du bâtiment répondent donc aux critères des villes. Elles sont composées d’un petit nombre de membres, entre 4 et 5. Leur structure est directement influencée par les aléas économiques, autant personnels que généraux. Les pères de famille ne comptent que très peu sur le mariage de leurs filles pour pérenniser leur situation professionnelle, et préfèrent transmettre leur patrimoine et leur métier à leurs fils. De plus, la constitution de la dot freine les rêves de mariage avec un groupe social supérieur.

2. Liens et rapports sociaux

18Si la structure familiale transparaît peu dans les actes, les traces des liens formant le tissu social sont, elles, quasi inexistantes. Il est cependant possible d’approcher les relations sociales des artisans de la construction en utilisant des sources indirectes. Les testaments offrent un moyen de les cerner : l’étude du choix des exécuteurs testamentaires, personnes de confiance s’il en est, peut être révélatrice des liens privilégiés tissés entre les individus. De même, le choix des témoins de ce type d’actes permet de saisir la sphère des rapports sociaux quotidiens.

19L’exécuteur testamentaire est une personne qui sera appelée à avoir une grande responsabilité : appliquer les dernières volontés du mourant. Le testateur le choisit parmi ses proches, dans lesquels il a entièrement confiance. Voilà pourquoi, sur les 416 exécuteurs testamentaires recensés dans les actes dressés par les artisans de la construction, 44,23 % sont des parents. Il s’agit du conjoint (33,15 %) ou des enfants (16,84 %), aidés de parents proches (50,01 %) : frères, neveux, gendres. La cellule familiale est donc le premier rang de la toile des relations sociales. Le groupe des amis vient ensuite, avec 37,01 % des représentants des exécuteurs testamentaires. Les rapports semblent tissés hors du cadre professionnel stricto sensu, puisque seulement 16,23 % des membres de ce groupe travaillent dans le bâtiment, ou sont des confrères de la confrérie des Quatre Saints Martyrs. Le critère professionnel n’entre pas en compte, sauf peut-être dans le cas des notaires et écrivains publics, particulièrement bien représentés (11,68 % du total). Le choix de ces deux professions s’explique sûrement par le fait qu’ils connaissent les rouages juridiques, et particulièrement l’exécution testamentaire, qu’ils sont instruits et sont les personnes qui, juridiquement, mèneront au mieux leur tâche. Les autres exécuteurs testamentaires de la sphère des amis se répartissent dans toutes les autres branches d’activités, tout en restant en adéquation avec la catégorie sociale du testateur. Les liens de confiance tissés entre ce dernier et ses exécuteurs testamentaires se fondent donc sur une autre structure que celle de la famille ou du monde du travail. Il peut s’agir d’un rattachement par origine (immigration), par cohabitation (regroupement par quartier), ou par pratique religieuse (co-paroissiens). Le guide spirituel est d’ailleurs la troisième option pour les exécuteurs testamentaires. En qui, plus qu’en un serviteur du Seigneur, peut-on avoir confiance ? 18,75 % des exécuteurs testamentaires sont des religieux. On retrouve évidemment les confesseurs, mais aussi des frères Prédicateurs ou Mineurs. Ce choix a l’avantage de concilier un rapport de confiance très fort et une caution spirituelle. Notons que cet accompagnement religieux est apprécié autant par les hommes que par leur femme, qui testent en choisissant un exécuteur testamentaire ecclésiastique à 43,58 %. La foi dans l’homme d’Église n’est donc pas un phénomène uniquement féminin. Le choix de l’exécuteur testamentaire se fait donc au sein des relations de confiance. Dans ce domaine, la famille reste le lien le plus fort, suivie par les amis, hors de toute considération professionnelle, et des ecclésiastiques, qui confèrent au testateur une tranquillité d’esprit. Une autre sphère de relations, se superposant à ce noyau, concerne les rapports sociaux au sens large. Qui les ouvriers du bâtiment fréquentaient-ils ?

  • 30 Voir en annexe le tableau récapitulatif.

20Une autre source de renseignements nous est fournie dans les testaments et les actes notariés en général par le choix des témoins. Les testaments sont signés devant en moyenne 7 personnes. L’engagement demandé à ces personnes et la confiance mise en eux est nettement moindre que celle attendue des exécuteurs testamentaires. Les liens unissant les testateurs aux témoins doivent être plus lâches, plus informels30.

  • 31 J. Rossiaud, « Le citadin », op. cit., p. 176.

21Seuls 7,07 % des témoins sont du même métier que le testateur, ou que l’époux de la testatrice. Le lien confraternel ou la solidarité professionnelle ne sont donc pas des critères entrant dans le choix des relations. Les artisans du bâtiment au sens large ne représentent que 19,83 % des témoins. L’immense majorité (80,15 %) est composée de personnes appartenant à toutes les branches d’activités, mais aussi à des milieux sociaux divers. Le cloisonnement social remarqué pour les exécuteurs testamentaires est beaucoup moins strictement observé dans le cadre des témoins. À côté des ecclésiastiques toujours présents, nous retrouvons les notaires et les écrivains. On peut s’interroger s’ils sont vraiment liés au testateur ou s’ils ne sont là que pour compléter un groupe incomplet de témoins, la solution la plus pratique étant de demander ce service au confrère notaire ou écrivain de l’étude d’à côté ou à l’apprenti notaire y travaillant. La nouveauté est l’apparition de personnes n’appartenant pas à la catégorie sociale du testateur. Ainsi, le citoyen Gaspar de la Via, riche juré, est témoin de Joan Prat, manœuvre en 1463. Dès lors, on voit témoigner des chirurgiens, des marchands, des maîtres de médecine, et inversement, des agriculteurs, des maraîchers, des hommes venus de paroisses hors des murs. Les origines de ces rapports sociaux semblent donc plus complexes à appréhender. Il peut s’agir de simples connaissances, croisées au quotidien, rendant un service gracieux dans le cadre d’une sorte de solidarité citadine. Les liens professionnels ou religieux ne rentrent pas en considération. Le schéma d’organisation des rapports sociaux échappe aux solidarités traditionnellement décrites, et en particulier à celles plus professionnelles31. L’homme médiéval échappe au carcan du Métier, en tout cas dans ses liens privés à autrui.

  • 32 Ibid.

22On peut alors se demander ce qui lie un chirurgien à un cordier, un charretier à un courtier. Il semble que la population fasse corps autour de sa paroisse, privilégiant des liens de quartier, comme les quarrels de Reims, les moulons du Languedoc ou des gaches de Provence32. Afin de vérifier cette hypothèse, nous avons confronté les tailles aux testaments des années précédentes et suivantes. L’étude a été menée grâce à la taille de 1462, qui présente une forte augmentation du nombre des testaments permettant de constituer un échantillon suffisamment large, et 1493, marquée par l’arrivée massive d’immigrants ayant pour conséquence de resserrer les liens sociaux des anciens habitants. Les résultats de l’étude menée sur la taille de 1462 permettent d’avancer quelques hypothèses, car le nombre de personnes retrouvées dans cette imposition est de l’ordre de 20 %. Cependant, on remarque que les témoins et le testateur, ou les témoins et les exécuteurs testamentaires vivent généralement dans le même quartier, ou dans des quartiers proches. Ainsi, le maréchal-ferrant Francesc Boffill, qui vit rue Ballesteries, a comme témoins un charpentier et un tailleur de cette même rue. De même, en 1465, Joan Gener, charpentier, a pour exécuteur testamentaire le maréchal-ferrant Bernat Bells, installé dans le quartier de la plaça dels Colls, tout comme Joan Nicolau et Pere Borbons, deux de ses témoins. La taille de 1493 étant plus complète, elle a permis d’affiner ces hypothèses et de confirmer les liens très forts unissant les membres d’une même communauté de quartier. 42 % des origines géographiques des témoins, testateurs et exécuteurs testamentaires ont pu être retrouvées. Les résultats sont très clairs :

Testament n°

Nombre d’origines localisées

Nombres d’origines communes entre le testateur, les exécuteurs testamentaires et les témoins

1

4

4/4

2

4

4/4

3

2

2/2

4

4

3/4

5

6

5/6

6

4

2/4

Tableau 19 : Origine des testateurs, témoins et exécuteurs testamentaires.

2383 % des personnes apparaissant dans un acte commun ont une origine géographique dans la cité. La vie de quartier se superpose donc à toute autre structure en ce qui concerne le lien social. Enfin, il a été possible de conforter ces observations en mettant en parallèle le plan très précis de la rue de Pedret à la fin du XIVe-début du XVe siècle et un testament particulièrement riche de 1421 : celui de Francesc Climent, fils de Bernat Climent, tous deux maréchaux-ferrant.

24Les maisons signalées par la même couleur que celle du testateur sont celles des témoins apparaissant dans son testament. En recoupant de plus ces données avec la taille de 1417, les liens sociaux tissés par les habitants de cette rue apparaissent clairement. L’exemple est d’autant plus intéressant que les témoins et le testateur forment une seconde génération d’habitants. Francesc Climent est le fils de Bernat Climent, lui même maréchal-ferrant, et habitant déjà cette rue, tout comme le père de Pere Prat junior. Jacob Llorenç, fils de Francesc Llorenç chaufournier, est aussi un enfant du quartier, comme les Cipria, père et fils, qui témoignent tous les deux. La communauté de quartier est donc unie par des liens qui peuvent se transmettre d’une génération à une autre.

Plan 4 : Rue de Pedret vue au travers du testament de Francesc Climent.

25Les rapports sociaux peuvent donc se synthétiser comme suit.

Figure 9 : Représentation des liens sociaux

26La famille reste la cellule de base de la vie de l’artisan. C’est la pierre angulaire de son monde, sur lequel il peut compter. Les amis proches et les religieux lui permettent de sortir de cette cellule, tout en gardant un niveau de confiance élevé. Malgré tout, ces deux dernières catégories sont soumises à une catégorie plus vaste : celle du quartier. Cette dernière apporte à l’artisan un réseau de connaissances plus large, mais également sert de critère de sélection, inconsciente ou non, pour les amis proches, et même les guides spirituels. Enfin, le Métier peut s’intégrer à la fois dans la famille ou dans les amis plus ou moins proches, mais ne saurait se substituer au quartier qui reste l’unité sociale de base. Ces schémas sociaux se fondent sur des sources lacunaires et difficiles à travailler. Néanmoins, les résultats obtenus sont encourageants et peuvent ouvrir la porte à des études plus vastes, afin de les corroborer ou infirmer. On peut donc dire en définitive que l’artisan est soumis à son milieu. Il aura des liens sociaux prédéfinis, dans une certaine mesure évidemment, par son cadre géographique, et, à moindre échelle, par son milieu socioprofessionnel.

Notes

1 P. Bernardi, « Relations familiales et rapports professionnels chez les artisans du bâtiment en Provence à la fin du Moyen Âge », Medievales, 30, 1996, p. 56.

2 R. Alberch I Fugueras, N. Castells I Calzada, La població de Girona, op. cit., p. 63-65.

3 Joaquim Nadal, La población española (siglos XVI a XX), Barcelone, 1976, p. 26.

4 En prenant en compte les enfants de moins de 14 ans, et ceux entre 25 et 30 ans.

5 Les flèches correspondent aux pestes ayant frappées Gérone 20 ans (moyenne d’âge retenue pour les héritiers) avant la rédaction des testaments.

6 C. Guilleré, Girona al segle XIV, op. cit., vol. II, p. 39.

7 Jacques Rossiaud, « Le citadin », J. Le Goff (dir.), L’homme médieval, Paris, 1989, p. 167.

8 Ibid., p. 168.

9 P. Freixas, L’art gotic a Girona, op. cit., p. 333-335.

10 C. Guilleré, Girona al segle XIV, op. cit., t. II, p. 40 et 133.

11 R. Alberch I Fugueras, N. Castells I Calzada, La població..., op. cit., p. 66.

12 Ibid., p. 67.

13 C. Fouchard, Assistance et pauvreté..., op. cit., p. 79.

14 Ibid.

15 R. Alberch I Fugueras, N. Castells I Calzada, La població..., op. cit., p. 66.

16 C. Guilleré, Girona al segle XIV, op. cit., vol. II, p. 127.

17 Ibid.

18 Georges Comet, « Quelques remarques sur la dot et les droits de l’épouse dans la région d’Arles aux XIIe et XIIIe siècle », Mélanges offerts à René Crozet, t. 1, Poitiers, 1966, p. 1031.

19 J. Rossiaud, « Le citadin », J. Le Goff, L’homme..., op. cit., p. 167.

20 C. Guilleré, Girona al segle XIV..., op. cit.¸ t. II, p. 125.

21 G. Comet, « Quelques remarques sur la dot... », op. cit., p. 1031.

22 C. Guilleré, Girona al segle XIV..., op. cit., t. II, p. 438.

23 AHPG, Not. 1, n° 456, et not. 1, n° 443.

24 Jean Pierre Cuvillier, « La population catalane au XIVe siècle : comportements sociaux et niveaux de vie d’après les actes privés », Mélanges de la Casa de Velazquez, t. V, 1969, p. 161.

25 P. Bernardi, « Relations familiales... », op. cit., p. 58.

26 C. Guilleré, Girona al segle XIV..., op. cit., vol. II, p. 129.

27 Voir récapitulatif en annexe.

28 AHPG, Not. 1, n° 462.

29 AHMG, Recomptes de població, Talles, VIII.1.1, llig. 5, 1417.

30 Voir en annexe le tableau récapitulatif.

31 J. Rossiaud, « Le citadin », op. cit., p. 176.

32 Ibid.

Table des illustrations

Légende Graphique 14 : Coefficient familial par rapport à la conjoncture économique et démographique (pestes).
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/35133/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/35133/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Légende Plan 4 : Rue de Pedret vue au travers du testament de Francesc Climent.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/35133/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Légende Figure 9 : Représentation des liens sociaux
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/35133/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 29k

© Presses universitaires du Midi, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search