Version classiqueVersion mobile

La construction et les métiers de la construction à Gérone au XVe siècle

 | 
Sandrine Victor

Troisième partie. Les conditions de vie des ouvriers du bâtiment à Gérone au XVe siècle

Chapitre I. La population en ville

Texte intégral

1En dehors du chantier, la population du bâtiment imprime sa marque sur le tissu urbain.

1. Sources

2L’étude de la place du secteur du bâtiment dans la ville s’appuie sur une documentation fournie en grande partie par les registres de tailles. Pour le XVe siècle, nous en disposons de 13. Certaines sont complètes, d’autres non. Toutes néanmoins nous fournissent des informations précieuses sur la population étudiée. D’autres documents variés complètent ces informations :

    • 1 ACG, Pabordia de Desembre, 8, a, 10, livres I et II.

    En 1383 et 1402, la Pabordia de Desembre, du chapitre de la cathédrale, recense ses possessions à Gérone-cité et à Pedret, le quartier nord de la ville1, sous la forme d’un capbreu : ;

    • 2 AHMG, Manuals d’acords, 1399.

    1399 : Une taille est levée sur toute la ville2 ;

    • 3 AHMG, Demografia, VIII.1.1, llig. 4 (1403-1407).

    1403 : Une taille est levée au Mercadal uniquement3 ;

    • 4 Ibid.

    Entre 1403 et 1407 (document non daté), le bras mineur est imposé4 ;

    • 5 Ibid.

    En 1407, un registre recense les mauvais payeurs d’une taille levée dans la cité5 ;

    • 6 AHMG, Demografia, VIII.1.1, llig. 5 (1414-1431).

    En 1414, la population entière est imposée pour financer les fêtes données à l’occasion du couronnement du roi Ferrand et de la reine6 ;

    • 7 Ibid.

    1417 : Une taille est levée pour payer la part de la ville dans le financement de la cloche des heures, ainsi qu’un procès opposant Gérone à Sant Feliu de Guixols7 ;

    • 8 Ibid.

    1423 : Un inventaire des boutiques, ateliers et maisons est dressé8 ;

    • 9 AHMG, Manuals d’acords, 1462-1464, n° 71, publiée par S. Sobreques I Vidal, « Censo y profesión de (...)

    1462 : Les jurats recensent les hommes en âge de porter les armes afin de défendre la ville contre un siège9 ;

    • 10 Ibid.

    La même année, une taille est levée pour murer les portes de l’enceinte10 ;

    • 11 AHMG, Manuals d’acords, 1471-1473, n° 74.

    1471 : Autre levée de taille, due à la guerre11 ;

    • 12 AHMG, Manuals d’acords, 1474, n° 74 bis.

    1474 : Les jurats imposent la population à cause de l’entrée des troupes françaises en Roussillon12 ;

    • 13 « ... la qual [talla] es estades feta ab cert protestacions costumades... », AHMG, Manuals d’acords (...)

    En 1477, la population est taxée à l’occasion de la chute du château de Pontos. Cette levée ne se fait pas sans une certaine contestation13 ;

    • 14 AHMG, Manuals d’acords, n° 78, 93, 97 et 99.

    1478, 1493, 1497, 1499 : quatre autres tailles sont levées par les jurats sur toute la ville14.

3Cette documentation nous permet donc de présenter un panorama de l’évolution de la place du secteur du bâtiment dans la cité, ainsi que de sa répartition. Certaines tailles sont néanmoins incomplètes : tous les quartiers ne sont pas traités, toute la population ne semble pas concernée (la taille de 1478 par exemple ne recense que 265 feux), les professions ne sont pas toujours spécifiées, etc. Néanmoins, même incomplète, cette documentation permet de présenter l’évolution du poids démographique des ouvriers de la construction dans la ville et de leur répartition géographique. Les documents fournissent également de nombreuses informations topographiques, qui nous aident à brosser un tableau de la ville. La levée de taille se fait selon deux modes : par quartier ou par rue. On peut diviser la cité en 6 grands quartiers. Pedret se situe le plus au nord de la ville, hors les murs. On y pénètre par la porte de Pedret, dite aussi de Na Dalmava. En continuant vers le sud, on rentre dans le bourg Sant Pere, par la porte de Santa Maria, puis en suivant la rue du Llop, on traverse le quartier Sant Feliu. La cité en elle-même se serre entre les murs de la Força Vella et la cathédrale. Au sud, sur la rive droite de l’Onyar se trouve le quartier de Vilanova, centre névralgique de la ville en expansion, et sur la rive gauche, le quartier du Mercadal.

Tailles XVe siècle. Principaux repères géographiques.

Tailles XVe siècle. Principaux repères géographiques.

Gérone : Principaux repères géographiques

  • 15 « Rue Fontanilles »
  • 16 « Rue de la maison de l’abbé d’Amer »
  • 17 « Pont des frères mineurs »
  • 18 « La rue qui part de l’escalier des prédicateurs et qui va jusqu’au porche de Boter »
  • 19 « La rue qui part de l’auberge de Narcis Banyils… »
  • 20 « La rue qui part de chez l’héritier de Guillem Ramon, épicier, jusqu’à la porte de madame Gordeya  (...)

4Les listes des comptes de tailles sont généralement présentées par quartier. Certaines, plus détaillées, sont ensuite classées par rue. Les rues peuvent être désignées par leur nom (« carrer Fontanilles»15), par un édifice emblématique (« carrer del casal del abbat d’Amer»16, « pont dels framenors»17...), par ses limites (« l : o carrer que perteix de la escala dels predicadors fins al porxe den Boter»18) ou encore par des habitants « célèbres », vivants ou morts, qui l’habitent (« lo carrer que perteix del alberch d’en Narcis Banyils...»19, « lo carrer que perteix del hereu den Guillem Ramon, especiayre, fins al portal de Na Gordeya»20). Cette dernière façon de désigner les rues, très souvent utilisée, est la plus problématique.

2. La population du secteur du bâtiment : estimation chiffrée

5Grâce aux tailles, il est donc possible de présenter l’évolution de la population vivant à Gérone, quartier par quartier.

  • 21 1403, 1407, 1462, 1471, 1477, 1478 : documents incomplets n’englobant pas la totalité des quartiers

Graphique 11 : Nombre de feux recensés à Gérone au XVe siècle21.

  • 22 Ramon Alberch I Fugueras, Narcis Castells I Calzada, La població de Girona (segles XIV-XX), Gérone, (...)
  • 23 Ibid., p. 33 sq.
  • 24 Ibid., p. 17.

6La population moyenne à Gérone au XVe siècle est de 621 feux. Même si les données sont incomplètes et très morcelées, elles nous permettent d’entrapercevoir l’évolution générale de la population. À cause du traumatisme démographique du XIVe siècle, Gérone ne cesse de perdre des habitants22. Avant la peste noire de 1348, la ville comptait presque 2 000 feux. On en recense moins de la moitié en 1499. La tendance générale est à la baisse tout au long du XVe siècle, avec un creu maximum au lendemain de la guerre civile. La reprise démographique s’amorce cependant rapidement, dopée par la demande en main d’œuvre et l’immigration23. En 1513, Gérone dépasse le cap des 1000 feux24. Notons cependant que les deux minima (1407 avec 238 feux et 1478 avec 265) sont extraits des comptes de tailles incomplets : tous les quartiers n’ont pas été taxés ou bien toute la population n’est pas concernée. Ainsi, le document de 1407 est un registre d’arriérés, et celui de 1478 ne concerne que les quartiers de Sant Pere, du Mercadal et de la Força. La relativité des données est frappante dans le cas de 1462, où la même année, une levée d’hommes et une taille sont enregistrées : la première nous présente une ville comptant 803 feux, chacun d’eux ayant au moins un homme est en âge de porter les armes, alors que la seconde ne recense que 416 feux. L’étude des données brutes n’est pas toujours fiable. Par contre, la proportion des ouvriers travaillant dans le bâtiment dans cette population totale doit, elle, être constante, tout au moins par quartier.

Graphique 12 : Évolution de la part des métiers du bâtiment dans la population totale de Gérone selon les tailles.

  • 25 Calcul excluant le pic de 29,05 % de 1478, ce chiffre se basant sur une taille incomplète, ne prena (...)
  • 26 C. Guilleré, « Aspects de la société Géronaise à la fin du XIVe siècle. Approches topographique et (...)

7La population du bâtiment représente en moyenne 10,57 % de la population totale25. Le chiffre semble en nette progression par rapport au XIVe siècle, où la population des bâtisseurs n’atteignait que 6,53 % de la population totale en 138826. L’offre générée par la construction des murailles et par celle de la cathédrale semble dynamiser le secteur, et draîner une main d’œuvre des campagnes environnantes. Les pics concernent des périodes particulièrement fastes pour la construction : ainsi, en 1417, reprise du chantier de la cathédrale, en 1478, si le pourcentage des actifs dans la construction paraît très élevé, c’est qu’il touche essentiellement un quartier où les métiers du bâtiment sont nombreux. Les données sont donc relatives.

8Les métiers les plus représentés sont les tailleurs de pierre, les charpentiers, les maréchaux-ferrants et les manœuvres. L’évolution de leur nombre, tout comme celle des autres métiers, suit l’évolution de la population générale : la tendance est à la baisse, suivie, après la guerre civile d’une reprise. Deux notables exceptions cependant : les peintres et les orfèvres, dont le nombre reste relativement stable. Ces deux métiers semblent insensibles aux fluctuations économiques et démographiques : le petit nombre de leurs représentants peut l’expliquer. Le marché est stable, et la main d’œuvre bien installée, d’autant qu’il s’agit souvent de groupes familiaux. Après la guerre civile, la reprise démographique la plus spectaculaire concerne les manœuvres, les charretiers et les charpentiers, qui obéissent à une demande en prise directe avec la conjoncture. La ville doit déblayer ses rues, reconstruire rapidement ses maisons. La main d’œuvre peu qualifiée est très demandée, car il s’agit de parer au plus pressé. Ces traits généraux se retrouvent dans l’analyse des différentes catégories de métiers dans le secteur du bâtiment : les fournisseurs et transporteurs, les métiers de la décoration et les métiers de la construction au sens strict du mot.

Graphique 13 : Nombre de représentants des différentes catégories de métiers dans la population totale du bâtiment.

9La proportion des métiers du bâtiment au sens strict (tailleurs de pierres, charpentiers, maîtres de maisons, ...) diminue légèrement au lendemain de la guerre, même s’il est intéressant de noter que cette proportion est restée fixe durant tout le conflit. Une augmentation se fait sentir dans la dernière décennie du siècle. Les fournisseurs et transporteurs sont très sollicités dans l’immédiat après-guerre, et la proportion de ces métiers augmente significativement. Ce phénomène se tasse au fur et à mesure que les métiers du bâtiment reprennent de la vigueur. Enfin, les métiers de la décoration sont toujours présents quelles que soient les circonstances.

  • 27 S. Sobreques I Vidal, « Censo y profesión de los habitantes de Gerona en 1462 », op. cit., p. 198.
  • 28 R. Alberch I Fugueras, N. Castells I Calzada, La població..., op. cit., p. 26.

10Il reste à s’interroger sur la population réelle du secteur du bâtiment. Se pose ici l’épineux problème du coefficient par feu. Combien un feu regroupe-t-il de membres ? Car il est intéressant ici de voir non pas le nombre d’ouvriers travaillant à Gérone dans ce secteur, mais le nombre de personnes que cette activité fait vivre. C’est dans cet optique que nous avions choisi de retenir également pour le comptage des représentants des différents métiers les veuves des ouvriers. En effet, il est possible que ces veuves continuent à exercer le métier de leur mari, via l’atelier. Et même si ce n’est pas toujours le cas, le patrimoine dont elles disposent a comme assise financière l’activité de leur défunt mari. Le coefficient utilisé oscille entre 3.5 et 527. Nous adopterons le plus répandu, qui est 4 personnes par feu28.

1403

224

Bras menor

660

1407

88

1414

464

1417

412

1462

308

1462

144

1471

72

1474

184

1477

116

1478

308

1493

420

1497

368

1499

368

Tableau 16 : Nombre de personnes vivant du secteur du bâtiment à Gérone au XVe siècle.

  • 29 Le « bras mineur », ou main mineure, est l’un des trois estaments autour desquels est organisée la (...)
  • 30 S. Sobreques Vidal, « Censo y profesión... », Annals de l’Institut d’Estudis Gironins, p. 193-216.
  • 31 AHMG, Manuals d’acords, n° 78, 1478, entre fol. 3 v. et 4 r.
  • 32 Voir tableau récapitulatif en annexe.

11Le bâtiment faisait donc vivre en moyenne 295 personnes à Gérone. Il est intéressant de voir que ce nombre atteint 660 personnes pour le bras mineur29. C’est donc un secteur d’activité privilégié du groupe des artisans. L’étude de la levée d’hommes de 1462 peut donner une vision complète de la société géronaise30. Le textile permet à 227 familles de vivre, soit 908 personnes. Viennent ensuite les métiers du cuir, avec 123 feux, soit 492 personnes. Les métiers de la métallurgie et de la construction viennent ensuite, avec respectivement 58 et 92 feux, soit 600 personnes. Les deux catégories cumulées (les maréchaux-ferrants font en effet partie intégrante de la vie des chantiers, et les forgerons et ferronniers peuvent y intervenir également) dépassent les métiers du cuir et se placent en deuxième position des activités dans la ville. Viennent loin derrière les métiers de l’alimentation (75 feux), du commerce (52 feux) de l’administration (24 feux). La taille de 1478 apporte ici une lumière particulière. Cette taille, levée à Sant Pere, au Mercadal, à la Força, et dans un autre quartier, peut-être Pedret vu la population recensée (109feux), recense dans une catégorie à part les tailleurs de pierre et les charpentiers, et les maréchaux-ferrants. Les causes de cette levée nous échappent, il est seulement spécifié qu’ils sont taxés « sans raison»31. Il est ainsi dénombré 28 tailleurs de pierre, 2 charpentiers et 32 maréchaux-ferrants. Ces seuls métiers supportaient donc financièrement 62 familles, soit 248 personnes, ce qui rejoint approximativement les chiffres moyens du siècle. Cette population d’environ 250 personnes semble donc être une constante32.

12La population des métiers du secteur de la construction est donc très présente à Gérone au XVe siècle. Environ 75 familles vivent en permanence de cette activité. Ce nombre n’est pas négligeable, même s’il se place loin derrière les métiers du secteur phare de la ville qu’est le textile. Cette population est répartie en ville. Il nous reste à voir si certains quartiers sont essentiellement peuplés d’artisans de la construction, ou si les hommes du bâtiment se fondent dans la masse des autres métiers.

3. Répartition en ville

13Tous métiers du bâtiment confondus, certains quartiers semblent plus attirer les ouvriers que d’autres.

Quartier

Date

Ouvriers hors bâtiment(%)

Ouvriers du bâtiment(%)

Pedret

Bras menor (début XVe)

63.28

36.72

 

1462

55.9

44.1

 

1497

88.88

11.12

 

1499

70

30

Sant Pere et Sant
Feliu

Bras menor (début XVe)

83.88

16.12

 

1414

85.6

14.4

 

1462

83.92

16.08

 

1497

80.17

19.83

 

1499

82.99

17.01

Força Vella et Vilanova

Bras menor (début XVe)

82.26

17.74

 

1414

88.21

11.79

 

1462

95.34

4.66

 

1497

91.21

8.79

 

1499

91.27

8.73

Mercadal

1403

88.04

11.96

 

Bras menor (début XVe)

90.37

9.63

 

1414

86.11

13.89

 

1462

93.67

6.33

 

1497

84.74

15.26

 

1499

85.76

14.24

Tableau 17 : Répartition de la population par quartier.

  • 33 C. Guilleré, Girona al segle XIV, op. cit., passim.
  • 34 AHMG, Demografia, VIII.1.1, llig. 5.

14Le quartier qui attire le plus les ouvriers de la construction est celui de Pedret. Plus de 30 % de la population de Pedret travaille dans le bâtiment. Ce sont surtout les tailleurs de pierre qui y vivent, car ils exploitent directement la carrière sur la montagne contre laquelle le quartier s’adosse : Montjuïc. On y trouve également des charpentiers et des forgerons et maréchaux-ferrants. Le site se prête particulièrement à ce genre d’activité : il y a de l’espace puisque nous sommes hors les murs, et de l’eau : le Ter longe le quartier. Il est donc facile de stocker des marchandises, qui peuvent transiter par la rivière, de disposer d’ateliers spacieux avec des arrières cours, des fours, des carrières. À l’entrée de la ville, ce quartier attire une population modeste. Dans le prolongement de Pedret, les quartiers de Sant Pere et de Sant Feliu comptent 16,68 % de métiers de la construction dans leur population. On retrouve prioritairement des tailleurs de pierre, des charpentiers, des maréchaux ferrants, mais également des manœuvres. Les tailleurs qui y vivent peuvent se différencier des précédents par le fait qu’ils n’exploitent pas directement leur carrière. Il pourrait s’agir alors de compagnons, travaillant toujours pour un tiers à la journée et non à la pièce. Les charpentiers trouvent dans ce quartier deux avantages : c’est un carrefour privilégié dans l’approvisionnement du bois, soit par voie fluviale, soit en provenance de la vallée Sant Daniel qui part vers l’Est. Les maréchaux-ferrants ont l’eau à portée de main et la clientèle est beaucoup plus proche que dans le quartier de Pedret. Ce quartier, à mi-chemin entre la ville même et les habitations périphériques est également habité par les manœuvres, qui y sont idéalement placés : non loin de la campagne et des travaux des champs, ils peuvent bénéficier de l’offre des chantiers de la ville ou se replier sur les ateliers textiles, très nombreux à cet endroit33. Les charretiers, enfin, sont proches des chantiers de la ville, où ils doivent livrer des produits provenant souvent de Pedret (pierres ou bois). Le troisième quartier où les ouvriers du bâtiment choisissent de vivre est le Mercadal. On y trouve surtout des charpentiers, charretiers et manœuvres. Les tailleurs de pierre y sont peu représentés. Le quartier semble regrouper une population plus modeste, moins spécialisée. Enfin, le quartier où les métiers de la construction sont les moins nombreux est la cité même et la Vilanova. Seulement 10,34 % en moyenne de la population active travaille sur les chantiers. Elle est à la fois le centre politique, religieux et administratif de la ville. La main mineure n’y est tout normalement que peu présente. C’est là que l’on retrouve traditionnellement les représentants des métiers de la décoration, et en particulier les peintres et les orfèvres. Le manque d’espace, le niveau social élevé, lisible grâce aux quotes parts des contribuables, excluent les métiers comme tailleurs de pierre ou charpentiers. On y trouve en revanche des maîtres de maison, proches des commanditaires. Cependant, la partie la plus à l’ouest, rue Ballesteries, compte un certain nombre de tailleurs de pierre. Le registre des boutiques, ateliers ou maisons faisant l’objet d’un cens en 142334, montre que 3 tailleurs de pierre et un charpentier y ont un atelier. Cette rue des « arbalétriers » compte donc ces trois métiers parmi les habitants, ce qui prouverait qu’il y a un certain regroupement professionnel, les trois corps (tailleurs de pierre, charpentiers, arbalétriers) faisant partie de la confrérie de Métier des Quatre Saints Martyrs.

15Il est possible de s’arrêter sur deux quartiers en particulier, car les sources nous fournissent des renseignements complémentaires. La taille levée en 1403 ne concerne que le quartier du Mercadal, et la Pabordia de Desembre du chapitre de la cathédrale nous permet de dresser un portrait fidèle de Pedret à la fin du XIVe, et au début du XVe siècle.

Le Mercadal en 1403

16Les métiers de la construction représentent 11,96 % de la population du Mercadal en 1403, pourcentage très proche de la moyenne séculière de 11,88 %. La proportion des ouvriers du bâtiment est donc relativement stable dans ce quartier. Les charpentiers sont les plus représentés. Ils vivent principalement à l’ouest du quartier, le long des futures murailles, dans un espace allant de la porte de Figueroles, en passant par le Monar jusqu’à Fontanilles. C’est un espace ouvert, formé principalement de larges terrains cultivés. Les charpentiers y trouvent la place pour leur atelier et le stockage du bois. Les maréchaux-ferrants, assez nombreux également dans ce quartier, se trouvent surtout le long de la rivière. L’Areny, en plein sud, est leur zone de prédilection : elle offre espace, eau et de nombreux charretiers qui peuvent transporter leur production. La place du Mercadal, cœur du quartier regroupe une majorité d’artisans du bâtiment. On y trouve des représentants des principaux métiers : tailleurs de pierre, charpentiers, verriers, maréchaux-ferrants, etc. Il s’agit d’une place très commerçante offrant de nombreux avantages : écoulement facile des marchandises, eau à proximité, ouverture sur la ville par le pont des Framenors tout proche. Le nombre élevé de manœuvres qui y vivent implique que ces personnes peu qualifiées peuvent y trouver facilement du travail : c’est un lieu d’échange.

17Le Mercadal est donc un quartier où la main d’œuvre du bâtiment est relativement peu nombreuse, tout au moins en ce qui concerne le métier phare : tailleurs de pierre. On y trouve davantage les ouvriers « périphériques », dont la construction peut ne pas être l’activité principale : maréchaux-ferrants, charretiers et manœuvres. Ce quartier offre donc un contraste saisissant avec celui de Pedret, où les métiers de base de la construction sont largement représentés.

Pedret à la fin du XIVe siècle

  • 35 ACG, Pabordia de Desembre, 8, a, 10, livre I et II.
  • 36 « Primer llibre en que se encontran arxivats y per nos especificats los instruments del domini dire (...)
  • 37 ACG, Pabordia de Desembre, Ibid., livre II.
  • 38 J. P. Leguay, La rue au Moyen Âge, Rennes, 1984, p. 80.

18Le chapitre de la cathédrale de Gérone possède de nombreux biens immobiliers dans le quartier de Pedret, au nord de la ville. Ces possessions sont gérées par la Pabordia dite de Décembre35. En 1764, l’archiviste alors en place regroupa les écrits de cette pabordia en deux livres36. Le premier est la transcription de documents allant de 1366 au début du XVIe siècle et nous permet de dresser un plan fidèle du quartier de Pedret. Chaque possession, exploitée en domaine direct ou par cens, est décrite par les quatre tenures adjacentes au nord, au sud, à l’est et à l’ouest. C’est ainsi qu’en recoupant les données de 1383-84 et celles de 1402, il a été possible de dresser le plan de Pedret. Sur 95 tenures décrites à Pedret, on recense 44 tenanciers dont l’activité est liée au bâtiment, soit plus de 45 %. Trois grandes familles dominent : les tailleurs de pierre, les chaufourniers et les maréchaux-ferrants. Les carrières de Montjuïc offrent aux premiers la matière première dont ils ont besoin. Les tailleurs de pierre ont donc choisi de vivre près des carrières où ils exercent leur métier. Ils ne sont cependant pas majoritaires dans le quartier. Notons toutefois la présence de figures connues : Guillem Bofill, maître d’œuvre de la cathédrale, habite la rue de Pedret. Les tailleurs de pierre recensés en 1383-84 n’y ont que des maisons. Cependant, dans un second registre37, nombreux sont ceux qui achètent des « terrains-carrières » (feixa, terra, padrera). Ils peuvent ainsi choisir de travailler selon un régime salarial à la journée, ou de tailler à domicile et de fournir les pierres à l’unité, en exploitant leur propre matière première. Nous avons vu que les fabriques privilégient parfois ce mode de rémunération. Les chaufourniers exploitent directement la montagne pour leur activité. Nombre d’entre eux habitent une maison adossée à une carrière. Francesc Llorenç, fournisseur du chantier de la cathédrale et des chantiers des murailles, possède de plus un four directement dans sa cour, tout comme Bernat Julia. Ce sont d’ailleurs les deux grands tenanciers du quartier. Pedret leur fournit donc la matière première, l’eau et l’espace dont ils ont besoin. Enfin, les maréchaux-ferrants vivent également nombreux dans le quartier. Tout comme les chaufourniers, ils y trouvent l’espace nécessaire et l’eau indispensable. Ils sont de plus mis à l’écart du centre de la cité, mesure de plus en plus courante dans un but d’assainissement38. Les absents de ce quartier sont les manœuvres. Aucun n’apparaît dans les registres de la Pabordia de Desembre et très peu dans les tailles. Le quartier est peut-être trop éloigné du marché du travail et des zones de recrutement. Quartier artisanal par excellence, Pedret offre donc les conditions idoines aux ouvriers du bâtiment pour leur travail. À la fois situé entre les lieux d’activité et la matière première, c’est le quartier des hommes de la construction par excellence.

19Appréhender l’individu hors du groupe professionnel implique de le situer dans un autre cadre : celui de la famille et des relations sociales.

Notes

1 ACG, Pabordia de Desembre, 8, a, 10, livres I et II.

2 AHMG, Manuals d’acords, 1399.

3 AHMG, Demografia, VIII.1.1, llig. 4 (1403-1407).

4 Ibid.

5 Ibid.

6 AHMG, Demografia, VIII.1.1, llig. 5 (1414-1431).

7 Ibid.

8 Ibid.

9 AHMG, Manuals d’acords, 1462-1464, n° 71, publiée par S. Sobreques I Vidal, « Censo y profesión de los habitantes de Gerona en 1462 », Annal de l’Institut d’Estudis Gironins, vol. VI, 1951, p. 198 sq.

10 Ibid.

11 AHMG, Manuals d’acords, 1471-1473, n° 74.

12 AHMG, Manuals d’acords, 1474, n° 74 bis.

13 « ... la qual [talla] es estades feta ab cert protestacions costumades... », AHMG, Manuals d’acords, 1477, n° 77.

14 AHMG, Manuals d’acords, n° 78, 93, 97 et 99.

15 « Rue Fontanilles »

16 « Rue de la maison de l’abbé d’Amer »

17 « Pont des frères mineurs »

18 « La rue qui part de l’escalier des prédicateurs et qui va jusqu’au porche de Boter »

19 « La rue qui part de l’auberge de Narcis Banyils… »

20 « La rue qui part de chez l’héritier de Guillem Ramon, épicier, jusqu’à la porte de madame Gordeya »

21 1403, 1407, 1462, 1471, 1477, 1478 : documents incomplets n’englobant pas la totalité des quartiers.

22 Ramon Alberch I Fugueras, Narcis Castells I Calzada, La població de Girona (segles XIV-XX), Gérone, 1985, p. 17 et 33.

23 Ibid., p. 33 sq.

24 Ibid., p. 17.

25 Calcul excluant le pic de 29,05 % de 1478, ce chiffre se basant sur une taille incomplète, ne prenant pas en compte tous les quartiers de la ville.

26 C. Guilleré, « Aspects de la société Géronaise à la fin du XIVe siècle. Approches topographique et professionnelle à travers le registre de taille de 1388 », Annals de l’Institut d’Estudis Gironins, vol. XXV-I, 1979-1980, p. 334 et 347.

27 S. Sobreques I Vidal, « Censo y profesión de los habitantes de Gerona en 1462 », op. cit., p. 198.

28 R. Alberch I Fugueras, N. Castells I Calzada, La població..., op. cit., p. 26.

29 Le « bras mineur », ou main mineure, est l’un des trois estaments autour desquels est organisée la société catalane : il s’agit de la base sociale, en opposition avec la main majeure composée de riches marchands et bourgeois, et de la main moyenne composée des artisans fortunés.

30 S. Sobreques Vidal, « Censo y profesión... », Annals de l’Institut d’Estudis Gironins, p. 193-216.

31 AHMG, Manuals d’acords, n° 78, 1478, entre fol. 3 v. et 4 r.

32 Voir tableau récapitulatif en annexe.

33 C. Guilleré, Girona al segle XIV, op. cit., passim.

34 AHMG, Demografia, VIII.1.1, llig. 5.

35 ACG, Pabordia de Desembre, 8, a, 10, livre I et II.

36 « Primer llibre en que se encontran arxivats y per nos especificats los instruments del domini directe y census que la pabordia del mes de dezembre de la Santa Iglesia de Gerona (...) te y reb en lo carrer de Pedret fora y cerca de las murallas de Gerona » : .

37 ACG, Pabordia de Desembre, Ibid., livre II.

38 J. P. Leguay, La rue au Moyen Âge, Rennes, 1984, p. 80.

Table des illustrations

Titre Tailles XVe siècle. Principaux repères géographiques.
Légende Gérone : Principaux repères géographiques
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/35128/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Légende Graphique 11 : Nombre de feux recensés à Gérone au XVe siècle21.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/35128/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende Graphique 12 : Évolution de la part des métiers du bâtiment dans la population totale de Gérone selon les tailles.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/35128/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Légende Graphique 13 : Nombre de représentants des différentes catégories de métiers dans la population totale du bâtiment.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/35128/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 45k

© Presses universitaires du Midi, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search