Version classiqueVersion mobile

La construction et les métiers de la construction à Gérone au XVe siècle

 | 
Sandrine Victor

Deuxième partie. La main d’œuvre sur le chantier

Chapitre IV. Le travail sur le chantier

Texte intégral

1. L’embauche

  • 1 J. M. Madurell Marimon, « Los contratos de obras en los protocolos notariales y su aportacion a la (...)
  • 2 Ibid., p. 110.

1Le secteur du bâtiment est soumis à une forte mobilité de la main d’œuvre. Les hommes changent fréquemment de chantier, ce qui implique la mise en place d’une procédure d’embauche rapide et efficace. Tout comme l’apprentissage, l’embauche est soumise à contrat, dans un premier temps oral1. Le premier contrat qui nous soit parvenu en Catalogne date de 10762. Les habitants de Bar et Toloriu s’associent à l’évêque d’Urgell pour faire construire un pont et un chemin sur le Segre au niveau de Bar. Dans le cas de Gérone, les contrats d’embauche dont nous disposons sont nombreux. Ils nous permettent de tracer une typologie des employeurs, des employés et des conditions d’embauches.

Les contrats

  • 3 AHPG, not. 1, n° 487, 13 mars 1487.
  • 4 AHPG, not. 1, n° 502, 25 novembre 1495.
  • 5 AHPG, not. 1, n° 502, 1er février 1496.
  • 6 AHMG, Manuals d’acords, n° 37, 1402.
  • 7 AHMG, Manuals d’acords, n° 60, 1448, fol. 23 r.-24 r. et 46 v.-47 r.
  • 8 AHMG, Manuals d’acords, n° 95, 1495.
  • 9 AHMG, Manuals d’acords, n° 97, 1497, fol. 50 r. et 53 r.
  • 10 ACG, Obra de la Seu, n° 46, 1479, fol. 46 r. et n° 50, 1489, fol. 19 v. ; également, n° 31, 22 v. ( (...)
  • 11 ADG, Negotiorum capituli, t. 3, fol. 9 r.-16 r., 1458.
  • 12 AHPG, not. 10, n° 53, 18 avril 1409.
  • 13 AHPG, not. 4, n° 169, 16 juin 1443.
  • 14 AHPG, not. 2, n° 220, 5 mai 1447.
  • 15 AHPG, not. 1, n° 502, 8 septembre 1495.
  • 16 AHPG, not. 1, n° 502, 28 août 1495.
  • 17 AHPG, not. 8, n° 51, 16 mai 1452.
  • 18 AHPG, not. 4, vol. 86, fol. 150, 9 octobre 1424.
  • 19 AHPG, not. 1, n° 447.

2Les conditions d’embauches peuvent être étudiées dans le cas de Gérone grâce à 28 contrats. Ces actes sont d’origine privée, publique ou ecclésiastique. Ils portent également sur les modalités de fourniture en matières. Les contrats émanant d’employeurs privés sont au nombre de trois. En 1487, Pere Frou, marchand, s’engage avec Pere Marti et Pere Mostet pour des travaux dans son mas de Fornells de la Selva3. Pere Carol demande en 1495 au tuilier Christofol Riusec de construire un four à tuiles, briques et chaux, et de l’exploiter par la suite4. Enfin, en 1496, Bernat Bell.lloch engage Valenti Yspano, charpentier, pour des travaux dans son étude de notaire5. Les contrats publics lient des artisans aux jurats de Gérone. En 1402, les jurats et le chapitre de la cathédrale s’associent pour embaucher Joan Verger, afin qu’il fonde une cloche pour le cloquer de les hores6. Dès 1448, la municipalité décide d’embellir la ville, et passe deux contrats la même année pour la plaça de la Galea7. Dans la même optique, ils décident de faire des travaux rue des Ciutadans en 14958. Enfin, les jurats refont faire en 1497 la chapelle du conseil de la ville9. Comme toujours, l’Église est de loin le plus important employeur à Gérone au XVe siècle, dans le domaine de la construction. D’abord, des actes lient la seu aux maîtres majeurs y officiant : les notifications d’embauche et les obligations des maîtres en échange de leur pensions respectives sont consignées dans les livres de fabrique ou dans les minutes du secrétariat10. La seu embauche également des artisans pour des ouvrages déterminés, comme les Clapers pour la porte des Apôtres11. Les contrats passés avec les autorités ecclésiastiques ne concernent pas uniquement la cathédrale de Gérone. Le monastère de Valldigna engage, en 1409, les tailleurs de pierre Pere Bassa et Bernat Escuder12. En 1443, l’abbesse du couvent de Sant Daniel se lance dans un vaste programme de travaux dans le dortoir et le réfectoire de son monastère. Elle engage pour ce faire le maître de la seu, Pere Cipres13. Ces vastes travaux la poussent d’ailleurs à réunir un conseil d’artisans et de maîtres renommés pour déterminer la marche à suivre en 144714. En 1495, les paroissiens de Sant Miquel de Palau commandent à Joan Parer, mestre de cases, leur nouvelle église15. Enfin, la même année, Francesc Gomis doit achever la construction du clocher de l’église d’Ayguaviva, à la demande des obrers de la paroisse et des syndics de la communauté16. Les contrats peuvent ne pas concerner uniquement des travaux à effectuer. Ils peuvent avoir ainsi pour objet des matières premières ou des produits finis. C’est le cas du contrat passé entre Bernat Viçens, pedrer, et Joan Ferrer, mestre de cases, pour la réalisation et la livraison de colonnes et chapiteaux17. De même, un acte de 1424 lie la fabrique de la cathédrale à Arnau Arenys, carrier, pour la mise en exploitation de la carrière dont dépend le chantier de la seu18. Un dernier acte décrit, schéma à l’appui, l’épaisseur des meules du moulin de Pere Vendrell19. Ces dessins semblent être un cahier de charges pour l’artisan chargé de retailler les meules. Ces documents nous permettent donc d’étudier les clauses et modalités des contrats d’embauche, ainsi que les droits et devoirs de chacune des parties.

  • 20 ACG, Obra de la Seu, n° 31, fol. 36 v. : « non erant boni ad laborandum ».

3La première constatation que nous pouvons faire à la simple lecture de ces documents est l’absence de contrat régissant l’embauche des dizaines de tailleurs de pierre, charpentiers, carriers, manœuvres et apprentis travaillant sur les chantiers de la ville, autant publics qu’ecclésiastiques. Les actes ne concernent que les maîtres, pour des travaux bien limités dans le temps et dans la réalisation. Les maîtres des chantiers de la seu ou des murailles ne font pas l’objet de contrats. Il faut donc en conclure que les grandes fabriques (seu, ville de Gérone) possèdent une administration en place qui utilise la main d’œuvre selon ses besoins immédiats. Les ouvriers sont employés à la journée ou à livraison d’une commande précise. La fabrique ne leur garantit ni la durée, ni la stabilité, ni le salaire, liés à leur travail. Ce mode d’embauche au jour le jour favorise les mouvements de salariés. Ceux-ci n’étant pas liés à un chantier, ils peuvent le quitter d’un jour à l’autre, s’ils trouvent un employeur plus offrant. Les contrats offerts à certains artisans leur garantissent donc une certaine assise professionnelle. L’employeur, comme le salarié, s’engage sur des points précis. L’embauche de la main d’œuvre sans contrat, ou avec contrat oral, permet une liberté d’action autant de la fabrique, qui ne s’engage à rien, que de l’ouvrier, qui conserve sa liberté de choix. Notons cependant qu’à la lecture des comptes des fabriques de la seu, comme des travaux publics, aucun ouvrier ne travaille moins d’une demie journée. Il existe cependant une exception : deux vagabonds en 1418 se font expulser après trois heures de travail car « car ils n’étaient pas bons au travail »20. Ce cas mis à part, il semble que les ouvriers qui sont embauchés s’engagent à rester au moins une demie journée sur les chantiers.

  • 21 AHPG, not. 1, n° 502, 1er février 1496 : « Concordat es entre lo honorable micer Bernat de Belloch (...)
  • 22 AHPG, not. 1, n° 502, 28 août 1495 : « Capitols fets e concordats entre en Antoni Salvanya, Joan Ga (...)
  • 23 AHPG, not. 1, n° 502, 28 août 1495 : « d’obrar be e degudament ».
  • 24 AHPG, not. 1, n° 487, 13 mars 1487 : « be e gentilment ».
  • 25 AHPG, not. 1, n° 502, 28 août 1495.
  • 26 Ibid.
  • 27 Ibid.
  • 28 AHPG, not. 1, n° 487, 13 mars 1487.
  • 29 AHPG, not. 1, n° 502, 25 novembre 1495.
  • 30 AHPG, not. 1, n° 502, 28 août 1495 : « Item, que si en la dita obra a propia algun defecte e per aq (...)

4Quand il y a rédaction de contrat, enregistré devant notaire ou non, les deux parties s’engagent sur de nombreux points. La structure des actes est souvent la même. D’abord, l’acte détermine les parties en présence : les employeurs, en leur nom et qualités, ainsi que leur commanditaire, et les employés. Les formes peuvent être simples (« accord entre l’honorable monseigneur Bernard de Belloch bachelier en droit, citoyen de Gérone, et Valenti Yspano, menuisier de la dite vile d’autre part...»21) ou bien ampoulées et détaillées22. Les actes commencent généralement par les devoirs, obligations et engagements de l’employé. Dans le secteur du bâtiment, ces clauses sont généralement d’ordre technique, les contrats régissant dans les moindres détails les dimensions des ouvrages, matériaux à utiliser, modèles à suivre. La première des obligations est « de travailler bien et diligemment»23 ou « bien et gentillement»24. Ce souci de qualité est une garantie pour l’employeur de ne pas être lésé dans les matériaux employés ou les techniques utilisées. Dans le cas inverse, l’employeur pourra se retourner contre son employé. Il est donc souvent répété, autant pour les matières premières que pour le tour de main des maîtres qu’ils doivent être de bonne qualité : « ... maître Gomis devra tailler bien de bonnes pierres...»25, « ... que les fenêtres (...) soient bien mises et posées avec leurs piliers...»26, « ... que la dite porte (...) soit belle et recevable et bien faîte...»27, « ... que toutes les autres fenêtres ou portes qui sont ou seront mises dans la dite maison soient de bon bois...»28, « ... que le dit four soit beau et bien grand...»29, etc. Ces clauses qualitatives permettent donc en cas de non satisfaction de l’employeur de demander réparations à l’artisan qui aurait mal fait son travail par manque de savoir faire, négligence ou économie sur les matières premières. En cas de litige, deux arbitres déterminent les dommages subis et les peines encourues : « De même, que si dans l’ouvrage même il y a un défaut et pour ceci autrement que par les présents contrats ou de son contenu, et s’il y a des différends ou questions ou débats entre les dites parties, que deux maîtres élus par les dites parties, c’est-à-dire un pour chacune des parties, jugent, décident et déterminent les dits [...] différends, questions et débats, et les dites parties sans aucune exception ni aucun appel devront louer et approuver tout ce que les deux personnes élues auront jugé en accord, décidé et déterminé, et qui devront jurer »30. Les deux parties s’engagent à respecter leurs engagements, en prêtant serment et en engageant leur biens meubles et immeubles. C’est une forme d’assurance contre les malfaçons et les retards pour l’employeur, et contre les impayés pour l’employé.

  • 31 Id. : « Item, es concordat que los dits obrers e sindichs de una part, e los dit Francesc Gomis de (...)

« De même, il est convenu que les dits ouvriers et syndics d’une part, et Francesc Gomis d’autre part, promettent les uns aux autres de tenir, servir et accomplir avec fierté tous et chacun des aspects abordés et contenus dans le contrat et selon ce qui appartient et ce pour quoi chacune des parties s’est engagée sans aucune exception, fuite ou délation et pour l’atteindre et le réaliser, les dits ouvriers, syndics obligent maître Gomis et les siens de tous et chacun des biens et droits de la dite communauté et de chacun et le dit maître Francesc Gomis engage sa personne et tous et chacun de ses biens et droits, meubles et immeubles, présents et à venir, et tous en prêtent serment »31.

  • 32 AHPG, not. 1, n° 487, 13 mars 1487 : « Item, les dits parts la una o l’altre convenen e prometen te (...)

5Les peines encourues peuvent aller jusqu’à 25 livres, somme énorme équivalente à plus de 140 jours de salaire d’un pedrer. Les amendes sont partagées entre la cour et la partie lésée : « De même, les dites parties, l’une comme l’autre, conviennent et promettent de tenir, servir et accomplir toutes les dites choses et chacune d’elles puisqu’ils y sont astreints par serment et sous peine de 25 livres, laquelle peine sera à moitié à la cour et l’autre moitié à la partie adverse et ils veulent que soient faites une et plusieurs (?) avec les promesses, obligations, remerciements, peines, et finalement les autres clauses nécessaires et opportunes à la connaissance du notaire ci-dessous»32. Les précautions légales étant prises, quels sont les obligations et devoirs qui incombent au futur employé ?

  • 33 ACG, secretariat del capitulo, resoluciones 1381-1462, fol. 74 v., 28 septembre 1434 : « Die XXVIII (...)
  • 34 ACG, Obra de la Seu, n° 46, 1479, fol. 46 r.

6Il faut d’abord mettre à part les maîtres d’œuvre de la seu. En effet, ils travaillent sur le chantier en échange d’un salaire, mais touchent en plus une pension, comme par exemple Berenguer Cervia en 143433. Cette pension touchée en plus du salaire l’engage à être à la disposition de la fabrique. Le maître d’œuvre doit alors se plier à de nombreuses obligations, comme celles que le procurateur décrit en 1479 pour Francesc Gomis34 :

  • 35 «E mes he pagat a maestro Francesc Gomis com aregint lo offici de maestro mayor de la seu aquells C (...)

« Et de plus, j’ai payé à maître Francesc Gomis comme le veut le métier de maître majeur de la seu ces 100 sous que la fabrique lui donne de pension pour exhiber les draps de cérémonies dans les fêtes prévues et accoutumées et dans ces journées où la fabrique est et sera tenue de montrer et accompagner la banderole à la fête de Corpus Christi durant la procession et l’étendre aux premières heures de l’après-midi et la replier à l’heure habituelle et parer le monument pour le Jeudi Saint et mettre les torches pour l’éclairage et garnir de tout le bois qui sera nécessaire aux dits monument et ranger les torches à la fabrique au lieu habituel et faire les échafaudages lors de la fête de Pâques qui sont à la charge de la fabrique ; les autres journées sont à la charge de ceux qui les feront faire, et de plus il est tenu d’inspecter les toits de la cathédrale pour regarder les infiltrations et plusieurs fois inspecter la seu lors des journées libres selon son jugement et celui de l’ouvrier selon les nécessités»35.

  • 36 ACG, Obra de la Seu, n° 33, fol. 47 r. : « IIII die aprilis fou acorsat que Jachme Riart anas a Bar (...)
  • 37 ACG, Obra de la Seu, n° 33, fol. 104 r., novembre 1424 : « Solvi per un sach de guix per refermar l (...)
  • 38 Elle n’est pas encore en 1424 complétement tracée, puisque l’on trouve encore en juin 1425 des acha (...)
  • 39 AHMG, Manuals d’acords, n° 97, fol. 53 r. : « … Es concordat que lo dit mestre Miquel fara la volta (...)
  • 40 AHPG, not. 4, n° 169, 16 juin 1443.
  • 41 « Item que les dites vuyt croarades sien fetes a compas que le una no sia pus ampla ne pus larga ni (...)
  • 42 ADG, negociatorum capituli, t. 3, fol. 7 r.
  • 43 « Item mes que lo dit Claperos age e sia tengut de obrar o fer obrar los dits dotzes apostols de aq (...)
  • 44 ACG, negotiatorum capituli, t. 3, fol. 15 r.

7Les maîtres d’œuvre, qui peuvent diriger plusieurs chantiers à la fois, s’engagent de plus à être présents sur au moins l’un d’eux. Les absences répétées peuvent en effet nuire à la bonne marche des travaux, surtout dans le cas de la seu, qui s’est aventurée dans la construction d’une audacieuse nef unique. Antoni Canet, le concepteur de cette nouvelle nef, semble avoir été rappelé à l’ordre plusieurs fois à cause de son absentéisme. (« Le 4 avril, il fut convenu que Jaume Riart aille à Barcelone et qu’il fasse venir Canet pour son compte (...) et j’ai payé au dit Riart entre l’aller et le retour 16 sous. De même, pour le dit Riart [...] une mule au dit Canet pour qu’il vienne prestement, coûte entre l’aller et le retour 10 sous. »36). Les conséquences de l’absence du maître peuvent être terribles pour le chantier : paralysie, retards, et parfois erreurs de construction : « J’ai payé pour un sac de plâtre pour refermer le cloquer à cause du formaret qu’ils font et refont, par la faute de Canet qui est absent»37. En tout état de cause, la fabrique perd de l’argent, mais peut difficilement se défaire d’un homme comme Canet qui conçoit la nouvelle voûte38. Le devoir du maître est d’organiser la vie technique de la cathédrale, autant sur le chantier, que lors des cérémonies religieuses. Les engagements habituels de la part des employés dans les autres contrats sont majoritairement d’ordre technique. L’employeur définit avec minutie le plan et la taille de l’édifice, les matériaux employés, les réemplois éventuels, le style, les modèles à suivre. Les contrats dont nous disposons nous offrent un large éventail d’exemples de ces clauses techniques. Les jurats somment ainsi Miquel Canut de construire la voûte de la chapelle du Conseil de la ville en rectifiant les plans que le maître leur avait présentés : « ... Il est convenu que le dit maître Miquel fasse la voute de la dite chapelle de brique double et [...] de plâtre dans laquelle il y aura quatre clefs principales, elles étaient quinze sur le plan que le dit maître avait fait sur un papier »39. De façon générale, il semble qu’une phase de conception sur papier soit exigée dans bien des cas, soit pour obtenir l’aval esthétique du commanditaire, soit pour que ce dernier s’assure de la bonne structure de l’ouvrage. C’est le cas de l’abbesse de Sant Daniel en 144340: « De même que les dites huit croisées soient faites au compas pour que l’une ne soit pas plus large ni plus longue ni plus haute que l’autre et qu’entre toutes huit elles tiennent et occupent le dit dortoir en largeur, hauteur et longueur »41. Pour être plus sûr que l’ouvrage commandé réponde bien aux attentes, les employeurs ont pris l’habitude de citer une œuvre déjà construite comme modèle. Les références techniques sont ainsi simplifiées. Le cas se présente lors de la rédaction du contrat entre Antoni Clapers et le chapitre de la cathédrale pour la réalisation de la porte des Apôtres42: « De même que le dit Clapers doit et soit tenu de faire ou faire faire les dits douze Apôtres de cette terre ou une identique dont est faite l’image de Santa Eulalia et de la croix du nouveau portail de Barcelone »43. Dans le cas de ce contrat, le cahier des charges peut aller très loin. Comme il s’agit de sculptures, on peut se demander si un contrat dans le domaine de la décoration et des arts décoratifs ne serait pas un frein à la créativité. Le descriptif des sculptures commandées à Julian Clapers, fils d’Antoni, pour le tympan de la dite porte en est l’exemple44 :

  • 45 « Primerament yo enprench afer so es asaber den lo fill axi gran o maior cum hun dels apostolls e n (...)

« D’abord, j’entreprends de faire, c’est-à-dire le Fils aussi grand ou plus que les Apôtres mais pas plus petit, et bien habillé et avec un geste comme il se doit dans un tel acte. Et Marie au milieu du grand, de huit palm ou environ, bien habillée et parée honnêtement et autour et alentours neuf anges, c’est-à-dire quatre d’un côté et quatre de l’autre et un au milieu, et le monument aux pieds de Marie ; et six anges séraphins, c’est-à-dire trois d’un côté de Dieu et trois à côté de Marie et ceci devra être aussi grand que possible selon l’endroit où ils seront et que d’un ange à l’autre il y ait un espace, et que cet espace soit comblé soit de nuages soit de (?) sous les pieds de chacun des neufs anges. De même, que tous les anges sus-dits, c’est-à-dire chacun d’entre eux doit tenir son riche vêtement bien fait et de bon art et chacun habillé et taillé à sa manière avec des ailes et des plumes bien faites et de diverses manières et les coupes de chacune des têtes bonnes et belles et bien taillées fines et de diverses manières et vêtus de diverses formes d’habits. »45

8L’essentiel semble ici être la diversité dans les moyens de représenter une multitude de personnages identiques. Le commanditaire veut s’assurer de l’originalité de l’œuvre. L’employeur, comme par exemple les paroissiens de Sant Miquel de Palau, peut donner, en plus de conseils techniques, le plan de déroulement de tout le chantier :

  • 46 AHPG, not. 1, n° 502, 8 septembre 1495 : « ço es que en lo loch o part ont es ja situada l’esglesia (...)

« ... C’est-à-dire qu’au lieu ou part où est déjà située la dite église, il [le maître] fera une nouvelle église plus grande de telle façon que construisant la nouvelle depuis les fondations, la vieille église reste en pied jusqu’à ce que soit faite la voûte, et la dite nouvelle église aura de long 12 palmes de plus que la l’ancienne, et de large 10 palmes de plus que la dite ancienne et le dit maître promet de faire de bonnes fondations et fortes et d’en informer le dit seigneur Sariera, et ensuite il construira les murs de pierre et de chaux, bons et forts, et larges à la fondation de 8 palmes et 7 palmes de la fondation jusqu’à la voûte, et une fois achevée la voûte de pierre et chaux, il est convenu que la vieille église soit totalement détruite de telle façon qu’il n’en reste rien à part le clocher qu’il est convenu de garder et de préserver. »46

  • 47 AHPG, not. 10, n° 53, 18 avril 1409.
  • 48 « ... los damunt dits sien tenguts donar picades e polides e (...) descarregar LXX pedres qui haien (...)
  • 49 AHPG, not. 1, n° 447.

9Les dimensions sont ici décrites, ainsi que les phases du chantier. Les matériaux peuvent aussi être l’objet de descriptions minutieuses. C’est le cas de l’achat par le monastère de Valldigna de pierres en provenance de Gérone47: « ... que les ci-dessus dits soient tenus de donner taillées, polies et déchargées 70 pierres qui aient 2 palmes de large et 3 palmes de long, leur longueur totale monte à 210 palmes, et que ces pierres soient de marbre bleu »48. Il est possible que ces descriptions puissent être accompagnées de schémas ou de relevés de mesures, comme le laisse penser cet acte49 :

Figure 8 : AHPG, not. 1, n° 447.

10Il s’agit des mesures des meules du moulin d’un certain Pere Vendrell. Malheureusement, ce folio ne correspond à aucun acte qui puisse nous éclairer sur son utilité. Nous pouvons cependant supposer qu’il s’agit d’une prise de note en vue d’un contrat de fabrication, à moins que ce ne soit un simple inventaire.

  • 50 AHMG, Manuals d’acords, n° 97, fol. 53 r.
  • 51 AHPG, not. 8, n° 51, 16 mai 1452.
  • 52 AHMG, Manuals d’acords, n° 97, fol. 53 r.
  • 53 AHMG, Manuals d’acords, n° 60, fol. 24 r.
  • 54 AHPG, not. 10, n° 53, 18 avril 1409.
  • 55 « que los dits maestres haien posades e descarregades les dites pedres en la plaga davant la [blanc (...)
  • 56 ACG, Negociatorum capituli, t. 32, fol. 15 r.
  • 57 « Reten se lo dit Claparos libertat de fer la dita obra en Gerona o si ben vindra a Barcelona (...) (...)

11Hormis ces clauses techniques, l’artisan sous contrat s’engage aussi à respecter des délais de livraison (« ... lequel promet [l’] avoir fait et totalement fini pour le mois de novembre prochain »50, « De même, il est convenu que le dit Bernard Vincent aura fait et le dit Johan Ferrer livré dans la présente ville de Gérone d’ici le prochain carnaval de Carême »51…). Les commandes doivent être livrées « clefs en main », c’est-à-dire réellement terminées (« totalement terminée »52, « débarrassées des pointes et autres»53) et, le cas échéant, transportées sous responsabilité de l’artisans. C’est le cas pour les pierres du monastère de Valldigna54: « ... que les dits maîtres aient posé et déchargé les dites pierres sur la plage devant la place (?) du monastère de Valldigna autrement appelé dal Fandesch, et le notifier au dit seigneur abbé...»55. C’est également le cas pour la réalisation du tympan de la porte des Apôtres56: « Le dit Clapers garde la liberté de faire la dite œuvre à Gérone ou bien à Barcelone (...) De même le dit Clapers doit faire porter, poser et mettre à ses risques et périls et dépenses toute l’œuvre dessus-dite, sauf les échafaudages à monter et démonter et autres fournitures qu’il doit gérer aux frais de la fabrique »57.

  • 58 AHPG, not. 4, n° 169, 16 juin 1443.
  • 59 « Item, que tots partrets necessaries en tota la dita obra axi de calç, peres raiolls archs guix po (...)
  • 60 AHPG, not. 1, n° 487, 13 mars 1487.
  • 61 « Item, es concordat que lo dit Pere Frou es tengut dar bon compliment als dits mestres de trer lo (...)
  • 62 ACG, negociatorum capituli, t. 3, fol. 7.
  • 63 « Item, mes es convengut e concordat entre ditas parts que lo dit Calperos asses propries messions (...)
  • 64 AHMG, Manuals d’Acords, n° 37, 1402.
  • 65 « Item, que si fet lo dit seny en aquell apparria algun deffeliment de so o de forma o altre qualse (...)

12Les contrats régissent également le thème des fournitures en matières premières et en hommes pour seconder le maître employé. Deux cas de figure se présentent alors : soit ces frais sont entièrement à la charge du commanditaire, soit ils le sont à celle du maître, qui touche alors une somme forfaitaire. Ainsi, l’abbesse du couvent de Sant Daniel confie à Pere Cipres le soin de mener à bien les travaux, en se chargeant lui-même des fournitures et des embauches nécessaires58: « De même, que toute fourniture nécessaire pour les travaux comme la chaux, les pierres, les briques, les arcs, le plâtre, le port des matériaux, les cordes, échafaudages, bois et toutes les autres choses nécessaires à l’ouvrage doivent être prises et payées par le dit Pere Cipres à ses frais et engagements, et que pour les matériaux, salaire de maître, de manœuvre, d’autres le dit monastère n’ait à payer que la somme ci-dessous »59. Dans d’autres cas, c’est donc le commanditaire qui se charge de tout, les maîtres ne devant que fournir leur savoir-faire, comme le souligne le contrat de Pere Marti et Pere Mostet en 148760: « De même, il est conclu que le dit Pere Frou est tenu de donner satisfaction aux maîtres en portant les matériaux nécessaires aux dits travaux de toiture, charpente, portes, fenêtres et ânes de [...] faire tout porter, tout celà pour les travaux, et d’apporter la chaux, le sable, le bois, les clous et les autres choses qui sont nécessaires, pour que les maîtres n’y aient qu’à mettre les mains»61. Les frais de matériaux et fournitures sont parfois partagés. C’est le cas pour la réalisation des douze apôtres par Antoni Clapers. La seu disposant des infrastructures nécessaires, elle se charge de fournir les échafaudages et les instruments de levage pour mettre en place les statues62: « De plus, il est convenu et conclu entre les dites parties que le dit Clapers à ses propres frais, dépenses, risques, périls et fortune et bonne étoile doit poser et mettre en place les dits 12 Apôtres au lieu choisi sauf et à l’exception de ce que le chapitre doit et est tenu de faire ou faire faire en ce qui concerne les échafaudages et le nécessaire chaque fois que le maître voudra mettre les sculptures des dits Apôtres sur le portail »63. En cas de malfaçon, le maître est contraint de refaire les parties défectueuses ou non acceptées par le commanditaire. Les frais lui en incombent, même si les clauses prévoient que le commanditaire puisse aussi avoir à mettre la main à la poche, afin que les travaux se finissent enfin. Ce cas est surtout développé dans le contrat d’embauche de maître Joan Verger, qui doit fondre la cloche du clocher de les hores64. Il semble qu’il s’agisse déjà d’un deuxième essai de sa part, puisqu’il est précisé en préambule que « la cloche s’est fortuitement cassée », mais que le chapitre et les jurats « ont confiance en la science et l’art de maître Joan Verger ». Cependant, une clause est prévue en cas de nouveau problème : « De même que si, une fois faite, apparaît sur la dite cloche un défaut de son ou de forme ou quelque autre défaut par lequel la dite cloche ne puisse être acceptée par monseigneur cardinal et les 4 personnes dessus nommées ou la majorité d’entre elles et monseigneur cardinal, que dans ce cas le dit maître Joan soit tenu une fois et plusieurs de refaire la dite cloche jusqu’à ce qu’elle soit bien et acceptable (...) et que la dite réparation et réfection soit faite aux frais du dit maître Joan ou aux frais des dits chapitres et ville ou tous ensemble pour la totalité ou une partie (de la somme) »65.

  • 66 AHMG, Manuals d’acords, n° 95, 28 mai 1495.
  • 67 « Tot aço fara lo dit mestra Johan a totes ses despeses de mans de mestres e menobres cals guix fus (...)
  • 68 AHMG, Manuals d’acords, n° 60, 30 mars 1448, fol. 24 r. : « Item, es convengut e concordat entre le (...)
  • 69 AHPG, not. 1, n° 502, 8 septembre 1495.
  • 70 « Item es concordat que lo dit Senyor en les dits noms pac e hage a pagar al dit mestre Johan per l (...)
  • 71 AHPG, not. 1, n° 487 : « … Pere frou ha fer la despesa de manjar e beure be (...) als dits mestres (...)
  • 72 AHPG, not. 4, n° 169, 16 juin 1443.
  • 73 « Item, que lo dit Pere Cipres haie a son cost e messio fer tota messio de menjar e beura e altre p (...)

13L’engagement premier que le commanditaire doit tenir est évidemment de payer l’artisan. Les modalités de paiement sont en général les mêmes dans tous les cas : une partie au début des travaux, une autre au milieu et le solde à la fin, comme le fait la municipalité de Gérone pour payer Joan Parer66: « Le dit maître Joan fera tout ceci à ses frais pour les maîtres et manœuvres, la chaux, le plâtre, le bois et les clous au prix de 85 livres payées de la façon suivante : le premier jour de commencement des travaux, 10 livres et de ce jours jusqu’au 20 jours suivants 15 livres, et 20 jours plus tard 15 autres livres et le reste le jour où il aura fini tous les travaux »67. Pour les ouvrages moins importants, ou plus rapidement exécutés, la totalité de la somme due est donnée à la livraison, avec ou sans acompte au début des travaux : « De même, il est convenu et conclu entre les dites parties que les dits responsables doivent donner et payer aux dits maîtres pour paiement et entière satisfaction des travaux 43 livres barcelonaises de monnaie courante »68. Le salaire perçu peut l’être en espèce, comme dans l’exemple précédent, en nature ou mixte. C’est la forme de paiement choisie par les paroissiens de Sant Miquel de Palau69, ce qui s’explique par le caractère rural de la paroisse : « De même, il est conclu que le dit seigneur en les dits noms paie et doive payer au dit maître Joan pour les dits travaux 70 livres barcelonaises et 4 botas de vin rouge et 4 migeras de froment à la mesure de Gérone, c’est-à-dire à présent 20 livres et les dits vin et froment, et à la moitié des travaux la moitié du reste et les travaux finis l’autre moitié »70. En plus des salaires, les employeurs doivent parfois offrir aux artisans à boire et à manger pour chaque jour sur le chantier (« … Pere Frou doit faire des dépenses pour que les maîtres mangent et boivent bien durant la durée des travaux »71). Tout comme les fournitures, ces frais d’alimentation peuvent également incomber au maître. C’est souvent le cas quand il est chargé de l’achat des matières premières et de l’embauche de ses aides. Francesca, l’abbesse de Sant Daniel, a choisi cette option72: « De même, que le dit Pere Cipres ait à sa charge et à ses frais les dépenses de bouche et de boisson et d’autres provisions qu’il est coutume de donner aux maîtres et manœuvres dans ce travail, de sorte qu’en rien le monastère ne soit tenu »73.

14Le contrat d’embauche est donc passé entre un commanditaire et son fournisseur dans le cas de travaux strictement définis. Il semble être l’apanage d’une catégorie de personnel, excluant la main d’œuvre salariée traditionnelle, qui, elle, ne bénéficie pas des avantages du passage devant notaire. Le contrat est donc un plus, une stabilité et une garantie pour l’employé comme pour l’employeur. Il assure au premier un recours en cas de refus de paiement, ou de mauvais payeur. Il garantit au second la qualité technique et matérielle de l’ouvrage, ainsi qu’une échéance de fin des travaux et un coût fixe. Chacune des deux parties sait en effet ce à quoi elle s’engage, autant du point de vue moral que financier. L’acte notarié permet enfin de faire appel en cas de mécontentement d’un côté ou de l’autre. Il peut être considéré comme une avancée sociale.

15Une fois embauchée, la main d’œuvre peut commencer à travailler sur le chantier. Quels étaient donc leur emploi du temps journalier et leur rythme de travail hebdomadaire, mensuel et annuel ?

2. Emploi du temps et rythme de travail, généralités

  • 74 J. Domenge I Mesquida, L’obra de la seu..., op. cit., p. 237.
  • 75 Ibid.
  • 76 Cité par G. Lefranc, Histoire du travail et des travailleurs, Paris, 1957, p. 132.
  • 77 P. Bonnassie, La organizacion del trabajo en Barcelona, op. cit., p. 109.
  • 78 B. Caceres, Loisirs et travail du Moyen Âge à nos jours, Paris, 1973, passim.
  • 79 D. Knoop, J. P. Jones, The medieval mason, Manchester, 1933, passim.
  • 80 P. du Colombier, Les chantiers des cathédrales, op. cit., p. 45.
  • 81 Ibid.
  • 82 B. Geremek, Le salariat..., op. cit., p. 81.
  • 83 M. Baulant, « Le salaire du bâtiment à Paris (1400-1726) », Annales ESC, XXI, 1971, passim.
  • 84 B. Geremek, Le salariat..., op . cit., p. 78.
  • 85 Ibid., p. 79-80.
  • 86 Ibid.

16Il est très difficile de se faire une idée pratique de la journée de travail74. Le temps de présence sur le chantier est assez flou. À Palma de Majorque, en 1391, le procurateur de la fabrique retient un sou d’un salaire de six, en cas de retard de 2 heures75. Tout porte à croire donc, que la journée durait au moins 12 heures. La règle générale veut que la journée de travail aille « depuis jour commençant jusqu’à jour faillant », comme à Chartres, par exemple76. À Barcelone, la coutume veut que l’on travaille « en journée et de soleil [levant] à soleil [couchant]»77. Ceci ferait environ de 14 heures à 16 heures de lumière en été et 7 à 8 heures 30 en hiver78. Sur certains chantiers anglais, les ouvriers travaillent du lever du soleil jusqu’à 30 minutes après son coucher79. La moyenne serait de 8 h et demie en hiver et 12 h et demie en été80 de présence sur les chantiers. En effet, il faut déduire quelques pauses pour boire et manger. Ainsi, un maçon anglais en 1370 s’arrêtait en hiver 1 heure pour déjeuner et 15 minutes dans l’après-midi, et 1 heure pour déjeuner et deux fois 30 minutes l’après-midi en été81. À Paris, les tondeurs de draps ont plus de temps de pause du fait qu’ils peuvent travailler jusqu’à 17 heures par jours. En hiver, ils s’arrêtent donc une demie heure au lever du jour pour boire, puis à une heure 9 h pour le petit-déjeuner et une à 13 h pour le déjeuner. En été, ils prennent aussi une heure à 9 h pour petit-déjeuner, une à 13 h pour déjeuner et une demie heure de repos dans l’après midi82. Il faut noter ici que les ouvriers du bâtiment apparaissent relativement privilégiés, puisque ceux du textile ou des métaux peuvent travailler jusqu’à 20 ou 21 heures par jour83. Les arrêts de travail sur les chantiers peuvent donc varier d’une à deux heures environs, soit un travail effectif en hiver de 7 heures 30 et de 10 heures en été. De fait, le temps de travail correspond à un ordre naturel des choses, au cycle minimum de récupération du corps humain. L’ouvrier loue sa force de travail, c’est-à-dire toute la force qu’il peut offrir pour travailler84. Les limites horaires du travail sont donc celles de la force humaine. Cependant, nous avons vu que le travail nocturne est souvent interdit par les statuts de la majorité des Métiers85. Néanmoins, la tendance aux XIVe et XVe siècles est à l’augmentation du temps de travail. Les ouvriers commencent et finissent donc souvent leur travail aux chandelles, pour « ne pas laisser les valets désœuvrés»86. On passe donc d’un rythme de travail naturel, fondé sur le soleil, à un horaire fixé.

  • 87 D. Menjot, « La main d’œuvre des travaux publics en Castille méridionnale au bas Moyen Âge : l’exem (...)
  • 88 P. du Colombier, Les chantiers des cathédrales..., op. cit., p. 45 ; G. Lefranc, Histoire du travai (...)
  • 89 B. Caceres, Loisirs et travail..., op. cit., passim.
  • 90 Ibid.
  • 91 B. Geremek, Le salariat..., op. cit., p. 82.
  • 92 Ibid.¸ p. 83.
  • 93 J. M. Doñate Sebastia, « Salarios y precios durante la segunda mitad del siglo XIV », VII Congreso (...)

17L’année théorique de travail n’excède pas 280 jours en Castille87. On ne travaille en effet jamais les dimanches, soit 52 jours, et il faut compter en moyenne une quarantaine de jours fériés par an, entre les fêtes religieuses et les saints patrons locaux88. À ces jours totalement chômés, il faut ajouter les journées non travaillées pour cause d’intempéries, de manque de matière première, de maladies89. La semaine de travail tend de plus à se réduire, passant de 6 à 5 jours et demi. En effet, les samedis sont partiellement chômés. Le travail finit vers 14 heures, après deux heures passées à ranger les outils, les affûter, nettoyer le site, l’atelier, etc.90 Soit encore une vingtaine jours non travaillés. Enfin, certaines veilles de fêtes sont à moitié chômées91. On peut donc raisonnablement penser que l’année de travail comprenait entre 90 et 115 jours chômés, soit une présence sur les chantiers de 250 jours par an, environ 21 jours par mois. Il faut cependant noter que beaucoup de sanctions sont prises contre les ouvriers et maîtres travaillant les jours fériés, ce qui laisse à penser que cette pratique était courante92. En revanche, pour un ouvrier qui vit loin du chantier, on compte ses heures de travail depuis l’instant où il a quitté son domicile93.

18Les hommes qui travaillaient sur les chantiers avaient donc des journées très longues, mais des jours de repos fréquents. Il reste à voir si cet état de fait se retrouve sur les chantiers de Gérone au XVe siècle.

Rythmes de travail et présence sur les chantiers de Gérone au XVe siècle

19Il est très difficile de cerner le quotidien des ouvriers. Les comptes ne nous fournissent que des données chiffrées, qui ne nous renseignent guère sur les horaires et rythmes de travail. De plus, seuls les comptes de la seu sont réellement exploitables. En effet, les autres chantiers, et en particulier les chantiers civils, sont très ponctuels et ne couvrent jamais une année entière. Ils sont donc inutilisables pour une étude à long terme, sur les rythmes saisonniers par exemple. De plus, les conditions dans lesquelles les chantiers sont exécutés (menace d’invasion, siège, reconstruction massive, etc.) sont assez particulières. De ce fait, le rythme de travail qui y est adopté ne nous paraît pas être naturel et courant. C’est pourquoi nous nous fonderons uniquement sur les comptes de la cathédrale pour essayer de mettre en évidence ces rythmes.

  • 94 ACG, Obra de la Seu, n° 36, fol. 20 r.
  • 95 Source : Bureau des Longitudes de Paris.
  • 96 ACG, Obra de la Seu, n° 46, fol. 87 r.
  • 97 « Item, en los desus dits mesos ha fets faena en Jachme Sala, macip. Deduyt de sis un jornal per co (...)

20La durée de la journée de travail nous est inconnue sur le chantier de la seu. Nous pouvons cependant raisonnablement penser qu’elle est la même qu’à Palma de Majorque ou Barcelone, c’est-à-dire d’une douzaine d’heures en été et de 8 heures environ en hiver. En, 1434 un achat de bougies nous renseigne sur l’heure de début de la journée94: « Le 20 octobre les tailleurs commencèrent à travailler avant le lever du soleil, on compte 2 livres de chandelles ». Sachant qu’en octobre, le soleil se lève environ à 7 h 3095, et se couche vers 18h, la journée théorique pouvait être de 10 h 30. Elle devait donc être légèrement plus longue, puisqu’on travaille à la bougie. Les ouvriers seraient alors présents sur le chantier aussi longtemps en été qu’en hiver. Mais il est douteux de tirer de telles conclusions sur une seule information. D’autant qu’une autre note de 148096 explique que les jours travaillés en hiver sont nettement plus courts que ceux d’été, ce qui justifie une retenue sur salaire : « De même, les mois ci-dessus a travaillé Jaume Sala, apprenti. J’ai déduit une journée toute les six car les jours sont courts en hiver »97. La journée de travail en hiver est donc un sixième plus courte que celle d’été.

21Si l’emploi du temps quotidien nous échappe, les rythmes de travail à la semaine, au mois ou à l’année nous sont beaucoup plus familiers. La semaine théorique commence le lundi, jour d’embauche, et se termine le samedi, jour de paie. Le samedi est, toujours en théorie, à demi chômé, c’est-à-dire que les semaines de travail seraient de cinq jours et demi. Or, si nous nous rapportons au nombre moyen de jours travaillés par semaine sur le chantier de la seu, nous nous apercevons que la semaine se termine souvent plus tard que le samedi midi. Pour ne citer que quelques exemples, en 1402, 22,58 % des semaines ont une moyenne de jours travaillés supérieure ou égale à 5 jours et demi. Ce pourcentage monte à 33 % en 1404, 36,53 % en 1405, et se stabilise vers 35,25 % en 1416. La semaine de travail la plus courante sur le siècle oscille entre 4 et 5 jours. Si nous appliquons cette moyenne de 5 jours à l’exemple de 1405, nous arrivons à un total de 260 jours travaillés par an, auxquels il faut ajouter 19 semaines à 5 jours trois quarts en moyenne, c’est-à-dire 14 journées un quart, soit un total moyen de 274 jours de travail par an environ. Les statistiques confirment donc les estimations du nombre de jours fériés qui pouvaient varier entre 90 et 115 jours, dimanches compris. Si l’on considère le nombre moyen de jours travaillés par ouvriers par semaine sur le siècle, il est intéressant de remarquer qu’il est relativement stable :

Nombre moyen de jours travaillés par ouvrier par semaine

Nombre moyen de jours travaillés par ouvrier par semaine
  • 98 Cf. infra, « les ouvriers sur le chantier ».
  • 99 Ouvriers qualifiés : 1480 jours de travail pour 329 semaines travaillées au total, manœuvres : 122  (...)

22En effet, il est majoritairement supérieur à quatre jours par semaine, et ce, quelle que soit la phase de travaux engagée. Pour conforter cette idée, nous avons superposé sur le graphique ci-dessus le nombre moyen de jours travaillés par ouvriers par semaine, et celui des ouvriers présents par semaine. Le nombre d’ouvriers travaillant sur le chantier suit des variations liées aux exigences du chantier : construction de la nef unique, pose des deux clefs de voûte, mise en place de la toiture et de la couverture, etc.98 En revanche, quelque soit le nombre d’ouvriers employés, la semaine de travail est relativement identique. On peut donc en conclure que le procurateur, lorsqu’un afflux de travail se présente sur le chantier, préfère embaucher de la main d’œuvre, même pour quelques semaines, plutôt que de faire travailler davantage les hommes déjà en poste. En employant des bras nouveaux, le procurateur multiplie d’autant les postes de travail possibles et diversifie la répartition des tâches. Cependant, si l’on compare ces données à celles de la fin du siècle, on note que l’embauche se fait alors rarement pour une ou deux journées de travail. Le procurateur estime donc le nombre d’ouvriers à embaucher en se fondant sur une semaine de 4 jours en moyenne. Ainsi, au sortir de la guerre, les ouvriers sont peu nombreux, mais travaillent à temps complet. Le rôle du procurateur, en accord avec le maître d’œuvre, selon toute vraisemblance, est de veiller à cette harmonie entre le nombre de jours de travail potentiels et le nombre d’ouvriers devant partager ce travail. Enfin, si nous prenons pour exemple l’année 1459-1460, les maîtres et ouvriers qualifiés semblent être ceux qui travaillent le plus par semaine. Sur l’année, les maîtres ont une moyenne hebdomadaire de jours travaillés de 4.49 alors que celle des manœuvres n’est que de 2.4499. Nous pouvons remarquer au passage que là encore, la semaine moyenne standard minimale semble être, pour les maîtres tout au moins, de quatre jours.

  • 100 P. du Colombier, Les chantiers des cathédrales..., op. cit., p. 45.
  • 101 ACG, Obra de la Seu, n° 37, 24 juin 1438, fol. 15 v. : « Solvi per adobar lo poal de coura del ajup (...)
  • 102 D. Knoop, J. P. Jones, The medieval mason, op. cit., passim.

23À la lecture de ces chiffres hebdomadaires, il n’apparaît pas de structure mensuelle, saisonnière ou annuelle. Pourtant, un rythme de travail à plus grande échelle devrait se dessiner. Beaucoup de chantiers s’immobilisent durant l’hiver. Les travaux de maçonnerie, à cause du froid, sont impossibles100. Pour éviter que les blocs ne soient endommagés par le gel ou les intempéries, les ouvriers les recouvrent le paille ou de fumier en attendant les beaux jours, et se replient dans la loge où ils travaillent à l’abri. Ils préparent les blocs et les moles pour le printemps, dans une loge relativement confortable : « J’ai payé pour faire réparer le poële de cuivre de l’abri où ils [les tailleurs de pierre] taillent »101. On doit pouvoir distinguer au moins deux saisons de travail : une haute saison, où les rythmes de travail sont plus soutenus, et une basse saison, où le chantier tournerait au ralenti. En Angleterre, on peut même isoler une troisième saison, intermédiaire : la haute saison va de Pâques jusqu’au 29 septembre, Saint Michel, la basse saison du 11 novembre au 2 février, et le printemps et l’automne formant une troisième saison transitoire102. En prenant en considération uniquement les années pour lesquelles les comptes sont complets, il a été possible de cerner une tendance, dans le rythme de travail saisonnier. Malgré la multitude des données, des rythmes sur l’année se dessinent en effet. Le mois de février semble être un creux dans l’année, où l’activité est très réduite. Avec les débuts du printemps, le rythme de travail augmente, et ce dès mars. Avril marque sensiblement un recul du nombre des journées de travail, peut-être dû à une prolifération des jours de fêtes (Semaine Sainte). Le mois de mai est généralement accompagné d’une augmentation significative du nombre de jours travaillés. Celui-ci augmente dans 16 cas sur 23. C’est la sortie définitive de l’hiver, les jours sont longs, et les travaux des champs ne monopolisent pas encore la main d’œuvre non qualifiée. Paradoxalement, les mois de juin, juillet, août et septembre n’offrent pas de hausse spectaculaire du nombre de jours travaillés. Juin présenterait même une certaine tendance à la stagnation après le fort mois de mai. L’été est relativement stable, avec peut-être une accélération du rythme en août. Septembre maintient ce cap, avant le mois d’octobre qui marque une dernière progression du nombre de jours travaillés, peut-être en prévision de l’hiver, ou du fait de la libération de la main d’œuvre non qualifiée après les vendanges. Décembre est traditionnellement le mois le moins travaillé de l’année, autant à cause des conditions climatiques que des fêtes religieuses. En définitive, le rythme saisonnier s’articulerait autour de deux axes : les hausses du nombre de jours travaillés de mai et d’octobre. Entre les deux, une saison au rythme soutenu, mais régulier incluant les mois de juin, juillet, août et septembre. Passé octobre, l’hiver immobilise quelque peu le chantier, qui reprendra de la vigueur à partir de mars. Pour affiner un peu cette analyse, il faut s’intéresser plus particulièrement aux rythmes saisonniers de certaines années, pour voir si les tendances sur le siècle peuvent être retrouvées. Nous avons choisi de nous intéresser aux années 1410 - où le chantier est relativement calme, mais conserve une certaine activité -, 1430-1431 - pleine effervescence de la construction de la grande nef -, et 1459-1460 - présentant une certaine accalmie avant la guerre civile.

241410 est remarquable par la stabilité de son rythme de travail. Aucune saison ne se démarque réellement des autres. La période janvier-mars est cependant légèrement plus active que le reste de l’année, et juillet-août accuse une légère baisse du nombre de jours travaillés. On retrouve donc ici un trait déjà rencontré sur le siècle : un affaissement léger durant l’été des rythmes de travail. Il peut être dû au manque de main d’œuvre occasionnel et/ou aux fortes chaleurs qui rendent pénible et moins rentable le travail de l’été. Dans le cas de 1430-1431, une haute et une basse saison se dessinent beaucoup plus nettement, et il est même possible de retrouver une saison intermédiaire comme en Angleterre. Le chantier bat son plein entre juillet et novembre, avec cependant un ralentissement en septembre. À la fin novembre, la basse saison commence et dure jusqu’en février. Le printemps semble être le signe du réveil du chantier, avec une montée en puissance jusqu’en avril-mai. On trouve donc pour cette année-là un rythme saisonnier, qui ne partage pas cependant les mêmes caractéristiques que celles rencontrées pour le siècle. Enfin, 1459-1460 offre également une structure saisonnière marquée. Deux saisons sont nettement tranchées : une époque de travail intense entre mi-juin et septembre, avec un fléchissement en août, et une saison d’hiver au ralenti entre octobre et mars. À partir de là, le chantier redémarre calmement. Une haute saison plus courte qu’en 1430 donc, et un hiver plus long, mais il est possible de retrouver un printemps annonciateur d’activité. Il est possible de synthétiser les données ainsi :

Rythme annuel de travail

Rythme annuel de travail

25Un rythme saisonnier est visible dans les trois cas, même si pour 1410, il est moins marqué. Il semble apparaître toujours en trois temps : une haute saison, une basse saison, et une saison transitoire entre les deux. Si ce schéma fait écho aux observations faites sur le siècle, il est cependant impossible de déterminer de façon catégorique les mois composants ces saisons. En effet, la haute saison de 1430 se situe en fin d’été-automne-début d’hiver, celle de 1459 en été, et celle de 1410 en milieu d’hiver. Les rythmes saisonniers existent donc, mais comment expliquer leurs déplacements dans l’année. Il suffit peut-être de les mettre en relation avec les travaux effectués. Dans le cas de 1410, il s’agit de travaux d’entretien, qui ne demandent que peu de maçonnerie. Il y a donc peu de travail soumis aux conditions climatiques. Dans le cas de 1430, la fabrique reprend son souffle, autant d’un point de vue économique que technique. Il n’y a plus de grands travaux de maçonnerie, impossibles à faire l’hiver. Les hommes couvrent les deux travées déjà en place, le travail peut donc se faire à l’abri de la grande nef, d’autant qu’il s’agit de la destruction de l’ancienne église et de la préparation de la fermeture de la nouvelle. Ces travaux peuvent parfaitement se faire en hiver, quelles que soient les conditions météorologiques. Enfin, en 1459-1460, il semble que la fabrique ait adopté un schéma plus classique de rythme saisonnier : les conditions climatiques favorables sont exploitées (été, printemps), alors que les premiers froids donnent le signe d’un repli dans la loge, et d’une phase de ralentissement des travaux. En conclusion, il est possible d’affirmer que le chantier de la cathédrale suit en effet des rythmes saisonniers. L’offre d’embauche et la masse de travail fournie par les hommes n’est pas régulière au long de l’année. Mais ces saisons de travail ne suivent pas strictement les saisons climatiques. Elles obéissent en plus à des obligations techniques et répondent à une organisation du chantier selon les phases de construction.

26Nous avons donc vu que le chantier a un souffle, un rythme adapté à ses besoins et à ses aspirations. Les hommes doivent fournir un travail plus ou moins soutenu selon les semaines et les mois qui passent, et le procurateur doit adapter ses besoins en main d’œuvre à la marche du chantier. Le nombre d’hommes travaillant pour la fabrique fluctue donc. Dans un dernier point, nous nous sommes donc intéressés aux présences et aux absences de ces hommes. Quels sont ceux qui ont une certaine stabilité dans l’emploi ? Quels sont ceux qui, au contraire, travaillent dans une certaine forme de précarité : ? Nous nous sommes donc interrogés sur la répartition de l’emploi sur le chantier de la seu. Pour cela, nous avons repris les trois années de référence déjà utilisées précédemment : 1410, 1430-31 et 1459-60.

Tableau 12 : Présence des ouvriers sur le chantier en fonction de leur qualification.

27Il a été ainsi possible de définir le nombre de semaine de présence des ouvriers qualifiés et celui des ouvriers non qualifiés. Il saute immédiatement aux yeux que la précarité de l’emploi touche principalement les ouvriers non qualifiés. Plus de 50 % d’entre eux ne travaillent qu’une semaine sur le chantier en 1459, et plus de 30 en 1430. Leur présence n’excède pas 20 semaines par an en 1459, et 30 semaines en 1430. 66 % des manœuvres en 1430 ne travaillent pas plus de 5 semaines sur le chantier. Ce chiffre frôle les 80 % dans l’exemple de 1459. Seule exception : le cas de 1410, pour lequel il faut préciser qu’il ne s’agit que d’une seule personne, un manœuvre du nom d’Antoni Escuder, présent durant 48 semaines. Étant le seul représentant de sa catégorie, il est difficile d’en tirer des conclusions satisaisantes. En revanche, les ouvriers qualifiés, incluant les maîtres tailleurs de pierre, les charpentiers et les ouvriers spécialisés, comme les charretiers, sont présents jusqu’à 52 semaines par an. Ils ne sont pas embauchés pour moins de deux semaines, sauf moins de 4 % d’entre eux en 1430. Le maître d’œuvre est logiquement le plus présent : 52 semaines sur le chantier en 1410 et 1459, et 42 en 1430. Il s’entoure toujours d’une équipe qui assure une permanence technique et d’encadrement. Elle concerne environs 16,5 % des ouvriers qualifiés. La majorité des autres maîtres reste en poste de 3 à 15 semaines par an.

Graphique 5 : Répartition de la présence des ouvriers sur le chantier 1459-1460

  • 103 Cité par G. Lefranc, Histoire du travail..., op. cit., p. 133.

28Il ressort donc que le procurateur adapte parfaitement la demande en main d’œuvre du maître majeur. Pour cela, il a deux solutions. Il peut faire fluctuer le temps de travail. Cette mesure ne touche que rarement le nombre d’heures effectuées par jour, mais plus le nombre de jours travaillés par semaine. Il prend garde cependant à n’embaucher un homme que s’il peut lui garantir en moyenne quatre jours de travail. Seconde solution qui s’offre à lui : il peut embaucher un surplus de main d’œuvre pour une durée limitée. Ce sont alors les ouvriers les moins qualifiés qui absorberont l’excès de travail, avant d’être remerciés. La fabrique doit donc gérer la demande en main d’œuvre en modulant les emplois du temps et les rythmes de travail. La tâche n’est pas aisée, d’autant que certains remettent en doute la conscience professionnelle des ouvriers103 :« Lorsqu’ils travaillent à la journée, ils ne devraient pas rester volontairement désœuvrés pour multiplier d’autant le nombre de leurs journées. Et toi, si tu travailles à la pièce, ton devoir te dicte de ne pas expédier la tâche trop vite afin d’en être débarrassé plus tôt, si bien que la maison s’effondrera avant qu’un an ou deux se soient écoulés. » Ce prédicateur de Ratisbonne, Berchtold, ne se fait guère d’illusions sur les motivations au travail des bâtisseurs. Il met le doigt sur un problème qui est intimement lié aux rythmes de travail : celui des conditions de ce travail.

29Deux points particuliers permettent d’aborder les conditions de travail sur les chantiers au Moyen Âge : d’abord les accidents du travail et leurs conséquences, ensuite, les revendications et grèves que les ouvriers peuvent être amenés à faire pour améliorer leurs conditions.

3. Accidents, revendications et conditions de travail

  • 104 Jean Pierre Leguay, «Accidents du travail et maladies professionnelles au Moyen Âge», L’information (...)
  • 105 V. Mortet, P. Deschamps, Recueil de textes relatifs à l’histoire de l’architecture..., op. cit., p. (...)
  • 106 ACG, Obra de la Seu, n° 36, 9 août 1434, fol. 16 r. : « Solvi an Anthoni Ribers qui puja alt a la v (...)
  • 107 E. C. Girbal, « Consideraciones artisticas sobre nuestra catedral », RDG, XII, mai 1887, n° V, p. 1 (...)
  • 108 J. P. Leguay, « Accidents du travail... », op. cit., p. 223 sq.
  • 109 Marcel Durliat, « Les chantiers de construction des églises romanes », Les cahiers de Saint-Michel (...)

30La vie du chantier est émaillée de fréquents incidents. Les accidents du travail, à cause de la précarité des outils et des structures de levage, devaient être courants. Ces risques, liés à des situations économiques difficiles, poussaient les ouvriers à revendiquer auprès de leurs employeurs pour améliorer leurs conditions de travail. Les lacunes des sources comptables ont déjà largement été soulignées. La part de l’humain et du quotidien y est pratiquement effacée. Il est donc difficile de trouver des traces des accidents et maladies du travail, même si ceux-ci ont été forcément nombreux104. Les vies de Saints et les récits de miracles foisonnent par contre d’histoires de maîtres tombés d’un échafaudage ou d’une voûte, et sauvés miraculeusement par la Vierge Marie ou les prières assidues d’un abbé. C’est ainsi qu’en 1163, le prieur de Grandmont rendit la vie à Gerald, le tailleur de pierre105. Une fois cette histoire débarrassée de la rhétorique, on voit que la chute est le risque majeur encourru par les ouvriers du bâtiment. Ils travaillent sur les hauteurs des édifices, prenant appui sur des murs ou des toitures en construction. Les échafaudages sont instables, liés par des cordes, les hommes marchant sur des paillasses soumises aux intempéries. Sur le chantier de la seu, une annotation du procurateur nous laisse entrevoir les difficultés que le maître d’œuvre peut avoir pour forcer un homme à se hisser au sommet des édifices106 :« J’ai payé à Antoni Ribers qui est monté en haut de la voûte pour la nettoyer et la préparer pour sainte Marie d’août, pour son compte, car aucun des tailleurs de pierre ne voulait monter, pour deux jours à raison de 5 sous 6 par jour... 11 sous ». Le refus des autres ouvriers de monter est d’autant plus compréhensible qu’en 1434, la nef unique est presque achevée, et que se hisser au sommet de la voûte signifie se trouver à 22 m. 25 du sol107. Les risques d’accidents du travail sont nombreux. En effet, les causes ne manquent pas sur un chantier108. La fatigue physique, due à un rythme de travail effréné et à l’utilisation d’outils sommaires demandant une débauche d’énergie, s’accumule au long de la journée et provoque une baisse de l’attention. De plus, nous avons vu que les structures d’échafaudages offrent une protection illusoire face au vide. Les erreurs de calculs des maîtres, la méconnaissance de la nature des sols ou des lois de la physique, la mauvaise qualité des matériaux employés peuvent provoquer des catastrophes. La densité de l’habitat rend chaque intervention périlleuse, les murs des maisons adjacentes menaçant de s’écrouler. De plus, la construction des ponts, comme celui de Sant Jaume, ou des murailles, liée à de mauvaises conditions météorologiques, soulève de nombreux problèmes d’infiltrations. Les ouvriers risquent alors à chaque instant la noyade ou l’enlisement. D’autres dangers sont intimement liés à la pratique d’un métier. Le carrier manie des pierres lourdes, avec des outils tranchants, le chaufournier risque la brûlure avec la chaux vive, le charretier doit manier des blocs pesant tout en maîtrisant ses bêtes. Un tragique exemple nous en est donné dans le Livre des miracles e Sainte Foy de Conques109: :

  • 110 Traduction A. Bouillet, L. Servieres, Sainte Foy vierge et martyre, Rodez, 1900, p. 586.

« Un moine du nom de Salluste se rendit, sur ordre du père du monastère, avec vingt-six paires de bœufs, à la montagne où les tailleurs de pierres préparaient les matériaux (...) et attela les bœufs à un immense fardier chargé de pierres (...). Or le char, ainsi pesamment chargé, en descendant la déclivité de la montagne, traversa une sorte de taillis récemment coupé, mais encore hérissé de troncs aigus. Dans ce dangereux passage, les troncs, s’introduisant à travers les rayons des roues, empêchent celles-ci de tourner et arrêtent les bœufs et les hommes. Tous ceus qui accompagnaient le convoi réunissent aussitôt leur industrie et leurs efforts (...). L’un d’eux, Hugues, qui dirige ce travail, se place au milieu, armé d’un fort épieu, en guise de levier, et fait de grands efforts pour dégager la roue (...). Mais tout à coup, le pied lui manque et il tombe sous le lourd véhicule qui lui écrase les jambes (...)»110.

  • 111 Par exemple, le manœuvre Antoni Escuder disparaît pendant 4 semaines des comptes du chantier de la (...)
  • 112 ACG, Obra de la Seu, n° 31, fol. 51 r. : « erat infirmus e non poterat operari ad jornale et per mu (...)
  • 113 ACG, Obra de la Seu, n° 31, fol. 287 r. : « Solvi Servia pro V diebus a raho de II s. VI quod fuit (...)
  • 114 ACG, Obra de la Seu, n° 25, s/f.

31Mais les comptes ne nous fournissent pas de détails sur le destin des accidentés. Les absences de plusieurs semaines111 de certains ouvriers cachent-elles un travail temporaire ou une blessure ? Quant aux cas les plus graves, l’infirmité conduit immanquablement à la marginalisation et à la pauvreté, même si nous avons vu que les confréries et les Métiers leur apportent un secours. Il apparaît cependant que les malades peuvent continuer un semblant d’activité qui leur permet de gagner leur vie. Ainsi, par exemple, en février 1419 à la cathédrale, Pere Girones, tailleur de pierre, est payé 28 sous 6 deniers pour 38 palms de pierres d’angle car « : [il] était malade et ne pouvait pas travailler à la journée et pour longtemps il a taillé des pierres à la pièce : »112. Les règles semblent sans appel : si le travail n’est pas fait, pour cause de maladie ou non, le salaire est diminué. L’ouvrier doit donc venir travailler coûte que coûte, mais si son état de santé ne lui permet pas d’être très actif, il touche un salaire moindre. C’est le cas de Berenguer Cervia en 1422 : « J’ai payé à Servia pour 5 jours à raison de 2 s. 6 car il était malade et je ne lui ai donné que 2 s. 6 par jour, car il ne faisait pas autant de travail »113. En cas de maladie prolongée, il est donc du ressort de la confrérie de venir en aide à l’ouvrier, et non de celui de la fabrique. Pere de Olivera, procurateur de la fabrique de la cathédrale en 1408, note ainsi dans la marge de ses comptes que « : Mercon n’a rien fait ce mois car il était malade»114.

  • 115 B. Geremek, Le salariat..., op. cit., p. 108.
  • 116 Cité par G. Lefranc, Histoire du travail..., op. cit., p. 134.
  • 117 Voir l’étude faite sur cette révolte des ouvriers de la laine par S. A. Epstein, Wage, labor and gu (...)
  • 118 Citée par P. du Colombier, Les chantiers des cathédrales, op. cit., p. 41-42.
  • 119 ACG, Obra de la Seu, n° 31, fol. 257 v.

32L’accident, la maladie font donc partie du quotidien des ouvriers, même si ce phénomène n’apparaît qu’en filigrane dans les comptes. Ces risques peuvent cependant être le moteur, avec un mécontentement sur les salaires ou les conditions de traitement de certains des ouvriers, de revendications et de pression de la part des maîtres. L’arrêt de travail est un moyen souvent employé par les ouvriers pour réclamer de meilleures conditions de travail115. Jusqu’à la fin du XIIIe siècle à Paris, les maîtres s’allient pour faire pression sur les consommateurs et dicter leur loi sur le marché. Ces alliances d’ouvriers sont un moyen efficace de dialoguer avec l’employeur, en brandissant la menace d’un refus de travail. Les raisons de ces grèves primitives sont nombreuses : le temps de travail, les salaires, une plus grande égalité sur le chantier. Car si les alliances se font entre ouvriers contre l’employeur, elles peuvent également se faire par solidarité avec un corps de métier ou une catégorie socioprofessionnelle. La pression ne se fait plus alors contre l’employeur, mais contre une autre catégorie d’ouvriers, qui jouit de privilèges ou qui casse les prix du marché. L’employeur est alors pris comme arbitre. Dans les Flandres, ces alliances se nomment Takehan. Elles sont définies ainsi par le livre des Coutumes de Beauvaisis116 :« Alliance qui est faite contre le commun profit ; quand les ouvriers promettent ou assurent ou conviennent qu’ils ne travailleront plus à si bas prix que devant, mais augmentent leur salaire de leur propre autorité, s’accordent pour ne pas travailler à moins et décident entre eux peines ou menaces contre les compagnons qui ne tiendront pas leur parti. ». Le monde du bâtiment ne connaît pas de grandes révoltes comme celle des Ciompi à Florence en 1378117. Cependant, c’est un univers fermé où les prix et salaires sont fixés et où il n’est pas bien vu de remettre en cause le marché. Ceci valut bien des malheurs à Renaud de Montauban sur le chantier de Cologne, relatés dans la chanson de geste des Quatre Fils Aymon118. Pour expier ses fautes, Renaud s’engage sur le chantier du moutier Saint Pierre de Cologne. Peu expert, il ne touche que ce qu’il mérite. Mais doté d’une force hors du commun, il porte les pierres et le mortier avec une facilité qui impressionne tout le monde. À l’heure de la paie, quand les ouvrier les mieux payés touchent 3 deniers, le maître propose à Renaud de le payer au prix que lui-même fixera, tant il a bien travaillé. L’ouvrier n’accepte cependant qu’un seul denier pour acheter son pain. Après une semaine de travail à ce prix, les compagnons s’inquiètent de cet ouvrier qui casse les rythmes et les prix. Dès que les maîtres ont le dos tournés, ils assomment Renaud de Montauband, le mettent dans un sac et le jettent au Rhin. Miraculeusement, les poissons garderont le corps à fleur d’eau, et le crime sera découvert. Cette histoire met en lumière le fait que les alliances sont rapidement constituées, pour conserver surtout les acquis, face autant à l’employeur qu’à un autre corps d’ouvriers. Encore une fois, ces revendications et pressions ne ressortent que très peu dans les sources. Comme les Métiers ont pouvoir d’exercer une justice interne, se peut-il que ces réclamations soient de leur ressort, et que ce soient eux qui mènent les pourparlers avec les fabriques ? Cependant, certaines allusions à des pressions peuvent être trouvées dans les comptes pour qui sait lire entre les lignes. Par exemple, lors de la construction de la nef unique dans les années 1420, beaucoup d’ouvriers travaillent à la tâche et non à la journée. Il est en effet plus rentable pour la fabrique de la seu de Gérone de payer les tailleurs à la pierre réalisée, vu le stock qu’elle doit constituer. Néanmoins, ce système maintient les ouvriers concernés dans une précarité, et les obligent à fournir un travail plus soutenu que les employés à la journée. Y-a-t-il eu pression ou pas, quoiqu’il en soit en novembre 1421, on trouve l’annotation suivante119: :

«Pour que la voûte soit achevée, il faut convenir que les suivants travailleraient à la journée et gagneraient ce qui suit.

J’ai payé à

Johani Casal

III sous.

 

Jachme Riart

III sous.

 

Pere Riera minori

III sous.

 

Andree Arenys

III sous.

 

Barthomeu Sans

III sous.»

33L’utilisation du verbe « : deliberare » implique une décision en commun, une tractation. Ces ouvriers ont-il menacé de faire la « grève des pierres » ?

  • 120 ACG, Obra de la Seu, n° 40, fol. 55 v.

34Une autre allusion beaucoup plus directe est faite en 1448. La menace semble être le moteur pour un avancement professionnel, surtout quand on est bon ouvrier. Miquel Pasqual voit ainsi son salaire augmenter du tiers grâce à l’appui du maître face à la fabrique et grâce également à la menace de son départ : « Celui-ci a eu son salaire augmenté car le maître a dit qu’il le méritait et qu’il voulait s’en aller »120. Il semble en tout cas avoir appris à exiger toujours plus, puisqu’il est le seul en septembre 1450 à voir son salaire augmenter encore une fois. Il sera passé de 2 sous 6 à 3 sous 6 en moins de 2 ans, soit une augmentation de 40 %.

35Les ouvriers ont donc des conditions de travail difficiles. Les risques existent et les salaires et horaires ne correspondent pas aux attentes des employés. Néanmoins, des solutions pour améliorer ces conditions peuvent être trouvées. Dans le cas des accidents du travail, il est possible d’adapter par exemple la tenue des ouvriers : l’emploi des tabliers de cuir et des gants épais se généralise, et les temps de repos durant la journée se doivent d’être respectés. Pour voir évoluer les salaires et les conditions d’embauche, les ouvriers ont recours à la menace du refus de travail qui semble, même si les documents dans le cas de Gérone sont rares, assez efficaces.

4. Le régime salarial

  • 121 P. Bonnassie, El trabajo en Barcelona..., op. cit., p. 113. B. Geremek, Le salariat..., op. cit., p (...)

36Dernier aspect, mais non des moindres, qu’il faut aborder dans le cadre de l’étude de la main d’œuvre sur le chantier : les salaires. Le monde de la construction offre des sources assez complètes à ce sujet. Les actes notariés, contrats ou commandes, ne peuvent guère nous aider, car les sommes évoquées ne concernent que les maîtres, qui doivent de plus, nous l’avons vu, prendre souvent à leur charge l’achat des matériaux et la rémunération des autres ouvriers121. Cependant les livres de comptes, autant à la fabrique de la cathédrale que sur les chantiers laïcs, nous permettent un suivi très complet sur presque tout le siècle. Il est donc possible dans un premier temps de dresser une typologie des salaires, puis d’en voir l’évolution durant le XVe siècle.

Typologie des salaires

  • 122 M. Baulant, « Le salaire des ouvriers du bâtiment à Paris de 1400 à 1726 : », Annales ESC, XXI, 197 (...)

37Une étude des salaires des métiers du bâtiment se heurte rapidement à une diversité extrême des rémunérations122. On peut néanmoins distinguer deux grandes catégories de salaires : le salaire à la journée et le salaire à la tâche.

  • 123 A. Salamagne, Construire au Moyen Âge. Les chantiers de fortification de Douai, Villeneuve d’Ascq, (...)
  • 124 B. Geremek, Le salariat..., op. cit., p. 87.
  • 125 ACG, Obra de la Seu, n° 51, fol. 99 r. sq.
  • 126 ACG, Obra de la Seu, n° 44, passim.
  • 127 G. Fagniez, L’industrie à Paris..., op. cit., p. 88.
  • 128 ACG, Obra de la Seu, n° 50, fol. 90 r.
  • 129 AHMG, Comptes del clavari, I.3.3.1.2, llig. 4, fol. 86 r.
  • 130 B. Geremek, Le salariat..., op. cit., p. 93.
  • 131 J. M. Doñate Sebastia, « Salarios y precios durante la segunda mitad del siglo XIV », VIII Congreso (...)
  • 132 ACG, Obra de la Seu, n° 31, septembre 1421.
  • 133 Il était payé auparavant 4 s. 6 d.
  • 134 P. du Colombier, Les chantiers des cathédrales..., op. cit., p. 56.

38Le mode de rémunération le plus répandu est le salaire à la journée. Le sous-multiple souvent utilisé est la demie journée123. Les ouvriers reçoivent leur paie le samedi pour le travail de la semaine écoulée. Les paiements quotidiens sont rares124. On les trouve surtout lors de travaux très ponctuels, comme par exemple à la cathédrale en septembre 1498, où trois hommes, Mateu Roffi, Esteve et Barthomeu Roffi travaillent sur la toiture125. Ils reçoivent une paye quotidienne entre le 4 et le 14 septembre. Mais le cas est exceptionnel, et les payes, même pour une journée, sont données le samedi. Notons cependant qu’en 1460 sur le chantier de la seu, le procurateur a choisi de payer les hommes le lundi126. Le salaire convenu entre le maître, le procurateur et l’ouvrier le jour de l’embauche, généralement le lundi, doit rester le même jusqu’à la fin de la semaine127. Il arrive que pour des raisons de simplification d’écriture, les procurateurs regroupent les journées et payent tous les 10 ou 15 jours. C’est surtout le cas dans les périodes de faible activité, comme en hiver ou à la fin du siècle sur le chantier de la cathédrale, où les ouvriers sont surtout chargés d’entretenir l’ouvrage. C’est par exemple le cas en octobre 1491 à la seu128 :« J’ai payé à Anthoni Amat pour XI jours à raison de III sousVI deniers I lb. 18 s. 6 d. ». L’unité est donc la journée. Ne sont comptées que les journées ou demi-journées entièrement effectuées. Sinon, le salaire est réduit. Ainsi, sur le chantier du mur de Sant Pere et Sant Feliu, un charretier se voit retirer 1 sou de son salaire pour cause de pluie129. Le salaire est donc versé pour un travail effectif, même si l’ouvrier n’est pas responsable du retard ou de l’arrêt dans son travail130. Il faut cependant noter que certains chantiers paient l’ouvrier à partir du moment où celui-ci quitte son domicile131. Le cas ne se présente qu’une seule fois à Gérone, sur le chantier de la cathédrale, en 1421132 :« J’ai payé à Francesc Arenys pour VI jours à raison de V s.133 par jour car il venait de Torroella et était bon appareilleur ». Cet exemple nous montre de plus que l’unité de compte « journée » est soumise à de nombreuses variations. Francesc Arenys est payé plus cher car il vient de loin et il est bon appareilleur. De nombreux critères sont pris en compte pour estimer le travail d’un ouvrier, ce qui explique que certains métiers puissent avoir différentes échelles de salaires. C’est le cas sur le chantier de Caernavon en 1304, où pour 53 maçons, il y avait 17 échelles de salaires134.

  • 135 ACG, Obra de la Seu, n° 23, 24, 25, 26.
  • 136 J. Domenge I Mesquida, L’obra de la seu..., op. cit., p. 235.
  • 137 ACG, Obra de la Seu, n° 37.
  • 138 D. Menjot, « La main d’œuvre des travaux publics en Castille méridionale au bas Moyen Âge : l’exemp (...)

39Une première variation de ce type de rémunération semble se faire sur le chantier en fonction de l’activité exercée par les membres d’un même métier ou d’un même groupe socioprofessionnel. Si nous prenons l’exemple de Pere Riera, tailleur de pierre présent sur le chantier de la seu entre 1402 et 1412135, nous pouvons constater qu’il touche quatre types de salaires. Lorsqu’il travaille sur le chantier, et a donc une activité « normale », il touche 3 sous 4 deniers. À la loge, son salaire n’est que de 3 sous. Quand il travaille à la carrière, son salaire augmente à 3 sous 6 deniers, sauf s’il y va pour trencar, casser, où il ne touche que les 3 sous 4 deniers qu’il recevrait sur le chantier. Le travail à la loge est vraisemblablement moins physique que celui exigé à la carrière, d’où une baisse du salaire de 16,6 %. En revanche, le travail de carrier, plus dur, offre un salaire plus avantageux, et cet ouvrier peut empocher un bénéfice d’1/6e de son salaire. Le travail à la carrière est peut-être également mieux rétribué, car l’ouvrier doit s’y déplacer. C’est le cas à Palma de Majorque où la carrière était si éloignée du chantier que les maîtres y couchaient, et par conséquent touchaient une prime136. Ces différents salaires appliqués aux différentes activités du chantier, selon sans doute un barème défini entre le maître d’œuvre et le procurateur, expliquent la grande dispersion des rémunérations lors de certaines périodes. En novembre 1437137, les manœuvres peuvent être payés selon 5 rangs de salaires : 3 sous 4 deniers, 3 sous 2 deniers, 2 sous 6 deniers, 2 sous 4 deniers et 2 sous. La différence entre ces deux extrêmes est de 60 %. L’activité exercée au sein du chantier n’est pas le seul critère pris en compte pour rémunérer un ouvrier. Sa force physique et son âge sont aussi pris en considération, même si l’un et l’autre sont très intimement liés. C’est la raison pour laquelle, Guillem Bofill, maître majeur de la seu entre 1404 et 1421 ne touche que 3 sous, puis 2 sous, malgré son rang et sa charge. En effet, il a commencé à travailler sur le chantier de la cathédrale en 1369. Si l’on admet qu’il avait à cette époque 15 ans, en 1419, quand il devient maître d’œuvre il en a 50, et lorsqu’il quitte définitivement le chantier, 67. Son rôle devait donc se limiter au conseil et à la surveillance. Ne pouvant plus travailler, il n’était plus payé. On louait donc sa force physique, le travail que l’on pouvait faire plus que sa propre personne138.

  • 139 AHMG, comptes del clavari, I.1.3.3.2, llig. 4.

40Il faut mettre à part les charretiers, qui, lorsqu’ils sont rémunérés à la journée, peuvent recevoir des salaires variables en fonction des moyens qu’ils utilisent pour transporter les matériaux. Il est possible d’en faire une typologie en prenant l’exemple du chantier du Mercadal en 1412139.

Transport

Salaire

Un homme seul en hiver

3 s. 8

Un homme seul en été

4 s.

2 mules en hiver

7 s. 4

2 mules en été

8 s.

Un roncin

3 s. 6

Un âne

3 s.

Tableau 13 : Variations des salaires en fonction des moyens de transport.

41Les prix de location des bêtes se calquent presque parfaitement sur les salaires des hommes. Il est donc clair que dans l’esprit du procurateur, une mule vaut un charretier, jusque dans les variations saisonnières des salaires. Ensuite, les modifications de coût sont dues à la force de traction des animaux employés. C’est un calcul simple de rentabilité.

  • 140 ACG, Obra de la Seu, n° 31.
  • 141 Ibid. fol. 21 r. « Hic fuit conventum cum Arenys qui est bonus operator quod six mensibus anni vide (...)
  • 142 Ibid.
  • 143 ACG, Obra de la Seu, n° 46.
  • 144 ACG, Obra de la Seu, n° 31, fol. 36 v.
  • 145 ACG, Obra de la Seu, n° 31, septembre 1421.
  • 146 5 s. 6 d., alors que les salaires des charpentiers de l’époque oscillent entre 3 s. 8 d. et 5 s.
  • 147 « Solvi Salvatori Geroni per III diebus a raho de V s. VI d. que ales no volia fustejar et era bon (...)

42Des variations apparaissent également selon l’expérience et la qualification professionnelle. Le savoir faire est valorisé. Ainsi, un ouvrier, quelle que soit sa place dans l’échelle hiérarchique du Métier, peut être reconnu pour sa valeur propre. Ainsi, en 1418 sur le chantier de la seu140, Berenguer Brenys « : qui est bon ouvrier » : touche 6 deniers de plus que les autres tailleurs de pierre, tout comme Francesc Arenys, qui, lui, sera augmenté uniquement six mois par an : « De même il fut convenu avec Francesc Arenys qui est bon ouvrier que six mois par an c’est-à-dire avril, mai, juin, juillet, août et septembre [il touchera] chaque jour 4 s. 6 d. comme Berenguer Brenys, les autres 6 mois c’est-à-dire octobre, novembre, décembre, janvier, février et mars 4 s. »141. Parallèlement, cette reconnaissance de l’expérience et du savoir-faire peut se retourner contre l’ouvrier. Ainsi, toujours en 1418, deux hommes ne sont payés qu’un sou, 2 deniers car « : ils n’etaient pas manoeuvres»142. En 1472143, un maître pedrer ne touche que 3 sous 6 deniers comme les autres pedrers non maîtres car « il est jeune ». L’exemple extrême est celui de ces deux hommes qui n’ont travaillé que 3 heures en 1418 car « : il n’était pas bon au travail : »144. Il faut cependant faire trois constatations. D’abord, ces augmentations fondées sur le savoir faire, ou en tout cas repérées comme telles, ne sont pas fréquentes, voire inexistantes par exemple sur les chantiers laïcs. Ensuite, il semble que ce type de bonifications accordées aux plus douées soit le fruit d’une pression de l’ouvrier concerné. Est-il possible en effet que sur la masse des ouvriers employés en 1418 sur le chantier de la seu, un seul soit digne de cette distinction, alors que les autres se morfondent dans la médiocrité ? Il est fort possible que l’ouvrier ait su négocier son avantage. Enfin, pour que le procurateur accorde cette augmentation, il doit y avoir d’autres critères que la simple habilité. Cette constatation part de l’exemple du charpentier Salvador Geroni. Il bénéficie d’une hausse de salaire qui lui permet de toucher en 1421145 une somme rondelette146, car, là encore « : il était bon maître ». Il faut cependant noter que ce n’est pas la seule raison. Il semble qu’il arrive à point nommé pour faire un travail dont personne ne voulait, et qui était très urgent : « J’ai payé à Savador Geroni pour 3 jours à raison de 5 s. 6 d., car les autres ne voulait pas travailler (le bois) et il était bon maître et la voûte était menacée : »147. L’expérience et le savoir-faire comptent, mais il en faut un peu plus pour en faire un atout réel aux yeux du procurateur.

  • 148 Cité par V. Mortet, P. Deschamps, recueil de textes..., op. cit., t. 2, p. 291. « Magistri cementar (...)
  • 149 ACG, Obra de la Seu, n° 31, fol. 23 v.
  • 150 Cf. supra : « Postes de recettes ».
  • 151 P. du Colombier, Les chantiers des cathédrales..., op. cit., p. 56.

43L’échelle hiérarchique influe également sur la rémunération. Cette échelle, fruit de la structure du Métier, se retrouve sur le chantier. À la tête du chantier se trouve le maître d’œuvre. Il semble que celui-ci n’ait pas vraiment une très bonne réputation de travail, comme le dénonce Nicolas de Biard en 1261148 :« Les maîtres des maçons ayant à la main la baguette et les gants disent aux autres : « par ci me le taille » et ne travaillent pas eux-mêmes et cependant ils reçoivent un meilleur salaire, c’est ce que font nombre de prélats modernes ». Leur mode de rémunération diffère légèrement du reste de la main d’œuvre. Mis à part le cas déjà commenté de Guillem Bofill, dont le salaire est réduit du fait de son grand âge, les autres maître d’œuvre touchent en général les salaires les plus confortables du chantier. De plus, ils bénéficient d’une pension, payée à l’année. Antoni Canet, chargé de concevoir la nef unique, touche une salaire record (5 sous 6 deniers) et une pension de 550 sous par an. À la même époque, Bofill ne reçoit que 300 sous. En 1479, Joan Agusti ne perçoit plus que 5 livres. Cette pension peut être payée en espèces, ou avec des avantages en nature. Antoni Canet touchera en plus de son salaire et de sa confortable pension 10 sous « : tous les quatre mois une migera de froment»149. Comme nous l’avons déjà vu, cette pension peut être convertie en fermage de la dîme de Sant Feliu de Boada150. Il était normal, pour attirer ou retenir les maîtres les plus adroits, qu’on leur donne certains avantages. Si nous revenons à la chanson de Renaud de Montauban, citée plus haut151, il est dit que les maîtres, pour les repas et pour dormir se retirent dans leurs « : ostels », laissant ainsi le champ libre pour que les ouvriers mettent à exécution leur coupable dessein. Ces « : ostels » désignent-ils simplement leur maison propre, ou une auberge qui leur serait payée pour la durée du chantier ? Ils touchent en moyenne 11 % de plus que les maîtres tailleurs de pierre, sauf le cas exceptionnel de Canet qui a un salaire un tiers supérieur aux maîtres. Sur les chantiers laïcs, par contre, le maître d’œuvre perçoit généralement le même salaire que les maîtres tailleurs de pierre. Le différence entre eux se fait alors au niveau de la pension que le maître d’œuvre est le seul à recevoir.

  • 152 J. Hamilton, Money, prices and wages in Valencia, Aragon and Navarra, 1351-1500, Cambridge, 1936, p (...)
  • 153 AHMG, Obres publiques i Urbanisme, XIII.4.1, ponts, llig. 1.

44Dans l’échelle hiérarchique du chantier viennent ensuite les maîtres. Ils gagnent de 30 à 60 % de plus qu’un manœuvre. Le maître charpentier est le plus recherché. Il peut recevoir une rémunération supérieure de 21 % à celle d’un maître tailleur de pierre et de 8 % à celle d’un maître maçon152. En 1446, sur le chantier du pont Sant Jaume, les maîtres tailleurs de pierre, charpentiers et le maître d’œuvre perçoivent le même salaire153. En revanche, sur le chantier de la cathédrale, Les maîtres charpentiers sont payés généralement 5 sous contre 4 sous pour les maîtres tailleurs de pierre, soit 20 % de plus, ce qui recoupe les chiffres données par Hamilton pour l’ensemble de la Couronne d’Aragon.

  • 154 ACG, Obra de la Seu, n° 24, 39, 43, 51. Salaires moyens des maîtres tailleurs de pierre : (1404) 3  (...)
  • 155 AHMG, comptes del clavari, I.1.3.3.2, llig. 4.
  • 156 Ch. M. De La Roncière, Prix et salaires à Florence au XIVe siècle, 1280-1380, Paris, 1982, p. 379.

45Les simples tailleurs, non maîtres, connus sous le nom de pedrers forment le corps artisanal de base. L’écart entre les salaires des maîtres et eux va s’amoindrir au long du siècle. En 1404, un maître pouvait percevoir 75 % de plus qu’un simple pedrer, 60 %, en 1447, 33 % en 1457 pour tomber à seulement 17 % en 1497154. Les raisons de ce phénomène peuvent être multiples. Le chantier de la cathédrale perd de son ampleur vers la fin du siècle. Or, plus un chantier est important, moins la main d’œuvre est qualifiée. Le fait est confirmé par les chantiers laïcs de la même période. Ces ouvrages concentrent une population ouvrière beaucoup plus dense, et ce sur une période plus réduite. Ainsi, sur le chantier du mur du Mercadal de 1412155, la différence entre les ouvriers de la pierre les mieux et les moins bien payés est de 14 %, contre 60 % à la même date sur le chantier de la cathédrale. En 1438, sur les mêmes chantiers, on atteint les chiffres de 33 % contre 60 %. On rejoint là les observations faites à Florence : les petits chantiers offrent de meilleures qualifications alors que les grands ouvrages ne requièrent que de moindres compétences156.

  • 157 J. Hamilton, Money..., op. cit., p. 71.

46Enfin, au bas de l’échelle se trouvent les manœuvres. Ils sont spécialisées dans le bâtiment ou non. Le montant de leur salaire prend donc en compte tous les aspects déjà évoqués : l’expérience, la force, l’âge, la condition professionnelle. Les chiffres proposés pour résumer leur condition dans la couronne d’Aragon157 sont révélateurs : les maîtres gagnent en moyenne 17 % de plus que les ouvriers, et 63 % de plus que les manœuvres. Les maîtres charpentiers perçoivent eux 40 % de plus qu’un ouvrier et 83 % de plus qu’un manœuvre. En bref, les salaires moyens d’un maître et d’un ouvrier présente un rapport de 1.30 à 1, d’un maître à un manœuvre de 1.72 à 1, et d’un ouvrier à un manœuvre de 1.33 à 1.

  • 158 ACG, Obra de la Seu, n° 31.
  • 159 ACG, Obra de la Seu, n° 44.
  • 160 ACG, Obra de la Seu, n° 33.
  • 161 P. Bonnassie, El trabajo en Barcelona..., op. cit., p. 118.

47Le salaire des apprentis est très variable et embrasse à lui seul les principales catégories de rémunérations. Ainsi, par exemple, sur le chantier de la cathédrale entre 1418 et 1421158, trois rangs de salaires coexistent pour les apprentis : 4 sous, 3 sous 6 deniers, et 2 sous. Les mieux payés reçoivent donc le même salaire qu’un maître tailleur de pierre moyen, les paies moyennes sont au niveau des simples tailleurs, et enfin les moins bien payés sont au même niveau que les plus humbles des manœuvres. Une grande variété, donc, qui va du salaire le plus haut, celui du maître tailleur de pierre, jusqu’à celui le plus bas, le manœuvre sans qualification. Un peu plus tard dans le siècle, en 1459159, leurs salaires s’aligneront sur les salaires des manœuvres les mieux payés. Il faut également noter le cas d’un apprenti charpentier en 1423160 qui reçoit plus qu’un simple tailleur. Pourquoi cette disparité dans les salaires des apprentis ? L’âge de l’apprenti est évidemment le premier critère. Les plus jeunes sont soumis aux tâches les plus simples donc les moins rémunérées. Ils n’ont pas encore acquis l’expérience suffisante pour un travail réellement rentable. En revanche, l’apprenti qui a déjà quelques années de pratique peut être considéré comme un véritable ouvrier, sachant manier outils et matériaux. Ils ne sont séparés des maîtres que par l’examen. Le procurateur les considère donc comme tels ou presque. Dans le cas du charpentier, la connaissance acquise de l’art de travailler le bois, qui est déjà valorisé pour son maître, rejaillit sur lui et lui permet de bénéficier d’un salaire tout à fait convenable. Il faut cependant remarquer que l’apprenti ne perçoit directement son salaire que rarement. Il est payé à son maître qui choisira de lui remettre une partie ou non161.

  • 162 A. Salamagne, Construire au Moyen Âge..., op. cit., p. 136.
  • 163 G. Fagniez, L’industrie à Paris..., op. cit., p. 89.
  • 164 ACG, Obra de la Seu, n° 31, fol. 32 v.
  • 165 « Solvi Antoni Lop per un maynell que pica a casa a les vesprades XX s. que axi foren extimatz per (...)
  • 166 ACG, Obra de la Seu, n° 43, fol. 176 v.
  • 167 ACG, Obra de la Seu, n° 32, fol. 27 v.

48L’autre mode de rémunération choisi par les procurateurs est la rémunération à la tâche. Il limite les problèmes de gestion, même si la fabrique doit alors veiller à une qualité de travail égale162. En général, les deux formes de salaires coexistent dans les comptes. Lors d’une embauche à la tâche, l’ouvrier vient avec ses outils. Cependant, en cas de travail de longue durée, la fabrique doit prendre en charge les réparations ou l’achat d’outils neufs163. La disparité des contrats à la tâche en complique énormément l’étude. Il faut d’abord s’interroger sur les raisons d’une telle rémunération. Il y a deux catégories de métiers qui en bénéficient : les métiers à traitement mixte (charpentiers, tailleurs de pierre ou charretiers), et les métiers à traitement unique (chaufourniers). Il semble que les fabriques privilégient l’embauche à la tâche pour s’assurer d’un travail de qualité et rapidement réalisé. Lors de la construction de la nef unique, tout comme lors de l’édification des remparts, les fabriques ont dû constituer rapidement un stock de blocs de pierre. Dans les deux cas, elles ont opté pour embaucher une partie de la main d’œuvre à la tâche, pour faire les blocs, et une autre partie à la journée, pour les traiter et les poser sur le chantier. La rentabilité semble guider ce choix, si l’on en croit la note laisser par Guillem Mariner, procurateur de la fabrique de la seu en 1418164 :« J’ai payé à Antoni Llop pour un meneau qu’il taille à la maison les après-midi 20 sous car il a été ainsi estimé par Canet et Boffill qu’il valait mieux qu’ils travaillent chez eux les meneaux du chantier parce qu’ils gaspillaient et cassaient les pics de la fabrique et qu’ainsi la fabrique s’en sortirait mieux : »165. Ce choix de la rentabilité est aussi fait lorsqu’il s’agit de maîtres, et de tâches importantes, mais cependant ponctuelles. C’est le cas en 1456166, lorsque le maître de maison Joan Cervia est embauché pour concevoir la Chapelle de l’évêque : « … pour achever la chapelle du seigneur évêque à prix fixé car il y en aurait eu pour plus à la journée : ». Il est possible de tenter un calcul de rentabilité. En effet, en 1422, sur le chantier de la seu167, Pere Riera est payé pour 40 palmes de pierre taillée. Il a mis trois semaines pour les faire, et il en a coûté 23 sous 4 deniers à la fabrique, à raison de 7 deniers la palme. À cette date, un simple tailleur de pierre touche entre 3 sous et 3 sous 6 deniers. Travaillant en moyenne 5 jours par semaine, il aurait perçu à la journée pour tailler ces 40 palmes entre 45 sous et 52 sous 6 deniers. La fabrique a donc réalisé un gain de 48 à 50 %. Évidemment, rien ne prouve qu’il ait travaillé autant pour tailler ces pierres, et il a très bien pu mettre trois semaines pour les livrer, sans pour autant y travailler toute la journée. Néanmoins, ceci peut nous fournir une estimation des économies faites par les fabriques.

  • 168 ACG, Obra de la Seu, n° 50, fol. 123 r.
  • 169 ACG, Obra de la Seu, n° 29, fol. 34 v.
  • 170 ACG, Obra de la Seu, n° 50.

49Une autre difficulté se pose à nous. Dans certain cas, la matière première n’est pas différenciée de la main d’œuvre. Ainsi, par exemple, le charretier Antoni Marti est payé 2 sous 10 deniers pour 7 somadas de chaux, sans distinction entre le coût de production et les frais de transport168. C’est également le cas des maréchaux-ferrants ou des charpentiers. En 1417, Antoni Canet, maître d’œuvre de la seu, achète à Joan Perore, maréchal-ferrant, deux anneaux de fer pour une somme totale de 2 sous169. Ne sachant pas le poids du fer utilisé pour réaliser ces deux anneaux, il nous est impossible de faire la part dans le prix final entre la matière première et la main d’œuvre. Certains métiers permettent de mieux cerner ce style de rémunération. C’est le cas par exemple des charretiers. Ici, leur salaire varie selon le matériau transporté. Prenons l’exemple de Antoni Marti, charretier à la seu entre 1489 et 1491170: :

Matériau transporté

Salaire

1 quartera de chaux

6 deniers

1 poutre

2 deniers

1 voyage de bois

3 sous

1 charretée de lauses

1 sou

Tableau 14 : Exemple de variations de salaires selon le matériau transporté.

50Le salaire de cet homme semble être calculé en fonction du poids et/ou de l’encombrement. Mais il est difficile de faire des comparaisons, car les unités de mesures diffèrent : il y a des mesures (quartera), des contenants (charretée), des unités propres (poutre) ou des distances (voyage entre le chantier et un site X). Il s’avère donc presque impossible de tirer des conclusions sur d’éventuelles variations de salaire au cours du siècle.

  • 171 D. Menjot, « La main d’œuvre des travaux publics... », Razo, op. cit., p. 66.
  • 172 ACG, Obra de la Seu, n° 33 : Salaires des esclaves : entre 2 sous et 2 s. 6 d. Salaires des manœuvr (...)

51Pour finir, on constate donc que le montant du salaire varie selon de nombreux critères : l’âge, la force, l’expérience, le mode de travail ou le matériau travaillé, etc. Il est cependant intéressant de noter que le statut social ne compte que très peu171. C’est pourquoi les esclaves employés sur le chantier de la cathédrale sont payés au même prix que les manœuvres172. Il semble qu’on ait pris en considération la force des dits esclaves et non leur origine servile.

  • 173 P. du Colombier, Les chantiers des cathédrales..., op. cit., p. 57.
  • 174 La graphie médiévale du nom était « Obazine ».
  • 175 Philippe Lardin, « Le rôle du vin et de la nourriture dans la rémunération des ouvriers du bâtiment (...)
  • 176 P. Lardin, « Le rôle du vin... », La sociabilité à table..., op. cit., p. 211.
  • 177 Ibid. p. 214.
  • 178 C. Argiles I Aluja, « : L’activitat laboral a la seu entre 1395 i 1410 a travès dels llibres d’obra (...)
  • 179 AHMG, Comptes del clavari, I.1.3.3.1.2, llig. 4, fol. 92 r.
  • 180 ACG, Obra de la Seu, n° 43, fol. 171 r. sq.
  • 181 ACG, Obra de la Seu, n° 29.
  • 182 Ibid. fol. 5 v.
  • 183 Ibid. fol. 6 r.
  • 184 Ibid. fol. 8 r.
  • 185 Ibid. fol. 8 r.
  • 186 Ibid. fol. 16 r.
  • 187 Ibid. fol. 16 v.-19 v.

52En dehors de leur salaire, les ouvriers peuvent recevoir d’autres rémunérations. Elles peuvent être en nature ou extraordinaires. Les avantages en nature concernent surtout la nourriture. Aux XIVe et XVe siècles, les fabriques ne prennent plus en charge les repas des ouvriers travaillant pour elles, contrairement à une coutume en vigueur vers le XIIe siècle173. Souvenons-nous des ouvriers d’Aubazine174, en Corrèze, qui refusèrent de travailler sur le chantier du monastère, car l’abbé était, selon eux, trop avare en viande. Cette question de savoir si les ouvriers étaient nourris ou non sur les chantiers peut revêtir un caractère important si on prend en considération le fait qu’un ouvrier pouvait dépenser jusqu’à 60 % de son salaire pour se nourrir. Un repas offert par jour changerait alors totalement la vision que nous pouvons avoir de leur niveau de vie175. Le XVe siècle voit disparaître la tradition du repas offert chaque jour par l’employeur. Cette disparition transparaît dans les contrats. Les maîtres doivent de plus en plus prendre à charge les repas des ouvriers qu’ils embauchent, comme nous l’avons déjà vu. Sur certains chantiers, il est possible de trouver dans les comptes des traces d’achat de vin, ou de bière dans les pays du nord176. Cependant, il est plus juste de considérer ces achats comme une amélioration des conditions de travail et non comme une partie intégrante du salaire. C’est une valorisation du travail accompli. Le vin est utilisé comme clef de voûte des relations ouvriers-employeurs. Il sert aussi à célébrer des fêtes religieuses ou des rites locaux. Il est par exemple offert à Bordeaux le jour de l’Ascension, ou scelle un contrat qui vient d’être signé à Rouen. Néanmoins, même ces traditions de boisson offerte tendent à se perdre, puisque le vin ainsi alloué a tendance à être payé et non offert. Les achats disparaissent donc des comptes. Dans le cas de la nourriture, comme dans celui de la boisson, la monétarisation des avantages est donc la marque du XVe siècle, et scelle la perte de traditions conviviales et de cohésion professionnelle177. Dans le cas de Gérone, la présence dans les comptes d’achat systématique de nourriture ou de boissons pour les hommes est rare. À cela, deux explications possibles : le processus de monétarisation ci-dessus décrit a bien eu lieu à Gérone au XVe siècle, ou bien la fabrique ne consigne pas ces achats. En effet, dans le cas par exemple de la fabrique de la cathédrale, la seu reçoit de ses terres, pour les chanoines, du pain et du vin. Elle peut alors tout à fait en donner quotidiennement aux ouvriers, sans pour autant le consigner dans les comptes, puisque cela n’engendre pas de dépenses pour la fabrique178. Dans les comptes laïcs, comme dans les comptes ecclésiastiques, l’apparition de la nourriture ou des boissons dans les livres est liée à un travail ponctuel, difficile. Les fabriques stimulent donc la main d’œuvre en leur offrant le boire et le manger. Tout comme la boisson sur de nombreux chantiers européens, les avantages de bouche servent aux promoteurs à créer une bonne ambiance de travail, à stimuler les troupes ou à montrer la bonne volonté de l’employeur. Ces repas offerts sont un plus au salaire, qui évite ainsi à la fabrique d’augmenter les rémunérations ou de faire face au mécontentement des hommes pour un travail jugé trop risqué, trop dur ou exceptionnel. Sur les chantier des murailles de Sant Pere et Sant Feliu de 1412179, on achète par exemple en juin du pain pour les hommes qui descendaient dans les fondations du mur, afin d’écoper l’eau infiltrée. C’est un travail pénible, dangereux, où les risques d’effondrement et d’enlisement sont très présents. La nourriture est ainsi perçue comme pourboire, comme pacificatrice sociale. Sur le chantier de la seu, la présence d’achats de bouche dans les comptes est également liée à des travaux ponctuels et difficiles. Deux cas s’offrent ainsi à nous. Dans un premier temps, en 1455, les hommes doivent travailler au puits180. Tâche pénible donc, pour laquelle il est stipulé que les ouvriers recevront à manger. Première remarque, le fait que le procurateur ait besoin de spécifier qu’il donne à manger aux ouvriers dénote le caractère exceptionnel de la démarche. En revanche, contrairement à la situation sur le chantier du mur de Sant Pere et Sant Feliu, les salaires des tailleurs de pierre souffrent d’une diminution importante à ce don de nourriture : ils ne touchent plus que 3 sous 4 deniers ou 3 sous 2 deniers au lieu de 4 sous. Les repas font donc ici partie intégrante du salaire, même s’ils ont un caractère exceptionnel. Notons cependant que les manœuvres, de leur côté, ne voient pas leur salaire diminuer, ce qui représente alors une nette amélioration de leur condition de travail. On peut donc se poser la question de savoir si les repas offerts aux pedrers ne sont pas le retour en nature d’un avantage qui avait été monétarisé. Comme les manœuvres ont bénéficié de ce plus en nature, le procurateur aurait donc choisi d’accorder les repas à tout le monde, en déduisant cependant la part correspondante du salaire aux tailleurs de pierre, qui jouissaient de cet avantage en espèces. Le second exemple d’achat de nourriture et de boisson pour les hommes correspond à un cas de figure plus classique. Il s’agit de la fonte et de la pose d’une cloche en 1417181. Ce travail extraordinaire fait intervenir les hommes du chantier et 8 marins venus prêter mains fortes, avec leur matériel : un cabestan, utilisé en marine pour hisser, l’ancre en particulier. Les achats de nourriture émaillent donc les comptes : 300 : œufs le 15 avril182, 5 somadas de noisettes le 17 avril183, 10 quarteres et demie de vin rouge le 21 avril184, 6 quarteres et demie de vin blanc deux jours plus tard185, et le 14 mai, 4 migeres de froment et une somada de vin186. On achète régulièrement, mais relativement peu. Mais, le « : jour de la fonte » : , les achats sont plus diversifiés et importants. La fabrique tient à marquer ce jour, autant pour le célébrer comme exceptionnel, que pour stimuler la main d’œuvre. Pour ce festin, la fabrique a acheté pour régaler les hommes187: :

9 livres de poisson
Des choux
2 poules
De la sauce et des œufs
_ bota de vin blanc
41 livres de bœuf
1 quarto d’huile pour frire le poisson
Du poivre, du sel
Du cabri
6 migeras de froment
6 poulets
21 livres supplémentaires de bœuf
8 livres et demie de mouton
De la fressure
Et du vin blanc avec des cerises.

53Tout ceci a permis de nourrir une douzaine de personnes entre le 18 et le 25 mai. La motivation des hommes est ainsi acquise. Les avantages en nature, surtout concernant la nourriture, permettent donc aux fabriques de marquer un temps fort dans l’histoire du chantier. À la fois stimulant pour le travail à accomplir et remerciement, c’est une forme d’amélioration de la condition ouvrière. Néanmoins, elle n’apparaît que rarement dans les comptes géronais, soit par conversion au monétaire, soit par disparition de la pratique.

  • 188 ACG, Obra de la Seu, n° 29, fol. 34 r.
  • 189 Ibid. fol. 33 v.
  • 190 Los Reys de Arago y la seu de Girona desde l’any 1462 fins al 1482, op. cit., p. 18. « Die jovis VI (...)
  • 191 ACG, Obra de la Seu, n° 32.

54Enfin, les salaires peuvent être améliorés grâce à des conditions particulières. Dans le cas de 1417, les marins déjà cités reçoivent, en plus de leur salaire et des repas, le gîte : « les dits marins dans l’auberge de Sobravila entre les repas, les boissons et les lits... 3 l. 5 s. 8 d. »188. Cette situation s’explique par le fait qu’ils viennent de loin. D’ailleurs, leur salaire est compté à partir de leur ville d’origine, sur la Costa Brava : « pour 8 marins qui sont venus pour hisser les cloches et qui passèrent 5 jours entre l’aller, la résidence et le retour à raison de 5 sous par jour chacun : »189. Certains autres bénéficient de paies exceptionnelles, selon les circonstances. Ainsi, le maître d’œuvre de la cathédrale Joan Agusti reçoit une pension extraordinaire lors de la guerre civile de 1462-1472190:. Cette pension est doublement inhabituelle : le maître d’œuvre touche une prime de risque, et est payé à l’année et non à la journée. La fabrique s’assure ainsi de la présence de l’architecte, quelle que soit la situation politique. Les maîtres d’œuvre ne sont pas les seuls à bénéficier de pensions exceptionnelles. Le cas est rare, mais certains ouvriers peuvent aussi en être les heureux destinataires. En 1422, sur le chantier de la seu191, le maçon Llop était déjà mieux payé que les autres : il touchait 4 sous 4 deniers alors que le reste des maçons n’était payé que 4 sous 2 deniers. En décembre de cette même année, deux événements viennent troubler le quotidien des livres de comptes : le co-maître d’œuvre avec Canet, Guillem Bofill, disparaît, et Llop touche une pension de 10 sous tous les 4 mois. On peut se demander alors si cet homme, dont le mérite était déjà reconnu, n’aurait pas pris alors une envergure particulière au sein de la hiérarchie du chantier. Nous avons déjà vu que Canet a été rappelé à l’ordre car il était souvent absent. Dès lors, avec la disparition de Bofill, il allait manquer au chantier une continuité dans la transmission des ordres. Llop pourrait alors avoir reçu le poste de « parlier », connu sur les chantiers français et allemands. Il serait alors le lien entre le maître d’œuvre, les ouvriers et la fabrique. Rien ne peut confirmer cette hypothèse, mais l’explication est logique du fait du versement de cette pension.

55Outre la diversité des salaires, des circonstances exceptionnelles peuvent être à l’origine d’une amélioration des conditions financières des salariés, soit par un versement en nature de certains avantages, soit par une bonification en espèces. Il faut à présent étudier les variations que ces salaires ont pu subir au long du XVe siècle.

Évolution et variation des salaires

  • 192 G. Fagniez, L’industrie à Paris..., op. cit., p. 88.

56Les salaires ainsi définis subissent de nombreuses variations. Même si les Métiers s’efforçaient, tout comme les magistrats municipaux, de fixer le prix de la main d’œuvre192, des oscillations saisonnières et annuelles existent. Nous allons donc essayer de dresser le tableau des variations de salaires des différents métiers, dans les chantiers laïcs comme ecclésiastiques, à moyen et long terme. Puis, nous essayerons d’étudier les rapports qui existent entre salaires monétaires et salaires réels, et les connections entre la conjoncture économique globale et les variations locales.

57Les comptes de la fabrique de la cathédrale de Gérone offrent un panorama sur tout le siècle des salaires pratiqués dans tous les métiers du bâtiment. C’est pourquoi ils serviront de base à l’étude de l’évolution générale des salaires, au détriment des comptes laïcs, qui ne sont, eux, que très ponctuels. Nous verrons dans un premier temps l’évolution des salaires par corps de métiers.

  • 193 A. Rucquoi, « Le secteur privé du bâtiment... », Razo, op. cit., p. 78.

58Ce qui est frappant dans les salaires des maîtres d’œuvre, c’est leur remarquable stabilité à 4 sous 6 deniers sur presque trois quarts de siècle. Trois phases d’exception cependant : une première période de 1402 à 1416, où Guillem Bofill ne reçoit que 3 sous, pour les raisons déjà évoquées : vieillesse, perte de résistance et de force au travail. Il est le moins bien payé de tous les maîtres du XVe siècle. Le mieux payé est Antoni Canet. Sa charge de maître d’œuvre est doublée de celle de concepteur et d’architecte. Il est le cerveau qui a conçu la nef unique, et cette dextérité se paye au prix fort. Enfin, dernier maître à jouir d’un salaire légèrement supérieur à la normale : Pere Cipres en 1430. Les raisons sont doubles. D’abord, s’il n’est pas le concepteur de la nef unique, il en est le gardien, qui doit achever le chef d’œuvre. Ensuite, il est charpentier de métier, et, comme nous le verrons plus loin, les charpentiers sont les mieux considérés sur les chantiers193.

59L’étude des salaires est légèrement plus compliquée pour les métiers de la pierre, c’est-à-dire les maîtres tailleurs de pierre, les tailleurs de pierre, et les maçons, car la différence de terminologie n’est pas toujours faite par les procurateurs. Certains d’entre eux font parfaitement la différence entre ces différents corps de métier, d’autres absolument pas. Nous considérons donc comme acquis que les salaires supérieurs dans le cas d’une dénomination générique de « : pedrers » sont ceux des maîtres et les inférieurs ceux des simples tailleurs.

60Les maîtres tailleurs de pierre voient leur salaire augmenter lentement jusqu’en 1421, puis diminuer et stagner. La fin du siècle marque les minima des rémunérations, suivis d’une légère reprise dans les années 1480. On peut s’interroger sur les fioritures dans les variations au début du siècle. Là encore, il s’agit d’un problème de procuration, la fabrique ne faisant pas la différence entre un picapedrer et un pedrer. Les salaires seraient alors aussi bas, car ceux que le procurateur d’alors nomme picapedrers ne seraient en fait que des pedrers. Malgré cela, on peut, comme pour les maîtres d’œuvre, dire que le mot clef du XVe siècle pour les salaires des maîtres tailleurs de pierre est stagnation : leur rémunération ne bouge pas sur presque 60 ans.

61Les maçons apparaissent uniquement entre 1418 et 1435. On assiste donc à la spécialisation d’une catégorie de la main d’œuvre, adaptée aux besoins bien définis du chantier. Leur niveau de salaire les place d’abord dans la hiérarchie des métiers entre les maîtres tailleurs de pierre et les simples tailleurs et carriers. Puis, leurs salaires augmentent pour les placer au niveau des maîtres. Cette hausse pourrait s’expliquer par la difficulté grandissante d’exercer leur art, la nef unique atteignant sa hauteur maximale. On remarque qu’il y a peu d’écarts entre les salaires extrêmes de ces maçons. Là encore, on constate une certaine stabilité des traitements au-dessus de 4 sous. Une chute remarquable : celle de 1424. Le chantier reprend son souffle entre la construction des deux travées. Deux voire trois explications à cette forte diminution sont donc possibles. La demande en maçons diminue, alors que l’offre reste encore forte, dynamisée par la construction de la première travée, d’où la baisse des salaires. Ou bien le chantier retourne à une phase normale de travail, où la main d’œuvre a moins besoin d’être spécialisée. Enfin, puisque l’on reprend la construction de la travée depuis le sol, les primes « : de risque » : qui pouvaient faire partie du salaire disparaissent momentanément. Cependant, la brièveté de l’apparition des maçons sur le chantier ne permet pas de vérifier ces hypothèses dans un autre cadre temporel.

62Le salaire moyen des simples tailleurs de pierre ou des carriers se dessine en dents de scie, mais affiche cependant une progression réduite mais constante jusqu’au milieu du siècle. Tout comme les maîtres tailleurs de pierre et les maçons, les tailleurs souffrent d’une chute de leurs salaires en 1424, chute que l’on retrouvera d’ailleurs chez les manœuvres. Le chantier semble donc faire une pause, parallèlement à une offre encore forte. Le peu de demande casse les salaires. Entre les années 1445 et 1455, il apparaît une grande disparité entre les salaires extrêmes. Une partie de la main d’œuvre semble se spécialiser. Il y a ceux qui construisent encore, et ceux qui sont déjà en phase d’entretien des parties édifiées. La demande en pierres de taille, si forte lors de la construction des deux premières travées, s’essouffle, et une partie des tailleurs est désormais cantonnée dans de menus travaux. À partir de 1450, les salaires accusent une baisse, qui préfigure des crises précédant et suivant la guerre civile, où l’on atteint des minima. Cependant, la reprise du cours normal des rémunérations est assez rapide dès les années 1480. Dans leur ensemble, les métiers de la pierre sont donc caractérisés par une dispersion assez grande des salaires.

Graphique 6 : Dispersion des salaires chez les tailleurs de pierre.

63Cependant, on assiste à un progressif écrasement de ces salaires. La dispersion dont ils faisaient preuve disparaît peu à peu, et ce resserrement est très net à partir des années 1440. On assiste donc à une stagnation des salaires les plus élevés, et à une hausse des plus petits. La moyenne des salaires est par conséquent en hausse, surtout entre 1440 et 1447, et maintient ce cap bon an mal an jusqu’à la fin du siècle.

  • 194 ACG, Obra de la Seu, n° 37.

64Les manœuvres sont le corps de métier qui présente la plus grande disparité de salaires. En novembre 1437194, on trouve 5 rangs de rémunération : 3 sous 4 deniers, 3 sous 2 deniers, 2 sous 6 deniers, 2 sous 4 deniers et 2 sous. Il est clair que pour le travail qu’il leur est demandé, la force et l’expérience sont primordiales, ce qui explique les multiples nuances de salaires. L’étude en est rendue plus difficile, et nous avons décidé de travailler sur les maxima, les minima et les moyennes, calculés sur trois à quatre mois par an.

65On observe sur le siècle que la moyenne varie autour de 2 sous 6 deniers, et se stabilise encore une fois à partir de la seconde moitié du XVe. Les maxima enregistrent une lente progression jusqu’en 1437, puis un effondrement jusqu’en 1448. S’en suivent deux années fastes jusqu’en 1450, puis à nouveau une diminution jusqu’à la fin du siècle, qui souligne un tassement des hauts salaires. Les salaires minima ont un comportement en dents de scies, avec un pic négatif à 1 sou 6 deniers dans les périodes de faste constructif, soulignant l’adaptation extrême de la main d’œuvre aux exigences du chantier, et la précarité d’emploi des ouvriers les moins qualifiés. D’ailleurs, ce phénomène, déjà abordé plus haut, trouble la lecture des données. En effet, si par exemple les salaires des manœuvres en juin sont de 2 sous 4 deniers et 2 sous 6 deniers, et qu’en décembre de la même année ils ne sont plus qu’à 2 sous 6 deniers, cela signifie-t-il qu’il y ait eu augmentation des salaires ou disparition d’une main d’œuvre sous-qualifiée ? Cette question reste d’autant plus sans réponse qu’il ne nous est pas possible de suivre nominalement les manœuvres, du fait du caractère éphémère de leur passage sur le chantier. L’intérêt de l’évolution des salaires des manœuvres sur le siècle tient à l’étude des écarts entre les salaires maxima et minima. En général, la hausse des rémunérations maximales s’accompagne d’une hausse des minimales. Sauf, dans le cas notable des années 1430-1443 où les salaires réagissent en miroir : les maxima augmentent et les minima diminuent. C’est la traduction d’une spécialisation poussée et d’une hiérarchisation extrême de la main d’œuvre. Ce même phénomène est observable au moment de la guerre civile, 1462-1472. La ville souffre d’une pénurie de travail qui pousse la main d’œuvre à se louer au plus bas prix. De plus, la seu n’entreprend pas de travaux durant cette époque, et n’a donc pas besoin d’une main d’œuvre expérimentée.

66On assiste donc à une plus grande dispersion des salaires dans la première moitié du XVe siècle. Ceci souligne l’effervescence sur le chantier, qui module la main d’œuvre sur une plus grande gamme de spécialités et de savoir faire. Chacun trouve se place en fonction de ses qualités intrinsèques et des besoins du chantier. La tendance générale est ensuite à l’augmentation des petits salaires et à la diminution ou la stagnation des gros, ce qui entraîne une baisse des moyennes. Ce phénomène conforte les observations faites pour les métiers de la pierre, qui subissaient le même affaissement.

67L’étude du groupe des charpentiers est soumises à deux constatations : ils sont d’abord une main d’œuvre occasionnelle, ou qui peut être considérée comme telle du fait de leur spécialisation. Leur population au sein du chantier n’est jamais importante, mais leur catégorie de salaires souligne la mise en valeur de leur savoir-faire et de leur technique.

68Le début du siècle est marqué par une augmentation de leur salaire. Le salaire moyen se stabilise vers 4 sous sauf deux pics notables à 5 sous entre 1435 et 1443. Ces deux hausses correspondent aux phases de construction de la toiture des deux premières travées, et de l’effort d’échafaudage et de coffrage qu’il a fallu fournir à cette époque. La demande de la part de la fabrique était supérieure à l’offre, à moins que les charpentiers se soient entendus pour fixer leur salaire. Les deux explications peuvent être complémentaires. Le léger frémissement que l’on trouve en 1444 correspond encore à la construction de la toiture. Le caractère ponctuel des travaux engageant directement des charpentiers ressort très nettement. Il faut noter qu’il n’y a pas ou peu de disparité entre les salaires des différents ouvriers de ce corps, ce qui pourrait confirmer qu’ils se sont entendus pour fixer leur salaire. Encore une fois, nous ne pouvons que constater la remarquable stabilité des salaires dans la seconde partie du siècle. Ceci confirme les observations déjà réalisées, et ajoute un élément. Les charpentiers sont les ouvriers parmi les mieux payés, qui jouissent de plus d’une reconnaissance de leur maîtrise technique. Cependant, tout comme les hauts salaires des tailleurs de pierre ou des manœuvres, ils stagnent. Tout laisse donc à penser que ce sont les petits salaires qui gagnent en niveau de vie et non les gros.

  • 195 ACG, Obra de la Seu, n° 41, fol. 28 r., 7 juin 1449.
  • 196 « Solvi an Johan Buch padrer per XXXII canes V palms de pedres de fill tallades, inclos pedre, punt (...)

69Nous avons vu qu’il était relativement difficile de suivre l’évolution des salaires d’un métier comme celui-ci des charretiers de la multiplicité des formes de rétributions. Néanmoins, il a été possible de trouver une constante sur tout le siècle : le salaire à la journée d’un charretier travaillant avec une bête lui appartenant. Le traitement de ces deux forces de travail - n’oublions pas que l’animal compte autant que l’homme dans le calcul des énergies employées - est relativement stable autour de 5 sous. L’activité semble donc bien payée, au même rang que celle des charpentiers. Mais si l’homme et la bête sont considérés comme deux forces de travail, ils gagnent chacun 2 s. 6 d., ce qui les ramène au rang de simples manœuvres. Leur salaire est néanmoins stable, même s’il faut remarquer deux points bas : l’un entre 1418 et 1425, et l’autre entre 1456 et 1460. Ces baisses de salaires semblent paradoxales, car elles se produisent lors de phases de grande activité sur le chantier. Trois réponses peuvent y être apportées. La demande est tellement forte que les manœuvres doivent faire le travail avec les bêtes de la fabrique, et par conséquent cassent les prix. L’effervescence sur le chantier est telle qu’elle attire la main d’œuvre de loin, ce qui provoque un déséquilibre offre/demande au profit de la fabrique qui peut ainsi baisser les salaires. Enfin, et c’est ce qui nous paraît le plus proche de la réalité, beaucoup de simples tailleurs de pierre sont payés à la tâche à cette époque par souci d’économie. Ils sont payés à la pierre taillée « tout compris » c’est-à-dire la taille, le matériau et le port, comme cela est stipulé en 1449195 :« J’ai payé à Joan Buch tailleur de pierre pour 32 canes et 5 palmes de pierre d’angle taillée, incluant la pierre, la taille et le port, à raison de 7 sous 6 deniers, 12 livres, 4 sous 8 deniers»196. Ils empiètent donc directement sur le terrain des charretiers, qui dès lors perdent leur monopole sur le transport de la pierre entre la carrière et le chantier.

70Les variations des salaires sur le siècle, tous métiers confondus permettent de mettre en avant quelques remarques générales. Les hauts salaires sont remarquables par leur stabilité, alors que les bas salaires ont tendance à la progression, ce qui atténue les écarts entre les extrêmes. Chaque corps de métier est soumis à des variations dans les rémunérations directement liées à la vie interne du chantier. Il faut se demander cependant si ces variations peuvent être mises en rapport avec la conjoncture économique générale qui concerne Gérone ou plus globalement la Catalogne. En effet, si les variations touchent ainsi tous les corps de métier, elles peuvent être directement liées à la conjoncture générale de l’emploi.

Variations des salaires au vu de la conjoncture économique générale

  • 197 J. Vicens Vives, « Evolucion de la economia catalana durante la primera mitad del siglo XV », IV co (...)

71La Catalogne du XVe siècle est caractérisée par une croissance économique générale inégale197. La dépression atteint son maximum entre 1478 et 1481. Mais cette dépression de la fin du siècle intervient après de nombreux spasmes. Dès 1454, on peut parler de crise au niveau monétaire, industriel et commercial. Les raisons profondes remontent à la fin du XIVe siècle, même si la première moitié du XVe siècle peut-être considérée comme une période de reprise. Une crise bancaire avait secoué la Catalogne entre 1381 et 1383. De nombreuses banques privées ont fait faillite, à Barcelone bien sûr, mais également à Perpignan et à Gérone, dont l’exemple le plus célèbre est Ramon Medir. Cette crise stimule le retour des juifs dans le crédit, retour qui vu au travers du prisme des avalots de 1391 prend toute sa profondeur. Cette crise financière va peu à peu se répercuter sur la gestion publique. Le contexte politique et social est plus troublé que l’économie :

  • 198 Ibid. p. 8-12.

1388-1402 : Premières revendications des paysans remença.
1390 : Assaut de la juiverie de Gérone.
1410 : Agitation sociale violente qui pousse à la constitution
des Corts de Barcelone en 1413.
1430 : Nouvelles agitations qui provoquent la constitution
« Commorantes » des Corts de Barcelone en 1432.
1454 : Vagues de piraterie198.

  • 199 E. J. Hamilton, Money, prices and wages..., op. cit., p. 111-115.

72Cette conjoncture difficile, qui débouche sur une guerre civile, transparaît dans l’évolution générale des salaires dans toute la Couronne d’Aragon199. Les traitements des ouvriers du bâtiment augmentent de 18,9 % entre 1381 et 1424. Puis, ils entament une baisse chaotique jusqu’en 1468-1469. En 1469, l’index est 13,4 % en dessous du niveau de 1436. À la sortie de la guerre, la situation semble se stabiliser et on arrive même en 1480 au niveau des salaires de 1436, qui reste une des meilleures années du siècle. Mais à la fin du siècle en 1481, on enregistre une grosse perte de 10,6 % de la valeur des salaires. Cette chute est rapidement stabilisée et la situation s’inverse au point d’arriver en 1489 au niveau maximum du siècle. La dernière décennie permet la stabilisation des salaires comme des monnaies. Les prix et salaires suivent les mêmes courbes jusqu’en 1445, date à partir de laquelle la baisse commence à s’amorcer. Cependant, on doit noter que les prix ont tendance à chuter plus vite que les salaires, ce qui permet aux ouvriers de jouir d’une relative amélioration du niveau de vie pendant de brèves périodes.

  • 200 A. Rucquoi, « Le secteur prive... », Razo, op. cit., p. 78.
  • 201 La transposition des salaires monétaires en salaires réels, c’est-à-dire exprimés en denrées alimen (...)
  • 202 E. J. Hamilton, Money, prices..., op. cit., p. 93.

73À la lumière de ces informations d’ordre général, voyons si les contrecoups de l’évolution économique atteignent le chantier de la cathédrale de Gérone. À grands traits, on retrouve en effet à travers les salaires des différents corps de métiers les grandes phases de cette évolution. Les salaires enregistrent une augmentation jusqu’au milieu des années 1420, puis une diminution jusqu’au milieu de la guerre civile. Au sortir de la guerre, la situation semble se stabiliser jusqu’au début des années 1480, puis se dégrader légèrement avant de se rétablir dans les années 1490. Si les grands traits se retrouvent, la situation est tout de même vue au travers du prisme des besoins et exigences de la conjoncture locale du chantier de la cathédrale. La question de la valeur réelle des salaires se pose alors. En Castille, il a également été observé une stagnation des salaires exprimés en monnaie constante, trait caractéristique de nombreux corps de métier sur le chantier de la seu de Gérone, comme nous l’avons vu200. La dévaluation réelle des salaires ne transparaît que lors d’une conversion à une denrée l. Le niveau de vie des ouvriers est alors perceptible. Nous avons choisi de transposer les salaires exprimés en monnaie de compte en salaires exprimés en florins d’or de la Couronne d’Aragon201, selon les taux de change suivant202: :

Années

En deniers

1400-1401

124

1402-1406

121

1407-1415

115

1416-1417

120

1418-1425

122

1426-1433

124

1434-1436

126

1437-1438

129

1439

130

1440

131

1441-1442

132

1443-1446

120

1447-1448

126

1449-1450

129

1451-1454

132

1455-1457

140

1458-1461

148

1462

150

1463

152

1464-1465

160

1466-1476

168

1477-1480

180

1481-1500

192

Tableau 15 : Taux de change du florin d’or d’Aragon.

  • 203 A. Rucquoi, « Le secteur privé... », Razo, op. cit., p. 78.

74En Castille, la dévaluation des salaires exprimés en florins d’or est réelle : les salaires de maîtres passent de 0.27 à 0.11 florins entre 1439 et 1466, ceux des ouvriers de 0.15 à 0.08 dans la même période203. Voyons si le phénomène se confirme en Catalogne et à Gérone en particulier. Nous avions vu que les hauts salaires avaient tendance à stagner, surtout à partir de la moitié du siècle.

Graphique 7 et Graphique 8 : Salaires des tailleurs de pierre et des charpentiers en équivalents florin d’or

75Le comportement des salaires monétaires et du salaire réel sur la première moitié du siècle est la même, autant pour les tailleurs de pierre que pour les charpentiers. En revanche, dans un cas comme dans l’autre, la seconde moitié du siècle est marquée par une dévaluation très forte. Une chute des salaires réels marque la fin de siècle : les tailleurs de pierre perdent 52 % de la valeur de leur salaire entre 1421 et 1485, contre 46 % pour les charpentiers entre 1411 et 1495. Les salaires les plus élevés souffrent donc d’une perte de pouvoir d’achat énorme. Qu’en est-il pour les rémunérations des plus humbles, c’est-à-dire des simples tailleurs et des manœuvres ?

Graphique 9 et Graphique 10 : salaires des compagnons tailleurs de pierre et des manœuvres en équivalent florin d’or.

76À nouveau, dans les deux cas, la situation se dégrade dangereusement à partir des années 1450. Cependant, notons que la tendance semble s’inverser en toute fin de siècle pour les simples tailleurs, comme pour les manœuvres, même si dans ce dernier cas une nouvelle baisse conclut le siècle. On retrouve donc les grands axes de crise et dévaluation qui ont cours en Catalogne, comme en Castille : dès le début des années 1450, les salaires réels décrochent et leur valeur s’effondre. Les années noires 1478-1480 se soldent par des minima historiques, même si la fin de siècle semble donner un nouveau souffle à l’économie.

  • 204 Ch. M. De La Roncière, Prix et salaires à Florence au XIVe siècle 1280-1380, Rome, 1982, p. 275-277

77Les raisons des variations de salaires sont multiples. Les augmentations à court terme peuvent être dues à une variation de la durée du travail ou de la difficulté de la tâche. Quand ces variations s’étirent plus dans le temps, elles peuvent suivre des rythmes saisonniers, ou plus encore, des rythmes annuels, qui se calquent alors sur la conjoncture générale de l’emploi. Mais elles peuvent aussi être le fruit d’un changement de tâche, issu par exemple d’une pénurie de main d’œuvre ou au contraire d’un fort afflux. Les hommes doivent être polyvalents, et leurs salaires s’adaptent donc à cette situation professionnelle, qui allient des phases de spécialisation bornée à des périodes « : multi-emploi »:204. Au-delà donc des variations de salaires au niveau du siècle, il faut essayer de comprendre sur les oscillations intra-annuelles. Y a t-il un rythme salarial saisonnier ?

Les rythmes saisonniers

  • 205 Voir entre autres P. du Colombier, Les chantiers des cathédrales, op. cit., p. 56 ; M. Baulant, Le (...)
  • 206 P. Bonnassie, El trabajo en Barcelona..., op. cit., p. 119.
  • 207 Ch. M. De La Roncière, Prix et salaires..., op. cit., p. 273.
  • 208 P. du Colombier, Les chantiers des cathédrales..., op. cit., p. 56.
  • 209 B. Geremek, Le salariat..., op. cit., p. 92.

78Il a été souvent constaté que les salaires suivent un rythme saisonnier, s’adaptant, semble-t-il, à la durée de la journée de travail205. Sur d’autres chantiers, comme celui de la cathédrale ou du port de Barcelone206, ou de Santa Maria Novella à Florence207, aucune différence entre les salaires pratiqués en été et ceux pratiqués en hiver n’a été enregistrée. Il faut donc chercher à savoir si ces variations étaient existaient ou non sur les chantiers géronais. Il est possible de travailler d’abord sur les comptes laïcs. Dans ceux dont nous disposons, il transparaît que l’habitude de différencier un salaire d’hiver d’un salaire d’été ait été courante. Le passage de l’un à l’autre se fait en mai sur le chantier de Sant Pere et Sant Feliu de 1412, tout comme sur celui du mur du Mercadal. Les chantiers du Mercadal de 1438, de Sant Jaume de 1446 ou de Requesens de 1462 n’appliquent pas ces distinctions, peut-être à cause de leur brièveté. La situation sur le chantier du Mercadal en 1412 est la suivante : Le maître d’œuvre ne subit pas de ces variations saisonnières. Les augmentations de salaires entre les saisons d’été et d’hiver peuvent aller de 5 % pour les manœuvres à 12,5 % pour les simples tailleurs. En revanche, la situation est légèrement différente sur le chantier de Sant Pere et de Sant Feliu de la même année. Là encore, le maître d’œuvre ne bénéficie pas d’une hausse de salaire en été. Ce qui change avec le chantier précédent, c’est que les salaires des tailleurs de pierre n’augmentent pas non plus en été. Seuls les manœuvres et les charretiers ont deux salaires distincts. Le manœuvre enregistre une augmentation de 5,5 %, le charretier de 8,3 %. Il faut d’abord constater que nous sommes loin des indices de variations observés sur les chantiers européens, en particulier anglais, allemands et italiens (25 %)208 ou parisiens (20 %)209. À quoi correspondent ces oscillations saisonnières ? La durée de la journée de travail s’allonge en été, ce qui peut expliquer l’augmentation des salaires. Cependant, le fait que les tailleurs de pierre sur le second chantier ne bénéficient pas de cette augmentation montre qu’un autre facteur doit être pris en compte. Il semble que les procurateurs adaptent aussi les salaires à l’offre et à la demande. La hausse des salaires à la fin du printemps pourrait alors très bien servir à retenir une certaine catégorie de main d’œuvre, la moins qualifiée, qui serait tentée d’aller se louer pour les travaux agricoles. Le chantier de la cathédrale pratique-t-il également ces rythmes saisonniers de salaires ? Nous avons essayé de déceler des rythmes réguliers chez les tailleurs de pierre et les manœuvres. Les tailleurs de pierre ne sont que très peu sensibles aux rythmes saisonniers. Leur rémunération est extrêmement stable. Cependant, celles des manœuvres subissent de nombreuses oscillations. Mais il est difficile de les associer à des variations saisonnières : en prenant l’exemple de 1420, on assiste aux variations suivantes pour les salaires de manœuvres :

Janvier

30 d.

Avril

32 d./ 30 d.

Juin

36 d./ 30 d.

Novembre

36 d./ 30 d.

79Il apparaît qu’il y a bien une hausse des salaires à la fin du printemps. Mais il y a également une multiplication des rangs de rétribution. Le salaire maximum augmente à nouveau en juin, puis stagne en novembre, alors qu’il devrait, selon toute attente, diminuer. En revanche, les minima stagnent au long de l’année. Des cas identiques se sont déroulés en 1422, 1423, 1460, etc. On peut donc en conclure que la durée de la journée de travail et les facteurs offre-demande doivent influer sur le calcul du salaire. Néanmoins, ils entrent en ligne de compte comme la force, l’âge, l’expérience, la catégorie professionnelle, etc. Nous pouvons donc affirmer que le trait caractéristique des salaires pratiqués à Gérone au XVe siècle est la personnalisation. Chaque ouvrier constitue un profil particulier, que le procurateur et le maître d’œuvre prennent en compte. Ces schémas très personnels des rémunérations prennent pour critères autant les qualités intrinsèques de l’ouvriers (force, âge), que son expérience, son savoir-faire, ou sa place dans le chantier (utilité, intégration, ...). Le procurateur qui veut retenir un ouvrier doit savoir le garder à grand renfort de primes en nature, d’augmentations prenant comme raisons la saison, de pensions éventuelles. Les chantiers laïcs, quant à eux, pratiquent plus facilement le découpage salarial annuel en saison, du fait de leur courte durée, d’un besoin important en hommes qu’il faut savoir attirer et retenir, et de l’emploi d’une main d’œuvre peu qualifiée, pour laquelle ils entrent en concurrence directe avec les travaux agricoles. Des divergences apparaissent donc dans le mode de rémunération entre les chantiers laïcs et les chantiers ecclésiastiques. Ce sont les comparaisons entre ces deux mondes qu’il nous faut aborder maintenant.

Chantiers laïcs et chantiers ecclésiastiques

80Dans un dernier temps, il faut s’interroger sur l’offre salariale qui existe à Gérone. Est-il plus avantageux pour un ouvrier de travailler sur le chantier de la cathédrale ou sur les chantiers de la ville ?

  • 210 Les tailleurs de pierres n’étant pas toujours différenciés entre maîtres et compagnons, nous avons (...)

81On a retenu 5 catégories d’ouvriers : les maîtres d’œuvres, les « tailleurs de pierre supérieurs », les « tailleurs de pierre inférieurs »210 et les charretiers travaillant avec une bête. Il ressort tout d’abord que le chantier le moins avantageux pour les ouvriers a été celui de la Força Vella, dit aussi de Requesens, durant la guerre civile. Les conditions particulières dans lesquelles il a été exécuté peuvent expliquer la faiblesse des moyens. Lorsqu’on est maître d’œuvre, il semble plus rentable d’exercer à la cathédrale. La fabrique offre à son maître majeur en effet un salaire 11 % supérieur à celui du chantier de Sant Jaume. Les soldes des maîtres tailleurs de pierre, en revanche, hormis l’exception de Requesens, offre un panorama d’une remarquable uniformité. Les salaires les concernant sont visiblement fixés, soit par eux-mêmes, soit par le biais du Métier, soit par les autorités locales qui veulent éviter que les prix ne flambent. Un compagnon tailleur de pierre a intérêt à aller se faire embaucher sur les chantiers laïcs. Le chantier du Mercadal paie en 1412 28 % de plus que celui de la seu à la même date. En 1438, le Mercadal paie encore 16 % de plus que la cathédrale. En revanche, ces différences disparaissent totalement dans les années 1460. En ce qui concerne les manœuvres, ils ont par trois fois avantage à travailler pour la ville : en 1412, les deux chantiers du Mercadal et de Sant Pere et Sant Feliu proposent un salaire 2,8 % supérieur à celui pratiqué par la fabrique de la seu, et en 1446, l’offre est 12 % supérieure pour le pont de Sant Jaume. Cependant, en 1438, c’est la seu qui paye 3,2 % de plus que le chantier du Mercadal. Pour finir, les charretiers tirent leur épingle du jeu en travaillant pour la seu, qui, même si elle ne propose rien de plus que les chantiers civils en 1412, offre un salaire 20 % supérieur en 1438. Quelles conclusions en tirer ? D’abord, il apparaît que les chantiers laïcs doivent proposer une somme supérieure aux chantiers ecclésiastiques qui offrent eux une relative stabilité dans le temps. Nous avons déjà vu que la main d’œuvre employée sur les chantiers laïcs était majoritairement moins bien formée que celle du chantier de la cathédrale. C’est pourquoi, les chantiers laïcs font des offres alléchantes aux compagnons tailleurs de pierre. En effet, ils ont besoin d’un personnel d’encadrement technique, de lieutenants qui relient les ordres des maîtres, trop chers pour être engagés en nombre. Les manœuvres sont bien payés, car ce personnel peut être tenté par les travaux agricoles. Mais, les charretiers avec leur bête ont tout intérêt à rester à la seu, qui souffre peut-être d’un éloignement vis-à-vis de ses points de ravitaillement en matières premières, à moins que ce soient les chantiers laïcs qui emploient, pour le transport, davantage de main d’œuvre non qualifiée, moins chère et plus rentable.

82En conclusion, on peut dire que les salaires sont sensibles à de nombreuses influences. Ils obéissent à des conjonctures très locales (déroulement du chantier) ou globales (évolution de l’économie catalane). Ils prennent également en considérations dans leurs oscillations l’ouvrier en tant que force de travail. Le procurateur loue une personne pour le travail qu’elle est capable de dispenser, et non pour l’être en soi : la force, l’âge, l’expérience, le savoir-faire, sont donc autant de critères qu’il faut mettre en avant pour saisir les variations intra saisonnières. De plus, la durée de la journée de travail, même si elle n’entre pas en ligne de compte sur tous les chantiers, explique également des variations entre l’été et l’hiver. Les grands mécanismes d’offre, de demande et de concurrence obligent de plus les procurateurs à aligner leur prix au mieux des conjonctures. Transposés en monnaie réelle, les salaires subissent dans la seconde moitié du siècle un fort décrochage quel que soit le métier concerné. Néanmoins, il apparaît que les petits salaires tirent mieux leur épingle du jeu, par rapport aux maîtres et aux spécialistes qui voient leur pouvoir d’achat fortement baisser.

83Après avoir étudié les artisans du bâtiment dans leur cadre professionnel, c’est-à-dire en tant que groupe, il convient à présent de les aborder comme individus. C’est à travers l’étude de leur condition de vie qu’il sera possible d’appréhender leur identité propre, et leur réalité personnelle.

Notes

1 J. M. Madurell Marimon, « Los contratos de obras en los protocolos notariales y su aportacion a la historia de la arquitectura (siglos XIV-XV) », Estudios Historicos y documentos de los archivos de protocolos, t. 1, Barcelone, 1948, p. 105.

2 Ibid., p. 110.

3 AHPG, not. 1, n° 487, 13 mars 1487.

4 AHPG, not. 1, n° 502, 25 novembre 1495.

5 AHPG, not. 1, n° 502, 1er février 1496.

6 AHMG, Manuals d’acords, n° 37, 1402.

7 AHMG, Manuals d’acords, n° 60, 1448, fol. 23 r.-24 r. et 46 v.-47 r.

8 AHMG, Manuals d’acords, n° 95, 1495.

9 AHMG, Manuals d’acords, n° 97, 1497, fol. 50 r. et 53 r.

10 ACG, Obra de la Seu, n° 46, 1479, fol. 46 r. et n° 50, 1489, fol. 19 v. ; également, n° 31, 22 v. (1418), 23 v. (1418) et n° 32, 53 v. (1422) ; ainsi que ACG, secretariat del capitulo, resoluciones 1381-1462, fol. 13 v. (1397), 63 r. (1427), 66 v. (1430), 74 v. (1434).

11 ADG, Negotiorum capituli, t. 3, fol. 9 r.-16 r., 1458.

12 AHPG, not. 10, n° 53, 18 avril 1409.

13 AHPG, not. 4, n° 169, 16 juin 1443.

14 AHPG, not. 2, n° 220, 5 mai 1447.

15 AHPG, not. 1, n° 502, 8 septembre 1495.

16 AHPG, not. 1, n° 502, 28 août 1495.

17 AHPG, not. 8, n° 51, 16 mai 1452.

18 AHPG, not. 4, vol. 86, fol. 150, 9 octobre 1424.

19 AHPG, not. 1, n° 447.

20 ACG, Obra de la Seu, n° 31, fol. 36 v. : « non erant boni ad laborandum ».

21 AHPG, not. 1, n° 502, 1er février 1496 : « Concordat es entre lo honorable micer Bernat de Belloch batxeller en leys, ciutada de Gerona, de una part, e Valenti Yspano, fuster de la dita ciuat, de la part altra ».

22 AHPG, not. 1, n° 502, 28 août 1495 : « Capitols fets e concordats entre en Antoni Salvanya, Joan Garrofa, Barthomeu Torrent e Joan Sola obrers de la perroquia d’Ayguaviva en nom lur e los dits Anthoni Salvanya e Joan Sola com obrers e los altres e lo dit Salvanya com a sindichs de la universitat de la dita parroquia e singulars de aquella de una part, e mestre Francesc Gomis, mestre de cases e de la obra de la seu de Girona de la part altra... ».

23 AHPG, not. 1, n° 502, 28 août 1495 : « d’obrar be e degudament ».

24 AHPG, not. 1, n° 487, 13 mars 1487 : « be e gentilment ».

25 AHPG, not. 1, n° 502, 28 août 1495.

26 Ibid.

27 Ibid.

28 AHPG, not. 1, n° 487, 13 mars 1487.

29 AHPG, not. 1, n° 502, 25 novembre 1495.

30 AHPG, not. 1, n° 502, 28 août 1495 : « Item, que si en la dita obra a propia algun defecte e per aquell a per altre via dels presents capitols, o algunes coses en aquelles contengudes e sien algunes diferencies o questions o debats entre les dites parts que dos mestres elegidors per dits parts so es hun per cada part haran ajudicar decisir e determinar dits [...] diferencies questions e debats, e dites parts sens alguna excepcio o apellacio haran a loar e aprovar tot lo que dits dues persones elegidores concordament sera judicat decisit e determinat e quy hara a dir ab jurament per dites persones prestador ».

31 Id. : « Item, es concordat que los dits obrers e sindichs de una part, e los dit Francesc Gomis de la part altra, prometen la una part a la altra tenir servar e ab tot ferte complir totes e sengles coses en los dits capitols tocades e contengudes segons a cascuna part toca e pertany sens alguna excepcio difugi e delacio e per aço attendre e complir los dits obrers e sindichs obliguen al dit mestre Gomis e als seus tots e sengles bens e drets de la dita universitat e singulars e lo dit mestre Francesc Gomis la persona sua tots e sengles bens e drets seus mobles immobles presents esdevenidors e tots ab jurament ».

32 AHPG, not. 1, n° 487, 13 mars 1487 : « Item, les dits parts la una o l’altre convenen e prometen tenir servar e complir totes les dits coses e cascuna de aquelles segons que a cascuna d’elles segua sots lo jurament cont presten: e pena de 25 lb. la qual pena haura la meytat la cort e la restant meytat la part obedjent e d’aço volen e esser fetes una e moltes canes (?) ab les promesses obligacions remerciacions pena e finament l’altres clausules necessaries e opportuns a noticia del notari devall scrit ».

33 ACG, secretariat del capitulo, resoluciones 1381-1462, fol. 74 v., 28 septembre 1434 : « Die XXVIII septembris anno MCCCCXXXIIII, revocato beneplacito Petro Cipres olim magistro, etc. capitulum constituit magistrum operis ab beneplacitum Berengarium Cerviani lapicidum Gerunde cum salario IIII solidorum VI denariorum pro qualibet die qua operabitur, et X librarum pro anno, de medio in medium annum solvendarum. In posse Berengarii Sa Sala, notarii Gerunde».

34 ACG, Obra de la Seu, n° 46, 1479, fol. 46 r.

35 «E mes he pagat a maestro Francesc Gomis com aregint lo offici de maestro mayor de la seu aquells C s. que la obra lus fa de pensio per raho del empaliar dels draps de rasos en les festas precipuas e acustumades e en aquellas jornades que la obra es e sera tenguda en paliar e acompanyar la bandera a la festa de Corpus Christi per la processio e parar aquella als vespres primeras e plegar aquella a la hora acustumada e parar lo moniment per lo Diyous Sant e les entorxeras per la luminaria e plegar aquell ab tota la fusta qui sia de pertinencia de dit moniment e antorxeras e posar ho a la obra al loch acustumat e fer las cadafals a la festa de Pascha qui estan a carrech de la obra les altres jornades estan a carrech de aquells quils faran fer e encara estingut a visitar les taulades de la seu per a mirar ali a unt sa plou e diversas vegadas regonexer la seu a jornadas falladas a coneguda sua y del obrer segons les necessitats acorreran etc.».

36 ACG, Obra de la Seu, n° 33, fol. 47 r. : « IIII die aprilis fou acorsat que Jachme Riart anas a Barcelona que fos venir en Canet per so cont (...) e pague al dit Riart entre anar e tornar XVI s. Item per lo dit Riart [...] una mula al dit Canet per so que vingues prestament costa entre anar e venir X s. ».

37 ACG, Obra de la Seu, n° 33, fol. 104 r., novembre 1424 : « Solvi per un sach de guix per refermar lo cloquer per lo formaret que foren e refeeren culpa Caneti absent».

38 Elle n’est pas encore en 1424 complétement tracée, puisque l’on trouve encore en juin 1425 des achats d’encre pour « perfilar la volta» («profiler la voûte») (ACG, Obra de la Seu, n° 34, s/f, 30 juin 1425).

39 AHMG, Manuals d’acords, n° 97, fol. 53 r. : « … Es concordat que lo dit mestre Miquel fara la volta de la dita capella de raiola doblada e [...] e de guix en que haura quatre claus principals qui eren quinze claus segons la mostrada que lo dit mestre dona feta un hun paper... ».

40 AHPG, not. 4, n° 169, 16 juin 1443.

41 « Item que les dites vuyt croarades sien fetes a compas que le una no sia pus ampla ne pus larga ni pus alta que l’altre e que entre totes vuyt tinguen e ocupen lo dit dormidor axi de amplessa o amplaria com de longuesa ».

42 ADG, negociatorum capituli, t. 3, fol. 7 r.

43 « Item mes que lo dit Claperos age e sia tengut de obrar o fer obrar los dits dotzes apostols de aquella o semblant terra que es obrada la ymaga de Sancta Eulalia e la Creu del portal nou de Barchinona ».

44 ACG, negotiatorum capituli, t. 3, fol. 15 r.

45 « Primerament yo enprench afer so es asaber den lo fill axi gran o maior cum hun dels apostolls e no manor e be abilat e ab tal gest com en semblant acte deu stat. E la maria al mig del gran de vuyt palms o en torn ben vestide abillade honestament e engir e entorn Nou angel ço es quatra ala un costat e quotra alaltra costat e un alt al mig e lo monument als peus dela maria ; e sis angels seraphins ço es tres ala un costat de deu e tres al costat dela Maria e aço age afer tant gran com se pora fer segons lo loch a unt han stat e que dela un angel al altra age algun spay lo qual spay sia omplert o de nuvols o de membra dura per rapersa en los peus de quascun deles Nou dels dits Angels.
Item que tots los angels dassus dits ço es cascun age atanir son stiment (?) caballaduras ben fay sonades e de bon art e cascun abilat e arrasat de sa manera e ales ab plomas de bon art fetes e de diverses maneras e los arresements del cap de cascun de bons e magestrals e ben arrasats xipelets e de diverses maneras e vestits de diversas maneras de vestits (...) ».

46 AHPG, not. 1, n° 502, 8 septembre 1495 : « ço es que en lo loch o part ont es ja situada l’esglesia fara de nou una sglesia maior que la quey es en tal manera que obrant la nova de fonaments la sglesia vella rest fins que faça la volta / e tendra de larch dita sglesia nova XII palms mes que no es la sglesia vella / e de ample X palms mes que la dita sglesia vella e promet lo dit mestre fer bons fonaments e forts a noticia del dit senyor monseyn Sariera / e d’aqui davant obrara les parets de pedra e cals bones e forts de ample so es al fonament VIII palms e VII palms del fonament fins alla on se principiara la volta / e pares feta la volta de pedra e cals es concordat que la sglesia vella sia del tot derrocada en tal forma que nohi rest sino lo campanar lo qual campanar es concordat rest e hare restar ».

47 AHPG, not. 10, n° 53, 18 avril 1409.

48 « ... los damunt dits sien tenguts donar picades e polides e (...) descarregar LXX pedres qui haien dos palms d’ample e tres de lonch, lo lonch de les quals es en suma CCX palms (...) les quals pedres sien de marbre blau ».

49 AHPG, not. 1, n° 447.

50 AHMG, Manuals d’acords, n° 97, fol. 53 r.

51 AHPG, not. 8, n° 51, 16 mai 1452.

52 AHMG, Manuals d’acords, n° 97, fol. 53 r.

53 AHMG, Manuals d’acords, n° 60, fol. 24 r.

54 AHPG, not. 10, n° 53, 18 avril 1409.

55 « que los dits maestres haien posades e descarregades les dites pedres en la plaga davant la [blanc] del monestir de Valldigna en altre manera appellada dal Fandech, e notificar ho al dit senyor abbat ».

56 ACG, Negociatorum capituli, t. 32, fol. 15 r.

57 « Reten se lo dit Claparos libertat de fer la dita obra en Gerona o si ben vindra a Barcelona (...) Item lo dit Claparos a de fer portar e posar e metra a son risc perill e daspesa tota la dassus dit obra acceptat los bestiments fer e daffer e altra apartret lo qual li ha esser administrat a despesa de la dite obra ».

58 AHPG, not. 4, n° 169, 16 juin 1443.

59 « Item, que tots partrets necessaries en tota la dita obra axi de calç, peres raiolls archs guix ports de tots partrets cordes bastiment fustas e totes altres coses necessaries a tot compliment de la dita obra haie haver e pagar lo dit Pere Cipres a son cost e messio que ningun partret ni salaris de mestres ni manobres ni ningunes altres lo dit monestir no li haie haver ni pagar sino solament le quantitat deius scrita».

60 AHPG, not. 1, n° 487, 13 mars 1487.

61 « Item, es concordat que lo dit Pere Frou es tengut dar bon compliment als dits mestres de trer lo apertret necessari per dits obres de taulada sostres portes finestres e ases de [...] fer ho tot aportar tot axen de obre e a mettre calç arena fusta clavo e altres coses quiy sien necessaries que los dits mestres noy sien tenguts metre sino les mans ».

62 ACG, negociatorum capituli, t. 3, fol. 7.

63 « Item, mes es convengut e concordat entre ditas parts que lo dit Calperos asses propries messions e despesas, risch, perill e fortuna e bona ventura ha a posar e assitiar les dits dotze apostols en lo loch on han star declarat empero e exceptat que lo dit capitol age e sia tengut asses despeses de fer o fer fer los bastiments e ell necessaris cascuna vegagda que ell volra metra les ymagens dels dits apostols en lo dit portal ».

64 AHMG, Manuals d’Acords, n° 37, 1402.

65 « Item, que si fet lo dit seny en aquell apparria algun deffeliment de so o de forma o altre qualsevol deffelment per lo qual lo dit seny no fos resebador aconexença del dit senyor cardenal e de las IIII personas damunt nomanadas o mayor partida d’aquellas IIII personas ab lo dit senyor cardenal que en aquell cars lo dit mestre Johan sie tengut una vegada e moltas tornar e reffer lo dit seny ant que sia be e resebador (...) e que la dita refeccio e retornament sia feta a despeses del dit mestre Joan o a despeses dels dits capitol e ciutat o per ensemps en tot o en partida (...) ».

66 AHMG, Manuals d’acords, n° 95, 28 mai 1495.

67 « Tot aço fara lo dit mestra Johan a totes ses despeses de mans de mestres e menobres cals guix fusta e claus per preu de LXXXV liures pagadores en la forma saguent: lo primer dia de comensara la obra deu liures e de aquell dia a XX dies seguents XV liures e d’aqui a altres XX dies seguents altres XV liures, é lo restant lo dia que haura acabadada tota la dita obra ».

68 AHMG, Manuals d’acords, n° 60, 30 mars 1448, fol. 24 r. : « Item, es convengut e concordat entre les dites parts que los dits sobreposats haian donar e pagar als dits mestres per paga e integra satisfaccio de la dita hobre correnta tres lliures barchinones de moneda corrent ».

69 AHPG, not. 1, n° 502, 8 septembre 1495.

70 « Item es concordat que lo dit Senyor en les dits noms pac e hage a pagar al dit mestre Johan per la dita obra setanta liuras barchinonenses e quatre botes de vi vermell e quatre mitgeras de forment a mesura de Gerona so es de present XX liures e lo dit vi e forment / e la resta a mige obra feta la meytat del restant / e acabada la obra l’altra meytat... ».

71 AHPG, not. 1, n° 487 : « … Pere frou ha fer la despesa de manjar e beure be (...) als dits mestres e per tot temps que obraran ».

72 AHPG, not. 4, n° 169, 16 juin 1443.

73 « Item, que lo dit Pere Cipres haie a son cost e messio fer tota messio de menjar e beura e altre provisio dar acustumade a mestres e manobres en aquesta traball axi que en res lo dit monestir no sia tengut ».

74 J. Domenge I Mesquida, L’obra de la seu..., op. cit., p. 237.

75 Ibid.

76 Cité par G. Lefranc, Histoire du travail et des travailleurs, Paris, 1957, p. 132.

77 P. Bonnassie, La organizacion del trabajo en Barcelona, op. cit., p. 109.

78 B. Caceres, Loisirs et travail du Moyen Âge à nos jours, Paris, 1973, passim.

79 D. Knoop, J. P. Jones, The medieval mason, Manchester, 1933, passim.

80 P. du Colombier, Les chantiers des cathédrales, op. cit., p. 45.

81 Ibid.

82 B. Geremek, Le salariat..., op. cit., p. 81.

83 M. Baulant, « Le salaire du bâtiment à Paris (1400-1726) », Annales ESC, XXI, 1971, passim.

84 B. Geremek, Le salariat..., op . cit., p. 78.

85 Ibid., p. 79-80.

86 Ibid.

87 D. Menjot, « La main d’œuvre des travaux publics en Castille méridionnale au bas Moyen Âge : l’exemple de Murcie », Razo, Cahiers du centre d’études médiévales de Nice, L’artisan dans le Péninsule Ibérique, n° 14, Nice, 1993, p. 64.

88 P. du Colombier, Les chantiers des cathédrales..., op. cit., p. 45 ; G. Lefranc, Histoire du travail..., op.cit., p. 133.

89 B. Caceres, Loisirs et travail..., op. cit., passim.

90 Ibid.

91 B. Geremek, Le salariat..., op. cit., p. 82.

92 Ibid.¸ p. 83.

93 J. M. Doñate Sebastia, « Salarios y precios durante la segunda mitad del siglo XIV », VII Congreso de Historia de la Corona de Aragon, II, Barcelone, 1962, p. 423.

94 ACG, Obra de la Seu, n° 36, fol. 20 r.

95 Source : Bureau des Longitudes de Paris.

96 ACG, Obra de la Seu, n° 46, fol. 87 r.

97 « Item, en los desus dits mesos ha fets faena en Jachme Sala, macip. Deduyt de sis un jornal per cont los dies en lo yvern son patits ».

98 Cf. infra, « les ouvriers sur le chantier ».

99 Ouvriers qualifiés : 1480 jours de travail pour 329 semaines travaillées au total, manœuvres : 122 jours de travail pour 50 semaines travaillées au total.

100 P. du Colombier, Les chantiers des cathédrales..., op. cit., p. 45.

101 ACG, Obra de la Seu, n° 37, 24 juin 1438, fol. 15 v. : « Solvi per adobar lo poal de coura del ajup la on piquen ».

102 D. Knoop, J. P. Jones, The medieval mason, op. cit., passim.

103 Cité par G. Lefranc, Histoire du travail..., op. cit., p. 133.

104 Jean Pierre Leguay, «Accidents du travail et maladies professionnelles au Moyen Âge», L’information historique, n° 43, 1981, p. 223.

105 V. Mortet, P. Deschamps, Recueil de textes relatifs à l’histoire de l’architecture..., op. cit., p. 354:: «Tempore Domini Stephani de Liciaco quarti prioris Grandimontis, aedificabatur ecclesia in Grandimonti. Accidit autem quadam die, cum operarii quendam lapidem magnum ac quadratum sursum in altum defferent, obvium habuerunt Geraldum, magistrum operi ispsius, quem inviti et incaute ignorantes expulerunt a summitate arcuum, et corruit interram: qui gravietr collisus occubuit (...) Flebant itaque caementanii et alii operarii (...) Prior Stephanus duxit ad sepulchrum Beati Patris nostri Stephani (...) dixit ad eum: «Gerarde, surge, surge, dico, operarie et ad opus tuum revertere (...)». (...)Reviviscens homo surrexit (...) Tunc Stephanus prior (...) «Ecce magister vester Geraldus sanus et incolumis perseverat. Revertimini igitur cum eo ad opus vestrum (...)».

106 ACG, Obra de la Seu, n° 36, 9 août 1434, fol. 16 r. : « Solvi an Anthoni Ribers qui puja alt a la volta per escombrar e mundar ben per Santa Maria de gost per so cont nengu dels padrers non volia pujar per dos dias a raho de V s. VI per dia monta XI s. ».

107 E. C. Girbal, « Consideraciones artisticas sobre nuestra catedral », RDG, XII, mai 1887, n° V, p. 1 : 33.

108 J. P. Leguay, « Accidents du travail... », op. cit., p. 223 sq.

109 Marcel Durliat, « Les chantiers de construction des églises romanes », Les cahiers de Saint-Michel de Cuixà, XXVI, 1995, p. 17.

110 Traduction A. Bouillet, L. Servieres, Sainte Foy vierge et martyre, Rodez, 1900, p. 586.

111 Par exemple, le manœuvre Antoni Escuder disparaît pendant 4 semaines des comptes du chantier de la seu en 1410, alors qu’il est présent chaque semaine durant tout le reste de l’année et que ses camarades de chantier n’accusent pas une baisse d’activité (ACG, Obra de la Seu, n° 26). De même, le tailleur de pierre Mer Gili s’absente 2 semaines en février 1460, alors qu’il est présent tout le reste de l’année (ACG, Obra de la Seu, n° 44).

112 ACG, Obra de la Seu, n° 31, fol. 51 r. : « erat infirmus e non poterat operari ad jornale et per multos dies intervallat fent nos palmes ».

113 ACG, Obra de la Seu, n° 31, fol. 287 r. : « Solvi Servia pro V diebus a raho de II s. VI quod fuit infirmus et no li dan nisi II s. VI pro die que nos faciebat tantum opus : ». Berenguer Cervia touche normalement 4 sous 6 deniers par jour.

114 ACG, Obra de la Seu, n° 25, s/f.

115 B. Geremek, Le salariat..., op. cit., p. 108.

116 Cité par G. Lefranc, Histoire du travail..., op. cit., p. 134.

117 Voir l’étude faite sur cette révolte des ouvriers de la laine par S. A. Epstein, Wage, labor and guilds in medieval Europe, op. cit., p. 252.

118 Citée par P. du Colombier, Les chantiers des cathédrales, op. cit., p. 41-42.

119 ACG, Obra de la Seu, n° 31, fol. 257 v.

120 ACG, Obra de la Seu, n° 40, fol. 55 v.

121 P. Bonnassie, El trabajo en Barcelona..., op. cit., p. 113. B. Geremek, Le salariat..., op. cit., p. 85.

122 M. Baulant, « Le salaire des ouvriers du bâtiment à Paris de 1400 à 1726 : », Annales ESC, XXI, 1971, n° 2, p. 465.

123 A. Salamagne, Construire au Moyen Âge. Les chantiers de fortification de Douai, Villeneuve d’Ascq, 2001, p. 136.

124 B. Geremek, Le salariat..., op. cit., p. 87.

125 ACG, Obra de la Seu, n° 51, fol. 99 r. sq.

126 ACG, Obra de la Seu, n° 44, passim.

127 G. Fagniez, L’industrie à Paris..., op. cit., p. 88.

128 ACG, Obra de la Seu, n° 50, fol. 90 r.

129 AHMG, Comptes del clavari, I.3.3.1.2, llig. 4, fol. 86 r.

130 B. Geremek, Le salariat..., op. cit., p. 93.

131 J. M. Doñate Sebastia, « Salarios y precios durante la segunda mitad del siglo XIV », VIII Congreso de Historia de la Corona de Aragon, II, Barcelone, 1962, p. 423.

132 ACG, Obra de la Seu, n° 31, septembre 1421.

133 Il était payé auparavant 4 s. 6 d.

134 P. du Colombier, Les chantiers des cathédrales..., op. cit., p. 56.

135 ACG, Obra de la Seu, n° 23, 24, 25, 26.

136 J. Domenge I Mesquida, L’obra de la seu..., op. cit., p. 235.

137 ACG, Obra de la Seu, n° 37.

138 D. Menjot, « La main d’œuvre des travaux publics en Castille méridionale au bas Moyen Âge : l’exemple de Murcie : », Razo, op. cit., p. 66.

139 AHMG, comptes del clavari, I.1.3.3.2, llig. 4.

140 ACG, Obra de la Seu, n° 31.

141 Ibid. fol. 21 r. « Hic fuit conventum cum Arenys qui est bonus operator quod six mensibus anni videliquet abrill, maig, jun, julioll, agost et setembre [...] qualibet die IV s. VI d. ut Berangarius Brenys, aliis VI mensibus videliquet vuytobre, novembre, decembre, gener, febrer et marçs IV s. ».

142 Ibid.

143 ACG, Obra de la Seu, n° 46.

144 ACG, Obra de la Seu, n° 31, fol. 36 v.

145 ACG, Obra de la Seu, n° 31, septembre 1421.

146 5 s. 6 d., alors que les salaires des charpentiers de l’époque oscillent entre 3 s. 8 d. et 5 s.

147 « Solvi Salvatori Geroni per III diebus a raho de V s. VI d. que ales no volia fustejar et era bon magister et la vuolta stava in periclo XVI s. VI. ».

148 Cité par V. Mortet, P. Deschamps, recueil de textes..., op. cit., t. 2, p. 291. « Magistri cementariorum virgam et cyrothecas in manibus habentes, aliis dicunt : « par ci me le taille », et nihil laborant, et tamen majorem mercedem accipiunt, quod faciunt multi moderni prelati ».

149 ACG, Obra de la Seu, n° 31, fol. 23 v.

150 Cf. supra : « Postes de recettes ».

151 P. du Colombier, Les chantiers des cathédrales..., op. cit., p. 56.

152 J. Hamilton, Money, prices and wages in Valencia, Aragon and Navarra, 1351-1500, Cambridge, 1936, p. 70.

153 AHMG, Obres publiques i Urbanisme, XIII.4.1, ponts, llig. 1.

154 ACG, Obra de la Seu, n° 24, 39, 43, 51. Salaires moyens des maîtres tailleurs de pierre : (1404) 3 s. 6 d., (1147) 4 s., (1457) 4 s., (1497) 4 s. Salaires moyens des simples tailleurs de pierre : (1404) 2 s., (1447) 2 s. 6 d., (1457) 3 s., (1497) 3 s. 5 d.

155 AHMG, comptes del clavari, I.1.3.3.2, llig. 4.

156 Ch. M. De La Roncière, Prix et salaires à Florence au XIVe siècle, 1280-1380, Paris, 1982, p. 379.

157 J. Hamilton, Money..., op. cit., p. 71.

158 ACG, Obra de la Seu, n° 31.

159 ACG, Obra de la Seu, n° 44.

160 ACG, Obra de la Seu, n° 33.

161 P. Bonnassie, El trabajo en Barcelona..., op. cit., p. 118.

162 A. Salamagne, Construire au Moyen Âge..., op. cit., p. 136.

163 G. Fagniez, L’industrie à Paris..., op. cit., p. 89.

164 ACG, Obra de la Seu, n° 31, fol. 32 v.

165 « Solvi Antoni Lop per un maynell que pica a casa a les vesprades XX s. que axi foren extimatz per en Canet e Bufill e que mes valia picassen a casa los maynells de la obra que axa matex (...) despavien e rompien les stodes de la obra e que la dita obra sen espatxaria milyor ».

166 ACG, Obra de la Seu, n° 43, fol. 176 v.

167 ACG, Obra de la Seu, n° 32, fol. 27 v.

168 ACG, Obra de la Seu, n° 50, fol. 123 r.

169 ACG, Obra de la Seu, n° 29, fol. 34 v.

170 ACG, Obra de la Seu, n° 50.

171 D. Menjot, « La main d’œuvre des travaux publics... », Razo, op. cit., p. 66.

172 ACG, Obra de la Seu, n° 33 : Salaires des esclaves : entre 2 sous et 2 s. 6 d. Salaires des manœuvres : entre 1 s. 6 d. et 2 s. 8 d. Même exemple entre 1437 et 1444 (ACG, Obra de la Seu, n° 37 et 38) : Salaires des esclaves : entre 2 s. 4 d. et 2 s. 6 d. Salaires des manœuvres : entre 2 s. et 3s. 4 d.

173 P. du Colombier, Les chantiers des cathédrales..., op. cit., p. 57.

174 La graphie médiévale du nom était « Obazine ».

175 Philippe Lardin, « Le rôle du vin et de la nourriture dans la rémunération des ouvriers du bâtiment à la fin du Moyen Âge », La sociabilité à table : commensalité et convivialité à travers les âges, Actes du colloque de Rouen des 14-17 novembre 1990, Rouen, 1992, p. 209.

176 P. Lardin, « Le rôle du vin... », La sociabilité à table..., op. cit., p. 211.

177 Ibid. p. 214.

178 C. Argiles I Aluja, « : L’activitat laboral a la seu entre 1395 i 1410 a travès dels llibres d’obra : », Actes del congres de la seu Vella de Lleida, 6-9 mars 1991, Lleida, 1999, p. 241.

179 AHMG, Comptes del clavari, I.1.3.3.1.2, llig. 4, fol. 92 r.

180 ACG, Obra de la Seu, n° 43, fol. 171 r. sq.

181 ACG, Obra de la Seu, n° 29.

182 Ibid. fol. 5 v.

183 Ibid. fol. 6 r.

184 Ibid. fol. 8 r.

185 Ibid. fol. 8 r.

186 Ibid. fol. 16 r.

187 Ibid. fol. 16 v.-19 v.

188 ACG, Obra de la Seu, n° 29, fol. 34 r.

189 Ibid. fol. 33 v.

190 Los Reys de Arago y la seu de Girona desde l’any 1462 fins al 1482, op. cit., p. 18. « Die jovis VI iunii dedimus officia corporis Christi, et illo die fuit deliberatum, audito venerabili Anthonio Laurencii operario fabrice, quod pro pede magistri majoris fabrice, qui est hodie magister Augustinus, dentur sibi centum solidi de terno, durante guerra pro laboribus quos sustinuit in annum, qui non computantur in jornalibus ».

191 ACG, Obra de la Seu, n° 32.

192 G. Fagniez, L’industrie à Paris..., op. cit., p. 88.

193 A. Rucquoi, « Le secteur privé du bâtiment... », Razo, op. cit., p. 78.

194 ACG, Obra de la Seu, n° 37.

195 ACG, Obra de la Seu, n° 41, fol. 28 r., 7 juin 1449.

196 « Solvi an Johan Buch padrer per XXXII canes V palms de pedres de fill tallades, inclos pedre, punt i port a raho de V s. VI d. XII lb. IV s. VIII d. ».

197 J. Vicens Vives, « Evolucion de la economia catalana durante la primera mitad del siglo XV », IV congreso de historia de la Corona de Aragón, Palma de Majorque, 1955, p. 7.

198 Ibid. p. 8-12.

199 E. J. Hamilton, Money, prices and wages..., op. cit., p. 111-115.

200 A. Rucquoi, « Le secteur prive... », Razo, op. cit., p. 78.

201 La transposition des salaires monétaires en salaires réels, c’est-à-dire exprimés en denrées alimentaires (blé, huile, vin etc...) sera utilisée dans notre troisième partie consacrée à l’étude des conditions et niveaux de vie des ouvriers. C’est pourquoi nous avons choisi de convertir les salaires en monnaie Or pour leur étude ici.

202 E. J. Hamilton, Money, prices..., op. cit., p. 93.

203 A. Rucquoi, « Le secteur privé... », Razo, op. cit., p. 78.

204 Ch. M. De La Roncière, Prix et salaires à Florence au XIVe siècle 1280-1380, Rome, 1982, p. 275-277.

205 Voir entre autres P. du Colombier, Les chantiers des cathédrales, op. cit., p. 56 ; M. Baulant, Le salaire des ouvriers..., op. cit., p. 467 ; D. Menjot, « La main d’œuvre des travaux publics... », Razo, op. cit., p. 66 ; B. Geremek, Le salariat..., op. cit., p. 91-92.

206 P. Bonnassie, El trabajo en Barcelona..., op. cit., p. 119.

207 Ch. M. De La Roncière, Prix et salaires..., op. cit., p. 273.

208 P. du Colombier, Les chantiers des cathédrales..., op. cit., p. 56.

209 B. Geremek, Le salariat..., op. cit., p. 92.

210 Les tailleurs de pierres n’étant pas toujours différenciés entre maîtres et compagnons, nous avons opté pour l’utilisation d’un salaire maximum et d’un salaire minimum répertoriés.

Table des illustrations

Légende Figure 8 : AHPG, not. 1, n° 447.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/35118/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Titre Nombre moyen de jours travaillés par ouvrier par semaine
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/35118/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Titre Rythme annuel de travail
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/35118/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende Tableau 12 : Présence des ouvriers sur le chantier en fonction de leur qualification.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/35118/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende Graphique 5 : Répartition de la présence des ouvriers sur le chantier 1459-1460
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/35118/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende Graphique 6 : Dispersion des salaires chez les tailleurs de pierre.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/35118/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/35118/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende Graphique 7 et Graphique 8 : Salaires des tailleurs de pierre et des charpentiers en équivalents florin d’or
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/35118/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/35118/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Légende Graphique 9 et Graphique 10 : salaires des compagnons tailleurs de pierre et des manœuvres en équivalent florin d’or.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/35118/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 51k

© Presses universitaires du Midi, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search