Version classiqueVersion mobile

La construction et les métiers de la construction à Gérone au XVe siècle

 | 
Sandrine Victor

Deuxième partie. La main d’œuvre sur le chantier

Chapitre III. Hiérarchie professionnelle : le Métier

Texte intégral

  • 1 Cité par A. de Capmany, Els antics oficis de Barcelona, Barcelone, 1937, p. 14.

1Dans le cadre de leur pratique professionnelle, les artisans, dont les bâtisseurs, ont rapidement cherché à se structurer. C’est donc par les associations de métiers que nous allons poursuivre notre étude du monde du travail sur les chantiers. Le besoin de structurer et régir la pratique des métiers s’est très tôt fait sentir : les chemins pour arriver à ces associations, plus ou moins achevées et réglementées selon les lieux, furent divers. Néanmoins, ils ont permis de donner une image unie de la main d’œuvre, comme le dépeint le portugais Barreyros en 15461: « Je ne crois pas qu’il y ait en Espagne une autre ville de sa catégorie [Gérone] qui ait un nombre aussi grand, et une telle variété d’officiels et artisans, lesquels sont certainement très nombreux et travailleurs »

1. Définition et terminologie

  • 2 P. Freixas, « La Girona menestral del segle XV », Gremis i oficis a Girona, Gérone, 1984, p. 43-71.
  • 3 J. Gautier Dalche, « L’artisanat urbain dans les pays de la Couronne de Castille avant le règne des (...)
  • 4 L. Benoist, Le compagnonnage et les métiers, Paris, 1966, p. 19.
  • 5 P. Freixas, « La Girona menestral del segle XV », Gremis i oficis a Girona, op. cit., p. 43-71, ent (...)
  • 6 « Cofradias gremiales », A. Rumeu de Armas, Historia de la previsión social, Madrid, 1942.
  • 7 J. Heers, Le travail au Moyen Âge, Paris, 1965, p. 104.
  • 8 L. Benoist, Le compagnonnage et les métiers, op. cit., p. 18.

2Cette diversité dans les structures et organisations se retrouve jusque dans la dénomination et la définition même de ces associations. La terminologie dépend étroitement de la présence ou non du facteur religieux dans la structure2. En Catalogne, ces associations prendront presque indifféremment les noms d’associacions menestral, confraries, oficis, arts, col.legis. Les différents termes se retrouvent dans la zone hispanisante de la Péninsule : menester, mester, cofradia, oficio, arte3. Le terme de gremi, en catalan, ou gremio, en castillan, correspond au français « corporation », qui n’appartient pas au vocabulaire médiéval. En effet, le mot « corporation » n’apparaît qu’en 1776 dans l’édit de Turgot, qui, paradoxalement, les interdit. Avant cette date, si le mot fut d’usage courant, il ne fut cependant jamais employé officiellement4. Cependant, on trouve parfois ces termes employés dans l’historiographie, seuls5 ou associés à d’autres pour souligner l’aspect professionnel de la structure associative : c’est le cas par exemple des « confréries corporatives » de Rumeu de Armas6. En France, on utilise volontiers les termes de « charités », « fraternités », « Métiers », ou dans le nord et en Flandres, ceux de « guildes » et « hanses ». Les anglais parlent de ghilds ou mysteries, les allemands de Innungen, gilden, aemter ou gewerke. En Italie, on les nomme arti7. Ce vocabulaire remonterait aux époques les plus reculées, car, selon les orfèvres par exemple, il correspondrait à une association fondée sous Charles le Chauve8. Le terme de « compagnonnage », quant à lui, ne correspond qu’à une réalité structurelle du XIXe siècle.

  • 9 P. Bonnassie, La organización del trabajo en Barcelona a fines del siglo XV, Barcelone, 1975, p. 34

3Cette diversité dans le vocabulaire souligne les multiples formes que revêtent ces associations. Les situations sont confuses. Mais ces confusions existaient aussi dans l’esprit des gens de l’époque, qui employaient ofici et confraria dans le même sens9. Quel sens donner à ces termes ? Quelles réalités englobent-ils ?

  • 10 Ibid., p. 31.
  • 11 P. Freixas, « La Girona menestral del segle XV », Gremis i oficis a Girona, op. cit., p. 59.
  • 12 G. Fagniez, L’industrie et la classe industrielle à Paris au XIIIe et au XIVe siècles, Paris, 1877, (...)
  • 13 G. Lefranc, Histoire du travail et des travailleurs, Paris, 1957, p. 125.
  • 14 « Les Métiers, les arts sont fils de la paix et de la liberté », cité par A. de Capmany, Els antics (...)
  • 15 P. Bonnassie, La organización del trabajo..., op. cit., p. 31-33.
  • 16 Ibid., p. 32.

4La confrérie est un regroupement d’artisans, ou d’une partie d’entre eux, avec un objectif défini, en général religieux10. Les Métiers sont des institutions ou des associations professionnelles, obligatoires, jouissant de privilèges et se trouvant souvent en situation de monopole11. Elles exercent leur industrie selon une réglementation qu’elles élaboraient elles-mêmes12. Ces règlements s’imposent à tout ceux qui veulent exercer13. Leur but est la tranquillité sociale : « Els oficis, els arts son fills de la pau e de la llibertat »14. Il suffit que la confrérie simple, à but religieux, mette de côté les confrères de dévotion ou les membres n’exerçant pas la même profession, et accepte les membres de profession non confrères, pour qu’elle se transforme en Métier. Elle en devient alors l’organisme représentatif15. Cette forme simple de confrérie s’oppose aux grandes confréries de Barcelone qui sont une fédération de Métiers16.

2. Origines et confréries

  • 17 P. Freixas, « La Girona menestral del segle XV », Gremis i oficis a Girona, op. cit., p. 43.
  • 18 J. Gaultier-Dalche, « L’artisanat urbain dans les pays de la Couronne d’Aragon... », Razo, op. cit.(...)
  • 19 D. Schneider, « Peut-on modéliser la question des confréries professionnelles ? Étude à partir d’un (...)

5La grande période de formation des associations professionnelles se situe entre le XIIIe et le XVe siècle17. Cependant, ces regroupements intègrent des structures déjà mises en place. En fait, il n’y a pas de Métier, au sens propre du terme avant les Rois Catholiques. Avant cette date, l’association se fait sous forme de confrérie à finalité religieuse et charitable. C’est seulement plus tard que ces confréries prendront en main la vie professionnelle de leurs membres18. Mais cette mutation ne fait que refléter des structures artisanales préexistantes. Ce besoin d’organisation, de règlement se fait sentir très tôt, autant chez les seigneurs, que chez les plus humbles, qui recherchent un appui religieux, une assistance pour leur passage dans l’au-delà19. Un contexte épidémique a pu accentuer ce besoin d’entente mutualiste.

  • 20 L. Benoist, Le compagnonnage et les métiers, op. cit., p. 20.
  • 21 J. Heers, Le travail au Moyen Âge, op. cit., p. 99.
  • 22 La moyenne des commandes est de 7 onces, soit le double des sommes généralement consacrées par l’Ég (...)
  • 23 P. Bonnassie, La organización del trabajo..., op. cit., p. 38.
  • 24 Ibid., p. 34-35.
  • 25 Ibid., p. 36.

6Que sont les confréries primitives ? Les premières associations se font sous la forme de confréries à vocation religieuse. Les membres adhèrent à ces groupements dans l’espoir d’une mort selon les rites chrétiens20. Il s’agissait de s’assurer le linceul, les cierges processionnels, la veillée funèbre et la ou les messes chantées. La place des cierges dans l’enterrement chrétien était telle, qu’en Angleterre, les responsables des guildes villageoises se nommaient les lightmen21. De plus, les fonds constitués des droits versés par les membres étaient destinés à des œuvres d’assistance aux vieillards, aux veuves et aux orphelins de la confrérie. Les membres se regroupaient sous l’invocation d’un Saint patron, comme Saint Éloi pour les orfèvres, ou Saint Joseph pour les charpentiers. Les confréries regroupent plusieurs professions. Ainsi, les tailleurs de pierres, les travailleurs du métal et les arbalétriers appartiennent tous à la confrérie placée sous la protection des Quatre Sants Martyrs, pour lesquels ils ont bâti une chapelle à la seu de Gérone. Les confréries jouent d’ailleurs un rôle de grande importance dans le marché de l’art, car elles passent souvent des commandes luxueuses aux peintres ou aux orfèvres pour décorer leur chapelle votive22. Toute entrée en confrérie est officielle et publique23: le nouveau confrère prête serment, et par cela même peut être accusé de parjure dans l’avenir s’il ne respecte pas les règles. Son entrée est consignée dans le Livre de la confrérie. Une sélection peut être faite. La moralité du candidat est très regardée. La race et la religion sont des critères d’exclusions, surtout pour les Juifs et les maures. Par contre le sexe et l’origine ne sont que rarement examinés24. Ce tri dans l’accès à la confrérie, religieuse ou de Métier, montre que les artisans visent à former un groupe bien identifié, une sorte d’aristocratie urbaine. Au fur et à mesure de la mutation de la confrérie vers le Métier, les critères sociaux de sélection tendent à être plus stricts. C’est une volonté nette des maîtres de rester entre eux25.

  • 26 C. Guilleré, Girona al segle XIV, Gérone, 1993, passim et C. Fouchard, Assistance et pauvreté à Gér (...)
  • 27 P. Freixas, « La Girona menestral... », op. cit., p. 43.
  • 28 Ibid., p. 65.
  • 29 ADG, St Felix : Confreries, St Narcis : ordinacions, confrares : dones : 1400, 5.4.4.
  • 30 AHMG, Associacions, gremis, IV.1.

7À Gérone, les confréries sont nombreuses, et sont très actives dans leur rôle d’assistance et de fraternité26. On en dénombre plus de 3027. Elles apparaissent, parfois de façon fugace, dans la documentation. Ainsi, en 1211, la confrérie de Saint Martin fonde l’Hôpital neuf. Des legs testamentaires entre 1227 et 1245 sont faits à la confrérie de les puelles. En 1307, un sacristain teste en faveur de la toute nouvelle confrérie de la seu, visiblement fondée la même année que la confrérie de Saint Narcis. En 1314, la confrérie de Saint Thomas apostolique obtient le droit d’édifier une seconde chapelle à la cathédrale. En 1320, la confrérie de Sainte Marie de la seu achète le domaine de la Barroca, ce qui sous-entend qu’elle possède la personnalité civile. En 1342, la confrérie Saint Pierre Martyr est fondée. En 1379, c’est le tour de celle de Saint Côme et Saint Damien. En 1386, le roi approuve la fondation de la confrérie de Saint Georges et Élisabeth. La confrérie des Onze Mille Vierges naît en 1406. En 1419, on rédige les premiers statuts de la confrérie des Quatre Saints Martyrs28. La documentation fait donc référence à de nombreuses associations religieuses. Malheureusement, peu de statuts concernant le bâtiment nous sont parvenus. Nous en possédons néanmoins trois : le règlement de la confrérie de Saint Narcis29, et les deux statuts de la confrérie des Quatre Saints Martyrs30. Nous nous intéresserons à ces derniers plus tard. C’est le premier qu’il faut étudier ici car il régit une confrérie au sens strict et originel du terme.

  • 31 ADG, Monestirs i confraries, confraria de Sant Narcis, comptes i eleccio de pabordes, 1390-1423, 5. (...)

8La confrérie dite de Saint Narcis est en fait sous l’invocation double de Saint Narcis et Saint Felix, « et des nombreux autres saints qui sont dans cette église ». Cette confrérie est ouverte aux hommes comme aux femmes, puisqu’il est fait mention de « comfrare e comfraressa ». Nous pouvons distinguer trois grands aspects constitutifs : la structure de la confrérie, les devoirs et obligations des confrères, la fonction d’assitance de la confrérie. La confrérie de Saint Narcis a à sa tête 4 pabordes : deux clercs et deux laïcs. Ils sont nommés en session plénière lors de la Saint Marc, après la messe et la lecture des statuts de la confrérie. Leur première tâche est de vérifier les comptes des pabordes de l’année antérieure. Ils sont en poste pour un an, mais peuvent être réélus si les confrères le jugent utile. Les confrères et consœurs s’engagent vis à vis de la confrérie sur de nombreux points. Ils doivent d’abord payer 12 d. pour entrer, puis une cotisation annuelle de 12 d., à remettre le jour de la Saint Marc. De plus, ils doivent 5 lb. pour les frais funéraires. Il est possible cependant de participer aux biens spirituels de la confrérie sans en faire partie : il suffit de lui faire un legs. Les nouveaux arrivants sont inscrits dans le livre de la confrérie et s’engagent à respecter et défendre les règles de celle-ci sous peine d’exclusion. Les membres qui, pour des raisons d’affaires, ne peuvent s’engager à remplir tous les devoirs exigés par la confrérie peuvent se racheter en payant 5 lb. De plus, la confrérie joue un rôle d’assistance et d’accompagnement spirituel. Elle s’engage, et engage avec elle tous les confrères et consœurs, à veiller sur le bien-être minimal des membres, c’est-à-dire les assister face à la mort, la maladie et la pauvreté. En cas de maladie, les membres seront soignés à leurs frais par les pabordes, ou s’ils ne peuvent faire face aux dépenses, aux frais de la confrérie. Il leur sera administré l’extrême onction, et ils sont assurés d’avoir une sépulture, et une messe chantée. Les confrères sont tenus, en cas de décès d’un des leurs, de faire dire une messe ou un office pour son âme, puis, 100 Pater Noster et Ave Maria ou donner 6 d. Ils peuvent aussi dire eux-mêmes une fois l’office des morts ou deux fois les psaumes de pénitence s’ils sont avec litanies, trois fois s’ils sont dits sans. Ils doivent de plus se rendre à la maison du défunt pour s’incliner devant le corps. L’accompagnement de la confrérie se fait également dans la pauvreté. Les confrères et consœurs frappés par la misère doivent être entretenus par l’association. Hors des statuts, on a pu relever quelques cas d’aides accordées aux plus humbles pour marier leurs filles31. L’étude de ce cas local reprend en tout point les grands traits structurels des confréries européennes. Ceci tend à souligner que ces organisations fonctionnent plutôt bien, puisqu’elles se sont reproduites presque à l’identique dans tous les pays.

3. Vers le Métier

  • 32 A. Riera I Melis, « La aparición de las corporaciones de oficio en Catalunya (1200-1350) », Cofradi (...)
  • 33 G. Rosser, « Worker’s associations in english medieval towns », Les métiers au Moyen Âge. Aspects é (...)
  • 34 P. Bonnassie, La organización del trabajo en Barcelona, op. cit., p. 12.
  • 35 R. Fossier, Histoire sociale de l’occident médiéval, Paris, 1970, p. 326.
  • 36 Ibid., p. 326.
  • 37 G. Rosser, "Worker’s associations in english medieval towns », Les métiers au Moyen Âge, op. cit., (...)

9Ces confréries seraient donc les formes primitives des associations professionnelles. La filiation directe entre la confrérie et le Métier est contestée par certains32. Les ouvriers auraient eu besoin de travailler ensemble et de partager l’acquisition de l’outillage. La cause de la mise en association serait donc alors le crédit, puisque ces ouvriers avaient besoin d’un capital pour s’établir, acheter des matériaux et surtout des outils33. C’est l’outil qui a poussé à la socialisation du travail. En Angleterre, les fraternités pouvaient tenir un rôle de banquiers à des taux très avantageux. Ces associations obéiraient, de plus, au besoin d’un développement économique et d’une concentration des activités en ville34, ceci dans le cadre d’une réactivation économique, comme en Catalogne dans la seconde moitié du XIe siècle. Ensuite, avec l’augmentation du nombre des ouvriers d’un secteur, les maîtres cherchent à définir rigoureusement les conditions de fabrication35, d’où une structuration poussée, qui passe souvent par l’ordonnance écrite et officialisée de pratiques considérées comme des usages et coutumes. Le goût du profit et le maintien des avantages impliquent aussi un certain conservatisme qui passe obligatoirement par une réglementation accrue, même si ce conservatisme est justifié par un désir de travail bien fait, autant par respect du client que par celui du travail de l’artisan36. Enfin, le désir d’union des forces de production répond à un besoin d’assise sociale pour des raisons de pur "marketing". En effet, ces associations de métiers servent à asseoir la réputation des ouvriers qui en font partie, et ainsi, leur ouvrir des marchés et leur faciliter l’accès à l’emploi37. Il semble qu’il y ait dans l’essence même de la nature humaine un besoin de support, de liens avec les différentes strates de la société et de l’industrie. Quoiqu’il en soit, les origines de ses associations professionnelles sont largement influencées par les confréries, si elles n’en découlent pas directement.

  • 38 G. Lefranc, Histoire du travail..., op. cit., p. 124.
  • 39 M. Tintó I Sala, Els gremis a la Barcelona medieval, Barcelone, 1978, p. 13.
  • 40 A. Collantes De Terán Sánchez, « L’apprenti dans l’Espagne médiévale », Razo, op. cit., p. 88.
  • 41 A. Riera I Melis, « La aparición de las corporaciones... », Cofradias, gremios..., op. cit., p. 297
  • 42 D. Menjot, « Les Métiers en Castille au bas Moyen Âge : approche des vécus socio-économiques », Les (...)
  • 43 Ibid. p. 301.
  • 44 R. Fossier, Histoire sociale..., op. cit. p. 327.

10La genèse documentée de ces associations de Métiers se situe en France dans les régions traversées par la Seine, la Somme, l’Escaut, la Meuse et le Rhin. Dès le début du XIe siècle, on y trouve des associations de marchands, qui s’unissent pour se défendre contre des périls communs38. Les premières références officielles documentées en Espagne datent du XIIIe siècle : d’abord dès 1200 dans le privilège de Pau i Treva, signé par Pierre le Catholique où le mot menestral apparaît, puis à Barcelone, où se trouve le plus vieux document de regroupement de métier : les chausseurs demandent en 1203 à édifier à la cathédrale un autel pour leur Saint patron, Marc39; et enfin dans les fueros concédés par Jacques Ier à Valence, où il est fait plusieurs fois références à des apprentis40. Le premier règlement explicite d’un Métier date de 121841. Il s’agit des moleros des carrières de Montjuïc à Barcelone. Cet acte, confirmé en 1327 par Jacques II et en 1328 par Alphonse le Magnanime, met en place l’élection de 3 consuls à la tête de l’organisation, et le contrôle de tous les ouvriers de Barcelone. En Castille, des groupes d’artisans organisés apparaissent dans la seconde moitié du XIIIe siècle, comme les cordonniers à Burgos, puis fin XIIIe à Séville, où ils ont déjà une autorité propre et des statuts complets. Cette forme achevée des organisations se répand assez vite, et se retrouve dès le début du XIVe à Murcie et au XVe siècle à Tolède et Cuenca42. Ces premiers statuts posent les jalons techniques du Métier, et définissent les fonctions et devoirs des prud’hommes43. La grande époque de mise en place est le XVe siècle, où ces Métiers atteignent leur plénitude et où ils représentent officiellement un groupe social. C’est le cas à Barcelone où en 1455 lors de la constitution du Consell de Cent, les quatre classes politiques constituantes sont les citoyens, les marchands, les arts libéraux, et les Métiers. Ces XIVe et XVe siècle correspondent à une époque de crises, où les maîtres éprouvent des difficultés économiques certaines, d’où ce foisonnement de statuts et cette structuration poussée44.

  • 45 AHMG, Associacions, gremis, IV.1.
  • 46 AHMG, Associacions, gremis, IV.1, llig. 7 (1419-1835).
  • 47 AHMG, Associacions, gremis, IV.1.
  • 48 P. du Colombier, Les chantiers des cathédrales, Paris, 1953, p. 100-105.

11À Gérone, le XVe siècle est la période d’enregistrement des statuts de la confrérie des Quatre Saints Martyrs45. Il s’agit en fait d’une association de Métier, même si elle conserve le nom de confrérie. Cet état de fait montre que cet ofici découle d’une ancienne association religieuse. Deux détails cependant soulignent que la structure et le fonctionnement ont changé : d’abord, le privilège royal du 7 juillet 1419 nomme expressément les tailleurs de pierre, charpentiers et arbalétriers de la ville comme membres de la confrérie. Si nous nous remémorons les actes de fondation de la confrérie Saint Narcis, il n’est jamais stipulé la profession des confrères. De plus, un document datant de 178546, rédigé par les pabordes du gremi de charpentier, Esteve Figuera et Francesc Ametller, en vue de justifier les prérogatives accordées au dit Métier par les jurats, récapitule son histoire. L’origine de l’association professionnelle date, selon le gremi lui-même, de cet acte de 1419, complété par le privilège de Ferdinand le Catholique du 26 novembre 148047. Même si les articles de ces deux actes reprennent beaucoup du fonctionnement des confréries, ils constituent véritablement la fondation d’un Métier. Cette association professionnelle, tout comme la confrérie religieuse qui devait la précéder, est sous l’invocation des Quatre Saints Martyrs. On retrouve ces Saints patrons des tailleurs et charpentiers dans toute l’Europe, sous ce nom ou sous celui des Quatre Couronnés48. Une passio Quatuor Coronatorum rapporte l’histoire de quatre tailleurs de pierre chrétiens, réduits en esclavage dans les carrières de Pannonie par Dioclétien. Ces quatre hommes, Claudius, Castorius, Symphorianus et Nicostratus, convertirent un païen du nom de Simplicius. Ce dernier apparaît parfois avec eux dans les représentations. Les cinq tailleurs sculptèrent avec génie une statue du dieu Sol, des colonnes et des chapiteaux de porphyre, des conques, des Victoires et des Amours pour le palais de Dioclétien. Seulement, ils refusèrent de sculpter un Esculape, à la réputation diabolique chez les chrétiens. Furieux, Dioclétien les fit enfermer dans un cercueil de plomb, et jeter à la rivière. Cette légende est souvent mélangée avec l’histoire de 4 sous-officiers qui ont refusé de sacrifier à Esculape, ou encore avec les 4 martyrs d’Albano : Severus, Severianus, Carcophorus et Victorinus. Leur succès en tant que Saints est important : dès le VIIe siècle, une église leur est consacrée à Cantorbery. Ils deviennent les patrons des tailleurs de pierre en Italie, où leur culte se répand dès le XIVe siècle, et sûrement avant, puisque les actes stipulent qu’il s’agit de la régularisation de pratiques. Leur succès s’étend également en Flandres et en Allemagne. Étrangement, ils sont peu répandus en France. Nous disposons donc, pour cette confrérie des Quatre saints Martyrs, de deux actes fondateurs. Que nous disent-ils ? Il est intéressant de les mettre en parallèle pour voir ce que les privilèges de 1480, où la constitution en Métier ne fait plus de doute, apportent à ceux de 1419.

Privilèges d’Alphonse le Magnanime.
7 juillet 1419.

Privilèges de Ferdinand le Catholique.
26 novembre 1480.

Structure et fonctionnement

Ouvert à tous les tailleurs de pierres, les
charpentiers et les arbalétriers, ainsi
qu’aux hommes et aux femmes désireux
d’entrer.

Ouvert aux tailleurs de pierres,
charpentiers et maîtres de maisons.

Pas d’explication sur les motifs de la
rédaction.

Acte rédigé pour le bien de l’État et contre
l’inexpérience de certains qui pratiquent
ces métiers et qui menacent les confrères
de chômage. Prévention contre la
mauvaise formation de certains jeunes et
la venue d’étrangers qui nuisent à la
qualité de la formation et du travail des
confrères.

Réunion plénière, ou avec au minimum
12membres, le 31 mai, au réfectoire ou
dans le cloître de la seu pour élire les
quatre pabordes (2 tailleurs de pierres et
2charpentiers).

Élection des pabordes et examen du bilan
des pabordes précédents reportés au
dimanche avant le 31 mai.

Droit donné aux pabordes de réunir les
confrères et consœurs par annonce
publique.

Droit accordé de modifier les actes de
constitutions, et la fréquence des élections.

Droit donné aux pabordes, avec une
majorité des membres, de modifier les
statuts pour le bien de la confrérie.

Droits donnés aux pabordes d’infliger des
peines et de lever des amendes, dont la
moitié ira dans les caisses royales.

Devoirs des confrères

Payement chaque 31 mai de la cotisation
annuelle : 12 d.

 

Présence à la messe du 31 mai (fête des
Quatre Saints Martyres) obligatoire, en
abandonnant tout travail en cours.

Présence à la messe du 31 mai (fête des
Quatre Saints Martyres) obligatoire, en
abandonnant tout travail en cours.

Défendre et respecter le règlement.

Respecter et faire respecter le règlement.

Devoirs de la confrérie

Acheter sur les fonds de la confrérie 12
cierges pour la procession du jour de
Corpus et pour les sépultures.

 

Chanter ou faire chanter sur les fonds de la
confrérie 2 messes par semaine (une à la
seu, une à Sant Feliu) pour les âmes des
défunts.

 

Tableau 9 : Comparaison entre les privilèges de 1419 et 1480.

12Le premier statut est directement issu de la confrérie. On y retrouve d’ailleurs des articles sur les droits et devoirs des confrères en matière spirituelle et religieuse. Ce règlement doit être l’officialisation d’anciennes pratiques et coutumes déjà en vigueur depuis longtemps : il est stipulé que cette confrérie possède déjà une chapelle à la seu. En revanche, le second est clairement un règlement de Métier, dont les structures sont déjà bien en place, voire ont déjà dégénérées : les élections des pabordes (prud’hommes) doivent être reportées par manque de concentration des participants en ce jour festif, le règlement est renforcé pour mieux contrôler un monopole en place (rejet des artisans non-membres et des étrangers). La fonction d’assistance et charité a disparu, même si cela ne veut pas dire que dans les faits, cette fonction du Métier n’existe plus. Ces deux actes nous offrent l’exemple parfait de l’évolution de la confrérie vers l’association à but professionnel, puis vers le Métier. Notons enfin la disparition des arbalétriers, dont le métier a été concurrencé par l’arrivée de la poudre.

  • 49 Noël Coulet, « Les confréries de Métier à Aix au bas Moyen Âge », Les Métiers au Moyen Âge..., op. (...)
  • 50 Elspeth Mary Veale, « Craftsmen and the economy of London in the fourteenth century », The english (...)

13Dans le reste de l’Europe, la situation est globalement la même. À Aix-en-Provence, les associations professionnelles se forment sur « les ruines des anciennes confréries »49. Le XVe siècle est là aussi la grande époque de l’enregistrement des statuts. À Londres, ce sont les hommes libres qui formèrent les guildes dont la responsabilité première est l’apprentissage et la libération de la main d’œuvre50. En aval de ces mysteries, on trouve là aussi des fraternités, des confréries au rôle religieux, mais qui, dès la fin du XIIIe siècle, occupaient une certaine place économique et politique. Ces confréries anglaises dépendaient davantage de l’Église pour leur gestion, les sanctions, les protections que du pouvoir séculier, d’où déjà une certaine indépendance. Cette indépendance entraîne la nervosité du pouvoir local, et ce assez rapidement. C’est le cas par exemple dès 1351 en Castille, où Pierre Ier tente de limiter les compétences excessives des groupes d’artisans. Il leur reproche, entre autre, un choix poussé de la main d’œuvre, une rigide fixation des prix, en un mot un monopole trop fort. Ces tentatives pour contrebalancer le pouvoir grandissant des Métiers correspondent souvent à des crispations de la conjoncture économique. À Gérone, par exemple, le second privilège de la confrérie des Quatre Saints Martyrs de 1480 est rédigé dans un contexte très particulier : au sortir de la guerre civile, la crise économique fait rage, la population et les villes sont décimées. Le malaise se fait sentir jusque dans le texte, où il est dit que « avant la guerre, il y avait le Métier de tailleur de pierre dans la dite ville, puissant et [ayant en] abondance des maîtres instruits et précis ».

Les règlements de Métiers

  • 51 G. Lefranc, Histoire du travail..., op. cit., p. 125.
  • 52 P. Freixas, « La Girona menestral... », op. cit., p. 59.
  • 53 Ibid.
  • 54 J. Gautier-Dalche, « L’artisanat urbain dans les pays de la couronne de Castille... », op. cit., p. (...)
  • 55 A. Collantes De Teran Sanchez, « L’apprenti dans l’Espagne... », op. cit., p. 88.
  • 56 M. Tinto I Sala, Els gremis..., op. cit., p. 17-18.
  • 57 M. Aubert, « La construction au Moyen Âge : loges d’Allemagne, maçons et francs maçons en Angleterr (...)
  • 58 Ibid., p. 231 sq.
  • 59 Ibid., p. 233-235.

14L’association de Métier passe donc par trois phases de construction : une première phase orale, dont nous n’avons aucune trace, une phase de règlement librement élaboré, et enfin une phase de réglementation approuvée par le pouvoir51. Les Métiers cherchent de plus en plus à se structurer, et ce, par le biais de réglementations plus ou moins strictes. Les municipalités sont en relation directe avec le roi pour déterminer le contenu de ces ordonnances52. Gérone compte environ une trentaine de Métier constitués à la fin du Moyen Âge, dont les règlements ne diffèrent que très peu53. Les règlements de Métiers insistent en général sur les aspects techniques et administratifs de l’association professionnelle. À Burgos, par exemple, dès 1259, les chausseurs rédigent une ordonnance, confirmée par Alphonse X en 1270. Les clauses portent sur la prise d’un apprenti, les amendes pour le travail de mauvaise qualité ou ne répondant pas aux normes du Métier54. Ces articles sur l’apprentissage sont presque précurseurs, puisque dans la Péninsule, le statut des jeunes n’apparaît qu’au XIVe, dans de rares documents peu explicites. Les thèmes les plus souvent abordés sont la résiliation du contrat, la durée de l’apprentissage et le nombre d’apprentis par maître55. Même si chaque règlement est différent, ils ont des points communs dans leur structure : ils sont rédigés pour être approuvés par le roi, ils abordent le thème de l’assistance et du religieux, ils mettent en place le mode de recrutement des prud’hommes ou consuls, ils définissent ce que chacun paye, ils donnent des directives d’ornementation pour la chapelle votive, et parfois, dans les formes les plus complètes, définissent l’examen de maîtrise et l’apprentissage56. Les détails d’une association à l’autre varient, mais la forme de base est universelle. En France, l’organisation des Métiers ne sera jamais aussi poussée qu’en Allemagne57. L’acte le plus célèbre et le plus achevé est dicté en 1459 par les maîtres maçons allemands et français de l’Est à Ratisbonne. En se fondant sur des statuts plus anciens, ils rédigent un règlement complet de la profession, en passant en revue les devoirs des maîtres, des assistants, des compagnons et apprentis, décrivent jusqu’aux costumes et armes de l’association, ainsi que les signes particuliers de chaque compagnon58. Ce Métier garde les traces de ses origines confraternelles : les membres suivent les offices, communient au moins une fois par an, doivent mener une vie exemplaire, soigner les malades, ne pas dilapider leur argent, et veiller à la moralité du chantier. Tout comme à Gérone, ce Métier est placé sous l’invocation des Quatre Saints Couronnés. Ce règlement, corrigé, remanié et durci est adopté à Rochlitz et à Torgau en 1462, ainsi qu’à Strasbourg en 1464. Les statuts de Ratisbonne sont donc un modèle de structuration, qui se retrouve dans tout le nord de l’Europe. Les points essentiels de ces statuts sont les suivants59 :

  • À la tête du chantier se trouve un maître architecte choisi par le propriétaire et coopté par deux maîtres, en général un maçon et un charpentier, ou quatre. Il travaille de ses mains et possède sa table à la loge.

  • Le maître d’œuvre a la direction du chantier car il a subi un apprentissage de 5 ans, une année de voyage, 2 années de formation dans une chambre des traits et a prouvé ses talents par des œuvres dont deux autres maîtres sont garants.

  • S’il reprend un chantier en cours, il ne doit ni critiquer ni changer le travail de ses précurseurs. S’il fait une erreur, il est tenu de la réparer. En cas d’absence, il doit laisser un assistant sur le chantier.

  • Des amendes sont prévues pour chaque manquement. Les sommes collectées sont reversées aux pauvres, aux malades ou pour des offices religieux. Chaque ouvrier verse chaque semaine dans le tronc le prix d’un repas.

  • En cas de différent entre un maître et un compagnon, ou en cas de désordre, on fait appel au maître du chantier le plus proche ou à la loge de Strasbourg pour régler les litiges.

  • Aucun étranger au chantier ne doit pénétrer dans la loge, la chambre des traits ou le chantier.

  • Les ouvriers reçoivent le titre de compagnons qui leur permet d’entrer et de travailler dans les loges après une bonne formation sur le chantier et un an de voyage, et après avoir fourni une preuve de leur habilité.

    • 60 Ces marques peuvent être consignées dans un carnet, comme à Graz de 1480 à 1523 (Ibid., p. 234).

    Chaque compagnon reçoit une marque qu’il garde pour la durée du chantier60.

  • On peut expulser les contrevenants.

  • Ceux qui restent travailler l’hiver doivent être sur le chantier jusqu’à la Saint Jean Baptiste (24 juin).

  • Quand un compagnon arrive sur un chantier, il est payé comme s’il avait travaillé toute la journée, on lui offre un cadeau sur les fonds communs. S’il est malade avant même d’avoir cotisé, il est malgré tout soigné.

  • 61 Ibid., p. 238.
  • 62 E. M. Veale, « Craftsmen and the economy... », op. cit., p. 120.
  • 63 Règlements sur les Arts et Métiers de Paris, rédigés au XIIIe siècle et connu sous le nom du livre (...)

15Ces statuts offrent donc des précisions qui n’apparaissent que rarement dans les autres règlements, à Gérone comme ailleurs. En Angleterre, il n’y a pas d’association générale des maîtres sous le contrôle de la loge comme en Allemagne, mais des us et coutumes, des règlements qui sont particuliers à chaque ville ou à chaque chantier61. Ainsi, les statuts officiels de Londres (1356) ou de York (1370) traitent à la fois de questions religieuses, sociales et professionnelles. La guilde de maçons de Lincoln (1313) n’est rien de plus qu’une confrérie. Ce manque d’ordonnances ne signifie cependant pas un manque d’organisation du travail. Le pouvoir des Métiers est tout de même important. À Londres, par exemple, ne peuvent être citoyens que les membres d’une guilde62. En France, les structures sont moins strictes qu’en Allemagne. Néanmoins, on trouve le pendant les Statuts de Ratisbonne dans le livre d’Étienne Boileau63. Ce prévôt de Paris sous Louis XI a consigné dans un cahier les pratiques de chaque Métier. Certains statuts sont plus intéressants que d’autres. Par exemple, celui des charpentiers, charrons et couvreurs est pris sous la dictée de maître Fouques du Temples, charpentier, qui décrit les us et coutumes de l’association. C’est une preuve que les statuts ne sont que le passage à l’écrit de traditions orales. Toutes les ordonnances suivent la même structure, ce qui nous permet de synthétiser celles qui concernent le cadre de cette étude comme suit :

 

Orfèvres

Charpentiers, huchiers, huissiers, tonneliers, charrons et couvreurs

Maçons, tailleurs de pierres, plâtriers et morteliers

Conditions d’entrée

Aucune, sauf pour les étrangers qui doivent jurer de tenir un établissement.

Aucune.

Aucune. Plâtriers : 5 s. d’entrée.

Apprentissage

Un seul apprenti, sauf si membre de sa famille ou de celle de sa femme. Doit avoir plus de 10 ans. Offre 100s. par an plus le boire et le manger.

Pendant 4 ans. Il prend 6 d./jour à l’apprenti. Un seul apprenti par maître, sauf la dernière année où il peut en prendre un second. Peut prendre à tout moment son fils ou son neveu.

1 seul apprenti pendant 6 ans ou plus, sauf si c’est son fils. Les maçons peuvent prendre un second apprenti à partir de la 5e année. Le maître du Métier peut avoir deux apprentis.

Serment

Non

Non

Les prud’hommes prêtent serment devant le prévôt de Paris. Les maîtres jurent sur les Saints de bien faire leur métier selon us et coutumes.

Matériaux utilisés

Bon or et bon argent

 

Bon plâtre

Temps de travail et jours fériés

Pas de nuit, pas de dimanche

Pas les samedis, pas la nuit.

Pas de travail après none sonné, ni à Carême, le samedi ou après les Vêpres.

Conditions de vente

Ne doit ni péage, ni coutume.

Non.

Non

Restrictions

Non

Non.

Non

Amendes et peines

S’il travaille quand interdit : paye une amende pour les

S’il travaille quand interdit, il paye 12d. ou un outils.

 

 

pauvres de l’Hôtel Dieu.
S’il travaille de mauvais matériaux, il peut être banni de 4 à 6 ans par le prévôt.

Peut aussi paye 10 s. au roi et 10 s. au maître s’il travaille de nuit.

 

Direction du Métier

Élection de 2 ou 3 prud’hommes pour 3 ans.

Les prud’hommes peuvent utiliser un délateurs pour rapporter les forfaitures. Ils prennent pour la maistrie du Métier 18 d./ jour et une robe à 100 sous.

Un maître
Métier et des prud’hommes. Le maître du Métier a la petite justice : il fait payer les amendes et peut retirer les outils.

Impositions et obligations

Exempté de guet, mais paye les autres redevances.

 

Maçons et plâtriers font le guet, payent la taille et les redevances au roi. Les morteliers et tailleurs de pierres sont exemptés de guet (privilège accordé par Charles Martel)

Divers

 

 

Peuvent avoir des valets à condition de ne rien leur montrer du métier.

Tableau 10 : Synthèse de la structure des ordonnances de Métiers, d’après E. Boileau.

  • 64 F. Michaud, « Exploités ou profiteurs ? Les apprentis marseillais avant la Peste Noire », Medievale (...)
  • 65 J. M. Madurel I Marimon, « Las ordenanzas del oficio de los maestros de obras barceloneses », Barce (...)
  • 66 B. Geremek, Le salariat dans l’artisanat parisien aux XIIIe-XVe siècles, étude sur le marché de la (...)
  • 67 G. Bresc-Bautier, Artistes, patriciens..., op. cit., p. 25.

16Les Métiers enregistrés par Étienne Boileau ont tous des points communs : ils n’ont aucune fonction caritative ou d’assistance. Leur filiation avec la confrérie n’est peut-être alors pas directe. Les clauses sont très techniques, et les peines et amendes nombreuses. Enfin, l’apprentissage est défini dans les grandes lignes. D’un point de vue juridique, ces ordonnances et règlements concernent les maîtres, les apprentis, les compagnons, mais pas les manœuvres qui ne sont pas couverts. Elles sont enregistrées auprès des plus hautes instances. En ce qui concernent les actes découlant de ces règlements, comme les contrats d’apprentissage par exemple, il faut noter que les travailleurs manuels ne se présentent que rarement chez le notaire pour enregistrement. Les marchands et marins, par contre, ont de plus en plus recours au notariat64. Dans le cas des métiers du bâtiment, l’association de Métiers a surtout pour but de limiter les litiges et les problèmes de compétence dans l’utilisation du bois entre les charpentiers et les maîtres de maisons65. La spécialisation et la division des métiers génèrent des problèmes endémiques66. Les contestations et conflits portant sur la pratique conjointe de plusieurs métiers ne sont pas rares. À Gérone, l’association des maîtres de maisons avec les tailleurs et charpentiers dans l’acte de 1480 ne cache-t-elle pas une tentative de régler ce genre de problème ? Il faut noter, de plus, que les peintres s’unissent très peu67. Ils fonctionnent davantage sur le modèle du contrat d’association à durée limitée, tel Bertus de Causella et Batista de Aricio en Sicile qui, en 1429, s’associent pour une année. D’une façon générale, il semble que l’organisation du travail en Sicile se soit développée sans la structure d’associations professionnelles.

  • 68 AHMG, Manuals d’acords (1400-1500), I.1.1.
  • 69 AHMG, Manuals d’acords, n° 81, 1481, fol. 168 v.-170 v.
  • 70 AHMG, Manuals d’acords, n° 82, 1482, fol. 46 r.-46 v.
  • 71 AHMG, Manuals d’acords, n° 83, 1483, s/f.
  • 72 C. Castells I Calzada, « Els moviments migratoris en la Catalunya moderna : el cas de la immigració (...)
  • 73 AHMG, Associacions, gremis, llig. 8, 1419-1825, I.1.5 : « ... mes encara per lo be comu de tota la (...)
  • 74 « tan de pedre com de fusta »
  • 75 Ibid.
  • 76 A. Perdiguier, Mémoires d’un compagnon, Paris, 1977, p. 95 sq.

17Enfin, il faut distinguer entre deux types de documents : les règlements à proprement dits, que nous venons de voir, et les interventions des villes sur des points de réglementations très précis. À Gérone, ces dernières sont conservées dans les Manuals d’acords68. Si les statuts tracent les grandes lignes du Métier, avec les points primordiaux, n’oublions pas qu’ils laissent aux pabordes le droit de les rectifier et de les compléter. C’est ce qu’ils font dans les ordonnances soumises aux autorités des villes. Pour Gérone, nous disposons ainsi de trois compléments aux règlements de Métiers : une ordonnance pour les tailleurs de pierre, charpentiers et maîtres de maisons (1481)69, une autre pour les tailleurs de pierre (1482)70, et une dernière pour les maréchaux-ferrants et assistants (1483)71. Il faut tout d’abord noter que ces ordonnances sont très tardives. Elles interviennent après que les Métiers se furent constitués. Cependant, la fin du XVe siècle est une époque d’instabilité en Catalogne : la guerre civile n’est terminée que depuis une dizaine d’années, les crises économiques et la pénurie de main d’œuvre se font sentir. Gérone met en place une politique de stimulation de l’immigration, afin de reconstruire la ville et de palier le manque de main d’œuvre72. Face au flux des nouveaux arrivants, les Métiers ont un réflexe protectionniste. Nous avons déjà vu que le préambule des statuts de 1480 est un plaidoyer contre les étrangers qui viennent exercer, mal, le métier au détriment des artisans locaux, membres du Métier et bien formés, qui eux, sont condamnés à mourir de faim73. Dans le but de protéger les acquis et l’exercice du Métier, les ordonnances régissant la structure des confréries abondent. Elles définissent de manière plus claire et plus stricte les clauses techniques (emploi des matériaux, exercice du travail, ...) et hiérarchiques (apprentissage, entrée dans le Métier, maîtrise, ...). Leur étude nous en apprend plus long sur les pratiques du Métier. L’ordonnance de 1481 concerne les tailleurs de pierre, les charpentiers et les maîtres de maisons. Elle est requise par les quatre pabordes, dont fait partie Julia Julia, maître d’œuvre de la seu, et 8 prud’hommes, quatre tailleurs de pierre etquatre charpentiers. Pour protéger la qualité des travaux, « de pierre comme de bois74», la première mesure prise est d’officialiser la pratique de l’examen, que toute personne voulant exercer doit subir, en payant 5 sous. Cette somme passe à 10 sous par l’ordonnance de 1482, fermant ainsi la porte du Métier aux plus humbles des apprentis. Les contrevenants s’exposent à une amende de 10 sous, dont la moitié ira dans les caisses du roi, et l’autre dans celles de la confrérie. Notable exception, les maîtres étrangers ne sont pas obligés de passer cet examen. Ils doivent jurer devant les pabordes et le bailli avoir exercé leur art durant 4 ans. En 1482, cet accès aux maîtres étrangers est plus restreint : il leur faut de surcroît louer une maison en ville, où ils vivront avec femme et famille, et payer les impôts. En 1503, ils doivent impérativement être mariés75. Cet examen, même s’il est précisé qu’il ne faut pas faire de différence entre les membres et les étrangers, peut être passé par les fils de confrères sans apprentissage, mais toujours en payant 5 sous. Là encore, l’ordonnance 1482 augmente ce droit jusqu’à 10 sous. Dans les cas des maréchaux-ferrants, l’ordonnance de 1483 limite également l’exercice du Métier et l’ouverture de boutique aux seuls membres de la confrérie de Saint Éloi, localisée dans l’église des Carmes. De plus, ils doivent eux aussi passer un examen qui leur coûtera 30 sous. Toujours pour améliorer les services, tout matériau, pierre comme bois, doit être examiné par les pabordes avant d’être utilisé, afin d’en garantir la qualité. De même, tout ouvrage ne peut être vendu sans accord des pabordes, qui demandent que cette mesure soit proclamée dans toute la ville. D’un point de vue financier, chaque apprenti et chaque membre s’engage à payer 1 denier chaque samedi. Cette pratique qui, là encore, devait être courante et n’est ici qu’officialisée, se retrouve jusqu’à nos jours : Agricole Perdiguier, au XIXe siècle, payait toujours cette taxe76. Cette mesure est prise en vue de la survie financière de la confrérie. Le droit de justice est exercé au sein du Métier : si dispute il y a entre des membres de la confrérie (n’oublions pas le problème de division des tâches cité plus haut), ce sont les pabordes qui tranchent et condamnent. L’origine religieuse du Métier ressort alors : les peine encourues doivent être payées en cierges pour accompagner le corps de Jésus-Christ. Les obligations religieuses, disparues dans les statuts de 1480, sont redéfinies : les confrères doivent accompagner le corps de Jésus-Christ lors de processions. Enfin, l’ordonnance des maréchaux-ferrants aborde un point important : l’apprentissage. Elle interdit aux maîtres de « voler » les apprentis de leurs confrères, ou d’employer un apprenti parti de chez un maître avant le terme de son contrat. Ces ordonnances définissent plus concrètement la vie du Métier, contrairement aux statuts qui, dans le cas de Gérone, n’ont pour but qu’officialiser le passage de la confrérie en association professionnelle.

4. Apprentis, apprentissage et promotion sociale

  • 77 A. Collantes De Teran Sanchez, L’apprenti..., op. cit., p. 89.
  • 78 M. Tinto I Sala, Els gremis..., op. cit., p. 18 : « qu’il soit pris pour lui montrer le dit métier (...)
  • 79 A. Collantes De Teran Sanchez, L’apprenti..., op. cit., p. 88 : « ... tenga tomado para le mostrar (...)

18Le thème de l’apprentissage apparaît en pointillés dans certains règlements et quelques ordonnances. Cependant, c’est un aspect primordial de la vie du Métier, qui subit des changements importants au long des XVe et XVIe siècles. Il est donc essentiel de faire une place à part à la figure de l’apprenti. Les apprentis apparaissent dans la documentation sous plusieurs noms : macip, deixeble, fadri, aprenents (Catalogne), mozo, criado (Espagne)77. Le fadri, sorte de valet, a cependant un statut légèrement à part des apprentis : c’est une personne qui a reçu l’apprentissage mais qui n’a pas réussi ou pas passé l’examen de maître78. L’entrée en apprentissage se fait après la conclusion d’un contrat avec le maître. L’obligation de mettre ce contrat par écrit est tardive. Elle apparaît en 1395 à Majorque, et beaucoup plus tard ailleurs. De fait, son usage ne se répand qu’au XVIe siècle. En effet, le contrat oral était considéré comme valide s’il était passé devant témoins. En 1492, à Séville, les statuts des tisserands de laine y font référence : « ... que ce métier de tisserand soit garanti par écrit, ou par témoin, ou par serment entre les deux [parties]»79.

  • 80 Sur 112 contrats étudiés entre 1278 et 1347, seuls 7 concernent les métiers du bâtiment (F.Michaud, (...)
  • 81 R. Cordoba De La Llave, « Notas para el estudio de los aprendices en Cordoba a finales del siglo XV (...)
  • 82 D’après J. Baucells I Reig, « L’estament dels aprenents dels segles XIII i XIV segons els contracte (...)

19Il semble que dans le monde du bâtiment, le recours au notariat soit rare. Le cas est signalé à Marseille80, et nous le constatons malheureusement à Gérone, où un seul contrat a été trouvé pour le XVe siècle. À Cordoue, 42 % des actes sont issus du textile, 28 % des métiers du cuir et des peaux, 9 % seulement de la construction, 8 % du métal et 4 % des arts décoratifs81. Ces contrats, malgré des variations de détails, suivent les mêmes structures générales, qui peuvent être synthétisées comme suit82 :

Structure A

Structure B

Contractant et apprenti

Contractant

Nom, prénom

Nom, prénom

Filiation

État

Localité d’origine

Localité d’origine

Temps d’apprentissage

Temps d’apprentissage

Maître

Maître

Nom, prénom

Nom, prénom

Métier

Métier

Citoyenneté

Citoyenneté

Finalité du contrat

Apprenti

Apprendre un métier

Nom, prénom

Servir

Relation familiale avec le contractant

Promesses du contractant

Finalité du contrat

Vivre avec le maître

Apprendre un Métier

Amendement pour le temps perdu

Servir

Amendement pour mauvais service, devant les prud’hommes

Promesses du contractant

Remboursement des dépenses et dommages occasionnels

Application du contrat

Obligations sur biens propres

Amendement pour temps perdu

Autorisation de le rechercher en cas de fugue

Amendement pour mauvais service, devant les prud’hommes

Age de l’apprenti

Autorisation de le rechercher en cas de fugue

Assurances socio-religieuses de l’apprenti

Apports du contractant

Serment

Pour l’alimentation, ou espèces

Hommage

Vêtements et chaussures

Apports du contractant

Serment du contractant et obligations sur biens propres

Pour l’alimentation ou en espèces.

Garants du contractant

Vêtements et chaussures

Noms

Garants du contractant

Promesse in solidum

Noms

Obligation des biens

Promesse in solidum

Renonciation à d’éventuels droits favorables

Obligation des biens

Consentement et accord du maître

Renonciation à de possibles droits favorables

Promesse du maître

Consentement et approbation du maître

Sur l’alimentation

Promesse de bien enseigner le Métier

Sur les vêtements et chaussures

Promesse du maître

De le garder en santé comme malade

Sur l’alimentation

Promesse de bien enseigner le métier

Sur les vêtements et chaussures

Serment du maître et obligation des biens propres

De le garder en bonne santé comme malade

Concessions du maître

Concessions du maître

Alimentation

Alimentation

Vêtements

Vêtements

Salaire

Salaire

Outils

Outils

Promesse commune devant notaire

Serment du maître

Prévision de fournir une copie à chaque partie

Témoins

Témoins

Noms

Noms

Métiers

Métiers

Origine géographique

Origine géographique

Tableau 11 : Structures de contrats d’apprentissage.

  • 83 Voir également R. Cordoba De La Llave, « Notas para el estudio de los aprendices en Cordoba... », o (...)
  • 84 Françoise Michaud, « Exploités ou profiteurs ?... », op. cit., p. 84-92.
  • 85 M. Aubert, « La construction au Moyen Âge... », op. cit., p. 235.
  • 86 M. Tinto I Sala, Els gremis..., op. cit., p. 18.
  • 87 R. Cordoba De La Llave, « Notas para el estudio de los aprendices... », op. cit., p. 50.
  • 88 Ibid., p. 18.
  • 89 A. Collantes De Teran Sanchez, L’apprenti..., op. cit., p. 90-91.
  • 90 R. Cordoba De La Llave, « Notas para el estudio de los aprendices... », op. cit., p. 50.
  • 91 J. Domenge I Mesquida, « Entorn als oficis artistics de Mallorca. Una aproximació als treballs i oc (...)
  • 92 G. Fagniez, L’industrie..., op. cit., p. 69.
  • 93 R. Cordoba De La Llave, « Notas para el estudio de los aprendices... », op. cit., p. 50.
  • 94 A. Collantes De Teran Sanchez, L’apprenti..., op. cit., p. 90-91.
  • 95 Ibid., p. 93-95.
  • 96 M. Aubert, « La construction au Moyen Âge... », op. cit., p. 235.
  • 97 G. Fagniez, L’industrie..., op. cit., p. 58.
  • 98 R. Fossier, Histoire sociale..., op. cit., p. 359.

20Les contrats présentent donc deux grandes parties : la présentation des acteurs, et le contrat en lui-même, avec les obligations réciproques et des limites temporelles83. Les apprentis à Marseille semblent jouir d’une marge de plus en plus grande pour négocier leur contrat84, et leur condition s’améliore. Dès 1320 dans cette ville, apparaît l’apprentissage salarié. Par conséquent, quand auparavant les maîtres touchaient une somme pour former les apprentis, désormais les apprentis reçoivent un salaire pour le travail qu’ils fournissent. Cette situation répond visiblement à une pénurie de main d’œuvre dans un contexte local très défini. Le postulant doit être de naissance légitime85 en Allemagne. Cette clause n’apparaît pas ailleurs cependant. L’origine des apprentis est diverse. Ils viennent souvent de la campagne environnante, même si une migration de moyenne et longue distance existe. À Barcelone, les apprentis « étrangers » représentent 25 % du total86. À Cordoue, 45 % des apprentis viennent d’hors les murs, suivant un mouvement migratoire lié au travail87. Ils sont généralement fils d’artisans, seuls 7 % d’entre eux sont issus de familles paysannes, et 33 % de familles de marchands88. Ils peuvent être placés par leur mère quand celle-ci devient veuve89. Il y a peu de traces documentées de la filiation professionnelle entre un père et un fils (4 % à Cordoue90). Il a été rarement constaté qu’un père mette son fils en apprentissage dans le même métier que lui. Ceci peut éventuellement s’expliquer par un contrat oral passé entre le père et son fils aîné, et un contrat écrit pour le cadet, qui ne travaille alors pas dans l’atelier familial. L’atelier a en effet une fonction de production, mais aussi de formation, dans un cadre généralement familial. C’est l’assurance pour le maître-père de famille d’assurer avec au moins un fils la transmission du savoir-faire, des dessins, des matériaux, des outils91. La femme peut être aussi à la tête d’un atelier, comme nous l’avons vu précédemment. D’ailleurs, certaines ordonnances mentionnent leur rôle. Elles ne peuvent pas, par exemple, battre l’apprenti92. À Cordoue, les postulants venant de l’extérieur de la ville font eux-mêmes leur contrat à 75 %, alors que ceux qui viennent de la ville ne le font qu’à 25 %93. L’âge d’entrée en apprentissage est variable. Certains statuts stipulent un âge minimum : c’est le cas des argentiers de Barcelone qui ne prennent pas d’apprentis avant 12 ans94. La majeure partie des apprentis a entre 15 et 25 ans. La durée de la formation varie elle-même en fonction de l’âge d’entrée : les plus jeunes feront un plus long apprentissage, les plus vieux, un plus court. La moyenne est de 3 à 5 ans95. Les statuts de Ratisbonne autorisent les apprentis à racheter leur cinquième année. Mais ils doivent faire en plus un an de voyage pour achever leur formation96. Certaines formations peuvent demander jusqu’à 11 ans, ce qui permet au maître de profiter d’un ouvrier formé et gratuit97. Les apprentis sont rarement rémunérés. Ils bénéficient du gîte, du couvert et des vêtements et chaussures fournis par le maître. Parfois cependant, ces dépenses incombent aux parents, comme le montre ce contrat d’apprentissage de 1342 à Tournai98 :

« C’est à savoir que le dit Lotin, fils dudit Mathieu de la Kaserie, doit demeurer avec le dit Jacquemon Cochest, coutelier, 6 ans de suite... et le dit Jacquemon doit assurer le boire, le manger, le coucher, le lever au dit Lotin... et doit lui apprendre et enseigner le dit métier..., et peut l’envoyer partout en ville et au delors... Le dit Mathieu doit fournir son fils en vêtements et chaussures et si le dit Lotin manque une journée, il la rattrapera au bout de 6 ans. »

  • 99 G. Fagniez, L’industrie..., op. cit., p. 65.
  • 100 Ibid., p. 58.
  • 101 B. Geremek, Le salariat..., op. cit., p. 31.
  • 102 A. Collantes De Teran Sanchez, L’apprenti..., op. cit., p. 98 sq.
  • 103 Gérone, confrérie des Quatre Saints Martyrs.
  • 104 B. Geremek, Le salariat..., op. cit., p. 30.
  • 105 G. Fagniez, L’industrie et la classe industrielle à Paris au XIIIe et au XIVe siècles, Paris, 1877, (...)
  • 106 Ibid., p. 57. Voir également l’ordonnance des tailleurs de pierre et charpentiers et maîtres de mai (...)
  • 107 B. Geremek, Le salariat..., op. cit., p. 32.
  • 108 G. Fagniez, L’industrie..., op. cit., p. 65.
  • 109 Règlements sur les Arts et Métiers de Paris..., op. cit., p. 57.
  • 110 G. Fagniez, L’industrie..., op. cit., p. 64.

21Les apprentis mariés peuvent être dispensés de partager leurs repas avec le maître99, et touchent une petite somme en contrepartie de la valeur de la nourriture. Ils touchent un petit pécule à la fin de leur contrat, qui peut être en nature (outils, vêtements ou souliers) ou en espèces. Mais l’apprentissage a un coût. Le maître peut demander de 20 sous à 6 livres par an, ou parfois former l’élève gratuitement. Les modalités varient en fonction des époques, des lieux et des Métiers100. La durée de l’apprentissage est parfois liée à la somme versée par le postulant à la signature du contrat : plus il paye, moins il reste101. Les relations entre les maîtres et leurs apprentis sont très réglementées102. Le nombre d’apprenti par maître est en général limité. Il va de un103 à 2 ou 3. Cette mesure est prise pour assurer une certaine paix sociale, une qualité de l’enseignement, un contrôle de la concurrence104, ainsi qu’un monopole de l’exercice105. Mais le maître peut prendre, en plus des apprentis, son fils, neveu, frère...106 Il est interdit à un maître de prendre l’apprenti d’un confrère, comme il est stipulé dans l’ordonnance des maréchaux-ferrants de Gérone en 1483. Un apprenti ne peut abandonner son maître, et s’il le fait, un autre maître ne pourra l’embaucher. Si pour une raison ou une autre il abandonne son apprentissage, il doit recommencer sa formation. La vente d’un apprenti est interdite, sauf si le maître est gravement malade, s’il part en pèlerinage, s’il abandonne définitivement le métier ou s’il devient pauvre107. Le maître a des devoirs envers son apprenti : il doit le soigner quand il est malade, mais peut exiger que l’apprenti récupère les jours de travail perdus en fin de contrat. Dans certains cas, cependant, les soins sont à la charge des parents108. Pour avoir un apprenti, le maître doit être majeur, domicilié en ville, et assez riche pour l’entretenir. Le livre des Métiers d’Étienne Boileau précise109: « Nus ne doit prendre aprentis se il n’est si saiges et si riches que il le puist aprendre et gouverner et maintenir son terme ». De son côté, l’apprenti a un devoir d’obéissance et de respect110.

  • 111 A. Collantes De Teran Sanchez, L’apprenti..., op. cit., p. 98.
  • 112 G. Fagniez, L’industrie..., op. cit., p. 69.
  • 113 F. Michaud, « Exploités ou profiteurs ?... », op. cit., p. 94.
  • 114 B. Geremek, Le salariat…, op. cit., p. 33.

22Dans l’ensemble, le statut des apprentis est ambigu. Il est dit qu’il fera de jour comme de nuit ce que le maître lui dit, « si cela est licite et honnête»111. Les plus jeunes ont donc souvent une condition de domestiques plus que d’aspirants au Métier. Il peut être battu, mais « sans abuser»112. Cependant, dans de nombreux cas, l’apprenti a des responsabilités au sein de l’atelier, et des liens de confiance se tissent entre son maître et lui113. Le travail de l’apprenti commence par des besognes auxiliaires dans l’atelier, ou des travaux domestiques. Après deux ans de formation, il peut commencer à travailler et œuvrer ses propres pièces114.

  • 115 M. Tinto I Sala, Els gremis..., op. cit., p. 18.
  • 116 J. M. Madurel I Marimon, « Las ordenanzas... », op. cit., p. 205.
  • 117 P. Bonnassie, La organización del trabajo..., op. cit., passim.
  • 118 Règlements sur les Arts et Métiers de Paris..., op. cit., passim.
  • 119 G. Fagniez, L’industrie..., op. cit., p. 56.
  • 120 Cf. supra.
  • 121 J. M. Madurel I Marimon, « Las ordenanzas... », op. cit., p. 205.

23À la fin de sa formation, l’apprenti est conduit par son maître devant les responsables du Métier qui lui font passer un examen115, afin qu’il accède à la maîtrise, et puisse utiliser les outils116. La première notification de ce test date de 1389 chez les huiliers de Barcelone. Il se généralise entre 1430 et 1462117. Il y a deux façons de le passer : soit en montrant son habilité, soit en présentant un stock de marchandises. Étienne Boileau mentionne deux épreuves bien distinctes : une théorique, et une pratique, qui sont l’examen et le chef d’œuvre. Mais en général, on demande à l’apprenti soit l’une soit l’autre118. Tout le monde doit se présenter, même les fils de maîtres qui, s’ils sont dispensés de la formation, doivent faire preuve de leur capacité comme les autres119. En plus de ces épreuves, l’aspirant à la maîtrise doit payer une taxe d’accès : elle est de 10 sous à la confrérie des Quatre Saints Martyrs de Gérone, mais peut atteindre 30 sous chez les forgerons et maréchaux ferrants de Saint Éloi120. À Barcelone, on exige du candidat qu’il soit né dans le royaume de la Couronne d’Aragon et qu’il paye 20 sous, ou bien, s’il ne réunit pas les conditions de naissance, qu’il paye 50 sous121.

  • 122 M. Aubert, « La construction... », op. cit., p. 233.
  • 123 F. Michaud, « Exploités ou profiteurs ?... », op. cit., p. 89.
  • 124 R. Delort, La vie au Moyen Âge, Lausanne, 1972, p. 267.
  • 125 B. Geremek, Le salariat..., op. cit., p. 35-37.
  • 126 M. Aubert, « La construction... », op. cit., p. 236-237.
  • 127 P. du Colombier, Les chantiers des cathédrales, op. cit., p. 41.
  • 128 Ibid., p. 43.
  • 129 L. Benoist, Le compagnonnage..., op. cit., p. 19.

24La fin de l’apprentissage ne signifie pas obligatoirement le passage direct au statut de maître pour l’ancien apprenti. S’il échoue à l’examen, ou s’il n’a pas suffisament d’argent pour postuler à la maîtrise, il devient alors un fadri. D’après les statuts de Ratisbonne, après l’apprentissage, l’apprenti se transforme en compagnon, qui doit voyager de loge en loge pendant un an, ou du moins travailler dans un autre atelier122. Ce terme de « compagnon » apparaît au XVe siècle dans les actes notariés de Provence123. Autrement appelés « valets » ou « sergents », ils ont les capacités techniques du maître mais sont incapables financièrement de posséder un atelier. Ils se salarient donc chez un maître124, tout en faisant le serment de bien servir leur Métier125. En Angleterre126, apparaît en 1396 le terme de free masons. Avant cela, on trouvait des traces de mestre mason de franche peer (1351) ou de freestone mason (1376)127. Ces maçons travaillent la pierre dure, la pierre « franche », d’où une possible étymologie. Il est aussi possible que ces « francs maçons » soient des maîtres, libres et indépendants de tout lien avec un Métier : ils sont francs. En Allemagne, une structure stricte à l’intérieur du Métier s’est mise en place : à la tête du chantier se trouve le Werkmeister, sous ses ordres directs, il y a le « parlier », puis les « compagnons » et enfin des apprentis128. Cette structure est difficilement transposable dans le cas des chantiers de Gérone. Cependant, il y a bel et bien une hiérarchie : le mestre d’obra domine, puis viennent les mestres picapedrers, les pedrers, et la foules des apprentis. Bref, les Métiers reproduisent plus ou moins la division tripartite de la société, à l’image de la trinité : maîtres, compagnons, apprentis129.

  • 130 J. Domenge I Mesquida, « Entorn als oficis... », op. cit., p. 381.
  • 131 B. Geremek, Le salariat..., op. cit., p. 21.

25Le Métier compte donc pour la formation de ses membres sur deux autres formes d’organisation : l’atelier et le chantier130. Le bon fonctionnement du Métier dépend de l’alchimie dans les relations entre ces trois institutions, toutes fondées sur la libre association d’hommes libres. En ce qui concerne le bâtiment, la forme d’organisation fondamentale tire plus vers le chantier, au détriment de l’atelier, moins courant131.

Les contrats d’apprentissages : exemple de Gérone

  • 132 AHPG, not. 4, n° 57, fol. 3 v.-4 r. « Pere Garcia, oriundus de Penyafe, regni Castelle, gratis etc. (...)

26Maintenant que la structure de l’apprentissage est définie, on convient de se pencher sur la documentation purement géronaise. Comme nous l’avons signalé plus haut, nous ne possédons malheureusement pour ce XVe siècle qu’un seul document132, datant de 1407.

  • 133 P. Freixas, L’art gòtic..., op. cit., passim.
  • 134 J. Domenge, « Entorn als oficis... », op. cit., p. 381.

27Si nous ne disposons que d’un seul acte, il est cependant fort intéressant. D’abord, parce qu’il concerne la mise en apprentissage chez un peintre. Nous avons vu plus haut que cette profession n’est que rarement constituée en Métier, préférant les associations ponctuelles. Il y aurait donc une confrérie professionnelle de peintres constituée à Gérone. Ensuite, le maître n’est autre que le célèbre peintre Francesc Borrassà, digne représentant de la famille Borrassà, qui ne compte pas moins de 9 artistes sur trois générations133. L’acte date de 1407, qui est justement l’année où on demande à Francesc Borrassà de peindre un retable pour l’église de Sant Miquel de Fluvià. La même année, on lui commande, ainsi qu’à son frère Lluís, un autre retable dédié à Saint Martin pour l’église de Sant Martí Sacosta de Gérone. C’est peut-être cet afflux d’activité qui le pousse à prendre un apprenti, d’autant que la formation est très brève (deux ans et demi) et que l’apprenti est âgé (plus de 18 ans). Par conséquent, il a déjà peut-être acquis un savoir-faire qui sera bien utile dans l’atelier de Borrassà, très actif cette année-là. En effet, les productions considérées aujourd’hui comme artistiques ne sont que rarement fruits d’un seul homme : elles sont l’œuvre d’un atelier, qui constitue la pièce maîtresse de la structure associative134. Le coût de l’apprentissage est élevé (18 florins d’or). Mais il semble que plus on a affaire à des métiers prestigieux (peintre, orfèvres, ...), plus le prix de formation est élevé. Le coût de la matière première peut en être l’explication, l’acquisition de techniques pointue également. La brièveté de l’acte laisse penser que ce type d’arrangement était courant, et que les clauses et modalités étaient connues de tous. Une habitude donc, qui explique qu’aucun autre acte n’ait été trouvé, les métiers du bâtiment et de la décoration ayant visiblement conservé la coutume du contrat oral passé devant témoins.

  • 135 Jean Pierre Sosson, « Les Métiers : norme et réalité. L’exemple des anciens Pays-Bas méridionaux au (...)

28Fondés souvent pour surveiller les pratiques plus que pour aider les membres, les Métiers se dotent donc de règlements de plus en plus rigides. Dans un premier temps, les statuts peuvent laisser croire qu’ils existent pour assurer l’égalité des chances face au travail135. En effet, ils mettent en place des mesures visant à répartir les matières premières, définir les modes de production, réglementer l’embauche et la durée du travail, partager les occasions de vente, structurer la formation et le partage du savoir. Mais cette vision est bien trop idyllique. Au-delà de la structure constitutionnelle de ces Métiers, quelle est la vérité du vécu professionnel des membres ?

5. Évolutions et réalités

  • 136 P. Bonnassie, La organizacion el trabajo..., op. cit., p. 38.
  • 137 Il fournit les matières premières. (Ph. Wolff, F. Mauro, « L’âge de l’artisanat (Ve-XVIIIe siècles) (...)
  • 138 J. P. Sosson, « Les Métiers : norme et réalité... », op. cit., p. 343.
  • 139 Ibid., p. 345.

29Les Métiers vont rapidement évoluer, de façon négative dans de nombreux cas. L’accès au Métier est soumis à de nombreuses conditions. La plus classique est l’obligation faite d’être confrère, ou du moins de cotiser à la confrérie, même si l’on est pas membre. De fait, la liberté totale d’exercice est rare136. Le passage à la maîtrise est sûrement le plus frappant exemple d’évolution. Avec l’obligation du chef-d’œuvre, pour lequel l’apprenti doit consacrer temps et argent137, et les droits à payer pour passer l’examen, la porte du Métier se ferme aux valets. Seuls les fils de maîtres peuvent remplir toutes les conditions requises. La tendance est à l’hérédité des ateliers et à la formation d’une oligarchie maîtres-fils de maîtres. L’exercice du Métier est réservé à quelques privilégiés138. Le barrage de l’accès à la maîtrise ne peut être compris que si l’on replace les chiffres dans le contexte socioprofessionnel. Par exemple, à Bruges, le droit de franchise pour accéder à la condition de maître tailleur de pierre augmente139.

  • 140 AHMG, Manuals d’acords, n° 81 et 82, 1481-1482.
  • 141 R. Fossier, Histoire sociale..., op. cit., p. 350.
  • 142 F. Michaud, « Apprentissage et salariat... », op. cit., p. 6.
  • 143 G. Lefranc, Histoire du travail..., op. cit., p. 129.
  • 144 J. P. Sosson, « Les Métiers : norme et réalité... », op. cit., p. 341 sq.
  • 145 Ibid., p. 347.

30À Gérone, le prix de l’accès à l’examen a augmenté de 100 % en un an, passant de 5 à 10 sous140. Cette limitation d’accès à la maîtrise prend dans certaines villes des proportions incroyables : à Gard, en 1420, sur 280 maîtres brasseurs, 213 sont fils de maîtres141. De plus, l’apprentissage, dans un contexte de crise avec des répercussions sur le marché de l’emploi, peut être une forme déguisée d’embauche au prix le plus bas142. Les crises, économiques ou politiques, font ressortir les côtés négatifs de l’appareil associatif. Les associations changent petit à petit de visage143. Du Xe au XIIIe siècle, l’action associative marque la fin des privilèges nobiliaires et ecclésiastiques. Le droit du travail était une assurance contre l’arbitraire. Les devoirs des Métiers étaient de garantir la production et les protéger les consommateurs. Doucement l’évolution se fera pour atteindre à la fin du Moyen Âge et au début de la Renaissance un esprit étroit, qui cherche l’égalité à tout prix. On n’admet le monopole que collectif, et les Métiers se déchirent entre eux. C’est le cas des tensions qui existent entre les maîtres de maisons, travaillant le bois et la pierre, et les tailleurs de pierres et charpentiers. La hiérarchie artisanale, symbolisée par la pyramide maître-compagnons-apprentis, offre une vision idyllique de promotion sociale relevant uniquement des capacités professionnelles144. Trois ombres noircissent le tableau : les marchés francs, la sous-traitance, et les procédures d’adjudications au rabais. Dans un premier temps, tout ce qui est fait pour les princes et rois est soustrait au contrôle du Métier, ce qui ouvre la brèche à tous les accaparements. Ensuite, la sous-traitance est un moyen trouvé pour contourner les prescriptions statutaires qui limitent les moyens de productions. Enfin, les adjudications au rabais sont une réalité dans le bâtiment, malgré le silence des textes. Les maîtres qui disposent d’assez de fonds pour réduire leurs marges bénéficiaires ont un quasi monopole du marché. C’est le cas par exemple de Janne Van Oudenarde, qui entre 1388 et 1409 à Brugges exerce la profession de maçon145. Il remporte 44 % du total des adjudications, il est élu 3 fois conseiller, 1 fois bourgmestre du Conseil et 7 fois échevin. Bref, le monopole économique peut être total : sans concurrence, le Métier contrôle les prix de revient et de vente, et l’accès à la profession.

  • 146 G. Rosser, « Worker’s associations in english medieval town... », op. cit., p. 283.
  • 147 J. Gimpel, « La Liberté du travail et l’organisation des professions du bâtiment à l’époque des gra (...)
  • 148 J. Domenge I Mesquida, « Entorn als oficis... », op. cit., p. 381.
  • 149 Ibid., p. 382.
  • 150 P. Burke, « L’artista come impreditore », Storia dell’arte italiana, vol. II, Turin, 1979, p. 83 sq

31La vision des Métiers dans l’historiographie est triple146: elle peut être très positive, jugeant que ces associations offraient même des acquis supérieurs à ceux de nos jours, avec quelques anachronismes ; mitigée, en mettant en avant le côté élitiste des formations et le conservatisme ; et enfin négative, en voyant dans les Métiers une structure policière au service d’un pouvoir civil. La stricte réglementation régissant l’exercice des Métiers et leur mode d’apprentissage nuiraient à la liberté d’action. Mais ces règles ne seraient pas si rigides dans la pratique147. L’Église, principal promoteur des chantiers, n’est pas disposée à se laisser enfermer dans les règlements stricts de contrat et d’embauche. Le caractère migrateur et fluctuant de la main d’œuvre du bâtiment est un frein à l’application ferme des statuts, et il règne davantage une atmosphère de libre concurrence. De plus, les ouvriers de la construction ne travaillent que rarement en atelier, pierre d’assise des structures professionnelles. Le Métier renvoie une image harmonieuse de liberté et d’égalité, où tous les producteurs sont au même niveau, toutes les œuvres étant le produit d’un atelier et non d’un homme148. Le noyau de l’association est la solidarité, la collaboration : chaque individu possède un relief particulier, une habilité propre, mise à la disposition du groupe. Cette image est largement critiquée. Les Métiers sont jugés négativement car ils emprisonnent et limitent le potentiel créatif et la promotion sociale. Les confrères sont souvent dépeints comme « prisonniers de la médiocrité ». La répétition constante des modèles, l’anonymat de l’artiste, l’intervention de différentes mains sur une seule œuvre, remettent en question la valeur intrinsèque de la production artistique médiévale149. Il ne faut cependant pas noircir le tableau. Une grande partie de la qualification et de la spécialisation est acquise au sein du Métier. Le manque de prestige est compensé par une plus grande liberté d’action et un plus faible contrôle des autorités civiles150. Les Métiers ont pour fonction une transmission des techniques, une amélioration de la production et de la qualité, en plus de leurs rôles religieux, social et culturel.

Notes

1 Cité par A. de Capmany, Els antics oficis de Barcelona, Barcelone, 1937, p. 14.

2 P. Freixas, « La Girona menestral del segle XV », Gremis i oficis a Girona, Gérone, 1984, p. 43-71.

3 J. Gautier Dalche, « L’artisanat urbain dans les pays de la Couronne de Castille avant le règne des Rois Catholiques. État de la question », Razo, L’artisan dans la Péninsule ibérique, Cahiers du Centre d’Étude Médiévale de Nice, n° 14, 1993, p. 9-19.

4 L. Benoist, Le compagnonnage et les métiers, Paris, 1966, p. 19.

5 P. Freixas, « La Girona menestral del segle XV », Gremis i oficis a Girona, op. cit., p. 43-71, entre autres.

6 « Cofradias gremiales », A. Rumeu de Armas, Historia de la previsión social, Madrid, 1942.

7 J. Heers, Le travail au Moyen Âge, Paris, 1965, p. 104.

8 L. Benoist, Le compagnonnage et les métiers, op. cit., p. 18.

9 P. Bonnassie, La organización del trabajo en Barcelona a fines del siglo XV, Barcelone, 1975, p. 34.

10 Ibid., p. 31.

11 P. Freixas, « La Girona menestral del segle XV », Gremis i oficis a Girona, op. cit., p. 59.

12 G. Fagniez, L’industrie et la classe industrielle à Paris au XIIIe et au XIVe siècles, Paris, 1877, p. 55.

13 G. Lefranc, Histoire du travail et des travailleurs, Paris, 1957, p. 125.

14 « Les Métiers, les arts sont fils de la paix et de la liberté », cité par A. de Capmany, Els antics oficis de Barcelona, op. cit., p. 14.

15 P. Bonnassie, La organización del trabajo..., op. cit., p. 31-33.

16 Ibid., p. 32.

17 P. Freixas, « La Girona menestral del segle XV », Gremis i oficis a Girona, op. cit., p. 43.

18 J. Gaultier-Dalche, « L’artisanat urbain dans les pays de la Couronne d’Aragon... », Razo, op. cit., p. 12.

19 D. Schneider, « Peut-on modéliser la question des confréries professionnelles ? Étude à partir d’un cas lorrain », Revue Historique, nº 598, avril-juin 1996, p. 282.

20 L. Benoist, Le compagnonnage et les métiers, op. cit., p. 20.

21 J. Heers, Le travail au Moyen Âge, op. cit., p. 99.

22 La moyenne des commandes est de 7 onces, soit le double des sommes généralement consacrées par l’Église dans l’embellissement des édifices. Voir Geneviève Bresc-Bautier, Artistes, patriciens et confréries. Production et consommation de l’œuvre d’art à Palerme et en Sicile occidentale (1348-1460), Rome, 1979, p. 38.

23 P. Bonnassie, La organización del trabajo..., op. cit., p. 38.

24 Ibid., p. 34-35.

25 Ibid., p. 36.

26 C. Guilleré, Girona al segle XIV, Gérone, 1993, passim et C. Fouchard, Assistance et pauvreté à Gérone au début du XVe siècle, Maîtrise d’histoire de l’Université de Savoie, Chambéry, 1994, p. 63- 64.

27 P. Freixas, « La Girona menestral... », op. cit., p. 43.

28 Ibid., p. 65.

29 ADG, St Felix : Confreries, St Narcis : ordinacions, confrares : dones : 1400, 5.4.4.

30 AHMG, Associacions, gremis, IV.1.

31 ADG, Monestirs i confraries, confraria de Sant Narcis, comptes i eleccio de pabordes, 1390-1423, 5.5.

32 A. Riera I Melis, « La aparición de las corporaciones de oficio en Catalunya (1200-1350) », Cofradias, gremios, solidaridades en la Europa medieval, Estella, 1992, p. 295.

33 G. Rosser, « Worker’s associations in english medieval towns », Les métiers au Moyen Âge. Aspects économiques et sociaux, Louvain-la-Neuve, 1994, p. 285.

34 P. Bonnassie, La organización del trabajo en Barcelona, op. cit., p. 12.

35 R. Fossier, Histoire sociale de l’occident médiéval, Paris, 1970, p. 326.

36 Ibid., p. 326.

37 G. Rosser, "Worker’s associations in english medieval towns », Les métiers au Moyen Âge, op. cit., p. 286.

38 G. Lefranc, Histoire du travail..., op. cit., p. 124.

39 M. Tintó I Sala, Els gremis a la Barcelona medieval, Barcelone, 1978, p. 13.

40 A. Collantes De Terán Sánchez, « L’apprenti dans l’Espagne médiévale », Razo, op. cit., p. 88.

41 A. Riera I Melis, « La aparición de las corporaciones... », Cofradias, gremios..., op. cit., p. 297.

42 D. Menjot, « Les Métiers en Castille au bas Moyen Âge : approche des vécus socio-économiques », Les métiers au Moyen Âge..., op. cit., p. 209.

43 Ibid. p. 301.

44 R. Fossier, Histoire sociale..., op. cit. p. 327.

45 AHMG, Associacions, gremis, IV.1.

46 AHMG, Associacions, gremis, IV.1, llig. 7 (1419-1835).

47 AHMG, Associacions, gremis, IV.1.

48 P. du Colombier, Les chantiers des cathédrales, Paris, 1953, p. 100-105.

49 Noël Coulet, « Les confréries de Métier à Aix au bas Moyen Âge », Les Métiers au Moyen Âge..., op. cit., p. 58.

50 Elspeth Mary Veale, « Craftsmen and the economy of London in the fourteenth century », The english medieval town. A reader in english urban history 1200-1540, New-York, 1990, p. 125.

51 G. Lefranc, Histoire du travail..., op. cit., p. 125.

52 P. Freixas, « La Girona menestral... », op. cit., p. 59.

53 Ibid.

54 J. Gautier-Dalche, « L’artisanat urbain dans les pays de la couronne de Castille... », op. cit., p. 14.

55 A. Collantes De Teran Sanchez, « L’apprenti dans l’Espagne... », op. cit., p. 88.

56 M. Tinto I Sala, Els gremis..., op. cit., p. 17-18.

57 M. Aubert, « La construction au Moyen Âge : loges d’Allemagne, maçons et francs maçons en Angleterre », Bulletin Monumental, t. 116, Nogent-le-Rotrou, 1958, p. 231.

58 Ibid., p. 231 sq.

59 Ibid., p. 233-235.

60 Ces marques peuvent être consignées dans un carnet, comme à Graz de 1480 à 1523 (Ibid., p. 234).

61 Ibid., p. 238.

62 E. M. Veale, « Craftsmen and the economy... », op. cit., p. 120.

63 Règlements sur les Arts et Métiers de Paris, rédigés au XIIIe siècle et connu sous le nom du livre des Métiers d’Etienne Boileau, Paris, 1837.

64 F. Michaud, « Exploités ou profiteurs ? Les apprentis marseillais avant la Peste Noire », Medievales, Les dépendances au travail, n° 30, 1996, p. 85.

65 J. M. Madurel I Marimon, « Las ordenanzas del oficio de los maestros de obras barceloneses », Barcelona, divulgación histórica, t. V, Barcelone, 1948.

66 B. Geremek, Le salariat dans l’artisanat parisien aux XIIIe-XVe siècles, étude sur le marché de la main d’œuvre au Moyen Âge, Paris, 1962, p. 16.

67 G. Bresc-Bautier, Artistes, patriciens..., op. cit., p. 25.

68 AHMG, Manuals d’acords (1400-1500), I.1.1.

69 AHMG, Manuals d’acords, n° 81, 1481, fol. 168 v.-170 v.

70 AHMG, Manuals d’acords, n° 82, 1482, fol. 46 r.-46 v.

71 AHMG, Manuals d’acords, n° 83, 1483, s/f.

72 C. Castells I Calzada, « Els moviments migratoris en la Catalunya moderna : el cas de la immigració envers la ciutat de Girona (1473-1576) », Actes del 1r Congrés d’Història Moderna de Catalunya, vol. 1, Barcelone, p. 65 sq. Également, R. Alberch I Fugueras, N. Castells I Calzada, La població de Girona (segles XIV-XX), Gérone, 1985, p. 29-41.

73 AHMG, Associacions, gremis, llig. 8, 1419-1825, I.1.5 : « ... mes encara per lo be comu de tota la republica de dita vostra ciutat el la qual declinen es nodrexen molts inexperts en dits officis e qui no dupten emprendre obres ponderoses e grans, e tals que lur discrecio e capacitat no pot comprendre... e que venints persones no confrares de dita confraria de parts altres, o de la mateixa terra, o ciutat sens haver experiment de lur saberia sens comportar los carrechs de la dita confraria mengen lo pa e occupen los guanys dels dits antichs confrares... ».

74 « tan de pedre com de fusta »

75 Ibid.

76 A. Perdiguier, Mémoires d’un compagnon, Paris, 1977, p. 95 sq.

77 A. Collantes De Teran Sanchez, L’apprenti..., op. cit., p. 89.

78 M. Tinto I Sala, Els gremis..., op. cit., p. 18 : « qu’il soit pris pour lui montrer le dit métier de tisseran si fait par lettres ou devant témoins ou par serment entre eux ».

79 A. Collantes De Teran Sanchez, L’apprenti..., op. cit., p. 88 : « ... tenga tomado para le mostrar el dicho oficio del texer si lo toviere por carta o por testigo o por verdad que entre ambos sea puesta. »

80 Sur 112 contrats étudiés entre 1278 et 1347, seuls 7 concernent les métiers du bâtiment (F.Michaud, « Apprentissage et salariat à Marseille avant la Peste Noire », Revue Historique, n° 589, janv.-mars 1994, p. 10).

81 R. Cordoba De La Llave, « Notas para el estudio de los aprendices en Cordoba a finales del siglo XV », Cordoba, n° 1, 1984, p. 51.

82 D’après J. Baucells I Reig, « L’estament dels aprenents dels segles XIII i XIV segons els contractes notarials de Barcelona », Estudios historicos y documentos de los archivos de protocolos, VI, Barcelone, 1978, p. 95-97.

83 Voir également R. Cordoba De La Llave, « Notas para el estudio de los aprendices en Cordoba... », op. cit., p. 49.

84 Françoise Michaud, « Exploités ou profiteurs ?... », op. cit., p. 84-92.

85 M. Aubert, « La construction au Moyen Âge... », op. cit., p. 235.

86 M. Tinto I Sala, Els gremis..., op. cit., p. 18.

87 R. Cordoba De La Llave, « Notas para el estudio de los aprendices... », op. cit., p. 50.

88 Ibid., p. 18.

89 A. Collantes De Teran Sanchez, L’apprenti..., op. cit., p. 90-91.

90 R. Cordoba De La Llave, « Notas para el estudio de los aprendices... », op. cit., p. 50.

91 J. Domenge I Mesquida, « Entorn als oficis artistics de Mallorca. Una aproximació als treballs i ocupacions dels artistes medievals (seg. XIV-XVI) », La manufactura urbana i els menestrals, IX jornades d’estudis historics locals, Palma de Majorque, 1990, p. 384.

92 G. Fagniez, L’industrie..., op. cit., p. 69.

93 R. Cordoba De La Llave, « Notas para el estudio de los aprendices... », op. cit., p. 50.

94 A. Collantes De Teran Sanchez, L’apprenti..., op. cit., p. 90-91.

95 Ibid., p. 93-95.

96 M. Aubert, « La construction au Moyen Âge... », op. cit., p. 235.

97 G. Fagniez, L’industrie..., op. cit., p. 58.

98 R. Fossier, Histoire sociale..., op. cit., p. 359.

99 G. Fagniez, L’industrie..., op. cit., p. 65.

100 Ibid., p. 58.

101 B. Geremek, Le salariat..., op. cit., p. 31.

102 A. Collantes De Teran Sanchez, L’apprenti..., op. cit., p. 98 sq.

103 Gérone, confrérie des Quatre Saints Martyrs.

104 B. Geremek, Le salariat..., op. cit., p. 30.

105 G. Fagniez, L’industrie et la classe industrielle à Paris au XIIIe et au XIVe siècles, Paris, 1877, p. 56.

106 Ibid., p. 57. Voir également l’ordonnance des tailleurs de pierre et charpentiers et maîtres de maisons de 1481 à Gérone, citée plus haut.

107 B. Geremek, Le salariat..., op. cit., p. 32.

108 G. Fagniez, L’industrie..., op. cit., p. 65.

109 Règlements sur les Arts et Métiers de Paris..., op. cit., p. 57.

110 G. Fagniez, L’industrie..., op. cit., p. 64.

111 A. Collantes De Teran Sanchez, L’apprenti..., op. cit., p. 98.

112 G. Fagniez, L’industrie..., op. cit., p. 69.

113 F. Michaud, « Exploités ou profiteurs ?... », op. cit., p. 94.

114 B. Geremek, Le salariat…, op. cit., p. 33.

115 M. Tinto I Sala, Els gremis..., op. cit., p. 18.

116 J. M. Madurel I Marimon, « Las ordenanzas... », op. cit., p. 205.

117 P. Bonnassie, La organización del trabajo..., op. cit., passim.

118 Règlements sur les Arts et Métiers de Paris..., op. cit., passim.

119 G. Fagniez, L’industrie..., op. cit., p. 56.

120 Cf. supra.

121 J. M. Madurel I Marimon, « Las ordenanzas... », op. cit., p. 205.

122 M. Aubert, « La construction... », op. cit., p. 233.

123 F. Michaud, « Exploités ou profiteurs ?... », op. cit., p. 89.

124 R. Delort, La vie au Moyen Âge, Lausanne, 1972, p. 267.

125 B. Geremek, Le salariat..., op. cit., p. 35-37.

126 M. Aubert, « La construction... », op. cit., p. 236-237.

127 P. du Colombier, Les chantiers des cathédrales, op. cit., p. 41.

128 Ibid., p. 43.

129 L. Benoist, Le compagnonnage..., op. cit., p. 19.

130 J. Domenge I Mesquida, « Entorn als oficis... », op. cit., p. 381.

131 B. Geremek, Le salariat..., op. cit., p. 21.

132 AHPG, not. 4, n° 57, fol. 3 v.-4 r. « Pere Garcia, oriundus de Penyafe, regni Castelle, gratis etc. mitto me et affirmo vobiscum Francisco Borraçani, pictori Gerunde, presenti hunc ad duos annos et medium proxime pro adiscendo vestro pictori officio, promitto vobis quod per totum dictum tempus serviam vobis bene et prout melius in omnibus mandatis licitis et honestis et quod a vobis non recidam per dictum tempus absque vestri licencia et voluntati quod si fecero, plenam vobis confero potestatem quod absque curia possitis me capere etc. / et escuendare tempus per quod a vobis absens fuero etc. obligo etc. vos vero teneamini michi dare pro solidata totius predicti temporis decem octo florenos auri ; Et sic promitto etc. iuro et quia minor XXV annis, maior vero XVIIII, etc. et ego dictus Francisco Borraçani promitto vobis docere dictum officium ac solvere solidatam predictam, obligo omnia bona, etc.
Testes : venerabiles Narcissus Michaelis et Bernardus de Scala, cives Gerunde. »

133 P. Freixas, L’art gòtic..., op. cit., passim.

134 J. Domenge, « Entorn als oficis... », op. cit., p. 381.

135 Jean Pierre Sosson, « Les Métiers : norme et réalité. L’exemple des anciens Pays-Bas méridionaux aux XIVe et XVe siècles », Le travail au Moyen Âge, une approche interdisciplinaire, actes du colloque international de Louvain-la-Neuve, 21-23 mai 1987, Louvain-la-Neuve, 1990, p. 340-341.

136 P. Bonnassie, La organizacion el trabajo..., op. cit., p. 38.

137 Il fournit les matières premières. (Ph. Wolff, F. Mauro, « L’âge de l’artisanat (Ve-XVIIIe siècles) », Histoire générale du travail, Paris, 1960, p. 180.)

138 J. P. Sosson, « Les Métiers : norme et réalité... », op. cit., p. 343.

139 Ibid., p. 345.

 

1441-1445

1479

Fils de maître

5.2

5.2

Compagnon natif du Comté

101

180

Compagnon étranger

149

244

140 AHMG, Manuals d’acords, n° 81 et 82, 1481-1482.

141 R. Fossier, Histoire sociale..., op. cit., p. 350.

142 F. Michaud, « Apprentissage et salariat... », op. cit., p. 6.

143 G. Lefranc, Histoire du travail..., op. cit., p. 129.

144 J. P. Sosson, « Les Métiers : norme et réalité... », op. cit., p. 341 sq.

145 Ibid., p. 347.

146 G. Rosser, « Worker’s associations in english medieval town... », op. cit., p. 283.

147 J. Gimpel, « La Liberté du travail et l’organisation des professions du bâtiment à l’époque des grandes constructions gothiques », Revue d’histoire économique et sociale, n° 34, Paris, 1956, p. 310.

148 J. Domenge I Mesquida, « Entorn als oficis... », op. cit., p. 381.

149 Ibid., p. 382.

150 P. Burke, « L’artista come impreditore », Storia dell’arte italiana, vol. II, Turin, 1979, p. 83 sq.

© Presses universitaires du Midi, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search