Version classiqueVersion mobile

La construction et les métiers de la construction à Gérone au XVe siècle

 | 
Sandrine Victor

Deuxième partie. La main d’œuvre sur le chantier

Chapitre II. Les ouvriers sur le chantier

Texte intégral

1À présent que le corpus des ouvriers recensés à Gérone au XVe siècle est défini, nous pouvons les étudier dans leur cadre professionnel : le chantier.

1. Les différents corps de métiers1

  • 1 Voir tableau récapitulatif en annexe.

2De nombreux corps de métiers sont représentés dans les comptes de chantiers. Une présentation exhaustive s’impose, car la terminologie employée par les procurateurs peut induire en erreur par leur manque de rigueur. Il est possible de distinguer quatre grandes catégories : les fournisseurs en matières premières, les intervenants ponctuels, les ouvriers hors chantier, et les permanents sur chantier.

  • 2 Les références sont extraites de : Ramon Alberch, N. Castells, P. Freixas, C. Guilleré, Joan Miro, (...)

3On peut rencontrer deux sous-catégories de fournisseurs : ceux qui pourvoient aux besoins directs en matière première du chantier, et ceux qui approvisionnent les fabriques en produits annexes. En effet, certaines fabriques, comme celle de la seu, prennent en charge une partie du fonctionnement du culte. Elles doivent en particulier veiller aux messes dites pour les défunts qui les ont dotées. C’est ainsi que l’on trouve dans les comptes des achats de cierges, de tissus pour les chasubles des officiants, d’argent pour l’entretien des chandeliers, etc. Nous trouvons un drapier, un chausseur et un tailleur parmi les personnes rétribuées par l’obra. Ils peuvent avoir fourni ces types de produits. On peut également penser que l’achat de chaussures et de vêtements de la part de la fabrique fait partie d’une rétribution en nature à un maître. Les détails manquent malheureusement pour confirmer ou infirmer cette hypothèse. L’approvisionnement en matières premières est, nous l’avons déjà vu, la préoccupation du procurateur de l’édifice en construction. Certains des fournisseurs ont leur propre atelier à l’extérieur et les fabriques ne sont qu’un client parmi d’autres. D’autres travaillent sur le chantier. Ce peut être le cas en particulier des chaufourniers (calciners). Le terme désigne à la fois l’ouvrier qui coupe les pierres à chaux, celui qui fabrique et celui qui fait la vente2. Le four, selon les chantiers, peut se trouver à l’extérieur et appartenir à une tierce personne, ou être installé directement sur le chantier et être la propriété de la fabrique. Le chaufournier peut alors laisser sa place au fournier (forner).

4Les fournitures les plus courantes, et leurs fournisseurs par conséquent, sont la chaux, fournie par le calciner, la corde, par le corder, le plâtre, par le guixer, la brique, par le rajoler, et la tuile, par le teuler. Selon les cas, ces hommes peuvent multiplier les charges, assurant l’approvisionnement en chaux et tuiles, chaux, tuiles et plâtre, etc.

  • 3 ACG, Obra de la Seu, n° 23, fol. 47 v. : « Item, an Arnau Ferredor per clavels... III s. IIII ».
  • 4 Maria del Carmen Martinez Melendez, Estudio de los nombres de los oficios artesanales en castellano (...)

5Nous pouvons faire un cas à part du maréchal-ferrant. Notons d’abord que le mot ferrer signifie à la fois « forgeron » et « maréchal-ferrant », le mot ferredor, dont nous ne trouvons trace que rarement3, se traduisant uniquement par « maréchal-ferrant ». Du latin ferrarius (forgeron) dérivé de ferrum, le catalan ferrer dérive d’un premier ferrero (857), qui donnera herrero en castillan4. Cas à part donc, ce ferrer se consacre la majeur partie du temps à entretenir les outils, plutôt qu’en vendre de neufs. Le prix de la matière première éventuellement utilisée pour les réparation est incluse bien souvent dans le prix de la main d’œuvre. Le ferrer peut aussi être qualifié de refeturer (refaiseur) qui souligne bien son rôle dans l’entretien des outils. On le trouve également comme fournisseur au sens premier du terme pour tout ce qui touche à la petite quincaillerie (clous, pointes, …).

  • 5 C. Argiles I Aluja, « L’activitat laboral a la Seu entre 1395 i 1410 a través dels Llibres d’Obra » (...)
  • 6 Ma del C. Martinez Melendez, Estudio de los nombres de los oficios, op. cit., p. 715.
  • 7 P. Freixas, L’art gòtic a Girona, Gérone, 1983, p. 241-246.
  • 8 S. Victor, Girona medieval : canvis i ruptures, Gérone, 2001.
  • 9 P. Freixas, L’art gotic..., op. cit., passim.
  • 10 Ibid., passim.

6Le chantier a besoin de certains artisans de façon très ponctuelle. C’est souvent le cas des métiers de la décoration. Les comptes sont diserts sur les d’argenters (orfèvres), pintors (peintres), vidriers (verriers), ou d’ymaginaires (sculpteurs)5. Le « frappeur d’argent » du latin argentarius, s’est transformé en argenter en catalan par un système d’apocope typique après une consomme simple latine6. L’argentier intervient en dernier pour mettre en place le décor d’une nouvelle chapelle. Il s’occupe du mobilier liturgique. Il travaille l’argent évidemment, mais également les autres métaux et pierres précieuses. Les ateliers d’argenterie géronais sont en pleine activité durant tout le XVe siècle, attirant parfois des artistes de fort loin7: Ramon de Cistar (Valence), Marc Canyes, Antoni et Francesc Costa (Barcelone), Joan Robert (Roussilon), Esteve Vareners (Elne), Joan Daes (Paris), etc. L’orfèvrerie d’art bénéficia de grands talents locaux dans la première moitié du siècle, et en particulier ceux de la famille Artau, qui exerça sur trois générations8. Francesc Artau II, héritier de l’atelier, s’installe plus tard dans le siècle à Barcelone. Mais les Artau ne furent pas les seuls. La fin du XVe est très riche en nombreux talents. Citons par exemple Bartomeu Arloví, Maître Cristòfor, auteur d’une Vierge d’argent sur une croix à la seu, Ramon Davesa, Bartomeu Vinyes et Antoni Padrosa, auteur d’un bourdon d’argent pour l’église Sant Martí Sacosta9. Antoni Coll réalise un reliquaire pour la chapelle des Saints Quatre Martyrs de la cathédrale. Un autre orfèvre, qui marque la profession durant presque 50 ans (1484 à 1532), Joan Grau Coromina, réalisa, entre autres, la tête d’argent aux cheveux d’or de Sant Cast pour l’église de Celrà, aujourd’hui disparue. Les orfèvres-rois de la seconde moitié du XVe restent les Angels, père et fils. Pere Angel senior exerce des années 1440 à la fin des années 1470, date à laquelle le flambeau est repris par son fils, Pere. Caprice du temps, peu de leurs œuvres nous sont parvenues10.

  • 11 Ibid., passim. Voir également les travaux de J. Molina dont « Pintura de Girona », Girona a l’abast (...)
  • 12 Joàn Calzada I Oliveras, Los claves de boveda de la catedral de Gerona, Barcelone, 1975, passim.
  • 13 Ibid., passim, également, S. Victor, « La cathédrale de Gérone pendant la maîtrise d’œuvre de Maîtr (...)
  • 14 P. Freixas, L’art gotic a Girona, op. cit., passim.

7Le peintre intervient autant par des œuvres mobilières qu’en finition sur les murs d’une chapelle, couchant ses couleurs sur un lit de plâtre. À la fin du XIVe et durant tout le XVe siècle, Gérone jouissait d’une réputation internationale en matière de peinture11. La formation de « l’École de Gérone » a dynamisé la production picturale pendant toute cette période, et a fait de la cité un centre culturel avancé. C’est donc tout naturellement que les premières tendances Renaissance entrent à Gérone, et ce bien avant Barcelone ou le reste du Principat. De nombreux artistes étrangers s’installent à Gérone (le flamand Aine Bru, le français Guillem Carbonell, ...). Ce brassage culturel explique les nombreuses influences européennes de cette peinture naissante. Bien sûr, Gérone peut s’enorgueillir de peintres locaux de renommée. La famille Sola d’abord, avec le père, Ramon Sola I, actif jusqu’en 1462 et le fils, Ramon Sola II. Il naît vers 1445. Il est le quatrième d´une famille de 6 enfants, dont une des filles épousera Miquel Rovira, lui aussi peintre. Il travaille très tôt, vers 15 ans, avec son père pour la réalisation d´un retable à Verges. Un an plus tard, Ramon Sola II s´associe avec son beau-frère Miquel pour partager le même atelier et les gains des œuvres collectives. Il établit aussi des liens de travail avec le peintre français Pere Terri. Sa première grande œuvre est la clé de voûte de la nouvelle nef de la seu, représentant Saint Pierre12. En 1482, il repeint un retable dédié à Saint Marc pour la chapelle des cordonniers au couvent de la Mercé, enfin, en 1484 la chapelle de Tots Sants à la seu. Il semble qu´avant cela, il ait déjà réalisé le décor des chapelles de Sant Benet et de Sant Domenec. Il doit peindre cette chapelle « de or adzur e argent e altres colors tot bo e fi »13. La clé de voûte sera réalisée par un autre artiste, Maître Vicens. Elle mérite qu´on s´y arrête, car c´est une ingénieuse représentation. Le premier plan représente 4 figures qui sont une synthèse de la sainteté (une sainte, une vierge, une martyre, un évêque). L´arrière plan n´est qu´une foule d´auréoles, comme si la cohorte des saints suivait ces 4 personnages. Le médaillon est finement décoré, les vêtements rivalisent de détails. La famille Borrassà tient également un rôle primordial dans la peinture de cette époque. Guillem Borrassà I, père, fait de trois de ses neuf fils des peintres : Lluis, actif jusqu’en 1425, Francesc, jusqu’en 1427 et Guillem II, jusqu’en 1428. Même si la famille est plus active à Barcelone qu’à Gérone, elle représente le fleuron de l’art géronais. Ils ont de plus formé d’autres peintres, autant dans leur propre famille (Francesc II, Pere, Jaume, Honorat, ...) qu’en dehors, avec comme plus brillant élève Joan Antigo, auteur du retable de la Vierge de l’Escala14. Gérone tient donc un rôle de première importance dans le monde de l´orfèvrerie et de la peintre autant au XVe qu´au XVIe siècle. Elle s´ouvre aux influences étrangères, les mêlant ensuite à ses propres créations. C´est ainsi qu´elle jouit d’une réputation internationale et qu’elle peut être aux premières loges du changement artistique qui conduit l’art gothique vers la renaissance.

  • 15 « Els vitralls de la catedral de Girona » Corpus Vitraerum Medii Aevi, Espanya 7, Catalunya 2, Barc (...)
  • 16 P. Freixas, L’art gotic a Girona, op. cit., p. 285.
  • 17 AHPG, not. 1, n° 406 et 418.
  • 18 Ma del C. Martinez Melendez, Estudio de los nombres de los oficios..., op. cit., p. 751.
  • 19 J. Domenge I Mesquida, l’Obra de la Seu..., op. cit.

8Autres intervenants : les verriers15 (vitriarius, vidrer). Le gothique catalan, tout en murs et en puissance, ne prête guère au développement de l’art des vitraux16. Néanmoins, la cathédrale offre aux artistes, principalement étrangers, l’occasion d’exercer leur talent. On peut citer des hommes comme Pere Carbonell ou Antoni Tomàs, originaire de Toulouse. Ce dernier est d’ailleurs engagé par la Fabrique en 1437 pour faire les vitraux situés au dessus de l’autel17, pour la somme de 415 florins. Les verriers travaillaient en marge du chantier. À la fois artistes et artisans, ils ne touchaient pas de salaire à la journée, mais à la tâche. La main d’œuvre dont ils pouvaient avoir besoin devait être gérée par eux seuls, c’est-à-dire que la fabrique payait un prix global pour l’œuvre, et les maîtres verriers devaient se charger d’embaucher et payer leurs hommes. Enfin, les sculpteurs interviennent pour les fins travaux de taille. Appelés ymaginers, « sculpteurs d’images », du latin imago-inis (image, portrait) les premières traces documentées date du XVe siècle18. Ils n’étaient avant pas différenciés des tailleurs de pierre. La famille Clapers est la plus connue. Originaire de Barcelone, le père et le fils ont été choisis pour sculpter la porte sud, dite « des Apôtres ». Le père a réalisé sa part du contrat, les 12 Apôtres, alors que le fils ne put mener à bien la sienne, le tympan, interrompu par la guerre civile de 1462. Antoni Canet, maître d’œuvre de la seu, est présenté comme ymaginaire de Majorque19. Ceci explique peut-être qu’il soit le maître le mieux payé de tout le XVe siècle sur le chantier de la cathédrale. Pour finir, d’autres intervenants apparaissent de temps à autre sur le chantier, pour des tâches moins valorisées. Ce sont d’abord les serruriers (panyaters) qui travaillent autant dans la cathédrale et ses dépendances que dans la loge. Puis les fondeurs de cloches (senyers). Ils fabriquent des cloches, mais aussi réparent celles déjà en place.

9Une certaine catégorie d’actifs ne travaille pas sur le chantier à proprement parler. Ce sont d’abord tous les métiers qui se rapportent au transport : les charretiers et charrons (traginers ou carraters). Les premiers sont des transporteurs au sens large du terme. Ils peuvent être spécialisés dans le transport d’une catégorie de matériaux. Ils sont en général propriétaires de leur chariot et de leurs bêtes, le coût du transport variant selon l’animal. Les seconds peuvent être des menuisiers spécialistes de la construction et de la réparation des chariots ou des personnes qui les conduisent. Ce qui sous-entend qu’ils ne sont pas obligatoirement propriétaires du chariot. Les « tireurs de pierres », ou porteurs de pierres (tiradors de pedres) portent à dos d’homme, en s’aidant de civières ou d’oiseaux. Ils peuvent travailler à la carrière, pour charger les chariots, ou sur le chantier. Si la carrière et le chantier sont proches, ils peuvent éventuellement faire la navette. Travaille aussi hors du chantier tout le personnel de la carrière. Normalement, ce sont les carriers, (pedrers) qui s’en chargent. Dans la pratique, le terme de pedrer est souvent mal employé par les procurateurs. Si certains font la différence entre les carriers et les tailleurs de pierres (picapedrers) d’autres emploient indifféremment une dénomination pour l’autre. Il est donc très difficile de cerner avec justesse l’activité de cette catégorie d’artisans. Le pedrer se charge d’extraire les blocs et de les dégrossir. On emploie aussi le terme de trencador (casseur) ou tayllador. Cependant, un ouvrier est rarement uniquement trencador : il sera tailleur- « casseur » ou carrier- « casseur ». Dans la pratique, quand la distinction est bien faite entre le picapedrer et le pedrer, le second est inférieur au premier dans la hiérarchie du Métier, et son salaire est moindre. Le terme « p edrer » peut également désigner des tailleurs de pierre salariés, inférieurs aux maîtres, avec apprentis.

  • 20 J. Domenge I Mesquida, «Entorn als oficis artístics de Mallorca...», op. cit., p. 387.
  • 21 P. A. Sanxo, «Constituciones del gremio de albañiles (20 Agosto de 1506) », B.S.A.L., 4, 1891- 1892 (...)

10La dernière catégorie envisagée, celle des ouvriers présents sur le chantier, rassemble la majorité des ouvriers. D’abord, on y trouve les artisans de la pierre, celle-ci étant l’élément de base de la construction. Les picapedrers (tailleurs de pierre) en sont les principaux acteurs. Le problème de dénomination entre picapedrers et pedrers se présente également ici. Les picapedrers sont visiblement au sommet de la hiérarchie, lorsque la distinction est faite. Ils se chargent de la taille des blocs les plus complexes (chapiteaux, colonnes, décors divers, ...). Le reste des tâches est fait par les pedrers, au sens hiérarchique du terme : découpe des blocs simples, taille de pierres simples (murs, piliers, ...). Certains d’entre eux sont spécialisés : les picadors (piqueurs) ne s’occupent que d’apprêter les blocs. Ils ne sont que rarement uniquement picador, chaque pedrer devant être capable de faire ce travail. Ils peuvent aussi être qualifiés de peradadors ou aparayladors (maçons ou appareilleurs) c’est-à-dire chargés de monter les murs. Ils ont là la fonction de maçon, caractérisée par l’emploi et la maîtrise de l’équerre et du fils à plomb. Si au départ l’art de dresser des murs semblait faire partie intégrante du métier de picapedrer, la distinction se fait peu à peu entre les deux activités. On assiste à une spécialisation. Il est intéressant de noter la curieuse charge qui est attribuée aux picapedrers à Majorque : celle de pompiers20. Tout porte à croire que cette tâche faisait partie d’un bénéfice accordée au Métier, qui a aussi cours à Barcelone et Valence. L’acte de promulgation de ce bénéfice explique les raisons de ce choix, raisons qui permettent de discerner les qualités physiques des picapedrers21 :

  • 22 « Item com sesdevenga algunes vegades metres foch en les cases de la ciutat y per apagar aquell es (...)

« De même, comme il arrive de mettre quelquefois le feu dans les maisons de la ville, et pour éteindre celui-ci, il est nécessaire de prendre des hommes adroits pour escalader les maisons et monter par des chemins périlleux sur leur toit, après délibération faite par les dits nommés et prudhommes du dit Métier de tailleur de pierre, ceux-ci se proposent chaque année de donner et nommer 10 personnes du dit Métier, adroites et disposées, qui si un feu se déclare dans une maison de la ville, travailleront à l’éteindre, comme cela se fait à Barcelone et à Valence, et qu’en raison de ce dit service et travail, les officiels du dit Métier de tailleur de pierre aient faculté de pouvoir porter en sécurité, sans peur d’un officiel, les armes des membres principaux et leurs personnes, pour leur défense. Cela plaît au Roi »22.

  • 23 ACG, Obra de la Seu, n° 38, 1443-1444.
  • 24 ACG, Obra de la Seu, n° 36, 1434.

11Ils sont aidés, les uns comme les autres, d’une cohorte d’apprentis et de manœuvres. Sans aucune formation spécifique du Métier, les manobres (manœuvres) sont chargés des basses tâches du chantier. Ils transportent les pierres, les montent sur les échafaudages, s’occupent de brasser le mortier, porter l’eau, etc. Ils sont tout de même spécialisés dans le bâtiment, contrairement aux bracers (brassiers) qui se louent indifféremment pour les travaux des champs, la construction ou les ateliers textiles. Les manœuvres peuvent même acquérir une certaine spécialisation, comme le montre cet exemple d’un manobre-ferrer, Nicolau Estrader qui est sur le chantier en 144423. Il peut avoir acquis un savoir-faire sans avoir reçu de formation chez un maître. Sont parfois employés comme manœuvres ou brassiers des volontaires qui désirent participer au chantier, par vœu ou par expiation. Les cas sont rarissimes à Gérone au XVe et l’exemple du prédicateur allemand Frère Joan Moles en 1434 est anecdotique24. Enfin, coquetterie d’écrivain ou réelle volonté de distinction, deux ouvriers sont appelés operatores. Ce terme n’est que très rarement utilisé dans les comptes, même lorsqu’ils sont tenus en latin. On le trouve pour nommer le procurateur de la fabrique (operator sedis Gerunde) ou le maître d’œuvre. Le fait d’avoir utilisé ce terme pour deux pedrers est peut-être une façon de souligner leur savoir-faire.

12Les apprentis (macips) sont en formation sur le chantier. Ils dépendent d’un maître, clairement identifié. Ils sont aussi appelés fadri (garçon) dans le sens que l’on pourrait trouver dans l’expression « garçon de ferme » par exemple, ou jove (jeune). Ces trois termes sont souvent utilisés sans aucune distinction apparente, mais il arrive que les salaires trahissent une différence. Le fadri est parfois moins bien payé que le macip. La formation du premier doit être moins avancée que celle du second. Quand au jove, il ne correspond pas exactement à un rang dans le Métier, mais plus à un sobriquet. Les apprentis, au sens large, travaillent de concert avec les manœuvres. Ils ont cependant accès à la loge, et se forment aux côtés de leur maître aux techniques de taille. Les apprentis les plus avancés dans le Métier touchent d’ailleurs le même salaire que certains pedrers.

  • 25 Ma del C. Martinez Melendez, Estudio de los nombres de los oficios..., op. cit., p. 613 et 652.
  • 26 Ibid.
  • 27 AHMG, I.3.3.1.2, Comptes del Clavari, 1412 et 1438.

13Enfin, l’autre grande catégorie d’ouvriers dont la présence est presque permanente sur le chantier est représentée par les charpentiers. Les mots fuster et carpinter sont souvent employés l’un pour l’autre25. Alors que le premier vient du latin fusta (bois) et présente une étymologie évidente, le second dérive du carpentarius (carrossier) tiré de carpentum (voiture à 2 roues, char)26. Même si la construction n’est pas dans une étape de charpente, leur présence est toutefois indispensable pour la mise en place et l’entretien des échafaudages. Les fusters maîtrisent parfaitement les techniques globales de construction, puisqu’on trouve des fusters-mestres de cases, et même un maître d’œuvre de la seu, Pere Cipres. Dans certains comptes27, le procurateur ne fait pas la distinction entre les fusters et les pedrers. Il paie les deux au même prix, sous la même catégorie : « fusters i pedrers ». Il arrive que les charpentiers se fassent aider par un serrador (un scieur) surtout pour débiter de grandes pièces de bois.

La place des femmes sur le chantier

  • 28 Philippe Bernardi, «Pour une étude du rôle des femmes dans le bâtiment au Moyen Âge », Provence His (...)

14La place des femmes sur un chantier de construction n’a été que rarement étudiée28. Le manque de force physique revient comme un poncif pour expliquer cet oubli dans les recherches sur les bâtisseurs. Cependant, des femmes apparaissent dans les comptes des fabriques, et ce dans divers emplois et fonctions. Mettons tout de suite de côté les couturières. En effet, n’oublions pas que l’obra de la seu de Gérone s’occupe en plus du chantier du bon fonctionnement du culte. C’est pourquoi nous trouvons de nombreuses femmes, employées à la tâche, pour fournir des tissus et les coudre afin de réaliser des draps d’autel, des chasubles, des rideaux, etc.

  • 29 ACG, Obra de la Seu, n° 24, 1404-1406, 2 mai 1405. « Item, pague a madona, se file den Geroni, merc (...)

« De même, j’ai payé à Madame, fille de Geroni marchand, pour les rideaux jaunes et bleus de l’autel à réparer... 2 sous. De même, pour réparer une couverture des coussins du Cardinal 1 sous. De même, pour réparer une cape de velours noir et un dalmatique noir 5 sous 6. De même pour une cape de velours sur laquelle elle mit du fil d’or 4 sous 6. (...) De même, pour 15 chemises romaines (?) à découdre et coudre, des parements et réparer un devant d’autel avec une broderie 12 sous 6. »29

  • 30 La fille de Geroni marchand (...1405...), Mme Castanyera (...1402-1411....), Mme Clarete, femme de (...)

15Elles représentent une main d’œuvre relativement importante et stable. Par exemple, elles sont 13 dans les 15 premières années du siècle à se partager les tâches30.

  • 31 P. Bertas, Conférence de Marseille, 1922, cité par Ph. Bernardi, « Pour une étude du rôle des femme (...)
  • 32 En particulier dans la confrérie Sant Narcis, Voir en annexes le règlement de cette confrérie, t. 1 (...)
  • 33 AHMG, Fons associacions, IV.1, Gremis, llig. n° 8.

16Les femmes qui nous intéressent plus particulièrement sont celles qui ont travaillé directement sur le chantier, à un poste plus traditionnellement confié à un homme. Selon P. Bertas31, 6 journalières auraient participé à l’édification des remparts de Marseille en 1524. En Allemagne, de nombreuses femmes sont recensées autant dans les confréries de Métier que sur les chantiers. En fait, nous pouvons trouver des traces des femmes dans trois domaines : dans les listes de recensement des confréries, sur les marchés de fournitures de matériaux, et enfin dans les comptes des fabriques. Les femmes sont d’abord très présentes dans les registres de confréries32. Si l’on prend l’exemple de la confrérie de Sant Narcis, on parle de « confrares i confraresses ». Les deux sexes sont donc présentés sur un pied d’égalité. C’est également le cas dans les statuts de la confrérie de charpentiers, maçons et plâtriers d’Aix-en-Provence datant de 1475, ou dans ceux des tailleurs de pierre, charpentiers et arbalétriers de Gérone en 141933. Selon ces exemples, les femmes participaient aux pratiques religieuses et funéraires de la confrérie. Au même titre que les hommes, elles pouvaient bénéficier de la solidarité. Tout porte à croire, d’ailleurs, que lorsque le terme de « confrare » est employé, il l’est par souci de globalisation, sans distinction de sexe. L’emploi de « confraressa » souligne le caractère universel d’un article. Certains statuts de confréries osent même employer le terme de « maîtresse », dans des expressions telles que « maîstres, maîstresses ou valets ». Cependant, à la lecture des contrats d’apprentissages ou des contrats d’embauche, jamais un tel terme n’est repris, et les femmes n’y apparaissent d’ailleurs pas. Ce titre de « maîtresse » leur viendrait-il tout simplement d’un lien familial (mariage ou filiation) ? À la lumière des rares études faites sur ce thème, il semble que oui. Par conséquent, l’intégration des femmes dans les confréries pourrait avoir comme unique explication les liens familiaux.

  • 34 Étudiés par Ph. Bernardi, « Pour une étude du rôle des femmes... », op. cit., p. 270.
  • 35 AHMG, Manuals d’acords, n° 93 et 97.

17Les statuts des charpentiers de Carpentras34 tendent à montrer que la femme apparaît dans les confréries car elle joue un rôle dans les cellules artisanales. En effet, à Carpentras, les veuves peuvent continuer à exercer le métier de leur mari, si elles le désirent, et sous le nom de celui-ci, à condition d’être de « bonne vie et mœurs » et d’avoir des serviteurs sérieux. Ceci expliquerait que nous n’ayons pas trouvé de traces de contrats, les femmes utilisant probablement ce droit de travailler sous le nom de leur mari, ou peut-être préférant un système de sous-traitance. Dans les tailles du XVe siècle levées par les jurats à Gérone, on trouve néanmoins deux femmes qui portent leur propre nom : Dominga, vidriera qui vit rue Albadiners en 1493 et Vicenza, pintora, également rue Albadiners en 149735. Elles n’apparaissent malheureusement pas dans les contrats de la même époque sous ce nom. Visiblement, elles font leurs affaires sous le nom de leur défunt mari, mais existent administrativement sous leur propre nom, qui en l’occurrence se limite à un prénom. Quand les maris sont encore vivants, les femmes ont parfois un rôle. On retrouve souvent leur trace dans les paiements, les quittances. Elles encaissent les créances de leur mari. Ce rôle du vivant de l’époux se confirme dans les contrats d’apprentissage. En effet, les apprentis doivent obéir au maître et à sa famille, prouvant là le fonctionnement familial de l’atelier.

  • 36 ACG, Obra de la Seu, n° 43, fol. 19 v.

18On trouve ensuite des femmes dans la vente de fournitures et matières premières. Elles peuvent être propriétaires d’exploitations qu’elles donnent à ferme à des artisans, ou exploitantes directes. C’est par exemple le cas de Llorenza, calcinera, qui vend à la cathédrale de la chaux à partir de 1438 ou encore de Franquesa, qui fournit au chantier de la surena (chêne-liège) en 145636. La première est clairement définie comme « chaufournier ». Il semble donc que l’exploitation et la vente de la chaux soit son activité première, ou en tout cas, le métier sous lequel elle est reconnue. Le fait que de nombreux chaufourniers se nomment Llorenç pourrait laisser penser qu’elle fait partie de cette famille, épouse, veuve ou mère des autres. « Llorenza » ne serait alors que la féminisation du nom ou prénom de son mari, conservé pour des raisons évidentes de commerce. Quant à la seconde, elle n’est, elle, présentée que comme « madona Franquesa », et fournit ce bois que de façon très ponctuelle. Ce serait alors peut-être un moyen d’arrondir le budget familial, mais pas une activité régulière. Les femmes sont donc en général subordonnées aux hommes, à l’exception des veuves et des revendeuses qui peuvent mener à titre personnel des affaires ou diriger un atelier complet.

  • 37 Ph. Bernardi, « Pour une étude du rôle des femmes... », op. cit., p. 273.

19Enfin, les mentions de femmes peuvent se rencontrer dans les livres de comptes, quand elles apparaissent comme ouvrières à part entière. Leur présence dans ce cas précis est très limitée dans le temps, et soulève donc la question d’une embauche conjoncturelle. Cette activité peut résulter d’une certaine polyvalence des fabriques comme des femmes. En effet, les femmes peuvent avoir accès aux chantiers par manque d’hommes, mais aussi peut-être par manque de travail temporaire dans les domaines d’activités réservés aux femmes. En Provence37, on trouve des femmes salariées sur les chantiers les plus importants et les plus urgents. La proportion hommes-femmes est cependant très variable : en 1524, 6 femmes travaillent aux fortifications de Marseille pour 368 hommes, mais en 1586, 20 ouvrières côtoient 11 hommes sur le même chantier. Leur travail n’est pas toujours spécifié, comme c’est souvent le cas aussi pour les hommes. On les retrouve dans les travaux de démolition, le transport des pierres, de la terre, du mortier ou de l’eau. Les activités liées à l’eau semblent d’ailleurs constituer une certaine spécialisation : elles se chargent du transport de l’eau pour le mortier. Cette tâche est loin d’être la plus facile. En effet, la transformation de la chaux vive en chaux grasse conditionne la qualité du mortier. Elle demande donc un certain doigté. Des femmes s’en occupaient par exemple en 1363 à l’abbaye de Saint-Victor, ou plus tard encore en Allemagne. Malgré cette relative spécialisation, l’absence de femmes dans les contrats d’apprentissage montre bien que les connaissances techniques leur sont inaccessibles.

20La question des salaires est tout aussi épineuse. Tout comme pour les hommes, l’explication des variations de salaires est soumise à de nombreux critères (tâche, force, âge, expérience, ...). En général, les salaires sont inférieurs à ceux des hommes, et cet écart peut se justifier par une différence de rendement ou d’affectation. On ne peut se contenter d’une telle explication. Sur le chantier de Saint- Victor (1363), les femmes touchent 2 sous par jour, et les hommes qui les remplacent 6 sous 8 deniers. Paradoxalement, en Avignon, au début du XIVe siècle, le salaire était identique. Une schématisation semble donc impossible, d’autant que certaines variations restent mystérieuses pour un même profil : à Marseille, comme à Gérone, des hommes affectés à la même activité ne touchent pas le même salaire. La question du sexe n’explique donc pas tout. Il semble qu’elles aient grosso modo le même salaire que les hommes, mais elles sont cantonnées dans des tâches inférieures.

  • 38 ACG, Obra de la Seu, n° 44.
  • 39 ACG, Obra de la Seu, n° 43.
  • 40 ACG, Obra de la Seu, n° 44.

21Elles sont souvent désignées par leur nom et leur situation familiale. Beaucoup sont indépendantes, c’est-à-dire qu’elles n’ont aucun lien de parenté apparente avec des ouvriers déjà en poste sur le chantier. Mais il arrive, comme lors de la démolition de l’évêché et de l’église de Saint Cannat en 1524, qu’un ouvrier vienne avec mère et fille. À Gérone, en 1460, Miralla den Miralles est manœuvre et touche 2 sous et demi de salaire comme ses compagnons hommes38. Ce terme de « den » (de) est en général réservé aux apprentis ou aux jeunes. Peut-être est-elle la fille de Miralles, ou un cas exceptionnel de femme dans le Métier. Quatre ans plus tôt, on avait déjà rencontré une certaine Margarida Miralles, de Sant Daniel, qui avait loué sa mule pour tirer des pierres39. Il pourrait s’agir d’une famille. On rencontre cependant des femmes désignées par leur nom et prénom, et par leur métier. Marthoria Berneda est manœuvre et touche à ce titre le même salaire que les hommes en 1462, c’est-à-dire 2 sous et demi40. Elle est donc un exemple parfait d’autonomie. Les femmes ne représentent pas sur les chantiers une main d’œuvre abondante ou régulière. Elles ne sont cependant pas complètement absente du monde de la construction : leur participation dans les confréries, leur activité de vente et d’exploitation ou leur présence sporadique dans les comptes l’attestent. Elles se définissent uniquement en fonction de leur rapport à leurs congénères masculins, mais peuvent tout de même acquérir une certaine autonomie, dans le cas des veuves en particulier. Leur histoire ressemble beaucoup à celle d’un autre groupe : les esclaves.

La place des esclaves sur le chantier41

  • 41 P. Bonnassie, « Survie et extinction du régime esclavagiste dans l’Occident du haut Moyen Age (IVe- (...)

22De nombreux esclaves apparaissent dans les comptes de la fabrique de la seu entre les années 1420 et 1450. Ils répondent visiblement à une demande urgente de main d’œuvre de la part des autorités ecclésiastiques.

  • 42 P. Bonnassie, « Survie et extinction... », op. cit., p. 343.
  • 43 R. Delors, « Quelques précisions sur le commerce des esclaves... », op. cit., p. 216.
  • 44 H. Bresc, Un monde méditerranéen..., op. cit., p. 442 sq.

23On a affaire à une forme d’esclavage typique des rives de la Méditerranée à la fin du Moyen Âge. C’est un phénomène urbain à vocation purement domestique et artisanale, qui résulte directement du grand commerce méditerranéen42. En effet en 1192, le mot sclavus réapparaît dans un acte notarié à Venise. C’est la manifestation d’un second souffle de l’esclavage, qui, après un repli à l’époque féodale et la chute du Califat Ommeyade en 1031, est désormais aux mains des Vénitiens et des Génois. Ils se fournissent dans les populations slaves, caucasiennes, tartares. L’Égypte reste une destination de choix. La dynastie Mamelouk convertit ces esclaves en soldats, et assure ainsi une stabilité au régime, au grand dam de la papauté qui voit dans cette traite une ressource de bras armés pour l’ennemi dans la conquête de la Terre Sainte. Ce trafic n’est pas uniquement dirigé vers le monde musulman. D’autres courants naissent, en direction de la Catalogne, Majorque, la Sicile, Naples, Gênes, Venise, ... L’éventail des peuples asservis se diversifie lui aussi : Cimmériens, Caucasiens, Alains, Abkhases, Circassiens, Russes, Tartares, Grecs, Bulgares, Valaques, Noirs d’Afrique. À Gênes par exemple en 1376, 86 % des esclaves étaient des Tartares43. À la même époque à Palerme ces mêmes Tartares représentent 78 % des esclaves et 95 % de ceux baptisés44. Cependant, les esclaves sont moins nombreux dans le monde chrétien que dans le monde musulman. Exception faite de Majorque, où ils représentent 36 % de la population en 1328 ! Cette proportion diminue à 17,94 % un siècle plus tard. Le XVe siècle est caractérisé par une augmentation du nombre d’esclaves noirs. La prise de Constantinople en 1453 ferme les détroits à la traite. Ils se tournent alors vers la côte atlantique de l’Afrique, et en particuliers, les escales portugaises. Du Portugal, les esclaves étaient convoyés via Valence. Ces esclaves noirs viennent beaucoup de Guinée, du Bornou, ce sont des Djolofs, des Biafras, des Mandingues.

  • 45 C. Guilleré, Girona medieval, crisis i desenvelopament, Gérone, 1992, p. 36-37.
  • 46 Les maîtres contractaient une assurance contre la fuite de leur esclave. Les fonds ainsi récoltés p (...)
  • 47 AHMG, not. 2, n° 272, sans date, probablement 1477.

24Avant la première moitié du XIVe siècle, il y a peu d’esclaves à Gérone45. Mais avec l’ouverture sur la Méditerranée et le trafic croissant avec la Sicile, leur nombre augmente sensiblement à partir de cette époque. Ils arrivent souvent par l’intermédiaire de marchands de Barcelone ou Palma de Majorque. On trouve beaucoup de Grecs, car les compagnies catalanes ont un temps dominé le Duché d’Athènes. À partir de la seconde moitié du XIVe siècle, la mode est aux Tartares et aux Abskases. La majorité des esclaves blancs sont baptisés, alors que les noirs, dont la traite s’accélère au XVe siècle, le sont moins. À Gérone ils sont la propriété de marchands, de drapiers, de citoyens, de nobles et de clercs. Ils sont soumis à une discipline stricte par des maîtres qui ne leur accordent aucune confiance. D’ailleurs, après Barcelone, Gérone est en 1431 la ville où l’on trouve le plus d’esclaves assurés46. Plus que la fuite le moyen le plus sûr pour un esclave d’acquérir sa liberté est d’être affranchi par son maître, d’autant que l’Église considère cet acte comme œuvre pieuse. C’est par exemple le cas de Joanna, esclave du manœuvre Caragol, qui est affranchie par testament et rachète ainsi les péchés de son maître (« in remissione peccatorum meorum... »)47.

  • 48 AHMG, Comptes del Clavari, llig.4 : Mercadal.
  • 49 AHMG, Manuals d’acords, n° 74 bis et 93.
  • 50 ACG, Obra de la Seu, n° 31, 1418-1422.

25Une quarantaine d’esclaves apparaissent dans les comptes de la fabrique de la cathédrale. De certains, nous ne connaissons strictement rien : ni nom, ni prénom, ni origine. Seul le nom du propriétaire est cité. La majorité est désignée avec un prénom, suivi du nom du propriétaire, sous la forme « den x », « de x ». Les prénoms de ces esclaves sont souvent christianisés : Joan, Guillem, Jaume, ... Certains esclaves ont cependant conservé leur prénom de naissance. Ils sont tous à consonnance islamique : Salem, Abrim, Abdala, Ali. Ils viendraient donc du monde musulman, au sein large, c’est-à-dire sans négliger les territoires en Afrique noire, où la traite est déjà bien implantée pour fournir des esclaves aux Maures. La présence d’esclaves ou d’affranchis noirs est attestée par des adjectifs facilement apposés au nom. Joan Sariera, en 1412, est propriétaire d’un esclave, simplement appelé « nègre»48. De même, on trouve un Joan Serra negre dans la taille de 1474, qui travaille comme traginer dans le quartier de Sant Feliu, où il semble d’ailleurs s’être implanté durablement puisqu’on le retrouve jusqu’en 149349. Notons au passage le choix du nom à consonnance très catalane. L’exemple se répète dans le cas d’un certain Antoni Bosch, manœuvre travaillant à la seu et dont on précise « qui fuit esclau » (qui fut esclave)50. Lui aussi choisit un nom chrétien très local, dans un évident souci d’intégration, qui passe donc par une forme d’acculturation. Ces lacunes dans l’identification des esclaves soulignent leur statut de non-libres et leur place aux marges de la société. Même affranchis, ils ne peuvent tenir un rôle dans la société sans une marque claire de leur passé.

26En ce qui concerne leur mode de rémunération, les salaires qui leur sont appliqués correspondent à ceux des hommes libres. Leurs salaires sont en fait récupérés par leur maîtres, qui peuvent leur en retourner une partie, sous forme de pécule. La concentration des embauches d’esclaves semble correspondre à un besoin conjoncturel. En effet, la majeure partie des esclaves apparait dans les comptes entre 1420 et 1450, c’est-à-dire au moment des grands travaux des deux premières travées de la nef unique, et du point le plus bas des crises démographiques. Ce besoin de main d’œuvre est d’autant plus urgent que la fabrique a une volonté de rapidité, afin d’éviter que le chapitre fasse machine arrière après son choix de construire une seule nef. Il est même possible que la fabrique possède ses propres esclaves. En effet, pour la majorité d’entre eux, les procurateurs précisaient qui en étaient les propriétaires. Or pour six d’entre eux, ce n’est pas le cas : Francesc Pedret, Salem, Abrim, Abdala, Joan et Joan Domingo, tous « esclaves », sans le nom de leur maître. Que l’obra en soit propriétaire ou en dispose pourrait l’expliquer. Quoiqu’il en soit, l’utilisation d’esclaves sur le chantier de la cathédrale s’arrête à la fin de la seconde travée. La fabrique reprend des hommes libres pour continuer les travaux.

2. La population des ouvriers

27Les croyances populaires, fruits d’un enseignement historique hérité de Michelet, brossent le tableau de chantiers de cathédrales grouillants d’ouvriers. Ne faut-il pas pour dresser ces monuments défiant le temps des centaines de bras ? La vérité est souvent loin de cette vision romantique. Grâce aux comptes des fabriques, nous sommes à même de cerner la population réelle des ouvriers.

  • 51 Comptes disponibles pour 2110 semaines, sur 5044 que compte la période (1402-1498), soit 42 %. Ces (...)

28Du point de vue des sources, les comptes de la fabrique de la cathédrale de Gérone sont encore une fois un document de tout premier ordre. Ils permettent en effet d’obtenir un décompte hebdomadaire détaillé des ouvriers employés sur le chantier, et cela sur tout le siècle51. Ce sont donc ces comptes qui serviront de base à notre étude. Les comptes des fabriques laïques, en effet, ne procurent pas de données exploitables sur le long terme. Les chantiers sont réduits dans le temps (de quelques semaines à quelques mois). En 1412, par exemple, la construction de la muraille du Mercadal ne dure que de février à septembre, alors que celle du mur de Sant Pere et Sant Feliu ne prendra que 5 mois, de février à juin de la même année. La main d’œuvre y est donc abondante, pour que le chantier dure un minimum de temps, souci compréhensible puisqu’il s’agit dans les deux cas de constructions militaires à but défensif. De fait, cette urgence dans la gestion du chantier, et donc dans l’embauche, ne nous semble pas révélatrice d’un comportement normal du marché de l’emploi. Nous ne pouvons pas de plus en tirer des conclusions satisfaisantes sur les rapports entre les travaux effectués : la cathédrale n’auraient besoin que d’une dizaine d’hommes en moyenne pour se construire alors qu’un mur d’enceinte en demanderait une quarantaine ? L’activité brève et intense des constructions laïques ne nous permet donc pas une étude fiable, ce pourquoi nous n’utiliserons que les comptes de l’obra de la seu.

  • 52 Voir graphique « Nombre moyen d’ouvriers sur le chantier » en annexe.

29À partir de ces comptes, on a comptabilisé tous les ouvriers intervenants dans l’édification et la finition du bâtiment, excluant par là même les fournisseurs en matières premières. Les résultats collectés sont présentés sous trois formes : d’abord un total brut des ouvriers travaillant sur le chantier. Ce total est la somme des totaux hebdomadaires, les ouvriers étant considérés comme des unités de production et non des personnes. Ensuite un total brut des ouvriers ramené sur un an. Pour les comptes qui ne font état que de quelques mois de chantier, nous avons extrapolés les données pour déterminé ce qui aurait résulté d’une année complète de travail. Ce calcul est intéressant dans le fait qu’il accentue les tendances et souligne les phases d’activité. Enfin, nous avons aussi et surtout travaillé sur le nombre moyen annuel d’ouvriers travaillant sur le chantier, c’est-à-dire toujours calculé pour 52 semaines, afin d’harmoniser les résultats52.

30Le volume de la population ouvrière semble régi par un souci d’économie. Un premier coup d’œil permet immédiatement de voir qu’il n’y a pas d’embauche ou de maintien de main d’œuvre s’il n’y en a pas un besoin urgent. La rigueur est de mise et les ouvriers ne sont presque jamais en situation de sous-emploi. Par conséquent, les variations des effectifs devraient correspondre strictement aux phases de construction.

31Reprenons donc à grand trait les volets de la construction de la cathédrale.

321402-1405, et jusqu’en 1411: c’est une phase d’activité modérée. On construit la nouvelle loge à partir de 1403, et on détruit le pilier érigé par Morey en vue d’une cathédrale à trois nefs. Puis l’activité diminue dans une période d’attentisme face à la prise de décision du Conseil de 1416.

  • 53 ACG, Obra de la Seu, n° 31, 1420, fol. 109 v., 10 février.
  • 54 Id., fol. 125 r., 24 mai.
  • 55 Id., fol. 148 r., 1er juin. Solvi an Vidall ferrer pro una verga de ferra pro una rexia per la vidr (...)
  • 56 Id., fol. 154 r., 1er juillet. Solvi an Montserrat Tixador mestre de cases per II dies que adoba la (...)
  • 57 ACG, Obra de la Seu, n° 33, fol. 45 v., 9 mars. Solvi Antoni Biura per un estrop de canem com pujem (...)
  • 58 ACG, Obra de la Seu, n° 34, fol. 22 v.

331416-1426 : c’est la grande vague de construction du siècle. On commence par détruire les piliers en 142053. Il faut de plus hérisser la cathédrale d’échafaudages, solides et hauts54. Toujours en 1420, on met en place les vitraux du côté du cloître («J’ai payé à Vidall, forgeron, pour une barre de fer pour une grille du vitrail qui est devant le cloître qui pèse 20 lb. À raison de 10 d. par lb. s’élève à 16 s. 6 d. »55). De plus, on remet en état la menuiserie qui se trouve sur le chantier même («J’ai payé à Montserrat Tixador, bâtisseur, pour 2 jours où il a réparé le toit de la menuiserie avec son fils, à raison de 6 s. 6 par jour, 13s.»56). La première clef de voûte est terminée en 1421 et posée en 1424, et dès 1422 la seconde est en phase de réalisation. La construction est rapide, voire fulgurante. On met déjà les gargouilles en place en 1423 (« J’ai payé à Antoni Biura pour une corde de chanvre comme nous hissons la gargouille. À 9 d. la lb., 9 s. »57). Enfin, les chapelles de Sant Domenec et Santa Julia sont bâties et couvertes en 1425, sous la direction de Pere Cipres, qui réalise lui-même les clefs de voûte58.

  • 59 ACG, Obra de la Seu, n° 36, fol. 16 r., 9 août. Solvi an Antoni Ribers qui puja alt ala volta per e (...)
  • 60 Id., fol. 13 v. sq.

341430-1445 : après cette phase d’intense construction, la fabrique reprend son souffle, surtout d’un point de vue économique. De plus, le spectre de voir les autorités responsables revenir sur leur décision de construire une cathédrale à une nef, qui précipita sûrement les travaux entre 1416 et 1426, s’est définitivement éloigné, et les travaux peuvent aller à un rythme plus serein. On travaille dans les hauteurs des voûtes et sur la toiture (« J’ai payé à Antoni Ribers qui est monté en haut de la voûte pour nettoyer (...) et ce parce qu’aucun des tailleurs ne voulait monter; pour 2 jours à raison de 5 s. 6 par jour s’élève à 11 s.»59). On bâtit de même une nouvelle loge, et une école60.

  • 61 Porta del Mig.
  • 62 ACG, Obra de la Seu, n° 39, fol. 28 r., 12 août. Item solvi en Casadevall guixer per VIII sachs de (...)

351446-1450 : Reprise d’activité avec surtout la fermeture de la nouvelle nef au niveau de la « Porte du Milieu»61. On travaille dans les chapelles et sur les toitures. On réalise des travaux dans le narthex (« De même, j’ai payé à Casadevall plâtrier pour 8 sacs de plâtre qui serviront à la chambre qui est faite au dessus du narthex pour ceux qui sonnent les heures à raison de 9 d. par sac»62).

361452-1462 : Ralentissement des activités. On se consacre surtout à l’entretien du bâti et aux finitions. C’est la fin des grands travaux de construction.

  • 63 ACG, Obra de la Seu, n° 46.

371472-1498 : On répare les dégâts causés par la guerre (toiture des Apôtres63). Sous la maîtrise d’œuvre de Julia Julia, les ouvriers, peu nombreux, travaillent à la Chapelle Sant Pere et Tots Sants. On consolide le narthex. Francesc Gomis, dernier maître du siècle, travaille surtout à la toiture.

38Les effectifs des ouvriers suivent exactement les mêmes variations. Après une relative phase d’emploi entre 1402 et 1410, les effectifs vont decrescendo jusqu’en 1416. Dès 1417, et jusqu’en 1425, on assiste à une explosion de la population ouvrière, qui atteint alors les records du siècle. Puis, le nombre des bâtisseurs diminue entre 1430 et 1445, en maintenant cependant une petite moyenne de 4 à 5 personnes sur le site. Puis, à nouveau, on assiste à une phase d’embauche qui correspond à la seconde grande période de construction du XVe siècle. Mais celle-ci ne durera que très peu, car dès 1452, les effectifs se réduisent et ce jusqu’à la veille de la guerre civile. Après guerre, les finances sont dans un état lamentable et l’embauche au plus bas par conséquent. Le chantier maintient péniblement 2 ou 3 hommes. Les ouvriers ne sont donc embauchés que lorsque la tâche à réaliser est clairement établie. Il n’est pas rare de ne trouver sur le site que le maître d’œuvre d’ailleurs, surtout à la fin du siècle.

  • 64 J. Domenge I Mezquita, L’Obra de la Seu, op. cit, p. 225 sq.
  • 65 Exemple des tailles de 1414, 1417 et 1462, AHMG, Demografia, Talles, VIII.1.1.

39Il faut noter également le nombre relativement modeste d’ouvriers présents sur le chantier, même lors des grandes vagues de construction. Une trentaine de personnes en moyenne ont suffit à bâtir les deux premières travées de la nef unique, et seulement une quinzaine a été utile pour fermer la nouvelle nef. Ces petits effectifs se retrouvent aussi sur le chantier de Palma de Majorque64. En fait, seulement une petite dizaine d’hommes en moyenne annuelle ont suffi à maintenir le chantier pendant le XVe siècle. Le nombre des ouvriers employés par la Fabrique de la cathédrale semble donc modeste. Mais l’est-il en proportion à la population totale des ouvriers du bâtiment recensés à Gérone ? En se fondant sur les tailles dont nous disposons65, il est possible d’estimer la population globale des ouvriers du bâtiment, toujours en excluant les fournisseurs. Il faut cependant prendre ces chiffres avec beaucoup de recul. Il n’est, par exemple, recensé en 1417 qu’un seul manœuvre ! Les manobres faisaient peut-être partie des nihil habentes, ce qui soulignerait la précarité de leur condition, ou ils n’étaient pas déclarés comme manœuvres, car ce n’est pas là leur activité principale, ce qui les conforte dans la catégorie des ouvriers non qualifiés. Dernière hypothèse, les tailles ne recensant que les habitants intra-muros, ils habitaient hors de Gérone. Quoiqu’il en soit, et malgré cette faiblesse des tailles, elles nous sont précieuses, car se sont les seuls instruments statistiques dont nous disposions pour chiffrer, grosso modo, la population globale.

  • 66 38,25 ouvriers travaillant sur ce mur en moyenne.
  • 67 20,30 ouvriers travaillant sur ce mur en moyenne.
  • 68 12,35 ouvriers en moyenne.
  • 69 32,83 ouvriers en moyenne.

40En 1414, il est recensé 72 personnes travaillant dans le bâtiment, en 1417, 64 et en 1462, 57. La confrontation de ces chiffres aux moyennes d’ouvriers recensés dans les livres de fabriques est très enrichissante. Nous ne possédons pas de taille pour 1412, mais selon celle de 1414, et partant du postulat que les chiffres n’ont dû que très peu varier en deux ans, 53 % des ouvriers ont pu travailler sur le chantier du mur du Mercadal66, et 28,19 %67 sur celui de Sant Pere et Sant Feliu. Soit plus de 80 % de la population globale entre février et juin 1412 ! Année faste donc, pour ces ouvriers qui ne devaient pas manquer de travail. Et le fait que la seu marche à cette époque au ralenti (1,9 ouvriers en moyenne) n’est-il pas une conséquence de l’accaparement de la main d’œuvre par les chantiers des jurats ? En tout cas, on est au bord de la pénurie. Ce qui souligne l’état de fait présenté plus haut : ces chantiers laïcs sont réalisés dans l’urgence. La taille de 1417 est intéressante car elle se situe aux premiers jours de la grande vague de construction de la cathédrale. 64 personnes y sont recensées comme travailleurs du bâtiment. Nous pouvons comparer ces chiffres aux moyennes de 1417, 1418 et pourquoi pas 1419, en partant toujours du même postulat. Avec juste 10 ouvriers travaillant en 1417, la seu emploie 15,5 % des ouvriers disponibles ; avec plus de 12, le pourcentage atteint 19,3 % en 141868 et avec 33, plus de 50 %69 en 1419. Si nous considérons les chiffres bruts, hors moyennes, le maximum d’ouvriers travaillant sur le chantier de la cathédrale en 1418 est 38, soit 59 % de la population globale, pourcentage encore inférieur à 1419, qui, avec 41 hommes maximum, emploie alors 64 % des bras disponibles. Ces chiffres mettent en lumière la formidable énergie dont la seu a eu besoin pour construire si vite, à peine 6 ans, pour les deux premières travées. Elle nourrit littéralement la ville de son gigantisme. À la veille de la guerre civile, par contre, le cas de figure est diamétralement opposé. Le chantier tourne au ralenti, et emploie de moins en moins de main d’œuvre. La population totale des ouvriers en ville est de 57 personnes, en nette diminution également. La seu n’en emploie en 1461 que 6,9 %, contre 8,63 % en 1460. Les ouvriers ne peuvent plus compter sur ce chantier pour vivre.

Répartition des métiers

41Après avoir quantifié le nombre d’ouvriers travaillant sur les chantiers, il est intéressant d’étudier leur type d’intervention. Il s’agit surtout de différencier les artisans des intervenants non qualifiés. Il faut tout d’abord définir les limites de l’une et l’autre des catégories. Les ouvriers qualifiés regroupent les picapedrers et les pedrers, ainsi que les fusters, les ymaginaires, les pintors, et enfin les traginers qui possèdent leurs propres bêtes. Ce sont des activités qui découlent d’une formation approfondie, dispensée ou non au sein du Métier. Quant au traginers, le fait qu’ils possèdent leurs propres bêtes et parfois leur chariot révèle qu’il s’agit là de leur activité principale. Ils ont par conséquent une expérience et un savoir faire approfondi. Les intervenants non qualifiés sont essentiellement les manobres, que la construction représente ou non leur activité principale, les brassers, les portadors, et les esclaves (esclaus), qui n’ont aucune formation. On y inclura également les macips, aprenents et fadrins, en cours d’apprentissage. Comme il est impossible de connaître leur niveau d’enseignement, il a donc fallu considérer que les connaissances n’étaient pas encore sanctionnées par le Métier. Nous avons pu ainsi étudier les chantiers laïcs de 1412 (les murs du Mercadal et de Sant Pere et Sant Feliu), de 1438 (les murs du Mercadal et de Sant Pere), ainsi que sur les travaux du pont Sant Jaume de 1448. Quant au chantier de la cathédrale, nous avons choisi, afin de mettre les résultats plus en relief, de ne prendre que les années clefs du siècle :

  • 1402, année d’activité moyenne ;

  • 1413, en pleine période d’attente, où l’activité est quasiment nulle ;

  • 1421, grande vague de construction de la première travée ;

  • 1434, réduction de l’activité, qui conserve cependant un rythme raisonnable ;

  • 1444, fort ralentissement du chantier ;

  • 1447, nouvelle fièvre de construction ;

  • 1459, perte de vitesse, dans un contexte d’avant-guerre ;

  • 1492, activité minimum.

  • 70 Voir graphiques en annexe.

42Sur le chantier de la cathédrale, il ressort immédiatement que 6 fois sur 8, les artisans qualifiés sont plus nombreux que les intervenants non qualifiés70. Les variations d’effectifs semblent donc se faire généralement au détriment des moins formés. Par deux fois, les artisans dépassent la barre de 80 % des effectifs. Ces deux cas correspondent aux phases de construction les plus intenses (1424) et/ou les plus complexes (1434, mise en place de la charpente). D’ailleurs, lorsque la tendance s’inverse, c’est-à-dire que les intervenants sont plus nombreux que les artisans, le chantier est dans une phase d’activité quasi nulle (1492), ou lorsque les techniques de construction sont plus simples (1447, construction du mur de fermeture). Ces premières constatations se retrouvent-elles sur les chantiers laïcs ?

43La construction du pont de Sant Jaume fait largement appel à des intervenants sans qualification (plus de 60 % des effectifs). En 1438, l’édification des murailles du Mercadal et de Sant Pere emploie, une majorité d’artisans. Les jurats cherchent peut-être une main d’œuvre compétente, rapide et efficace, puisque les troupes françaises sont aux portes de la ville, et que la défense de celle-ci dépend en partie de la solidité des murailles. Le cas des chantiers de Sant Pere et Sant Feliu et du Mercadal en 1412 nous montre une situation plus moyenne. Les artisans et intervenants non qualifiés se partagent l’activité presque à parts égales, avec une petite majorité d’intervenants (52 %) pour Sant Pere et Sant Feliu, et une majorité plus prononcée d’artisans (56 %) pour le Mercadal. Une situation plutôt confuse, donc, puisqu’il ne semble pas ressortir de traits aussi caractéristiques que pour la cathédrale. Cependant, dans trois chantiers laïcs sur 4, un corps de métier tient une place à part. Ce sont les traginers. Pour les deux fortifications de 1412, ils représentent une part écrasante des artisans, et pour les murs de 1438, ils comptent pour un pourcentage non négligeable. Cette prépondérance des traginers s’explique peut-être par une utilisation accrue de la part des gestionnaires du chantier (procurateur ou maître majeur) de la taille en série à la carrière. La technique de construction d’une muraille se satisfait très bien d’une taille standardisée des pierres, qui peut se faire à la carrière, ou sur chantier. On imagine alors très bien une structure du chantier se répartissant en trois pôles : les tailleurs « à la chaîne », les transporteurs, et les appareilleurs. Les blocs étant relativement aisés à tailler (parallélépipède standard), certains manœuvres ont pu remplacer des tailleurs. Étant donné que les comptes de ces chantiers ne nous fournissent aucun détail sur la localisation de la carrière, une autre hypothèse pourrait impliquer qu’elle se situe relativement loin des sites. Dans ces conditions, il peut être intéressant de soustraire les charretiers de l’ensemble des intervenants qualifiés, pour avoir une idée réelle de la part les tailleurs et de celle des manœuvres sur le chantier. Dans ce cas de figure, la part des manœuvres est largement supérieure à celle des artisans en 1412, et l’écart entre eux diminue considérablement en 1438. L’embauche ou non d’intervenants non qualifiés ne semble donc pas inhérente à un problème de rapidité d’exécution, mais peut-être plus à un critère de simplicité des tâches. Dans les phases où les compétences techniques des tailleurs peuvent être reproduites sans trop de mal par des manœuvres rompus à la construction, les procurateurs les emploient facilement. C’est encore une fois, donc, un principe d’économie qui régit cette situation.

44En général, on a un rapport de 1 à 2 (un manœuvre pour 2 artisans). Mais on note le rapport record de 1 à 6 sur le chantier de la cathédrale en 1434. Dans les cas de réelle complexité, les procurateurs savent s’adapter aux rigueurs techniques et ne tentent pas, en apparence en tout cas, de tirer la qualité de la main d’œuvre vers le bas, au détriment de l’esthétique et de la sécurité.

45Notons cependant que quelque soit le chantier, 40 % d’artisans semblent un pourcentage minimum indispensable. Ce chiffre doit donc représenter l’équipe d’encadrement logistique et technique et les responsables des finitions artistiques. Il ne semble pas possible qu’un chantier puisse fonctionner avec un encadrement inférieur à ce pourcentage. En revanche, il peut tourner avec seulement 10 % d’ouvriers non spécialisés, qu’on imagine aisément cantonnés au transport sur le chantier, et aux basses tâches (eau, mortier, ...). Mais leur moyenne se situe autour de 38 %. Pour un procurateur, l’équipe de travail idéale se composerait alors de deux parts égales 40 % d’artisans, 40 % d’intervenants non qualifiés et 20 % qui fluctuent en fonction des difficultés techniques du chantier.

La mobilité professionnelle sur les chantiers de Gérone

46Une dernière constatation doit être faite pour conclure cette étude de la main d’œuvre. Y a-t-il eu des mouvements de main d’œuvre entre les chantiers de la cité ? Les artisans et manœuvres changent-ils aisément de lieu de travail ?

47Pour donner des éléments de réponse, nous nous sommes intéressés aux comptes des murailles de 1412, et à ceux du chantier de la seu de la même année. 84,51 % des artisans apparaissant dans les comptes cette année-là ne le font que sur un seul chantier, contre seulement 15,48 % qui travaillent à la fois à la seu et au Mercadal. Nous pouvons synthétiser la situation comme suit :

Image 10000000000002F1000002C4FE98A2A984496716.jpg

Tableau 5 : Mouvements de main d’œuvre entre les chantiers de la ville, 1412.

48La très grande majorité de la main d’œuvre se concentre sur le chantier du Mercadal. Le calme qui prévaut sur le chantier de la seu, et l’importance du chantier des murailles expliquent cet état de fait. Le plus important est de s’interroger sur l’origine des acteurs communs aux deux chantiers. La main d’œuvre la plus fluctuante est celle des manœuvres. La moitié des ouvriers ou presque qui travaillent sur les deux chantiers sont des manœuvres. Cette catégorie professionnelle se loue donc indifféremment sur tous les chantiers de la ville. Cet état de fait peut s’expliquer également par leur situation professionnelle instable, et le peu de garantie de travail dans le temps. Les maîtres artisans font également partie de ceux que l’on retrouve travaillant sur les deux chantiers à la fois. Mais les raisons de ce cumul sont différentes de celles des manœuvres. Il ne s’agit pas en effet d’une main d’œuvre peu qualifiée et parfaitement interchangeable. Au contraire, c’est la maîtrise du savoir-faire qui est recherchée. Peu d’hommes ont acquis les qualités professionnelles permettant d’exécuter les ouvrages les plus complexes. C’est pourquoi les fabriques s’arrachent cette main d’œuvre, qui ne doit pas craindre le chômage.

  • 71 AHPG, not. 1, n° 385.
  • 72 C. Guilleré, « Un exemple de fiscalité urbaine indirecte : les impositions géronnaises… », D.Menjot (...)

49Du point de vue plus général, nous pouvons avancer quelques éléments d’explications quant aux mouvements généraux de main d’œuvre. Les hommes qui travaillent sur le chantier du Mercadal sont, nous l’avons vu, moins formés que ceux œuvrant à la seu. On peut alors raisonnablement penser que, si un petit nombre d’actifs (75) ne travaille qu’à la seu ou sur les deux chantiers, c’est qu’il forme une certaine caste supérieure des Métiers. Le chantier de la cathédrale requiert un savoir-faire supérieur à celui des murailles. Les tailleurs de pierre, les manœuvres qui y travaillent, doivent donc avoir acquis une grande maîtrise de la construction. Nous avons donc là les plus confirmés des Métiers. Les intervenants non qualifiés qui travaillent à la cathédrale doivent être spécialistes de la construction, à la différence des 138 manœuvres qui travaillent uniquement sur le chantier des murailles, car il ne cherchent peut-être qu’un revenu complémentaire, et ne sont donc pas rompus aux techniques du bâtiment. La fabrique de la cathédrale rechercherait donc une plus grande qualité de formation et d’expérience. Ensuite, il ne faut pas négliger le fait que l’on a peut-être affaire à une sorte de clientélisme de la part des fabriques ou des Métiers. Il n’est pas impossible en effet que ce soit les Confréries de Métiers, et leurs dirigeants, qui réservent le prestigieux chantier de la cathédrale aux maîtres les plus compétents. Ces organisations professionnelles auraient alors la main-mise sur les adjudications de chantiers, et régiraient ainsi le marché du travail. Enfin, n’oublions pas une constatation faite précédemment. Un acte notarié de 142071 nous avait fait toucher du doigt le problème de la véracité des comptes. En effet, le procurateur de la fabrique de la cathédrale, bien qu’ayant notifié dans sa comptabilité qu’il payait chaque semaine les maîtres, doit signer devant notaire une quittance d’arriérés de paiements pour ces dits salaires. L’obra de la seu aurait-elle la réputation d’être mauvaise payeuse ? Les salaires légèrement plus attractifs, même s’ils sont plus limités dans le temps, des chantiers civils auraient raison du prestige du chantier de la cathédrale, d’autant que les finances publiques seraient plus régulières, grâce aux recettes de la fiscalité directe et indirecte72. Pour cette masse de manœuvres qui recherche surtout un revenu complémentaire, le caractère irrégulier du paiement de salaire par la seu pourrait être un argument de poids.

3. Signes de leur présence : les marques lapidaires

Définition

  • 73 Du « banc » sur lequel les blocs sont appuyés pour la taille.
  • 74 Nicolas Reveyron, « Marques lapidaires médiévales : apports des outils de la linguistique », Commen (...)
  • 75 G. Goyon, Le secret des bâtisseurs des grandes pyramides, Paris, 1990, p. 135-136.
  • 76 P. du Colombier, Les chantiers des cathédrales, Paris, 1953, p. 98.
  • 77 Ibid., p. 79.
  • 78 Ibid.
  • 79 Ibid.

50Les murs des édifices civils, militaires ou religieux sont souvent marqués par des signes lapidaires, improprement nommés « marques de tâcherons ». Ces signes, ou signatures, mason’s marks, banker-marks73, steinmetzzeichen, sont les témoins visibles de l’organisation du chantier. Leur étude systématique est relativement récente. Au XIXe siècle, elles ont donné lieu à de nombreuses interprétations, à la fois spirituelles, anthropologiques, ésotériques ou psychosociologiques74. Pourtant, elles étaient déjà présentes sur les murs depuis l’Égypte ancienne75. On en a aussi retrouvé à Pompéi. L’appellation « marques de tâcherons » cache en réalité une diversité de formes et de fonctions, qu’il convient de définir avant d’aller plus avant. Les marques de tâcherons existent réellement. Ce sont des signes grossiers et simples taillés sur les murs. Leur apparition est tardive (seconde moitié du XIIe siècle) et se fait surtout en Allemagne. On les rencontre généralement sur les pierres non ornées, qui forment la majorité du parement76. Les marques de pose sont en général dissimulées à l’œil du visiteur. Elles se trouvent dans les lits des murs, pour guider des maçons ou les appareilleurs sur le sens de la pierre. Ce sont de petits dessins maladroits mais exécutés avec beaucoup de vivacité. Les signatures se rencontrent surtout sur les chantiers allemands. On les appelle des « signes honorables », ehrenzeichen. C’est une forme plus tardive des marques. L’étude de ces signes concerne d’abord leur matérialité, appelée « archéographie » ou « archéométrie»77, puis de leur statut. La matérialité de ces signes renferme trois niveaux de réalité distincts : la marque, le motif et le dessin. Le motif est la figure de référence, toujours identifiable, et ce, malgré les aléas de réalisation qu’elle a pu subir. Le dessin est la réalisation matérielle du motif, unique cette fois, puisque à la merci des variantes accidentelles dans l’exécution. La marque, enfin, est d’une réalité plus complexe. Elle regroupe à elle seule un motif, un dessin, une fonction de référence et éventuellement une signification. Pour comprendre cette complexité dans l’essence même des signes, Nicolas Reveyron a proposé une approche sémantique du problème78. Un mot, c’est en effet un signifiant, un signifié et un référent. Le signifiant est la matière du mot, le signifié est l’idée à laquelle renvoie le mot, le référent est la réalité particulière, l’expérience propre, portée par le mot. Le parallèle avec la nature des signes est alors rapidement possible. Le dessin est le signifiant, le motif, le signifié et la marque représente le mot. Le référent entre en jeu seulement dans des cas précis où les marques sont en forme de noms propres ou de portraits. L’exemple rapporté par Adolphe Guillon79 de la « pipe de Besançon » est alors éclairé par cette approche.

51Besançon, compagnon du Tour de France, avait pour habitude d’utiliser deux marques : une schématique, une géométrique. On peut alors dire que, dans son cas, les marques ont :

2 dessins :

un figuratif, un géométrique

1 motif :

la pipe

1 référent :

la pipe que Besançon devait fumer après le travail.

  • 80 S. Mc K. Crosby, « Mason’s marks at Saint Denis », Mélanges offerts à René Crozet, t. 1, Poitiers, (...)

Une fois ces concepts mis en place, nous pouvons nous intéresser aux formes des marques. La diversité est de mise. On trouve des lettres, des représentations (animaux, jambes, équerres, arcs, ...), des figures ou symboles (étoiles, ...), des compositions géométriques simples ou composées, des bâtonnets, des chiffres romains, et un long et cetera. L’emplacement de la marque pose un problème de lecture, qu’il faut garder en permanence à l’esprit en cas d’inventaire. En effet, les blocs sont taillés à la loge ou à la carrière, et posés sur un socle. La marque est donc faite par le tailleur à ce moment là, quand la pierre est en face de lui. Cela ne signifie pas que la pose de la pierre se fera dans ce sens80. Il est tout à fait possible, donc, que : unImage 100000000000003000000030D6264EF5CF935788.jpgpuisse se voirImage 10000000000000370000003215A4E49821CD98D5.jpgselon l’emplacement.

52Les formes peuvent se mélanger. D’où un certain problème de dérivation.

En effet, unImage 100000000000003300000030E4685FC0F3A03DF6.jpgest-il unImage 100000000000002E000000202A3EE8ADBAAF5B2D.jpgprolongé par deux barres verticales, ou unImage 10000000000000310000002D7F78B25CAC5F224A.jpgbarré horizontalement ?

  • 81 A. Erlande-Brandenburg, Quand les cathédrales étaient peintes, Paris, 1995, p. 99.
  • 82 D. Jacobs, Bâtisseurs de cathédrales au Moyen Age, Paris, 1970, p. 141.
  • 83 S. Mc K. Crosby, « Mason’s marks at Saint Denis », op. cit., p. 713.

53L’aspect technique de l’exécution offre lui aussi beaucoup de diversité. Les formes sont dans la majeure partie des cas caractérisées par leur simplicité. L’exécution, ne l’oublions pas, se fait au marteau et au taillant ; les traits les plus rapides à tracer sont donc des lignes et des angles droits. Les marques sont généralement taillées, mais on peut aussi trouver des griffures, des tailles d’épargnes ou un piquetage. Dans certains cas, les signes peuvent également être tracés à la peinture ou au charbon, ce qui rend difficile leur conservation jusqu’à nous. Cette diversité dans les techniques et les formes traduit une diversité dans les fonctions. Elles sont en général une marque d’identité. Elles permettent au procurateur d’identifier rapidement le travail d’un tailleur ou d’un groupe. Il peut ainsi quantifier rapidement le travail et le vérifier. La quantification des blocs taillés se fait principalement pour les ouvriers payés à la tâche, et dont le salaire est fixé au nombre de pierres livrées. Les ouvriers payés à la journée ne feraient donc pas de marques81, ce qui expliquerait qu’elles n’apparaissent pas systématiquement sur les parements. Certaines fabriques imposent cependant le marquage des blocs même pour les journaliers, afin de vérifier le travail mal fait et de punir les mauvais tailleurs82. Elles sont également une marque de construction. Elles permettent d’identifier le sens de pose d’un bloc (face de pose et face d’attente) ou son emplacement précis. Elles sont alors des marques de montage ou d’appareillage, des repères d’assises, etc. Elles sont enfin des marques de gestion, dans une optique purement comptable. D’abord à la carrière, où le propriétaire identifie ses pierres. Sur le chantier ensuite, où le procurateur repère les blocs à la production, ou au déchargement. Ces marques-là sont souvent faites au charbon ou à la peinture et par conséquent s’effacent avec le temps. Le problème précédemment évoqué des dérivations peut en entraîner un autre, qui sous-entend une nouvelle fonction83. Les dérivations se déclinent en familles. On peut se demander par conséquent si ces signes n’appartiendraient pas à un même groupe de travailleurs. Par exemple :

Image 100000000000011700000042DC9D6271CBB1FD4A.jpg

ou

Image 10000000000000DC00000040D81B8BCF0E8C3178.jpg

  • 84 N. Reveyron, « Les marques lapidaires gravées sur l’enveloppe extérieure du chevet de la cathédrale (...)

54La fonction d’identification à un groupe, dont nous avons déjà parlé, est ici renforcée. Mais ces liens pourraient être sublimés, si l’on a affaire à une même famille, par exemple. On peut également supposer que ces marques déclinées peuvent être les signes distinctifs d’un maître et de ses apprentis, ces derniers devant prendre un signe à eux, qui découlerait de celui de leur formateur. Si cette hypothèse est juste, elle soulignerait l’importance des relations qui unissent les membres du Métier. Les liens dans la transmission du savoir se répercutent sur l’identité même des nouveaux maîtres, qui possèdent à la fois le savoir de leur formateur (signe) et leur propre savoir-faire (ajout). La dernière fonction des marques lapidaires est la mise en valeur des maîtres ou peut-être d’une équipe. La question est de savoir si ces signes peuvent être considérés comme des signatures primitives84. À Lyon, au XIIIe siècle, de nombreuses marques apparaissent sur les blocs spécialisés, c’est-à-dire difficiles à réaliser, comme des arcs, les bases ou les chapiteaux. Beaucoup de ces marques représentent des profils de tailleurs. Ces portraits peuvent être entendus comme des signatures, puisqu’ils ont un signifiant et un référent mais pas de signifié. Le fait de signer son œuvre, même si ce n’est qu’un bloc dégrossi, révèle une certaine évolution des mentalités face au travail accompli. Ce besoin de faire savoir qui était l’auteur d’une tâche précise fut ressenti dès les premiers âges de l’artisanat. Les potiers ne signaient-ils pas fréquemment leur production, même modeste d’un « P. fecit » ?

Les marques de la seu géronaise

  • 85 Cité par S. Mc K. Crosby, « Mason’s marks at Saint Denis », op. cit, p. 711.
  • 86 C. Homs Rourich, « Los constructores de la catedral de Gerona », Cuadernos de Historia Economica de (...)

55Nous avons essayé d’étudier les signes lapidaires de la seu de Gérone. Sans aucune prétention d’exhaustivité, nous nous sommes contentés d’un aperçu des signes présents dans les chapelles de la seconde moitié du XVe. En effet, les murs de la grande nef ne comportent pas de signes, en tout cas pas directement accessibles. Il serait intéressant dans les années à venir de profiter d’éventuels travaux de restauration ou de nettoyage des vitraux pour « visiter » les hauteurs, tout comme l’a fait Jules Formigué à Saint Denis85. Pour compléter nos propres données, nous avons utilisé les relevés que Cristina Homs Rourich a réalisés pour le dernier tiers du XIVe siècle86. Tout comme elle, nous avons eu des difficultés d’accès aux signes, à cause de la présence du mobilier liturgique, de la hauteur des chapelles ou de la mauvaise qualité de l’éclairage. Nous avons donc constitué un corpus d’environ 200 signes, duquel il faut ôter les doublons. En effet, nous nous trouvons en présence de nombreuses marques « inversées », comme nous l’avons précédemment expliqué :

  • 87 Chapelle de Tots Sants, mur gauche, 5e et 6e rangées.

CeImage 100000000000009A0000002CA569C983A626EE47.jpga toutes les chances d’être ceImage 10000000000000BA0000002D5561341E9445C9D6.jpgplacé différemment87. Ce qui confirme que leur fonction ici est identitaire et non liée à la construction.

Image 100000000000017F000003027FCBBEEB2909B5A6.jpg

  • 88 L’inventaire des marques a été effectué dans les chapelles suivantes :

Figure 7 : Repérage des chapelles dont les marques lapidaires ont été relevées.88

Image 100000000000020A000000C06C1885BBDA3D0704.jpg

  • 89 On garde à l’esprit le problème de la dérivation vu plus haut.

56Les signes qui apparaissent à la fin du XIVe siècle semblent pouvoir se décliner en trois grandes familles : ceux qui dérivent de formes géométriques fondamentales, ceux qui dérivent de la croix en tant que symbole, et enfin un groupe plus complexe, regroupant signes et lettres. Leur taille varie de 4 cm2 à 25 cm2. Il y a 6 marques qui présentent un dessin géométrique simple. Ces marques semblent avoir donné naissance à d’autres signes dérivés, que l’on pourraient synthétiser comme suit :89

Image 10000000000002F10000031B53AE84235E1BC2EB.jpg

  • 90 On peut noter que ce signe peut être à la fois un dérivé du carré, et un dérivé du signe suivant.

Tableau 6 : Signes lapidaires construits sur des figures géométriques simples90

57Outre ces déclinaisons sur des motifs géométriques, il existe une seconde catégorie qui s’inspire du symbole de la croix. Là encore, cette croix peut être alliée aux formes géométriques que nous venons de voir, et il est difficile, voire impossible, de dire si ces marques sont une évolution du symbole de la croix ou de la forme géométrique.

58On trouve donc des croix simples :

Image 100000000000027E000000B6ACC1A9204DA035A3.jpg

Des croix avec rajouts :

Image 100000000000030A0000007020E7D7F88910DE01.jpg

Et des croix liées à des formes géométriques :

Image 10000000000002AE0000009CA48E2DDEB628CA7E.jpg

59La croix représente dans ce corpus le seul symbole utilisé.

60Enfin, les derniers signes sont plus complexes. Nous trouvons d’abord des lettres, ou tout du moins ce que nous, gens lettrés, identifions comme telles. La question est de savoir si dans l’esprit de celui qui les gravait, ces signes représentaient également des lettres, ou simplement un motif au même titre que ceux que nous venons de voir.

Image 10000000000001AE000000636B9AC09478FEEE77.jpg

61Les autres marques sont plus difficiles à interpréter. Deux d’entre elles ne s’apparentent à aucune forme ou sont une combinaison très complexes de plusieurs :

Image 10000000000002D8000000F4B82924401699B45D.jpg

62Enfin, deux signes attirent particulièrement l’attention. En effet, ils utilisent la courbe pour leur réalisation. Nous avons déjà vu que ces marques, faites au marteau et taillant, se prêtaient davantage aux lignes droites et angles qu’aux cercles et courbes, plus délicats à réaliser. Seraient-ce des marques de maîtres ?

Image 1000000000000280000000BC4F8AF24C23D562FB.jpg

63La typologie de ces marques, utilisées entre 1367 et 1377, souligne la simplicité des motifs employés. Il reste à voir si cette simplicité se retrouve quelques 75 ans plus tard, avec une nouvelle génération de tailleurs de pierre. Les signes ont à peu près les mêmes tailles qu’au siècle précédent : de 4 cm_ pour les plus petits, à 25 cm2 pour les plus grands. La première constatation est que les marques ont subi une réelle évolution de style. Elles sont dans leur immense majorité plus complexes que leurs ancêtres. On ne retrouve presque plus de formes géométriques de base, et celles-ci sont immédiatement déclinées en motifs plus élaborés. La majorité des marques représentent des symboles et leurs dérivés, au nombre nettement plus grand. Enfin, les signes dits « complexes » offrent des formes surprenantes. Tout d’abord, les marques de formes simples sont nettement plus rares. Leurs déclinaisons offrent des motifs plus recherchés qu’au XIVe siècle. Peut-être que ces signes, si généraux, ayant déjà été utilisés, les tailleurs de pierre ont de plus en plus cherché l’originalité.

Image 100000000000033A00000295230FB0129D14543E.jpg

  • 91 Cette marque se trouve dans la chapelle Santa Isabel, construite en 1490 par Francesc Gomis. On se (...)
  • 92 Ce signe n’a jamais été rencontré. Nous le mettons par souci de clarté dans les dérivations.

Tableau 7 : Marques lapidaires construites sur des signes géométriques simples. XVe siècle. 9192

64La majorité des signes est composée à partir de symboles, et plus précisément de croix et de flèches. Les dérivés sont multiples et variés. Les symboles s’assemblent volontiers entre eux. Les variations pourraient être synthétisées comme suit :

Image 10000000000004EC0000078ACAC5072D70C4BFB8.jpg

Tableau 8 : Signes dérivés de symboles. XVe siècle.

65Ce classement est totalement subjectif. En effet, par exemple, le signe :

Image 10000000000000F80000004E18E523D1B333A3A3.jpg

classé parmi les dérivés de la flèche, pourrait tout aussi bien faire partie des dérivés de la croix. Il permet cependant de proposer une rationalisation des symboles et de leurs motifs dérivés. Il apparaît aussi que la gamme des dérivés est beaucoup plus vaste qu’au siècle précédent. Les motifs sont plus complexes, plus soignés aussi.

66Cela nous amène naturellement à la dernière catégorie, celle des formes dites « complexes ».

Contrairement au siècle précédent, aucune lettre n’apparaît. Un Image 100000000000004B0000003E163945824A759D66.jpgpourrait-il être un hypothétiqueImage 100000000000005A0000003C0F477F8A9A1B88E5.jpgmal positionné ?

67Nous trouvons ensuite des signes sans rapport direct avec un symbole ou une forme géométrique :

Image 1000000000000252000000CC4D5B736C909C1CA6.jpg

68Contrairement aux marques de 1367-1377, celles de la seconde moitié du XVe font la part belle à la courbe. Faut-il mettre cette remarque en relation avec le grand nombre de maîtres qui travaillent sur le chantier à cette époque, ou tout simplement avec une meilleure technique ? Il est impossible de répondre.

Image 10000000000002CA000000DED83A0B95819304D0.jpg

  • 93 Cette marque ressemble fortement à un « b » minuscule, mais rien ne peut nous guider dans cette int (...)

69La marque la plus symbolique, selon nous, est la suivante : elle a été trouvée dans la chapelle Santa Julia, et date de la seconde moitié du XVe93.

Image 10000000000000CE000000612083D82B5E249680.jpg

70Il n’y a aucun doute sur le motif : il s’agit d’un marteau taillant. L’ouvrier a donc pris comme signe d’identification son propre outil de travail, lui-même symbolique de son métier. La datation laisse à penser qu’à cette époque où les Métiers s’organisent de façon légale, le sentiment d’appartenance à ceux-ci est plus fort. Le symbole même du Métier devient donc une véritable identité pour ses membres.

71Cette typologie de marques datant du XVe siècle soulève une ultime question, déjà évoquée plus haut. Les troublantes séries de déclinaisons de signes ne sont-elles pas, là encore, une marque du Métier en tant que centre de formation ? N’a-t-on pas devant les yeux les traces d’un maître et de son équipe d’apprentis ? Ou peut-être s’agirait-il d’un pôle d’apprentissage technique où les élèves feraient leur « exercices » ? À moins de trouver dans les archives un carnet tenu par le procurateur de l’œuvre, qui dans une optique comptable contiendrait tous les signes avec leur équivalent nominal, il semble que ces questions doivent rester en suspens. Les signes lapidaires n’en demeurent pas moins de passionnantes traces des tailleurs de pierre et de leurs apprentis. Ils permettent de suivre une certaine évolution des mentalités et des techniques de taille.

Notes

1 Voir tableau récapitulatif en annexe.

2 Les références sont extraites de : Ramon Alberch, N. Castells, P. Freixas, C. Guilleré, Joan Miro, Pere Vila, Gremis i oficis a Girona, Gérone, 1984, en particulier p. 181-202 et de Miquel Fullana, Diccionari de l’art i dels oficis de la construcció, Palma de Majorque, 1995.

3 ACG, Obra de la Seu, n° 23, fol. 47 v. : « Item, an Arnau Ferredor per clavels... III s. IIII ».

4 Maria del Carmen Martinez Melendez, Estudio de los nombres de los oficios artesanales en castellano medieval, Grenade, 1995, p. 507.

5 C. Argiles I Aluja, « L’activitat laboral a la Seu entre 1395 i 1410 a través dels Llibres d’Obra », Actes du Congrès de la Seu Vella de Lleida, 6-9 mars 1991, Lleida, 1991, p. 233-245.

6 Ma del C. Martinez Melendez, Estudio de los nombres de los oficios, op. cit., p. 715.

7 P. Freixas, L’art gòtic a Girona, Gérone, 1983, p. 241-246.

8 S. Victor, Girona medieval : canvis i ruptures, Gérone, 2001.

9 P. Freixas, L’art gotic..., op. cit., passim.

10 Ibid., passim.

11 Ibid., passim. Voir également les travaux de J. Molina dont « Pintura de Girona », Girona a l’abast, VI, Gérone, 1996.

12 Joàn Calzada I Oliveras, Los claves de boveda de la catedral de Gerona, Barcelone, 1975, passim.

13 Ibid., passim, également, S. Victor, « La cathédrale de Gérone pendant la maîtrise d’œuvre de Maître Julia 1479-1490 », Lambard, vol. X, 1997, 169-196.

14 P. Freixas, L’art gotic a Girona, op. cit., passim.

15 « Els vitralls de la catedral de Girona » Corpus Vitraerum Medii Aevi, Espanya 7, Catalunya 2, Barcelone, 1987.

16 P. Freixas, L’art gotic a Girona, op. cit., p. 285.

17 AHPG, not. 1, n° 406 et 418.

18 Ma del C. Martinez Melendez, Estudio de los nombres de los oficios..., op. cit., p. 751.

19 J. Domenge I Mesquida, l’Obra de la Seu..., op. cit.

20 J. Domenge I Mesquida, «Entorn als oficis artístics de Mallorca...», op. cit., p. 387.

21 P. A. Sanxo, «Constituciones del gremio de albañiles (20 Agosto de 1506) », B.S.A.L., 4, 1891- 1892, p. 311-312.

22 « Item com sesdevenga algunes vegades metres foch en les cases de la ciutat y per apagar aquell es molt necessari posarhi homens destres per scalar les cases y muntar per los lochs periloses de aquelles, per ço precehint deliberació feta per los dits sobreposats y prohomens del dit offici de picapedrers, aquells se oferen cascun any a donar y nomenar deu persones del dit offici, destres y dispostes, les quals ocorrent lo cars de foch en alguna casa de la dita ciutat, traballaran per lur poder de apagar dit foch, axi com se acustuma en Barcelona y Valencia, y que per causa de dit servey y treball, que tenguen facultat los officials de dit offici de picapedrers de poder portar segurament, sens teme de algun official, les armes dels membres principals e lurs persones, per defensio de aquelles. Plau al senyor Rey».

23 ACG, Obra de la Seu, n° 38, 1443-1444.

24 ACG, Obra de la Seu, n° 36, 1434.

25 Ma del C. Martinez Melendez, Estudio de los nombres de los oficios..., op. cit., p. 613 et 652.

26 Ibid.

27 AHMG, I.3.3.1.2, Comptes del Clavari, 1412 et 1438.

28 Philippe Bernardi, «Pour une étude du rôle des femmes dans le bâtiment au Moyen Âge », Provence Historique, n° 173, 1993, p. 267-278.

29 ACG, Obra de la Seu, n° 24, 1404-1406, 2 mai 1405. « Item, pague a madona, se file den Geroni, mercader, per les cortines grogues e blaues del altar que adoba... 2 sous.
Item, per adobar un cobertor de les coxins del cardenal 1 sous. Item, per adobar une capa de velut negre e 1 dalmatigua negre 5 sous 6. Item, per una capa de velut on mes fil d’or 4 sous 6. (...) Item, per 15 camises romanes a descusir e cosir, paraments e 1 frontal adobat ab ymages 12 sous 6

30 La fille de Geroni marchand (...1405...), Mme Castanyera (...1402-1411....), Mme Clarete, femme de Bernat Net marchand (...1411-1415...), Ana Francesca, femme de Monterel (...1408...), Mme Gelmone (...1410...), Mme Gordeya (...1402...), Mme Nicolaua (...1402...), Mme Pelegrine (...1405...), Francesca Puyola, femme du défunt Puyol (...1411...), Mme Sibilia, femme de l’honorable Bernat Des Balps, défunt, de Santa Coloma (...1415...), Mme Simona (...1414...), Mme Solera (...1403-1413...) et Mme Vilela (...1408...).

31 P. Bertas, Conférence de Marseille, 1922, cité par Ph. Bernardi, « Pour une étude du rôle des femmes... », op. cit., p. 267.

32 En particulier dans la confrérie Sant Narcis, Voir en annexes le règlement de cette confrérie, t. 1, p. CXII. (ADG, 5.4.4, Sant Felix).

33 AHMG, Fons associacions, IV.1, Gremis, llig. n° 8.

34 Étudiés par Ph. Bernardi, « Pour une étude du rôle des femmes... », op. cit., p. 270.

35 AHMG, Manuals d’acords, n° 93 et 97.

36 ACG, Obra de la Seu, n° 43, fol. 19 v.

37 Ph. Bernardi, « Pour une étude du rôle des femmes... », op. cit., p. 273.

38 ACG, Obra de la Seu, n° 44.

39 ACG, Obra de la Seu, n° 43.

40 ACG, Obra de la Seu, n° 44.

41 P. Bonnassie, « Survie et extinction du régime esclavagiste dans l’Occident du haut Moyen Age (IVe-XIe siècles) », Cahiers de civilisation médiévale, XXVIIIe année, n° 4, oct.-déc. 1985, p. 307-343, également « Marc Bloch, historien de la servitude, réflexions sur le concept de ‘classe servile’ », Marc Bloch aujourd’hui. Histoire comparée et sciences sociales, Paris, 1990, p. 363-387 ; Ch. Verlinden, « Le retour de l’esclavage », Forme ed evoluzione del lavoro in Europa (XIII-XVIII), série II, Atti della tredicesima settimana di studio, 2-7 mai 1981, Prato, 1991, p. 65-92 ; également R. Delort, « Quelques précisions sur le commerce des esclaves », Mélanges d’Arquéologie et d’Histoire, t. 78, 1966, p. 215 sq. ; H. Bresc, Un monde méditerranéen : économie et société en Sicile (1300-1460), Paris-Rome-Palerme, 1986, t. I, p. 442 sq.

42 P. Bonnassie, « Survie et extinction... », op. cit., p. 343.

43 R. Delors, « Quelques précisions sur le commerce des esclaves... », op. cit., p. 216.

44 H. Bresc, Un monde méditerranéen..., op. cit., p. 442 sq.

45 C. Guilleré, Girona medieval, crisis i desenvelopament, Gérone, 1992, p. 36-37.

46 Les maîtres contractaient une assurance contre la fuite de leur esclave. Les fonds ainsi récoltés permettaient d’entretenir les agents d’une police qui se chargeait de récupérer les fuyards (C.Guilleré, Girona medieval..., op. cit., p. 37).

47 AHMG, not. 2, n° 272, sans date, probablement 1477.

48 AHMG, Comptes del Clavari, llig.4 : Mercadal.

49 AHMG, Manuals d’acords, n° 74 bis et 93.

50 ACG, Obra de la Seu, n° 31, 1418-1422.

51 Comptes disponibles pour 2110 semaines, sur 5044 que compte la période (1402-1498), soit 42 %. Ces semaines comptabilisées sont réparties régulièrement sur le siècle, et seule les années de guerre civile (1462/1472) constituent une perte sèche de la documentation.

52 Voir graphique « Nombre moyen d’ouvriers sur le chantier » en annexe.

53 ACG, Obra de la Seu, n° 31, 1420, fol. 109 v., 10 février.

54 Id., fol. 125 r., 24 mai.

55 Id., fol. 148 r., 1er juin. Solvi an Vidall ferrer pro una verga de ferra pro una rexia per la vidriera qui es davant les claustris qui pesa XX lb. A raho de X d. per lb. Monte XVI s. VI d.

56 Id., fol. 154 r., 1er juillet. Solvi an Montserrat Tixador mestre de cases per II dies que adoba la taulada de la fusteria ab son fill a raho de VI s. VI pro die XIII s.

57 ACG, Obra de la Seu, n° 33, fol. 45 v., 9 mars. Solvi Antoni Biura per un estrop de canem com pujem la gargola pesa XII lb. A IX d. la lb. IX s.

58 ACG, Obra de la Seu, n° 34, fol. 22 v.

59 ACG, Obra de la Seu, n° 36, fol. 16 r., 9 août. Solvi an Antoni Ribers qui puja alt ala volta per escombrar (...) per so cont nengu dels padrers non volia pujar per dos dias a raho de V s. VI per dia monta XI s.

60 Id., fol. 13 v. sq.

61 Porta del Mig.

62 ACG, Obra de la Seu, n° 39, fol. 28 r., 12 août. Item solvi en Casadevall guixer per VIII sachs de guix qui serviren a la cambra qui es feta a la galileya per los qui sonen los hores a raho de VIIII d. per sach.

63 ACG, Obra de la Seu, n° 46.

64 J. Domenge I Mezquita, L’Obra de la Seu, op. cit, p. 225 sq.

65 Exemple des tailles de 1414, 1417 et 1462, AHMG, Demografia, Talles, VIII.1.1.

66 38,25 ouvriers travaillant sur ce mur en moyenne.

67 20,30 ouvriers travaillant sur ce mur en moyenne.

68 12,35 ouvriers en moyenne.

69 32,83 ouvriers en moyenne.

70 Voir graphiques en annexe.

71 AHPG, not. 1, n° 385.

72 C. Guilleré, « Un exemple de fiscalité urbaine indirecte : les impositions géronnaises… », D.Menjot, M. Sanchez Martinez (sous la dir. de), La fiscalité des villes…, op. cit., p. 423-445.

73 Du « banc » sur lequel les blocs sont appuyés pour la taille.

74 Nicolas Reveyron, « Marques lapidaires médiévales : apports des outils de la linguistique », Comment construisait-on au Moyen Age ? Dossier Archéologie, Architecture médiévale, n° 251, mars 2000, p. 78-81.

75 G. Goyon, Le secret des bâtisseurs des grandes pyramides, Paris, 1990, p. 135-136.

76 P. du Colombier, Les chantiers des cathédrales, Paris, 1953, p. 98.

77 Ibid., p. 79.

78 Ibid.

79 Ibid.

80 S. Mc K. Crosby, « Mason’s marks at Saint Denis », Mélanges offerts à René Crozet, t. 1, Poitiers, 1966, p. 711-713.

81 A. Erlande-Brandenburg, Quand les cathédrales étaient peintes, Paris, 1995, p. 99.

82 D. Jacobs, Bâtisseurs de cathédrales au Moyen Age, Paris, 1970, p. 141.

83 S. Mc K. Crosby, « Mason’s marks at Saint Denis », op. cit., p. 713.

84 N. Reveyron, « Les marques lapidaires gravées sur l’enveloppe extérieure du chevet de la cathédrale de Lyon », Archéologie du midi médiéval, 1996, p. 151-169.

85 Cité par S. Mc K. Crosby, « Mason’s marks at Saint Denis », op. cit, p. 711.

86 C. Homs Rourich, « Los constructores de la catedral de Gerona », Cuadernos de Historia Economica de Cataluña, XVII, Barcelone, 1977, p. 75-157.

87 Chapelle de Tots Sants, mur gauche, 5e et 6e rangées.

88 L’inventaire des marques a été effectué dans les chapelles suivantes :Image 100000000000014200000082FB3912EE84274CE4.jpg

89 On garde à l’esprit le problème de la dérivation vu plus haut.

90 On peut noter que ce signe peut être à la fois un dérivé du carré, et un dérivé du signe suivant.

91 Cette marque se trouve dans la chapelle Santa Isabel, construite en 1490 par Francesc Gomis. On se plaît à croire que ce motif puisse être le F de Francesc, mais aucune donnée n’a pu le confirmer ou l’infirmer.

92 Ce signe n’a jamais été rencontré. Nous le mettons par souci de clarté dans les dérivations.

93 Cette marque ressemble fortement à un « b » minuscule, mais rien ne peut nous guider dans cette interprétation. Idem pour le signe « S ».

© Presses universitaires du Midi, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search