Version classiqueVersion mobile

La construction et les métiers de la construction à Gérone au XVe siècle

 | 
Sandrine Victor

Deuxième partie. La main d’œuvre sur le chantier

Chapitre I. La main d’œuvre

Texte intégral

1. Description du corpus

1Pour avoir une vision d’ensemble de la main d’œuvre du bâtiment au XVe siècle, il a fallu dresser un inventaire le plus complet possible des ouvriers apparaissant dans les comptes ou dans les documents sur tout le siècle.

Sources

  • 1 ACG, Obra de la Seu, n° 23 à 51.
  • 2 AHMG, Comptes del Clavari, 1.3.3.1.2.
  • 3 AHMG, Obres publiques i urbanisme, XIII.1 et XIII.4.1.
  • 4 Comme nous l’avons déjà dit (cf. supra, « Introduction »), nous n’avons procédé qu’à des s (...)
  • 5 AHMG, Manuals d’acords, n° 35 à 100.
  • 6 ADG, Arxiu incorporat, 5.

2Nous nous sommes donc appuyés sur toutes les sources à notre disposition. Les comptes des fabriques constituent la base de ce travail. Citons évidemment les comptes de l’obra de la seu1, les comptes du Clavari2 ainsi que ceux des Obres publiques i urbanisme3. Il faut cependant les compléter grâce aux actes notariés. D’abord, les testaments nous offrent un matériau de choix. L’ouvrier peut y apparaître comme testateur, exécuteur testamentaire, héritier ou encore témoin. Ensuite, les actes notariés à proprement parler, procurations, reconnaissances de dettes, ventes, achats, contrats, sont autant de documents susceptibles de mentionner un nom d’ouvrier avec son métier4. Une autre source d’identification de la main d’œuvre employée dans la construction sont les Manuals d’acords des jurats de Gérone5. On y rencontre des ouvriers dans la constitution des « mains », dans les actes de franchises accordés par la Ville, dans les tailles levées, les contrats d’entreprises publiques, les licences, les levées d’armes, les actions caritatives, etc. Enfin, les quelques registres de confrérie6 qui nous sont parvenus complètent ces informations.

3En croisant ces sources, et en relevant systématiquement tous les noms d’ouvriers du bâtiment, nous avons donc pu constituer un corpus de 2458 personnes travaillant dans un métier impliqué dans le monde de la construction au long du XVe siècle. Nous avons ainsi retenu les pedrers (maçons/carriers), picapedrers (tailleurs de pierre), peredadors (maçons), padrerers (exploitants de carrière), ymaginaires (sculpteurs), aparayladors (appareilleurs), mestres de cases (maîtres de maison) pour les métiers de la pierre, les fusters (charpentiers), serradors (scieurs) et mestres de cases (maîtres de maison) pour les métiers du bois, les manobres (manœuvres), bracers (brassiers), macips (apprentis), esclaus (esclaves), joves (jeunes/apprentis), fadrins (assistants/apprentis) pour les travaux de basse qualification, les traginers (charretiers), corders (cordiers), rajolers (briquiers), guixers (plâtriers), carreters (cantonniers), teulers (tuiliers), calciners (chaufourniers) pour les fournitures et leur transport, et enfin les argenters (orfèvres), panyaters (serruriers), senyers (fondeurs de cloches), pintors (peintres), vidriers (verriers) pour la décoration et l’art liturgique.

Méthodologie

4Il a cependant fallu adopter une méthodologie stricte afin que cette liste soit la plus rigoureuse possible. Deux grandes difficultés se font jour en effet. D’abord, il a été souvent difficile de cerner avec justesse l’activité professionnelle des personnes citées. Dans un premier cas de figure, celui des comptes des fabriques, nous savons qu’évidemment tous les noms cités font partie du corps de la construction. Mais là encore, le problème fut d’appréhender la justesse de la terminologie employée par les procurateurs. Si nous prenons le cas des métiers de la pierre, il tombe sous le sens que la majorité des intervenants sur le chantier en font partie. Le procurateur ne spécifiera donc pas le métier de chaque ouvrier. Ainsi, il n’y aura aucune distinction entre un picapedrer, un pedrer, ou un aparellador. De même, pour certains procurateurs, tous les ouvriers qui travaillent la pierre sont sans distinction des pedrers, ou des picapedrers. Le travail de distinction entre les uns et les autres fut donc long, et parfois impossible. D’où, quand c’était possible, la notification des salaires, qui pouvaient nous servir de guide, même si la tendance globale au long du siècle est à une certaine dispersion salariale. Les hauts salaires ont donc toujours été considérés comme ceux de picapedrers ; les plus modestes, comme ceux de simples pedrers, en faisant, là encore, attention à ne pas les confondre avec ceux des manobres. Dans un deuxième cas de figure, les scripteurs ne sont pas des professionnels de la fabrique. Ce sont des notaires, des écrivains, des copistes. Ils ont donc, a priori, copié le métier cité par l’intéressé, et nous estimons donc qu’il est fiable. Cependant, il nous faut émettre une réserve sur le cas des bracers. Le brassier, comme son nom l’indique, loue ses bras selon l’offre : travaux des champs, ateliers textiles, cuir, transport... et construction. Nous avons donc retenu les brassiers cités dans les comptes des fabriques, non ceux trouvés au hasard de testaments ou d’actes notariés, n’ayant aucune preuve de leur participation à un chantier. Dans le même ordre d’idée, nous n’avons retenu que les traginers dont l’activité était spécifiée. En effet, une certaine main d’œuvre venue de la campagne lors de la saison morte, ou encore des brassiers, pouvaient s’enrôler dans les chantiers pour transporter des matériaux, avec un chariot ou non, sans pour autant être considérés comme des traginers.

  • 7 F. de B. Moll, Els llinatges catalans, Catalunya, País Valencià, Illes Balears, Majorque, (...)
  • 8 AHMG, Comptes del Clavari, 1.3.3.1.2, Lligal 4.

5La seconde difficulté majeure fut la gestion des doublons. L’onomastique catalane moderne est caractérisée, comme dans le reste de la Péninsule, par l’apposition du nom de famille du père et de celui de la mère. Au XVe siècle, cette pratique n’est pas encore répandue, même si l’on commence à trouver un « complément » au nom de famille7: lieu d’origine, charge ou dignité, surnom... Le besoin qui bientôt se fera sentir de la double nominalisation père + mère vient d’une certaine pénurie dans la variété des prénoms et des noms de famille. Les Pere Rovira, Joan Prats ou Francesc Bosch sont donc très courants, d’autant que la coutume de nommer le fils comme le père est très forte. On prendra alors l’habitude de nommer le père major et le fils petit ou jove quand les deux apparaissent ensemble dans un document. C’est par exemple le cas en 1412 sur le chantier du Mercadal8 où Joan Borrell et Joan petit Borell travaillent tous les deux. Mais de qui parle-t-on quand, la semaine suivante on cite un seul nom, Joan Borrell, sans autre indication ? Nous avons donc essayé de croiser au maximum les sources pour éliminer les doublons. Mais dans le doute, on a toujours laissé les deux noms. En effet, il y a certains cas où de nombreuses années séparent deux occurences, ou encore l’évolution du salaire n’est pas logique. Des recherches ultérieures pourront sans doute écrémer ou compléter cette première liste.

Le corpus de 2458 noms

6Le corpus présenté est ainsi constitué de plus de 2 000 noms de personnes apparues ne serait-ce qu’une fois dans un document du XVe siècle relatif à la construction. Même si cette liste majoritairement composée d’hommes, elle comporte tout de même les noms de 6 femmes-ouvriers. La femme tient cependant un rôle important dans la constitution de ce corpus, car c’est souvent au travers des testaments de femmes de bâtisseurs, ou de l’appartenance de celles-ci à la Confrérie de Sant Narcis, qu’il a été possible de trouver la trace de leurs maris, passés inaperçus dans les documents qui nous sont parvenus.

  • 9 Sans compter les noms fournis par P. Freixas, que je remercie.

7La représentation par métiers permet une vaste étude. Il a été ainsi recensé 30 orfèvres, 37 brassiers, 16 chaufourniers, 8 charretiers, 26 cordiers, 31 esclaves, 143 forgerons, 221 charpentiers, 568 manœuvres, 65 « maîtres de maison » (mestres de cases, artisan travaillant à la fois le bois et la pierre), 177 carriers, 62 tailleurs de pierres, 89 peintres, 280 transporteurs-charretiers, 141 personnes diverses (tuiliers, briquetiers, maîtres de la seu, ...) et 215 ouvriers non reconnus9. De plus, il a été possible de localier l’origine ou le lieu de résidence de 545 personnes, soit plus du quart.

Les échantillons

8L’étude de ce corpus ne pourra se faire qu’à partir d’échantillons plus parlants. La liste peut être travaillée sous quatre angles différents. D’abord, le corpus complet, pour un travail à orientation prosopographique. Cette approche, la plus lourde, ne permet cependant pas de cerner avec précisions et détails la vie du travailleur-artisan. De ce corpus, on peut extraire un premier échantillon, qui éclairera notre propos sous un second angle. Il s’agit de cibler uniquement les ouvriers apparaissant dans les comptes, soit plus de la moitié des entrées. Ce « panel » permettra de travailler plus en profondeur les conditions et rythmes de travail, et le thème des variations de salaires. Afin d’aborder l’aspect social de la vie des ouvriers, il est possible de travailler sur un troisième extrait du corpus originel : celui des ouvriers documentés au travers de testaments, tailles, actes notariés, etc. Et enfin, le panel qui servira de base de travail à des essais « biographiques » est extrait à la fois de la seconde et de la troisième liste. Il regroupe des ouvriers à la fois documentés dans des comptes de fabrique et dans des actes publics. Une couverture temporelle uniforme par corps de métier sera le troisième critère de sélection de ces ouvriers. Il est primordial que les métiers soient correctement référencés pendant les 4 périodes qui correspondent à des phases de construction et/ou des phases politiques clefs. Ces périodes sont les suivantes, pour mémoire :

  • 1400-1416 : relatif calme politique. Période d’attentisme en ce qui concerne le plan de réalisation de la seu.
  • 1417-1450 : Grande activité constructrice à la cathédrale, mais aussi sur les fortifications et les ponts de la ville.
  • 1451-1462 : Ralentissement des construction, parallèlement à un ralentissement économique. Avant-guerre.
  • 1462-1500 : Guerre civile. Période de paralysie des travaux, suivie d’une reprise dans le dernier tiers du siècle pour la reconstruction de la ville.

9L’échantillon définitif est donc le suivant, tout en conservant bien en mémoire les trois autres, et en gardant la liberté de les travailler indépendamment ou en complémentarité selon les besoins.

  • 10 Présentés sous la forme « sous, deniers ».
  • 11 Comprendre : AHPG, not. 4, n° 169.
  • 12 Manuals d’acords.
  • 13 On nommera « Levée d’hommes » le recensement fait en 1462 par les jurats des hommes pouvan (...)
  • 14 (*date) : signifie que l’artisan est déjà décédé à cette date.
  • 15 Chantier du Mercadal.

1010-11-12-13-14-15

11Le fait que les ouvriers de cet échantillon soient documentés à la fois sur un chantier et dans des actes publics a de multiples avantages. Le salaire permet de situer l’ouvrier dans la hiérarchie du chantier, et diminue les risques d’erreurs quant à l’identification précise du métier. Ce même salaire servira de base à une étude sur le pouvoir d’achat et sur les conditions de vie, complétée par les informations extraites des testaments et de la documentation fiscale. De plus, les petits effectifs, cependant représentatifs, permettent une souplesse d’étude. Le siècle et les quatre périodes sont parfaitement représentés.

12Ce recensement de la main d’œuvre est nécessaire et préalable à toute étude sur la mobilité des métiers. Il permet d’englober d’un seul regard une population disséminée dans le temps et dans l’espace.

2. Origines et mobilité

Problématique

13Saisir l’origine géographique d’un ouvrier uniquement au travers d’un livre de compte n’est pas chose aisée. Les procurateurs ne consignent guère d’autres renseignements sur la main d’œuvre que des informations strictement comptables. Ne généralisons pas toutefois, ces comptes restent une source surprenante pour l’étude de la mobilité professionnelle. Ils peuvent et doivent cependant être complétés. Les testaments offrent un outil d’information de première qualité, tout comme les autres actes notariés. Les franchises concédées aux nouveaux arrivants par les autorités municipales sont aussi des documents de première importance.

  • 16 ACG, Obra de la Seu, n° 32, 1423, ainsi que AHPG, not. 1, n° 433 et not. 2, n° 255.
  • 17 L’acte doit être rédigé par l’intermédiaire de leurs parents.

14La collecte des données sur l’origine géographique des ouvriers, malgré la richesse des sources, n’est pas sans poser problème. La question se pose de savoir pourquoi les procurateurs annotent l’origine de certains ouvriers, et négligent ce renseignement pour d’autres. L’omission de cette origine pourrait signifier que l’ouvrier réside à Gérone ; mais pourquoi est-il précisé alors dans de nombreux cas « de Girona », comme pour Joan Guilana, picapedrer de Girona en 142316? L’absence de précision pourrait de plus ne pas être entièrement un choix du procurateur ou du notaire. N’est-ce pas la déclaration de l’intéressé qui prime ? Dans ce cas, pourquoi certains ouvriers ne mettent-ils pas en avant cette information, même dans leur testament17, alors que d’autres, le font. Il est clair qu’il est impossible d’y répondre, mais ces observations et certaines constations, permettent d’envisager d’autres pistes.

  • 18 AHMG, Manuals d’accords, n° 93.
  • 19 AHPG, not. 1, n° 502.
  • 20 ACG, Obra de la Seu, n° 50 et 51, 1489-1493 et 1497-1498.

15Le problème peut être envisagé à partir du cas de Bartomeu Rofi, mestre de cases, originaire de Palamos. Son origine nous est donnée par l’acte de franchise18, mais nous avons également la chance de le retrouver dans un acte notarié19, une quittance pour divers travaux effectués pour Guerau Coromines, argenter, et dans les comptes de la seu20. Or, dans aucun de ces deux derniers documents, le scribe ne précise son origine. On ne peut faire d’un cas une généralité, mais si Bartomeu Rofi n’apparaît pas comme « mestre de cases de Palamos » c’est tout simplement parce qu’il habite Gérone. Donc, il ne vient pas de Palamos pour travailler à Gérone. On étudierait par conséquent le lieu d’origine d’où les ouvriers viennent travailler et non l’origine d’une population immigrée qui travaille sur un lieu donné.

16Même si les deux aspects se recoupent pour une étude de la mobilité de la main d’œuvre, il est important de faire la distinction entre une première catégorie d’ouvriers qui viennent travailler à Gérone depuis leur village d’origine, couchant éventuellement sur place (chantier, loge, ou auberge) et prenant le statut d’habitator, et une seconde catégorie qui quitte son village pour s’installer et travailler à Gérone. Quant aux ouvriers dont il est spécifié qu’ils sont « de Gérone », deux explications s’offrent à nous. Ils font partie d’un corps de métier prestigieux, et l’apposition de l’origine au nom est vécue comme un complément de présentation. Ainsi, Antoni Canet, maître majeur de la seu, sera toujours présenté comme « de Barcelona », même s’il habite à Gérone. Tout comme l’orfèvre géronais Coromina, toujours dit « de Gérone », même dans les actes locaux. Autre explication possible : les ouvriers venaient auparavant de l’extérieur de la ville, et se sont à présent installés. Le procurateur fait ainsi la différence entre leur ancien statut et le nouveau.

17Il faut enfin signaler que nous n’avons pris en compte que les origines dûment spécifiées. Guillem Bofill, par exemple, n’apparaît pas au XVe siècle comme « maître de Galliners », sa ville natale. Nous ne l’avons donc pas pris en considération.

Origines de la main d’œuvre

  • 21 Voir récapitulatif en annexes.

18543 origines ont pu être retrouvées et recoupées21.

  • 22 Voir les travaux de Narcis Castells, « Els moviments migratoris en la Catalunya moderna : (...)
  • 23 N. Castells, « Els moviments... », op. cit., passim.

19Dans plus de 68 % des cas, l’origine de l’ouvrier est géronaise. Cette situation tient au fait que la taille est une source importante qui permet de repérer les métiers de la construction, et par conséquent fournit de nombreux renseignements sur les habitants. Mais la taille apporte des renseignements de nature fiscale et non géographique. Si on ôte ces 373 « géronais », ou déclarés comme tels, c’est-à-dire sans mention de leur éventuelle origine, il reste 172 personnes venant d’ailleurs22. 4 % sont originaires de la Péninsule Ibérique, alors que 7,5 % viennent des zones limitrophes au sens large : Languedoc, Roussillon, Gascogne, Béarn... À ces 7,5 %, il faut ajouter les 15,6 % qui viennent de France, d’Allemagne ou d’Italie. Les courants de migration en provenance du nord semblent donc plus forts que ceux en provenance du sud. La Catalogne, la « clef du Royaume », tourne donc bien le dos à la Castille pour porter son regard de l’autre côté des Pyrénées. Les régions historiquement attachées à la Catalogne sont bien sûr les plus représentées. Des liens naturels se sont tissés entre les deux versants des Pyrénées dans ce domaine depuis longtemps23. Ils ont bien souvent un passé commun, et surtout jouissent d’une langue commune ou voisine qui facilite la communication. Les liens sont parfois plus complexes. Foix est largement tourné vers Andorre, qui elle-même a toujours trouvé, tout comme les nombreux villages des Pyrénées, un débouché économique à Gérone dans les périodes difficiles. Quant à l’immigration plus lointaine (Allemagne, France, Florence), elle concerne surtout les maîtres. C’est là la manifestation du gothique international, qui engendre des mouvements migratoires, garants de la transmission de savoir-faire, d’autant que Gérone, nous l’avons vu, jouit d’une grande renommée dans le monde gothique.

  • 24 Donnée chiffrée : www.americanscientist.com
  • 25 À titre comparatif, voir « Veredas del corregimiento de Gerona », datant du XVIIIe siècle (...)

20123 ouvriers viennent du Principat, dont 12 à plus de 50 km de distance, soit un total de 71,5 %. Si l’on s’en tient aux villages représentés dans le tableau, la majorité de cette population est originaire d’un espace situé au nord d’un axe Begur-Anglès, et en particulier du Plà de l’Estany, de la Garrotxa et de l’Empordà. La plupart des ouvriers proviennent de zones éloignées de moins de 24 km de Gérone, avec là encore une majorité venant de moins de 15 km. L’homme marchant en moyenne à 4,5 km/h24, ceci place les principales sources d’immigration entre 3 h 20 et 5 h 20 de marche25. Le fait peut être intéressant si l’on prend en considération la théorie de l’habitator. En effet, beaucoup de traginers viennent de villages éloignés jusqu’à 17 km de Gérone. Par exemple, Berenger Cervia, en 1405 vient de Banyoles, ce qui nécessite 3 h 45 de marche. En 1424 ou 1426, les traginers Eimeric et Reig marchent 2 h 30 depuis Cervia pour travailler sur le chantier de la seu. Les journées de ces ouvriers, s’ils font l’aller-retour quotidien sont très denses : départ de leur village vers 4 h 30, arrivée à Gérone à 7 h 00, travail sur chantier jusqu’à 19 ou 20 h 00, retour au village vers 22 h 30, avec tout ce que ces deux voyages de nuit peuvent comporter de risques. Cependant, ces hommes peuvent ne pas rentrer chaque soir chez eux, ou peuvent ne pas travailler la semaine complète à Gérone. Les nombreux traginers de Sarria, quant à eux, peuvent tout à fait marcher 2 h aller-retour pour venir chaque jour sur le chantier. La spécification de l’origine de l’ouvrier n’est donc pas forcément liée à une installation provisoire ou définitive dans la ville d’activité.

21La campagne environnante offre donc bien un vivier de bras pour les travaux à Gérone, et dans ses environs (exploitations des carrières de Pedret...). C’est un débouché précieux pour les artisans, ou les paysans des villages pendant les saisons creuses. On peut se demander si la profession influe sur les mouvements de population.

Tableau 4 : Origines géographiques des ouvriers et appartenance professionnelle.

  • 26 Joaquín Yarza, « Artisa-artesano en el gotico catalàn », Lambard, 1983-1985, vol. III, p.  (...)
  • 27 Cf. infra, « Le Métier ».

22Les ouvriers les plus prompts à bouger sont les moins qualifiés : manœuvres, charretiers. Ces deux catégories de métiers ne sont pas d’ailleurs scrupuleusement attachées à la construction. Les hommes peuvent se louer pour l’agriculture, le textile, le commerce... Il faut noter que les charretiers viennent parfois de très loin : 18 d’entre eux de plus de 6 km de Gérone. Le fait de posséder un moyen de transport leur permet d’élargir leur champ d’activités. Les « artistes-artisans », selon le terme de Yarza26, viennent d’horizons variés et lointains : 6,25 % des architectes, 25 % des maîtres verriers, environ 10 % des tailleurs de pierre et 8 % des peintres ne sont pas originaires du Principat. L’acquisition d’un savoir-faire leur garantit un emploi où qu’ils aillent. De plus, le voyage de chantier en chantier tend à devenir un rituel pour les élites des Métiers, qui consolident et complètent ainsi leur apprentissage et leur expérience27. Enfin, Gérone, et toute la Catalogne, occupent une place importante sur la scène gothique.

Conclusion : les mouvements de population et leurs incidences sur la main d’œuvre de la construction

  • 28 C. Guilleré, Girona medieval : crisis i desenvolupament 1360-1460, Quaderns d’Historia de (...)

23Gérone perd la moitié de sa population entre le début du XVe siècle et 1472, fin de la guerre civile28. Cette perte dramatique de main d’œuvre, et de masse fiscale par voie de conséquence, incite la municipalité à prendre des mesures pour favoriser l’immigration. Elle accorde des franchises de taille et/ou commerciales. La main d’œuvre, surtout dans le domaine textile, afflue, venant pour la plupart des campagnes voisines. Mais plus on avance dans le XVe siècle, plus l’éloignement géographique s’affirme.

  • 29 E. Vives, La població catalana medieval. Origen i evolució, Vic, 1990, p. 33.
  • 30 Ramon Alberch I Fugueras, N. Castells I Calzada, La població de Girona, Gérone, 1985, p. 3 (...)

24Ces mouvements de population venue de loin font partie de l’histoire même de la Catalogne29. Des influences alpines se font sentir à partir de l’Age du Bronze, et les restes de l’armée impériale donnent aux Catalans aux IVe et Ve siècles du sang germanique. Gérone a toujours regardé de l’autre côté des Pyrénées. Elle fut longtemps en compétition avec Perpignan30. Les mouvements migratoires depuis la France ont toujours existé. Dès le IXe siècle, les gascons viennent à Gérone ; les Cathares y trouvent refuge aux XIIIe et XIVe siècles.

  • 31 C. Guilleré, Girona al segle XIV, vol. II, Gérone, 1994, p. 215 sq.

25Le portrait de l’immigration au XIVe siècle est semblable à celui du XVe31: les artisans viennent surtout du diocèse de Gérone. La ville permet d’acquérir une formation, et les mouvements d’apprentis ont toujours existé. 10 % seulement de la main d’œuvre n’est pas originaire du diocèse, mais 75 % vient du Principat. Les liens avec l’Outre-Pyrénées (Roussillon et Royaume de France) sont très forts : le diocèse d’Elne fournit la moitié des émigrants du Roussillon, les évêchés de Pamiers, Mirepoix, Conques, Narbonne, Toulouse perdent beaucoup de population au profit de Gérone.

  • 32 J. Iglesies, « El poblament de Catalunya durant els segles XIV i XV », VI congreso de Hist (...)

26Le XVe siècle reproduit donc ces schémas. Gérone regarde au nord, depuis sa propre campagne jusqu’aux confins des évêchés méridionaux et limitrophes. Les campagnes peuplées comblent le déficit en hommes des villes frappées de plein fouet par les pandémies et les guerres32. De plus, la transmission patrimoniale à l’héritier universel incite des cadets à chercher fortune à la ville. Les métiers les plus techniques engendrent enfin des courants au niveau international, qui permettent un brassage des savoir-faire sans précédent.

Notes

1 ACG, Obra de la Seu, n° 23 à 51.

2 AHMG, Comptes del Clavari, 1.3.3.1.2.

3 AHMG, Obres publiques i urbanisme, XIII.1 et XIII.4.1.

4 Comme nous l’avons déjà dit (cf. supra, « Introduction »), nous n’avons procédé qu’à des sondages dans les minutes de notaires. Cependant, ces sondages couvrent toute la période, s’ils ne couvrent pas tous les notaires. On peut donc penser qu’à quelques unités près, les listes tirées de ces actes sont relativement complètes.

5 AHMG, Manuals d’acords, n° 35 à 100.

6 ADG, Arxiu incorporat, 5.

7 F. de B. Moll, Els llinatges catalans, Catalunya, País Valencià, Illes Balears, Majorque, 1982.

8 AHMG, Comptes del Clavari, 1.3.3.1.2, Lligal 4.

9 Sans compter les noms fournis par P. Freixas, que je remercie.

10 Présentés sous la forme « sous, deniers ».

11 Comprendre : AHPG, not. 4, n° 169.

12 Manuals d’acords.

13 On nommera « Levée d’hommes » le recensement fait en 1462 par les jurats des hommes pouvant porter les armes, en vu du siège de la ville (AHMG, Manuals d’acords, n 71, 1462-1464).

14 (*date) : signifie que l’artisan est déjà décédé à cette date.

15 Chantier du Mercadal.

16 ACG, Obra de la Seu, n° 32, 1423, ainsi que AHPG, not. 1, n° 433 et not. 2, n° 255.

17 L’acte doit être rédigé par l’intermédiaire de leurs parents.

18 AHMG, Manuals d’accords, n° 93.

19 AHPG, not. 1, n° 502.

20 ACG, Obra de la Seu, n° 50 et 51, 1489-1493 et 1497-1498.

21 Voir récapitulatif en annexes.

22 Voir les travaux de Narcis Castells, « Els moviments migratoris en la Catalunya moderna : el cas de la immigració envers la ciutat de Girona (1473-1576) », Actes del 1º Congres d’Historia Moderna de Catalunya, vol. 1, Barcelone, 1986, p. 65-74.

23 N. Castells, « Els moviments... », op. cit., passim.

24 Donnée chiffrée : www.americanscientist.com

25 À titre comparatif, voir « Veredas del corregimiento de Gerona », datant du XVIIIe siècle (AHMG, XXV.1, Division territorial, llig. 3), t. 1, p. XI.

26 Joaquín Yarza, « Artisa-artesano en el gotico catalàn », Lambard, 1983-1985, vol. III, p. 129.

27 Cf. infra, « Le Métier ».

28 C. Guilleré, Girona medieval : crisis i desenvolupament 1360-1460, Quaderns d’Historia de la Ciutat, Gérone, 1992.

29 E. Vives, La població catalana medieval. Origen i evolució, Vic, 1990, p. 33.

30 Ramon Alberch I Fugueras, N. Castells I Calzada, La població de Girona, Gérone, 1985, p. 35.

31 C. Guilleré, Girona al segle XIV, vol. II, Gérone, 1994, p. 215 sq.

32 J. Iglesies, « El poblament de Catalunya durant els segles XIV i XV », VI congreso de Historia de la Corona de Aragon, 8-14 décembre 1957, Madrid, 1959, p. 247-270.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/35103/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/35103/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/35103/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/35103/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Légende Tableau 4 : Origines géographiques des ouvriers et appartenance professionnelle.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/35103/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 71k

© Presses universitaires du Midi, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search