Version classiqueVersion mobile

La construction et les métiers de la construction à Gérone au XVe siècle

 | 
Sandrine Victor

Première partie. Fabriques et chantiers

Chapitre III. Organisation du chantier

Texte intégral

1. Les connaissances techniques

Les théories

  • 1 M. Aubert, « La construction au Moyen Âge », Bulletin Monumental, 1960, p. 81.
  • 2 L. R. Shelby, « The role of the master mason in mediaeval english building », Speculum, XXXIX, 1964 (...)

1Le maître d’œuvre, l’architecte, le fabricator, le mestre d’obra... autant de termes pour désigner un seul homme: celui qui dirige techniquement le chantier. Sa fonction est à la fois celle d’un maître, d’un créateur, d’un surveillant et d’un exécutant1. Il doit être l’architecte au sens moderne du terme, mais aussi parfois l’administrateur de la fabrique, le gestionnaire des ressources humaines et le responsable technique2. De ces multiples aspects, il semble important d’approfondir la facette architecte-concepteur. En effet, sur quelles connaissances se fondait leur savoir technique?

  • 3 V. Mortet, Recueil de textes relatifs à l’histoire de l’architecture et de la condition des archite (...)

2Il est monnaie courante d’utiliser ce qui a été déjà construit comme modèle ou source d’inspiration. Cette méthode est si naturelle, qu’il est devenu normal de citer dans les contrats le modèle dont on se sert. C’est par exemple le cas de Saint Aignon à Orléans qui est construite avec un chevet semblable « in similitudinem» à celui de la cathédrale de Clermont3.

  • 4 Saint Bernard, Apologia, CXII, t. 182, col. 915. C, cité par J. Hubert, « Le caractère et le but du (...)
  • 5 In Gestaabbatum Trudonensium, cité par V. Mortet, P. Deschamps, Recueil de textes relatifs à l’hist (...)
  • 6 H. W. Kruft, Historia de la teoría de la arquitectura, t. 1, «Desde la Antigüedad hasta el siglo XV (...)

3Le Moyen Âge est l’époque de l’enseignement par l’image. Les cathédrales ne sont-elles pas sculptées afin d’instruire les masses? Selon Saint Bernard, cela pousse même vers un désintérêt des écritures : «... tam denique, tamque mira diversarum formarum ubique varietas apparet, ut magis logere libeat in marmoribus quam in codicibus, totumque diem occupare singula ista mirando quam in lege Dei meditando»4. Les bâtisseurs s’inspirent de ce qu’ils voient. Et en premier lieu, et tout naturellement, de leur corps. C’est ainsi que l’abbé Rudolf au XIe siècle explique la composition de l’église abbatiale de Saint Trond, dans les Flandres5: «... erat ergo suo tempore in tantum de novo augmentata hujus veteris ecclesie fabrica, ut de ipsa sicut de bene consummatis ecclesiis congrue secundum doctores deceretur, quod ad staturam humani corporis esset formata. Nam habebat et adhuc habere cernitur cancellum qui et sanctuarium pro capite et collo, chorum stallatum pro pectoralibus, crucem ad utraque latera ipsius chori duabus manicis seu alis protensam pro brachiis et manibus, navim vero monasterii pro utero, et crucem inferiorem eque duabus alis versus meridiem et septentrionem expansam pro coxis et cruribus... » . Mais ils doivent allier cette technique d’observation à une théorisation. C’est en tout cas ce qui semble naturel. Pour résoudre ces propres problèmes, il est nécessaire que le maître de l’ouvrage sache comment les autres ont travaillé pour arriver à ce résultat6.

  • 7 H. W. Kruft, Historia de la teoría de la arquitectura, op. cit., p. 27.

4L’unique traité d’architecture conservé de l’Antiquité est le « De Architectura libri decem» de Vitruve7. Selon lui, et comme nous venons de le voir, les hommes tendent naturellement à l’imitation. Dans le Livre 1, chapitre 1, il explique que les architectes doivent avoir à la fois de la fabrica (faculté artisanale) et de la ratiocinatio (capacité théorique). Il leur faut une ample formation intellectuelle. Ils doivent, en outre, savoir écrire pour retenir les informations, et dessiner pour projeter et élaborer les plans. Leurs connaissances doivent par conséquent inclure la géométrie, l’optique (pour concevoir des illuminations correctes), l’arithmétique (pour les calculs des coûts et de la proportion), l’histoire (pour comprendre l’ornementation et sa signification), ainsi que la philosophie, la médecine, la musique et le droit.

5Vitruve résume l’architecture par 3 catégories: la firmitas, l’utilitas et la venustas. Cette dernière s’explique en trois points: l’ordinatio, l’eurythmia et la symetria qui garantissent les proportions, puis la dispositio, fruits à la fois d’invention et de «cogitation», et enfin le décor et la distributio. L’intérêt pour Vitruve réapparaît à l’époque carolingienne, pour se développer tout au long du Moyen Âge et culminer à la Renaissance. La question qu’il faut se poser est de savoir si les architectes du Moyen Âge lisaient réellement Vitruve. De fait, la description que fait Vitruve des architectes ne correspond réellement pas au prototype des bâtisseurs médiévaux. Le carnet de Villard de Honnecourt (1225-1250) nous montre que les connaissances se transmettaient tout autrement. Point de théorie architecturales, mais des techniques, bien concrètes, sans la moindre donnée chiffrée. En fait, ces carnets devaient pouvoir servir de base écrite, d’exemples, à des explications orales données par les maîtres à leurs apprentis. La géométrie appliquée semble l’outil rudimentaire mais primordial des architectes de ce temps. Mais quelle géométrie ?

  • 8 L. R. Shelby, « The geometrical knowledge of medieval master masons », Speculum, XLVII, 1972, p. 39 (...)

6Au début du XVe siècle, un auteur inconnu écrit une introduction historique aux « Articles and points of masonry »8. Ce petit livret met à plat les habitudes des ouvriers en Angleterre. L’auteur présente les 7 arts libéraux, en mettant en valeur la géométrie qu’il définit comme la mesure de la Terre. Toujours selon l’auteur, l’origine de la géométrie en « maçonnerie » remonte à Euclide, qui fut le clerc d’Abraham durant son dernier séjour en Égypte. Abraham enseigna alors la géométrie à Euclide, qui l’apprit à son tour aux égyptiens. Bref, au début du XVe siècle, la géométrie est la base de la construction. Mais il faut prendre ce terme de « géométrie » avec beaucoup de précautions. En effet, pour les maîtres d’œuvre du Moyen Âge, « géométrie » et « Euclide » ne signifient pas fatalement la même chose que « géométrie Euclidienne ».

7Pour cerner le spectre des connaissances géométriques des bâtisseurs de l’époque, il faut connaître leur degré de formation.

  • 9 L. R. Shelby, « The geometrical knowledge of medieval master masons », op. cit., p. 398.
  • 10 « Le but de la théorie est d’enseigner quelque chose. Le but de la pratique est de faire quelque ch (...)

8Savaient-ils lire et écrire ? Pas nécessairement. En effet, les clercs tenaient les comptes, et les mesures étaient souvent reportées telles quelles sur le sol du chantier, d’où ils n’avaient plus qu’à venir les copier. Cependant, à partir du XIIIe siècle, il semble que les maîtres de Métier aient acquis ces connaissances rudimentaires. Revenons à Vitruve. Il exigeait une connaissance de l’arithmétique, de la musique, de l’astronomie. Or ces matières, tout comme la géométrie, ne sont enseignées que dans les années supérieures des écoles monastiques ou cathédrales, c’est-à-dire dans le quadrivium. C’est après la maîtrise du latin, à l’université, que les étudiants ont contact avec la géométrie. Mais vu les conditions sociales, économiques et professionnelles d’un tailleur médiéval, il semble impossible ou tout du moins improbable qu’il ait fait de telles études. Donc les connaissances des maîtres de la construction n’étaient pas données par un système scolaire normal. Nous sommes en présence d’un système éducatif qui passe par l’apprentissage au sein du Métier, sous forme orale, donc sans traces ou si peu. Il nous reste le fameux carnet de Villard de Honnecourt et quelques cahiers de maîtres allemands de la fin de la période9. Pour prendre connaissance des règles fondamentales de géométrie, il y avait en circulation durant le haut Moyen Âge des traductions latines d’une partie des « Éléments » d’Euclide. Puis au XIIIe siècle, la totalité de ces « Éléments » a été traduite via l’arabe. Avant cette mise à disposition des textes d’Euclide, on utilisait Martianus Capella, Cassiodorus Senator ou Isidore de Séville, ainsi que des livres écrits par des agrimentores romains, dont on pourrait citer Frontinus, Hyginus, Balbus, Nipsus, Epaphroditus ou Vitruvius Rufus, tous contenus dans le « Codex Arcerianus », datant du VIe siècle environ. Au Xe siècle, Gerbert de Reims écrit et rassemble d’autres textes dans sa « Geometria Gerberti ». On voit alors se profiler deux approches de la géométrie. L’approche mathématique, théorique, et celle pratique, commune à la fois aux scolaires et aux gens de Métier. Mais la distinction formelle entre théorie et pratique ne se fera qu’au XIIe siècle avec Hugue de Saint Victor dans son traité « Practica geometriae ». Il sépare l’altimétrie, l’art de la mesure, et la planimétrie, l’art du plan, de la cosmométrie, qui deviendra plus tard la stéréométrie, l’art de l’élévation. L’espagnol Dominicus Gundissalinus fait écho au travail de Saint Victor dans son « De divisione philosophiae », où il reprend de plus les écrits d’Al-Farabi, dont « De scientiis », pour classer les sciences. Il isole alors très clairement la théorie de la pratique10. Les hommes de Métier ont donc leur géométrie propre. Seulement, un problème se pose : ces livres sont en latin. Au XIIIe siècle, des traductions en langue vulgaire apparaissent. Villard de Honnecourt tire donc ses connaissances techniques de « Geometria Gerberti », qui, selon toute vraisemblance, est devenue une tradition orale au sein du Métier. Cependant, ces traités de géométrie ne s’intéressent que très peu au problème de la construction. Donc les bâtisseurs ont dû créer leurs propres solutions. C’est pourquoi le livre de Villard de Honnecourt n’explique pas tout. Il n’est que la trace écrite de traditions orales. Il recherche à chaque fois l’explication la plus simple des techniques des tailleurs.

  • 11 L. R. Shelby, « The geometrical knowledge of medieval master masons », op. cit., p. 402 .

9Les problèmes stéréotomiques sont résolus par la manipulation physique de formes géométriques simples : triangles, carrés, polygones, cercles. Les maîtres avaient des procédés à suivre pas-à-pas, et où il n’y avait pas besoin de méthodes de calcul. Selon Villard de Honnecourt, donc, l’art de géométrie, c’est la technique des formes, « li force des trais ». D’autres que lui consignent par écrit ces procédures techniques. Ce sont surtout des auteurs allemands du gothique tardif. Le plus célèbre est peut-être Matthias Roriczer, qui a écrit en 1486 « Büchlein von der Fialen Gerechtigkeit » et en 1488 « Geometria deutsch ». Il donne les solutions de problèmes simples : comment construire un angle droit, un heptagone, etc. Le tout est expliqué étape par étape11. Il y a en fait plus de dessins que d‘explications, ce qui est logique puisque le public visé est un lectorat d’hommes de terrain et non d’universitaires.

10Un paradoxe résume la situation des gens de Métier face aux théories géométriques. Quand Roriczer trace un octogone à partir d’un carré ou un heptagone à partir d’un cercle, ses démonstrations mathématiques sont incorrectes, alors que les manipulations géométriques le sont...

Le passage au plan

  • 12 L. R. Shelby, « The role of the master mason », op. cit, p. 389.

11Comme nous l’avons vu, les connaissances des architectes sont concrètes. De ce fait, il n’y a souvent aucune séparation entre l’idée architecturale et sa réalisation12. Il devrait pourtant y avoir un passage obligé: le plan.

  • 13 P. du Colombier, Les chantiers des Cathédrales, Paris, 1953, p. 63.
  • 14 « Et nous voulons que notre tombe soit au milieu de la dite chapelle... comme on l’a ordonné sur le (...)

12Nous en conservons de nombreux, dont certains remontent au IXe siècle, comme celui de l’abbaye de Saint-Gall, même si sa fonction n’est pas clairement définie13. Du XIIIe siècle, il nous reste surtout le projet de la façade de Strasbourg. Les XIVe et XVe siècles fournissent des séries très complètes, à l’image de celles de la cathédrale Saint-Étienne de Vienne. En 1509, dans son testament, Henry VII ordonne d’être enterré à Westminster Abbaye: « And we wol that our townbe bee in the myddes of the same chapell... as it is ordered in the plat made for the same chapell, and signed with our hande...»14.

  • 15 AHMG, Manuals d’acords, n° 97, 1497, fol. 53 r.
  • 16 « la chapelle aura 15 clefs dont 4 principales selon l’épreuve que nous a montrée le dit maître fai (...)
  • 17 M. Aubert, « La construction au Moyen Âge... », op. cit., p. 112. Également, voir pour Milan les tr (...)

13Mais comment utiliser ces plans, qui, magnifiques, ne montrent souvent pas les dimensions, les mesures, ni les jointures des pierres? Nous pouvons caractériser ces plans et dessins en quatre points: les élévations ne sont jamais complètes vis-à-vis de l’édifice en construction; il n’y a presque jamais d’échelle exacte; ils ne sont jamais exactement exécutés et ils sont tous des représentations déformées de l’édifice. Tout porte donc à croire que ces plans étaient utilisés pour montrer les intentions au commanditaire, mais pas pour travailler. Un exemple géronais confirme cette hypothèse15. Le maître de maison Miquel Canut est engagé par la ville de Gérone pour construire la chapelle du conseil. Son contrat stipule que « (la chapelle) haura quatre claus principals qui resten quinze claus segons la mostrada que lo dit mestre dona feta en hun paper...»16. Ces plans pouvaient compléter les maquettes qui étaient assez fréquemment présentées. Ces représentations en volume servaient à juger des proportions, mais aussi à intéresser les fidèles et par voie de conséquence, à stimuler leur générosité. Cette pratique nous vient d’Italie. La maquette de la cathédrale de Milan, par exemple, fut exécutée par l’architecte du dôme d’Ulm, Henri de Gmünd, et fut exposée aux fidèles en 139217.

  • 18 ACG, Obra de la Seu, n° 36, 13 juin 1434, fol. 13 r. : « J’ai payé au maître Béranger pour 8 sacs e (...)
  • 19 M. Aubert, « La construction au Moyen Âge... », op. cit., p. 107.

14Une solution pour porter sur le papier l’idée architecturale est la baugeométrie. C’est l’art de dessiner selon des formules géométriques, et où les parties d’une construction sont proportionnelles à chacune d’entre elles et à la totalité. Ces proportions sont fondées sur des figures géométriques simples : carré, cercle, triangle... Mais le problème reste le même. Grâce à cette technique, on dresse un plan général, mais que faire pour savoir la mesure d’une pierre ? Avec ce plan, comment donner un ordre concret à un tailleur en ce qui concerne les dimensions de « sa » pierre ? Le maître d’œuvre utilise donc des « moles », des épures ou gabarits qui servent de standards de coupe aux tailleurs. Ces moles sont souvent conçues dans la « maison des traits », où les plans sont conservés, surtout dans les fabriques du nord. On retrouve cette salle spéciale également à Gérone, sur le chantier de la cathédrale : « Solvi an Beranger Magester per VIII sachs de guix e mig los quals foren de Beranger Tixador de Cort per la lotja on trassa Beranger a raho de X d. e malla lo sach »18. Puis, les épures sont réalisées dans la loge. Il s’avère que le travail se fait surtout sur le terrain et au jour le jour. Il n’y a pas vraiment de perspectives à long terme. Cependant, les croquis des architectes sont très souvent conservés par la fabrique, et les maîtres sont « invités » à laisser tous les dessins à la loge à leur départ. Certains chantiers sont commencés par les deux bouts, pour être sûr que les plans initialement approuvés seront suivis. C’est ce que fit l’abbé Suger par exemple19.

  • 20 P. du Colombier, Les chantiers des cathédrales, op. cit., p. 65.

15Concrètement, outre les épures, le maître d’œuvre trace à même le sol, ou sur un support d’argile, ou sous les combles, le plan des pièces à exécuter, reprenant là la légende du pape Libère20. Il traça en effet le plan de la basilique Sainte Marie Majeure sur la neige miraculeusement tombée. En travaillant ainsi en grandeur nature, un croquis grossier pouvait donc suffire.

  • 21 Ibid., p. 68.

16Mais la question du plan est en fait secondaire. La réelle interrogation est comment passaient-ils à l’élévation ? Étant donné qu’ils travaillaient beaucoup en grandeur nature, tout laisse à penser qu’ils réfléchissaient d’abord horizontalement, puisqu’ils procédaient à un relèvement. Reste à savoir d’où ils tiraient la « recette » initiale du traçage au sol. De là viennent sans doute les mythes et légendes des « secrets de maçons ». Nous avons vu qu’ils procédaient par techniques transmises oralement. Ce secret de loge serait tout simplement l’art de tirer l’élévation d’un plan. Le cas de Milan est là fort instructif21. En 1391, le chantier est au ralenti car on a des difficultés avec l’élévation. Tout comme à Gérone, on réunit un conseil de 14 maîtres pour décider si l’église serait achevée ad quadratum, c’est-à-dire sur un carré dont le côté est égal à la largeur de l’église, ou ad triangulum, c’est-à-dire sur un triangle équilatéral de même côté. Donc, il y aurait deux méthodes possibles pour passer du plan à l’élévation. Autre légende à la vie dure : celui du nombre d’or. Les bâtisseurs médiévaux auraient utilisé un nombre « magique » qui, appliqué à l’édifice, donnerait des proportions parfaites. Il n’est nul besoin de débattre ici, puisque nous avons vu que les connaissances mathématiques des constructeurs étaient limitées.

  • 22 D. Jacobs, Bâtisseurs de cathédrales au Moyen Âge, Paris, 1970, p. 57.

17Les architectes se fondaient donc sur leur expérience, acquise souvent par de nombreux voyages, et sur des astuces simples d’applications géométriques. Mais ce savoir-faire, transmis de façon orale, et par conséquent maintenu dans un certain sens à l’écart du grand nombre, leur confère un mystère qu’ils entretiennent22. En effet, ceci leur procure une certaine indépendance vis-à-vis du pouvoir. En mettant à l’abri leurs outils, puis en faisant leurs réunions au sein des loges, ils perpétuent cette volonté de discrétion, et par conséquent, cette liberté d’exécution. La réunion de Milan nous a montré que, même si des « recettes » circulent quant aux méthodes et techniques de construction, les architectes ont souvent besoin d’aide pour prendre des décisions sur des points épineux, audacieux ou nouveaux. Ce fut le cas à Gérone par trois fois.

Les réunions d’architectes

  • 23 M. Aubert, « La construction au Moyen Âge... », op. cit., p. 116.
  • 24 P. du Colombier, Les chantiers des cathédrales, op.cit., p. 81.
  • 25 Ph. Braunstein, « Les débuts d’un chantier… », op. cit., p. 81 sq.

18Le recours aux experts se fait lors d’une crise grave, qui menace de paralyser le chantier. Convoquées par le promoteur, la fabrique ou les maîtres, ces réunions ont pour but de lever un doute ou une hésitation, de régler un désaccord, ou à la suite d’un grave accident23. Les exemples sont nombreux, comme à Chartres en 1316, à Milan en 1391 et bien sûr à Gérone. Ces réunions peuvent même avoir lieu avant le début de la construction, comme en Avignon en 1243, où le l’objectif était de trouver un lieu pour construire la forteresse. Nous l’avons vu, l’art de bâtir ne suit pas une méthode stricte. Pour reprendre les mots de Pierre du Colombier24, c’est un art « essentiellement expérimental ». La demande de conseils est donc fort naturelle, et elle serait même à l’origine de l’expansion des techniques au niveau européen, chaque maître rentrant ensuite chez lui avec les astuces de ses collègues. En effet, si dans le cas de Gérone les maîtres appelés venaient principalement de Catalogne et du Roussillon, à Milan par exemple, on n’hésitait pas à consulter des Italiens, des Allemands et des Français25.

  • 26 Le texte de la réunion de 1386 se trouve à l’AHMG, not. Pere de Pont, LXII, 1386-1387, s/f., et est (...)
  • 27 AHPG, not. 2, n° 220.
  • 28 «delliberen sobre le obre e fortificacio necessaries a la part envers sol ixent a unt les voltes de (...)

19Mais revenons à Gérone, qui nous offre les exemples de trois conseils d’experts26, dont deux à la cathédrale. Le 5 mai 1447, le notaire Francesc Calvo est prié de prendre note des délibérations qui ont lieu pour la suite à donner à la construction du couvent Sant Daniel de Gérone27. On fait venir Berenguer Cervia, maître majeur de la seu, les maîtres de maison Pere Cervia, Joan Cervia et Joan Tomas, qui sont « los pus famosos de Gerona », et le tuilier Montserrat Guinau. L’abbesse du monastère, Francesca de Palau, leur demande qu’ils « … délibèrent sur le chantier et les fortifications nécessaires à la partie vers le soleil levant où les voûtes du chapitre, le réfectoire et le dortoir récemment faits dans le dit monastère sont fermes et sûrs et de prendre conseil et de délibérer avec les maîtres experts en de telles choses, pour que l’ouvrage soit plus fort et utile dans la fortification du dit mur qui à cause des dites voûtes qu’il doit supporter serait tombé comme sous du plomb et lequel selon les opinions des maîtres et personnes ci-dessous citées et d’autres qui ont vu le dit mur depuis longtemps menaçait»28.

20Les maîtres ainsi interrogés se prononcent en donnant des instructions très précises de mesures. Cette réunion, moins célèbre que les deux tenues à la cathédrale, montre que les experts locaux sont consultés au même titre que les artisans de renommée internationale.

  • 29 « He pagat en Bonanasch Estruch, jueu per un albre que el mestre de l’obra en comprà a obs de since (...)

21La fabrique de la cathédrale de Gérone tiendra donc deux réunions restées célèbres. On note que ces réunions, en plus des préoccupations purement techniques (résistance aux vents, hauteur, ...), ont également un souci esthétique. Curieusement, les maîtres du nord (Gérone, Narbonne), penchent plus naturellement vers la solution d’une seule nef, « plus honorable », alors que les maîtres du sud restent plus traditionnels et soutiennent le projet des trois nefs. Une question se pose alors : est-ce un effet « politique » d’une province contre la ville capitale ou bien une réelle approche esthétique. Les maîtres du nord sont en effet plus en contact direct avec les courants novateurs du nord de l’Europe et de l’Italie. Sont-ils peut-être mieux formés par leurs expériences de voyage, ou par les récits et commentaires qu’on leur en a faits ? Dans le cas de Gérone, il semble que ces conseils aient eu pour but premier d’avaliser une décision audacieuse déjà prise par certains membres du chapitre et le maître d’œuvre depuis des années. En effet, dès 1384, on trouve des traces dans les comptes de « la » voûte29. Ces défenseurs de la voûte unique sont connus : on peut parler de Guillem Boffill, maître majeur à partir de 1404, mais travaillant sur le chantier depuis les années 1360, Berenguer de Font, trésorier du chapitre, Dalmau de Vilalleons, chanoine et Pere Montcorb, prêtre. Outils de consultation, les réunions d’experts peuvent aussi être utilisées comme moyen de pression face à une décision litigieuse. Quand la requête d’une nef unique fut déboutée en 1386, les autorités contredites n’ont pas hésité à reconvoquer une autre réunion 30 ans plus tard, afin d’obtenir gain de cause.

22La conception d’une cathédrale fait donc appel à un savoir empirique hérité de traditions orales et de répétitions de modèles. Le maître d’œuvre pourrait être le seul sur le chantier à réellement connaître les phases de la construction. Sa disparition ou son départ remettent par conséquent le projet en cause. La fabrique prend donc soin de conserver les plans, même simples, dressés par les maîtres, les gabarits, épures et maquettes. Le maître d’œuvre, et certains maîtres tailleurs de pierre, formés, sont donc les seuls liens entre la théorie et les ouvriers. Il est donc à présent utile de s’intéresser à quelques points d’organisation pratique du chantier.

2. Exemples d’organisation pratique : la taille en série, la loge, l’échafaudage

23Il est intéressant de voir des exemples concrets d’organisation quotidienne du chantier géronais. En effet, ils montrent souvent une évolution de la conception du travail. Nous allons donc étudier quatre aspects que nous jugeons importants. D’abord, le thème de la gestion de la carrière et de la mise en place de la taille en série ; ensuite, celui de la loge et de ses changements progressifs de fonctions ; puis, celui des mesures ; enfin, celui très concret de l’échafaudage, comme illustration de l’organisation technique pure.

Carrière et taille en série

Plan 2 : Localisation des deux carrières du chantier de la seu.

  • 30 P. du Colombier, Les chantiers des cathédrales..., op. cit, p. 15.
  • 31 ACG, Obra de la Seu, n° 32, 1422-1423.
  • 32 Se reporter aux comptes-rendus de fouilles de l’Université de Girona, « projet Picasso », et « proj (...)

24Les fournitures en matière première sont, nous l’avons vu, le nerf de la guerre. On a calculé qu’une carrière à 15 km ne permettait qu’un aller-retour d’un chariot attelé avec des bœufs, soit environ 1500 kg ou 1 m3 de pierre. Autant dire une goutte d’eau30. Gérone possède deux carrières importantes : Pedret et Les Pedreres. La seu n’exploite pas directement ses carrières, pas plus que les fabriques municipales d’ailleurs. Elles sont en général propriété d’une tierce personne, à qui on paye une somme annuelle pour l’exploitation. Ainsi, en 1422, le cens de la carrière est de 17 sous31. Ces accords sont en général régis par contrat. Mais le transport reste cher. La récupération joue alors un rôle important, et le dicton « chastel abatuz est demi réfez » est une réalité de bien des chantiers. La cathédrale de Gérone est construite avec, en partie, les restes de la cathédrale romane, qui elle-même avait tiré profit des pierres du temple romain et chrétien primitif32.

  • 33 Christiane Klapisch-Zuber, Les maîtres du marbre, Carrare 1300-1600, Paris, 1969, passim.
  • 34 P. du Colombier, op. cit, p. 16.
  • 35 D. Kimpel, « Le développement de la taille en série dans l’architecture médiévale et son rôle dans (...)

25Si les distances entre le chantier et la carrière sont trop longues, on utilise volontiers les voies maritimes et fluviales. Les marbres de Carrare ont ainsi remonté l’Arno, pour la construction des grandes églises florentines33. Mais même ce type de transport a un prix, et, par exemple, le coût des pierres entre Caen et Norwich est multiplié par 4 à l’arrivée34. Une solution consiste alors à alléger au maximum les convois, et pour cela, on en vient à dégrossir de plus en plus à la carrière, pour arriver à une quasi standardisation de la taille des pierres. Quand la carrière appartient à la fabrique, les tailleurs vont alors y travailler directement. Si la carrière est objet d’un affermage, on trouve un arrangement avec le propriétaire qui fournit lui-même les pierres déjà taillées, ou les ouvriers pour le faire, ou qui accepte les tailleurs du chantier sur son exploitation. Le maître d’œuvre fait alors parvenir à la carrière des môles standardisés. Cette technique est mise en place dès le XIe siècle, à Amiens en particulier, qui est un modèle d’optimisation et de rationalisation du travail. Cette organisation poussée à l’extrême se perfectionnera encore au long des XIIe et XIIIe siècles35.

26Nous pouvons différencier 5 modes de fabrication des pierres. Le plus simple, le premier, garde aux pierres le plus possible leur volume original. Les lits horizontaux sont réguliers, les pierres doivent donc être ajustées, mais sont taillées individuellement pour l’endroit exact où elles se trouveront. Cette technique s’allie à une maçonnerie de remplissage. Le deuxième mode de fabrication nivelle les lits horizontaux. Les pierres sont isométriques, mais les assises ont des hauteurs différentes. La taille et la pose interviennent dans le même temps, avec encore une maçonnerie de remplissage. Le troisième consiste à standardiser les pierres afin de les préfabriquer. Elles correspondent alors à un élément architectural précis. C’est ce mode de fabrication qui nous intéresse le plus, puisque pour la première fois, la taille et la pose peuvent être totalement dissociés. Les pierres peuvent être entreposées. Le seul problème qui puisse survenir est un décalage dans les lits horizontaux quand un mur ou un élément « standardisé » touche un autre mur ou élément appareillé normalement. En revanche, cette méthode évite la maçonnerie de remplissage. Le quatrième mode de fabrication synthétise les deuxième et troisième modes. Pour éviter le décalage des assises, on détermine leur hauteur et les éléments sont donc préfabriqués. Le dernier mode est un plan exact d’exécution et d’appareillage, avec une définition stricte des lits d’assise et des joints verticaux. Les méthodes 4 et 5 sont plus tardives. Celle qui nous concerne vraiment est la troisième. Elle entraîne en effet des changements de comportement et des mutations économiques décisives. La taille et la pose étant indépendantes, les tailleurs n’ont plus leur traditionnelle époque de chômage hivernale. En effet, ils ne pouvaient pas travailler par grands froids, car le mortier ne prenait pas. Grâce à ce nouveau système de fabrication, l’activité est continue. Les conséquences sont donc directes sur la durée du temps de travail, ainsi que sur le degré d’exploitation de la matière première. Les répercussions financières sont évidentes, puisque l’on peut dresser plus aisément un plan financier à long terme. D’un point de vue technique, on améliore ainsi également la stabilité statique. Dans le monde gothique, en perpétuelle recherche d’espace, de hauteur, de grandeur, ce point est un atout pour une plus grande audace dans la conception. De plus, cette régularité permet une planification à long terme. Nous avons vu que bien souvent, les maîtres d’œuvre travaillent au jour le jour, en laissant dans le vague de nombreux points. Désormais, ils peuvent planifier plus avant. Les plans gravés à même le sol à l’échelle 1 : 1 s’appuient désormais sur des standards plus faciles à réaliser. Les aspects des édifices sont aussi modifiés, de façon négative peut-être, puisque de nombreux éléments sont répétitifs. Cependant, il semble que l’utilisation de cette méthode ait toujours été alliée à des méthodes traditionnelles laissant plus de place à la dextérité de chaque tailleur. Car c’est ce qui peut lui être reproché. En standardisant les gestes, on diminue la qualité d’exécution et ainsi le savoir-faire artisanal. La main d’œuvre doit se spécialiser de plus en plus, et c’est cette mutation de la fabrication des pierres, impulsée rappelons-le par un souci d’économie sur le transport, qui donna naissance au XIIIe siècle au métier d’appareilleur, aparellador en catalan. Désormais, une catégorie d’ouvrier n’a plus à tailler pour mettre en place les blocs.

27Puisqu’on peut travailler l’hiver, c’est dans la loge que cela est possible. Qu’en est-il ?

La loge

  • 36 ACG, Obra de la Seu, n° 51, novembre 1497, fol. 36 v. : « ... ala dita caseta de la lotga on esta r (...)

28Les ouvriers ont de tout temps eu besoin d’un abri pour leurs outils, et pour eux en cas de pluie. La loge était née. Adossée au mur de l’édifice en construction, la loge est souvent représentée ouverte aux quatre vents, ou tout du moins sur un côté. C’est selon toute logique un raccourci d’artiste. Le peintre voulant représenter également l’activité à l’intérieur de la loge, il en « efface » un mur. La loge sert donc à mettre à l’abri outils36 et hommes. Elle contient les gabarits, les plans s’il y en a. Elle peut contenir une douzaine de personnes ou plus.

  • 37 ACG, Obra de la Seu, n° 37, juin 1438, fol. 15 v. : « Solvi par adobar lo poal de coura del ajup la (...)
  • 38 D. Jacobs, Bâtisseurs de cathédrales au Moyen Âge..., op. cit, p. 59.

29C’est par ces connaissances techniques, son savoir faire que l’architecte ou le maître d’œuvre trouve une reconnaissance du pouvoir. Il tient donc à garder ce « tour de main » secret, afin de conserver son indépendance vis-à-vis de la hiérarchie. La loge servira donc de lieu de réunion, clos, loin des oreilles indiscrètes. On y formera les apprentis, d’où les récits de « secrets de loge ». La loge servira donc aussi de lieu de travail pour les ouvriers en hiver. Elle est chauffée37 et quelque fois composée de deux pièces, une salle de travail et un « réfectoire ». On y accueille les membres du Métier qui voyagent38. Les maîtres vont ainsi de loge en loge, et font des récits de ce qu’ils ont vu. C’est le centre névralgique de l’enseignement oral, de la diffusion par l’expérience des nouveautés architecturales. Elle a également un rôle de banque confraternelle entre les gens du Métier, qui trouvent ainsi toujours une table, un lit ou de l’argent disponible.

Un exemple de savoir technique pratique : la corde à 13 nœuds et les mesures médiévales39

  • 39 Un grand merci à M. Puigdebois, Compagnon du Devoir, in memoriam, et Pascal Waringo, architecte.
  • 40 Une paume ± 7.64 cm, une palme ± 12.36 cm, un empan ± 20 cm, un pied ± 32.36 cm et une coudée ± 52. (...)
  • 41 Exemples théoriques.

30L’importance des mentions d’achat de cordes dans les comptes laisse à penser qu’elles peuvent jouer un rôle important dans le chantier. Lequel ? Les architectes ont trouvé un moyen d’obtenir des modules et des proportions qui leur permettent de travailler en équipe, tout en n’utilisant qu’un savoir relativement simple. Ils utilisent d’abord des mesures à la portée de tous. L’ouvrier médiéval mesure avec son corps : il utilise la coudée, le pied, l’empan, la palme, la paume et le pouce40. Le maître d’œuvre a avec lui une verge qui sert d’étalon au chantier, sur laquelle sont tracées toutes les mesures usuelles, afin que chacun puisse comparer ses propres mesures à celle de l’unité « officielle », et puisse ainsi les corriger. Ce système permet aux tailleurs de pierre de relever très rapidement des dimensions, sans pour autant savoir nécessairement écrire. Il les relève sur une plaque de bois, à même le sol ou sur le bloc à tailler. Les unités sont remplacées par des symboles simples, qui peuvent tous aisément être taillés dans la pierre41 :

31Ils peuvent ainsi relever simplement, par exemple : une coudée, un empan en longueur, un empan, une paume, un pouce en hauteur et une coudée, une palme en profondeur de la forme suivante :

32Il est aussi possible aux ouvriers ne parlant pas la même langue ou hors de portée de voix, de communiquer par geste rapidement en montrant la partie de leur anatomie correspondante et en indiquant le nombre de fois à reporter, pour la hauteur, la longueur et la profondeur.

33Mais plus intéressant encore en ce qui concerne les techniques employées par le maître d’œuvre, est l’utilisation des proportions et des modules géométriques à caractère symbolique. Les architectes travaillent souvent sur une base 12. Leur époque explique cela : livres, sous et deniers fonctionnent sur base 12, les 12 signes du zodiaques, les 12 mois de l’années, les 24 heures du jour et dans une société profondément religieuse, comment négliger les 12 apôtres. C’est surtout un système comptable très pratique, car divisible par 2, 3, 4 et 6 (alors que 10 n’est divisible que par 2 et 5).

  • 42 A. Erlande-Brandenburg, R. Pernoud, J. Gimpel, R. Bechmann, Villard de Honnecourt, op. cit., fol. 2 (...)

34Ils ont donc mis au point une corde à 13 nœuds et 12 longueurs, dont le dernier nœud est ouvert en boucle, permettant le passage des autres. Les longueurs font en général une coudée, mais les proportions sont évidemment adaptables. Lorsqu’on superpose le 13e nœud sur le premier, on obtient une corde sans fin, permettant de former des figures géométriques, qui auront toujours le même périmètre. Il devient donc facile de composer des triangles, équilatéraux ou non. Pour le tracé des carrés et des rectangles avec la corde en position bouclée, on commence pour former un triangle rectangle de 4 coudées de base, 3 de hauteur et 5 d’hypoténuse. En posant la corde sur le sol et en tirant sur le 1er, 5e et 8e nœud avec une force égale, la figure se compose d’elle-même. Une fois le triangle rectangle formé, on maintient solidement au sol les 2e, 5e et 8e nœuds, on lâche le premier nœud et on fait glisser le 11e en direction opposée de l’angle droit de référence. On obtient ainsi un carré parfaitement d’équerre. Ces tracés se font généralement à 3 personnes ou sur une épure en bois, en coinçant les nœuds avec des pointes. Cette corde est citée par Villard de Honnecourt, qui sur le 40e feuillet de son cahier montre comment on mesure la hauteur d’une tour42. Pour trouver la hauteur de la tour X, on forme le triangle rectangle de Pythagore « 3.4.5 » (3 nœuds- 4 nœuds- 5 nœuds), et on le déplace en position verticale jusqu’à ce que l’on puisse voir la pointe du mur dans la ligne de visée. On compte le nombre de coudées A-B que l’on divise par 4, on multiplie le résultat par 3 puisque le grand triangle A-B-C est en proportion de « 3.4.5 ». Soit, pour notre exemple : 12 coudées (A-B) : 4 = 3 coudées (unité) x 3 (hauteur) = 9 (B-C). La tour X mesure 9 coudées de haut.

35On pourrait aussi donner les « recettes » pour tracer hexagones, dodécagones, pentagones, etc. L’intérêt de travailler en géométrie avec un périmètre comportant des intervalles identiques est indéniable. Même si l’on peut reprocher le manque d’exactitude des figures obtenues avec la corde à 13 nœuds, on peut penser qu’elle était utilisée surtout pour un travail sur les proportions. Par ailleurs, travailler sur des figures comportant à la base les points des colonnes qui supporteront les charges est extrêmement précieux. Cela permet du même coup de visualiser les proportions et les lieux de poussée localisée.

36Cette corde est ensuite obligatoirement relayée par les compas, équerres, cordeaux règles et autres. C’est un exemple parlant du savoir-faire pratique des architectes.

L’échafaudage : exemple d’habilité technique

  • 43 Je remercie Pascal Waringo, architecte, de l’association « Du Moyen Âge à nos jours » pour ces préc (...)

37Il y a différents types d’échafaudages utilisés pour les constructions médiévales43. Le plus connu et le plus utilisé est celui sur perches et boulins, dont les croisements sont ligaturés - on dit aussi brelés - avec des cordes. On se sert de bois ronds les plus rectilignes possible. Il n’y a pas de préférence dans le choix de l’essence du bois, seul le coût sert de critère. On trouve alors aussi bien du pin, du sapin que du châtaignier, du frêne, de l’aulne, etc. Les bois sont apprêtés, c’est-à-dire écorcés afin d’éliminer tout problème de prolifération de parasites. Les perches sont solidement ancrées dans le sol à 2ou 3 pieds de profondeur. Le tout est rebouché avec des cailloux et recouvert d’un cône de terre compactée. Ceci permet d’éviter l’infiltration d’eau dans les pieds des perches et donc le pourrissement, ce qui pourrait être dramatique pour la stabilité et la solidité de l’échafaudage. On monte ensuite l’échafaudage en commençant de préférence par des bois feuillus, qui ont une plus grande résistance au poids, aux chocs et au pourrissement. Les premières perches peuvent être de véritables arbres, offrant une section résistante. On commence généralement à monter les échafaudages quand l’édifice arrive à la hauteur de 3 hommes. Jusque là, on se sert de grands tréteaux desservis par des rampes en bois ou en croisis de branchages.

  • 44 N. Reveyron, « Typologie, structure et implantation du trou de boulin dans son rapport avec l’échaf (...)

38On peut aussi trouver de petites rampes en terre. À partir de 3 toises de haut, donc, on commence à utiliser les trous de boulins pour ficher les perches, les traverses et les écharpes. Ces trous de boulins ont de multiples avantages44. Ils donnent stabilité à la structure, ils permettent d’économiser les perches contre les murs, d’alléger les charges sur les perches extérieures, et surtout offrent un système de montage et de démontage facile. Ces trous sont soit laissés ensuite ouverts pour d’éventuels travaux postérieurs, soit légèrement rebouchés, soit rebouchés très proprement lors de travaux de jointoiement et d’enduits, comme nous le verrons plus loin.

39Les boulins et les traverses reçoivent des plateaux ou des passerelles, en bois tressés. On se sert surtout de bois souples : noisetiers, hêtres, frênes. Toujours dans la logique économique de l’époque, l’usage de ces bois tressés permet de se servir des restes d’élagage. Il ne faut pas imaginer un édifice entièrement échafaudé. On construit en dégradé et donc on échafaude également en dégradé. Le réemploi de l’échafaudage est monnaie courante. En effet, on économise ainsi le bois, le temps et la place. De plus, moins longtemps un échafaudage reste en place, moins il a de chance de pourrir. On allie alors rentabilité et sécurité. Les structures d’échafaudages sont donc de grandes consommatrices de bois divers et variés. Les bois de qualités sont réservés à la toiture, alors que les bois plus communs leur sont destinés. Ils soulignent surtout le degré de perfection des connaissances techniques d’alors, dont nous avons déjà souligné l’origine pratique et non théorique.

Photographie 3 : Église Sant Feliu de Gérone : trous de boulins ouverts.

40Les trous de boulins méritent que l’on s’y arrête. Ils sont en effet de riches sources d’informations sur l’évolution des échafaudages, sur l’organisation du travail, sur la culture technique des dirigeants du chantier et sur l’avancée des travaux.

41Le trou de boulin fait partie intégrante de la vie du chantier, puisqu’il est la trace « en négatif » des échafaudages sur l’édifice en construction. Mais il va plus loin que cela. Même lorsque le chantier est terminé, et alors que l’on démonte toutes les structures constructives, le trou de boulin reste en place pour d’éventuelles réparations ultérieures, des restaurations, de l’entretien. On peut donc dire qu’il fait plus partie de l’édifice désormais que du processus constructif. Il existe deux types de trous de boulin : les trous dits maçonnés, obtenus par décalage des blocs dans une assise donnée et les trous façonnés, qui appartiennent à un seul bloc de l’assise et dont la hauteur est inférieure à celle du bloc porteur. Les ouvertures ainsi pratiquées peuvent être de formes diverses et variées, selon l’édifice construit, la culture locale, la position par rapport au bloc. On trouve des trous carré, rectangulaires, en portion de cercle, dichotomiques. Elles mesurent entre 10 cm et 25 cm de côté. Le trou de boulin peut être traversant, c’est-à-dire qu’il possède une ouverture dans chaque parement du mur, soit borgne, avec une longueur inférieure à celle du mur. Il faut cependant faire la distinction entre la profondeur réelle du trou, et la profondeur utile. La dimension intérieure de la gaine peut en effet aller en diminuant, empêchant totalement l’utilisation complète de l’espace interne.

42Cet espace intérieur est, de plus, bien structuré. Le plafond est toujours composé des blocs les plus plans, alors que le plancher est lui très irrégulier. Deux points jouent en fait les rôles principaux dans le fonctionnement du trou : un point du bord inférieur et un autre du plafond, où résident les appuis les plus importants de la poutre fichée à l’intérieur. C’est là où s’exercent les forces. Les boulins pouvaient rester ouverts après les travaux, ceci n’altérant apparemment pas le but esthétique des constructeurs. Ils pouvaient aussi être bouchés avec plus ou moins de soin, de façon à ne pas être vus depuis le sol, mais facilement repérables en hauteur pour un réemploi rapide en cas de réparations.

Échafaudages, boulins, échasses : proposition d’emploi pour la seu géronaise

43Pour finir, il serait intéressant d’appliquer ces principes à la construction de la cathédrale de Gérone. Nous faisons ici une remarque, que nous proposons au jugement du lecteur, en guise de théorie, qui ouvrira peut-être des pistes d’études afin d’être confirmée ou infirmée. Dans l’histoire de la construction de la seu, nous avons vu que la cathédrale romane est restée en place très longtemps, et a pu servir d’appui aux bâtisseurs pour élever la construction gothique jusqu’à la clef de voûte.

  • 45 Une échasse est le trou aménagé dans le sol pour recevoir les perches verticales des échafaudages.

44Nous avons remarqué que les trous de boulins ouverts visibles n’apparaissaient qu’au niveau des fenêtres hautes. Par contre, de possibles échasses45 sont visibles sur toute la longueur de la nef. On remarque en effet 8 trous de chaque côté de la nef. Ces trous au sol correspondent actuellement à un système de chauffage. Mais ils suivent curieusement l’exact tracé de la cathédrale romane, parallèles aux tombes elles-mêmes alignées sur l’ancienne seu. Nous nous sommes donc posé la question de savoir s’ils ne pouvaient pas être le réemploi d’anciennes échasses. Si c’est le cas, on s’aperçoit alors que l’échafaudage inférieur de la nef gothique se positionne contre la nef romane. Il est possible qu’il utilise même d’anciens boulins de la nef romane pour se maintenir, ce qui expliquerait l’apparition des boulins gothiques ouverts uniquement en hauteur, au-dessus de l’ancienne cathédrale. Le système d’échafaudage serait alors une sorte d’immense tréteau, adossé à la nef romane, dont les échasses extérieures auraient été bouchées.

45Ceci n’est qu’une supposition, qui n’a pour but que d’expliquer le curieux alignement des trous de chauffage au sol avec le plan de la nef romane, ainsi que l’absence de boulins inférieurs.

Figure 2 : Localisation des trous de chauffage.

En guise de conclusion : chantier de la seu géronaise et infrastructures.

46Pour conclure, nous pouvons nous interroger sur la localisation géographique des infrastructures du chantier de la seu. Aucune localisation précise ne nous est donnée des principaux pôles de travail sur le chantier. C’est donc par déduction ou par supposition que nous avons dressé ce plan schématique.

  • 46 P. Freixas, L’art gotic..., op. cit., p. 22.
  • 47 ACG, Obra de la Seu, n° 40, fol. 49 r. « Item VI fexes de canes per fer clausura a la stabla dels r (...)
  • 48 ACG, Obra de la Seu, n° 40, fol. 60 r. « Comptes de despenses de la carreta que vuy la obra te ».
  • 49 ACG, Obra de la Seu, n° 31, fol. 278 r. « ... XXVIII febrerii anno MCCCCXX secundo (...) magister P (...)

47La loge se trouverait contre le bâtiment en construction, au niveau de la porte des Apôtres46, mais est déplacée lorsque cette porte est achevée. Elle resterait cependant sur la façade sud du bâtiment, seule offrant l’espace nécessaire. Les bêtes de somme sont parquées sur le chantier. En effet, en 1448, le procurateur note l’achat de bottes de canis pour fermer l’étable des ânes47. De plus, la fabrique possède sa propre charrette48. Il a été prévu une déchetterie pour les matériaux usagés et les tonnes de terre qui sont extraites du chantier. Ces débris sont mis sur les terres de Pere Andreu. On peut raisonnablement penser qu’elles ne sont pas loin, la fabrique n’ayant aucun intérêt à payer un charretier pour se défaire de ces déchets49.

  • 50 AHMG, Llibre del Mostassaf, I.4.3.2, llig. 2.
  • 51 ACG, Obra de la Seu, n° 48, 1484, fol. 32 r., n° 33, 1424, fol. 100 v., ainsi que P.Freixas, L’art (...)
  • 52 ACG, Obra de la Seu, n° 43 et 44. N° 43, fol. 178 r. : « Aci fiu cavar a la font per haver mes aygu (...)

48L’infrastructure d’un chantier tourne autour de l’approvisionnement en matières premières. Le bois arrive à Gérone par la rivière50. Il peut aussi provenir de la vallée de Sant Daniel toute proche. La pierre est extraite de carrières. Elles sont nombreuses autour de Gérone, et il est probable que la fabrique se soit servie dans bon nombre d’entre elles. Néanmoins, quatre sont plus précisément citées : celle de Pedret, celle des Pedreres, qui sont les deux principales, et celle au dessus de Torre Gironella et celle de la rue Canaders51, très occasionnelles. Enfin l’eau, troisième élément indispensable, peut être apportée de la rivière, mais il est plus probable qu’il y ait un puits sur le chantier. En 1456, des travaux sont d’ailleurs réalisés pour approfondir le puits, car il menace de s’assécher. De nombreux hommes y travaillent entre 1456 et 1459, et on fait même appel à un sourcier52.

49Même si la localisation précise nous est inconnue, nous pouvons donc schématiser l’infrastructure du chantier de la seu de la façon suivante :

Figure 3 : Infrastructures du chantier de la cathédrale.

50Même très simplifié, ce schéma montre bien que le chantier de la seu est idéalement placé. L’approvisionnement peut donc se faire de façon très naturelle, et à moindre frais.

3. Les matériaux et les outils

51L’étude des matériaux et des outils que présentent les comptes de fabrique peut nous renseigner sur de nombreux points. Ce sont d’abord de formidables indicateurs d’activité. En effet, l’achat de tel matériau ou l’utilisation intensive de certains outils nous informe de l’avancée des travaux et des phases de construction en cours. D’un point de vue plus économique, les données sur les variations de prix à l’achat ou à l’entretien des dizaines de produits peuvent également être des indicateurs précieux de la conjoncture économique générale. Enfin et surtout, ces matériaux et outils sortis des comptes nous renseignent sur la vie quotidienne du chantier, la façon dont les hommes du XVe siècle travaillent et conçoivent leur métier. Mais avant tout, il convient de dresser une typologie des matériaux et outils employés sur les chantiers géronais.

Les matériaux

52Très rarement malheureusement, les comptes font mention de l’utilisation précise ou de la destination des matériaux. Il faut donc en examiner toutes les possibilités.

  • 53 A. Erlande-Brandenburg, La cathédrale, op. cit., p. 274.
  • 54 M. C. Amouretti, Georges Comet, Hommes et techniques de l’Antiquité à la Renaissance, Paris, 1993, (...)

53Matériau-roi, la pierre est symbole d’éternité pour les hommes du Moyen Âge. C’est à partir du XIIe que l’on prend conscience de la beauté de la pierre, de sa qualité pour la construction et évidemment de sa solidité53. Les constructions en pierre correspondent à une société stabilisée, plus peuplée54. La pierre requiert toute une structure artisanale maîtrisée, allant de l’extraction à la taille, à la pose, en passant par le transport. Mais comme nous le verrons plus tard, le souci premier est l’économie du dit transport, obtenue en recherchant des carrières à proximité immédiate du chantier, afin de compenser le prix élevé du matériau par un coût de transport réduit. En effet, bâtir en pierre multiplie par 3 ou 4 le temps de la construction et donc par autant le prix de revient de l’édifice.

  • 55 M. A. Chamorro Trenado, « La pedra de Girona, un material autòcton », Annals, departament d’arquite (...)
  • 56 Résistance à la compression uniaxiale : 165± 15 Mpa, soit 162 T/m2 (Données : M. A. Chamorro Trenad (...)
  • 57 Module d’élasticité tangente (Mpa) : 6.7 x 104 (Données : M. A. Chamorro Trenado, « La pedra de Gir (...)

54La cathédrale de Gérone, la Pia Almoina, l’église Sant Feliu, entre autres, sont construites en pierre calcaire nummulitique vulgairement appelée « pierre de Gérone ». La formation de cette roche de couleur grise date de l’éocène moyen. La particularité de cette pierre est la présence au sein de sa masse de nummulites, protozoaires rhizopodes de la famille des foraminifères55. Elle est formée de 83 % de calcaire, 9,5 % de feldspath, 5 % de quartz et 2,5 % de dolomite. L’intérêt que les bâtisseurs ont porté, et portent encore, à cette pierre vient du fait qu’elle possède une haute résistance à la compression56 et un comportement suffisamment élastique57. Elle est extraite, comme nous l’avons déjà dit, des carrières de Pedret, à la sortie nord de la ville, et de Les Pedreres, au sud-est, proche du centre de la cité. La grande période d’extraction va du XIIIe au XVIIe siècle, époque durant laquelle la majeure partie des constructions de la ville l’utilisa. Il faut cependant différencier la pierre extraite à Pedret de celle extraite des Pedreres. La première est plutôt moins dure que la seconde. C’est pourquoi les tailleurs utilisaient les deux combinées : les pierres de Pedret qui se travaillaient plus facilement étaient utilisées pour les pièces compliquées (chapiteaux, moulures, ...) et les pierres plus dures des Pedreres servaient à faire des blocs simples. La pierre de Pedret entrait également dans la composition de la chaux.

55Nous verrons plus loin le travail d’extraction à la carrière et le travail sur le chantier. Précisons maintenant la typologie des pierres employées. Elles apparaissent dans les comptes sous leur forme définitive, dégrossies et apprêtées.

  • Les cantons : ce sont des pierres en forme de parallélépipèdes, les plus courantes. On les trouve quelquefois qualifiées de « picat », ce qui laisse supposer qu’elles ont été bretées. Fillades de cantons : ce sont les assises, c’est-à-dire une série de pierres juxtaposées horizontalement.

  • Pedres de fills : Ce sont les pierres d’arêtes. Elles sont taillées pour être posées sur le champs, c’est-à-dire sur le côté le plus effilé (cantell). Elles servent en général à faire des angles.

  • Pedres principals : Terme uniquement rencontré dans les années 1420. Ce sont des blocs apprêtés, dont sont faits les deux arcs de la voûte de la première travée de la cathédrale. Ils font environ 6 palms de long. Il s’agit peut-être d’un synonyme de canton.

  • Merlet : Merlons. C’est la partie pleine du parapet entre deux créneaux. À vocation défensive, ce type de pierre se rencontre surtout dans les comptes des murailles.

  • Pedres de moll ou de mollo : Bornes. Deux hypothèses s’offrent à nous : soit de grosses pierres servant de bornes à l’édifice, et donc taillées en coin, soit des pierres taillées comme des bornes, c’est-à-dire arrondie à une de leur extrémité.

  • Pedres picades, pedres trocades : « Farci ». Ce sont des pierres ramassées généralement en fin de journée par les apprentis dans la carrière et qui servent à combler les vides entre les murs. Synonyme de Reple.

  • Somadals : Ce sont les pierres pesant una somada.

  • Scalaborn : C’est la pierre uniquement dégrossie. On peut donc rencontrer des scalaborn de pedra de fill, de pedra de mollo...

56Ce sont les grandes familles de pierre que nous avons pu répertorier. Mais il faut tenir compte que chacune de ces appellations possède des sous-catégories pour lesquelles il n’est pas toujours facile de voir des différences nettes. Et ceci d’autant plus que les unités de mesure sont souvent très différentes, y compris au sein d’une même catégorie. Si l’on prend ainsi l’exemple des cantons, on trouve des achats à l’unité, à la centaine, à la charretée, à la somada, et même à la cana.

  • 58 Michel Pastoureau, « Introduction à la symbolique médiévale du bois », L’Arbre, histoire naturelle (...)
  • 59 M. Riu, « Contribution à l’étude des techniques de construction au Moyen Âge : parements, modules e (...)
  • 60 R. Bechmann, Villard de Honnecourt, la pensée technique au XIIIe siècle et sa communication, Paris, (...)
  • 61 R. Bechmann, Les racines des cathédrales, Paris, 1981, passim.
  • 62 R. Bechmann, Des arbres et des hommes, Paris, 1984, passim.
  • 63 Cf infra « Les échafaudages ».

57Dans la symbolique médiévale, le bois est une matière vivante, s’opposant ainsi à la pierre ou au fer58. Le bois est considéré comme plus pur, plus noble, plus proche de l’homme. D’ailleurs, le Moyen Âge est souvent présenté comme le berceau d’une civilisation du bois, autant du point de vue économique que symbolique. Le mot « matière » au sens large ne vient-il pas de materia qui en latin signifie « bois » ? Les bois utilisés sont assez peu nombreux : le chêne évidemment, ou rouvre, le pin et le hêtre59. Le bois est une denrée précieuse, et cela dès le XIIe siècle, à cause de la surpopulation relative, de défrichements intensifs et d’une consommation non réglementée60. On va donc chercher de nouvelles techniques pour l’économiser et l’utiliser de façon plus rationnelle. Les contraintes d’utilisation du bois sont encore accentuées par le souci d’économie d’un bien encore plus précieux, ou en tout cas plus coûteux : le fer. Clous, ferrures, tirants, chaînages sont économisés au maximum. Le charpentier doit donc faire preuve d’ingéniosité pour associer au maximum bois sur bois61 . L’outil en fer doit aussi être économisé, donc si une pièce de bois n’a pas besoin d’être apprêtée sur 1 ou 2 faces, elle reste non dressée sur ces côtés cachés, ce qui évite un gaspillage de fer et de main d’œuvre62. L’utilisation du bois est donc soumise à de vastes contraintes, et les techniciens gothiques firent des efforts inouïs d’imagination pour inventer de nouveaux procédés. Les architectes mettent au point le système des « chevrons fermes », employant des bois de plus petite section, et donc plus légers. Cette pratique facilitait le levage et la mise en place des charpentes, qui, elles-mêmes plus légères, offraient la possibilité d’élever plus haut les cathédrales. Même si l’usage du fer à partir du XIVe siècle s’étend et que la production et l’utilisation des clous et pointes se répandent, les avancées techniques imaginées pour pallier les contraintes du matériau sont de tout premier ordre. En dehors de la charpente, le bois est aussi utilisé pour les outils dont il constitue souvent le manche. Toujours par souci d’économie, le fer est strictement utilisé pour les parties de l’outil soumises à usure. Enfin, on utilise le bois pour les échafaudages. Là encore, pour ne pas gaspiller le précieux matériau, on va essayer de réduire les échafaudages depuis le sol, préférant un appui direct sur l’édifice en construction, ce qui explique le développement de l’usage du trou de boulin63. Les échafaudages sont de grands consommateurs de bois.

  • 64 Les définitions sont extraites de : A. M. Alcover, F. B. Moll, Diccionari català-Valencià-Balear, B (...)

58On ne trouve jamais le bois mentionné dans les comptes comme tel. Il est comptabilisé directement en poutres, planches, chevrons, ... Nous pouvons donc en établir les principales utilisations64 :

  • Biga : Il s’agit de la poutre de base, déjà mise en forme.

  • Biga serrada : Ce dit de la division d’un madrier.

  • Cabirons : Chevrons. Ils sont employés presque exclusivement pour les charpentes. Ils se vendent par douzaine.

  • Perxa : perche, gaffe.

  • Cairat : Petite poutre pour le soutien des toits ou plafonds.

  • Bigota : petite poutre.

  • Pal de fust : bâton, poteau, hampe ou mât, de section cylindrique ou carrée, servant à soutenir quelque chose. Ceci sous-entend qu’il n’est pas nécessairement mis en forme.

  • Post : planche. On trouve également des posts veyes (vieilles planches), qui pourraient servir non pas à la construction, mais à des pôles annexes (échafaudages, loge, rampes diverses...)

  • sema, samal, cimal : flache, c’est-à-dire pièce de bois inégalement équarrie.

  • 65 AHMG, Llibre del mostassaf, I.4.3.2, Lligal 2, 1477-1695, fol 61 r.-61 v.

59Le bois est donc employé sous des formes très variées. Il faut enfin noter que son commerce est très réglementé, comme le montre cette ordonnance du Mostassaf de la fin du XVe siècle65 :

  • 66 «Ordonnances faites par les honorables jurés sur les menuisiers sous la forme suivante : De même no (...)

«Ordinacions fetes per los honorables Jurats sobre los fusters en la forma seguent
Item encara volen e ordonen mes que nengun fuster ni altre qui acostum de vendre o revendra fusta no gos ni presumescha comprar ni fer comprar per si ni per altre fusta ninguna de ninguna ley dins Gerona fins que despertada de la seu hage sonat o mig jorn sit passat sots pena de 10 sous e de perdre la fusta
Item mes ordonen e volen que ningun qui a costum de vendre fusta no gos no presumescha comprar ne fer comprar per si ni per altre de ninguna fusta qui venga per lo riu d’Onyar fins que 4 jorns sien passats que la fusta sie arribada ab acabament e posada en lo areny fora de la aygua sots la dita pena. E aço per que sensamal us pero que passats los 4 jorns complidament que aquella hora que volran puixen comprar.
Item, mane lo dit mostassaf a requesta e en ordinacio dels honorables jurats de la ciutat de Gerona que nengun fuster ni altre personna no gos vendre ni fassa vendre nenguna fusta per metre en nenguna obra si donchs no es tayada de luna, e aço sots pena de 20 sous e de perdre la fusta.
Item, mana lo dit mostassaf que tothom qui mete en Gerona cabirons ni los fassa dins Gerona aquells hage a fer de 2 dits de gros e 4 dampla e 10 palms de lonch sots pena de 5 sous a cascu e per cascuna vegada e perdre la fusta.
Item ordonen los honorables Jurats que si nenguna fusta podrida sera trobada en la plaça que perdra la fusta lo pages aqui sera trobada et pagara 5 sous. »66

60Nous pouvons donc en tirer plusieurs conclusions. Le transport du bois se fait par le fleuve, ou du moins en partie. D’où une protection accentuée de l’acheteur contre les abus des marchands (pourrissement du bois, éclatement, bois humide, ...). Ce transport fluvial est un système ingénieux, car il réduit les coûts à pratiquement rien. Le Mostassaf, policier des marchés, surveille donc la qualité des pièces de bois, mais également leur quantité, puisqu’il donne les mesures exactes des cabirons, soit 2 doigts d’épaisseur, 4 de largeur et 10 palmes de longueur.

  • 67 Cf. infra : « Études de cas ».
  • 68 M. Fullana, Diccionari del art i dels oficis..., op. cit. p. 82
  • 69 M. Riu, « Contribution à l’étude des techniques de construction au Moyen Âge », Histoire des techni (...)
  • 70 M. Fullana, Diccionari del art i dels oficis..., op. cit., p. 195-197.

61Les autres matériaux rois sont le sable et la chaux. Nous avons choisi de regrouper ces deux matériaux car ils entrent tous les deux dans la composition du mortier. Ce sont également des éléments fondamentaux dans la préparation de pâtes et crépis. Les achats de sable et de chaux sont donc pour nous des indicateurs privilégiés des ouvrages de maçonnerie. En effet, le mortier utilisé alors est un mélange de chaux, sable et eau, dans des proportions en général de 80 % de sable pour 20 % de chaux. Cependant, plus la pierre est dure et lourde, plus on augmente la proportion de chaux dans la confection du mortier. Le mortier peut être composé avec un autre liant, car c’est celui-ci qui le caractérise : on peut trouver les mortiers de chaux, mais aussi de plâtre, mixte, etc. L’emploi de cet oxyde de calcium remonte au néolithique. La chaux est extraite d’une pierre calcaire. Dans le cas de Gérone, on utilise la pierre extraite à Pedret. De grandes familles de chaufourniers y vivent d’ailleurs, comme les Llorenç, par exemple67. On se sert en général sur les chantiers de la chaux dite vive, c’est-à-dire non entrée en contact avec de l’eau68. Elle est cuite durant les mois de mars et d’avril. Le four de cuisson est construit en profitant d’une brèche du terrain69. On recherche en général un endroit près d’un sentier de passage ou en tout cas bénéficiant d’un accès facile. Il arrive que nous le trouvions directement construit sur le chantier. Le four était un puits de quelques mètres de diamètre et de 3.5 mètres de haut. Dans la partie basse du terrain, on ouvrait une galerie d’entrée donnant accès au feu. On remplissait ensuite le four de pierres à chaux, en commençant par les plus grosses, en construisant une fausse voûte, appelée aussi foyer, olla del foc, pour placer du bois. Ensuite, on montait un mur autour du trou qui servait de cheminée pour évacuer la fumée, et on remplissait le tout de pierre à chaux plus petites70. La cuisson durait à peu près 11 jours, à des températures voisines de 800°C. Une fois l’opération terminée, on conservait la chaux vive dans des bassins proches des fours. Dans le cas de Gérone, les mentions trouvées dans les comptes laissent supposer que les principaux fours sont situés dans les carrières, principalement à Pedret. L’unité de compte est la somada ou la quartera. On peut penser également qu’à l’occasion, on pouvait utiliser le four à chaux de chantiers voisins, comme celui du chantier du palais épiscopal par exemple.

62Le sable servait presque exclusivement à la confection du mortier. Sa qualité peut varier. En effet, on trouve des références à des « arenes fines » qui devait servir à des mortiers plus délicats pour des pièces légères. L’unité de mesure est la somada ou la charretée. On n’a jamais trouvé de mentions de son origine géographique, mais deux options se profilent dans le cas de Gérone : la carrière, Pedret ou les Pedreres, ou le fleuve. Notons cependant que les sables extraits des fleuves et rivières ont tendance à présenter un grain plus gros que les sables de carrières.

63Le guix, c’est-à-dire le plâtre, est rencontré assez fréquemment dans les comptes jusqu’au milieu du XVe siècle, puis disparaît progressivement. En effet, à partir des années 1460, on n’a plus à faire de travaux de finitions, pour lesquels le plâtre pouvait être utile.

64Les plâtres sont cuits dans des fours ou des chaudrons portables. Le four ressemble fortement à celui de la chaux. Le plâtre est du sulfate de calcium hydraté, qui, en cuisant à 130°C se déshydrate et donne une substance blanche qui, mélangée à l’eau, durcit rapidement. L’unité de mesure généralement employée est le sac, mais il arrive que l’on rencontre la somada. À noter que comme le plâtre est légèrement soluble, quand il est utilisé à l’extérieur, en climat humide en particulier, il doit être associé à un additif de type blanc d’œuf, ou certaines sèves animales ou végétales. D’ou l’achat régulier de « cola » ou « lecola » pour mélanger au plâtre.

  • 71 ACG, Obra de la Seu, n° 47, 1479.
  • 72 AHMG, Llibre del mostassaf, I.4.3.2, Lligal 2, 1477-1695, fol 68 r.
  • 73 « Elles doivent être de 2 palmes et demie de long au moins, d’une palme et demi quart de large, et (...)

65Les tuiles font partie de ces matériaux dont la destination et l’utilisation sur le chantier sont évidentes : les toitures. D’ailleurs, si leur achat nous guide dans le suivi de l’avancée des travaux, les procurateurs spécifient presque toujours leur destination : « per cobrir la volta nova » ... « per cobrir la capella nova de Tots Sants»71, etc. En effet, le fait d’arriver à la toiture, voir enfin l’achèvement d’un secteur, doit représenter un événement digne d’être consigné dans les livres. Le livre du Mostassaf72 rappelle aux fabricants de tuiles que « les hage asser de 2 palms e mig de lonch almenys de un palm e mig corton de ample en lo cap pus ample e que sien ben cuytes sots pena de 10 sous et perdre les teules»73.

66Les tuiles sont faites de terre, généralement de l’argile, et cuites dans des fours. Les tuiles généralement utilisées sont la tuile dite arabe, en forme de canal conique, et la tuile plane. Vu la description du Mostassaf, il semble que les tuiles utilisées à Gérone soient les tuiles « arabes ». Elles sont disposées de la façon suivante : de bas en haut, on forme un premier rang à l’envers, partie concave vers le haut, formant ainsi des canaux. Puis, le second rang se met à l’endroit, partie concave vers le bas, couvrant les jointures du premier rang.

67L’unité de mesure est variable. Lors des grandes phases de couverture, les tuiles sont achetées par centaines. Cependant, en dehors de ces périodes, l’unité rencontrée est de préférence la douzaine. Il semble qu’alors les travaux effectués ne soient que des réparations, à cause d’orages par exemple.

  • 74 « Graisser la charrette ».
  • 75 ACG, Obra de la Seu, n° 31, fol. 105 v.

68De nombreux autres matériaux sont utilisés au cours du siècle, aussi bien pour la construction de la cathédrale que pour celle des murailles ou des édifices publics et privés. Mais les quantités employées ou leur présence dans les comptes restent minimes. On pourrait ainsi citer la graisse, achetée régulièrement pour « untar la carreta74», ou encore la paille, achetée surtout en hiver. En effet, sur les chantiers les travaux de maçonneries ne sont effectués que l’été, ou parfois en intersaison. En hiver, le froid, la pluie, rarement la neige cependant à Gérone, empêchent tout travail avec le mortier. On couvre donc en cette saison les pierres taillées de paille, ou de fumier, dans l’attente des beaux jours. Ceci évite l’érosion et les chocs thermiques qui pourraient les endommager. On rencontre aussi des achats de charbon ou de bois de chauffe, pour alimenter les fours ou peut-être les braseros de la loge en hiver. Cependant, l’achat de charbon est très irrégulier et on peut penser que le chaufournier se fournit lui-même en charbon pour le four, et ne demande pas à l’obra de lui fournir le combustible. On trouve aussi des mentions d’achat d’ayguacuit, colle animale gélatineuse faite de peau fondue, et utilisée le plus fréquemment sur le bois. En janvier 142075, maître Canet en achète pour faire des gabarits, modèles grandeur nature des pierres à tailler.

69Les matériaux sont donc très importants pour la recherche historique sur la vie du chantier. C’est un poste de dépense privilégié, et les matériaux interviennent dans la construction sont nombreux et variés. La pierre reste cependant le matériau roi, le plus achevé, le plus travaillé et le plus symbolique.

Les outils

  • 76 Je tiens à remercier M. Roland Puigdebois, compagnon de l’Union Compagnonique des Devoirs Unis de B (...)

70Pour travailler ces matériaux, l’ouvrier disposait d’outils adaptés à chacune des tâches. Cette parfaite adaptation se traduit d’ailleurs par le fait que de nombreux outils sont encore utilisés de nos jours, dans leur forme d’alors76.

71Devant la variété d’outils, nous opterons pour une typologie suivant les postes de travail, et le cas échéant, selon les activités à l’intérieur d’un même poste.

  • 77 P. Waringo, De la carrière au rempart, la pierre au Moyen Âge, Cordes-sur Ciel, 1993.

72À la carrière, nous rencontrons d’abord les outils d’extraction et de débit. Le carrier s’efforce d’extraire des pierres de forme parallélépipèdique rectangle77.

73Pour le débitage, on va se servir de scies, avec ou sans dent. Pour la pierre dure, cette scie est sans dent : elle se compose d’une lame droite en acier, tendue par une tringle en fer fileté à l’une des extrémités. Cette scie est utilisée avec du grès pulvérisé et mouillé que l’on verse dans le trait de coupe, grâce à une sorte de cuillère. Quant à la pierre tendre, elle est sciée avec une scie dentelée convexe, actionnée par deux hommes.

Figure 4 : Les pics.

  • 78 P. Charrie, « La construction au Moyen Âge », Revue du Vivarais, T.XCIX, n° 721-722, actes des 8ème (...)
  • 79 M. Riu, « Contribution à l’étude des techniques de construction au Moyen Âge », Histoire des techni (...)

74Le pic, marteau à deux pointes pyramidales et manche ovale, pèse de 2 à 4 kg78. Il sert à dégrossir, à débiter, mais aussi à creuser des saignées pour mettre les coins. Le pic a généralement deux têtes lorsqu’il est employé pour de la pierre dure, et une pointe et une tête carrée pour de la pierre tendre. Les coins, tascons, peuvent être en fer pour fendre la pierre, mais aussi en bois, utilisés alors pour provoquer des éclatements dans la roche, quelquefois aidés par l’emploi de l’eau79.

75La pince est ensuite utilisée comme levier pour faire basculer les blocs débités.

Figure 5 : Le tétu.

76Les blocs, très irréguliers, sont ensuite dégrossis. On abat les angles inutiles et on ébauche grossièrement la pierre à l’aide d’un lourd marteau à tête carré nommé têtu, escoda. Le têtu peut avoir deux têtes carrées ou une tête carrée et une ogivale. Son manche mesure de 40 à 65 cm de long. Il est surtout efficace pour les calcaires durs. Les blocs sortent alors de la carrière selon une pré-forme. La standardisation de la coupe était en effet usage répandu, car elle permet de faire des économies sur les frais de transport. Elle facilite également des ventes à l’exportation.

77Une fois les pierres dégrossies, elles sont transportées en chariots attelés de bœufs pour les plus riches, ou d’ânes dans les cas les plus fréquents vers le chantier. Sachant que le coût de revient d’une charretée de pierre double tous les 18 km, on comprend que les procurateurs aient cherché des carrières les plus proches possibles du chantier. Si la carrière n’est pas trop loin, le transport peut se faire à dos d’homme pour les pierres les plus petites. Une fois sur le chantier, les tailleurs de pierre entrent en scène. Ils utilisent deux grandes familles d’outils : les percussions lancées et les percussions posées, avec ou sans percuteurs. Les premières servent plus à dégrossir les blocs que les autres. Le pic et le têtu, que nous avons déjà vus, en font partie. Les tailleurs utilisent aussi le taillant, tayant en catalan.

Figure 6 : Le taillant.

78Il possède deux tranchants droits parallèles au manche, qui peut faire de 40 à 60 cm de long. Il est utilisé pour unifier les faces et les égaliser après le travail grossier du pic. C’est un outil passe-partout, qui a l’avantage de pouvoir être combiné. En effet, on peut varier les têtes. On peut ainsi trouver un taillant-tétu, un taillant-bretture, etc. Ce dernier permet d’obtenir une surface idéale pour la mise en place de joints. Il est surtout utilisé pour des calcaires tendres. La polka est un outil proche du taillant, la seule différence résidant dans le fait qu’une des deux faces est perpendiculaire à son vis-à-vis. Elle pèse environ 3 kg. Tout comme le taillant, elle est une percussion transversale et non longitudinale. On peut aussi trouver des polkas avec une tête pointue et une tête brettée. Elle sert surtout pour les calcaires tendres. Enfin, la brette est un taillant avec un tranchant garni de dents. Elle sert à égaliser les faces et à éliminer des grosses aspérités. Il existe des brettes à dents très fines pour les faces des pierres visibles. Elles sont utilisées pour les calcaires demi fermes à fermes. Ces percussions lancées sont interchangeables en fonction de la dureté des pierres, des stades de finitions ou du style désiré. Pour résumer, on utilisera le têtu, le pic et le taillant pour les ébauches et l’équarrissage. Le tranchant vertical de la polka permet des évidements et des encoches. Enfin, les finitions se font avec le taillant, la brette ou le tranchant vertical de la polka.

  • 80 On trouve une allusion intéressante dans un contrat unissant la fabrique de l’église Sant Feliu et (...)

79Pour parachever les finitions et compléter le travail effectué par les percussions lancées, il existe une ultime catégorie d’outils de la pierre : les percussions posées. Elles s’utilisent en général avec un percuteur. La broche, broca, a une extrémité de forme pyramidale. Sa tête est biseautée afin de recevoir avec le moins d’usure possible le maillet en bois ou la massette en fer doux. Elle a le même rôle que le pic, la maniabilité en plus. Elle sert surtout pour la pierre dure80.

80Le ciseau se présente sous diverses formes. Pour les pierres dures, il a une tête conique tronquée. Il sert à faire des ciselures sur les bords des faces des pierres, ce qui permet la réalisation des arêtes vives. Il permet aussi d’ébaucher les parements. Les ciseaux pour la pierre tendre ont généralement une tête en bourrelet pour ne pas détruire trop rapidement le maillet en bois dont on se sert. Le tranchant peut être dentelé. Ils servent à la fois à la taille préparatoire, d’approche et pour les finitions.

81La gouge est un ciseau avec un tranchant arrondi. Chaque gouge a une courbure différente, qui sert à dégager les arrondis, les courbes et les parties concaves, sur pierre fermes comme sur pierres tendres. On s’en sert beaucoup pour les décors sculptés de chapiteaux.

82Enfin la gradine est un ciseau bretté qui sert de complément à la brette pour les finitions les plus sensibles. Elle sert aussi beaucoup pour le décor avec un fini aux dents très fines.

83Ces percutions posées sont utilisées avec des percuteurs. Le maillet, maça, est fait en bois dur. Il peut être de forme cylindrique ou trapézoïdale, droit ou cintré. On l’appelle aussi masse. C’est un outil qui apparaît souvent dans les comptes du fait de l’usure rapide de ces faces. La massette, quant à elle, est composée d’un corps en fer monté sur un manche en bois dur.

  • 81 ACG, Obra de la Seu, n° 31, 1418-1422, fol. 32 v.

84Il est intéressant de noter que le travail sur les pierres ne se fait pas obligatoirement sur le chantier. Une mention faite en 1418 dans les livres l’Obra de la seu offre une perspective surprenante81 :

  • 82 Mainell ou maynell : petite colonne qui divise en deux parties l’ouverture d’une fenêtre ogivale.
  • 83 «Je paye à Antoni Lop pour une colonne qu’il taille à la maison les soirs 20 sous qui furent ainsi (...)

«Solvi Antoni Lop per un maynell82 que pica a casa a les vesprades 20 sous que axi foren extimatz per en Canet e Bufill e que mes valia picassen a casa los maynells de la obra que axa matex picaren morters lurs e despavien e rompien les stodes de la obra e que la dita obra sen expatxaria milyor: 20 sous »83

85Le travail à la maison permet donc au chantier de faire des économies au détriment des ouvriers qui sont alors les seuls responsables de leurs outils et de l’entretien de ceux-ci.

86Une fois taillées, les pierres sont posées grâce à principalement trois outils.

87La pince, aussi nommée levier, est employée pour la manœuvre des grosses pierres. C’est une barre de fer ayant les extrémités aplaties, mais l’une d’elle est légèrement recourbée et renforcée. La fiche existe avec ou sans dents. Elle est employée pour faire pénétrer le mortier dans les joints. Enfin, le tirecale sert, comme son nom l’indique, à retirer les cales qui ont servi au moment de la pose du bloc. C’est une lame de fer terminée par deux parties formant un crochet.

88De plus, les tailleurs et maçons se servent d’outils courants, mais qui n’apparaissent que rarement dans les comptes, car ils appartiennent en propre à l’ouvrier et ne sont pas réparés. Il s’agit du fil à plomb, de l’équerre, de la truelle et du niveau. Un des chapiteaux du cloître de la cathédrale de Gérone nous montre deux tailleurs utilisant des équerres de double carrées avec des angles de 26°33’54’’ et de 63°26’6’’. Il présente ainsi la variété des équerres, dont les branches peuvent être droites ou courbées.

  • 84 ACG, Obra de la Seu, n° 31, fol. 120 v.

89Les manœuvres sont souvent affairés à brasser le mortier à l’aide de pelles en fer. Quand ils aident le calciner à alimenter son feu, ils se servent de haches et de serpes, destralls et podalls, pour tailler le bois, puis, ils l’enfournent avec des fourches, forques. Les pioches, magalls, les marteaux, malls et massettes servent ensuite à couper la pierre à chaux. Ils transportent les blocs taillés d’un poste à l’autre du chantier grâce à des bajants, oiseaux et des civières. Parfois, ils se servent également d’une brouette. Ils montent aux maçons des auges en bois quadrangulaires, gaveta, dans lesquelles ils ont mis du mortier. Ils utilisent de grands paniers, covens de aloch, pour ramasser les débris du chantier ou transporter de petits poids. Ils utilisent aussi des cordes pour soulever certains blocs. On les nomme cordes, ou strops ou rests, quand elles servent plus particulièrement à lever et hisser. Ces dernières nécessitent un savoir faire spécial pour leur fabrication, et il n’est pas rare de les faire venir de loin, comme en avril 1420, par exemple84 :

  • 85 « Je paie pour une corde qu’a fournie Antonia de Grace de Sant Feliu de Guixols, laquelle fut achet (...)

«Solvi per un rest quien tremis Antonia de Grace de Sent Faliu de Guixols lo quall fos comprat a Barchinona coste costa (sic) de metra en lo mar o barcha a Barchelona 8 deniers. Costa de port de Barchenona a Sent Feliu 4 sous. Costa de metre en botiga a Sent Faliu e de trer de la mar 6 deniers. Costa de port de Sent Faliu a Gerona 6 sous. »85

90Il est intéressant de noter que le transport de Barcelone à Sant Feliu de Guixols par mer est 50 % moins cher que celui par terre de Sant Feliu de Guixols à Gérone. En plus de l’information sur l’origine de la corde, on peut noter le fait que ce soit une femme qui vend, preuve, s’il en était besoin, qu’elles font partie du monde du travail.

91Autre matériaux, autres outils : les charpentiers et menuisiers utilisent des outils particuliers pour le travail du bois.

  • 86 M. Pastoureau, op. cit., p. 32.

92La hache est à la fois un outil et une arme86. Dans la symbolique médiévale, c’est donc un outil qui frappe pour produire. Elle peut être à tranchants longs et est alors appelée cognée. La varlope est un rabot à très long fût muni d’une poignée. Elle permet les finitions. Tout comme les tailleurs, les charpentiers et menuisiers utilisent des ciseaux et des compas. Ils se servent de plus du marteau de menuisier, qui est caractérisé par une tête lisse d’un côté et d’un arrache-clous de l’autre. La doloire, outil tranchant en forme de petite hache, sert à aplanir les fûts. La besaigue est le pic du charpentier. Sa forme générale est en bec d’oiseau, incurvée et souvent évidée. Elle sert à dégrossir.

93La scie, enfin, est considérée comme l’outil du diable. Dès le XIe siècle, c’est en effet un instrument de torture. N’a-t-elle pas servie à découper le prophète Isaïe, en même temps que l’arbre creux dans lequel il s’était réfugié ? Son usage se développe cependant à partir du XIIe siècle, non sans poser de problèmes. En effet, les scies sont fragiles, d’usage complexe puisqu’elles nécessitent deux hommes pour les manipuler. De plus leur entretien est difficile, tout comme leur réparation.

94Voici donc achevé le tour d’horizon des outils les plus courants sur les chantiers. Les outils sont le prolongement naturel du bras de l’ouvrier. Ils lui sont vitaux. L’ouvrier prend donc soin de l’adapter parfaitement à chacune de ces tâches, afin d’éviter tout effort superflu. C’est pourquoi l’outil est en perpétuelle mutation dans sa forme et ses fonctions. Un apprentissage est nécessaire pour maîtriser parfaitement les différentes utilisations des outils, et cette connaissance technique s’acquiert grâce au Métier. Cependant, l’outil, quelqu’il soit a une faille : son coût d’entretien. Tributaires du prix du fer, ils sont soumis à une usure permanente et sont donc un poste de dépenses pour l’obra. Voyons donc à présent leur variation de prix et de coût.

Matériaux et outils : prix et coût

  • 87 ACG, Obra de la Seu, n° 31, 1421, fol. 205 r. et v.
  • 88 « J’ai payé de même pour un grand pic à aiguiser qui était à Lop, et la fabrique lui paye la totali (...)

95La fabrique doit assurer la fourniture en matériaux de façon fluide et régulière. Elle doit de plus assumer la totalité des frais de réparation des outils lui appartenant, et une partie du coût d’entretien de ceux des ouvriers. Ceci ne va pas d’ailleurs sans heurts87: « Solvi sibiment per una stoda gran asserar qui era den Lop e la obra pagala tota per so cont la pedra de que es la clau rompa molt et ales no volian obrar la dita clau si la obre no lus pagas totes les stodes... 4 sous »88.

96Une étude des variations des prix et coûts des matériaux et outils sur le siècle pose un certain nombre de problèmes.

97Tout d’abord, les unités utilisées pour comptabiliser les matériaux sont disparates. Si nous prenons l’exemple de la pierre, outre les différents types de blocs, il existe également une variété infinie d’unités de mesure. On achète ainsi des cantons à l’unité, à la charretée ou à la somada. Comment savoir alors si les variations qui peuvent exister entre une somada de cantons et une somada de pedres de fill proviennent du nombre de blocs contenus dans la dite somada ou d’un travail de taille différent ?

  • 89 ACG, Obra de la Seu, n° 48, 1484.
  • 90 ACG, Obra de la Seu, n° 50, 1489-1493.

98De plus, une autre difficulté se pose à nous. Dans certains cas, la matière première n’est pas différenciée de la main d’œuvre. Ainsi, par exemple, le charretier Antoni Merti est payé 2 sous 10 pour 7 somadas de chaux, sans distinction entre le coût de production, le matériau et les frais de port89. Rares sont les contre-exemples. Sur le chantier de la seu, nous trouvons en 148990 une précision de poids : un charretier reçoit 4 sous 11 pour 5 quarteres de chaux, le matériau coûtant 11 deniers et le transport les 4 sous restants. Le transport est donc souvent inclus dans le prix du matériau. Comment savoir alors la part du salaire du traginer et la part de coût de la matière première, d’autant que le prix du transport varie lui-même en fonction du moyen employé : charrette, âne, bœuf, dos d’homme, etc.

  • 91 ACG, Obra de la Seu, n° 31, 1418-1422, n° 32, 1422-1423, n° 33, 1423-1425, n° 34, 1425-1426, n° 35, (...)

99Le prix des matériaux varie également en fonction de leur lieu de réalisation. Reprenons l’exemple de la taille des pierres. Dans les années 1420, l’activité est à son apogée sur le chantier de la seu91. De nombreux ouvriers sont employés à la tâche, et taillent les pierres hors du chantier. Ils sont payés 8 deniers la palme de pedres de fill. Comment calculer le prix de revient d’une palme de pedres de fill achetée, dégrossie à la carrière et travaillée sur le chantier par un ouvrier à la journée. Il est impossible de connaître le nombre de pierres taillées par jour. Donc, les calculs à la palme sont valables uniquement sur cette période où il est précisé que les ouvriers travaillent chez eux. Aucun point de comparaison ne peut être fait avec d’autres données sur le siècle.

  • 92 ACG, Obra de la Seu, n° 33, 1423-1425.

100Autre problème récurrent : celui de la clarté dans les comptes. La façon de tenir des registres de comptes du chantier varie en fonction des procurateurs. Certains donnent beaucoup de précisions. C’est ainsi que Guillem Mariner, procurateur de la seu en 142492, fait la différence dans les dépenses de matériaux entre des pendens de un llit à 6 deniers la palme, des pendens complerts à 9 deniers la palm et des pendens à 7 deniers la palme. Quelle différence alors avec des « pendens » sans autre précision, dont les prix varient entre 1 sous 1 denier et 10 deniers la palm ?

  • 93 AHMG, Obres publiques i Urbanisme, Fortificacions, XIII.1, lligal n° 1.
  • 94 ACG, Obra de la Seu, n° 35, 1429-1431, fol. 52 v.: «De lapidibus quos habemus ab Bernardo Scuderi.
    I (...)

101Enfin, des variations de prix se produisent entre les chantiers de la ville. Ainsi, la quartera de chaux est vendue 9 deniers à la seu alors qu’elle ne revient qu’à 8 deniers à l’administrateur du Mur du Mercadal93 en 1438. La différence vient-elle du fournisseur, de la qualité ou d’un accord mieux négocié avec l’entrepreneur ? Rien malheureusement ne nous permet de répondre. Il semble néanmoins que les grands chantiers s’assurent les services d’un fournisseur « officiel ». C’est ainsi que nous retrouvons toujours Conques, le maréchal ferrant, ou Llorenç, le chaufournier, pour la seu au début du XVe siècle. Les prix restent stables, car ils ont vraisemblablement faits l’objet d’un accord, comme le montre un acte de 143094. Nous ne possédons pas, hélas, d’autres actes de ce type.

  • 95 Ch. M. de la Roncière, Prix et salaires à Florence au XIVe siècle, 1280-1380, Paris, 1982, p. 392.
  • 96 ACG, Obra de la Seu, n° 30, fol. 34 v.
  • 97 ACG, Obra de la Seu, n° 38.

102Des problèmes de méthodologie dans l’étude des prix et coûts apparaissent aussi avec les outils. Tout comme les matériaux, les outils sont soumis à des variations de prix dont l’explication n’est pas toujours fournie par les procurateurs. L’achat d’outils est assez rare. Le fer est cher. La majeure partie des indications dont nous disposons se réfère aux réparations et à l’entretien. L’administration prend en charge à 100 % les réparations de ses propres outils et à 50 % en général la réparation des outils des ouvriers travaillant sur le chantier. Nous avons vu précédemment qu’elle ne prend pas en charge l’usure des outils des ouvriers travaillant à la tâche à leur domicile. Tous les ouvriers ne possèdent cependant pas leurs outils. Les plus jeunes doivent les louer95. Les maîtres fournissent en général à leurs apprentis les outils nécessaires à leur métier. Le procurateur fait en général la différence entre le prix des réparations et la part que l’obra prend en charge. Ainsi l’obra de la seu paie au maréchal-ferrant Joan Perore en janvier 141796 3 sous 6 pour acérer le pic d’Escuder, dont 1 sou 8 deniers de part de l’Obra. Un problème intervient quand le procurateur, comme Pere Miralles annote, en juillet 144397, simplement « tayants adentar 4 deniers ». On ne sait pas s’il s’agit de la part de l’obra, s’il faut multiplier la somme par 2 pour connaître le prix réel, ou s’il s’agit d’une dépense entièrement prise en charge par la fabrique.

  • 98 « Aiguiser, remettre en forme, denter, tailler... ».

103Le prix des réparations varient enfin selon le travail que le forgeron doit fournir : acerar, bullir, dentar, laussar, ...98 Encore une fois, aucune différence n’est faite entre la main d’œuvre, l’éventuel ajout de matière première, et le temps de travail nécessaire.

  • 99 Dans les années où les achats de matériaux étaient inexistants voire absents, nous avons pris nos r (...)

104Étant donné les difficultés à cerner avec justesse le prix et le coût de certains matériaux et de certains outils, nous avons opté pour la méthodologie suivante. Nous n’avons retenu que les données avec les mêmes références unitaires, même si pour cela il fallait abandonner l’espoir d’une comparaison rigoureuse sur toutes les années du siècle. Nous avons de plus séparé les chantiers civils des chantiers privés ou religieux, afin de constituer des corpus les plus homogènes possible. Nous avons enfin essayé de voir si les variations saisonnières entraient en compte pour le prix des matériaux, et à moindre échelle pour celui des outils, et ce en prenant en priorité les références dans les mois de juin-juillet et de novembre-décembre pour chaque année99.

105Ce qui frappe au premier abord dans l’étude de l’évolution des prix des matériaux est la multitude d’unités utilisées (pas moins de 33 types de pierres !). Les références sont par conséquent assez diffuses, et ne donnent pas une courbe régulière, mais plutôt des points de repère au long du siècle. En effet, certaines de ces unités de mesure ne sont utilisées qu’un petit nombre de fois. Soit le matériau a disparu du chantier sous cette forme précise, soit il a été regroupé dans les comptes sous un terme plus générique avec d’autres matériaux, soit la méconnaissance technique du procurateur l’amène à le nommer différemment. Quoiqu’il en soit, de nombreux matériaux n’ont pas pu être étudiés, par manque de données chiffrées.

  • 100 Vendue à la cana, à la palm, à la somada, taillée à la cana, à la centaine, de travers à la cana (c (...)

106La pierre taillée est présente dans les comptes sous 6 formes différentes100. Deux seulement nous permettent une étude : les pierres vendues à la canne, et celles vendues à la palme. En une douzaine d’années, la pierre vendue à la palme n’augmenta que de 5 %, mais après avoir perdu de sa valeur entre 1421 et 1424. Ce qui se traduit par une augmentation réelle de 50 % entre ses valeurs extrêmes. À la fin des années 1420, la pierre vendue à la canne perd 18,75 % de sa valeur, pour amorcer aussitôt une reprise, qui après des hauts et des bas, se stabilisera vers 7 sous 6 en 1443. Puis, dès le début des années 1450, on assiste à nouveau à une chute des prix. C’est un exemple qui illustre parfaitement les soubresauts économiques de la Catalogne avant la guerre civile.

  • 101 I. Montes Romero-Camacho, « Precios y salarios de la construccion en la Sevilla del siglo XV », Les (...)

107La douzaine de chevrons, peut-être le matériau pour lequel nous disposons du plus d’informations, est une valeur bien étalonnée. Son coût n’augmente que de 5,80 % en un siècle. Cependant, si on regarde de plus près, on note des variations qui suivent les périodes de crises économiques de la région. Après une augmentation dans les années 1430, déjà constatée pour des pierres de taille, les prix baissent presque constamment jusqu’en 1485, malgré une légère reprise après la guerre civile. Puis, dans la dernière quinzaine d’années du siècle, la valeur des chevrons subit une augmentation spectaculaire de 125 % qui la place presque 6 % au dessus de son prix d’origine du début du XVe siècle. Si l’on rapproche ces constatations de celle faites à Séville à la même époque101, on se rend compte que les variations des chevrons suivent celles du pin, à savoir diminution du prix au long du siècle, puis reprise vers les années 1465. Cette reprise eut lieu beaucoup plus tard à Gérone, du fait de la guerre civile qui fit rage jusqu’en 1472. Curieusement, cette tendance à l’augmentation en fin de siècle ne concerne que le pin, puisque le prix des poutres, de la charretée et de bois et surtout des chevrons est à la baisse, voire à l’effondrement. En effet, les chevrons perdent environ 50 % de leur valeur maximale et les poutres 20 %. L’explication logique dans le cas de Gérone viendrait du fait que les chevrons étaient réalisés en pin.

  • 102 I. Montes Romero-Camacho, « Precios y salarios de la construccion en la Sevilla del siglo XV », op. (...)

108Le prix du sable n’augmente pas entre 1416 et 1497. Cependant, entre ces deux extrêmes, il souffre de variations assez sévères. Il perd en effet 30 % de sa valeur dans les années 1420, et ce jusque dans les années 1447-1448, sauf exception notable d’une reprise de 40 % en décembre 1430. En 1448, le prix de la somada de sable flambe et augmente de 100 % de valeur pour arriver au maxima du siècle : 4 sous en 1466. Pic de faible durée, car dès l’immédiat après-guerre civile les prix sont retombés à 3 sous, valeur de 1417, et y restent jusqu’à la fin du siècle. Cet état de fait contraste avec la situation sévillane102. En effet, le prix du sable est à la baisse durant tout le siècle, suivant la dévaluation du maravedis. Il perd jusqu’à 85 % de sa valeur maximale. Notons cependant que, même dans cette chute constante, l’unique reprise se fait comme à Gérone dans les années 1465, où il augmente de 60 % par rapport à sa valeur initiale.

  • 103 I. Montes Romero-Camacho, « Precios y salarios de la construccion en la Sevilla del siglo XV », op. (...)

109Le prix de la chaux augmente de 20 % sur le siècle. Il est cependant soumis à de nombreuses variations périodiques, qui reprennent à grands traits les pics déjà observés pour les autres matériaux. Ainsi, les valeurs de la quartera de chaux s’articulent autour de trois fortes poussées : 1425, 1466, 1497. Il faut noter le minima du siècle en 1416 à 7 deniers la quartera, soit 40 % de moins que les valeurs maximales de 1497. Ce schéma ne se retrouve pas à Séville103, où la tendance générale est à la baisse, malgré une reprise en 1465- 1470, tout comme à Gérone.

110Le prix du sac de plâtre perd 37,5 % de sa valeur au long du XVe siècle. La descente est constante, exception faite du pic de 1466, où le prix du sac est 150 % supérieur à la valeur précédente. Cette flambée, due à la guerre civile, disparaît dès la fin du conflit et les cours d’après-guerre reviennent au même niveau qu’avant 1462. Cette baisse générale semble s’inverser timidement à la fin du siècle avec une légère reprise des prix à partir de 1479.

  • 104 I. Montes Romero-Camacho, « Precios y salarios de la construccion en la Sevilla del siglo XV »..., (...)

111Le schéma global contraste avec les informations obtenues à Séville et à Saragosse104. Les deux villes marquent une tendance à l’augmentation (jusqu’à trois fois et demi le prix de base à Séville). Le sac de plâtre augmente fortement vers 1442 à Saragosse (150 d. pour 108 d. de prix base), pour diminuer et se stabiliser à 120 d. tout au long du dernier tiers du siècle. Cette tendance à la hausse ne se remarque à Gérone qu’à partir de l’après-guerre. La reprise du marché du fait de la reconstruction massive peut en être la cause.

112Les données sur le prix des 100 tuiles sont plus rares. Néanmoins, on peut noter certains mouvements très intéressants. En effet, l’utilisation des tuiles, contrairement à la majorité des autres matériaux correspond à une phase de construction très précise : la couverture. Nous remarquons d’abord une augmentation des prix vers 1424, période faste de la construction de la cathédrale, correspondant à la couverture de la première travée. La demande est donc très importante, ce qui provoque une montée des prix. Seconde augmentation notable : 1460, immédiatement suivie d’un écroulement des cours dans les années 1466-1470. La guerre civile détruit la ville, mais l’heure n’est pas encore à la reconstruction. Par contre, l’après-guerre constitue le troisième point remarquable : rebâtir la ville est l’objectif prioritaire, la construction bat son plein, la demande est forte et les prix flambent, retrouvant ainsi les niveaux élevés du début du siècle.

113L’achat d’un outil neuf est un événement rare, que l’on trouve très peu dans les comptes. L’étude des prix des outils s’en trouve d’autant plus tronquée, que nous ne disposons que d’une ou deux références d’achats sur le siècle. Il semble juste donc de se concentrer davantage sur l’entretien, par le biais de l’achat de pièces ou par les indications des forgerons, et sur le matériel non réparable mais indispensable, comme le sont les paniers de transport.

114La tendance générale observée est à la baisse ou à la faible augmentation pour les produits et/ou services dont les prix sont les plus faibles, et plutôt une tendance à la hausse pour les services les plus chers.

115La pièce la plus fréquemment réparée est le manche de houe. Après avoir perdu un tiers de sa valeur entre 1402 et 1432, il remonte à 4 sous, soit 14,3 % d’augmentation, et se stabilise à ce prix. Comme nous l’avons déjà souligné, la question est de savoir si cette tendance à la hausse résulte d’une hausse de la matière première ou une hausse du prix de la main d’œuvre. Nous avons vu que, sauf pour le pin, le bois présentait une courbe plutôt descendante pendant le siècle. La hausse du prix de revient serait donc due à une augmentation du salaire du menuisier. Nous ne disposons en effet d’aucune source documentaire permettant de savoir avec certitude si le manche était fait en pin.

116Un exemple d’entretien d’outils est fourni par les mention de réparation des pics. Le forgeron peut intervenir de trois façon sur un pic : il peut l’aiguiser, l’acérer, ou le remettre en forme. Les deux services les plus chers payés sont la remise en forme et l’aiguisage. Apuntar (aiguiser) un pic augmente nettement vers les années trente, alors que laussar a tendance à la stabilité. Acerar (acérer) un pic coûte nettement moins cher. Et les prix ont d’ailleurs tendance à diminuer au long du siècle, avec une perte de plus de la moitié de la valeur initiale.

  • 105 I. Montes Romero-Camacho, « Precios y salarios de la construccion en la Sevilla del siglo XV », op. (...)

117Les variations de prix sont là intimement liées aux variations du coût de la main d’œuvre, puisqu’il n’y a pas d’apport de matière première. D’ailleurs, si ces variations étaient en rapport avec le prix du fer, la tendance serait à la hausse, si l’on en croit les chiffres donnés pour Séville105, où les prix de la livre de clous sont multipliés par 5 au long du siècle.

118Utilisé pour le transport et le levage, le panier en osier est un matériel non réparable, et il apparaît assez souvent dans les comptes. Il ne subit pas cependant de grandes variations, sauf une forte augmentation vers le milieu du siècle, plus 540 %. Puis, il retombera aux alentours des 2 sous pour s’y stabiliser vers les années 1460. Les raisons de cette hausse importante restent floues. Une explication probable : il existe deux catégories de paniers : des petits, au prix avoisinant les 5 deniers, et des plus grands, valant environ 2sous. Dans un premier temps, le chantier employait les premiers, puis il opte pour les seconds, sans pour autant préciser dans les comptes le changement de taille.

  • 106 « Inclos pedra, picar i port ».
  • 107 Voir tableau récapitulatif en annexe.

119Il faut faire une place à part aux frais annexes qui peuvent se greffer sur les prix des matériaux et des outils que nous venons de voir. Une étude exhaustive de ces surcoûts est presque impossible, du fait du manque de détails des comptes. Ces frais concernant le transport et la main d’œuvre. Dans certains cas, le procurateur précise qu’il achète par exemple une somada de pierre de taille pour 2 deniers « inclus pierre, taille et transport»106. Comment faire la part des choses ? De même, les pierres sont souvent payées « livrées ». Quelles proportions accorder au transport ? Et quel transport ? Transporter une pierre à dos d’homme ne coûte pas le même prix que la transporter avec un âne ou deux. Parfois cependant, le procurateur note à part les frais de port. On peut penser que cet effort est fait car ces frais sont plus importants qu’à l’accoutumée. Il nous a semblé important de mettre en évidence ces surcoûts, à travers plusieurs exemples du début du XVe siècle107.

120Pour conclure, on pourrait synthétiser l’évolution générale des prix des matériaux comme suit. Le prix des matériaux est soumis à deux facteurs parallèles : la conjoncture générale, et les facteurs de variations ponctuels locaux. La crise économique qui frappe la Catalogne, et une grande partie de l’Europe au XVe siècle a des répercutions certaines sur les prix. Cependant, ces retombées se fondent également sur des conjonctures locales, et en particulier les lois du marché de l’art géronais. L’offre et la demande en fonction de l’avancée des travaux (construction des murailles, nef unique de la cathédrale, couverture de la nouvelle seu, reconstruction de la ville après les sièges, ...). Il semble même que se soient ces critères locaux qui priment sur les critères régionaux.

121L’étude des matériaux et outils nous fournit de précieux renseignements, dont la conjoncture économique de l’époque. La variété des matériaux nous informe sur les connaissances techniques des architectes et sur l’avancée des travaux en cours. La multiplicité des outils souligne le degré de maîtrise du savoir-faire des divers corps d’artisans. Mais cette même diversité mène parfois à des confusions ou des approximations de la part des procurateurs, étrangers à ce monde.

122La fabrique, le chantier, la loge constituent le cadre professionnel des artisans du bâtiment. Les techniques employées et leur savoir-faire nous sont à présent mieux connus. Il convient donc d’aborder l’étude des bâtisseurs eux-mêmes. C’est dans les comptes qu’ils apparaissent d’abord, c’est donc en tant que travailleurs que nous commencerons à les étudier.

Notes

1 M. Aubert, « La construction au Moyen Âge », Bulletin Monumental, 1960, p. 81.

2 L. R. Shelby, « The role of the master mason in mediaeval english building », Speculum, XXXIX, 1964, p. 388.

3 V. Mortet, Recueil de textes relatifs à l’histoire de l’architecture et de la condition des architectes en France au Moyen Âge, Tome I, p. 56, Paris, 1911.

4 Saint Bernard, Apologia, CXII, t. 182, col. 915. C, cité par J. Hubert, « Le caractère et le but du décor sculpté des églises d’après les clercs du Moyen Âge », Annales du Midi, Anthologie du Centenaire 1889-1989, Langues et littérature d’Oc et histoire médiévale, Toulouse, 1989, p. 407.

5 In Gestaabbatum Trudonensium, cité par V. Mortet, P. Deschamps, Recueil de textes relatifs à l’histoire de l’architecture et de la condition des architectes en France au Moyen Âge XII-XIII, t. 2, Paris, 1911-1928, p. 159-160.

6 H. W. Kruft, Historia de la teoría de la arquitectura, t. 1, «Desde la Antigüedad hasta el siglo XVIII», Madrid, 1985, p. 17.

7 H. W. Kruft, Historia de la teoría de la arquitectura, op. cit., p. 27.

8 L. R. Shelby, « The geometrical knowledge of medieval master masons », Speculum, XLVII, 1972, p. 395.

9 L. R. Shelby, « The geometrical knowledge of medieval master masons », op. cit., p. 398.

10 « Le but de la théorie est d’enseigner quelque chose. Le but de la pratique est de faire quelque chose ».

11 L. R. Shelby, « The geometrical knowledge of medieval master masons », op. cit., p. 402 .

12 L. R. Shelby, « The role of the master mason », op. cit, p. 389.

13 P. du Colombier, Les chantiers des Cathédrales, Paris, 1953, p. 63.

14 « Et nous voulons que notre tombe soit au milieu de la dite chapelle... comme on l’a ordonné sur le plan de la dite chapelle et signé de notre main ».

15 AHMG, Manuals d’acords, n° 97, 1497, fol. 53 r.

16 « la chapelle aura 15 clefs dont 4 principales selon l’épreuve que nous a montrée le dit maître faite sur un papier ».

17 M. Aubert, « La construction au Moyen Âge... », op. cit., p. 112. Également, voir pour Milan les travaux de Ph. Braunstein, « Les débuts d’un chantier : le dôme de Milan sort de terre (1387) », O.Chapelot, P. Benoit, Pierre et métal dans le bâtiment au Moyen Âge, Paris, 1985, p. 81-102 ; et « Les salaires sur les chantiers monumentaux du milanais à la fin du XIVe siècle », X. Barrat Y Altet, Artistes, artisans et production artisique au Moyen Âge, Actes du colloque international de Rennes II, Rennes, 1983, vol. I, « Les hommes », Paris, 1986, p. 123-132.

18 ACG, Obra de la Seu, n° 36, 13 juin 1434, fol. 13 r. : « J’ai payé au maître Béranger pour 8 sacs et demi de plâtre qui venaient de Béranger Tixador de Cort pour la loge où trace Béranger à raison de 10 deniers et demi le sac ».

19 M. Aubert, « La construction au Moyen Âge... », op. cit., p. 107.

20 P. du Colombier, Les chantiers des cathédrales, op. cit., p. 65.

21 Ibid., p. 68.

22 D. Jacobs, Bâtisseurs de cathédrales au Moyen Âge, Paris, 1970, p. 57.

23 M. Aubert, « La construction au Moyen Âge... », op. cit., p. 116.

24 P. du Colombier, Les chantiers des cathédrales, op.cit., p. 81.

25 Ph. Braunstein, « Les débuts d’un chantier… », op. cit., p. 81 sq.

26 Le texte de la réunion de 1386 se trouve à l’AHMG, not. Pere de Pont, LXII, 1386-1387, s/f., et est retranscrit et étudié dans E. Serra I Ràfols, «La nau de la Seu de Girona», Miscel.lània Puig i Cadafalch, recull d’estudis d’arqueologia, d’història de l’art i d’història, Institut d’Estudis Catalans, Barcelone, 1947-1951, p. 185-204 ; et le texte de la réunion de 1416 se trouve à l’ACG, Deliberatio capituli, 1417, retranscrit dans J.Villanueva, Viage literario a las Iglesias de España, Tome XII : «Viage a Urgell y a Gerona», Madrid, 1850.

27 AHPG, not. 2, n° 220.

28 «delliberen sobre le obre e fortificacio necessaries a la part envers sol ixent a unt les voltes del capitol, refector e dormidor novellament fetes en lo dit monestir estan fermades e assegudes haver consell e deliberacio ab mestres en tals coses experts, na quina obra sia pus fort e util en fortificar le dite paret qui per cause de les dites voltes a ella carragades se era cau com sots plomade e le qual segons oppinio axi dels mestres e persones devall scrites com d’altres qui le dite paret havien viste alinela de per temps de dite paret vindria a menys».

29 « He pagat en Bonanasch Estruch, jueu per un albre que el mestre de l’obra en comprà a obs de sincel o compàs a obs de dictar la volta de la obra » Cité par E. Serra I Rafols, « La nau de la Seu de Girona... », op. cit., p. 188.

30 P. du Colombier, Les chantiers des cathédrales..., op. cit, p. 15.

31 ACG, Obra de la Seu, n° 32, 1422-1423.

32 Se reporter aux comptes-rendus de fouilles de l’Université de Girona, « projet Picasso », et « projet Progress », publiés dans P. Freixas, Josep Maria Nolla, Lluis Palahi, Joan Sagrera, Marc Sureda, La catedral de Girona, redescobrir la seu romanica, els resultats de la recerca del projecte Progress, Girona, 2000.

33 Christiane Klapisch-Zuber, Les maîtres du marbre, Carrare 1300-1600, Paris, 1969, passim.

34 P. du Colombier, op. cit, p. 16.

35 D. Kimpel, « Le développement de la taille en série dans l’architecture médiévale et son rôle dans l’histoire économique », Bulletin Monumental, CXXXV, 1977, n° 3, p. 195.

36 ACG, Obra de la Seu, n° 51, novembre 1497, fol. 36 v. : « ... ala dita caseta de la lotga on esta retreta e tancada tota la arteleria de la obra, una clau te lo mestra major e l’altra tinch yo ».

37 ACG, Obra de la Seu, n° 37, juin 1438, fol. 15 v. : « Solvi par adobar lo poal de coura del ajup la on piquen ».

38 D. Jacobs, Bâtisseurs de cathédrales au Moyen Âge..., op. cit, p. 59.

39 Un grand merci à M. Puigdebois, Compagnon du Devoir, in memoriam, et Pascal Waringo, architecte.

40 Une paume ± 7.64 cm, une palme ± 12.36 cm, un empan ± 20 cm, un pied ± 32.36 cm et une coudée ± 52.36 cm (mesures de Cordes-sur-Ciel).

41 Exemples théoriques.

42 A. Erlande-Brandenburg, R. Pernoud, J. Gimpel, R. Bechmann, Villard de Honnecourt, op. cit., fol. 20 r.

43 Je remercie Pascal Waringo, architecte, de l’association « Du Moyen Âge à nos jours » pour ces précieux renseignements.

44 N. Reveyron, « Typologie, structure et implantation du trou de boulin dans son rapport avec l’échafaudage médiéval », Archéologie du Midi Médiéval, Tome XII, 1994, p. 79-98.

45 Une échasse est le trou aménagé dans le sol pour recevoir les perches verticales des échafaudages.

46 P. Freixas, L’art gotic..., op. cit., p. 22.

47 ACG, Obra de la Seu, n° 40, fol. 49 r. « Item VI fexes de canes per fer clausura a la stabla dels rossins ».

48 ACG, Obra de la Seu, n° 40, fol. 60 r. « Comptes de despenses de la carreta que vuy la obra te ».

49 ACG, Obra de la Seu, n° 31, fol. 278 r. « ... XXVIII febrerii anno MCCCCXX secundo (...) magister Petrus Andree surgicus Gerunde fete convenciam cum Guillem Marinerii ut operario fabrice sedis Gerunde que la obra e los obres e trencadors poguessen trencar coses (...) e quitar la terra e pedres e totes altres coses e escombra dessus la sua possessio a presenti die usque ad XV annos seguents et transsacte XV annis terra remancat sua... ».

50 AHMG, Llibre del Mostassaf, I.4.3.2, llig. 2.

51 ACG, Obra de la Seu, n° 48, 1484, fol. 32 r., n° 33, 1424, fol. 100 v., ainsi que P.Freixas, L’art gotic..., op. cit., p. 20 sq.

52 ACG, Obra de la Seu, n° 43 et 44. N° 43, fol. 178 r. : « Aci fiu cavar a la font per haver mes aygua » ; id., fol. 180 r. : « Item eodem die (31 mai 1457) solvi en Pere Miro lo qual ana a Pineda per manar en Devesa l’ayguader e hac lo ha sercar que no trobave scech 3 dies e aço fou la segona volta que havien ja cavat molts dies e no trobaven aygua e per so lo fem venir quens digues si perdiem lo temps e dix nos que cavassem e axi ho avem fet e no avem res trobat ».

53 A. Erlande-Brandenburg, La cathédrale, op. cit., p. 274.

54 M. C. Amouretti, Georges Comet, Hommes et techniques de l’Antiquité à la Renaissance, Paris, 1993, passim.

55 M. A. Chamorro Trenado, « La pedra de Girona, un material autòcton », Annals, departament d’arquitectura i enginyeria de la construcció, Sostenibilitat i construcció : aplicacions i línies de treball, n° 2, Gérone, fev. 2000, p. 25-30.

56 Résistance à la compression uniaxiale : 165± 15 Mpa, soit 162 T/m2 (Données : M. A. Chamorro Trenado, « La pedra de Girona, un material autòcton », Annals..., op. cit., p. 26).

57 Module d’élasticité tangente (Mpa) : 6.7 x 104 (Données : M. A. Chamorro Trenado, « La pedra de Girona, un material autòcton », Annals..., op. cit., p. 26).

58 Michel Pastoureau, « Introduction à la symbolique médiévale du bois », L’Arbre, histoire naturelle et symbolique de l’arbre, du bois et du fruit au Moyen Âge, Cahiers du léopard d’or, n° 2, Paris, 1993.

59 M. Riu, « Contribution à l’étude des techniques de construction au Moyen Âge : parements, modules et outils », Histoire des techniques et sources documentales. Actes du colloque du G.I.S., Aix-en-Provence, 21-23 octobre 1982, cahiers n° 7, Université de Provence.

60 R. Bechmann, Villard de Honnecourt, la pensée technique au XIIIe siècle et sa communication, Paris, 1991, passim.

61 R. Bechmann, Les racines des cathédrales, Paris, 1981, passim.

62 R. Bechmann, Des arbres et des hommes, Paris, 1984, passim.

63 Cf infra « Les échafaudages ».

64 Les définitions sont extraites de : A. M. Alcover, F. B. Moll, Diccionari català-Valencià-Balear, Barcelone, 1956 et M. Fullana, Diccionari de l’art i dels officis de la construccio, Palma de Majorque, 1995.

65 AHMG, Llibre del mostassaf, I.4.3.2, Lligal 2, 1477-1695, fol 61 r.-61 v.

66 «Ordonnances faites par les honorables jurés sur les menuisiers sous la forme suivante : De même nous voulons et ordonnons encore qu’aucun menuisier ni autre qui a coutume de vendre ou revendre du bois n’ose ni présume acheter ni faire acheter par lui-même ou un autre aucun bois d’aucune sorte à l’intérieur de Gérone jusqu’à ce que l’horloge de la seu ait sonné ou que midi soit passé sous peine de 10 sous et de perdre le bois. De même nous ordonnons et voulons qu’aucun qui a coutume de vendre du bois n’ose ni ne présume acheter ni faire acheter ni par lui-même ni par un autre aucun bois qui vienne par la rivière Onyar jusqu’à ce que 4 jours soient passés après que le bois soit arrivé, et achevé, et posé sur la berge hors de l’eau sous la dite peine. Et ceci sans mauvais usage mais que passent 4 jours complets à partir de cette heure ils pourront acheter. De même le dit Mostassaf ordonne à la demande et par ordonnance des honorables jurés de la ville de Gérone qu’aucun menuisier ni autre personne n’ose vendre ni faire vendre aucun bois pour mettre en aucun chantier s’il n’est donc pas taillé en lune. Et ceci sous peine de 20 sous et de perdre le bois. De même le Mostassaf ordonne que tous ceux qui à Gérone mettent des chevrons ne le fassent pas à Gérone et ceux-ci doivent faire 2 doigts d’épaisseur et 4 de largeur et 10 palmes de long sous peine de 5 sous chacun et à chaque fois et de perdre le bois. De même les honorables jurés ordonnent que si du bois pourri est trouvé sur la place, le paysan perd le bois et payera 5 sous».

67 Cf. infra : « Études de cas ».

68 M. Fullana, Diccionari del art i dels oficis..., op. cit. p. 82

69 M. Riu, « Contribution à l’étude des techniques de construction au Moyen Âge », Histoire des techniques et sources documentales, op. cit., p. 57.

70 M. Fullana, Diccionari del art i dels oficis..., op. cit., p. 195-197.

71 ACG, Obra de la Seu, n° 47, 1479.

72 AHMG, Llibre del mostassaf, I.4.3.2, Lligal 2, 1477-1695, fol 68 r.

73 « Elles doivent être de 2 palmes et demie de long au moins, d’une palme et demi quart de large, et la tête plus large et bien cuites sous peine de 10 sous et de perdre les tuiles ».

74 « Graisser la charrette ».

75 ACG, Obra de la Seu, n° 31, fol. 105 v.

76 Je tiens à remercier M. Roland Puigdebois, compagnon de l’Union Compagnonique des Devoirs Unis de Brive, pour m’avoir initiée à l’outillage moderne. In memoriam.

77 P. Waringo, De la carrière au rempart, la pierre au Moyen Âge, Cordes-sur Ciel, 1993.

78 P. Charrie, « La construction au Moyen Âge », Revue du Vivarais, T.XCIX, n° 721-722, actes des 8èmes journées culturelles Les Vans, 1-3 oct. 1993 : « Patrimoine médiéval du pays des Vans », n° 1 et 2, janv.-juin 1995, p. 77-88.

79 M. Riu, « Contribution à l’étude des techniques de construction au Moyen Âge », Histoire des techniques et sources documentales, op. cit., p. 57 sq.

80 On trouve une allusion intéressante dans un contrat unissant la fabrique de l’église Sant Feliu et maître Julia Julia : « Item, lo dit mestra Julia sia tengut e promet en fer tot lo paviment qui sa affer per acabament de la dita sglesia dins dita sglesia picat solament de broqua e que lo dit mestra Julia se pupills ajudar en fer dits payment de totes les loses qui vuy hi son la unt seha affer dit payment », AHPG, not. 8, n° 89.

81 ACG, Obra de la Seu, n° 31, 1418-1422, fol. 32 v.

82 Mainell ou maynell : petite colonne qui divise en deux parties l’ouverture d’une fenêtre ogivale.

83 «Je paye à Antoni Lop pour une colonne qu’il taille à la maison les soirs 20 sous qui furent ainsi estimés par Canet et Boffill et qu’il valait mieux qu’ils [les tailleurs] taillent chez eux les colonnes du chantier et ainsi ils taillent avec leurs mortier [outils] et n’usent ni ne cassent les pics de la fabrique et qu’ainsi la fabrique s’en sortirait mieux : 20 sous».

84 ACG, Obra de la Seu, n° 31, fol. 120 v.

85 « Je paie pour une corde qu’a fournie Antonia de Grace de Sant Feliu de Guixols, laquelle fut achetée à Barcelone et il en coûte pour mettre à la mer ou en bateau à Barcelone 8 deniers. Il coûte en transport de Barcelone à Sant Feliu 4 sous. Il coûte de mettre en boutique à Sant Feliu et de la sortir de la mer 6 deniers. Il coûte de transport de Sant Feliu à Gérone 6 sous ».

86 M. Pastoureau, op. cit., p. 32.

87 ACG, Obra de la Seu, n° 31, 1421, fol. 205 r. et v.

88 « J’ai payé de même pour un grand pic à aiguiser qui était à Lop, et la fabrique lui paye la totalité car la pierre de la clef [de voûte] abîme beaucoup les outils et les autres ne voulaient pas travailler à la dite clef si la fabrique ne leur payait pas tous les pics... 4 s. ».

89 ACG, Obra de la Seu, n° 48, 1484.

90 ACG, Obra de la Seu, n° 50, 1489-1493.

91 ACG, Obra de la Seu, n° 31, 1418-1422, n° 32, 1422-1423, n° 33, 1423-1425, n° 34, 1425-1426, n° 35, 1429-1431.

92 ACG, Obra de la Seu, n° 33, 1423-1425.

93 AHMG, Obres publiques i Urbanisme, Fortificacions, XIII.1, lligal n° 1.

94 ACG, Obra de la Seu, n° 35, 1429-1431, fol. 52 v.: «De lapidibus quos habemus ab Bernardo Scuderi.
In principio fundamenti tercii croherii fuit deliberatum per Petrum Cipres et alios expertos in talibus quod utilius est operi habere lapides, vocatas somadalls e reblas, de petraria Bernardi Scuderi quam de patraria operis; indicto fuit facta convinencia cum dicto Bernardo Studeri quod de quolibet somadall solvet sibi XII d., de quolibet rebla duos drs in sua petraria et quod opus ultra dictum precium faceret portare dictos lapides et ipsos carricare et fuit concordatum quod de qualibet carracate quam dictus Studer iuvaret ad carricandum al carreter, ipse Bernadus Studer haberet pro suo labore 4 d. et sic solvi sibi pro mille quinquaginta somadalls inclusis los reblas e perras de molla que avien haudes de la sua pedrera feta amicabili composicione a raho de 12 d. per somadall monten 1500 s.
Item, sibi solvi pro iuvando ad carricandum 719 carratades de lapidibus a raho de 4 d. per carratada que montaven 239 s. 8 d. de quibus dimisit ab reverencia Beate Marie 13 s. 8 d. et huius realiter ... 226 s.»

95 Ch. M. de la Roncière, Prix et salaires à Florence au XIVe siècle, 1280-1380, Paris, 1982, p. 392.

96 ACG, Obra de la Seu, n° 30, fol. 34 v.

97 ACG, Obra de la Seu, n° 38.

98 « Aiguiser, remettre en forme, denter, tailler... ».

99 Dans les années où les achats de matériaux étaient inexistants voire absents, nous avons pris nos références tout au long de l’année.

100 Vendue à la cana, à la palm, à la somada, taillée à la cana, à la centaine, de travers à la cana (c’est-à-dire placée en longueur dans le sens de l’épaisseur du mur, une des faces de la pierre servant de parement. Quand les deux faces font parement, on parle alors de trava).

101 I. Montes Romero-Camacho, « Precios y salarios de la construccion en la Sevilla del siglo XV », Les cahiers de la Méditerranée, n° 31, p. 95-159.

102 I. Montes Romero-Camacho, « Precios y salarios de la construccion en la Sevilla del siglo XV », op. cit., p. 117.

103 I. Montes Romero-Camacho, « Precios y salarios de la construccion en la Sevilla del siglo XV », op. cit., p .117.

104 I. Montes Romero-Camacho, « Precios y salarios de la construccion en la Sevilla del siglo XV »..., op .cit., p. 142 et Ma. I. Falcon, Ma. L. Ledesma, C. Orcastegui, E. Sarasa, « La construction à Saragosse à la fin du Moyen Âge : conditions de travail, matériaux, prix et salaires », Cahiers de la Méditerranée, n° 31, p. 73-93.

105 I. Montes Romero-Camacho, « Precios y salarios de la construccion en la Sevilla del siglo XV », op. cit., p. 140.

106 « Inclos pedra, picar i port ».

107 Voir tableau récapitulatif en annexe.

Table des illustrations

Légende Plan 2 : Localisation des deux carrières du chantier de la seu.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/35093/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende La coudée
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/35093/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 742 octets
Légende L’empan
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/35093/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 807 octets
Légende La paume
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/35093/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 746 octets
Légende Le pouce
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/35093/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 682 octets
Légende La palme
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/35093/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 972 octets
Légende La hauteur
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/35093/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 655 octets
Légende La longueur
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/35093/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 675 octets
Légende La profondeur
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/35093/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 785 octets
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/35093/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 2,6k
Légende Photographie 3 : Église Sant Feliu de Gérone : trous de boulins ouverts.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/35093/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende Figure 2 : Localisation des trous de chauffage.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/35093/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende Figure 3 : Infrastructures du chantier de la cathédrale.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/35093/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende Figure 4 : Les pics.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/35093/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
Légende Figure 5 : Le tétu.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/35093/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 9,3k
Légende Figure 6 : Le taillant.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/35093/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 14k

© Presses universitaires du Midi, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search