Version classiqueVersion mobile

La construction et les métiers de la construction à Gérone au XVe siècle

 | 
Sandrine Victor

Première partie. Fabriques et chantiers

Chapitre II. Genèse et financement

Texte intégral

«De mica en mica, s’omple la pica».
Dicton populaire catalan

  • 1 Henri Kraus, À prix d’or, le financement des cathédrales, Paris, 1991, p. 10.

1Un projet de chantier, la première pierre d’un édifice ne posent pas des difficultés majeures. La pierre d’achoppement en est le financement. Et ce pour plusieurs raisons. Il faut d’abord disposer d’un capital suffisant pour donner l’impulsion première, et des sources de financement les plus régulières possibles pour faire face aux dépenses quotidiennes. Fluidité, souplesse, régularité sont les clefs de la réussite. Grâce à une gestion optimale, Chartres fut construite en 35 ans1. Mais le contraire pouvait étirer un chantier sur plusieurs décennies, voire plusieurs siècles. Il est très difficile de modéliser les montages financiers auxquels les fabriques ont eu recours. L’imagination était de mise, et chaque situation locale exigeait une réponse inédite.

1. Généralités

  • 2 S. R. Lopez, « Économie et architecture médiévales : cela aurait-il tué ceci ? », Annales ESC, VII, (...)
  • 3 Ibid.
  • 4 Jean Louis Biget, « Le financement des cathédrales du Midi », Les Cahiers de Fanjeaux, n° 9, p. 17.
  • 5 J. Valero Molina, « Bernat Despujol. Un destacat benefactor de la Seu de Vic », Lambard, VII, 1995, (...)
  • 6 P. du Colombier, Les chantiers des cathédrales, Paris, 1973.

2Les chantiers de grande envergure, tels que ceux des cathédrales, brassaient sur le long terme des capitaux colossaux. La mobilisation d’une telle masse monétaire ne se faisait-elle pas au détriment de la vie économique locale ?2 En effet, ces chantiers détournaient main d’œuvre et capitaux qui auraient pu profiter au commerce et à l’industrie locale. Ou inversement : une vie commerciale dynamique ne privait-elle pas l’Église de fonds de patronage ? En Italie, une émulation purement laïque se produit entre les villes. Seule Venise construit une église à la mesure des richesses locales3. On peut alors se demander si, évitant une compétition sur la grandeur de leurs églises, les communes italiennes n’ont pas ainsi sauvé leur patrimoine. Néanmoins, selon toute vraisemblance, « ceci n’aurait pas tué cela ». Ces deux phénomènes économiques semblent totalement indépendants, comme nous le montre l’exemple languedocien4. Le chantier est autonome par rapport à la ville, celle-ci étant financièrement incapable de lui procurer les ressources nécessaires. Comme nous pourrons le voir plus loin, les cathédrales, mères du diocèse, sont souvent financées par les campagnes. C’est pourquoi il n’est pas rare de rencontrer des cathédrales grandioses dans des villes modestes. En fait, les promoteurs des grands chantiers font de leurs engagements financiers un instrument de démonstration et de légitimation de leur pouvoir5. Le gigantisme des cathédrales en effet ne correspond que rarement au besoin réel du culte. Un exemple, hors Languedoc, l’église paroissiale d’Ulm peut accueillir 29 000 personnes alors que la population n’était que de 12 0006 !

  • 7 Denis Menjot, Adeline Rucquoi, « Le bâtiment à St Jacques de Compostelle (1075-1575) : demande, fin (...)

3La ville, dans la première moitié du XIIe siècle, change de physionomie. Elle devient centre de décision7. En tant que centre de pouvoir laïc, elle a besoin de palais, de conseils de ville, de remparts et de fortifications. Nous l’avons vu pour Gérone, ce sont les priorités des jurats. Comme centre de pouvoir religieux, elle doit avoir sa cathédrale. Gérone construit à cette époque sa première seu romane. Ces deux axes de construction appellent deux types de financements : le premier se nourrit de la ville et d’une administration en place, le second invente une structure originale et puise dans les campagnes. C’est ce que nous allons voir.

2. Les financements publics

  • 8 A. Erlande-Brandenburg, La cathédrale, op. cit., p. 198.
  • 9 L. Musset, « Les conditions financières d’une réussite architecturale », Mélanges offerts à René Cr (...)
  • 10 A. Erlande-Brandenburg, op. cit., p. 199.
  • 11 A. Ll. Sanz-Alguacil, « Formació del patrimoni de la catedral de Girona », Homenatge a J. Pella i F (...)

4Il peut s’agir de deux grands promoteurs : le roi et la ville. La royauté a souvent le rôle de mécène, surtout en Espagne ou en Angleterre8. Les butins de conquêtes servent parfois à impulser de grands chantiers. Par exemple, en 1066, Guillaume le Conquérant saisit à la bataille de Stamfardbrige le trésor ramené d’Orient par le roi de Norvège Harold le Sévère, remettant ainsi à flot le trésor ducal9. Complétant ses revenus par des confiscations et des domaines reçus en Angleterre, Guillaume fut le mécène des grandes abbatiales de Caen. Mais la séparation de la Normandie et de l’Angleterre à la fin du XIe siècle mit fin à ce type de financement. C’est justement là la faiblesse du financement royal qui est trop souvent lié à la politique. Le roi se contente donc souvent de donner l’impulsion première, par le don d’une forte somme, mais n’assure que rarement le suivi financier complet. Ainsi, au XIIIe siècle, les souverains sont très actifs dans les fondations ecclésiastiques. Et les grands seigneurs, suivant l’exemple royal, font largement de même10. Si l’on regarde plus en détail la formation du patrimoine de la cathédrale de Gérone, on remarque que la mise en place date des IXe et Xe siècles. Cette constitution fut faite par les rois francs, grâce à cinq donations entre des IXe et Xe siècles. Puis, à partir du Xe et jusqu’au XIIe siècle, ce sont les seigneurs et les particuliers qui prennent la relève avec respectivement 35 et 182 donations11.

  • 12 V. Gerard Powell, « L’organisation des chantiers royaux en Espagne au XVIe siècle », Les chantiers (...)
  • 13 G. Fagniez, Industrie et classe industrielle à Paris, Paris, 1877, p. 195-196.
  • 14 Le bâtiment à St Jacques de Compostelle…, op. cit., p. 14.
  • 15 J. Domenge, L’obra de la Seu. El proces constructiu de la catedral de Mallorca en el Tres-Cents, Pa (...)
  • 16 A. Erlande-Brandenburg, op. cit., p. 201.
  • 17 P. Wolff, « Pouvoirs et investissements », 9ème semaine d’étude de Prato, Prato, 1980, p. 37.
  • 18 M. M. Costa Paretas, « Els antics ponts de Girona », AIEG, XXII, 1974-1975, p. 131-148.
  • 19 P. Wolff, « Pouvoirs et investissements », op. cit.
  • 20 Cf. supra, « Typologie des chantiers ».
  • 21 ACA, reg. 850, fol. 59 v.

5La précarité institutionnelle fait du mécénat royal un acte à court terme, mais qui offre cependant un avantage : celui de jouir d’une administration déjà bien en place, surtout vers la fin de la période12. À Paris, par exemple13, la comptabilité des chantiers était confiée à un officier des œuvres du roi, qui payait les mandats donnés par l’architecte aux fournisseurs et ouvriers. En province, cette comptabilité était assurée par les vicomtes et receveurs des bailliages. De fait, avec l’apparition de l’État moderne, l’appareil de perception est plus au point, et le financement public par conséquent plus aisé14. L’État participe au financement de certaines églises et vice-versa, mais toujours de façon temporaire. Ainsi par exemple, pour la cathédrale de Palma de Majorque15, Jacques II, Sanç et Jacques III ont énormément participé aux dépenses. Puis, une fois le royaume réintégré à la Couronne d’Aragon (1344- 1345), le rôle financier des monarques a diminué. Cependant, il était très important pour l’évêque de convaincre le roi et ses collaborateurs de la grandeur de la tâche à accomplir. Il faut en effet engager des sommes importantes pour mener à bien et rapidement le projet, et la participation financière du souverain pouvait être décisive16. C’est par exemple le cas de la participation d’Henri III au financement de Westminster. Pour le pouvoir royal, ces fondations ou dons répondent souvent à une stratégie politique visant à consolider ou réaffirmer son emprise sur une région. C’est le cas des rois francs à Gérone pour recouvrer leur pouvoir en Septimanie. C’est aussi le cas des rois d’Aragon face à l’Al-Andalus. C’est enfin le cas des rois de France dans le sud-ouest touché par l’hérésie cathare. Les interventions des monarques entrent aussi dans une logique militaire, et ce, en collaboration avec les cités elles-mêmes. Une fortification, une enceinte représentent un investissement, au niveau local pour la cité et au niveau d’une stratégie globale pour la monarchie. Pour financer ces travaux, les pouvoirs laïcs vont se servir d’un moyen ponctuel : la fiscalité municipale. La main d’œuvre requise ne devait pas être spécifiquement qualifiée. L’édification d’une muraille ne requérait pas de connaissances techniques pointues. C’est ainsi que les habitants furent parfois mis à contribution au travers de leurs corvées seigneuriales17. Cette main d’œuvre à peu de frais et la levée d’impôts suffisaient en général à ne pas toucher les finances royales. Et même si c’était le cas, la dépense pouvait s’avérer un investissement intéressant. La construction d’un pont par exemple offre un service à la ville, mais surtout la facilité matérielle d’y lever un péage. Ainsi, le roi Martin concède en 1405 le droit de passage sur les ponts de la ville à la municipalité pour 10 ans18. La motivation des cités est alors assurée. Si, en temps de guerre, l’intérêt de construire une muraille est évident, mettre en œuvre des travaux de prévoyance en temps de paix n’est pas aussi facile19. Pierre le Cérémonieux dut relancer le gouvernement local de Gérone de 1362 à 1386 pour finir l’ensemble de l’enceinte de la ville20. Le chantier de la muraille commencé en 1362 par la tour del Call s’arrête en 1368 pour des raisons financières. L’insistance du roi, et surtout la peur de la venue des Compagnies de Provence débloquent la situation. Mais les travaux du mur ouest s’arrêtent en 1373. Le roi réitère ces injonctions jusqu’en 1386. Il envoie à cette date deux missives à la municipalité de Gérone. La première la menace d’une amende de 2 000 florins si elle ne respecte pas son engagement d’utiliser les 7 000 florins donnés par le roi pour construire le mur. Mais comme les choses ne bougent pas pour autant, le monarque prend des mesures drastiques : faire couper la tête des récalcitrants21. Mis à part ce cas extrême, le roi et la commune s’entendent en général bien, chacun y trouvant son compte.

6En dehors des ordonnances royales, la ville joue un rôle de promoteur autonome.

  • 22 H. Kraus, À prix d’or…, op. cit., p. 110.
  • 23 « Le bâtiment à St Jacques de Compostelle », Les Cahiers de la Méditerranée, op. cit., p. 15.
  • 24 H. Kraus, À prix d’or…, op. cit., p. 13.
  • 25 AHG, Manuals d’acords, n° 37, 1402, fol. 32.
  • 26 A. Erlande-Brandenburg, La cathédrale…, op. cit., p. 209.

7D’abord par le biais de ses habitants. Même si selon Henri Kraus22 la bourgeoisie n’a pas toujours un rôle de mécène, comme à Toulouse par exemple, elle participe néanmoins à beaucoup de chantiers. En fait, nous pourrions faire un parallèle entre deux phénomènes urbains qui se développent à cette époque : l’architecture gothique et la montée de la bourgeoisie. Celle-ci est marquée par une pratique culturelle caractéristique23. Les dons, legs, testaments entrent dans une logique de « comptabilité de l’au-delà », profitant ainsi aux œuvres ecclésiastiques. Cependant, l’évêque préfère parfois tenir cette bourgeoisie à l’écart24. Ainsi, à Lyon, les bourgeois ont gelé leurs dons à cause d’une opposition à l’archevêque. Mais en règle générale, le clergé a plus intérêt à être en bons termes avec les dirigeants de la ville. La bonne collaboration entre l’Église et la bourgeoisie de Strasbourg a permis de mettre en place une fabrique bicéphale efficace, même si le cas est plutôt rare. En 1246, elle était dirigée par un administrateur issu du chapitre, sous les ordres duquel un gouverneur laïc et un procurateur religieux géraient l’œuvre. C’est un exemple intéressant de municipalisation du chantier de la cathédrale. En 1402, à Gérone, le chapitre collabore avec les jurats pour que la cloche majeure du cloquer de les hores sonne les heures à la mode de Barcelone, c’est-à-dire tous les _ d’heure. Selon la convention signée25, la ville couvre les frais aux deux tiers, le chapitre prenant en charge le tiers restant. Cette collaboration se prolonge puisque par la suite, les deux sonneurs de cloches sont payés l’un par la ville, l’autre par le chapitre. C’est exactement les mêmes cas à Chalons, en Champagne, en 1462 et à Meaux en 149526.

  • 27 A. Lopez-Rodriguez, « Consideracions sobre la construccio de l’esglesia de Sta Maria del Pi », Acta (...)
  • 28 P. du Colombier, Les chantiers…, op. cit., passim.
  • 29 M. Chevalier, La France des cathédrales, op. cit. p. 230.
  • 30 Ce en quoi Kraus n’est pas tout à fait d’accord. Selon lui, la bourgeoisie aurait joué un rôle mine (...)
  • 31 O. Burns, « Building and construction in Palladio’s Vicenza », Les chantiers de la Renaissance, op. (...)
  • 32 A. Erlande-Brandenburg, op. cit., p. 222.

8Au-delà du patriciat, les autres habitants peuvent aussi avoir un rôle financier, en dehors des sollicitations et obligations auxquelles ils sont soumis. À Barcelone, par exemple27, les paroissiens de Santa Maria del Pi ont mis en place un système économique pour financer le chantier sous la forme d’une contribution proportionnelle aux revenus de chacun. Certaines confréries s’engageaient à contribuer aux travaux des édifices religieux28. Mais la plus grande participation des habitants se fait au travers de leur gouvernement local. Dans l’exemple de Strasbourg29, la commune tend à prendre dès 1286 la tête de la fabrique de la cathédrale face à l’évêque. Les bourgeois auraient eu un rôle prépondérant par le biais de leurs donations pour l’édification de la tour et de la flèche30. Les exemples les plus clairs du rôle des communes nous viennent naturellement d’Italie. À Vicenza31, la construction de la loge de la basilique était un projet financé par le budget de la ville. Le Conseil des Cent supervisait les travaux et avait élu un président qui tenait lieu d’operarius, « ouvrier », dans la gestion quotidienne du chantier. Ce cas de fabrique municipale est assez fréquent dans la péninsule italienne32. Florence voulut réparer l’ancienne église de Santa Reparata pour en faire « la plus belle et la plus noble de la Toscane ». Le fait de financer une église avec autant de ferveur n’est pas en contradiction avec le statut de pouvoir laïc de la commune. Pour elle, l’église fait briller la commune et est un symbole de splendeur au même titre que la maison de la ville. C’est le même cas à Sienne, où au début du XIVe siècle, la cathédrale fut agrandie pour démontrer l’autonomie de la ville.

  • 33 Ibid., p. 222.
  • 34 P. Braunstein, « Les débuts d’un chantier : le dôme de Milan sort de terre (1387) », O. Chapelot, P (...)
  • 35 Privilège royal du 28 mai 1315 conservé dans le Llibre Verd de Gérone, AHMG, publié par : C.:Guille (...)
  • 36 AHG, Urbanisme, reg. 11686, VI, s/f.
  • 37 « Signée par moi, Jachme Antonin et par Francesc Esteve en tant qu’ : obrers de la fabrique de la T (...)
  • 38 Ibid., fol. 2 r.
  • 39 « Au nom de Notre Seigneur Dieu et de la Vierge Marie bienheureux, qu’ils nous donnent santé, bon s (...)
  • 40 Ibid., Quarta sedulla, s/f.
  • 41 « Moi, Joan Sauri, viguier des honorables jurats de la dite cité, loue et approuve toutes les chose (...)

9Comme le roi, la commune jouit d’une administration déjà en place, et surtout elle possède un système d’imposition bien rodé au XVe siècle. En effet, les chantiers, que ce soient les œuvres religieuses ou les travaux militaires et municipaux, sont en général financés par des tailles ou d’autres impôts directs ou indirects occasionnels. Cet avantage peut parfois se transformer en inconvénient à cause de la lourdeur qui incombe souvent à la dite administration33. Ainsi, la fabrique de Sienne était constituée en 1260 de 9 : legales homines (3 hommes de l’évêque, 3 consuls de métiers, et 3 prieurs de la ville). Ce conseil nommait un operarius qui gérait au quotidien le chantier. Ce genre de structure utilisée en Italie, connaissait parfois des dérives. Ainsi, à Milan34, le conseil de la fabrique comptait 150 personnes en 1387 et près de 300 en 1401, rendant une gestion rationnelle difficile. Dans le cas de Gérone au XVe siècle, ce sont les jurats qui, par le biais du clavaire nomment deux ou trois obrers35. Ce cas de figure est très explicite dans les comptes de 1411 de la Torre Gironella36 : « Es signada per mi Jachme Antonin e Francesch Asteven axi com ha obrers de la obra de la Torre de Geronella dissapte a 27 de juny any 1411 scrita den Thomas Rolff de volentat dels dits obrers ».37. Un troisième homme, le scrivà, met en forme les comptes. On apprend de plus que les obrers ne perçoivent dans ce cas aucun salaire38 : « En nom de nostre senyor Deu e de la Verge Maria beniurads qu’ins donen salut bon salvament boneventura fou començade le hobre de la Torre de Geronella, les altres hobres de la ciutat dels quals jo Pere Perpenya fuy constituit a distribuir les monedes, a resebre aquelles per los honorables jurats, compenyos meus, pero sens salari nengu, fo a XII de juny MCCCCXI.»39. Enfin, les comptes sont vérifiés par le viguier (verguer), ou par les oïdors de comptes, dans le cas de Gérone40 : « Jo, Joan Sauri, verguer de los honorables jurats de la dita ciutat lou e aprove acort totes les coses qui son ascrites an aquest coern de paper ».41.

3. Le financement ecclésiastique. La fabrique

  • 42 D. Menjot, A. Rucquoi, « Le bâtiment à St Jacques de Compostelle », op. cit., p. 13.
  • 43 V. Mortet, P. Deschamps, Recueil de textes relatifs à l’histoire de l’architecture et de la conditi (...)
  • 44 A. Erlande-Brandenburg, op. cit., p. 201.
  • 45 J. Domenge, L’Obra de la Seu de Mallorca…, op. cit., p. 15.

10L’Église en général, et l’épiscopat en particulier, sont les grands promoteurs de l’époque. La mense épiscopale, grâce à ses nombreuses ressources financières, peut faire face à un engagement à long terme comme peut l’être la construction d’une cathédrale42. L’évêque peut même prétendre financer seul une œuvre. Par exemple, dans le cartulaire de l’abbaye cistercienne de Notre-Dame de Bonnevaux, en Dauphiné, l’archevêque Guy 1er de Bourgogne s’engage à subvenir à tous les frais de cette construction : « Et sciendum est quod omnes sumptus ad hoc opus necessarii ejusdem pape providencia seu administratione provenerunt ».43. L’évêque pouvait avoir recours à sa fortune personnelle, s’il en avait une, ce qui permettait une certaine souplesse financière et une motivation ou remotivation si nécessaire44. À Palma de Majorque, l’évêque donne l’impulsion première, et cette donation fait de la cathédrale son « épouse spirituelle »45. Les clefs de voûte aux signes de l’évêque bien en vue pourraient servir d’alliances symboliques à ce « mariage ».

11Cependant, il faut relativiser le rôle de l’évêque. S’il apporte un dynamisme financier et donne un visage à l’obra, on ne peut pas considérer qu’un chantier d’une telle ampleur ait pour origine un seul homme. Toutes les décisions sont prises avec son accord, mais ne peut-on pas imaginer que la phrase « ab voluntat del Bisbe » qui émaille de nombreux documents ne soit qu’une formule ?

  • 46 D. Menjot, A. Rucquoi, « Le bâtiment à Saint Jacques de Compostelle. », op. cit, p. 15.
  • 47 J. Domenge, L’obra de la Seu de Mallorca…, op. cit., p. 72.
  • 48 M. Durliat, « La construction de Saint Sernin de Toulouse », La construction au Moyen Âge, histoire (...)

12Il semble clair que l’évêque ne puisse subvenir à titre personnel aux besoins de la fabrique, mais la mense épiscopale, elle, le peut. Il est vrai que la prospérité de cette mense contraste avec la situation financière du chapitre46. Il ne vit que de rentes rurales contrairement à l’évêque qui a des ressources beaucoup plus diversifiées. Vivant au rythme de sa campagne, le chapitre ne peut pas vraiment s’appuyer sur des revenus stables puisqu’il est à la merci de la conjoncture climatique. Dans son financement, la cathédrale apparaît bien comme mère du diocèse. Élément clef de la ville, elle est pourtant majoritairement financée par la campagne. Une association entre ces deux autorités tombe donc sous le sens. Selon Joan Domenge47, le chapitre a le rôle le plus important. Ces chanoines bâtisseurs bénéficient de grands privilèges qui échappent souvent à la juridiction épiscopale. C’est l’équilibre entre ces deux forces qui garantit une harmonie dans la construction48.

  • 49 Yves Esquieu, Autour de nos cathédrales, Paris, 1993, p. 71 sq.
  • 50 La cathédrale, XII-XIV, Cahiers de Fanjeaux, n° 30, 1995, p. 234.
  • 51 Operarius en latin, obrer en catalan.
  • 52 A. M. Erskine, The accounts of the fabric of Exeter cathedral, 1279-1353, t. 1, Toquay, 1981, p. XI
  • 53 Hamilton Thompson, cité par A. M. Erskine, op. cit.
  • 54 M. Durliat, « Chantiers de construction des églises romanes », Bâtir à l’époque préromane et romane (...)

13Pour administrer une entreprise d’une telle ampleur, le chapitre et l’épiscopat ont mis en place une structure autonome : la fabrique. Dans les chapitres du nord de la France, le rôle d’administrateur de la communauté et de son patrimoine revenait au camérier, appelé aussi chambrier ou trésorier49. À Aix, ce gestionnaire était le bailli du chapitre, un laïc. À Saint-Paul-Trois-Châteaux, on retrouve la fonction sous le nom de procurateur du chapitre. Les finances capitulaires étaient pour une large part destinées à la construction et à l’entretien des édifices qui en dépendaient. Cette gestion spécifique fut confiée dès le XIe siècle50 à un « ouvrier », operarius51. C’est l’époque où l’on divise le patrimoine en prébendes, ce qui permet d’isoler la portio fabricae. La charge d’ouvrier pouvait être exercée par un chanoine, un clerc ou un laïc, comme à Vienne. À Exeter52, dès 1204, nous avons trace d’un proviseur : custos operis. En 1299, Robert de Ashburton, qui tient ce rôle, s’associe au maçon Roger. Cette association originale à la tête de la fabrique entre le proviseur et un maître laisse entrevoir le rôle de technicien et de conseiller dévolu aux gens de Métiers53. Il arrive même que l’architecte se voit confier la tâche de procurateur54. C’est le cas à la seu d’Urgell où en 1175, l’évêque Arnau de Perexens signe un accord avec Raymond le Lombard. Ce dernier devient responsable de l’obra de Sainte Marie, et a donc carte blanche pour gérer biens meubles et immeubles qui lui sont attribués : mense, alleux, vignes, cens, aumônes et contributions des clercs.

  • 55 A. Erlande-Brandenburg, op. cit., p. 213-214.
  • 56 J. Domenge, op. cit., p. 51.
  • 57 Dans le cas de Strasbourg, ce fut un laïc après la prise de contrôle par la commune de la construct (...)
  • 58 ADG, Liber deliberationum capituli, t. 3.
  • 59 Ce sont les garants. Ils n’ont aucun rôle précis.
  • 60 Ibid, fol. 22 r.

14La fabrique dans sa forme achevée date du XIIIe siècle55. Elle prend des formes et organisations variées selon la région et la situation économique. Elle doit gérer les difficultés financières, assurant une régularité et une fluidité de caisse, la diversité des ressources et de l’ensemble du personnel impliqué. Elle va rapidement être dotée de la personnalité civile. Elle peut posséder des biens propres et recevoir des legs sans avoir à payer de droits. Elle a une structure financière tout à fait autonome. Ce rôle financier et administratif va peu à peu s’étendre à la vie du chantier : la fabrique achète les matériaux, paye les ouvriers, régule l’achat et l’entretien des outils qu’elle possède. De plus, elle est la gardienne de la mémoire du chantier. Elle conserve le plan initial de l’édifice, ce qui permet de garder la ligne architecturale primitive, sans risque de modification à chaque changement d’architecte. Cette sage précaution stylistique cache aussi un aspect budgétaire, puisque chaque variation du plan est synonyme de surcoût. La fabrique joue donc un rôle d’archives, gardant le plan original, mais également les patrons des môles, les dessins, les maquettes. Elle consigne aussi la comptabilité sur les livres d’obra. Ces livres traduisent une volonté de rationalisation et d’optimisation des ressources économiques56. Mais s’ils sont une source historique de première importance, ils sont souvent incomplets, soit par perte pure et simple du livre, soit par manque de détails de la part du scripteur. Ils sont un aide-mémoire pour le chanoine responsable, et il arrive assez souvent que ce dernier ne consigne que l’indispensable. Pourquoi expliquer ou décrire ce qui tombe sous le sens ? C’est une source de premier ordre, donc, mais avec des limites qu’il faut avoir à l’esprit. Le livre sert essentiellement à rendre annuellement des comptes à l’évêque et au chapitre. Ce dernier, comme nous l’avons déjà dit, est le responsable administratif de la fabrique. La hiérarchie varie souvent selon les situations locales. En général, un ou deux chanoines sont les responsables de la fabrique, les obrers57. Chaque obrer représente une autorité : un pour l’évêque, un pour le chapitre. Ils sont choisis par le chapitre, mais avec l’accord de l’évêque. Si la ville intervient dans le chantier, il n’est pas rare de voir alors quatre obrers : deux clercs et deux laïcs. Ce sont les responsables financiers de l’obra. Ils imposent le rythme de la construction en fonction de la santé financière de la fabrique. Ils ont sous leurs ordres un secrétaire, qui tient les livres de compte. À Majorque, il s’appelle sotsobrer, à Gérone, procurador. C’est lui qui traite directement avec les ouvriers et les fournisseurs, quand ce rôle n’est pas tenu par le maître d’œuvre en personne. Enfin, un ou plusieurs quêteurs s’occupent de récolter les dons dans la cité et les diverses paroisses de l’évêché ou parfois du royaume. Dans le cas de Gérone cet office n’existe pas. Les collectes sont affermées. Dans le Liber deliberationum capituli58 de 1451 et 1459, apparaît un titre dont nous ne retrouvons aucune trace dans les livres d’obra : les fideiussores59. Ils sont deux : Baltasar de Segurolis et Bernat Prim en 1459 et Pere de Maset et Antoni Lorens en 145160.

«Item, supradictum honorabile capitulum, congregatum ut supra, constituit et ordinat operarium sive procuratorem operis sive fabrice dicte sedis Girona videliquet honorabilem dominum Franciscum Vilella, decretorum doctorem, abbatem ecclesie Sancti Felicis Gerunde, absentem, et dictum venerabilem Franciscum Salvadoris, presbiterium de dicto capitulo, hic presentem, pro biennis annis venientibus ad bonas ipsius ecclesie consuetudines;. dantes et concedentes eis de et super regimine et administracione dicti operis talem et tantam ac quantam potestatem dictum capitulum habet de et super regimine et administracione dicti operis, prout hoc est observatum et iam dictus honorabilis Franciscus Salvador dictum officium procuracionis in se sponte suscipicus et acceptans convenit etc. se probe et fideliter habere et racione dare et reliqua restituere largo ut in precedenti. Et dedit fideuissores Baltasarem de Segurioli et Bernardum Prim supra nominatos qui sponte precibus etc. se instituerint fideiussores etc. Et promisserunt tenere in vita et in morte oblitam prius quam fide omnia eorum bona presencia et futura. Et omnes iuraverunt servare et dicti fideuissores etc. et omnes fore etc.».

  • 61 « Comme il est coutume ».

15Enfin, les derniers intervenants sont les auditores compotorum, oïdors de comptes. Ce sont eux, qui, à la fin de l’année, vérifient le livre d’obra et surtout la summa universalis. Notons pour finir que le fonctionnement général de l’obra est fondé sur la coutume. Comme à Palma, il n’est pas rare de trouver la formule « axi com era acustumat »61.

16Le chapitre a donc mis en place une administration originale pour gérer et mener à bien le chantier. Il lui a donné des fonctionnaires, des droits et des prérogatives. Il ne restait par conséquent plus au chapitre qu’à lui fournir les ressources dont elle avait besoin. Ces fonds sont divers et variés, et méritent que l’on s’y attarde.

4. Les postes de recettes

Généralités

  • 62 P. du Colombier, Les chantiers des cathédrales, op. cit., passim.

17Comme nous l’avons vu, chaque œuvre ajuste ses comptes à la situation politico-économique locale. Si les dépenses sont casuelles, la typologie des recettes fait apparaître des fonds communs entre les comptabilités des différents chantiers. Le pape Gelasse (492-496) ordonna que l’on réserve un quart des revenus ecclésiastiques à la construction et à l’entretien des églises. Cette proportion est en règle générale respectée, sauf cas exceptionnel comme Lyon, par exemple, qui en 1347 ne consacre que 600 : livres à l’œuvre sur un revenu global de 10 000 livres62. Malgré cette mesure, les ressources sont souvent trop justes. Il faut donc se tourner vers d’autres financements.

  • 63 S. R. Lopez, « Économie et architecture médiévales : cela aurait-il tué ceci ? », Annales ESC, op.c (...)
  • 64 Wilielmi chronica Andrensis, M.G.H, SS., XXIV, p. 711, cité par S. R. Lopez, op. cit., p. 437.

18De par leur statut de membra ecclesie cathedralis, les chanoines se voient obligés de contribuer sur leur propre revenu. On fait aussi appel aux clercs titulaires d’un bénéfice dans la cathédrale, et aux clercs des diocèses environnants. Ce dernier point prête souvent à discussion, car ces clercs sont obligés de participer aux frais sur leur propre patrimoine. Si la fabrique est en difficulté, elle peut avoir recours à l’évêque ou, dans le cas où les finances épiscopales sont insuffisantes, directement au chapitre. En dernière instance, les prêtres sont taxés au prorata de leurs revenus. Le chapitre se tourne ensuite naturellement vers les laïcs. Ceux qui reçoivent les sacrements sont moralement tenus de participer aux frais. Le clergé est habilité à demander des aumônes. L’organisation à ce sujet ne fut pas toujours judicieuse, et les églises paroissiales furent sollicitées plus qu’à leur tour. La cathédrale est une paroisse, certes, mais les fidèles se sentent moins mobilisés. Ceci rend encore plus compliqué la recherche de fonds, et pousse parfois à des mesures extrêmes, comme par exemple à Andres, près de Boulogne63. Ce n’est que trop « tièdement, mollement et négligemment » que les paroissiens subvenaient au financement de l’église abbatiale. « Il fut [donc] nécessaire de leur extorquer des casseroles, des marmites en bronze, des chaudrons et des trépieds en fer »64.

  • 65 H. Kraus, À prix d’or…, op. cit., p. 113.

19Encore une fois le poids de l’histoire locale est essentiel. L’exemple typique est celui de Toulouse65. La ville et ses fidèles furent troublés par la croisade des Albigeois. La position que prit le clergé dans ce conflit eut une répercussion immédiate sur les dons des habitants. La ferveur des paroissiens à soutenir financièrement un chantier de cathédrale dépend en grande partie du comportement de l’Église. La santé financière de l’Église toulousaine est intimement liée à celle du Consulat, dans le sens où elle lui est inversement proportionnelle. L’Église, luttant contre les Cathares, ouvrit la ville aux seigneurs du nord venus en renfort, et surtout à l’Inquisition. Grâce à elle, l’évêque a pu récupérer de nombreux domaines appartenant aux hérétiques, comme Castelmauroi ou Castelviel, et ainsi remplir ses coffres. Mais l’Inquisition est restée célèbre surtout par ces abus. Elle force le retour des dîmes et autres ressources ecclésiastiques tenues par des laïcs. Chaque paroissien étant suspect, il devait montrer sa bonne foi en accourant aux sacrements, pour lesquels les inquisiteurs réclamaient des dons, y compris pour l’extrême onction. Les plus suspects devaient faire preuve d’une immense générosité. En fait, cette période marque la fin de la bonne entente entre l’Église et ses fidèles, et par conséquent, la prive d’une source importante de revenus : les dons et les testaments. L’Église sait qu’elle ne peut pas s’en passer. En complétant les sources régulières de revenus souvent issues des revenus ecclésiastiques avec des aumônes des laïcs, la fabrique arrive en général à financer le chantier.

  • 66 A. Erlande-Brandenburg, op. cit., p. 205 sq.

20La fabrique d’une cathédrale peut compter sur les ressources suivantes66: :

  • 67 Cf. infra : Réservation d’un quart des revenus ecclésiastiques à la construction et entretien des é (...)

– D’abord, un quart de la rente épiscopale ou des offrandes des fidèles. Même si cette coutume s’appuie sur le décret du pape Gelase67, on garde l’habitude de notifier les revenus de la fabrique au début de la construction. Ainsi, à Gérone, c’est Guillem de Vilarnau qui attribua à l’obra la première année de tous les bénéfices vacants du diocèse.

  • 68 A. Erlande-Brandenburg, op. cit., p. 205 sq.
  • 69 Ibid, p. 206.
  • 70 H. Kraus, À prix d’or…, op. cit., p. 339.
  • 71 P. du Colombier, Les chantiers des cathédrales, op. cit.

– Ensuite, les ressources extraordinaires68. On fait appel aux vivants, par l’intermédiaire de dons, collectes, etc. et aux mourants, par le biais des testaments, indulgences et messes. La générosité des fidèles est parfois augmentée par la présentation de reliques. La « course à la relique » la plus prestigieuse pousse souvent le clergé à aller en chercher très loin, et le voyage de retour est orchestré par des processions, autre source de revenu. Les collectes se font dans tout le diocèse, voire dans tout le royaume, soit par l’intermédiaire d’un quêteur, office affermé ou non, soit par la pose de troncs fixes dans les paroisses. Les quêteurs qui récoltaient les aumônes prenaient jusqu’à 1/3 de droit d’affermage, (arrendat en catalan). À Rodez, en 1293-1294, leur part monte à 34 % du total69. Les dons étaient parfois contraints et forcés. À York, en 1370, chaque homme et chaque femme devait donner en aumône un penny minimum par an70. Les dons et legs à la fabrique, avec ou sans mention de destination, sont rares. Ce sont plus généralement les clercs qui donnent, les laïcs préférant la paroisse locale, les hôpitaux ou les ordres mendiants pour léguer. L’habitude de léguer se perd à un tel point que les notaires et confesseurs se voient dans l’obligation de souffler leur devoir aux fidèles mourants71.

- Enfin, la fabrique puise ses revenus dans le fonctionnement même de l’Église, grâce aux taxes sur les bénéfices et de redevances sur les sacrements. Les biens de l’Église, puis de la fabrique en tant que telle, permettent de lever des tailles, dîmes, cens et surcens, comme nous le verrons plus loin.

Le cas de la seu de Gérone

21Comme nous avons pu le constater, chaque situation locale demandait une réponse adaptée. La comptabilité de la seu de Gérone ne déroge pas et présente 19 postes de recettes différents. Nous pouvons les classer en trois grandes catégories :

  1. Les revenus issus de taxes et possessions : la dîme de Sant Feliu de Boada, les cens et certaines ressources extraordinaires.

  2. Les revenus issus de taxes portant sur les clercs eux-mêmes : les bénéfices vacants, les deux portions des chanoines, les absences, les chapellenies, les annata, les semaines, le vin et un poste aux contours assez flous intitulé « O ».

  3. Enfin, les revenus issus des fidèles, le casuel : les taxes pour sacrements, les legs, les quêtes et aumônes intra et extra-muros, les fondations d’anniversaires, et d’origines diverses.

  • 72 Cité par F. Fita I Colomer, A. Alfonsello, Los reys de Aragó y la Seu de Girona : desde l’any 1462  (...)
  • 73 ACG, Index n° 7.C.1, 3 volumes. Il s’agit du répertoire réalisé par le chanoine Sulpici Pontich des (...)

22La grande particularité de ces perceptions est leur irrégularité. Un laisser-aller comptable, plus ou moins marqué selon les procurateurs, se manifeste au long du siècle. Néanmoins, certaines phases de construction, en particulier l’élévation des deux premières travées de la nef, demandent une disponibilité de fonds et une plus grande souplesse dans la gestion. Dans ces cas, le procurateur en place doit agir fermement pour réclamer les arriérés et veiller à la bonne perception de taxes de l’année en cours. La conjoncture politique peut aussi amener la fabrique à se refaire une santé financière. L’exemple le plus marquant et le mieux documenté se situe au sortir de la guerre. On assiste à une réforme de la fabrique et à une réaffirmation des coutumes de perception72, mal nécessaire pour la survie pure et simple d’une fabrique malmenée durant le conflit. La difficulté majeure dans l’étude des recettes est de cerner avec précision des concepts que le procurateur n’explicite pas puisqu’ils sont issus de la coutume et de l’usage. Quelques pistes peuvent être trouvées dans l’index de Sulpici Pontich73. Une typologie des postes de recettes s’impose donc, selon les trois grands axes déjà cités : les revenus patrimoniaux, les fonds issus des clercs et ceux issus des fidèles. Voyons d’abord les revenus du patrimoine.

23Sulpici Pontich fait un historique des dîmes en Catalogne :

  • 74 «El lo libre de estatuts fol. 128 se troba butlla de Urbano II datum de 16 Kal. Maig 1095 al la qua (...)

« Dans le livre des statuts fol. 128 se trouve la bulle d’Urbain II datée du 16 des calendes de mai 1095 par laquelle il concéda à Pierre, roi d’Espagne, les décimes et les terres qu’il conquierait aux maures, dans lesquelles les églises seraient bien servies, ainsi que le concéda Alexandre II au roi Sanche, ici sont poursuivies les guerres que les Rois font pour les prélats. Tout cela veut dire qu’en Espagne les dîmes son sécularisées avec obligation de doter correctement les églises (…) Dans le dit livre vert, fol. 85, se trouve un acte de 1319 dans lequel le seigneur évêque Pierre a obtenu la faculté de la part de l’archevêque Eixemenis de pouvoir avec le consentiment du chapitre permettre que les dîmes qui sont aux mains de la mitre passent des laïcs aux ecclésiastiques afin de fonder les bénéfices avec une retenue d’un quart du bénéfice pour la mitre »74.

24La légitimité de la perception des dîmes est ici soulignée par son ancienneté (1095) et par le fait qu’elles sont perçues sur des terres reprises aux infidèles. Les dîmes aux mains des laïcs peuvent passer depuis 1319 aux mains des religieux, pour leur permettre la mise en place de bénéfices dont le quart sera versé pour les édifices.

  • 75 Tous les chiffres que nous donnerons sont calculés à partir des données des libres d’obra que nous (...)
  • 76 ACG, Obra de la Seu, n° 21, fol.1 r. sq.

25La dîme la plus importante que possède l’obra est celle de Sant Feliu de Boada, paroisse située entre La Bisbal et Palafrugell. Elle représente 5 % du financement global sur le siècle, soit 531.394 d.75. Les rentrées d’argent ne sont pas régulières. D’abord parce qu’elle n’est pas affermée chaque année. Par exemple, elle ne l’est pas en 1419, 1422, en revanche elle l’est en 1420, 1423, 1447… Ensuite, lorsqu’elle est affermée, elle subit des fluctuations assez importantes d’une année à l’autre. La dîme étant propriété du chapitre, celui-ci peut choisir d’en destiner la totalité ou seulement une partie à la fabrique. Les bénéficiaires de plus ne semblent pas toujours ponctuels à l’heure de régler leurs dûs. La dîme disparaît donc des comptes certaines années (1424, 1425, 1456, 1457, 1477…) et réapparaît l’année suivante, affichant des recettes importantes. C’est le cas par exemple de 1437-1438 qui atteint la somme record de 33 000 d., chiffre à relativiser donc, puisque la dîme n’est plus affectée depuis 1430. Durant les trois premiers quarts du siècle, les procurateurs ne donnent que peu de détails sur la collecte de la dîme. En 1417, après la décision de construire la nef unique, l’obra reprend en main sa gestion et sa comptabilité. Guillem Mariner, le nouveau procurateur, en profite pour faire l’inventaire des possessions de la fabrique. C’est ainsi que nous trouvons la description des biens de la maison de la fabrique à Sant Feliu de Boada76.

  • 77 « 4. die july ano 1417 Guillermus Marinerii paborde de capitulo ecclesie Gerundensis fuit acasu in (...)

« Le 4 juillet 1417, Guillem Mariner, paborde du Chapitre de l’église de Gérone fut envoyé au dit lieu de Sant Feliu de Boada, avec la volonté d’informer sur ce que la fabrique possède et quels récipients sont dans cette maison et en faire l’inventaire. En ce temps, il n’était pas procurateur de la dite fabrique, l’année suivante, le 11 juin 1418, il fut fait procurateur. D’abord il fut inventorié dans le cellier de cette maison une cuve qui peut contenir 40 somades de raisin et où peut être filtré 13 ou 14 grosses somades de vin léger. Sur cette cuve, il y avait 10 cercles. De même, il fut inventorié un banc qui était devant la cuve. De même, il fut inventorié une autre cuve où pouvaient être filtrées 9 ou 10 grosses somades de vin ; sur cette cuve il y avait 8 cercles. De même, il fut inventorié une autre cuve où pouvaient être filtrées 9 grosses somades de vin sur cette cuve il y avait 8 cercles. De même, il fut inventorié quelques tonneaux de 5 grosses somades. De même sur ceux-ci 12 cercles. De même, il fut inventorié dans ce cellier: de même, 10 tonneaux moindres et un (?). De même, il fut inventorié un tonneau abîmé dans lequel il y a 33 (?). De même, furent inventoriés deux récipients de faible valeur à l’intérieur de la maison, ils peuvent contenir 5 grosses somades. De même, il fut inventorié des armatures de faible valeur. De même il fut inventorié un petit tonneau qui peut contenir 6 botes [de vin] filtré avec un seul fond, il est de faible valeur. De même il a été inventorié une autre armature de tonneau de 15, de faible valeur. De plus, il a été inventorié, trois tonneaux bons et neufs avec le sceau dessus, que Béranger Madrens a chez lui/ il devait les rendre au sortir du chantier. De même, il fut inventorié un fouloir qui peut contenir 4 somades de raisins. De même, 4 arceaux. De même, un autre fouloir démonté qui peut contenir 6 somades de (?), il est chez Bernat Serra de Torrent. A ce fouloir il faut ajouter les raisins des autres paroisses et voisinage. »77

26La dîme de Sant Feliu de Boada est donc composée en majeure partie de vin, raisins et céréales, qui sont vendus. Les possessions du chapitre à Sant Feliu de Boada se composent de plus de nombreux outils d’exploitation agricole et de meubles : on trouve entre autres des cuves (tina), des coffres (banchs), des tonneaux (botes), et des fouloirs (tinarts). Le vin parait donc être la ressource principale de la dîme. Cependant, à partir de 1472, les comptes nous livrent davantage d’informations. La dîme peut être affermée à un seul homme (par exemple à Johan Doystell, notaire en 1418) ou à plusieurs. Ainsi, en 1474, la dîme est cédée à Julia Costa de Ullastret, Antoni Saula de Llança, Antoni Montrog, Gaspar Cota, tailleur, Berenguer Prat, Johan Arbones et Antoni Salvador de Sant Feliu de Boada. Ceci souligne les difficultés financières de cette période d’après-guerre : un seul homme ne pouvant plus faire face à une telle somme, on divise l’effort financier. Cet état de fait est confirmé lorsqu’en 1481 et 1484 la dîme est affermée au maître d’œuvre Julia Julia. Cet homme aux revenus confortables trouve un arrangement avec le chapitre pour payer « à crédit » son dû :

  • 78 ACG, Obra de la Seu, n° 47, 1481-1483, s/f. «L:e premier juin 1481 fut affermée la dîme de Sant Fel (...)

«Prima juny de 1481 fou fet arendament del delme de St Feliu ça Buada al senyor en Julia Julia mestre major de la seu e a medona sua Rasela per preu de 40 lliures pagadores de 4 en 4 mesos en poder a dos anys saguens (den Ramon Mercader notari). Lo desus dit arendament es pagat ço es que lo mestre sa retengudes 40 lliures de aquest any que ha fets ala obra per repar del campanar en la capella de Tots Sants (…). »78

27Le maître travaille au clocher et à la chapelle de Tots Sants sans toucher de salaire. Il doit se payer sur les bénéfices de la dîme, opération sans doute très lucrative. Même cas en 1484, avec cette fois-ci un système de financement plus ingénieux :

  • 79 ACG, Obra de la Seu, n° 48, 1484, s/f. « Mémoire que fut affermée la dime de Sant Fleiu de Boada de (...)

«Fas memoria que fou arrendat lo deuma de Sent Feliu ça Buada que es de la obra de la Seu a mestre Julia mestre major de dite seu a 25 de maig entre venint en tot lo magnifich monseyn lo sacrista major obrer ab mi esemps Miquel Alra ço es primer de juny en un any saguent e finira ultima de madi de 85. Es convengut antre nosaltres que dit mestre lo prengua en sort de pagua per los jornals que fa ab los macips ala obra lo preu de tot lo deuma son coronta vuyt lliura dich XXXXVIII lb. E si mes montaran los ditc jornals la obra li sia tenguda de les coses pies que son obligades els creadors en contans donarli lo que mes montara (…)».79.

  • 80 Calculé sur la base de 3 sous par jour, moyenne sur le siècle.

28Malgré ces petits montages financiers, prendre cette dîme devait être rentable, vu le risque que court Julia de ne pas être payé, ni lui, ni ses apprentis. C’est donc une bonne opération pour le bénéficiaire comme pour la fabrique, qui n’a pas à payer certains ouvriers, et par conséquent peut disposer d’argent frais chaque semaine. On pourrait essayer de quantifier la rentabilité de cette dîme. Les comptes font état de la somme d’achat de la dîme ou de la somme de la vente des produits quand celle-ci n’est pas affermée. Si l’on prend le total des ventes de 1419, 13.200 d., et qu’on le compare avec le montant de l’arendament de 1420, 16.848 d., on voit un confortable bénéfice de 3.648 d. pour le chapitre, soit l’équivalent de 101 journées de travail d’un manœuvre80. Les biens qui sont collectés pour la vente sont, comme nous l’avons vu, des céréales, des viandes et du vin. En 1472, le procurateur nous donne le détail du fruit de ces ventes, chose assez rare dans les comptes pour être signalée.

Vin :

3 lb. 3 s. 9 d.

Pourceaux :

18 s.

Agneaux :

1 lb. 3 s. 4 d.

Méteil :

40 mitgeres non vendues (pour consommation propre)

Froment :

18 mitgeres vendues, soit 11 lb. 1 s. 6 d.

Méteil :

17 lb. 22 s.

29Les recettes d’après guerre sont nettement plus modestes qu’au début du siècle : cette vente rapporte 8 263 d. au chapitre, contre 13 200 d. en 1419. Le vin, qui demande le plus de matériel selon l’inventaire présenté ci-dessus, ne rapporte cependant qu’une petite somme, à peine 9,25 % du total. Ce sont les céréales qui fournissent la majeure partie des fonds.

  • 81 ACG, Obra de la Seu, n° 47, 1481-1483.

30Enfin, il arrive que de menus incidents émaillent la collecte de la dîme. C’est le cas en 148081.

«A 10 de agost present any so es 1480 fou pertit lo deuma de Sant Feliu de Buada per mi Miquel Alra en la dita perochie present en Francesch Gorda de la seu e moltes altres dit delme no sera pagut arendat e io, es estat ajudat per mans den Anthoni Farrer de dit loch que es estat batlle per la obra lo present any.

Forment    39 migeras e quartera
Mestay    79 migeras
Ordi    12 migeras e quartera
Civade e espelta    4 migeras
Lin    
17 flats
Canem    3 flats
19 ayells de carnalatge prou sotills
Vi    10 botes ».

  • 82 AHPG, Almoina del Pa, n° 62, 1483-1484, 158 r. sq.
  • 83 Moyenne calculée sur 96 ans (1402-1498).

31Pour estimer la perte subie, on peut rapprocher ces prix de ceux recensés dans les comptes du paborde de l’Almoina del Pa82 pour 1483. Uniquement pour les céréales et le vin, le chapitre a perdu cette année là, à raison de 9 s. par migera de froment, 4 s. 6 d. pour le méteil, 4 s. 4 d. pour l’orge et 5 s. 6 d. pour l’avoine, ainsi que 7 s. la bota de vin, soit un total de 1 365 d., 37 jours de salaire d’un manœuvre. Si l’on fait la moyenne sur le siècle83, la dîme de Sant Feliu de Boada représente 5 535 d. par an, avec des fluctuations allant de 4 320 d. à 33 016 d., soit un rapport de 1 à 8. Il est difficile d’étudier une évolution à long terme du montant de la dîme. Les difficultés apparentes de collecte empêchent toute étude de ce poste de recette. Les maxima peuvent être les totaux de plusieurs années, sans que nous puissions le vérifier.

  • 84 ACG, Obra de la Seu, n° 44, 1460, feuille volante.

32Les autres revenus du patrimoine sont les cens, censals et autres pensions. Les divers cens ne représentent que 3,52 % du financement global de l’obra, soit un total sur le siècle de 2 597 lb. 10 s. 8 d. Cens et censals, qui apparaissent vers le milieu du siècle dans les comptes, sont tout d’abord traités séparément, puis regroupés en un seul poste à partir de 1478. Nous ne possédons que peu d’informations sur l’origine des cens. En 1418, le procurateur annote « cens de Sant Gregori, de pedres, de frare de pedres etc. ». C’est l’unique fois sur tout le siècle où l’on nous donne de (maigres) détails. Les censals ne sont guère plus explicités. En 1460, Berenguer Cervia paye 50 sous pour le bénéfice de Saint Dominique, instauré en censal par la fabrique84: :

  • 85 « Moi Berenguer Cervia, tailleur de pierre de Gérone, détenant les fruits du bénéfice de Saint Domi (...)

«Jo Beranger Servia pedrer de Girona harendador dels fruits del benifet de Santo Domingo en la Seu de Girona reconech e atorch a vos monseyn molt honorable monseyn Francesc Salvador hobrer de la Seu de Girona que avets pagats sinquanta sous per lo dit banifet los quals 50 sous per l’anuahal dit sensal que la dita hobra fa al dit benifet de Santo Domingo e son per la paga qui es finat a 3 dies del mes de julihol hany 1460. »85

33En 1447, apparaît la « casa de l’obra ». Cette maison est mise en location pour la somme de 2 lb. 9 s. pour 6 mois. Ce cens est séparé dans les comptes des autres cens. Cette maison va de pair avec une petite boutique « qui sta al cap demunt de la scala de la seu ». Cette dernière est louée pour 5 sous de plus. Cependant, ces biens ne figurent que rarement dans les comptes. On peut se demander si cette irrégularité vient d’une négligence de la perception ou de la comptabilité. Plus prosaïquement, on peut aussi penser que le procurateur la gère parfois à part ou la regroupe avec d’autres revenus.

34L’évolution de ce poste sur le siècle est surprenante, car très irrégulière. Jusqu’en 1453, cette recette est constante, ne dépasse jamais les 70 lb par an. Seules notables exceptions, les années 1424-1426 où l’on passe d’abord à 31 532 d. puis à plus de 200 000 d. pour retomber en 1429 à 1.788 d. Ce mouvement suivant la courbe générale des recettes, on peut penser à un resserrement des comptes, la fabrique ayant besoin de liquidités au moment de la construction de la deuxième travée de la nef et de la couverture de la première. On mobilise donc toutes les ressources disponibles et dues. Le même soubressaut se retrouve dans la seconde partie du siècle, à une moindre échelle cependant, puisqu’il ne s’agit que de sommes ne dépassant pas 40 000d. Dans les quarante dernières années du siècle, les cens, qui étaient perçus régulièrement malgré les petites sommes récoltées, disparaissent totalement sur de longues périodes (1461-1472, 1475-1478, 1481-1483, 1485- 1491).

35Les revenus du patrimoine de la fabrique ne représentent donc que 8,57 % du financement global. La fabrique ne tire que peu de ressources de ses possessions y compris agricoles. Elle doit alors se tourner vers ses plus fidèles servants : les clercs.

36Avec plus de 47 % du financement, le clergé apporte une grande part des recettes. Il apparaît cependant que le paiement comme la perception sont aléatoires. Par exemple, les bénéfices vacants sont perçus les trente premières années, puis disparaissent des comptes pour ne réapparaître que timidement à deux occasions à la fin du siècle (1472-1473 et 1474-1475). De même, les chanoines absents ne payent plus de taxe après 1461. Il semble que les clercs soient rappelés à leurs devoirs lorsque la fabrique a besoin de liquidités pour faire face au chantier. C’est par exemple le cas des annates. Les deux grands pics de perception correspondent à 1418-1419 (la grande nef) et 1434-1435 (la toiture de la première travée et élévation de la seconde). Les clercs avaient-ils donc besoin d’un rappel à l’ordre pour financer leur propre cathédrale ? Ou bien les procurateurs préféraient-ils solliciter les laïcs avant de se retourner vers leurs collègues ?

37Il y aurait donc un décalage entre la volonté de l’évêque et/ou du chapitre et la pratique comptable. Le facteur humain semble assez fort. Et ceci se retrouve dans les pratiques testamentaires. En effet, les legs les plus importants enregistrés à faveur de la construction de la cathédrale proviennent en majeure partie d’ecclésiastiques, ceux-là même qui trainaient les pieds pour payer de leur vivant.

38Le premier poste de recettes tirées des clercs est celui des bénéfices et des annates. Les clercs doivent payer un droit au chapitre sur leur prébende. Cette contribution, l’annata, est versée à la fabrique.

  • 86 R. B. Tate, Joan Margarit i Pau, Cardenal i Bisbe de Girona, Barcelone, 1976.
  • 87 « cum a ducentis annis citra et ultra fabrica sedis consueverit habere et colligere annatas et fruc (...)
  • 88 ACG, Index, op. cit., t. II, fol. 280 v.

39La fabrique peut percevoir une part des bénéfices de toute la ville et de tout le diocèse, et ce durant la première année d’obtention du dit bénéfice. Ceci n’est évidemment pas du goût de certains, comme l’évêque Joan Margarit86. Ainsi, lors de la cession capitulaire du 23 octobre 1475, il s’oppose à Micer Alfonsello, qui lui reproche de vouloir reprendre ces bénéfices à son profit87. En 149388, il est décidé que les nouveaux bénéficiaires payent à l’obra, s’ils ont acquis leur prébende dans le cas d’un décès, 2 sous par livre, ou dans celui d’une mutation, 1 sou par livre. Ces annates représentent 6,27 % du financement global, soit 2.773 lb. 6 s., c’est-à-dire une moyenne annuelle de 28l b. 5 s. 11 d. Comme nous l’avons vu précédemment, les perceptions sont assez irrégulières et se concentrent dans les cinquantes années centrales du siècle. Cet effort correspond bien aux grandes phases de construction de la cathédrale, surtout en ce qui concerne les deux « pics » de 1418 et 1434, avec respectivement 425 lb. et 515 lb. 14 s. 8 d.

  • 89 « Dettes anciennes ».

40Assez fréquemment, la transmission des bénéfices ne se fait pas immédiatement. Comme l’attribution des prébendes se fait au mérite, il faut un certain temps au chapitre pour convoquer les candidats et choisir l’heureux élu. Durant cette période d’attente, le chapitre, propriétaire du bénéfice, perçoit les droits et en transmet une partie ou la totalité à la fabrique. Ces benifets vacants représentent 3,87 % du financement sur le siècle. Mais ces 1710 lb. 9 s. 10 d. se concentrent dans le premier tiers du siècle. Leur disparition des livres de compte peut être expliquée de diverses façons. On peut penser à un changement de structure comptable, le procurateur en poste ne faisant plus figurer ces recettes sous l’intitulé « benifets vacants », mais, semble-t-il, sous celui de « deutes veyls.»89. Cependant, le détail de ces dettes ne nous permet pas de confirmer cette hypothèse. Il reste la solution d’un laisser-aller dans la perception. Le fait qu’une timide collecte soit faite en période de crise (1472) pourrait le confirmer. Il reste une autre possibilité : une décision du chapitre, dont nous n’aurions pas trace, transfère les recettes de ces bénéfices vacants de la fabrique à un autre poste. Mais dans ce cas, il n’y aurait pas eu deux collectes à la fin du siècle. Il semble que l’explication la plus raisonnable soit la plus simple : les recettes des bénéfices vacants disparaissent car il n’y a plus de bénéfices vacants. Nous sommes en situation de « plein emploi » et seuls les affres de la guerre civile font changer les choses.

41C’est un poste de recette important, car si on étend les recettes perçues durant 30 ans sur 100 ans, elles seraient la seconde source de financement.

  • 90 Cité par Sulpici Pontich, ACG, Index, op. cit., t. II, fol. 279 r. ; Llivre verd, fol. 138.
  • 91 « À un sixième du total des chapellenies, pour les années perçues par vacance ».

42Autre poste concernant les clercs : les chapellenies. Les chapelains participent régulièrement à l’effort économique de la construction. Les desservants des chapelles privées ou non paroissiales versent une partie de la somme de fondation ou d’entretien à la fabrique, et ce, annuellement. C’est de loin le poste de recette le plus rentable, avec 10.490 lb. 5 s. 5 d. soit 19,69 % du total, et le plus régulier, puisqu’il n’est absent des comptes que 4 fois en un siècle. Le procurateur peut compter sur une moyenne de plus de 88 livres de recette par an. Le Livre Vert90 précise que la fabrique « te un sisé del total de las capellanies, en satisfacció de las annates que dellas cobrave en vacans »91. Mais à partir de 1473, le procurateur intitule ce poste de recette les « ṭerces de les capalenies. ». On peut donc raisonnablement penser que la part des chapellenies destinée à la fabrique soit passée du sixième au tiers des recettes totales. Ce poste de recette est, nous l’avons dit, très régulier. La seule anomalie que nous puissions constater est un pic de plus de 590 livres en 1429-1430. Les comptes ne nous expliquent malheureusement pas le pourquoi de cette soudaine entrée d’argent. Le taux d’imposition a peut-être été augmenté de façon temporaire pour faire face aux dépenses. Mais, compte tenu du fait que la perception ne s’était pas effectuée entre 1421 et 1424, il peut s’agir d’une mise à jour d’arriérés. Cette remise à niveau des comptes correspondrait, encore une fois, à l’effort économique lié à la construction de la deuxième travée de la nef.

43De nombreuses autres entrées d’argent sont repérables dans les comptes. Mais leur faible rendement fait que les procurateurs les regroupent souvent, ou les laissent de côté quelques années durant. Il s’agit généralement des porcions de canonge, vi, « O »., escudella, dobles de la dedicacio, anniversaris.

  • 92 ACG, Index, op. cit., t. II, fol. 279 r.
  • 93 ACG, Obra de la Seu, n° 29, 1417, s/f.
  • 94 Ibid., n° 31, 1418-1422.

44Avec 914 337 d., représentant 8,63 % du financement total, les dues porcions de canonges sont le quatrième poste de recette par ordre décroissant. C’est une entrée d’argent très régulière sur tout le siècle, avec plus de 15 000 d. en moyenne par an. Comme presque toujours, les années 1423-1426 sont les témoins d’un effort économique et d’une plus grande rigueur dans la tenue des comptes, ce qui explique les deux pics des années 1423-1425. Les statuts de 133092 concèdent comme rentes à l’obra Sant Feliu de Boada et les 2 portions des chanoines, qui étaient auparavant attribuées à la rente « del ferial ». . Ces anciennes portions de vin, pain et de potage (ou « écuelle ») étaient données en nature. Puis, elles furent transformées en espèces sonnantes et trébuchantes. Les jours fériés, les portions étaient doubles, et c’est cette deuxième part qui était attribuée à la fabrique de la cathédrale. À noter que sur les deux portions de pain des chanoines, la fabrique ne prend qu’une portion et le maître majeur l’autre, comme nous l’indique le compte de 141793, ainsi que celui de 141894: :

  • 95 « 2 portions des chanoines que la fabrique prend, excepté pour le pain où ils ne prennent qu’une po (...)

«2 porcions de la canonge que la obra pren exceptar del pan que no pren sino 1 porcion e lo mestre pren laltre.»95.

  • 96 Merci à Monseigneur Gabriel Roura, du chapitre de la cathédrale de Gérone et directeur des ACG, pou (...)

45Cette pratique de la double part se retrouve aussi dans un autre poste, le doble de la dedicacio. Le jour anniversaire de la consécration de l’église, le 21 septembre, les chanoines recevaient le double de la portion journalière96. On retrouve donc dans les comptes des dons de cette seconde ration. Mais, contrairement aux dues porcions de canonge, le doble de la dedicacio ne semble pas être une obligation. Il n’est versé qu’irrégulièrement, et ne fait l’objet d’un poste à part que rarement, mais la plupart du temps il est inclus dans un autre poste, en particulier celui de dues porcions de canonge. Généralement, on a affaire à des sommes infimes, ne pouvant que difficilement être comptabilisées à l’échelle du siècle.

  • 97 ACG, Index, op. cit., t. II, 373 r. sq.

46Les autres postes - vin, « O », consciences…- représentent moins de 2 % du financement. D’ailleurs, elles n’apparaissent dans les comptes sous un concept à part qu’à partir des années 1425, sûrement remises à jour pour aider à financer la grande nef. Sulpici Pontich est très prolixe sur le thème97. Ces portions, ou companatge, étaient répartie par mois. L’évêque recevait 2 portions, les 36 chanoines et les membres de l’Inquisition une chacun, et 13 autres bénéficiaires (dont le clavaire, le maître de grammaire, l’hospitalier, le responsable du réfectoire, celui du dortoir…) recevaient une autre part chacun. Les portions étaient payées seulement par les officiels de la canonja, sous peine d’excommunication. Les portions de pains sont réparties comme suit :

  • 98 « Pains pour le déjeuner ».
  • 99 « Pains pour le souper ».
  • 100 « Chacun ».
  • 101 1 jour par semaine.

Sr Bisbe

4 pans dinars98

4 pans sopars99

Ssr Canonges

Claver

Gramatich

Comensals

2 pans dinars

2 pans sopars

Hospitaler

4 pans dinars

3 manats

2 pans dinars cadascuns100

Ayguader

2 pans dinars

4 pans sopars

Refectorer

2 pans dinars

Dormiturer

2 pans dinars

Porter

4 pans sopars

Coch

2 pans sopars

Pare predicator de la Caresma

2 pans sopars

Semaner de la missa

2 pans sopars101

Tableau 2 : Répartition des portions de pain au chapitre.

47La portion de vin correspond à une valeur d’environ 6 d. pour les deux repas. Il s’agit de vin de collation, c’est-à-dire un vin que l’on doit couper d’eau. On rencontre de fait deux sortes de vin : le « vi » et le « vi de les padres » ou « petraris. ». Sans plus d’information, il semble ressortir qu’il faille distinguer le vin des clercs de celui des tailleurs de pierre. Mais les premiers payent sur leur portion. Quant aux seconds, on ne sait pas s’ils payent une taxe sur le vin qu’ils reçoivent sur le chantier, ou s’il s’agit d’une aide financière fournie par le chapitre pour payer ce vin. La deuxième solution semble plutôt la bonne.

  • 102 ACG, Index, op. cit., t. II, fol. 112.
  • 103 «… de plus le vin se donne aux bénéficiaires mais pas à leurs substituts, et les jours de “O” ils o (...)
  • 104 ACG, Obra de la Seu, n° 46, fol. 165 r. (18 janvier 1479).
  • 105 « Réparation de la grande “O” au sommet du chœur, qui avec les vents des jours passées, menançait d (...)

48La portion la plus problèmatique est celle du poste symbolisé par un « O ». Il apparaît vers le moitié du siècle, il nous a été difficile de comprendre avec précision sa signification. La première hypothèse était tout logiquement que le « O » était la première lettre d’obra. Mais, cette solution ne nous a jamais rééllement satisfait car semblant hors contexte et n’explique pas vraiment cette taxe. Une phrase dans l’index de Sulpici Pontich nous conforte dans cette idée102 : « …a mes lo vi se dona als beneficiat pero no sos substitut, y en dies de O tenen una justicia del que fa la O… »103. La traduction par « obra » n’aurait ici aucun sens. Malheureusement, ce concept entre dans les comptes sans aucune explication de la part du procurateur. Peut-être s’agit-il d’une taxe pour celui qui dit l’« Oracio » ? Dernière hypothèse : le « O » serait l’abréviation pour la rosace, ce vitrail gigantesque en forme de « o ». Cette idée est confortée par une note de dépense rencontrée en 1479104 : «Reparade la O gran sobre lo cap del cor qui ab vent los dies passéats se cuyda rompre.»105.

  • 106 AHPG, not. 8, n° 89.
  • 107 « Au milieu de la dite façade, il doit laisser une ouverture de 26 à 30 palmes de circonfèrence où (...)

49Dans le contrat passé entre Julia Julia et la fabrique de Sant Feliu, on retrouve cette abréviation106 : « …el mig de dit enfront haia adexar una ubertura de vint e sis palms de tou fins en trenta en que haura essera la O e ha amontar la dita paret de dit enfront a igual de la dita volta de dita sglesia »107. Ce peut donc être une imposition organisée pour la construction de ce vitrail. Quoiqu’il en soit, cette taxe est payée par les chanoines au même titre que les autres. Les montants sont variables d’un mois à l’autre. Ces variations doivent correspondre au nombre de dimanches et de jours fériés par mois.

50Ces recettes nous posent en définitive plus d’interrogations qu’elles nous apportent de réponses. Cependant, il faut noter qu’elles représentent une source régulière et rentable, surtout vers la fin du siècle, si nous envisageons la totalité des postes de cette catégorie : les deux portions des chanoines et le vin, l’écuelle, la « O » et la taxe de la « dedicacio. ». De plus, il est fréquent que ces taxes soient couplées avec les anniversaires, qui, vers la fin du siècle seulement représentent un poste à part entière.

  • 108 Exemple de 1424, ACG, Obra de la Seu, n° 33, fol. 74 v.

51Les anniversaires comptent à eux seuls pour 6,45 % des recettes, à partir du moment où ils sont comptabilisés à part. Il faut donc prendre en considération qu’une partie des « dues porcions de la canonge ». les inclut. En effet, les comptes se présentent durant le moitié du siècle sous la forme suivante108: :

Juni anno MCCCCXXIIII

 

Julioll

 

per pane

XXVIII s. VI

per pane

XXXI s. II

per vino

XXXXVI s. I

per vino

LIII s. II

per scudella

LXXXIII s.

per scudella

LVIII s. II

per vin de padres

I s. XI

per vin de padres

I s. X

per anniversaris

VII s. II

per anniversaris

XI s. II

  • 109 ACG, Obra de la Seu, n° 31, fol. 146 r. On pourrait expliquer ce comportement par les pandémies qui (...)

52Les anniversaires sont un pourcentage sur les quantités léguées pour célébrer une messe d’anniversaire de décès. À noter la somme impressionnante de 15 840 sous reçus en 1420109.

«Receptio de peccuniis manulevate de anniversaris presbiteralibus ecclesie sedis Gerunde quas recepit Guillelmus Marinerii operarius nomine dicte fabrice;. VII iunii anno MCCCCXXprimo in posse Michaelis Prim, notarii Gerunde, fuerunt vendite per capellanum ecclesie Gerunde, super bonis fabrice ecclesie predicte XXXIII libres annuales cum de censuali mortuo precio DCCLXXXXII librarum ad X denarios per liuram solvent dictus XXXIII libras medio in medium annum de quibus facio ego recepte sunt decit (…) … XV M DCCCXXXX s.».

  • 110 ACG, Index, op.cit., t. II, fol. 280 r.

53Mis à part cette notable exception, les anniversaires traités hors des portions canoniales ne dépassent pas les 80 livres par an. Le 11 juin 1449110, le notaire Berenguer Ferrer enregistre la dotation de la part de l’évêque de Anglesola de tous les anniversaires, soit 1 100 livres répartis en 40 livres de pensions.

54Ces différents postes de recettes, traités ensemble certaines années, séparément d’autres, s’élèvent à un montant total de 1 772 816 d., soit 7 386 lb. 14 s. 8 d. Ceci représente 16,68 % du financement total, soit le deuxième poste après les chapellenies.

55Autre poste de recette : près de 3 % des revenus sont tirés de la taxe imposée aux chanoines qui doivent s’absenter. Ces 307 599 d. sont répartis très irrégulièrement sur le siècle : elle disparaît totalement à partir des années 1465. Il s’agit d’une entrée d’argent très variable, puisque le montant peut aller de 20 40 d. à plus de 22 300 d. ! Le chanoine ne devait s’absenter officiellement du chapitre que pour une durée de moins de trois mois, mais le voyage pouvait s’allonger à plus d’un an, s’il s’agissait d’un voyage officiel à Rome par exemple. Durant son absence, il devait payer le procureur et son substitut. Le prix à payer était fixe : 4 deniers par jour, soit 10 sous par mois d’absence.

  • 111 ACG, Obra de la Seu, n° 31, 1420-1421, s/f.

«De illis dominis de capitulo qui recipiunt porcionen canonicam et solvint pro eorum absencia pro quolibet mense quo recipiunt canonicam 10 solidos et fabrica face summe solvit septimas afficiotrum ad que ipsum tenent sit que isti 10 solidi soluentur et pro officio in quo septimanis ad quas que absentes tenentur et loco absencie recipiant porcionem canonicam quomodo et qui debent solvere 10 solidos pro quolibet mense. »111

  • 112 ACG, Obra de la Seu, n° 31, 1418-1419.

56Les variations de perception peuvent s’expliquer par le fait que ces absences sont très aléatoires et imprévisibles. Encore une fois, elle peuvent peut-être aussi s’expliquer par des difficultés de perception, comme tendrait à le montrer cet intitulé de poste en 1418-19112 : « Debitis antiquis illorum qui fuerunt absentes ». En étudiant avec attention les dettes acquitées en début de chaque année, on trouve régulièrement un ou deux chanoines rappellés à l’ordre après une absence. La disparition du poste dans le dernier tiers du siècle pose un problème d’interprétation. Cette taxe a peut-être été affectée à une autre structure du chapitre, ou bien, comme nous l’avons vu précédemment, on a affaire à une situation particulière de « pénurie » de personnel, qui maintiendrait les chanoines en place par manque de substituts.

57Les revenus issus des clercs sont aussi composés d’autres postes, comme par exemple celui des setmanes, taxe levée sur les chanoines qui, du dimanche au samedi, officiaient à la messe. Mais leur montant sur le siècle reste anecdotique, et il est préférable de ne pas s’y attarder. En revanche, la dernière source de financement, celle émanant des fidèles, est beaucoup plus intéressante.

58L’Église ne peut pas se suffire à elle-même et doit faire appel aux fidèles pour l’aider à financer la construction de la cathédrale. Elle sollicite ses ouailles de deux façons : en appelant, avec plus ou moins d’insistance, à leur bonne volonté, ou en les taxant purement et simplement.

59L’obra perçoit un droit sur les cérémonies de mariage. Les revenus de ces absolutions de noces montent à 1 229 320 d., soit 11,6 %, ce qui représente de loin le poste le plus important tiré des fidèles.

  • 113 Dans le cas de la Selva, les paroisses où sont perçus les droits de mariage ne sont jamais détaillé (...)

60Les absolutions sont comptabilisées par mois et par lieu. En effet, la fabrique lève ce droit à Gérone, à la seu et dans les autres églises, mais surtout dans les paroisses du diocèse : tout au long du siècle, la fabrique reçoit donc des fonds de régions, villes ou villages aussi éloignés que Sant Llorenç de la Muga, Besalu, Figueres, Camprodon, Castello d’Empuries, La Selva113, Peratallada, Arbucies, Sant Pere Pescador, Olot, Arenys, Osor, St Climent…

  • 114 ACG, Obra de la Seu, n° 31, 1418-1422.
  • 115 Besalú : 225 sous, Sant Llorenç de la Muga : 41 sous, Figueres : 24 sous, Camprodon : 35 sous, Cast (...)

61La taxe pour un mariage pouvait aller de 2 sous à 5 sous, mais le plus courant était 3 s. 6 d., qui correspondent à un mariage avec 2 témoins, le barême des prélevement se faisant en fonction de leur nombre. Mais payer cette taxe n’est pas du goût de tout le monde, et de nombreux mariages sont célébrés dans la clandestinité afin d’y échapper. Les contrevenants sont pénalisés s’ils sont découverts, et doivent passer devant une commission spéciale. Le nombre de ces mariages clandestins est surprenant, car, par exemple en 1418114, les sommes recueillies par cette commission de redressement sont supérieures à celles perçues par la voie légale. Les mariages clandestins rapportent en effet 910 s. 7 d., alors que les taxes sur célébrations ne s’élèvent qu’à 671 s.115. Ces deux sources sont en tout cas très régulièrement perçues sur le siècle. Seule l’année 1456-1457 manque. Encore et toujours, les années 1420-1424 sont témoins d’un pic dans la perception, avec le record du siècle : 62 490 s. en 1422.

62Beaucoup plus irréguliers, les revenus sur le droit de sépulture ne sont présents dans les comptes que 18 années sur le siècle. La somme totale perçue n’atteint pas les 0,2 % du total. Les paroissiens de la cathédrale s’y font enterrer, mais les fidèles des paroisses avoisinantes ne voient pas dans la seu, siège épiscopal, une « plus-value » spirituelle pour leur passage dans l’au-delà. Elle n’attire donc pas les fidèles hors de ses paroissiens.

  • 116 Voir les travaux de C. Guilleré, Girona al segle XIV, op. cit., passim, et « Une institution charit (...)
  • 117 C. Fouchard, op. cit, p. 79.
  • 118 ACG, Obra de la Seu, n° 45, s/f.
  • 119 ACG, Obra de la Seu, n° 31, s/f.
  • 120 ACG, Obra de la Seu, n° 31, s/f.
  • 121 ACG, Obra de la Seu, n° 38, s/f.

63Dans le même ordre d’idée, il ressort très nettement au vu du faible pourcentage de legs (1,7 %) que les donations testamentaires se dirigent vers d’autres institutions116 ou bonnes œuvres. Par exemple, sur 50 testaments étudiés entre 1410 et 1414117, la répartition des legs testamentaires se fait comme suit : Hôpital vieux : 0,2 %, Pia Almoina : 0,4 %, Pedret : 0,4 %, Pont neuf : 0,5 %, captifs : 0,6 %, Sant Pere : 0,6 %, Hôpital neuf : 1,4 %, Santa Clara : 2 %, autres pauvres : 2,2 %, Mercé : 3,4 %, Carmel : 4 %, confréries : 4,5 %, aide au mariage : 4,7 %, Prédicators (Dominicains) : 8,1 %, Sant Feliu : 8,1 %, Minors (Franciscains) : 10,4 %, seu : 11,9 %, autres 36,5 %. Les rares donations à la fabrique de la cathédrale se font sur trois périodes principalement : les années 1403-1405, 1424-1435 et 1465-1476. Elles correspondent parfaitement à trois phases critiques pour la fabrique. Il est donc naturel que dans ces périodes où l’obra cherche activement des liquidités, le procurateur demande de l’aide aux notaires afin que les testateurs n’oublient pas leurs devoirs au moment de la rédaction de leurs ultimes volontés. Ce sont des clercs qui lèguent les deux plus fortes sommes : 120 sous pour l’un, 50 sous pour l’autre. En 1466, le chanoine et paborde Roger de Cartella fait don de 50 livres118. En 1425, le paborde du chapitre a donné par deux fois 425 et 225 sous. Mais ils ne sont guère plus à donner en réalité. Peut-être jugent-ils avoir déjà trop été sollicités. Les laïcs sont plus nombreux à donner, mais les sommes léguées sont assez modestes. Guillem Bofill, maître d’œuvre du chantier, ne laisse qu’un sou, l’orfèvre Artau, 5 sous, en 1421119, Pere Coromina, lui aussi orfèvre, 5 sous également. L’exemple de ce tanneur qui donne 100 sous en 1418 reste une exception120. La fabrique n’attire pas vraiment. Même les puissantes familles, comme les Sant-Dionis, ne laissent qu’une livre. Les dons se font en général en espèces, sauf pour Fermin Miquel, tailleur de pierre, qui en 1444 laisse 3 pioches à l’obra, pour la modeste valeur de 10 sous 6121. Enfin, il faut noter que les dons proviennent autant d’hommes que de femmes.

  • 122 ACG, Obra de la Seu, n° 34, s/f.
  • 123 Exemples en 1489 (ACG, Obra de la Seu, n° 50, fol. 9 v.) : « per un escandol que feu al cor monseyn (...)
  • 124 Seu : 4,5 % du total des recettes, Gérone : 2 %, paroisses hors les murs : 0,7 %, soit 6,5 % venant (...)

64Pour finir, les fidèles sont sollicités par des quêtes et des aumônes. Notons tout d’abord qu’à partir des années 1425, certaines personnes donnent spontanément à la fabrique. C’est le cas d’un homme qui en 1425 donne « par amour de Dieu » 51 sous122. Dans le dernier tiers du siècle, le procurateur ajoute un poste de recette « coses pies, consciences y escandols ». Les acteurs d’esclandres, en majorité des religieux, étaient priés d’y verser une somme, sorte d’amende, souvent très modique, en échange de leur pardon. La cause des cas de conscience est rarement explicitée. On trouve mention de jeux, de jeûne non respecté, ou de scandales provoqués dans une église123. Mais les sommes récoltés par ce biais sont dérisoires. La fabrique va donc chercher des fonds ailleurs que dans les remords spontanés. Elle utilise les acapteri i bacins. Les quêtes et aumônes, effectuées à la seu, à Gérone même et dans les paroisses avoisinantes s’élèvent à 7,2 % du total124.

  • 125 Sulpici Pontich, ACG, Index, op. cit., t. I, 243 r.
  • 126 ACG, Obra de la Seu, n° 31 : «Recepte de acapterio sive bacino sedis et etiam de peccuniis que inve (...)
  • 127 Ibid.

65Les quêtes sont effectuées sur tout le siècle. Les troncs, placés dans les églises, apparaissent plus tardivement. En 1472125, le chapitre ordonne que des troncs soient installés dans toutes les églises de Gérone et de l’évêché afin de renflouer les caisses de la fabrique. Les acapteris de la seu sont levées et comptabilisées tous les mois. Ce sont elles qui représentent le plus, près de 4,5 % du total, soit 480.271,5 d. Même si elles sont levées durant tout le siècle, elles présentent une courbe descendante dès 1420. En plus de ces acapteris régulières, il existe deux troncs permanents dans la seu. Le premier est décrit en 1418126. On apprend que ces dons sont motivés par l’acquisition d’indulgences. Ce premier tronc est doublé d’un second, comme l’indique par le procurateur Guillem Mariner en 1420127 : «Item, pecunie infrascripte fuerunt invente in teca ubi gentes ponunt pecunias que non est a capite fabrice : que teca manet ante crucifixum ad manum Sacristie in introitu chori Sedis ». Ce second tronc apparaîtra désormais dans les comptes sous le nom de « caixa de pedra ».

66D’autres quêtes sont levées hors de la cathédrale. D’abord intra-muros. On apprend au fils des comptes que des quêtes sont organisées dans les églises de Sant Feliu, du Mercadal, de Sant Marti Sacosta, de la Merce, des frères Précheurs, de l’Hospital Nou, de Sant Nicolau, de Santa Clara, Sant Pere de Gallicans, Sant Daniel et des frères Mineurs. Malgré la multiplicité des lieux de quête, les fonds récoltés n’atteignent pas les 2 % du total. On recueille en moyenne 2 000 sous par an, ce qui est peu. Encore une fois, la fabrique n’attire pas vraiment.

  • 128 « Archidiaconé de Girona : monasterio de Amer, monasterio de Cedilli, Campdora et Sancte Eulalie, B (...)
  • 129 ACG, Obra de la Seu, n° 33, 1423-1425.
  • 130 «J’ai reçu de Pere Riera, tailleur de pierre, pour la quête qu’il a fait dans l’évêché, entre le bl (...)
  • 131 ACG, Obra de la Seu, n° 33, 1423-1425.
  • 132 « …arrendat a Camplonch qui hac mala part es pobre e ha perdudes dues besties he hant ab gran affay (...)

67Enfin, l’obra cherche des fonds dans tout l’évêché. Des quêtes sont organisées dans les archidiaconés de Besalu, de l’Emporda, de la Selva et de Gérone. En 1424, année de reprise en mains de la fabrique, Guillem Mariner fait la liste quasi complète des paroisses sollicitées128. Malgré l’amplitude géographique des quêtes, les fonds récoltés pendant le siècle sont minimes : à peine 1 %, soit 460 livres 15 sous et 6 deniers. Bref, les paroisses ne rapportent pas 5 livres par an. Les perceptions sont faites en liquide, mais aussi en nature, comme en 1424129 : « Rebi de Pere Riera Padrer de la acapteri que fou per lo bisbat entre forment mestayll y blat que vene 41 s.10.»130. Les quêtes sont affermées. Toujours en 1424, année très riche pour nous puisque les postes sont détaillés, on apprend qu’elles sont affermées à deux hommes pour la somme de 26 florins d’Aragon. Le premier n’a pas de problème pour payer sa part, ce qui n’est pas le cas du second131. Un arrangement est cependant trouvé entre la chapitre et lui : il travaille gratuitement sur le chantier132.

68Encore une fois, la fabrique a le plus grand mal à motiver les dons pour la construction de la cathédrale, dans laquelle les fidèles ne se reconnaissent pas.

69D’autres revenus complètent ces recettes. Mais leurs montants sont très anecdotiques, ils n’apparaissent que très peu de fois dans le siècle, et ne peuvent donc pas fournir d’informations éclairantes pour une étude globale. On pourrait citer ainsi les ventes de matériaux excédentaires du chantier, les punitions, les vœux pieux, etc.

70S’appuyant sur ces différents postes de recette, la fabrique a pour mission de financer de façon régulière et rapide le chantier de la cathédrale. Il semble que cette tâche soit très difficile à remplir.

  • 133 ACG, Index, op. cit., t. II, fol. 280 r. : « A 9 maig 1472, (…) se feren ordinacions per redressar (...)

71Tout d’abord, la présence dans chaque livre de « deutes veylls de temps passaṭ » montre que les perceptions ne sont pas à jour. Le thème n’est ni nouveau, ni original. Dans de grands moments de crise comme en 1424 où la fabrique a un besoin urgent de fonds, ou lors de changement de procuration, comme en 1447 avec l’arrivée de Francesc Salvador à la tête de l’obra, la mise à jour des perceptions souligne un passif important (près de 1.218 livres en 1447). D’ailleurs, il arrive que la fabrique frôle la banqueroute, et le chapitre doit prendre des mesures drastiques rapidement. C’est le cas en 1472133. Trois sortes de mesures sont prises : la première consiste à réaffirmer les droits de perceptions de la fabrique pour les recettes les plus importantes : les noces clandestines et les quêtes hors de la seu (Gérone et campagne) puisque nous avons vu qu’elles ne rapportaient que très peu. La seconde est la recherche d’un soutien extérieur, en l’occurence le roi, pour améliorer l’affermage de ces quêtes. Enfin, la troisième vise à assainir les comptes en réglant le problème des arriérés, surtout des clercs, et en assurant un suivi et un contrôle plus stricts de la comptabilité.

72En plus d’un problème de collecte de fonds, le dernier point semble incriminer les obrers et trésoriers, c’est-à-dire l’administration elle-même. Tout semble indiquer en effet que les clercs mettent une certaine lenteur à s’acquitter de leur devoir, comme il est rappelé en 1477 :

  • 134 ACG, Obra de la Seu, n° 46, 1472-1479, fol. 75 r-v. « De tots aquelles qui son punits per cont no h (...)

« De ceux qui sont punis car ils n’ont pas payé les anniversaires conventuels le jour où ils les ont célébrés. Il est fait mémoire qu’il fut ordonné par l’honorable chapitre le 17 février 1474 que tous ceux qui célèbrent des anniversaires et ne payent pas la journée que la fabrique leur supplie de payer sont tenus de payer désormais à la dite fabrique le dit montant de l’anniversaire et de la dobla, sans grande vigueur car moi Alra je ne peux pas leur faire [payer]. »134

73Ces difficultés de perceptions expliquent en partie l’extrême irrégularité des recettes sur le siècle.

74Les variations des perceptions correspondent parfaitement aux avancées du chantier. La fabrique s’adapte donc autant aux besoins financiers du chantier que celui-ci obéit aux directives du procurateur. La majorité des revenus concerne les années 1418-1455, soit la période d’édification des deux premières travées de la nef unique. Le reste du siècle est plutôt calme. En fait, tous les postes de recettes suivent ce schéma global. La fabrique et le chantier sont donc intimement liés, la politique de l’un suivant les avancées de l’autre.

Total des recettes en deniers

Total des recettes en deniers

Graphique 1 : Perceptions totales par an, en deniers.

  • 135 Cf. infra : « Répartition de la population en ville ».

75Pour conclure, on peut se demander qui, en définitive, finance la construction de la cathédrale. Représentant plus de 50 % des fonds perçus, les revenus issus d’ecclésiastiques participent majoritairement à l’effort financier. Les laïcs, eux, financent environ 36 % du chantier. Le chapitre cherche donc d’abord auprès de ses membres, donc de son temporel, les recettes nécessaires à la fabrique, avant de se tourner vers ses ouailles. Mais le monde laïc finance le chantier plus qu’il n’y paraît. Les revenus ecclésiastiques proviennent majoritairement des biens de l’Église dans le temporel. Ainsi, les paroisses extra-muros, de l’ensemble du diocèse, soutiennent indirectement les finances de la fabrique. Si ces paroisses ne donnent que très peu volontairement (legs, quêtes, …), elles le font par le biais des prébendes, droits seigneuriaux, et impositions prélevées sur les biens du chapitre dans le diocèse de Gérone. La cathédrale est donc financée par sa campagne, soit directement, soit au travers des revenus ecclésiastiques qui lui sont soutirés. Le désintérêt dans la motivation des dons et legs des citadins, dont semble faire objet la cathédrale en tant que paroisse, peut être expliqué par la nature même des paroissiens. Le quartier de la cathédrale135 n’est pas un quartier populaire, et est peu peuplé. Les dons des classes moyennes et inférieures se dirigent donc vers les paroisses des quartiers où elles vivent, laissant aux riches marchands, bourgeois et au patriciat (moins de 10 % de la population), le soin de subvenir aux besoins de leur propre paroisse : la seu. La population urbaine participe en définitive davantage au financement des ouvrages publics, financement obligatoire, puisque fait au travers de tailles. Les fonds nécessaires aux fabriques ecclésiastiques devront être cherchés dans les campagnes, soit au travers des prélèvements directs, soit par les impositions faites sur les clercs.

5. Les postes de dépenses

Description

76Les livres de comptes s’articulent donc en deux parties : une première partie concerne les recettes, une seconde les dépenses. Il faut noter cependant que certains livres, et en particuliers les comptes de chantiers civils, ne présentent pas les recettes. En effet, les obrers civils n’ont à justifier devant les jurats que de leurs dépenses, la forme de collecte de fonds (tailles, impôts, …) étant assumée par d’autres fonctionnaires.

  • 136 ACG, Obra de la Seu, n° 43.
  • 137 ACG, Obra de la Seu, n° 46, entre autres.
  • 138 AHMG, comptabilidad i recursos, comptabilidad municipal, I. 3- Finances i Patrimoni, comptes del Cl (...)

77Les dépenses sont synthétisées par semaine, le samedi en général. Il arrive cependant que les paiements se fassent un autre jour, comme par exemple sur le chantier de la seu où en 1455-1457 ils sont réalisés le lundi136. Le procurateur paye toujours pour la semaine écoulée. À la fin du siècle, sur le chantier de la seu, il arrive que les dépenses ne soient notifiées que tous les 10 ou 15 jours, tant l’activité est faible137. Mais ce cas reste exceptionnel. L’Obrer commence en général par énumérer les ouvriers présents sur le chantier, signale le nombre de jour de travail hebdomadaire, le salaire journalier, et la somme totale due. Puis, aux dépenses de personnel s’ajoutent celles d’entretien des outils et d’achat de matériaux. Il arrive que certains fournisseurs attitrés du chantier, les maréchaux ferrants et les chaufourniers en particulier, soient payés au mois, pour plus de commodité, car il s’agit de petites sommes. Cependant, certains procurateurs, peut-être plus rigoureux que d’autres, regroupent les dépenses par catégories. C’est le cas des comptes du Mercadal de 1412138. L’Obrer y sépare les salaires des maîtres tailleurs de pierre, des autres maçons, manœuvres, et charretiers. Dans certains comptes de la seu, les matériaux sont aussi traités à part. C’est souvent la personnalité du procurateur qui l’emporte sur un réel usage.

78Les dépenses varient à l’évidence entre les types de chantiers, civil ou ecclésiastique. Ils ont en commun les dépenses qui incombent de fait à un chantier : salaires des ouvriers, achat de matériaux, entretien et achat d’outils et de matériel. Mais il faut en ajouter d’autres, plus liées au fonctionnement même de la fabrique et à ses obligations.

Les chantiers civils

  • 139 AHMG, Urbanisme, reg. 11686, fol. 2 r. : « …fou començade le hobre de la torre de Geronella… dels q (...)
  • 140 AHMG, Obres publiques i urbanisme, XIII.1 Fortificacions, llig. n° 1.

79Leurs dépenses se résument à leur plus simple expression. Les fonds recueillis servent à payer ouvriers et matériaux nécessaires à la construction, ainsi que l’entretien ou les réparations des outils. De plus, les obrers n e touchent pas toujours de salaire, comme nous l’ont montré les comptes de la Torre Gironella139. Il est possible cependant de rencontrer d’autres dépenses hors salaires ou achats de matériaux de construction. C’est le cas par exemple dans les comptes de Pere Sescala et Joan Cavaleria pour le mur du Mercadal en 1438140. On y trouve un extrait du « comte de les despeses fetes per n’Antoni Noguer per les obres del Ter ». Celles-ci se résument à l’achat de nourriture pour les tailleurs et manœuvres. Il s’agit néanmoins de dépenses mineures (moins de 17 livres). À noter cependant que les deux obrers touchent 4 sous pour administrer le chantier.

  • 141 AHMG, comptabilidad i recursos, comptabilidad municipal, I. 3- Finances i patrimoni, comptes del Cl (...)
  • 142 32 au total.
  • 143 Total des dépenses en matériaux sur le chantier du Mercadal : 476 lb. 15 s. 11 d. sur 32 semaines. (...)

80Que représentent les dépenses de fonctionnement, celles d’approvisionnement en matériaux, et celles d’entretien des outils ? Les comptes du mur du Mercadal et de Sant Pere et Sant Feliu141 nous fournissent un exemple : on note à leur lecture que les salaires sont plus importants que les matériaux. En outre, les salaires s’élèvent à 67,8 % du total général, avec un pourcentage hebdomadaire variant entre 53,9 % et 85,4 %142. Ces chiffres sont légèrement différents pour le chantier de Sant Feliu et Sant Pere. En effet, le coût pour matériaux s’élèvent pour ces deux chantiers à près de 48 % du total des frais. Pourquoi cette différence ? Le chantier du Mercadal emploie plus d’hommes que celui de Sant Pere et Sant Feliu réunis, donc a un poste de dépense en salaire plus important. Par contre, la somme de matériaux requis pour construire les trois enceintes est la même. D’ailleurs, si l’on ramène la somme totale dépensée pour les achats de matériaux et d’outils du Mercadal sur 14 semaines (durée des chantiers de Sant Pere et Sant Feliu) et non 32 (durée du chantier du Mercadal), nous trouvons le même ordre de grandeur, soit entre 150 et 200 livres143. Donc les variations de pourcentage sont majoritairement dues au nombre d’ouvriers employés.

Les chantiers ecclésiastiques

81Tout comme les chantiers civils, les chantiers ecclésiastiques doivent faire face à des dépenses qui se décomposent en trois postes. D’abord, les salaires qui représentent le poste le plus important. Ensuite, l’achat de matériaux nécessaires au chantier : pierre, bois, métal, tuiles, … dont les quantités achetées nous renseignent sur l’avancée du chantier. Enfin, l’achat mais surtout l’entretien d’outils, dont une partie revient à la fabrique et l’autre à l’ouvrier propriétaire du matériel.

82Nous étudierons plus loin les frais engendrés par les matériaux et outils et ceux issus des salaires. Intéressons-nous davantage à une catégorie de dépenses plus typique du chantier de la cathédrale de Gérone. La fabrique, nous l’avons vu, jouit d’un statut à part concédé par le chapitre, qui lui permet de trouver des fonds pour financer ses dépenses. En contrepartie, outre son rôle primordial d’édificatrice, elle doit prendre en charge un certain nombre de frais, inhérents au fonctionnement même de la fabrique, et au déroulement du culte.

  • 144 ACG, Obra de la Seu, n° 23 et n° 51.
  • 145 ACG, Obra de la Seu, n° 32, 1422-1423, fol. 59 r.

83Dans un premier temps, l’obra assume les salaires de ses serviteurs. Le salaire du procurateur est doublé au cours du siècle : 15 livres en 1402 pour 30 en 1498144. La charge de la fabrique est une source de revenus plutôt rondelette, puisque l’obrer touche entre 10 et 20 sous par jour. Il n’est pas le seul à recevoir un salaire de la fabrique. Les livres de compte sont vérifiés à chaque fin d’année par les oïdors de comptes, qui sont en général les trésoriers du chapitre. Eux aussi touchent salaire pour leur travail : « Solvi venerable Iohanni de Bosco, tesaurario, et Bernardo Mescordi qui audierunt et examinarunt computos operis de quinque annis finite in ipso libro, cuilibet decem floreni valent in solidis CCXX s. »145

  • 146 ACG, Obra de la Seu, n° 51, fol 50 r.-50 v.

84Les oïdors de compte se contentent en général de parapher la dernière page du registre, mais il arrive que certains nous offrent un véritable récapitulatif du budget146.

  • 147 Ibid.
  • 148 Ibid, n° 23, 1402-1404.
  • 149 ACG, Obra de la Seu, n° 23, 1402-1404, fol. 38 r. : « Item costa aquest libre de Mayr jueu… 5 sous  (...)

85Le procurateur se voit parfois obligé de faire appel en plus à des écrivains ou à des notaires pour des actes divers. Ainsi, toujours en 1423, le notaire Berenguer Ferrer Sassala reçoit 11 sous pour « definitione istius compoti quem facit in formam»147. En 1404, on paye 2 sous pour faire « corriger les livres»148. En 1408, on fait même appel à un traducteur. De plus, le procurateur doit se fournir en cahiers de papier pour pouvoir consigner les comptes du chantier par écrit. Cette dépense est aussi assumée par l’obra. Il faut noter que le papier est fourni par un juif, Mayr, qui assure aussi la reliure, dans les premières années du siècle149.

86Cependant, les dépenses auxquelles la fabrique doit faire face dépassent largement le seul cadre de l’administration du chantier. Le rôle de l’obra est aussi d’assurer la continuité du culte durant les époques de travaux, et être la gardienne du temple, en tant qu’édifice. Ceci implique et sous-entend de nombreux autres frais. D’abord, le procurateur paye une pension deux fois par an aux deux gardiens de la cathédrale. Le gorda (bedeau) et son second, le reragorda, touchent deux payes et ce pour les multiples travaux qu’ils font pour l’église.

  • 150 Pere Montada, gorda.
  • 151 Comprendre le clocher du sépulcre, au dessus de l’ancien narthex.
  • 152 ACG, Obra de la Seu, n° 25, 1408, fol 28 v. : « Le 18 février 1408, j’ai payé à Nicolau Vilarnau, b (...)

« A XVIII del mes de febrer del any MCCCCVIII pague an Nicolau Vilarnau reragorda quals pres per nom seu e de son companyon150 per la pension que la obra los fa tots anys per la segona pague de la dita pensio que prenen a nadal per sonar los senys mejors: I s. E per puyar al sepulcre151 e al cloquer: XXXVII s. VI, e per agrenar lo cor als disaptes de Pascha: XI s. E per sonar lo seny del perde a mig jorn XII s. E per repicar lo seny cant se leve lo cors de Jesus Christi a la missa major: X s… »152

  • 153 ACG, Obra de la Seu, n° 47, 1477.
  • 154 ACG, Obra de la Seu, n° 36, 1434-1435. «J’ai payé à Antoni Ribers pour monter en haut de la voûte p (...)

87Ces deux bedeaux reçoivent chaque année l’aide d’une ou plusieurs paires de bras afin d’embellir la cathédrale pour les grandes fêtes liturgiques. Très souvent donc, on emploie du personnel pour décorer à l’aide de palmes ou de myrte l’église. Balayer le chœur ou les escaliers peut permettre de gagner 11 sous en 1404, mais seulement 2 en 1477153. Le souci de remettre de l’ordre dans cette cathédrale en construction afin que le culte puisse se poursuivre dans le plus grand ordre possible crée quelquefois des situations de tensions entre la fabrique et les ouvriers. Ainsi, en 1434: «Solvi an Antoni Ribers qui puja alt a la volta per escombrar e mudar ben per Santa Maria dagost per so cont negun dels padrers non volia pujar per dos dias a raho de 5 sous 6 per dia: munta 11 sous»154.

  • 155 Ibid. «J’ai payé le 3à mai 1435 à Pere Angel argentier pour un bourdon d’argent qui était cassé en (...)
  • 156 ACG, Obra de la Seu, n° 47, 1481-1483, s/f. «Item a XVIIII pagui per mans del dit monseyn Campins a (...)

88La fabrique pourvoit au culte par l’entretien et/ou l’achat des objets cultuels, comme des custodes: « Solvi 30 madi anni 35 an Pere Angel argenter per un bordon d’argent quis trenca mig per mig ab 3 onzes d’argent qu’es mes del peu e refou 1 anyell d’argent hon esta lacrima e 1 tencador d’argent qui fou a la capsa d’argent on tenen les hosties qui proveyen al altar maior »155. Nous trouvons ainsi traces de croix d’argent, de chandeliers, de custodes ou d’encensoirs, achetés ou réargentés. C’est le cas en 1483 par exemple156.

  • 157 ACG, Obra de la Seu, n° 23, 1402-1404, fol. 50 r. «Item, pague an Palol Bosser per una cana e mig d (...)
  • 158 Des exemples parmi tant d’autres : fol. 32 v., ACG, Obra de la Seu, n° 47, 1481-1483.

89De même, les nombreux achats de tissus et les honoraires de couturières laissent penser que l’obra prend également en charge les vêtements sacerdotaux157. Les « vestiments» dont il est question ici sont en général des vêtements liturgiques158. Les couturières sont aussi employées pour faire des draps d’autel, les rideaux et autres tapis. Il semble transparaître que la fabrique doit fournir des vêtements les plus simples jusqu’à ceux de cérémonie les mieux brodés.

90Enfin, l’obra finance le culte par l’achat ou la reliure de livres. De nombreux relieurs sont employés à cette tâche. Ils travaillent sur des bréviaires, des processionals, des «livres de messe», des dominicals. Les tarifs appliqués sont très variables en fonction du type de livre, de la qualité de la reliure et des matériaux employés, et de l’état d’usure initial de l’ouvrage en cas de réparation.

  • 159 Ibid, n° 40, 1448-1449, fol. 94 r. « De même, j’ai payé à monseigneur Pere Serra desservant à la se (...)

91La fabrique offre donc au chapitre un lieu de culte, mais aussi le matériel nécessaire à sa célébration. La participation de l’obra va même plus loin puisqu’elle paye le personnel ecclésiastique en charge des messes. C’est le «leveur de semaine» qui s’occupe de lever les sommes dues par la fabrique à chaque chanoine. Les tarifs sont fixes, et dépendent du genre de messe célébrée. Voici l’exemple de 1448-1449: « Item, solvi a monseyn Pere Serra deservent en la Seu e levador de les setmanes per monseyn Barthomeu Coromina per una setmana de maior: VIII s. (…) Item solvi eiusdem per monseyn Johan Pere canonge per una setmana d’Envangeli VII s. e per altra de maior: VIII s. e per altra de manor VI s. (…)»159. Cette dépense s’élève environ à 20 livres par an.

  • 160 Ibid, n° 46, 1472-1479.
  • 161 Ibid, n° 25, 1408.
  • 162 Ibid, n° 23, par exemple.

92Toujours dans le domaine cultuel, la fabrique paye également les processions. En 1475 par exemple, l’obra dépense environ 19 sous pour les processions, entre le salaire des participants et les rameaux, cierges, etc.160 En 1408161, le bénéficiaire qui porte la croix à la procession de l’Assomption touche 3 sous. Ce sont des dépenses assez irrégulières en quantité et fréquence. Enfin, l’obra paye l’organiste, ainsi que les réparations de l’instrument. La pension du sonneur est de 300 sous par an, répartis en deux versements162.

  • 163 Ibid, n° 32, 1422-1423, fol 54 v. sq.

93Sur un plan tout à fait différent, la fabrique doit faire face à de nombreuses dépenses regroupées sous le nom de «pensions» ou de «dépenses ordinaires». D’abord, il faut payer des anniversaires conventuels. Ce sont surtout les anniversaires de personnalités ecclésiastiques, comme Bernat de Montrodon, évêque de Gérone du début du XIVe siècle, pour lequel l’obra paye plus de 25 sous par an. Elle paye aussi des anniversaires presbitéraux. Ces pensions sont payées pour la seu, mais aussi pour Sant Feliu. Ainsi, par exemple en 1422-1423163, le procurateur dépense:

Anniversaire de Bernart de Montrodon

25 s. 6 d.

Anniversaires presbitéraux

90 s. (2 anniversaires)

« Cens mortuaire pour les anniversaires »

626 s. 11 d.

Anniversaires de Sant Feliu

389 s.

 

--------------------------

TOTAL

1 131 s. 5 d.

  • 164 ACG, Obra de la Seu, n° 46, 1472-1479, fol. 157 sq.

94Les sommes ainsi versées sont assez importantes. Elles peuvent atteindre des quantités élevées, comme en 1478164, avec 2 573 sous 4 d., lorsque la fabrique prend du retard dans les paiements. Ces dépenses ne sont donc pas en relation avec les quantités versées pour le chantier en lui-même, et lors des périodes de faible activité, souvent caractérisées par de faibles entrées d’argent, le procurateur est dans l’obligation de s’en acquitter. La fabrique doit de plus rembourser des cens, comme celui de Guillem Riba du monastère d’Amer qui s’élève à 290 sous par an. Elle paye également des bénéfices, comme celui de Sant Agusti, Sant Narcis, Sant Pau, Sant Domenec, etc. Elle contribue enfin à l’aumône du vestuari, œuvre pieuse destinée à vêtir les plus pauvres.

95En bref, les dépenses liées au culte ou au fonctionnement du chapitre sont nombreuses, diverses, mais d’étude difficile car elles sont souvent irrégulières, mal documentées et peu explicites. Il ressort cependant que ces dépenses, certaines années où l’activité de construction est faible, peuvent représenter le premier poste pour la fabrique, car elles sont difficilement compressibles. Elles soulignent l’évolution vers un organe administratif au sens moderne du terme, avec des obligations et des frais de fonctionnement totalement hors de son attribution première.

96L’étude de la répartition des dépenses sur le premier tiers du siècle permet de noter que le poste des salaires représente de 60 à 65 % des dépenses, les matériaux de 15 à 20 % et les frais divers de 20 à 25 %. Ce schéma n’est cependant pas valable en 1416, année de très faible activité : les dépenses pour ouvriers ne comptent plus que pour 37 % tandis que les frais divers représentent 50,39 % des paiements. Pour vérifier la corrélation « faible activité-dépenses hors chantier importantes », il a suffi de prendre une autre année où le chantier était en léthargie, en l’occurrence 1473-74. À nouveau, les dépenses pour le culte ou les affaires courantes montent à plus de 80 % alors que les salaires et les matériaux réunis n’atteignent pas 20 %.

Années

Total des salaires en deniers

Outils et matériaux

Culte/autres

Total en deniers

1402-1404

152 422

27 363

42 229

222 014

1408

81 613

18 696

21 584

121 893

1416

42 995

14 025

57 939

114 959

1422

215 366

68 476

78 539

362 381

1434-35

161 292

29 673

59 938

250 903

1473

7 923

7 053

79 017

93 993

 

Années

% ouvriers

% matériaux et outils

% culte et autres

1402

68,65

12,32

19,02

1408

66,95

15,33

17,70

1416

37,40

12,20

50,39

1422

59,43

18,89

21,67

1434

64,28

11,82

23,88

1473

8,42

7,50

84,06

Tableau 3 : Part des différents postes de dépenses dans le budget total de la fabrique de la cathédrale.

97Ce tableau montre bien que les frais de fonctionnement (culte, entretien, etc.) sont une quasi constante et apparaissent indépendants des mouvements financiers généraux du chantier. Seule une forte activité au sein du chantier, et donc par conséquent un afflux de main d’œuvre et de matériaux peut faire évoluer la répartition des dépenses vers un exercice dont la dominante est réellement orientée vers la construction. Dans le cas contraire, les frais divers l’emportent sur le chantier.

Évolution

98Essayons d’apprécier à présent l’évolution générale des dépenses sur le siècle. Il va sans dire qu’elles s’adaptent presque parfaitement aux avancées du chantier. Le XVe siècle se divise ainsi en quatre temps : deux périodes de calme relatif, correspondant à des phases de faible activité et d’entretien, et deux grandes phases de construction. De 1402 à 1417, le chantier est en attente de la décision finale sur le tracé de la nef. Le chantier est donc peu actif, le procurateur se contente d’entretenir le bâtiment. Après la décision du conseil de 1416, il faut encore une année pour mettre en place le chantier, faire venir Antoni Canet, organiser le travail. Cette première période ne représente que 13,5 % du total des dépenses. Puis, deux grandes périodes de construction, donc de dépenses, se succèdent : une première phase très active entre les années 1418 et 1430 correspond à la majeure partie des travaux réalisés lors du siècle : deux premières travées, toitures, chapelles latérales… Ces années regroupent à elles seules 34,4 % des dépenses totales. En 1430, la fabrique semble reprendre son souffle et rassembler ses forces pour préparer une autre phase de grandes dépenses qui s’échelonnent sur les années 1434-1461. C’est l’époque où l’on ferme l’édifice déjà construit, où l’on achève les chapelles, le triforium, la galerie. Antoni Clapers est engagé pour réaliser la porte des Apôtres. Ce ne sont pas des travaux aussi spectaculaires que ceux de la période précédente, mais ils demandent beaucoup de main d’œuvre et des matériaux en abondance. L’activité se ralentit cependant vers la fin de la période, pour s’arrêter complètement durant les années de guerre civile. 68,2 % des dépenses se concentrent donc sur 43 ans. Enfin, après la guerre civile, les dépenses pour le chantier sont minimes. On répare, on entretient. Certaines années même, les seules dépenses sont celles du culte et des anniversaires, il n’y a plus un ouvrier sur le chantier. Les trente dernières années du siècle ne représentent que 18,3 % des dépenses.

Graphique 2 : Répartition des dépenses sur le siècle.

99Le montant total des dépenses s’élève à 43 919 livres 10 sous 11 deniers. Cependant, le bilan financier est bien plus parlant que le montant brut des dépenses. La fabrique couvre-t-elle les dépenses ? Fait-elle des bénéfices ?

100Le moins que l’on puisse dire est que le chantier ne subvient pas à ses besoins. Le bilan financier sur le siècle affiche un déficit de 1 683 livres 11 sous 7 deniers. En fait, sur 57 années effectives de comptabilité, la fabrique est en déficit 26 ans. Il semble cependant que, d’un point de vue comptable, le procurateur ait essayé de prévoir les dépenses, donc de dresser une sorte de budget. Ainsi, il ressort une comptabilité en dents de scie, faute de l’alternance d’années bénéficiaires et déficitaires. Par exemple, les années 1410-1416 sont excédentaires, peut-être en prévision des futurs grands mouvements sur le chantier. Mais ces calculs prévisionnels restent vagues, puisque souvent le bénéfice engrangé une année couvre juste les dépenses de l’année en cours ou de la suivante. Bref, la fabrique calcule toujours au plus juste, essayant de combler les déficits l’année précédente, mais ne peut pas, dans ce cas, faire face aux dépenses additionnelles.

  • 165 AHPG, not. 1, n° 385, s/n.

101En dernier lieu, il faut noter le possible décalage qui peut exister entre la théorie comptable, consignée dans les livres, et la pratique. En effet, un acte notarié de 1420165 souligne la distance qu’il peut y avoir entre les dépenses annoncées et les dépenses réelles. Dans les comptes, les maîtres Guillem Bofill, Antoni Canet, et les tailleurs de pierre Llop, Axoli, Lo Dia, Fuxa, Sanç, Cobies, Riera père et fils, Bassa et Jorda apparaissent chaque samedi comme ayant touché leurs salaires correspondant à leurs journées de travail hebdomadaires. Or l’acte du 17 août 1420 est une quittance de paiements d’arriérés de pensions et de salaires, émanant de la fabrique. Le procurateur leur doit à chacun une centaine de livres, c’est-à-dire environ un an de traitements.

102Financer un chantier de grande envergure est donc une entreprise coûteuse. Malgré la mise en place d’une administration, et la dotation de la part du chapitre de fonds permettant l’approvisionnement plus ou moins régulier des coffres de l’obra, construire une cathédrale est une opération de longue haleine, qui saigne les finances du chapitre. Le clergé autant que les fidèles sont sollicités. Mais ces derniers ont du mal à se reconnaître dans cette cathédrale trop grande, préférant de loin leur paroisse ou les couvents des ordres Mineurs : Sant Domenec, Sant Francesc, le Carmel, la Mercè. Les clercs, quant à eux, ne peuvent subvenir à eux-seuls à l’édification de cette géante. La campagne est largement sollicitée, et répond dans l’ensemble positivement aux demandes de la fabrique, contrairement à la ville qui est plus frileuse.

103En bref, la seu est surtout le fruit d’une structure originale, la fabrique, et de ses représentants, qui s’emploient à monter un bouclage financier au plus juste des besoins, puisant largement dans les fonds d’origine rural, tout en essayant de stimuler les donations citadines.

104La mise en route d’un chantier est soumise à de nombreuses conditions. Nous avons vu qu’il faut un « patron », un promoteur pour donner l’impulsion première au projet. Il faut aussi doter la structure administrative chargée de gérer l’ouvrage, la fabrique, de ressources financières. On doit également soigner son approvisionnement en matières premières. Enfin seulement, on fait appel à un architecte ou à un maître d’œuvre.

105L’organisation se heurte alors à des problèmes plus concrets. Il faut d’abord concevoir l’ouvrage, le tracer, et ceci pose la question des connaissances techniques des maîtres d’œuvre. Puis, il faut adopter le projet, et mettre en place une logistique, pour employer un terme contemporain. Ensuite, il faut offrir aux ouvriers l’espace nécessaire à leur travail. Enfin, il faut mettre en place des structures imposantes : les échafaudages.

Notes

1 Henri Kraus, À prix d’or, le financement des cathédrales, Paris, 1991, p. 10.

2 S. R. Lopez, « Économie et architecture médiévales : cela aurait-il tué ceci ? », Annales ESC, VII, 1952, p. 432.

3 Ibid.

4 Jean Louis Biget, « Le financement des cathédrales du Midi », Les Cahiers de Fanjeaux, n° 9, p. 17.

5 J. Valero Molina, « Bernat Despujol. Un destacat benefactor de la Seu de Vic », Lambard, VII, 1995, p. 161.

6 P. du Colombier, Les chantiers des cathédrales, Paris, 1973.

7 Denis Menjot, Adeline Rucquoi, « Le bâtiment à St Jacques de Compostelle (1075-1575) : demande, financement, travail et techniques », La construction dans la Péninsule Ibérique (XI-XV), Cahiers de la Méditerranée, n° 31, décembre 1995, p. 8.

8 A. Erlande-Brandenburg, La cathédrale, op. cit., p. 198.

9 L. Musset, « Les conditions financières d’une réussite architecturale », Mélanges offerts à René Crozet à l’occasion de son 70ème anniversaire, vol. 2, Poitiers, 1966, p. 309.

10 A. Erlande-Brandenburg, op. cit., p. 199.

11 A. Ll. Sanz-Alguacil, « Formació del patrimoni de la catedral de Girona », Homenatge a J. Pella i Forgas, Gérone, 1987, p. 131-132.

12 V. Gerard Powell, « L’organisation des chantiers royaux en Espagne au XVIe siècle », Les chantiers de la Renaissance, Paris, 1991, p. 155 sq.

13 G. Fagniez, Industrie et classe industrielle à Paris, Paris, 1877, p. 195-196.

14 Le bâtiment à St Jacques de Compostelle…, op. cit., p. 14.

15 J. Domenge, L’obra de la Seu. El proces constructiu de la catedral de Mallorca en el Tres-Cents, Palma de Majorque, 1997, p. 96.

16 A. Erlande-Brandenburg, op. cit., p. 201.

17 P. Wolff, « Pouvoirs et investissements », 9ème semaine d’étude de Prato, Prato, 1980, p. 37.

18 M. M. Costa Paretas, « Els antics ponts de Girona », AIEG, XXII, 1974-1975, p. 131-148.

19 P. Wolff, « Pouvoirs et investissements », op. cit.

20 Cf. supra, « Typologie des chantiers ».

21 ACA, reg. 850, fol. 59 v.

22 H. Kraus, À prix d’or…, op. cit., p. 110.

23 « Le bâtiment à St Jacques de Compostelle », Les Cahiers de la Méditerranée, op. cit., p. 15.

24 H. Kraus, À prix d’or…, op. cit., p. 13.

25 AHG, Manuals d’acords, n° 37, 1402, fol. 32.

26 A. Erlande-Brandenburg, La cathédrale…, op. cit., p. 209.

27 A. Lopez-Rodriguez, « Consideracions sobre la construccio de l’esglesia de Sta Maria del Pi », Acta Historica et Archaelogica mediaevalia, n° 5-6, Barcelone, 1984-1985, p. 221.

28 P. du Colombier, Les chantiers…, op. cit., passim.

29 M. Chevalier, La France des cathédrales, op. cit. p. 230.

30 Ce en quoi Kraus n’est pas tout à fait d’accord. Selon lui, la bourgeoisie aurait joué un rôle mineur, centré surtout sur le don de vitraux.

31 O. Burns, « Building and construction in Palladio’s Vicenza », Les chantiers de la Renaissance, op.cit., passim.

32 A. Erlande-Brandenburg, op. cit., p. 222.

33 Ibid., p. 222.

34 P. Braunstein, « Les débuts d’un chantier : le dôme de Milan sort de terre (1387) », O. Chapelot, P. Benoit, Pierre et métal dans le bâtiment au Moyen Âge, Paris, 1985, p. 81-102.

35 Privilège royal du 28 mai 1315 conservé dans le Llibre Verd de Gérone, AHMG, publié par : C.:Guilleré, Llibre verd de la ciutat de Girona (1144-1533), Lleida, 2000, p. 97-98.

36 AHG, Urbanisme, reg. 11686, VI, s/f.

37 « Signée par moi, Jachme Antonin et par Francesc Esteve en tant qu’ : obrers de la fabrique de la Torre de Geronella, samedi 27 juin 1411, écrit par Thomas Rolff par la volonté des dits Obrers ».

38 Ibid., fol. 2 r.

39 « Au nom de Notre Seigneur Dieu et de la Vierge Marie bienheureux, qu’ils nous donnent santé, bon salut et bonne chance ; fut commencée l’œuvre de la Torre de Geronella, et les autres œuvres de la ville pour lesquelles, moi, Pere Perpenya fut chargé du financement et des recettes par les honorables jurats, mes compagnons, mais sans aucun salaire, le 12 juin 1411 ».

40 Ibid., Quarta sedulla, s/f.

41 « Moi, Joan Sauri, viguier des honorables jurats de la dite cité, loue et approuve toutes les choses écrites dans ce carnet de papier ».

42 D. Menjot, A. Rucquoi, « Le bâtiment à St Jacques de Compostelle », op. cit., p. 13.

43 V. Mortet, P. Deschamps, Recueil de textes relatifs à l’histoire de l’architecture et de la condition des architectes en France au Moyen Âge, XII-XIII, Paris, 1911-1928, doc. CXXXVII. 1117, p. 360.

44 A. Erlande-Brandenburg, op. cit., p. 201.

45 J. Domenge, L’Obra de la Seu de Mallorca…, op. cit., p. 15.

46 D. Menjot, A. Rucquoi, « Le bâtiment à Saint Jacques de Compostelle. », op. cit, p. 15.

47 J. Domenge, L’obra de la Seu de Mallorca…, op. cit., p. 72.

48 M. Durliat, « La construction de Saint Sernin de Toulouse », La construction au Moyen Âge, histoire et archéologie, Actes du congrès de la Société des Historiens Médiévistes de l’Enseignement Supérieur, Besançon, 2-4 juin 1972, p. 201-217. L’auteur rappelle l’exemple de l’évêque Iznar de Lavaur (1071-1105), qui profitant de la querelle entre les chanoines de Saint Sernin et les moines de Moissac, mit la main sur la basilique et réaffirma ses droits sur le contrôle de l’œuvre, se réservant de plus le quart des offrandes.

49 Yves Esquieu, Autour de nos cathédrales, Paris, 1993, p. 71 sq.

50 La cathédrale, XII-XIV, Cahiers de Fanjeaux, n° 30, 1995, p. 234.

51 Operarius en latin, obrer en catalan.

52 A. M. Erskine, The accounts of the fabric of Exeter cathedral, 1279-1353, t. 1, Toquay, 1981, p. XI.

53 Hamilton Thompson, cité par A. M. Erskine, op. cit.

54 M. Durliat, « Chantiers de construction des églises romanes », Bâtir à l’époque préromane et romane, Les Cahiers de Saint Michel de Cuxa, n° XXVI, 1995, p. 20.

55 A. Erlande-Brandenburg, op. cit., p. 213-214.

56 J. Domenge, op. cit., p. 51.

57 Dans le cas de Strasbourg, ce fut un laïc après la prise de contrôle par la commune de la construction du Münster.

58 ADG, Liber deliberationum capituli, t. 3.

59 Ce sont les garants. Ils n’ont aucun rôle précis.

60 Ibid, fol. 22 r.

61 « Comme il est coutume ».

62 P. du Colombier, Les chantiers des cathédrales, op. cit., passim.

63 S. R. Lopez, « Économie et architecture médiévales : cela aurait-il tué ceci ? », Annales ESC, op.cit., p. 437.

64 Wilielmi chronica Andrensis, M.G.H, SS., XXIV, p. 711, cité par S. R. Lopez, op. cit., p. 437.

65 H. Kraus, À prix d’or…, op. cit., p. 113.

66 A. Erlande-Brandenburg, op. cit., p. 205 sq.

67 Cf. infra : Réservation d’un quart des revenus ecclésiastiques à la construction et entretien des églises.

68 A. Erlande-Brandenburg, op. cit., p. 205 sq.

69 Ibid, p. 206.

70 H. Kraus, À prix d’or…, op. cit., p. 339.

71 P. du Colombier, Les chantiers des cathédrales, op. cit.

72 Cité par F. Fita I Colomer, A. Alfonsello, Los reys de Aragó y la Seu de Girona : desde l’any 1462 fins al 1482 : col.leció de actes capitulars, Barcelone, 1873, doc. n° XLV.

73 ACG, Index n° 7.C.1, 3 volumes. Il s’agit du répertoire réalisé par le chanoine Sulpici Pontich des fonds archivistiques en 1736. Outre une description des documents, il nous offre une explication des lois et des coutumes régissant la vie capitulaire.

74 «El lo libre de estatuts fol. 128 se troba butlla de Urbano II datum de 16 Kal. Maig 1095 al la qual concedi a Pere Rey de Espanya las decimas e las terras que conquistaria als moros, cuidanque las iglesias sien congruament servidas, axi com concedi lo semblant Alexandro II al Rey Sanxo = [sic] aqui son continuades las guerras que lo Rey fa dels prelats. Tot asso vol dir que en Espanya las delmes son secularizats ab obligacio de dotar las iglesias congruament (…) En dit libre [verd] fol. 85 se troba acte de 1319 en que lo Sr Bisbe Pere haven hagut facultas del sr Arquebisbe Eximino per poder ab con consentiment del capitol.permetar que los delmes que se tenen per la mitra passan del mans seculars a ecclesistichs per fundar beneficis ab retencio de la quarta part del fruits per la mistra (…) »..

75 Tous les chiffres que nous donnerons sont calculés à partir des données des libres d’obra que nous possédons. Nous n’avons pas fait de calculs hypothétiques pour les années pour lesquelles nous ne disposons de comptes, l’irrégularité des entrées d’argent rendant cet exercice trop périlleux selon nous. Les chiffres proposés seront donc par conséquent entendus comme des minima.

76 ACG, Obra de la Seu, n° 21, fol.1 r. sq.

77 « 4. die july ano 1417 Guillermus Marinerii paborde de capitulo ecclesie Gerundensis fuit acasu in predicto loco Sancti Felici de Buada. Et voluint se informari que tinc et vasa erant in domo per dicte fabrice et fuerunt inventum sequencia ten illo tempore non erat procure dicte fabrice signum sequenti anno XI juni anno MCCCCXVIII fuit fetus procure.
Primo fuit inventa in cellario dicte domus una tina que pot continere XXXX somades de rahims et potest colar devin prim XIII o XIIII somades grosses. En la quall tina havia X cercles. It fuit inventum I banch qui sta davant la tina. It fuit inventum alia tina qui cola de vin VIIII o X somades grosses en la quall tina havia VIII cercles. It fuit inventa alia tina qui cola de vin VIIII somades grosses en la quall havia VIII cercols. It fuit inventum unum bots qui ten 5 somades grosses / item in ipso XII cercols. It fuit inventum quod in dicto cellario. It 10 botes de mena e hun sulen pugen (?). It fuit inventa una bota esgavela in qua est XXXIII daguns suner vixell(?). It fuerunt inventa duo vasa in intiohit domus modici valore pot tener quesan 5 somades grosses. It fuit inventum squenelat modici valore. It fuit ultra inventa una bota de mena pot tener 6 botes colareses no ha sino I fons modici valoris. Item fuit inventa alia bota esquevelada est XV daguns modici valoris. It fuit inventum ultra que Beranger Madrens tenis ala sua casa tres botes de mena bones e noves ab lo senyall desus scrit / devia les tornar al salir dela obra. It fuit inventum I tinart pot tenir 4 somades de rahims. It 4 arcols. It altre tinart qui es atorrentin e ten 6 somades de venema(?) es ala casa den Bernat Serran de Torrentin al dit tinart sa ajusten rahims dels omnes peroquies e vehinats paix son aportats alseter de la obra per redditus, capellare, sacristie e (…) dicti loci congregant mixtin cum decima in dicta domo operis»..

78 ACG, Obra de la Seu, n° 47, 1481-1483, s/f. «L:e premier juin 1481 fut affermée la dîme de Sant Feliu de Buada au seigneur Julia Julia maître majeur de la seu et à sa femme Rasela, au pris de 40 livres payables de 4 mois en 4 mois, pour 2 ans (Par Ramon Mercader notaire). L’affermage ci-dessus est payé, c’est-à-dire que 40 livres ont été retenues du salaire du maître pour la réparation du clocher de la chapelle de Tots Sants à la seu cette année».

79 ACG, Obra de la Seu, n° 48, 1484, s/f. « Mémoire que fut affermée la dime de Sant Fleiu de Boada de la fabrique de la seu à maître Julia, maître majeur de la dite seu, le 25 mai prochain par la magnifique seigneur sacristain majeur, procurateur, et moi, ensemble, Miquel Alra, c’est-à-dire [qu’elle est affermée à partir du] premier juin pour un any et elle finira le dernier jour de mai [14]85. Il est convenu entre nous que le dit mettre la prenne contre le paiement des journées qu’il fait avec ses apprentis au chantier. Le prix de l’intégralité de la dîme est de 48 livres dits XXXXVIII lb. Et si les dites journées s’élèvent à plus, la fabrique sera tenue par les choses pieuses de lui donner au comptant la différence ».

80 Calculé sur la base de 3 sous par jour, moyenne sur le siècle.

81 ACG, Obra de la Seu, n° 47, 1481-1483.

82 AHPG, Almoina del Pa, n° 62, 1483-1484, 158 r. sq.

83 Moyenne calculée sur 96 ans (1402-1498).

84 ACG, Obra de la Seu, n° 44, 1460, feuille volante.

85 « Moi Berenguer Cervia, tailleur de pierre de Gérone, détenant les fruits du bénéfice de Saint Dominique à la cathédrale de Gérone reconnaît et accorde à vous, monseigneur très honorable Francesc Salvador procurateur de la cathédrale de Gérone avoir payé 50 sous pour le dit bénéfice, pour l’annuité dite censal que la dite fabrique fait sur la dit bénéfice de Saint Dominique et ceci est pour pour le payement qui est fixé au 3 juillet 1460 ».

86 R. B. Tate, Joan Margarit i Pau, Cardenal i Bisbe de Girona, Barcelone, 1976.

87 « cum a ducentis annis citra et ultra fabrica sedis consueverit habere et colligere annatas et fructus primi anni omnium beneficiorum diocesis et civitatis, sive vaccent per mortem, sive per permutationem, ipse tamen (episcopus) qui respicit proprium commodum inhibuit venerabili Petro Corbera procuratoti fabrice quod supersedeat in exaxtione a permutantibus. Et sic de facto consuluit et dixit omnibus jam paratis ad solvendum, quod non solvanṭ : ymmo, quod plus est cominavit quod faciet restitui illis qui solverunt, qui non erubuerunt repetere ;. sed insurrexit contra tales quod caveat a talibus ;. quia capitulum, eciam sine capite, exponet cruces et calices pro deffensione tam notorii prejudicii, quia ceteri predecessores hoc passi sunt, quia visum fuit quod tantum opus fabrice non poterat perfici sine magnis sumptibus et expensis »..

88 ACG, Index, op. cit., t. II, fol. 280 v.

89 « Dettes anciennes ».

90 Cité par Sulpici Pontich, ACG, Index, op. cit., t. II, fol. 279 r. ; Llivre verd, fol. 138.

91 « À un sixième du total des chapellenies, pour les années perçues par vacance ».

92 ACG, Index, op. cit., t. II, fol. 279 r.

93 ACG, Obra de la Seu, n° 29, 1417, s/f.

94 Ibid., n° 31, 1418-1422.

95 « 2 portions des chanoines que la fabrique prend, excepté pour le pain où ils ne prennent qu’une portion et le maître l’autre ».

96 Merci à Monseigneur Gabriel Roura, du chapitre de la cathédrale de Gérone et directeur des ACG, pour ses précieuses explications.

97 ACG, Index, op. cit., t. II, 373 r. sq.

98 « Pains pour le déjeuner ».

99 « Pains pour le souper ».

100 « Chacun ».

101 1 jour par semaine.

102 ACG, Index, op. cit., t. II, fol. 112.

103 «… de plus le vin se donne aux bénéficiaires mais pas à leurs substituts, et les jours de “O” ils ont une justice de celle que fait la “O” » .

104 ACG, Obra de la Seu, n° 46, fol. 165 r. (18 janvier 1479).

105 « Réparation de la grande “O” au sommet du chœur, qui avec les vents des jours passées, menançait de se rompre ».

106 AHPG, not. 8, n° 89.

107 « Au milieu de la dite façade, il doit laisser une ouverture de 26 à 30 palmes de circonfèrence où devra être la “O” et doit monter le dit mur de la dite façade à l’identique de la dite voute de la dite église ».

108 Exemple de 1424, ACG, Obra de la Seu, n° 33, fol. 74 v.

109 ACG, Obra de la Seu, n° 31, fol. 146 r. On pourrait expliquer ce comportement par les pandémies qui font rage en Catalogne dans le premier quart du siècle. Cf. J. de Chia, Bandos y bandoleros en Gerona. Apuntes historicos desde el siglo XIV a mediados del XVII, Gérone, 1895.

110 ACG, Index, op.cit., t. II, fol. 280 r.

111 ACG, Obra de la Seu, n° 31, 1420-1421, s/f.

112 ACG, Obra de la Seu, n° 31, 1418-1419.

113 Dans le cas de la Selva, les paroisses où sont perçus les droits de mariage ne sont jamais détaillées. Nous pouvons supposer qu’elles sont les mêmes que celles où sont collectées les quêtes pour la fabrique, c’est-à-dire : Sant Feliu de Guixols, Rocha Costa, Arenys, Senebera de Vilalta, Santa Hiscla de Vilalta, Orioninyan, Santa Maria de Pineda, Pelafols, Valmagna, Arbucies, Cladellis, Hostalric, Gueserans, Tordera, Blanes, Caldes de Malavella, Franciac, Llagostera, Penedes, Aro, Cassa de la Selva, Sant Andreu Salou, Camplonc, Vidreres, Sils, Valcanere, Ridanere, Santa Coloma de Farners, Sant Dalmau, Estanyol, Vilaulan, Fornells de la Selva, Llambilles, Estascalar, Cort, Paloll d’Onyar, Ayguaviva, Mont Fulian, Salt, Santa Eugenia.

114 ACG, Obra de la Seu, n° 31, 1418-1422.

115 Besalú : 225 sous, Sant Llorenç de la Muga : 41 sous, Figueres : 24 sous, Camprodon : 35 sous, Castelló d’Empúries : 301 sous, et la Selva (sans détail de paroisses) : 45 sous.

116 Voir les travaux de C. Guilleré, Girona al segle XIV, op. cit., passim, et « Une institution charitable face aux malheurs du temps : la Pia Almoina de Gérone (1347-1380), La pobreza y la asistencia a los pobres en la Cataluña medieval, vol. miscelàneo de estudios y documentos 2, Barcelone, 1982, p. 313- 345, ainsi que C. Fouchard, Assistance et pauvreté à Gérone au début du XVe siècle, maîtrise de l’Université de Savoie, Chambéry, 1994, dactyl.

117 C. Fouchard, op. cit, p. 79.

118 ACG, Obra de la Seu, n° 45, s/f.

119 ACG, Obra de la Seu, n° 31, s/f.

120 ACG, Obra de la Seu, n° 31, s/f.

121 ACG, Obra de la Seu, n° 38, s/f.

122 ACG, Obra de la Seu, n° 34, s/f.

123 Exemples en 1489 (ACG, Obra de la Seu, n° 50, fol. 9 v.) : « per un escandol que feu al cor monseyn Bernat Valla lo jorn del Ram… 8d. Idem per un escandol que fayren monseyn Bertran e monseyn Banet Simon que cessaven les lurs lancias no cremaven en lur capella… 10 d. »..

124 Seu : 4,5 % du total des recettes, Gérone : 2 %, paroisses hors les murs : 0,7 %, soit 6,5 % venant de la ville.

125 Sulpici Pontich, ACG, Index, op. cit., t. I, 243 r.

126 ACG, Obra de la Seu, n° 31 : «Recepte de acapterio sive bacino sedis et etiam de peccuniis que inveniunt in teca que stat in dicta sede ante imaginem beate Marie satis prope unum julare. ; super quam tecam stat unus postis ubi Sancte scriptus indulgencie concesse benefettoribus fabrice per dominum Benedictum papa XIII »..

127 Ibid.

128 « Archidiaconé de Girona : monasterio de Amer, monasterio de Cedilli, Campdora et Sancte Eulalie, Bascano, Angles, dels Constantins, Sant Climent de Amer, Sobrarocha, Lor […], Sant Gregory, Granolers, Rochacorba, Peyarols, Coll Tort, Cogols, Cartalyans, Canet, Biert, Montcall, Roffin, Teyelan, Serrian, Sant Madir, Santa Maria de Camos, Paloll de Ridanits, Ravos, Sant Juliano de Ramis, Santa Leocadia de Scerria, Medinya, Cornalyan, Matha, Bergonya, Puyals dels payes, Sant Esteva de Guialbes, Viladases, Servian, Celran, Burdils, Julyan, Sant Marti veyll, Flassan, Dessapere, Puboll, Pedrinyan, Madremanya, Despeiras, Molet, Monellis, Corsan, Sant Sadordni, Bisball, Santa Pau de la Bisbal, Fontecta, Peratyada, Canapost, Font Clara, Sant Feliu de Boada, Sant Julian de Buada, Torrent Palau de la Tor, Bagur, Pals, Sant Clement de Peralte, Pelafrugell, Monras, Vilaromen, Sant Sebinia de Ladon, Calonge Santa Palaya, Palau parrochia gerunde.:
Archidiaconé de la Selva : Sant Feliu de Guixols, Rocha Costa, Arenys, Senebera de Vilalat, Santa Hiscla de Vilalta, Orioninyan, Santa Maria de Pineda, Pelafols, Valmagna, Arbucies, Cladellis, Hostalric, Gueserans, Tordera, Blanes, Caules de Melavelya, Franciach, Logostera, Penades, Aro, Cassan de la Selva, Sant Andreu Salou, Camplonch, Vidreres, Sils, Valcanere, Ridanere, Santa Coloma de Farners; Sant Dalmau, Stanyoll, Vilaulan, Fornells, Lembilyes, Stascalar, Cort, Paloll d’Onyar, Ayguaviva, Mort Fylian, Salt, Santa Eugenia.
Archidiaconé de Besalu : Ridaura, Monasterio Sant Laurenç de Monte, Monasterio de Santes Fonts, Set cases, tregura, Vilalonga, Lenars, Camprodon, Menyor, Porceres, Stacet, Tapos, Bati[…], Sant Laurenç de la Muga, Sant Christophol ses fonts, Oloto, Sant Privat, Junetis, Santa Pini, Montegut, Argelaguer, Ussiman (?), Esponalyan, Crespian, Serinyan, Sentenys, Font Cuberta, Porqueres, Benyolles, Segaron, Ses Caules, Terrades, Buadela, Vilonant, Teranaus, Navata, Ordis, Borrassan, Figueres, Pontos, Orffers, Vilert, Spasen, Vilademils, Sant Marsali, Vilavenut, Usayii.
Archidiaconé de l’Emporda : Monasterio Sant Michaelis de Fluvia, monasterio Santi Maria de Rosis, Casavels, Rupia, Fuxan, Pelaravan, Fonalyeres, Serra, Santa Hiscla, Ultramort, Fontanulies, Torroela de Montgri, Machyul[…], Miolpayachs, Balcayre, Amyuries, Montixon, Aremetera, Sant Pere Pescador, Sant Feliu ça Garriga, Mereyan, Verges, Scatalya[…], Vilarobau, Colomers, Stan Jordi Dez Vals, Jaffer, Vilahur, Calabug, Camalera, Gahuses, Vilacolum, Ramorts, Furetia, Castalyon d’Empuries, Palau Sancordera, Pau, Sant Esteva de la Selva, Santa Creu de Rodes, Padret, Garriguela, Dalsian, Rabos, Peralada, Sant Climent des Cobalera, Espolya, Cantalops, Agukyana, Jonquera, esglesia Davall, Valljudaica, Baucages».

129 ACG, Obra de la Seu, n° 33, 1423-1425.

130 «J’ai reçu de Pere Riera, tailleur de pierre, pour la quête qu’il a fait dans l’évêché, entre le blé, le métail et le maïs vendus 41 sous 10».

131 ACG, Obra de la Seu, n° 33, 1423-1425.

132 « …arrendat a Camplonch qui hac mala part es pobre e ha perdudes dues besties he hant ab gran affay 6 florins 6 sous 2 diners lo pus deu e no pot pagar e los dits 72 sous 2 d. ha pagats tirants peras e aeras ala obra que molte quisa non haguera malya »..

133 ACG, Index, op. cit., t. II, fol. 280 r. : « A 9 maig 1472, (…) se feren ordinacions per redressar la obra : . las mes notables son : . prohibir nubcias clandestines per no defraudarse als drets de la obra, posar bassins de la obra en las iglesias de Girona, y Bisbat, demanant al rey franquesa per los bassiners, annatas de tots beneficis degudes, las ons de dignitats, i que lo obrer se firme en lo inventaris dels trezorers y que aquests regoneza sovint »..

134 ACG, Obra de la Seu, n° 46, 1472-1479, fol. 75 r-v. « De tots aquelles qui son punits per cont no han dat compliment en pagar los anniversaris conventuals la jornada que salabren. Fas memoria que fou ordonat per lo honorable capitol a 17 de febrer de 1474 que tots aquells que fan aniversaris e no paguen la jornada que la obra ho fabrica suplescha en pagar dit aniversaris e ells sien tenguts apres pagar dit obre tant cont montara dit aniversari e la dobla sens gran vegura que jo Alra no lus puch fer. ».

135 Cf. infra : « Répartition de la population en ville ».

136 ACG, Obra de la Seu, n° 43.

137 ACG, Obra de la Seu, n° 46, entre autres.

138 AHMG, comptabilidad i recursos, comptabilidad municipal, I. 3- Finances i Patrimoni, comptes del Clavari : 1.3.3.1.2, llig. 4.

139 AHMG, Urbanisme, reg. 11686, fol. 2 r. : « …fou començade le hobre de la torre de Geronella… dels quals jo Pere Perpenya fuy constituit a distribuir les monedes… pero sens salari nengu… ».

140 AHMG, Obres publiques i urbanisme, XIII.1 Fortificacions, llig. n° 1.

141 AHMG, comptabilidad i recursos, comptabilidad municipal, I. 3- Finances i patrimoni, comptes del Clavari : 1.3.3.1.2, llig. 4.

142 32 au total.

143 Total des dépenses en matériaux sur le chantier du Mercadal : 476 lb. 15 s. 11 d. sur 32 semaines. Total dépensé en matériaux sur les chantiers de Sant Pere et Sant Feliu : 162 lb. 6 s. 2 d. sur 14 semaines, soit un rapport de temps de 1 à 2,3. Donc 476 lb. 15 s. 11 d. ÷ 2,3 = 207 lb. 6 s.

144 ACG, Obra de la Seu, n° 23 et n° 51.

145 ACG, Obra de la Seu, n° 32, 1422-1423, fol. 59 r.

146 ACG, Obra de la Seu, n° 51, fol 50 r.-50 v.

147 Ibid.

148 Ibid, n° 23, 1402-1404.

149 ACG, Obra de la Seu, n° 23, 1402-1404, fol. 38 r. : « Item costa aquest libre de Mayr jueu… 5 sous ».

150 Pere Montada, gorda.

151 Comprendre le clocher du sépulcre, au dessus de l’ancien narthex.

152 ACG, Obra de la Seu, n° 25, 1408, fol 28 v. : « Le 18 février 1408, j’ai payé à Nicolau Vilarnau, bedeau, ce qu’il demande en son nom et celui de son compagnon, pour la pension que la fabrique leur fait toutes les années pour leur seconde paye de Noël pour sonner les cloches majeures : 1 s., et pour monter au sépulcre et au clocher : 37 s. 6 d., et pour balayer le chœur les samedis de Pâques : 11 s., et pour sonner la cloche «del perde» à midi : 12 s., et la sonner à nouveau quand on élève le corps de Jésus Christ lors de la grande messe : 10 s…».

153 ACG, Obra de la Seu, n° 47, 1477.

154 ACG, Obra de la Seu, n° 36, 1434-1435. «J’ai payé à Antoni Ribers pour monter en haut de la voûte pour dépoussièrer et nettoyer bien pour Sainte Marie d’Août car aucun des tailleurs de pierre ne voulait monter, pour 2 jours à raison de 5 sous 6 par jour: cela s’élève à 11 sous».

155 Ibid. «J’ai payé le 3à mai 1435 à Pere Angel argentier pour un bourdon d’argent qui était cassé en deux pour 3 onces d’argent qu’il a mis sur le pied et il refit un anneau d’argent où il y a la larme et un fermoir d’argent qui était sur la boite en ragent où sont les osties de l’autel majeur ».

156 ACG, Obra de la Seu, n° 47, 1481-1483, s/f. «Item a XVIIII pagui per mans del dit monseyn Campins al senyor en Coll, argenter, per tornar saldar la punta de hun candellobra d’argent d eles qui servexen cada dia, la qual era trencada… 4 sous».

157 ACG, Obra de la Seu, n° 23, 1402-1404, fol. 50 r. «Item, pague an Palol Bosser per una cana e mig de tafatan: XXXIII sous; Item per XII canes de veta de seda qui pesaven III onces a raho de IX sous per once: XXVII sous; item, per II palmes de taffatan morat mes e per seda de cusir tot aço pres madonna Solera custumera qui lo mes en capes e vestiments de la seu axi que monta tot que li pague e axi a per en son comta, aci posat… LXVIII sous VI».

158 Des exemples parmi tant d’autres : fol. 32 v., ACG, Obra de la Seu, n° 47, 1481-1483.

159 Ibid, n° 40, 1448-1449, fol. 94 r. « De même, j’ai payé à monseigneur Pere Serra desservant à la seu et chargé de la levée des semaines pour monseigneur Bartholeu Coromina pour une semaine de majeur : 8 sous. De même, j’ai payé également pour monseigneur Johan Pere chanoine pour une semaine d’Evangiles 7 sous et pour une autre de majeur 8 sous et pour une autre de mineur 6sous ».

160 Ibid, n° 46, 1472-1479.

161 Ibid, n° 25, 1408.

162 Ibid, n° 23, par exemple.

163 Ibid, n° 32, 1422-1423, fol 54 v. sq.

164 ACG, Obra de la Seu, n° 46, 1472-1479, fol. 157 sq.

165 AHPG, not. 1, n° 385, s/n.

Table des illustrations

Titre Total des recettes en deniers
Légende Graphique 1 : Perceptions totales par an, en deniers.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/35088/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Légende Graphique 2 : Répartition des dépenses sur le siècle.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/35088/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 18k

© Presses universitaires du Midi, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search