Version classiqueVersion mobile

La construction et les métiers de la construction à Gérone au XVe siècle

 | 
Sandrine Victor

Introduction

Texte intégral

1Privilégier l’histoire globale à l’histoire locale, s’intéresser davantage aux grandes conjonctures qu’à la micro-économie, étudier les destinées de rois et d’élites sociales plutôt que les couches populaires : telles étaient les tendances générales de l’historiographie médiévale. Heureusement, le courant s’inverse, et désormais, l’individu, le petit groupe, la ville de province engendrent des études qui donnent une vision quotidienne passionnante et concrète d’une époque aussi lointaine que le XVe siècle.

  • 1 Robert Henri Bautier, « Histoire sociale et économique de la France médiévale », L’histoire médiéva (...)
  • 2 Citons, entre autres, « L’artisan dans la Péninsule Ibérique », RAZO, cahiers du Centre d’Études Mé (...)

2C’est avec le secret espoir d’ouvrir une porte sur un monde méconnu que ce travail a été entrepris. Le monde des métiers du bâtiment est le parent pauvre des études sur le monde artisanal. R.-H. Bautier1 résume la situation en termes forts clairs : l’histoire de l’artisanat et des métiers est fortement négligée. De nombreuses études ont pourtant été réalisées sur les métiers de la construction, sur les chantiers des cathédrales et sur les techniques employées2. Mais combien d’entre elles sont-elles interdisciplinaires ? Combien abordent à la fois la vie du chantier, les problèmes de financement des œuvres, les techniques et outils, mais également les conditions de travail, le niveau et les conditions de vie, les présences et absences dans la vie de la cité de ces artisans de la construction ?

3Loin de nous la tentation de prétendre faire un travail novateur. Notre modeste contribution à l’historiographie n’aura pour visée que d’entrouvrir un champ de recherches, permettant d’étudier une catégorie sociale, qui malgré son rôle prépondérant dans les sociétés urbaines, n’a été que partiellement étudiée.

4Or, dans le cas de Gérone, tout prédispose à obtenir des résultats encourageants. Le contexte politique du XVe siècle y est favorable, même si la conjoncture économique est tourmentée, et le contexte social parfois explosif. Ajoutons à cela le souffle de l’ère gothique qui s’épanouit brillamment à Gérone, et des sources archivistiques d’une grande richesse à exploiter. Tout converge pour faire de la société géronaise du XVe siècle le cadre idéal pour cette étude interdisciplinaire.

  • 3 A. Ferret, Compendi d’historia de Catalunya, Barcelone, 1989, p. 15.

5Le territoire historique de la Catalogne va de l’Èbre jusqu’aux Corbières3. Les Pyrénées, loin d’être une frontière, sont une colonne vertébrale. C’est pourquoi le diocèse de Gérone joue un rôle primordial : elle est le trait d’union entre la Péninsule Ibérique et le continent, entre la Catalogne du sud et celle du nord, l’axe central des rapports littoral-terres intérieures.

6La topographie de Gérone et sa structure interne émanent de cette vocation de carrefour. Traversée du nord au sud par l’ancienne via Augusta, elle s’articule d’est en ouest autour d’une rivière : l’Onyar, qui avec le Ter, le Güell et le Gallicans forme la toile autour de laquelle la ville s’étend.

Plan 1 : Plan de Gérone.

  • 4 T.N. Bisson, Historia de la Corona d’Aragó a l’Edat Mitjana, Barcelone, 1988 ; M. Bouille, C. Colom (...)

7La Catalogne traverse le XVe siècle agitée de secousses politiques4. Unie à l’Aragon depuis le mariage du comte de Barcelone Raymond Béranger IV et Petronille en 1137, elle connaît un changement de dynastie en 1412. En effet, le roi Martin (1395-1410) meurt sans héritier, et laisse le trône à la famille castillane des Trastamare, en la personne de Ferdinand de Antequera, fils de Jean Ier, roi de Castille, lors du compromis de Caspe. En 1416, son fils Alphonse V, dit le Magnanime, lui succède. Même si les Catalans avaient accepté le choix de Caspe, les factions nobiliaires ne manquèrent pas de défendre leur identité nationale. Ainsi, Jean II, successeur d’Alphonse, vit son règne entaché par une guerre civile et une amputation du territoire (1462- 1472).

8Il avait deux fils : Ferdinand, son favori, et Charles, préféré, lui, des Catalans. Quand Jean II décide de faire emprisonner Charles, Barcelone se soulève et arrache au souverain la capitulation de Vilafranca del Pénedès en 1461. C’est le triomphe de la bourgeoisie. Cette capitulation lui interdit d’entrer librement en Catalogne et attribue le véritable pouvoir à un lieutenant, qui est le prince Charles. Quand celui-ci meurt peu de temps après d’une maladie pulmonaire, Barcelone croit à un empoisonnement et se soulève à nouveau. Dans cette nouvelle lutte, Jean II cherche un allié en la personne du roi de France, Louis XI, et hypothèque le Roussillon et la Cerdagne en échange d’armes et de fonds lors du traité de Bayonne en 1462. Une guerre civile commence. Elle dure 10 longues années, et ne cesse qu’avec la capitulation en 1472 d’une Barcelone assiégée, affamée et ruinée. Clément, Jean II n’entreprend pas de représailles, pas plus qu’il ne tente de récupérer les territoires passés aux mains des français. Quand il meurt en 1479, il laisse son trône à Ferdinand, qui, par son mariage en 1469 avec Isabelle, a réussi l’unification politique et religieuse du pays via l’union entre la Castille et l’Aragon.

  • 5 Josep Clara, Introducció a la historia de Girona, Salt, 1983 ; M. J. Pelaez, Catalunya despres de l (...)

9Gérone est au cœur de la tempête déclenchée par cette guerre civile5. Par sa position géographique, elle occupe une place stratégique de choix. Elle subit donc de plein fouet le conflit, et doit résister aux sièges des uns et des autres, qui la laissent exsangue en 1472. Le premier siège est le plus connu : la reine Jeanne, et son fils héritier, décident de se réfugier à Gérone, dans le quartier de la Força. Les troupes de la Diputació del General, conduites par le comte de Pallars, assiègent la ville en mai 1462. Si la ville basse est prise rapidement, le vicomte de Rocaberti tient bon dans la Força. De son côté Verntallat, qui est à la tête des paysans remences soulevés depuis février, tente de prendre les armées du comte de Pallars à revers par Riudellots de la Creu, mais échoue. Le 17 juin, le comte entre en ville, mais doit affronter la résistance ardente de Rocaberti, qui tiendra la Força jusqu’à l’arrivée des troupes du comte de Foix, le 23 juillet, qui sauvent la reine et défont le comte de Pallars.

10D’autres sièges ont suivi, mais la situation reste relativement calme jusqu’en 1467. Le roi Jean II avait, au début du conflit, monnayé l’aide des troupes de Louis XI de France contre le Roussillon et la Cerdagne. Mais la Diputació del General, elle aussi, avait demandé aux troupes françaises de lui venir en aide, ce qui lui fut dans un premier temps refusé. En 1467, la France se ravise et accepte l’offre, venant ainsi au secours de la Diputació del General. Gérone étant toujours considérée comme un point stratégique, doublé à présent d’un foyer de résistance royaliste en Catalogne, le duc de Lorraine, fils du duc d’Anjou, s’y dirige en mai 1467. Il arrive par Santa Eugenia de Ter. Pour couper les communications et anticiper l’arrivée de renforts de Jean II, il réalise de nombreux raids avec ses troupes dans la comarca du Girones et en particulier dans la zone de Banyoles. Jean II envoie effectivement une aide à Gérone en la personne de son propre fils, Ferdinand, qui prend la tête des troupes royales. Le duc de Lorraine part en direction de Hostalric afin de le stopper. Le prince passe par Lleida, Vic, Sant Esteve d’en Bas, Amer pour arriver enfin à Salt en août. Il se met ensuite à « nettoyer : » l’Empordà des poches rebelles. Vernatllat décide de s’installer avec ses troupes au Mercadal, en cas de nouveau siège. En octobre, le roi en personne débarque avec son armée à Castelló d’Empúries et vient inspecter la situation locale.

11Mais les choses ne s’arrêtent pas là. Le duc de Lorraine ne s’avoue pas vaincu et réentreprend le siège de la ville en 1468. Quand en novembre, Ferdinand II vient au secours de Gérone à nouveau assiégée, il est battu à Vilademat par les troupes françaises. C’est le début d’une série de revers pour les troupes royales en Empordà. Les troupes royalistes se replient donc vers Tarragone. Gérone, toujours en état de siège, mais pas encore vaincue, devient le point de résistance en Catalogne. 18 000 français de plus y sont dirigés, sous les ordres du général Dubois. C’est le début d’un long siège. Le jour de la fête du Corpus Christi de l’année suivante, le 1er juin, les jurats sont invités par Dubois à un déjeuner, afin d’engager des pourparlers. En fin d’après-midi, ils font entrer 200 hommes armés en ville et signent la reddition. Dubois, quant à lui, jure devant la porte de la cathédrale que les privilèges dont jouissait Gérone seront maintenus.

12Ceci semble être la fin de la résistance géronaise, qui désormais a changé de camp. Cependant, cette situation n’est que de courte durée, car l’année suivante, le duc de Lorraine meurt, ce qui permet à Jean II de récupérer définitivement la ville.

13La désormais « Immortal Girona », surnom gagné lors de la défense de la reine à la Força, a donc, durant les dix années de guerre, subi dans sa chair les sièges successifs des troupes rebelles et royalistes. La ville est en ruine, la production désorganisée, la population décimée, et les survivants souffrent encore des divisions vécues pendant 10 ans.

  • 6 Ch. E. Dufourcq, Jean Gautier-Dalche, Histoire économique et sociale de l’Espagne chrétienne au Moy (...)

14Les crises économiques et démographiques ne sont pas seulement fruits de la guerre civile6. Le déclin démographique est amorcé depuis la peste. Alors qu’en 1300 la Catalogne comptait 500 000 habitants, elle ne compte plus que 225 000 âmes en 1497. Gérone n’échappe pas à ce sort. Les conséquences seront terribles. En 1360, il y avait 2092 feux à Gérone. Les épidémies, la faim, les secousses économiques du XVe siècle vont entraîner par paliers la baisse de la population, même si, grâce à un fort afflux migratoire, elle arrive, bon an mal an, à se maintenir. Malgré tout, après la guerre civile, Gérone ne compte plus que 563 feux. La stratégie d’octrois de franchises, mise en place par la municipalité pour attirer les candidats à l’immigration et ainsi combler les manques en main d’œuvre et remplir les caisses de la ville, a été payante. Entre 1473 et 1513, la population augmentera de 93 %, passant de 563 familles à 1089.

15À partir de 1380, parallèlement à cette crise démographique, le Principat traverse une crise économique passagère. Les Corts ont beau adopter au début du XVe siècle des mesures protectionnistes sévères, pour interdire toute importation de draps étrangers, les marchés extérieurs restent bien tenus par les artisans du textile et les marchands catalans : Sicile d’abord, Royaume de Naples ensuite. Mais le tassement de cette crise s’observe quelques années avant la guerre civile, vers 1455. Après la guerre civile, la dernière décennie est marquée par un revirement de conjoncture, qui est propre à l’ensemble de l’Occident, mais qui s’explique aussi par les besoins de la reconstruction. Le commerce reprend, les routes s’ouvrent à nouveau sur Alexandrie, la Sicile, la Sardaigne, et Naples. Le secteur textile, encouragé par la reprise démographique, reprend son souffle, même s’il n’a pas encore retrouvé sa splendeur d’avant la crise. Gérone, dont le textile est la principale source de richesses, exporte jusqu’en Sicile.

  • 7 Les métiers au Moyen Âge. Aspects économiques et sociaux, actes du colloque du 7-9 octobre 1993 à L (...)
  • 8 Cécile Fouchard, Assistance et pauvreté à Gérone au début du XVe siècle, Maîtrise d’Histoire de l’U (...)

16Ces malaises économiques engendrent immanquablement des malaises sociaux7. Le prix des dépressions est payé par les plus faibles : les Juifs, persécutés en 1391, sont expulsés du royaume en 1492. La pauvreté touche une tranche de plus en plus large de la population, qui doit recourir à l’aide publique, au travers d’institutions charitables, comme la Pia Almoina de Gérone. Cette dernière, au plein cœur de la crise, et dans les années suivantes, peut redistribuer aux plus humbles jusqu’à 10 500 pains par mois8, soit plus de 350 par jour en moyenne. La crise sociale passe également par des révoltes et des soulèvements. Dans les campagnes, les paysans remences prennent les armes contre les seigneurs. En ville, les couches populaires se soulèvent contre les élites. À Gérone, absentes de la vie politique, elles descendent dans la rue en 1455 et cherchent à être entendues. Le système de gouvernement politique des villes est à repenser, car depuis l’institution du Consulat en 1284, il favorise une oligarchie bourgeoise et des lignées de riches marchands, au détriment de la masse des artisans. Pour éviter une crise majeure, la reine Marie fait un premier geste en 1437 en introduisant une part de hasard dans les élections, premier pas avant le système de l’insaculació, édicté en 1457, où le gouvernement municipal est entièrement tiré au sort. Même si l’oligarchie urbaine est opposée à ce système, il perdura jusqu’au décret de Nova Planta.

  • 9 Nous utiliserons « Métier » : pour désigner la structure professionnelle, et « métier » : pour la p (...)

17En dehors de ces agitations, la société géronaise est en pleine structuration. Les confréries de Métiers9, dont les origines datent des XIIIe et XIVe siècles, se mettent définitivement en place et atteignent leur maturité. La vie professionnelle des artisans, et en particulier de ceux du bâtiment, est désormais régie par une structure fédératrice, qui leur assure de plus une aide dans la maladie, la pauvreté ou la mort.

  • 10 P. de Palol, Gerona monumental, Madrid, 1953 ; « La naissance et l’essor du gothique méridional au (...)

18Paradoxalement, dans ce monde agité par les guerres, les crises, les révoltes, un art qui prône la proportion, les nombres parfaits, symboles de la cohésion de l’univers et de la splendeur de la vérité, se développe : le gothique10. Dérivé du gothique français, né sous l’impulsion de Suger au XIIe siècle, le gothique catalan acquiert des caractéristiques particulières. Si en Espagne les édifices battent des records de largeur et de superficie, la Catalogne se singularise par des bâtiments larges, massifs, sans tension bidimensionnelle. Elle apprécie particulièrement les vastes volumes, qui s’épanouissent dans la construction de nefs uniques, comme celle de Gérone qui culmine à 22.98 m. Les verrières, par où entre la lumière, et en particulier la lumière divine, deviennent un élément essentiel, tout comme la sculpture. Celle-ci est influencée par les écoles flamandes et allemandes. Ces influences se retrouvent également dans la peinture, grâce aux œuvres de Jean Van Eyck par exemple. La Catalogne s’y illustre particulièrement, en devenant une référence de la peinture européenne. Tout comme en architecture, les Catalans cultivent le goût du détail, l’esprit de gravité et l’intensité intérieure. Le monde des arts géronais attire des artistes venus de loin, comme les français Jean de Tournay et Aloi de Montbrai, mais est aussi le fait de prestigieux maîtres locaux comme Guillem Morell et Pere Oller, auteurs respectivement des tombeaux de Raymond Béranger II et du cardinal Anglesola. Le domaine de la peinture brille également grâce aux membres de la famille Borrassà ou à Miquel Canelles. Francesc Artau père et Francesc Artau fils illustrent quant à eux avec virtuosité le monde de l’orfèvrerie, avec, entre autres œuvres, l’ostensoir du Corpus de la cathédrale.

19Le monde de l’art géronais gravite donc autour d’un monument emblématique : la cathédrale. Perle gothique, chantier majeur du XVe siècle, fabrique aux rouages bien huilés et à l’administration solide, elle est le passage obligé de tout ouvrier du bâtiment qui veut travailler à Gérone. C’est donc par le dépouillement des comptes de la fabrique de la cathédrale, « l’obra de la seu », que nous avons commencé notre travail. Cependant, cette documentation exceptionnelle ne saurait constituer la seule source de notre étude. Les archives de Gérone possèdent des fonds de qualité, qui permettent d’embrasser la globalité du sujet : notariat, archives ecclésiastiques, fonds municipaux, sans compter les archives de la Couronne d’Aragon, conservées à Barcelone.

  • 11 Voir descriptif des sources en annexes.
  • 12 Citons, entre de nombreux autres, les travaux de L. Batlle I Prats, « Documents per a la biografia (...)

20Les sources mises en œuvre sont aussi variées que le sujet est vaste11. L’objectif premier était de privilégier l’étude des sans-grades, des mains sans noms qui bâtirent la ville de Gérone ; les élites des métiers de la construction (maîtres d’œuvre, peintres, orfèvres, sculpteurs) ayant déjà fait l’objet d’études, surtout dans le domaine de l’histoire de l’art12. Le premier constat tient à la faiblesse de toute trace documentaire au fur et à mesure que l’on s’enfonce dans l’échelle sociale. Le travail en archives n’en fut que plus acharné.

  • 13 Ancien Cardo Maximus, la rue de la Força traverse la ville haute de Gérone.
  • 14 « Décisions municipales ».

21La base de notre travail s’est articulée autour des comptes de fabrique. Nous avons essentiellement utilisé les comptes de l’obra de la seu, conservés aux archives de la cathédrale, et les comptes de construction du mur du Mercadal, de Sant Pere et de Sant Feliu, conservés aux archives municipales, pour aborder les chantiers laïcs. À Barcelone, aux archives de la Couronne d’Aragon, nous avons pu consulter les livres de comptes de travaux effectués pendant la guerre civile à la Força13. Les visites pastorales des archives diocésaines nous ont donné une idée de l’état des lieux, surtout après la guerre civile. Après avoir établi un corpus nominatif des ouvriers à partir de ces comptabilités, nous nous sommes attelés à la lourde tâche de cerner leur vie quotidienne. Les comptes déjà cités nous ouvraient les portes de leur vie professionnelle. Nous avons complété ces informations avec les ordonnances de Métiers, les réglementations du Mostassaf, et les directives des jurats conservées dans les Manuals d’acords14, des archives de la cité. Les contrats liant les fabriques et les principaux artisans sont conservés soit aux archives diocésaines, soit dans les registres de notaires des archives provinciales, soit dans les délibérations de la municipalité. Pour réaliser une étude plus approfondie de la population, nous nous sommes d’abord intéressés à leurs origines, grâce aux franchises, puis à leur répartition en ville, en dépouillant les tailles et les recensements. La structure réelle de cette population artisanale ne nous est apparue qu’après dépouillement exhaustif des testaments du XVes : iècle, et sondages approfondis dans les registres de notaires. Nous avons ainsi pu dresser le tableau des comportements sociaux, des politiques matrimoniales, de l’acquisition et la transmission des patrimoines. La valeur réelle de ces biens n’a pu être calculée qu’à partir du croisement entre différentes sources de nature économique (salaires, prix). C’est pourquoi, il a fallu dresser une synthèse de l’évolution des prix des denrées de base. Pour cela, nous avons utilisé les comptes de la Pia Almoina, conservés aux archives provinciales, les livres de la Botiga del forment, de la taula de la carn, et des manuals d’acords des archives municipales. Enfin, dans le but de compléter les connaissances acquises sur les comportements religieux grâce aux testaments, nous avons dépouillé le fonds confraries, des archives diocésaines.

22Ce sont les principales sources utilisées pour les grands thèmes de cette étude. Mais le travail en archives a surtout consisté à l’assemblage patient et minutieux d’infimes détails glanés au hasard de documents souvent sans rapports directs avec le sujet. La somme de ces mentions éparses, concernant les ouvriers du bâtiment, a permis de dresser, nous l’espérons, un portrait fidèle de cette population. C’était en effet le seul moyen que nous avons mis en œuvre pour étudier, même partiellement et imparfaitement, les gens de Métiers, leur vie et leur famille, leur place dans la société.

23C’est par l’exploitation systématique de ces nombreux fonds archivistiques qu’il a été possible d’élaborer la problématique de cette étude.

24Après avoir réuni un corpus de l’ensemble des artisans du bâtiment, comprenant les métiers de la pierre, du bois, les métiers de la décoration, les fournisseurs et les manœuvres, il a fallu suivre cette population au jour le jour, dans sa vie quotidienne. Nous commencerons par étudier leur activité professionnelle, après avoir présenté la typologie des chantiers ouverts à Gérone au XVe siècle. Il sera alors nécessaire d’étudier les structures qui font fonctionner ces entreprises de construction, en particulier les fabriques. L’origine du financement et les mouvements de fonds ont tout particulièrement attiré notre attention. De plus, la fabrique doit résoudre les problèmes d’approvisionnement en matériel, matériaux et en hommes. Elle est également la gardienne du savoir de l’architecte, et possède le pouvoir de décision de l’avancée tant théorique que pratique du projet. Les chantiers ne se résument pas à cette structure administrative. Un chantier, c’est, d’abord et avant tout, des hommes au travail. Ils ont d’abord acquis un savoir, des techniques, qu’ils appliquent et améliorent. L’infrastructure du chantier et son déroulement ne sont que la mise en application d’un savoir-faire transmis au sein d’une loge ou d’un Métier. Car ce XVe siècle est l’époque de maturité des organisations professionnelles, qui, après une adolescence religieuse, prennent force et rigueur. Les individus se regroupent donc, pour faire entendre leur voix et défendre leurs acquis. Les conditions de travail sur les chantiers sont en effet difficiles. Les rythmes sont soutenus, et les salaires ne répondent pas toujours aux besoins des familles d’artisans.

25Car c’est enfin dans leur quotidien et dans leurs conditions et niveau de vie que nous avons voulu appréhender les bâtisseurs. Il faut d’abord les situer dans la population, apprécier leur effectif et leur poids démographique. Ensuite, on peut se demander si leur comportement social est très révélateur d’une identité propre. On peut essayer de l’entrevoir à travers les choix matrimoniaux, les liens et les rapports sociaux, le cadre de vie. Ces relations sociales ne sont compréhensibles que replacées dans un cadre économique. Il est donc primordial d’estimer, avec le plus de justesse possible, le niveau de vie réel des artisans du bâtiment, en s’interrogeant sur leurs capacités à fournir aux leurs les revenus nécessaires à une alimentation saine, un logement décent, et un accompagnement dans la maladie et la mort.

26Les relations aux autres se placent également dans un cadre plus institutionnel. La place politique qu’occupe ce secteur du bâtiment, 9,5 % de la population en moyenne sur le XVe siècle, est-elle en rapport avec le service rendu à la communauté ? Enfin, dans un dernier point, nous tenterons d’approcher leur comportement religieux, leurs attitudes face à la mort.

27L’objectif premier de cette étude est de ne jamais privilégier le maître au détriment de l’apprenti, le célèbre au détriment de l’anonyme, et le riche au détriment du pauvre. Cela ne signifie pas que l’élite du Métier sera négligée. Ainsi, en observant tous les artisans du bâtiment dans leur vie professionnelle, sociale et personnelle, nous espérons répondre grâce à une approche prosopographique à la question de l’identité de ce corps de métiers : place du groupe, émergence de l’individu. C’est seulement en embrassant l’intégralité de cette problématique que nous pourrons apprécier la place réelle des métiers de la construction dans la société urbaine du XVe siècle, et sur son identité propre.

Notes

1 Robert Henri Bautier, « Histoire sociale et économique de la France médiévale », L’histoire médiévale en France, bilan et perspectives, textes réunis par Michel Balard, Société des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur, Paris, 1991.

2 Citons, entre autres, « L’artisan dans la Péninsule Ibérique », RAZO, cahiers du Centre d’Études Médiévales de Nice, n° 14, 1993 ; Artistes, artisans et production artistique au Moyen Âge, actes du colloque de Rennes, 2-6 mai 1983, 2 t., Paris, 1987 ; les travaux de M. Aubert, dont « La construction au Moyen Âge », BM, n° 118 et 119, 1960 ; R. Bechmann, Les racines des cathédrales, Paris, 1981 ; Philippe Bernardi, Métiers du bâtiment et techniques de construction à Aix-en-Provence à la fin de l’époque gothique (1400-1500), Thèse de doctorat, Lille, 1990 ; P. du Colombier, Les chantiers des cathédrales, Paris, 1953 ; La construction au Moyen Âge, histoire et archéologie, actes du congrès de la Société des Historiens Médiévistes de l’Enseignement Supérieur, Besançon, 1972 ; J. Gimpel, Les bâtisseurs de cathédrale, Paris, 1958 ; D. Knoop, J. P. Jones, The medieval mason, Manchester, 1933.

3 A. Ferret, Compendi d’historia de Catalunya, Barcelone, 1989, p. 15.

4 T.N. Bisson, Historia de la Corona d’Aragó a l’Edat Mitjana, Barcelone, 1988 ; M. Bouille, C. Colomer, Histoire des catalans, Toulouse, 1990 ; Joaquim Nadal I Farreras, Philippe Wolff, Historia de Cataluña, Barcelone, 1992 ; J. M. Salrach, E. Duran, Historia dels països catalans dels origens a 1714, t. 2, Barcelone, 1982 ; Santiago Sobreques I Vidal, Joan Sobreques I Gallico, La guerra civil catalana del segle XV, 2 t., Barcelone, 1972 ; P. Vilar, La Catalogne dans l’Espagne moderne, t. 1, Paris, 1962.

5 Josep Clara, Introducció a la historia de Girona, Salt, 1983 ; M. J. Pelaez, Catalunya despres de la guerra civil del s. XV, Barcelone, 1981.

6 Ch. E. Dufourcq, Jean Gautier-Dalche, Histoire économique et sociale de l’Espagne chrétienne au Moyen Âge, Paris, 1976 ; Robert Fossier, Histoire sociale de l’occident médiéval, Paris, 1970 ; G.Fourquin, Histoire économique de l’occident médiéval, Paris, 1969 ; J. Heers, L’occident aux XIVe et XVe siècles, aspects économiques et sociaux, Paris, 1966 ; C. Batlle Gallart, La crisis social y economica de Barcelona a mediados del siglo XV, t. 1, Barcelone, 1973 ; C. Carrere, Barcelona (1380-1462) : un centre economic en epoca de crisis, 2 vol., Barcelone, 1978 ; Philippe Contamine (sous la direction de), L’économie médiévale, Paris, 1993 ; Christian Guilleré, Girona al segle XIV, Barcelone, 1993-1994 ; M. Malowist, Croissance et regression en Europe, XIVe-XVIIe siècles, Paris, 1972 ; M. A. Vila, La vida i l’economia de Catalunya, segles XIII a XVII, Barcelone, 1983.

7 Les métiers au Moyen Âge. Aspects économiques et sociaux, actes du colloque du 7-9 octobre 1993 à Louvain-la-Neuve, Louvain-la-Neuve, 1994 ; R. Mousnier, Les hiérarchies sociales de 1450 à nos jours, Paris, 1969 ; Santiago Sobreques I Vidal, Societat i estructura politica de la Girona medieval, Barcelone, 1975 ; Josep Maria Torras I Ribe, Els municipis catalans de l’Antic Regim, 1453-1808, Barcelone, 1983.

8 Cécile Fouchard, Assistance et pauvreté à Gérone au début du XVe siècle, Maîtrise d’Histoire de l’Université de Savoie, Chambéry, 1995, dactyl.

9 Nous utiliserons « Métier » : pour désigner la structure professionnelle, et « métier » : pour la profession.

10 P. de Palol, Gerona monumental, Madrid, 1953 ; « La naissance et l’essor du gothique méridional au XIIIe siècle », Les Cahiers de Fanjeaux, n° 9, 1994 ; Pere Freixas I Camps, L’art gotic a Girona, segles XIII i XV, Gérone, 1983 ; E. Male, Arts et artistes du Moyen Âge, Paris, 1939 ; M. Aubert, Le gothique à son apogée, Paris, 1964.

11 Voir descriptif des sources en annexes.

12 Citons, entre de nombreux autres, les travaux de L. Batlle I Prats, « Documents per a la biografia i obres dels artistes gironins Francesc Artau i Pere Comte », Miscel.lania Puig y Cadafalch, vol. I, IEC, Barcelone, 1947-1951, p. 139-148 ; Joan Clara, « Precisions i nous documents sobre els pintors Borrassà », Annals de l’Institut d’Estudis Gironins, vol. XXIX, 1987, p. 129-142 ; Pere Freixas I Camps, « Antoni Canet, maestro mayor de la seo de Girona », RDG, n° 60, 1972 ; J. Marques Casanovas, « Maestros escultores de la fachada catedralicia de Gerona », RDG, n° 8, 1959 ; J. Sutra Viñas, « El “maestro de Gerona”, Ramon Solà », RDG, X, n° 28, 1964.

13 Ancien Cardo Maximus, la rue de la Força traverse la ville haute de Gérone.

14 « Décisions municipales ».

Table des illustrations

Légende Plan 1 : Plan de Gérone.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/35073/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 21k

© Presses universitaires du Midi, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search