Version classiqueVersion mobile

La construction et les métiers de la construction à Gérone au XVe siècle

 | 
Sandrine Victor

Préface

Philippe Braunstein

Texte intégral

1Comme l’écrivait Isidore de Séville, « une vraie ville, dans ses murs, ce sont ses habitants qui lui donnent corps » ; parmi ces habitants, Sandrine Victor a choisi d’évoquer ceux qui bâtissent les murs.

2C’est dire, d’emblée, l’ambition d’un travail qui, partant de sources comptables de chantiers, ne se contente pas d’apporter une pierre à l’édifice d’une histoire de la construction, mais tente d’aller le plus loin possible dans une connaissance de la société urbaine et d’éclairer, par delà les techniques de production et de gestion, ce que Pierre Michon appelle les « vies minuscules ». L’ouvrage qui est né de cet élan recréateur comporte la part de comptages et de courbes qu’une documentation sérielle massive dans le temps long d’un siècle permettait d’établir ; mais il offre aussi l’analyse des modes de vie, en descendant au niveau des destins singuliers que l’histoire des chantiers permet parfois heureusement d’évoquer.

3L’édition française de cette enquête minutieuse dans les archives catalanes inscrit la construction d’une cathédrale gothique, celle de Gérone, dans le champ, sans cesse renouvelé depuis un quart de siècle, d’une histoire de la construction en Europe entre XIIIe et XVIe siècle : histoire technique, histoire des matériaux, histoire ouvrière, histoire de la production et de la gestion de grands édifices, histoire de l’entreprise financière et comptable ; mais les archives de Gérone sont assez riches et l’enquête de Sandrine Victor assez poussée pour que surgisse autour du chantier en gestation perpétuelle le monde complexe et mouvant d’une population urbaine, au premier chef les hommes de métier, mais aussi les administrateurs, les artistes, les notables, tous ceux que l’entreprise collective associe à des niveaux divers et que l’auteur aperçoit et suit avec ténacité dans leur activité professionnelle et parfois jusque dans le contexte de leur vie privée. Gérone est à la fin du Moyen Âge une ville drapante et l’on entrevoit, grâce à la documentation notariée mise en œuvre, que les artisans du bâtiment vivent dans le milieu industriel de la laine, les testaments massivement conservés permettant de situer maçons et charpentiers dans leur paroisse et leur voisinage où exécuteurs testamentaires et témoins des actes sont en grande majorité des tisserands et autres praticiens du textile.

4Après Bruges, Florence, Milan, Avignon et tant de villes, grandes et petites, d’Europe, Gérone devient, grâce à Sandrine Victor, un des sites de référence qui permet de faire d’utiles comparaisons, qu’il s’agisse du financement des grands travaux, de l’usage et du remploi des matériaux de construction, de la qualification et de la mobilité de la main d’œuvre, des rythmes de travail, des variations du salaire selon le type de travail, l’âge et le savoir-faire de l’ouvrier, de l’emploi des femmes et de la place des esclaves sur les chantiers.

5Ainsi, l’enquête apporte des traits propres à l’histoire de Gérone, mais dont la portée impose des confrontations nécessaires sur d’autres sites et dans d’autres ensembles urbains.

6On connaissait, en le comparant aux rapports d’expertise du Dôme de Milan en 1400, l’argumentation du maître Antoni Canet lors de la construction de la nef de Gérone en 1416 ; Sandrine Victor offre à ses lecteurs le texte intégral de la décision, qui souligne le moindre coût, la sûreté et la qualité esthétique du projet retenu : ce qui est beau est proportionné et plaisant (jucundus).

7On savait aussi, grâce aux travaux récents de Philippe Bernardi, combien la hiérarchie au travail (maître-compagnon-apprenti) et la police des métiers « offre une vision idyllique de promotion sociale », souvent controuvée par les véritables conditions de l’embauche, avec le salariat précaire, la sous-traitance et les adjudications au rabais ; le chantier de Gérone confirme la violence sociale des rapports au travail.

8La nécessaire distinction entre profession, métier et occupation pose des questions de vocabulaire économique ; on croit savoir ce qu’est un manœuvre sur un chantier, puisqu’on lui attribue communément de basses besognes ; Sandrine Victor a fait sortir un manœuvre, Joan Prat, de l’anonymat ; elle est en mesure d’évoquer une personnalisation du salaire et des conditions d’existence variées, lorsque tel manœuvre est propriétaire d’esclave, ou possède une maison dont le mobilier vaut bien celui d’un maître artisan. Si les manœuvres font partie de ces couches sociales inférieures que tentait de définir le grand médiéviste que fut Erich Maschke, ils ne sont point à Gérone ceux dont le destin collectif s’est le plus détérioré au cours du 15° siècle, à la différence de maîtres maçons ou charpentiers qui, au fil du temps, perdent leur avance par rapport à d’autres catégories professionnelles.

9Voilà quelques exemples des ajustements, des ouvertures, des interrogations que l’enquête fine de Sandrine Victor incorpore dans une vision d’ensemble du monde du travail manuel à la fin du Moyen Âge. Le grand chantier est à Gérone, grâce à des sources d’archives exceptionnelles et complémentaires, une fenêtre sur le monde urbain qui l’entoure. La cathédrale n’est pas un objet créé pour le plaisir des historiens d’art ; elle est l’expression d’un rapport au sacré incarné dans une volonté collective, d’une démonstration de foi enracinée dans la maîtrise des métiers. C’est grâce à des travaux exemplaires comme celui-ci que l’histoire des économies anciennes, à la fois technique et sociale, se perpétue et se renouvelle.

© Presses universitaires du Midi, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search