Version classiqueVersion mobile

Histoire et mémoire au Niger

 | 
Jérôme Bernussou

Préface

Sophie Dulucq

Texte intégral

  • 1 Bernard Ogot, « Towards a History of Kenya », Kenya Historical Review, 1976, pp.1-16.

« L’indépendance politique [de l’Afrique] ne pouvait avoir de sens que si elle s’accompagnait d’une indépendance historique.»1

1Les études historiographiques se sont multipliées depuis un certain nombre d’années, tant il est devenu évident aux yeux des chercheurs que les narrations élaborées par les historiens contribuaient de façon déterminante à la construction des identités et des mémoires – qu’elles soient nationales ou propres à tel ou tel groupe social. Interpréter le passé, lui donner sens, le façonner et, dans de nombreux cas, le mettre en scène : ces opérations au carrefour de l’histoire savante et d’une possible instrumentalisation politique ou mémorielle, tissent les récits d’une histoire collective mouvante et toujours inachevée.

  • 2 Caroline Neale, Writing ‘Independent’ History. African Historiography (1960-1980), Londres (...)

2Si les recherches se sont concentrées sur les productions historiographiques des pays occidentaux (pour la seule France, on ne compte plus les travaux sur l’histoire méthodique de la fin du XIXe siècle ou sur l’« école » des Annales…), elles concernent aussi de plus en plus les histoires écrites dans les pays du Sud. L’historiographie indienne des Subaltern Studies, les œuvres historiques mexicaines ou brésiliennes ont suscité nombre d’études et de réflexions stimulantes. Pour ce qui concerne l’Afrique, on connaît mieux aujourd’hui les « écoles » de Dakar, d’Ibadan et de Dar-es Salam, ou les travaux des historiens sud-africains depuis le XIXe siècle... L’épanouissement d’historiographies nationales, souvent nées à la charnière de la colonisation et de la décolonisation, ont aussi suscité l’intérêt des auteurs, intérêt d’ailleurs sous-tendu par une réflexion sur l’ambition proclamée, dans les années 1960-1980, à écrire une histoire indépendante – pour reprendre l’expression de Caroline Neale (qui mettait l’adjectif entre guillemets dans le titre d’un ouvrage consacré à l’historiographie africaine du second XXe siècle2).

3L’investigation menée par Jérôme Bernussou fournit donc un éclairage bienvenu sur une école historique moins connue que ses homologues nigériane ou sénégalaise, et sur des personnalités marquantes, à l’instar d’un Boubou Hama qui, moins célèbre certes qu’Amadou Hampâté Bâ, n’en est pas moins une personnalité d’envergure par son influence sur l’historiographie ouest-africaine de langue française. Au terme d’une investigation serrée des sources écrites nigériennes (un corpus quasi exhaustif des travaux historiques produits au Niger et sur le Niger) et d’enquêtes orales menées en milieu universitaire et scolaire nigérien, Jérôme Bernussou fait toute la lumière sur les modalités de constitution d’une communauté scientifique au Sud.

4L’auteur s’est plongé dans les travaux des historiens nigériens et propose une analyse serrée de leurs travaux, traquant les variantes, soupesant les formulations – ce qui donne des passages passionnants et d’une grande érudition. Embrassant plusieurs décennies, il met aussi en évidence l’importance de l’historiographie colonialeet des chaînes de transmission des savoirs entre période coloniale et post-coloniale. En remontant la piste institutionnelle, il se plonge avec appétit et finesse dans les débats épistémologiques et méthodologiques autour desquels s’est définie la production historique au Niger – cherchant à plusieurs reprises à lire entre les lignes, à débusquer les non-dits et les enjeux sous-jacents de telle ou telle polémique –, tout en s’attachant à situer l’émergence du champ scientifique étudié dans son contexte politico-économique.

5La masse des connaissances accumulées par cette historiographie nigérienne « de combat » – comme Jérôme Bernussou la qualifie lui-même – a contribué à esquisser, tant bien que mal, un récit historique commun au sein d’un pays aux composantes multiples. Elle devrait pouvoir continuer, dans l’avenir, à servir de référence et de point d’appui au projet de vivre-ensemble des populations nigériennes, malgré toutes les difficultés qui frappent les communautés scientifiques dans l’Afrique contemporaine (paupérisation, difficulté d’accès à la documentation et aux lieux de débat historique internationaux, départ de nombreux chercheurs vers les universités du Nord, etc.).

  • 3 Bogumil Jewiewicki & David Newbury (éds.), African Historiographies. What History for Whic (...)

6« Quelle histoire pour quelle Afrique ? » : telle est la question que posaient en leur temps Bogumil Jewiewicki et David Newbury dans un ouvrage collectif devenu un classique des études historiographiques africanistes3. L’ouvrage de Jérôme Bernussou contribue à fournir pour le Niger contemporain de précieux éléments de réponse à cette interrogation, tout en prenant soin d’inscrire sa réflexion au-delà du seul cas nigérien. L’ambition du propos et la richesse des éléments de connaissance fourniront de fructueuses pistes de réflexion à ceux qui s’intéressent aujourd’hui à l’histoire culturelle de l’Afrique contemporaine.

Notes

1 Bernard Ogot, « Towards a History of Kenya », Kenya Historical Review, 1976, pp.1-16.

2 Caroline Neale, Writing ‘Independent’ History. African Historiography (1960-1980), Londres, Greenwood, 1985.

3 Bogumil Jewiewicki & David Newbury (éds.), African Historiographies. What History for Which Africa ?, Londres, Sage, 1986.

© Presses universitaires du Midi, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

leslibraires.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search