Version classiqueVersion mobile

Toulouse, une métropole méridionale

 | 
Bernadette Suau
, 
Jean-Pierre Almaric
, 
Jean-Marc Olivier

Création artistique et littéraire

Baour-Lormian, poète-traducteur toulousain

Jean-Noël Pascal

Résumé

Après avoir succinctement rappelé les principales étapes de la carrière du poète toulousain Baour-Lormian, bien trop oublié, même dans sa ville natale, on examine, à partir de l’analyse précise d’exemples significatifs, les caractéristiques principales de sa pratique de la traduction en vers. Ce sont en effet ses versions d’Ossian, barde du 3e siècle, et de La Jérusalem délivrée, qui firent sa réputation, immense en son temps. Écrivain scrupuleux et perfectionniste, Baour remit plusieurs fois ses ouvrages sur le métier, s’efforçant de naturaliser des textes éloignés de la sensibilité française en leur donnant la plus grande autonomie possible par rapport aux originaux : sous sa plume, les épisodes épiques d’Ossian deviennent de courts poèmes marqués par une religiosité qui annonce le romantisme tout proche, tandis que les chants du Tasse s’organisent en une véritable Jérusalem française, comparable, par exemple, à l’Énéide française réalisée à pareille époque par l’abbé Delille.

Pour Nathalie Dauvois

Texte intégral

  • 1 Baour n’est plus guère cité que pour sa participation aux escarmouches des batailles romantiques. E (...)

1« Le Tasse de Toulouse », « le Barde de la Garonne » : dérisoires ou admiratives, ces étiquettes – qui signalent qu’il fut le traducteur tant de la Jérusalem délivrée que des Poésies ossianiques – accompagnèrent Louis-Pierre-Marie-François Baour-Lormian (1770-1854) pendant toute sa longue carrière de poète à succès, dans cette époque riche, complexe et trop peu étudiée qui court de Thermidor à la Monarchie de Juillet, dont la plupart des illustrations littéraires sont tombées – si l’on excepte Chateaubriand et Germaine de Staël – aux oubliettes de l’histoire. Mais je ne suis pas ici pour regretter les injustices de l’ingrate postérité ou la mise à mal de l’indispensable érudition historique par l’évolution de l’enseignement supérieur : je voudrais seulement redonner vie pendant quelques instants, en soulignant ce qui lui assure une place dans le mouvement des idées esthétiques et dans l’évolution de la poésie entre Lumières et Romantisme, à la figure désormais à demi effacée1 d’un Toulousain que ses compatriotes, jadis, jugèrent assez renommé pour attribuer son nom, non pas à une, mais à deux venelles fréquentées, au cœur de la cité.

  • 2 Voir mon article des Cahiers Roucher-André Chénier (n° 24-2005) : « Ci-gît Baour, le Tasse de Toulo (...)
  • 3 Voir cependant C. Beall, La Fortune du Tasse en France, Eugène, Oregon, 1942 et P. Van Tieghem, Oss (...)

2Même s’il me faut aller vite, je ne puis pas me dispenser d’évoquer la carrière de Baour-Lormian2 avant de faire entendre la voix de ce poète, afin de souligner son apport spécifique dans le secteur, assez mal exploré3, de la traduction versifiée. Je demande d’avance pardon des ellipses inévitables et des raccourcis fâcheux de mon propos : il faudrait des heures d’exposé pour seulement donner une idée claire de la question et commencer à rendre justice à un très grand écrivain.

  • 4 Baour le libraire a bénéficié d’études solides et approfondies de la part de l’historienne toulousa (...)

3Le père de Baour, Jean-Florent (1724-1794), était imprimeur-libraire rue Saint-Rome et poète patoisant4. Son commerce était florissant et il put faire donner, au collège de l’Esquile, une bonne éducation classique à son fils, qui montra très tôt d’heureuses dispositions pour la poésie : il comptait, évidemment, trouver en lui un successeur et le maria avec une très dévote demoiselle Ginisty. Mais à peine était-il décédé que le fils ingrat, non content de profiter des nouvelles lois qui facilitaient le divorce, s’empressa de liquider le fonds paternel pour pouvoir, devenu libre de toute attache toulousaine et muni d’un confortable pécule, monter à Paris et y suivre son impérieuse vocation poétique.

4Dans ses malles, le jeune Baour-Lormian emportait avec lui de quoi frapper, croyait-il, un grand coup dans le monde littéraire : une traduction en vers de la Jérusalem délivrée, qu’à peine installé dans la capitale il s’employa à faire publier. Dignement et même à grands frais : non content de faire imprimer, par Crapelet, sous l’adresse de Maradan mais à compte d’auteur, une édition relativement discrète de son ouvrage (2 vol. in-8°, avec tout de même deux superbes frontispices gravés d’après des dessins de Forty, sous la date de l’an IV), il en faisait réaliser, par Didot, une version in-4°, somptueusement illustrée de quarante dessins de Cochin et d’un frontispice, que diffusa, quelques mois plus tard, le graveur Tillard… Hélas ! cette débauche de luxe éditorial – il s’agit d’un des plus beaux livres à gravures de la fin du xviiie siècle – ne sauva pas le hardi néophyte du naufrage : l’accueil fut tiède et même les lecteurs indulgents ne manquèrent pas de conseiller au poète-traducteur de remettre son ouvrage sur le métier, ce qu’il finit par faire plus de vingt ans après.

  • 5 Anne-Marie de Montgueroult de Coutances (1763-1737), veuve en 1795 du comte de Beaufort, remariée a (...)
  • 6 Joseph Despaze (1776-1814). Son journal éphémère, Le Fanal, ne reculait devant aucune attaque ad ho (...)
  • 7 Marie-Joseph-Blaise Chénier (1764-1811), frère cadet d’André-Marie Chénier : ses tragédies, son rôl (...)
  • 8 Ponce-Denis Écouchard Le Brun (1729-1807) : le grand poète lyrique, après avoir chanté la monarchie (...)

5Il fallait plus que ce demi-échec pour refroidir les ardeurs du jeune provincial pressé. S’étant acquis le soutien actif de la coterie littéraire qui entourait la comtesse de Beaufort5, poétesse et romancière qui tenait salon, reçu chez la jeune Juliette Récamier au charme de laquelle Bonaparte allait bientôt être sensible, Baour travailla d’arrache-pied, cultivant les relations utiles et lançant quelques ballons d’essai. Il eut l’heur de flairer le vent, en chantant dès 1797 les exploits du général de l’armée d’Italie dans un Hommage versifié aux armées françaises, et sut aussi choisir pour sa verve épigrammatique et satirique débutante, qu’encourageait son ami le Bordelais Despaze6, expert en la matière, des cibles de poids dans le camp des républicains – Marie-Joseph Chénier7 ou Ponce-Denis Écouchard Le Brun8 – qui, en l’écrasant en retour de leur muse vengeresse, lui acquirent la sympathie du camp royaliste, dont une bonne partie, rêvant que Bonaparte ne serait pas Cromwell, n’allait pas tarder à se rallier au Premier Consul. Lancés séparément entre 1797 et 1799, réunis en 1800 chez Dentu, Les trois Mots, satires, concoururent à faire connaître au public lettré, à l’écoute du fracas des escarmouches incessantes qui agitaient le microcosme littéraire, le nom de « Louis-François Lormian », que notre poète semble avoir choisi à cette époque.

  • 9 Pierre Letourneur (1736-1788) est surtout connu comme premier traducteur au long cours de Shakespea (...)
  • 10 Imitant Alexandre qui transportait, partout où ses conquêtes l’emmenaient, les œuvres d’Homère, Bon (...)

6Parallèlement, emboîtant le pas à Fontanes – le mentor de Chateaubriand –, le Toulousain commençait à distiller, à partir de l’an VII, dans l’Almanach des Muses, des fragments de ses adaptations d’Ossian en vers, censées annoncer un recueil presque prêt. Le volume, en fait, ne parut qu’en l’an IX, chez Didot l’aîné, sous le titre d’Ossian, barde du 3e siècle, Poésies galliques en vers français. L’accueil, cette fois, fut favorable, les journalistes saluant la naissance d’un traducteur en vers du premier rang, par son habileté notamment à sauver son original de la monotonie qui le caractérise. Nous verrons plus loin quel traitement, en réalité, Baour fait subir aux Poésies galliques d’Ossian-Macpherson, traduites en prose par Letourneur dès 17779. Quoi qu’il en soit, l’ouvrage, plusieurs fois augmenté et remanié, connut une fortune éditoriale spectaculaire, de 1801 à 1840 au moins : les poètes de l’époque romantique l’eurent sur leur table de chevet, Lamartine tout le premier. Désormais, l’interprète français du Barde calédonien était entré dans le cercle des auteurs avec lesquels il fallait compter, très vite aidé par la passion qu’affichait pour les fragments épiques d’Ossian le petit général corse10, devenu Premier Consul puis Empereur des Français.

7Je me suis étendu sur ces débuts, qui ne prirent guère que cinq ans au jeune poète, parce qu’ils contiennent en germe l’essentiel de la suite de sa carrière, que je décrirai plus rapidement. Laissant de côté, du moins jusqu’aux années 1825-1826, le fouet de la satire, Baour va être désormais, d’un côté un chantre du maître de la France (puis sous la Restauration des souverains légitimes revenus), de l’autre un écrivain actif – et même un travailleur inlassable – occupé à se construire une œuvre.

  • 11 Francesco Gianni (1760-1822), poète républicain italien qui vécut en France et obtint sous Napoléon (...)
  • 12 Jean-François Lesueur (1760-1837). Son opéra des Bardes (1804) lui valut la faveur de Napoléon. C’e (...)
  • 13 Louis-Luc Loiseau de Persuis (1769-1819). On lui doit la musique de l’opéra sur La Jérusalem délivr (...)
  • 14 C’est probablement pour cette raison que l’Académie des Jeux floraux, en 1809, soucieuse de s’adjoi (...)
  • 15 Charles-Guillaume Étienne (1777-1845), auteur dramatique prolixe, censeur du Journal de l’Empire so (...)

8Il chante donc Bonaparte et Napoléon, s’emparant aussi bien de la lyre pindarique pour un bref Chant de paix, qui a les honneurs du Moniteur en mars 1802, que de la harpe de David pour un prolixe poème sur Le Rétablissement du culte, contemporain de la parution du Génie du Christianisme. En 1806, il adapte un chant de l’Italien Gianni11 sur La Bataille d’Iéna. En 1807, en collaboration avec les compositeurs Lesueur12 et Persuis13, il broche une cantate sur L’Inauguration du temple de la Victoire. Pour le mariage de l’Empereur avec Marie-Louise, en 1810, ce sont deux ouvrages encomiastiques qui sortent de sa plume, le poème des Fêtes de l’hymen et un Chant nuptial, reproduits dans les périodiques et les recueils et publiés séparément en brochures. En 1811, il met tout son savoir-faire dans une Ode sur la naissance du Roi de Rome… Bref, il n’est pas loin d’un statut de poète lyrique officiel14, auquel s’ajoute, dans les dernières années de l’Empire, celui de librettiste attitré des opéras allégoriques destinés à célébrer la gloire de Napoléon et le patriotisme français : c’est lui, en effet, qui écrit l’essentiel du texte d’Alexandre à Babylone, sur une musique de Lesueur, en 1813, et qui est chargé, avec son confrère Étienne15, de remonter le moral des Français avec L’Oriflamme, qui mobilise les énergies conjointes des compositeurs Méhul – celui du Chant du départ –, Paër, Berton et Kreutzer.

9Un engagement aussi ostensible dans le camp de l’usurpateur aurait pu être fatal à la carrière « officielle » de Baour-Lormian. De fait, sa production encomiastique se fait moins régulière : en 1816, on le voit publier une Épître au Roi, puis reprendre sa lyre pour chanter Le Mariage de S.A.R. Mgr le Duc de Berry, fils du comte d’Artois ; en 1817, il signe un Chant funèbre exécuté dans l’église royale de Saint-Germain-l’Auxerrois. Mais il faut attendre 1825 et l’avènement de Charles X pour le retrouver sur ce terrain où pourtant il excellait. Il donne alors son poème du Retour à la Religion et une ode sur Le Sacre de Charles X. On le verra, une dernière fois, en 1840, sous la Monarchie de Juillet, au moment du transfert des restes de l’Empereur aux Invalides, dédier un hymne Aux cendres de Napoléon.

10Toute cette production est loin d’être inintéressante et même, notamment dans les deux poèmes où il traite de religion, le Barde toulousain parvient à exprimer, au-delà des vœux de circonstances, un sentiment sincère et une foi dont l’authenticité ne saurait être mise en doute. C’est du reste, peut-être, la religiosité, sous des formes variées, qui caractérise généralement son œuvre « personnelle », qui s’élabore parallèlement à sa carrière « officielle ».

  • 16 C’est à cette époque du séjour de Baour dans sa ville natale en 1803-1804 – entre 1799 et 1804, il (...)
  • 17 Voir mes articles sur ce concours : « Des Pindares comme s’il en pleuvait : odes et dithyrambes sur (...)

11Dans ce secteur, cependant, on peut considérer qu’il avance avec prudence, soucieux – puisque ses éclats satiriques l’exposent à la sévérité du milieu littéraire qu’il a malmené – de ne pas s’exposer trop. Cela explique sans doute qu’il donne discrètement – à un moment où des affaires familiales le font séjourner plusieurs mois à Toulouse16 – son Recueil de poésies diverses chez un éditeur bordelais, en 1803, et qu’il attende la fin de 1806 pour faire représenter, avec succès, sa première tragédie, Omasis ou Joseph en Égypte. Cela explique aussi qu’il s’attache à amplifier et à amender son recueil de Poésies galliques, égrenant les textes nouveaux ou refaits dans les almanachs comme autant de ballons d’essais : la 2e édition d’Ossian attend ainsi trois longues années après la première, pour voir le jour en 1804 ; la 3e ne paraît qu’en 1809. Parallèlement, Baour-Lormian entreprend de naturaliser Les Nuits d’Young : il a commencé en catimini – un unique morceau – dans le Recueil bordelais de 1803, risqué quelques pièces dans les périodiques, pour finalement donner ses Veillées poétiques et morales, suivies des plus beaux fragments d’Young en vers français en 1811, peu après la création de sa seconde tragédie, un superbe Mahomet II (1810), au climat nocturne et au style opératique, qui ne réussit cependant pas aussi bien qu’Omasis. Ce sont donc dix années d’un travail assidu et scrupuleux, qui au bout du compte confirment au poète toulousain, désormais en pleine possession de son instrument, un statut d’écrivain de premier plan. Une preuve de cette position éminente et reconnue nous est donnée par le concours organisé, en 1811, pour fêter la naissance du Roi de Rome17 : Baour est publié dans le recueil qui en résulte, mais son ouvrage est considéré comme hors-compétition.

  • 18 Jean-Alexandre Buchon (1791-1846). Historien et journaliste, rédacteur au Constitutionnel, son libé (...)
  • 19 Auguste Trognon (1795-1873). Historien, journaliste (au Globe) et romancier.
  • 20 Ce poème (une série de stances sur Le Printemps) ouvre la livraison de novembre 1823 de La Muse fra (...)

12Fasciné par la littérature des îles britanniques (Ossian, Young, Hervey : les Veillées poétiques doublent de volume à la 2e édition, qui est de 1813), le Tasse de Toulouse n’oublie cependant pas ses premières amours italiennes : de la Jérusalem délivrée, il tire un habile livret d’opéra (1812), que Persuis met en musique et qui est fort bien reçu par le public. Il donne aussi – mais l’accueil est sévère – une adaptation de L’Aminte (1813) et travaille sans relâche à refaire intégralement sa traduction de la grande épopée des croisades, qu’il veut « définitive », à la manière dont on pouvait considérer, en ce temps-là, comme « définitives » les versions des Géorgiques (1769), de L’Énéide (1804) ou du Paradis perdu (1805) par l’abbé Delille. Il en vient à bout en 1819 : l’édition – chez Janet – a tout le luxe (des gravures) et tout l’appareil nécessaire (une énorme préface de l’historien Buchon18, d’abondantes notes érudites de l’érudit Trognon19) pour revendiquer le surnom de Jérusalem française, qu’on lui attribue aussitôt, même si les légitimistes trouvent les collaborateurs du poète un peu trop libéraux… ce qui explique probablement que, le succès ayant été retentissant, la 2e édition (1821) soit privée des appareils savants et confiée à l’éditeur Tardieu, peu suspect de libéralisme : ce sera l’éditeur, quelques mois après, de La Muse française, le très légitimiste périodique de Victor Hugo, dans lequel Baour acceptera que l’on insère un de ses poèmes20. Une 3e édition, de petit format mais joliment illustrée, paraît encore en 1822-1823 : le Tasse de Toulouse, aux yeux de tous désormais, mérite fort bien ce titre, sans plus aucune ironie, de même qu’il mérite celui de Barde toulousain, son Ossian étant fréquemment réimprimé et ses Veillées poétiques atteignant, en 1819, la 4e édition corrigée. Les deux ouvrages connaîtront leur dernier état, réunis en un seul et épais volume, en 1827, sans d’ailleurs que cessent les réimpressions individuelles de l’un ou de l’autre, que les catalogues des bibliothèques ne permettent pas toujours de repérer.

  • 21 Alexandre Soumet (1788-1845). Grand poète oublié, natif de Castelnaudary : son œuvre est vaste (poé (...)
  • 22 Étienne-Léon de Lamothe-Langon (1786-1864). Il fut sous-préfet de Toulouse (1811). Il a rédigé, seu (...)

13Peu d’échecs, donc, dans cette double carrière de poète « officiel » et d’écrivain qui ambitionne d’atteindre la postérité. Tout au plus peut-on noter que L’Atlantide ou le Géant de la montagne bleue, un poème en 4 chants de 1812, a été très fraîchement accueilli. Il était accompagné de Songes, en prose, très dignes de figurer dans la généalogie du poème en prose, mais qui passèrent inaperçus, comme du reste les Contes d’un philosophe grec, en 1822, au moralisme assez guindé. En somme, dans les années 20, Baour-Lormian, par son goût de la religiosité et son attirance pour la mélancolie calédonienne comme par le modernisme prudent de sa versification rythmique, pouvait assez aisément passer pour un maître, aux yeux de la génération romantique en train d’éclore. Pourtant, après le petit bout de chemin qu’il fit aux côtés des amis de Hugo et de Soumet21 entre 1820 et 1823, le poète toulousain, qui était de l’Institut depuis 1815, choisit brutalement de prendre le parti des conservateurs en esthétique et trempa à nouveau sa plume dans l’encre amère de la satire. Le Classique et le Romantique (1825), Encore un mot (1826), Les nouveaux Martyrs (1829) : c’est par trois fois que son fouet cinglant vint caresser le dos des audacieux modernes, à un moment – curieusement – où sa verve poétique moins liée aux circonstances se tarissait clairement et où il se contentait de donner la main à quelques productions bavardes et médiocres de son compatriote le prolixe romancier Lamothe-Langon22. Après 1830, ce tarissement devient à peu près total : Baour-Lormian ne publie plus rien de conséquence avant 1847, où il sort de son silence pour donner son Livre de Job traduit en vers français, un vieux projet, puisque les Veillées poétiques contenaient déjà son prototype, sous le titre de Job, poème lyrique.

14Ce chant du cygne est encore une traduction versifiée… Encore un poème religieux… Cette religiosité – dont les Méditations de Lamartine en 1820 donnent un exemple resté fameux – explique sans doute, en partie, à la fois le succès que le poète rencontra en son temps – elle correspondait à une aspiration collective évidente après les excès révolutionnaires – et le délaissement dans lequel son œuvre est tombée – elle est hors de saison dans la société matérialiste d’aujourd’hui – ; mais ce n’est pas mon propos et j’en viens enfin au Tasse et à Ossian.

  • 23 Voir le Discours préliminaire du tirage in-8° de 1796, où les citations de l’original italien donne (...)
  • 24 Ou rajoutées… À mon humble avis, le tirage de 1821 offre un texte souvent plus rigoureux que celui (...)

15La fréquentation du grand poète épique italien, Baour la cultive, indubitablement, depuis ses années de collège et, lorsqu’il monte à Paris après Thermidor, la première version de sa traduction en vers de la Jérusalem délivrée est prête à être imprimée. J’ai dit, au passage, combien l’accueil du texte publié avait été défavorable, malgré le faste des deux versions mises à disposition du public en 1796. Il est sûr, cependant, que le poète n’abandonna pas son ouvrage et continua à fréquenter l’auteur italien, probablement dans la langue d’origine, qu’il semble avoir maîtrisée parfaitement23 : en témoignent le livret d’opéra publié en 1812 et la traduction de L’Aminte, parue l’année suivante. Mais la réfection du texte princeps, qui est en réalité une réécriture complète, très différente de la première mouture, prend probablement place entre la chute de Napoléon et l’année 1819, Baour étant, à cette période, contraint à une relative réserve pour faire oublier son attachement ostensible au régime déchu. L’édition de 1819, dans une prudente dédicace à Louis XVIII, semble quémander encore, auprès d’un « monarque appui des lettres et restaurateur [des] libertés », un retour en grâce qui n’est pas tout à fait acquis. En revanche, fruit sans doute d’un contexte politique et culturel où les croisades sont devenues un thème fédérateur et le décor à la mode du théâtre et de la poésie, le public, quant à lui, fait bon accueil à une publication qui n’affiche nulle part ses liens avec la double tentative de 1796, à tel point que, lorsque paraît, en 1821, la version allégée des appareils dont j’ai parlé plus haut, elle peut se présenter comme une « seconde édition », en référence uniquement à celle qui précède de deux ans. À ce point, d’ailleurs, Baour déclare qu’ayant revu son ouvrage avec soin il n’y touchera plus, ce que confirme une note de l’éditeur de la 3e édition, qui atteste de la conformité du texte, aux fautes typographiques corrigées24 près, avec celui de la précédente.

16À première vue, donc, on pourrait considérer qu’il y a trois versions de la Jérusalem française : l’essai (renié) de 1796, la publication en3 volumes de 1819, enfin la version « définitive » de 1821. En réalité les choses sont un peu plus compliquées : il y a parfois autant de différences entre les deux présentations du texte en 1796 qu’entre les vers de 1819 et ceux de 1821, ce qui conduit à considérer qu’il y a en réalité quatre états de l’ouvrage. Pour que mes auditeurs en prennent la mesure, je leur propose d’écouter, à un endroit relativement connu de l’épopée du Tasse, la muse de Baour-Lormian dans les différents stades de son travail.

  • 25 Voici la traduction en prose, assez exacte, proposée en 1774 par le futur prince Lebrun, grand arge (...)

17Voici donc, au chant IV (octaves28 et suivants), le moment de « l’amoroso pensier », qui inspira bien des musiciens et nombre de poètes. En 1796, dans le tirage princeps in-8° (t. I, p. 95-97), Baour restitue ainsi ce morceau25, dans lequel l’auteur italien décrit très sensuellement la magicienne Armide, envoyée dans le camp des Croisés pour y séduire Godefroi de Bouillon. Je numérote les vers et j’imprime en italiques les fragments qui sont corrigés dans le tirage de luxe in-4° de la même année (t. I, p. 92-94), que je place dans les notes, sans tenir compte des différences de ponctuation, qui sont cependant nombreuses :

  • 26 Les coursiers de Phébus sortant de l’onde amère.

1. Les coursiers de Phébus sortaient de l’onde amère…26
Du camp des ennemis elle voit la barrière.
Un murmure confus s’élève à son aspect.
Les guerriers étonnés, et saisis de respect,

5. S’empressent autour d’elle… Ainsi, quand dans l’espace
De l’éther radieux sillonnant la surface,
La comète déploie avec rapidité
De ses cheveux flottants la soudaine clarté ;
Le mortel, ébloui de sa vive lumière,

10. D’un œil mal assuré la suit dans sa carrière.
Jamais Gnide ou Délos dans leurs bosquets riants
Ne virent tant d’appas ni des traits si touchants.
Armide eût éclipsé la belle Dionée,
Quand, visitant jadis son île fortunée,

15. Sur un char entouré de volages zéphyrs,
Elle y venait goûter de terrestres plaisirs.
Peintre cher à Vénus, docte et sublime Apelle,
Que n’ai-je en ce moment ta palette immortelle !
Que ne puis-je, échauffé par ton feu créateur,

20. Animer dans mes vers cet objet enchanteur !
Un tissu précieux couvre sa chevelure ;
Quelquefois, échappant à sa prison obscure,
Elle roule en anneaux sur les lis de son sein…
Ainsi, lorsque le ciel devient pur et serein,

  • 27 Et des airs qu’il embrase, en monarque indompté.

25. L’astre éclatant du jour, voilé par un nuage,
De ses sombres vapeurs lentement se dégage,
Et, des airs qu’il épure, en monarque indompté27,
Son disque étincelant remplit l’immensité.
Le zéphyr se jouant dans ses tresses flottantes,

  • 28 Et deux arcs dessinés par les mains du plaisir
    Couronnent ses beaux yeux qu’animent le désir.

30. Glisse d’un vol léger sur leurs ondes mouvantes,
Avare des trésors du plaisir et des siens,
Son œil sans se fixer erre sur les Chrétiens28 ;
Ses lèvres de corail, siège d’un doux sourire,
Des Amours enfantins sont l’immuable empire ;

  • 29 Respire mollement un souffle délicat.
    L’albâtre sur son sein se mêle avec la rose,
    Telle brille une f (...)

35. Et sa bouche que pare un modeste incarnat,
Respire en s’entrouvrant un souffle délicat ;
Sur son teint dont la fleur brille à peine mi-close ;
L’albâtre le plus pur se mêle avec la rose29.
Sa gorge étale encore une vive blancheur :

40. C’est là que le plaisir se promène en vainqueur ;
C’est là que, reposant sur deux globes d’ivoire,
Le jeune dieu des cœurs s’applaudit de sa gloire ;
C’est de là qu’aux mortels, frappés de tant d’attraits,
Il se plaît à lancer d’inévitables traits.

45. Sur ses autres appas une robe abaissée
Arrête les regards, mais charme la pensée
Qui, forçant à son gré ces obstacles jaloux,
Et s’égare et se perd sur des objets plus doux :
Ainsi sur des ruisseaux un rayon de lumière

50. Du mobile cristal pénètre la barrière,
Et sans le diviser y réfléchit ses feux.

18Même s’il lui faut 51 grands vers pour restituer les 5 octaves du Tasse, Baour se montre fidèle à son original, ne s’accordant qu’une liberté majeure à l’endroit où il invoque le peintre antique Apelle. Quant aux corrections effectuées entre les deux publications de 1796, elles apparaissent comme des efforts pour améliorer l’harmonie de la versification par la substitution de mots ou de tournures moins rudes à ceux du premier jet, ce qui a pour effet, parallèlement, d’édulcorer quelques audaces, par exemple au vers36, où la bouche d’Armide cesse de s’entrouvrir… Le Tasse, lui, faisait « rosir la rose dans la bouche » d’Armide, « d’où sortait une haleine amoureuse » ! En somme, on passe de Rubens à Fragonard…

19Que devient ce morceau érotique sous la plume du Baour de 1819 (t. I, p. 171- 172) ? En conformité avec l’évolution de la théorie de la traduction versifiée, qui y voit un idéal à atteindre sans en faire une règle absolue, le poète se rapproche, autant qu’il peut, de la quantité de l’original. Je signale en italiques les fragments remaniés en 1821 (t. I, p. 111-112), que je place dans les notes :

1. Dans le camp des Croisés Armide arrive enfin.
À son premier aspect un murmure soudain
De tous côtés s’élève et grossit autour d’elle.
Pour la première fois quand un astre étincelle,

5. Ainsi de l’univers il attache les yeux.
Tous les héros que presse un désir curieux
Environnent les pas de la jeune étrangère.
Amathonte et Paphos, dans leur cour mensongère,
N’admirèrent jamais une telle beauté.

  • 30 Dans le camp des Croisés elle entre et voit les tentes
    Où brillent les couleurs des bannières flotta (...)

10. Sa chevelure d’or flotte avec majesté.30
À travers le réseau qui mollement l’embrasse
Elle brille parfois, et parfois avec grâce
Elle fait éclater ses trésors onduleux.
Ainsi, lorsque le ciel d’un voile nébuleux

15. Dégage lentement l’azur qui le décore,
Au milieu des vapeurs le soleil luit encore,
Le ciel a-t-il repris toute sa pureté,
Le soleil à grands flots épanche la clarté.
Dans les cheveux d’Armide un frais zéphyr se joue,

  • 31 Dans la 3e édition, se dénoue : la coquille est évidente.

20. Tantôt les entrelace, et tantôt les dénoue31.
Dans ses yeux sont cachés tous les traits de l’Amour,
Sous leur longue paupière ils semblent fuir le jour.
Et la rose et le lys, qu’un doux hymen assemble,
Animent son beau teint, y confondent ensemble

25. Leur coloris vermeil et leur vive blancheur.
Mais sur sa bouche pure où brille la fraîcheur,
La rose printanière éclate sans rivale.
Son sein demi-voilé négligemment étale
L’harmonieux contour de ses globes de lys.

30. Voile jaloux ! Zéphyr dans l’or de ses replis
S’insinue, et découvre à la foule idolâtre
Un mélange mobile et de pourpre et d’albâtre ;
Et comme un rayon pur tremblant sur les ruisseaux
Pénètre leur cristal sans diviser leurs eaux,

35. Sur tant d’attraits ainsi la tunique abaissée
Charme et n’arrête point l’amoureuse pensée
Qui se glisse, contemple et dévore à loisir
Mille appas devinés par le brûlant désir.

  • 32 Pas plus que Delille ne resta longtemps seul à avoir tenté la naturalisation poétique française de (...)

20L’état ultime, en 1821, en raison du remaniement de tout le début du morceau pour plus d’exactitude (on remarque par exemple que le poète a tenu à citer au moins Argos, au lieu d’Amathonte et de Paphos qui n’étaient pas dans l’original et qui ne référaient qu’à Vénus, parmi les trois lieux que le Tasse évoquait pour suggérer une comparaison d’Armide avec la belle Hélène, Vénus ou Diane), comporte seulement deux vers de plus que le texte italien, alors qu’en 1819 le compte était rigoureusement exact. Mais l’essentiel n’est pas là : globalement, les versions tardives ont perdu la sensualité des rédactions de 1796. Cette fois, on est passé de Fragonard à Canova et, si l’on veut bien me pardonner le raccourci, cela signale que le traducteur, désormais, entend graver dans le marbre, c’est-à-dire donner « la » Jérusalem française, la Jérusalem « de Baour » comme il y a l’Énéide de Delille, par exemple32.

  • 33 À mon sens, Baour est même plus exact, bien souvent, même si ce n’est pas son objectif prioritaire (...)

21On commence, je suppose, à comprendre quel peut être l’apport du Tasse de Toulouse au domaine complexe de la traduction versifiée : il s’inscrit dans un vaste mouvement qui, à la suite principalement de l’initiateur que fut Delille avec ses Géorgiques de 1769 – où il établissait que, malgré les difficultés inévitables, un ouvrage poétique ne pouvait être bien traduit dans une langue étrangère que par un poète, dont le rôle était de le naturaliser, fût-ce en le dénaturant, plutôt que de le transcrire mot pour mot – s’efforce de construire une bibliothèque française des chefs-d’œuvre épiques antérieurs : j’abrège les détails érudits et mes auditeurs se contenteront de savoir que, d’Homère à Virgile et à Lucain ou Stace, du Tasse à Milton et à Camoens, tous les grands textes de ce genre y passèrent, la plupart du temps plus d’une fois. Il s’y inscrit par son adhésion à la position implicite commune – emploi du grand vers, modernisation contextuelle – mais aussi avec ses spécificités – souplesse rythmique, soin apporté à l’harmonie, préciosité des détails, sens incontestable du souffle et de l’ensemble –, qui font de lui bien plus qu’un versificateur au long cours, un poète original et scrupuleux, assidu à atteindre, au prix de maint coup de lime, le résultat le plus proche de la perfection et, quoi qu’il en soit, le plus apte à permettre une lecture « autonome » du texte traduit indépendamment de son original. Comme avec le Virgile de Delille, nul besoin chez Baour de la présence, en regard des vers français, de ceux du poète étranger33.

  • 34 Louis de Fontanes (1757-1821). Voir N. Saveriau, Fontanes,2001. Parmi une œuvre poétique assez vari (...)

22L’attitude du Barde gascon face aux poètes britanniques est encore plus riche d’enseignements. Je ne sais pas avec exactitude quand il a commencé à s’intéresser de près à Ossian, mais je suppose que c’est sous l’influence du milieu littéraire réuni autour de la comtesse de Beaufort [d’Hautpoul], que fréquentaient les très anglophiles Fontanes34 ou Chateaubriand. Comme la Jérusalem, le recueil Ossian, poésies galliques en vers français est un ouvrage que Baour-Lormian, qui y songeait dès 1798, retravailla sur une longue période : si l’édition princeps est de 1801, des variantes et des adjonctions nombreuses parsèment les parutions de 1804, 1809, sans doute jusqu’en 1827 où le livre atteint son état définitif. J’envisagerai cependant la question avec circonspection, dans la mesure où aucun travail critique sérieux n’a encore été effectué à ce propos : j’espère pouvoir le mener à bien dans les années à venir.

23Je prendrai, cette fois encore, un exemple unique et, dans ce cas, ce sera celui du morceau poétique le plus fameux, pendant des générations, du poète toulousain, L’Hymne au soleil : toutes les anthologies le citaient, entre 1800 et 1870. Il apparaît, à ma connaissance, pour la première fois, dans l’Almanach des Muses de l’an VII (p. 17-18), sous le titre d’Invocation au Soleil imitée d’Ossian :

1. Où naissent tes rayons, astre enflammé du jour ?
Quelle main, te roulant au-dessus de nos têtes,
Dans les plaines de l’air te marqua ton séjour ?
En monarque indompté tu poursuis tes conquêtes :

5. La lune, de ton front redoutant la splendeur,
Se plonge avec respect au sein des froides ondes ;
Ô soleil ! sans rival tu règnes sur les mondes,
Et chacun de tes pas affermit ta grandeur.
Le chêne audacieux, roi des monts solitaires,

10. Tombe sous les assauts de l’âge et des autans ;
Les monts même, affaissés par le nombre des ans,
Ne frappent plus les cieux de leurs cimes altières.
Toi seul, du temps jaloux tu repousses les traits :
Toujours environné d’une clarté plus pure,

15. Chaque instant qui s’écoule ajoute à tes attraits,
Et tes regards joyeux animent la nature.
Quand la tempête éclate et rugit dans les airs,
Quand les vents font rouler au milieu des éclairs
Le char retentissant qui porte le tonnerre,

20. Ton disque ouvre la nue et rassure la terre.
Hélas ! depuis longtemps tes rayons bienfaisants
Ne frappent plus mes yeux fermés à la lumière.
Je ne te verrai plus, soit que dans ta carrière
Tu verses un torrent de feux générateurs,

25. Soit que vers l’occident le cortège des ombres
Précipite tes pas, et que les vagues sombres
T’enferment dans le sein d’une obscure prison.
Mais peut-être, ô soleil ! tu n’as qu’une saison ;
Peut-être succombant sous le sceptre des âges,

30. Un jour tu subiras notre triste destin ;
Tu seras insensible à la voix du matin,
Et tu t’endormiras au milieu des nuages.
Jouis donc des instants de ta félicité :
D’un printemps fugitif savoure tous les charmes :

35. La vieillesse bientôt flétrira ta beauté.
La vieillesse importune, et cause de mes larmes,
Ressemble aux pâles feux que la lune répand,
Lorsque le nord fougueux en grondant se déchaîne,
Et que le voyageur, égaré dans la plaine,

40. À travers les brouillards s’avance en frissonnant.

  • 35 En voici la traduction, dans la version de Letourneur (Ossian, fils de Fingal, barde du troisième s (...)

24Ce texte35, à l’autonomie incontestable en lecture, n’est pourtant qu’un fragment – la conclusion – du long poème ossianique de Carthon, dans lequel le barde écossais raconte à Malvina, sa bru (elle est l’épouse d’Oscar, le fils d’Ossian), la lutte vaine du malheureux héros éponyme contre Fingal, qui finit par vaincre et tuer son adversaire en rendant hommage à son courage et en lui promettant que les bardes de l’avenir perpétueront le souvenir de leur affrontement et de sa longue résistance. Ossian, qui est aveugle comme Homère, sent, à la fin du récit de Carthon, « l’impression du soleil », qui vient réchauffer ses vieux os et se plaît à penser que l’astre dispense ses rayons généreux sur le tombeau du vaincu. C’est alors qu’il entonne avec ferveur l’hymne au soleil conclusif. Baour – et c’est sa première originalité, déterminante – a pris le parti de détacher le passage de son contexte et de lui donner ainsi un statut de « morceau lyrique » autonome, qui fonctionne parfaitement bien en l’absence de tout lien avec ce qui, dans l’original, le justifie comme méditation du barde à l’issue de sa narration. La méditation – j’insiste sur le mot, vous devinez pourquoi – devient un tout en elle-même, le développement hymnique – à teneur religieuse et morale – d’une thématique poétique et philosophique, sans que le je du narrateur de l’original soit abandonné, ce qui crée l’impression de la présence d’un sujet lyrique qui s’identifierait avec l’émetteur d’un discours de portée, par conséquent, à la fois réflexive et généralisante. En gros, si l’on veut, quelque chose comme un prototype de poème romantique, circonscrit sans ambages entre le blanc inaugural et le vide terminal. En fait, partout comme ici, dans son Ossian, Baour métamorphose des fragments épiques, dans lesquels le lyrisme est étroitement dépendant de la situation du morceau dans le tissu du récit, en « poèmes lyriques » informels (ce ne sont ni des odes strictes ni d’autres types formels contraignants) dont le lien au récit se distend jusqu’à disparaître et qui acquièrent ainsi une absolue autonomie.

25De cette démarche, amplifiée peut-être par le fait que le poète toulousain – qui ne maîtrise apparemment pas bien l’anglais – soit plus tributaire du traducteur français en prose que dans le cas du Tasse, l’on perçoit déjà très bien l’essentiel dans la version que j’ai lue il y a quelques instants, qui est reprise dans l’édition princeps de l’Ossian, en 1801. Mais Baour n’en reste pas là : il est bien évident qu’il a perçu le sens de sa démarche et cherché à la perfectionner. C’est ce dont témoigne la rédaction publiée en l’an X (et reprise dans la 2e édition de 1804) dans l’Almanach des Muses (p. 179-180), désormais intitulée Hymne au Soleil, sans même que sa source ossianique soit mentionnée. Je souligne ceux des vers qui n’ont été l’objet d’aucune retouche :

10. Tombent le chêne antique et le pin solitaire ;
Le mont même, le mont, accablé par les ans,
Incline sous leur poids sa tête séculaire :
Mais les siècles jaloux respectent ta beauté ;
Un printemps éternel sourit à te jeunesse ;

15. Tu traverses l’espace en monarque indompté,
Et l’azur lumineux t’environne sans cesse :
Quand la tempête éclate et rugit dans les airs,
Quand les vents font rouler, au milieu des éclairs,
Le char retentissant qui porte le tonnerre,

20. Ton disque ouvre la nue et console la terre.
Hélas ! depuis longtemps tes rayons glorieux
Ne viennent plus frapper ma débile paupière !
Je ne te verrai plus, soit que, dans ta carrière,
Tu verses sur la plaine un océan de feux,

25. Soit que, vers l’occident, le cortège des ombres
Accompagne tes pas, ou que les vagues sombres
T’enferment dans le sein d’un humide prison !
Mais peut-être, ô Soleil ! tu n’as qu’une saison ;
Peut-être succombant sous le fardeau des âges,

30. Un jour tu subiras notre commun destin :
Tu seras insensible à la voix du matin,
Et tu t’endormiras au milieu des nuages.

26Le coup de maître, ici, évidemment, c’est la suppression de la paraphrase de toute la fin de l’original ossianique : en s’arrêtant sur l’image vraiment sublime du soleil mourant au milieu des nuages, Baour transforme en épiphonème suggestif un détail, hérité du modèle assurément, mais qui perdait beaucoup à être noyé sous le flot moralisateur de la conclusion.

27Je n’en ai pas absolument terminé avec ce texte fascinant. Je ne sais pas exactement à quelle date la rédaction suivante, qui est apparemment l’ultime, est apparue, mais c’est celle qui figure dans l’édition de 1827 (p. 43-44), où sont réunis Ossian et les Veillées poétiques. Je souligne en italiques les vers conservés par rapport à la version précédente :

1. Roi du monde et du jour, guerrier aux cheveux d’or,
Quelle main, te couvrant d’une armure enflammée,
Abandonna l’espace à ton rapide essor,
Et traça dans l’azur ta route accoutumée ?

5. Nul astre à tes côtés ne lève un front rival ;
Les filles de la nuit à ton éclat pâlissent ;
La lune devant toi fuit d’un pas inégal,
Et ses rayons douteux dans les flots s’engloutissent.
Sous les coups réunis de l’âge et des autans

10. Tombe du haut sapin la tête échevelée ;
Le mont, même, le mont, assailli par le temps,
Du poids de ses débris écrase la vallée :
Mais les siècles jaloux épargnent ta beauté ;
Un printemps éternel embellit ta jeunesse ;

15. Tu t’empares des cieux en monarque indompté,
Et les vœux de l’amour t’accompagnent sans cesse.
Quand la tempête éclate et rugit dans les airs,
Quand les vents font rouler, au milieu des éclairs,
Le char retentissant qui porte le tonnerre,

20. Tu parais, tu souris, et consoles la terre.

28Après ce vers, le texte est strictement identique à celui de l’an X. Quoi qu’il en soit, la portée et l’ampleur des corrections effectuées sont vraiment significatives : elles montrent, en Baour-Lormian, d’une part un poète particulièrement consciencieux, soucieux de parfaire indéfiniment sa versification, d’autre part un artiste conscient de ses démarches créatrices, dont les efforts ne sont pas que des interventions stylistiques ou techniques, mais aussi les éléments d’une réponse à la problématique contemporaine du lyrisme : d’une version à l’autre, l’autonomie du morceau est de plus en plus grande, l’identification du je poétique avec l’instance auctoriale de plus en plus évidente… Et même s’il subsiste encore de la « vieillerie poétique » (« Roi du monde », « filles de la nuit », « char qui porte le tonnerre »), on approche de plus en plus de l’énonciation lyrique moderne et romantique. Qu’on veuille bien aller voir la 24e des Méditations de Lamartine… Est-elle si éloignée, quand le poète entonne son hymne au soleil, de l’écriture et de la tonalité de la pièce, très antérieure, du pauvre Barde de la Garonne ?

29Je n’en finirais pas… surtout si j’entreprenais de traiter mon sujet de façon exhaustive, page après page et en ne laissant pas de côté les morceaux traduits d’Young, de Hervey ou de la Bible. Je conclus donc plutôt abruptement : Baour-Lormian, figure significative de poète de transition, est à la fois un des noms essentiels dans l’histoire de la traduction en vers des grandes épopées classiques et l’artisan, sans doute, le plus talentueux, dans ses adaptations d’Ossian et d’Young, qui sont des réécritures particulièrement inventives et problématiques, de cette acclimatation de la sensibilité introspective et mélancolique venue des îles britanniques qui conduit, dès les années 1820, à l’éclosion de ce qu’il est convenu d’appeler le romantisme.

Notes

1 Baour n’est plus guère cité que pour sa participation aux escarmouches des batailles romantiques. En 1938, pour la seule et unique fois, un chercheur étranger, malheureusement anglophone (Maurice Gallagher, Baour-Lormian, Life and Works, Philadelphie, 1938) consacrait une monographie très sommaire à Baour-Lormian.

2 Voir mon article des Cahiers Roucher-André Chénier (n° 24-2005) : « Ci-gît Baour, le Tasse de Toulouse : d’une Jérusalem délivrée à l’autre, la carrière d’un poète oublié ».

3 Voir cependant C. Beall, La Fortune du Tasse en France, Eugène, Oregon, 1942 et P. Van Tieghem, Ossian en France, Paris, F. Rieder, 1917.- Il existe, depuis 1990, un inventaire des questions théoriques que se posèrent les traducteurs, des Lumières à la période positiviste (L. d’Hulst, Cent Ans de théorie française de la traduction, de Batteux à Littré, 1748-1847, Lille, 1990).

4 Baour le libraire a bénéficié d’études solides et approfondies de la part de l’historienne toulousaine Marie-Thérèse Blanc-Rouquette. Voir « Un imprimeur toulousain au xviiie siècle : Jean-Florent Baour », Revue française d’histoire du livre, n° 27, 1980.

5 Anne-Marie de Montgueroult de Coutances (1763-1737), veuve en 1795 du comte de Beaufort, remariée au comte Charles d’Hautpoul, militaire qui accompagna Bonaparte en Égypte. Outre des poésies fugitives nombreuses, on lui doit des romans et, dans la dernière partie de sa vie, de nombreux ouvrages pédagogiques publiés à des fins alimentaires.

6 Joseph Despaze (1776-1814). Son journal éphémère, Le Fanal, ne reculait devant aucune attaque ad hominem contre les hommes politiques et les gens de lettres en place. Ses Quatre Satires furent réunies en 1800, suivies d’un cinquième en 1802.

7 Marie-Joseph-Blaise Chénier (1764-1811), frère cadet d’André-Marie Chénier : ses tragédies, son rôle politique, son talent de poète lyrique au service de la Révolution faisaient de lui, probablement, l’écrivain le plus en vue de l’époque.

8 Ponce-Denis Écouchard Le Brun (1729-1807) : le grand poète lyrique, après avoir chanté la monarchie, était devenu le thuriféraire du patriotisme républicain le plus exalté.

9 Pierre Letourneur (1736-1788) est surtout connu comme premier traducteur au long cours de Shakespeare, mais il a aussi donné, notamment, des versions (en prose) sans cesse réimprimées des Nuits d’Young, des Méditations d’Hervey et des Poésies galliques d’Ossian.

10 Imitant Alexandre qui transportait, partout où ses conquêtes l’emmenaient, les œuvres d’Homère, Bonaparte affectait de garder toujours à portée de sa main les poèmes d’Ossian.

11 Francesco Gianni (1760-1822), poète républicain italien qui vécut en France et obtint sous Napoléon le titre d’« improvisateur impérial »…

12 Jean-François Lesueur (1760-1837). Son opéra des Bardes (1804) lui valut la faveur de Napoléon. C’est lui, aussi, qui fit la musique du Triomphe de Trajan (1807), ouvrage lyrique à la gloire de l’Empereur, sur un livret d’Esménard (1769-1811), qu’on représenta partout en France.

13 Louis-Luc Loiseau de Persuis (1769-1819). On lui doit la musique de l’opéra sur La Jérusalem délivrée (1812), dont Baour fit le livret.

14 C’est probablement pour cette raison que l’Académie des Jeux floraux, en 1809, soucieuse de s’adjoindre un compatriote aussi bien en cour, élit Baour « mainteneur ». Mais le poète, pour des raisons qu’on ignore, ne vint jamais prononcer son remerciement de réception et l’aréopage toulousain lui reprit, en 1824, le fauteuil qui lui avait été attribué, le nommant en compensation « Maître ès jeux », titre généralement réservé aux auteurs couronnés trois fois.

15 Charles-Guillaume Étienne (1777-1845), auteur dramatique prolixe, censeur du Journal de l’Empire sous Napoléon, actif journaliste libéral sous la Restauration.

16 C’est à cette époque du séjour de Baour dans sa ville natale en 1803-1804 – entre 1799 et 1804, il revint plusieurs fois à Toulouse – que se place l’affaire, à vrai dire toujours particulièrement obscure à mes yeux, des Satires toulousaines… Souvent attribuées à Baour, qui y est rudement malmené, parfois à l’avocat Tajan, qui n’y est pas épargné non plus, datées par les uns de 1795, par d’autres de 1799, mais visiblement publiées en 1804 à Toulouse, sous l’adresse postiche de Bruxelles, ces Satires contre l’Athénée de Toulouse, au nombre de 6, passent en revue tous les gens des milieux intellectuels et artistiques qui gravitent autour de cette institution littéraire, conçue sur le modèle de son homonyme parisien… La versification en est extrêmement aisée, même brillante, ce qui signale une plume entraînée et talentueuse. Baour y est dépeint, tel Marmontel dans La Dunciade de Palissot, comme le chef de cette bande d’écrivaillons médiocres. Il répondit par une Épître à l’auteur anonyme des Satires toulousaines, signée de son nom, en 1804, sous l’adresse d’un imprimeur du crû, Bonnefoi, et un auteur bien intentionné, signant du pseudonyme de Vérax, prit sa défense et celle de l’Athénée, sous l’adresse postiche de Genève, dans un poème héroï-comique intitulé Le Jugement et la mort du satirique.

17 Voir mes articles sur ce concours : « Des Pindares comme s’il en pleuvait : odes et dithyrambes sur la naissance du Roi de Rome », dans L’Ode, en cas de toute liberté, Berne, P. Lang,2007 ; « Quand les cadres de l’administration chantaient l’Empire et l’Empereur : préfets et fonctionnaires préfectoraux célèbrent la naissance du Roi de Rome », Cahiers Roucher-André Chénier, n° 27-2008.

18 Jean-Alexandre Buchon (1791-1846). Historien et journaliste, rédacteur au Constitutionnel, son libéralisme était notoire.

19 Auguste Trognon (1795-1873). Historien, journaliste (au Globe) et romancier.

20 Ce poème (une série de stances sur Le Printemps) ouvre la livraison de novembre 1823 de La Muse française – qui semble alors s’ouvrir aux poètes libéraux, puisque Mme Dufrénoy suit Baour, qui est tout de même très marqué par son passé buonapartiste – et en décembre de la même année, le périodique publie une critique enthousiaste de La Jérusalem délivrée

21 Alexandre Soumet (1788-1845). Grand poète oublié, natif de Castelnaudary : son œuvre est vaste (poésie religieuse, tragédies). Il fut pour les amis de Victor Hugo, rassemblés autour du Conservateur puis de la Muse française, cette caution d’un aîné que Baour ne sut ou ne voulut pas être. Voir Anna Beffort, Alexandre Soumet, sa vie, ses œuvres, Luxembourg, 1908.

22 Étienne-Léon de Lamothe-Langon (1786-1864). Il fut sous-préfet de Toulouse (1811). Il a rédigé, seul ou en collaboration, plusieurs dizaines de romans historiques et de pseudo-mémoires. Voir Richard Switzer, Lamothe-Langon et le roman populaire françis de 1800 à 1830, Toulouse, 1962.

23 Voir le Discours préliminaire du tirage in-8° de 1796, où les citations de l’original italien donnent lieu à des commentaires informés.

24 Ou rajoutées… À mon humble avis, le tirage de 1821 offre un texte souvent plus rigoureux que celui de 1822-1823.

25 Voici la traduction en prose, assez exacte, proposée en 1774 par le futur prince Lebrun, grand argentier de Napoléon (dans la réimpression de ce texte par F. Graziani, Paris, Flammarion, 1997, p. 102-103) :
Bientôt Armide est dans les lieux où sont dressées les tentes des Chrétiens. Au premier aspect de cette beauté s’élève un murmure confus, et tous les regards se fixent sur elle. Telle une comète, ou un astre inconnu, attire les yeux des mortels étonnés de son éclat. On s’empresse autour d’elle : on se demande quelle est cette belle étrangère, par quel motif elle est amenée.
Jamais Argos, jamais Chypre ou Délos ne virent une figure si parfaite, des traits si touchants. L’or de sa chevelure tantôt brille au travers du voile transparent qui la couvre, tantôt se dérobe au voile même et répand un plus vif éclat. Ainsi, quand le ciel devient plus pur et plus serein, le soleil, du sein de la nue qui le captive, lance des rayons encore pâles ; mais bientôt dégagé de sa prison, il darde tous ses feux et redouble la clarté.
Ses cheveux flottent en ondes sur ses épaules, et le zéphyr, en se jouant, y forme des ondes nouvelles. Son œil, avare des trésors de l’amour et des siens, les cache sous sa paupière abaissée. Sur son teint, l’incarnat de la rose se mêle et se confond avec l’ivoire ; mais sur sa bouche, qui respire un souffle amoureux, brille le seul incarnat de la rose.
Sa gorge à demi nue étale la blancheur de l’albâtre le plus pur : c’est là qu’Amour se repose ; c’est de là qu’il lance et ses traits et ses feux. Deux globes, arrondis par la main des Grâces, s’élèvent et s’abaissent tour à tour : l’œil en découvre une partie, l’autre est cachée par une robe envieuse et jalouse, impuissante barrière qui résiste aux regards et ne peut arrêter la pensée : moins enchantée de ce qu’on voit qu’avide de ce qu’on ne voit pas, l’imagination s’élance et pénètre les appas les plus secrets.
Tel qu’un rayon de lumière passe à travers l’onde ou le cristal, sans le diviser ; telle l’imagination perce les voiles les plus sombres et les plus épais : elle erre au milieu des merveilles les plus cachées, les contemple à loisir, et les peint ensuite au désir qui brûle et s’enflamme davantage.

26 Les coursiers de Phébus sortant de l’onde amère.

27 Et des airs qu’il embrase, en monarque indompté.

28 Et deux arcs dessinés par les mains du plaisir
Couronnent ses beaux yeux qu’animent le désir.

29 Respire mollement un souffle délicat.
L’albâtre sur son sein se mêle avec la rose,
Telle brille une fleur nouvellement éclose.

30 Dans le camp des Croisés elle entre et voit les tentes
Où brillent les couleurs des bannières flottantes ;
Un bruit confus déjà s’élève à ses côtés ;
Déjà, tous les regards éblouis, enchantés,
Tombent avidement et s’arrêtent sur elle.
Ainsi, lorsque dans l’air la comète étincelle,
Sa splendeur inconnue arrête tous les yeux.
Étonnés, les héros se demandent entre eux
Le nom de l’étrangère, et quel sujet l’amène
En des lieux consacrés à la guerre inhumaine.
Argos ne vit jamais une telle beauté.
Sa chevelure d’or flotte avec majesté.

31 Dans la 3e édition, se dénoue : la coquille est évidente.

32 Pas plus que Delille ne resta longtemps seul à avoir tenté la naturalisation poétique française de l’épopée de Virgile, Baour-Lormian ne fut sans concurrence. Il venait déjà, pour ne citer que les traducteurs « intégraux » en vers, après Montenclos (1786). Entre ses tentatives de 1796 et de 1819, parurent les versions Deloyne d’Auteroche, (1810), Dianous (1811), La Monnoye (1818), Arthaud de Montor (1818, sous son pseudonyme d’Octavien) et même une traduction anonyme (1813, Paris, Leprieur et Pillet ; ne figure apparemment pas au catalogue de la BnF). Il y en eut encore au moins deux avant 1840.

33 À mon sens, Baour est même plus exact, bien souvent, même si ce n’est pas son objectif prioritaire que les traducteurs en prose qui le précèdent et qui sont disponibles au moment où il travaille : Mirabaud (1724), Lebrun (1774), Panckoucke (1785).

34 Louis de Fontanes (1757-1821). Voir N. Saveriau, Fontanes,2001. Parmi une œuvre poétique assez variée, Fontanes est probablement le premier poète d’envergure à avoir tenté la traduction en vers d’un fragment ossianique (voir J.-N. Pascal, « D’Anacréon à Ossian, coup d’œil sur la fin d’un siècle poétique », Travaux du congrès (2003) de l’Association Guillaume Budé,2007).

35 En voici la traduction, dans la version de Letourneur (Ossian, fils de Fingal, barde du troisième siècle : Poésies galliques traduites sur l’anglais de M. Macpherson, Paris, Musier, 1777, t. II, p. 20- 21) :
Ô toi, qui roules au-dessus de nos têtes, rond comme le bouclier de mes pères, d’où partent des rayons, ô soleil ? D’où vient ta lumière éternelle ? Tu avances dans ta beauté majestueuse. Les étoiles se cachent dans le firmament. La lune pâle et froide se plonge dans les ondes de l’occident. Tu te meus seul, ô soleil : qui pourrait-être le compagnon de ta course ? Les chênes des montagnes tombent ; les montagnes elles-mêmes sont détruites par les années ; l’océan s’élève et s’abaisse tour à tour ; la lune se perd dans les cieux ; toi seul es toujours le même. Tu te réjouis sans cesse dans ta carrière éclatante. Lorsque le monde est obscurci par les orages, lorsque le tonnerre roule et que l’éclair vole, tu sors de la nue dans toute ta beauté, et tu te ris de la tempête.
Hélas ! tu brilles en vain pour Ossian. Il ne voit plus tes rayons, soit que ta chevelure dorée flotte sur les nuages de l’orient, soit que ta lumière tremble aux portes de l’occident. Mais tu n’as peut-être comme moi qu’une saison, et tes années auront un terme ; peut-être tu t’endormiras un jour dans le sein des nuages, et tu seras insensible à la voix du matin.
Réjouis-toi donc, ô soleil, dans la force de ta jeunesse. La vieillesse est triste et fâcheuse : elle ressemble à la pâle lumière de la lune, qui se montre au travers des nuées déchirées par le vent du nord, lorsqu’il est déchaîné dans la plaine, que le brouillard enveloppe la colline, et que le voyageur transi tremble au milieu de sa course.

© Presses universitaires du Midi, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search