Version classiqueVersion mobile

Toulouse, une métropole méridionale

 | 
Bernadette Suau
, 
Jean-Pierre Almaric
, 
Jean-Marc Olivier

Pouvoirs et institutions

La ville devant son roi : soumission et autonomie urbaines dans le discours des édiles toulousains (août 1533).

Marie-Ange Boitel-Souriac

Résumé

L’espace d’une petite semaine, Toulouse fut en août 1533 capitale du royaume. François Ier, accompagné de son train de serviteurs et hauts dignitaires de l’État, profitait d’un voyage à but diplomatique pour honorer la cité des capitouls d’une visite attendue depuis de nombreuses années. Drapée pour l’occasion de ses plus beaux atours, Toulouse vécut du 27 juillet au 5 août 1533 au rythme des entrées solennelles offertes successivement au gouverneur du Languedoc, au dauphin de France, au légat du Pape, au roi et à son épouse.

Texte intégral

  • 1 Philippe Wolff (dir.), Histoire de Toulouse, Privat, Toulouse, 1974, p. 428-429.
  • 2 Bibliothèque universitaire de Toulouse, ms. 208.

1Juillet 1808 : Napoléon Bonaparte est de passage à Toulouse. Dans un contexte général d’opposition larvée des autorités municipales et des citoyens au gouvernement, cette visite est l’occasion d’une mise en scène soigneusement orchestrée de l’enthousiasme des Toulousains à l’accueil de l’Empereur1. Parmi les honneurs obligés réservés à ce dernier, se trouve aujourd’hui conservée, dans les manuscrits de la Bibliothèque de l’Université de Toulouse, une œuvre de circonstance, une pièce de théâtre en un acte composée pour les festivités. Pratique somme toute assez banale pour ce type de solennités à ceci près qu’elle apparaît en écho direct au sujet qui nous intéresse aujourd’hui puisque l’argument retenu par l’auteur, resté anonyme, est la visite de François Ier à Toulouse en août 15332. Sur un ton léger mais dénué d’intrigue burlesque, ce vaudeville met, en effet, en scène la réception du roi de France par sa bonne ville de Toulouse dans une des salles du Capitole – ou maison de ville selon la terminologie du temps. Là, à la suite de la remise des présents de la ville au roi, l’auteur glisse dans la bouche de François Ier cette tirade de gratification à l’intention de Toulouse et de ses habitants :

Amis, je connais et vôtre dévouement et vôtre fidélité, j’apprécie surtout les qualités guerrières des habitants de cette ville illustre qui vit toujours la fierté des léopards s’abaisser devant elle. Sous le gouvernement de vos valeureux comtes, vous fûtes en vain attaqués par les monarques de l’Écosse et de l’Angleterre. Sous l’autorité paternelle de mes prédécesseurs vous avez constamment repoussé les éternels ennemis de notre gloire et de notre prospérité. Les services que vous avez rendus à l’état sont gravés dans le cœur de vôtre roi. Il vous estime, il vous aime, cultivez les sciences et les lettres, exercez-vous aux armes et prouvez à l’Europe étonnée que les amans des muses savent aussi cueillir les palmes des combats.

2Et au premier président du parlement de Toulouse de répondre alors toujours selon notre dramaturge du xixe siècle :

Sire, nos citoyens se consacreront à jamais à vôtre service, trop heureux s’ils peuvent seconder vos glorieux desseins, trop heureux si vous daignez les placer aux premiers rangs et leur accorder l’insigne honneur de vaincre près de vous. Entendez les cris d’allégresse que le peuple répète autour de cette auguste enceinte, il vous demande, il vous appelle. Montrez vous encore à ses regards, et venez recueillir de nouveau les témoignages de son respectueux amour.

  • 3 Georges Soubeille, « À la gloire de Toulouse », L’Auta, éd. Soc. Les Toulousains de Toulou (...)

3Certes, la langue prêtée à nos deux interlocuteurs résonne des timbres du xixe siècle et le vocabulaire employé ici s’illustre par autant d’anachronismes. Certes encore, l’évocation de la visite de François Ier dans la ville rose revenait régulièrement dans les processions urbaines, à l’image par exemple de celle qui sera organisée le 27 mars 1938 par le comité des Fêtes de Toulouse3. Cependant, cette tirade s’offre en reflet fidèle de la mémoire des relations de la bonne ville de Toulouse avec son souverain édifiée autour de l’entrée de 1533. Car ce que l’auteur de ce vaudeville choisit de mettre en exergue dans le rappel de la visite de François Ier à Toulouse est bien moins le souvenir des richesses et cérémonies déployées par la ville que le discours, la teneur des relations, la nature de l’union réciproque entre une ville « hôtesse » et fière de son identité, et son royal hôte qui, par sa seule présence, rappelait combien les privilèges et l’identité de Toulouse étaient suspendus aux intérêts d’un État royal qu’elle servait. Le procédé était habile ; il invitait l’Empereur à s’identifier à un roi de France dont la mémoire collective retenait la valeur chevaleresque et les triomphes militaires, pour l’enjoindre à imiter ce modèle dans les relations qu’il se devait d’entretenir avec Toulouse. Des relations qui, selon l’auteur de cette tirade, se fondaient sur un respect mutuel des deux parties, allant au fil de la pièce jusqu’à subordonner la fidélité de la ville à la reconnaissance par son souverain du premier rôle qu’elle tint dans les succès militaires et le rayonnement culturel du royaume. En effet, l’auteur eut soin de résumer ce qui définissait l’identité toulousaine dans le choix des personnages de la pièce. Ainsi, autour de François Ier se trouvaient convoqués Clément Marot, figure humaniste du temps, mais aussi des troubadours chargés de représenter les Jeux floraux de Toulouse, les présidents du Parlement stigmatisant l’autorité souveraine déléguée à la ville, les capitouls symbolisant l’autonomie urbaine de Toulouse, et enfin, Gaston de Foix, seigneur de Lautrec qui, décédé en 1528, n’assista jamais à l’entrée de François Ier à Toulouse mais dont la présence dans la pièce évoquait les hauts faits des chefs de guerres Languedociens pour la félicité du royaume de France. Ainsi, si cette pièce se réclame par son titre d’un vaudeville, elle reste chargée d’un message politique que l’auteur délivre à l’Empereur en le confrontant à sa lecture de la visite de François Ier à Toulouse intervenue trois siècles plus tôt. Le contenu du discours politique y apparaît grossier et à la limite anachronique quant aux relations qui liaient au xvie siècle le roi de France à ses « bonnes villes », mais il met en scène l’enjeu principal que représentaient à l’époque les entrées royales.

  • 4 Charles de Bourgueville, Les Recherches et Antiquitez de la province de Neustrie, à présen (...)
  • 5 Arch. mun. Toulouse, II 627, fol. 203r° et fol. 205r°.
  • 6 Jean-Luc Laffont, « Relecture critique de l’évolution de la population toulousaine sous l’ (...)
  • 7 Georges Soubeille, Humanistes en Pays d’Oc, éd. Universitaires du Sud, Toulouse, 2006, 270 (...)

4La visite de François Ier à Toulouse en août 1533 s’insérait dans un vaste tour de France royal qui avait débuté en 1531 sur les terres normandes et bretonnes pour faire couronner le dauphin François à la tête du duché de Bretagne. Ce tour de France s’était alors poursuivi sur l’ensemble du royaume, profitant de cette itinérance du train royal pour présenter la nouvelle reine Éléonore à ses sujets. Toulouse n’était donc qu’une halte parmi les nombreuses que François Ier fit entre 1531 et 1534 ; mais à en croire les propos d’un des courtisans qui suivit le roi dans ces déplacements, « entre les plus belles entrees que l’on fist à ce grand Roy, ce fut celle de Toulouse »4. En effet, Toulouse ne manqua pas ce rendez-vous avec son souverain lui offrant un des plus beaux spectacles qui furent déployés par les villes de France. Il faut dire que la capitale languedocienne attendait son roi depuis longtemps ; Louis XI était le dernier monarque à avoir pénétré l’enceinte toulousaine, et François Ier devait, depuis 1527, venir accomplir le vœu qu’il avait fait sur les Corps Saints de la ville pour sa guérison et sa libération de captivité à la suite de la défaite de Pavie5. De surcroît, c’est une ville toulousaine riche et fastueuse, prospère et dynamique qui s’offrit en août 1533 au regard de son souverain. Fière des pouvoirs que les rois de France lui avaient concédés avec la création du Parlement et de l’institution municipale ; forte de ses 50 000 habitants, la ville profitait du commerce florissant du pastel dont la physionomie urbaine rendait compte à travers la multiplication des hôtels particuliers d’une bourgeoisie commerçante rivalisant désormais avec la fortune des parlementaires6. Tandis que parallèlement, l’Université accueillait des étudiants toujours plus nombreux et que l’humanisme se diffusait à l’intérieur des murailles de la ville7. La visite de François Ier à Toulouse fut donc la rencontre entre une ville fière de son identité et son souverain venu juger de la fidélité de cette dernière ; une rencontre qui devait devenir l’intrigue de la mise en scène de l’entrée royale puisque dans un rituel très codifié la ville devait se métamorphoser pour le seul spectacle de son souverain tout en développant un discours à la gloire de son identité urbaine et de sa qualité de « bonne ville » du royaume. Car tout l’enjeu symbolique de l’entrée royale reposait dans le fait qu’en pénétrant l’espace urbain, le roi devenait hôte au double sens sémantique du terme. En se présentant aux portes de Toulouse, François Ier était tout à la fois reçu par sa bonne ville au moment même où il en devenait le maître en reprenant les clefs de la ville confiées en son absence aux capitouls. Ainsi, dans le cérémonial de l’entrée royale, la ville revêtait autant d’importance que le roi lui-même ; elle devenait un theatrum mundi, lieu d’une mise en scène parfaitement ordonnée de la souveraineté royale, mais aussi, lieu d’une théâtralisation d’une cité idéale telle que Toulouse voulut paraître aux yeux de son roi et des contemporains spectateurs. C’est donc dans le théâtre de cette visite royale de François Ier à Toulouse en août 1533, avec l’opposition entre identité urbaine et autorité souveraine pour intrigue que cette réflexion voudrait discerner les ambiguïtés du discours dispensé par les édiles toulousains dans un protocole cérémoniel qui devait en limiter considérablement l’expression.

De la mise en scène de la déférence urbaine à celle de l’honnête alliance

  • 8 Mercier, Entrée de François Ier dans la ville de Béziers, pub. par Louis Domairon, chez Au (...)
  • 9 « Entrée à Marseille en 1533 de François Ier de la reine sa femme et du pape Clément VII » (...)
  • 10 Arch. mun. Toulouse, AA 82.
  • 11 Arch. mun. Toulouse, II 627, fol. 214v°-234v°.

5Dans le tour de France de 1531-1534, les cérémonies que Toulouse offrit au roi de France et à sa suite furent manifestement les plus grandioses. Importantes tout d’abord par le nombre d’entrées qui furent successivement organisées : Toulouse réserva cinq entrées consécutives sur la première semaine d’août depuis l’accueil du gouverneur et grand maître de France, Anne de Montmorency, à l’entrée de la reine qui vint clore ce défilé, en passant par celles qui furent offertes à Antoine Duprat, chancelier et légat du Pape, à François, dauphin de France et au roi lui-même. Quelques semaines plus tard, la ville de Béziers ne devait offrir que deux entrées à François Ier et son épouse, déclinant de son propre aveu de recevoir en grande pompe le dauphin en raison du coût des cérémonies8. Marseille fera de même en se limitant à l’accueil du Pape, du roi de France et de son épouse9. D’autre part, les festivités toulousaines furent remarquées pour le faste des spectacles déployés aux yeux des contemporains. Cependant, si la plupart des villes qui reçurent François Ier au cours de ce voyage royal conservèrent la description des inscriptions, figures allégoriques, harangues adressées au monarque sur les diverses architectures éphémères édifiées à cette occasion, le compte-rendu très administratif des préparatifs et des entrées que le greffier de la ville de Toulouse eut soin de recopier en un manuscrit relié sur parchemin ne contient au contraire aucune mention du discours délivré par la ville au roi10. De surcroît, le collège Saint-Bernard, dans lequel de nombreux artistes travaillèrent à la construction des arcs de triomphe et des ornements destinés à glorifier la personne royale, fut dévasté par un incendie une semaine seulement avant l’arrivée du roi désorganisant considérablement l’ornementation urbaine que les édiles voulaient présenter au souverain11. Il demeure ainsi délicat de reconstituer avec précision le message que Toulouse adressa à son roi si ce n’est par l’analyse minutieuse du rituel suivi par la ville pour en dégager l’originalité et les libertés que purent prendre les autorités urbaines avec un cérémonial défini par la coutume et contrôlé par les hommes du roi.

  • 12 Arch. mun. Toulouse, AA 82, p. 21.
  • 13 Ibid., p. 3.

6Une lecture factuelle des cérémonies et de la description des cortèges dressée par Pierre Salamonis, greffier de la ville, pourrait réduire la visite de François Ier en août 1533 à une mise en scène somme toute très classique de la soumission due par une « bonne ville » du royaume à son roi. En effet, rien au premier abord de bien original dans le dispositif cérémoniel adopté par les capitouls. La présence du roi dans l’enceinte de ses murs était pour Toulouse à la fois un honneur et un enjeu politique de taille puisqu’il lui revenait d’imprégner en quelques jours l’esprit du souverain des marques de la fidélité de ses sujets toulousains. Aussi les capitouls eurent-ils soin de mettre en scène une cité obéissante et respectueuse du pouvoir souverain de François Ier. Les arguments de cette fidélité urbaine furent déployés avant même l’entrée de François Ier ; le 8 juillet, les capitouls dépêchèrent Pierre de Malenfant auprès d’Anne de Montmorency afin de lui témoigner « la grande dévotion et affection que les habitans de Tholose ont de veoir le roy nostre souverain seigneur, la royne, messieurs les enfans et ledict grand maistre » lui assurant alors « le bon vouloir de la ville auquel elle s’est mise de sa propre volonté et libéralité sans avoir heu n’y attendre mandement de aulcung personnaige, ains des le commencement du bruict que le roy viendroyt en Tholose ladicte ville ordonna les principales choses nécessaires en ceste matière »12. Il s’agissait à la fois pour les autorités urbaines de faire approuver leur programme par le pouvoir royal afin d’éviter les déconvenues d’Albi qui ne vit jamais passer le cortège royal malgré les coûteux préparatifs engagés, tout en rappelant déjà combien la ville était touchée de l’honneur que le roi lui faisait par sa venue. Ce premier argumentaire fut naturellement relayé par l’ordre donné aux cortèges des entrées qui procéda d’une véritable identification des Toulousains à leur souverain. Beaucoup moins important numériquement, ce ne fut pas, de fait, le cortège royal qui s’intégra à la cité mais bien la cité qui se fondit dans le modèle royal. Dans la physionomie des cortèges qui défilèrent à travers les rues de Toulouse, la ville ne revêtit pas ses propres couleurs mais endossa la vêture de ses hôtes. La palette picturale que constituèrent les gens de pieds de la ville en est éloquente. En effet, parmi les deux mille « hommes de pied » qui constituèrent le cortège de l’entrée du roi, cinq cents revêtirent les couleurs du roi à savoir l’incarnat, le jaune et le violet, cinq cents autres les couleurs de la reine constituées par le jaune, le blanc et le violet, cinq cents autres arborèrent la tonalité du dauphin composée de gris, de blanc et de violet13. Comme les gens de métiers, les habitants des différents capitoulats de la ville se mirent au diapason du cortège royal. Cet arrangement ingénieux de la population révélait au regard du souverain le symbole fort de la communion générale du peuple toulousain avec son roi.

  • 14 Ibid., p. 36 et p. 43.
  • 15 Arch. mun. Toulouse, AA 82, p. 44.
  • 16 Arch. mun. Toulouse, AA 3, p. 492-493.
  • 17 Mercier, Entrée de François Ier, ouv. cité, p. 18.

7Le protocole que suivirent les capitouls dans leur participation aux cortèges procèda de la même mise en scène de la sujétion de la ville à son souverain. Alors qu’ils se présentèrent au devant d’Anne de Montmorency et d’Antoine Duprat à cheval et coiffés de leurs chaperons, ils vinrent au contraire accueillir le roi « tres humblement et de genoulx, testes nues » et portèrent le poêle à pied14. Naturellement, cette théâtralisation de la soumission urbaine devait atteindre son paroxysme avec la remise des clefs de la ville au monarque. En effet, à l’entrée de la seconde porte de la ville, « lesdictz capitolz en signe de tutelle, subiection et houbeyssence ont presenté audict seigneur les clefz dicelle ville estans ez mains de Bernard Nalot descendu par fainte et enging en une nuee »15. La présentation des clefs au roi appartenait depuis longtemps au rituel des entrées royales ; un geste symbolique qui rappelait l’appartenance de la ville au royaume et donc au souverain. Quand les capitouls remirent les clefs de Toulouse à François Ier, ils se dessaisissaient par là de l’emblème de leur pouvoir. À partir de cet instant, Toulouse était symboliquement à la merci du bon vouloir du roi de conserver ou non les privilèges que ses prédécesseurs lui avaient octroyés. Pendant la période où le roi conserva les clefs, c’est-à-dire jusqu’à la séance au consistoire du 3 août, l’histoire de Toulouse, d’une certaine façon, s’interrompait ; le peuple toulousain se trouvait suspendu au jugement royal qui déterminerait le devenir des formes d’autonomies dont la ville jouissait jusque-là16. Cependant, la remise des clefs à François Ier en 1533 fit l’objet d’un discours ambigu de la soumission de Toulouse à l’autorité souveraine. Les édiles toulousains usèrent de la même machinerie que ceux de Béziers qui, quelques semaines plus tard, firent remettre les clefs par trois jeunes filles descendues du faîte de l’arc de triomphe sur lequel elles étaient juchées ; jeunes filles qui représentaient respectivement la ville de Béziers, l’obéissance et la loyauté17. Mais alors que l’allégorie de la soumission de Béziers était très limpide, les remparts de la ville s’effaçant devant le roi, les capitouls se gardèrent bien de délivrer un tel message de soumission inconditionnelle, préférant rappeler dans la descente des clefs depuis les nues combien les clefs de la ville revenaient au roi par le pouvoir que Dieu lui avait conféré.

  • 18 Arch. mun. Toulouse, AA 82, p. 22.
  • 19 Jean-Claude Margolin, « Devises : armes parlantes et rébus au temps des grands rhétoriqueu (...)
  • 20 Arch. mun. Toulouse, CC 2309, p. 31 ; p. 59.
  • 21 Guillaume de La Perrière, Le theatre des bons engins, auquel sont contenuz cent emblesmes (...)
  • 22 Arch. mun. Toulouse, AA 82, p. 22 ; Arch. mun. Toulouse, II 627.
  • 23 Bernard Chevalier, Les bonnes villes de France du xive au xvie siècle, Paris, Aubier-Monta (...)

8Le rituel des entrées solennelles relevait donc d’un savant équilibre entre le respect du protocole établi pour ce type de cérémonial et l’originalité d’un discours construit par les édiles urbains pour marquer le roi de la forte identité toulousaine. Aussi sommes-nous forcés de constater dans le déroulement de la visite royale un effacement de la ville en tant qu’entité collective, mais il faut bien y voir une mise en scène savamment organisée par les pouvoirs locaux pour flatter la toute puissance royale, tout en menant un discours politique en substance très pragmatique. La démonstration de la déférence urbaine à l’égard du roi révéla en effet ses limites dans le soin qu’eurent les capitouls à répéter que la fidélité de Toulouse relevait d’une honnête alliance avec son roi. L’expression la plus éloquente en fut inscrite dans le cadeau que la ville offrit à François Ier. Cette dernière avait commandé une somptueuse pièce d’orfèvrerie d’au moins vingt-quatre marcs d’or « dont le subject est l’excusson de ladicte ville presenté et pourté par deux figures de relief dont l’une est nommee Amour et l’autre Crainte, le tout mys sur un triangle bien artiste […] »18. Le sens de ce présent est quelque peu ambigu : on peut y voir une variante sur la devise, Nutriscor et extinguo, que s’était adjointe François Ier19. Cependant, cette pièce mérite d’être lue comme une allégorie du pouvoir, une ébauche de réflexion politique sur la façon dont s’exerçait le gouvernement du royaume. Plusieurs éléments soutiennent cette hypothèse à commencer par le rôle joué par un certain nombre de lettrés dans l’élaboration de ces présents. En effet, dans les comptes de la ville pour les entrées solennelles, deux mandements de paiement émanant du conseil capitulaire ont été conservés en faveur de Guillaume de La Perrière pour ses « peines et travaux »20. Ces mandements constituent les premières mentions de travaux réalisés par La Perrière pour le compte de la ville. Né en 1499 et décédé en 1553, cet humaniste était de naissance lié à l’élite toulousaine. Collectionneur de médailles antiques, fin connaisseur des idées de Machiavel, auteur en 1539 du Theatre des bons engins auquel sont contenuz cent emblesmes moraux, il fait figure de premier emblémiste français21. Aussi, les sommes importantes qui lui furent versées par la ville pour ses services rendus lors de la préparation de l’entrée de François Ier laissent-elles penser qu’il participa activement à la réalisation de cette pièce d’orfèvrerie. Comme tout emblème, l’allégorie était agrémentée « pour raisonner les dons » de la devise suivante : Ut acuti gravesque nervi simul consentum efficiunt sic qui regnis presunt formidinem amore amoremque formidine temperantes stabilem monarchiam assequuntur22 que l’on peut traduire de la sorte : « Comme les cordes graves et aigues d’un instrument peuvent produire un accord parfait, le roi qui équilibre la crainte par l’amour et l’amour par la crainte gouvernera une monarchie pérenne ». Les pouvoirs urbains proposèrent par là une réflexion sur le bon gouvernement qui reposait sur le dialogue harmonieux avec les différentes entités du royaume. Ainsi, la ville des capitouls rappelait au roi que pour maintenir une « entente cordiale »23 avec sa « bonne ville », il devait compenser le poids que l’administration centrale lui imposait par des privilèges qui maintenaient l’identité urbaine de Toulouse.

9La ville de Toulouse apparaît ainsi en 1533 comme un exemple probant du dialogue maîtrisé que le roi se devait d’entretenir avec ses « bonnes villes » du royaume. Son éloignement de la capitale, sa prospérité fondée sur la production de pastel et son commerce au-delà des frontières de France, son rayonnement intellectuel, diffusé par l’Université et les Jeux floraux, avaient donné à Toulouse une identité urbaine forte. Ainsi malgré un cérémonial codifié et en apparence commun à chacune des villes du royaume, les autorités urbaines de Toulouse eurent-elles soin de filer la métaphore de l’« honnête alliance » qui devait caractériser les rapports entre la ville et son roi. Dans l’entrée de François Ier à Toulouse, un certain nombre de représentations symboliques de la ville furent donc intégrées au triomphe royal. Ces symboles ne défiaient pas pour autant l’autorité royale mais marquaient l’attachement des pouvoirs locaux à l’identité urbaine de Toulouse et à son rôle politique dans le gouvernement du royaume.

La fierté identitaire de Toulouse face à l’affirmation du pouvoir monarchique

  • 24 Arch. mun. Toulouse, AA 82, p. 26-31.
  • 25 Ibid., p. 18.

10Cet argumentaire exacerbé donna lieu à de multiples actes de résistance de la ville à la prise en main de l’espace urbain par le roi. Ces actes souvent délaissés au rang de l’anecdotique se présentent comme autant de révélateurs du discours de défense de l’autonomie urbaine développé par les capitouls autour de l’entrée de 1533. Dès les discussions sur les préparatifs des festivités dévolues à l’accueil du roi, la place que tiendrait la représentation visuelle de la ville de Toulouse dans les cortèges constitua une pierre d’achoppement entre deux courants présents dans l’élite toulousaine, entre les adhérents inconditionnels à l’autorité souveraine d’une part et les défenseurs de l’originalité toulousaine de l’autre. En effet, les nobles s’opposèrent dès les premières discussions sur l’ordonnancement des cortèges à la présence de l’enseigne ou du « panon » de la ville au devant du roi arguant que seules les armes de la maison royale pouvaient tenir cette place. Dans une lecture de l’ordre de marche des cortèges comme une mise en scène crescendo de l’organisation hiérarchique du royaume, la présence du « panon » de la ville immédiatement devant le dais royal donnait une place de premier rang à l’entité urbaine en tant que telle. Ce fut au grand maître, Anne de Montmorency, que revint de trancher la querelle ; ce dernier, après avoir consulté la « paincture du livre des ystoires » autorisa le port de l’enseigne de la ville à la condition d’être portée par un homme du roi, le seigneur de Clermont, lieutenant du roi en Languedoc, et sous réserve que les armes du roi soient intégrées à celles de l’enseigne de la ville24. Si les capitouls durent faire de larges compromis pour voir défiler le « panon » de la ville au devant du dais royal, ils ne manquèrent pas de faire frapper l’ensemble des présents offerts à Anne de Montmorency et à François Ier des armes de la ville. Ainsi, ils gratifièrent le gouverneur du Languedoc de cent pièces d’or au droit desquelles fut représenté « l’excusson des armes de la ville de Tholose » et au revers « l’excusson des armes dudict seigneur le grand maistre »25.

  • 26 Ibid., p. 36.

11Ce ne furent pas là les seules velléités des institutions urbaines à insinuer dans le protocole les marques de l’originalité toulousaine. L’affaire du poêle (dais de cérémonie) sous lequel ils supplièrent Anne de Montmorency de défiler en est un nouvel exemple. Pierre Salamonis rapporte en effet dans sa relation combien « par plusieurs fois lesdits capitouls ont eu supplié mondit seigneur le grand maistre iceluy accepter ou bien permettre le porter apres lui » et comment « ledit seigneur a récusé de ce faire, toutefois, a passé au dessous et après commanda iceluy plier et retirer, ce que lesdits capitouls non mis par vouloir mais obtempérant ausdits commandements, firent faire »26. Les édiles de la cité furent donc, à en croire les propos du greffier de la maison de ville, rappelés à l’obéissance au protocole par Anne de Montmorency, qui concéda cependant de passer dessous avant de le faire retirer. Cette volonté des capitouls d’offrir au grand maître un privilège traditionnellement réservé au roi et aux membres de sang royal témoigne de l’enjeu politique que représentait ce dernier pour la ville, à la fois proche conseiller de François Ier et gouverneur du roi en Languedoc, personnalité au double visage qui devait défendre de concert les intérêts de la royauté et ceux de la ville. Le faste déployé par les édiles urbains dans l’entrée d’Anne de Montmorency participait de l’argumentaire développé au cours de ces festivités et dont le but était de présenter ce dernier comme garant de la défense des privilèges de la province languedocienne et a fortiori de sa capitale.

  • 27 Ibid., p. 63.

12Une dernière affaire enfin, celle des tribulations du « camaïeu » (camée ou intaille), illustre cette volonté des édiles urbains de garantir l’identité toulousaine devant la main mise du pouvoir royal sur la ville. L’affaire du camaïeu demeura en effet la mémoire négative du passage de François Ier dans la ville en 1533. Il s’agit de ce présent que Charlemagne aurait fait à la ville au même moment où il lui remettait les Corps-Saints, et que François Ier aurait remarqué lors de sa visite dans le trésor de la basilique Saint-Sernin. Or ce dernier n’avait pas sitôt quitté Toulouse qu’il réclamait dans une lettre datée du 8 août 1533, cette « pierre appellee camayeul, laquelle il vouldroict bien recouvrer et l’avoir devers luy, aux fins de la monstrer a nostre sainct pere le pape a l’assemblee d’entre eulx »27. Cette requête royale divisa les élites urbaines en deux camps, identiques à ceux qui s’étaient déjà affrontés autour de la question de la place de l’enseigne de la ville. D’un côté, les capitouls et leurs partisans qui considéraient le trésor de Saint-Sernin comme propriété de la res publica et ils refusaient d’aliéner une partie du trésor qui faisait de Toulouse un lieu de pèlerinage important sur les chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle ; de l’autre les partisans d’une obéissance inconditionnelle au souverain qui pouvait jouir comme bon lui semblait des trésors de sa « bonne ville ». La ville délégua auprès du roi des émissaires chargés de présenter au monarque un arsenal d’arguments exhumés tantôt du registre juridique, tantôt du registre symbolique, insistant sur l’attachement sentimental des Toulousains à cet objet. Mais toutes ces remontrances n’attendrirent pas le roi et malgré une défense savamment construite, les pouvoirs urbains de Toulouse durent capituler face aux exigences royales. Cependant cette affaire est significative de l’attachement de Toulouse à son trésor et donc de la résistance que cette dernière opposa aux exigences de son monarque. Toucher à Saint-Sernin qui ornait les armes de la ville, c’était toucher à l’identité de Toulouse.

13Est-ce alors cette ombre au tableau de la réception de François Ier à Toulouse en août 1533, qui justifia la dernière liberté que prit la ville dans l’édification de la mémoire de l’événement ? En effet, le discours de la ville devant son roi ne se tarit pas au seul départ du roi hors de l’enceinte urbaine ; il prit chair durablement dans la mémoire que les édiles de la ville firent inscrire dans les Annales de la ville. Si le récit de l’événement y est très succinct et sans grande portée politique, il en va tout autrement du choix iconographique retenu pour illustrer l’année 1533. Traditionnellement, cette iconographie était réservée aux portraits des capitouls attachés à cette preuve de noblesse. Cependant, la visite de François Ier à Toulouse en août 1533 éclipsa les traditionnelles représentations au profit d’une représentation figurée de l’événement (fig. 37). Cette illustration met, en effet, en scène dans un décor très Renaissance souligné par le portique, les arabesques, les volutes et l’angelot qui soutient le blason, la magnificence que la cité toulousaine réserva à la visite royale ; mais il est intéressant de remarquer ici que les capitouls choisirent de représenter l’entrée du dauphin François de Valois et non pas celle plus prestigieuse du roi. C’est le dauphin qui est à l’honneur de cette représentation, il chevauche sous un dais porté par six des édiles de la cité et il est suivi de ses deux frères Henri d’Orléans, et Charles d’Angoulême. Cette image laissa longtemps planer un doute sur le cavalier chevauchant au devant du dais, qui, par sa physionomie, sa vêture, et le caparaçon fleurdelisé, ne peut être que le roi François Ier. Le traitement iconographique est donc ici très ambigu, le roi est éclipsé par son fils placé au centre et sous le dais. Le mandement de paiement daté du 15 septembre 1535 en faveur de Charles Pingault pour la réalisation de ce tableau est éloquent sur les finalités de la commande passée par les capitouls à travers le titre même que devait porter cette planche à savoir l’« Entrée du roi François Ier et du dauphin ». Donc, si au premier regard cette illustration paraissait n’être qu’une transcription picturale des chroniques narratives qui avaient été conservées, la présence de François Ier, alors que ce dernier se trouvait à Rodez lors de l’entrée de son fils, atteste que l’on se trouve face à une construction picturale de la politique édilitaire qui avait fait le choix de gommer dans la mémoire urbaine l’entrée royale de François Ier, symbole d’une prise en main de l’identité locale par le pouvoir souverain.

14Aussi, à l’issue de cette incursion dans la pratique cérémonielle développée par la ville de Toulouse le 1er août 1533, force est de constater combien l’autorité royale se manifesta aux pouvoirs urbains, comme le prévoyait le protocole, en s’imposant par la prise en main symbolique de la ville. En revanche, si conformément au protocole, la ville s’effaça au profit du pouvoir royal, l’identité économique, intellectuelle, et urbaine de Toulouse lui permirent de rappeler à François Ier combien la fidélité qu’elle lui manifestait tenait à l’« entente cordiale » qu’il se devait de maintenir. Ainsi, quand François Ier entra dans Toulouse, ce ne fut pas un roi autoritaire qui s’imposa à elle, mais un allié des intérêts toulousains, du moins c’était là la mémoire que les capitouls voulurent en conserver, et que l’auteur du vaudeville de 1808 voulait remettre au goût du jour dans un discours tout aussi politique destiné cette fois-ci à un empereur qui voulait faire de Toulouse la base arrière de la guerre d’Indépendance de l’Espagne. Un discours peut-être plus licencieux que la subtilité du message politique que les capitouls distillèrent dans l’entrée royale de 1533.

Notes

1 Philippe Wolff (dir.), Histoire de Toulouse, Privat, Toulouse, 1974, p. 428-429.

2 Bibliothèque universitaire de Toulouse, ms. 208.

3 Georges Soubeille, « À la gloire de Toulouse », L’Auta, éd. Soc. Les Toulousains de Toulouse et Amis du vieux Toulouse, n° 79, janvier 2007, p. 17-22.

4 Charles de Bourgueville, Les Recherches et Antiquitez de la province de Neustrie, à présent duché de Normandie, comme des villes remarquables d’icelle, mais plus spécialement de la ville et université de Caen, Imp. T. Chalopin, Caen, 1833, p. 179-180.

5 Arch. mun. Toulouse, II 627, fol. 203r° et fol. 205r°.

6 Jean-Luc Laffont, « Relecture critique de l’évolution de la population toulousaine sous l’Ancien Régime », H.E.S., 1998, n° 3, p. 455-478.

7 Georges Soubeille, Humanistes en Pays d’Oc, éd. Universitaires du Sud, Toulouse, 2006, 270 p.

8 Mercier, Entrée de François Ier dans la ville de Béziers, pub. par Louis Domairon, chez Auguste Aubry, Paris, 1866 (réed. C. Lacour, Nîmes, 1996), p. 10-15.

9 « Entrée à Marseille en 1533 de François Ier de la reine sa femme et du pape Clément VII », Extrait de l’Histoire de nostre temps de maistre Guillaume Paradin, imp. Marius Lebon, Marseille, 1868, 7 p..

10 Arch. mun. Toulouse, AA 82.

11 Arch. mun. Toulouse, II 627, fol. 214v°-234v°.

12 Arch. mun. Toulouse, AA 82, p. 21.

13 Ibid., p. 3.

14 Ibid., p. 36 et p. 43.

15 Arch. mun. Toulouse, AA 82, p. 44.

16 Arch. mun. Toulouse, AA 3, p. 492-493.

17 Mercier, Entrée de François Ier, ouv. cité, p. 18.

18 Arch. mun. Toulouse, AA 82, p. 22.

19 Jean-Claude Margolin, « Devises : armes parlantes et rébus au temps des grands rhétoriqueurs », dans M.T., Jones-Davies, Emblèmes et devises au temps de la Renaissance, Centre de recherches sur la Renaissance, université Paris-Sorbonne, Paris, J. Mouzot, 1981, p. 69.

20 Arch. mun. Toulouse, CC 2309, p. 31 ; p. 59.

21 Guillaume de La Perrière, Le theatre des bons engins, auquel sont contenuz cent emblesmes moraux, Paris, Denis Janot, 1539, 8°.- Géraldine Cazals, Guillaume de La Perrière (1499-1554). Un humaniste à l’étude du politique, thèse de doctorat d’histoire du droit, université des Sciences sociales, Toulouse I, 2003.

22 Arch. mun. Toulouse, AA 82, p. 22 ; Arch. mun. Toulouse, II 627.

23 Bernard Chevalier, Les bonnes villes de France du xive au xvie siècle, Paris, Aubier-Montaigne, 1982, p. 101.

24 Arch. mun. Toulouse, AA 82, p. 26-31.

25 Ibid., p. 18.

26 Ibid., p. 36.

27 Ibid., p. 63.

© Presses universitaires du Midi, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search