Desktop versionMobile Version

Le livre dans la région toulousaine et ailleurs… au Moyen Âge

 | 
Sophie Cassagnes-Brouquet
, 
Michelle Fournié

Quatrième partie. Lecteurs, bibliothèques et collectionneurs

Bibliophiles d’oncle à neveu : livres et bibliothèques de Jean et Hélion Jouffroy (vers 1460-1530)

Matthieu Desachy

Volltext

1Au milieu de longs dépouillements souvent infructueux, il arrive au chercheur de connaître de rarissimes instants d’intense émotion où il tombe nez à nez avec des documents qui, à l’évidence, sortent de l’ordinaire. C’est ce qui m’est arrivé lorsque, dans les ultimes vérifications de sources pour ma thèse, j’ai découvert dans le fonds presque vierge des Chartreux de Rodez l’extraordinaire inventaire après décès de Hélion Jouffroy († 1529), de son vivant chantre de Rodez et prévôt d’Albi, et également fondateur de la chartreuse de Rodez et du couvent des Annonciades de la même ville : un document de plusieurs dizaines de folios révélait un hôtel particulier, une collection d’œuvres d’art et une bibliothèque absolument hors du commun, et au-delà des objets, un personnage tout aussi insolite. C’était dans les années 1990.

2Une dizaine d’années plus tard, mes fonctions professionnelles m’amènent à étudier pour un projet d’exposition les manuscrits de son oncle : Jean Jouffroy († 1473), évêque et cardinal d’Albi, familier des humanistes italiens, bibliophile averti et pourvoyeur de manuscrits somptueux pour le roi Louis XI. Aujourd’hui, plus de soixante-quinze manuscrits lui ayant appartenu sont identifiés, la plupart étant conservés à la Bibliothèque apostolique vaticane. C’était dans les années 2000.

3La communication aujourd’hui présentée est donc un avant-goût d’études plus approfondies sur deux personnalités et leurs livres : la bibliothèque de Hélion Jouffroy sera bientôt publiée et étudiée dans la collection « Documents, études et répertoires. Histoire des bibliothèques médiévales » de l’Institut d’histoire et de recherche des textes (I.R.H.T.) ; les manuscrits enluminés de Jean Jouffroy feront l’objet d’une exposition, accompagnée d’un catalogue, à la bibliothèque municipale d’Albi à l’automne 2010.

I. Deux vies au service de l’Église pour le plus grand profit personnel

  • 1 C. Märtl, « Diplomat, Kirchenfürst and Humanist. Jean Jouffroy, ein französischer Kardinal (...)
  • 2 À ce jour, la notice synthétique la plus complète est celle de R. aubert dans Dictionnaire (...)

4Grâce à des études récentes, la vie de ces deux clercs est bien connue. Le cardinal Jean Jouffroy a fait l’objet d’une minutieuse thèse de Claudia Märtl1 qui a mis en lumière le diplomate, l’homme d’Église et l’humaniste2.

Jean Jouffroy, cardinal d’Albi (c. 1412-1473) (fig. 45)

  • 3 L. Valla, Opera omnia, Bâle, 1540 (réimpr. et préface d’E. Garin, Turin, Bottega d’Erasmo, (...)

5Jean Jouffroy est né à Luxeuil (Franche-Comté) vers 1412. Il étudie le droit et la philosophie d’abord à Dôle, puis à Cologne et Pavie où il suit l’enseignement de Lorenzo Valla entre 1431 et 14333 ; il y obtient le grade de docteur in utroque jure en 1435. Il est devenu entre-temps bénédictin à l’abbaye de Luxeuil. Il est invité à prendre part au concile de Ferrare (1438-1439) et Eugène IV, satisfait de ses services, lui confère alors plusieurs bénéfices (Saint-Vivant-de-Vergy, Arbois et Château-Salins). Député en 1441 par les religieux de Cluny à la cour de Bourgogne, il devient aumônier et conseiller ordinaire de Philippe le Bon et l’un de ses principaux ambassadeurs. À l’avènement de Nicolas V, le duc l’envoie féliciter le nouveau pape. Grâce à l’entremise du duc, il est nommé évêque d’Arras en avril 1453 : c’est lui qui prononce un long éloge funèbre à la mort de ce pape en 1455. Il avait servi ce pape puis son successeur Callixte III à l’occasion de plusieurs missions diplomatiques en Italie, notamment auprès des rois de Naples de la maison d’Aragon avec lesquels il était en relation étroite.

  • 4 Mémoires de J. du Clercq sur le règne de Philippe le Bon, éd. DE Reiffenberg, Bruxelles, L (...)
  • 5 C. Märtl, Kardinal... op. cit., pp. 231-249.

6Jean Jouffroy tire profit de ces services en obtenant plusieurs bénéfices lucratifs : un canonicat à Langres, une pension de deux cents livres tournois sur l’abbaye Saint-Ghislain dans le Hainaut ou encore la riche abbaye Saint-Sernin à Toulouse. Il assiste au concile de Mantoue en 1459. Lorsque Louis XI accède au trône, l’évêque d’Arras parvient à s’attirer sa confiance : il avait au préalable été chargé en 1458 par le pape Pie II d’obtenir de celui qui était alors dauphin de s’engager à abolir la Pragmatique Sanction une fois installé sur le trône. Cette mission aboutit car, dès le 27 novembre 1461, peu après son couronnement, Louis XI annonce l’abrogation de cette ordonnance. En reconnaissance, Pie II, lors du consistoire du 18 décembre 1461, le nomme cardinal au titre des Saints-Sylvestre-et-Martin-au-Mont, en dépit de la vive opposition du Sacré-Collège. De son côté, le roi lui obtient l’évêché d’Albi en décembre 1462 – où il fait son entrée seulement en janvier 1465 – l’abbaye de Saint-Denis en 1464, l’abbaye de Bonnecombe, au diocèse de Rodez, en 1465, puis l’abbaye de Caunes, au diocèse de Narbonne, en 1467. Ce goût immodéré des bénéfices lui a valu la juste réputation d’un clerc davantage soucieux de son intérêt temporel que de préoccupations pastorales : un contemporain dit de lui qu’« il estoit fort convoilteulx et ne lui estoit rien impossible à entreprendre mais qu’il y euist prouffit »4. À la fin de sa vie, ses revenus annuels sont estimés à la somme énorme de cinquante mille livres5.

  • 6 La mise au point la plus complète sur ces deux épisodes reste celle contenue dans l’étude (...)
  • 7 « Anno Domini millesimo quadringentesimo septuagesimo tercio et die vicesima quinta mensis (...)
  • 8 « Ut corpus meum et cadaver atque infelix sepeliatur ad pedes archae in qua vera crux et b (...)
  • 9 Edmond DE Rivières, Procez-verbal de la visite de l’église métropolitaine et du chapitre d (...)

7Après avoir mené deux missions diplomatiques pour le compte de Louis XI auprès du roi de Castille, Henri IV, il prend le commandement des troupes royales qui font le siège de Lectoure au début de l’année 1473. Il y est présent lorsque le comte Jean V d’Armagnac est assassiné, alors même qu’il avait plaidé la cause de ce même comte auprès du pape pour liaison incestueuse quelques années auparavant6 : ce n’est pas l’un des moindres paradoxes de ce personnage qui avait inscrit en marge de son exemplaire de Quintilien « licet mentiri » et qui affirme dans un de ses discours que « le sage doit changer de vêtements suivant les circonstances ». Mais, pris d’une fièvre aiguë, il doit se rendre au prieuré bénédictin de Reuilly (diocèse de Bourges) où il meurt dans la nuit du 24 au 25 novembre 14737. Il est inhumé dans la cathédrale d’Albi au pied des reliques de la Sainte-Croix et de sainte Cécile8, qu’il avait fait venir de Rome, dans un monumental et somptueux tombeau détruit à la Révolution et « où il est représenté à genoux, en relief, et en squelette au bas, le tout peint et doré »9.

  • 10 De dignitate cardinalium, Vatican, Bibliothèque apostolique vaticane, Ms. Vat. Ottob. lat. (...)
  • 11 E. Beltran, « L’humanisme français au temps de Charles VII et de Louis XI », dans Préludes (...)

8En lien avec les plus grands humanistes de son temps, il a laissé plusieurs discours et sermons, écrit un traité sur la dignité cardinalice dédié au cardinal Bessarion10, s’est essayé à la poésie et a été très estimé de son vivant comme orateur. Quelque soit l’appréciation qui peut être portée sur ses talents littéraires et sur son humanisme, force est de constater qu’il a contribué à introduire en France de manière précoce la nouvelle culture humaniste11. L’hôtel qu’il se fait construire à Luxeuil évoque déjà un avant-goût de la Renaissance ; son rôle dans l’introduction de l’imprimerie ou dans la diffusion des manuscrits enluminés italiens, et particulièrement florentins, en témoigne plus encore.

Hélion Jouffroy, chantre de Rodez et prévôt d’Albi († 1529)

  • 12 Une notice biographique figure dans : M. Desachy, Cité des hommes. Le chapitre cathédral d (...)
  • 13 Vatican, Arch. segr. Vat., Suppl. 617, fol. 136 ; Rome, Saint-Louis-des-Français, fichier (...)
  • 14 Arch. dép. de l’Aveyron, G 167.
  • 15 Arch. dép. du Tarn, 1 J 46/2 et G 102, p. 26, cité dans : Olivier Cabayé, Albi au XVIe siè (...)
  • 16 Revue du Tarn, 1877, t. I, p. 339 ; A. Bonal, Histoire des évêques de Rodez, J.-L. Rigal ( (...)
  • 17 C. Belmon, Le bienheureux François d’Estaing, Albi, Impr. des Orphelins-apprentis, 1924, p (...)
  • 18 Ces informations m’ont été communiquées par Nicole Lemaitre, à partir des dépouillements f (...)

9La biographie de son neveu et héritier, si elle n’est pas aussi prestigieuse que celle de son oncle, n’en est pas moins fournie et digne d’intérêt12 : clerc du diocèse de Besançon et docteur en droit civil, Hélion Jouffroy est pourvu de la dignité de chantre de la cathédrale Notre-Dame de Rodez par provision apostolique en date du 21 novembre 146713. Sa présence à Rodez comme chantre est attestée par les sources capitulaires de Rodez dès 147014, puis comme prévôt de la cathédrale Sainte-Cécile d’Albi15 et du chapitre collégial de Saint-Salvy16. Il est du nombre des quinze chanoines qui élisent le 11 novembre 1501 François d’Estaing comme évêque de Rodez17. Comme beaucoup de ses contemporains, il a cumulé plusieurs bénéfices dans le diocèse de Rodez : il devient prieur sans cure d’Espinassole le 4 novembre 1508 par résignation de Jean d’Estaing ; de Trémouilles, le 10 avril 1515, et d’Alrance, le 7 mai 1517, par permutation avec Charles d’Estaing ; il est prieur du Cuzoul en 1518-1519, et à sa mort18.

10Les deux grandes actions de sa vie résident dans la fondation du couvent des Chartreux de Rodez à partir de 1511, puis de celui du nouvel ordre des Annonciades à partir de 1515.

  • 19 Arch. dép. de la Haute-Garonne, B 15, fol. 439 (25 janvier 1514).
  • 20 Ibidem, fol. 533 (16 juin 1514) ; voir aussi : A. Bonal, Histoire... op. cit., pp. 665-666 (...)
  • 21 J. Bousquet, Notes pour l’histoire des Embergues, Rodez, Subervie, 1954, pp. 18-19.
  • 22 Arch. dép. du Tarn, H 680.
  • 23 « Monsieur le prevost d’Alby esmeu de devotion qu’il a à la glorieuse Vierge Marie et à sa (...)
  • 24 C. Belmon, Le bienheureux... op. cit., p. 417 et sq. ; voir aussi : A. Bonal, Histoire... (...)
  • 25 L. de Lacger, L’église et le couvent des Annonciades à Albi, dans Revue d’histoire francis (...)

11Dès 1511, il entame des discussions avec le chapitre cathédral de Rodez pour faire l’acquisition de terrains au lieu-dit d’Albespeyres, et verse pour cela vingt mille livres tournois. En janvier 1514, le parlement de Toulouse ordonne une enquête de commodo et incommodo au sujet de la construction d’un couvent à Rodez, pour les religieux chartreux19, puis donne permission au syndic des chartreux de faire construire ce couvent, sans préjudice des dîmes et autres droits appartenant au chapitre20. Dès cette fondation achevée, il contribue à l’installation de religieuses des Annonciades à Rodez, après s’être installées à Albi en 1508. Dès 1516, un immeuble donnant sur les fortifications, près du château de Caldegouse est choisi : aujourd’hui, la statue de Notre-Dame de l’Embergue en marque l’emplacement21. Trois ans après, le couvent est prêt et la chapelle en construction : « Item mond. seigneur le prevost d’Alby a desja fait faire l’eglise dud. couvent et maintenant fait faire le claustres et autres ediffices »22 ; Hélion Jouffroy, fait, dès lors, venir cinq religieuses détachées du couvent d’Albi23. La chapelle est consacrée le 31 décembre 1524 par l’évêque de Rodez François d’Estaing24. Pour assurer des revenus au nouveau couvent, le prieuré de Vinnac est uni à la mense commune à la demande de Hélion, titulaire de ce bénéfice25.

  • 26 « Cestui cy [Hélion Jouffroy] eut toutes les despoulhes de son oncle qui s’estoyt fort enr (...)
  • 27 Arch. dép. du Tarn-et-Garonne, A 110, éd. dans : A. Maisonobe, Inventaire sommaire des Arc (...)
  • 28 « Helion Geoffroy, s’estant aprez la mort de sondit oncle retiré en ceste ville... », A. B(...)
  • 29 J. Bousquet, Notes... op. cit..., p. 22.
  • 30 P. Lançon, « La « Maison des singularités » d’Hélyon Jouffroy ou l’Enfer à domicile », dan (...)
  • 31 M. Desachy, Cité des hommes... op. cit., p. 234.
  • 32 L’inventaire inédit complet des oeuvres d’art est décrit et publié dans : Ibidem, p. 233 e (...)

12Ayant hérité d’une bonne partie de la fortune de son oncle26, Hélion Jouffroy fait partie des personnes les plus riches de la province au début du XVIe siècle : lorsque les commissaires du roi lèvent en 1522 un emprunt en Rouergue, il figure avec un autre chanoine de Rodez parmi les deux « principaulx ayans deniers contans d’icelle séneschaussée » auxquels ils empruntent la plus forte somme – mille cinq cents livres tournois27. Ayant quitté Albi pour Rodez à la mort de son oncle28, il réside dans un hôtel particulier – correspondant au n° 21 de l’actuelle rue de Bonald29, qui marque tant ses contemporains par sa munificence qu’ils le dénomment « maison des singularités »30 et que je me suis plu à dénommer « le petit Fontainebleau ruthénois »31 tant foisonnent les peintures murales et les sculptures, notamment de stuc. À l’étage de cette surprenante « maison des singularités », Hélion Jouffroy a aménagé un « ermitage » où il collectionne un nombre considérable d’œuvres d’art, de tableaux, de sculptures, de tapisseries, de bijoux ou de pierres précieuses au milieu d’un décor sculpté, éclairé par des verrières historiées32. Il n’est pas étonnant qu’une telle débauche de luxe ait autant surpris ses contemporains.

  • 33 J.-L. Lemaitre, Les obituaires du chapitre cathédral de Rodez, Paris, Académie des Inscrip (...)
  • 34 M. Desachy, « Un ramassis d’autels et de chapelles : la cathédrale démultipliée Notre-Dame (...)
  • 35 A. Auriol, « L’âge des fresques de la chapelle Sainte-Croix », dans Bull. de la Société ar (...)
  • 36 M. Bécamel, « Chapelle de la Sainte-Croix », dans À la découverte de la cathédrale d’Albi, (...)

13Il meurt le 29 septembre 1529, ayant fondé à la cathédrale de Rodez une pitance en l’honneur de saint Jérôme le 30 mars – clin d’œil de dévotion envers son oncle cardinal, et un obit le 15 mars33 et se fait enterrer dans l’église des Annonciades. Il peut être considéré comme le commanditaire du superbe retable du Mont-des-Oliviers à la cathédrale de Rodez à la fin du XVe siècle34, et associé à la commande des peintures de la chapelle Sainte-Croix de la cathédrale d’Albi autour de 151035. Hélion y est représenté, aux côtés de son oncle Jean et de son frère Henri, à genoux, les mains en prière, le cou dégagé, vêtu d’un long surplis, l’aumusse au bras droit. Sainte-Catherine, debout derrière lui, pose sur son épaule une main protectrice36. L’écriteau, ingénieusement suspendu à l’entablement, porte : Dominus Heliundus Joffredus, legum doctor, prepositus Albiensis, cantor et canonicus Ruthenensis (fig. 46).

II. Un très grand bibliophile37 et une très grande bibliothèque

Un bibliophile « parmi les plus ardents d’une époque qui les compta en grand nombre »38 : le « Libri »39 du Moyen Âge ?

  • 38 C. Kohler, « A propos d’une lettre de Ferdinand Ier d’Aragon, roi de Naples, à J. Jouffroy (...)
  • 39 L’affaire Libri défraya la chronique au milieu du XIXè siècle : inspecteur général des bib (...)
  • 40 Le début de ce paragraphe reprend en partie la notice biographique de J.-L. Biget, Jean Jo (...)

14Jean Jouffroy s’élève autant par ses mérites intellectuels que grâce à son habileté politique. Il est homme « d’humanités »40. Dans la suite de Nicolas de Clamanges et Jean de Montreuil, boursiers du célèbre collège de Navarre, il a le goût de la latinité et de l’éloquence et considère les classiques latins comme les modèles du bien dire et du bien écrire. Il se plaît à composer et prononcer des discours de « style cicéronien », qui le font reconnaître en son temps comme un grand orateur. Il baigne très tôt dans le courant de l’humanisme italien, dont il traverse la période la plus brillante, car il séjourne souvent et longtemps à Rome où il possède une maison.

  • 41 BAV, Vat. lat. 2988, voir : A. Lanconelli, « La biblioteca romana di Jean Jouffroi », dans (...)
  • 42 B.A.V., Vat. lat. 392, voir : Ibidem.

15Il a pu connaître Bessarion dès le concile de Ferrare-Florence (1438-1439) (fig. 47), et il a côtoyé Pie II (Aenas Sylvius Piccolomini) ; au sein du Sacré-Collège, il fréquente nicolas de Cues, Jean de Torquemada, François Gonzague, Prosper Colonna, tous possesseurs d’importantes « librairies » ; Giovanni Aurispa le qualifie de « doctus et solers antiquitatis indigator » ; Georges de Trébizonde lui dédie la traduction de la Physique d’Aristote41 et le qualifie à son tour de « in philosophia et in latina elegantia peritissimus » ; Francesco Griffollini (dit l’Arétin) traduit à sa demande plusieurs homélies de saint Jean Chrysostome42.

16Sa culture embrasse de nombreux auteurs latins dont Cicéron, César, Salluste et tous les historiens, Ennius, Martial, Horace, Virgile et la plupart des poètes. Il connaît également de nombreux auteurs grecs, qu’il a sans doute parcourus en traduction latine, et notamment Aristote, Démosthène, Isidore de Séville, Isocrate, Platon, Euripide et surtout Homère. Pie II atteste qu’il a lu tout ce qu’on peut lire en latin :

L’évêque d’Arras, savant suivant l’opinion des autres, est très savant à son propre sens. Parce qu’il a retenu par coeur un grand nombre d’ouvrages sacrés et profanes, parce qu’il a parcouru tout ce que l’on peut lire des auteurs latins, parce qu’il a orné sa mémoire de passages choisis des philosophes et des poètes, parce que sur quelques sujets que tombe l’entretien il est toujours prêt à prendre la parole et à citer à l’appui de son opinion les textes les plus anciens, alors il se croit tout permis ».

  • 43 A. Lanconelli, « La biblioteca... », art. cit..

17Jouffroy attache un grand prix à la possession des manuscrits, dont Bessarion dit qu’il les aime comme un père ses fils. Il les parcourt plume à la main, multipliant les annotations marginales. Sa bibliothèque assure une grande part de sa réputation auprès de ses contemporains. Elle est partagée entre son hôtel romain et le palais épiscopal de la Berbie à Albi. En l’absence d’inventaire conservé, cette dernière peut être partiellement reconstituée d’après des indices biographiques épars et par une recension des exemplaires existants à partir des marques d’appartenance43 : aujourd’hui, plus de soixante-quinze volumes ont ainsi été identifiés et feront donc l’objet d’une publication prochaine et d’une analyse détaillée dans la collection « Documents, études et répertoires. Histoire des bibliothèques médiévales » publiée par l’I.R.H.T.

  • 44 Il s’agit des manuscrits Vat. lat. 296, 474, 637, 651 et 1981. Le 637 contient l’anathème (...)
  • 45 M. Chaume, « L’ancienne bibliothèque de Saint-Vivant de Vergy », dans Annales de Bourgogne(...)

18Jean Jouffroy a été toute sa vie un amateur effréné de manuscrits, se servant d’ailleurs en prédateur averti dans les bibliothèques des abbayes dont il est abbé commendataire, faisant fi des menaces d’anathème inscrites dans ces livres à l’encontre des voleurs potentiels ! C’est ainsi que parmi les ouvrages actuellement conservés au Vatican, cinq44 au moins proviennent de l’abbaye Saint-Vivant-du-Vergy45 ; or, tous ces ouvrages ont été choisis par une main experte qui a retenu des manuscrits particulièrement vénérables datant du IXe ou Xe siècle.

  • 46 D. Nebbiai-DALLA Guarda, La bibliothèque de l’abbaye de Saint-Denis en France du IXe au XV (...)
  • 47 Virgile, Codex Romanus, Ve siècle, BAV, Vat. lat. 3867, voir : Ch. Samaran, « En marge du (...)
  • 48 B.A.V., Vat. lat. 326 et 630.
  • 49 D. Nebbiai-DALLA Guarda, Rapports avec le diocèse de Reims, dans La bibliothèque... op. ci (...)
  • 50 BAV, Vat. lat. 1904 et 3828, voir : G. Mercati, « Una lettera di Vespasiano da Bisticci a (...)

19Il procède de même à Saint-Denis, avec semble-t-il la même attirance pour les ouvrages antiques ou carolingiens46. Ayant été nommé abbé en 1464, il exige de Jean Mellet, sous-prieur et gardien du trésor et de la librairie, de se faire remettre les clefs. Ce dernier refuse et, soutenu par quelques moines, intente en 1465 un procès devant le parlement de Paris contre l’abbé. Jean Jouffroy est accusé d’avoir emporté des livres de l’abbaye, dont une bible. Ces déprédations expliqueraient le passage du fameux Romanus de Saint-Denis à la librairie papale47, mais aussi le fait que deux manuscrits carolingiens de Jean Jouffroy conservés au Vatican48 proviennent de Saint-Rémi de Reims49. Deux autres manuscrits provenant de l’abbaye de Flavigny et datant aussi du IXe et du XIe siècles50 confirment ce goût pour les manuscrits antiques.

  • 51 L’un des deux est aujourd’hui conservé : Paris, Bibliothèque Sainte-Geneviève Ms. 2960.
  • 52 CH. Kohler, « A propos d’une lettre de Ferdinand Ier d’Aragon, roi de Naples, à Jean Jouff (...)

20Le prélat fait aussi appel à ses relations pour se faire prêter ou donner des ouvrages. En 1458, le roi de Sicile Ferdinand Ier d’Aragon, auprès duquel il avait mené plusieurs missions diplomatiques, lui offre deux volumes de droit canon51 que Jean Jouffroy lui avait proposé d’acheter, reprochant amicalement à Jean Jouffroy de n’avoir pas tout simplement demandé le don de ces deux volumes52.

  • 53 L. Delisle, « Appendice », dans Ibidem, pp. 706-708.
  • 54 B.n.F. Ms. lat. 4797, F. Avril, Dix siècles d’enluminure italienne (VIe-XVIe siècles), Par (...)
  • 55 B.n.F. Ms. lat. 5713.
  • 56 L. Delaruelle, « Note sur Jean Jouffroy, mort évêque d’Albi en 1473 », dans Annales du Mid (...)
  • 57 Bruxelles, Bibliothèque Royale, Ms. 11102, qui figure dans l’inventaire après décès de Phi (...)

21Sa passion du livre n’est pas seulement égoiste, elle peut aussi être intéressée. Grand bibliophile, ce prélat a offert à Louis XI53 trois splendides manuscrits enluminés en Italie entre 1462 et 1473, dont deux proviennent du célèbre libraire florentin Vespasiano da Bisticci, le De situ orbis de Strabon54 et le De bello Peloponesiaco de Thucydide55, dans la traduction de Laurent Valla56. De la même manière, il offre au duc de Bourgogne, Philippe le Bon, un exemplaire de l’Épître d’Othéa de Christine de Pisan57.

  • 58 Oxford, Bodleian Library, Auct. F.1.12 [Madan 2497] ; Cambridge (Mass.), Harvard Universit (...)
  • 59 BAV, Vat. lat. 326 et 3 000.
  • 60 J. Ruysschaert, « Miniaturistes « romains » sous Pie II », dans Enea Silvio Piccolomini Pa (...)
  • 61 Sur un ensemble de plus de huit cents manuscrits, la bibliothèque du cardinal Bessarion en (...)
  • 62 Cette liste se trouve dans le Ms. Vat. lat. 409, éd. dans : A. Lanconelli, « La biblioteca (...)

22Les intérêts de Jean Jouffroy se répartissent entre trois grandes sections : le droit, spécifiquement celui de l’Eglise ; les écrits des Pères de l’Église ; la littérature et la philosophie de l’Antiquité. Sa librairie comporte peu d’écrits des érudits de son temps. Jean Jouffroy fut non seulement un grand bibliophile, mais aussi un collectionneur acharné. En tant que bibliophile, il fait faire par le libraire florentin Vespasiano da Bisticci, ou il lui achète, des manuscrits enluminés somptueux : six lui ont été achetés58, et deux ont été achetés dans sa boutique59. Il fait aussi travailler des enlumineurs romains actifs sous Pie II, tels que Gioachino de’ Gigantibus et Jacopo da Fabriano60. En tant que collectionneur – cela a déjà été suggéré ci-dessus –, il recherche des manuscrits antiques ou carolingiens d’auteurs classiques ou patristiques dans les bibliothèques des abbayes, semblable en cela au cardinal Bessarion61. Il voue ainsi une passion telle pour saint Jean Chrysostome qu’il dresse sur un de ses manuscrits la liste des traductions latines de cet auteur en mentionnant celles qu’il possède et celles qui lui font défaut. Sur les treize citées, il en possède onze62.

  • 63 « Deinde libros meos Romae existentes, do beato Dionysio et monasterio ejus [...] Je vueil (...)
  • 64 Les manuscrits de Jouffroy ne figurent pas cependant dans l’inventaire de 1475, voir : E. (...)
  • 65 O. Cabayé, Albi... op. cit..., p. 808.

23À sa mort, la partie romaine qui avait été léguée63 à l’abbaye de Saint-Denis passe rapidement dans la bibliothèque papale, peut-être au titre du droit de dépouille. Les ouvrages s’y trouvent rapidement après sa mort64 ; les ouvrages rassemblés à Albi passent au neveu de Jean Jouffroy, Henri, archidiacre de Montmiral, prieur de Notre-Dame de Fargues qui décède vers 151265 ; ils passent alors sans doute au frère de ce dernier, Hélion, prévôt d’Albi et chantre de la cathédrale de Rodez.

Une des bibliothèques particulières les plus riches du royaume

  • 66 L’inventaire complet de cette bibliothèque figure dans l’inventaire après décès des biens (...)
  • 67 A. Chalendon, Les bibliothèques des ecclésiastiques de Troyes du XIVe au XVIe siècle, Pari (...)
  • 68 G. Hasenhor, « L’essor des bibliothèques privées aux XIVe et XVe siècles. Evêques et cardi (...)
  • 69 H. omont, « Inventaire de la bibliothèque de Guillaume Pélicier, évêque de Montpellier (15 (...)
  • 70 M. Venard, L’Eglise d’Avignon au XVIe siècle, Lille, atelier de reproduction des thèses de (...)
  • 71 Pour avoir un échantillon de bibliothèques privées du début du XVIe siècle, voir P. Aquilo (...)
  • 72 P. Petitmengin, « Les livres de Beatus Rhenanus », dans Histoire des bibliothèques, A.Vern (...)

24La bibliothèque d’Hélion Jouffroy, jusqu’à présent inédite, mérite en effet une attention toute particulière66 : elle s’avère l’une des plus riches de tout le royaume au début du XVIe siècle avec plus de six cent cinquante articles. Ce qui frappe d’abord, c’est bien cette importance numérique : près de cinq cent soixante-dix titres pour plus de six cent cinquante volumes, ce qui est plus que considérable pour l’époque. Bien des bibliothèques des plus célèbres de la Renaissance apparaissent alors modestes par comparaison : pour ne prendre que quelques exemples, celle de Louis Budé, frère de l’humaniste, conserve trois cent quatorze volumes67 ; celle du cardinal d’Estouteville abrite cent seize volumes68 ; celle de l’évêque de Montpellier Guillaume Pélicier contient trois cent trente-deux ouvrages69 ; celle de l’évêque humaniste Capitone, dont la réputation court jusqu’à Rome, abrite quatre cents volumes70 ; celle de l’évêque ruthénois Georges d’Armagnac, si chère encore au souvenir de Claude de Peiresc au XVIIe siècle, compte « seulement » quatre cent quatre-vingts volumes71. Seule la bibliothèque du célèbre humaniste Beatus Rhenanus semble l’emporter avec près de mille cinq cent titres conservés dans six cent soixante-dix volumes72.

25L’étonnement, la surprise et la stupéfaction s’accroissent à la lecture des pages et des pages de son inventaire après décès décrivant les dizaines et dizaines de tableaux, images et sculptures entassés dans son hôtel particulier ruthénois. L’historien suit des yeux ce que le scribe a lui-même décrit non sans un émerveillement conforté par l’idée qu’un tel amoncellement d’objets d’art devait bien receler quelques chefs-d’œuvre à jamais disparus. Comment donc une telle opulence a-t-elle pu disparaître aussi rapidement pour être totalement ignorée jusqu’à aujourd’hui ? Passé l’étonnement, il faut bien étudier la bibliothèque dans le détail. Et là, l’étonnement revient de plus belle pour se transformer en émerveillement : Hélion Jouffroy est un personnage clef de l’introduction du livre imprimé dans le Midi.

  • 73 Histoire des bibliothèques françaises, t. I, p. 286.

26Dans sa « maison des singularités », hormis quelques romans en français qui, tels des livres de chevet, se trouvent dans sa chambre, tous ses ouvrages sont regroupés au premier étage dans son « estude » ; aux murs, plusieurs rangées. De chaque côté de l’« estude », sur les murs les plus larges, six rangées contenant chacune une trentaine de volumes. Plus loin et plus en hauteur, peut-être au-dessus d’une porte, cinq autres rangées plus petites abritant chacune seulement une dizaine de titres. Au milieu de la pièce, plusieurs pupitres ou roues à livres – « limandes a maniere de forestols » – qui contiennent plus de cent soixante volumes, et qui évoquent le célèbre meuble à livres de la Nef des folz du monde de Sébastien Brant tel qu’il apparaît dans l’édition parisienne de 149773. Derrière l’« estude », une chambre où se trouvent les trente derniers livres. Voilà le lieu de retrait et d’étude d’Hélion, transcription écrite des cabinets d’humanistes tels qu’ils apparaissent dans les enluminures des manuscrits.

27S’il n’y avait cette importance numérique, la bibliothèque d’Hélion Jouffroy ressemblerait à première vue aux autres bibliothèques ecclésiastiques de la fin du Moyen Âge. Les livres de droit se retrouvent en écrasante majorité : tous les textes du Corpus juris canonici et du Corpus juris civilis, tout comme leurs principaux commentateurs ou les indispensables Modus legendi abreviaturas in utroque jure et la Summa angelica de casibus conscientiae compilée par Angelus de Clavasio (†1493) sont présents dans une bibliothèque qui apparaît comme la bibliothèque parfaite et complète d’un juriste.

  • 74 M. Desachy, « Je scrivoys si durement que fasoys les muches rire. Le livre annoté comme po (...)

28Quelques titres traduisent cependant un homme ouvert à des domaines intellectuels autres que ceux de sa formation universitaire. Dans sa chambre, il garde à portée de mains une vingtaine de « petitz livres a plaisance en françoys » dont La mer des ystoires, Melusine ou Le songe du vergies. Il se montre par ailleurs réceptif aux écrits humanistes italiens ou français. Il lit ainsi le De vita solitaria de Pétrarque, un ouvrage de Guillaume Budé et un autre de Jean de La Mirandole. Il possède deux titres de l’humaniste montalbanais qui siège comme lui au chapitre de Rodez, Alain de Varènes, dont ses commentaires sur le Cantique des Cantiques. À l’instar d’un autre de ses confrères, l’archidiacre ruthénois Jean Boyer74, il possède plusieurs titres d’Erasme – onze exactement, dont les Adages.

III. Le rôle des Jouffroy dans l’introduction précoce de l’imprimerie à Albi75

  • 75 M. Desachy, Albi avant tant d’autres : l’influence de Louis d’Amboise et le rôle de la fam (...)

29S’il convient de ne pas gommer totalement l’influence indéniable de Louis d’Amboise qui, d’une manière ou d’une autre, a du contribuer et accompagner l’installation précoce des deux ateliers d’imprimerie dans sa ville épiscopale, il faut désormais lui adjoindre le rôle précurseur et sans doute initiateur de son prédécesseur le cardinal Jean Jouffroy, en le liant au terreau que constitue le monde des clercs et chanoines. Parmi eux, son neveu Hélion doit être placé au tout premier rang.

Les amitiés humanistes parisiennes

  • 76 Arch. dép. de l’Aveyron, 18 H 4, Testament d’Hélion Jouffroy (20 octobre 1523). Cette clau (...)

30Hélion Jouffroy tisse des liens amicaux avec un autre chanoine de Rodez, l’humaniste montalbanais Alain de Varènes. C’est d’ailleurs lui qu’il désigne dans son second testament, daté de 1523, pour choisir dans sa bibliothèque cent vingt volumes destinés à constituer les fondements d’une bibliothèque d’un collège ruthénois à faire construire par les chanoines de Rodez. Il renouvelle par ailleurs la clause qu’il avait déjà précisée en 1515 selon laquelle il lègue aux prêtres nécessiteux tous ses bréviaires selon le rite romain imprimés à Albi : « Item lego omnia breviaria mea romana impressa Albie presbyteris indigentibus et distribuantur per familiares meos »76. Cette précision est d’une importance historique considérable. Elle constitue la première mention dans les sources de la présence de l’imprimerie à Albi, et confirme que la venue de deux imprimeurs dans cette ville, dont l’allemand Jean neumeister, n’est pas un hasard, mais la réponse à une demande, peut être d’Hélion Jouffroy lui-même, en tout cas d’ecclésiastiques.

  • 77 Pour les relations de Jean Jouffroy, Guillaume Fichet et le cardinal Bessarion, voir : L. (...)
  • 78 T. DE Morembert, « Jean Jouffroy », dans Dictionnaire de biographie française, t. XVIII, c (...)

31Il convient ensuite de rappeler que le cardinal Jean Jouffroy a été en contact épistolaire avec Guillaume Fichet lui-même et ce dès 147077 et qu’il partage sa vie entre Albi et Paris de 1470 à 147278, c’est-à-dire précisément à la date où s’installe le premier atelier de Gering à la Sorbonne sous le mécénat de Fichet. Il n’est donc pas impossible, et même fortement envisageable, que le cardinal ait rencontré Guillaume Fichet lors d’un de ses séjours à Paris. Il est en outre également en lien avec le cardinal Bessarion dont le rôle est primordial dans l’activité du premier atelier parisien. Ce dernier lui fait envoyer en 1472 deux ouvrages, sans qu’il soit possible de préciser si ce sont des livres manuscrits ou justement des livres sortis de l’atelier d’Ulrich Gering :

  • 79 C. Märtl, Kardinal Jean Jouffroy…, p. 291.

Dominus Albiensis alterum a me accepit librum, posteaquam rediit cujusex Hispania, copiam tibi facere potuisset, nisi esset doctissimus ; nam litterati omnes libros tamquam filios suos amant, non facileque patiuntur eos a se abesse79.

  • 80 J. Veyrin-Forrer, Hommage aux premiers imprimeurs de France, 1470-1970, Paris, Bibliothèqu (...)
  • 81 N. Le Pottier et M. Desachy, Le production des ateliers dit de l’Aenas Sylvius et de Jean (...)

32Enfin, il est originaire de Bourgogne et fortement attaché à la personne du duc de Bourgogne dont il a été le conseiller, tout comme le cardinal Rolin, mécène et protecteur de Fichet80. Il n’est pas possible que des personnages aussi unis par l’amour du livre et aussi attentifs à la circulation des idées et des techniques nouvelles ne se soient pas tenus informés de l’innovation aussi importante que représente l’apparition des « livres de molle ». Ces liens de personnes confortent les observations faites sur les similitudes de fonds et de technique entre la production de l’atelier parisien et celle de l’atelier albigeois81 et laissent la place à l’idée d’un lien entre ces deux ateliers.

33Une autre remarque peut être faite par rapport à la bibliothèque d’Hélion Jouffroy présentée ci-dessus. Si Hélion a non seulement possédé plusieurs exemplaires du bréviaire romain imprimé à Albi, il faut également noter dans l’inventaire de sa bibliothèque des exemplaires de six des éditions sorties des presses albigeoises : la Summa de casibus conscienciae de Barthélémy de Sancto-Concordio ; le Repertorium juris canonici de Jean nicolas de Milis ; les Decisiones rote romane éditées par Willelm Horboch ; le Manipulus curatorum de Guido de Montrochen ; les Epistolae de Phalaris, et le de Simulatione Contractuum de Barthélémy Cepolla. Il possède également le Mamotrectus super Bibliam, du franciscain italien Johannes Marchesinus dont l’édition albigeoise du court chapitre intitulé De orthographia constitue aujourd’hui un unicum : faut-il en déduire que l’ouvrage a été édité à partir du manuscrit d’Hélion Jouffroy ?

La clientèle cléricale albigeoise et ruthénoise

  • 82 Rodez est le premier diocèse à avoir adopté le missel et le bréviaire suivant le rit romai (...)

34À ces liens d’hommes, il faut ajouter une considération d’ordre économique. Lorsqu’ils s’installent dans une ville ou bourgade, les imprimeurs itinérants répondent soit à la demande d’un commanditaire direct et fortuné pour imprimer un type de livre précis (une abbaye ou un évêque pour un livre liturgique par exemple), soit ils considèrent pouvoir trouver localement une clientèle susceptible d’acheter leur production (universitaires ou clercs par exemple). La seconde option semble avoir été celle de Jean Neumeister. Aucun historien n’a en effet souligné le fait que l’imprimeur allemand, dans sa faible production albigeoise – cinq ou six titres au maximum –, a imprimé deux livres liturgiques selon le rite romain. Or, à cette époque, seuls trois diocèses français ont adopté le rite romain : Albi, Rodez et Avignon82. En venant à Albi imprimer des livres liturgiques selon le rite romain, Jean Neumeister savait qu’il aurait une clientèle appropriée dans les diocèses d’Albi et de Rodez.

35Par l’acte généreux mentionné dans son testament, Hélion Jouffroy confirme cette hypothèse. Ayant acheté ou possédant encore plusieurs exemplaires du bréviaire romain, il les lègue au début du XVIe siècle aux prêtres nécessiteux de son diocèse. S’il possède d’ailleurs encore en 1523, c’est-à-dire plus de quarante après leur impression, plusieurs exemplaires de ce bréviaire, cela laisse supposer un tirage important de ce titre.

  • 83 B.M. de Rodez, Rés. M 60.
  • 84 Arch. dép. de l’Aveyron, 3 G 367. Il va de soi que cette citation donne la date de la réfo (...)

36Cette hypothèse s’appuie sur d’autres éléments observés sur les exemplaires encore conservés ou mentionnés dans des sources d’archives. L’exemplaire de ce bréviaire romain conservé à la bibliothèque de Rodez après avoir appartenu aux capucins de la même ville83, est truffé, juste avant le propre des saints, de quelques feuillets manuscrits sur parchemin contenant la réforme du calendrier de Rodez édictée en octobre 1472 par l’évêque de Rodez Bertrand de Chalencon. Or, un autre exemplaire possédé par le chapitre de Rodez au XVIIIe siècle a exactement la même particularité. En effet, lors d’un procès avec les vicaires, les chanoines de Rodez font référence à « un ancien bréviaire de Rodès qui n’est autre que le bréviaire romain, sauf l’addition de ses propres au diocèse » et mentionnent « la rubrique qui est au milieu de ce bréviaire imprimé en lettre gothique du temps de Mgr. de Chalencon en 1472 »84. Une partie des exemplaires de ce tirage a donc été complétée par un acte liturgique manuscrit propre au diocèse de Rodez. Bref, les exemplaires d’Hélion Jouffroy, ceux des capucins et du chapitre de Rodez laissent penser que le bréviaire romain de Neumeister a peut-être été imprimé à la suite d’une commande du clergé ruthénois. Plusieurs chanoines, comme Hélion Jouffroy, sont d’ailleurs prébendés à la fois à Albi et à Rodez.

37À la lecture plus minutieuse de l’exemplaire conservé à la bibliothèque municipale de Rodez, un autre détail conforte encore cette hypothèse. D’une part, le calendrier romain a été corrigé : plusieurs saints propres au diocèse de Rodez – Radegonde, Foy, Quitterie, Trojécie, Geniès, Naamas, Dalmas, Amans – ont été ajoutés à la main. D’autre part, le propre des saints imprimé et figurant dans la deuxième partie du bréviaire, après la réforme du calendrier manuscrite insérée dans l’exemplaire, contient l’office de saint Amans, célébré dans le diocèse de Rodez comme d’Albi.

  • 85 Albi, Ms. 77 (159), voir D. Banzato, Mantegna e Padova : 1445-1460, Milan, Skira, 2006, pp (...)
  • 86 Epistolario di Guarino Veronese, R. Sabbadini (éd.), II, Venise, 1917, Miscellanea di Stor (...)

38La conclusion se terminera sous forme de question : cette étude a montré le rôle majeur de ces deux bibliophiles et collectionneurs dans l’histoire du livre entre Albi et Rodez à la fin du Moyen Âge et au début de la Renaissance. Tous ces manuscrits et livres se présentent comme la trace matérielle de leur activité intellectuelle soutenue et des liens nourris avec les humanistes de leur temps, surtout italiens. Les liens étroits des Jouffroy avec Guarino Veronese n’ont pas été suffisamment soulignés : dès lors, pourquoi ne pas se demander si ce n’est pas par leur entremise qu’est parvenue à Albi la fameuse traduction latine par Veronese du De situ orbis de Strabon enluminée par Giovanni Bellini85, alors même que Jean Jouffroy est présent à Mantoue en 1459 et qu’il avait confié l’éducation d’un de ses neveux86 – Henri ou Hélion – à cet humaniste ?

Anmerkungen

1 C. Märtl, « Diplomat, Kirchenfürst and Humanist. Jean Jouffroy, ein französischer Kardinal der Frührenaissance », dans Blick dans die Wissenschaft. Forschungsmagazin der Universität Regensburg, n° 6, 1995, pp. 54-63 ; Idem, Kardinal Jean Jouffroy († 1473). Leben und werk (Beiträge zur Geschichte und Quellenkunde des Mittelalters, 18), Sigmarigen, J. Thorbecke, 1996.

2 À ce jour, la notice synthétique la plus complète est celle de R. aubert dans Dictionnaire d’histoire et de géographie ecclésiastique, t. 28, 2003, col. 309-314. Voir aussi : T. de Morembert, Dictionnaire de biographie française, t. XVIII, col. 834-835.

3 L. Valla, Opera omnia, Bâle, 1540 (réimpr. et préface d’E. Garin, Turin, Bottega d’Erasmo, 1962), t. I, p. 351.

4 Mémoires de J. du Clercq sur le règne de Philippe le Bon, éd. DE Reiffenberg, Bruxelles, Lacrosse, 1936, t. V, chap. 4.

5 C. Märtl, Kardinal... op. cit., pp. 231-249.

6 La mise au point la plus complète sur ces deux épisodes reste celle contenue dans l’étude magistrale de CH. Samaran, La maison d’Armagnac au XVe siècle et les dernières luttes de la féodalité dans le Midi de la France, Paris, Alphonse Picard, 1908, sp. pp. 119-121, 185-194 et 328-336.

7 « Anno Domini millesimo quadringentesimo septuagesimo tercio et die vicesima quinta mensis novembris, obiit reverendissimus in Christo pater et dominus Johannes Joffridi, condam tituli Sancti Martini in Montibus presbyter cardinalis et episcopus Albiensis [...] et est sepultus in capelle Sancte Crucis », Albi, bibliothèque municipale, Ms. 8 (111), fol. 53V, éd. dans : M. Desachy, Les obituaires du chapitre cathédral d’Albi, Paris, Académie des inscriptions et belles lettres, 2007 (Recueil des historiens de la France. Obituaires. Série in-8, 7), p. 108. Jean Jouffroy a fondé un obit par mois.

8 « Ut corpus meum et cadaver atque infelix sepeliatur ad pedes archae in qua vera crux et brachium Sanctae Ceciliae servari volent » : testament de Jean Jouffroy, BnF, Languedoc, t. XC, fol. 86-87 (novembre 1473), publié dans : E. Martène et U. Durand, Thesaurus novus anecdotorum... Tomus primus, Paris, 1717, p. 1841 et P. Grappin, Éloge historique de Jean Jouffroi, cardinal d’Alby, lu à la séance publique de l’Académie de Besançon par un membre de cette académie le 22 avril 1785, Besançon, 1785, pp. 59-62. Les reliques de sainte Cécile sont conservées dans un grand bras d’argent aux armes du cardinal Jouffroy, voir : A. Auriol, « Quelques précisions iconographiques relatives aux fresques de Sainte-Cécile d’Albi », dans Bull. de la Société archéologique du Midi, 1912-1914, pp. 179- 185, p. 184.

9 Edmond DE Rivières, Procez-verbal de la visite de l’église métropolitaine et du chapitre d’Alby en 1698 et 1699, publié pour la première fois dans son texte intégral et annoté, Tours, Bouserez, 1877, p. 46. Sur le pilier, au niveau de l’enfeu, est peinte une tête de mort, accompagnée de cette inscription : « Memorare novissima tua et in eternum non peccabis ». Un mémoire d’Alexandre Dumège conservé à la bibliothèque municipale d’Albi (Rés. Ms. 31) contient une note mentionnant l’existence d’un relevé de ce tombeau : « La bibliothèque des archives départementales du Tarn possède trois mémoires de Dumège. Quant aux nombreuses planches qui les accompagnaient, bien peu sont restées aux archives ; les autres sont, dit-on, dispersées à Paris. Celles qui restent sont : [...] n° 166, tombeau des Jouffroy à Albi ». Cette planche est manquante dans le fonds Dumège des archives départementales ; de même, le fonds Dumège, à la bibliothèque de l’Institut (Ms. 4178) ne contient pas cette planche.

10 De dignitate cardinalium, Vatican, Bibliothèque apostolique vaticane, Ms. Vat. Ottob. lat. 793.

11 E. Beltran, « L’humanisme français au temps de Charles VII et de Louis XI », dans Préludes à la Renaissance, C. Bozzolo (dir.), Paris, Editions du CNRS, 1992, pp. 123-162, sp. 142-147.

12 Une notice biographique figure dans : M. Desachy, Cité des hommes. Le chapitre cathédral de Rodez (1215-1562), Rodez, Ed. du Rouergue, 2005, p. 408.

13 Vatican, Arch. segr. Vat., Suppl. 617, fol. 136 ; Rome, Saint-Louis-des-Français, fichier Leselier, Onomasticon IV2, f. 532.

14 Arch. dép. de l’Aveyron, G 167.

15 Arch. dép. du Tarn, 1 J 46/2 et G 102, p. 26, cité dans : Olivier Cabayé, Albi au XVIe siècle. Gens de bien et autres « apparens », Albi, 2008, p. 808.

16 Revue du Tarn, 1877, t. I, p. 339 ; A. Bonal, Histoire des évêques de Rodez, J.-L. Rigal (éd.), Paris, Revue historique, t. II, 1938, p. 425.

17 C. Belmon, Le bienheureux François d’Estaing, Albi, Impr. des Orphelins-apprentis, 1924, p. 66.

18 Ces informations m’ont été communiquées par Nicole Lemaitre, à partir des dépouillements faits pour sa thèse : Le Rouergue flamboyant. Clergé et paroisses du diocèse de Rodez (1417-1563), Paris, Cerf, 1988.

19 Arch. dép. de la Haute-Garonne, B 15, fol. 439 (25 janvier 1514).

20 Ibidem, fol. 533 (16 juin 1514) ; voir aussi : A. Bonal, Histoire... op. cit., pp. 665-666 ; J. Touzery, éd., Les bénéfices du diocèse de Rodez avant la Révolution de 1789. Etat dressé par l’ abbé de Grimaldi, Rodez, Impr. catholique, 1906, pp. 185-188.

21 J. Bousquet, Notes pour l’histoire des Embergues, Rodez, Subervie, 1954, pp. 18-19.

22 Arch. dép. du Tarn, H 680.

23 « Monsieur le prevost d’Alby esmeu de devotion qu’il a à la glorieuse Vierge Marie et à sa saincte religion delibera de faire faire ung couvent de la religion en la cité de Roddez et nous fist prier que voulsissions accepter led. couvent, ce que nous avons faict tant pour l’honneur de la glorieuse Vierge Marie et l’augmentation de sa saincte religion que aussi pour descharger notredit couvent de Fargues en esperance que y envoyrions lesd. cinq seurs que mond. seigneur le cardinal nous avoict faict venir de Toraine », Ibidem.

24 C. Belmon, Le bienheureux... op. cit., p. 417 et sq. ; voir aussi : A. Bonal, Histoire... op. cit., pp. 666- 667.

25 L. de Lacger, L’église et le couvent des Annonciades à Albi, dans Revue d’histoire franciscaine, 1927, t. IV, n° 3 ; Idem, Histoire des Annonciades de Fargues à Albi (1508-1792), dans Revue d’histoire franciscaine, 1927, t. V, n° 1-2 ; J. Touzery, Bénéfices... op. cit..., p. 221-227.

26 « Cestui cy [Hélion Jouffroy] eut toutes les despoulhes de son oncle qui s’estoyt fort enrichi à la suite de la court et gouvernement des affaires du royaume », A. Bonal, Comté et comtes de Rodez, Rodez, Carrère, 1885, p. 690.

27 Arch. dép. du Tarn-et-Garonne, A 110, éd. dans : A. Maisonobe, Inventaire sommaire des Archives départementales antérieures à 1790. Tarn-et-Garonne, Archives civiles, série A, Fonds d’Armagnac, Montauban : impr. de P. Mispoulet, 1910, p. 125.

28 « Helion Geoffroy, s’estant aprez la mort de sondit oncle retiré en ceste ville... », A. Bonal, Histoire... op. cit., p. 424.

29 J. Bousquet, Notes... op. cit..., p. 22.

30 P. Lançon, « La « Maison des singularités » d’Hélyon Jouffroy ou l’Enfer à domicile », dans Enfer et Paradis. L’au-delà dans l’art et la littérature en Europe, Rodez : Centre européen d’art et civilisation médiévale, 1995, (Cahiers de Conques, 1), pp. 335-345.

31 M. Desachy, Cité des hommes... op. cit., p. 234.

32 L’inventaire inédit complet des oeuvres d’art est décrit et publié dans : Ibidem, p. 233 et pp. 241-243.

33 J.-L. Lemaitre, Les obituaires du chapitre cathédral de Rodez, Paris, Académie des Inscriptions et des Belles-Lettres, 1995, n° 301, 1147 et 1292.

34 M. Desachy, « Un ramassis d’autels et de chapelles : la cathédrale démultipliée Notre-Dame de Rodez (XIIIe-XVIe siècles) », dans Revue du Rouergue, n° 96, hiver 2008, pp. 439-482.

35 A. Auriol, « L’âge des fresques de la chapelle Sainte-Croix », dans Bull. de la Société archéologique du Midi, 1914-1915, p. 132.

36 M. Bécamel, « Chapelle de la Sainte-Croix », dans À la découverte de la cathédrale d’Albi, Albi, Assémat, 1976, pp. 63-69 ; A. Auriol, « Les fresques de la chapelle Sainte-Croix à Sainte-Cécile d’Albi », dans Annales du Midi, Toulouse, 1923-1924, t. 35-36, pp. 418-456.

37 La dernière synthèse complète sur Jean Jouffroy et sa bibliothèque se trouve dans : C. Märtl, « Jouffroy und seine Bibliothek », dans Kardinal... op. cit..., pp. 285-297.

38 C. Kohler, « A propos d’une lettre de Ferdinand Ier d’Aragon, roi de Naples, à J. Jouffroy, évêque d’Arras », dans Bibliothèque de l’école des chartes, LVII, 1896, pp. 699-708, p. 703.

39 L’affaire Libri défraya la chronique au milieu du XIXè siècle : inspecteur général des bibliothèques et membre de l’Institut en charge de la rédaction du Catalogue général des bibliothèques publiques de France, il écuma en connaisseur les bibliothèques en question et revendit les manuscrits volés. Bien que soutenu par Prosper Mérimée, il fut condamné en 1850, voir : A. Jammes, Libri vaincu. Enquêtes policières et secrets bibliographiques, Paris, Editions des Cendres, 2008.

40 Le début de ce paragraphe reprend en partie la notice biographique de J.-L. Biget, Jean Jouffroy, un opportuniste lettré, dans Incunables albigeois, les ateliers d’imprimerie de l’Aenas Sylvius (av. 1475-c. 1480) et de Jean Neumeister (1481-1483), M. Desachy (dir.), Rodez, Ed. du Rouergue, 2005, pp. 19- 20.

41 BAV, Vat. lat. 2988, voir : A. Lanconelli, « La biblioteca romana di Jean Jouffroi », dans Scrittura, biblioteche e stampa a Roma nel Quattrocento... Atti del Seminario 1-2 giugnio 1979, Vatican, Scuola Vaticana di Paleografia, 1980, pp. 275-294, p. 277.

42 B.A.V., Vat. lat. 392, voir : Ibidem.

43 A. Lanconelli, « La biblioteca... », art. cit..

44 Il s’agit des manuscrits Vat. lat. 296, 474, 637, 651 et 1981. Le 637 contient l’anathème suivant : « Liber s. Vivencii. Si quis ullum abstulerit anathema sit, maranatha amen ».

45 M. Chaume, « L’ancienne bibliothèque de Saint-Vivant de Vergy », dans Annales de Bourgogne, t. XII, 1940, pp. 10-14.

46 D. Nebbiai-DALLA Guarda, La bibliothèque de l’abbaye de Saint-Denis en France du IXe au XVIIIe siècle, Paris, 1985, pp. 96-98.

47 Virgile, Codex Romanus, Ve siècle, BAV, Vat. lat. 3867, voir : Ch. Samaran, « En marge du Romanus », dans Revue des études latines, 1929, pp. 334-347 [346].

48 B.A.V., Vat. lat. 326 et 630.

49 D. Nebbiai-DALLA Guarda, Rapports avec le diocèse de Reims, dans La bibliothèque... op. cit., pp. 54-55.

50 BAV, Vat. lat. 1904 et 3828, voir : G. Mercati, « Una lettera di Vespasiano da Bisticci a Jean Jouffroi vescovo di Arras e la bibliotheca romana del Jouffroi », dans Mélanges dédiés à la mémoire de Félix Grat, I, Paris, 1946, pp. 357-366, p. 365.

51 L’un des deux est aujourd’hui conservé : Paris, Bibliothèque Sainte-Geneviève Ms. 2960.

52 CH. Kohler, « A propos d’une lettre de Ferdinand Ier d’Aragon, roi de Naples, à Jean Jouffroi, évêque d’Arras », dans Bibliothèque de l’école des chartes, 57, 1896, pp. 699-706, p. 699.

53 L. Delisle, « Appendice », dans Ibidem, pp. 706-708.

54 B.n.F. Ms. lat. 4797, F. Avril, Dix siècles d’enluminure italienne (VIe-XVIe siècles), Paris, Bibliothèque nationale de France, 1984, pp. 118-119

55 B.n.F. Ms. lat. 5713.

56 L. Delaruelle, « Note sur Jean Jouffroy, mort évêque d’Albi en 1473 », dans Annales du Midi, t. 55, 1943, pp. 529-531 ; D. Bloch, « La formation de la bibliothèque du Roi », dans Histoire des bibliothèques françaises, Paris, Cercle de la librairie, 1989, t. I, p. 312 ; U. Baurmeister et M.-P. Laffitte, Des livres et des rois. La bibliothèque royale de Blois, Paris, Bibliothèque nationale de France, 1992, p. 72.

57 Bruxelles, Bibliothèque Royale, Ms. 11102, qui figure dans l’inventaire après décès de Philippe le Bon : « Ung autre livre en papier couvert d’ais rougastres, intitulé au dehors : Othéa la déesse, que messire Joffroy a donné à monseigneur... », G. Doutrepont, La littérature française à la cour des ducs de Bourgogne, Paris, Honoré Champion, 1909, p. 149.

58 Oxford, Bodleian Library, Auct. F.1.12 [Madan 2497] ; Cambridge (Mass.), Harvard University Library, Houghton Library, Typ. 9 ; BAV, Vat. lat. 328, 335, 4 797, 5 713.

59 BAV, Vat. lat. 326 et 3 000.

60 J. Ruysschaert, « Miniaturistes « romains » sous Pie II », dans Enea Silvio Piccolomini Papa Pio II, Sienne, Accademia Senese degli Intronati, 1968, pp. 270 et 247-48.

61 Sur un ensemble de plus de huit cents manuscrits, la bibliothèque du cardinal Bessarion en comptait plus de six cents grecs, E. Müntz et P. Fabre, La bibliothèque du Vatican au XVe siècle, Paris, 1886 (Amsterdam : G.Th. van Heusden, 1970), p. IV.

62 Cette liste se trouve dans le Ms. Vat. lat. 409, éd. dans : A. Lanconelli, « La biblioteca... art. cit. », p. 290.

63 « Deinde libros meos Romae existentes, do beato Dionysio et monasterio ejus [...] Je vueil et ordonne que tous mes livres étant en ce royaume, soient baillés et délivrés à mon neveu Henry Geuffroy, auquel je les donne », B.n.F., Languedoc, t. XC, fol. 86-87 (novembre 1473), publié dans : E. Martène, Thesaurus... op cit.., p. 1841.

64 Les manuscrits de Jouffroy ne figurent pas cependant dans l’inventaire de 1475, voir : E. Müntz, La bibliothèque... op. cit., p. 159 et s.

65 O. Cabayé, Albi... op. cit..., p. 808.

66 L’inventaire complet de cette bibliothèque figure dans l’inventaire après décès des biens d’Hélion Jouffroy (Arch. dép. de l’Aveyron, 18 H 7), éd. dans M. Desachy, Cité des hommes. Le chapitre cathédral Notre-Dame de Rodez (1215-1562), thèse de l’université Paris-I, sous la direction de Nicole Lemaitre, Paris, 2004, pp. 411-425 et cité dans : M. Desachy, Répertoire prosopographique des évêques, dignitaires et chanoines de France de 1200 à 1500. Tome VI, Diocèse de Rodez, Turnhout, Brepols, 2002, p. 24.

67 A. Chalendon, Les bibliothèques des ecclésiastiques de Troyes du XIVe au XVIe siècle, Paris : C.N.R.S., 2001, pp. 49-69.

68 G. Hasenhor, « L’essor des bibliothèques privées aux XIVe et XVe siècles. Evêques et cardinaux », dans Histoire des bibliothèques, A. Vernet (dir.), Paris, Cercle de la librairie, 1989, t. I, pp. 236-237.

69 H. omont, « Inventaire de la bibliothèque de Guillaume Pélicier, évêque de Montpellier (1529-1568) », dans Revue des bibliothèques, 1, 1891, pp. 161-172.

70 M. Venard, L’Eglise d’Avignon au XVIe siècle, Lille, atelier de reproduction des thèses de Lille-III, 1980, p. 731-732.

71 Pour avoir un échantillon de bibliothèques privées du début du XVIe siècle, voir P. Aquilon, « Petites et moyennes bibliothèques 1480-1530 », dans Histoire des bibliothèques françaises, Paris, Cercle de la librairie, 1989, t. I, pp. 307-309 ; l’inventaire de 1560 de la bibliothèque de Georges d’Armagnac a été récemment transcrit par F. Lemerle, « Guillaume Philandrier et la bibliothèque du cardinal Georges d’Armagnac », dans Etudes aveyronnaises, Rodez, 2003, pp. 228-244.

72 P. Petitmengin, « Les livres de Beatus Rhenanus », dans Histoire des bibliothèques, A.Vernet (dir.), Paris, Cercle de la librairie, 1989, t. I, pp. 298-301.

73 Histoire des bibliothèques françaises, t. I, p. 286.

74 M. Desachy, « Je scrivoys si durement que fasoys les muches rire. Le livre annoté comme portrait de lecteurs : étude des exemplaires conservés de Jean Boyer, archidiacre de Conques, et Jean Vedel, chanoine et official de Rodez (XVIe siècle) », dans Bulletin du bibliophile, 2001, fasc. 2, pp. 270-314.

75 M. Desachy, Albi avant tant d’autres : l’influence de Louis d’Amboise et le rôle de la famille Jouffroy dans l’introduction de l’imprimerie, dans Incunables albigeois... op. cit, pp. 29-37.

76 Arch. dép. de l’Aveyron, 18 H 4, Testament d’Hélion Jouffroy (20 octobre 1523). Cette clause reprend celle déjà mentionnée dans le testament de 1515 : « Item lego omnia breviaria mea que habeo ad usum romanum indigentibus presbiteris, quequidem volo distribui per venerabilem presbiterum dompnum Johannem de Mensengan, priorem Cartusiensem Villefranche », Arch. dép. de l’Aveyron, 18 H 2 (29 août 1515).

77 Pour les relations de Jean Jouffroy, Guillaume Fichet et le cardinal Bessarion, voir : L. Delaruelle, Guillaume Budé. Les origines, les débuts, les idées maîtresses, Paris, Honoré Champion, 1907, pp. 7-8 et E. Legrand, Cent dix lettres grecques de François Filelfe, Paris, Leroux, 1892, p. 225 et 237.

78 T. DE Morembert, « Jean Jouffroy », dans Dictionnaire de biographie française, t. XVIII, col. 834- 835.

79 C. Märtl, Kardinal Jean Jouffroy…, p. 291.

80 J. Veyrin-Forrer, Hommage aux premiers imprimeurs de France, 1470-1970, Paris, Bibliothèque nationale de France, 1970, 22 p. ; repris et complété dans : Idem, Aux origines de l’imprimerie française. L’atelier de la Sorbonne et ses mécènes (1470-1473), dans La lettre et le texte. Trente années de recherches sur l’histoire du livre, Paris, Ecole normale supérieure de jeunes filles, 1987, pp. 161-187

81 N. Le Pottier et M. Desachy, Le production des ateliers dit de l’Aenas Sylvius et de Jean Neumeister, dit Jean d’Albi, dans Incunables albigeois... op. cit., pp. 38-47, sp. pp. 41-42.

82 Rodez est le premier diocèse à avoir adopté le missel et le bréviaire suivant le rit romain, avant celui d’Albi (29 décembre 1296), et celui d’Avignon (début du XVIe siècle) : « Item quod in choro ecclesie Ruthenensis servietur ordo Romane ecclesie, secundum rubricas breviarii et missalis juxta dicte Romane ecclesie consuetudinem quam sequantur in choro cantantes etiam et legentes », 3 G 312, AE, Statuts capitulaires (1293). Voir : P.-M. Gy, « La cathédrale et la liturgie dans le Midi de la France », dans La cathédrale (XIIe-XIVe siècles), Toulouse, Privat, 1995, Cahiers de Fanjeaux, n° 30, p. 225.

83 B.M. de Rodez, Rés. M 60.

84 Arch. dép. de l’Aveyron, 3 G 367. Il va de soi que cette citation donne la date de la réforme du calendrier par Bertrand de Chalencon, et non celle de la date d’impression du bréviaire.

85 Albi, Ms. 77 (159), voir D. Banzato, Mantegna e Padova : 1445-1460, Milan, Skira, 2006, pp. 204- 207. Le manuscrit est entièrement consultable sur le site de la médiathèque : http://www.mediatheque-albi.fr

86 Epistolario di Guarino Veronese, R. Sabbadini (éd.), II, Venise, 1917, Miscellanea di Storia Veneta, ser. III, 11, pp. 661-662 et III, Venise, 1919, Miscellanea di Storia Veneta, ser. III, 14, pp. 473, 505- 506.

© Presses universitaires du Midi, 2010

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search