Version classiqueVersion mobile

Le livre dans la région toulousaine et ailleurs… au Moyen Âge

 | 
Sophie Cassagnes-Brouquet
, 
Michelle Fournié

Quatrième partie. Lecteurs, bibliothèques et collectionneurs

Les bibliothèques perpignanaises à la fin du Moyen Âge : approche sociale du lecteur Roussillonnais

Émilie Goujaud

Texte intégral

1L’histoire des bibliothèques est un élément important pour reconstituer le niveau culturel d’une époque par l’étude des lectures prédominantes en un temps et en un lieu donnés.

  • 1 L’identification des ouvrages n’est pas chose facile et reste en majorité hypothétique. L’ (...)
  • 2 À la demande des consuls de la ville, Pierre IV d’Aragon établit le 20 mars 1350 une chart (...)
  • 3 La meilleure approche sur l’usage des livres à Perpignan reste encore de nos jours l’ouvra (...)

2Les informations fournies dans ce domaine par les inventaires sont nombreuses. Bien que parfois peu explicites pour l’identification des ouvrages1, les actes mentionnant les livres sont variés. Les inventaires après décès dressés par des notaires donnent de vrais catalogues (listes détaillées de livres présents au sein de la bibliothèque d’un particulier ou d’une collectivité) ; des testaments mentionnent des legs à une institution religieuse ; des contrats de vente, de mise en gage, ou de commande de livres renseignent sur les œuvres, mais aussi sur les prix, la réalisation matérielle du livre et les délais de production. Ces précieuses informations sont propices à de nombreux thèmes de recherche sur la place occupée par le livre au sein d’une société. L’élection de Perpignan en 1276 par Jacques II comme capitale du Royaume de Majorque et l’apparition de l’Université au sein de la ville en 13502 n’ont pas manqué de renforcer la place du livre dans la ville et de multiplier ses occurrences dans les registres de notaires3.

  • 4 Nous ne pouvons que rappeler au lecteur les travaux effectués dans ce domaine pour la Cata (...)

3Étudier le contenu des bibliothèques privées est un moyen pour l’historien de prendre conscience des différents courants littéraires en usage au sein d’un groupe social, mais c’est aussi l’occasion d’entrevoir les curiosités intellectuelles des lecteurs. Trois grands axes de littérature prennent place dans la composition des bibliothèques perpignanaises : la littérature universitaire, la littérature religieuse et la littérature profane. La question essentielle reste néanmoins de savoir quelles étaient les lectures, ou plus précisément les livres possédés par les Perpignanais selon leur catégorie socioprofessionnelle afin de comprendre les mentalités, mais aussi l’instruction et les aspirations de chacun. Chaque livre détient un lecteur4.

I. Les bibliothèques universitaires5

  • 5 Nous traiterons ici des bibliothèques privées d’étudiants et de clercs-enseignants. Les le (...)

4La production littéraire catalane médiévale s’inscrit dans un premier temps dans le cadre d’une culture universitaire et religieuse. La création de l’Université de Perpignan en 1350 et la mise en place du Studium generale en 1379 se traduisent à travers les actes notariaux qui reflètent la formation intellectuelle et religieuse des Perpignanais.

Les bibliothèques des maîtres

  • 6 Le trivium représente les arts de la parole (grammaire, rhétorique, dialectique). Le quadr (...)
  • 7 Les études de théologie ne sont enseignées à Perpignan qu’à partir de 1449 réduisant ainsi (...)

5Cette culture universitaire présente au sein des bibliothèques perpignanaises se compose de quatre courants bien précis : la culture juridique (droit canon et droit romain, jurisprudence), la culture scolastique des arts libéraux (quadrivium et trivium)6, la médecine et la théologie7.

  • 8 Ce dernier regroupe le Digeste (Digeste Vieux, L’Inforciat, le Digeste neuf), le Code (les (...)
  • 9 Le droit canon est l’ensemble des lois élaborées ou approuvées par l’Église. En 1500, le C (...)
  • 10 Le Levifforçada n’est autre que l’Inforciat.
  • 11 Henri de Bohic se diffère dans les actes d’Henri de Suse par son appellation. En règle gén (...)
  • 12 « Item aliud librum nuncupatum Enrich Super primo Libro […] item aliud librum nuncupatum E (...)
  • 13 « Item quendam librum nuncupatum Jus […] item I altre libre de pergami appellat sobre les (...)

6La culture juridique représente approximativement 20 % du contenu des bibliothèques perpignanaises étudiées. Nous trouvons ainsi les ouvrages de base composant le Corpus Iuris Civilis8 et le Corpus Iuris Canonici9. Dans l’inventaire du catalogue des ouvrages ayant appartenu à Pierre Bérenger, docteur en droit de la ville de Perpignan, le 8 octobre 1418 sont comptabilisés quarante-deux livres se partageant dans un ordre précis entre droit romain, droit canon, jurisprudence, liturgie et œuvres classiques. Nous trouvons ainsi les ouvrages classiques du droit romain avec le Digeste, le Codex, ainsi que le Volumen et le Levifforçada10. Pour le droit canon nous relevons la mention de quatorze ouvrages dont les célèbres Clémentines du pape Clément V, un Ignoscent, deux livres des Décrétales, les recueils de droit canonique de Giovanni Andrea sur les cinq livres des Décrétales et les commentaires d’Henricus de Bohic11 sur les Décrétales12. S’y adjoignent le Repertorium de Guillaume Durand et son Speculator qui est une encyclopédie sur la pratique judiciaire. Il faut aussi noter la présence d’ouvrages de jurisprudence faisant écho à une réelle diffusion du droit à Perpignan. Pierre Bérenger détenait deux Constitutions de Catalogne, un livre traitant des statuts de paix et de trêve, trois ouvrages de lois13 et un Pierre de Sampsone (commentaire de droit canon).

7Face à cette culture juridique, la littérature religieuse apparaît avec la présence d’une Bible ainsi que des ouvrages de piété personnelle dont un Psautier, des Heures de Notre Dame, un livre contenant des sermons ainsi qu’un Flos Sanctorum (La Fleur des Saints) . N’oublions pas les œuvres moralisantes des auteurs classiques avec des ouvrages d’Ovide, d’Horace, de Salluste, et le De re Militari de Végèce dont la présence s’explique par la volonté des juristes suite aux nombreux conflits opposant les rois d’Aragon à ceux de Majorque et à la guerre de Cent ans de résoudre certains problèmes juridiques liés à la pratique du métier des armes.

  • 14 Le 22 janvier 1467, Guillaume Agauet, bedeau de l’Université de Perpignan reconnaît la ven (...)
  • 15 « Item Godofre de Billo en pergami ab cubertes de paper e de pell blaua », ADPO, 3E1/1019, (...)
  • 16 Il est intéressant de se reporter aux travaux d’Henri Bresc sur la Sicile et notamment sur (...)

8Son riche fonds de livres de droit laisse place cependant à un Ffaset (poèmes latins traitant de l’éducation et de la bonne conduite à avoir en société)14, mais aussi à un Godofre de Billo (Godeffroi de Bouillon)15, une œuvre qui a connu un réel écho en Italie du Nord et en Catalogne et serait plus significative de la bibliothèques d’un chevalier16. Nous décelons par la même occasion un Johan de Lunya qui n’est autre que Jean de Séville. Ces collections de recueils canoniques et juridiques constituent principalement les outils de base de la tradition des études juridiques associés aux clercs, maîtres, étudiants, notaires et juristes.

  • 17 Rappelons que cette culture universitaire est une culture chrétienne et occidentale. Ces a (...)

9Aux côtés de ces corpus, les ouvrages glosés, commentaires et sommes permettent une meilleure analyse des textes. C’est ainsi que nous trouvons les œuvres d’Henri Ostie, Bartol de Saxoferrato, Guillaume Durand, Henri Bohic ou encore l’archidiacre de Bologne Gui de Baysio parmi les lectures des maîtres en droit et juristes17.

  • 18 ADPO, 3E1/1755, notule de Jacques Bolosum, année 1417, ff°. 77-79.
  • 19 Johannis Cald doit faire référence à Johannes Dominicus Caldarini auteur de traités canoni (...)
  • 20 En effet le prix d’une Bible pouvait s’élever jusqu’à 30£. Si l’on se penche sur les inven (...)
  • 21 Sans doute le De Regimini Principium de Gilles de Rome écrit vers 1279 en l’honneur de son (...)
  • 22 Il s’agit du liber Ruralium commodorum libri XII de Pierre de Crescent écrit en 1299 et tr (...)
  • 23 Histoire de la destruction de Troie de Gui de Columnis, écrivain sicilien du XIIIe siècle. (...)

10En 1417, Jacques Bolosum notaire de Perpignan établit l’inventaire après décès des biens de Guillaume Dulcis18 docteur en droit canon. On dénombre trente-six livres. Hormis la mention de quatre livres sans intitulé, le contenu de cette bibliothèque est assez diversifié. On retrouve des ouvrages de droit canon tels le Super primo Decretalium et le Super quinto Decretalium, le Sextus Decretalium et un Ignocentius sans oublier les œuvres de Gui de Baysio « item aliud librum […] compositum per Guidonem de Baysio honorem archidiaconum pape cappellarium », de Gofredo Trano « item aliud librum […] compositum a magistro Gofrido Trano domini pape subde », de Guillaume Durand et deux livres de Johannis Cald19. Il détenait aussi les Épîtres de Saint-Jérôme, une Bible complète ce qui est assez rare au sein des bibliothèques privées compte tenu du coût élevé de cette dernière mais qui reste toutefois un livre plus personnel que les autres20, le Sententia libri etichorum de Saint-Thomas d’Aquin et un De regimini principium21. Deux œuvres retiennent l’attention. Hormis un De re militari de Végèce, ce docteur en droit possédait à titre privé un Ruralium22 et une Stories Troyanes23. Avait-il un goût personnel pour l’agriculture et la littérature épique, ou étaient-ce des ouvrages hérités ? Cet homme détenait une belle collection de livres des différents courants littéraires du XVe siècle (notamment des ouvrages profanes).

  • 24 ADPO, 3E1/1032, ff. 73-84.
  • 25 CARDONER Planas, Antoni, Història de la medicina a la Corona d’Aragò, Barcelona, Édicions (...)

11Nous avons pu apercevoir les lectures formant les maîtres en droit et juristes à travers le contenu de leurs bibliothèques. Mais qu’en est-il des maîtres ès arts (les arts libéraux) et en médecine ? Quels sont les ouvrages de référence dans ces disciplines ? Pour cela nous allons analyser l’inventaire après décès effectué en 1433 par Gabriel Resplant à la demande des héritiers de François Génès24, maître en arts et médecine de la ville de Perpignan. Cette bibliothèque est une véritable mine d’or nous renseignant sur les lectures des médecins Perpignanais et sur leur formation et culture médicale, voire encyclopédique25.

  • 26 Trois ouvrages restent non identifiables, il s’agit d’une lectura de Tedeu, un Guido de Bo (...)

12Parmi les cinquante livres la composant26 il convient de distinguer les ouvrages de médecine qui sont enseignés à l’Université et regroupant les classiques de la médecine antique grecque et de la médecine arabe (Galien, Hippocrate, Razès et Avicenne) et les œuvres de la médecine médiévale axées sur un savoir pratique (Gui de Chauliac, Lanfranc de Milan, Arnaud de Villeneuve, Guillaume de Saliset etc.) ayant un réel écho chez les particuliers et les libraires.

  • 27 Voir l’article de D. Jacquart, « L’enseignement de la médecine : quelques termes fondament (...)
  • 28 Cette œuvre est une encyclopédie médicale se divisant en quatre traités (définition généra (...)
  • 29 « Item alium librum vocatum lo Rasus cohopertum postibus de corio viridecum quatuor tencad (...)
  • 30 Le liber Pantegni est une traduction du Kitab al Malaki al Magusi d’Haly Abbas. Cet ouvrag (...)
  • 31 Il s’agit apparemment du Livre des généralités sur la médecine qui est un traité divisé en (...)
  • 32 Sous son vrai nom Kitab al-Taisir fil al-Mudawat wa al-Tadbir soit Le livre de la simplifi (...)

13L’étude et l’enseignement de la médecine se répartissaient entre une partie théorique (scientifique) et une partie pratique (application médicale)27 prenant de l’ampleur en Occident durant le XIe siècle grâce aux traductions de Constantin l’Africain de l’Ysagoge Johannitii. François Génès détenait une bibliothèque répondant à cette culture médicinale universitaire, toute aussi impressionnante par son contenu que par sa diversité. Il possédait des ouvrages entièrement destinés à l’enseignement ou comportant des chapitres utiles à la mise en pratique d’opérations pour les médecins et les chirurgiens-barbiers. On retrouve les auteurs de la médecine antique, de la médecine médiévale occidentale et bien entendu de la médecine arabe semblable aux livres du Canon d’Avicenne28, de Galien ainsi que l’art médical d’Hippocrate, mais aussi des auteurs plus contemporains tel que Gentil de Fulgineo et ses commentaires sur le Canon d’Avicenne, un ouvrage que nous attribuons à Bernard de Gordon puisque intitulé lo Gordo pouvant s’avérer être son Lilium medicinae, un Roger de Regerina pouvant être un livre de Roger de Salerne, Gérard de Solo dont le commentaire sur le livre IX d’Almansor de Rhazès29. N’oublions pas Lanfranc de Milan, Gui de Chauliac et sa Chirurgica Magna, la Praticha en Serorgia de Guillaume de Saliset, d’Arnaud de Villeneuve, Pierre de Padoue ou encore Gilles de Corbeil, sans oublier le Liber Pantegni de Constantin l’Africain traduit de l’arabe30. Nous avons par la suite la mention du livre des fièvres d’Isaac Israëli et son viaticum, puis le Colliget31d’Averroès et le Al Taïzir32 d’Avenzoar et diverses lectures de médecine.

  • 33 « Item alium librum papiri nuncupate Albertus de Xixonia […] et incipit in prima pagina pr (...)
  • 34 « item quendam alium librum in pergameno scripte nuncupate le Almenat en sciologia le Thol (...)

14Nous trouvons par la suite les ouvrages essentiels à l’enseignement des arts libéraux dont deux oeuvres d’Albert de Saxe33. Suivent des traités de philosophie-métaphysique d’Aristote, de Jean Buridan et de logique, « Questiones de Burida sobre lo libre de fisiches […] » et deux Questiones metaphisicales de Gilles de Rome, ainsi qu’un Consilium pouvant être le Consiliator Johannus de Johannes Capreolus. La théologie prend place avec les Sentences de Pierre Lombard tandis que pour l’astronomie nous relevons l’abrégé de l’Almageste d’Averroès d’après l’ouvrage de référence de Claude Ptolémée présent aussi parmi l’inventaire34 ainsi qu’un livre intitulé Taules de constituciones de lunes traitant comme l’indique son titre des différentes phases lunaires.

Les bibliothèques estudiantines

  • 35 ADPO, 1B218, notule de Raymond Ferrer, f. 20-22.

15Nous bénéficions là encore d’un acte comportant une belle collection d’ouvrages. Le mercredi 20 novembre 142035, Thomas Apoliquino étudiant en droit à Perpignan et provenant du diocèse de Raguse en Sicile laisse en dépôt ses biens au prêteur sur gages Pierre Guillaume de Queralps. Parmi de nombreux ustensiles de cuisine et vêtements, se trouve un catalogue détaillé de cinquante-huit livres avec leur intitulé et leur description se répartissant entre des ouvrages de droit romain (six), de droit canon (dix-sept), de théologie (un), mais aussi de livres de grammaire latine et grecque (huit), d’œuvres didactiques (onze), de dévotion privée (six), sans oublier la mention de huit livres de métaphysique. Nous avons l’exemple d’un étudiant pétri de la culture juridique médiévale et des nouveaux courants de la première Renaissance italienne.

  • 36 Nous ne pouvons certifier qu’il s’agit du Speculator de Guillaume Durand. Nous retrouvons (...)
  • 37 Pourrait-il s’agir du Rosarium super decreto de Gui de Baysio ?
  • 38 Voir en parallèle H. Bresc, « Les livres et la culture à Palerme… art. cit. », pp. 321-385
  • 39 Nommé par ses contemporains l’idole des jurisconsultes, il est l’auteur d’une Grande Glose(...)
  • 40 « item un altre libre on son algunes soffisines de logicha […] »
  • 41 Le 24 octobre 1458, Jean Malet, maître, vend à Damien Tuxedor étudiant en art un livre int (...)
  • 42 La présence du grec est faiblement attestée au sein de la population catalane et se limita (...)

16Le notaire débute par l’identification de recueils canoniques et de répertoires ; quatre volumes des Décrétales dont deux avec leurs gloses, deux exemplaires des Clémentines glosées, le manuel de Goffredo de Trano intitulé la Somme sur les Décrétales, la Somme des Décrétales d’Henri de Suse, la Nouvelle sur les Décrétales d’Andrea Giovanni, le commentaire de Bernard de Compostelle sur le premier livre des Décrétales, un Speculador36 , une lecture sur les Décrétales, et los libells de Rossiet37. Nous retrouvons à plusieurs reprises les Sommes de Goffredo de Trano, d’Andréa Giovanni ou encore de Gui de Baysio parmi les inventaires perpignanais38. Viennent ensuite les ouvrages de droit romain, le tout glosé avec deux volumes du Digeste nouveau et un exemplaire du Digeste ancien, le Codex, deux sénions de la lecture de Barthol de Saxoferrato sur la Undecima résolucio, les Institutions agrémentées des gloses de François Accurse39 et un livre intitulé Summa de Ar dont nous n’avons pu identifier l’auteur. Nous trouvons aussi de nombreux traités de philosophie dont la logica d’Aristote et les Réfutations Sophistiques40. L’art du trivium (grammaire) apparaît à travers l’Ars Minor d’Aelius Donatus (IVe siècle), les commentaires et notes de grammaire de Pierre de Pise avec ses Institutions, mais aussi tout simplement de livres de grammaire latine41 et plus rare grecque42 ou de proverbes castillans.

  • 43 « Item un altre appellat Ovidi metamorfosios scrit en paper on ha gloses e postilles de fo (...)

17Les auteurs classiques dont les textes sont enseignés à l’école et commentés pour leur valeur moralisante sont eux aussi présents notamment les Métamorphoses et l’Art d’aimer d’Ovide, le premier étant annoté et glosé43, un Salluste, un Virgile et le célèbre De consolacione de Boèce ainsi qu’un livre de philosophie sans titre. Face à cette culture classique nous notons la présence de la première Renaissance italienne avec un fragment de l’Enfer de Dante qu’il a sûrement ramené d’Italie. Notons aussi la présence d’un « Vidalis » qui semble être le Tractatus clausuralum (traité de théologie) de Vitalis de Cambanis.

  • 44 Le 7 septembre 1434 eu lieu l’inventaire après décès des biens de Jean Gardia prêtre de l’ (...)
  • 45 À ne pas confondre avec le Modus Signifficandi de Jean de Gralande étant un livre de gramm (...)

18Pour finir mentionnons les ouvrages de dévotion privée avec deux exemplaires du Doctrinal, deux Heures de Notre Dame la Vierge Marie à l’usage de Rome44 ainsi qu’un Modus signifficandi45 traitant de la conception de la Vierge Marie.

  • 46 « Confiteor et in veritate recognosco vobis Jacobo Lobet apothecario Perpiniani presenti p (...)

19En 1410, Jean Marini de Condos bachelier en droit met en gage chez Jacques Lobet apothicaire de Perpignan onze livres et un vase en argent pour deux cent-trois écus d’or de France46. Ce dernier détenait le Sexte de Boniface VIII, les Clémentines, une lecture sur l’Innocent, la Novella Super Sexto ainsi qu’un répertoire une lectura domini Tholosani super decreto, un Bréviaire à l’usage de Toulouse et cinq ouvrages divers sans précision de titres.

20Nous pouvons ainsi certifier que les œuvres fondamentales enseignées à l’université sont le Corpus Iuris canonici (Décret de Gratien, Clémentines, décrétales pontificales) pour le droit canon, le Corpus Iuris civilis (Code, Digeste, Institutes et Novelles) en droit civil, Aristote, Hippocrate, Galien, Avicenne, Rhazès en faculté de médecine, les Sentences de Pierre Lombard pour la théologie, ainsi que les ouvrages d’Évrard de Béthune, Alexandre de Villedieu, Donat et les Distiques de Caton ou les Fables d’Ésope pour la grammaire.

II. Les bibliothèques des gens de métier

21L’apparition et la multiplication des bibliothèques privées de marchands, d’artisans et autres gens de métier est le reflet d’un essor culturel de l’Occident. L’étude de ces bibliothèques renseigne sur la formation professionnelle de ces derniers et leurs lectures.

Peintres, scribes et marchands

  • 47 ADPO, 3E1/1577, notule de Bernard Masdamont, année 1399, ff°141-145.
  • 48 C’est en textes isolés que les écrits de la Bible composent les bibliothèques laïques.

22Prenons pour premier exemple les biens de Pierre Baroni, peintre de Perpignan47. Ce dernier détenait parmi ses outils professionnels (pinceaux, pierre pour broyer la peinture etc.) certains livres de la littérature religieuse tel qu’un Flors Sanctorum, un livre sur la vie de saint Honoré, un livre de la Genèse48 ainsi qu’une caisse contenant trois livres non reliés et vierges pouvant servir aux croquis des dessins ou peintures.

  • 49 L’acte n’étant pas dans son intégralité nous n’avons pu identifier le nom et la profession (...)
  • 50 ADPO, cartulaire manuscrit Alart, 2J1/25 p. 264-265.
  • 51 Cet ouvrage semble être un livre de comptabilité utilisé par les marchands et commerçants (...)
  • 52 Le libre de senyal de pintar pourrait-être un livre de modèles et d’images de prototypes d (...)
  • 53 ADPO, 3E1/587, notule de Jean Ornos, année 1478, ff°67-69.
  • 54 « un libre ab ses cubertes tot ple de mostres de paper […] », ADPO, op. cit.
  • 55 La Sibilia pourrait être la Sibilla soit un chant de la nuit de Noël sur les signes du jug (...)
  • 56 En 1463, Aram veuve de Nicolas de Lurach peintre de la ville de Perpignan demande à faire (...)

23Jean Bernard Alart retranscrit un acte datant du 22 avril 1449 qui semble être l’inventaire après décès d’un autre peintre49. Il conservait dans sa chambre neuf ouvrages qui par leur contenu forment une intéressante collection. En effet, ce peintre possédait50 un livre sur les mystères de la Passion du Christ, les Proverbes de Salomon, un Psautier, un livre de médecine sans intitulé, ainsi qu’un livre sur les usages et coutumes de Perpignan, un livre pour apprendre à compter51 et un livre intitulé senyals de pintar52. En 1478, ce sont les biens de Guillaume Sans53 qui sont inventoriés. Dans son scriptori (meuble) étaient rangéq un livre de modèles54 semblable au livre de senyal de pintar, un livre d’oraisons et trois ouvrages en langue vernaculaire dont un Vices et vertus, un psautier et un Sibilia55. Nous pouvons constater une forte présence de la dévotion privée au sein des bibliothèques privées de peintre56 et d’ouvrages de techniques.

  • 57 ADPO, 3E1/519, Pierre Ornos, f°30r°.

24Les scribes de profession détenaient quantitativement plus de livres. Deux actes permettent d’avoir un aperçu de leurs lectures. Le premier date du 14 août 1402 et concerne les biens de Pierre Caselles scribe de Perpignan. Parmi une liste détaillée de ses instruments de travail (table pour écrire, rouleaux, calame, plume etc.) nous relevons une trentaine d’ouvrages. Les livres liturgiques et religieux sont les plus présents. Il avait en sa possession cinq psautiers, deux livres de Tobias, une Heure de Notre Dame, deux livres contenant des vêpres, un livre de chant, et divers livres d’église. Notons la présence d’un Doctrinal, d’un ouvrage de logique, quatre Comptentu de Caton ainsi qu’un exemplaire du Roman d’Alexandre, sans oublier un extrait del romans de Sancta Margarida. Le notaire va jusqu’à préciser que certains volumes ne sont pas complets, ainsi « I saltiri scrit en pergami de poque valor loqual no ha comensament ne fin57 » ce qui peut signifier qu’il s’agit de fragments de livres à copier ou bien d’ouvrages détériorés.

  • 58 ADPO, 3E1/1007, manuel de Gabriel Resplant, année 1408, ff°110-114.

25Le 25 novembre 1429, Gabriel Resplant dresse l’inventaire des biens de Pierre Vidal58 scribe de Perpignan. On recense dix-neuf livres dont les classiques œuvres pieuses comme deux exemplaires des sept psaumes avec oraisons, un Office des morts, la Passion du Christ, une Heure avec oraisons et psaumes ainsi que divers livres d’oraisons. La théorie juridique et le droit canon sont aussi présents puisque nous notons un Inforciatum ainsi qu’un exemplaire des questions synodales de l’évêque d’Elne. Le roman antique prend place à travers une Histoire Troyenne. Vient un Cato e contenptus les faules e obres le tout glosé, un livre de proverbes et le Liber magni solari de Virgile et un mettificadura (apparemment un traité de métrique).

26Le premier constat à tirer est la forte proportion d’ouvrages de dévotion personnelle. Les scribes participent à la diffusion du livre en copiant des extraits ou des volumes complets d’ouvrages mis en vente par la suite chez les librairies à la demande de marchands, pour les étudiants ou particuliers. Nous ne pouvons certifier que la présence de ces livres dans leurs inventaires après décès soient liée à un caractère privé. Certains doivent être des modèles de livres à recopier ou à achever suite à une commande. Semblables aux peintres, les scribes détenaient des livres de techniques essentiels au bon déroulement de leur travail et au respect des normes établies au sein des corporations artisanales. En effet Pierre Caselles avait un « librum de conives scrit a I cohern de paper », tandis que Pierre Vidal détenait « I libre en paper de signes e de moltes altres coses » et « I libret de paper e de receptes e de conives e de signes ». Ces ouvrages devaient être, pensons-nous, des livres de modèles pour l’écriture et la mise en page des livres.

  • 59 Voir J. Le Goff, Marchands et banquiers du moyen Age. Paris, Éditions PUF, 2001. PH. Wolff(...)

27L’essor de la marchandise durant les XIIe et XVe siècles favorise la multiplication des corporations marchandes qui ne tardent pas à acquérir un goût prononcé pour la lecture59. De plus en plus nombreux à maîtriser les techniques de comptes et d’écriture, les marchands se font un devoir de s’enrichir de livres qui deviennent le miroir d’un prestige social et intellectuel. C’est ainsi que les bibliothèques de marchands sont toutes intéressantes par leur contenu. Les exemples qui suivent servent à percevoir la culture marchande perpignanaise des XIVe-XVe siècles.

  • 60 ADPO, 1E701, f°1.

28Après le décès de François Puig Daulech60 (marchand de Perpignan) furent inventoriés dans un meuble de sa demeure de nombreux livres sur la littérature religieuse comme la Flos Sanctorum, la Vita Christi de Bonaventure, l’Histoire de Saint-Lazare et de ses sœurs, ainsi qu’un psautier et des Heures de Notre Dame. Il détenait aussi deux livres de Francesc Eiximenis dont le Livre des anges et la Doctrina compendiosa.

29La question est de savoir si ces livres lui appartenaient tous. En effet le notaire stipule pour l’un d’entre eux « item une hores del dit deffunct en que es lo offici de nostra dona e altres officiscuberts de cuir vermell ab algunes figures pintades e endomades […] », cet ouvrage de dévotion privée était bel et bien au dit défunt de même que le Saint Augustin qu’il avait prêté à Ximenis marchand de la ville.

  • 61 ADPO, 2HDTP 41, plech 40 n° 8, 1406.

30En 1406, Isabelle veuve du marchand perpignanais Arnaud Mudat61 demande à faire l’inventaire des biens du défunt. Au sein de sa boutique on retrouve de nombreux ouvrages religieux dont une Flos Sanctorum, le Bréviaire Damors de Matfré Ermengaut de Béziers, les Rubriques de Saint-Honoré, les Évangiles, un psautier et le livre de la Passion du Christ, des Heures de Notre Dame la vierge Marie. Il convient de souligner la présence chez ces marchands des ouvrages religieux, ces derniers étant par leur prix les plus accessibles à toutes catégories de lecteurs.

  • 62 Le terme de livre désigne généralement un support constitué par un ensemble de feuillets p (...)
  • 63 « Item un libre de comptes cubert de pergami senyalat de letra den la primera fulla del qu (...)

31Une autre mention de livre est présente chez eux, les livres de comptes62. Ces derniers ne sont pas à proprement parler des livres mais plutôt des cahiers de comptes. Mais nous ne pouvons pas ne pas les mentionner d’autant plus qu’ils nous renseignent parfois sur l’économie et la structure d’une ville. En effet les marchands notent sur un cahier les affaires qu’ils font avec diverses personnes, enregistre les transactions et les dettes d’une personne etc. François Puig Daulech et Arnaud Mudat ne sont pas des exceptions. La famille Daulech détenait plus d’une vingtaine de livres de comptes de diverses catégories63.

Apothicaires, tailleurs, boutiquiers

  • 64 ADPO, Bernard Frigola, 3E1/247, Folio 60 recto.

32Pierre Celliresi64 apothicaire de Collioure détenait une vingtaine de livres dont le Bréviaire d’amour de Matfré Ermengaut, un livre des Vices et vertus, une Genèse, les Évangiles et le livre de la Passion, deux psautiers dont l’un est glosé ainsi que le Vita Christi de Bonaventure.

  • 65 ADPO, Ferrioli Bosqueros 3E1/ 734, 1405, f°102r°.
  • 66 En 1463, le peintre Lurach détenait un ouvrage traitant de la manière de conquérir Jérusal (...)
  • 67 ADPO, 3E1/154, Bernardi Guillaume, année 1411, ff°35-36.

33En 140565, c’est l’inventaire après décès des biens de Pierre Pages pareur perpignanais qui est effectué. Les œuvres pieuses sont toujours présentes de même que les livres de comptes. Nous relevons un Office des morts, les Sept psaumes, un Psautier et divers livres sans titre mais dont l’incipit laisse entrevoir les grandes lignes. Ainsi nous lisons « item altre libre […] qui comensa Antiga la ciutat », ou encore « item altre libre […] qui comensa apres que la sancta ciutat » pouvant être des livres de gestes sur la conquête de Jérusalem66. Perpignan Aguseri67, menuisier de Perpignan possédait, quant à lui, une Flos Sanctorum, le livre de Merlin, le livre de la Passion du Christ sans oublier un Psautier.

  • 68 ADPO, 2HDTP 41, plech 40 n° 19, année 1498.

34En 1498, Marguerite Puig, veuve d’Anthony Puig, tailleur de vêtement demande à faire l’inventaire des biens du défunt68. Ce dernier avait parmi des instruments de travail plusieurs Heures de Notre Dame, le Livre des anges de François Eiximenis, une Flos Sanctorum, le Benedicta in mulieribus connu sous le vocable de Salutation Angélique (prières en l’honneur de la Sainte Vierge Marie), les Évangiles, un livre des vices et vertus ainsi que quelques notes de grammaire et un livre de comptes. Constatons au sein de ces bibliothèques la présence d’une littérature religieuse et de livres de comptes.

  • 69 ADPO, Bernard Masdamont, notule 3E1/1610, année 1414, ff°245-249.
  • 70 Nous émettons l’hypothèse qu’il pourrait s’agir d’un boutiquier-apothicaire. Pierre Vidal (...)
  • 71 Nous pensons qu’il s’agit d’une bibliothèque, bureau présent dans la boutique ou salle de (...)
  • 72 Serait-ce la traduction catalane du Thesaurum pauperum de Pierre d’Espagne, ou le Tresor d (...)
  • 73 Connu sous le titre du livre Des simples médecines.
  • 74 Nous le rappelons les Chroniques Catalanes sont au nombre de quatre : Le Libre dels feyts (...)

35Pour finir prenons l’exemple de Pierre Riba69 tender sanitas70 de Perpignan. Á la demande de sa veuve, Bernard Masdamont dresse l’inventaire après décès de ce dernier. Dans l’arrière chambre Pierre Riera avait un Doctrinal, divers livres de grammaire, l’incontournable Cato ainsi qu’un livre contenant les sept psaumes. Au fil de l’inventaire, le notaire fait une liste des biens présents au sein del scriptorio del operatori71. Y sont mentionnés treize livres à usage unique : la médecine. La Grande Chirurgie et l’Anatomie abrégée de Gui de Chauliac côtoient la Chirurgica Magna de Lanfranc de Milan, un Guillaume de Saliset, la Chirurgia de Teodorico Borgognoni, la Pratica Rogerii de Roger de Parmes, un Tresor de pobre72ainsi que trois exemplaires de Mattheus Platearius dont son célèbre Circa Instans73. Appartenaient-ils à Pierre Riba ou étaient-ils à vendre ? S’agit-il de trois exemplaires similaires ? L’absence d’incipit ou explicit ne nous permet pas d’y répondre. Précisons que le Circa Instans traitant à la fois de la matière médicale, de la thérapeutique et de l’usage des drogues était très utilisé par les herboristes et apothicaires en plus des médecins et chirurgiens. Quoi qu’il en soit, la présence de ces ouvrages atteste la diffusion accrue des ouvrages de médecine au sein de la population lettrée Perpignanaise et à grande échelle au sein du royaume d’Aragon. N’oublions pas la mention d’un compte de luna qui doit être un calendrier lunaire utile pour la médecine et l’agriculture ainsi qu’un Conquestes del Rey Darago que nous attribuons soit à Ramon Muntaner ou à Jacques Ier74. Il faut ici faire la séparation entre les ouvrages présents au sein de la maison et ceux restés dans la boutique. Les premiers à usage personnel sont les ouvrages de base de la dévotion privée et de la didactique (Caton, les sept psaumes etc.). La présence de livres de grammaire implique que Pierre Riba détenait les bases d’une culture scolastique.

III. Bibliothèques nobiliaires et féminines

36Nous allons nous attarder sur les lectures des nobles et des femmes. Les chevaliers détiennent-ils, comme on pourrait le croire, en grande majorité des romans de chevalerie les valorisant et mettant en avant leur courage militaire et leur rang (miroir d’une société chevaleresque). Et les femmes ? Leur éducation, parfois réduite, leur permettait-elle de détenir des livres, et lesquels ?

Les bibliothèques nobiliaires

  • 75 Militari, militis dans les actes notariaux roussillonnais. Milites, miles sont employés du (...)
  • 76 À cette culture de l’art militaire (il n’est pas rare de trouver chez certains chevaliers (...)

37Débutons notre étude avec l’inventaire des bibliothèques de miles75 renfermant divers genres de littérature et nous renseignant par la même occasion sur leur culture. Cette classe chevaleresque repose sur certaines valeurs (religieuses et sociales) et codes tout en passant par une éthique du combat76.

  • 77 ADPO, 1E319, Famille Dez Puig, année 1424, ff°8-12.
  • 78 Les échecs sont enseignés aux jeunes nobles au même titre que le maniement des armes.
  • 79 « Item un altre libre de paper ab posts cobert de vermell comensa « lo proloch ab lo libre (...)
  • 80 En 1410 nous trouvons la mention d’un livre intitulé secreta secretorum aristotiles. ADPO, (...)
  • 81 La légende de Tristan et d’Iseut ainsi que le Lancelot en prose furent les romans les plus (...)

38En 142477 dans le château d’Argelès-sur-mer (Taxo) furent inventoriés les biens du seigneur Dez Puig. Ce dernier avait en sa possession une quinzaine de livres répartis en plusieurs catégories. Nous relevons la présence d’ouvrages religieux tel qu’une Flos Sanctorum et la Genèse, d’ouvrages de droit romain avec un exemplaire des Décrétales, de livres de didactique morale avec le De Consolacio de Boèce et un livre d’échecs78. Le reste des livres se compose de romans, poèmes et traités mettant en valeur l’idéologie et l’art du « fin amor » chevaleresque. C’est ainsi que nous trouvons un livre traitant de l’éducation des princes et de la bonne conduite politique à avoir pour régner79 tel que le De Regimine Principium de Gilles de Rome ou encore le Secretum Secretorum d’Aristote80. Viennent La mort du roi Arthu et le Tristan en prose81. Il détenait par la même un Sincratos dont nous avons supposé qu’il s’agit peut-être de Syncratos, disciple du saint patron de la Catalogne : Saint-Georges (Sant Jordi), reflet de la culture populaire catalane. Suivent divers livres sans intitulé. Nous avions mentionné la présence du fin amor au sein de cette bibliothèque. En effet le seigneur Dez Puig détenait un livre de la Gahya Siensia (poésie florale du Consistori de la subregahya companhia del gai Saber de Toulouse) en langue d’oc.

  • 82 Visible par la mention de romans (catalan), frances (français) et lemosí (occitan), mais a (...)

39L’ensemble de la bibliothèque se compose d’ouvrages en langue vernaculaire82 au détriment du latin apparenté de plus en plus aux livres religieux et universitaires tandis que les romans, ouvrages profanes et livres de piété individuelle se diffusent dans la langue maternelle.

  • 83 H. Bresc, La bibliothèque de Giovanni de Cruyalls (1423). Palerme, Éditions Mori, Estrato (...)
  • 84 ADPO, 3E1/181, Gabriel Resplant, 1418, f°55r°.

40Cette culture chevaleresque catalane est tout à fait semblable à la culture aristocratique palermitaine du XVe siècle. Henri Bresc a étudié la bibliothèque de Giovanni de Cruyalls83 décédé en 1423. Il y constate la présence du De Consolatione de Boèce que nous retrouvons chez le seigneur Dez Puig, un Merlin, un Lancelot, un Galehot de Brun ainsi qu’un Godefroy de Bouillon et le chansonnier limousin et il met l’accent sur la pénétration des romans de chevalerie (Roman de Tristan) au sein des mœurs nobiliaires de Palerme ayant pour effet une hausse des prénoms comme Isolda, Lancelot ou encore Tristan et Méliadus. Nous avons nous-même trouvé dans nos actes roussillonnais l’inventaire après décès d’un certain Lancelot Daval, cordonnier de Perpignan84.

  • 85 ADPO, 1E86, 1426.
  • 86 Histoire d’amour entre le chevalier Paris et la fille du dauphin de France Viana, amour no (...)
  • 87 Christine de Pizan.

41En 1426 les biens de Bérenger Batlle chevalier de Rivesaltes85 sont inventoriés après son décès. Onze livres composent sa bibliothèque. Á l’image de celle du seigneur de Taxo nous retrouvons le De Consolacione de Boèce. La littérature religieuse reste toujours présente avec un livre sur la vie de saint Jérôme et le livre d’Amos. Les romans ne sont pas à bannir puisque Bérenger Batlle détenait Les Histoires troyennes, le Roman d’Alexandre et le Paris e Viana86. Dans le domaine de la littérature didactique et lyrique, nous notons la présence du Llibre del orde de cavalleria de Ramon Llull, traité ayant pour objectif de former les futurs chevaliers ainsi que le De honestat de Dones du même auteur, un ouvrage de la Comtesse de Pizan (sic)87 ainsi qu’un livre intitulé Prudencia.

42Nous constatons au sein de ces bibliothèques une prédominance de romans et d’ouvrages de didactique. Les lectures nobiliaires valorisent les principes chevaleresques, leurs valeurs et codes sociaux notamment par le biais de traité de chevalerie (Cf. Llibre de l’Orde de cavalleria de Raymond Llull). Elles se composent essentiellement d’ouvrages religieux et de littérature didactique chevaleresque. Les nobles se façonnent une conscience collective par le biais d’une littérature faite sur mesure et contant l’épopée du parfait chevalier afin de s’affirmer face à une culture savante et cléricale. Cette volonté d’exprimer des valeurs culturelles héritées de l’aristocratie guerrière et ayant pour but de modeler les comportements nobiliaires subit cependant les aléas de la condition chevaleresque. Dès le XIIIe siècle, on constate la floraison de romans dans lesquels se fait jour une forte remise en cause des valeurs chevaleresques et où le héros est sujet au doute (cf. roman de Tristan).

Les bibliothèques féminines

  • 88 D. De Courcelles, J. Val Carmen, Des femmes et des livres. France et Espagne, XIVe-XVe siè (...)

43Jusqu’à présent nous n’avons pu qu’entrevoir le rapport entre l’homme et le livre, les inventaires étant ceux de propriétaires masculins. Mais qu’en est-il de la culture féminine ? Le rapport entre femmes et culture peut s’envisager à travers l’accès de ces dernières à la culture livresque88. Elles participent elles aussi à la diffusion du livre dans la société. Précisons avant toute chose que les femmes sont exclues de l’apprentissage universitaire, celles qui bénéficient d’une instruction ne détiennent qu’une éducation orientée vers la piété, l’apprentissage des valeurs morales et sociales conformes aux conceptions chrétiennes afin de les former aux rôles d’épouse et de mère.

  • 89 ADPO, 2HDTP 41, plech 40 n° 1.
  • 90 Sûrement mestre Johan ou Pere Johan connu sous le nom de Pere Jacobus que nous avions déjà (...)
  • 91 Apparemment un Mémoire semblable aux mémoriaux des marchands, forme première du « journal (...)
  • 92 Le Renard et le Bouc faisant partie des fables d’Isopets (Ésope). Le goût du Moyen Âge pou (...)
  • 93 ADPO, 3E1/739, notule de Bosqueros Ferrioli, f°150v°.
  • 94 ADPO, 3E1/1601, Bernard Masdamont, f°219r°.

44Quelques inventaires après décès, bien que plus rares, nous livrent des listes d’ouvrages possédés par des femmes. En l’an 138389 fut effectué à la demande de Bernard Salvador marchand de Perpignan, tuteur d’Aritina, fille de Guillaume Andreu pareur de drap de la dite ville, l’inventaire des biens de celle-ci suite au décès de son père. Cette dernière avait en sa possession six livres. Nous constatons la présence d’un Merlin, un livre des Sept psaumes, un Pestre Johan90, un Memorial91 et le Librum de la guineu e de la cabra n’étant autre que la fable du renard et du bouc92. En 140793, ce sont les biens de Dame Catherine qui sont inventoriés. Elle avait en sa possession cinq livres. Bien que pour l’un d’entre eux ne soit mentionné aucun incipit ou intitulé, nous savons que les quatre autres appartiennent à la dévotion privée puisque nous relevons un Psautier, les Sept psaumes, un Doctrinal ainsi qu’un livre de didactique avec les Parts e regiles e cato e contemptus. En 141094, c’est Françoise Brina qui lègue à son frère François Brina un Psautier ainsi que le livre de la Passion du Christ.

  • 95 ADPO, 1B194, année 1385, ff°41-47.
  • 96 Les livres d’Heures sont les ouvrages de dévotion les plus populaires auprès de la gent fé (...)
  • 97 Tête de la sagesse. Pourrait-il s’agir du Speculum Sapiencie (Miroir de la sagesse) d’Yves (...)

45La culture féminine se définit avant tout par une culture religieuse et morale. La question est de savoir si ces livres proviennent d’un héritage familial ou furent achetés par la volonté même de la femme. Tandis que la plupart des lectrices perpignanaises se contentent pour une grande partie de livres de piété, les nobles dames détiennent des livres de dévotion, des romans, des oeuvres didactiques etc. Nous en avons un exemple concret avec les ouvrages qui furent en possession de la comtesse d’Emporiès95 qui détenait treize livres, reflet de la culture des femmes de la noblesse catalane du XIVe siècle. La grande majorité consiste en livres de dévotion ou de littérature religieuse comme les Offices de Sainte-Marie, les Heures de Notre Dame96, uneFlos Sanctorum etc. Elle détenait le Llibre del orde de cavalleria de Ramon Llull, le livre des vices et des vertus ainsi qu’un ouvrage intitulé les virtuts de la spocicion moral dels fills dirraell et un cap de saviesa97, sans oublier un Almenac, calendrier souvent illustré et comportant des indications astronomiques, météorologiques ou autres renseignements comme la médecine, la cuisine ou l’astrologie.

  • 98 Prenons l’exemple des Très riches heures du duc de Berry qui ayant appartenu à ce dernier, (...)
  • 99 L’accès aux universités leur est fermé.
  • 100 Le 6 octobre 1354, Bartholoméa Sabateri lègue quarante sous pour l’ornement du Ligender Fe (...)

46La culture féminine se définit par une grande piété personnelle. Les Heures composant généralement les bibliothèques féminines sont dans la plupart des cas acquis par l’intermédiaire de la famille dès l’âge de sept ans, parfois même par le fiancé comme cadeau de mariage, mais elles peuvent être léguées à la femme suite au décès d’un proche98. Les femmes ne sont donc pas totalement exclues du savoir bien que leurs connaissances soient réduites par le fait de « limitations ou d’interdits culturels99 ». Elles peuvent cependant faire des legs d’argent pour l’ornement de livres100 ou pour subventionner l’achat de livres.

  • 101 ADPO, Cartulaire manuscrit d’Alart, 2J1/26, pp. 58-59.
  • 102 Les bibliothèques juives ne contiennent que très rarement des livres d’histoire, de littér (...)
  • 103 Les 13 et 21 septembre 1493.

47C’est ce qu’il nous est permis de voir à travers le testament de Sahra101, juive102 et épouse de Davini de Cabestany, habitant de Perpignan. Rappelons que les femmes juives ont accès à une réelle éducation leur permettant de lire et de posséder ainsi leurs propres livres. Cette dernière lègue deux livres juifs contenant les cinq livres des lois de Moïse ainsi que soixante sous pour l’amour de Dieu et trois cent soixante sous pour l’achat de livres juifs afin d’instruire les enfants juifs pauvres sur la science hébraïque. Si les manumisseurs qui doivent acheter les livres et éduquer les enfants viennent à décéder, les livres seront transmis à un membre de sa famille qui continuera l’éducation des enfants. On a ici une toute autre relation entre le livre et le lecteur. Le livre est considéré comme un facteur d’instruction pour les enfants dépourvus de moyens financiers. Certains passages du Livre des piétistes font référence au fait que les plus riches se devaient de venir en aide aux familles les plus démunies et d’instruire les enfants pauvres. L’éducation est une constante dans la société juive et le livre prend la forme de la bonne action pour sauver son âme. Hormis le jour (le cinq des Kalendes), nous ne possédons pas l’année à laquelle correspond cet acte. Toutefois nous pensons qu’il date d’avant 1493, date butoir de l’expulsion des juifs des Comtés de Roussillon et de Cerdagne103.

48Le contenu de ces bibliothèques nous renseigne sur les orientations culturelles de l’époque et sur les différents lecteurs. Un point commun est visible à tous, la présence et l’importance des livres pieux et moraux, si bien que pour les petites gens cette présence en devient exclusive dans la composition de leurs bibliothèques.

49L’étude du contenu des bibliothèques perpignanaises permet à l’historien d’entrevoir la culture présente à Perpignan durant les XIVe et XVe siècles. Cette culture catalane médiévale s’inscrit avant tout dans une prédominance de la culture universitaire (juridique et canonique) et religieuse. En règle générale, les bibliothèques étaient limitées. Un étudiant possédait en moyenne dix ouvrages se composant des fondamentaux, quant à celles des maîtres elles se composaient du double. Les bibliothèques des laïcs reflètent à la fois les principes moraux et éducatifs de la société chrétienne et occidentale des XIVe et XVe siècles, mais aussi les aspirations individuelles de chacun. Nous avons pu constater par l’intermédiaire des actes notariaux, que durant le XVe siècle, sur dix inventaires après décès toutes catégories sociales et professionnelles confondus, sept font mention d’un ou plusieurs livres. Le livre est beaucoup plus présent au sein des demeures que nous pourrions le penser, ne serait-ce que par la présence des livres de dévotion privée que nous trouvons chez tous.

  • 104 Voir l’ouvrage de F. Bouchet, Le discours sur la lecture en France au XIVe et XVe siècles  (...)

50L’étude des bibliothèques médiévales et de leur contenu est essentielle afin d’apercevoir le savoir et l’éducation de la population catalane, mais c’est aussi le moyen de savoir quelles étaient les œuvres les plus diffusées et leur écho au sein de la ville. Toutefois, les marchands et les scribes sont plus à même de répondre à une certaine mixité culturelle puisqu’ils détiennent autant de romans, que de livres religieux ou ouvrages de didactique etc. Est-ce dû au fait qu’ils soient en perpétuel contact avec le client et donc la nouveauté ? Toutefois les bibliothèques des milites restent les plus appréciables par leur contenu et leur symbolique. Le livre, outre son rôle de véhicule du savoir, devient le miroir d’une condition sociale et d’une norme établie. Cependant il commence aussi à devenir une distraction. S’il reste avant tout un instrument d’éducation, la possession de livres profanes s’apparente à la fin du Moyen Âge à la diffusion d’une lecture individuelle et à la mise en place d’un esprit critique de la part du lecteur104. Un constat est indéniable. Ces premières conclusions ne permettent pas de parler d’une culture à proprement dite perpignanaise. Les ouvrages présents au sein de la population perpignanaise appartiennent à une culture chrétienne et occidentale. Nous retrouvons ces ouvrages dans les bibliothèques françaises, siciliennes, espagnoles contemporaines. Cependant on ne peut omettre une certaine spécificité avec la présence d’un livre des uses et coutumes de Perpignan présent chez un peintre ou encore les ouvrages liturgiques à l’usage du diocèse d’Elne. On peut toutefois parler d’une littérature catalane puisque nous trouvons au sein des bibliothèques perpignanaises des œuvres d’auteurs catalans dont les plus fréquents sont Ramon Llull avec son Llibre del orde de Cavalleria ou bien Francesc Eiximenis et son Llibre dels Angels.

Notes

1 L’identification des ouvrages n’est pas chose facile et reste en majorité hypothétique. L’absence d’incipit et l’approximation de certains titres ne nous permet pas de trancher en faveur de tel livre. L’identification de certaines œuvres et de leur auteur par leur intitulé est d’autant plus difficile que certains ouvrages ont un titre identique. C’est notamment le cas de Francesc Eiximenis et Ramon Llull qui sont tous deux les auteurs d’un Libre dels angels. Nous avons pu cependant identifier quelques mille deux-cent cinquante ouvrages au cours de nos deux années de recherches. É. Goujaud, Les livres et leurs possesseurs à Perpignan (1270-1511). Perpignan, Université de Perpignan Via Domitia, Master d’histoire médiévale sous la direction de M.-C. Marandet.

2 À la demande des consuls de la ville, Pierre IV d’Aragon établit le 20 mars 1350 une charte donnant naissance à l’Université de Perpignan. C’est en 1379 que le pape Clément VII reconnaît dans une bulle pontificale la mise en place du studium generale de Perpignan. A, Catafau « L’Université de Perpignan au Moyen Âge », P. Carmignani (dir.), L’Université de Perpignan (1350-2000). Tradition humaniste et modernité scientifique. Perpignan, Éditions PUP, 2001, pp. 25-57.

3 La meilleure approche sur l’usage des livres à Perpignan reste encore de nos jours l’ouvrage de P.
Vidal, Histoire de la ville de Perpignan, depuis les origines jusqu’au traité des Pyrénées, Paris, Éditions H. Welter, 1897, pp. 217-316.

4 Nous ne pouvons que rappeler au lecteur les travaux effectués dans ce domaine pour la Catalogne centrale, la Sicile, le royaume de Majorque et la France. H, Bresc, « Les livres et la culture à Palerme sous Alphonse le Magnanime », dans, Mélanges d’Archéologie et d’Histoire, t. 81, Paris, Éditions de l’École Française de Rome, 1969, pp. 321-385. H. Bresc, « La bibliothèque de Giovanni de Cruyalls (1423) », dans Il Bollettino del Centro di studi Filogici e Linguistici Siciliani, vol. 10. Palerme, 1969, pp. 5-10. J. N, Hillgarth, Readers and Books in Majorca 1229-1550, II volumes, Paris, Éditions du CNRS, 1991. A. Vernet, Histoire des bibliothèques françaises. Tome I : les bibliothèques médiévales du VIe siècle à 1530, Paris, Éditions Cercle de la Librairie, 1989, 463 p.

5 Nous traiterons ici des bibliothèques privées d’étudiants et de clercs-enseignants. Les lecteurs intéressés par le contenu des bibliothèques universitaires peuvent se référer pour le Midi de la France à Jacques Verger, « Les bibliothèques des universités et collèges du Midi », dans, Livres et bibliothèques (XIIIe-XVe siècle). Cahiers de Fanjeaux, Toulouse, Privat, 1996, pp. 95-130. M. H. Julien de Pommerol, « Livres d’étudiants, bibliothèques de collèges et d’universités », dans A. Vernet (dir.), Histoire des bibliothèques françaises, Tome I, les bibliothèques médiévales du VIe siècle à 1530. Paris, Éditions Cercle de la Librairie, 1989, pp. 93-111.

6 Le trivium représente les arts de la parole (grammaire, rhétorique, dialectique). Le quadrivium est quant à lui l’art des nombres (arithmétique, musique, géométrie et astronomie).

7 Les études de théologie ne sont enseignées à Perpignan qu’à partir de 1449 réduisant ainsi la proportion d’ouvrages au sein des bibliothèques estudiantines et doctorales. L’ouvrage le plus fréquent est Les Sentences de Pierre Lombard. En 1483, Stéphane Marcial prêtre d’Ille-sur-Têt et bachelier lègue dans son testament ses ouvrages de théologie et un Bréviaire. ADPO, 3E 16/12, 1483, Notule de Jean Troyart, f°150r°.

8 Ce dernier regroupe le Digeste (Digeste Vieux, L’Inforciat, le Digeste neuf), le Code (les neuf premier livres), le Volumen regroupant les trois derniers livres du Code (Tres libri, Institutes, Novella). En dernier viennent les Libri feudorum (compilation de droit féodal).

9 Le droit canon est l’ensemble des lois élaborées ou approuvées par l’Église. En 1500, le Corpus Iuris Canonici comportait six livres : le Décret de Gratien, les Décrétales de Grégoire IX, Le Liber Sextus de Boniface VIII, les Clémentines de Clément V, les Extravagantes de Jean XXII et les Extravagantes communes des XIVe et XVe siècles.

10 Le Levifforçada n’est autre que l’Inforciat.

11 Henri de Bohic se diffère dans les actes d’Henri de Suse par son appellation. En règle générale, Henri de Suse est nommé Hostiench alors qu’Henri de Bohic est nommé Enric.

12 « Item aliud librum nuncupatum Enrich Super primo Libro […] item aliud librum nuncupatum Enrich Super Secundo Libro decretalium […] », ADPO, 3E1/1019, f. 3v°. Nous trouvons par la suite la mention de trois sénions de papier sur La Novella sobre lo quint libre de les Decretals et treize sénions de Pierre Auriol sur lo quint libre de les Decretals dont les écrits sont dès le XIVe siècle fréquents au sein des bibliothèques des prélats méridionaux.

13 « Item quendam librum nuncupatum Jus […] item I altre libre de pergami appellat sobre les regles de dret […] item aliud libre poch de pergami on son les rubriques de leys […] », ADPO, 3E1/1019.

14 Le 22 janvier 1467, Guillaume Agauet, bedeau de l’Université de Perpignan reconnaît la vente de vingt et un livres au prix de 6£. Parmi ces derniers, nous trouvons des livres de droit, de grammaire etc. ainsi qu’« uns poetes Fasset et Panfil » soit le Facetus et le Pamphilus illustrant tour à tour les préceptes de conduite développés par Caton dans ses Distiques. ADPO, Cartulaire Manuscrit d’Alart, 2J1/43, pp. 108-109.

15 « Item Godofre de Billo en pergami ab cubertes de paper e de pell blaua », ADPO, 3E1/1019, f. 4r°.
Godeffroi de Bouillon est plus connu sous le nom de Chevalier au Cygne et Godefroi de Bouillon. Cette œuvre n’est autre que le remaniement du premier cycle de la croisade dans les années 1356. La thématique se rapproche fortement du roman courtois tout en restant dans le domaine de la chanson de geste.

16 Il est intéressant de se reporter aux travaux d’Henri Bresc sur la Sicile et notamment sur la bibliothèque de Giovanni de Cruyllas (1423). Ce noble détenait dix-huit livres parmi lesquels « Item unu Guidafroy di Bugion di la Terra Sancta vechu et perfectu in francescu chi pò esser di Johanni ». Henri Bresc précise que « la culture que reflète leur bibliothèque peut se comparer à celle de la Cour catalane […] ». Henri, Bresc, « La bibliothèque de Giovanni de Cruyllas (1423) », dans, Il Bolletino del centro di studi Filologici e Linguistici Siciliani, Volume X. Palerme, 1969, pp. 5-10.

17 Rappelons que cette culture universitaire est une culture chrétienne et occidentale. Ces auteurs se retrouvent aussi bien dans les bibliothèques catalanes, françaises, italiennes etc. J. Verger, « Manuscrits et auteurs italiens dans les bibliothèques universitaires françaises à la fin du Moyen Âge », dans, G. Lombardi, D. Nebbiai dalla Guardia, Libri, lettori e biblioteche dell’Italia medievale (secoli IX-XV) Fonti, Testi, utilizzacione del libro. Paris, Éditions du CNRS, 2000, pp. 131-147.

18 ADPO, 3E1/1755, notule de Jacques Bolosum, année 1417, ff°. 77-79.

19 Johannis Cald doit faire référence à Johannes Dominicus Caldarini auteur de traités canoniques dont le Concordancia super Biblia et Decreto.

20 En effet le prix d’une Bible pouvait s’élever jusqu’à 30£. Si l’on se penche sur les inventaires de gens moins fortunés nous constatons la presque inexistence de la Bible. C’est le plus souvent en textes isolés que les écrits de la Bible composent les bibliothèques des laïcs. Nous ne possédons à ce jour que dix actes faisant mention d’une Bible. Voir G. Lobrichon, P. Riché (dir.), Le Moyen Âge et la Bible, Paris, Éditions Beauchesne, 1984..

21 Sans doute le De Regimini Principium de Gilles de Rome écrit vers 1279 en l’honneur de son jeune élève Philipe le Bel. Ce traité est destiné à la formation morale et politique du futur roi de France en y mêlant morale aristotélicienne et principes chrétien. Dès le XIVe siècle, ce Miroir des Princes se voit traduit en castillan, catalan, allemand, anglais et hébreu.

22 Il s’agit du liber Ruralium commodorum libri XII de Pierre de Crescent écrit en 1299 et traitant d’agriculture. Ce livre fut dédié entre 1305 et 1309 à Charles II d’Anjou (roi de Sicile) et au général des frères prêcheurs Aimeri Giliani.

23 Histoire de la destruction de Troie de Gui de Columnis, écrivain sicilien du XIIIe siècle. Cette œuvre sera traduite en 1367 en catalan par Jaume Conesa.

24 ADPO, 3E1/1032, ff. 73-84.

25 CARDONER Planas, Antoni, Història de la medicina a la Corona d’Aragò, Barcelona, Édicions Scientia, 1973, 299p.

26 Trois ouvrages restent non identifiables, il s’agit d’une lectura de Tedeu, un Guido de Bonachos (serait-ce une mauvaise transcription de Gui de Chauliac ?) et un Johannes Thome.

27 Voir l’article de D. Jacquart, « L’enseignement de la médecine : quelques termes fondamentaux », O.
Weijers (dir.), Méthodes et instruments intellectuel au Moyen Âge. Etudes sur le vocabulaire intellectuel du moyen âge, Turnhout, Brepols, 1990, pp. 104-121. Voir aussi J. Danielle, « Theorica et practica dans l’enseignement de la médecine à Salerne au XIIe siècle », Colloque CIVICIMA de Rome, octobre 1989.

28 Cette œuvre est une encyclopédie médicale se divisant en quatre traités (définition générale de la médecine ; description de certains médicaments, description de maladies apparentées à certaines parties du corps, description de maladie plus générale) et qui reste jusqu’au XXe siècle en Inde un ouvrage de référence. Voir J, Danielle, M. FRAnçoise, La médecine arabe et l’occident médiéval, Paris, Maisonneuve et Larose, 1990. Pour plus de renseignements sur les pratiques médicales au Moyen Âge voir, L. Moulinier-Brogi, M. Nicoud (dir.), « Éthique et pratiques médicales aux derniers siècles du Moyen Âge », dans, Médiévales n° 46, printemps 2004.

29 « Item alium librum vocatum lo Rasus cohopertum postibus de corio viridecum quatuor tencades et incipit in rubre prime pagine scripte “incipit liber qui diatur Almosorus a magistro Girardo” et finit in eadem pagina “primum” ». ADPO, 3E1/1032, f. 81r°.

30 Le liber Pantegni est une traduction du Kitab al Malaki al Magusi d’Haly Abbas. Cet ouvrage composé de deux parties (Théorie et pratique) se répartie en dix livres par partie et est un condensé de la médecine islamique du Xe siècle.

31 Il s’agit apparemment du Livre des généralités sur la médecine qui est un traité divisé en sept livres (Anatomie des organes ; la santé ; la maladie ; les symptômes cliniques ; les drogues et les aliments, l’hygiène ; la thérapeutique). François Génès possédait le premier livre du Colliget, « item quendam alium librum lo Colliget daverois […] incipit in prima pagina videlicet in rubro “incipit Tractatus primus Colliget Averois est in nigro quodam urgitulata fuit” et finit in eadem pagina “vinavabit (sic)” ». Averroès défend les idées aristotéliciennes en matière de philosophie mais revendique les théories galéniques.

32 Sous son vrai nom Kitab al-Taisir fil al-Mudawat wa al-Tadbir soit Le livre de la simplification des traitements et régimes se compose de traités de médecine clinique arabe sur les maladies du cerveau, description de tuberculose de l’estomac, de comas, d’apoplexie, d’épilepsie, migraines etc. mais aussi de description sur les traitements des luxations des vertèbres cervicales, « item quendam alium librum nuncupatum Tesir Avezoar […] et incipit in prima linea primi folei scripti in quidem “translatator” et finit in eadem quadem “veberit de ea qui” […] ».

33 « Item alium librum papiri nuncupate Albertus de Xixonia […] et incipit in prima pagina prime linea scripte “in tencionis pentis (sic)” et finit in eadem pagina “mantalis” […] item alium librum in papiro scripte nuncupate questiones den Albert de xaxonia sobre dos libres de mataures […] », ADPO, 3E1/1032, ff° 83r° et v°.

34 « item quendam alium librum in pergameno scripte nuncupate le Almenat en sciologia le Tholomeu […] et incipit in prima linea prime pagine ipsius libri videlicet apres les taules dels sigires (sic) incipit dictus libre cum violeris scire veneris et finit in eadem pagina in quarto ipsius tabule », op. cit, f°. 84r°.

35 ADPO, 1B218, notule de Raymond Ferrer, f. 20-22.

36 Nous ne pouvons certifier qu’il s’agit du Speculator de Guillaume Durand. Nous retrouvons cet ouvrage dans un acte du 30 septembre 1420 où Thomas Poliquino qui est à ce moment là à Barcelone, envoie un étudiant, Jacques Aulesa au service de l’évêque reprendre ce livre qui avait été mis en gage pour X florins ainsi que ses biens dans la demeure de Pierre Martin chirurgien de Perpignan. ADPO, 1B218, notule de Raymond Ferrer, folio 19.

37 Pourrait-il s’agir du Rosarium super decreto de Gui de Baysio ?

38 Voir en parallèle H. Bresc, « Les livres et la culture à Palerme… art. cit. », pp. 321-385.

39 Nommé par ses contemporains l’idole des jurisconsultes, il est l’auteur d’une Grande Glose sur le droit.

40 « item un altre libre on son algunes soffisines de logicha […] »

41 Le 24 octobre 1458, Jean Malet, maître, vend à Damien Tuxedor étudiant en art un livre intitulé Vocabulare de Gramaticha au prix de trois sous et sept deniers. ADPO, cartulaire manuscrit d’Alart, 2J1/42, p. 256.

42 La présence du grec est faiblement attestée au sein de la population catalane et se limitait généralement à la connaissance de l’alphabet. Voir M. Zimmermann, « La connaissance du grec en Catalogne », dans Écrire et lire en Catalogne (IXe-XIIe siècles). Tome II, Madrid, Edicionss de la Casa de Velázquez, 2003 , pp. 698-723.

43 « Item un altre appellat Ovidi metamorfosios scrit en paper on ha gloses e postilles de forma migesenia ab cuberta dengaut de pell blancha ». ADPO, 1B218, f°21v°.

44 Le 7 septembre 1434 eu lieu l’inventaire après décès des biens de Jean Gardia prêtre de l’église Saint-Jean de Perpignan. Outre la literie, des meubles etc. nous recensons une douzaine de livres dont un Bréviaire à l’usage du diocèse d’Elne et les Heures de la Vierge Marie à l’usage de Rome « […] unum breviarium del us delne […] item une hores de Sancta Maria del us Roma de pocha valor […]. ADPO, 3E1/1639, Bernard Masdamont, f°8 verso.

45 À ne pas confondre avec le Modus Signifficandi de Jean de Gralande étant un livre de grammaire.

46 « Confiteor et in veritate recognosco vobis Jacobo Lobet apothecario Perpiniani presenti per vobis stipulan que vos dictis et tradidistis michi illos libros et vasa argentea in precripte […] pro illis ducentis triginta scuti auri de Ffrancia […] primo ensin unum librum vocatum sextus cohopertum corio rubeyi coloris et intitulatur Bonifacius, item alium librum vocatum Clementines cohopertum corio albo, item alium librum vocatum Lectura Ignociencius cohopertum corio viridi coloris, item alium librum vocatum Lectura domini Tholosani super decreto cohopertum corio rubeyi coloris, item alium librum vocatum novella super sexto cohopertum corio albo, item unum librum vocatum repertori sine postibus, item quinque libros ubi tractatus de diverses materis […] item unum librum vocatum breviari in pergameno scriptum de regula Tholosona cum tancadoris dargento […] », ADPO, 3E1/746, Ferriol Bosqueros, 1410, ff° 5-6.

47 ADPO, 3E1/1577, notule de Bernard Masdamont, année 1399, ff°141-145.

48 C’est en textes isolés que les écrits de la Bible composent les bibliothèques laïques.

49 L’acte n’étant pas dans son intégralité nous n’avons pu identifier le nom et la profession du défunt

50 ADPO, cartulaire manuscrit Alart, 2J1/25 p. 264-265.

51 Cet ouvrage semble être un livre de comptabilité utilisé par les marchands et commerçants s’inscrivant dans la lignée de la Suma de la art de la Arismetica, traité d’arithmétique en langue catalane publié en l’an 1482 et traitant de divisions, de multiplications et d’exemples pratiques liés aux échanges commerciaux en Catalogne à la fin du XVe siècle tels que la monnaie en cours, les poids et mesures etc. M-H. Labarthe, « La Suma de la art de arismetica de Francesch Sanct Climent », Revue Domitia, n° 2, Perpignan, février 2002, pp. 63-88.

52 Le libre de senyal de pintar pourrait-être un livre de modèles et d’images de prototypes d’armoiries utiles à la reproduction de ces dernières suite à des commandes.

53 ADPO, 3E1/587, notule de Jean Ornos, année 1478, ff°67-69.

54 « un libre ab ses cubertes tot ple de mostres de paper […] », ADPO, op. cit.

55 La Sibilia pourrait être la Sibilla soit un chant de la nuit de Noël sur les signes du jugement dernier et de l’avènement du Christ.

56 En 1463, Aram veuve de Nicolas de Lurach peintre de la ville de Perpignan demande à faire l’inventaire des biens de son défunt mari. Ce dernier détenait parmi certaines peintures un livre entrant dans les chansons de gestes sur la conquête de Jérusalem « Item hun libre de pergami en que parla en quina manera se pot conquistar Jherusalem […] », ADPO, Guillaume Tarba, 3E3/892, f°7 recto.

57 ADPO, 3E1/519, Pierre Ornos, f°30r°.

58 ADPO, 3E1/1007, manuel de Gabriel Resplant, année 1408, ff°110-114.

59 Voir J. Le Goff, Marchands et banquiers du moyen Age. Paris, Éditions PUF, 2001. PH. Wolff, Les marchands de France, d’Italie, d’Angleterre et des pays d’empire et leurs activités aux XIVe-XVe siècles, Paris, Éditions S. I. S. n, 1971.

60 ADPO, 1E701, f°1.

61 ADPO, 2HDTP 41, plech 40 n° 8, 1406.

62 Le terme de livre désigne généralement un support constitué par un ensemble de feuillets portant ou non un texte et réunis sous une reliure ou brochage.

63 « Item un libre de comptes cubert de pergami senyalat de letra den la primera fulla del qual es scrit en lo nom de nostre senyor e de madona Sante Maria […] item un libre lonch de pergami intitulat retort set per en Ffrancesc Puig Daulech almeyner dels comptes de la almenya […] item un libre que es translat de comptes de la galera de Perpenia […] », ADPO, 1E701, f°2v°.

64 ADPO, Bernard Frigola, 3E1/247, Folio 60 recto.

65 ADPO, Ferrioli Bosqueros 3E1/ 734, 1405, f°102r°.

66 En 1463, le peintre Lurach détenait un ouvrage traitant de la manière de conquérir Jérusalem. Voir J.
Garau-Figueres, La croisade entre rêve et réalité à la fin du XIVe siècle : l’exemple du songe du Vieil pèlerin de Philippe de Mézières. Perpignan, UPVD, Master I, 2007.

67 ADPO, 3E1/154, Bernardi Guillaume, année 1411, ff°35-36.

68 ADPO, 2HDTP 41, plech 40 n° 19, année 1498.

69 ADPO, Bernard Masdamont, notule 3E1/1610, année 1414, ff°245-249.

70 Nous émettons l’hypothèse qu’il pourrait s’agir d’un boutiquier-apothicaire. Pierre Vidal diffère de cette lecture en transcrivant par tendet santras, soit boutiquier-libraire. P. Vidal, Les juifs dans les anciens comtés de Roussillon et de Cerdagne. Perpignan, Éditions Mare Nostrum, 1992.

71 Nous pensons qu’il s’agit d’une bibliothèque, bureau présent dans la boutique ou salle de travail dudit Pierre Riera.

72 Serait-ce la traduction catalane du Thesaurum pauperum de Pierre d’Espagne, ou le Tresor de pobre d’Arnaud de Villeneuve ?

73 Connu sous le titre du livre Des simples médecines.

74 Nous le rappelons les Chroniques Catalanes sont au nombre de quatre : Le Libre dels feyts de Jaume Ier ; Le Llibre del rei en Pere e dels seus antecessors passats de Bernard desclot ; La Cronica del reys d’Arago de Ramon Muntaner ; La Chronique de Pierre le Cérémonieux.

75 Militari, militis dans les actes notariaux roussillonnais. Milites, miles sont employés durant le Moyen Âge pour désigner ceux faisant partie de la chevalerie, de la noblesse ayant le droit de porter les armes et de gouverner les hommes. Ce n’est qu’au XIe siècle que le terme de miles prend la forme du guerrier d’élite à cheval. Jusque là il désignait un soldat, fantassin ou cavalier. Se référer à J. Flori, « Qui sont les milites ? », dans Chevaliers et chevalerie au Moyen Âge. Paris, Hachette Littératures, 1998, pp. 66-

76 À cette culture de l’art militaire (il n’est pas rare de trouver chez certains chevaliers un exemplaire du De Re militari de Végèce), s’ajoute celle de la chasse, sport par excellence des nobles. En 1414, Pierre d’Alenya détenait un traité de médecine pour les faucons, tandis que le seigneur de Ségur disposait en sa demeure d’un livre d’hippiatrie. ADPO, 3E1/1751, f°44v° ; 2J1/39, pp. 70-71.

77 ADPO, 1E319, Famille Dez Puig, année 1424, ff°8-12.

78 Les échecs sont enseignés aux jeunes nobles au même titre que le maniement des armes.

79 « Item un altre libre de paper ab posts cobert de vermell comensa « lo proloch ab lo libre que ensenya en qual manera los princeps se deven regne » en lines fets e fenex « acompayada e ajustada en petit de temps al cos de nostre senyor »», ADPO, 1E319, f°11v°.

80 En 1410 nous trouvons la mention d’un livre intitulé secreta secretorum aristotiles. ADPO, 3E1/746, Bosqueros Ferrioli, f°86v°.

81 La légende de Tristan et d’Iseut ainsi que le Lancelot en prose furent les romans les plus relus et copiés durant le bas Moyen Âge.

82 Visible par la mention de romans (catalan), frances (français) et lemosí (occitan), mais aussi par la lecture des incipit. « Primo I liber lonch scrit en romans […] item I libre de pergami […] scrit en frances […] item I libre de pergami scrit en limosi de la Gahya Siensia […]. En 1416, le seigneur Ponce de Périllos possédait des Heures de Notre Dame en Français.

83 H. Bresc, La bibliothèque de Giovanni de Cruyalls (1423). Palerme, Éditions Mori, Estrato dal Bolletino del centro di studi Filologici e Linguistici Siciliani. Vol X, 1969, pp. 5-10.

84 ADPO, 3E1/181, Gabriel Resplant, 1418, f°55r°.

85 ADPO, 1E86, 1426.

86 Histoire d’amour entre le chevalier Paris et la fille du dauphin de France Viana, amour non approuvé.

87 Christine de Pizan.

88 D. De Courcelles, J. Val Carmen, Des femmes et des livres. France et Espagne, XIVe-XVe siècles, Paris, Éditions École nationale des Chartes, 1999..

89 ADPO, 2HDTP 41, plech 40 n° 1.

90 Sûrement mestre Johan ou Pere Johan connu sous le nom de Pere Jacobus que nous avions déjà trouvé auparavant.

91 Apparemment un Mémoire semblable aux mémoriaux des marchands, forme première du « journal intime ».

92 Le Renard et le Bouc faisant partie des fables d’Isopets (Ésope). Le goût du Moyen Âge pour ces contes d’animaux vient du fait qu’elles sont des œuvres moralisatrices et donc utilisées dans l’enseignement.

93 ADPO, 3E1/739, notule de Bosqueros Ferrioli, f°150v°.

94 ADPO, 3E1/1601, Bernard Masdamont, f°219r°.

95 ADPO, 1B194, année 1385, ff°41-47.

96 Les livres d’Heures sont les ouvrages de dévotion les plus populaires auprès de la gent féminine.

97 Tête de la sagesse. Pourrait-il s’agir du Speculum Sapiencie (Miroir de la sagesse) d’Yves de Chartres, canoniste français du XIe-XIIe siècles et évêque de Chartres en 1090.

98 Prenons l’exemple des Très riches heures du duc de Berry qui ayant appartenu à ce dernier, reviennent suite à son décès à sa fille Bonne devenue comtesse de Savoie.

99 L’accès aux universités leur est fermé.

100 Le 6 octobre 1354, Bartholoméa Sabateri lègue quarante sous pour l’ornement du Ligender Ferial de l’église Saint Stéphane d’Ille-sur-Têt. ADPO, Cartulaire Manuscrit d’Alart, 2J1/35, p. 424.

101 ADPO, Cartulaire manuscrit d’Alart, 2J1/26, pp. 58-59.

102 Les bibliothèques juives ne contiennent que très rarement des livres d’histoire, de littérature et d’ouvrages en latin ou langue vernaculaire. Les bibliothèques juives perpignanaises se composent généralement de littérature religieuse, de droit rabbinique (Talmud), des grands textes de la pensée juive (Maïmonide), d’un ou deux livres de grammaire (Dic-Duq de David Kimi), de lexicographie hébraïque, de philosophie et sciences pratiques.

103 Les 13 et 21 septembre 1493.

104 Voir l’ouvrage de F. Bouchet, Le discours sur la lecture en France au XIVe et XVe siècles : pratiques, poétique, imaginaire. Paris, Éditions Honoré Champion, 2008.

Auteur

Université de Perpignan

© Presses universitaires du Midi, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search