Version classiqueVersion mobile

Le livre dans la région toulousaine et ailleurs… au Moyen Âge

 | 
Sophie Cassagnes-Brouquet
, 
Michelle Fournié

Quatrième partie. Lecteurs, bibliothèques et collectionneurs

Une recherche en cours : les commanditaires ecclésiastiques de manuscrits enluminés dans le Midi de la France au XIVe siècle

Émilie Nadal

Texte intégral

  • 1 É. NADAL, Un livre de prières à la Vierge : Paris, Bibliothèque Mazarine. Manuscrit d’orig (...)
  • 2 Roma, Biblioteca Casanatense, MS 1909 et Windsor Castle, Royal library, 25009 ; 25010.

1Au cours d’une précédente recherche1, nous avons analysé un Livre de prières à la Vierge (Paris, Bibl. Mazarine, 520) commandé par le cardinal Jean d’Armagnac (†1408), dans lequel l’organisation du texte et des images se mettait entièrement au service d’une dévotion originale et personnalisée. Dans le cadre de cette étude, il a aussi été possible de retrouver un autre manuscrit conservé à Rome2, enluminé par l’un des artistes du Livre de prières de ce même cardinal et justement commandité par ce dernier.

2Ainsi, avant que notre étude ne nous amène à les rassembler, les deux ouvrages avaient tous les deux été repérés, et au moins associés à la famille d’Armagnac, mais personne n’avait fait le lien entre eux. Cette première recherche a donc révélé une absence et un manque : il n’existe pas de synthèse sur les manuscrits enluminés des prélats du Midi de la France.

  • 3 F. MANZARI, La miniatura ad Avignone al tempo dei papi, 1310-1410, Modène, F. C. Panini, 2 (...)

3En 2007, l’ouvrage de Francesca Manzari3 concernant les manuscrits enluminés d’Avignon est venu modifier la donne. En effet, parmi tous les manuscrits étudiés dans cette riche synthèse consacrée à la production avignonnaise, de nombreux manuscrits commandés par des prélats méridionaux sont analysés. Cependant, l’étude de Francesca Manzari est essentiellement stylistique, et il n’existe toujours pas d’inventaire de l’ensemble des manuscrits enluminés pour les prélats du Midi, alors même que nombre de ces ouvrages ont souvent été reconnus et signalés.

4À partir de l’inventaire que notre thèse permettra de mettre en place, nous espérons proposer une restitution du réseau entre livres, commanditaires et ateliers d’enluminure ; et ce, en nous basant sur les études qui ont été menées concernant les évêques eux-mêmes, les bibliothèques médiévales, et les livres conservés. La réunion de ces données permettra également de proposer un corpus référent fiable, permettant par la suite de faire des comparaisons sur des bases saines. Notons, que cette tâche sera facilitée par les récents développements technologiques en matière d’informatique : mise en ligne des catalogues, numérisations des manuscrits… Les bibliothèques du monde entier rendent leurs collections accessibles, et cela devrait permettre d’enrichir notre corpus.

5Le rassemblement de ces données permettra ainsi d’apporter des réponses à toutes les interrogations que suscite la question du livre enluminé et du commanditaire. Quels sont les goûts artistiques des commanditaires ecclésiastiques ? Peut-on les mettre en parallèle avec leur carrière, leur origine méridionale et les voyages diplomatiques que beaucoup d’entre eux ont l’occasion de faire ? Existe-t-il un réseau, des relations entre les uns et les autres, qui laisseraient supposer qu’un même atelier a travaillé pour plusieurs prélats, ou bien, à la fois pour des prélats et des laïcs ? Que représente le livre pour ces seigneurs ecclésiastiques, et en quoi leurs livres les représentent-ils ? Cet article ne répondra que très partiellement à toutes ces questions, mais il propose de rendre compte des résultats obtenus lors de notre inventaire préalable.

6Dans une première partie, il sera d’abord question des cadres chronologiques et historiques de l’inventaire. Puis, nous évoquerons la méthode utilisée et les difficultés rencontrées au cours de ce travail. À partir de l’inventaire actuel comprenant quarante manuscrits pour vingt-six noms de prélats commanditaires, nous évoquerons ensuite d’une part les caractéristiques générales du corpus, et d’autre part, quelques cas particuliers, qui nous ont semblé représentatif de l’intérêt de notre recherche.

I. Les cadres de l’inventaire

  • 4 B. GUILLEMAIN, La cour pontificale d’Avignon : 1309-1376, étude d’une société, Paris, E. d (...)
  • 5 B. GUILLEMAIN. La cour pontificale d’Avignon… op. cit., p. 104. Les papes ont l’entière di (...)
  • 6 A.-L. REY-COURTEL Anne-Lise, « Les cardinaux du Midi pendant le Grand Schisme », dans Le M (...)

7La décision de ne s’intéresser qu’aux prélats méridionaux, d’abord motivée par un besoin pratique de limiter la recherche à un espace donné, s’est finalement trouvée justifiée, au cours de notre recherche, par le cadre chronologique choisi. En effet, le XIVe siècle correspond à l’installation de la papauté à Avignon, période pendant laquelle le trône pontifical est occupé exclusivement par des papes « français du Midi »4. Pendant toute la durée de leurs pontificats, les papes, favorisent ainsi leurs proches et leurs compatriotes, qu’ils soient de Gascogne, du Limousin ou du Gévaudan, et, disposant des bénéfices majeurs5, ils accordent aux prélats méridionaux toutes sortes de faveurs. Le XIVe siècle est donc une période faste en termes de bénéfices pour les prélats du Midi de la France. Il n’est besoin que de constater, entre 1309 et 1376, que pour cent trente quatre cardinaux, quatre vingt quinze sont originaires du Midi de la France6. Pour réaliser cet inventaire, nous avons arbitrairement limité notre recherche aux manuscrits commandés par les évêques, les archevêques et les cardinaux ; en excluant volontairement les papes (des quantités de livres trop importantes passant entre leurs mains) et les autres clercs du Midi.

  • 7 Le Midi et le Grand schisme d’Occident, Cahiers de Fanjeaux, n° 39, Toulouse, Privat, 2003
  • 8 S. VALLERY-RADOT Sophie, « Les clercs français du Midi au concile de Constance », dans Le (...)

8Les frontières choisies pour ce « Midi » sont sujettes à de nombreuses fluctuations selon l’objet de l’étude, comme peuvent en témoigner les diverses communications publiées dans le numéro 39 des Cahiers de Fanjeaux intitulé Le Midi et le Grand Schisme d’Occident7. « Elles ne sont pas évidentes à définir et restent finalement assez discutables » remarque Sophie Vallery-Radot8, qui propose pour sa part, un Midi incluant l’Armagnac, le Languedoc au sens large (avec le Rouergue et le Quercy) et la Provence. Nous retiendrons quant à nous, un espace un peu plus élargi vers le Nord, en nous appuyant, à défaut de mieux, sur la limite linguistique qui vient marquer la frontière entre le Nord et le Sud.

  • 9 B. GUILLEMAIN B., La cour pontificale d’Avignon… op. cit., p. 134.
  • 10 B. GUILLEMAIN, La cour pontificale d’Avignon… op. cit., p. 150.
  • 11 P. BEC, La langue occitane, Paris, PUF, 1967, p 8-9.

9Cette distinction entre langue d’oc et langue d’oïl n’est pas encore anachronique au XIVe siècle. Certes, comme le rappelle Bernard Guillemain, « l’originalité de civilisation de cette France méridionale [s’atténue] » et « la littérature, alors déclinante, [s’efface] devant celle des parties septentrionales » tandis que pour les « clercs élevés au cardinalat, la fréquentation de l’entourage royal [estompe], en beaucoup de cas, les différences entre natifs du Nord et ceux du Sud »9. Cependant, Bernard Guillemain rappelle aussi que le pape Jean XXII lui-même, avoue au début du XIVe siècle, n’avoir aucune familiarité avec le français, que l’on doit lui traduire en latin10. La différence linguistique, bien qu’atténuée au cours du XIVe siècle, est donc réelle même pour l’élite ecclésiastique du Midi de la France. Selon Pierre Bec11, la limite est ainsi définie entre les langues d’oc et d’oïl ; au Sud par « Bordeaux, Périgueux, Limoges, Clermont-Ferrand, Le Puy, Valence, Die, Briançon » ; et au Nord par « Angoulême, Poitiers, Châteauroux, Moulins, Saint-Étienne, Vienne et Grenoble ». Nous avons choisi d’inclure toutes ces villes frontières dans notre recherche.

  • 12 J. CHELINI, Histoire religieuse de l’occident médiéval, Paris, Hachette, 1991, p. 478 et p (...)
  • 13 Bien que le Provence soit terre d’Empire, Sophie Vallery-Radot, rappelle que les Provençau (...)
  • 14 Ainsi, en Gascogne, fief des rois d’Angleterre, ces derniers n’interviennent que rarement (...)

10On remarquera que le Midi de la France tel que nous l’avons circonscrit ne fait pas entièrement partie du Royaume de France lui-même. Ainsi, Avignon, bien que sous influence du royaume de France12, appartient alors à la Maison d’Anjou, qui règne à Naples, sous la suzeraineté de l’Église romaine. Le Comtat Venaissin qui entoure Avignon, appartient ainsi à l’Église ; tandis que le Comté de Provence est une terre du Saint-Empire13. Dans l’ensemble cependant, et au moins avant le Schisme de 1378, les officiers dépendent avant tout de l’Église et du pape, qui les nomme, et dans un second temps des puissances laïques14.

  • 15 A. DEMURGER Temps de crises, temps d’espoir, XIVe-XVe siècle, Paris, Le Seuil, 1990.
  • 16 M.-H. JULLIEN DE POMMEROL, J. MONFRIN, Bibliothèques ecclésiastiques au temps de la papaut (...)

11Le contexte de l’époque est assez particulier, « temps de crises »15, le XIVe siècle est touché par de nombreux fléaux, au premier rang desquels la peste et la guerre. Associée à de fréquentes disettes, la peste noire provoque ainsi la disparition d’au moins un tiers de la population (un des évêques du corpus, Armand de Narcès, alors archevêque d’Aix, meurt de la peste, lors de la première vague de l’épidémie en 134816).

  • 17 M.-H. JULLIEN DE POMMEROL., j ; MONFRIN, Bibliothèques ecclésiastiques… op. cit., p. 337.
  • 18 Pour Gilles Bellemère voir dans M.-H. JULLIEN DE POMMEROL., J. MONFRIN, Bibliothèques eccl (...)

12Cette crise démographique est aggravée par la guerre de Cent Ans, source d’une insécurité chronique durant tout le siècle et dans laquelle certains évêques de notre corpus s’impliquent aussi. On voit ainsi Jean Jouffroy se rendre en Angleterre pour tenter en vain, de ramener la paix entre les deux pays17. A partir de 1378, ils sont également engagés avec plus ou moins de vigueur dans la résolution du Grand Schisme, et prennent parti en toute logique pour le pape d’Avignon. Certains s’impliquent dans des nombreuses démarches diplomatiques, comme Gilles Bellemère ou encore Jean d’Armagnac18. Cependant le conflit entre la France et l’Angleterre se poursuit pendant toute cette période, créant un climat d’insécurité, qui se traduit dans certaines régions du Midi par des dommages considérables, en particulier dans les régions du centre (Quercy, Rouergue, Limousin, Poitou).

  • 19 G. DUBY, L’art et la société : Moyen Âge, XXe siècle, Paris, Gallimard, 2002, p. 156, 828.

13Paradoxalement, cette condition de crise, n’interrompt pas les commandes artistiques, mais encourage au contraire les activités de mécénat. En effet, comme l’explique Georges Duby19, les crises suscitent la concentration des fortunes individuelles, créant ainsi les conditions pour un « mécénat actif ». Or, souligne-t-il encore, l’État le plus puissant et le plus avide, est alors l’Église elle même. Rien d’étonnant donc à ce que les officiers ecclésiastiques les plus élevés aient eu les moyens, malgré le contexte, de commander des livres enluminés. C’est également grâce à cette appartenance à un système administratif puissant, producteur d’archives, que l’on peut aujourd’hui remonter leur trace plus facilement, connaître leur parcours, et repérer les livres qu’ils ont possédés.

II. Méthodes de travail et difficultés

  • 20 Nous avons ainsi écarté le manuscrit commandé par Étienne Loypeau, évêque de Luçon 1388 à  (...)
  • 21 Pour les listes d’évêques, nous avons utilisé J. BALTEAU (dir.), Dictionnaire de biographi (...)

14Pour retrouver les évêques et les cardinaux, il convenait d’abord de répertorier leurs noms. Comment les reconnaître autrement dans une notice de manuscrit ? Préalable indispensable, nous avons donc répertorié l’ensemble des évêques se succédant autour des années 1310 jusque vers 1420 environ, sur un peu plus de quatre-vingt diocèses d’un vaste Midi ; le but étant de viser au plus large, quitte à éliminer certains éléments par la suite (c’est le cas par exemple du diocèse de Luçon, qui se trouve définitivement trop au Nord par rapport à la limite prédéfinie)20. Nous avons également inclus dans cette liste, les noms des cardinaux d’origine méridionale du XIVe siècle. Cette méthode permet de retrouver les cardinaux méridionaux ainsi que l’ensemble des évêques nommés dans le Midi, qu’ils en soient originaires ou pas21. Les limites chronologiques choisies s’appuient, assez arbitrairement, sur la présence de la papauté à Avignon.

  • 22 CH. SAMARAN, R. MARICHAL (éd.), Catalogue des manuscrits en écriture latine portant des in (...)
  • 23 M.-H. JULLIEN DE POMMEROL J. MONFRIN, Bibliothèques ecclésiastiques au temps de la papauté (...)
  • 24 Le tome IV, 2, concernant entre autres, le fonds français, n’est pas encore publié.

15À partir de cette liste de noms, nous avons consulté deux ouvrages majeurs, à la base de cette étude : les Catalogues de manuscrits en écriture latine portant des indications de date, de lieu ou de copiste22 établis à l’origine par Charles Samaran et Robert Marichal, de 1959 à 1985, à partir de l’ensemble des collections de la Bibliothèque nationale de France et des bibliothèques publiques de France et, l’étude sur les Bibliothèques ecclésiastiques au temps de la papauté d’Avigon23, dans laquelle Marie-Henriette Jullien de Pommerol et Jacques Monfrin ont réuni et édité en partie, les inventaires de manuscrits retrouvés dans les dépouilles des prélats de la papauté d’Avignon ; l’avantage de ces catalogues, outre leur présentation d’une grande clarté, étant de proposer des preuves et des sources pour chacune de leurs notices. En contrepartie cependant, il faut noter que le premier catalogue ne prend en compte que les manuscrits de langue latine24 conservés dans les bibliothèques publiques de France. Mais notre inventaire s’est également nourri de toutes les mentions de manuscrits conservés apparaissant dans diverses monographies consacrées aux diocèses, ou aux bibliothèques du Midi.

  • 25 F. MANZARI, La miniatura ad Avignone…, op. cit.
  • 26 Bibliothèque nationale. Catalogue général des manuscrits latins, Paris, Bibliothèque natio (...)
  • 27 C’est le cas du Missel de Bertrand de Déaux (Cité du Vatican, Bibl. Vat., Cod. Cap. 63B) é (...)

16En dehors de ces ouvrages se rapportant aux bibliothèques anciennes, nous avons également mis à profit les études d’histoire de l’art sur l’enluminure du XIVe siècle, dans lesquelles sont souvent signalés les commanditaires, même si on y précise rarement les preuves de ces attributions. L’ouvrage clé pour définir le style des enluminures du corpus est celui de Francesca Manzari, La miniatura ad Avignone al tempo dei papi, 1310-141025, paru très récemment et que nous avons mentionné en introduction. Dans cette étude très riche et complète, Francesca Manzari cite de nombreux manuscrits enluminés et leurs commanditaires ecclésiastiques et propose des identifications de peintres, souvent en lien avec la production avignonnaise. En fait, les manuscrits que nous avons intégrés à ce corpus ont tous fait l’objet d’une étude. Qu’il s’agisse d’une simple notice dans le catalogue d’une bibliothèque26 ou bien d’une thèse27, ils ne sont pas inédits. Le but de ce travail était donc avant tout de collecter et d’ordonner les informations dispersées.

  • 28 Fasti ecclesiae gallicanae : répertoire prosopographique des évêques, dignitaires et chano (...)
  • 29 Ce sont dans l’ordre de parution : F. RYCKEBUSCH, Fasti ecclesiae…, op. cit., t. V, Diocès (...)
  • 30 Voir le cas de Pierre de Mortemart, qui dans l’ouvrage de François DU CHESNE (Histoire de (...)
  • 31 V. TABBAGH, Gens d’Eglise, gens de pouvoir : France, XIIIe-XVe siècle, Dijon, Éditions uni (...)
  • 32 Cf. les livres qui sont énumérés dans le Catalogue des manuscrits datés (op. cit., t. V, p (...)

17Les difficultés qui se sont présentées provenaient des deux moyens principaux d’identification des commanditaires : leurs noms et leurs armoiries. Tout d’abord, les listes des évêques que nous avons réunies en préalable à notre travail, sont loin d’être entièrement fiables. Erreurs de noms, imprécisions liées aux homonymies fréquentes des personnages, sont la source de nombreuses confusions, comme le révèle la lecture édifiante des Fasti ecclesiae gallicanae28, répertoire des évêques de 1200 et 1500, et qui se limite malheureusement à l’étude de trois diocèses pour ce qui concerne le Midi29. Un autre problème vient de la graphie des noms, celle-ci peut-être très variable (quand il n’est pas question de deux noms distincts30). Par ailleurs, la période avignonnaise est remarquable pour l’extrême mobilité de ces évêques31. Nommé pour un ou deux ans, confiant parfois leur diocèse à d’autres, il est difficile de savoir où se trouvait réellement l’évêque au moment où est réalisé le manuscrit ; surtout en l’absence d’éléments de datations laissés par le copiste. Ainsi, Simon de Cramaud, d’abord placé dans l’inventaire en raison de ses charges dans le Midi, a été finalement rejeté, car les manuscrits qui le concernent semblent plus liés à l’archevêché de Reims, qu’aux autres charges qu’il a pu avoir dans la région32.

  • 33 Selon Victor Leroquais, Les Pontificaux manuscrits des bibliothèques publiques de France, (...)

18Il faut bien noter que l’identification des armoiries reste également un point faible de notre inventaire, en l’état actuel des connaissances. Les identifications sont en général énoncées comme telles, et les auteurs précisent rarement les sources de leurs allégations. Le cas du manuscrit 143 de la Bibliothèque Sainte-Geneviève est exemplaire33, qui est attribué successivement à Jean de Cardaillac puis à Pierre de Saint-Martial, sans que les sources des uns et des autres soient clairement vérifiées. La vérification de toutes les armoiries constitue donc une part importante du travail qu’il reste à fournir pour mener à bien l’étude. Il faudra dans l’avenir se tourner peut-être davantage vers les sceaux conservés, comme nous avions eu l’occasion de le faire lors de l’analyse des armes de Jean d’Armagnac. Pour finir avec l’énoncé des difficultés, notons bien que l’« attribution » du manuscrit à tel ou tel personnage, ne fait pas de lui un commanditaire obligé : achat, emprunt, commande… bien souvent, on ne peut qu’émettre des hypothèses sur la nature de ce lien.

III. Caractéristiques générales du corpus

  • 34 Au total 40 manuscrits, pour 45 références (ouvrage en plusieurs volumes (Avignon, BM, ms. (...)

19Au terme de ce premier inventaire nous avons relevé une quarantaine d’ouvrages34 associés à vingt-six noms de prélats méridionaux. Bien sûr, ce corpus est loin de représenter l’ensemble des livres possédés par tous les cardinaux, et par tous les évêques qui se sont succédé sur quelques quatre-vingt diocèses pendant tout le XIVe siècle. Le format de cet article ne nous permettant pas de retranscrire l’inventaire tel que nous l’avons mis au point, il nous a donc semblé intéressant de limiter notre discours aux traits généraux qui ressortent de l’étude de notre corpus, en mentionnant, quand la liste n’était pas trop longue, les cotes des manuscrits concernés.

20Le premier constat est celui de la diversité, une diversité toute relative. Le contenu des ouvrages est tourné presque majoritairement vers la liturgie, et le type de décor utilisé ne se différencie pas des autres ouvrages enluminés de cette époque. Cependant, le type de peinture choisi par les uns et les autres montre des influences venues de toute l’Europe. Il convient donc pour bien apprécier ces manuscrits, de revenir sur leur contenu, et les différentes formes de décor choisies, puis sur les influences stylistiques que révèlent ces peintures, d’après les auteurs que nous avons consultés. Pour terminer enfin, nous évoquerons quelques facettes de la personnalisation des manuscrits.

1. Le contenu des ouvrages

  • 35 C’est pour Jean Cardaillac que nous avons retrouvé le plus de manuscrits (5), mais deux d’ (...)
  • 36 M.H. JULLIEN DE POMMEROL., J. MONFRIN, Bibliothèques ecclésiastiques au temps… op. cit., p (...)

21Les ouvrages présents dans le corpus, ne permettent pas d’envisager la bibliothèque du commanditaire ecclésiastique type, étant donné le faible nombre d’exemplaires répertoriés35. Cependant, il est intéressant de comparer les titres du corpus au bilan présenté dans les Bibliothèques ecclésiastiques36, et dans lequel Marie-Henriette Jullien de Pommerol et Jacques Monfrin, déterminent six grandes catégories d’ouvrages, de la plus fournie à la moins représentée : bible et liturgie, droit, théologie, encyclopédie, histoire et antiquité classique.

  • 37 Pour la description des manuscrits liturgiques, nous nous sommes appuyés sur J.-B. LEBIGUE (...)

22Dans notre corpus, plus de la moitié des ouvrages (22 sur 40) appartient à la catégorie des ouvrages liturgiques. Pontificaux (9) et Missels (6) sont en haut de cette liste. Les pontificaux sont des ouvrages compilant l’ensemble des ordines, c’est-à-dire des textes décrivant les rites et les sacrements37 tandis que les missels sont les livres qui réunissent l’ensemble des textes nécessaires à la célébration de la messe.

23Parmi les autres ouvrages liturgiques, on trouve également un bénédictionnaire (Maynooth, Russel Library, RB 74), recueil de textes de bénédictions à l’usage des évêques, un collectaire (Avignon, BM, 177) qui contient certaines oraisons destinées à l’office, et un bréviaire (Città del Vaticano, Bibl. Vatic., Vat. lat., 14071), recueil de l’ensemble des textes nécessaires à la célébration de l’office des heures canoniales.

  • 38 E. PALAZZO, L’évêque et son image : l’illustration du Pontifical au Moyen Âge, Turnhout, B (...)

24À cette liste, il faut également noter deux compilations de textes bibliques, destinée à un usage liturgique : un Épistolier (Avignon, BM, 28) et un Évangéliaire (Avignon, BM, 26). Cette prédominance des livres liturgiques est évidemment à mettre en lien direct avec la fonction religieuse des évêques38.

  • 39 CH. SAMARAN., R. MARICHAL., Catalogue des manuscrits… op. cit., t. VI, 1, p. 381.

25Par ailleurs, nous ne relevons qu’une seule Bible, commandée par Jean de Cardaillac (Stoccarda, Württembergische Staatsbibliothek, Gd.Bibl.2°8), et un Commentaire de l’Apocalypse d’Arnaud Bernard écrit dans les années 1370 (Toulouse, BM, 57) et qui a peut-être appartenu à Jean de Cardaillac39

  • 40 F. MANZARI, La miniatura ad Avignone…, op. cit., p. 225.

26À cet ensemble d’ouvrages, on peut ajouter le Livre de prières à la Vierge commandé par Jean d’Armagnac, qui se rattache à la dévotion privée (Paris, Bibliothèque Mazarine, 520), ainsi que les deux tomes de la Vita Christi de Ludolphe de Saxe (†1377) également tourné vers la méditation personnelle et possédé par Gui de Malsec selon Francesca Manzari40.

  • 41 « Traités théologiques » cités par A. VERNET, « La bibliothèque de la cathédrale de Narbon (...)

27Le deuxième point fort de ce corpus est la théologie. En la matière, on trouve des recueils de divers traités41 (Reims, BM, ms.502), des textes de saint Augustin (Paris, BnF, ms. lat. 2129) et de saint Bernard (Laon, BM, ms. 168), ainsi que les Commentaires des épîtres de Paul par Pierre Lombard (Paris, BnF, ms. lat. 669), et ceux des Livres de Sentences, du même auteur (Paris, BnF, ms. lat. 3054).

  • 42 M.-H . JULLIEN DE POMMEROL., « Les livres dans les dépouilles des prélats méridionaux », d (...)

28Dans le domaine de la prédication, un manuel à l’usage des confesseurs, écrit par Durand de Champagne (Paris, BnF, lat. 3264) a appartenu à Jean Tissandier. Dans cette catégorie, Marie-Henriette Jullien de Pommerol42, propose aussi de ranger les vies de saints, ce qui nous permet d’intégrer les deux exemplaires du Speculum sanctorale de Bernard Gui. L’un des deux exemplaires de cette hagiographie a d’ailleurs été offert par l’auteur lui-même à Pierre de Mortemart, (Paris, BnF, ms. lat. 5406).

  • 43 Non précisés.

29La littérature historique est un domaine en général peu fourni d’après les Bibliothèques ecclésiastiques ; le corpus peut relever un recueil de l’Historia scolastica de Pierre Comestor (Toulouse, BM, 460), divers traités historiques43 (Avignon, BM, ms. 1348), et la Mer des histoires de Jean de Colonne (Paris, BnF, ms. lat. 4914).

30Le droit, qui dans les Bibliothèques ecclésiastiques constitue le domaine privilégié de contenu des ouvrages, est bien peu représenté dans ce corpus, puisqu’on ne signale qu’un seul livre, les Décrets de Gratien aux armes de Raymond de Canillac (Montpellier, BM, ms. 34).

  • 44 M.-H. JULLIEN DE POMMEROL, « Les papes d’Avignon et leurs manuscrits », dans Livres et bib (...)

31Enfin, l’aspect « humaniste » du corpus est apporté par l’exemplaire du D e nobilitate legum et medicinae de Coluccio Salutati (Paris, BnF, ms. lat. 8687)44, commandé par Pierre de Thurey, à la fin du XIVe siècle.

32Nous possédons par ailleurs deux registres, commandés par Anglic de Grimoard et renfermant des informations et des actes relatifs à l’administration du diocèse d’Avignon (Avignon, Arch. départ. de Vaucluse, 1 G 9 et 1 G 10).

2. Les formes de l’enluminure

33La quantité et le type d’enluminures qui ornent les manuscrits sont très variables d’un manuscrit à l’autre. La plupart des manuscrits sont simplement décorés d’initiales ornées ou filigranées (c’est le cas pour dix d’entres eux), parfois agrémentés d’une initiale historiée, placée en tête d’ouvrage (comme le Pontifical d’Armand de Narcès (Aix, BM, 13) ou celui de Gilles Bellemère (Lyon, Bibl. universitaire, ms. 11). D’autres ont bénéficié d’initiales historiées plus nombreuses, et réparties dans l’ensemble du texte (Paris, Bibl. Mazarine, 520 ; Chartres, Cathédrale, Cod. 508). Enfin, quelques ouvrages arborent un décor foisonnant, combinant des bordures exubérantes, à de nombreuses scènes marginales (c’est le cas par exemple du Pontifical attribué à Pierre de Saint-Martial ou Jean de Cardaillac (Paris, Bibl. Sainte-Geneviève, ms. 143). Plus rarement enfin, se trouvent des pleines pages de miniatures. Les manuscrits décorés de pleines pages, sont en général les mieux étudiés du corpus, du fait de l’intérêt qu’ils ont pu susciter. On en compte quatre commandés par des évêques méridionaux. Ce sont tous des livres liturgiques : trois missels et un pontifical (Missel de Jean Tissandier évêque de Toulouse (Toulouse, BM, ms. 90), Missel de Bertrand de Deux (Cité du Vatican, Bibl. Vat., Cod. Cap. 63 B), Missel de Jean d’Armagnac (Château de Windsor, Royal Library, 25009-25010), Pontifical de Pierre de la Jugie (Narbonne, Cathédrale de Narbonne).

  • 45 Catalogue général Bibliothèque nationale. Catalogue générale des manuscrits latins, Paris, (...)
  • 46 Exemple : le « breviarum meum pulchrum » mentionné dans le testament de Guy de Malesec, tr (...)
  • 47 Bien souvent le Catalogue général ne mentionne pas des initiales filigranées qui sont pour (...)

34Dans l’ensemble, et cela peu paraître surprenant au regard de la production générale de manuscrits, on remarque que les manuscrits ont été richement décorés. Pour cela, deux raisons simples peuvent être avancées. Nous recherchions d’abord les manuscrits enluminés, or les lettres filigranées sont très fréquemment omises dans les notices, en particulier dans celles du Catalogue général de la Bibliothèque nationale45. Par ailleurs, les manuscrits les plus enluminés sont bien plus aisés à retrouver que les autres ouvrages. Ils éveillent l’intérêt des chercheurs et des rédacteurs de notices, que celles-ci soient médiévales46 ou contemporaines47. Ainsi, dans la mesure où notre inventaire se nourrit uniquement de ces notices, il est normal que les plus « beaux » ouvrages ressortent d’abord du lot. Cependant, il est fort à parier que la poursuite de cette recherche amènera à retrouver les manuscrits plus modestes.

  • 48 On parle ainsi, pour notre corpus, d’un Bernard de Toulouse.
  • 49 L.-H. LABANDE, « Les miniaturistes avignonnais et leurs œuvres », dans Gazette des Beaux A (...)

35Dans la majeure partie des cas, les artistes qui travaillent à la décoration des livres sont restés anonymes, ou fort peu connus en dehors parfois d’un simple prénom48. En l’absence de ces données, l’étude des formes est une source importante d’information, en dépit des incertitudes qu’elle génère. C’est ce que remarque Léon Honoré Labande, dans un article paru en 1901, et consacré aux miniaturistes avignonnais49. « En définitive », dit-il, « nous n’avons la preuve formelle de leur confection à Avignon que pour très peu de manuscrits ». Et en effet, entre l’itinérance des artistes et les nombreux voyages des ecclésiastiques, il est plus facile de dire pour qui le livre a été exécuté que de déterminer son lieu de fabrication.

36Cependant, au travers des diverses publications réalisées au sujet de ces manuscrits, il est possible de présenter et de souligner la diversité de formation des artistes impliqués.

  • 50 F. MANZARI, La miniature ad Avignone… op. cit., p. 27.
  • 51 Les fastes du gothique : le siècle de Charles V, Paris, Galeries nationales du Grand Palai (...)
  • 52 Les fastes du gothique… op. cit., pp. 353-354, notice 309.
  • 53 H. CZAPLICKI-HARUNA, Les manuscrits enluminés toulousains de la fin XIIIe siècle au milieu (...)

37Certains manuscrits sont ainsi rattachés à la production toulousaine : la Bible de Jean de Cardaillac (Stuttgart, Württembergische Staatsbibliothek, Gd. Bibl. 2° 8), conservée en Allemagne est datée du début du XIVe siècle par Francesca Manzari50 ; les Décrets de Gratien, commandés par Raymond de Canillac (Montpellier, BM, ms. 34) et sans doute peints entre 1345 et 135051 ; puis un Pontifical attribué à Bertrand de Villemur (Paris, BnF, ms. lat. 9479) et réalisé sous son épiscopat de 1371 à 137852 ; ou encore le Commentaires de l’Apocalypse d’Arnaud Bernard (Toulouse, BM, ms. 57), daté de la fin du XIVe siècle53.

  • 54 F. MANZARI, La miniature ad Avignone… op. cit., p. 33.
  • 55 E. CASSEE, The Missal of Cardinal Bertrand de Deux… op. cit., p. 21.

38L’enluminure italienne est également très présente dans le corpus : recueil d’Œuvres de saint Bernard (Laon, BM, ms. 168) sur lequel on trouve les armes de Raymond de Fargis et réalisé selon Francesca Manzari54 au début du XIVe siècle ; et surtout le Missel de Bertrand de Deux (Cité du Vatican, Bibl. Vat., Cod. Cap. 63 B). Ce manuscrit, réalisé dans les années 1330-1340 par des artistes bolonais, est d’ailleurs lié, selon Elly Cassee55, aux voyages de Bertrand de Deux à Bologne.

  • 56 Y. CARBONELL-LAMOTHE, M. PRADALIER-SHLUMBERGER, « Le Pontifical de Pierre de la Jugie à Na (...)
  • 57 Y. CARBONELL, C. PELIGRY, « Le missel de la chapelle de Rieux du couvent des Cordeliers de (...)
  • 58 J. HAMBURGER, « The Casanatense Missal and painting in Guelders in the early fifteen centu (...)
  • 59 F. MANZARI F., La miniatura ad Avignone… op.cit, pp.307-323.

39Mais les manuscrits sont aussi, bien souvent, le fruit de collaborations entre artistes venus de toute l’Europe. Dans le Pontifical de Pierre de la Jugie (Narbonne, Cath. de Narbonne), c’est un artiste catalan qui semble avoir collaboré à l’enluminure du manuscrit, en lien avec trois artistes gothiques (languedociens et parisiens). Est-ce lié à l’épiscopat de Pierre de la Jugie à Saragosse, de 1345 à 1347, ou bien aux contacts qui ne se sont jamais démentis entre la Catalogne et Narbonne, se demandent Yvette Carbonell-Lamothe et Michèle Pradalier-Schlumberger56 ? Le Missel de Jean Tissandier (Toulouse, BM, ms. 90) est tourné vers l’enluminure anglaise et parisienne selon Yvette Carbonell et Christian Peligry57. Pour le Missel de Jean d’Armagnac (Rome, Bibl. Casanatense, MS 1909) ce sont des artistes néerlandais et un français que signale Jeffrey Hamburger58, tandis que Francesca Manzari59 propose aussi de reconnaître une influence lombarde dans le feuillage qui borde les deux pleines pages de ce manuscrit.

40On le voit, l’identification stylistique semble poussée dans ses derniers retranchements avec ces manuscrits qui se plaisent à juxtaposer et recomposer toutes sortes d’emprunts artistiques. Selon Francesca Manzari ce type d’ateliers cosmopolites est justement caractéristique d’Avignon, la seule ville capable d’attirer une foule d’artistes venus de toute l’Europe, en quête des commanditaires fortunés que constituaient les papes et les cardinaux.

  • 60 Au cours de notre inventaire, nous avons associé ces deux manuscrits portant tous deux le (...)
  • 61 Cette particularité, bien connue pour le missel de Toulouse qui plus facilement accessible (...)

41Pour notre part, nous soulignerons que les hypothèses stylistiques sont extrêmement fragiles, et doivent rester ouvertes à d’autres interprétations. L’essentiel est dans la constatation que les styles se mélangent, et que les ecclésiastiques s’ouvrent à toutes les écoles, avec parfois, l’expression de préférences, quand un atelier, un artiste, semble avoir travaillé plus d’une fois sur leurs manuscrits. C’est le cas avec les deux manuscrits de Jean d’Armagnac (Paris, Bibl. Mazarine, ms. 520 & Rome, Bibl. Casanatense, MS 1909) dans lesquels nous avions reconnu un enlumineur commun. C’est le cas aussi des deux manuscrits d’Armand de Narcès (Aix, Bibl. Méjanes, ms. 13 & Maynooth, Russel Library, RB 74). Faisant partie d’un lot de trois manuscrits légués au chapitre cathédral60, ces deux ouvrages semblent bien de la même main (écriture et filigranes). Les deux manuscrits commandés par Jean Tissandier (Paris, BnF, ms. lat .3264 ; Toulouse, BM, 90) mériteraient aussi d’être comparés dans cette perspective, puisque dans les deux ouvrages, le nom de l’évêque se trouve écrit en lettres alternativement rouges et bleues61.

  • 62 C. NORDENFALK, « Hatred, hunting and love : three themes relatives to some manuscripts of (...)
  • 63 F. MANZARI, La miniatura ad Avignone… op. cit., p. 247.
  • 64 Les fastes du gothique… op. cit., pp. 353-354, notice 309.

42On relève également des liens entre les commandes laïques et les ouvrages du corpus, qui laissent supposer que les enlumineurs passent de l’un à l’autre sans difficultés. Il faut noter que les seigneurs ecclésiastiques sont bien souvent issus de la noblesse, le réseau n’est donc pas rompu entre les deux formes de pouvoir. En témoignent le rapprochement stylistique établi par Carl Nordenfalk62 entre le Pontifical commandé par François de Conzié (Chartres, Cath. Cod. 508) et le Livre de chasse qu’a fait enluminer Gaston Phébus (Paris, BnF, ms. lat. 619). Francesca Manzari63 considère d’ailleurs que ces deux manuscrits sont dus au même atelier avignonnais de Jean de Toulouse. Un autre exemple est donné par le Pontifical de Bertrand de Villemur (Paris, BnF, 9479), rapproché, dans le catalogue des Fastes du gothique64, des enluminures des registres des Capitouls de Toulouse (Toulouse, musée des Augustins, D 1952-6).

43Cependant, s’il n’existe probablement pas une enluminure ecclésiastique spécifique, nous relevons au travers de notre corpus, des caractéristiques qui témoignent d’une relation particulière entre les prélats et leurs livres.

3. Les commanditaires et leurs livres

  • 65 Voir à ce sujet H. BELTING, Pour une anthropologie des images, Paris, Gallimard, 2004, pp. (...)
  • 66 M. PASTOUREAU, « L’effervescence emblématique et les origines héraldiques du portrait au X (...)
  • 67 E. CASSEE, The Missal of Cardinal Bertrand de Deux… op.cit., p. 43.
  • 68 Entre autres indices, l’auteur cite l’habit franciscain du cardinal, l’origine française d (...)
  • 69 F. MANZARI, La miniatura ad Avignone… op. cit., p. 184.
  • 70 Missel de Jean Tissandier (Toulouse, BM, ms. 90)
  • 71 E. PALAZZO, L’évêque et son image… op.cit., p. 60.

44Les prélats sont présents physiquement65dans le manuscrit au travers de leurs armoiries et de leurs portraits. Comme le remarque Michel Pastoureau66, les armoiries, tout comme les représentations figurées, ne traduisent pas la personnalité du commanditaire mais plutôt son identité, définie par l’appartenance familiale et la place sociale. Cependant, nous avons relevé au moins deux cas possibles de portraits cherchant à représenter leur modèle, et signalé l’un par Elly Cassee67, l’autre par Francesca Manzari. La première signale l’effort d’individualisation entrepris par le peintre, et compare le profil du commanditaire, à un panneau peint conservé à Viterbe, où il serait aussi représenté (Pl.14)68. Francesca Manzari69, quant à elle, émet l’hypothèse que les deux cardinaux représentés dans les manuscrits d’Avignon (BM, 28 et BM, 133), soit deux portraits de Faydit d’Aigrefeuille, dont on voit les armes sur le premier manuscrit (Pl. 17-18). Représentés en pieds, un livre à la main70 ; ou agenouillés au pied de la Divinité, les commanditaires sont, quoiqu’il en soit, très présents dans leurs manuscrits, utilisés comme supports de ce que Éric Palazzo71 appelle leur « mémoire personnelle ». Cependant, les livres sont aussi tournés vers le présent et traduisent les préoccupations politiques de l’époque.

45Comme nous l’avons vu grâce aux éléments de biographie rassemblés dans l’inventaire, les prélats de ce corpus ont souvent une activité politique et diplomatique intense ; ils sont impliqués, en particulier pour les cardinaux, dans les affaires de la cour papale, et notamment dans la résolution du Grand Schisme à partir de 1378. La trace de ces événements, se retrouve dans l’enluminure de trois manuscrits tout particulièrement ; un Missel, un Livre de prières et un recueil de traités historiques.

  • 72 E. CASSEE, The Missal of Cardinal Bertrand de Deux… op. cit.

46Daté des années 1330-1340, le Missel commandé par Bertrand de Deux (Cité du Vatican, Bibl. Vatic., Cod. Cap. 63 B) a été étudié en détail par Elly Casse72, qui lui a consacré sa thèse. Au folio 306v de cet ouvrage, Elly Cassee souligne une association particulière. Dans une lettre historiée (Pl.13) est représentée la libération de saint Pierre ; un ange est en train d’ouvrir la porte de la prison, tandis qu’à ses pieds, les gardes gisent, endormis. Dans la marge inférieure, se trouve un portrait à mi corps du cardinal qui, les mains jointes, regarde la scène. Selon Elly Cassee, cette scène pourrait être une évocation directe de la papauté d’Avignon, à laquelle s’opposent beaucoup d’Italiens. De nombreux auteurs qui plaident pour le retour du pape, parmi lesquels Pétrarque et Catherine de Sienne établissent ce rapprochement entre l’emprisonnement de saint Pierre et l’exil de la papauté à Avignon. Ainsi, Bertrand de Deux, vicaire du pape en Italie, semble avoir adopté le point de vue des italiens, et c’est les mains jointes qu’il s’est fait représenter, priant pour que cette « libération » advienne.

  • 73 C. HECK, « La chapelle du Consistoire et les crucifixions dans la peinture murale avignonn (...)
  • 74 Christian Heck rappelle l’existence d’une fresque, datée des années 1360-1370, associant à (...)

47Ailleurs, il semble que ce soit au contraire la légitimité d’Avignon, que l’on cherche à affirmer. En étudiant l’iconographie des peintures murales de Villeneuve-lès-Avignon, Christian Heck73, a remarqué un type de Crucifixion particulier, représentant auprès du Christ, saint Jean l’Evangéliste et saint Jean-Baptiste. Ce thème des deux saints Jean, se rencontre quatre fois dans les peintures murales des palais de Villeneuve-les-Avignon, notamment dans la livrée de Guillaume Ier d’Aigrefeuille74. Selon Christian Heck, le fait que cette iconographie se soit développée de façon privilégiée à Avignon renvoie directement à la volonté de légitimer la nouvelle ville des papes. En effet, rappelle-t-il, le thème des deux saints Jean, est fréquent à Rome et provient à l’origine des décors du Baptistère de Saint-Jean-de-Latran (Ve siècle), dédicacé à saint Jean et à saint Jean-Baptiste. L’adoption du motif des deux saints Jean témoignerait donc, selon Christian Heck, d’une volonté de se réapproprier le prestige pontifical, qui fait défaut à Avignon.

  • 75 Cette image est visible en ligne sur le site Liber Floridus (http://liberfloridus. cines.f (...)
  • 76 P. GENEQUAND, « Clément VII a-t-il eu une politique méridionale ? », dans Le Midi et le Gr (...)

48De ce point de vue, l’iconographie d’un Livre de prières à la Vierge (Paris, Bibl. Mazarine, ms. 520) tiré de notre corpus est particulièrement intéressante. En effet, sur la première page du manuscrit (Pl. 36), est représentée une Vierge en Majesté, tenant l’Enfant sur ses genoux75. À gauche de son trône se trouve saint Jean Baptiste, qui, comme dans la fresque de la livrée d’Aigrefeuille, désigne du doigt, non plus la Crucifixion, mais son équivalent symbolique : un agneau nimbé. De l’autre côté, un saint présente à la Vierge un religieux. Est-il possible de reconnaître saint Jean, dans ce personnage jeune, aux cheveux bouclés ? Si c’était le cas, la présence de ce thème dans un manuscrit commandé par Jean d’Armagnac ne surprendrait pas. En effet, en plus de s’appeler Jean, l’archevêque d’Auch, est un proche de Clément VII, et grand défenseur de la papauté d’Avignon.76

  • 77 Également visible en lignes sur le site Enluminures (http://www.enluminures.culture.fr)
  • 78 CH. SAMARAN, R. MARICHAL, Catalogue des manuscrits… op. cit., T. Vi, 1, p. 97.

49Cependant, l’actualité politique n’est pas toujours traduite de façon si subtile. Comme dernier exemple, nous avons jugé utile d’évoquer le recueil de Traités historiques commandité par Guillaume de la Jugie (Avignon, BM, 1348), et possédé ensuite par son neveu, Pierre de la Jugie. Ce manuscrit a été orné de nombreux dessins à l’encre noire et rouge, placés autour des initiales et des réclames présentes dans les marges inférieures des feuillets. Parmi ces dessins, il faut relever celui du f. 96v77, qui ne manque pas d’un certain humour (Pl.24). Dans une barque, aux armes du pape Urbain V, le dessinateur a représenté trois personnages, dont on ne voit que le buste : le pape, coiffé d’une tiare et placé à l’avant ; deux cardinaux l’accompagnent, qui portent tous deux le chapeau cardinalice rouge. La scène a tout d’une caricature. Le pape, avec un nez bien souligné et des cheveux dépassant irrégulièrement de dessous sa tiare montre du doigt la direction empruntée par l’embarcation. L’un des deux cardinaux représenté est Guillaume de la Jugie, dont on reconnaît les armes, près de la tête. Par ailleurs, et c’est le Catalogue des manuscrits datés78 qui nous l’indique, on peut lire la phrase suivante, à côté du dessin : « Urbanus Romam navigat ». « Urbain navigue vers Rome », en référence à la tentative manquée de retour à Rome, d’Urbain V (1362-1370). En effet, celui-ci essaye entre 1367 et 1370 de ramener la papauté dans la Ville Éternelle. Il échoue cependant et le climat de troubles et de révoltes le pousse à rentrer à Avignon trois ans plus tard. L’aspect caricatural de ce dessin est-il le reflet d’un regard empreint d’ironie qu’aurait posé Guillaume de la Jugie sur ce retour manqué ? Une étude des textes de ce manuscrit permettrait sans doute d’apporter des réponses à ce sujet.

50L’enluminure des quelques exemples que nous avons vus, traduit donc des préoccupations ancrées dans l’actualité de l’époque. C’est un des aspects que l’inventaire espère pouvoir mettre en valeur. Le rassemblement méthodique de ces données, permettra ainsi d’apporter quelques réponses, sur l’idée que les prélats se faisaient de leur dignité et leur fonction.

51Au terme de l’évocation de ce premier inventaire, nous espérons avoir montré tout l’intérêt de la recherche qui reste à mener. Les manuscrits existent, ils sont nombreux, souvent enluminés, mais étudiés de façon inégale. Il s’agit de les répertorier, de s’assurer de leur appartenance au corpus, puis de constituer une base de références en la matière.

52À partir de celle-ci, il sera enfin possible de tirer des conclusions générales fiables sur les manuscrits commandés par des prélats méridionaux du XIVe siècle. Ainsi, cela devrait permettre de faire des rapprochements plus systématiques entre les manuscrits d’un même prélat, entre les carrières ecclésiastiques des commanditaires et l’étude iconographique ou stylistique des enluminures de leurs manuscrits, ou encore entre les manuscrits commandités par des prélats et des laïcs appartenant au même réseau, comme l’étude sommaire de notre inventaire le laisse préjuger. Par ailleurs, la question du rapport entre le commanditaire et son livre nous semble très prometteuse : les nombreux portraits, les références à l’actualité politique de la période, laissent penser que le décor des livres peut parfois donner des indices sur la personnalité de leur commanditaire ; et ce n’est pas le moindre intérêt de cette recherche.

Notes

1 É. NADAL, Un livre de prières à la Vierge : Paris, Bibliothèque Mazarine. Manuscrit d’origine méridionale réalisé en 1369 et 1408, mémoire de Master 1 sous la direction de Virginie CZERNIAK, Université de Toulouse II le Mirail, 2006.

2 Roma, Biblioteca Casanatense, MS 1909 et Windsor Castle, Royal library, 25009 ; 25010.

3 F. MANZARI, La miniatura ad Avignone al tempo dei papi, 1310-1410, Modène, F. C. Panini, 2007.

4 B. GUILLEMAIN, La cour pontificale d’Avignon : 1309-1376, étude d’une société, Paris, E. de Boccard, 1966, p. 155.

5 B. GUILLEMAIN. La cour pontificale d’Avignon… op. cit., p. 104. Les papes ont l’entière disposition des bénéfices depuis 1265 ; F. BERIAC (dir.), Les prélats, l’église et la société, XIe-XVe siècles, hommage à Bernard Guillemain, Université Michel de Montaigne, Bordeaux, CROCEMC, 1994, p. 286 : « ce sont les beaux jours ecclésiastiques des Gascons, puis des Cahorsins, et très massivement de la noblesse limousine ».

6 A.-L. REY-COURTEL Anne-Lise, « Les cardinaux du Midi pendant le Grand Schisme », dans Le Midi et le Grand schisme d’Occident, Cahiers de Fanjeaux, n° 39, Toulouse, Privat, 2003, p. 50. Selon l’auteur, ce favoritisme est un trait fondamental de la politique des papes d’Avignon.

7 Le Midi et le Grand schisme d’Occident, Cahiers de Fanjeaux, n° 39, Toulouse, Privat, 2003.

8 S. VALLERY-RADOT Sophie, « Les clercs français du Midi au concile de Constance », dans Le Midi et le Grand schisme… op. cit., pp. 443-460.

9 B. GUILLEMAIN B., La cour pontificale d’Avignon… op. cit., p. 134.

10 B. GUILLEMAIN, La cour pontificale d’Avignon… op. cit., p. 150.

11 P. BEC, La langue occitane, Paris, PUF, 1967, p 8-9.

12 J. CHELINI, Histoire religieuse de l’occident médiéval, Paris, Hachette, 1991, p. 478 et p. 483.

13 Bien que le Provence soit terre d’Empire, Sophie Vallery-Radot, rappelle que les Provençaux siègent au sein de la Nation française, cf. S. VALLERY-RADOT, « Les clercs français du Midi au concile de Constance », dans Le Midi et le Grand schisme… op. cit., p. 447.

14 Ainsi, en Gascogne, fief des rois d’Angleterre, ces derniers n’interviennent que rarement dans la nomination des évêques gascons, de même que dans les affaires ecclésiastiques en général. F. BERIAC, B. FROST, M. PHILIP, « Les évêques de Guyenne et le pouvoir, XIIIe-XVe siècles », dans F. BERIAC (dir.), Les prélats, l’église et la société… op. cit., p. 2.

15 A. DEMURGER Temps de crises, temps d’espoir, XIVe-XVe siècle, Paris, Le Seuil, 1990.

16 M.-H. JULLIEN DE POMMEROL, J. MONFRIN, Bibliothèques ecclésiastiques au temps de la papauté d’Avignon, T.II Inventaires de prélats et de clercs français, Paris, CNRS éd., 2001, pp. 247- 254, notice 348.54.

17 M.-H. JULLIEN DE POMMEROL., j ; MONFRIN, Bibliothèques ecclésiastiques… op. cit., p. 337.

18 Pour Gilles Bellemère voir dans M.-H. JULLIEN DE POMMEROL., J. MONFRIN, Bibliothèques ecclésiastiques… op. cit., p. 337 ; pour Jean d’Armagnac voir dans E. van CAUWENBERGH (dir.), A. de Meyer, (dir.), Dictionnaire d’histoire et de géographie ecclésiastique, Paris, Letouzey et Ané, 1930, t. IV, p. 268.

19 G. DUBY, L’art et la société : Moyen Âge, XXe siècle, Paris, Gallimard, 2002, p. 156, 828.

20 Nous avons ainsi écarté le manuscrit commandé par Étienne Loypeau, évêque de Luçon 1388 à 1409 (Paris, BnF, ms. lat. 8886).

21 Pour les listes d’évêques, nous avons utilisé J. BALTEAU (dir.), Dictionnaire de biographie française, Paris, Letouzey et Ané, 1933, 18 vol. ainsi que E. van CAUWENBERGH E (dir.), A. de Meyer (dir.), Dictionnaire d’histoire et de géographie ecclésiastique, Paris, Letouzey et Ané, 1930, 13 vol.

22 CH. SAMARAN, R. MARICHAL (éd.), Catalogue des manuscrits en écriture latine portant des indications de date, de lieux ou de copiste. T.I. Musée Condé et Bibliothèques parisiennes ; T.II. Bibliothèque nationale, fonds latin (n° 1 à 8000) ; T.III. Bibliothèque nationale, fonds latin (n° 8001 à 18613) ; T.IV, 1. Bibliothèque nationale, fonds latin (supplément) : nouvelles acquisitions latines, petits fonds divers ; T.V. Est de la France ; T.VI. Bourgogne, Centre, Sud-Est et Sud-Ouest de la France ; T.VII. Ouest de la France et Pays de la Loire, Paris, CNRS, 1959 à 1985, 7 tomes.

23 M.-H. JULLIEN DE POMMEROL J. MONFRIN, Bibliothèques ecclésiastiques au temps de la papauté d’Avignon, T.II Inventaires de prélats et de clercs français, Paris, CNRS, 2001.

24 Le tome IV, 2, concernant entre autres, le fonds français, n’est pas encore publié.

25 F. MANZARI, La miniatura ad Avignone…, op. cit.

26 Bibliothèque nationale. Catalogue général des manuscrits latins, Paris, Bibliothèque nationale, 1939- 1988, 7 vol ; Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France, Paris, depuis 1849.

27 C’est le cas du Missel de Bertrand de Déaux (Cité du Vatican, Bibl. Vat., Cod. Cap. 63B) étudié dans E.
CASSEE, The Missal of Cardinal Bertrand de Déaux : a study of 14th century Bolognese miniature painting, Florence, Istituto universatorio olandese di storia dell’arte, 1980.

28 Fasti ecclesiae gallicanae : répertoire prosopographique des évêques, dignitaires et chanoines de France de 1200 à 1500.

29 Ce sont dans l’ordre de parution : F. RYCKEBUSCH, Fasti ecclesiae…, op. cit., t. V, Diocèse d’Agen, Turnhout, Brepols, 2001 ; M. DESACHY, Fasti ecclesiae.. t. VI, Diocèse de Rodez, Turnhout, Brepols, 2002 ; PH. MAURICE, Fasti ecclesiae… op. cit., t. VIII, Diocèse de Mende, Turnhout, Brepols, 2004.

30 Voir le cas de Pierre de Mortemart, qui dans l’ouvrage de François DU CHESNE (Histoire de tous les cardinaux François de naissance (…), Paris, 1660, I, p. 456-458) est appelé « Pierre Govin ».

31 V. TABBAGH, Gens d’Eglise, gens de pouvoir : France, XIIIe-XVe siècle, Dijon, Éditions universitaires de Dijon, 2006, p. 90.

32 Cf. les livres qui sont énumérés dans le Catalogue des manuscrits datés (op. cit., t. V, p. 233-599) lui ont presque tous été remis par Guy de Roye, son prédécesseur à l’archevêché de Reims.

33 Selon Victor Leroquais, Les Pontificaux manuscrits des bibliothèques publiques de France, Mâcon, Protat frères, 1937, t. II, pp. 241-245) le blason de ce manuscrit « d’argent au lion de gueules, à la bordure des sable chargée de huit besants d’or » accolé d’une crosse, indique qu’il a appartenu à l’évêque Pierre de Saint Martial. Marguerite Pecqueur, « Répertoire des manuscrits de la Bibliothèques Sainte-Geneviève (…) » dans Bulletin d’information de l’IRHT, 1962, note 4, p. 75 conteste cette attribution, puisque selon elle les armes de Pierre de Saint-Martial sont d’azur à une escarboucle d’or. Tout récemment l’ouvrage de F. Manzari, La miniatura ad Avignone… op. cit., p. 159 est revenu sur cette question, pour se ranger à l’avis de Victor Leroquais.

34 Au total 40 manuscrits, pour 45 références (ouvrage en plusieurs volumes (Avignon, BM, ms. 337 et 338), manuscrits démembrés (trois références pour le missel de Jean d’Armagnac : Roma, Biblioteca Casanatense, MS 1909 et Windsor Castle, Royal library, 25009 et 25010).

35 C’est pour Jean Cardaillac que nous avons retrouvé le plus de manuscrits (5), mais deux d’entre eux sont douteux.

36 M.H. JULLIEN DE POMMEROL., J. MONFRIN, Bibliothèques ecclésiastiques au temps… op. cit., pp. 13 - 16.

37 Pour la description des manuscrits liturgiques, nous nous sommes appuyés sur J.-B. LEBIGUE, Initiation aux manuscrits liturgiques, Paris, IRHT, 2007. http://aedilis.irht.cnrs.fr/initiation-liturgie/accueil.htm

38 E. PALAZZO, L’évêque et son image : l’illustration du Pontifical au Moyen Âge, Turnhout, Brepols, 1999.

39 CH. SAMARAN., R. MARICHAL., Catalogue des manuscrits… op. cit., t. VI, 1, p. 381.

40 F. MANZARI, La miniatura ad Avignone…, op. cit., p. 225.

41 « Traités théologiques » cités par A. VERNET, « La bibliothèque de la cathédrale de Narbonne au Moyen Âge », dans Narbonne, archéologie et histoire… op. cit., p. 173 ; Catalogue général… op. cit., T. 38, pp. 673-676.

42 M.-H . JULLIEN DE POMMEROL., « Les livres dans les dépouilles des prélats méridionaux », dans Livres et bibliothèques, op. cit., p. 296.

43 Non précisés.

44 M.-H. JULLIEN DE POMMEROL, « Les papes d’Avignon et leurs manuscrits », dans Livres et bibliothèques (XIIIe-XVe siècles), op. cit., p. 148.

45 Catalogue général Bibliothèque nationale. Catalogue générale des manuscrits latins, Paris, Bibliothèque nationale, 1939-1988, 7 vol. et Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France. Paris, depuis 1849. Par contre elles étaient signalés dans CH. SAMARAN., R. MARICHAL, Catalogue des manuscrits… op. cit., 7 volumes.

46 Exemple : le « breviarum meum pulchrum » mentionné dans le testament de Guy de Malesec, transcrit dans F. DU CHESNE, Histoire de tous les cardinaux… op. cit., II, pp. 458-464.

47 Bien souvent le Catalogue général ne mentionne pas des initiales filigranées qui sont pourtant signalés dans le Catalogue des manuscrits datés.

48 On parle ainsi, pour notre corpus, d’un Bernard de Toulouse.

49 L.-H. LABANDE, « Les miniaturistes avignonnais et leurs œuvres », dans Gazette des Beaux Arts, t. XXXVII, 1909, p. 226.

50 F. MANZARI, La miniature ad Avignone… op. cit., p. 27.

51 Les fastes du gothique : le siècle de Charles V, Paris, Galeries nationales du Grand Palais, 9 octobre 1981 - 1er février 1982, Paris, RMN, 1981, p. 311, notice 262.

52 Les fastes du gothique… op. cit., pp. 353-354, notice 309.

53 H. CZAPLICKI-HARUNA, Les manuscrits enluminés toulousains de la fin XIIIe siècle au milieu du XIVe siècle : l’état de la question, mémoire de D.E.A, sous la direction de Michèle PRADALIER-SCHLUMBERGER, Université de Toulouse II, 2006, t. II, p. 22, planche 46.

54 F. MANZARI, La miniature ad Avignone… op. cit., p. 33.

55 E. CASSEE, The Missal of Cardinal Bertrand de Deux… op. cit., p. 21.

56 Y. CARBONELL-LAMOTHE, M. PRADALIER-SHLUMBERGER, « Le Pontifical de Pierre de la Jugie à Narbonne », dans Midi. Revue des sciences humaines et de la littérature de la France du Sud, 1, 1986, pp.19-25.

57 Y. CARBONELL, C. PELIGRY, « Le missel de la chapelle de Rieux du couvent des Cordeliers de Toulouse, B.M.T. 90 » dans Menestral, 1981, 26, pp. 14-23.

58 J. HAMBURGER, « The Casanatense Missal and painting in Guelders in the early fifteen century », dans Wallraf-Richartz Jahrbuch, t. XLVIII-XLIX, 1987-1988, pp.7-44.

59 F. MANZARI F., La miniatura ad Avignone… op.cit, pp.307-323.

60 Au cours de notre inventaire, nous avons associé ces deux manuscrits portant tous deux le nom de l’archevêque, à un lot de trois manuscrits par ailleurs mentionné dans son testament publié dans M.-H. JULLIEN DE POMMEROL, J. MONFRIN, Bibliothèques ecclésiastiques… op. cit., p. 247.

61 Cette particularité, bien connue pour le missel de Toulouse qui plus facilement accessible, nous a été révélée concernant l’autre ouvrage par la notice de CH. SAMARAN, R. MARICHAL, Catalogue des manuscrits… op. cit., t. II, 1, p. 481.

62 C. NORDENFALK, « Hatred, hunting and love : three themes relatives to some manuscripts of Jean sans Peur », dans I. LAVING, J. H. PLUMMER (éd.), Studies in late medieval and Renaissance painting in honor of Millard Meiss, New York, New York University Press, 1977, pp. 324-341.

63 F. MANZARI, La miniatura ad Avignone… op. cit., p. 247.

64 Les fastes du gothique… op. cit., pp. 353-354, notice 309.

65 Voir à ce sujet H. BELTING, Pour une anthropologie des images, Paris, Gallimard, 2004, pp. 153-181.

66 M. PASTOUREAU, « L’effervescence emblématique et les origines héraldiques du portrait au XIVe siècle », dans Bulletin de la Société nationale des antiquaires de France, 1985, pp 108-115.

67 E. CASSEE, The Missal of Cardinal Bertrand de Deux… op.cit., p. 43.

68 Entre autres indices, l’auteur cite l’habit franciscain du cardinal, l’origine française du saint qui l’accompagne (porteur de fleurs de lys), et l’artiste d’origine bolonaise.

69 F. MANZARI, La miniatura ad Avignone… op. cit., p. 184.

70 Missel de Jean Tissandier (Toulouse, BM, ms. 90)

71 E. PALAZZO, L’évêque et son image… op.cit., p. 60.

72 E. CASSEE, The Missal of Cardinal Bertrand de Deux… op. cit.

73 C. HECK, « La chapelle du Consistoire et les crucifixions dans la peinture murale avignonnaise du XIVe siècle : le renouvellement d’un thème d’origine romaine au service de l’affirmation de la légitimité pontificale », dans Genèse et début du Grand Schisme d’Occident : 1362-1394, Paris, Editions du CNRS, 1980, pp.431-443.

74 Christian Heck rappelle l’existence d’une fresque, datée des années 1360-1370, associant à la Crucifixion, la Vierge et saint Jean Baptiste, à la droite du Christ, saint Jean introduisant un prélat agenouillé, à gauche. Un peu à l’écart se trouve aussi saint François d’Assise.

75 Cette image est visible en ligne sur le site Liber Floridus (http://liberfloridus. cines.fr)

76 P. GENEQUAND, « Clément VII a-t-il eu une politique méridionale ? », dans Le Midi et le Grand schisme d’Occident, Colloque de Fanjeaux, n° 39, Toulouse, Privat, 2003, pp. 209-267, p. 172, note 43.

77 Également visible en lignes sur le site Enluminures (http://www.enluminures.culture.fr)

78 CH. SAMARAN, R. MARICHAL, Catalogue des manuscrits… op. cit., T. Vi, 1, p. 97.

Auteur

Université de Toulouse II Le Mirail

© Presses universitaires du Midi, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search