Version classiqueVersion mobile

Le livre dans la région toulousaine et ailleurs… au Moyen Âge

 | 
Sophie Cassagnes-Brouquet
, 
Michelle Fournié

Troisième partie. Des troubadours à l’humanisme

Un unicum méconnu : la Repetitio de inquisitione hereticorum de Nicolas Bertrand (Toulouse, 1512)

Cyril Daydé

Texte intégral

1Il en va de certains livres comme de certains auteurs : méconnus un temps ou franchement oubliés, leur destin semble un jour s’éclairer et enfin prendre sens. La Repetitio de inquisitione hereticorum de Nicolas Bertrand (Toulouse, 1512) cumule ces deux caractères.

2Cette répétition, écrite par un historiographe toulousain dans les premières années de l’humanisme juridique, fut initialement conçue comme une œuvre de circonstance doublée d’un exercice de style ; elle a souffert à la fois d’un faible tirage et du mépris que les écrivains des Lumières ont manifesté tant pour son auteur que pour son sujet. Ce sont précisément, à l’heure actuelle, les handicaps de son passé qui doivent constituer les angles d’attaque privilégiés de l’étude de ce texte, afin de servir à l’illustration de l’histoire du livre dans la région toulousaine.

I. Nicolas Bertrand : un homme épris d’érudition et pétri de civisme

  • 1 Nous restituons la chronologie d’après E. Roschach, « Étude sur l’historien Nicolas Bertrandi, aute (...)
  • 2 Cette locution latine signifiant « dans l’un et l’autre droit » fait référence à la fois au droit c (...)

3Issu d’une célèbre famille de notaires et d’avocats toulousains, Nicolas Bertrand (ca. 1469 – 1527) embrassa naturellement la carrière à laquelle le destinait sa naissance1. Il suivit les cours de l’Université de Droit et obtint ses diplômes : il fut bachelier en 1493, licencié en 1499, enfin docteur in utroque jure2 en 1506. Bien que les études, surtout celles de droit, fussent fort longues, le délai entre ses diplômes s’explique en partie par les charges qu’il exerça dans l’intervalle.

  • 3 La miniature des Annales de cette année nous est conservée, le portrait de Nicolas Bertrand y figur (...)
  • 4 Malgré l’assertion de E. Roschach, « Études sur l’historien… art. cit », p. 25 à propos de la « dou (...)
  • 5 Sa mort intervint entre mai 1527, date à laquelle il fit une déposition dans le cadre d’une enquête (...)

4Dès 1493 son père lui cédait deux petites maisons contiguës sises rue de Nazareth dans le quartier Saint-Barthélemy, à proximité de la porte Montgaillard, du Parlement, de l’Inquisition, et même de la place du Salin où se trouvait l’étude familiale. On le nomma assesseur de la municipalité de 1498 à 1504 ; on l’élut capitoul de son quartier de résidence – comme bon nombre de ses parents –, en 1499-1500 puis de nouveau en 1510-15113. Contrairement à l’idée jadis répandue, il est désormais établi que Nicolas Bertrand n’a pas exercé le métier de professeur titulaire, et seule la profession d’avocat lui est reconnue avec certitude4. Il fut enfin lieutenant principal du viguier de Toulouse de 1519 jusqu’à sa mort en 15275 ; c’était dans l’église Saint-Barthélemy, aujourd’hui détruite, que se trouvait son tombeau.

5Bien qu’enraciné dans la vie locale, Nicolas Bertrand ne répugna pas à voyager. Peut-être incité par les voyages que des clercs expérimentés, ayant traversé la France, l’Espagne et l’Italie, avaient pu raconter dans l’étude de son père au temps de son enfance, il se rendit lui-même à Paris dans le cadre de négociations municipales avec la Cour de France, à deux reprises en 1501, puis de nouveau en 1504.

6Son implication dans la vie publique toulousaine revêtit aussi une dimension culturelle et religieuse, puisqu’il fut chargé de prononcer la harangue latine du Gai-Savoir en 1504, fut mainteneur de la Gaie-Science en 1513, ainsi que bayle de la confrérie des Corps-Saints de Saint-Sernin en 1508.

7Les préoccupations caractéristiques de son œuvre furent le reflet des occupations auxquelles il employa sa vie publique : on y retrouve conjoints des centres d’intérêt d’ordre politique et religieux, abordés sous un angle historique et juridique. Sa conception du citoyen idéal, nourrie de ce double goût, apparaît clairement dans la préface du grand recueil qu’il publia en 1515 :

  • 6 Barthélemy Platine, auteur italien du XVe s.
  • 7 « Stoicorum laudatissimus (auctore quidem Platina, idest qui de optimo cive inscribitur libro) mos (...)

L’usage le plus louable des Stoïciens – selon l’auteur Platine6, qui a écrit un livre sur le citoyen idéal – était, lorsqu’ils raisonnaient sur la religion, de manifester ensuite leur attachement à la patrie, et ce afin d’animer le débat et, par-là même, de faire jaillir la Vérité, buts qu’en tous les cas ils ne poursuivaient pas en vain. […].7

8On ignore si ce programme fut défini a priori ou déduit a posteriori, mais une chose est sûre : il correspond à un état de fait.

  • 8 Nicolas Bertrand. Les Gestes des Tholosains et d’aultres nations de l’environ. Lyon, Olivier Arnoll (...)

9Car l’œuvre de Nicolas Bertrand couvre deux domaines : l’Histoire et la Religion, par le biais du Droit. Ses traités d’historiographie furent fréquemment regardés avec circonspection, comme un travail trop confiant en des sources peu fiables, mais ils demeurèrent communément salués comme une étude pionnière en la matière. L’Opus de Tholosanorum gestis ab urbe condita (Toulouse, 1515) constitue en effet le premier ouvrage de ce genre à Toulouse : cette cosmogonie urbaine a assuré le premier grand succès de l’imprimeur Jean Grandjean, entre autres grâce à ses deux belles gravures ; sa postérité a été prolongée par deux traductions françaises datées de 1517 et 15558.

10Dans la veine juridico-religieuse, Nicolas Bertrand revendique lui-même la paternité de deux opuscules :

  • 9 « [...] quantum per facultatem michi liceret satisfacerem, probatissimum Stoicorum morem imitatus u (...)

Autant que nous le permet notre talent oratoire, nous souhaitons y satisfaire et suivre [cet] excellent usage des Stoïciens, nous qui, lorsque l’intérêt de la religion l’exigeait [...], avons déjà fait imprimer (il y a peu) deux traités au sujet de la religion : le premier contre la condamnable erreur des alchimistes, et le second contre l’immonde, perfide et abominable secte des hérésiarques et des apostats. Nous y soutenions qu’il fallait observer la religion divine et le culte de Dieu, nous y affirmions qu’il fallait renoncer toujours plus à ces superstitions trompeuses, qui engendrent des hérésies occultes dans l’espoir du bien9.

  • 10 J. Raynal. Histoire de la ville de Toulouse, avec une notice des hommes illustres, Toulouse, Jean-F (...)

11L’historien moderne Raynal lui attribue un troisième mémoire : « Il mourut en 1527, après avoir composé un autre ouvrage, intitulé De Jurisconsultis10. »

  • 11 Ce qui pourrait se traduire ainsi : « traité contre l’immonde, perfide et abominable secte des héré (...)
  • 12 Nicolas Bertrand, Habetis hic, Romane fidei spectatissimi cultores, insignem ac unionibus comparand (...)
  • 13 Les marranes étaient des Juifs séfarades, soit contraints d’adopter une identité chrétienne par la (...)

12Malheureusement, un seul de ces trois traités juridiques nous est aujourd’hui conservé, et seulement sous forme d’un unicum. Il correspond à celui que son auteur désigne sous la périphrase « [traité] contre l’immonde, perfide et abominable secte des hérésiarques et des apostats11 », c’est-à-dire la Repetitio de inquisitione hereticorum12, déjà confiée aux soins de Grandjean. Cet opuscule est le commentaire d’une décrétale de Boniface VIII datée de 1298, décrétale dont le contenu fut discuté à Toulouse suite à un conflit de juridiction qui surgit dans cette ville en 1511, à propos du jugement posthume d’un marrane13, pour hérésie. Il s’agit donc à la base d’un ouvrage ponctuel.

II. Une œuvre de circonstance

13Nicolas Bertrand précise que ce sont des circonstances particulières qui l’ont poussé à prendre la plume :

  • 14 « Habetis hic [...] repetitionem [...] in [...] heresiarcham artis medice tamen professorem, celebe (...)

Vous avez entre les mains [...] une répétition [qui] dénonce l’hérésiarque, qui fut cependant professeur de science médicale : le très célèbre Gonzague de Molina. Ce dernier fut condamné par une sentence du for spirituel ainsi que par un arrêt de la haute cour [= le Parlement de Toulouse] ; il fournit à l’auteur une abondante matière et une bonne occasion de prendre la plume14.

  • 15 Archives départementales de Haute-Garonne, B 14, fol. 774v et 795v ; ms. 132, fol. 239. Archives mu (...)
  • 16 R. A. Jr Mentzer, « Marranos of Southern France in the Early 16th Century », The Jewish Quarterly R (...)
  • 17 R. A. Jr Mentzer, « Heresy Proceedings in Languedoc, 1500-1560 », Transactions of the American Phil (...)

14D’autres sources15 sont plus explicites quant à la situation judiciaire en question. En octobre 1510, un professeur en médecine du nom de Gonzalve de Molina, d’origine catalane, fut déclaré hérétique et apostat par l’inquisiteur de la ville et les grands vicaires de l’archevêque, pour avoir irrévérencieusement placé dans une petite pièce de tissu l’hostie consacrée qu’on lui présentait sur son lit de mort. Et s’il apparaît que l’accusation de profaner le pain eucharistique était fréquente à l’encontre des marranes, les affaires de ce type n’atteignaient jamais l’ampleur de celle-ci16. En effet, Molina étant mort dans l’intervalle, son cadavre fut exhumé pour être brûlé place Saint-Étienne. Or le juge-mage, chargé de procéder à cette exécution, prétendit qu’on devait lui communiquer le procès, afin de déterminer précisément de quelle hérésie relevait Molina car, disait-il, il existait différentes hérésies, auxquelles s’appliquaient différentes lois et peines. Au contraire, l’inquisiteur et les grands vicaires soutinrent qu’il n’était que le simple exécuteur de la peine du feu, universelle quelle que soit l’hérésie. Le juge-mage leur en tint grief et il saisit alors le Parlement, qui n’en demandait pas tant. Ce dernier examina le dossier avec zèle, et deux conseillers assistèrent au procès posthume qui fut alors révisé ; la peine du feu fut confirmée. La Cour continua ensuite d’appointer ses conseillers pour qu’ils servissent dans ces « commissions ecclésiastiques » au cours des décennies 1520 et 153017.

  • 18 R. A. Jr Mentzer, « Heresy... art. cit. », p. 26.

15D’une part, cette affaire fut utile au Parlement pour établir un précédent de procédure qui institutionnalisait son ingérence dans l’Inquisition jadis peu favorable à son intervention. Et d’autre part, elle marqua durablement l’esprit des Toulousains, puisqu’une vingtaine d’années plus tard un procureur des encours de l’Inquisition à Toulouse, un certain Jean de Saint-Amand, fut soupçonné d’hérésie, et ces soupçons furent aggravés par le lieutenant de l’inquisiteur. Ce dernier dénonçait le fait que Saint-Amand était allié aux marranes par les liens du mariage, car son épouse était la petite-fille de Gonzalve de Molina18. Son souvenir ne s’était donc pas perdu.

III. Un exercice de style

16Néanmoins, on ne saurait réduire la Repetitio à un simple livre de circonstance, motivé par une épineuse question de juridiction greffée sur une sordide histoire de procès posthume. Conformément au programme qu’il allait présenter quelques années plus tard dans l’Opus, Nicolas Bertrand exprimait son envie déjà ancienne d’écrire contre les hérétiques :

  • 19 « Cum ergo in Tholosa versarer, et purpurate Universitatis essem colonus, volui aliquid garrire de (...)

En effet, comme je me trouvais à Toulouse, et que j’y fréquentais l’Université vêtue de pourpre, j’ai souhaité mener quelque bavardage au sujet de la foi, contre les hérétiques, et dédier cet ouvrage à l’Université de ladite ville de Toulouse, ainsi qu’aux écoliers qui en suivent les cours.19

  • 20 Ces données chiffrées sont seulement destinées à fournir un ordre de grandeur ; elles n’ont aucune (...)

17Concrètement, Nicolas Bertrand propose un traité, en latin naturellement, d’environ 16 000 mots répartis en plusieurs ensembles intellectuels assez librement rassemblés20 :

  1. – Nombreuses anecdotes historiques assimilant la profanation d’hostie à la plus grave des offenses divines, à l’hérésie la plus inacceptable (environ 3 500 mots).

    • 21 De retour d’Espagne où il venait de mater un général rebelle (- 72), Pompée fonda le fort de Lugdun (...)

    – Courte note, riche de références littéraires variées, au sujet du peuple aquitain des Convènes21 (presque 1 500 mots).

  2. – Définition des éléments constitutifs du crime d’hérésie selon les jurisconsultes et selon différents cas concrets (un peu plus de 3 500 mots).

  3. – Commentaire juridique, émaillé de nombreuses références aux jurisconsultes, afin de cerner le sens de tel ou tel mot sous leur plume (un peu plus de 8 500 mots).

  4. – Brève conclusion philosophique et historique : l’auteur fait part de ses inquiétudes face à l’hérésie marrane qui menace sa douce patrie toulousaine (un peu plus de 350 mots).

18Le style de Nicolas Bertrand est tout à fait maîtrisé, représentatif de cette façon fleurie de composer, héritée à la fois de la tradition scolastique médiévale et de la redécouverte des classiques latins au cours de la période pré-humanistique. Néanmoins la grande masse de citations ou allégations scripturaires et juridiques demeure dans la droite ligne de la composition savante médiévale, qui procède principalement par parataxe ou par énumération. Si le commentaire relève parfois d’une présentation de forme simple : « question / réponse », il ne s’agit que d’une simplicité de façade qui cache une construction rigoureuse. La grande habileté de l’auteur consiste à entortiller son raisonnement sans jamais le faire rompre, à couler sa langue ample et rhétorique dans un moule de forme étriquée.

  • 22 Nicolas Eymerich, théologien espagnol du XIVe siècle. Entré jeune au couvent des Dominicains de Gér (...)

19Le terme de repetitio, choisi par l’auteur, doit être regardé comme un indice sur la portée de l’œuvre. Un esprit contemporain, influencé en cela par la popularité de certains manuels d’inquisiteurs – tel celui d’Eymerich22 mais pas seulement –, pourrait se faire abuser par la référence à l’inquisition contre les hérétiques, et se croire ici en présence d’un exemple de cette littérature pragmatique. Or il n’en est rien, car une répétition médiévale n’est pas un manuel : c’est un exercice universitaire, le commentaire en latin d’un texte juridique difficile ou richement glosé. Dans le cas qui nous intéresse, le texte commenté est la décrétale « Ut Inquisitionis », qui constitue le chapitre XVIII du titre II intitulé « De Haereticis », dans le livre V du Sexte. Cette décrétale, de 400 mots environ, est adressée aux inquisiteurs de la Foi, auxquels elle indique que les seigneurs temporels doivent leur prêter main forte et ne pas connaître du crime d’hérésie, sous peine de sanction. Il semble que le conflit survenu à Toulouse en 1511, entre l’inquisiteur et le juge-mage, sous le regard intéressé du Parlement, ait évoqué à Nicolas Bertrand quelque similitude avec le texte en question.

  • 23 Dans le cas présent, la répétition représente 40 fois la taille du texte de la décrétale qu’elle co (...)
  • 24 Étienne Aufréri, juriste toulousain de la seconde moitié du XVe siècle. Titulaire d’une chaire de d (...)

20Il convient de préciser en outre que le sens même de cet exercice n’a pas été toujours statique. Loin des répétitions de forme classique du XIIIe siècle, celles des XVe et XVIe siècles atteignaient parfois des proportions remarquables23 : c’étaient de véritables morceaux de bravoure destinés à prouver la valeur de leur auteur, capable de déployer toute l’étendue de son érudition. Par exemple, la répétition composée en 1486 par le toulousain Étienne Aufréri sur la Clémentine « Ut clericorum » était son « principium », c’est-à-dire son cours inaugural. Elle fut augmentée et remaniée avant d’être publiée à titre posthume en 151224.

21Il est difficile de dire dans quelle mesure la Repetitio de inquisitione hereticorum eut un sort semblable. De même, nous ignorons si elle provient d’un écrit antérieur sur l’hérésie enrichi ensuite de réflexions sur Molina pour le mettre au goût du jour, ou bien si l’ensemble de ce texte fut écrit d’un seul jet dans les circonstances évoquées plus haut. La première hypothèse ne nous semble pas impossible, puisque les deux moitiés de l’œuvre, celle composée par les trois premières parties, et celle constituée par le commentaire juridique à proprement parler, n’invoquent pas les mêmes autorités savantes, et qu’il n’est absolument pas question de Molina dans la seconde moitié, comme si le début et la conclusion, où apparaît le nom de cet hérétique, avaient été ajoutés dans un second temps, pour enrober le commentaire. Rien n’empêche de penser que ce commentaire fut professé, peut-être dans le cadre d’un cours libre, et que le texte dont nous disposons est une version amplifiée de ce cours, complétée de mentions à Molina pour ancrer le noyau juridique relatif à la décrétale « U t inquisitionis » dans l’actualité brûlante de la vie publique toulousaine.

IV. Une forme sans grande originalité et un faible tirage

  • 25 C’est-à-dire à l’emplacement de l’actuelle place du Capitole. D’après M.-Th. Blanc-Rouquette, « L’é (...)

22Après l’étape de la rédaction qui fit naître le livre comme ferment intellectuel, il convient de décrire la mise en livre qui le changea en objet matériel. La Repetitio est due à l’atelier de Jean Grandjean, sis rue de la Porterie25 ; le colophon (fol. 21v) porte la date du 19 juillet 1512. Il s’agit d’un in-4° qui compte 22 folios, répartis en 4 cahiers inégaux portant les signatures Ai — > Diii, précédés d’un premier feuillet non signé. Le papier a une épaisseur de 0,15 mm, pour une force d’environ 110 g/m2.

  • 26 Le « M » et le « q » portant abréviation et valant pour « qui » atteignent respectivement une large (...)
  • 27 H. Harisse, Les premiers incunables bâlois et leurs dérivés : Toulouse, Lyon, Vienne en Dauphiné, S (...)

23Sur chaque folio, la surface à écrire mesure entre 99 et 99,4 mm de large pour 147,7 à 148,4 mm de haut. Chaque page compte 43 lignes écrites ou vierges. Chaque ligne a une hauteur de 3,5 mm dont un interligne de 1,4 mm réparti à égalité en tête et en pied ; une ligne moyenne compte environ 64 caractères (espaces comprises). Chaque caractère mesure entre 0,7 et 4,9 mm de large pour 2,1 à 3,8 mm de haut26, les approches ont une largeur de 0,3 mm et les espaces entre 0,9 et 1,8 mm. La police utilisée est une gothique, trapue mais tout à fait lisible malgré sa petite taille, grâce à sa sobriété formelle. Ses courbes la rendent moins anguleuses qu’une textura traditionnelle, c’est donc une lettre de somme, appelée « rotunda » dans la région toulousaine. On estime que ce type a été importé d’Italie par des imprimeurs lyonnais27.

  • 28 On ne saurait établir de statistiques précises sur ce point, tant le taux d’abréviations varie fort (...)

24Ces caractéristiques n’ont rien de surprenant pour un ouvrage de cette sorte, d’autant plus que les abréviations, parfois sévères28, qui constellent le texte sont usuelles pour qui fréquente les traités juridiques de la fin du Moyen Âge. Il faut noter en outre un certain nombre de coquilles typographiques, notamment une confusion récurrente entre des « u » et des « n » imputable à un mauvais rangement des caractères dans la casse.

25Le texte est agrémenté de quelques caractères distinctifs : une lettrine rectangulaire de 53,2 x 63,5 mm soient 18 lignes de haut (fol. 2), et quatre lettrines carrées d’environ 22 mm de côté soient 6 lignes de haut, concentrées au début (deux occurrences au fol. 2v, une au fol. 3, une autre au fol. 5v). L’aspect abîmé de leur encadrement suggère des caractères xylogravés, déjà usés, mais faciles à intégrer à une composition à caractères mobiles métalliques.

  • 29 Nous reproduisons en annexe A le fol. 1, dont cette xylographie.
  • 30 L. Fèbvre, H.-J. MARTIN, F. BARBIER, postface. L’apparition du livre, Paris, Albin Michel, 1999 (3e(...)

26C’est encore une xylographie qui orne le bas de la première page et le haut de la dernière (fol. 1 et fol. 22, ce dernier étant par ailleurs entièrement vierge). Bien que l’illustration soit rigoureusement similaire aux deux endroits, elle a été reportée à partir de deux matrices de bois différentes, de taille sensiblement différente : 101 x 71,5 mm (fol. 1) et 99 x 71 mm (fol. 22). Elle représente deux bourreaux qui encadrent un grand feu où brûlent deux cadavres et d’où s’échappent trois esprits malveillants29. Les bords abîmés du cadre extérieur suggèrent que cette pièce a déjà été utilisée pour d’autres éditions, ou bien que l’exemplaire que nous avons observé n’appartient pas aux premiers de ce tirage. La première hypothèse ne paraît pas fantaisiste, car nous savons que les typographes toulousains achetaient volontiers leurs gravures à des imprimeurs lyonnais, lesquels importaient leur matériel d’Allemagne et d’Italie, et voyaient en Toulouse le relais idéal vers l’Espagne30.

27À l’heure actuelle, aucun document n’a été conservé au sujet du tirage de cette œuvre, et il serait bien miraculeux que cette information soit connue un jour. on ne saurait cependant s’en tenir au constat de cette lacune. Divers recoupements permettent de proposer une fourchette de probabilité.

28D’abord, la population toulousaine au début du XVIe siècle est estimée entre 40 000 et 50 000 habitants, et le recrutement de l’Université n’excédait pas 2 000 étudiants.

29Ensuite, les chiffres relatifs aux incunables et post-incunables marquent une nette progression par rapport aux manuscrits, mais sont encore largement inférieurs à ceux de la production des années 1530 et suivantes. À titre d’exemple, la Bible de Gutenberg (Mayence, ca. 1452-1454) fut tirée à environ 130 exemplaires. Celle de Léonard Wild (Ratisbonne puis Venise, 1478) à 930 exemplaires. Le bréviaire à l’usage de Nantes par Jean Vignon (Paris, 1518) fut tiré à 1 300 exemplaires. Les statuts synodaux du diocèse de Sens par Nicolas Higman (Paris, 1524), à 750 exemplaires. L’édition in-folio par Josse Bade (Paris, 1528) de la traduction que Claude de Seyssel fit de Thucydide se monta exceptionnellement à 1225 exemplaires. Les statuts de la ville d’Avignon par Pierre Roux (Avignon, 1571) connurent 500 exemplaires. Outre la succession de chiffres, il faut retenir l’évolution de l’ordre de grandeur, et tenir compte surtout de la nature du texte. Une œuvre au sujet profane, à caractère local, et sans application pratique, a bien moins de lecteurs potentiels qu’un livre religieux, œcuménique, utilisé quotidiennement. Les imprimeurs ne furent jamais de purs philanthropes, si bien que leurs investissements se voulaient rentables avant tout.

  • 31 L. Fèbvre et al., L’apparition… op. cit., p. 271. Toutes les données chiffrées de ce paragraphe son (...)

30Enfin, les chiffres totaux ne sont pas vides de sens : « De 1500 à 1599, au total 25 000 livres sont imprimés à Paris, 15 000 à Lyon. Loin derrière ces deux centres, Rouen, Toulouse, Poitiers, Troyes, Angers, Grenoble et Bordeaux31. » Par conséquent, on ne saurait faire injustice à la Repetitio en présumant que sa production fut modeste, peut-être de l’ordre de 150 à 450 exemplaires.

  • 32 À titre de comparaison, nous proposons en annexe B une liste indicative des exemplaires d’œuvres de (...)

31De ce nombre, quel qu’il soit, il n’y a manifestement qu’un seul survivant32. Cette rareté de fait s’explique peut-être par l’absence délibérée de reliure d’origine, qui a rendu cette plaquette vulnérable, et par une utilisation temporaire, éphémère, qui a conduit à la destruction ou au dépérissement rapide de ces exemplaires fragiles. En effet, le paradoxe de notre étude est de reposer sur un imprimé désormais réduit à l’état d’unicum par les tribulations de son histoire. Cet exemplaire orphelin est actuellement conservé à la Bibliothèque nationale de France (BnF) à Paris, sous la cote RES-H-2276, laquelle indique qu’il est considéré comme un livre rare ou précieux, et sa communication au public est donc extrêmement contrôlée pour des raisons de conservation. Il est possible, en revanche, de consulter le microfilm qui en a été tiré, disponible à la BnF et dont une copie se trouve au Centre des Ressources Occitanes et Méridionales (CROM) à Toulouse.

32Mais avant de s’enfoncer trop loin dans l’histoire de cet exemplaire rescapé, il n’est peut-être pas inutile de tracer à grands traits le récit de la réception de l’œuvre à l’Époque moderne...

V. Une histoire marquée par le mépris des Lumières et une refonte au XIXe siècle

  • 33 Sur l’identification des armes : E. Olivier, G. Hermal, R. de Roton. Manuel de l’amateur de reliure (...)

33Notre exemplaire unique est marqué des strates de son histoire. Les signes les plus anciens ne sont guère postérieurs à l’édition. Ils consistent en une cinquantaine de notes marginales manuscrites. Une observation attentive révèle que ces mentions s’apparentent à des manchettes, puisqu’il s’agit de la transcription en marge de mots du texte, essentiellement des noms d’auteurs et des titres de paragraphes. Cette même observation dévoile aussi deux séries de manchettes distinctes : l’une d’une plume fine à l’encre marron, l’autre d’une plume plus large à l’encre gris foncé. La seconde est postérieure, puisqu’elle repasse (fol. 3v), complète (fol. 4) voire biffe et corrige (fol. 3) les mentions de la première. Un rapide examen paléographique permet d’identifier deux mains différentes, la première sèche et droite, la seconde plus cursive et légèrement penchée ; l’une et l’autre se rattachent à des écritures humanistiques, notamment à cause de ligatures en tête de -c- et de ligatures tilde + -s-, caractéristiques du premier XVIe siècle. Le propriétaire de la plume la plus épaisse est aussi l’auteur d’un blason à l’écu de cuir et à trois molettes, d’une taille de 45 x 58 mm, placé après le colophon (fol. 21v). L’emplacement choisi pour ces armes révèle d’une part qu’il s’agit d’une marque de possession, d’autre part que l’édition originale était présentée cousue mais non reliée, sinon les armes auraient figuré sur la couverture, le contre-plat, ou la page de garde. Le recours à un répertoire indique que le possesseur en question fut l’humaniste lyonnais Benoît Le Court, dont la riche bibliothèque fut partiellement vendue à sa mort en 155933.

34Dès lors, on ignore ce qu’il advint de la Repetitio pendant les deux siècles suivants. Dans l’intervalle, l’indifférence le disputa au mépris. Il est significatif de constater que nous perdons la trace des ouvrages juridiques de Nicolas Bertrand, alors que la postérité de ses traités historiques fut ininterrompue. L’Opus (1515) fut traduit en français, une première fois par l’auteur en personne (1517), puis une seconde fois par son disciple Guillaume de La Perrière (1555). Par la suite, Toulouse suscitera plusieurs histoires, notamment celles de Noguier (1556), Catel (1633), La Faille (1687-1701), Raynal (1759) et d’Aldéguier (1830-1835). Ainsi, la durée moyenne de renouvellement historiographique était comprise entre un demi-siècle et trois-quarts de siècle, soient deux à trois générations. On peut raisonnablement supposer que cette durée correspond au délai de péremption d’une œuvre ; les traités de Nicolas Bertrand semblent avoir connu la même longévité que ceux de ses successeurs. Pourtant, les auteurs des Lumières n’eurent pas toujours des mots tendres envers lui. Raynal, par exemple, l’éreinte dès les premiers mots de sa préface :

  • 34 J. Raynal, Histoire de la ville… op. cit., Préface (non paginée).

Étienne Ganno, Nicolas Bertrand, Antoine Noguier, qui vivoient à la fin du XVe siècle ou au commencement du XVIe, et qui ont écrit les premiers l’Histoire de la Ville de Toulouse, l’ont si fort défigurée par un mêlange monstrueux de mensonge et de vérité, que tout homme judicieux lit avec défiance ou rejette avec mépris ces ouvrages produits par la supercherie ou par l’ignorance34.

35Du Mège lui adresse par ailleurs les mêmes reproches, mais avec moins de partialité :

  • 35 Cette remarque est anachronique : Noguier est postérieur à Bertrand.
  • 36 A. du Mège, E.-L. DE LA Mothe-Langon, Biographie toulousaine ou dictionnaire historique des personn (...)

Selon Catel, Nicolas Bertrand fut homme assez diligent et curieux, mais il ajouta trop de foi aux fables. Parmi beaucoup de choses qu’il a empruntées à Ganno et à Noguier35, on trouve des indications intéressantes, des faits remarquables qui ont été oubliés par les autres historiens de Toulouse36.

36La relative indulgence dont il bénéficia doit beaucoup à sa position de pionnier, et son plus proche suiveur Noguier ne put s’en prévaloir :

  • 37 Ibid., t. II, p. 102.

Cet auteur, un des plus pitoyables écrivains qui puisse exister, mit au jour [...] un ouvrage [...] dans [lequel] il a semé tout ce que l’ignorance, la crédulité et l’emphase ont de plus ridicule et de plus ennuyeux. Noguier, sans l’annoncer, copie effrontément Nicolas Bertrand, son devancier de quelques années [...]37.

37En somme, le principal grief adressé à Noguier fut son manque d’esprit critique, tandis que Nicolas Bertrand demeurait salué pour son initiative novatrice, bien qu’un peu naïve.

38Les jugements qui précèdent portent sur l’œuvre historique de notre auteur, car son œuvre juridique fut longtemps ignorée. Néanmoins, le sujet même de l’Inquisition fut largement traité, et à partir du XVIIIe siècle ce ne fut guère qu’en mauvaise part.

  • 38 Cette expression « parmi nous » est une double indication, à la fois complément circonstanciel de t (...)
  • 39 J. Raynal, Histoire de la ville… op. cit., p. 81 et 87. Quelques décennies plus tard, d’Aldéguier d (...)

L’établissement de l’Inquisition, ce trait intéressant de l’Histoire ecclésiastique, qui fera un monument éternel de l’ambition des Papes et de l’ignorante crédulité des fideles, dans le XIIIe siècle, appartient particulierement à l’Histoire de Toulouse. C’est dans cette Ville qu’on a jetté les premiers fondemens de ce Tribunal singulier et redoutable, érigé d’abord pour le triomphe de la Réligion, et justement proscrit, parmi nous38, par l’abus qu’il fit, dans la suite, de cette réligion même : [...]. Par cette loi barbare, dont l’abus étoit également facile et inévitable, on privoit les accusés de la juste défense que tous les autres tribunaux leur permettent, on autorisoit l’imposture en assurant le secret, et par conséquent l’impunité aux dénonciateurs ; et ce juge, établi pour épurer les moeurs et conserver la Foi, devenoit le ministre des passions, au lieu d’être l’organe de la justice et de la vérité.39

39Ainsi, il y eut une véritable volte-face de la mémoire de l’inquisition toulousaine à l’époque moderne. Dans ce contexte historiographique défavorable, nous perdons temporairement la trace de la Repetitio. Elle semble réapparaître, sous la forme de l’unicum déjà cité, vers le milieu du XIXe siècle. Au gré des ventes de livres anciens, rares et/ou illustrés, l’exemplaire de Benoît Le Court échut à la famille Rothschild. Ceux-ci offrirent à notre livre une reliure « à neuf », comme ils le faisaient ordinairement, mais ici d’autant plus que l’original n’en avait jamais bénéficié auparavant. Il s’agit en l’occurrence d’une couverture en basane fauve avec encadrement extérieur de trois filets dorés marqué d’un petit fer à fleuron aux angles. Les gardes sont en papier marbré peigné fin, et trois gardes blanches ont été ajoutées. Le verso de la première garde volante porte la signature du relieur et doreur Koehler, actif à Paris entre 1834 et 1849, ainsi qu’une mention signée Michel Hennin (mort en 1863) concernant la rareté en France au XVIe siècle du type de l’illustration décrite précédemment.

40Il appert que cette reliure fut commanditée par un bibliophile plus que par un érudit, parce que le massicotage des folios au format 130 x 186 mm a amputé une partie des manchettes de Benoît Le Court. Les marges supérieures mesurent désormais 10 mm, extérieures 23 mm, intérieures 9 mm, inférieures 29,8 mm. Les chasses mesurent 5 mm, les ais ont donc une dimension de 137 x 191 mm. À la mort de Salomon de Rothschild (1864), sa riche collection passa entre les mains de sa cousine et veuve Adèle. Le décès de cette dernière en 1922 entraîna l’application de ses dispositions testamentaires : la Bibliothèque nationale choisit les exemplaires qu’elle jugea intéressants pour ses collections ; ils entrèrent l’année suivante à la Réserve sous le numéro de don 184.250. À l’intérieur de ce fonds dispersé dans la cotation, la Repetitio porte le sous-numéro 25, et la cote RES-H-2276.

  • 40 L. Fèbvre et al., L’apparition du livre… op. cit., chap. IV et VIII.

41Finalement, le statut d’unicum de la Repetitio de inquisitione hereticorum a joué en sa faveur, puisque sa rareté l’a fait classer au sein d’un service de conservation pour livres précieux. Sa présence à Paris, qui a pris un tour définitif en 1923, ne doit pas occulter la formidable circulation de notre exemplaire unique : composé à Toulouse par un Toulousain et dédié d’abord aux universitaires de cette ville, il fut rapidement acheté par un humaniste lyonnais, ce qui nous informe sur les canaux d’échanges intellectuels et commerciaux à cette époque. Il semble donc que la Repetitio illustre parfaitement deux des aspects étudiés par Lucien Fèbvre : le livre est à la fois une marchandise et un ferment40. À l’heure actuelle, c’est la seconde dimension qui mériterait d’être davantage explorée, parce que la mémoire de l’Inquisition toulousaine à l’époque moderne n’a pas encore fait l’objet d’une étude approfondie. Il s’agit pourtant d’un aspect original de la production imprimée dans le Midi toulousain.

Annexes

Annexe A : la Repetitio de inquisitione hereticorum, fol. 1

(reproduction page suivante d’après le microfilm conservé au CROM, échelle à titre indicatif)

Annexe B : les exemplaires d’œuvres de Nicolas Bertrand repérés à ce jour

(relevé effectué à partir des catalogues et métacatalogues en ligne, après suppression des doublons)

 

Repetitio de inquisitione hereticorum (Toulouse, 1512) :

France – 1 imprimé + 2 microfilms (mais un seul est catalogué).

 

Opus de Tholosanorum gestis (Toulouse, 1515) :

France – 24 imprimés + 2 microfilms
Allemagne – 1 imprimé
Royaume-Uni – 4 imprimés
Danemark – 1 imprimé
États-Unis – 2 imprimés.

 

Les Gestes des Tholosains et d’aultres nations de l’environ (Lyon, 1517) :

France – 7 imprimés
Royaume-Uni – 1 imprimé
Autriche – 1 imprimé.

 

Les Gestes des Tolosains et d’autres nations de l’environ (Toulouse, 1555) :

France – 7 imprimés + 1 microfilm
Royaume-Uni – 1 imprimé
Autriche – 1 imprimé.

Nota : Les chiffres qui précèdent doivent être étudiés avec prudence, et ne sont pas proportionnels à la production imprimée de chaque titre. Même s’ils en donnent un ordre d’idée, ils dépendent aussi des conditions d’utilisation et de conservation ainsi que des destins aléatoires des exemplaires. Les collections privées échappent à notre liste.

Notes

1 Nous restituons la chronologie d’après E. Roschach, « Étude sur l’historien Nicolas Bertrandi, auteur des Gesta Tholosanorum », Bull. Acad. sci. inscr. b.-lett. Toulouse. Toulouse, t. 1, pp. 25-27 (séance du 2 déc. 1897). Repris dans M. Fournié, « Hagiographie et sainteté dans l’œuvre de l’historiographe toulousain Nicolas Bertrand », Hagiographie et culte des saints en France méridionale (XIII-XVes), Toulouse, Privat, 2002 , Cahiers de Fanjeaux, n° 37, pp. 175-203.

2 Cette locution latine signifiant « dans l’un et l’autre droit » fait référence à la fois au droit civil et canon.

3 La miniature des Annales de cette année nous est conservée, le portrait de Nicolas Bertrand y figure à l’extrême gauche. Archives Municipales de Toulouse, BB 273, Les Annales manuscrites, Livre 1, chronique 188 (1510-1511).

4 Malgré l’assertion de E. Roschach, « Études sur l’historien… art. cit », p. 25 à propos de la « double carrière de professeur et d’avocat » de Nicolas Bertrand, il semble qu’il n’ait jamais tenu de chaire en qualité de titulaire ; mais il a probablement donné des cours libres en tant que maître indépendant ou « hallebardier ». Henri Gilles rappelle en outre que le titre de régent, voire de « professeur », désigne un état plus qu’un métier. D’après « La succession des chaires à la faculté de droit de Toulouse au XVIes », Université de Toulouse et enseignement du droit : XIIIe-XVIes. Toulouse, SEDUSS, 1992 ; pp. 249-341. Cf. également G. Cazals, Guillaume de La Perrière (1499-1554) ; Un humaniste à l’étude du politique, thèse de doctorat, Toulouse, Université des Sciences Sociales, 2003, vol. 1, p. 37.

5 Sa mort intervint entre mai 1527, date à laquelle il fit une déposition dans le cadre d’une enquête municipale, et la fin de cette même année, puisque le nom de son fils François apparaît en lieu et place du sien, dans le rôle des impôts. D’après E. Roschach, « Etudes sur l’historien… art. cit »., p. 27.

6 Barthélemy Platine, auteur italien du XVe s.

7 « Stoicorum laudatissimus (auctore quidem Platina, idest qui de optimo cive inscribitur libro) mos fuit, ubi de religione disseruissent, secundo loco charitatem patrie disceptandi et veri inde excutiendi gratia proponere, quod utique non ab re ab eis factum est. » Nicolas Bertrand, Opus de Tholosanorum gestis ab urbe condita, Toulouse, Jean Grandjean, 1515, fol. + VI.

8 Nicolas Bertrand. Les Gestes des Tholosains et d’aultres nations de l’environ. Lyon, Olivier Arnollet pour Antoine Le Blanc, 1517, 74 fol. ; Nicolas Bertrand, Guillaume de La Perrière (traduc.), Les Gestes des Tolosains et d’autres nations de l’environ. Toulouse, Jacques Colomiès, 1555, 77 fol.

9 « [...] quantum per facultatem michi liceret satisfacerem, probatissimum Stoicorum morem imitatus ut qui primum [...] binos ad religionem spectantes tractatus emissos (nec diu est) confecerim : alterum quidem in improbum Alkymistarum errorem, alterum vero et deinceps in spurcam ac perfidam nephandamque heresiarcharum et apostatarum sectam ; unde divinam religionem Deique cultum observandum esse inibi disserimus, superstitiones vero illas fucatas et sub specie boni contectas hereses alentes nunquam satis detestandas contenditur. » Nicolas Bertrand, Opus... op. cit., fol. 2.

10 J. Raynal. Histoire de la ville de Toulouse, avec une notice des hommes illustres, Toulouse, Jean-François Forest, 1759, p. 338.

11 Ce qui pourrait se traduire ainsi : « traité contre l’immonde, perfide et abominable secte des hérésiarques et des apostats ».

12 Nicolas Bertrand, Habetis hic, Romane fidei spectatissimi cultores, insignem ac unionibus comparandam repetitionem [super] capitulo “Ut inquisitionis” [in titulo] “De hereticis” in Sexto […], dite “Repetitio de inquisitione hereticorum”, Toulouse, Jean Grandjean, 1512, 22 fol.

13 Les marranes étaient des Juifs séfarades, soit contraints d’adopter une identité chrétienne par la force suite aux persécutions menées par l’Inquisition espagnole ou portugaise, soit qui se convertirent de leur propre gré à la religion catholique après la Reconquista. Beaucoup d’entre eux durent fuir, entre autres, dans le midi de la France, où certains continuèrent à pratiquer leur judaïsme en secret, tout en professant publiquement le Catholicisme.

14 « Habetis hic [...] repetitionem [...] in [...] heresiarcham artis medice tamen professorem, celeberrimum Gondisalvum de Molina, qui damnatus spiritalis fori sententia atque tandem arresto supreme curie, amplam autori dedit silvam et scribendi occasionem. » Nicolas Bertrand, Repetitio..., op. cit., fol. 1.

15 Archives départementales de Haute-Garonne, B 14, fol. 774v et 795v ; ms. 132, fol. 239. Archives municipales de Toulouse, BB 76, fol. 233. Repris dans Germain de La Faille, Annales de la ville de Toulouse… Toulouse, t. 1 : Colomyez et Posuel, 1687, pp. 313-314.

16 R. A. Jr Mentzer, « Marranos of Southern France in the Early 16th Century », The Jewish Quarterly Review. Philadelphie, t. LXXII, n° 4, (avr. 1982), p. 306.

17 R. A. Jr Mentzer, « Heresy Proceedings in Languedoc, 1500-1560 », Transactions of the American Philosophical Society. Philadelphie, vol. 74, partie 5, (1984), p. 44.

18 R. A. Jr Mentzer, « Heresy... art. cit. », p. 26.

19 « Cum ergo in Tholosa versarer, et purpurate Universitatis essem colonus, volui aliquid garrire de fide, in hereticos, et coeptum opusculum ejusdem urbis universitati Tholosane et scolaribus dedicare. » Nicolas Bertrand, Repetitio..., op. cit., fol. 2v.

20 Ces données chiffrées sont seulement destinées à fournir un ordre de grandeur ; elles n’ont aucune valeur mathématique ou statistique.

21 De retour d’Espagne où il venait de mater un général rebelle (- 72), Pompée fonda le fort de Lugdunum sur un oppidum naturel du plateau de Lannemezan. Strabon, Ptolémée puis saint Jérôme affirment que ce lieu fut le point de confluence de diverses populations qu’on désigna sous le terme de Convènes, c’est-à-dire « les peuples rassemblés » en latin ; la ville fut dès lors appelée Lugdunum Convenarum. Nicolas Bertrand reprend une opinion répandue au Moyen Âge, selon laquelle les populations qui s’y agrégèrent étaient des errants et des brigands, à l’instar de leurs voisins les Vascons. Quoi qu’il en soit, ce fort devint un foyer de romanisation, comme en témoignent les villae proches telles Montmaurin ou Valcabrère. Le Christianisme semble s’y être implanté au IVe siècle ; dans le premier quart du XIIIe siècle, la canonisation de Bertrand de l’Isle (évêque du lieu à la fin du XIe siècle) justifia l’adoption du toponyme qui a demeuré jusqu’à présent : Saint-Bertrand-de-Comminges.

22 Nicolas Eymerich, théologien espagnol du XIVe siècle. Entré jeune au couvent des Dominicains de Gérone, il se fit remarquer par ses qualités intellectuelles et fut nommé inquisiteur général d’Aragon. Sa grande sévérité, qui lui valut de nombreuses inimitiés et plusieurs suspensions de fonction, en fait un parangon de l’inquisiteur médiéval zélé, précurseur de l’Inquisition espagnole de l’Époque moderne. En outre, son manuel rédigé à la cour des papes d’Avignon et connu sous le titre de Directorium inquisitorum eut un grand retentissement, au point que Francisco Pegña en donna une édition commentée (Rome, 1578). Ce traité qu’il composa à l’intention de ses confrères synthétise un siècle et demi de pratique inquisitoriale, et contient bien des habiletés qui contribuent à sa légende noire, moins toutefois que celle de Torquemada qui lui est postérieur d’un siècle.

23 Dans le cas présent, la répétition représente 40 fois la taille du texte de la décrétale qu’elle commente.

24 Étienne Aufréri, juriste toulousain de la seconde moitié du XVe siècle. Titulaire d’une chaire de droit canonique à l’Université de Toulouse en 1486, il consacra son cours inaugural à la décrétale Ut clericorum du pape Clément V (1314). En 1488, il devint conseiller au Parlement de Toulouse, et fut ensuite président de la chambre des enquêtes. Son étude des limites des juridictions civiles et ecclésiastiques en fait un représentant de l’esprit de son siècle ; les juristes et humanistes du XVIe siècle Dumoulin et Pasquier se réfèrent à ses travaux.

25 C’est-à-dire à l’emplacement de l’actuelle place du Capitole. D’après M.-Th. Blanc-Rouquette, « L’église Saint-Quentin, siège de la corporation des imprimeurs et libraires toulousains », Mem. Soc. archeol. Midi Fr. Toulouse, t. LVI, 1996, p. 169, 172 et 175.

26 Le « M » et le « q » portant abréviation et valant pour « qui » atteignent respectivement une largeur de 4,9 mm et une hauteur de 3,8 mm.

27 H. Harisse, Les premiers incunables bâlois et leurs dérivés : Toulouse, Lyon, Vienne en Dauphiné, Spire, Eltville, etc., 1471-1484, Paris, 1902 (2e éd.).

28 On ne saurait établir de statistiques précises sur ce point, tant le taux d’abréviations varie fortement à l’intérieur même de notre texte, puisque le nombre de lettres abrégées (tildes, contractions) représente entre 6,45 et 19,40 % des lettres exprimées. Ces disparités, loin d’être dues au hasard, tiennent à la nature du passage : l’introduction de l’œuvre, de style narratif, est 3 fois moins abrégée que le commentaire technique, de style juridique. En outre, on ignore la part d’abréviations due à l’auteur et celle due au compositeur.

29 Nous reproduisons en annexe A le fol. 1, dont cette xylographie.

30 L. Fèbvre, H.-J. MARTIN, F. BARBIER, postface. L’apparition du livre, Paris, Albin Michel, 1999 (3e éd.) ; p. 116 et 178.

31 L. Fèbvre et al., L’apparition… op. cit., p. 271. Toutes les données chiffrées de ce paragraphe sont issues du même.

32 À titre de comparaison, nous proposons en annexe B une liste indicative des exemplaires d’œuvres de Nicolas Bertrand repérés à ce jour dans les collections publiques.

33 Sur l’identification des armes : E. Olivier, G. Hermal, R. de Roton. Manuel de l’amateur de reliures armoriées françaises, Paris, C. Bosse, 1931, série XXI (Meubles), partie XII (planches 2077 à 2177), planche 2091. Sur Benoît Le Court, voir G. Parguez, « À propos de Benoît Le Court », Saint-Symphorien-sur-Coise et sa région : actes des 15e journées d’études (17 et 18 octobre 1998), Lyon, Union des sociétés historiques du Rhône, 1999.

34 J. Raynal, Histoire de la ville… op. cit., Préface (non paginée).

35 Cette remarque est anachronique : Noguier est postérieur à Bertrand.

36 A. du Mège, E.-L. DE LA Mothe-Langon, Biographie toulousaine ou dictionnaire historique des personnages qui [...] se sont rendus célèbres dans la ville de Toulouse [...]. Paris, L. G. Michaud, 1823, t. I, p. 64.

37 Ibid., t. II, p. 102.

38 Cette expression « parmi nous » est une double indication, à la fois complément circonstanciel de temps et communauté idéologique, qui renvoie dans les deux cas aux temps des Lumières. La même année 1759, où Raynal publiait l’histoire de Toulouse dont on lit le présent extrait, Voltaire dénonçait lui aussi les excès de l’Inquisition dans Candide. Par ailleurs, son engagement dans l’affaire Calas date de 1763.

39 J. Raynal, Histoire de la ville… op. cit., p. 81 et 87. Quelques décennies plus tard, d’Aldéguier dénigra l’Inquisition pour les mêmes motifs, et notamment par le récit caricatural qu’il fit de l’affaire Molina. J.-B.-A. d’Aldéguier, Histoire de la ville de Toulouse, depuis la conquête des Romains jusqu’à nos jours, Toulouse, J.-B. Paya, 1834, t. III, pp. 318-319.

40 L. Fèbvre et al., L’apparition du livre… op. cit., chap. IV et VIII.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/33331/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 122k

© Presses universitaires du Midi, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search