Version classiqueVersion mobile

Le livre dans la région toulousaine et ailleurs… au Moyen Âge

 | 
Sophie Cassagnes-Brouquet
, 
Michelle Fournié

Deuxième partie. Manuscrits Languedociens du XIVe siècle

Sous le manteau de la Vierge : le missel des Carmes de Toulouse (vers 1390-1400)1

Claudia Rabel

Texte intégral

  • 1 À la néophyte que je fus, concernant l’histoire de Toulouse et son enluminure, de nombreuses person (...)
  • 2 M. de Sainte-Marie, « Carmel (Ordre de Notre-Dame du Mont-Carmel) », dans Dictionnaire d’histoire e (...)
  • 3 Notamment par la reine Jeanne d’Évreux ; C. Rabel, « Des histoires de famille. La dévotion aux Troi (...)

1Même les médiévistes semblent souvent oublier que les Carmes existaient bien avant sainte Thérèse d’Ávila, figure emblématique du XVIe siècle. Leur origine historique se situe vers le milieu du XIIe siècle, lorsqu’un ordre érémitique fut fondé au Mont Carmel en Terre sainte. À partir de 1238, les Carmes se réfugient en Occident et se muent en un ordre mendiant qui s’installe dans les villes, souvent après avoir dû vaincre la résistance de ceux qui craignaient l’arrivée d’une communauté concurrente2. Souffrant de l’absence d’un illustre fondateur historique, à l’instar des Franciscains et Dominicains, les Carmes font remonter l’origine de leur ordre d’autant plus loin, jusqu’au prophète Élie de l’Ancien Testament. Pour souligner leur proximité privilégiée avec la Vierge, ils se placent sous le patronage de la Mère de Dieu et revendiquent l’appellation de « Frères de Notre Dame du Mont Carmel ». En France, l’ordre jouit du prestige que lui conféra saint Louis : le roi ramena lui-même six frères carmes de Terre sainte et les installa en 1254 à Paris, où leur couvent fut comblé de dons et de faveurs par les rois, reines et princesses3.

  • 4 Voir la mise au point bibliographique de J.-B. Blethon, « Les Carmes au Moyen Âge », Bulletin du CE (...)
  • 5 Princeton, University Library, Garrett Ms. 40 (Nantes, avant 1450-1476 ; ms. commandé par le duc Fr (...)
  • 6 Rouen, Bibl. mun., ms. A.22 (287), commandé par l’ancien prieur Étienne Canon et enluminé par le Ma (...)

2Pourtant l’ordre des Carmes demeure un grand oublié des recherches sur la France médiévale4. Cela s’explique en partie par la disparition des vestiges matériels. Mais peut-être est-ce aussi une illusion d’optique, tant l’ombre écrasante des saints François et Dominique continue à focaliser sur leurs fondations toutes les études consacrées aux ordres mendiants. En ce qui concerne les livres liturgiques, il semble en effet que très peu de manuscrits carmes enluminés voire illustrés aient survécu. Pour la France, le plus spectaculaire est le missel commandé au troisième quart du XVe siècle par les ducs de Bretagne pour l’église des Carmes de Nantes, leur nécropole, dans lequel ils firent insérer toute une galerie de portraits dynastiques5. La copie d’un missel pour les Carmes de Rouen, richement enluminé par le peintre de manuscrit le plus en vue de la capitale normande, fut achevée en 14816.

  • 7 Lisbonne, Biblioteca Nacional, ms. IL. 112 ; voir la notice du manuscrit en annexe. Les deux autres (...)

3Presque plus ancien d’un siècle est un missel aujourd’hui conservé à Lisbonne. Bien que plusieurs fois reproduit, il n’a jusqu’à présent pas reçu l’attention qu’il mérite, d’autant moins que ses peintures furent autrefois rattachées à l’enluminure ibérique. Avec deux autres manuscrits, quelques sculptures et des pierres tombales il constitue l’un des rares vestiges du couvent médiéval des Carmes de Toulouse7. Les éléments liturgiques, le style du décor et un ex-libris du XVIe siècle confirment son origine et sa provenance. De format moyennement grand (355 x 265 mm), ses 254 feuillets encore protégés par sa reliure ancienne, le missel est complet et homogène ; ses pages, par endroit très fatiguées, montrent qu’il a réellement été utilisé. François Avril l’a identifié dans le catalogue de vente (1815) de la bibliothèque du comte Justin de Mac Carthy, où son origine toulousaine est déjà correctement indiquée. Le manuscrit a appartenu ensuite à D. Francisco de Melo Manuel da Câmara (Cabrinha), dont la collection fut achetée en 1852 par la Bibliothèque nationale de Lisbonne.

I. Le couvent des Carmes de Toulouse au Moyen Âge

  • 8 L’histoire du couvent est essentiellement connue par une série d’inventaires du XVIIe siècle qui ré (...)
  • 9 El Escorial, Biblioteca del Monasterio, ms. T.I.1, f. 17 (cantiga 9) ; Séville ?, vers 1281-1284.
  • 10 J. Cannon, « Pietro Lorenzetti and the history of the Carmelite order », dans Journal of the Warbur (...)
  • 11 On peut se demander si c’est la même image mariale qui, « placée au milieu du grand autel du chœur (...)

4Un grand parking s’élève aujourd’hui à l’emplacement du couvent, détruit en 1808-1809 après avoir été, jusqu’à la Révolution, l’un des plus grands et des plus riches de la ville. L’installation des religieux carmes dans la capitale du Languedoc, vers le milieu du XIIIe siècle, est entourée de légendes8. Le couvent aurait été fondé en 1238 au sud de la ville, au lieu-dit le Feretra dans le faubourg Saint-Michel. Le fondateur, un certain Guillaume Anesia originaire de Toulouse, serait venu avec six frères de Terre Sainte ; pendant leur voyage, ils auraient été sauvés de nombreux périls grâce à une image de la Vierge emportée du Mont Carmel. On reconnaît là des topoi récurrents, notamment celui d’un miracle marial bien connu, dit « de Sardenai », qu’une miniature des Cantigas d’Alphonse X raconte en six épisodes : l’histoire d’un moine protégé des bêtes sauvages, des brigands et de la tempête sur la mer par l’icône de la Vierge à l’Enfant qu’il avait achetée à Jérusalem9. À Naples on vénère encore aujourd’hui l’image mariale datant du XIVe siècle mais attribuée à saint Luc, que les Carmes auraient apportée de Terre sainte. Dans l’Italie du Trecento, les religieux de cet ordre manifestaient, d’une manière générale, une préférence pour des images archaïques de la Vierge à l’Enfant, représentée à mi-corps : des tableaux de facture (italo-) byzantine censés provenir de l’Orient dont la prestigieuse origine lointaine et l’ancienneté des œuvres d’art devaient, par ricochet, proclamer celles de l’ordre10. L‘image mariale apportée par les fondateurs du couvent toulousain et qui ne tarda pas à opérer de nombreux miracles était donc certainement, elle aussi, une peinture de type icône11.

  • 12 A. Staring, « The miracles of Toulouse, 1264-1265 », dans Carmelus, 38 (1991), fasc. 1, pp. 128-154
  • 13 Londres, Museum of London, Department of Urban Archaeology, Inv. SWA 81, 2150. J.-M. Lassure et G. (...)
  • 14 D. Bruna, Les enseignes de pèlerinage et les enseignes profanes au musée national du Moyen Âge, cat (...)
  • 15 Le protagoniste d’un des miracles toulousains est un prisonnier qui réussit à s’enfuir d’un château (...)
  • 16 Bibl. du Vatican, ms. Chigi D V 71, ff. 82 (Portement de Croix) et 82v (Crucifixion). Je dois la co (...)

5En 1264, le récent transfert des religieux à l’intérieur de la cité est officiellement approuvé par les capitouls et l’official de l’évêque. Leur arrivée dans ce quartier sud de la ville, situé sur la paroisse de la cathédrale Saint-Étienne, avait suscité des conflits, notamment avec les habitants en majorité juifs, mais qui prennent fin après un miracle de la Vierge en 1264. C’est le début d’une série de miracles qui, en attirant des pèlerins venus de près comme de loin, confèrent rapidement renommée et prospérité au couvent12. Une enseigne de pèlerinage de la seconde moitié du XIIIe siècle, retrouvée à Londres, en témoigne13. Sa composition sigillaire est dominée par la Vierge en majesté, une grande étoile couronne son nimbe. Sur une ampoule de pèlerinage de Boulogne-sur-Mer, de la seconde moitié du XVe siècle, cette même étoile accompagne la Vierge à l’Enfant dont la statue était arrivée miraculeusement en bateau dans la ville. Elle évoque Marie, la Stella maris qui, à l’instar de l’étoile fixe guidant les marins, guide et éclaire les hommes dans leur vie terrestre14. Sur l’enseigne toulousaine elle rappelle sans doute que l’icône des Carmes était pareillement arrivée par la mer15. Elle suggère aussi que celle-ci dut se distinguer, comme la Vierge des Carmes de Naples, par un voile paré d’étoiles, transformation des trois croix qui ornent le maphorion marial dans l’art byzantin. Un détail iconographique de la Crucifixion peinte dans le missel de Lisbonne confirme cette hypothèse : le manteau de la Vierge est orné aux épaules de deux étoiles blanches [Fig. 39]. Cette précision vestimentaire, rare dans l’enluminure en particulier au nord des Alpes, n’est ici certainement pas gratuite, mais se réfère sans doute à la vénérable image mariale du couvent des Carmes. Le même détail vestimentaire apparaît aussi dans un livre d’heures toulousain de la fin du XIVe siècle conservé au Vatican, peint par plusieurs mains en partie très proches de l’artiste de notre missel16.

6Avec des agrandissements successifs, la construction de l’église des Carmes, entreprise dès 1264, s’échelonne jusqu’à la fin du XVe siècle, celle du cloître est achevée au milieu du XIVe. Le couvent finit par occuper tout un moulon (pâté de maisons) de son quartier, où il a pour voisins à la fois des capitouls, membres de l’élite patricienne qui dirigent la ville, des juristes et bon nombre d’artisans, notamment du textile. De nombreuses confréries de métiers érigent leur siège dans l’église ; l’une d’elles dut commander le manuscrit aujourd’hui à Lisbonne.

II. Les éléments liturgiques du missel

  • 17 Le sanctoral carme ne commence pas avec la fête de saint André (le 30.11.), la veille de l’Avent qu (...)
  • 18 Même observation pour le missel de Toulouse daté de 1364, Paris, BnF, lat. 837.
  • 19 B. Zimmerman, « Carmes (Liturgie de l’ordre de) », dans Dictionnaire d’archéologie chrétienne et de (...)
  • 20 Évêques de Jérusalem dans le calendrier : Mathias (30.1.), Siméon (18.2.), Quiriace (4.5.), Marc (2 (...)
  • 21 Saint Louis a sa messe habituelle dans le sanctoral (ff. 193v-194), avec antiennes, versets, répons (...)
  • 22 Fête adoptée sans doute pour honorer le saint patron de Limoges, où eut lieu en 1339 le chapitre gé (...)
  • 23 Les Saintes Femmes auraient rendu visite aux ermites du Mont Carmel qui vivaient là depuis le temps (...)
  • 24 FF. 253v-254v.

7La rubrique initiale du temporal précise l’usage carme du missel : Incipit missale fratrum ordinis beatae Marie de monte Carmeli secundum consuetudinem institutionum dominici sepulcri (f. 7) [Fig. 34]. Comme souvent, les fêtes retenues par le calendrier (ff. 1-6v) et par le sanctoral (ff. 145-228v) ne correspondent pas entièrement17. Dans le calendrier, aucune indication colorée ne distingue les fêtes majeures, et leur degré est rarement précisé18. Avec sa nature composite il est caractéristique de l’usage carme19. Le mélange de saints originaires de Terre Sainte (comme des évêques expressément qualifiés de Jérusalem et les patriarches de l’Ancien Testament), d’une part, et de saints français, surtout du Nord mais aussi par exemple saint Sernin de Toulouse, d’autre part, provient du rite des chanoines du Saint-Sépulcre, que les Carmes avaient adopté à l’origine20. Parmi les nouvelles fêtes introduites dans leur ordinaire composé vers 1312, figurent dans le calendrier l’octave de la nativité et la conception de la vierge (15 septembre et 8 décembre), la fête de sainte anne, apportée en europe par les Carmes (26 juillet), et celle de saint Louis, leur bienfaiteur (25 août)21. La fête de saint Martial (7 juillet), adoptée en 1339, apparaît seulement dans le sanctoral22. La plus récente est uniquement notée dans le calendrier, au 25 mai, pour les saintes Marie Jacobé et Marie Salomé, les demi-sœurs de la Vierge que, selon la légende, sainte Anne aurait eues de ses deuxième et troisième mariages. Introduite en 1342, cette fête s’inscrit dans la promotion par les Carmes de l’histoire des Trois Maries, utilisée dans la légende de fondation de l’ordre élaborée à partir de la fin du XIIIe siècle dans leur couvent parisien23. La Commémoraison solennelle de la Vierge au 16 juillet, instituée entre 1376 et 1387, est absente, tandis que la messe pour la Visitation (2 juillet), adoptée en 1391, est un ajout plus tardif à la fin du manuscrit24.

  • 25 30 avril, calendrier et sanctoral ; dans l’église des Carmes il y avait une chapelle et une confrér (...)
  • 26 22 mai, calendrier et sanctoral.
  • 27 16 octobre, sanctoral seulement.
  • 28 21 novembre, calendrier seulement.
  • 29 12 février, calendrier seulement.
  • 30 M. Fournié, « Bernard de Rosier, saint Germier et la cité épiscopale de Toulouse », dans Les cités (...)
  • 31 FF. 190-190v. Sa fête est absente du calendrier.

8L’usage carme du missel possède une nette « teinte » du Sud-Ouest de la France, par l’inclusion des saints Eutrope de Saintes25, Quitterie d’Aire-sur-l’Adour26, Bertrand de Comminges27 et Ruf d’Avignon28, auxquels on peut ajouter Eulalie de Barcelone29. Deux fêtes du calendrier, mais absentes du sanctoral, rattachent le missel explicitement à la liturgie locale. Le 17 octobre, on célèbre les saintes Puelles, les deux jeunes femmes qui selon une tradition très ancienne recueillirent après sa mort le corps martyrisé de saint Sernin, le premier évêque de Toulouse, pour lui offrir une sépulture chrétienne. Le 16 mai est dédié à saint Germier, autre évêque fondateur de Toulouse, dont on repère le culte seulement à partir du XIIIe siècle ; lorsqu’il est promu au XVe siècle par l’archevêque Bernard de Rosier (1452-1475), il paraît lié à l’église de la Dalbade et aux Hospitaliers, tous deux voisins du couvent des Carmes où la procession de la confrérie Saint-Germier fait même station30. La présence de la messe pour sainte Marthe en août, insérée entre celles des saints Tiburce (le 11) et Hippolyte (le 13), reste inexpliquée, la sœur de Lazare étant habituellement fêtée le 29 juillet ou parfois, comme chez les Carmes, le 2731.

III. L’illustration du temporal

  • 32 Toulouse, Bibl. mun., ms. 144, f. 79 ; V. Leroquais, Les psautiers manuscrits des bibliothèques pub (...)

9Le missel étant complet, l’illustration apparaît volontairement limitée, avec seulement six initiales historiées et trois grandes peintures. La célébration de la messe est représentée dans deux initiales. En tête du temporal (f. 7), l’image du prêtre élevant son âme à Dieu est l’illustration littérale habituelle du Ad te levavi animam, l’antienne psalmique du premier dimanche de l’Avent [Fig. 34]. La seconde initiale introduit la prière Te igitur du canon (f. 143). Elle montre le moment central de la messe, l’élévation de l’hostie qui évoque la présence réelle du Christ au moment de la Transsubstantiation ; quatre hommes laïcs – membres de la confrérie commanditaire du manuscrit ? – assistent à la messe derrière un acolyte muni du grand cierge [Fig. 41]. Les autres initiales mettent en valeur quatre fêtes du temporal : Noël avec la Nativité (f. 16), le dimanche des Rameaux avec l’Entrée du Christ à Jérusalem (f. 71v), Pâques avec la visite des trois Saintes Femmes au Tombeau (f. 94), et la Pentecôte (f. 107v) [Fig. 35-38]. Cette dernière scène, qui regroupe les apôtres autour de la Vierge en orante, est la seule qui se détache non pas sur un fond d’or mais sur un ciel bleu atmosphérique. Elle peut être comparée à la Trinité dépeinte dans un psautier toulousain (d’une facture pourtant plus souple et soignée), en notant en particulier des similitudes pour la colombe du Saint-Esprit qui émerge d’un nuage en répandant ses rayons de feu, pour l’arrangement des plis de vêtement des personnages assis et pour leurs nimbes pointillés32.

  • 33 Toulouse, Bibl. mun., ms. 91 ; Leroquais (cf. n. 6), t. III, pp. 316-317.
  • 34 V. Edden, « Felip Ribot’s Institution of the First Monks : Telling Stories about the Carmelites », (...)

10D’autres fêtes christologiques importantes, comme l’Épiphanie ou l’Ascension, ont donc délibérément été omises, et une décoration purement ornementale a été choisie pour le sanctoral, même pour les fêtes de la sainte tutélaire de l’ordre, comme l’Annonciation et l’Assomption. En cela le missel des Carmes se distingue de celui des Ermites de saint Augustin de Toulouse, daté de 1362, où l’illustration des fêtes de saints se taille la part du lion33. Est-ce un choix conscient, au sein d’un ordre qui jusqu’en 1399 ne possède pas encore ses propres saints mais qui, en revanche, clame son enracinement depuis l’époque biblique en Terre Sainte ? Notons en tous cas qu’à l’exception de la Nativité, les fêtes illustrées du missel se reportent toutes à des événements localisés à Jérusalem, auxquels le légendaire de l’ordre associait les frères du Mont Carmel34.

  • 35 Toulouse, Bibl. mun., ms. 91, f. 125.
  • 36 Après 1393. M. Rickert, The Reconstructed Carmelite Missal. An English Manuscript of the late XIV C (...)
  • 37 Il s’agit d’un des nombreux passages ajoutés par Jean Golein à sa traduction en 1372 du Rationale d (...)

11En choisissant pour Pâques, non pas l’image du Christ ressuscité (comme le missel des Augustins35) mais celle des Saintes Femmes au Tombeau, le missel opte pour une iconographie archaïque, comme le fait à la même époque le missel carme enluminé à Londres36. Pour les Carmes était-ce une manière de rappeler l’origine de leur liturgie, empruntée à celle des chanoines du Saint-Sépulcre ? Selon Jean Golein, carme parisien et prolifique traducteur au service de Charles V, les « benoites Maries » se rendant au tombeau du Christ forment un des sujets convenables pour orner les sépultures que des laïcs élisent chez les frères mendiants37. Comme en d’autres circonstances, le choix de ce sujet permettait certainement aussi de jouer sur l’ambiguïté de l’identité des Trois Maries, témoins de la Résurrection ou filles de sainte Anne – ces dernières étant, pour ainsi dire, les saintes sœurs des religieux carmes !

IV. L’illustration du canon de la messe

  • 38 Paris, Bibl. Mazarine, ms. 527, ff. 53v-54 ; ms. consultable sur Liber Floridus (http://liberflorid (...)
  • 39 Matfre Ermengaud, Breviari d’Amor, Vienne, Österreich. Nationalbibl., Cod. 2563, ff. 5v-6, milieu X (...)
  • 40 Vat. Chigi D V 71, ff. 266v-267 ; Bartz et König (cf. n. 16), fig. 13.
  • 41 Le dessin anatomique si particulier du thorax du Christ a été copié pour la figure du Crucifié, cer (...)
  • 42 À moins qu’elle ne résulte d’un télescopage entre les deux Jean, l’apôtre et le Baptiste ? Ce derni (...)
  • 43 Toulouse, Musée des Augustins, inv. RA 581 ; cf. http://www.culture.gouv.fr/Wave/image/joconde/0387 (...)

12Les personnages campés dans les initiales sont chétifs et raides, des silhouettes étirées avec de petites têtes au nez pointu, sans épaisseur corporelle sous leurs drapés dont le dessin accuse des plis en godet. Les trois miniatures en pleine page – le diptyque du canon, avec la Crucifixion et la Majestas Domini (ff. 141v-142), précédé d’une Vierge au Manteau (f. 140v) – partagent les mêmes caractéristiques [Fig. 38- 40]. Les différences, en particulier les carnations rosées à rehauts blancs, ne dénotent pas nécessairement l’intervention d’un autre artiste mais semblent plutôt liées au format plus grand. Les peintures du canon notamment se distinguent par une facture plus soignée et des drapés plus travaillés qui trahissent des modèles plus savants, sans doute des œuvres plus élégantes originaires de Paris, où l’on peut les faire remonter au moins jusqu’à la première moitié du XIVe siècle. Dans un missel de Saint-Victor de Paris enluminé vers 1340, le Christ trône sur un siège curieusement figuré vu d’en haut, dans une mandorle fusionnant le losange et le quadrilobe, tout comme dans le manuscrit de Lisbonne38. Des compositions apparentées se retrouvent dans d’autres manuscrits toulousains, par exemple dans le Breviari d’Amor de Vienne acheté dans la capitale du Languedoc en 135439, et surtout dans le livre d’heures du Vatican déjà cité, contemporain et stylistiquement très proche du missel, où les postures des personnages ainsi que la mandorle et le siège du Christ concordent précisément40. Ces miniatures témoignent du goût des enlumineurs locaux pour la juxtaposition de fonds ornés de motifs différents, peints ou dorés. Le lyrisme des compositions parisiennes y a fait place à un certain expressionnisme graphique. Dans le missel des Carmes, il se manifeste aussi bien dans le lion de saint Marc aux pieds du Christ en majesté que dans la figure du Crucifié : le nimbe exagérément grand, le corps rigide aux membres désincarnés et étirés à l’extrême, l’abondance des flots de sang jaillissant de ses plaies41. S’y oppose l’élégance du modelé en plis serrés des manteaux en tissu souple du Christ en majesté et de saint Jean. Elle fait penser aux œuvres du Maître de Rieux, le grand sculpteur actif à Toulouse au deuxième quart du XIVe siècle. Cette influence expliquerait aussi l’insolite chevelure ébouriffée de Jean, peut-être inspirée de celle en boucles exubérantes de l’apôtre sculpté par le Maître de Rieux pour la chapelle funéraire de Jean Tissendier, évêque de Rieux, chez les Cordeliers (entre 1333 et 1343)42. Une statue de saint Paul, un des rares vestiges du couvent des Carmes, est non seulement dépendante de celle du Maître de Rieux ; elle présente aussi un petit air de famille avec le groupe des apôtres dans l’initiale de la Pentecôte43.

V. Initiales et encadrements ornés

  • 44 Voir les notices de F. Avril dans Les fastes du gothique. Le siècle de Charles V, cat. exp. F. Baro (...)
  • 45 FF. 139-150. Seules les petites initiales filigranées, au décor à base de traits parallèles, évoque (...)
  • 46 C’est la thèse de Hiromi Haruna-Czaplicki (communication écrite le 3 avril 2009) qui plaide pour di (...)

13Le décor peint du missel carme est caractéristique d’une enluminure toulousaine figée dans un style très linéaire, encore entièrement redevable à l’art de la France du Nord de la première moitié du XIVe siècle, sans avoir subi l’influence novatrice de l’art italien et guère préoccupée par la conquête de la profondeur de l’espace pictural44. Seuls les efforts, assez maladroits, d’une représentation en perspective de l’édifice dans l’Entrée du Christ à Jérusalem et de son tombeau pour Pâques évoquent le souvenir de l’art parisien de Jean Pucelle et de ses architectures italianisantes [Fig. 36a-36b]. Le manuscrit des Carmes affiche un caractère « gothique septentrional » particulièrement marqué, plus que par exemple le missel des Augustins ou le psautier déjà cités : aucun italianisme dans l’écriture, à l’encre très foncée, ni dans le décor peint ; l’encre violette, caractéristique du décor filigrané dans les manuscrits du Midi, n’est utilisée ici que dans le cahier comportant les grandes miniatures45 ; absence également des excentricités habituelles du décor orné toulousain, comme ces antennes ondulées ou nouées qui finissent en tête hilare tirant la langue et coiffée d’une tiare, ou encore en tête d’échassier tenant dans son bec des boules dorées. Le style figuré des initiales historiées du missel et du psautier est très proche, mais alors que dans le premier, les scènes s’inscrivent dans des lettres « septentrionales », elles affichent, avec leurs prolongements en feuilles aux lobes effilés vues de profil, un caractère plutôt italien dans le second. Cela pose la question de l’organisation du travail : faut-il imaginer l’intervention de deux peintres, un « historieur » et un « enlumineur »46 ? Ou est-ce plutôt la preuve de l’étendue du répertoire ornemental, avec des références artistiques d’origines différentes, dont un même peintre de manuscrit sait jouer à Toulouse, en les combinant différemment d’un manuscrit à l’autre ?

  • 47 Ordonnance de 1402 dans le Livre blanc des capitouls de Toulouse (Arch. mun., AA 3, p. 361) : enlum (...)
  • 48 Ces caractéristiques permettent de rapprocher du missel et du Livre blanc la page peinte en tête (f (...)

14Malgré ses aspects archaïsants, plusieurs éléments amènent pourtant à situer le missel des Carmes à la fin du XIVe siècle. Le décor des lettres ornées prolongées d’antennes, transformées en encadrement du texte au début du temporal, peut être attribué à l’enlumineur d’une page des Annales de Toulouse qui consigne des événements de l’année 140247 [Fig. 44]. On y retrouve en tous points identiques les contours des initiales aux excroissances épineuses, parfois coiffées de trois petits cils noirs [Fig. 34 et 37] ; les nuances foncées du rouge et du bleu ; les dessins blancs rehaussant le corps des lettres par des pointillés à l’intérieur et une ligne blanche pliée en deux « queues d’aronde » à l’extérieur [Fig. 36a-36b] ; le motif des « bâtons brisés » également présent dans l’encadrement des miniatures [Fig. 34 et 36b] ; les antennes végétales se séparant en deux autour d’un motif doré et qui associent feuilles piquantes de lierre et, aux extrémités, feuilles de vigne [Fig. 34]48.

VI. Le portrait de groupe des commanditaires

  • 49 Toulouse, Arch. mun., BB 273, f. 4 et BB 273, f. 4v. Jean Négrier reçoit des paiements pour peindre (...)
  • 50 Toulouse, Bibl. mun., ms. 91, f. 121.
  • 51 Le peintre avait prévu un arrangement plus équilibré : par transparence on voit, à l’extrémité du g (...)
  • 52 Chez le deuxième de gauche des hommes vêtus d’une houppelande rose, la manche d’un habit de dessous (...)

15Les Annales de Toulouse étaient illustrées chaque année du portrait de groupe des capitouls en exercice. De 1388 à 1406, leur enlumineur apparemment attitré était un certain Jean Négrier, auquel sont attribuées les deux miniatures conservées de cette période, celles des années 1392-93 et 1393-9449 [Fig. 42-43]. Cette tradition locale de l’auto-représentation officielle, par l’élite dirigeante de la ville, dut stimuler dans la capitale du Languedoc la mise en scène peinte d’autres communautés, et ce jusque dans les manuscrits liturgiques. Le missel des Ermites de saint Augustin de 1362 inclut ainsi, entre la préface et le canon de la messe, une image singulière de l’évêque d’Hippone, remettant sa règle aux frères qui le revendiquaient comme fondateur de leur ordre : c’est le « portrait » archétypal des religieux avec leur saint patron50. Le missel des Carmes, en revanche, comprend un véritable portrait de groupe dans la première des trois grandes miniatures qui est située au même emplacement stratégique dans le texte, juste avant les deux peintures du canon de la messe (f. 140v) [Fig. 38]. Ce sont vingt hommes identifiés par leurs noms et dont la fonction et le rôle sont expressément signalés : S’es noms dels bayles que an fayt far aquest missal… Les commanditaires se blottissent, agenouillés en prière, sous le vaste manteau protecteur de la Vierge que celle-ci tient ouvert avec l’aide de deux anges. Comme pour les capitouls, il ne s’agit pas de représentations individualisées et encore moins ressemblantes. L’effet escompté est celui d’un groupe social compact et homogène, au sein duquel l’alternance des couleurs des robes – rose, vert tirant sur le bleu, bleu ciel, rouge – et des cheveux – bruns foncé et clair – introduit pourtant du rythme et de la variété. La répartition en deux groupes est asymétrique, car elle correspond exactement à l’énumération des noms des commanditaires dans le texte, sur deux colonnes en dessous de la miniature : seulement huit à gauche, tandis qu’à droite, les douze restants doivent se serrer à l’extrémité sur deux rangs51. Ces vingt hommes sont vêtus des longues houppelandes à la mode vers 1400 qui se singularisent ici par la largeur de leurs manches plissées, figées tels des éventails par le style raide de l’enlumineur52. Celui-ci semble bien être identique au peintre des deux miniatures des capitouls, attribuées à Jean Négrier [Fig. 42-43]. Dans celle de 1392-93, les manches des robes ont commencé à s’élargir. Parmi les quatre couples de capitouls, le deuxième à gauche est assis devant un fond losangé d’or et de fleurs de lis, un peu de guingois, qu’on retrouve dans la miniature de la Vierge au manteau du missel ; la masse foncée de leurs chevelures, leurs visages au nez pointu (bien que d’une carnation plus blanche), leurs grandes mains stylisées aux doigts raides fournissent d’autres points de comparaison. Il en va de même du portrait des capitouls de 1393-94, où le tracé linéaire des cheveux évoque celui des apôtres, en particulier du deuxième à la gauche de la Vierge dans la scène de la Pentecôte [Fig. 37], alors que l’ange bleu aux ailes rouges qui soutient le médaillon aux armes de Toulouse est le frère de ceux du missel, l’ange symbole de Matthieu lui ressemblant au plus près [Fig. 39].

VII. La Vierge au manteau

  • 53 P. Perdrizet, La Vierge de miséricorde. Étude d’un thème iconographique, Paris, Fontemoing, 1908 (B (...)
  • 54 Je n’en connais pas d’autre que celle du missel. Dans un manuscrit peut-être toulousain du milieu d (...)

16L’image de la Vierge au manteau ou Vierge de miséricorde apparaît au troisième quart du XIIIe siècle. Sa première diffusion est surtout italienne ; à la fin du Moyen Âge, elle connaît un grand succès dans tout l’Occident, quoiqu’elle soit plus rare dans le Sud-Ouest de l’Europe53. En Languedoc médiéval, ce thème marial n’a visiblement séduit, ni fidèles ni artistes, si l’on en juge par l’absence d’œuvres la représentant54.

  • 55 Par exemple, charte de la confrérie des artisans du cuir à Bologne, 1349 (Paris, Musée Marmottan, c (...)
  • 56 Nancy, Arch. dép. Meurthe-et-Moselle, G 1201. Perdrizet (n. 53), pp. 74-75, pl. XII ; Ecriture et e (...)
  • 57 Le Puy-en-Velay, Musée Crozatier, inv. 852.9. Perdrizet (n. 53), pp. 154-158, pl. XXI, 1 ; H. Mille (...)
  • 58 Paris, Bibl. Mazarine, ms. 520, f. 105 (ms. consultable sur Liber Floridus : http://liberfloridus.c (...)

17L’iconographie rend visible le rôle de Marie, invoquée comme avocate de l’Humanité et son intercesseur privilégié devant Dieu. Elle protège sous son manteau des fidèles en prière, d’abord des religieux ou les membres d’une confrérie, puis la chrétienté entière. À partir du XIVe siècle, la Vierge au manteau est peinte en tête de statuts de confréries ou de corps de métier qui se placent sous sa protection. L’Italie de nouveau fournit la plupart des exemples55. Au nord des Alpes, en Lorraine, c’est une charte de la confrérie Saint-Nicolas-des-Clercs à Toul, datée de 1357, qui s’ouvre sur une Vierge à l’Enfant entourée des saints Nicolas et Catherine et qui abrite sous son manteau les clercs membres de la confrérie56. Mais en dehors de l’Italie, de telles images sont rares jusqu’à la fin du siècle. En Auvergne, le couvent des Carmes du Puy-en-Velay possède dès le début du XVe siècle une Vierge Mater omnium, au manteau tenu par ses deux sœurs, qui protège l’humanité toute entière, le clergé à sa droite et les laïcs à sa gauche ; mais cette grande toile dut être peinte par un artiste actif à Paris, tout comme son iconographie paraît influencée par une œuvre perdue du couvent carme parisien57. Une vingtaine d’années auparavant, une des plus anciennes représentations de cette Mater omnium avait été peinte dans une initiale historiée du livre d’heures d’origine méridionale, sans doute avignonnaise, de Jean d’Armagnac, manuscrit probablement réalisé avant qu’il ne devienne évêque de Mende en 138758.

  • 59 Une semblable robe ornée porte par exemple la Vierge des artisans du cuir bolonais, cf. n. 55.
  • 60 Ces éléments caractérisent par exemple la Vierge au manteau du Missel-livre d’heures contemporain d (...)

18Pour la Vierge au manteau du missel toulousain, la composition emprunte à l’iconographie italienne la position rigoureusement frontale de Marie, sa robe au tissu orné (ici, d’un semé d’étoiles)59, le manteau fourré de vair (et non pas d’hermine, plus « française ») et la véritable ostension de ce manteau, étendu à l’extrême à l’aide de figures d’assistants60. Par d’autres aspects, elle correspond au type qui domine au nord des Alpes, où la présence de l’Enfant semble être plus courante : non voilée mais couronnée, la Vierge est à la fois la jeune femme de l’Annonciation, la mère de Dieu et la reine du ciel. Le hiératisme de Marie tranche sur l’animation de son Fils qu’elle soutient de façon étrange, seulement sous son pied droit. Déjà très grand, habillé d’une longue tunique rouge, Jésus esquisse un grand pas de marche dans l’air, bénissant le groupe agenouillé à la droite de Marie. Il porte le globe qui le désigne comme roi céleste ; son visage est frotté, peut-être volontairement par l’application de baisers.

VIII. Un missel pour quelle confrérie ?

  • 61 Qui ont comparé les noms des bayles à d’autres listes de noms toulousains à leur disposition, voire (...)
  • 62 Selon François Bordes, seul le nom de la famille Lazens (variante de Lezenx) apparaît parmi les cap (...)
  • 63 Y. Dossat, « La confrérie de Notre-Dame du Mont-Carmel à Toulouse (1267-1274) », dans La naissance (...)
  • 64 Toulouse, Arch. mun., registres d’impôts CC 155 à CC 159. Voir infra dans la notice du missel, la l (...)

19La Vierge de miséricorde est la destinatrice par excellence des prières collectives, ce qui peut expliquer sa rareté dans l’illustration, pourtant très mariale, des Heures, livres de prière de la dévotion individuelle. Dans le missel carme, elle s’inscrit dans la tradition, surtout italienne, des images de confréries et sa présence est pleinement justifiée par la commande collective du livre, explicitement mentionnée. Le texte précise qu’il s’agit de bayles, c’est-à-dire des officiers d’une confrérie élus chaque année. Mais qui sont-ils, et à quelle confrérie appartiennent-ils ? Le mystère de leur identité demeure, malgré toute l’aide précieuse apportée par les médiévistes toulousains61. Parmi les vingt noms de famille il y en a de trop communs ou trop répandus à Toulouse pour pouvoir être sûr de l’identification d’un personnage précis, même si l’on trouve un individu portant le même prénom que le bayle et étant cité à une date compatible avec le missel : c’est le cas des noms de famille Iohan, Robert, Rocas (var. Roques, Roches), Vesia (var. Vezian, Bezian, Vesa), Pagès(e) (var. Pagèze[s]). Pour d’autres noms, moins courants, on ne trouve étrangement pas d’attestation dans l’anthroponymie toulousaine, comme Longages, Colvin, Bomegas, Silo. Dans cette liste des bayles manquent en tous cas les noms des grandes familles bien connues de la noblesse et de la bourgeoisie toulousaines62. Le même phénomène avait été observé au sujet de l’éphémère confrérie de Notre-Dame du Mont Camel qui n’exista qu’entre 1267 et 1274 et dont a été conservée la liste des quarante-quatre derniers confrères : mis à part deux petits notaires (qui font partie des bayles), ce sont surtout de modestes artisans (dont plusieurs travaillant dans des métiers du textile) qui devaient compter parmi les nichils, les non imposables, ou estimés très peu63. Quant à la confrérie ayant commandé notre missel, s’agissant d’une corporation d’artisans, on peut imaginer que même leurs bayles n’émergent guère de cette même classe socioprofessionnelle. Peut-être se cachent-ils parmi les quelques homonymes, non imposables ou peu estimés, que Michelle Fournié a dénichés sur les registres d’impôts des années 1395-1398 et 1405 pour le capitoulat Saint-Barthélemy, auquel appartenait le couvent des Carmes, et ceux voisins de la Dalbade et de Saint-Pierre-Saint-Géraud64.

  • 65 Lesur, 1972 (n. 8), pp. 39-43.
  • 66 Guilhelmus de Ponte lègue 5 s. tol. à la confratrie Beate Marie maioris altaris in dicta ecclesia d (...)
  • 67 La liasse consacrée à la confrérie de Notre-Dame d’Espérance (ADHG, 1 E 1015) est constituée de hui (...)
  • 68 ADHG, 1 E 1015, p. 2, analyse de l’acte n° 1. Le chroniqueur du XVIIe siècle indique « L’an 1387 et (...)
  • 69 La miniature de la Vierge au manteau en montre vingt : est-ce parce que les bayles de plusieurs ann (...)
  • 70 Lesur, 1972 (n. 8), pp. 33-37.
  • 71 Y a-t-il un lien entre les deux épithètes de la Vierge, « de Miséricorde » et « d’Espérance » ? Che (...)

20Nous en sommes donc réduits à des hypothèses. Puisqu’ils se confient à la Vierge, les bayles devaient appartenir à une confrérie mariale, dont plusieurs ont existé chez les Carmes de Toulouse. Il y eut la confrérie Notre-Dame du Mont Carmel du XIIIe siècle, de brève existence, déjà mentionnée. Fondée vraisemblablement au milieu sinon au début du XVIe siècle, la confrérie du Saint-Scapulaire ou de Notre-Dame du Mont Carmel connut son apogée au XVIIe siècle65. À l’époque qui nous intéresse, dans la seconde moitié du XIVe siècle, deux autres sont attestées, mais qui peut-être n’en font en réalité qu’une seule. Une confrérie Notre-Dame du Grand autel est connue par une unique mention, dans le testament dressé en 1369 d’un riche apothicaire, Guilhem del Pont, voisin du couvent carme où il souhaite être enterré66. La candidate la plus probable pour notre missel est la confrérie Notre-Dame d’Espérance. C’est une des plus importantes parmi celles établies chez les Carmes, elle exista jusqu’à la Révolution. Elle est aussi la mieux connue, bien qu’essentiellement à partir d’une documentation du XVIIe siècle qui est loin d’être toujours fiable67. Outre des erreurs dans la transcription des dates indiquées dans l’analyse des actes originaux, hélas aujourd’hui disparus, on y relève des confusions, volontaires ou non, voire des inventions et des réécritures du passé pour forger le légendaire de la confrérie Notre-Dame d’Espérance. Sa première mention provient d’un acte prétendument daté du 11 février 1387 (a.st.) qui porte sur l’affiliation des membres de la confrérie à l’ordre des Carmes ; mais le prieur général de l’ordre qui accorde ce privilège étant mort en 1357, cet acte et donc aussi l’existence de cette confrérie doivent être plus anciens68. La confrérie, qui élit chaque année six bayles69, comprend à l’origine les marchands drapiers, avant d’accueillir aussi des artisans du textile plus modestes, implantés dans le voisinage du couvent70. Le métier des confrères explique-t-il le choix de leur image mariale tutélaire, un sujet doublement textile par l’ostension singulière à la fois du manteau de la Vierge de miséricorde et des houppelandes des bayles71 ?

  • 72 La cinquième année du pontificat de Clément VII, pape d’Avignon (1378-1394), Étienne de Montméjean (...)
  • 73 ADHG, 1 E 1015, p. 3, analyse de l’acte n° 3.
  • 74 ADHG, 1 E 1015, pp. 2-3, analyse de l’acte n° 2.
  • 75 ADHG, 1 E 1015, pp. 13-14 et 15-16 (deux copies du récit) ; Les peintures murales de Toulouse et du (...)
  • 76 Voir n. 67.
  • 77 Michelle Fournié confirme cette hypothèse, après avoir relu les principaux historiens de Toulouse d (...)

21À partir d’un moment inconnu, la confrérie Notre-Dame d’Espérance est installée dans une chapelle située à l’angle nord-est du cloître, à côté de la salle capitulaire, et qui sans doute à ce moment en adopte aussi le vocable. Cette chapelle avait été fondée avant 138372 comme lieu funéraire par Étienne de Montméjean, plusieurs fois capitoul et officier au service des ducs d’Anjou et de Berry, qui l’avait dédiée à la Vierge et à saint Étienne, son patron. L’établissement de la confrérie allait assurer la renommée de cette chapelle et en modifier la destination. C’est chose faite avant le 12 octobre 1393, date à laquelle les confrères sont autorisés à dresser une table devant une peinture montrant Charles VI qui avait été exécutée sur un mur du cloître, apparemment à côté de la chapelle73. Aujourd’hui détruite, cette peinture est connue dès 1687 par plusieurs descriptions et reproductions. On y voyait Charles VI à cheval, s’inclinant devant une statue de la Vierge à l’Enfant trônant sur l’autel de la chapelle, suivi de sept compagnons figurés en pied et identifiés par leurs tabards armoriés et leurs noms : Louis d’Orléans le frère du roi, Louis II duc de Bourbon son oncle, Pierre de Navarre comte d’Evreux et de Mortain et Henri comte de Bar, ses cousins, Philippe d’Artois comte d’Eu, le connétable Olivier de Clisson et Enguerrand VII, sire de Coucy. Cette peinture commémore les généreux dons que le roi, les princes et le « reste de la noblesse, barons, chevaliers de l’ordre de la ceinture Esperance » avaient faits à la chapelle Notre-Dame d’Espérance, comme nous l’apprend l’analyse d’un acte daté du 5 janvier 1389 (a.st.). Dans cette lettre de remerciement publique, le provincial de l’ordre et le prieur Pierre le Jeune, au nom de tous les religieux du couvent toulousain, promettent en contre-partie de ces « grands presans et tres considerables charités » de nommer un prêtre dans la chapelle pour y célébrer des messes tous les jours de l’année74. L’analyse de l’acte mentionne que le roi « avoit aussi rendu ses voeus » dans la chapelle de Notre-Dame d’Espérance. Les frères qui au XVIIe siècle rassemblent les éléments épars de l’histoire de leur couvent, soucieux d’entretenir sa renommée, font davantage preuve d’esprit partisan que de souci critique envers leurs sources. Pour eux, l’affaire est entendue : ce vœu royal est le résultat d’un miracle marial dont Charles VI et sa suite ont été gratifiés. Le 29 novembre 1389 (fête de saint Sernin de Toulouse), lors de son voyage en Languedoc, Charles VI et les princes en sa compagnie auraient été surpris par la nuit alors qu’ils chassaient dans la forêt de Bouconne, près de Toulouse, à l’ouest de la ville. Perdus, ils auraient demandé à Dieu de les « éclairer de la clarté divine » et se seraient voués à la protection de la Vierge, promettant de faire en son honneur des dons à la chapelle Notre-Dame d’Espérance établie au cloître des Carmes à Toulouse. Aussitôt le vœu fait, la nuit s’éclaircit et le roi et ses compagnons peuvent sortir sains et saufs de la forêt. Arrivés à Toulouse, ils y auraient accompli leur vœu, le roi offrant la valeur de son cheval75. Ce récit apparaît pour la première fois dans un cahier datant vers 1655 de la confrérie de Notre-Dame d’Espérance76. Inconnu des chroniqueurs du XVe siècle, à Toulouse comme ailleurs, il y a fort à parier que cette belle histoire, reprise ensuite ici et là jusque par les historiens contemporains, ne soit qu’un épisode apocryphe qui permettait d’expliquer a posteriori la peinture dans le cloître des Carmes77. D’autant plus que celle-ci situait les protagonistes dans un cadre champêtre sur fond de forêt et parcouru d’animaux.

  • 78 Ce que suggère le rapprochement des textes dans L’Inventaire de 1676 (ADHG, 116 H 64, pp. 18-20), o (...)

22La véritable raison des extraordinaires libéralités royale et princières envers le couvent toulousain des Carmes nous resterait donc inconnue. Peut-être la Vierge qui y opéra dès le XIIIe siècle tant de miracles était-elle invoquée sous l’appellation de Notre-Dame d’Espérance78. Peut-être le roi de France qui, avec ses princes, participait à la dévotion mariale liée à la Ceinture d’Espérance promue par son oncle Louis II de Bourbon, était-il venu lui rendre hommage et apporter de riches offrandes. Quoiqu’il en soit, c’est sans doute la visite de Charles VI qui fut à l’origine de la promotion de la chapelle située dans le cloître près de la peinture commémorative du roi, chapelle désormais pourvue d’un nouveau vocable marial et accueillant la confrérie du même nom. Dans cette effervescence dévotionnelle, on imagine fort bien la confection d’un missel par la confrérie qui tira les bénéfices directs de ces événements et dont les membres prirent soin de se placer eux aussi sous la protection de la Vierge, patronne des Carmes, dans l’image la plus explicite que le Moyen Âge ait créé de la Mère de Dieu, « avocate de l’Humanité ».

***

Lisbonne, Biblioteca Nacional, ms. IL.112

Missel à l’usage des Carmes de Toulouse

Toulouse, vers 1390-1400

23Parchemin, I, 254, I ff., 355 x 265 mm ; justification 250 x 180 mm, 2 colonnes à 30 lignes (calendrier : justification ca. 245 x 185 mm, 33 longues lignes). Réglure très fine à l’encre violette.

24Reliure restaurée XVe-XVIe s., veau brun estampé aux petits fers sur ais de bois, fermoirs (lanières de cuir, agrafes et contre-agrafes de laiton), boulons (disparu en bas à droite du plat sup.) et ombilic (conservé sur le plat sup. seulement) en laiton.

25Cahiers : ff. 1-66 ; puis cahiers de 12 ff. (réclames systématiques) à l’exception du dernier, de 8 ff. (ff. 247-254 ; bifeuillet 247-254 renforcé par un onglet, ou 2 ff. isolés réunis par cet onglet ?).

26État de conservation : Parchemin de qualité moyenne (trous). Réparation (à l’époque moderne ?) en haut des pages qui portent les miniatures des ff. 140v et 141v. Pages par endroit très usées. Taches de cire, par ex. ff. 98, 137, 142. Beaucoup de décharges, en particulier du rouge des textes rubriqués mais aussi du décor peint.

Texte et illustration :

  • 79 Je dois les identifications proposées à Michelle Fournié, à l’exception de quelques-unes suggérées (...)
  • 80 Plutôt Iohan de Lobra ? Un tel figure parmi les nichils dans le registre d’impôts, capitoulat de la (...)
  • 81 Guill. de Maseras, capitoulat du Taur (registre d’impôts, nichils et reste des estimés, 1396 ou 139 (...)
  • 82 Ou Ramon Roclan ? Cf. ADHG, 116 H 62, Inventaire de 1650, f. 26v : mention en 1580 d’un Gabriel de (...)
  • 83 Un Ramon Robbert du capitoulat Saint-Pierre-Saint-Géraud figure dans le registre d’impôts des nichi (...)
  • 84 Un Jean Fagil, savetier, teste le 2 novembre 1407 (Wolff, Commerces [n. 79], p. 105 ; cf. p. 609 : (...)
  • 85 Lezenx, Lazenx, Lazens ou Dalzenx. Un sire Arnaud Guilhem de Lazens, licencié en droit, est mention (...)
  • 86 Un Guy Jean (Guidonis ou Guinot ou Guiot Johannis), stationnaire dans la première moitié du XVe siè (...)
  • 87 Fahau : identique à la famille del Fau, dont Pierre del Fau est un riche marchand à la fin du XVe s (...)
  • 88 Plusieurs Iohan Servat dans les registres d’impôts : parmi les estimés de 1397-1398, capitoulats de (...)
  • 89 Dans le cahier de la confrérie Notre-Dame d’Espérance, l’analyse d’un acte du 22 avril 1493 (n.st.) (...)
  • 90 Plusieurs homonymes dans les registres d’impôts : Jacme Vezia, sabatier (quartier de la Dalbade, pa (...)
  • 91 Un Jean Pagès, maître maçon, est mentionné dans la lettre patente de Charles VII qui accorde aux Ca (...)
  • 92 Un Johan Castel, du capitoulat de la Daurade, figure dans le registre d’impôts de 1396 ou 1397, par (...)

ff. 1-6v :

Calendrier. Usage carme, plus quelques saints du Sud-Ouest, voire de
Toulouse (saint Germier, 16 mai ; saintes Puelles, 17 octobre).
Aucune hiérarchisation visuelle des fêtes, dont les degrés de rit
sont rarement précisés.

ff. 7-136 :

Temporal : Incipit missale fratrum ordinis beate Marie de
monte Carmeli secundum consuetudinem institutionum
dominici sepulcri.

 

f. 7 : Prêtre élevant son âme (initiale historiée et encadrement
orné de la page ; 1er dimanche de l’Avent, ad missam maiorem) [Fig. 34]

 

f. 16 : Nativité (initiale historiée ; noël, magna missa) [Fig. 35]

 

f. 71v : Entrée du Christ à Jérusalem (initiale historiée ;
dimanche des Rameaux) [Fig. 36a]

 

f. 94 : Saintes Femmes au Tombeau (initiale historiée ;
dimanche de Pâques, magna missa) [Fig. 36b]

 

f. 107v : Pentecôte (initiale historiée ; dimanche de Pentecôte,
magna missa) [Fig. 37]

ff. 136-138v :

Début de l’Ordo missae

ff. 138v-139v :

Préfaces

ff. 140-145 :

Canon de la messe

 

f. 140 : Per omnia et préface commune (initiale ornée P de 6 lignes)

 

f. 140v : Vierge au manteau, protégeant les bayles, commanditaires
du missel (grande miniature) :
S’es noms dels bayles que an fayt far aquest missal. Guilhem de
Longacges
79. Iohan del Obra80. Guilhem de Mazeras81. Ramon
Rotlan
82. Ramon Robert83. Iohan Fagel84. Ramon Thomas.
Guilhem de Lezenx
85. // Guilhem Iohan86. Ramon Fahau87.
Bernat de Rocas. Iohan Servat
88. Ramon Colvin.
Bernat Cariera. Duran de la Bugia
89. Iacmes Vesia90.
Bernat de Bomegas. Bertran Silo. Mathieu Pagès
91.
Iohan Castel
92. [Fig. 38]

 

f. 141 blanc

 

f. 141v : Crucifixion (miniature pleine page ; Christ entre la Vierge
et saint Jean) [Fig. 39]

 

f. 142 : Majestas Domini (miniature pleine page ; Christ entouré
des symboles des évangélistes). Dans ces deux miniatures,
les fonds d’or sont ornés au poinçon. [Fig. 40]

 

f. 142v blanc

 

f. 143 : Célébration de la messe : l’élévation (initiale historiée
avec antenne prolongée en encadrement sur trois côtés ; prière du
canon Te igitur) [Fig. 41]

ff. 145-228v :

Sanctoral : Incipit nathale sanctorum. In die sancti Mauri
ad missam officium.

 

f. 145 : initiale ornée O de 4 lignes

ff. 228v-234v :

Commun des saints

ff. 234v-252v :

Messes votives (dont : f. 241, Missa pro paganis ; f. 243,
Pro captivis ; ff. 250v-252v, Missa pro seipso officium)

ff. 252v-253 :

Bénédictions (Benedictio panis, Super peregrinos,
Benedictio fructuum)

f. 253 :

Collecte pour saint Louis roi (Regis)

ff. 253-253v :

Messe ad postulandam serenitatem celi (sans rubrique)

ff. 253v-254v :

Messe pour la fête de la Visitation (addition – un peu ? – plus tardive)

27Décor secondaire : les six initiales historiées et les deux initiales ornées plus grandes, ff. 140 et 145, avec antenne prolongée en encadrement partiel de la page ; encadrement orné sur quatre côtés f. 7. Initiales ornées de deux lignes dans le calendrier et en tête des messes. Initiales filigranées d’une ou deux lignes, à l’encre rouge et bleue (violette, ff. 139-150v) ; d’une autre main dans la messe de la Visitation (f. 253v, initiale filigranée de trois lignes).

28Provenance : Les éléments liturgiques indiquent la destination du ms. pour l’église des Carmes de Toulouse. En haut du contre-plat supérieur, mention partiellement effacée : Ad usum [Carm]elitarum Tholosanorum 1583 [? ou 1553 ou 1555 ?] ; F. Correia, 1986, indique « 1455 », mais la graphie du 2e chiffre ne peut être un 4. Le comte Justin de Mac Carthy, bibliophile écossais exilé à Toulouse (n° 377 dans la vente de sa collection à Paris, en 1815, vendu pour 42 francs). D. Francisco de Melo Manuel da Câmara (Cabrinha), dont la bibliothèque fut achetée en 1852 par la Biblioteca Nacional de Lisbonne (f. 1, ancienne cote Z-5-13).

Bibliographie

Bibliographie

Catalogue des livres rares et précieux de la bibliothèque de feu M. le Comte de Mac-Carthy Reagh, t. I, Paris, De Bure, 1815, p. 62 n° 377 (ms. exécuté à Toulouse en caractères gothiques, commandé par les marguilliers dont les noms se trouvent au bas de l’une des trois grandes miniatures).

J. Dominguez Bordona, Spanish Illumination, vol. II, Florence, Paris, Pantheon, The Pegasus Press, 1930, pp. VIII, 49 et pl. 103 (Catalogne, XIVe s.).

R. Dos Santos, « Les principaux manuscrits à peintures conservés en Portugal », Bulletin de la SFRMP, 14 (1930), pp. 10-11, pl. VIII-IX (ms. aragonais, affinités avec l’art catalan).

F. Correia, « Inventário da colecção dos manuscritos iluminados da Biblioteca nacional », dans Bibliotecas, arquivos e museus, 2 (1986), n° 1, pp. 43-44.

I.V. Cepeda et T.A.S. Duarte Feraira, dir., Inventário dos códices iluminados até 1500, vol. 1, Distrito de Lisboa, Lisbonne, Secretaria de Estado da Cultura, Instituto da Biblioteca Nacional e do Livro, 1994, p. 279 n° 421.

Notes

1 À la néophyte que je fus, concernant l’histoire de Toulouse et son enluminure, de nombreuses personnes ont apporté une aide précieuse : François Avril, François Bordes, Sophie Cassagnes-Brouquet, Sabine Coron-Lesur, Geneviève Douillard, Michelle Fournié (qui m’a introduit parmi les médiévistes toulousains et dont l’intérêt enthousiaste m’a stimulée tout au long de mes recherches), Laurent Hablot, Hiromi Haruna-Czaplicki (qui a généreusement partagé avec moi sa connaissance des manuscrits enluminés toulousains), Véronique Lamazou-Duplan, Ana Lemos, Charlotte Riou. Qu’elles soient toutes très chaleureusement remerciées. Et last but not least, Patricia Stirnemann à laquelle je dois la connaissance du manuscrit ici présenté.
Les manuscrits enluminés cités de la Bibliothèque municipale de Toulouse sont tous reproduits dans la base Enluminures à l’exception de ceux mentionnés n. 7 (http://www.enluminures.culture.fr).

2 M. de Sainte-Marie, « Carmel (Ordre de Notre-Dame du Mont-Carmel) », dans Dictionnaire d’histoire et de géographie ecclésiastique, t. 11, Paris, Letouzey et Ané, 1949, col. 1070-1104.

3 Notamment par la reine Jeanne d’Évreux ; C. Rabel, « Des histoires de famille. La dévotion aux Trois Maries en France du XIVe au XVe siècle, textes et images », Revista de história de arte, 6 (2010), à paraître.

4 Voir la mise au point bibliographique de J.-B. Blethon, « Les Carmes au Moyen Âge », Bulletin du CERCOR, 31 (2007), pp. 96-105.

5 Princeton, University Library, Garrett Ms. 40 (Nantes, avant 1450-1476 ; ms. commandé par le duc François Ier, son frère et successeur Pierre II étant encore représenté avec des armoiries brisées) ; J. Plummer, avec la collab. de G. Clark, The Last Flowering. French Painting in Manuscripts, 1420- 1530, from American Collections, New York, The Pierpont Morgan Library, Oxford, Oxford University Press, 1982, pp. 23-24 n° 34.

6 Rouen, Bibl. mun., ms. A.22 (287), commandé par l’ancien prieur Étienne Canon et enluminé par le Maître de l’échevinage de Rouen ; V. Leroquais, Les sacramentaires et les missels manuscrits des bibliothèques publiques de France, Paris, s. n., 1924, t. III, pp. 218-219.

7 Lisbonne, Biblioteca Nacional, ms. IL. 112 ; voir la notice du manuscrit en annexe. Les deux autres manuscrits, conservés à la Bibliothèque municipale de Toulouse, sont liés à des confréries établies dans l’église des Carmes : ms. 484 (recueil liturgique en l’honneur de saint Eutrope, patron d’une confrérie attestée dès 1380) et ms. 1575 (Statut de la basoche du sénéchal de Toulouse depuis 1518 jusqu’en 1681).

8 L’histoire du couvent est essentiellement connue par une série d’inventaires du XVIIe siècle qui résument ou copient les actes originaux et chroniques anciennes, presque tous disparus (Toulouse, Arch. dép. de Haute-Garonne [ADHG], 116 H, fonds des Carmes, en cours de classement). Elle a été retracée par Sabine LESUR : Le couvent des Grands Carmes de Toulouse, thèse de l’École des chartes, Paris, 1972 ; « Le couvent des Grands Carmes de Toulouse au XIIIe siècle », dans Les mendiants en pays d’Oc au XIIIe siècle, éd. M.-H. Vicaire, Toulouse, Privat, 1973 (Cahiers de Fanjeaux, 8), pp. 101-110 ; « Recherches sur l’église du couvent des Grands Carmes de Toulouse », dans La naissance et l’essor du gothique méridional au XIIIe siècle, Toulouse, Privat, 1974 (Cahiers de Fanjeaux, 9), p. 273-288.

9 El Escorial, Biblioteca del Monasterio, ms. T.I.1, f. 17 (cantiga 9) ; Séville ?, vers 1281-1284.

10 J. Cannon, « Pietro Lorenzetti and the history of the Carmelite order », dans Journal of the Warburg and Courtauld Institutes, 50 (1987), pp. 18-28, ici pp. 20-21. La Bruna, la Vierge des Carmes de Naples y est reproduite pl. 5 fig. d.

11 On peut se demander si c’est la même image mariale qui, « placée au milieu du grand autel du chœur dans une ovale garnie de belles glaces de Venise », est toujours invoquée en secours au XVIIe siècle (Toulouse, ADHG, 116 H 64, Inventaire de 1676, f. 27). Cette description peut aussi faire penser à une sculpture, tout comme le deuxième récit, post-médiéval, de l’origine de l’image miraculeuse, selon lequel elle aurait été retirée de la Garonne par deux novices du couvent. Cette image de la Vierge est petite et « couvertes de plaques, ou de feuilles d’argent » (116 H 64, f. 28) : i.e. une statue – ou une icône partiellement recouverte de métal, ne laissant qu’apparaître la Mère et l’Enfant voire seulement leurs têtes ? Dans le tableau de L’entrée des Carmes à Toulouse aujourd’hui dans l’église de Seysses, du début du XVIIIe siècle, c’est une petite statue habillée de brocart qui est portée au centre du cortège : M. Prin, « L’entrée des Carmes à Toulouse d’après un tableau conservé à Seysses », dans Mémoires de la Société archéologique du Midi de la France, 45 (1983-1984), pp. 5-17.

12 A. Staring, « The miracles of Toulouse, 1264-1265 », dans Carmelus, 38 (1991), fasc. 1, pp. 128-154.

13 Londres, Museum of London, Department of Urban Archaeology, Inv. SWA 81, 2150. J.-M. Lassure et G. Villeval, « Un insigne de pèlerinage des Grands Carmes de Toulouse découvert à Londres », dans Archéologie du Midi médiéval, 6 (1987), pp. 176-178 (republié dans Auta, 1988, n° 533, pp. 54- 59).

14 D. Bruna, Les enseignes de pèlerinage et les enseignes profanes au musée national du Moyen Âge, catalogue de la collection, Paris, Réunion des musées nationaux, 1996, p. 88 n° 84. Selon O. Fellinger, Der Karmeliterorden und der deutsche Kaufmann im Mittelalter, Cologne, Beyer & Schmeisser, 1914, pp. 64-65, les Carmes vouent même un culte particulier à la Vierge Stella maris depuis que saint Louis aurait été sauvé du naufrage par la Vierge du Mont Carmel. Cet épisode sans doute apocryphe est rapporté par la prétendue chronique de Guillaume de Sanvic que Philippe Ribot († 1391) a inséré comme livre 9 dans son Liber de institutione et pecularibus gestis religiosorum Carmelitarum… : en réalité, au retour de la première croisade de Louis IX, le bateau du roi faillit faire naufrage au large de Chypre, événement raconté entre autres par Joinville et que les Carmes semblent bien avoir détourné en leur faveur.

15 Le protagoniste d’un des miracles toulousains est un prisonnier qui réussit à s’enfuir d’un château fort à la nage, après s’être voué à Marie, Stella maris ; Staring (cf. n. 12), p. 147.

16 Bibl. du Vatican, ms. Chigi D V 71, ff. 82 (Portement de Croix) et 82v (Crucifixion). Je dois la connaissance de ce livre d’heures, auparavant localisé à Avignon, et son insertion dans l’enluminure toulousaine à François Avril. G. Morello, Die schönsten Stundenbücher aus der Bibliotheca Vaticana, Zurich, Belser, 1988, pp. 40 et 44 (n° 38), fig. 8, 36, 112 ; ici fig. 8. G. Bartz et E. König, Das Stundenbuch, Perlen der Buchkunst. Die Gattung in Handschriften der Vaticana, Stuttgart, Zurich, Belser, 1998, fig. 13-15, 56, 126, 151, 158 ; ici fig. 15.

17 Le sanctoral carme ne commence pas avec la fête de saint André (le 30.11.), la veille de l’Avent qui marque le début de l’année liturgique, mais le 15 janvier (saint Maur) pour finir le 21 décembre (saint Thomas apôtre).

18 Même observation pour le missel de Toulouse daté de 1364, Paris, BnF, lat. 837.

19 B. Zimmerman, « Carmes (Liturgie de l’ordre de) », dans Dictionnaire d’archéologie chrétienne et de liturgie, Paris, Letouzey et Ané, t. II, 2e partie, 1925, col. 2166-2175 ; Ordinaire de l’ordre de Notre-Dame du Mont-Carmel par Sibert de Beka (vers 1312), B. Zimmerman (éd.), Paris, Picard, 1910 (Bibliothèque liturgique, 13).

20 Évêques de Jérusalem dans le calendrier : Mathias (30.1.), Siméon (18.2.), Quiriace (4.5.), Marc (22.10.), Narcisse (29.10.) ; patriarches Abraham, Isaac et Jacob : 6 octobre ; saints français : par exemple Julien du Mans (27.1.), Vaast d’Arras et Amand de Maastricht (6.2.), Aubin d’Angers (1.3), Germain d’Auxerre (31.7.), Gilles du Gard (1.9.), Maurille d’Angers (13.9.), Germain d’Auxerre, Rémi de Reims et Vaast d’Arras (1.10.), Denis et compagnons de Paris (9.10.), Quentin d’Amiens (31.10.), Sernin de Toulouse (29.11.). Tous ces saints figurent également dans le sanctoral, à l’exception des saints Narcisse et Quentin. Notons que saint Sernin, selon la légende locale reprise entre 1317 et 1324 par Bernard Gui, est aussi directement lié à Jérusalem : disciple de saint Jean-Baptiste, il aurait été baptisé en même temps que le Christ et été témoin de la Cène et de la Résurrection.

21 Saint Louis a sa messe habituelle dans le sanctoral (ff. 193v-194), avec antiennes, versets, répons et lectures (collecte : Deus qui beatum Ludovicum ; secrète : Presta quesumus omnipotens Deus ; postcommunion : Deus qui almum confessorem tuum Ludivicum). Elle est précédée d’une autre messe qui lui est également dédiée au f. 193v ; non repérée par ailleurs, elle comporte seulement trois prières (collecte : Omnipotens rex celorum qui in fine temporum ; secrète : Divina maiestatis clementissime Deus hoc sacrificium ; postcommunion : Legalis magnificiencie refecti communio corporis et sanguinis Domini). Saint Louis est également mentionné à la fin des messes votives, par une collecte seulement (Omnipotens rex celorum qui in fine temporum, f. 253). Je remercie Elizabeth Brown pour ces précisions sur le culte liturgique de saint Louis.

22 Fête adoptée sans doute pour honorer le saint patron de Limoges, où eut lieu en 1339 le chapitre général de l’ordre. À Toulouse, Gailhard Tornier, capitoul en 1361, 1376 et 1384, fit construire dans l’église des Carmes une chapelle dédiée à Saint-Martial ; Lesur, 1974 (cf. n. 8), p. 277.

23 Les Saintes Femmes auraient rendu visite aux ermites du Mont Carmel qui vivaient là depuis le temps du prophète Élie, revendiqué comme fondateur de l’ordre. Le culte des Trois Maries est promu par les Carmes parisiens à la suite d’un miracle de guérison attribué aux demi-sœurs de la Vierge ; Rabel (cf. n. 3).

24 FF. 253v-254v.

25 30 avril, calendrier et sanctoral ; dans l’église des Carmes il y avait une chapelle et une confrérie Saint-Eutrope ; cf. n. 7.

26 22 mai, calendrier et sanctoral.

27 16 octobre, sanctoral seulement.

28 21 novembre, calendrier seulement.

29 12 février, calendrier seulement.

30 M. Fournié, « Bernard de Rosier, saint Germier et la cité épiscopale de Toulouse », dans Les cités épiscopales du Midi, P. Nélidoff (éd.), Albi, Presses du Centre universitaire Champollion, 2006, pp. 141-155.

31 FF. 190-190v. Sa fête est absente du calendrier.

32 Toulouse, Bibl. mun., ms. 144, f. 79 ; V. Leroquais, Les psautiers manuscrits des bibliothèques publiques de France, Mâcon, Protat, 1940-1941, t. II, pp. 223-228.

33 Toulouse, Bibl. mun., ms. 91 ; Leroquais (cf. n. 6), t. III, pp. 316-317.

34 V. Edden, « Felip Ribot’s Institution of the First Monks : Telling Stories about the Carmelites », dans Journal of the Early Book Society, 7 (2004), pp. 141-151, ici p. 148 (la conversion de frères carmes présents à Jérusalem au moment de la Pentecôte et instruits par les apôtres).

35 Toulouse, Bibl. mun., ms. 91, f. 125.

36 Après 1393. M. Rickert, The Reconstructed Carmelite Missal. An English Manuscript of the late XIV Century in the British Museum (Additional 29704-5, 44892), Chicago, The University of Chicago Press, 1952, pp. 51, 99-100, pl. II.

37 Il s’agit d’un des nombreux passages ajoutés par Jean Golein à sa traduction en 1372 du Rationale divinorum officiorum de Guillaume Durand (livre I, chap. 5 : le cimetière) ; J. Williman, ‘Le Racional des divins offices’ : an Introduction and Partial Edition, Ph.D., Chapel Hill, 1967, t. 2, p. 277.

38 Paris, Bibl. Mazarine, ms. 527, ff. 53v-54 ; ms. consultable sur Liber Floridus (http://liberfloridus.cines.fr). Merci à Marie-Thérèse Gousset pour la confirmation de la datation du manuscrit.

39 Matfre Ermengaud, Breviari d’Amor, Vienne, Österreich. Nationalbibl., Cod. 2563, ff. 5v-6, milieu XIVe siècle ; H. J. Hermann, Die westeuropäischen Handschriften und Inkunabeln der Gotik und der Renaissance mit Ausnahme der niederländischen Handschriften, 2 : Englische und französische Handschriften des XIV. Jahrhunderts, Leipzig, Hiersemann, 1936 (Beschreibendes Verzeichnis der illuminierten Handschriften in Österreich, VIII : Die illuminierten Handschriften und Inkunabeln der Nationalbibliothek in Wien), pp. 144-161 ; ici pl. XLV-XLVI.

40 Vat. Chigi D V 71, ff. 266v-267 ; Bartz et König (cf. n. 16), fig. 13.

41 Le dessin anatomique si particulier du thorax du Christ a été copié pour la figure du Crucifié, certes plus athlète, dans une miniature qui semble directement dériver de la Crucifixion du missel carme : Toulouse, Bibl. mun., ms. 1272, f. 2 (Vie de sainte Marguerite en provençal, fin XIVe siècle).

42 À moins qu’elle ne résulte d’un télescopage entre les deux Jean, l’apôtre et le Baptiste ? Ce dernier est souvent figuré avec les cheveux en bataille, lorsqu’il se tient comme intercesseur avec la Vierge aux côtés du Christ en majesté dans l’iconographie byzantine de la Deisis. La plupart des sculptures subsistantes de la chapelle de Jean Tissendier sont aujourd’hui au Musée des Augustins de Toulouse (collège des apôtres, statue du donateur et son gisant) ; saint Jean (inv. RA 555 J) : M.-P. Chaumet, Sculptures gothiques (XIIIe-XVe siècles), Toulouse, Musée des Augustins, 1998, fig. p. 35.

43 Toulouse, Musée des Augustins, inv. RA 581 ; cf. http://www.culture.gouv.fr/Wave/image/joconde/0387/m056206_0004383_p.jpg.

44 Voir les notices de F. Avril dans Les fastes du gothique. Le siècle de Charles V, cat. exp. F. Baron (dir.), Paris, RMN, 1981, pp. 311-312 (nos 262-264) et 353-355 (nos 309-310), et dans le présent recueil, l’article de Hiromi Haruna-Czaplicki, pp. 59-71.

45 FF. 139-150. Seules les petites initiales filigranées, au décor à base de traits parallèles, évoquent celles des manuscrits italiens (cf. par exemple f. 140v). [Fig. 38]

46 C’est la thèse de Hiromi Haruna-Czaplicki (communication écrite le 3 avril 2009) qui plaide pour différents « enlumineurs » mais un seul peintre « historieur » dans le missel des Carmes, la Vie de sainte Marguerite (Toulouse, Bibl. mun., ms. 1272), les Heures du Vatican (Chigi D V 71), le psautier (Toulouse, Bibl. mun., ms. 144) et les portraits des capitouls des années 1392-1393 et 1393-1394 (Toulouse, Arch. mun., BB 273, ff. 4-4v ; proposition la plus convaincante, cf. infra), et peut-être aussi le Pontifical d’Arles (Paris, BNF, lat. 9479, entre 1370 et 1378). Ce dernier manuscrit a été peint selon F. Avril (n. 44), pp. 353-354 n° 309, par le même artiste, « particulièrement proche de l’enlumineur des capitouls de 1369 et 1370 », qu’un Pèlerinage de Vie humaine de Guillaume de Digulleville enluminé, sans doute entre 1365 et 1378, pour Louis Ier d’Anjou (Heidelberg, Universitätsbibl., Cod. Pal. lat. 1969).

47 Ordonnance de 1402 dans le Livre blanc des capitouls de Toulouse (Arch. mun., AA 3, p. 361) : enluminé par Jean Négrier (cf. n. 49) ?

48 Ces caractéristiques permettent de rapprocher du missel et du Livre blanc la page peinte en tête (f. 5) du ms. 57 de la Bibl. mun. de Toulouse, à l’initiale historiée malheureusement frottée, qui a été daté entre 1379 et 1383 (la date post quem étant pourtant basée sur une identification erronée des armoiries qui ne peuvent pas être celles de Jean de Cardaillac comme l’affirme le Catalogue des manuscrits en écriture latine portant des indications de date, de lieu ou de copiste, t. VI, Bourgogne, Centre, Sud-est et Sud-ouest de la France, notices par M. Garand, M. Mabille et J. Metman, Paris, CNRS, 1968, p. 381).

49 Toulouse, Arch. mun., BB 273, f. 4 et BB 273, f. 4v. Jean Négrier reçoit des paiements pour peindre, « historier » et écrire les Annales de Toulouse en 1388, 1392, 1404, 1405 et 1406, ce qui amène les spécialistes à le supposer être le peintre des capitouls sans interruption pendant toute cette période. Les enlumineurs du Capitole de 1205 à 1610, cat. exp. réd. par R. Mesuret, Toulouse, Musée Paul-Dupuy, 1955, p. 27-28. En dernier lieu, F. Bordes, Formes et enjeux d’une mémoire urbaine au bas Moyen Âge : le premier « Livre des Histoires » de Toulouse (1295-1532), thèse de doctorat en Histoire médiévale, Université de Toulouse-Le Mirail, 2007, t. 1, pp. 109-110 et 117-118. Il est le premier à avoir proposé d’attribuer à Jean Négrier l’illustration du missel carme.

50 Toulouse, Bibl. mun., ms. 91, f. 121.

51 Le peintre avait prévu un arrangement plus équilibré : par transparence on voit, à l’extrémité du groupe de gauche, quatre têtes supplémentaires placées au second rang comme dans celui de droite. La composition a été corrigée (ces têtes en trop ont été cachées sous la peinture du manteau vairé) afin de correspondre à l’énumération des noms des bayles. Elle peut être comparée avec la Cène des Heures Chigi D V 71 (f. 78v) : pour le rassemblement serré et étagé des apôtres, la petitesse des têtes, l’aspect des visages et l’alternance de chevelures claires et sombres ; Morello (cf. n. 16), fig. 112.

52 Chez le deuxième de gauche des hommes vêtus d’une houppelande rose, la manche d’un habit de dessous dépasse, s’évasant au-dessus du poignet. Ces vêtements semblent être resserrés à la taille, sans qu’on aperçoive une ceinture. C’est la variante très « graphique » des houppelandes peintes dans les manuscrits parisiens des années 1400 : à comparer, par exemple, avec l’Amant donnant un baiser à la rose dans le deuxième Roman de la Rose de Jean de Berry (Paris, BNF, fr. 12595, f. 27v, vers 1400- 1402 ; ms. consultable sur Mandragore, http://mandragore.bnf.fr/html/accueil.html).

53 P. Perdrizet, La Vierge de miséricorde. Étude d’un thème iconographique, Paris, Fontemoing, 1908 (Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome, 101) ; J. Delumeau, Rassurer et protéger. Le sentiment de sécurité dans l’Occident d’autrefois, Paris, Fayard, 1989, chap. VII, pp. 261-289, 611- 616. J’emploie la désignation Vierge au manteau en référence à la Schutzmantelmadonna allemande. Selon L. Réau, Iconographie de l’art chrétien, t. II, Iconographie de la Bible, 2, Nouveau Testament, Paris, PUF, 1957, p. 112, le latin connaît non seulement la Mater misericordiae mais aussi la Maria cum mantello.

54 Je n’en connais pas d’autre que celle du missel. Dans un manuscrit peut-être toulousain du milieu du XIVe siècle, réalisé pour Gaston Phébus et qui contient la traduction en langue d’oc de la Propriété des choses de Barthélemy l’Anglais, c’est la personnification de la Sagesse qui étend son manteau protecteur sur les Sept arts libéraux (Paris, Bibl. Sainte-Geneviève, ms. 1029, f. Hv ; ms. consultable sur Liber Floridus : http://liberfloridus.cines.fr).

55 Par exemple, charte de la confrérie des artisans du cuir à Bologne, 1349 (Paris, Musée Marmottan, coll.
Wildenstein, inv. 6100-82) ; statuts des épiciers de Bologne, 1377 ? (Bologne, Archivio di Stato, Cod. min. 44, f. 2v.).

56 Nancy, Arch. dép. Meurthe-et-Moselle, G 1201. Perdrizet (n. 53), pp. 74-75, pl. XII ; Ecriture et enluminure en Lorraine au Moyen Âge, cat. exp., Nancy, Société Thierry Alix, 1984, pp. 143-145 n° 95.

57 Le Puy-en-Velay, Musée Crozatier, inv. 852.9. Perdrizet (n. 53), pp. 154-158, pl. XXI, 1 ; H. Millet et C. Rabel, « Dévotion carme et premiers jubilés : la Vierge de miséricorde du Puy-en-Velay (début du XVe siècle) », dans Jubilé et culte marial (Moyen Âge – époque contemporaine), actes du colloque Le Puy-en-Velay, 2005, B. Maes, D. Moulinet et C. VIncent (éds.), Saint-Étienne, Cercor, 2009, pp. 63-86.

58 Paris, Bibl. Mazarine, ms. 520, f. 105 (ms. consultable sur Liber Floridus : http://liberfloridus.cines.fr) ; E. Nadal, « Histoire d’un manuscrit enluminé du Moyen Âge. De Raymond de Reilhac, abbé de Conques aux comtes d’Armagnac », dans Revue du Rouergue, 93 (2008), pp. 35-62.

59 Une semblable robe ornée porte par exemple la Vierge des artisans du cuir bolonais, cf. n. 55.

60 Ces éléments caractérisent par exemple la Vierge au manteau du Missel-livre d’heures contemporain de Bertrando de’ Rossi (Paris, BNF, lat. 757, f. 258 ; Milan, vers 1385-1390).

61 Qui ont comparé les noms des bayles à d’autres listes de noms toulousains à leur disposition, voire, comme Michelle Fournié et Sophie Cassagnes-Brouquet, ont épluché les originaux aux ADHG et aux Archives municipales.

62 Selon François Bordes, seul le nom de la famille Lazens (variante de Lezenx) apparaît parmi les capitouls, la première fois pour l’année 1415-1416.

63 Y. Dossat, « La confrérie de Notre-Dame du Mont-Carmel à Toulouse (1267-1274) », dans La naissance et l’essor du gothique méridional au XIIIe siècle, Toulouse, Privat, 1974 (Cahiers de Fanjeaux, 9), p. 289-313, ici en particulier pp. 296-298.

64 Toulouse, Arch. mun., registres d’impôts CC 155 à CC 159. Voir infra dans la notice du missel, la liste annotée des bayles.

65 Lesur, 1972 (n. 8), pp. 39-43.

66 Guilhelmus de Ponte lègue 5 s. tol. à la confratrie Beate Marie maioris altaris in dicta ecclesia de Carmelo. ADHG, 3 E 7412 (le testament commence f. 92) ; legs mentionné par V. Duplan, Les oligarchies toulousaines : familles et sociétés, de la fin du XIIIe siècle au milieu du XVe siècle (1271- 1444), thèse, Université de Pau, 1994, p. 907 et précisé par Michelle Fournié.

67 La liasse consacrée à la confrérie de Notre-Dame d’Espérance (ADHG, 1 E 1015) est constituée de huit originaux (1493-1639) et d’un cahier de papier de 22 pages. Ce dernier, intitulé Inventaire 2d d’autres actes des Archives. Pour la Noble Confrérie de la Ceinture de Notre Dame d’Esperance, date de 1655 ou peu après. Dans sa première partie, après une introduction (historiquement fausse) sur l’origine de la chapelle, ce cahier fournit l’analyse de quinze actes datés de 1387 (a.st.) à 1655. Selon S. Cassagnes-Brouquet, ces résumés semblent fiables, comme le montre la comparaison avec des originaux conservés. Mais il faut néanmoins prendre en compte la possibilité d’erreurs ou d’omissions dans la transcription (cf. note suivante) et surtout, la modernisation de la langue. Le rédacteur écrivant à l’époque où la confrérie de Notre-Dame d’Espérance existait, de bonne ou de mauvaise foi, il allait de soi pour lui de la faire exister aux plus hautes époques et de lui donner, comme à la chapelle qui l’hébergea, cet intitulé « depuis la nuit des temps ». La seconde partie du cahier comporte, en deux copies, un texte intitulé L’institution des chevaliers de la ceinture de Nostre Dame d’Esperance qui est notre seule source pour le miracle de la forêt de Bouconne et le vœu de Charles VI ; cf. infra.

68 ADHG, 1 E 1015, p. 2, analyse de l’acte n° 1. Le chroniqueur du XVIIe siècle indique « L’an 1387 et le 11e fevrier » ; comme pour l’acte n° 2 du 5 janvier 1389 (1390 n.s.), il dut transcrire sa source sans convertir la date en « nouveau style ». L’affiliation à l’ordre des Carmes aurait été accordée par le prieur général Frater Raymundus, i.e. Petrus Raimundi ; or, celui-ci, élu au chapitre général de la Pentecôte 1339, est mort le 22 novembre 1357. Il y eut donc une lecture erronée de la date : en transcrivant les chiffres romains, le chroniqueur du XVIIe siècle a-t-il lu M° CCC° LXXX° VII° à la place de M° CCC° XXXX° VII, i.e. de 1347 ? Nous ne pouvons pas non plus savoir si la confrérie, à cette date, fut déjà nommée Notre Dame « d’Espérance » (cf. note précédente). Il est possible que non, et alors, son identité avec celle de Notre-Dame du Grand autel, mentionné en 1369, devient plus que probable.

69 La miniature de la Vierge au manteau en montre vingt : est-ce parce que les bayles de plusieurs années se sont associés pour faire confectionner le missel ?

70 Lesur, 1972 (n. 8), pp. 33-37.

71 Y a-t-il un lien entre les deux épithètes de la Vierge, « de Miséricorde » et « d’Espérance » ? Chez les Augustins, dont le couvent se situait pas très loin au nord des Carmes, il y avait aussi une chapelle Notre-Dame d’Espérance, attestée à la fin du XVe siècle, qui aurait par la suite été appelée Notre-Dame de Miséricorde (P. Salies, Les Augustins. Origine, construction et vie du grand couvent toulousain au Moyen Âge (XIIIe-XVIe siècles), Toulouse, Archistra, 1979, pp. 139-142).

72 La cinquième année du pontificat de Clément VII, pape d’Avignon (1378-1394), Étienne de Montméjean obtient de lui des indulgences pour sa fondation ; Lesur, 1972 (n. 8), pp. 143-146, 207- 208. Les documents du XVIIe siècle, en confondant le pape d’Avignon avec le pape Clément VII du XVIe siècle, datent cette fondation de 1528 (par exemple ADHG, 1 E 1015, p. 5, analyse de l’acte n° 10). La chapelle comportait le tombeau d’Étienne Montméjean et sa statue de donateur portant le modèle de l’édifice, ainsi que ses armoiries ; cf. ADHG, 116 H 62, f. 113.

73 ADHG, 1 E 1015, p. 3, analyse de l’acte n° 3.

74 ADHG, 1 E 1015, pp. 2-3, analyse de l’acte n° 2.

75 ADHG, 1 E 1015, pp. 13-14 et 15-16 (deux copies du récit) ; Les peintures murales de Toulouse et du Comminges. Relevés et photographies, cat. exp. Toulouse, Musée Paul-Dupuy, 1958, n° 54 pp. 86-90. À ce vœu de Charles VI est aussi liée la fondation de l’ordre de la ceinture Espérance, ce qui est historiquement faux. L. Hablot, « La ceinture Esperance et les devises des Bourbons », dans F. Perrot, Espérance : le mécénat religieux des ducs de Bourbon à la fin du moyen âge, cat. exp., Ville de Souvigny, 2001, pp. 91-103, ici pp. 93-95.

76 Voir n. 67.

77 Michelle Fournié confirme cette hypothèse, après avoir relu les principaux historiens de Toulouse du XVe au XIXe siècle. En effet, le « vœu de Charles VI » est mentionné pour la première fois seulement en 1687, par G. Lafaille qui précise l’absence de sources écrites pour cet épisode (Annales de la ville de Toulouse…, Toulouse, G.-L. Colomiez, vol. 1, 1687, p. 143).

78 Ce que suggère le rapprochement des textes dans L’Inventaire de 1676 (ADHG, 116 H 64, pp. 18-20), où le récit du miracle du « fils du viguier » en 1264 est suivi d’un chapitre intitulé Chapelle de Notre-Dame d’Esperance qui commence par « Les miracles qui ont esté faits soubs l’invocation de Notre Dame d’Esperance ont esté en si grand nombre… ».

79 Je dois les identifications proposées à Michelle Fournié, à l’exception de quelques-unes suggérées par la lecture de P. Wolff, Commerces et marchands à Toulouse (vers 1350 – vers 1450), Paris, Plon, 1954.
Longages : nom d’un lieu au sud-ouest de Toulouse (Haute-Garonne, arrt. Muret, canton Carbonne).

80 Plutôt Iohan de Lobra ? Un tel figure parmi les nichils dans le registre d’impôts, capitoulat de la Dalbade, 1397-1398 (Toulouse, Arch. mun., CC 158, p. 175). Un Johannes de Opere, platee Sancti Antonii Lezatensis (place située dans le quartier des Carmes) est en 1389 bayle de la confrérie des Corps Saints à Saint-Sernin (C. Douais, Documents sur l’ancienne province de Languedoc, t. III, Trésor et reliques de Saint-Sernin à Toulouse. II. Comptes de la Confrérie des Corps Saints, I : Registre des années 1383-1395, Paris-Toulouse, Picard-Privat, 1906, pp. 161, 170).

81 Guill. de Maseras, capitoulat du Taur (registre d’impôts, nichils et reste des estimés, 1396 ou 1397, AM CC 156, p. 8). Plus près des Carmes, dans le capitoulat de la Dalbade, un Guilhem de Mazeras, brassier en 1397-1398 (AM, CC 158 : nichils, p. 160) et un Guill. de Maseras en 1405 (AM, CC 159 : estimés et nichils, p. 324).

82 Ou Ramon Roclan ? Cf. ADHG, 116 H 62, Inventaire de 1650, f. 26v : mention en 1580 d’un Gabriel de Sabatier et de Saint-Martin, sieur de Roquelan. Lesur, 1972 (n. 8), p. 86 cite parmi les bienfaiteurs des Carmes à l’époque moderne un Raymon de Sabatier, sieur de Roquerlan, procureur général au Parlement, habitant l’actuelle rue du Languedoc (qui longeait le couvent à l’est). Un Ramon de la Roqua du capitoulat Saint-Barthélemy figure dans le registre d’impôts des nichils pour 1397-1398 (AM, CC 158, p. 240).

83 Un Ramon Robbert du capitoulat Saint-Pierre-Saint-Géraud figure dans le registre d’impôts des nichils pour 1397-1398 (AM, CC 158, p. 291). Un Raimond Robert teste le 12 juillet 1429 (Wolff, Commerces [n. 79], p. 107).

84 Un Jean Fagil, savetier, teste le 2 novembre 1407 (Wolff, Commerces [n. 79], p. 105 ; cf. p. 609 : en 1447, les savetiers célèbrent la Vierge, leur patronne, dans l’église des Carmes).

85 Lezenx, Lazenx, Lazens ou Dalzenx. Un sire Arnaud Guilhem de Lazens, licencié en droit, est mentionné en 1419 (Wolff, Commerces [n. 79], p. 66).

86 Un Guy Jean (Guidonis ou Guinot ou Guiot Johannis), stationnaire dans la première moitié du XVe siècle, est assez bien connu grâce aux recherches de Véronique Lamazou-Duplan (cf. pp. 33-56 dans ce recueil) mais il n’est jamais nommé Guilhem.

87 Fahau : identique à la famille del Fau, dont Pierre del Fau est un riche marchand à la fin du XVe siècle (Wolff, Commerces [n. 79], pp. 598-593) ?

88 Plusieurs Iohan Servat dans les registres d’impôts : parmi les estimés de 1397-1398, capitoulats de la Dalbade, de Saint-Barthélemy et de Saint-Pierre-Saint-Géraud (AM, CC 157, pp. 101, 149, 213).

89 Dans le cahier de la confrérie Notre-Dame d’Espérance, l’analyse d’un acte du 22 avril 1493 (n.st.) mentionne un Bertrand de la Pugia (ADHG, 1 E 1015, p. 3, no 4).

90 Plusieurs homonymes dans les registres d’impôts : Jacme Vezia, sabatier (quartier de la Dalbade, partita des Filatiers) et Jacme de Vezia (quartier de la Dalbade, partita de Saint-Rémézy), parmi les nichils et reste des estimés, 1396 ou 1397 (AM, CC 156, pp. 38, 41) ; un James Vezia au capitoulat Saint-Pierre-Saint-Géraud, parmi les estimés 1397-1398 (AM, CC 157, p. 187). Plus tard, on trouve des membres de la famille Vez (i) a(n) liés aux Carmes : un Jean de Veza, bachelier en théologie est leur prieur à la fin du XVe siècle : cf. cahier de la confrérie Notre-Dame d’Espérance, ADHG, 1 E 1015, p. 3, analyses des actes nos 4 (du 22 avril 1493 n.st.) et 5 (du 2 juillet 1497). Au XVIe siècle, un Jean de Vezian, conseiller au Parlement de 1558 à 1571, habitant l’actuelle rue du Languedoc (qui longeait le couvent à l’est), faisait partie des bienfaiteurs des Carmes (Lesur, 1972 [n. 8], p. 86).

91 Un Jean Pagès, maître maçon, est mentionné dans la lettre patente de Charles VII qui accorde aux Carmes d’ériger un arc par-dessus la rue pour accéder à leurs latrines, à l’est du couvent, sans avoir à le quitter (ADHG, 116 H 62, Inventaire de 1650, ff. 43-43v ; Lesur, 1972 [n. 8], p. 88).

92 Un Johan Castel, du capitoulat de la Daurade, figure dans le registre d’impôts de 1396 ou 1397, parmi les nichils et reste des estimés (AM, CC 156, p. 10).

© Presses universitaires du Midi, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search