Version classiqueVersion mobile

Le livre dans la région toulousaine et ailleurs… au Moyen Âge

 | 
Sophie Cassagnes-Brouquet
, 
Michelle Fournié

Deuxième partie. Manuscrits Languedociens du XIVe siècle

Note sur le ms. 1252 de la Bibliothèque municipale de Toulouse : un sacramentaire d’Albi réalisé au tournant du XIIIe et du XIVe siècle et son décor à filigranes à l’encre

Hiromi Haruna-Czaplicki

Texte intégral

  • 1 Sur l’histoire des livres de la messe au Moyen Âge central : S. J. P. Van Dijk, O.F.M. et (...)
  • 2 Abbé V. Leroquais, Les Sacramentaires et les Missels manuscrits des bibliothèques publique (...)

1Le missel, livre du célébrant de la messe, s’organise aux XIe et XIIe siècles, où la réforme de l’Église s’opère et la psychologie ecclésiastique se transforme. Certes, l’accroissement de l’importance du rôle du célébrant et le développement de la messe privée ou des célébrations dans des chapelles latérales, auraient suscité le besoin d’un livre du célébrant contenant la partie de chants et de lectures, mais les réformes des livres liturgiques à la Curie romaine par le pape Innocent III et ses successeurs favorisait aussi le remplacement progressif du sacramentaire par le missel dans les églises régulières et séculières1. Dans les recensements des sacramentaires et missels manuscrits des bibliothèques publiques de France de l’Abbé Victor Leroquais, les sacramentaires datant du XIVe siècle ne sont pas nombreux2. Un sacramentaire conservé à la Bibliothèque municipale de Toulouse sous la cote de « 1252 » en offre un exemple, bien que ce manuscrit, acquis par achat en mars 1954, ne soit pas inventorié dans l’ouvrage du savant liturgiste. Il est de bonne facture mais d’un exemplaire modeste, décoré seulement des initiales filigranées exécutées à la plume. Nous proposons ici un examen codicologique de ce sacramentaire, afin de situer sa place dans la production manuscrite de la région, plus précisément à Albi, au tournant du XIIIe et du XIVe siècle.

  • 3 Je voudrais exprimer ma profonde gratitude à Madame Sophie Cassagnes-Brouquet et à Madame (...)

2Aborder un manuscrit liturgique est une tâche difficile au sein de la discipline de l’histoire de l’art. Cet article n’a pas la prétention de le traiter de manière exhaustive. Bien au contraire, en essayant de présenter quelques aspects particuliers, le but serait plutôt d’attirer l’attention sur ce manuscrit, qui se révèle un témoin important de l’histoire de la cathédrale d’Albi. Dans les pages qui suivent, les éléments composants du manuscrit, tels que son aspect physique, son contenu, sa calligraphie et son décor, seront présentés afin de discuter du contexte de sa production3.

I. Le codex

  • 4 Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France. Départements, t. L (...)
  • 5 Le sénion (ou sexternion) est formé de 6 bifeuillets, soit 12 feuillets ou 24 pages : D. M(...)

3Le manuscrit est entré à la Bibliothèque municipale de Toulouse par achat en mars 1954. Mgr Aimé-Georges Martimort, qui a étudié ce sacramentaire, a remarqué son usage albigeois4. Le codex ne comporte pourtant aucun indice permettant de connaître son itinéraire après avoir quitté une église albigeoise et jusqu’à l’acquisition par la Bibliothèque de Toulouse : pas de feuillet de garde médiéval ; sa reliure à quatre nerfs et « en basane naturelle retournée », d’après la notice du catalogue général, ne semble pas remonter avant la première moitié du siècle dernier. Le manuscrit est restauré, sept premiers folios ont reçu un renforcement en parchemin, en particulier dans le coin inférieur au côté externe. Le livre se compose de 208 feuillets de parchemin de 260 sur 180 mm, dont la surface de la justification mesure 170 sur 110 mm et contient 16 longues lignes du texte. Ils sont plutôt épais, le côté poil se montre jaunâtre et le côté chair, plus clair. Il semble que les cahiers commencent côté chair (par ex. f. 38r). La réclame, indication des premiers mots de la page suivante, en l’occurrence le premier recto d’un cahier consécutif, est inscrite en bas au côté interne du dernier verso d’un cahier. les mots sont écrits verticalement de haut en bas. Elle se voit notamment aux ff. 25v, 37v, 49v, 61v, 71v, 83v, 109v, 121v, 133v, 155v, 167v, 179v, 191v, 203v. La majorité des cahiers sont ainsi des sénions5. La foliotation en chiffre arabes, portée au crayon en haut à droite sur les pages rectos, est moderne. Il manque au manuscrit quelques feuillets au début et à la fin du volume, on constate aussi quelques lacunes dans le corps de l’ouvrage.

II. Le contenu

  • 6 M. Metzger, Les sacramentaires, Typologie des sources du Moyen Age occidental, fasc. 70, T (...)

4Le sacramentaire étant un livre pratique, sa confection reflète la logique de l’initiative du moment. Il est adapté selon le développement liturgique de la communauté destinataire, tout en respectant les pratiques traditionnelles locales6. De ce fait, chaque sacramentaire est un témoin unique et peut révéler certains aspects historiques de son destinataire. Nous relevons quelques détails particuliers pour caractériser le ms. 1252.

  • 7 Sur l’organisation des livres de la messe : A. Hughes, Medieval Manuscripts for Mass and O (...)
  • 8 La transcription est littérale d’après le manuscrit, en respectant les graphies du copiste
  • 9 Entre f. 3v et f. 4r, une lacune est produite ; il manque la fin de la doxologie.
  • 10 Les ff. 97r-v sont blancs, griffonnés de quelques essais de plume.

5Dans son état actuel, il ne comprend pas de calendrier7. C’est un sacramentaire grégorien, un intitulé se lit au f. 3r : « In nomine Domini nostri Ihesu Christi. Incipit liber sacramentorum per anni circulum a beato Gregorio papa Urbis Rome editus. Ordo qualiter in catolica »8. En tête du manuscrit se place l’ordinaire de la messe, soit ordo missae (ff. 1r-3r), les rites initiaux (Kyrie et Gloria, f. 3v), préfaces (ff. 4r-6r) et le Canon (ff. 6v-12r, lig. 11) (fig. 1)9. Les formulaires pour les célébrations du cycle annuel sont divisés entre le temporal (ff. 14r-96v) et le sanctoral (ff. 98r-192v)10. Le premier dimanche de l’Avent ouvre l’année liturgique, et le cycle se termine par le dernier dimanche avant l’Avent. Le sanctoral commence cependant avec la fête de saint Étienne Protomartyr et s’achève avec la fête de l’apôtre saint Thomas (fig. 2). Après ces doubles cursus viennent la partie des célébrations hors cycle, des formulaires pour le commun des saints (ff. 193r-199v) et pour des messes votives (ff. 200r-208v) vers la fin de ce recueil.

  • 11 Certaines de ces messes sont indiquées dans la rubrique avec le terme « officium », qui dé (...)

6Il est intéressant de remarquer que le propre de certaines grandes fêtes liturgiques contient non seulement le formulaire du célébrant, mais aussi toutes les pièces destinées à la célébration d’une messe – oraisons, lectures et chants in extenso. Ces éléments se suivent dans l’ordre du déroulement de la cérémonie (introït, collecte, épitre…). Ce sont les messes des fêtes suivantes : dans le temporal, trois messes de Noël (ff. 17v-27r), Pâques (ff. 63r-65r) et la Pentecôte (ff. 78v-81v) ; dans le sanctoral, la Purification de sainte Marie (ff. 105v-112r), l’Annonciation (ff. 118r-121r), l’Assomption (ff. 150v-153r), la Nativité de la Vierge (ff. 161v-164v) et la Toussaint (ff. 177v-180r)11. En effet, dans ces endroits spécifiques du ms. 1252, les éléments des chants sont écrits en module réduit par rapport à l’interligne, tandis que les éléments des prières et des lectures sont en module proportionnel ; le contenu et l’organisation de la mise en page de ces parties du manuscrit sont alors comparables à ceux du missel (fig. 3).

  • 12 L’église cathédrale de Sainte-Cécile d’Albi possède leurs reliques, ce qu’atteste l’authen (...)
  • 13 Catalogue général des manuscrits…, op. cit., t. LVIII (octavo séries), p. 292.
  • 14 Vingt et une bénédictions épiscopales de la même écriture du volume (ff. 157v-164r) et une (...)
  • 15 Albi 5 : parchemin ; I+165 ff. ; 20 longues lignes ; 269 x 178 mm ; justification 188/190  (...)

7Le sanctoral comporte les saints de l’Albigeois : saint Vincent (f. 103v et pour la translation de ses reliques au f. 170r), saint Clair (f. 128r), sainte Sigolène (f. 140v), saint Eugène (f. 160v), sainte Carissime (f. 161r), saint Salvy (f. 165v), sainte Marciane (f. 180v), saint Amarand (f. 181v), et surtout sainte Cécile commençant avec la vigile (f. 184r et f. 185r)12. Cela révèle que le ms. 1252 dépend d’une certaine manière de deux sacramentaires de la cathédrale d’Albi (Albi, B.M., mss. 5 et 6)13. Ces derniers sont les grégoriens avec la mention de la Station. Le ms. Albi 6 contient une série de bénédictions épiscopales, peut être à l’usage de l’évêque14. Il est à mentionner aussi un collectaire-rituel de la même église (Albi, B.M., ms. 3). Ces trois manuscrits constituent les chefs d’œuvres du scriptorium du chapitre cathédral, dirigé par l’archidiacre Sicard dans la première moitié du XIIe siècle15.

  • 16 Sur quelques aspects de la liturgie languedocienne : Mgr A.-G. Martimort, « Sources, histo (...)
  • 17 Sur la formule dans le rituel Albi 3, voir la notice de M. Besseyre et M. Desachy dans Le (...)

8La comparaison des textes, notamment pour la Purification de sainte Marie et pour le Mercredi des Cendres, révèle la filiation du ms. 1252 à ces trois manuscrits albigeois et lui permet ainsi de retrouver sa place dans la bibliothèque liturgique de la cathédrale Sainte-Cécile16. En ce qui concerne la cérémonie des Cendres qui inaugure les pénitences du Carême, le ms. 1252 comprend au f. 33v, à la suite de la prière de bénédiction des cendres, la formule avec laquelle les cendres sont imposées : « Memento homo, quia cinis es et in cinerem ibis, pulvis es et in pulverem reverteris ». La même prière de bénédiction et la même formule avec la rubrique se trouvent dans le rituel Albi 3 au f. 16r17. De plus, les incipit des pièces de chant sont également identiques dans ces deux manuscrits.

  • 18 S. J. P. Van Dijk, O.F.M. et J. Hazelden Walker, The Origins of the Modern Roman Liturgy…, (...)

9Le ms. 1252 comprend cependant quelques détails illustrant l’actualisation du matériau. Par exemple, dans les rubriques du Vendredi saint, le chant à l’Adoration de la Croix est Ecce lignum Crucis (f. 59v), tandis que dans les deux anciens sacramentaires, Hoc corpus est chanté (Albi 5, f. 50r et Albi 6, f. 50v). Les nouvelles fêtes contenues dans le sanctoral du ms. 1252 sont notamment celle de saintes Perpétue et Félicité (f. 116v) et celle de saint François (f. 171v). Cette première, célébrée le 7 mars, qui a été introduite dans la révision du missel de la cour pontificale d’Honorius III, commence à être généralement mentionnée dans le sanctoral des manuscrits romains à partir des années 124018.

  • 19 Le calendrier romain est augmenté des saints d’Albi. Une photographie du mois d’août est r (...)
  • 20 La fête fut introduite dans la liturgie de la cour papale par l’ordre d’Honorius III, anci (...)

10Il ne serait pas sans intérêt de citer ici un autre calendrier romain d’un manuscrit d’Albi. Celui qui est placé dans le premier cartulaire du consulat d’Albi contient les nouvelles fêtes de la liturgie de la Curie romaine, l’exécution de ce noyau primitif du cartulaire est datable après 1297 car la fête de saint Louis est inscrite par la main originale (A.D. Tarn, A.C. Albi, 4EDT AA 1, ff. 13r-18v)19. Il est à noter en particulier deux fêtes romaines, celle de saintes Perpétue et Félicité et la festum nivis, fête romaine de la dédicace de la Basilique Sainte-Marie-Majeure (5 août)20. Le calendrier contient quelques fêtes dominicaines et franciscaines portées également par la main originale : saint Pierre Martyr (29 avril), Translation de saint Dominique (24 mai), Translation de saint François (25 mai), saint Antoine de Padoue (13 juin), saint Dominique (5 août, avec la festum nivis) et saint François (4 octobre), tandis que dans le sanctoral du ms. 1252, il ne se trouve que la messe pour ce dernier.

  • 21 Dans la marge du f. 122v, page correspondant aux saints du mois de mai dans le sanctoral, (...)
  • 22 Ce feuillet (ff. 13r-v) est sans doute intercalé ; le f. 14r est un premier recto d’un nou (...)

11Le sacramentaire contient également des additions faites quelque peu ultérieurement après la copie du volume. Un copiste contemporain de ce manuscrit a inséré une messe de saint Affrique dans la moitié inférieure de la page du f. 12r, où s’achèvent les prières du Canon, en utilisant une écriture de module réduit (fig. 4)21. Un autre copiste, également contemporain, a exécuté une série des oraisons complémentaires de la messe, avec des rubriques de l’ordonnance, qui occupent le f. 12v et le recto et le verso du feuillet suivant (ff. 13r-v)22.

12Ce premier examen montre que pour la compilation de ce sacramentaire, des éléments albigeois et des éléments romains mis au jour des réformes liturgiques de la Curie papale ont été adoptés. Ces premiers sont conservés en particulier dans le sanctoral, ce qui prouve la tradition liturgique de la cathédrale d’Albi. Comme les deux anciens sacramentaires en témoignent, l’usage de Rome était toujours respecté à Albi. Le ms. 1252 l’observe en apportant quelques détails de l’actualisation.

III. La calligraphie

  • 23 La réglure est certainement réalisée en mine de plomb ; quelques piqûres sont parfois visi (...)
  • 24 Sur un tel cas de l’utilisation de la page : P. Géhin (dir.), Lire le manuscrit médiéval. (...)

13L’utilisation de la page montre le soin apporté à l’exécution du manuscrit. Le texte est écrit sur 16 longues lignes dans la surface de la justification mesurant 170 sur 110 mm, réglée avec 32 lignes rectrices23. La trame de l’écriture est guidée par deux lignes de réglure ; l’une pour l’alignement de la base des lettres, l’autre pour l’alignement de leur sommet. De cet effort, il résulte un aspect régulier et solennel des pages écrites24.

  • 25 Au f. 5r : espace compris entre deux lignes de texte = 10-11 mm ; o = 5-6 mm ; d droit = 7 (...)

14À part des ajouts et des corrections, le manuscrit est exécuté par un seul copiste. Les écritures des formulaires et des rubriques de l’ordonnance sont uniformes (fig. 5). L’encre des formulaires est brune foncée. Les textes du célébrant ont des lettres de 7 à 8 mm de haut25. C’est une écriture de forme, une gothique sine pedibus, mais légèrement simplifiée. La base du jambage est souvent élaborée en plat (notamment les f, p, q et s long), alors que la tête de la haste est par endroits fourchue (notamment celle des b, d droit, h et l). Les lettres se dressent plutôt droites, mais se montrent parfois un peu arrondies, car la brisure de traits ne s’y produit guère. Caractéristique de la textualis méridionale, elle comporte à la fois des éléments de deux écritures, la gothique septentrionale et la rotunda italienne ; pourtant, elle n’est classable ni dans l’une ni dans l’autre. Les textes chantés par le cœur, mais récités par le célébrant et ses assistants, sont écrits en un peu plus petit (fig. 3). Bien qu’ils soient évidemment dus au même copiste, l’écriture est ici moins soutenue, en raison du module des lettres réduit.

  • 26 Au-dessus de la messe de saint François, les lignes 1 à 9 du f. 163r sont occupées par la (...)
  • 27 La prière sur les offrandes est appelée super oblata dans le ms. 5, et secreta dans le ms. (...)

15Le lien qui noue le ms. 1252 avec le ms. 5 d’Albi se manifeste encore plus lorsque l’on remarque que ce copiste a lui-même transcrit l’une des additions dans les dernières pages de cet ancien sacramentaire. Au f. 163r, lig. 9-19, les trois oraisons du formulaire de la messe pour saint François ont été ajoutées certainement par celui qui a exécuté la même fête dans le sanctoral du ms. 1252, aux ff. 171v-172r, pages correspondant aux saints du mois d’octobre (fig. 6 et 7)26. À la première vue, la comparaison constituerait certes une difficulté due à la différence de solennité formelle entre ces deux écritures ; celle de l’addition au ms. 5 devrait rapprocher de la partie des textes chantés du ms. 1252. L’attaque fourchue au sommet de la haste des lettres (b, d droit, l), comme la queue de l’hirondelle, apparaît caractéristique de cette main27.

  • 28 Catalogue général des manuscrits latins, publié sous la direction de Philippe Lauer, Paris (...)
  • 29 L’archidiacre de ce nom ne se trouve pas dans aucun des obituaires d’Albi : cf. Les obitua (...)
  • 30 Les réclames sont visibles aux ff. 12v, 22v, 32v, 42v, 52v, 201v, 211v. Le premier recto e (...)

16Il est sans doute possible d’attribuer encore un autre manuscrit à ce copiste. Il s’agit d’un évangéliaire da la cathédrale d’Albi, ms. 1129 du fonds latin de la Bibliothèque nationale de France (fig. 8)28. D’après la notice du manuscrit, le Lat. 1129 porte sur la dernière page une courte note d’une écriture du XIVe siècle, se rapportant à sa provenance : « Iste liber est capituli, et fuit inventus in domo domini Petri Rasteris, archidiaconi Albiensis, et est in inventario, etcXVII de mars » (f. 241v)29. Il est composé de 241 feuillets de parchemin, mesurant 260 sur 190 mm, des dimensions presque identiques à celles du ms. 1252. Le texte est écrit sur 18 longues lignes. Les cahiers sont des quinions. La façon dont la réclame est portée dans le dernier verso d’un cahier est identique dans les deux manuscrits. Les mots sont posés verticalement de haut en bas, au côté interne inférieur du folio30. Enfin, comme dans le sanctoral du ms. 1252, le premier saint commémoré est saint Étienne Protomartyr dans celui de l’évangéliaire (f. 189v).

IV. La décoration filigranée

  • 31 M. Pastoureau, Bleu. Histoire d’une couleur, Paris, Éd. du Seuil, 2002, en particulier pp. (...)

17Le décor du ms. 1252 consiste uniquement en ornements filigranés faits à la plume, à l’encre rouge et bleu. Le couple d’association ou d’opposition rouge et bleu, si caractéristique du facies de manuscrits enluminés à l’époque gothique, n’est rendu envisageable qu’avec la promotion du bleu à partir du XIIe siècle31.

  • 32 Sur la typologie des initiales dans le décor du manuscrit : P. Géhin (dir.), Lire le manus (...)
  • 33 Sur les analyses des éléments composants de la décoration filigranée : P. Stirnemann, « Fi (...)

18Une très grande initiale « puzzle » bicolore rouge et bleu à filigranes travaillés signale le début du Canon de la messe au f. 6v. L’initiale T de Te igitur, occupant cinq lignes d’écriture, mesure environ 55 mm d’hauteur (fig. 1). L’initiale est appelée en puzzle filigrané, car le corps de la lettre est découpé selon une fine ligne ondulée, brisée ou échancrée, en deux parties comme un puzzle, dont chacune est colorée d’une couleur différente, plus souvent bicolores, rouge et bleue. Le filet séparant est laissé en blanc de parchemin, ainsi « réservé ». Le tour de la lettre est agrémenté d’un réseau de fioritures, de motifs filiformes, exécutées à la plume32. De cette grande lettre, une ligne bicolore rouge et bleu part vers le bas et se rattache à l’initiale de la prière suivante, Memento des vivants, afin d’encadrer la première prière du Canon. Cette ligne ornementale qui court le long du bloc de texte, ressemblant à une suite de forme allongée de la lettre I, est appelée la bande d’I33. Cet ornement ne se produit qu’ici dans le ms. 1252. Une autre initiale « puzzle » bicolore à filigranes met en valeur l’antienne d’introït de la grand-messe du jour de Noël au f. 23v. Le P de Puer natus est nobis mesure environ 50 mm d’hauteur (fig. 3).

19Le début du temporal (f. 14r) et celui du sanctoral (f. 98r) sont articulés discrètement par une lettre unicolore à simples filets réservés sur le cadre, le tout ornementé de filigranes. Elles n’occupent que deux lignes d’écriture et mesurent environ 20 mm d’hauteur (fig. 2).

  • 34 Dans le manuscrit, la graphie du copiste est Resurexi.
  • 35 La lecture de l’Évangile selon saint Jean de la grand-messe du jour de Noël, In principio, (...)

20Quelques-unes des initiales des introïts au commencement des grand-messes sont également traitées avec un filet réservé sur le cadre, comme l’initiale R de l’introït Resurrexi et adhuc tecum sum, à la messe du dimanche de Pâques (f. 63r)34. Cette initiale unicolore rouge aux filets réservés sur le cadre et agrémentée de filigranes bleus verdâtres occupe trois lignes d’écriture et mesure un peu moins de 30 mm d’hauteur (fig. 5). Deux autres avec filets réservés se trouvent aux endroits suivants : l’initiale L de Lux fulgebit hodie, à la messe de l’aurore de Noël (f. 21r), l’initiale S de Salve sancta parens, à la messe de la Nativité de la Vierge (f. 161v)35.

  • 36 Les pratiques de système de marquage d’attente ont été décelées et publiées en 1990 par P. (...)

21Le reste, en nombre, est constitué d’initiales de deux lignes d’écriture. Le monogramme VD de Vere dignum, deux mots par lesquels commencent les préfaces, relève de cette classe d’initiale dans ce manuscrit. Elles sont alternativement bleues et rouges et agrémentées de motifs filiformes de la couleur opposée, filigranes rouges pour les premières et filigranes bleus verdâtres pour les secondes. La régularité de l’alternance de la paire bleu et rouge est assurée par le marquage d’attente apposé à l’emplacement d’une initiale sur deux : ici, en présence d’une initiale bleue, la place est signalée par un court trait oblique, fait à la mine de plomb (fig. 9)36.

  • 37 Cf. G. Duby, Saint Bernard, l’art cistercien, Paris, Flammarion, 1979, pp. 126-127, se réf (...)

22Le nombre de ces initiales s’élève plus de mille deux cent trente. Si la disposition et l’agencement des motifs filiformes sont répétitifs, l’exécution est soigneuse et constante. Les composants des filigranes rappellent l’inspiration du règne végétal. Ils sont formés avec une esthétique de la perfection phytomorphe. Comme chez la flore exubérante, chaque élément formel – circule, accolade, crosse, tiret – quoiqu’étrange, s’il est vu séparément, constitue une partie vitale de l’organisme et contribue à l’harmonie absolue du tout dans ce petit univers de l’initiale. Le décor n’est pas statique, au contraire, il s’étend avec les vrilles, si caractéristiques de cette ornementation. Le décor n’est pas abstrait non plus. Ces pages, peut-être réglées par « l’ordonnance des beaux vignobles », trahissent doucement la vie37.

23Pour l’incipit des chants, certaines des initiales, qui ne sont hautes que d’une seule ligne d’écriture, se trouvent rehaussées par la couleur, bleue ou rouge, et par deux traits simples verticaux. Certes, sans aucune peinture, le décor est sobre, cependant il concourt à structurer le livre et rend ainsi ce livre du célébrant, agréable et aisé à utiliser. La décoration filigranée est néanmoins un travail qui exige patience et dextérité. Sans aucun faste, elle témoigne du soin apporté à la confection.

V. La question de la datation

  • 38 Sur l’évolution de l’initiale filigranée dans l’enluminure parisienne : P. Stirnemann, « F (...)
  • 39 Sur cette deuxième phase de l’histoire de la décoration filigranée : F. Avril, « Un enlumi (...)
  • 40 Sur les études précises : M.-Th. Gousset, « Étude de la décoration filigranée et reconstit (...)
  • 41 Citons un exemple à remarquer dans la production méridionale : un sacramentaire de Caromb (...)

24La décoration filigranée a poursuivi son développement stylistique principal dans sa première phase d’évolution, entre le milieu du XIIe et le dernier quart du XIIIe siècle38. À son apogée artistique, au cours du XIVe siècle, les filigranes présents dans les livres d’apparat ressemblent aux œuvres de la dentelle, à la fois délicatement et somptueusement tissées39. Le succès de ce décor est général, du fait qu’il sert convenablement à articuler visuellement le texte et à marquer les divisions fréquentes40. La décoration filigranée était alors exploitée dans toutes les catégories de livres et favorisée notamment pour la production de livres moins coûteux. Ce décor apporte de la dignité aux livres liturgiques41.

25Au tournant du XIIIe et du XIVe siècle, il est très apprécié dans la confection des livres dans la région de Toulouse et d’Albi. Dans l’attente d’autres recherches sur de nombreux témoins de manuscrits, nous évoquerons quelques exemples locaux, ayant l’intérêt de situer le décor du ms. 1252 dans un contexte plus large.

  • 42 Sur le contenu : Abbé V. Leroquais, Les sacramentaire et les missels manuscrits…, op. cit. (...)
  • 43 Si l’on sait que l’utilisation de l’encre violette, au lieu de l’azur, dans la décoration (...)

26Une grande initiale « puzzle » à filigranes met en valeur l’explication de la messe privée au début de deux missels des Dominicains de Toulouse, qui peuvent être datés dans la dernière décennie du XIIIe siècle et localisés dans la production toulousaine (Toulouse, B.M., ms. 103, f. 7r et ms. 105, f. 6r)42. Le cadre de l’initiale bicolore rouge et bleu est travaillé par le découpage et de menus motifs de filets réservés, le tout rehaussé par les filigranes rouges et violets (dans le ms. 103), et bleus (dans le ms. 105) (fig. 10)43. Dans le missel 105, les filigranes sont pointés, comme ceux du ms. 1252 (fig. 1 et 3).

  • 44 Cette partie du cartulaire exécutée dans la seconde campagne (ff. 23r-32v), contient les c (...)

27Le premier cartulaire du consulat d’Albi, cité plus haut, renferme une initiale « puzzle » à filigranes, qui articule le début de la deuxième tranche de son noyau primitif (A.D. Tarn, A.C. Albi, 4EDT AA 1, f. 23r)44. Les filigranes dans la première tranche sont rouges et violets, tandis que dans cette partie ils sont rouges et bleu verdâtre (fig. 11-1).

  • 45 Le manuscrit de la mairie de Cordes, le dépôt au Musée Charles Portal de Cordes. Sur les p (...)
  • 46 Le cartulaire est folioté par deux séries de foliotation sur ses pages rectos, l’une en ch (...)

28Un autre exemple intéressant se trouve dans le cartulaire de la ville de Cordes, Libre Ferrat, dont la confection semble avoir commencé dans les premières décennies du XIVe siècle (Cordes, Archives communales de Cordes, AA 1)45. Il contient dans ses noyaux primitifs treize grandes initiales « puzzle » à filigranes. Au f. XXIIr, une initiale S est ornementée d’une disposition similaire aux exemples cités ci-dessus (fig. 11-2)46. Le champ de l’initiale est compartimenté par des médaillons, dans lesquels les crosses de fougère s’épanouissent en éventail. Dans ce dernier manuscrit, les filigranes rouges et violets sont pointés par de petits cercles de couleurs opposées. Chaque filigraneur a son propre ductus, sa manière de la conduite de la plume. Partageant le même vocabulaire ornemental, les auteurs de la décoration filigranée dans les manuscrits évoqués ci-dessus, sont tous différents. Ils témoignent cependant de la pratique établie de ce décor dans la région de Toulouse et d’Albi.

  • 47 Sur l’obituaire de Dominique de Florence, voir M. Desachy, Les obituaires du chapitre cath (...)
  • 48 Catalogue général des manuscrits latins…, op. cit., t. I, 1939, pp. 317 et 319-320. Dans l (...)
  • 49 À la différence du ms. 1252 et du Lat. 1129, le sanctoral de ces deux manuscrits commence (...)

29L’évangéliaire d’Albi mentionné plus haut n’est orné que par ses initiales rubriquées rouges, dont le cadre est parfois travaillé par un filet réservé, d’une ligne droite ou ondulée (Paris, BnF, Lat. 1129) (fig. 8). La continuation du décor filigrané à Albi se montre cependant dans deux manuscrits liturgiques, sans doute issus du chapitre cathédral de Sainte-Cécile. L’un est un épistolier (Paris, BnF, Lat. 893), l’autre, un évangéliaire (Paris, BnF, lat. 901). Ces deux manuscrits sont peut-être datables vers 1400, puisque les initiales simples filigranées occupant deux ou trois lignes d’écriture trouvent leurs analogues dans une partie du livre, qui comporte l’obituaire du chapitre cathédral, compilé à l’époque peu après l’épiscopat de Dominique de Florence (Albi, B.M., ms. 8, ff. 64r-76r, office des morts)47. D’après les notices des manuscrits, leur provenance est attestée par une inscription, aujourd’hui sous le papier collé au verso du plat de la reliure48. La présentation de leur page d’incipit ouvrant le livre, avec une grande initiale « puzzle » à filigranes et l’encadrement de la bande d’I, rappellerait une tradition de ce décor dans la confection des livres utilisés par le chapitre cathédral d’Albi (fig. 12 et 13)49.

  • 50 Sur la sécularisation du chapitre : R. Twigge, « The medieval service books of Aquitaine. (...)
  • 51 P.-M. Gy, O.P., « La cathédrale et la liturgie dans le Midi de la France », La cathédrale (...)

30L’usage de Rome, toujours respecté à Albi, est prescrit spécialement dans la Bulle de la sécularisation du chapitre cathédral donnée par le pape Boniface VIII le 29 décembre 129750. Les livres à l’usage de la Curie romaine sont adoptés à Sainte-Cécile51.

  • 52 C. Compayré, Études historiques et documents inédits sur l’Albigeois…, op. cit., pp. 76 et (...)

31La datation du ms. 1252, dont la confection s’est adaptée à l’évolution des usages liturgiques de son destinataire, pourrait peut-être s’inscrire dans ce contexte de l’histoire de l’Église d’Albi. Le chantier de construction d’une nouvelle église cathédrale (l’actuelle cathédrale Sainte-Cécile), dont la première pierre est posée par l’évêque Bernard de Castanet le jour de l’Assomption de 1282, était alors en cours. Au début du XIVe siècle, le chevet et quelques chapelles sont achevés. En 1310, l’indulgence est accordée par le pape Clément V à tous ceux qui, au cours des dix années à venir, contribueraient par leurs dons à l’achèvement de la construction de la cathédrale52. La situation n’aurait-elle pas nécessité le besoin de nouveaux livres liturgiques ?

32Malgré les aspects archaïsants des arrangements livresques et de la calligraphie, la comparaison de la décoration filigranée avec des autres manuscrits de la région ainsi que la considération historique de son destinataire semblent favoriser une datation plus tardive pour sa confection, probablement à la suite de la sécularisation du chapitre cathédral de Sainte-Cécile.

33Le ms. 1252 est un sacramentaire conservant essentiellement les arrangements anciens ; cependant, certains détails de la révision matérielle montrent l’utilisation d’un livre après la réforme liturgique de la Curie romaine, laquelle est diffusée largement aux XIIIe et XIVe siècles par le truchement des frères Mineurs. On ne saurait guerre déterminer par quelle voie un tel manuscrit aurait pu être disponible au moment de la confection de ce livre à Albi. Néanmoins, du point du vue de la pratique de la confection, il apparaît que ce manuscrit montre d’une part son enracinement dans la tradition de la cathédrale Sainte-Cécile d’Albi et, d’autre part, un choix de la décoration filigranée, qui est appelée à être exploitée favorablement dans la région durant XIVe siècle et jusqu’au début du XVe siècle.

  • 53 Nous voudrions exprimer notre profonde reconnaissance à Mme Marie-Thérèse Gousset, qui a b (...)

34Combien des manuscrits liturgiques de cette cathédrale ont-ils été perdus ? Si l’évangéliaire Lat. 1129 conservé à la Bibliothèque nationale avait été utilisé avec le ms. 1252, un épistolier ou un lectionnaire et un graduel ne subsistent plus jusqu’à nos jours. Montrant également un pas vers un missel plénier, qui ne nous est pas parvenu non plus. La bibliothèque nationale de France conserve en effet un missel en provenance d’Albi, mais celui-ci, le Lat. 838, est un missel romain confectionné à Avignon dans les années 132053. Le ms. 1252 est ainsi un témoin précieux de la vie liturgique de l’église cathédrale Sainte-Cécile d’Albi à une époque ultérieure au temps de la floraison du scriptorium dirigé par l’archidiacre Sicard.

Notes

1 Sur l’histoire des livres de la messe au Moyen Âge central : S. J. P. Van Dijk, O.F.M. et J. Hazelden Walker, The Origins of the Modern Roman Liturgy. The Liturgy of the Papal Court and the Franciscan Order in the Thirteenth Century, Londres, Longman and Todd, 1960 ; P.-M. Gy, O.P., « Typologie et ecclésiologie des livres liturgiques », La Maison-Dieu, n° 121 (1975), pp. 7-21 (texte repris dans La liturgie dans l’histoire, Paris, 1990, pp. 75-89) ; C. Vogel, Medieval Liturgy. An Introduction to the Sources, traduit et révisé par W. G. Storey and N. Krogh Rasmussen, O.P., Washington, D.C., The Pastoral press, 1986, pp. 105-106 et 156-159 ; E. Palazzo, Histoire des livres liturgiques. Le Moyen Âge. Des origines au XIIIe siècle, Paris, Beauchesne, 1993, pp. 124-127.

2 Abbé V. Leroquais, Les Sacramentaires et les Missels manuscrits des bibliothèques publiques de France, Mâcon, Protat frères, 1924.

3 Je voudrais exprimer ma profonde gratitude à Madame Sophie Cassagnes-Brouquet et à Madame Michelle Fournié, qui ont bien voulu me permettre de poursuivre les recherches sur ce manuscrit. Mon observation doit beaucoup aux conversations avec plusieurs spécialistes des manuscrits et j’en suis profondément reconnaissante. Je voudrais témoigner ma vive reconnaissance à Mme Jocelyne Deschaux, conservateur en chef à la Bibliothèque municipale de Toulouse, chargée du patrimoine écrit, à Mme Sylvie Desachy, directeur des Archives départementales du Tarn, et à M. Matthieu Desachy, directeur de la Médiathèque Pierre-Amalric et des bibliothèques municipales d’Albi, qui ont bien voulu me faciliter grandement la consultation des manuscrits et l’obtention des clichés photographiques.

4 Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France. Départements, t. LVIII (octavo séries), Paris, 1971, pp. 291-292.

5 Le sénion (ou sexternion) est formé de 6 bifeuillets, soit 12 feuillets ou 24 pages : D. Muzerelle, Vocabulaire codicologique. Répertoire méthodique des termes français relatifs aux manuscrits, Paris, Éd. Cemi, 1985, p. 95 (313.07).

6 M. Metzger, Les sacramentaires, Typologie des sources du Moyen Age occidental, fasc. 70, Turnhout, Brepols, 1994. L’ouvrage est riche de connaissances et de réflexions précieuses.

7 Sur l’organisation des livres de la messe : A. Hughes, Medieval Manuscripts for Mass and Office. A Guide to their Organization and Terminology, Toronto, University of Toronto Press, 1982, pp. 81-99 ; E. Palazzo, Histoire des livres liturgiques. Le Moyen Âge…, op. cit., pp. 47-53 ; J.-B. Lebigue, Initiation aux manuscrits liturgiques, Paris, IRHT, 2007, Ædilis, Publications pédagogiques, 6 (http://aedilis.irht.cnrs.fr/initiation-liturgie/).

8 La transcription est littérale d’après le manuscrit, en respectant les graphies du copiste.

9 Entre f. 3v et f. 4r, une lacune est produite ; il manque la fin de la doxologie.

10 Les ff. 97r-v sont blancs, griffonnés de quelques essais de plume.

11 Certaines de ces messes sont indiquées dans la rubrique avec le terme « officium », qui désigne le chant d’entrée. Elles sont les suivantes : ff. 21r (messe de l’aurore de Noël), 78v (messe du jour de Pentecôte), 109v (messe de la Purification de sainte Marie), 118r (messe de l’Annonciation), 150v (messe du jour de l’Assomption) et 161v (messe de la Nativité de la Vierge).

12 L’église cathédrale de Sainte-Cécile d’Albi possède leurs reliques, ce qu’atteste l’authentique de l’évêque Guilhem Peyre (daté du 31 mars 1218), les restes de sainte Carissime à part, qui y ont été transférés en 1494. Mgr X. Barbier DE Montault, « Authentiques des XIIIe, XIVe et XVe siècles récemment découverts à la cathédrale d’Albi », Mémoires de la Société archéologique du Midi de la France, t. XIV (1886-1889), pp.177-228.

13 Catalogue général des manuscrits…, op. cit., t. LVIII (octavo séries), p. 292.

14 Vingt et une bénédictions épiscopales de la même écriture du volume (ff. 157v-164r) et une addition du XIVe siècle (f. 164v).

15 Albi 5 : parchemin ; I+165 ff. ; 20 longues lignes ; 269 x 178 mm ; justification 188/190 x 105/107 mm.
Albi 6 : parchemin ; 164+IV ff. ; 20 longues lignes ; 272 x 171 mm ; justification 185 x 85 mm. Albi 3 : parchemin ; 76 ff. ; 20 longues lignes ; 223 x 134 mm ; justification 165/167 x 79/81 mm. Sur le contenu des deux sacramentaires : Abbé V. Leroquais, Les sacramentaire et les missels manuscrits…, op. cit., t. I, pp. 185-187, notice 82 (Albi 6) et pp. 211-213, notice 96 (Albi 5). Les trois manuscrits sont répertoriés dans le Catalogue des manuscrits en écriture latine portant des indications de date, de lieu ou de copiste, t. VI (Bourgogne, Centre, Sud-Est et Sud-Ouest de la France), publié sous la direction de C. Samaran et R. Marichal, Paris, CNRS, 1968, p. 29 et Pl. CLXXVI-CLXXVII. Le calendrier du ms. 5, utilisé comme nécrologe, est commenté et édité par Matthieu Desachy : Les obituaires du chapitre cathédral d’Albi, publiés sous la direction de J. Favier et de J.-L. Lemaître, par M. Desachy, avec la collaboration de J. Théry, O. Cabayé et C. Vanacker, Paris, Académie des Inscriptions et Belles Lettres, 2007, pp. LIX-LXIII et pp. 3-19. Ces manuscrits ont été étudiés dernièrement par Marianne Besseyre et Matthieu Desachy dans M. Desachy (dir.), Le Scriptorium d’Albi. Les manuscrits de la cathédrale Sainte-Cécile (VIIe-XIIe siècles), Albi et Rodez, Editions du Rouergue, 2007, aux pp. 87-119. La reproduction numérique entière de ces manuscrits est désormais consultable en ligne (http://www.manuscrits.mediatheque-albi.fr/).

16 Sur quelques aspects de la liturgie languedocienne : Mgr A.-G. Martimort, « Sources, histoires et originalité de la liturgie catalano-languedocienne », dans Liturgie et musique (IXe-XIVe s.), Cahiers de Fanjeaux, n° 17, Toulouse, Privat, 1982, pp. 25-49 ; E. Palazzo, « Rites et société chrétienne : la liturgie », dans J. Berlioz (dir.), Le Pays cathare. Les religions médiévales et leurs expressions méridionales, Paris, Éd. du Seuil, 2000, pp. 231-244.

17 Sur la formule dans le rituel Albi 3, voir la notice de M. Besseyre et M. Desachy dans Le Scriptorium d’Albi..., op. cit., p. 110.

18 S. J. P. Van Dijk, O.F.M. et J. Hazelden Walker, The Origins of the Modern Roman Liturgy…, op. cit., pp. 173 et 524.

19 Le calendrier romain est augmenté des saints d’Albi. Une photographie du mois d’août est reproduite, grâce à la bienveillance de Mme Sylvie Desachy, directeur des Archives départementales du Tarn, dans « Le décor des manuscrits de Bernard de Castanet et l’enluminure toulousaine vers 1300 », Mémoires de la Société archéologique du Midi de la France, t. LXVIII (2008), à la fig. 7. Sur le cartulaire d’Albi voir C. Compayré, Études historiques et documents inédits sur l’Albigeois, le Castrais et l’ancien diocèse de Lavaur, Albi, impr. de M. Papailhiau, 1841 ; E. Jolibois, Inventaire sommaire des archives communales d’Albi, antérieures à 1790, Paris, impr. de P. Dupont, 1869 ; A. Vidal, « Les cartulaires d’Albi. Cartulaire AA 1 », Revue des langues romanes, t. XLV (1902), pp. 447-469 ; J.-L. Biget, « La liberté manquée (1209-1345) », chapitre IV de l’Histoire d’Albi, sous la direction de J.-L. Biget, Toulouse, Privat, 1983, en particulier pp. 57-65.

20 La fête fut introduite dans la liturgie de la cour papale par l’ordre d’Honorius III, ancien chanoine de Sainte-Marie-Majeure. Cf. S. J. P. Van Dijk, O.F.M. et J. Hazelden Walker, The Origins of the Modern Roman Liturgy…, op. cit., pp. 376-378 : « This feast of the ancient basilica Liberiana, St Mary Major’s on the Esquiline, is associated with a fictitious miracle : our Lady indicated the place of her church by a fall of snow in the heat of the summer. The anniversary of the dedication was an ancient but purely local occasion unknown outside Rome. »

21 Dans la marge du f. 122v, page correspondant aux saints du mois de mai dans le sanctoral, une note, d’une écriture usuelle, renvoie à cette insertion.

22 Ce feuillet (ff. 13r-v) est sans doute intercalé ; le f. 14r est un premier recto d’un nouvel cahier de sénion, qui se termine au f. 25v.

23 La réglure est certainement réalisée en mine de plomb ; quelques piqûres sont parfois visibles sur le bord supérieur de la page.

24 Sur un tel cas de l’utilisation de la page : P. Géhin (dir.), Lire le manuscrit médiéval. Observer et décrire, Paris, A. Colin, 2005, chapitre 4 « L’écriture » par D. Muzerelle aux pp. 85-121, surtout à la p. 115.

25 Au f. 5r : espace compris entre deux lignes de texte = 10-11 mm ; o = 5-6 mm ; d droit = 7-8 mm ; g = 8 mm.

26 Au-dessus de la messe de saint François, les lignes 1 à 9 du f. 163r sont occupées par la messe pour saint Christophe, également exécutée par le même copiste. Cette dernière se trouve dans le ms. 1252 au f. 141v, page correspondant aux saints du mois de juillet.

27 La prière sur les offrandes est appelée super oblata dans le ms. 5, et secreta dans le ms. 1252. Dans le grégorien d’Albi, ces prières sont toujours nommées super oblata, tandis que dans le ms. 1252, les deux titres sont employés.

28 Catalogue général des manuscrits latins, publié sous la direction de Philippe Lauer, Paris, Bibliothèque nationale, t. I, 1939, pp. 412-413. Ses anciennes cotes : Colbert 5169 ; Regius 4216.5.

29 L’archidiacre de ce nom ne se trouve pas dans aucun des obituaires d’Albi : cf. Les obituaires du chapitre cathédral d’Albi, op. cit.

30 Les réclames sont visibles aux ff. 12v, 22v, 32v, 42v, 52v, 201v, 211v. Le premier recto est côté chair.

31 M. Pastoureau, Bleu. Histoire d’une couleur, Paris, Éd. du Seuil, 2002, en particulier pp. 67-71.

32 Sur la typologie des initiales dans le décor du manuscrit : P. Géhin (dir.), Lire le manuscrit médiéval, op. cit, chapitre 5 « La décoration » par P. Stirnemann aux pp. 123-155 ; sur la décoration filigranée, particulièrement p. 129.

33 Sur les analyses des éléments composants de la décoration filigranée : P. Stirnemann, « Fils de la Vierge. L’initiale à filigranes parisienne : 1140-1314 », Revue de l’art, vol. 90 (1990), pp. 58-73.

34 Dans le manuscrit, la graphie du copiste est Resurexi.

35 La lecture de l’Évangile selon saint Jean de la grand-messe du jour de Noël, In principio, est articulée également par une initiale à filet réservé (f. 25v).

36 Les pratiques de système de marquage d’attente ont été décelées et publiées en 1990 par P. Stirnemann, « Fils de la Vierge… », art. cit., p. 59.

37 Cf. G. Duby, Saint Bernard, l’art cistercien, Paris, Flammarion, 1979, pp. 126-127, se référant aux Sermons de saint Bernard sur le Cantique des Cantiques, XXX et LXIII.

38 Sur l’évolution de l’initiale filigranée dans l’enluminure parisienne : P. Stirnemann, « Fils de la Vierge… », art. cit.

39 Sur cette deuxième phase de l’histoire de la décoration filigranée : F. Avril, « Un enlumineur ornemaniste parisien de la première moitié du XIVe siècle : Jacobus Mathey (Jaquet Maci ?) », Bulletin monumental, t. CXXIX (1971), pp. 249-264.

40 Sur les études précises : M.-Th. Gousset, « Étude de la décoration filigranée et reconstitution des ateliers : le cas de Gênes à la fin du XIIIe siècle », Arte medievale, 2e série, deuxième année, n. 1 (1988), pp. 121-152 ; Id., « La décoration du ’Prototype’ et des manuscrits liturgiques apparentés », dans L. E. Boyle, O.P. et P.-M. GY, O.P. (dir.) avec la collaboration de P. Krupa, O.P., Aux origines de la liturgie dominicaine : le manuscrit Santa Sabina XIV L 1, Rome et Paris, CNRS éd., 2004, pp. 43-57.

41 Citons un exemple à remarquer dans la production méridionale : un sacramentaire de Caromb de la fin du XIIIe siècle, Avignon, B.M., ms. 143. Sur son contenu : Abbé V. Leroquais, Les sacramentaire et les missels manuscrits…, op. cit., t. II, pp. 163-164, notice 345. Ce manuscrit est commenté par J.-B. LEBIGUE, Initiation aux manuscrits liturgiques…, publication électronique citée ci-dessus, sur la page « Sacramentaire » (http://aedilis.irht.cnrs.fr/initiation-liturgie/sacramentaire.htm). La reproduction photographique de quelques pages est disponible sur le site internet « base de données Enluminures » du Ministère de la Culture et de la Communication (http://www.enluminures.culture.fr).

42 Sur le contenu : Abbé V. Leroquais, Les sacramentaire et les missels manuscrits…, op. cit., t. II, pp. 143-145, notice 324 (ms. 103) et pp. 145-146, notice 326 (ms. 105). Sur les peintures du Canon de la Messe du ms. 103, voir la notice de F. Avril dans L’art au temps des rois maudits. Philippe le Bel et ses fils. 1285-1328, catalogue d’exposition, Paris, RMN, 1998, n° 227, pp. 327-328. Sur l’enlumineur des initiales ornées du ms. 105 : notre article, « Le décor des manuscrits de Bernard de Castanet… », art. cit. (sous presse). Le filigraneur du ms. 105 a également travaillé dans un évangéliaire du même couvent (Toulouse, B.M., ms. 111).

43 Si l’on sait que l’utilisation de l’encre violette, au lieu de l’azur, dans la décoration filigranée est plutôt favorisée dans les régions au sud de la Loire, le composant de cette encre ou sa fabrication ne sont pas encore éclairés. La substance pouvait être le tournesol (chrozophora), qui constituait le bleu végétal utilisé par les enlumineurs. En outre, il est intéressant de noter qu’à partir de la même plante, on peut obtenir le violet et le bleu (autre bleu que l’azur). Le tournesol, en milieu acide, prend une teinte d’un rouge vineux, en milieu neutre (pH 7), il tire sur le violet, et en milieu basique, acquiert le bleu. La plante, qui ne supporte pas les climats froids, est cultivée en zone méditerranéenne. Sur le tournesol et sa recette : C. Mediavilla, Calligraphie. Du signe calligraphié à la peinture abstraite, Paris, Imprimerie nationale, 1993, en particulier pp. 69-71. On peut se demander si la couleur des filigranes du ms. 1252, le bleu verdâtre, qui s’emploie d’ailleurs dans maints manuscrits aux XIIIe-XIVe siècles dans la région de Toulouse, était aussi extrait de la même substance, le tournesol.

44 Cette partie du cartulaire exécutée dans la seconde campagne (ff. 23r-32v), contient les coutumes du pont d’Albi, rédigées en occitan. Sur le contenu : A. VIDAL, « Costumas del pont de Tarn d’Albi », Revue des langues romanes, t. XLIV (1901), pp. 481-513.

45 Le manuscrit de la mairie de Cordes, le dépôt au Musée Charles Portal de Cordes. Sur les passages des Évangiles en latin contenus dans le Libre Ferrat voir H. Gilles, « Les livres juratoires des consulats languedociens », dans Livres et bibliothèques (XIIIe-XVe siècle), Cahiers de Fanjeaux, n° 31, Toulouse, Privat, 1996, pp. 333-352. Son calendrier en occitan a été étudié dernièrement par Matthieu Desachy. Nous voudrions témoigner notre plus vive gratitude à Mme Sylvie Desachy, directeur des Archives départementales du Tarn, qui a bien voulu nous indiquer la décoration filigranée de ce cartulaire et nous permettre de consulter la reproduction photographique du manuscrit.

46 Le cartulaire est folioté par deux séries de foliotation sur ses pages rectos, l’une en chiffre romain, portée en haut à gauche, l’autre en chiffre arabes, portée en haut à droite. Nous suivons ici cette première.

47 Sur l’obituaire de Dominique de Florence, voir M. Desachy, Les obituaires du chapitre cathédral d’Albi, op. cit.

48 Catalogue général des manuscrits latins…, op. cit., t. I, 1939, pp. 317 et 319-320. Dans le Lat. 893 : « Epistolarium Albiense 2797 » ; cf. ses anciennes cotes : Colbert 2797 ; Regius 3881.5. Dans le Lat. 901 : « Evangelistarium Albiense. 2798 » ; cf. ses anciennes cotes : Colbert 2798 ; Regius 3881.6.

49 À la différence du ms. 1252 et du Lat. 1129, le sanctoral de ces deux manuscrits commence avec la vigile de saint André (Lat. 893, f. 74r et Lat. 901, f. 98v). Il apparaît que leur confection a été motivée pour actualiser les livres.

50 Sur la sécularisation du chapitre : R. Twigge, « The medieval service books of Aquitaine. I. Albi », The Dublin Review, tome CXV, 1894, pp. 279-294 ; Chanoine L. de Lacger, Histoire religieuse de l’Albigeois, Albi, Imprimerie coopérative du Sud -Ouest, 1962, en particulier pp. 124-127 ; J.-L. Biget, « Sainte-Cécile et Saint-Salvi. Chapitre de cathédrale et chapitre de collégiale à Albi », Le monde des chanoines (XIe-XIVe s.), Cahiers de Fanjeaux, n° 24, Toulouse, Privat, 1989, pp. 65-104, en part. pp. 90-92.

51 P.-M. Gy, O.P., « La cathédrale et la liturgie dans le Midi de la France », La cathédrale (XIIe-XIVe siècle), Cahiers de Fanjeaux, n° 30, Toulouse, Privat, 1995, pp. 219-229, surtout p. 225.

52 C. Compayré, Études historiques et documents inédits sur l’Albigeois…, op. cit., pp. 76 et 278-279 ; J.- L. Biget, « La cathédrale Sainte-Cécile d’Albi. L’architecture », dans Congrès archéologique de France, Albigeois, 140e session (1982), Paris, Société française d’archéologie, 1985, pp. 20-62, surtout p. 26.

53 Nous voudrions exprimer notre profonde reconnaissance à Mme Marie-Thérèse Gousset, qui a bien voulu nous aider dans nos recherches sur les manuscrits en provenance d’Albi et nous accorder généreusement ses conseils sur l’enluminure de ce missel. Le livre appartenant jadis à la cathédrale d’Albi, production d’Avignon peu après 1323 ; son principal enlumineur est disciple du maître du Codex de saint Georges. Le manuscrit fait l’objet d’une nouvelle publication de la Bibliothèque nationale de France. Sur cet artiste d’exceptionnel : la notice de F. Avril dans Fastes du Gothique. Le siècle de Charles V, catalogue d’exposition, Paris, RMN, 1981, n° 258, p. 308 et dans Dix siècles d’enluminure italienne (VIe-XVIe siècle), catalogue d’exposition, Paris, Bibliothèque nationale, 1984, nos 47 et 48, pp. 60-63 ; F. Manzari, La Miniatura ad Avignone al tempo dei Papi, Modène, F. C. Panini, 2007, en particulier pp. 76-83.

Auteur

Université Toulouse II Le Mirail

© Presses universitaires du Midi, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search