Version classiqueVersion mobile

Le livre dans la région toulousaine et ailleurs… au Moyen Âge

 | 
Sophie Cassagnes-Brouquet
, 
Michelle Fournié

Première partie. Les métiers du livre à Toulouse

Artisans et métiers du livre à Toulouse aux XIVe et XVe siècles : échos des registres de notaires

Véronique Lamazou-Duplan et Laetitia Soula

Texte intégral

  • 1 Journée d’étude / atelier, université Toulouse le Mirail – Framespa équipe 4, 30 mai 2008, organisé (...)
  • 2 Absorbée en 2008-2009 par la préparation aux concours de recrutement de l’Éducation nationale. Souh (...)
  • 3 Elle a rédigé ce texte, mis à jour et corrigé certaines données qui, faute de temps en année de M1, (...)
  • 4 Des Estimes du Bourg de 1335, publiées par Ph. Wolff, à la Supplique des enlumineurs, le 16 mai 147 (...)
  • 5 L. Soula, Livres et métiers du livre à Toulouse à la fin du Moyen Âge (1335-1478), sous la directio (...)
  • 6 Les références avaient été transmises par la directrice de recherche. Les registres consultés sont (...)
  • 7 Tome II, Index alphabétique des artisans des métiers du livre à Toulouse p. 14-39 (regroupe tous le (...)

1Ce texte est la version écrite de la communication présentée à deux voix lors de la journée d’étude sur « Le livre dans la région toulousaine et ailleurs au Moyen Âge1. » L. Soula2 menait alors des recherches de Master 1 sous la direction de V. Lamazou-Duplan3 sur « Les artisans et métiers du livre à Toulouse » entre 1335 et 14784, mémoire gratifié de la mention Très Bien et déposé dans diverses bibliothèques5. Le tome II des Annexes est en particulier composé des analyses de soixante-six actes notariés consultés6, d’un index biographique des artisans rencontrés, de transcriptions jointes à la photographie des actes7.

  • 8 Le plus ancien registre de notaire conservé pour Toulouse couvre la décennie 1350, puis le nombre d (...)
  • 9 Nous renvoyons à la bibliographie détaillée donnée par L. Soula.
  • 10 Qu’il trouve ici l’expression de notre reconnaissance. F. Bordes a dépouillé cette série pour son d (...)

2Jusqu’à présent, les artisans toulousains du livre sont principalement connus par des publications et travaux anciens portant plutôt sur la seconde moitié du XVe siècle. Les soixante-six actes inédits tirés de registres notariés, principalement du premier tiers du XVe siècle, éclairent différemment ces hommes, leur famille, leur travail, leur milieu, leurs réseaux et leur insertion dans la société urbaine toulousaine8. Ce corpus a été complété grâce aux publications de, par ordre alphabétique, J. Chalande, A. Claudin, l’abbé R. Corraze, le baron Desazars de Montgailhard, A. Gouron, M.- C. Marandet, R. Mesuret, Ph. Wolff9... F. Bordes a généreusement communiqué ses dépouillements de la série CC des archives municipales, permettant ainsi de glaner noms et informations supplémentaires10.

3Ces artisans du livres toulousains répondent aux XIVe et XVe siècles à une demande croissante : Toulouse, capitale régionale et métropole, accueille depuis 1229 une université désormais réputée pour l’enseignement du droit et ses nombreux collèges et devient ville parlementaire en 1444. Ces importantes activités administratives, intellectuelles et culturelles conditionnent et encouragent la production et les échanges de livres.

  • 11 Certains livres circulent, sont échangés en dehors des règles édictées dans les statuts des métiers (...)

4Dans ce cadre, la fabrication et le commerce du livre se développent, organisés en métiers qui correspondent à chaque phase de la constitution des ouvrages11. Les statuts de métiers, les mentions dans les registres notariés permettent de restituer cette organisation et son évolution. Les actes notariés font surtout pénétrer dans les ateliers, approcher les individus, les réseaux professionnels et familiaux, et plus largement économiques, les testaments disent le souci d’organiser sa succession ici-bas, mais aussi de faire son salut. Derrière ces silhouettes des artisans du livre, surgissent la société et la vie toulousaines, en particulier le monde universitaire, directement lié à ces ateliers. L’insertion sociale de ces hommes de métier, à travers leur train de vie, voire la notabilité de certains d’entre eux, peuvent être aussi interrogées.

5Ce texte privilégiera un aspect à la fois méthodologique fidèle à l’esprit de cette journée d’étude et plus neuf en regard de la bibliographie connue : l’apport des actes tirés des registres des notaires afin de mieux cerner les artisans et les métiers du livre toulousains de la première moitié du XVe siècle.

I. Quels métiers du livre ? Du parcheminier au stationnaire : nommer les hommes, identifier les tâches

6Cent cinquante quatre noms d’artisans du livre ont été collectés dans la documentation. Les mots employés permettent de retrouver à Toulouse les mêmes divisions du travail qu’ailleurs. Ces artisans sont spécialisés mais aussi parfois polyvalents puisque certains cumulent plusieurs compétences. Ils se répartissent en trois grandes catégories : ceux qui fabriquent et fournissent les supports d’écriture (parchemin ou papier), ceux qui copient, enluminent, ceux qui coordonnent le travail ou sont des intermédiaires dans les échanges commerciaux des manuscrits.

1. Parchemin, papier, cartes à jouer…

  • 12 47 noms récoltés à partir des sources publiées (dès les Estimes de 1335) et de 17 actes notariés.
  • 13 Cf. étude de S. Cassagnes-Brouquet dans ce volume, pp. 13-31.
  • 14 6076 fol. 243v-246. « … habitator vero carraria pargameneriorum Tholose jacens sive egrotens in qua (...)
  • 15 Cf. étude de S. Cassagnes-Brouquet dans ce volume, pp. 13-31.
  • 16 7 actes entre 1404 et 1448 (5548, fol 29 ; 5125, fol. 2v ; 6759, fol 8 ; 4391, fol 33 ; 851, I, fol (...)
  • 17 4 actes entre 1412 et 1422 (602, fol 59v ; 60v ; 3965, fol 21v ; 851, II, fol 29v)
  • 18 Connu par des actes entre 1409 et 1413, 1573, fol 94, 5125, fol 2v et dans Ph. Wolff, Commercesop (...)
  • 19 3 actes entre 1437 et 1455 (6761, fol 3v ; 4053, fol 171 ; 6076, fol 243v, testament de Mathieu Ban (...)

7Les pargaminiers sont les plus anciennement et massivement cités12. Différents statuts permettent de suivre l’évolution de l’exercice de ce métier13. Tous les hommes rencontrés sont installés dans le Bourg, principalement dans la rue Pargaminières, probablement pour deux raisons : l’accès à l’eau nécessaire à leur activité (la Garonne n’est pas loin) et la proximité des rues qui concentrent les ateliers des copistes et les écoles. Quelques indices textuels prouvent que l’atelier et habitation du pargaminier vont, sans surprise, de pair. Ainsi, en 1455, le testament de Mathieu Banilet, originaire du diocèse de Clermont en Auvergne, le mentionne comme « habitant la rue des Pargaminiers à Toulouse, il est couché et malade dans une chambre haute au-dessus de l’ouvroir de sa demeure sise dans ladite rue14. » En revanche, aucun acte rencontré n’évoque la borda des pargaminiers15. Quatre noms de parcheminiers reviennent souvent dans la première moitié du XVe siècle : Pierre Bogier16, Guillaume Rosaudi17, Ponce Mancip18 et Pierre Druda19.

8Si les pargaminiers émaillent la documentation et les registres de notaires, les papetiers se font rares, ce qui étonne davantage.

  • 20 101H123, fol 102v. Voir aussi l’étude de R. Corraze, « Un moulin à papier à Toulouse au début du XV(...)

9L’on sait en effet que le plus ancien moulin à papier connu est installé au début du XVe siècle par le marchand Jean de Cort sur l’île de Tounis. En 1419, sa veuve, Dauphine, le confie à deux papetiers lombards (artifices papiri) pour 5 ans contre 40 livres tournois par an. Elle conclue en même temps une société avec eux, à demi gain et pour 5 ans20.

  • 21 Ph. Wolff, Ibidem, p. 294, lo moly del papie dins los molis del Basacle de Tholosa, de que fa als s (...)
  • 22 6761 fol 45 ; fol 106 ; 6762, fol 58, cum exitu de la molinata et Guiraudo Petri foguasserio et cum (...)

10Un moulin à papier existe aussi au Bazacle : en 1438, Guilhem Larde et Bertrand Lavalette en sont « gouverneurs » et en 1459 cette installation est citée dans les biens du mestre del papie Guilhem Claude Andrieu (« le moulin à papier sis aux moulins du Bazacle de Toulouse, dont les seigneurs du Bazacle touchent dix écus chaque année »)21. Ce papetier n’est autre que Guillaume Claude Andree, factor papiri, habitant rue des Pêcheurs, que l’on suit dans les registres notariés dès 1449. Cette année là, il embauche Guillaume Boubart, factor papiri, pour un an contre 13 écus et une chemise. En 1452, Guillaume Claudo Andree achète une vigne du côté de Saint-Cyprien, confrontée entre autres « avec la sortie de la mouline, Guiraud Pierre, fougassier, la Garonne ». En 1453, la veuve d’un fustier est sa débitrice pour 3 écus d’or prêtés pour payer les œuvres de son défunt époux. On le retrouve quelques années plus tard élu l’un des deux premiers bayles des naypiers ou fabricants de cartes à jouer et saint Claude est le patron du métier22.

  • 23 6761 fol 106 ; R. Corraze, op. cit., p. 23-25, p. 41-42 ; A. Claudin, « Les enlumineurs, les relieu (...)

11Contacts et échanges existent en effet entre les ouvroirs des fabricants de papier, des fabricants de cartes à jouer (naypes), voire de certains marchands. Guillaume Claude Andree, pourtant toujours désigné factor papiri dans les actes notariés, en est un bon exemple. Les deux témoins de l’acte qu’il passe en 1453 sont Johannes Donbeda factor cartarum, Stephanus Vieti eiusdem ministerii ; en 1465, Guillaume Claude Andree, Colin Totaysa, Colin le Chéron, Géraud Cortade, Jean Dubédat (i.e Johannis Donbeda déjà rencontré en 1453) et Jean de Vinhes sont présentés comme prud’hommes et artisans du métier des naypiers (proborum et ministeralium dicti ministerii) ; quelques lignes plus tard, Guillaume Claude Andree est élu à l’unanimité bayle avec Colin Totaysa et tous deux jurent aussitôt sur les saints Évangiles de bien garder le métier. Enfin en 1467, les naypiers ont reçu à la maîtrise Colin Totaysa, Jean Dinbudit (Jean Dubédat / Donbeda ?) et Guillaume Claude Andree23. Ce dernier était donc très probablement à la fois factor papiri et fabricant de cartes à jouer, activité qui prendra de plus en plus d’importance au tournant des XVe et XVIe siècles comme tendent à le prouver des documents plus tardifs qui témoignent de la lutte engagée contre les jeux, en particulier de cartes.

2. Stationnaires, relieurs, copistes et enlumineurs : faisceaux de compétences, entre spécialisation et polyvalence

12Une fois le support d’écriture fourni, stationnaires ou libraires, copistes, enlumineurs, relieurs entrent en action. Là encore, il n’est pas toujours aisé d’établir des catégories étanches entre ces hommes bien que la spécialisation de certaines compétences, comme la copie et l’enluminure, soit indéniable.

  • 24 101H108, fol 14, août 1380, deux consuls de Grafalasio reconnaissent que maître Pierre Chapmier, st (...)
  • 25 101H108, fol 11, 1380, vente entre deux écoliers de Toulouse d’un Codex, pour 10 francs, parmi les (...)
  • 26 De nombreux actes concernent cet artisan, à la fois stationnaire et relieur. 1573, fol 91, fol 93v (...)
  • 27 101H108, fol 88v, 1382, il est désigné avec P. Chapmier pour estimer des livres.
  • 28 101H108, fol 201v, 1384, Jean Campel stationnaire rue de l’Olm sec vend un exemplaire des Sentences(...)
  • 29 851, I, fol 10, 1416.
  • 30 Bernardus de Vallibus, Bernard de Vaux, 1573, fol 50 (1407), fol 93v (1409), stecionator rue de l’O (...)
  • 31 Aymes ou Aymon Guiya / Guya, stacionator rue de l’Olm Sec, 1573, fol 89 (1409, contrat d’apprentiss (...)

13De 1380 à 1448, 17 actes notariés mentionnent les stationnaires (stecionairus, stassonerius) Pierre Chapmier24, Géraud Durand25, Guy Jean26, Pierre Vit27, Jean Campel28, Vital de Praya29, Bernard de Vaux30, Aymon Guiya, désigné aussi librarius universitatis Tholose, son apprenti Eustache Girard31. Ces artisans ont un rôle d’intermédiaires, jouent à la fois le rôle d’éditeur et de libraire. Ils établissent en effet les exemplars des ouvrages qu’ils donnent à copier, à enluminer, à relier, sont partie prenante de la vente de livres neufs mais aussi d’occasion à titre de témoins ou d’intermédiaires entre vendeur et acheteur. Certains sont aussi consultés comme experts pour estimer une bibliothèque lors d’une succession par exemple.

  • 32 4391, fol 85v, 1418, Antoine de Grandicuria de partibus de Savodia, religator, loue une chambre rue (...)
  • 33 5897, IV, fol 59v, 1371, dettes, parmi les témoins Pierre de Astrata ligator librorum rue de l’Olm (...)
  • 34 Cf. note supra, désigné tour à tour comme stationnaire, relieur, libraire de l’université.

14Les relieurs (ligator librorum, religator, reliator librorum), que les actes notariés plus rares ne permettent pas de bien connaître, semblent former une catégorie professionnelle distincte, correspondant à l’une des phase de fabrication d’un livre en lien avec d’autres corps de métier (métiers du bois et du cuir qui fournissent les ais que l’on recouvre de cuir repoussé, parfois coloré, métiers du métal qui réalisent boulons et fermoirs, graveurs de fers ou de plaques…). Antoine de Grandicuria, originaire de Savoie32, Pierre de Astrata33 sont mentionnés dans la documentation notariée. Mais des relieurs sont en même temps stationnaires, exercent conjointement les deux activités, tels Aymon Guiya34 ou Guy Jean.

15Dans des actes qui s’échelonnent entre 1409 et 1436, Guiot ou Guinot Johannis, dit tantôt relieur, tantôt stationnaire, tantôt « religator librorum et/sive stecionator », semble avoir une envergure certaine.

  • 35 En 1409 Jean Bocarigas, sergent royal rue des Filatiers lui vend un Mesale Romane couvert de peau b (...)
  • 36 3306, fol 137v
  • 37 1573, fol 93v, 1409
  • 38 851, I, fol 33v

16Installé rue de l’Olm Sec, on lui donne du magister en 1436. Il achète des livres, en vend, est témoin de transactions de manuscrits35. En 1436, il doit à plusieurs personnes des sommes importantes pour toute une série de volumes. Faut-il comprendre qu’il les a achetés pour les revendre ou qu’il paie la tâche d’autres artisans, tels des copistes36 ? Il intervient aussi lors de litiges. Ainsi en septembre 1409, Fortanier Dilon, verguier de Saint-Sernin est en conflit avec le stationnaire Bernard de Vaux : il lui avait confié des matines à vendre pour 3 livres tournois ; il ne peut les récupérer car Bernard de Vaux les a remises à quelqu’un qui désirait les voir. Fortanier a fait citer Bernard de Vaux devant les capitouls, Bernard et sa femme s’engagent à restituer les livres ou à en payer le prix. Guiot Jean est l’un des témoins de ce compromis37. En 1417, il est directement impliqué : il reconnaît avoir reçu pour les vendre des Décrétales qui étaient à feu sire Bernard d’Aurival, abbé de Saint-Sernin. Or, elles lui ont été volées… Il s’engage alors à rembourser leur valeur, soit 13 livres tournois38.

  • 39 851, I, fol 10, 1416
  • 40 4391, fol 5, 1417
  • 41 4397, fol 264v et 268v.

17Il a aussi du bien : il possède deux hôtels rue Pargaminières, y perçoit des oblies39, il loue un jardin « rue dite En verge » au copiste Jean Gorquin, jardin confronté par plusieurs biens dont unam scolam dudit Guiot40, il a une autre école rue Pargaminières, sise devant l’hôtel du chevalier Jean Blasin et confrontée par des écoles de théologie. En 1435, sa femme Raymonde et lui vendent cette école et les deux hôtels rue Pargaminières à Judie de Rabastens pour 23 écus. Le même jour, l’acquéreuse inféode au couple les hôtels et l’école contre 3 écus d’oblies41.

18Il est patent que Guiot Jean exerce une activité à multiples facettes, a un train de vie supérieur à la moyenne, mais ni l’activité professionnelle ni la gestion du patrimoine personnel ne sont quittes de hauts et de bas, voire de tracas.

19Copistes et enlumineurs sont nombreux, le corpus a permis d’en identifier une cinquantaine. Cette abondance, comparable à celle des parcheminiers, peut-elle s’expliquer par la spécialisation de leurs compétences (on ne peut les confondre avec aucune autre catégorie professionnelle) et par la vitalité des ateliers toulousains ? Ou, encore une fois, les mots, la désignation professionnelle, peuvent-ils induire quelques nuances et incertitudes ?

  • 42 On peut y ajouter quatre autres noms : G. Ayssada, cité dans un compte capitulaire en 1343 (AM de T (...)
  • 43 En 1417 Guiot Johannis lui loue un jardin près d’une école, l’acte le dit scriptor (4391, fol 5). E (...)
  • 44 1448, fol 1, 1440, Pierre Calvet, savetier, doit à Louis Tillac, scriptor, 6 écus prêtés.
  • 45 2485, fol 91, voir infra.
  • 46 6760, fol 21v, 1421, bail à besogne pour un missel enluminé commandé par les consuls de Pechbonnieu (...)
  • 47 7413 (recoté 2Mi 1180), fol 170v, 1374, Arnaud Lanesenh scriptor librorum rue de la Porterie, et sa (...)

20Peu d’actes notariés (huit seulement) livrent six copistes42 ou scriptor, scriptor librorum, scriptor libri formate, scriptor illuminator literre formate : Jean Gorquin43, maître Yvo Escurion, Louis Tillac44, Arnaud de Supervia45, maître Daniel Daniel46 et Arnaud de Lanesenh47.

  • 48 2485, fol 91
  • 49 6760, fol 21v, 1421, bail à besogne étudié par R. Corraze, Les rues artistiques de Toulouse au XVe (...)
  • 50 « bone littere et boni perguameni », « et illuminatum de bono azur et de bono bermilhone ».
  • 51 « magnas litteras annuales floritas ad plenum » ; réalisation de deux miniatures hors texte, un Chr (...)
  • 52 « quod preffacie sint notate de cantu » ; « quod sit completum de omnibus officiis novis ».
  • 53 « quod reddat completum et correctum et religuatum et actatum », « quod non opporteat nisi ponere s (...)

21Deux actes permettent d’imaginer ces artisans toulousains au travail. Le 31 mai 1420, Arnaud Supervia, scriptor rue de l’Olm Sec promet à un pancossier de facere et complere unum librum missale jam in copertum selon un exemplaire qui lui a été remis, l’enluminer (sans plus de détail), et le rendre d’ici la prochaine fête de Pâques, pour 20 livres tournois dont 9 ont été versées48. Le deuxième exemple, bien connu, détaille le travail que doit accomplir Daniel Daniel désigné comme scriptor sur un missel commandé par les consuls et les ouvriers de l’église de Pechbonnieu49. Le copiste doit utiliser des matériaux de qualité50, les enluminures à réaliser sont décrites (lettrines, bordures, miniatures)51, diverses indications portent aussi sur le contenu du missel52, l’enlumineur doit le rendre complet, corrigé, bien relié et agencé, prêt à l’emploi53. Dans ce cas, D. Daniel, dit scriptor, se charge de copier, mais aussi d’enluminer, de relier, de concevoir le contenu même du missel, cumulant ainsi les compétences de l’enlumineur, du relieur, du stationnaire, à moins qu’il ne délègue certaines de ces tâches.

  • 54 Guillaume Aginaud, installé rue des Ymaginaires, est peintre sur bois et sur drap, mais sculpte aus (...)
  • 55 3965, fol 24, 1416, l’épouse de maître Arnaud Guillaume Ponciis, ymaginaire, loue un hôtel rue Malc (...)
  • 56 Sur les Portal, dynastie d’enlumineurs, de 1431 à la fin XVe siècle, cf. R. Corraze, op.cit. p. 668 (...)
  • 57 Voir fiche biographique en annexe.
  • 58 Cf. R. Corraze, op.cit. p. 668, 676, 707. Cité comme « imaginaire et peintre de la rue des Imaginai (...)
  • 59 5897, I, fol 41 (1370), contrat d’apprentissage de Bernard Gaubert, de Villefranche de Rouergue, ch (...)
  • 60 851, I, fol 5v, 1415, lausime d’un demi hôtel rue de l’Olm Sec par Guillaume Baudoin / Baudoyn enlu (...)
  • 61 1446, fol 114v, 1415, enlumineur de livres de Montpellier qui reçoit une commande d’un prêtre de To (...)
  • 62 Les comptes capitulaires permettent de suivre les paiements faits à Jean Négrier, enluminayre, illu (...)
  • 63 Cf. note précédente.
  • 64 2485, fol 70v, 1418, Jean Nescart, peintre, de Cambrai doit 15 £ ts à Anse Christophori, peintre, h (...)
  • 65 6762, fol 40, 1450, Michel Alamanh pictor natuus de Russia se loue à Pierre Girard pictor de la rue (...)
  • 66 6762, fol 58, 1452 : le brodeur Arnaud Sabastian loue à André Fabregua et Jean Parssboys, peintres, (...)
  • 67 7414, fol 114 (1 Mi 24), 1389, Simon Guarini, pictor rue Jusaquis, prête de l’argent à un meunier ; (...)

22Cette polyvalence de spécialités s’accentue lorsque l’on s’intéresse à la façon dont sont désignés les enlumineurs et peintres. Onze actes notariés livrent sept imaginaires (ymaginator) soit Guillaume Aginaud54, Arnaud Guillaume Pons55, Jean de Portal56, Martial de Villa57, Louis de Bosino58, Jean Bonac et son apprenti Bernard Gaubert59, quatre mentionnent quatre enlumineurs (illuminator, illuminator librorum), soit Guillaume Baudoin60, Guillaume de Curia61, Jean Négrier62, Pierre de Villario63, sans qu’aucun nom ne se recoupe avec la première catégorie ; cinq actes citent huit peintres (pictor), Jean Nescart, Anse Christofori64, Michel de Alamanh, Pierre Girard65, André Fabregua, Jean Parssboys66, Simon Guarini67 et Martial de Villa, ce dernier étant aussi désigné par ymaginator.

  • 68 Cf. R. Corraze, op.cit., p. 673, minutes de Jean de Cans. Étude récente dans M. Prin et J. Dieuzaid (...)
  • 69 Sur G. Aginaud, il doit far lo papalho del drap del aur per la intrada del rey nostre sire, pinhe l (...)

23Si illuminator librorum n’est pas équivoque, les termes d’imaginaire (le faiseur d’image peinte ou sculptée) ou de peintre ne garantissent pas forcément que l’artisan décore des livres. Pourtant, le contenu de certains actes, le recours aux comptes capitulaires et aux documents publiés pour la seconde moitié du XVe siècle confirme que certains de ces hommes sont bien à la fois copistes et enlumineurs, coordonnent parfois toutes les phases d’élaboration du manuscrit (D. Daniel), d’autres sont bien peintres de manuscrits quelle que soit la façon dont ils sont désignés (Martial de Villa, Jean Portal, Louis de Bosino), certains étant à la fois peintres sur manuscrits mais aussi sur d’autres supports (bois, support textile ou mural). Martial de Villa s’engage ainsi en 1391 à peindre contre 13 francs or la chapelle des fustiers édifiée dans l’église des Jacobins. Cette chapelle, appelée de la Bienheureuse-Marie en 1411 et remaniée par la suite, conserve un décor peint, dont une Annonciation attribuée à Martial de Villa, seule trace parvenue jusqu’à nous de son art68. Les enlumineurs qui représentent les capitouls dans le Livre des Histoires sont en général distingués des peintres qui décorent les murs du consistoire ou de ceux à qui l’on commande des décors éphémères sur panneaux de bois ou sur des draps, mais pas toujours : Guillaume Aginaud est chargé de réaliser « le dais de drap d’or pour l’entrée du roi ainsi que les petits panonceaux/penons aux armes royales que les enfants porteront en cette occasion » (1442), les gages d’Antonio Contarini, entre 1445 et 1465, prouvent qu’il intervient pour décorer le Livre des Histoires mais aussi les murs du consistoire, de même Guillaume Viguier entre 1454 et 147069.

II. Éclats de vie entre atelier, cercles familiaux, patrimoines et réseaux toulousains

24Les registres notariés livrent des tranches de vie de ces artisans, éclats isolés ou parfois en connexion avec une série documentaire. On perçoit alors des échos de la vie de l’atelier, des liens familiaux, du train de vie à travers la constitution et la gestion d’un patrimoine, de l’insertion dans la société toulousaine du temps, chacun de ces cercles étant perméable aux autres.

1. Vie d’atelier, vie familiale

  • 70 Père/fils, frères, oncle/neveux, père/gendre ou autres alliances matrimoniales, les épouses n’appar (...)
  • 71 Liens entre Jean Négrier et de Jean de Villario, jadis enlumineur à Toulouse mais qui n’y habite pl (...)
  • 72 Cf. le cas de Louis de Busino, lié à Martial de Villa et à sa veuve, cf. fiche M. de Villa donnée e (...)
  • 73 Pierre Druda est le socerius (beau-père) de Matthieu Banilet, cf. note supra.

25Affaires familiales et professionnelles sont bien souvent mêlées, prouvant l’imbrication entre la vie de l’ouvroir et celle de la famille. Les registres notariés consultés ne livrent pas de contrats de mariage entre artisans du livre mais les mentions des épouses ou des héritiers donnent à penser que ces artisans pratiquent l’endogamie ou arrangent des successions plus ou moins maîtrisées. Les documents entretiennent une difficulté de compréhension globale, les liens de parenté qui assurent la transmission de l’affaire ne sont pas toujours aisés à déterminer70. On constate cependant comment les mêmes patronymes se succèdent, formant pour certains de véritables dynasties (les six Mancip, tous parcheminiers, mais aussi les enlumineurs Aginaud, Portal…), ou comment la succession d’un artisan est parfois dévoilée par une cession de créance71, par l’hypothèse d’un mariage ou d’un héritage72, par un mot au détour d’un testament73

  • 74 Par lois des hommes nous entendons par exemple l’application des Coutumes de Toulouse, des règlemen (...)
  • 75 Cf. note supra.
  • 76 4391, fol 73.
  • 77 Cf. note supra.

26Des liens affectifs et de dépendance relèvent à la fois des lois du sang et des hommes74. En 1426, la sœur de l’enlumineur Guillaume Aginaud, enlumineur lui donne quittance de sa dot (30 livres tournois), malheureusement sans livrer le nom de son mari75. Relations entre frère et sœur, mais aussi entre frères : en 1418, Pierre Fabre, rector de l’église Saint-Pierre-des-Cuisines donne une pièce de terre à son frère Jean Fabre, parcheminier, pro amore fraternali et pro pluribus serviciis76. La nature de ces services n’est pas précisée (soin fraternel, actions impliquant l’exercice du métier de parcheminier ?) mais le rapprochement entre un clerc de Saint-Pierre-des-Cuisines et un parcheminier dépasse peut-être la simple parenté puisque les pargaminiers toulousains relèvent de cette paroisse. Un père de famille, chef d’atelier, est aussi parfois conduit à déléguer à son fils : Guillaume Aginaud investit son fils Bernard de la licencia paternalis pour une affaire de justice dont on ne sait si elle a un lien avec l’exercice du métier77.

  • 78 Cf. H. Gilles, « Le statut de la femme dans le droit toulousain », La femme dans la vie religieuse (...)
  • 79 Aucune femme n’est désignée ouvertement comme responsable ou employée d’atelier dans les documents.
  • 80 Cf. supra, 1573, fol 93v
  • 81 851, I, fol 10. L’hôtel tenu rue Pargaminières est confronté entre autres par Guy Johannis déjà évo (...)

27Quelle est la place des épouses ? De façon très répandue dans la société toulousaine, les épouses sont aux côtés de leur mari pour vendre, acheter ou louer un bien, elles s’engagent surtout avec leur époux dans des affaires de dettes ou de créances, ce qui est la stricte application des Coutumes de Toulouse78. Dans certains cas, un couple d’artisans du livre s’engage solidairement à rembourser une dette sous forme de travail, clause qui révèle en creux la présence et l’activité de l’épouse dans l’atelier79. Ainsi en 1409 le stationnaire Bernard de Vaux, de la rue de l’Olm Sec, est poursuivi pour avoir laissé imprudemment entre d’autres mains des matines lui avaient été confiées pour être vendues ; cité devant la cour des Capitouls, il promet de restituer le livre ou de payer son prix, et son épouse Pétrone s’engage à la même chose à ses côtés80. En 1416, Vital de Praya stationnaire et sa femme Orimonde doivent 40 livres tournois d’arrérages d’oblies sur un hôtel rue Pargaminières et s’engagent à rembourser cette dette par leur travail81.

  • 82 Outre l’exemple développé ici, cf. 5897, I, fol 41, 1370, contrat d’apprentissage de Bernard Gauber (...)
  • 83 1573, fol 89. Eustache est originaire de Curbano dans le diocèse de Sisteron (loci de curre Benoris (...)

28L’atelier abrite une famille élargie à l’apprenti, au valet. Cette vie commune, entre liens hiérarchiques et affectifs, est dans une certaine mesure prévue dans les contrats d’apprentissage82. Le stationnaire Aymes Guiya, établi rue de l’Olm Sec, prend pour apprenti en 1409 Eustache Girard, originaire du diocèse de Sisteron. Pendant trois années, Eustache demeurera chez Aymes Guiya « pour apprendre l’art ou le métier de stationnaire et l’exercer ». Le maître s’engage à le nourrir, vêtir et subvenir à ses besoins, Eustache recevra 3 écus d’or pour la dernière année. L’apprenti promet de ne révéler à quiconque les secrets du métier que son maître lui aura enseignés comme à tout bon élève. Le vocabulaire révèle à la fois les relations entre maître d’atelier et apprenti, entre maître et élève, les liens de confiance pour conserver les secrets de fabrication, mais aussi la commensalité, une vie « à pot et à feu »83.

  • 84 Ou en passe d’être formée : en 1461, le maître enlumineur toulousain Gilet de Paris embauche l’enlu (...)
  • 85 4391, fol 85v
  • 86 6761, fol 45
  • 87 6762, fol 40. « Collogium Petri Girardi. Item anno quo supra die XVIII mensis Julhii quod Michel Al (...)

29Quelques actes prouvent l’emploi de main d’œuvre déjà formée84 et qualifiée, celle des valets, compagnons ou famuli. Si les membres de l’atelier sont souvent de la famille du maître, ils viennent parfois de loin, se fixent à Toulouse au gré des embauches : en 1418, Antoine de Grandicuria, un savoyard, relieur rue de l’Olm Sec, loue une chambre et un lit garni de linge pour quatre semaines chez maître François Balistier, bachelier ès décret, habitant rue de l’Olm Sec et familier du monde des artisans du livre, contre 4 blancs de loyer par semaine ; s’ils s’accordent, la location se prolongera85 ; en 1449, Guilhem Claude Andree, factor papiri, embauche Guillaume Boubart pour un an contre 13 écus et une chemise86, en 1450, Michel Alamanh, pictor natuus de Russia, s’engage chez Pierre Girard, peintre rue du Bourguet Nau pour le servir pendant un an contre 12 écus87.

  • 88 En 1450, Pierre Druda, pargaminier, achète à l’argentier Amiel de Fontenelhe, de la rue des Argenti (...)
  • 89 6076, fol 243v-246, 1455. Le couple a eu d’autres enfants, déjà morts en 1455. Une position confort (...)
  • 90 Les clauses de substitution sont aussi parlantes : si sa fille Jeanne n’a pas de descendance, si l’ (...)

30Certains apprentis ou valets changent de condition en épousant la fille d’un maître. Mathieu Banilet, né en Auvergne et installé à Toulouse, est saisi dans la documentation au moment où il teste en 145588. Il a épousé Graside, fille du parcheminier Pierre Druda ; Graside est enceinte lors de la rédaction du testament, le couple a déjà une fille, Jeanne, que Mathieu désigne son héritière universelle. Il vit dans la maison de son beau-père, encore en vie lors de la rédaction du testament. Ce gendre était vraisemblablement en position de succéder à la tête de l’ouvroir situé au rez-de-chaussée de la demeure Druda-Banilet et le document indique que Mathieu avait acquis une position enviable au sein de sa famille, ouvroir et maison de Toulouse89. La mort qui le menace met à mal les projets et toutes les dispositions prises tendent à protéger son épouse et ses enfants, leurs biens, sous la houlette de tuteurs et curateurs qui ne sont autres que Pierre Druda, maître parcheminier et beau-père, et un autre parcheminier Jean Raynaud90.

2. Trains de vie contrastés

31Proportionnellement, autant d’actes notariés font directement référence à la vie professionnelle qu’à la vie familiale, au train de vie, à l’insertion dans la société toulousaine.

  • 91 Cf. exemples et notes supra, cf. tableau récapitulatif de L. Soula, tome I, pp. 59-60.
  • 92 101H 108, fol 88v-89

32On a en effet cité tous les contrats d’apprentissage ou d’embauche rencontrés dans le corpus étudié, on a évoqué les quelques cas de baux à besogne ou de commandes. Plus nombreuses sont les ventes de livres neufs ou d’occasion, pour lesquelles vendeur et acheteur entrent directement en contact (l’acheteur étant alors souvent un artisan du livre, relieur ou stationnaire) ou passent par un intermédiaire professionnel, le stationnaire91. Des conflits se déclenchent parfois lors de ces transactions, donnant lieu à des résolutions variées. Plus exceptionnelle, l’expertise consciencieusement relatée dans un registre du fonds Saint-Sernin : en 1382, dans le cadre de la succession de l’évêque de Montauban, les stationnaires toulousains Pierre Vit et Pierre Chapmier sont requis pour estimer bene et legatime neuf livres pour l’abbaye de la Couronne dans le diocèse d’Angoulême. Après avoir prêté serment sur les quatre Évangiles, les livres sont estimés selon leur dimension, le nombre de feuillets, l’aspect, la décoration, la régularité de l’écriture, la reliure92

  • 93 Une trentaine d’actes de ventes, achats, lausimes, location d’hôtel, de terre, d’une vigne, d’un ja (...)

33Tout aussi souvent, certains artisans passent devant notaire pour gérer leurs biens immobiliers ou fonciers93, prêter ou contracter de dettes, souvent entre artisans du livre, ou parce qu’ils sont cités comme témoins ou procureurs, en particulier pour des confrères, enfin pour mettre en ordre leurs affaires ici bas et préparer le salut de leur âme.

34Les opérations entrevues (ventes, achats, location d’hôtel, de terre, d’une vigne, d’un jardin, lausimes, gasailles, reconnaissances de dettes…) sont celles que l’on retrouve pour les autres artisans et habitants de Toulouse. Rien d’extraordinaire et même plutôt l’ordinaire.

  • 94 Aucun enlumineur, copiste…
  • 95 En 1335, ces 6 pargaminiers sont Jacobus Cabocii (257 £ ts + 10 £ moble), Ramundus Durand (138 £), (...)

35Le train de vie est en général modeste, souvent dans la gêne. Les estimes du Bourg en 1335 détaillent les déclarations de 25 pargaminiers et de 2 stationnaires94. Parmi les parcheminiers, si l’on ne compte pas d’artisans aux trop faibles revenus pour être exemptés d’impôt (nichils), 13 déclarent de 10 à 35 livres tournois, 12 plus de 50 livres tournois, mais seulement 6 plus de 100 livres tournois. L’hétérogénéité des niveaux de fortune des parcheminiers est évidente, avec un rapport maximal de 1 à 10 (de 35 à 355 livres tournois). Les deux stationnaires Huc de la Casa et Peyre del Ser ne vivent pas non plus sur le même pied tout en ayant un train de vie plus confortable, ils déclarent respectivement 160 et 260 livres tournois. En 1398, le registre de taille de 1398 cite 2 nichils parmi les pargaminiers, mais aussi un peintre et un enlumineur, et seuls 3 enlumineurs dépassent le seuil des 50 livres95

36Les actes notariés transmettent la même impression. Les artisans du livre ont un train de vie très variable, hétérogène, mais en général modeste ou grevé par les dettes.

37La plupart sont en effet locataires de leur hôtel ou d’une portion d’hôtel, beaucoup vivent chichement, leurs dettes en témoignent. Mais certains sortent du lot, possèdent atelier et hôtel dans Toulouse, ont ou louent des jardins, arpents de terre et de vigne dans la ville, aux alentours immédiats ou plus loin en Toulousain, contractent des gasailles, sont pris dans le jeu des oblies (les perçoivent ou les payent). Certains prêtent de l’argent à d’autres artisans du livre, faisant ainsi jouer à la fois des liens de solidarité et de dépendance.

  • 96 5125, fol 2v. Il doit : à Margarite Danjo 12 gros d’argent pour achat de vin, il a laissé en gage u (...)

38Si l’on reprend l’exemple des pargaminiers pour lesquels les registres fiscaux ont déjà donné des indications contrastées, tous résident rue Pargaminières ou à proximité immédiate. Pour la plupart la fortune est médiocre, la gêne bien présente. À titre d’exemple, en 1413, le court testament du pargaminier Jean Pochaud aligne treize reconnaissances de dettes variées : des achats de vin, le reste du prix d’une paire de souliers, des prêts contractés auprès de deux autres parcheminiers et d’un charpentier96.

  • 97 Comme procureur de maître Arnaud Terrier, bachelier ès lois, il loue à Jean den Gali pour 20 ans un (...)
  • 98 4053, fol 18-21, 10 juin 1448, Pierre Bogier lui vend une plateam stituatam in carrayrollo Beguinor (...)
  • 99 En 1409, on le voit vendre deux arpents et demi de terre (1573, fol 94), il fréquente les foires et (...)

39Mais certains parcheminiers réussissent à tirer leur épingle du jeu. Au début du XVe siècle, Pierre Bogier, l’un des créanciers de Pierre Pochaud, agit comme procureur pour louer un jardin clos, possède au moins deux hôtels rue Pargaminières, l’un qu’il loue à Arnaud Mancip, parcheminier, l’autre qu’il vend à un couple de pargaminiers, de même pour une place (platea) dans la ruelle des Béguins vendue à Jean Panhat, parcheminier97. Il possède et loue aussi des écoles, nous y reviendrons. Jean Panhat, que l’on vient de citer, constitue des blocs cohérents en rassemblant en 1448 toute une série de parcelles à bâtir (platea) donnant sur le carrefour et la ruelle des Béguins98. Un parcheminier accède même aux honneurs capitulaires : Pons Mancip est élu capitoul de Saint-Pierre-des-Cuisines en 1411-1412, notabilité bien visible en 1413 dans le testament de Pierre Pochaud qui lui donne du dominus, mais ce cas est tout à fait exceptionnel99.

40Les parcheminiers qui apparaissent le plus souvent dans les registres des notaires sont ceux qui brassent un volume important d’affaires professionnelles et privées, reléguant ainsi dans l’ombre documentaire ceux qui, probablement les plus nombreux, tirent davantage le diable par la queue, surgissent au détour d’une créance ou d’un loyer.

  • 100 Cf. supra.
  • 101 7414 (recoté 1 Mi 24), fol 114 (1389), 155v (1391), 198v (1391).
  • 102 Il est présenté comme imaginaire, peintre, enlumineur, cf. fiche biographique en annexe.

41Ce constat s’applique aux autres catégories d’artisans du livre, enlumineurs et stationnaires. On a déjà évoqué les affaires et le patrimoine conséquent du relieur-stationnaire Guiot Johannis ou du papetier Guillaume Claude Andree100. Simon Guarini, pictor rue Jusaquis, prête de l’argent à un meunier, possède et loue un hôtel dans la rue où il demeure, engage deux brassiers pour planter et travailler une jeune vigne pendant trois années, autant d’indices d’une certaine aisance101. Le peintre Martial de Villa a les moyens d’acheter un jardin rue Bruguières, de louer son hôtel à un fournier rue Pantonières, de percevoir ou de payer des oblies sur des jardins et des vignes. Sa carrière aux multiples talents le met en relation avec des cercles d’honorabilité les plus divers à Toulouse : il travaille pour les capitouls, pour une chapelle aux Jacobins, il est portier de la Mayso Communal et aussi bedel de la Gaya Sciensa102.

  • 103 Le tableau récapitulatif des dettes, cf. L. Soula, tome I, p. 120-122. Quelques exemples : Bernard (...)
  • 104 On évoqué plus haut les contentieux qui frappent Guy Jean (Décrétales volées), de Bernard de Vaux ( (...)

42Mais pour quelques réussites spectaculaires, qui ne sont pas exemptes de difficultés financières, le lot commun des stationnaires et des enlumineurs sont les dettes. Enregistré chez les notaires, leur endettement est en effet courant, consubstantiel à l’exercice de leur métier : les stationnaires et relieurs paient rarement comptant un achat de livre et étalent les paiements103. Le règlement des litiges et contentieux, les dettes accumulées pour les achats de la vie courante achèvent de plomber leur comptabilité104.

3. Cercles et réseaux, des affaires à l’honorabilité

  • 105 Soit respectivement les actuelles rues Pargaminières, Romiguières, de la Pomme.
  • 106 Pour citer l’expression de R. Corraze.

43L’organisation professionnelle de ces métiers et l’implantation géographique resserrée dans Toulouse des ateliers du livre conduit ces artisans à se côtoyer, se fréquenter, à nouer des liens à la fois d’entraide et de dépendance. La concentration géographique est évidente. Trois rues l’emportent de très loin : les rues des Pargaminiers, de l’Olm Sec (stationnaires, relieurs, copistes), des Ymaginaires (enlumineurs, peintres, imaginaires)105. Viennent ensuite des rues adjacentes de la Porterie, du Bourguet Nau, Jusaquis, du Puits à deux faces. Elles délimitent le périmètre des « rues artistiques » de Toulouse106, à la jonction de la Cité et du Bourg, proches du « Quartier latin » toulousain, de lieux de pouvoir (Maison commune, grands couvents…). La concentration des ateliers facilite la fréquentation de la clientèle mais aussi la surveillance mutuelle.

44Les témoins et procureurs qui interviennent dans les actes d’artisans du livre permettent de déceler les affinités, la confiance, l’estime que l’on se porte dans les affaires. Ils sont majoritairement choisis parmi les artisans du livre, au sein du même monde professionnel, ce qui est à la fois logique et répandu.

45Mais ces notations de témoins ou de procureurs prouvent que les artisans du livre sont tout aussi proches des manieurs d’écrits : les clercs, les maîtres et écoliers des collèges et de l’université qui arpentent les mêmes rues qu’eux, vivent dans le même secteur de la ville, leurs principaux clients et commanditaires. Sur une cinquantaine d’actes examinés de plus près, 20 témoins appartiennent aux métiers du livre, 16 sont désignés comme clercs (clerc, prêtre, prieur, moine, bedeau), 9 sont des écoliers ou des maîtres (écolier en droit canon, en arts, bachelier, licencié, maître ès arts, ès lois, en décret), 5 sont des agents royaux ou capitulaires (sergents royaux, serviteurs des capitouls), 3 sont présentés comme nobles ; s’ajoutent 16 notaires (dont parfois celui qui a dressé l’acte) et des membres d’autres métiers, des plus courants (sartre, pancossier, savetier…) aux plus en vue, à talent ou du luxe (épiciers, barbier boursier, aiguilletier, verrier, mercier, pellipaire, batteur d’or…).

46Une quinzaine d’actes constitue des procureurs qui représenteront ou agiront pour l’une des parties, pour vérifier par exemple la liquidation d’une dette. Quatre noms reviennent très fréquemment au début du XVe siècle : François Balistier (que l’on sait habiter rue de l’Olm Sec où il loue une chambre à un relieur savoyard), Jean Fita, Jean Starolla, Jean de Launaco. Ces hommes sont dits « discrets maîtres, bacheliers ès lois et décrets, notaires ordinaires publics de Toulouse ».

  • 107 Cf. tableaux récapitulatif des témoins et procureurs, entre gens du livre et manieurs d’écrits, dan (...)
  • 108 P. Foissac, Les collèges séculiers des univresités de Cahors et Toulouse : institutions, individus, (...)

47Ces lettrés, laïcs ou clercs, sont en contact avec les artisans du livre, font partie de leur réseau de connaissance et sont donc parfois sollicités par eux. Ils se partagent le rôle de témoins à part égale avec d’autres artisans du livre, mais captent celui de procureurs en raison de leurs compétences107. Il serait très instructif de systématiquement rapprocher ces listes de noms d’écoliers, de maîtres, de clercs, de notaires des fiches prosopographiques rassemblées par P. Foissac. Les sphères pourraient être recoupées, les conclusions affinées (proximité de tel collège, de tel type de clientèle, formation commune, liens d’affaires, intellectuels, d’amitié… )108.

48La proximité avec le monde universitaire se décline aussi de façon plus pragmatique : des artisans du livre sont propriétaires d’écoles.

  • 109 4391, fol 5, 1417 ; 4397, fol 264v-268 et ibidem 268v-271v.

49Le stationnaire Guy Jean possède au moins deux écoles. En 1417, lorsqu’il loue un jardin au copiste Jean Gorquin dans la rue appelée en verge, l’un des confronts est « l’issue d’une école dudit Guiot ». En 1435, lui et sa femme vendent à noble Judie de Rabastens, qui demeure rue du Taur, deux hôtels et une scola avec un grenier rue Pargaminières, situés devant l’hôtel du chevalier Jean Blasin et confrontés par des écoles de théologie. La somme est coquette pour les deux hôtels et l’école, « franche et libre d’oblies », 23 écus d’or, dont 22 ont été payés. Le même jour, l’acquéreuse inféode ces biens au couple contre 3 écus d’oblies109.

  • 110 5548, fol 29 « … dixit vis fecisse scanna et cathedram de fustibus antiquis traditis per Bogeri quo (...)
  • 111 4391, fol 33. La location prendra fin prochainement.

50Le pargaminier Pierre Bogier a bien du souci avec ses écoles de logique. En 1404, il est en plein conflit avec un fustier, Jean Gaubert qui devait réparer l’hôtel contigu des écoles mais aussi les bancs et la chaire (scanna et cathedram scolarium logicalium), ce qu’il n’a pas fait ; de ce fait, Pierre Bogier est attaqué en justice par le maître des écoles « de scalis, merchansseria, scannis et cathedra ». Le fin mot de l’affaire est donné par le fustier : il a bien réparé mais avec du bois vieux fourni par le pargaminier, tandis que le maître aurait voulu de bons bois neufs !110 En 1417, un litige l’oppose au maître Durand de Galdia à qui il a loué ses écoles de logique pour onze ans. Le pargaminier réclame 6 livres tournois de loyer annuel mais le maître rétorque que ce n’était pas la somme convenue. L’affaire est portée devant la cour du viguier. De Galdia demande une estimation du loyer qui tienne compte des privilèges octroyés par le roi au studium de Toulouse. On désigne deux arbitres, François Balistier pour P. Bogier, Jean Malhioferi pour De Galdia. Ce sont eux qui proposent un compromis111.

51Certains chefs d’atelier, les plus aisés, participent donc à l’organisation de l’enseignement à Toulouse en mettant à disposition des maîtres des écoles qu’ils leur louent meublées. Ce type de patrimoine accroît leurs revenus mais renforce aussi probablement les liens entre les maîtres, les écoliers et les artisans, propriétaires des salles de cours et à qui l’on commande aussi manuels et livres.

  • 112 Ph. Wolff, Commerces…, op. cit. p. 246, 272-274, 449, 465, 542, sur la fréquentation des foires et (...)
  • 113 602, 59v, 60v, 1412. En juillet 1412, Guilhem Rosaudi tient en commande dans son hôtel à Toulouse 5 (...)

52D’une autre manière, certains artisans souhaitent maîtriser les tenants et les aboutissants de leur activité. On constate ainsi que les parcheminiers sont partie prenante du commerce des peaux, allant s’approvisionner eux-mêmes sur les marchés. Philippe Wolff l’avait déjà noté112. Immédiat voisin et contemporain de Pierre Bogier rue Pargaminières, Guilhem Rosaud, fait mieux encore. Il ne se pique pas de posséder des écoles mais est à la fois parcheminier et marchand de laine : il achète les peaux pour son métier, revend la laine dont il ne fait rien, a peut-être déjà un pied dans le commerce des matières premières du textile puisqu’il est en affaire pour du pastel avec des marchands entre Albigeois et Béarn, et ce dès 1412113.

53Les artisans du livre qui sortent du lot et accèdent à une certaine honorabilité sont ceux qui, par leur savoir faire, leur talent, ont des commandes, brassent un volume important d’affaires tant strictement professionnelles que connexes (écoles, métiers du cuir…) et privées (gestion du patrimoine). Quelques-uns ont surtout un pied dans plusieurs cercles urbains d’influence ou de pouvoirs.

  • 114 6 £ ts de gages. Sur ces petits officiers de la Maison commune, cf. l’article de F. Bordes dans les (...)

54L’accès au capitoulat reste exceptionnel, seul le parcheminier Pons Mancip est capitoul en 1411-1412, pour Saint-Pierre-des-Cuisines, quartier où sont rassemblés les pargaminiers. Plus largement, certains artisans travaillent pour les capitouls comme enlumineurs, peintres, mais quelques-uns gravitent aussi dans les cercles capitulaires en étant portiers de la Maison Commune (Martial de Villa mais aussi Jean Portal de 1431 à 1434, qui est aussi gayta nostre, c’est-à-dire guetteur, sentinelle), trompettes (les enlumineurs Raymond Portal en 1442, Louis du Bosc en 1443). Toutes ces fonctions sont rémunérées et surtout confortent la notabilité114.

  • 115 Les travaux de J. Verger et de P. Foissac pourront être interrogés sur ces points.

55Il ne faut pas non plus sous-estimer les connexion de ces hommes avec le monde des collèges et de l’université (maître Aymon Guiya est dit « libraire de l’université » en 1448)115, les cercles culturels en vue à Toulouse comme les Jeux Floraux (Martial de Villa est bedel de la Gaya Sciensa).

  • 116 Les testaments des deux pargaminiers, Pierre Pochaud (1413) et Mathieu Banilet (1455) élisent sépul (...)
  • 117 Aymes Guiya, relieur, est l’un des bayles et régents de l’hôpital du Christ du Bourg en 1414. S’agi (...)

56Les réseaux spirituels sont plus difficiles à saisir mais les legs testamentaires donnent quelques indices sur l’attachement à la paroisse, aux confréries, de métier ou de dévotion116. D’autres accèdent à des fonctions à la fois financières et caritatives qui confirment ou assoient l’honorabilité tels les bayles et régents des hôpitaux117.

  • 118 On a croisé l’apprenti stationnaire Eustache Girard, originaire du diocèse de Sisteron, les valets (...)
  • 119 D’où la Supplique des enlumineurs en 1478…

57Les registres notariés confirment que Toulouse est un centre important de production et d’échange de manuscrits au tournant des XIVe et XVe siècles. Un grand nombre d’artisans du livre vient y travailler ou s’y installe118. Les pargaminiers, copistes et enlumineurs sont bien présents jusqu’aux années 1460, d’où l’impact de l’installation de l’imprimerie dans les années 1470119. La diffusion du papier, pourtant vérifiable pour ce premier XVe siècle n’a encore étonnamment que peu d’échos dans la documentation notariée.

58Certains pargaminiers, enlumineurs et stationnaires, jouissent d’une très bonne intégration dans la société toulousaine. Leurs compétences sont reconnues : chefs d’ateliers, ils sont maîtres, experts, prud’hommes dans le métier, témoins et procureurs pour des confrères. Un patrimoine bien géré, des liens familiaux choisis consolident la position sociale et l’avenir de l’ouvroir. Les honneurs et charges accroissent l’honorabilité de quelques happy few qui accèdent à l’orbite capitulaire, aux cercles éducatifs et intellectuels (écoles, monde universitaire, Jeux Floraux).

  • 120 Ces liens pourraient être précisés en croisant davantage de données. Les liens avec les notables to (...)

59Ces hommes du livre sont particulièrement proches des clercs et des écoles, leurs principaux clients, ils y choisissent leurs témoins, procureurs, arbitres120. Cette proximité explique leur implantation au plus près du « Quartier latin » toulousain, mais cette concentration se comprend aussi au regard de l’organisation des métiers (par rue, surveillance) et des conditions techniques de leur activité professionnelle (l’accès à la Garonne par exemple).

60Ce monde du livre toulousain ne néglige pas les apports extérieurs qui renouvellent et probablement inspirent ses productions. D’autres expressions artistiques peuvent l’influencer : à travers les actes, on constate que se côtoient artisans du livre, brodeurs, verriers, peintres (sur bois et autres supports), imagiers, argentiers ; les fabricants de cartes (naypiers) paraissent aussi bien proches. On voit s’esquisser des échanges avec le Languedoc, la vallée du Rhône, le massif central, la Provence et au-delà l’Italie ; des hommes du nord sont aussi bien présents à Toulouse dès cette première moitié du XVe siècle.

  • 121 L’acquisition et l’étude d’un Livre d’Heures toulousain du XVe siècle a montré qu’il avait été prob (...)

61Rapprochés des textes arides des notaires, les manuscrits qui nous parvenus donneront peut-être quelques réponses121.

Annexes

Annexe. Exemple de fiche biographique. Compilation de toutes les informations réunies pour un individu.

Martial de Villa, in « L’Index alphabétique des artisans du livre »,
L. Soula, Livres et métiers du livre à Toulouse à la fin du Moyen Âge,
Master 1 UPPA 2008 (dir. V. Lamazou-Duplan), tome II, pp. 14-39.

Fiche complétée depuis la soutenance du mémoire par V. Lamazou-Duplan.

Villa (Marsial / Martial de), peintre et enlumineur [1383-1418]122 :

  • BORDES123 :
    - 1383-1385, CC 1850, fol 29v : « a Marsal de Vila, magenayre, pour les panonceaux des trompettes et les armes de la ville ».
    - 1390-1392, CC 1854 fol 41v : « pagat a xviii de abriel [1391] an Marsalet, pinheyre, que avia fayt xii escudetz petitz, dos a metre a las torchas e per iiii grans a metre al drab de l’aur sus que mossen Pe del Castelnou foc anat a Dieu (…) : 5 s. t. ».
    Il s’agit peut-être de Martial Deville, de Villa, « ymachinator Tholose », chargé en 1391 de la décoration d’une chapelle des Jacobins, cf. J. Lestrade et J. Contrasty, « Deux artistes toulousains du quatorzième siècle : Jacques et Jean Maurin », dans Revue historique de Toulouse, t. 9, 1922, p. 11-12 et 18-19.
    - 1405-1406, CC 2324, n° 84 : 9 décembre 1406 : « a Marsal de Vila, pinheyre, la soma de quinze liuras tornes (…) per far la penthura dels porges del hostal de l’artilharia de sains, que deu pinher et debeyssar nos et nostres officies seguon qu’es acostumat de far de sa entras ».

NB : pas d’indication d’enluminures sur manuscrit, mais des peintures sur divers supports.

  • CORRAZE124 : il est désigné comme « pictor et illuminator » rue des Imaginaires par le notaire Sapientis. En 1391, il s’engage à peindre la chapelle que Jean Maurin, peyrerius, venait de construire au Couvent des Jacobins. Son héritier est Louis de Buzino, pictor et illuminator, habitant la même rue. Louis est lui-même héritier de Blanche, veuve de Martial.
    - 1405-1435 : il est cité dans les Comptes capitulaires de l’Hôtel de ville, comme « portier de la Mayso Communal » (CC 692, 694, 695) et de 1420 à 1434 comme « bedel de la Gaya Sciensa », c’est-à-dire portier de la Maison Commune (i.e. petit officier capitulaire) et bedeau ou appariteur des Jeux floraux (reconnaissance d’un savoir, accès à un cercle de notables toulousains cultivés).

  • R. MESURET, « Les peintres décorateurs de Toulouse aux XVe et XVIe siècles », Mémoires de l’académie des sciences, inscriptions et belles lettres de Toulouse, t. VIII, 1957, p. 145.

  • Sur les gages de Martial de Villa comme portier de la Maison Commune :
    AM CC 1855, fol. 39, 1405, portier de la maison communale.
    AM CC 1855, fol. 30, 12 janvier 1405, portier de la maison communale
    AM CC 2323, n° 20, 1404, pièces à l’appui des comptes, à Martial de Vila portier de la maison communale 14 £ ts.
    AM CC 2326, n° 51, 3 avril 1417, pièces à l’appui des comptes, à Martial de Vila portier 15 £ ts.
    AM CC 2327, n° 5, 30 mars 1418, pièces à l’appui des comptes, à Martial de Vila portier 15 £ ts.125

  • M. PRIN, Les Jacobins de Toulouse, éd. Amis des archives de la Haute-Garonne, 2007, Première chapelle des Fustiers (1391) puis de la Bienheureuse-Marie (1411), étude p. 134-135. Données d’archives (minutes de Jean de Cans) et description des peintures murales attribuées à Martial de Villa.

  • ADHG 3E 3112, fol 29 (notaire de Cans), 18 janvier 1391. Martial de Villa, « ymachinator Tholose », s’engage à peindre la chapelle que J. Maurin peyrerius a construite dans l’église des Jacobins près de la chapelle Saint-Antonin et du chœur. Les peintures seront « de la manière, de la forme et de l’ornementation, de la beauté de la chapelle voisine dédiée à saint Antoine », l’œuvre sera commencée dès janvier et achevée à la mi-carême contre 13 francs d’or.
    « Instrumentum super pictura altaris Predicatorum. – Item anno quo supra M CCC nonagesimo primo, dieque XVIII° mensis januarii, quod Marcialis de Villa, ymachinator Tholose… promisit Johanni Maurini peyrerio Tholose… depingi illa capellam constructam per eundem Johannem Maurini infra ecclesiam Predicatorum Tholose, et de fusteis, et juxta capellam Sancti Anthonii et de juxta lo cor dicte ecclesie, picturis ibi necessariis, ad modum, forma, picturam, pulcritudinem et formidinem, et ex causis similibus quibus dicta capella Sancti Anthonii predicta est depicta et ornata, nil diminuendo ; et hoc, hinc ad mediam Kadragesime proxime venture, totam suis propriis sumptibus, et pro preci et nomine precii XIII francorum auri, etc… »126

  • ADHG, 3E 5124, fol 79, Le 15 juin 1412 Martial de villa pictor rue des Ymaginaires loue un hôtel rue Pantoneriorum près le Four Bastard à Arnaud de Bisanno, fournier, pour un an, 6£ ts petites de loyer. Le locataire pourra diminuer son loyer en cuisant le pain. Procureurs : maîtres Jean de Fita, Jean de Launac, bacheliers ès lois et notaires. Témoins : un sergent et un notaire.

  • ADHG, 3E 4391 fol 30v, Le 22 septembre 1417, Jean de Planis dit Bearnes meunier rue du Bazacle, vend à Marcial de Villa, ymaginaire de Toulouse, un jardin rue de Bruguières pour un écu payé en oboles blancs. Confronts : le collège de Verdale, Etienne de Villeneuve, l’acheteur et la rue.

  • ADHG 3E 4391 fol 70, Le 8 juin 1418, lausime de Frère Bernard Gontier, moine et prieur de Saint-Pierre-des-Cuisines à Marcial de Villa, ymaginaire, pour la vente d’un jardin et d’une platea rue Bruguières, près du collège de Montlaudun (vendu par Jeanne, veuve de Pons de Gaure, et Françoise veuve de Guillaume Calhau, 22 _ £ ts), et d’un autre jardin (vendu à Martial par le meunier Jean de Planis, alias lo Bearnes, acte précédent). Confronts : les biens de Martial, d’Etienne de Villeneuve, le collège de Verdale. Oblies annuelles : 3 d. tolsans justices, 3 d. tolsans rétroacaptes. Témoins : Bernard Fabri, notaire, Raimond Calvet, épicier, et moi André del Grès.

  • ADHG 3E 384, fol 52v, 18 juin 1434. Blanche, veuve de Martial de Villa ymaginaire, loue à un tisserand un hôtel rue des Couteliers, confronté par la Garonne sur l’arrière. Bail depuis la saint Jean Baptiste, pour 6 ans. Il paiera
    4 francs la première année ; puis 2 écus et 2 francs par an + 4 cannes de toile commune et le paiement de la main d’œuvre pour la couverture ; Blanche prendra en charge le reste de l’entretien. Témoin : Jean Portal, ymaginator sive pictor.

  • ADHG 3E 7034, fol 38 (registre de Sapientis), Le 21 décembre 1445, Blanche, veuve de Marsial de Villa ymaginaire relaxe un arpent et demi de vigne à la Gournauderie à noble Guillaume Pierre Pagesie. Témoins : Louis de Bosino Raymond Portal ymaginaires et Raynaldus Blaneyro verrier.

Quelques remarques :

  • la nature des liens entre Blanche, veuve de Martial de Villa, et Louis de Bosino n’est pas précisée. Si Louis de Bosino est l’héritier de Martial de Villa et de Blanche (selon l’affirmation tirée de R. Corraze mais non retrouvée à ce jour dans les minutes du notaire Sapientis), la date et les modalités de la transmission restent à éclaircir (passation de l’ouvroir, lien de parenté avec Blanche (1er lit ? frère ?), avec Martial ? Remariage avec la veuve ou une fille de Martial ?). En janvier 1446 (n.st.), la gasaille passée par Louis de Bosino, ymaginator Tholose, ne précise pas davantage ces liens (3E 7034, fol 43- 43v).

  • Martial de Villa est en général cité comme imaginaire ou peintre (aussi sur manuscrit ?), Louis de Bosino comme peintre, imaginaire et enlumineur (ce dernier terme chez Corraze). Il s’engage en 1431 à faire un monumentum pour l’église de Belpech, en imitant celui de l’église du Taur (avec Nicodème, Marie, saint Jean et d’autres personnages). Il l’achèvera pour la Toussaint contre 12 écus (ADHG 3E 7399, fol 92, cité par Ph. Wolff, Commerces et marchands de Toulouse (vers 1350-vers1450), Paris, Plon, 1954, p. 292). Aucun lien d’exprimé avec Martial de Villa ou Blanche, et l’on remarque toujours la polyvalence : parle-t-on ici de peinture (retable) ou de sculpture ?

Notes

1 Journée d’étude / atelier, université Toulouse le Mirail – Framespa équipe 4, 30 mai 2008, organisée par S. Cassagnes-Brouquet.

2 Absorbée en 2008-2009 par la préparation aux concours de recrutement de l’Éducation nationale. Souhaitons qu’après cette étape elle puisse revenir à la recherche pour laquelle elle a montré d’excellentes dispositions. Participer à cette journée lui a permis de stimuler sa réflexion, que l’organisatrice de cet atelier en soit remerciée.

3 Elle a rédigé ce texte, mis à jour et corrigé certaines données qui, faute de temps en année de M1, n’étaient pas assurées.

4 Des Estimes du Bourg de 1335, publiées par Ph. Wolff, à la Supplique des enlumineurs, le 16 mai 1478, au moment où le développement de l’imprimerie toulousaine, attestée à partir de 1476, les menace.

5 L. Soula, Livres et métiers du livre à Toulouse à la fin du Moyen Âge (1335-1478), sous la direction de V. Lamazou-Duplan, T.E.R. Master 1 Recherche UPPA, 2008. Tome I, Synthèse, 133 pages, Tome II Annexes, 178 pages. Déposé à la bibliothèque P. Tucoo-Chala à l’université de Pau, aux Archives Départementales de la Haute-Garonne, aux Archives municipales de Toulouse.

6 Les références avaient été transmises par la directrice de recherche. Les registres consultés sont tous conservés aux Archives Départementales de la Haute-Garonne, nous ne préciserons donc pas leur localisation. La quasi-totalité des actes appartient à la série 3E, quelques-uns appartiennent au fonds Saint-Sernin (cotes 101H…). Les registres de la série 3E seront indiqués par leur seul numéro de cote.

7 Tome II, Index alphabétique des artisans des métiers du livre à Toulouse p. 14-39 (regroupe tous les actes et mentions rencontrées pour chaque individu) ; Tome II, pièces justificatives, p. 57-178.

8 Le plus ancien registre de notaire conservé pour Toulouse couvre la décennie 1350, puis le nombre de registres qui nous sont parvenus augmente au fil du temps. Les dépouillements personnels des registres notariés par V. Lamazou-Duplan s’étant pour l’heure arrêtés aux années 1450, les actes vus ici s’échelonnent entre 1374 et 1455 mais sont les plus nombreux pour le premier tiers du XVe siècle.

9 Nous renvoyons à la bibliographie détaillée donnée par L. Soula.

10 Qu’il trouve ici l’expression de notre reconnaissance. F. Bordes a dépouillé cette série pour son doctorat « Formes et enjeux d’une mémoire urbaine au bas Moyen Âge : le premier « Livre des Histoires » de Toulouse (1295-1532), Doctorat Université Toulouse II Le Mirail (dir. M. Fournié), 2007, 5 volumes.

11 Certains livres circulent, sont échangés en dehors des règles édictées dans les statuts des métiers qui organisent la fabrication et la vente des livres, par exemple lorsqu’un livre est laissé en gage chez un artisan ou un marchand. Ph. Wolff en donne des exemples dans la publication de sa thèse, Commerces et marchands de Toulouse (vers 1350-vers 1450), Paris, Plon, 1954, p. 614. Nous nous permettons de renvoyer aussi à V. Lamazou-Duplan, « Lire et écrire chez les notables toulousains à la fin du Moyen Âge ? Quelques pistes sur la culture des élites laïques avant 1450 », 58e Congrès de la Fédération Historique Midi-Pyrénées (Toulouse juin 2007), Toulouse, une métropole méridionale : vingt siècles de vie urbaine, Toulouse, Méridiennes, 2009, pp. 145-162. Les seules mentions de livres (achats, ventes, legs, le plus souvent entre clercs) ont été laissées de côté pour ne conserver que les actes qui mentionnaient des artisans du livre.

12 47 noms récoltés à partir des sources publiées (dès les Estimes de 1335) et de 17 actes notariés.

13 Cf. étude de S. Cassagnes-Brouquet dans ce volume, pp. 13-31.

14 6076 fol. 243v-246. « … habitator vero carraria pargameneriorum Tholose jacens sive egrotens in quadam camera alta anteriori supra operatorium domus habitationis sue stite in dicta carreria… » Ce testament, de même que celui d’un autre parcheminier, Pierre Pochaudi en 1413 (5125, fol 2v) ne sont pas mentionnés dans la thèse publiée de M.-C. Marandet, Le souci de l’au-delà : la pratique testamentaire dans la région toulousaine (1300-1450), Perpignan, Presses universitaires de Perpignan, 1998.

15 Cf. étude de S. Cassagnes-Brouquet dans ce volume, pp. 13-31.

16 7 actes entre 1404 et 1448 (5548, fol 29 ; 5125, fol. 2v ; 6759, fol 8 ; 4391, fol 33 ; 851, I, fol 20v ; ibidem, II, fol 29v ; 4053, fol 18), sans doute apparenté à Arnaud Botgier mentionné en 1411 (cf. Ph. Wolff, Commerces…, p. 246, 273, 449, 465)

17 4 actes entre 1412 et 1422 (602, fol 59v ; 60v ; 3965, fol 21v ; 851, II, fol 29v)

18 Connu par des actes entre 1409 et 1413, 1573, fol 94, 5125, fol 2v et dans Ph. Wolff, Commercesop. cit, p. 246, 272, 449, 542. Il est le seul artisan du livre promu aux honneurs capitulaires, en 1411-1412. Les documents permettent de suivre une véritable dynastie Mancip : Pierre (Estimes de 1335), Pons (1419-1413), Guillaume (1416), Arnaud (1416-1422), Raimond (1429), cf. Index de L. Soula, op. cit. Tome II, p. 29-30.

19 3 actes entre 1437 et 1455 (6761, fol 3v ; 4053, fol 171 ; 6076, fol 243v, testament de Mathieu Banilet, on y apprend que Pierre Druda est son socerius, i.e. son beau-père.

20 101H123, fol 102v. Voir aussi l’étude de R. Corraze, « Un moulin à papier à Toulouse au début du XVe siècle », dans Contribution à l’histoire de la papeterie en France, VI, La papeterie dans le Midi, Grenoble, 1941et Ph. Wolff, Commercesop. cit., p. 293.

21 Ph. Wolff, Ibidem, p. 294, lo moly del papie dins los molis del Basacle de Tholosa, de que fa als senhors del Basacle cascun an detz escutz.

22 6761 fol 45 ; fol 106 ; 6762, fol 58, cum exitu de la molinata et Guiraudo Petri foguasserio et cum flumine Guarone ; et R. Corraze, op. cit., p. 23-25, p. 41-42, statut des naypiers de 1465. En 1453, dans le même registre, Sanssot de Pomies, de Mirande d’Astarac, entre comme apprenti chez le marchand Pierre Jean Azémar pour apprendre facere naypas sive cartas (6761 fol 99)

23 6761 fol 106 ; R. Corraze, op. cit., p. 23-25, p. 41-42 ; A. Claudin, « Les enlumineurs, les relieurs, les libraires et les imprimeurs de Toulouse aux XVe et XVIe siècles (1473-1530). Documents et notes pour servir à leur histoire », Bulletin du Bibliophile, 1892, pp. 546-561.

24 101H108, fol 14, août 1380, deux consuls de Grafalasio reconnaissent que maître Pierre Chapmier, stationnaire rue l’Olm Sec, leur a prêté 3 francs or, à rembourser d’ici la Toussaint ; ibid. fol 88v-89, 1382, il est désigné avec Pierre Vit pour estimer une bibliothèque.

25 101H108, fol 11, 1380, vente entre deux écoliers de Toulouse d’un Codex, pour 10 francs, parmi les témoins, Géraud Durand stationnaire ; ibid., fol 109, 1382, le même, stationnaire rue de l’Olm Sec, vend à un licencié ès lois un Codex, pour 7 francs.

26 De nombreux actes concernent cet artisan, à la fois stationnaire et relieur. 1573, fol 91, fol 93v (1409) ; 5124, fol 57 (1411) ; 851, I, fol 10 (1416), fol 33 (1417) ; 4371, fol 5, 12v (1417) ; 4391, fol 20, 28v (1417) ; 4397, fol 264v, 268v (1435) ; 3306, fol 137v (1436)

27 101H108, fol 88v, 1382, il est désigné avec P. Chapmier pour estimer des livres.

28 101H108, fol 201v, 1384, Jean Campel stationnaire rue de l’Olm sec vend un exemplaire des Sentences à Jean Fortis du diocèse de Saint-Papoul pour 6 francs.

29 851, I, fol 10, 1416.

30 Bernardus de Vallibus, Bernard de Vaux, 1573, fol 50 (1407), fol 93v (1409), stecionator rue de l’Olm Sec.

31 Aymes ou Aymon Guiya / Guya, stacionator rue de l’Olm Sec, 1573, fol 89 (1409, contrat d’apprentissage d’Eustache Girard, originaire du diocèse de Sisteron) ; 14 447 (recoté 2Mi 1691) fol 40v, 1414, Aymon Guiya reliator librorum fait partie des bailes et régents des hôpitaux du Corps du Christ du Bourg qui vendent un hôtel ; 4468, cahier fragment de registre, fol 2v, 1448, travaux dans le tinel haut de la Monnaie, parmi les témoins maître Aymon Guya librarius de l’université. De 1409 à 1448, cela ferait une belle progression et longévité. S’agit-il du même individu ?

32 4391, fol 85v, 1418, Antoine de Grandicuria de partibus de Savodia, religator, loue une chambre rue de l’Olm Sec.

33 5897, IV, fol 59v, 1371, dettes, parmi les témoins Pierre de Astrata ligator librorum rue de l’Olm Sec.

34 Cf. note supra, désigné tour à tour comme stationnaire, relieur, libraire de l’université.

35 En 1409 Jean Bocarigas, sergent royal rue des Filatiers lui vend un Mesale Romane couvert de peau blanche pour 18 £ ts (1573, fol 91). Il est témoin d’une vente d’un livre dit En forsada par Sire Arnaud de Pujols et noble Bernard de Roaix à un écolier de Toulouse originaire du diocèse d’Auch (5124, fol 57). En 1417, achat de livres et reconnaissances de dettes successives lient Guy Jean, un sergent royal de Toulouse et un frère prêcheur de Marciac (4391, fol 20).

36 3306, fol 137v

37 1573, fol 93v, 1409

38 851, I, fol 33v

39 851, I, fol 10, 1416

40 4391, fol 5, 1417

41 4397, fol 264v et 268v.

42 On peut y ajouter quatre autres noms : G. Ayssada, cité dans un compte capitulaire en 1343 (AM de Toulouse, CC 1846, p. 74, cf. F. Bordes), Jean de Veterieundo, Etienne Michel et Jean Penateau relevés par R. Corraze, op. cit. p. 680.

43 En 1417 Guiot Johannis lui loue un jardin près d’une école, l’acte le dit scriptor (4391, fol 5). En 1415, un prêtre toulousain remet deux missels à enluminer à un enlumineur de Montpellier (Guillaume de Curia), Jean Gorquin est porté comme témoin avec maître Yvo Escurion de l’Olm Sec, tous deux scriptores librorum de Toulouse (1446, fol 114v). Cet acte détaille d’ailleurs le travail de l’enlumineur montpelliérain : il ne reste plus qu’à enluminer les deux missels (déjà copiés) et les indications sont précises (ad illuminandum de auro et asur et historiis et sede majestatis et alias litteras auri)

44 1448, fol 1, 1440, Pierre Calvet, savetier, doit à Louis Tillac, scriptor, 6 écus prêtés.

45 2485, fol 91, voir infra.

46 6760, fol 21v, 1421, bail à besogne pour un missel enluminé commandé par les consuls de Pechbonnieu, cf. infra ; 4320, fol 17, 1430, Daniel Danielis est dit scriptor libri formate et intervient comme procureur dans une vente faite par un couple de Gaillac. Il est installé rue de l’Olm Sec.

47 7413 (recoté 2Mi 1180), fol 170v, 1374, Arnaud Lanesenh scriptor librorum rue de la Porterie, et sa femme, doivent à un marchand de Mirepoix, demeurant à Fanjeaux, 2 francs or et un gros d’argent pour l’achat d’une canne et demi de drap de laine blanc.

48 2485, fol 91

49 6760, fol 21v, 1421, bail à besogne étudié par R. Corraze, Les rues artistiques de Toulouse au XVe siècle, Paris 1941, extr. du Bulletin archéologique du Comité des Travaux Historiques, Paris, 1936- 1937, pp. 715-716 ; et cité dans le catalogue de l’exposition Les enlumineurs du Capitole de 1205 à 1610, Toulouse, Musée Paul Dupuy, 1955,

50 « bone littere et boni perguameni », « et illuminatum de bono azur et de bono bermilhone ».

51 « magnas litteras annuales floritas ad plenum » ; réalisation de deux miniatures hors texte, un Christ avec les quatre évangélistes, un crucifix sur fond d’or et d’azur : « majestatis quod sit imago Christi cum IIII evangelistis, et ab alia parte Crussifficum auri et azuri ».

52 « quod preffacie sint notate de cantu » ; « quod sit completum de omnibus officiis novis ».

53 « quod reddat completum et correctum et religuatum et actatum », « quod non opporteat nisi ponere super altare ».

54 Guillaume Aginaud, installé rue des Ymaginaires, est peintre sur bois et sur drap, mais sculpte aussi. On le suit dans la documentation entre 1426 et 1455 : sa sœur lui donne quittance de sa dot en 1426 (851, I, fol 28v), il investit son fils de la puissance paternelle pour un procès devant l’official de Toulouse en 1445 (7034, fol 46), il paie des oblies à Jacques Ysalguier pour un arpent sis à Fourquevaux (6076, fol 26v, 1445). Ses activités professionnelles : il promet au ceinturier Roger Maynard de lui faire un crucifix en bois entouré de la Vierge et de saint Jean-Baptiste, le tout peint de bonnes couleurs et doré (Ph. Wolff, Commerces…, p. 615, 101H109, fol 54) ; il est peintre et portier de la maison commune ; il réalise pour les capitouls des peintures sur drap ou sur bois (AM de Toulouse, CC 1862, fol 9v, 1442) ; il est témoin dans le statut des lanassiers en mars 1449 (AM de Toulouse, AA 57, p. 106)

55 3965, fol 24, 1416, l’épouse de maître Arnaud Guillaume Ponciis, ymaginaire, loue un hôtel rue Malcousinat.

56 Sur les Portal, dynastie d’enlumineurs, de 1431 à la fin XVe siècle, cf. R. Corraze, op.cit. p. 668-708.
Les notaires livrent plus précocement un Jean de Portelli (même famille ?), ymaginator, en 1417-1418 (4391, fol 10 bis et 85).

57 Voir fiche biographique en annexe.

58 Cf. R. Corraze, op.cit. p. 668, 676, 707. Cité comme « imaginaire et peintre de la rue des Imaginaires », proche de Martial de Villa (cf. note précédente), des Portal. Autres références non données par Corraze : 7034, fol 38v et 43 (1445) : affaires pour une vigne à la Gournauderie avec noble Guillaume Pierre Pagesie (il est témoin avec Raymond Portal, imaginaire, Raymond Baneyro, verrier), gasaille passée par L. de Busino, une truie et 12 porcs.

59 5897, I, fol 41 (1370), contrat d’apprentissage de Bernard Gaubert, de Villefranche de Rouergue, chez Jean Bonac, ymaginaire rue des Ymaginaires.

60 851, I, fol 5v, 1415, lausime d’un demi hôtel rue de l’Olm Sec par Guillaume Baudoin / Baudoyn enlumineur.

61 1446, fol 114v, 1415, enlumineur de livres de Montpellier qui reçoit une commande d’un prêtre de Toulouse.

62 Les comptes capitulaires permettent de suivre les paiements faits à Jean Négrier, enluminayre, illuminador de libres. Il travaille sur le fameux Livre des Histoires des capitouls, de 1387-1388 à 1406 (AM de Toulouse, CC 1852, p. 199 ; CC 1853, fol 212v ; CC 1854, fol 65v ; CC 2323/70, p. 55 ; CC 1855, fol 76v ; CC 2324, n° 81, cf. F. Bordes). Les registres notariés : 5897, VII, fol 9, 1387, pour ses services, Lombarde de Mons lui cède une créance de 29 florins sur maître Pierre Villario jadis enlumineur rue de l’Olm Sec et habitant aujourd’hui à Castelmaurou ; ibid. fol 10v, témoin ; 14 447, fol 7v, 1412, les bailes et régents des hôpitaux du Corps du Christ du Bourg, Saint Jacques de la Cité, cohéritiers de Jean Négrier, vendent un hôtel à Castelmaurou (il est donc mort à cette date).

63 Cf. note précédente.

64 2485, fol 70v, 1418, Jean Nescart, peintre, de Cambrai doit 15 £ ts à Anse Christophori, peintre, habitant de Poligniaco (diocèse non identifié) en raison des torts qu’il lui a causés (lien avec Villeneuve les Avignon).

65 6762, fol 40, 1450, Michel Alamanh pictor natuus de Russia se loue à Pierre Girard pictor de la rue du Bourguet Nau pour le servir in dicto ministerio durant un an pour 12 écus. Ce Pierre Girard est-il apparenté à Eustache Girard, originaire de Savoie, apprenti stationnaire en 1409 ?

66 6762, fol 58, 1452 : le brodeur Arnaud Sabastian loue à André Fabregua et Jean Parssboys, peintres, la moitié de son hôtel rue Bourguet Nau (la moitié de l’ouvroir, deux chambres avec du linge de lit, le chai), pour un an contre 4 écus.

67 7414, fol 114 (1 Mi 24), 1389, Simon Guarini, pictor rue Jusaquis, prête de l’argent à un meunier ; fol 155v, 1391, location d’hôtel ; 198v, il loue un demi-arpent de maillol (jeune vigne) à travailler à 2 brassiers.

68 Cf. R. Corraze, op.cit., p. 673, minutes de Jean de Cans. Étude récente dans M. Prin et J. Dieuzaide, Les Jacobins de Toulouse, éd. Amis des archives de la Haute-Garonne, 2007, pp. 134-135. D’autres peintures murales du XIVe siècle sont repérées aux Jacobins mais leurs auteurs n’ont pas la chance d’être identifiés par un acte notarié correspondant.

69 Sur G. Aginaud, il doit far lo papalho del drap del aur per la intrada del rey nostre sire, pinhe los bordos deldit papalho e los penoncels que los enfans portaban en ladita intrada am las armas des rey, références dans une note précédente. G. Aginaud est-il aussi peintre sur manuscrit ? Aucun acte pour l’instant ne le prouve. A. Contarini et G. Viguier, cf. travaux de F. Bordes (AM de Toulouse, CC 2329/12 et 35, CC 2331/49, 2335/29, 2336/ 32 et 33 pour le premier ; CC 2322/151, CC 1868, p. 47 pour le second)

70 Père/fils, frères, oncle/neveux, père/gendre ou autres alliances matrimoniales, les épouses n’apparaissent en général que sous la forme du prénom suivi de uxor de… et sans leur propre filiation.

71 Liens entre Jean Négrier et de Jean de Villario, jadis enlumineur à Toulouse mais qui n’y habite plus, cf. supra.

72 Cf. le cas de Louis de Busino, lié à Martial de Villa et à sa veuve, cf. fiche M. de Villa donnée en annexe.

73 Pierre Druda est le socerius (beau-père) de Matthieu Banilet, cf. note supra.

74 Par lois des hommes nous entendons par exemple l’application des Coutumes de Toulouse, des règlements des métiers, par lois du sang, les droits et devoirs mais aussi les sentiments entre les membres de la famille.

75 Cf. note supra.

76 4391, fol 73.

77 Cf. note supra.

78 Cf. H. Gilles, « Le statut de la femme dans le droit toulousain », La femme dans la vie religieuse du Languedoc (XIIIe-XIVe s.), Cahiers de Fanjeaux n° 23, pp.79-97. La plupart des actes notariés qui citent les épouses renvoient à des actes de gestion de patrimoine (achat, vente, oblies, locations…), cf. tableau récapitulatif dans le TER de L. Soula, tome I, pp. 47-48.

79 Aucune femme n’est désignée ouvertement comme responsable ou employée d’atelier dans les documents.

80 Cf. supra, 1573, fol 93v

81 851, I, fol 10. L’hôtel tenu rue Pargaminières est confronté entre autres par Guy Johannis déjà évoqué maintes fois. Les paiements des oblies à noble Guillaume Bastier (4 florins d’or et 4 gros d’argent chaque année) ont cessé depuis un grand moment (cessavit solvere per magnum tempus), les arrérages se montent à 40 £ ts. Guillaume les réclame et a fait excommunier Vital. Vital et sa femme, par l’entremise d’amis, paient en partie, relaxent l’hôtel, s’engagent à payer la dette restante (10 £) de façon échelonnée sous forme de salaire (dicti conjuges et mulier de licencia viri ibidem presenti etc. recognoverunt et confesserunt debere dicto domino Guillelmo ex predictis X librarum turonensium parvorum quas solvere promisserunt cum salario presento infrascripto…).

82 Outre l’exemple développé ici, cf. 5897, I, fol 41, 1370, contrat d’apprentissage de Bernard Gaubert, fils de maître Bernard Gaubert de Villefranche de Rouergue, entre 14 et 25 ans, apprenti pour 6 ans chez Jean de Bonac, ymaginator de la rue des Imaginaires ; l’apprenti devra se vêtir durant les deux premières années ; 6761, fol 99, 1453, Sanssot de Pomies de Mirande d’Astarac, entre 14 et 25 ans, apprendra pendant 4 ans à faire des cartes à jouer (facere naypas sive cartas) chez le marchand Pierre Jean Azémar.

83 1573, fol 89. Eustache est originaire de Curbano dans le diocèse de Sisteron (loci de curre Benoris cistariensis diocesis). Quelques citations : « ad morandum cum ipso Aymo ad addicendum artem sive ministerium secionarie et excercendum… » (…) « Idem Stachius per tempus quod morabit cum dicto Aymo secreta tenere et nulli revelare… », « Aymo promisit dicto Stachio presenti etc. ipsum docere dedere suo officio sive ministerio bene et condecenter ut bonus magis videlicet facere suo bono discipulo… ». Payé pour sa dernière année, est-il encore apprenti ou déjà reconnu comme valet ?

84 Ou en passe d’être formée : en 1461, le maître enlumineur toulousain Gilet de Paris embauche l’enlumineur Guillaume Bochart pendant deux ans tout en continuant à le former, E 4118, fol 78, publié par R. Corraze.

85 4391, fol 85v

86 6761, fol 45

87 6762, fol 40. « Collogium Petri Girardi. Item anno quo supra die XVIII mensis Julhii quod Michel Alamanh pictor natuus de Russia se collocavit cum Petro Girardi pictori carrarie Burgueti Novi Tholose presenti etc. ad comorandum cum ipso hinc ad unum annum proxime venientem ad sibi serviendum in dicto ministerio et aliis operibus licitis et honestis. Et dictus Petrus Girardi promisit sibi dare pro suo solidata duodecim scuta auri que omnia promisit nihil facer et tenere quilibet obliguando eorum bona. Testes : Petrus Pent, sartor, Guihermus Beysserii merserius ». Russia ou Prussia ? On hésite au vu du patronyme Alamanh mais la graphie est relativement nette. Cet homme pourrait-il venir des pays baltes dominés par la Hanse ?

88 En 1450, Pierre Druda, pargaminier, achète à l’argentier Amiel de Fontenelhe, de la rue des Argentiers, un hôtel rue Pargaminières avec jardin et puits contigus, pour 15 £ 5 s 10 d ts. Il ne l’achète pas seul mais avec Mathieu Baleta/Valeta, parcheminier. Il est tentant de reconnaître ici Mathieu Banilet, avec les variantes onomastiques que l’on connaît. La graphie claire et distincte des deux noms ne nous permet pas cependant de l’affirmer de façon certaine (4053, fol 171-172v). Valeta peut renvoyer à Valette, canton de Riom-ès-Montagnes (département du Cantal).

89 6076, fol 243v-246, 1455. Le couple a eu d’autres enfants, déjà morts en 1455. Une position confortable au sein de la maison et ouvroir Druda-Banilet : il dicte son testament dans une chambre de sa maison (in camera domus habitationis sue stite in dicta carreria [Pargaminières]…) mais le notaire précise à la fin de l’acte que ce fut fait in domo habitationis Petri Druda soceri dicti testatori stituati in carraria pergamenariorum, la demeure est donc celle de P. Druda (autre explication : cf. note précédente, la maison appartiendrait aux deux hommes) ; il est capable de léguer un marc d’argent à son père Jean Banileti, à son beau-père Pierre Druda tout en reconnaissant devoir à sa propre sœur, Jeanne (à Toulouse ou restée en Auvergne ?), 12 écus d’or prêtés.

90 Les clauses de substitution sont aussi parlantes : si sa fille Jeanne n’a pas de descendance, si l’enfant à naître de Graside ne parvient pas à l’âge d’hériter, tout reviendra à Graside, ou à défaut à Jean Banilet et Pierre Druda et à leurs héritiers.

91 Cf. exemples et notes supra, cf. tableau récapitulatif de L. Soula, tome I, pp. 59-60.

92 101H 108, fol 88v-89

93 Une trentaine d’actes de ventes, achats, lausimes, location d’hôtel, de terre, d’une vigne, d’un jardin, gasaille… 16 actes recensent les dettes et créances des artisans du livre, certains en compilant un grand nombre (le testament du parcheminier Pierre Pochaud liste 13 reconnaissances de dettes en 1413). Pour le détail des actes, nous renvoyons aux références citées supra et aux deux tableaux récapitulatifs dans le TER de L. Soula, tome I, p. 112-118 et p. 120-122.

94 Aucun enlumineur, copiste…

95 En 1335, ces 6 pargaminiers sont Jacobus Cabocii (257 £ ts + 10 £ moble), Ramundus Durand (138 £), Barholomeus Guberti (355 £ + 50 £ moble), Dominicus Herminati (155 £ + 5 £ moble), Johannes de Podio (300 £ + 60 £ moble), Bernardus Villani (151 £ + 20 £ moble). Pour le détail, se reporter à la publication et aux études de Philippe Wolff, aux tableaux récapitulatifs dans le TER de L. Soula, tome I, pp. 111-112.

96 5125, fol 2v. Il doit : à Margarite Danjo 12 gros d’argent pour achat de vin, il a laissé en gage un manteau de drap blanc, deux poignards et leurs étuis ; à un tavernier 6 gros d’argent, contre un capuchon de drap blanc ; à un autre tavernier (dette illisible) ; à Dame Catherine femme de Pierre Jean Audomar [blanc] ; au drapier Jean Mossonis, 3 gros d’argent pour achat de vin, contre unum forcatum en gage ; au meunier Jean Laclaustra alias Moreu, 11 blancs d’argent pour son travail ; à Guillaume de Comba, brassier et parcheminier, 5 blancs pour son travail [est-ce une double activité ? parcheminier et brassier, i.e. travailleur agricole, horticole ? ou brassier signifie-t-il ici journalier, parcheminier journalier ? Quoiqu’il en soit, la condition de cet homme n’est pas fameuse] ; à Pierre Boieri, parcheminier, 15 gros d’argent prêtés ; à Arnaud Mancip, fils de Pierre Mancip, parcheminier, 10 gros d’argent prêtés ; à Guillaume Lavendaria, 1 gros d’argent reste du prix d’une paire de souliers ; à Jean Grandi, marchand, 6 gros d’or pour achat de vin ; à Arnaud Tardini, fils du notaire Gérard Tardini, 8 blancs ; à Pierre Baneri, fustier rue Pargaminières, 15 gros d’argent prêtés. Les quatre témoins sont quatre parcheminiers.

97 Comme procureur de maître Arnaud Terrier, bachelier ès lois, il loue à Jean den Gali pour 20 ans un jardin sive clausum confronté par Pierre Gilabert et Guillaume Rosaud, il percevra 9 gros d’argent par an, oblies incluses (6759, fol 8, 1416) ; il est aussi propriétaire d’un hôtel rue Pargaminières qu’il loue à Arnaud Mancip, pour 10 ans à 4 livres tournois par an et à charge de payer la moitié de la couverture de la maison en tuiles (851, I, 20v, 1416) ; en 1422, Pierre Bogier et sa femme Jeanne vendent à Raymonde femme de Bernard Creys, parcheminier, un hôtel rue Pargaminières, entre Jean et Amiel de Brussel, frères et argentiers, de deux côtés, Guillaume Rosaudi, parcheminier, d’un autre côté, et la rue, pour 15 écus d’or dont 6 ont été payés (851, II, fol 29v) ; en 1448, il vend une place (platea) sur la ruelle des Béguins à Jean Panhat, pargaminier, pour 11 livres tournois et 9 doubles (4053, fol 18).

98 4053, fol 18-21, 10 juin 1448, Pierre Bogier lui vend une plateam stituatam in carrayrollo Beguinorum confrontatam cum fratribus tercie regule ex una parte et cum emptore ex parte alia et cum honore Guillerme relicte Johannis Lacoste condam, et ladite ruelle sur l’avant, platea libre et franche d’oblies, pour 11 £ ts et 9 blancs. L’acte signale donc que Jean Panhat est déjà l’un des confronts. Ibidem, fol 23- 24v, 13 juin 1448, la veuve du tisserand de laine Guillaume La Costa (cf. supra), considérant les bienfaits et honneurs que lui a faits Jean Panhat, lui donne à perpétuité une plateam stituatam in quadrivio sive carrayrollo Beguinorum in qua solebat esse quedam carriera confrontatam cum dicto carreyrollo ex una parte cum dicta donator ex alia parte et cum ipso Johanne Panhat donatorio ex parte altera.

99 En 1409, on le voit vendre deux arpents et demi de terre (1573, fol 94), il fréquente les foires et marchés de la région pour se fournir en peaux, il est élu capitoul en 1411-1412 (cf. Ph. Wolff, Commerces…, p. 246, 272, 449, 542) ; 1413, testament de P. Pochaud, dominus Poncius Mancipii [et les trois autres témoins], parguamenerii carrarie de Parguamenorum.

100 Cf. supra.

101 7414 (recoté 1 Mi 24), fol 114 (1389), 155v (1391), 198v (1391).

102 Il est présenté comme imaginaire, peintre, enlumineur, cf. fiche biographique en annexe.

103 Le tableau récapitulatif des dettes, cf. L. Soula, tome I, p. 120-122. Quelques exemples : Bernard de Vaux doit sous 15 jours 5 £ ts petites à maître Jean Victori, bachelier ès lois et étudiant à Toulouse, pour l’achat d’un Digeste (1573, fol 50, 1407). Même Guy Jean ! En septembre 1417, il a vendu 10 écus un bréviaire qui lui avait été remis par Frère Barthélemy de Sorèze ; ne pouvant lui verser cette somme, il promet de la payer à Pierre Pujet, épicier envers qui le Frère est lui-même endetté d’ici l’Épiphanie. L’acte n’a été cancellé que le 7 juin 1419 (4391, fol 28v)…

104 On évoqué plus haut les contentieux qui frappent Guy Jean (Décrétales volées), de Bernard de Vaux (perte de livres à vendre), les arrérages d’oblies du stationnaire Vital de Praya. On s’endette pour acheter aussi un drap de laine (le copiste Arnaud de Lanesenh et sa femme, cf. note supra), pour des achats de vin…

105 Soit respectivement les actuelles rues Pargaminières, Romiguières, de la Pomme.

106 Pour citer l’expression de R. Corraze.

107 Cf. tableaux récapitulatif des témoins et procureurs, entre gens du livre et manieurs d’écrits, dans TER de L. Soula, tome I, pp. 74-83

108 P. Foissac, Les collèges séculiers des univresités de Cahors et Toulouse : institutions, individus, réseaux et groupes sociaux (v. 1340 - v. 1500), Doctorat université Toulouse II-Le Mirail (dir. M. Fournié), 2008. Un coup d’œil au répertoire prosopographique prouve que les mêmes noms ont été croisés par P. Foissac.

109 4391, fol 5, 1417 ; 4397, fol 264v-268 et ibidem 268v-271v.

110 5548, fol 29 « … dixit vis fecisse scanna et cathedram de fustibus antiquis traditis per Bogeri quod non placebat magistro scolarium quod non fuerat factum ex bonis fustibus novis quod erat culpa ejusdem Bogeri… »

111 4391, fol 33. La location prendra fin prochainement.

112 Ph. Wolff, Commerces…, op. cit. p. 246, 272-274, 449, 465, 542, sur la fréquentation des foires et des marchés par Arnaud Botgier, Pons et Raymond Mancip

113 602, 59v, 60v, 1412. En juillet 1412, Guilhem Rosaudi tient en commande dans son hôtel à Toulouse 5 pipes de pastel de deux marchands, l’un de Graulhet, Philippe de Maurivalle, l’autre d’Orthez, Etienne de Crosilhis. Un mois plus tard, Raimond Merle (?) de Saint-Félix de Caraman, marchand de laine lui doit 8£ 7s 6d ts reste du prix d’un quintal et demi de laine et de peaux. 3965, fol 21v, 1416. Aymericus Albareci de Saint-Félix lui doit 2 £ et 12 gros d’argent pour de la laine. Vu de l’essor du pastel au XVe siècle, on peut dire qu’il a du flair.

114 6 £ ts de gages. Sur ces petits officiers de la Maison commune, cf. l’article de F. Bordes dans les Actes du 58e Congrès de la Fédération Historique Midi-Pyrénées (Toulouse juin 2007), Toulouse, une métropole méridionale : vingt siècles de vie urbaine, Toulouse, Méridiennes, 2009, pp. 269-286.

115 Les travaux de J. Verger et de P. Foissac pourront être interrogés sur ces points.

116 Les testaments des deux pargaminiers, Pierre Pochaud (1413) et Mathieu Banilet (1455) élisent sépulture dans le cimetière de Saint-Pierre des Cuisines, M. Banilet précisant qu’il veut être enseveli « dans la tombe où sont déjà enterrés ses enfants ». Tous les legs de P. Pochaud se portent sur Saint-Pierre-des-Cuisines : au recteur, à l’œuvre de ladite église, à sainte Marie de ladite église, au luminaire de sainte Quitterie, à la chandelle paroissiale, à celle que l’on porte pour les malades, au cierge pascal de ladite église. Outre l’organisation des funérailles et des nombreuses messes à dire pour lui et les siens (dans ladite église, aux Prêcheurs, Mineurs et au Taur) les legs de M. Banilet sont plus nombreux et ouverts : au prêtre et au recteur de Saint-Pierre-des-Cuisines, à l’œuvre de ladite église, à l’œuvre des 7 églises paroissiales de Toulouse, aux bassins, à chaque hôpital de Toulouse, aux 3 maisons des lépreux, à la confrérie de la Nativité de Notre-Dame de la Daurade. Confrérie de dévotion ou de métier ? Les pargaminiers dépendent de l’église paroissiale Saint-Pierre-des-Cuisines. Ces testaments mais aussi le don évoqué entre les frères Fabre (cf. supra) montrent cette proximité spirituelle et affective. La chapelle de la confrérie des Pargaminiers, dédiée à la Vierge, est-elle à Saint-Pierre-des-Cuisines ou à La Daurade ? Cette interrogation soulevée par S. Cassagnes-Brouquet lors de cette journée d’étude ne peut être résolue par ces deux testaments : l’un lègue à sainte Marie à Saint-Pierre-des-Cuisines, l’autre à Notre-Dame à la Daurade, sans plus de précision…

117 Aymes Guiya, relieur, est l’un des bayles et régents de l’hôpital du Christ du Bourg en 1414. S’agit-il du même homme en 1414 et 1448, la question est ouverte.

118 On a croisé l’apprenti stationnaire Eustache Girard, originaire du diocèse de Sisteron, les valets Antoine de Grandicuria, savoyard et relieur, le peintre Michel Alamanh, de Russie, l’enlumineur de Montpellier, Guillaume de Curia, Jean Nescart, peintre et originaire de Cambrai en conflit avec un confrère Anse Christofori, de Poligniaco (lieu non identifié) pour une affaire liée à Villeneuve-les-Avignon. Des noms ont des consonances et graphies du nord : l’enlumineur Guillaume Baudoyn, le peintre Jean Parssboys, le papetier Guillaume Boubart, d’autres peut-être plus provençaux ou italiens… Certains se fixent durablement à Toulouse, y fondent une famille comme l’auvergnat Mathieu Banilet.

119 D’où la Supplique des enlumineurs en 1478…

120 Ces liens pourraient être précisés en croisant davantage de données. Les liens avec les notables toulousains apparaissent aussi, mais en retrait par rapport aux commandes et ventes de livres pour des clercs, ce qui rejoint les conclusions que nous présentons dans notre article cité n. 10.

121 L’acquisition et l’étude d’un Livre d’Heures toulousain du XVe siècle a montré qu’il avait été probablement enluminé par Pèlerin Frison, peintre installé à Toulouse au tournant des XVe et XVIe siècles. Sa main a été identifiée grâce à des enluminures réalisées pour illustrer les États de Languedoc, le Livre des Histoires des capitouls, des statuts de la confrérie des tailleurs et juponniers, par des paiements dans les comptes capitulaires. Cf. étude et fac-similé, F. avril, P. Charron, J. Deschaux, V. Le Reste, Livre d’Heures enluminé par Pèlerin Frison, peintre des capitouls dans les années 1500, éd. Bibliothèque de Toulouse, 2003, pp. 68-74.

122 Dates extrêmes des actes rencontrés pour l’individu concerné.

123 Dépouillements communiqués par F. Bordes.

124 R. Corraze, Les rues artistiques de Toulouse au XVe siècle, Paris, 1941, ext. Bulletin archéologique du Comité des travaux historiques, Paris, 1936-1937, p. 663-741, p. 673, 680, 708.

125 Nous remercions S. Cassagnes-Brouquet d’avoir complété cet exemple par ses propres dépouillements des AM de Toulouse.

126 Nous remercions S. Cassagnes-Brouquet de nous avoir communiqué la citation du texte.

© Presses universitaires du Midi, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search