Version classiqueVersion mobile

Le livre dans la région toulousaine et ailleurs… au Moyen Âge

 | 
Sophie Cassagnes-Brouquet
, 
Michelle Fournié

Première partie. Les métiers du livre à Toulouse

Le métier de parcheminier à Toulouse à la fin du Moyen Âge1

Sophie Cassagnes-Brouquet

Texte intégral

  • 1 Je tiens à exprimer ici mes remerciements à Florence Bouchet qui m’a permis de découvrir la source (...)
  • 2 C. Douais, « Statut municipal inédit des parcheminiers de Toulouse, 10 février 1329 », Mémoires de (...)

1En 1896, Célestin Douais a découvert et publié dans les Mémoires de la Société des Sciences, Inscriptions et Belles Lettres de Toulouse, un statut des parcheminiers de Toulouse, daté du 10 février 1329, resté jusque là inédit2. Ce document est doublement intéressant par sa précocité et son contenu. retrouvé dans la reliure d’un registre de notaire, il marque déjà l’importance du métier à Toulouse au début du XIVe siècle qui ne comprend pas moins de quatre bayles et trente deux maîtres, soit au total trente six parcheminiers.

2Ce statut comprend dix neuf articles qui réglementent le gouvernement du métier, les conditions d’apprentissage, la fabrication du parchemin, la durée du travail et les fêtes chômées.

3Les premiers statuts conservés des métiers du cuir à Toulouse sont ceux des cerviniers en mars 1279, et des pellegantiers en février 1281. Ceux des parcheminiers, en 1329, sont probablement une révision de statuts antérieurs, aujourd’hui disparus.

4Cent trente-six ans plus tard, un nouveau statut du métier est rédigé pour les parcheminiers ; il comprend trente trois articles, en grande partie encore inédits. Des changements très importants ont lieu dans l’organisation de cette profession qui n’a cessé de croître à Toulouse avec le développement de l’université et l’établissement d’un Parlement.

  • 3 AM Toulouse, HH 66, fol. 148-153.

5Les bayles des parcheminiers, Guillaume robert et Jean Olivier, s’adressent aux Capitouls afin qu’ils réglementent leur activité le 30 janvier 14653. Ils ne sont plus que six maîtres du métier à avoir ratifié ces statuts en 1465, un chiffre très inférieur à celui de 1329, qui n’est probablement pas représentatif de la totalité du métier, même si celui-ci semble connaître un certain déclin.

  • 4 L L. Browning, Medieval book production. Assessing the Evidence., Proceedings of the Second Confere (...)

6La comparaison de ces deux statuts nous donne l’occasion de mettre en lumière des constantes et des évolutions dans l’activité des parcheminiers de Toulouse. Quelques éléments de comparaison avec d’autres métiers dans les villes du royaume de France ou d’ailleurs permettraient sans doute d’éclairer des aspects quelque peu mystérieux de cette activité ; malheureusent, force est de constater que rares sont les historiens du livre qui se sont penchés jusqu’à présent sur la profession de parcheminier, une lacune d’autant plus suprenante que cette profession est pourtant à la base de toute l’industrie du livre pendant de longs siècles4.

I. Le métier

  • 5 A. Gouron, La réglementation des métiers en Languedoc au Moyen Age, Paris-Genève, Droz, 1958, p. 10 (...)

7À Toulouse, l’activité économique se définit au Moyen Âge sous l’égide de l’autorité municipale qui détient la police consulaire des métiers depuis le XIIe siècle5. Les premiers statuts de métiers conservés datent du XIIIe siècle, ils sont présentés par leurs gardes sous la forme de suppliques, acceptées par les Capitouls.

8En 1329, les trente six maîtres parcheminiers qui adressent leur requête aux Capitouls demeurent dans leur très grande majorité dans le Bourg autour de Saint-Sernin, quatre seulement résident dans la Cité dominée par la cathédrale Saint-Etienne.

  • 6 1329, article I : « Primo statuerunt ac etiam ordinaverunt dicti domini de Capitulo quod annuatim c (...)
  • 7 1329, article XIX.

9Le métier des parcheminiers est déjà constitué ; il est gouverné par quatre bayles élus pour un an, mais les nouveaux statuts, les font passer au nombre de cinq : quatre pour le Bourg et un pour la Cité6. Ils ne sont plus que deux en 1465, aidés par un bayle de laine, déjà présent en 13297. Entre temps, la division entre Bourg et Cité s’est considérablement atténuée.

  • 8 1465, article V : « Item statuerent et ordoneren a la requesta que dessus que cascun an se costitur (...)
  • 9 1465, article VI : « Item statuerent et ordoneren que cascun baille deldit mestier fenit son bailha (...)
  • 10 1465, article V. A Gouron, La réglementation des métiers… op. cit., p. 201.

10Dans les deux cas, les gardes du métier sont élus par les anciens bayles et les maîtres jurés du métier pour un an8. Ils doivent prêter serment entre les mains des Capitouls ou de leur député de maintenir les statuts. À la fin de leur charge, ils présentent le compte de leur administration aux nouveaux bayles et au trésorier de la ville9. Les bayles sont choisis parmi les artisans les plus renommés et les plus expérimentés, souvent désignés dans les textes par les termes de probi homines ou de proshomes10.

  • 11 1465, article VI. A GOuron, La réglementation des métiers… op. cit., p. 218.

11Les nouveaux bayles sont choisis en 1465 chez les parcheminiers par les bayles finissant leur mandat, un type d’élection largement pratiqué parmi les métiers toulousains dans la deuxième moitié du XVe siècle11.

  • 12 A. Gouron, La réglementation des métiers… op. cit., p. 225.
  • 13 1465, article VI. A. Gouron, La réglementation des métiers… op. cit., p. 238.

12Quelques statuts prévoient une modeste rémunération pour cette charge, mais ce n’est pas le cas des parcheminiers12. Les bayles ont pour mission de maintenir la qualité des produits en visitant les ateliers et en examinant les peaux. Ils peuvent saisir les objets frauduleux et les détruire. Ils doivent aussi faire respecter l’interdiction du travail le dimanche et les jours de fête, arbitrer les querelles au sein du métier, les rapports entre maîtres, valets et apprentis, infliger des amendes aux contrevenants, percevoir les cotisations des membres de la profession et tenir les comptes du métier13.

II. Maîtres, valets et apprentis

13L’une des principales préoccupations des statuts est de fixer les conditions d’accès au métier de parcheminier.

  • 14 1329, article V : « Item statuerunt ac etiam ordinaverunt dicti domini de capitulo quod nullus parg (...)
  • 15 1329, article VI. 1465, article VIII.
  • 16 A. Gouron, La réglementation des métiers… op. cit., p. 275.

14En 1329 comme en 1465, les jeunes, qualifiés d’apprentis ou de massips, doivent faire trois ans d’apprentissage auprès de leur maître14. Un maître ne doit prendre qu’un seul apprenti à la fois, afin de bien lui apprendre son métier : ista ratione quia, quando aliquis tenet duos vel tres discipulos apprendicios non potest eos docere prout deceret15. » D’après les statuts de 1465, certains maîtres multiplient les apprentis « per lo blat, vin et argent que los dits aprendis lor baylan a causa deldit apprentissatge ». En réalité, il semble que le souci de bien apprendre le métier à son apprenti ne soit pas la principale raison de cette limitation à un élève qui est présente dans presque tous les statuts de métiers à Toulouse dans la deuxième moitié du XVe siècle. Elle correspond davantage à la volonté des autorités municipales d’éviter la concurrence entre les ateliers dans une période de manque de main d’œuvre16.

  • 17 1329, art 7, « Item statuerunt quod si aliquis discipulus, pendente collogio triennii vel amplius, (...)
  • 18 1465, articles IX et X.
  • 19 1465, articles XI, XVIII, XX.

15C’est aussi pourquoi les statuts interdisent aux maîtres de débaucher l’apprenti d’un autre ; quant à l’apprenti qui aurait quitté son maître, il est exclu en 1329 de l’asile commun, dont nous reparlerons plus tard17. En 1465, l’apprenti loge chez son maître et ne doit pas s’en départir avant le terme de son apprentissage fixé par contrat entre ses parents et son maître18. Aucun autre maître n’est autorisé à le recruter pendant cet espace de temps, pas plus qu’un valet ayant conclu un contrat d’embauche. Aucun parcheminier, valet ou maître, ne pourra exercer son métier à Toulouse s’il n’y a pas fait son apprentissage ou fait la preuve de ses capacités devant les maîtres jurés du métier19.

  • 20 1329, art VIII, « Ibid statuerunt ac etiam ordinaverunt quod si aliquis pargamererius collocaret al (...)
  • 21 1465, article XII.

16À chaque entrée d’apprenti dans son atelier, le maître doit payer en 1329 dix sous toulousains pour l’entretien de la borda, le local commun, ou d’autres besoins20. En 1465, la somme d’une livre tournois, versée par le maître, est destinée à la confrérie du métier, qui ne semble pas exister en 1329, et aux réparations de l’enceinte de la ville21.

  • 22 1329, article XII : « Item statuerunt quod si aliquis pargamenerius ville Tholose aliquem operarium (...)

17Les maîtres peuvent recruter autant de valets qu’ils le souhaitent. Le contrat de louage des compagnons ou vaylets doit être clairement établi sous peine d’amende22.

  • 23 1329, article XIII.

18En 1329, selon une disposition sans équivalent à ma connaissance, apprentis et valets ne sont pas logés chez leur maître ou chez l’habitant, mais dans une maison, la borda pargamenerorium, propriété commune du métier qui sert également d’entrepôt aux matières premières et de salle d’exposition et de vente en gros. Elle se situe dans le bourg, sans doute rue Pargaminières23. Ce ne serait donc pas la concentration des boutiques de parcheminiers qui aurait donné son nom à la rue toulousaine, mais bien plutôt cet édifice commun. Cette disposition, très surprenante, a disparu en 1465 où apprentis et valets sont logés, comme dans tous les autres métiers, chez leur patron.

  • 24 1465, article VII.

19Lorsque l’apprenti a terminé son apprentissage, il peut présenter son chef d’œuvre à un jury composé des bayles et des maîtres jurés du métier et « fara et obrara certanas pels en pergam de cabrotz et de moto redudas de lor forma cascun, et trobat que sia suffisent et expert », il doit aussi payer trois écus d’or aux bayles du métier, deux pour la confrérie et un pour les réparations de l’enceinte en 146524.

  • 25 M. A. Mulholland, Early gild records of Toulouse, New York, Columbia University Press, 1941, p. 145

20Le chef d’œuvre ne semble pas encore exister en 1329, ce qui est le cas pour bien des métiers toulousains. La pratique du chef d’œuvre n’apparaît dans la ville pour la première fois qu’au début du XIVe siècle chez les tondeurs de drap en 131525.

  • 26 1465, article VII.

21Ensuite, le nouveau maître doit prêter serment entre les mains des Capitouls et jurer d’observer et de maintenir les statuts du métier aux bayles et aux autres maîtres26. Il doit aussi offrir un dîner aux maîtres selon ses possibilités financières.

  • 27 1465, article VII.

22Les fils de maîtres doivent également réaliser un chef d’œuvre, mais ne paient que trois livres tournois et trois livres d’huile pour le luminaire de la confrérie27. Ils sont donc privilégiés. Cette tendance à la fermeture du métier au profit des seuls fils de maîtres est une constante relevée par les historiens de l’artisanat dans toutes les villes de la fin du Moyen Âge.

  • 28 1329, articles XVI et XVII, 1465, article IV.

23Les deux statuts ne précisent pas les heures de travail et se contentent d’établir la liste des fêtes chômées pendant lesquelles il est absolument interdit de travailler ou de vendre du parchemin. Les ateliers ferment leurs portes le samedi à l’heure de vêpres et le dimanche mais aussi la veille des quatre grandes fêtes de la Vierge, la sainte patronne du métier, Purification, Annonciation, Assomption, et Nativité, des quatre grandes fêtes de l’année liturgique Pâques, Noël, Ascension et Pentecôte, la veille de la Nativité de saint Jean-Baptiste et de la Toussaint, et pour les fêtes de chacun des douze apôtres (soit plus de quatre-vingt jours par an)28. Tout contrevenant doit offrir en 1465 trois livres d’huile à la confrérie. En 1329, les mêmes trois livres sont données à Saint-Pierre-des-Cuisines par les parcheminiers qui demeurent dans le Bourg, les plus nombreux.

III. La fabrication du parchemin

24En tentant d’interdire les fraudes et la concurrence déloyale entre les ateliers, les deux statuts apportent quelques indications sur la fabrication du parchemin. Elles demeurent cependant assez succinctes et doivent être considérées à la lumière des connaissances tirées des traités de fabrication du parchemin de l’époque.

25Les statuts de 1329 et de 1465 consacrent plusieurs articles à la circulation et aux mélanges frauduleux de différentes sortes de laines. Les parcheminiers doivent d’ailleurs présenter aux capitouls un bayle de la laine qui existe toujours en 1465. Cet intérêt pour la laine permet d’imaginer des connexions avec les métiers du textile de la ville, mais elles ne sont pas précisées par les textes.

  • 29 1465, article XXIII.

26Ils sont beaucoup moins prolixes sur ce qui est pourtant le cœur du métier : le traitement des peaux. L’article IX du statut de 1329 défend aux parcheminiers d’employer la pointe de fer pour faire les réglures sur les peaux destinées à l’écriture, « cap (rivinam), ovinam, edulinam aut vitulinam. » Il nous renseigne ainsi sur les principaux types de parchemins utilisés à Toulouse : la chèvre, le mouton et le veau. Cette disposition est reprise en 1465 où le statut défend aux maîtres de « rayre ni far rayre alcun pargami escriut de qualque condition que sia29 »

  • 30 1329, article XI, « Item statuerunt quod nullus pargamenerius sit ausus apponere in aliqua pelle ov (...)
  • 31 1465, article XXV.
  • 32 1329, article X, « Item statuerunt quod nullus dictorum pargameneriorum sit… aliqua pargamena nisi (...)

27Ces peaux ne sont pas toujours d’une excellente qualité, c’est pourquoi l’article XI précise en 1329 que les pièces ne doivent pas être collées, mais cousues pour ne pas tromper le client et aussi afin, par la suite, de pouvoir les détacher sans les endommager30. Une disposition reprise en 146531. Afin d’éviter toute fraude, la provenance du parchemin doit être indiquée32.

  • 33 1329, article XIV, « Item statuerunt quod nullus pargamenerius sit ausus ponere nec alias adportare (...)
  • 34 A. Gouron, La réglementation des métiers… op. cit., p. 320.

28Ces peaux, dûment homologuées par le métier, sont les seules qui ont le droit d’être exposées dans la borde des parcheminiers, marquées du sceau de cire de leur fabricant33. L’apposition de poinçons ou de sceaux est d’usage à Toulouse comme un label de garantie du produit fini34. Ce sont surtout les métiers du métal et de la laine qui la pratiquent, imités ici par les parcheminiers en 1329 pour les peaux exposées dans la borda commune.

  • 35 1465, article XXIV, XXXI. « Au grand préjudice dudit métier et de la chose publique de Toulouse et (...)

29Cette disposition a totalement disparu en 1465 où la borde n’existe plus. Chaque parcheminier vend dans son atelier-boutique et craint la concurrence des marchands étrangers. Afin de la limiter, tout marchand étranger doit, avant de mettre en vente quelque peau, la présenter aux bayles du métier afin de constater sa qualité35. Cette concurrence étrangère semble particulièrement redoutée en 1465 en raison des malheurs du temps. L’article XXXI évoque en termes imagés ces marchands étrangers qui viennent à Toulouse et y amènent toutes sortes de peaux de tout le pays de Languedoc « en grant prejudicia deldit mestier et de la causa publica de Tholosa et de paubres companhons e donas veuvas ».

  • 36 1329, article XV, « Item statuerunt qod nullus pargamenerius Tholose sit ausus aliquo modo vendere (...)

30Les statuts définissent trois formats de parchemin, les plus courants, pour éviter toute fraude auprès des scribes36. Malheureusement, le statut de 1465 évoque ces formats en de termes désespérément vagues : grand, moyen, petit.

  • 37 Lucques, Biblioteca capitolare, codex 490. L. Gottscher, « Ancien methods of parchment-making, disc (...)
  • 38 Londres, British Library, ms. Harley 3915.

31Si les termes des statuts des parcheminiers de Toulouse restent assez imprécis, ils n’entrent pas pour autant en contradiction avec ce que l’on peut savoir de la fabrication du parchemin au Moyen Âge. L’une des sources les plus anciennes connues sur ce processus est le codex 490 de la Biblioteca capitulare de Lucques, les Compositiones ad tingenda musiva, rédigé à Lucques à la fin du VIIIe ou au début IXe siècle37. L’autre est le célèbre traité du moine Théophile, la Schedula de diversis artibus, du XIIe siècle, qui consacre une notice beaucoup plus détaillée à la fabrication du parchemin38.

32Les peaux envisagées par les deux traités sont celles de la chèvre, du veau et surtout du mouton, comme à Toulouse. Il convient d’utiliser des peaux encore fraîches, sinon de les plonger dans de l’eau, de préférence courante, pendant deux jours afin de restaurer leur humidité d’origine. La deuxième phase est celle de la tonte. Le parcheminier répand sur le côté chair de la peau une pâte de chaux mouillée d’eau ; la peau est ensuite pliée, côté chair dessous et mise de côté pendant quelques jours pour permettre à la chaux d’agir sur les follicules de poil. Si cette période est suffisante, le poil est ensuite facilement retiré en passant simplement la paume de la main sur la peau et en exerçant une légère pression. En général, l’épilation est réalisée à l’aide d’un petit bâton de bois, d’une spatule en os ou mieux d’un couteau incurvé et lisse. Elle est ensuite étirée sur un chevalet afin que la graisse sous-cutanée puisse être enlevée des zones où elle s’est accumulée, au moyen d’un grattoir. Vient ensuite l’immersion dans une nouvelle solution de chaux à l’aspect laiteux. Cette phase d’environ sept à trente jours alterne avec des périodes où la peau est sortie du bain, c’est la clé du processus de fabrication. Elle permet d’enlever la graisse et d’assouplir la peau, afin qu’une fois rincée, elle puisse être étirée sur un cadre en bois circulaire.

33La dernière étape du processus consiste en la séparation du derme de l’épiderme.

34Cette opération est délicate et nécessite une certaine habileté de la part du parcheminier. Ensuite le parchemin est poncé avec un rasoir et une pierre ponce sur ses deux côtés.

35La fabrication du parchemin est curieusement mise en scène par un dessin qui accompagne un recueil de Dits moraux français du Moyen Age, le Ci nous dit qui n’hésite pas à se lancer dans une audacieuse comparaison entre la peau de l’animal tendue sur son cadre et le corps du Crucifié.

  • 39 G. Blangez (éd.), Ci nous dit, recueil d’exemples moraux, Paris, SATF, 1979, pp. 116-117.

Ci nous dit, se li parcheminniers perchoit son parchemin en pluseurs lieus, il ne le pourroit vendre, ains li convendroit donner. Combien que li debonnaires Jesucriz seust toutes choses, si fist il semblant qu’il ne savoit nient de faire parchemin, que il fu bresilliez et estenduz en la croiz aussi con li parcheminniers estent son parchemin, mez il ne li demoura point de cuir sain. Que puiz a esté un preudonme qui par grand devotion desirroit a savoir le nombre de ses plaies. Une voiz dou ciel li dist : « Compte les jours de . XV. anz, si en sauras le nombre. Ce sont .. V. mille et (70) IIII. Cens et . LX. Donc fist il bien semblant qu’il ne savoit nient de faire parchemin. Il vout estre estenduz en la croiz aussi comme s’il se vousist vendre, 8 mez ill i fu si derompuz, si perciez et si dessirez que nulz ne le vout ne ne vuet encore acheter. Et pour ce que nulz ne le vuet acheter, il est apparelliez de lui donner à touz ceux qui le vuellent prendre, qu’il a trop plus a donner que nous ne li saurions demander et c’est plus engrans de lui donner a nous que nous ne sonmes de lui prendre39.

36La hantise du parcheminier est bien de trouer la peau, un défaut qu’il lui est interdit de camoufler par des collages discrets par les statuts des parcheminiers de Toulouse

  • 40 F. M. Bischoff, « Observations de l’emploi de différentes qualité de parchemin dans les manuscrits (...)

37La qualité du parchemin varie en fonction de différents facteurs : espèce animale, veau, chèvre, mouton, âge de l’animal, du parchemin très fin du mort-né à la peau épaisse et rigide des bêtes adultes, selon son épaisseur, sa couleur, sa finition, le caractère de la surface, lisse ou rugueuse. Des traitements similaires n’empêchent pas des différences de qualité40.

38Les scribes, qui connaissent bien le processus de fabrication, comme le montrent le Ci nous Dit et l’enluminure qui l’accompagne, choisissent bien sûr la qualité du parchemin en fonction de l’emploi envisagé ; trois facteurs sont pris en considération : l’espèce animale, l’épaisseur et la défectuosité des parchemins.

  • 41 F. M. Bischoff, « Observations de l’emploi… » op. cit., p. 61.
  • 42 F. M. Bischoff, « Observations de l’emploi… » op. cit., p. 82.

39Les copistes italiens ont une prédilection pour la peau de chèvre. Les comptes de la curie pontificale d’Avignon montrent que la chambre apostolique emploie surtout de la peau de chèvre et la chancellerie surtout du mouton41. Par contre, les manuscrits enluminés ou écrits en bonnes lettres emploient le plus souvent des parchemins en peau de veau42.

40L’épaisseur des manuscrits varie également au cours des siècles. À partir du milieu XIIè siècle, leur épaisseur augmente fortement, au XIIIe, on assiste au retour à des qualités plus fines une tendance qui se prolonge jusqu’à la fin du Moyen Âge, aussi bien pour le mouton que pour la chèvre. Le sud de l’Europe et le Languedoc, en particulier, privilégient la qualité de mouton la plus courante, la basane.

  • 43 F. M. Bischoff, « Observations de l’emploi… » op. cit., p. 72.

41Cependant, on constate des différences de qualité au sein d’un même manuscrit entre les feuillets de texte et les pages enluminées. Les pages d’écriture sont plus fines et plus lisses, les pages destinées à la peinture sont plus rugueuses et d’un aspect velouté qui empêche la transparence et offre une meilleure adhérence aux couleurs que les surfaces lisses43. Le texte est copié sur la peau de mouton, les enluminures peintes sur la peau de veau, moins grasse et mieux appropriée à la peinture que les peaux de mouton.

42Les parcheminiers toulousains ne semblent pas se limiter à la préparation de la peau, ils la formatent et y effectuent les réglures comme l’indique l’article IX du statut de 1329 qui interdit de faire les réglures à la mine de fer sur un parchemin. Une précision qui évoque une activité que les historiens du livre réservent généralement aux scribes. Il semble qu’à Toulouse les copistes peuvent acquérir auprès des parcheminiers des peaux prêtes à l’emploi au XIVe siècle.

IV. La confrérie des parcheminiers

  • 44 1329, article II.

43Pour en finir avec les renseignements que nous fournissent les statuts de leur métier sur les parcheminiers toulousains, il convient d’évoquer en quelques mots leur confrérie. Celle-ci n’existe pas encore en 1329. Cependant, le métier entretient déjà un luminaire sous la forme d’un « torticio » de cire dans l’église Saint-Pierre-des-Cuisines44. Cette situation n’a rien d’exceptionnel à l’époque, bien peu de métiers toulousains ont alors leur confrérie.

44En 1465, les parcheminiers se dotent d’une confrérie vouée à Notre-Dame dans quelque chapelle dédiée à la Vierge dans Toulouse, sans plus de précision, mais il s’agit sans doute de Saint-Pierre-des-Cuisines comme semblent le prouver les testaments de membres du métier. La fête de la confrérie se tient en février pour la Chandeleur ou Présentation au Temple « lo qual jorn faran festa et solemnitat de Nostra Dona et de la dicta confrayria de anar ausir la granda messa devotamen en ladicta capela »

  • 45 A. Gouron, La réglementation des métiers… op. cit., p. 362.

45La confusion est d’ailleurs presque complète entre métier et confrérie comme c’est souvent la règle à Toulouse. Ils possèdent la même trésorerie, les apprentis et les valets doivent participer aux messes et aux processions de la confrérie une fois par mois45.

  • 46 1465, article II.
  • 47 1465, article III.

46Chaque maître juré doit payer chaque samedi un denier toulza pour la confrérie46. Il est aussi tenu d’aller un dimanche entendre la messe de la confrérie dans la chapelle avec ses valets et apprentis une fois par mois afin d’entretenir confrérie et les autres dimanches, ils peuvent aller dans leur paroisse entendre la messe avec dévotion et tout cela à cause du grand incendie qui vient de frapper la ville47.

  • 48 Ordonnances des rois de France de la troisième race, M DE Pastoret (éd.), t. XVII, Paris, 1811-1835 (...)

47À titre de comparaison, les parcheminiers de Paris se sont placés sous l’invocation de saint Jean Évangéliste, une confrérie est instituée dans l’église Saint-André-des-Arts48. Ils y entretiennent trois messes : une pour leurs prédécesseurs et l’Université, la deuxième pour les confrères et la troisième pour les confrères trépassés. Ces messes ont été fondées avant la guerre et l’occupation de Paris par les Anglais, en temps de prospérité. C’est pourquoi les confrères s’adressent au roi Louis XI qui les autorise par une ordonnance royale à abaisser leur cotisation annuelle de 4 sous. parisis à 12 deniers.

48À en croire les documents toulousains et parisiens, les parcheminiers semblent connaître des difficultés économiques dans la deuxième moitié du XVe siècle. Elles ont sans doute une origine conjoncturelle : guerre à Paris, incendie à Toulouse, mais pas seulement. La très ancienne industrie du parchemin connaît alors la concurrence de la papeterie. Les premiers fabricants de papier locaux apparaissent dans les actes notariés sous le nom de « factor papiri », et entrent en rivalité avec les parcheminiers, une rivalité renforcée par l’apparition de l’imprimerie dans la ville des Capitouls à partir de 1476.

Statuta pergameneriorum, 13 décembre 1465

49(Archives municipales de Toulouse, HH 66, fol. 148-153)

In nomine Domini, amen. Quoniam cura, regimen et correctio pargameneriorum ceterorumque ministralium, opifficum mecanicorum in urbe seu suburbio Tholose, degencium, commorancium seu operandum, ad nobiles et potentes viros dominos de capitulo Tholose nedum ex debito sibi incumventis officii sed eciam auctoritate regia dignoscitur pertinere, et quia summum bonum est fraudes tollere, dampna evitare, maleficia corrigere, emendare, punire et castigare, et ut artifficiales opiffices mecanici seu ministrales in villa Tholose delinquentes in quibuscumque operibus et actibus peccaverint seu delinquerint in melius emendentur, puniantur, corrigantur, castingentur, interestque rei publice et universitati Tholose ut pergamenerii et alii artiffices mecanici seu ministrales Tholose in suis operibusque bene, fideliter et sine fraude operentur, et ut omnes via et opportunitas peccandi et delinquendi eis precludatur, seu ne in premissis tribuatur occasio delinquendi, idcirco nobiles et potentes viri domini de capitulo infra nominati volentes seu cupientes indempnitati rei publice universitatis Tholose et habitantibus in eadem, et ad utilitatem, laudem et bonam famam predicti ministerii pergameneriorum et illud excercencium providere et super predictis bonum et sanum remedium adhibere ad laudemque gloriam et honorem Dei omni potentis, Patris et Filii et Spiritus Sancti, ac gloriosissime Virginis Marie eius matris, beatorumque Petri et Pauli appostolorum, Stephani, Saturnini, Exuperii et tocius cetus celesti Paradisi, et ad honorem domini nostri regis ac bonum statum egregie urbis et suburbii Tholose et artifficum dicti ministerii ac rei publice Tholose, ipsi iidem domini de capitulo videlicet domini Bartholomeus de Brucellis, Petrus Clerici, Guillelmus Berterii, Franciscus de Beaux, Johannes Blasini, Petrus Valete, Petrus Anthonius de Sarlato, pro se ipsis et domino Stephano de Roaxio, concapitulario, eorum socio absente, ac tota universitate Tholose in concistorio magno domus communis et parqueto eiusdem infra terciam [horam] existentes et sedentes ad requisitionem, postulationem et supplicationem Guilhermi Rotberti et Johannis Oliverii, baiulorum dicti ministerii, Henrici Clementis, Petri Partinni, Guillermi Terreni, Johannis Raymundi alias de Rodes, Colini Sirat et Stephani Regis, proborum et ministralium eiusdem ministerii, statuerunt, habito per prius maturo et deliberato consilio ac tractatu in talibus haberi solito, actento quod justa petencibus non erat denegandus assensus, aliisque circa hec actendendis actentis et consideratis, auctoritate tamen regia in hac parte eisdem dominis de capitulo erga curam et regimen ministralium per recolende memorie dominum Karolum condam Francorum et Navarre regem, et mediante quibusdam patentibusque et apertibus litteris in pergameno scriptis et cera coloris viridi impendente cum cordono ciriceo sigillatis, concessa < concessis > quarum tenor sequitur et est talis : Karolus Dei gracia etc., vide supra f° XIX, et per alios dominos reges eiusdem condam domini Karoli successores primo per (?) dominum Ludovicum regem modernum mediantibus suis patentibus litteris in pergameno scriptis, sigillo cere viridi cum cordono ciriceo diversorum colorum impendente sigillatis, sub tenore qui sequitur in confirmando privilegia, libertates et franchesias ville Tholose et civibus eiusdem confirmata : Ludovicus Dei gracia etc., vide dicto f° XIX, et ordinarunt in hunc qui sequitur modum.

 

I

Et promerament statueren et ordeneren losditz senhors de capitol a la requesta que desus que a la lauzor de Dieu et de la gloriosa Verges Maria et augmentation del divinal offici se fara et instituira en qualque capela debota de Nostra Dona en Tholosa a la obtion desditz supplicans una cofrayria de Nostra Dona per entretenimen dels

fol. 148 v°

presens statutz, et lo regimen de la causa publica et per conservation d’aquela, et que cascun mestre deldit mestier et cascun vayllet et apprentis deldit mestier sia tengut lo jorn de Nostra Dona del mes de fevrier, lo qual jorn faran festa et solemnitat de Nostra Dona et de la dita cofrayria de anar ausir la granda messa devotamen en ladita capela sus pena de tres lieuras d’oly aplicadoras a la lampesa que entenden tener ardenta davant l’autar de Nostra Dona, sino que precedis legitima dezencusa.

 

II

Item statueren et ordeneren que cascun mestre jurat deldit mestier demorant en Tholosa ho gardiatge d’aquela sera tengut de pagar cascun dissapte ung denier de Tholosa per sostenir las carcs et affayres de ladicta cofrayria.

 

III

Item statueren et ordeneren que cascun mestre deldit mestier demorant en la vila et gardiatge de Tholosa sera tengut de venir per ung dimenche tan solamen per cascun mes auzir la messa de la dita cofrayria debotamen en ladita capela et de amonestar sos vaylletz et massips apprendisses de y venir, et aysso per entretenir la dita coffrayria et per que los autres dimenches puescan anar ausir debotament lor messa parroquial et cascun en sa parroquia actenduda la devesion que es de lor, a causa del grant incendi del foc darrierament estat en Tholosa et sus pena per cascuna vegada de una liura de oly applicadora a la dita lampesa, sino que aguos legitima desencusa.

 

IV

Item statueren et ordeneren que cascun mestre deldit mestier et usant de aquel en la present vila ho gardiatge d’aquela aia a coldra et far coldra per totz sos vaylletz be et honorablament ses far deguna obra totas festas anuals de l’an et las quatre festas de Nostra Dona et de sanct Johan Baptista et quatre Evangelistas et dotze Apostols et totas autras festivitatz acostumadas de mandar cole per Sancta Maire Gleysa, et que degun mestre lo dit jour de la festa non aia a tenir son obrador ubert si no que la una stauxa et no aia a tenir negun obratge deldit mestier sobre las taulas desquelz obradors, sus pena per cascuna vegada de tres lieuras d’oly applicadora a la dita lampesa com dessus.

 

V

Item statueren et ordeneren a la requesta que dessus que cascun an se costituiran et elegiran tant en ladita vila, borc, falsborc, barris et dins lo gardiatge de Tholosa per los dos baylles viels et proshomes juratz deldit mestier

fol. 149 r°

dos baylles tant solament et ung baille de las lanas los quals per ensems seran tengutz a lor creation et election de jurar et prestar sagrament en las mas deldits senhors de capitol ou lor deputtat que be et justament et lealment et ses degun frau gardaran et mantendran, gardar et mantenir faran los presens statutz et ordenansas sens les rompre, cassar ni violar, et semblablament los dreytz et causas deldit mestier tant per la utilitat de la causa publica comme del be et proffietz delsditz pargamenies, et tot aisso faran et procuraran lo melhor et plus approfitablement que faire poiran, et a la fi de lor administration deldit bailliatge autres bailles deldit mestier bos et sufficiens elegiran et als ditz senhors de capitol ou a lor depputat per prestar lodit juramen presentaran.

 

VI

Item statueren que cascun baille deldit mestier fenit son bailliatge sera tengut de elegir bailles novels deldit mestier et de rendre bo et lyal conte de sa administration deldit bailliatge a los bailles novels deldit mestier et mestres juratz d’aquel, et aussi al thesaurier de ladita vila en tant que tocara aquela.

 

VII Cap d’obra

Item statueren et ordeneren que negun deldit mestier de pargamenaria ny autre de qualque estat ou condition que sia no aia a obrar deldit mestier per si ni tenir obrador per si en la present vila et gardiatge de Tholosa, sino que aytal companho volent usar deldit mestier per se aia demorat aldit mestier an mestre per l’espasi de tres ans per aprendre ledit mestier et que sia trobat expert et sufficient en aquo per los bailles et mestres juratz deldit mestier et aia fait et hobrat davant aquels son cap d’obra sufficiement a la conoyssensa delsditz baylles et mestres juratz per losquals sera examinat sus lodit mestier et cap de obra, et fara et obrara certanas pels en pergam de cabrotz et de moto redudas de lor forma cascuna, et trobat que sia sufficient et expert aia a pagar als bailles deldit mestier per intrada d’aquel tres escutz d’aur applicadors los dos escutz a la dita cofrayria et l’autre escut a las repaciones de la vila. Et en oultra aytal companho prestara sagrament en las mas delsditz senhors de capitol ou lor depputat de ben et loyalment se aver en lo dit mestier et de gardar et mantenir los presens statutz. Et donara a diunar alsditz bayles et mestre juratz deldit mestier ayssi cum es acostumat de far en semblant cas. Et qui fara lo contrari de tot so dessus pagara per pena et justicia la soma de vint soudz de tornes applicadora la meytat a las reparations de ladita vila et l’autra meytat als bayles deldit mestier et cofrayria d’aquel, et per sostenir los carcx d’aquela, per cascuna vegada fazent lo contrari, sino que aytal volen obrar et tenir obrador per si en Tholosa sia filh de mestre en Tholosa passat mestre et jurat, lo qual filh, viven son payre ou aprop son deces, quant voldra passar mestre jurat deldit mestier se exhibira et presentera a los bayles deldit mestier que adong seran et fara son cap d’obra coma los autres, et trobat que sia sufficient aldit mestier eercir et usar per si en Tholosa

Fol. 149 v°

pagara tant solament per intradas tres liuras de cera et tres liuras de oly a la cofrayria deldit mestier, et lo diunar cum es dit dessus.

 

VIII

Item statueren et ordeneren losditz senhors de capitol que negun pargamenier de qual estat ou condition que sia tant per si coma per autre companho de son hostal, no aya a tenir si no que ung vailet aprendis ny per mens de temps que de tres ans complitz ou per plus, pendent lo qual terme de aprentissatge non aya a pendre autre aprendis, la causa movent so es quar alcuns mestres tenen dos ou tres vailetz aprendis et no lor poden aprendre lo dit mestier, et usan per so insufficiemment deldit mestier per la granda cobesensa de aytals mestres recebens plusors aprendisses, et per lo blat et vin et argent que losditz aprendis lor baylan a causa deldit aprentissatge. Et qui fara lo contrari pagara per pena et justicia per cascuna vegada une liura de tornes applicadora com dessus sino que lo dit aprendis s’en anes ou moris.

 

IX

Item statueren et ordeneren losditz senhors de capitol que si alcun apprendis se logara an alcun mestre deldit mestier per lo spasi dessus dit de tres ans ou de plus per apendre lo dit mestier et pendant lo dit temps se despart de sondit mestre per colpa et fauta deldit aprendis, que degun mestre deldit mestier aytal aprendis no aya a recebre ny ly donar a obrar deldit mestier entro que aya complit lo terme de sondit aprentissatge ou sia d’acordi an sondit prumier mestre. Et qui fara lo contrari pagara tant lo mestre coma lo aprendis per pena et justicia una liura de tornes per cascuna vegada applicadora coma dessus.

 

X

Item statueren et ordeneren losditz senhors de capitol que degun mestre deldit mestier no aya a soubstraire ny recebre amb el degun vaylet logat am ung autre mestre pendant lo terme deldit loguier, ny ly donar a obrar deldit mestier, et aysso sus la pena dessus dita de una liura pagadora per cascun tant per lo mestre soubstrazent coma per lodit vaylet, et applicadora coma dessus es dit.

 

XI

Item statueren et ordeneren que degun companho deldit mestier de qual estat ou condition que sia demorant en la vila et gardyatge de Tholosa no aya a pendre ny mostrar deldit mestier a deguna persona que sia, sino que aytal companho volent mostrar deldit mestier, et lodit companho ou persona a prendre et volen apendre demoressen en Tholosa per labetz an qualque mestre jurat deldit mestier et de son congiet ce fes, et qui fara lo contrari per cascuna vegada pagara detz soudz de tornes applicadors coma dessus.

 

XII

Item statueren et ordeneren losditz senhors de capitol que cascun mestre deldit mestier logant et tenent apprendis et per

fol. 150 r°

aprentissatge sia tengut et sera tengut et pagara a la confrayria deldit mestier per lodit aprendis et intrada d’aquel una vegada una liura de tornes et sera presa en conte ladita liura quant tal companho voldra passar mestre, so es que la ont seria tengut de pagar tres scutz no sera tengut de pagar si no que dos scutz et IX doblas, applicadors la ung scut et IX doblas a la dita cofrairia et l’autre a las reparations de la dita vila cum dit es.

 

XIII

Item ordenen losditz senhors de capitol que tot companho deldit mestier no passat mestre et tot aprendis passat lo terme de son apprentissatge usant en la present vila de Tholosa ou pertenensas d’aquela deldit mestier et gasainhat feudada pagara et sera tengut de pagar cascun dissapte de la sepmana a la cofrairia deldit mestier per soubstenir la luminaria et a affayres d’aquela ung denier de tornes, et de aquel en cas de recusation en sera tengut lo mestre an qui demorara lo dit companho et sobre sa feudada.

 

XIV

Item statueren et ordeneren losditz senhors de capitol que si alcun vaylet deldit mestier se loga an alcun mestre deldit mestier et obre amb el coma logat ou a(s) sas pessas, et per confisansa del secors deldit vaylet lodit mestre met alcunas pels en ayga ou en qualquiera en via de perditio sino que ce adoben prestament, et si estans lasditas pels en ayga ou en qualquiera en via de perdition lodit vaylet per cauthela et per sobornament ce departia deldit son mestre, que al cas que lodit vaylet volgues demorar a Tholosa, que el sia tengut de ajudar ou adobar las ditas pels aldit son mestre satisfayt a luy degudament de son trebailh, et al cas que recuses et fos recusant que degun mestre deldit mestier non aya a recebre lo dit vaylet ny donar a obrar deldit mestier entro pertant que aytalas pels sian adobadas ou agues denunciat son departiment per ung mes davant que lasditas pels se metessan en ayga ou en calqueria. Et qui fara lo contrari pagara per pena et justicia una liura de tornes applicadora com dessus. Et lodit vaylet sera tengut de satisfar aldit far mestre tout lo dampnatge et interesse que passara a causa de son departiment et a la ordenansa de dos mestres juratz deldit mestier.

 

XV

Item ordeneren losditz senhors de capitol que a negun deldit mestier sia permes ny autre de qual estat ou condition que sia de mesclar lana pelada am lana magenca mays que ung cascun aya a vendre la siena lana sens autra mescla et per aquela que sera et sens negun frau, et qui fara lo contrari pagara per pena et justicia una liura de tornes, applicadora la meytat a las reparations deldit mestier et l’autra meytat als bayles deldit mestier et cofrayria d’aquel.

 

XVI

Item statueren et ordeneren que a negun deldit mestier ny autre usant (usant) d’aquel no sia permetut de mesclar alcuna lana de bocx ny de cabras ny de gratuses de peleties am la bona deldit mestier et qui fara

fol 150 v°

lo contrari pagara per pena et justicia una liura de tornes applicadora et divisidora cum dessus.

 

XVII

Item statueren et ordeneren que a negun deldit mestier ny autre per el aya a mesclar las lanas dessus dictas bonas et sufficientes am las lanas de calquieras, et qui fara lo contrari pagara per pena et justicia una liura de tornes applicadora cum dessus.

 

XVIII

Item statueren et ordeneren que negun companho deldit mestier de qual estat ou condition que sia demorant en la vila ou gardyatge de Tholosa auze apendre ou mostrar deldit mestier a deguna persona que sia, sino que aytal compahno volen mostrar deldit mestier et lodit companho ou persona aprendis et volen apendre demoresset en Tholosa, adong am qualque mestre jurat deldit mestier et de son conget, et qui fara lo contrari pagara per cascuna vegada detz soudz de tornes applicadors et divisidors coma dessus.

 

XIX

Item statueren et ordeneren que degun mestre deldit mestier per si ny per autre auze portar ny far portar degun pargam per vendre en la present vila de Tholosa ny gardiatge d’aquela ny portar ny exhibir per la vila ny en tot lo gardyage publicament ny amagadament, sino que prumierament lo aya mostrat als bayles ou mestres juratz deldit mestier ou aytal pargam fossa vendut al hostal ou obrador de aytal mestre qui l’auria fayt, et qui fara lo contrari pagara per cascuna vegada detz soudz de tornes applicadors et divisidors cum dessus.

 

XX

Item statueren et ordeneren que degun mestre jurat deldit mestier en Tholosa ny autre per el no aya pelar degunas pels ny far pelar per degun vaylet, sino que aytalas pels fossan de aytal mestre jurat deldit mestier proprias, et qui fara lo contrari pagara per pena et justicia per cascuna vegada la soma de detz soudz de tornes applicadora et divisidora cum dessus.

 

XXI

Item statueren et ordeneren que a degun mestre ou companho deldit mestier sia permes de prestar alcuns ferramens deldit mestier a autra persona, et aysso per evitar plusors fraus et baratz que ce poyran cometre am losditz ferramens, cauten rasura et donia autrament usan amagadament deldit mestier, et qui fara lo contrari pagara per pena et justicia per cascuna vegada la soma de detz soudz de tornes applicadora et divisidora com dessus.

fol. 151 r°

 

XXII

Item statueren et ordeneren que a degun mestre deldit mestier no sia permes de donar a obrar a alcun companho deldit mestier viandant ou venent estrange en la present vila per obrar deldit mestier a(s) sas pessas ou gasanhan feudada, sino que prumierament lodit aytal vaylet ou companho sia exhibit per lo mestre que ly voldra donar a obrar als bayles deldit mestier, et aytal vaylet ou companho pagara per une vegada tant solament a ladita cofrayria et per sostenir las cargas d’aquela ung soudz et huyt deniers de tornes, delquel soudz et huyt deniers de tornes sera tengut d’en respondre et pagar a ladita cofrayria aytal mestre logant aytal vaylet ou companho et sobre la feudada de aytal vaylet, et qui fara lo contrari pagara per pena et justicia per cascuna vegada detz soudz una liura de tornes applicadora et divisidora coma dessus.

 

XXIII

Item statueren et ordeneren que a degun mestre jurat deldit mestier ny autre pargamenier demorant en la presant vila de Tholosa ou gardyatge d’aquela no sia permetut de rayre ny far rayre alcun pargam escriut de qualque condition que sia, et so per evitar totas malas machinatios, falcifficatios, et totz fraus et baratz que ce poyrian cometre en aytal pargam ras en tot ou en partida qua aya estat escriut, et qui fara lo contrari pagara per pena et justicia per cascuna vegada tres escutz valen en liuras quatre liuras dos soudz et sieys deniers de tornes applicadors cum dessus.

 

XXIV

Item statueren et ordeneren que degun pargamenier estrangier ny autre merchant ou autra persona de qualque estat ou condition que sia no aya a portar per vendre ny far vendre en la present vila de Tholosa ny gardyage d’aquela alcun pargam fayt et obrat foras la vila et gardyage de Tholosa, sinos que prumierament aytal pargam sia exhibit et mostrat als bayles deldit mestier, alsquals bayles sera permes apelar amb els ung sergent real de visitar et pendre tot obratge aldit mestier appertenent per saber si sera bo et sufficient, et qui fara lo contrari pagara per pena et justicia per cascuna vegada una liura de tornes applicadora et divisidora com dessus.

Et al cas que tal pargam fos trobat insufficient per losditz bayles que aytal merchant portant lodot pargam lo aya a vendre en cert loc per losditz senhors de capitol deputador.

 

XXV

Item statueren et ordeneren que degun pargamenier usant deldit mestier en Tholosa ou gardyage d’aquela no sia permes de mectre ny affigir en deguna pel, quinha que ce sia, deguna rasura ny autre pessa ny

fol. 151 v°

instament en obran en mulhat aytalas pels ny aytalas pels ny autrament, sino que on fassa am cola ou am fil en cosant lasditas pels en aytala maniera que ladita coladura ou costura sia manifestada et patenta a tot merchant qui comprara aytalas pels, et qui fara lo contrari pagara per pena et justicia per cascuna vegada una liura de tornes applicadora et divisidora cum dessus.

 

XXVI

Item statueren et ordeneren que a negun pargamenier jurat de qualque estat ou condition que sia non sia permes a degun de vendre a alcun clerc scriptor fazent libres ou lecturas alcun pargami sino en la forma et pagela acostumada et aytala coma aytal clerc et scriptor mostrara, ayssi coma de vendre petita (petita) pagela et forma de pargam per miyana ou la miyana per la granda forma, et qui fara lo contrari pagara per pena et justicia per cascuna vegada la soma de detz soudz de tornes applicadors coma dessus.

 

XXVII

Item statueren et ordeneren que negun pargamenier de qual estat ou condition que sia no aya a vendre degunas pels de pargam per autras que seran coma a muas per cabrit ny autrament mays cascuna per sa natura et condition, et qui fara lo contrari pagara per pena et justicia per cascuna vegada una liura de tornes.

 

XXVIII

Item statueren et ordeneren que degun pargamenier de qual estat ou condiation que sia no aya a gitar ny far gitar per si ny per autre alcuns carnasses de pels ny autras imundicias deldit mestier en la carriera publica, et qui fara lo contrari pagara per pena et justicia per cascuna vegada tres liuras d’oly applicadoras com dessus.

 

XXIX

Item statueren et ordeneren que totas et quantas vegadas que los bayles deldit mestier ayan besoinh de conseilh tant per utilitat de la causa publica et deldit mestier et cofrayria d’aquel, et ayan fayt mandar totz mestres deldit mestier de interesser aldit conseilh per causa dessus dita, que cascun mestre jurat deldit mestier y aya a interesser et donar bon conseilh que bon lur semblara, et qui y falhira pagara per cascuna defauta tres liuras d’oly applicadoras a la lampesa de Nostra Dona de ladita cofrayria, si no que agues legitima dezencusa.

 

XXX

Item statueren et ordeneren que deguna persona de qual estat ou condition que sia no aya a comprar

fol. 152

en Tholosa ny gardyatge d’aquela degunas pels de moto, ovelhas, cabritz ny autras appartenentz aldit mestier et so per revendre sino que aytal comprador fos passat mestre deldit mestier ou fos d’autre mestier jurat a qui lasditas pels ce appertenguessan a(s) son offici, et qui fara lo contrari pagara per pena et justicia per cascuna pel de moto sieys deniers de tornes, et per cascuna de las autras dos deniers de tornes, applicadora com dessus, la meytat a las clausuras de la vila et l’autra meytat a ladita cofrayria deldit mestier. Et sera permes alsditz pargamenies de pendre atalas pels compradas contra la tenor del present statut per lo pretz que auran costat et en pagan aquel.

 

XXXI

Item per so que de pauc de temps ensa venent de estrange pays plusors et diverses merchants et autres en la present vila de Tholosa amarran totas las pels que poden trobar et las pels en lana las getan defora la present vila et tot lo pays de Lengadog cabritz peritz en grant prejudici deldit mestier et de la causa publica de Tholosa et de paubres companhos et donas veusas, statueren et ordeneren losditz senhors de capitol affin que la vila se apopules per le temps a venir et que paubres companhos y puescan demorar et ce maridar, et las paubras donas viure, que deguna persona de qual estat ou condition que sia no aya amarrar ny comprar degunas pels appartenens aldit mestier dyns la vila et gardyatge de Tholosa ny foras gitar de la present vila et gardyatge de Tholosa degunas de lasditas pels crusas et en lana ny autrament si no que lasditas pels sian adobadas, et qui fara lo contrari pagara per pena et justicia una liura de tornes applicadora com dessus, et sera permes a tot mestre jurat deldit mestier de retenir lasditas pels per lo pretz que auran costat et en pagan aquel aqui ce appertendra.

 

XXXII

Item statueren et ordeneren que quant alcun mestre jurat deldit mestier sera trespassat d’aquest mon en l’autre, que cascun mestre jurat deldit mestier sera tengut de venir a las honors et funeralhas deldit trespassat, et qui y deffalhira pagara per pena et justicia una liura de cera applicadora a ladita cofrayria, sino que aytal deffalhen agues legitima dezencusa.

 

XXXIII

Item statueren et ordeneren que cascun mestre jurat et totz companhos et aprendisses deldit mestier demoran en la vila ou gardyatge de Tholosa tendran et gardaran et tenir

fol. 152 v°

far et gardar faran, prometran et juraran ayssi cum es dit dessus totz aquestz articles et ordenansas sens enervation de degunz ou de degunas et ses los violar ny rompre et degun conseilh ny deguna favor ny adjutori no donaran ny vendran al encontra per els ny per autra persona da qualque estat ou condition que sia, et qui fara lo contrari pagara per pena et justicia per cascuna vegada una liura de tornes applicadora la meytat a las clausuras de la vila, et l’autra meytat als bayles deldit mestier per sostenir ls carcx de ladita cofrayria.

 

Enregistrement des statuts et ratification en latin, le 30 janvier 1465 (1466 n.s.), à l’heure de vêpres dans le cloître du couvent des Frères Mineurs en présence du notaire Guilhermus Petrus de Fraxinus, et des maîtres du métier : Johannes Clementis, Guilhermus Manha, Johannes Uso, Johannes Jaffa, Johannes Casas, Symeon Merchant, pargaminiers de Toulouse et maîtres dudit métier.

Notes

1 Je tiens à exprimer ici mes remerciements à Florence Bouchet qui m’a permis de découvrir la source de l’enluminure du Ci nous dit et à François Bordes qui a relu le statut des parcheminiers et a amendé ma transcription grâce à son expertise paléographique.

2 C. Douais, « Statut municipal inédit des parcheminiers de Toulouse, 10 février 1329 », Mémoires de la Société des Sciences, Inscriptions et Belles Lettres de Toulouse, t. VII, 1896, pp. 16-29.

3 AM Toulouse, HH 66, fol. 148-153.

4 L L. Browning, Medieval book production. Assessing the Evidence., Proceedings of the Second Conference of the Seminar in the History of Book to 1500, Oxford, July 1988, Los Altos Hills, Anderson-Lovelace, The Red Gull Press, 1990. Cet ouvrage très complet ne comprend malgré tout aucune étude sur le métier de parcheminier. M. MANIACI, P. F. Munafo (éd.), Ancient and Medieval Book Materials and techniques, Cité du Vatican, Biblioteca Apostolica Vaticana, 1993. Quelques contributions comme celle de Frank M. Bischoff évoquent les qualités de parchemin, mais par le métier de parcheminier.

5 A. Gouron, La réglementation des métiers en Languedoc au Moyen Age, Paris-Genève, Droz, 1958, p. 10, p. 58.

6 1329, article I : « Primo statuerunt ac etiam ordinaverunt dicti domini de Capitulo quod annuatim constituantur quinque baiuli in dicto ministerio pargamenerorium, videlicet unus in civitate et quator in suburbio Tholose. »

7 1329, article XIX.

8 1465, article V : « Item statuerent et ordoneren a la requesta que dessus que cascun an se costituran e elegaran etant en ladicta vila voir falbors barvors a lantorn et dins lo gardiatge de Tholosa pros los dos baylles vieils et proshommes juratz deldit mestier tant solament et ung baille de la lane… »

9 1465, article VI : « Item statuerent et ordoneren que cascun baille deldit mestier fenit son bailhatge sera tengut de elegir bailles nouvels deldit mestier et de rendre bo leal conte de sa administration deldit bailliatge a los bailles novels deldit mestier et mestres juratz daquel, et aussi al thesaurier de ladita vila in tant que bocara daquela. » 1329, article XVIII.

10 1465, article V. A Gouron, La réglementation des métiers… op. cit., p. 201.

11 1465, article VI. A GOuron, La réglementation des métiers… op. cit., p. 218.

12 A. Gouron, La réglementation des métiers… op. cit., p. 225.

13 1465, article VI. A. Gouron, La réglementation des métiers… op. cit., p. 238.

14 1329, article V : « Item statuerunt ac etiam ordinaverunt dicti domini de capitulo quod nullus pargamenerius Tholose teneat nec presumat tenere operatortium per se ipsum publice, nec alias, nisi primitus tres annos continuos steterit et moratus fuerit cum aliquo magistro dicti ministerii pargameneriorum dictum ministerium addicendo. ». 1465, article VII.

15 1329, article VI. 1465, article VIII.

16 A. Gouron, La réglementation des métiers… op. cit., p. 275.

17 1329, art 7, « Item statuerunt quod si aliquis discipulus, pendente collogio triennii vel amplius, si per ampliora tempora se collocaverit cum aliquo magistro dicti ministerii pro addicendo dictum ministerium, discederet a suo magistro ob culpam ipsius discipuli, quod nullus aliorum pargameneriorum det hujusmodi mancipio ad operandum de dicto ministerio, nec ille talis manicpius reipiatur per aliquem dicti ministerii in eorum domibus, nec… in pariagio, neque in borda dictorum pargameneriorum nisi tantum ob culpam dicti magistri dictus mancipius exiret de eodem. »

18 1465, articles IX et X.

19 1465, articles XI, XVIII, XX.

20 1329, art VIII, « Ibid statuerunt ac etiam ordinaverunt quod si aliquis pargamererius collocaret aliquem discipulum apprendicium pro operando… cendo in dicto ministerio, quod ille talis pargamenerius solvat et solvere teneatur pro infragiis seu introitu et receptione dicit discipuli decem sol. tol. »

21 1465, article XII.

22 1329, article XII : « Item statuerunt quod si aliquis pargamenerius ville Tholose aliquem operarium vel operarios ad certum tempus conduxerit, quod, pendente dicto tempre conductionis nullus alter pargamenerius sit ausus illum operarium seu operarios collocare, substrahere, nec in suo operatorio, seu domo conducere causa operandi cum eodem, donec dictum tempus docti collegii finitum fuerit cum suo magistro. »

23 1329, article XIII.

24 1465, article VII.

25 M. A. Mulholland, Early gild records of Toulouse, New York, Columbia University Press, 1941, p. 145.

26 1465, article VII.

27 1465, article VII.

28 1329, articles XVI et XVII, 1465, article IV.

29 1465, article XXIII.

30 1329, article XI, « Item statuerunt quod nullus pargamenerius sit ausus apponere in aliqua pelle ovina edulorum seu vitulorum ac in alia quacunque aliqua… nec aliquam aliam… operando dictam pellem… nisi hoc fecerit cum engludo seu cum filo suendo dictam pellem cum jujusmodi ingladatura et junctura seu sutura cuique ejicere volenti valeat apparere… »

31 1465, article XXV.

32 1329, article X, « Item statuerunt quod nullus dictorum pargameneriorum sit… aliqua pargamena nisi pro et de illo loco ubi dicta pargamena fuerint preparata… »

33 1329, article XIV, « Item statuerunt quod nullus pargamenerius sit ausus ponere nec alias adportare in dicta borda dicti ministerii aliquam pellem seu pelles nisi primitus fuerit signata seu signate signo serreo proprio illius cujus erunt dicte pelles… »

34 A. Gouron, La réglementation des métiers… op. cit., p. 320.

35 1465, article XXIV, XXXI. « Au grand préjudice dudit métier et de la chose publique de Toulouse et des pauvres compagnons et des veuves. »

36 1329, article XV, « Item statuerunt qod nullus pargamenerius Tholose sit ausus aliquo modo vendere alicui scriptori librorum clerico, nec alteri persone petendo certam formam non defferedo pagellam aliquam pellem edulorum, anhiorum aut vitulorum, nisi pro et de illis pagellis quibus erunt, scilicet vendendo formam majorem pro minore vel medianam pro majore vel… ». 1465, article XXVI.

37 Lucques, Biblioteca capitolare, codex 490. L. Gottscher, « Ancien methods of parchment-making, discussion on recipes and experimental essays », dans M. Maniaci et P. F. Munafo (éd.), Ancient and medieval book materials and techniques, Cité du Vatican, Biblioteca apostolica Vaticana, 1993, pp. 41- 56.

38 Londres, British Library, ms. Harley 3915.

39 G. Blangez (éd.), Ci nous dit, recueil d’exemples moraux, Paris, SATF, 1979, pp. 116-117.

40 F. M. Bischoff, « Observations de l’emploi de différentes qualité de parchemin dans les manuscrits médiévaux », dans M. Maniaci et P. F. Munafo (éd.), Ancient and Medieval Book Materials and Techniques, op. cit., pp. 57-94.

41 F. M. Bischoff, « Observations de l’emploi… » op. cit., p. 61.

42 F. M. Bischoff, « Observations de l’emploi… » op. cit., p. 82.

43 F. M. Bischoff, « Observations de l’emploi… » op. cit., p. 72.

44 1329, article II.

45 A. Gouron, La réglementation des métiers… op. cit., p. 362.

46 1465, article II.

47 1465, article III.

48 Ordonnances des rois de France de la troisième race, M DE Pastoret (éd.), t. XVII, Paris, 1811-1835.
Statuts de la confrérie des Libraires, Ecrivains, Enlumineurs, Parcheminiers et Relieurs, juin 1467, pp. 669-671.

© Presses universitaires du Midi, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search