Version classiqueVersion mobile

Le livre dans la région toulousaine et ailleurs… au Moyen Âge

 | 
Sophie Cassagnes-Brouquet
, 
Michelle Fournié

Le livre dans la région toulousaine et ailleurs au Moyen Âge

Texte intégral

Introduction

1Ce livre est issu d’un souhait exaucé, celui de grouper tous les médiévistes qui s’intéressent au livre dans la région toulousaine, et ailleurs… Il est l’émanation du réseau d’études médiévales qui réunit des universitaires, historiens, historiens de l’art et de la littérature, mais aussi des conservateurs d’archives, de bibliothèques et de musées. Ouvrage à plusieurs mains, il se veut un instantané de la recherche en cours. Une recherche collective, enrichie des contacts fructueux et amicaux qui se nouent à l’occasion des ateliers du réseau d’études médiévales. La confrontation née d’expériences différentes, mais d’une passion partagée pour la période médiévale, se traduit au travers de ces pages par la diversité des contributions apportées, qui proposent non pas une synthèse, mais un kaléidoscope des champs d’étude en cours.

2Le livre, manuscrit et imprimé, dans sa matérialité comme son contenu, nous a en effet semblé un superbe objet de recherche afin de mettre en œuvre cette confrontation. La production et la consommation du livre à Toulouse et dans sa région trouvent ici tout naturellement une place centrale : cependant, loin de vouloir borner nos horizons aux terres languedociennes, il nous a semblé essentiel de confronter nos expériences avec d’autres champs d’études, d’autres approches. Le livre a toujours été un objet qui circule, porteur d’influences diverses, instrument d’échanges culturels et artistiques. Il est ici présent dans toutes ses dimensions, sa production et sa matérialité, du parchemin à la calligraphie, en passant par l’enluminure qui met en avant sa dimension artistique. Il est aussi le fruit d’une création littéraire, d’une méditation spirituelle. Destiné aux études, il dispense un savoir scientifique. Roman ou poésie courtoise, il laisse l’imagination s’évader. Les auteurs et leurs lecteurs, les modes et les usages de la lecture sont tout autant indispensables à sa compréhension. La possession de cet objet précieux est également un marqueur social ; l’accès au livre, privé ou public, par le biais des bibliothèques, se voit bouleversé avec l’apparition des premiers imprimés.

3Ce sont tous ces aspects qui sont abordés ici au travers de contributions réunies selon trois thématiques. La première s’attache à la matérialité du manuscrit et aux métiers du livre à Toulouse à la fin du Moyen Âge. Si elle n’atteint pas l’ampleur de celle de Paris, la production de livres est encouragée dans la capitale languedocienne par la présence d’une Université bien implantée, la création d’un Parlement au milieu du XVe siècle et le mécénat des capitouls, mis récemment en lumière par les études de François Bordes autour des Annales Manuscrites de la ville. Sophie Cassagnes-Brouquet évoque un métier indispensable, et pourtant bien peu étudié par les historiens, celui de parcheminier à la fin du Moyen Âge, un métier concentré dans la ville dans la rue qui porte son nom la rue Pargaminières, à proximité immédiate des écoles et des couvents de Franciscains et de Dominicains qui jouent un rôle essentiel dans la production du livre toulousain. Ces métiers du livre sont bien cernés par la contribution de Véronique Lamazou-Duplan et de Laetitia Soula consacrée aux artisans et métiers du livre à Toulouse aux XIVe et XVe siècle. La consultation des registres de notaires toulousains a permis à ces deux historiennes de mettre en évidence la vitalité des métiers du livre au cours des deux derniers siècles du Moyen Âge.

4Manuscrits religieux ou universitaires, tous ne sont pas enluminés. Hiromi Haruna-Czaplicki se penche sur un le décor à filigranes d’un sacramentaire d’Albi, conservé à la bibliothèque municipale de Toulouse réalisé au tournant du XIIIe et du XIVe siècle. Ces modestes décors à l’encre n’ont guère été interrogés par les historiens du livre : ils sont pourtant des éléments clés dans la reconstitution des ateliers de copie et la datation des manuscrits. Après une domination des ouvrages liturgiques au XIIIe siècle, les livres produits par les ateliers laïcs toulousains sont souvent liés au milieu universitaire, en particulier celui des juristes. La capitale languedocienne s’illustre au XIVe siècle par la production de manuscrits juridiques, en particulier le Décret de Gratien, des manuscrits dispersés de nos jours dans toute l’Europe. Au fil d’une enquête minutieuse, Maria Alessandre Bilotta s’attache à reconstituer page après page la décoration enluminée d’un manuscrit de droit toulousain. Claudia Rabel s’intéresse au Missel des Carmes conservé à la bibliothèque de Lisbonne, un manuscrit qu’elle a identifié comme celui des Carmes de Toulouse.

5Sans auteur pas de livres. Si les premiers manuscrits sont souvent le fruit de copistes et d’auteurs anonymes, l’apparition de textes en langue vernaculaire s’accompagne de la reconnaissance de quelques personnalités littéraires. La poésie des troubadours est ici représentée par l’étude de Clémentine Stunault qui se penche sur la mise en œuvre de la figure de la Vierge dans la poésie des troubadours languedociens au XIIIe siècle. En réaction à la langue vernaculaire des poètes courtois, les premiers humanistes toulousains préfèrent user du latin comme Nicolas Bertrand qui publie à Toulouse chez Jean Grandjean en 1512 un unicum méconnu : la Repetitio de Inquisitione Hereticorum. Ce petit opuscule que présente ici Cyril Daydé n’est conservé qu’en un seul exemplaire à la Bibliothèque nationale de France.

6Langue vernaculaire ou latin, les humanistes italiens du XVIe siècle s’interrogent. Quelle langue convient-il de choisir et pour quel usage ? Emmanuelle Pujeau nous plonge au cœur de ces débats qui agitent les milieux littéraires de l’Italie du XVIe siècle. Elle démontre combien les auteurs cherchent à s’adapter aux désirs de leurs lecteurs.

7Les lecteurs, étudiants, bibliophiles et collectionneurs sont les protagonistes de la dernière partie de cette approche pluridisciplinaire du livre médiéval. Émilie Nadal y présente une recherche en cours consacrée aux commanditaires ecclésiastiques du Midi de la France au XIVe siècle. Les bibliothèques des collèges universitaires de Cahors et de Toulouse à la fin du Moyen Âge sont éclairées par les analyses de Patrice Foissac basées sur des documents notariaux inédits. Émilie Goujaud s’appuie également sur le riche fond des notaires du Roussillon pour évoquer les goûts et les collections de livre des lecteurs de Perpignan à la même époque. Ce goût du livre trouve une illustration éclatante en la figure de deux grands bibliophiles au tournant du Moyen Âge et de la Renaissance, Jean et Hélion Jouffroy dont Matthieu Desachy retrace les splendides collections.

© Presses universitaires du Midi, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search