Version classiqueVersion mobile

La transmission de savoirs licites et illicites dans le monde hispanique péninsulaire (XIIe au XVIIe siècles)

 | 
Luis González Fernández
, 
Teresa Rodríguez

Actes de la journée d’étude « Avatars de la transmission ». 18 mai 2009. Université de Toulouse II

Transmettre le savoir à travers le discours exemplaire

Alexandra Lelaine

Texte intégral

1Je m’intéresse aux avatars liés à la transmission des savoirs. Les exempla, modalités discursives privilégiées au Moyen Âge, apparaissent à la fois comme les garants et les vecteurs par excellence de la transmission de préceptes moraux, doctrinaux et de savoirs pratiques ; c’est pourquoi ils peuvent être envisagés comme instruments et manifestations textuelles du fonctionnement mis en œuvre dans l’acquisition des savoirs. La réflexion autour d’un parcours évolutif du récit exemplaire au sein d’une démarche diachronique semble intéressante. En posant la question fondamentale de l’insertion de l’exemplum dans un contexte discursif propre, une telle démarche pourrait avoir le mérite de nous offrir une perspective contrastive des modalités possibles de ce rapport, toujours complexe, qui se tisse entre l’exemplum proprement dit et son co-texte, ce champ textuel qui l’introduit, le surplombe et avec lequel il interagit. Par là même, une étude diachronique permettrait de mettre en évidence la présence d’avatars ; terme qui est ici à comprendre dans son sens hérité du sanscrit c’est-à-dire comme métamorphose et transformation.

2À l’appuie d’un corpus textuel limité à deux œuvres, précisément choisi en raison d’une pertinence distinctive dans le fonctionnement du mode exemplaire, je me propose donc de dégager quelques enjeux de l’évolution dans le processus d’exemplification. L’Exemplario contra los engaños y peligros del mundo est une œuvre imprimée à Saragosse en 1493. Il s’agit d’une traduction castillane du texte latin de Juan de Capua, lui-même dérivé de la version hébreu du Calila e Dimna. L’intérêt d’une étude de l’Exemplario réside dans les implications de l’élaboration d’une fiction narrative sur le discours exemplaire. Il apparaît effectivement comme le témoin de la « dérive littéraire » ou mise en fiction de l’exemplum. C’est donc bien le rapport entretenu entre la fiction et l’exemplum qui sera envisagé. En revanche, avec le Discurso de las privanzas, œuvre composée par Quevedo en 1608, c’est une autre dimension pertinente qui semble émerger, celle de l’alliance entre l’exemplum et la parole pamphlétaire. Le recours à l’exemplum constitue, en effet, un ressort argumentatif important de ce traité ; il apparaît même pleinement intégré dans le dispositif argumentatif pour le moins élaboré de Quevedo au point de devenir une arme essentielle de cet espace discursif avant tout pluriel et mobile.

  • 1 Alain Viala La naissance de l’écrivain, Paris, Les éditions de minuit, 1985.

3Ainsi, au moyen essentiellement de deux jalons, le développement considérable de la prose et par là même de la fiction au XVe siècle – à travers l’étude de l’Exemplario contra los engaños y peligros del mundo – puis celui de « la naissance de l’écrivain »1 au XVIIe siècle avec toute l’émergence de la puissance subjective que cela suppose – à travers l’étude du Discurso de las privanzas – il s’agira de comprendre la logique qui préside le processus d’exemplification pour, en ultime instance, saisir les enjeux de l’évolution.

Approche théorique de l’exemplum

4La présente étude repose sur un certain nombre de présupposés qu’il convient préalablement d’exposer. Tout d’abord, apportons quelques précisions sur notre objet d’analyse : l’exemplum. La difficulté intrinsèque pour arriver à une définition unanime et définitive ne fait que souligner la complexité de ce phénomène littéraire. À cet égard, je retiens deux approches qui me semblent complémentaires. Arthur Piaget conçoit les exempla comme :

  • 2 Louis Petit de Julleville, Histoire de la langue et de la littérature française. II, Paris (...)

5Toutes espèces de récits, de toutes provenances, empruntés à l’histoire ancienne ou contemporaine, profane ou sacrée, aux vies des saints, aux légendes populaires, aux bestiaires ; des anecdotes ou « faits divers » ; tout récit enfin qui, comme le mot l’indique pouvait servir d’exemple à l’appui d’un enseignement moral ou religieux2.

6Cette définition, vaste certes, a pourtant le mérite de réunir les principales sources d’exempla et de mettre en évidence ainsi leur origine hétéroclite. D’autre part, elle dégage la finalité morale, éthique, parfois religieuse de l’exemplum, et l’écarte, par là même, d’une simple fonction d’illustration.

  • 3 Claude Bremond, & Jacques Le Goff, L’« exemplum », Turnhout, Brepols, 1996, p. 37-38.

7Par ailleurs, Jacques Le Goff et Claude Bremond apportent dans leur définition de l’exemplum de nouvelles dimensions à cette modalité du discours didactique : « C’est un récit bref donné comme véridique et destiné à être inséré dans un discours (en général un sermon) pour convaincre un auditoire par une leçon salutaire »3.

8Outre le critère de véracité ou authenticité, ils introduisent ici un trait essentiel : sa vocation à être intégré dans un récit. Il en découle la problématique fondamentale de la dépendance relative de l’exemplum par rapport à ce discours qui vient l’encadrer et le déborder. Une autre caractéristique qu’il convient de noter également est le statut particulier dont jouit l’exemplum : il est à la fois une méthode didactique et un genre littéraire qui fait coïncider l’art d’apprendre avec l’art de raconter. Il peut se mettre aussi au service d’une pensée orientée. Parce qu’il est non seulement source et moyen d’instruction, l’étude de l’exemplum offre immanquablement une représentation du savoir. Je décide de m’attacher ici au fonctionnement de l’exemplum dans deux espaces discursifs différents tant d’un point de vue générique que chronologique. Avant de pouvoir en apprécier la valeur évolutive, il convient de se pencher sur le fonctionnement interne de l’exemplarité en synchronie que ces deux systèmes mettent en jeu.

Activité fonctionnelle de l’exemplum dans l’Exemplario contra los engaños y peligros del mundo4

  • 4 Marta Haro Cortés (éd.), El Exemplario contra los engaños y peligros del mundo, València, (...)

9Un postulat de base permet d’engager d’emblée une réflexion sur le système responsable de la construction de l’exemplarité dans l’œuvre : l’Exemplario n’est pas un recueil d’exempla au sens strict – comme tendrait à le suggérer le titre – puisqu’il ne correspond nullement à une simple juxtaposition d’exempla. Le fonctionnement de l’exemplarité dépend donc d’une complexité autre dans laquelle le rapport entre le niveau fictif et le niveau purement normatif de l’exemplum constitue une pierre de touche opératoire. C’est alors qu’il est possible de postuler l’émergence d’un premier avatar : le système de classification d’exempla, souvent alphabétique, encore en vigueur notamment au début du XVe siècle, laisse place, déjà à la fin de ce siècle, à un système complexe voire syncrétique dans la mesure où il joue constamment sur une mouvance générique, entre le fictif et le normatif. Par exemple, El libro de los gatos, recueil d’exempla composé entre 1350 et 1400 et dont la paternité reste méconnue, fonctionne selon un critère de classification strict, numéroté et ordonné selon un sommaire thématique. Ce dernier relève de ce que l’on pourrait appeler un phénomène ontologique qui contribue à renforcer une esthétique du fragmentaire et du discontinu puisque le fragment devient ici le modèle de composition littéraire. La linéarité du discours prime sur toute autre logique narrative. En ne s’insérant dans aucune structure qui le dépasserait, l’exemplum acquiert une structure signifiante complète et suffisante, ce qui ne saurait être le cas de l’Exemplario contra los engaños y peligros del mundo. C’est ainsi que l’instruction morale découle directement de la narration de l’exemplum sans même l’intervention d’un autre espace textuel. Une étude de cas le prouve aisément. Rentrons, pour cela, dans l’étude du mécanisme interne de l’exemplarité qui régit l’un des exempla du Libro de los gatos : l’exemplum de l’araignée et la mouche. La force éthique du conte, qui prétend combattre les vices, prend ici une forme satirique. La dynamique interne y est clairement identifiable : le particulier permet de passer au général. Autrement dit la morale se trouve suspendue entre l’universalité du précepte qu’il prétend représenter : « menazando al rrico o el poderoso, a gran miedo el perlado medroso » et la particularité du cas à partir duquel il est exemplifié, c’est-à-dire « el araña y el mosca ». L’exemplarité repose donc sur une simple relation métonymique qui permet d’étendre les attributs et les qualité/défauts de l’araignée aux hommes d’Église, « los obispos ».

10Il en va autrement pour L’Exemplario contra los engaños y peligros del mundo. Si la matière exemplaire pure y est effectivement présente, l’œuvre a également recourt à un autre niveau de récit, fictif, mis en place par un cadre dialogique entre un roi (Disles) et son philosophe (Sendebar). Ce cadre dialogique fonctionne dans l’économie du discours didactique pour deux raisons : d’une part, c’est lui qui permet l’insertion d’exempla et, d’autre part, il recouvre un rôle structurel fort en assurant la cohésion globale de l’œuvre puisque c’est par lui que débute et se termine chaque chapitre. En ce sens, il est tout à fait légitime de se demander par quels moyens se construit l’exemplarité. Une question subsiste : L’exemplum peut-il être autosuffisant ou bien l’exemplarité naît-elle d’un espace interactif, dynamique, partagé par ces deux entités distinctes que sont l’exemplum et le cadre dialogué ? La présente réflexion porte la profonde conviction que ce n’est qu’au moyen d’une « collaboration » serrée entre ces deux niveaux que la portée exemplaire de l’œuvre se construit ou du moins se consolide. Autrement dit, et de façon paradoxale, l’exemplum acquiert une exemplarité complète que lorsqu’il est alimenté par la fiction. Procédons à une étude de cas pour approfondir et illustrer ces remarques en analysant, par exemple, la place d’un des exempla, « el cuervo y la serpiente » (Chap. II, p. 101) dans l’arsenal argumentatif de l’œuvre. Cet exemplum, qui possède la typologie du conte, est raconté par l’un des deux chacals, Dimna, protagoniste de l’œuvre et énonciateur qui se trouve dans une situation contextuelle particulière. Effectivement, celui-ci apparaît aveuglé par l’ambition et la jalousie, il vient à ce propos de faire part à Belilla (le second chacal) son projet d’entreprendre une vengeance contre Senesba afin de pouvoir regagner une place considérable dans la hiérarchie sociale. Mais Bellila semble tout à fait réticent à cette idée, conscient du danger de la situation. Ainsi, de même que l’histoire des deux chacals était introduite par le niveau supérieure du dialogue entre un roi et son conseiller, Disles et Sendebar, de même l’exemplum « del cuervo y la serpiente » est inséré au moyen du dialogue entre Bellila et Dimna. D’ailleurs, ce dernier ne méconnaît pas le danger potentiel que représente l’ennemi de Dimna, Senesba. Mais Dimna est bien résolu à démontrer que son entreprise est bien loin d’être insensée et que la victoire reste possible plus que jamais. Intervient alors, au milieu de cette discussion et en guise d’argument fort, la narration du conte du corbeau et du serpent dont le sens de la morale à tirer est d’emblée fixé de façon rigide par l’interlocuteur qui le prend en charge. Une relation de contrainte s’établit alors entre le cadre dialogique et l’exemplum narré. D’ailleurs, Dimna fige préalablement et de façon univoque le sens de la matière exemplaire du conte et, ainsi, met en lumière la dimension avant tout instrumentale de l’exemplum :

Engañaste – dixo Dimna – si crehes que no se puede vengar sino el que más puede, ca muchas vezes vimos llegar los muy flacos con su prudencia al lugar donde no pudieron llegar los muy esforçados y vengarse mucho mejor los pobres que los ricos de sus injurias. Y bien pareçe que ignoras el astucia que tuvo el cuervo para matar la sirpiente, como oirás por este enxemplo. (Cap. II, p. 101)

11La narration de l’exemplum débute immédiatement après. Celui-ci connaît un enchaînement interne relativement simple à travers un développement tripartite. Dans un premier temps, le narrateur construit un réseau interrelationnel de personnages dans lequel une inimitié entre les deux protagonistes principaux, le corbeau et le serpent, structure l’ensemble de la diégèse. Le corbeau, représenté comme le personnage le plus faible en termes de puissance physique, apparaît comme la victime par excellence des préjudices causés par le serpent. La deuxième séquence marque une rupture par rapport à la situation initiale : le corbeau décide de retrouver sa dignité et met au point, pour cela, une stratégie de vengeance. Mais celle-ci recouvre une dimension inattendue puisqu’elle privilégie la malice à la force physique. Une idée maîtresse est, dès lors, développée en filigrane : la nécessité d’appendre à juger à sa juste valeur la puissance de son ennemi et savoir agir en conséquence. La dernière partie du schéma narratif met en scène la mort du serpent et donc symboliquement la victoire de la ruse sur la force. Même si l’exemplum possède déjà une consistance étique acceptable, cette dernière se voit considérablement amplifiée mise en regard avec le cadre introductif. Il ne peut échapper au lecteur l’instauration d’un mécanisme de mise en abyme dans lequel les entités du cadre introductif se voient représentées dans l’exemplum lui-même. La correspondance interne et implicite entre Dimna et le corbeau ne laisse aucun doute.

12Les répercutions de ce nouveau dispositif en termes d’efficacité didactique sont importantes. Il semble désormais possible de dépasser le stade d’une relation purement paradoxale inhérente entre la sphère du fictif et celle du normatif au profit d’un espace commun, entièrement tourné vers un projet didactique partagé et fondé sur une exemplarité plus que jamais solide. Car, d’une part, il existe bien une soumission sémantique et étique de l’exemplum au cadre qui l’introduit ; une articulation interne fondée sur une dépendance forte régit ces deux espaces. D’autre part, une autre lecture, verticale ou paradigmatique vient s’ajouter à la chaîne syntagmatique : la morale qui découle directement de l’exemplum repose certes sur un principe d’immédiateté – le lecteur peut en effet aisément en tirer une leçon – mais elle acquiert également une résonance plus profonde si on considère l’impact qu’elle a sur le cadre dialogique. La fiction vient alors donner de l’épaisseur éthique au contenu normatif de l’exemplum au moyen d’un jeu de représentation fondé sur une spécularité situationnelle qui permet de rapprocher les personnages du récit-cadre à ceux de l’exemplum. On pourrait même parler dans le cas de l’Exemplario contra los engaños y peligros del mundo d’un dialogue implicite entre le normatif et le fictif.

Le rôle de l’exemplum dans l’argumentation du Discurso de las privanzas de Quevedo

13Il s’agit de s’intéresser à présent au fonctionnement de l’exemplum au sein du mode d’écriture pamphlétaire. Le Discurso de las privanzas de Francisco de Quevedo, dont les chercheurs s’accordent à dater la rédaction autour de 1608, est un discours qui s’adresse au monarque Philippe III et qui prend position face au phénomène de la « privanza » qui a suscité bon nombre de réactions. C’est la fulgurante ascension du Duc de Lerma qui est ici abordé sous divers aspects. On ne peut que souligner, nous semble-t-il, la finesse et la subtilité du positionnement idéologique de Quevedo. Effectivement, une étude de discours montre une richesse particulière des ressorts argumentatifs dont le recours à l’exemplum constitue un choix scriptural important. Je me propose de voir de quelle façon l’exemplum participe au processus d’occultation de la parole pamphlétaire. En effet, il convient de souligner à nouveau que le statut du destinataire du discours n’est autre que le monarque lui-même, responsable de l’ascension du privado. Attaquer le favori, dans un tel contexte, revient à attaquer le roi. Cela implique nécessairement un dispositif d’écriture capable d’élever à un niveau fonctionnel une possible double lecture ; de là la présence d’un discours éminemment mobile et mouvant. Cela conforte l’émergence d’un mode d’écriture agonique qui s’articule sur le contraste élaboré par l’énonciateur entre deux conceptions de la praxis du pouvoir. Il s’agit d’analyser le mode de fonctionnement de l’exemplum dans ce système d’écriture et de pensée. Procédons donc à une étude de cas.

  • 5 Marc Angenot, La parole pamphlétaire. Typologie des discours modernes, Paris, Payot, 1995.

14Quevedo parvient à une véritable instrumentalisation de l’exemplum au service de sa pensée. Il apparaît comme le moyen adapté pour réaliser la critique distanciée que nécessite le contexte d’écriture. Il participe à la stratégie de mise à défaut du langage démonstratif caractéristique de l’ensemble de l’œuvre. Le chapitre IX use d’un exemplum basé sur l’évocation de Romulus et Remus. Il est important de souligner d’emblée que Quevedo semble présenter son propos comme une digression apparente, assumée comme telle puisqu’elle débouche sur « volvamos al propósito » qui laisse sous-entendre que l’on s’est éloignée du sujet. C’est alors que Quevedo va profiter de ce champ de liberté sous ce masque de la digression pour faire jaillir de façon habile des saillies polémiques. C’est paradoxalement en annonçant une distanciation par rapport au thème central qu’il se trouve de facto en plein cœur du sujet de l’œuvre. Autrement dit l’exemplum se retrouve au centre d’une dialectique entre digression apparente et illustration pertinente du sujet traité. Dans ce chapitre, l’auteur se retranche une fois de plus derrière un évènement-écran5 en l’occurrence celui de la fondation de Rome au moyen d’une description pour le moins violente : « se regaron los muros con la sangre de un hermano del fundador ». L’ambition de régner et la désobéissance des deux frères est ici dépeinte dans toute son ampleur. Or, les échos avec d’autres passages du discours donnent une dimension incisive à ce passage. Le lecteur ne peut faire que le rapprochement entre cette situation où deux personnages veulent régner et celle de la Cour espagnole où le favori est accusé d’usurpation de pouvoir. D’ailleurs les résonnances intertextuelles confortent cette analogie entre ces deux situations. L’affirmation « lo cual no es crueldad cuando lo acredita el bien común » est un écho direct à « el bien común califica la causa del que lo destruyere » qui justifiait le châtiment infligé par le monarque au mauvais favori au chapitre III. Il s’agit donc là d’un avertissement au privado certes voilé mais violent qui annonce presque, en forme de prolepse, la menace qui clôturera l’œuvre. Cette pseudo-digression n’en est donc pas une : elle souligne le sort qui attend celui qui, oubliant ce statut subalterne, se comporte comme le jumeau du roi. L’histoire de Romulus et Remus assume alors pleinement sa fonction de vecteur d’une critique distanciée mais ferme. Ainsi la mise à distance annoncée et revendiquée par Quevedo n’est pas tout à fait effective. L’exemplum devient l’occasion de donner à voir une inversion de valeurs, une prédominance indue d’un personnage sur un autre et de créer un lien analogique implicite mais fort entre ce passé lointain et la situation du contexte d’énonciation.

15L’exemplum devient donc un lieu de liberté de la parole pamphlétaire où l’énonciateur peut s’exprimer plus librement, mais sert également une technique d’occultation de la dimension polémique de l’œuvre. C’est bien là toute sa force : si l’exemplum est capable de véhiculer une violente charge, il ne le fait qu’à un niveau sous-jacent, voilé. On pourrait même dire qu’il contribue à donner de l’épaisseur interprétative à un discours : au moyen de celui-ci le lecteur du Discurso semble capable d’activer un nouveau niveau de lecture.

Conclusion

16Au terme de cette analyse, on ne peut que postuler l’incroyable élasticité de l’exemplum qui parvient à s’adapter tour à tour dans un cadre qui de prime abord lui est tout à fait étranger, la fiction puis la parole pamphlétaire. Il est possible de parler d’avatar dans le cas de l’Exemplario contra los engaños y peligros del mundo parce que celui-ci s’éloigne fatalement du mode exemplaire premier, connu comme une simple juxtaposition d’exempla. Le dialogue entretenu entre la fiction et l’exemplum au sein de l’œuvre ne manque d’ailleurs pas de donner une nouvelle dimension pédagogique. Si le Libro de los gatos, par exemple, a préféré délivrer l’instruction morale sur le principe d’immédiateté, l’Exemplario contra los engaños y peligros del mundo a opté pour un principe de lecture initiatique, puisque le lien entre les deux sphères n’est valide qu’à la condition d’une participation du lecteur. Le recours à la fiction aurait pu « noyer » le contenu normatif au profit du normatif ; mais il n’en est rien. Je dirais que ce n’est pas une perspective compétitive qui s’instaure entre les deux espaces textuels mais plutôt une collaboration. Il en est de même pour le Discurso de las privanzas. Mais ici l’assujettissement de l’exemplum au cadre est sans doute plus évident. En effet, il est totalement instrumentalisé par la parole pamphlétaire. Il recouvre alors une fonction tout à fait inédite : celle tout à la fois de dénoncer un comportement – celui du privado – mais également de dissimuler subtilement cette prise de position. Il devient l’outil privilégié de la construction de l’ethos dans l’œuvre et conforte la dialectique toujours sous-jacente entre l’essai cognitif et le pamphlet.

Notes

1 Alain Viala La naissance de l’écrivain, Paris, Les éditions de minuit, 1985.

2 Louis Petit de Julleville, Histoire de la langue et de la littérature française. II, Paris, Armand Colin, 1914, p. 242.

3 Claude Bremond, & Jacques Le Goff, L’« exemplum », Turnhout, Brepols, 1996, p. 37-38.

4 Marta Haro Cortés (éd.), El Exemplario contra los engaños y peligros del mundo, València, Universitat de València, 2007. Toutes les citations et références seront tirées de cette édition.

5 Marc Angenot, La parole pamphlétaire. Typologie des discours modernes, Paris, Payot, 1995.

Auteur

Lemso
FRAMESPA
Université de Toulouse II

© Presses universitaires du Midi, 2011

Licence OpenEdition Books

Acheter

Volume papier

amazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search